Vous êtes sur la page 1sur 6

Travaux Dirigés

Dimensionnement des installations PV


5ème GTIER, Décembre 2020

TD 1 : On désire calculer le nombre de panneaux en série, soit Ns, et le nombre de chaines PV en


parallèle, soit Np, d’une centrale photovoltaïque contenant 40 panneaux en total et dont les
caractéristiques de chaque panneau sont regroupées sur la figure 0. Une telle centrale se trouve au
Maroc à la région de Rabat.
Cette centrale PV alimente un hangar sous une tension de 220 V monophasé – 50 Hz.
Les onduleurs triphasés utilisés est de marque SMA de type SUNNY BOY(SB) 4000 et 5000TL.
1. Calculer le nombre minimal Nsmin de modules en série. Prendre un coefficient de
correction correspondant à une température maximal des cellules de 70°C, soit k = 0.85.
2. Calculer le nombre maximal Nsmax de modules en série.
3. Calculer le nombre de chaines PV en parallèle.
4. Proposer un choix convenable de Ns et de Np en tenant compte de la compatibilité en
puissance et de la compatibilité en tension et en courant entre l’onduleur et la centrale PV.
5. En admettant une solution pour l’utilisation de l’onduleur SB 5000 TL comme suit :

Faire le choix de la section des câbles pour chaque longueur L1, L2 et L3 en vérifiant le courant Iz
admissible sachant que les câbles situés sous les modules soient dans un environnement de
température 24 °C et que la température ambiante après la boite à jonction est de 20 °C.
6. Sachant que la distance entre l’onduleur et la charge monophasé est L4 = 90 m et que le
courant d’emploi IB par phase est de 10 A, proposer un choix convenable de la section des
conducteurs à utiliser (coté AC).

1/6
Figure 0 : caractéristiques électriques du panneau PV utilisé

TD 2 : Afin de pouvoir satisfaire les besoins humains élémentaires en eau potable, en soins de
santé,…etc, un accès constant à l’énergie est primordial. Toutefois, plus d’un milliard de
personnes n’ont toujours pas accès à l’électricité, et bien plus encore ne disposent pas d’un
réseau électrique fiable. À l’heure actuelle, la technologie permet l’utilisation de micro-réseaux
hybrides, assurant la génération et le stockage distribué de l’électricité. Ces micro-réseaux
hybrides introduisent des énergies renouvelables, ce qui donne pour résultat une énergie fiable,
durable et rentable.

2/6
Un micro-réseau électrique (microgrid en anglais) est un petit réseau électrique pouvant
fonctionner indépendamment du réseau électrique principal. Il utilise des dispositifs locaux de
production, de stockage et de consommation d’électricité, ainsi qu’une connexion éventuelle
au réseau principal. La production peut se faire à partir de sources fossiles (groupe électrogène
ou micro-turbines à gaz), et/ou à partir de sources renouvelables (panneaux photovoltaïques,
éoliennes, petites centrales hydroélectriques). Le stockage peut se faire via de nombreuses
technologies, comme les batteries. Enfin, la consommation d’électricité se fait par différents
types de charges électriques. La connexion au réseau principal peut être inexistante, temporaire
ou permanente.
Un réseau électrique est dit intelligent (smart grid) si sa gestion intègre des fonctionnalités
issues des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), de manière
à optimiser et coordonner la production, la distribution et la consommation et ce pour
améliorer son efficacité énergétique et sa fiabilité.

3/6
Le micro-réseau, étudié dans cette partie, alimente une zone d’habitation et d’activité
économique avec des charges de type tertiaires et des sources intermittentes de production
renouvelable, associés à un moyen de stockage d’énergie. Son schéma de principe est donné sur
la figure 2, il est constitué d’un ensemble de charges, d’une production intermittente à base
d’énergie renouvelable (panneaux photovoltaïques et éoliennes), d’un système de stockage
d’énergie composé de batteries et d’une interconnexion au réseau principal au moyen d’un
transformateur 20kV/ 400 V -50Hz.
Dans cette partie on se limite à l’étude de la conception du système de production électrique à
partir des panneaux photovoltaïques du micro-réseau. Les charges alimentées par le micro
réseau sont généralement de faibles à moyennes puissances (type tertiaires).
On commence par établir le bilan de puissances et d’énergies demandées par les charges de
l’installation, après on détermine le nombre nécessaire des panneaux photovoltaïques puis on
calcule la capacité des batteries de stockage.

1. On se limite à une liste de récepteurs (types tertiaires) et leurs durées de fonctionnement


quotidiennes. On demande de compléter le tableau de la page 5/6, des bilans des
puissances et d’énergies et de calculer la puissance totale PT et l’énergie quotidienne
totale ET.
2. La puissance totale de crête Pc (exprimée en Wc) que doit produire l’ensemble des
panneaux à installer, est liée à l’énergie totale ET demandée par l’ensemble des charges
par la relation suivante :

Avec :
• k: est un coefficient qui tient compte de plusieurs facteurs : les pertes dans les câbles, les
cycles de charge-décharge des batteries, le rendement du système Onduleur-
Chargeur,…etc. Généralement, sa valeur est comprise entre 0,55 et 0,75.
• Ne: est le nombre minimal d’heures d’ensoleillement par jour.
On donne : Ne = 5 heures (valeur prise en hiver) et k = 0,72.
Calculer alors la puissance de crête Pc du parc solaire.

4/6
NB : Quelque soit la valeur trouvée, on prendra dans la suite : ET=302,4 KWh.

3. On donne les principales caractéristiques des panneaux utilisés « Polycristallin VICTRON


250W ».

5/6
Calculer le nombre total NT nécessaire de panneaux.
4. Pour le Point de fonctionnement à Puissance Maximale (PPM) et sans tenir compte du type
de l’onduleur à choisir, on demande de calculer le nombre NS de panneaux à mettre en série
(un bloc de panneaux en série est nommé String) pour avoir une tension continue à l’entrée du
convertisseur DC/DC Vin=420 V.
5. En déduire le nombre Np de blocs (ou de string) à mettre en parallèle.

Pour dimensionner la batterie de stockage, une relation simplifiée fait intervenir les grandeurs
suivantes:
- L’énergie totale consommée ET par jour par les différents récepteurs,
- Le nombre de jours NJ d’autonomie nécessaire,
- La profondeur de décharge maximale D acceptable par le type de batterie utilisée,
- La capacité C (en Ah) de la batterie, son rendement ηb et la tension Ub (en volt) à ses bornes.

6. La batterie utilisée est de type accumulateur au plomb de rendement ηb = 80% , la


tension continue à ses bornes est Ub = 48 V et elle supporte une profondeur de décharge
D=0,75. On prévoit une autonomie de NJ =4 jours en cas de mauvais temps.

Calculer, dans ce cas, la capacité C de la batterie.


6/6

Vous aimerez peut-être aussi