Vous êtes sur la page 1sur 17

Chapitre IV :

Formalisme mathématique de la mécanique


quantique: Notation de Dirac

I. Vecteurs de l'espace d'Hilbert:


I.1. Vecteur ket:
Banach, Fréchet et Hilbert ont eu l'idée d'employer un langage
géométrique pour résoudre des problèmes d'analyse en considérant des
fonctions comme des vecteurs appartenant à des espaces appropriés
(abstraits).
De ce fait, Dirac a transposé cette idée aux fonctions ψ(x): Tout état
quantique d'une particule sera caractérisé par un vecteur d'état
appartenant à un espace abstrait 𝜀𝜀, appelé espace des états d'une particule.
Nous définissons chaque fonction d'onde 𝜓𝜓(𝑟𝑟⃗) ou 𝜓𝜓(𝑝𝑝⃗) appartenant à
Paul Dirac
l'espace d'Hilbert 𝜀𝜀 (L2 espace des fonctions de carré sommables) par un
1902-1984
vecteur appelé ket:
𝜓𝜓 → |𝜓𝜓〉 appartenant à l’espace d'Hilbert abstrait 𝜀𝜀.
Nous disons que le système est décrit par à tout instant par le vecteur d'état |𝜓𝜓〉 suivant la notation
de Dirac. Elle est plus utilisée car plus facile à manipuler que la représentation ondulatoire.

I.2. Vecteur Bra:


Le bras est l'adjoint du ket: |𝜓𝜓〉+ → 〈𝜓𝜓|. Il appartient à l’espace 𝜀𝜀 ∗ (espace dual de 𝜀𝜀).
Nous remarquons que la notation ⟨𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵|𝐾𝐾𝐾𝐾𝐾𝐾⟩ forment le mot "Brackets" qui signifie crochets en
Anglais.
Nous pouvons écrire en notation ondulatoire, (où a et b sont des constantes complexes):
𝜓𝜓 = 𝑎𝑎𝜓𝜓1 + 𝑏𝑏𝜓𝜓2 (1)
En notation de Dirac, cela s'écrit:
|𝜓𝜓〉 = |𝑎𝑎𝜓𝜓1 + 𝑏𝑏𝜓𝜓2 〉 = 𝑎𝑎|𝜓𝜓1 〉 + 𝑏𝑏|𝜓𝜓2 〉 (2)
Le bras est l'adjoint du ket: ou encore 〈𝜓𝜓| est le transposé conjugué de |𝜓𝜓〉, et vis versa.

|𝝍𝝍〉+ = 〈𝝍𝝍| = 〈𝑎𝑎𝜓𝜓1 + 𝑏𝑏𝜓𝜓2 | =〈𝜓𝜓1 |𝑎𝑎∗ + 〈𝜓𝜓2 |𝑏𝑏∗ (3)

1
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

I.3. Le principe de superposition dans la représentation de Dirac:


Si le système quantique peut se trouver dans l'état |𝜓𝜓1 〉, et qu'il peut se trouver dans l'état |𝜓𝜓2 〉,
alors le système peu se trouver dans la superposition des deux états:
|𝜓𝜓〉 = 𝑎𝑎|𝜓𝜓1 〉 + 𝑏𝑏|𝜓𝜓2 〉 (4)
I.4. Opérations sur les kets:
• La commutation: |𝜓𝜓〉 + |𝜑𝜑〉 = |𝜑𝜑〉 + |𝜓𝜓〉 (5)
• Loi associative: (|𝜓𝜓〉 + |𝜑𝜑〉) + |𝜒𝜒〉 = |𝜓𝜓〉 + (|𝜑𝜑〉 + |𝜒𝜒〉) (6)
= |𝜓𝜓〉 + |𝜑𝜑〉 + |𝜒𝜒〉 (7)
• Vecteur Nul: Il existe un vecteur nul |0〉 ce telle sorte que :
|𝜓𝜓〉 + |0〉 = |𝜓𝜓〉 (8)
• Vecteur opposé: A chaque vecteur de l'espace d'Hilbert, il existe un vecteur opposé
satisfaisant la relation:
|𝜓𝜓〉 + |−𝜓𝜓〉 = |0〉 (9)
• Pour tout nombres complexes a et b:
𝑎𝑎(|𝜓𝜓〉 + |𝜑𝜑〉) = 𝑎𝑎|𝜓𝜓〉 + 𝑎𝑎|𝜑𝜑〉 (10)
(𝑎𝑎 + 𝑏𝑏)|𝜓𝜓〉 = 𝑎𝑎|𝜓𝜓〉 + 𝑏𝑏|𝜓𝜓〉 (11)
𝑎𝑎𝑎𝑎|𝜓𝜓〉 = 𝑎𝑎(𝑏𝑏|𝜓𝜓〉) = 𝑏𝑏(𝑎𝑎|𝜓𝜓〉) (12)
Et: 𝟏𝟏|𝜓𝜓〉 = |𝜓𝜓〉 (13)
Où 1 est l'opérateur identité (Matrice unité carrée).

II. Produit scalaire et ses propriétés:


𝜀𝜀 est un espace vectoriel sur lequel on définit un produit scalaire. A tout couple |𝜓𝜓〉, |𝜑𝜑〉, on peut
associer un produit scalaire:
⟨𝜑𝜑|𝜓𝜓⟩ = ∭ 𝜑𝜑 ∗ ∙ 𝜓𝜓 𝑑𝑑𝑑𝑑=cste (14)
Le produit scalaire est un nombre complexe.
Le produit scalaire satisfait les propriétés suivantes:
⟨𝜑𝜑|𝜓𝜓⟩∗ = ⟨𝜓𝜓|𝜑𝜑⟩ (15)
⟨𝜑𝜑|𝑎𝑎𝜓𝜓1 + 𝑏𝑏𝜓𝜓2 ⟩ = 𝑎𝑎⟨𝜑𝜑|𝜓𝜓1 ⟩ + 𝑏𝑏⟨𝜑𝜑|𝜓𝜓2 ⟩ (16)
⟨𝑎𝑎𝜑𝜑1 + 𝑏𝑏𝜑𝜑2 |𝜓𝜓⟩ = 𝑎𝑎∗ ⟨𝜑𝜑1 |𝜓𝜓⟩ + 𝑏𝑏 ∗ ⟨𝜑𝜑2 |𝜓𝜓⟩ (17)
Si le produit scalaire ⟨𝜑𝜑|𝜓𝜓⟩ = 0 donc les kets |𝜑𝜑〉 et |𝜓𝜓〉 sont orthogonaux.(18)
• La norme d'un vecteur |𝝍𝝍〉:
Le produit scalaire du vecteur par lui même définit la norme au carré de ce vecteur:
⟨𝜓𝜓|𝜓𝜓⟩ = ‖|𝜓𝜓〉‖2 = ∭|𝜓𝜓|2 𝑑𝑑𝑑𝑑 (19)

2
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

Donc: ‖|𝜓𝜓〉‖ = �⟨𝜓𝜓|𝜓𝜓⟩ (20)


Si |𝜓𝜓〉 est normalisée alors: ⟨𝜓𝜓|𝜓𝜓⟩ = 1 (21)

III. Base Hilberienne:


III.1. Le vecteur ket:
On peut définir une base {|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉}𝑖𝑖=1,2,..𝑛𝑛 de l’espace d'Hilbert 𝜀𝜀, comme suit:
∀|𝜓𝜓〉 ∈ 𝜀𝜀, |𝜓𝜓〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 (22)
Où 𝑎𝑎𝑖𝑖 = ⟨𝑢𝑢𝑖𝑖 |𝜓𝜓⟩ sont les composantes du vecteur |𝜓𝜓〉 suivant la base {|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉}𝑖𝑖=1,2,..𝑛𝑛 .
Chaque vecteur ket |𝜓𝜓〉 peut être représenté par une rangée verticale (Matrice colonne) dont les
lignes sont formées des coordonnées de ce vecteur dans la base correspondante.
|𝜓𝜓〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 peu s'écrire dans la base {|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉}𝑖𝑖=1,2,..𝑛𝑛 sous la forme:
𝑎𝑎1
𝑎𝑎2
⎛⋮⎞
|𝜓𝜓〉 = ⎜ 𝑎𝑎𝑖𝑖 ⎟ (23)
⎜⋮⎟

⎝𝑎𝑎𝑛𝑛 ⎠
Où 𝜀𝜀 est l’espace d'Hilbert de dimensions n définit par la base {|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉}𝑖𝑖=1,2,..𝑛𝑛 .
L'équation (22) peut s'écrire aussi sous la forme:
|𝜓𝜓〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑖𝑖 〉 (24)
Où {|𝑖𝑖 〉}𝑖𝑖=1,2,..𝑛𝑛 est une autre notation de la base Hilbérienne.
Exemple:
{|𝑢𝑢1 〉, |𝑢𝑢2 〉, |𝑢𝑢3 〉} (ou {|1〉, |2〉, |3〉}) est une base appartenant à l'espace d'Hilbert de telle sorte que:
|𝜓𝜓〉 = 𝑎𝑎1 |𝑢𝑢1 〉 + 𝑎𝑎2 |𝑢𝑢2 〉 + 𝑎𝑎3 |𝑢𝑢3 〉
Ou bien: |𝜓𝜓〉 = 𝑎𝑎1 |1〉 + 𝑎𝑎2 |2〉 + 𝑎𝑎3 |3〉
𝑎𝑎1 , 𝑎𝑎2 et 𝑎𝑎2 sont des constantes complexes.
𝑎𝑎1
|𝜓𝜓〉 s'écrit dans la base {|1〉, |2〉, |3〉} comme suit: |𝜓𝜓〉 = �𝑎𝑎2 �.
𝑎𝑎3
III.2. Le vecteur Bra:
Le sous espace d'Hilbert pour les bras est 𝜀𝜀 ∗ :
∀|𝜓𝜓〉 ∈ 𝜀𝜀: |𝜓𝜓〉+ = (∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉)+ = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖∗ |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉+ (25)
⇒ 〈𝜓𝜓| = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖∗ 〈𝑢𝑢𝑖𝑖 | = ∑ni=1〈𝑢𝑢𝑖𝑖 |𝑎𝑎𝑖𝑖∗ (26)

Avec: 〈𝜓𝜓| = (𝑎𝑎1∗ 𝑎𝑎2∗ … 𝑎𝑎𝑖𝑖∗ … 𝑎𝑎𝑛𝑛∗ ) (27)

3
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

Où 𝜀𝜀 ∗ est l’espace dual d'Hilbert, Et 𝑎𝑎𝑖𝑖∗ = ⟨𝜓𝜓|𝑢𝑢𝑖𝑖 ⟩ sont les composantes du vecteur bra 〈𝜓𝜓|.

Nous pouvons noter (26) comme suit: 〈𝜓𝜓| = ∑ni=1〈𝑖𝑖 |𝑎𝑎𝑖𝑖∗ (28)

III.3. Le produit scalaire:


Soient deux vecteurs d'état: |𝜓𝜓〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑖𝑖 〉 et |𝜑𝜑〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑏𝑏𝑖𝑖 |𝑖𝑖 〉 appartenant à l'espace 𝜀𝜀. Le
produit scalaire de ces deux vecteurs est donné par:
𝑎𝑎1
⎡ 𝑎𝑎2 ⎤
⎢⋮⎥
∗ ] ⎢ 𝑎𝑎 ⎥
⟨𝜑𝜑|𝜓𝜓⟩ = [ 𝑏𝑏1∗ 𝑏𝑏2∗ … 𝑏𝑏𝑖𝑖∗ … 𝑏𝑏𝑛𝑛 ∙ 𝑖𝑖 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑏𝑏𝑖𝑖∗ ∙ 𝑎𝑎𝑖𝑖 (29)
⎢⋮⎥
⎢⋮⎥
⎣𝑎𝑎𝑛𝑛 ⎦
On retrouve le carré de la norme de |𝜓𝜓〉:
⟨𝜓𝜓|𝜓𝜓⟩ = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1|𝑎𝑎𝑖𝑖 |2 (30)

 Choix d'une représentation:


Choisir une représentation, c'est choisir une base orthonormée, discrète ou continue, dans l'espace
des états 𝜀𝜀.
Les vecteurs et opérateurs sont alors représentés dans cette base par des nombres: Composantes
pour les vecteurs, éléments de matrice pour les opérateurs. Le calcul vectoriel devient alors le calcul
matriciel sur ces nombres.

IV. Base orthonormée complète dans la représentation de Dirac :


IV.1. Condition d'orthonormalisation:
Un ensemble discret {|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉}𝑖𝑖=1,2,..𝑛𝑛 ou continu {|𝑉𝑉𝛼𝛼 〉}𝛼𝛼∈ℝ , de kets est dit orthonormé si les kets de
cet ensemble satisfont à la relation d'orthonormalisation:
• Base discrète:
1 𝑠𝑠𝑠𝑠 𝑖𝑖 = 𝑗𝑗
�𝑢𝑢𝑖𝑖 �𝑢𝑢𝑗𝑗 � = ∫ 𝑢𝑢𝑖𝑖∗ (𝑥𝑥 ) ∙ 𝑢𝑢𝑗𝑗 (𝑥𝑥 )𝑑𝑑𝑑𝑑 = 𝛿𝛿𝑖𝑖𝑖𝑖 = � (31)
0 𝑠𝑠𝑠𝑠 𝑖𝑖 ≠ 𝑗𝑗
• Base continue:
�𝑉𝑉𝛼𝛼 �𝑉𝑉𝛽𝛽 � = ∫ 𝑉𝑉𝛼𝛼∗ (𝑥𝑥 ) ∙ 𝑉𝑉𝛽𝛽 (𝑥𝑥 )𝑑𝑑𝑑𝑑 = 𝛿𝛿 (𝛼𝛼 − 𝛽𝛽) (32)
Où α et β appartiennent à ℝ.

IV.2. Relation de fermeture (Complétude):


• Base discrète:
Un ensemble discret {|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉}𝑖𝑖=1,2,..𝑛𝑛 } de kets constitue une base complète si tout ket |𝜓𝜓〉
de 𝜀𝜀, peut être développé d'une façon et d'une seule suivant les {|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉}𝑖𝑖=1,2,..𝑛𝑛 , ce qui traduit la
relation de fermeture suivante pour une base discrète:

4
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉〈𝑢𝑢𝑖𝑖 | = 𝟏𝟏 (33)


Qui peut s'écrire aussi: ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1|𝑖𝑖 〉〈𝑖𝑖 | = 𝟏𝟏 (34)

Où 1 désigne l'opérateur identité (Matrice unité carrée).


• Base continue:
Un ensemble continu {|𝑉𝑉𝛼𝛼 〉}𝛼𝛼∈ℝ , de kets constitue une base complète si tout ket |𝜓𝜓〉 peut être
développé d'une façon et d'une seule suivant les {|𝑉𝑉𝛼𝛼 〉}𝛼𝛼∈ℝ , ce qui traduit la relation de fermeture
suivante pour une base continue:
∫|𝑉𝑉𝛼𝛼 〉 〈𝑉𝑉𝛼𝛼 |dα = 𝟏𝟏 (35)
Où 1 désigne l'opérateur identité.
Si les conditions d'orthonormalisation et de fermeture sont toutes les deux réalisées, nous
parlons de base orthonormée complète, quelle soit discrète ou continue.

V. Equation de Schrödinger dans la notation de Dirac:


L'équation dépendante du temps:
𝜕𝜕
𝑖𝑖ℏ 𝜕𝜕𝜕𝜕 |𝜓𝜓〉 = 𝐻𝐻 |𝜓𝜓〉 (36)

L'équation indépendante du temps:


𝐻𝐻|𝜓𝜓〉 = 𝐸𝐸 |𝜓𝜓〉 (37)

VI. Opérateurs dans la représentation de Dirac:


VI.1. Définition:
Dans la représentation de Dirac, l'opérateur 𝐴𝐴 est sous forme de matrice carrée; Cet opérateur
transforme un ket |𝜓𝜓〉 𝜖𝜖 𝜀𝜀 à un autre ket |𝜓𝜓′〉 𝜖𝜖 𝜀𝜀 :
𝐴𝐴|𝜓𝜓〉 = |𝜓𝜓′〉 (38)
VI.2. Opérations sur les opérateurs:
• Soit λ un nombre complexe, 𝐴𝐴1 et 𝐴𝐴2 deux opérateurs:
𝜆𝜆1 𝐴𝐴1 |𝜓𝜓1 〉 = 𝐴𝐴1 (𝜆𝜆1 |𝜓𝜓1 〉) (39)
〈𝜓𝜓2 |𝐴𝐴2 𝜆𝜆2 = 𝜆𝜆2 〈𝜓𝜓2 |𝐴𝐴2 (40)
• 𝐴𝐴 et 𝐵𝐵 deux opérateurs tel que 𝑆𝑆 = 𝐴𝐴 + 𝐵𝐵:
𝑆𝑆|𝜓𝜓〉 = (𝐴𝐴 + 𝐵𝐵)|𝜓𝜓〉 = 𝐴𝐴|𝜓𝜓〉 + 𝐵𝐵|𝜓𝜓〉 (41)
Et: 〈𝜓𝜓|S = 〈𝜓𝜓|(𝐴𝐴 + 𝐵𝐵) = 〈𝜓𝜓|𝐴𝐴 + 〈𝜓𝜓|𝐵𝐵 (42)

• L'opérateur 𝑃𝑃: 𝑃𝑃 = 𝐴𝐴𝐴𝐴.


𝑃𝑃 |𝜓𝜓〉 = (𝐴𝐴𝐴𝐴)|𝜓𝜓〉 = 𝐴𝐴(𝐵𝐵|𝜓𝜓〉) = 𝐴𝐴|𝜓𝜓′〉 = |𝜓𝜓′′〉 (43)
〈𝜓𝜓|𝑃𝑃 = 〈𝜓𝜓|(AB) = (〈𝜓𝜓|A)B = 〈𝜓𝜓1 |B = 〈𝜓𝜓2 | (44)

5
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

• On dit aussi que 𝐴𝐴 et 𝐵𝐵 sont inverses l'un de l'autre 𝑠𝑠𝑠𝑠 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝟏𝟏 , car:
|𝜓𝜓〉 = 𝐵𝐵|𝜓𝜓′〉 = 𝐵𝐵(𝐴𝐴|𝜓𝜓〉) = 𝐵𝐵𝐵𝐵|𝜓𝜓〉 ⇒ 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝟏𝟏 (45)
et: |𝜓𝜓′〉 = 𝐴𝐴|𝜓𝜓〉 = 𝐴𝐴(𝐵𝐵|𝜓𝜓′〉) = 𝐴𝐴𝐴𝐴|𝜓𝜓′〉 ⇒ 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝟏𝟏 (46)

Donc: 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 1 ⟺ [𝐴𝐴, 𝐵𝐵] = 0 (47)


- L'inverse d'un opérateur A n'existe pas toujours. Lorsqu'il existe, on le note A-1.
- Si deux opérateurs 𝐴𝐴 et 𝐶𝐶 possèdent chacun un inverse, le produit (𝐴𝐴 ∙ 𝐶𝐶 ) possède un inverse tel
que: (𝐴𝐴 ∙ 𝐶𝐶 )−1 = 𝐶𝐶 −1 ∙ 𝐴𝐴−1 (48)

VI.3. Représentation matricielle d'un opérateur:


On a vu que : |𝜓𝜓 〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 où {|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉}𝑖𝑖=1,2,..𝑛𝑛 forme une base orthonormée complète dans 𝜀𝜀.
Appliquons l'opérateur A sur |𝜓𝜓〉 tel que:
𝐴𝐴|𝜓𝜓〉 = |𝜓𝜓′〉 (49)
On a: |𝜓𝜓〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 et |𝜓𝜓′〉 = ∑𝑛𝑛𝑗𝑗=1 𝑎𝑎′𝑗𝑗 �𝑢𝑢𝑗𝑗 〉 (50)

Si on multiplie 〈𝑢𝑢𝑗𝑗 � par |𝜓𝜓′ 〉, cela me donne la composante 𝑎𝑎′𝑗𝑗 de |𝜓𝜓′ 〉 sur la base {|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉}𝑖𝑖=1,2,..𝑛𝑛 :

𝑎𝑎′𝑗𝑗 = �𝑢𝑢𝑗𝑗 �𝜓𝜓′� = �𝑢𝑢𝑗𝑗 �𝐴𝐴|𝜓𝜓� = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 �𝑢𝑢𝑗𝑗 �𝐴𝐴|𝑢𝑢𝑖𝑖 � = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 𝐴𝐴𝑗𝑗𝑗𝑗 (51)
Si on prend la composante 𝑎𝑎′1 de |𝜓𝜓′〉, on peu la développer selon la relation (51) comme suit:
𝑎𝑎′1 = 𝑎𝑎1 𝐴𝐴11 + 𝑎𝑎2 𝐴𝐴12 + ⋯ … . . +𝑎𝑎𝑛𝑛 𝐴𝐴1𝑛𝑛 (52)
La même relation est appliquée pour obtenir les autres composantes de |𝜓𝜓′〉. La forme matricielle
de la relation (49) peut s'écrire:
𝑎𝑎1 𝑎𝑎′1
𝐴𝐴11 𝐴𝐴12 𝐴𝐴1𝑛𝑛
⋯ 𝑎𝑎2 ⎛𝑎𝑎′2 ⎞
⎛ 𝐴𝐴21 𝐴𝐴22 𝐴𝐴2𝑛𝑛 ⎞ ⎛ ⋮ ⎞
⎜ ⋮ ⎟
⎜ ⋮ ⋮ ⋱ ⋮ ⎟ ∙ ⎜ 𝑎𝑎𝑖𝑖 ⎟ = ⎜ 𝑎𝑎′𝑖𝑖 ⎟ (53)
⋮ ⋮ ⋮ ⎜⋮⎟ ⎜ ⎟
⋯ ⋮
⎝𝐴𝐴𝑛𝑛1 𝐴𝐴𝑛𝑛2 𝐴𝐴𝑛𝑛𝑛𝑛 ⎠ ⋮ ⋮
⎝𝑎𝑎𝑛𝑛 ⎠ ⎝ ⎠
𝑎𝑎′𝑛𝑛
(nxn) (nx1) = (nx1)
𝑎𝑎1 𝑎𝑎′1
𝐴𝐴11 𝐴𝐴12 𝐴𝐴1𝑛𝑛 𝑎𝑎2 𝑎𝑎′
⋯ ⎛ 2⎞
𝐴𝐴 𝐴𝐴22 𝐴𝐴2𝑛𝑛 ⎞ ⎛⋮⎞
⎛ 21 ⎜ ⋮ ⎟
Où: 𝐴𝐴̂ = ⎜ ⋮ ⋮ ⋱ ⋮ ⎟ , |𝜓𝜓〉 = ⎜ 𝑎𝑎𝑖𝑖 ⎟ et |𝜓𝜓′〉 = ⎜ 𝑎𝑎′𝑖𝑖 ⎟ (54)
⋮ ⋮ ⋮ ⎜⋮⎟ ⎜ ⋮ ⎟
⋯ ⋮
𝐴𝐴
⎝ 𝑛𝑛1 𝐴𝐴𝑛𝑛2 𝐴𝐴𝑛𝑛𝑛𝑛 ⎠ ⋮
⎝𝑎𝑎𝑛𝑛 ⎠ ⎝𝑎𝑎′𝑛𝑛 ⎠

On note �𝑢𝑢𝑗𝑗 �𝐴𝐴|𝑢𝑢𝑖𝑖 � = 𝐴𝐴𝑗𝑗𝑗𝑗 les constantes complexes représentant les éléments matriciels de
l'opérateur A.

6
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

 Calcul de ⟨𝝍𝝍𝟐𝟐|𝑨𝑨|𝝍𝝍𝟏𝟏 ⟩:
|𝜓𝜓1 〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 et �𝜓𝜓2 〉 = ∑𝑛𝑛𝑗𝑗=1 𝑏𝑏𝑗𝑗 �𝑢𝑢𝑗𝑗 〉 (55)

⇒ ⟨𝜓𝜓2 |𝐴𝐴|𝜓𝜓1 ⟩ = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 ∑𝑛𝑛𝑗𝑗=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 𝑏𝑏𝑗𝑗∗ �𝑢𝑢𝑗𝑗 �𝐴𝐴|𝑢𝑢𝑖𝑖 � = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 ∑𝑛𝑛𝑗𝑗=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 𝑏𝑏𝑗𝑗∗ 𝐴𝐴𝑗𝑗𝑗𝑗 (56)

 Opérateur linéaire:
L'opérateur linéaire défini sur l'espace d'Hilbert est une application linéaire qui associe à chaque
ket |𝜓𝜓〉 𝜖𝜖 𝜀𝜀 un autre ket |𝜓𝜓′〉 𝜖𝜖 𝜀𝜀 de telle manière:
𝐴𝐴|𝜓𝜓〉 = |𝜓𝜓′〉 (58)
Si α et β sont des constantes complexes alors:
𝐴𝐴(𝛼𝛼|𝜓𝜓1 〉 + 𝛽𝛽|𝜓𝜓2 〉) = 𝛼𝛼𝛼𝛼|𝜓𝜓1 〉 + 𝛽𝛽𝛽𝛽|𝜓𝜓2 〉 (59)
 Exemples d'opérateurs linéaires: L'opérateur projection ou projecteur P
Soit |𝜓𝜓〉 appartenant à 𝜀𝜀 tel que ⟨𝜓𝜓|𝜓𝜓⟩ = 1. 〈𝜓𝜓| de 𝜀𝜀 ∗ .On définit l'opérateur projecteur par :
𝑃𝑃𝜓𝜓 = |𝜓𝜓〉 〈𝜓𝜓| (57)
Il sera développé plus loin dans le cours.

 Récapitulatif:

⎛ ⎞ • 𝐴𝐴=� � est un opérateur, c'est une


• | 〉 = ⎜ ⎟ est un vecteur ket (matrice
matrice carrée dont les éléments peuvent être
⎝ ⎠ réels ou complexes.
colonne), ses composantes sont réelles ou • | 〉 〈 | est un opérateur, il est donc de
complexes. forme matricielle (matrice carrée).
•〈 | = ( ) est un bra (matrice
• �𝑢𝑢𝑗𝑗 �𝐴𝐴|𝑢𝑢𝑖𝑖 � = 𝐴𝐴𝑗𝑗𝑗𝑗 sont les éléments de la
ligne). Ses composantes sont réelles ou
complexes. matrice de l'opérateur 𝐴𝐴. ce sont des
• ⟨ | ⟩ est un produit scalaire; c'est une constantes complexes ou réels.
constante réelle ou complexe.

7
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

VII. Opérateur Adjoint et Hermitique:


VII.1. Opérateur adjoint:
𝐴𝐴 est un opérateur linéaire qui transforme le ket |𝜓𝜓〉 en un autre ket |𝜓𝜓′〉, 𝐴𝐴+ = 𝐴𝐴𝑡𝑡∗ est l'opérateur
adjoint de 𝐴𝐴: il transforme le bras 〈𝜓𝜓| au bra 〈𝜓𝜓′|.
𝐴𝐴|𝜓𝜓〉 = |𝜓𝜓′〉 ⇔ 〈𝜓𝜓|𝐴𝐴+ = 〈𝜓𝜓′| (60)
𝐴𝐴+ est linéaire aussi.
Deux opérateurs 𝐴𝐴 et 𝐵𝐵 = 𝐴𝐴+ sont dits adjoints l'un de l'autre si leurs matrices représentatives
(dans un représentation bien définie) sont adjointes l'une de l'autre.
Les éléments de la matrice de l'opérateur 𝐴𝐴: �𝑢𝑢𝑗𝑗 �𝐴𝐴|𝑢𝑢𝑖𝑖 � = 𝐴𝐴𝑗𝑗𝑗𝑗 (61)

Alors, les éléments de la matrice de 𝐴𝐴+: �𝑢𝑢𝑖𝑖 �𝐴𝐴�𝑢𝑢𝑗𝑗 � = 𝐴𝐴∗𝑖𝑖𝑖𝑖 (62)

Et: �𝑢𝑢𝑗𝑗 �𝐴𝐴+|𝑢𝑢𝑖𝑖 � = �𝑢𝑢𝑖𝑖 �𝐴𝐴�𝑢𝑢𝑗𝑗 � (63)
De manière générale, l'adjoint 𝐴𝐴+ de 𝐴𝐴 est définit par:
⟨𝜓𝜓2 |𝐴𝐴+|𝜓𝜓1 ⟩ = (⟨𝜓𝜓1 |𝐴𝐴|𝜓𝜓2 ⟩)∗ (64)
 Démonstration:
Soit deux kets |𝜓𝜓1 〉 et |𝜓𝜓2 〉, et 𝐴𝐴 un opérateur linéaire: de telle manière que 𝐴𝐴̂|𝜓𝜓1 〉 = |𝜓𝜓′〉:
⟨𝜓𝜓2 |𝜓𝜓′⟩ = ⟨𝜓𝜓2 |𝐴𝐴|𝜓𝜓1 ⟩ d'autre part: ⟨𝜓𝜓2 |𝜓𝜓′⟩ = ⟨𝜓𝜓′|𝜓𝜓2 ⟩∗ (65)
Donc: ⟨𝜓𝜓2 |𝐴𝐴|𝜓𝜓1 ⟩ = ⟨𝜓𝜓′|𝜓𝜓2 ⟩∗ = ⟨𝜓𝜓1 |𝐴𝐴+|𝜓𝜓2 ⟩∗ (66)
Application :
1 3𝑖𝑖
Trouver l'opérateur adjoint de l'opérateur 𝐴𝐴: 𝐴𝐴 = �( �.
1 − 𝑖𝑖 ) 𝑖𝑖

VII.2. Propriétés de l'opérateur adjoint:


Soit λ un nombre complexe. 𝐴𝐴 et 𝐵𝐵 sont des opérateurs:
(𝜆𝜆𝜆𝜆)+ = (𝜆𝜆𝜆𝜆)∗𝑡𝑡 = 𝜆𝜆∗ 𝐴𝐴∗𝑡𝑡 = 𝜆𝜆∗ 𝐴𝐴+ (67)
(𝐴𝐴 + 𝐵𝐵)+ = 𝐴𝐴+ + 𝐵𝐵+ (68)
(𝐴𝐴 ∙ 𝐵𝐵)+ = 𝐵𝐵+ ∙ 𝐴𝐴+ (69)
(𝐴𝐴+)+ = 𝐴𝐴 (70)
 Règle importante :
Pour obtenir l'expression adjointe d'une expression quelconque (contenant des nombres
complexes, des opérateurs, des ket et bra), on procède de la façon suivante :
1- On inverse l'ordre des termes.
2- Les bras deviennent kets et les kets deviennent bras.
3- Les complexes deviennent complexes conjugués et les opérateurs deviennent opérateurs adjoints.

8
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

Application:
Soit: λ un nombre complexe. 𝐴𝐴, 𝐵𝐵, 𝐶𝐶 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝐷𝐷 sont des opérateurs. |𝜓𝜓1 〉 et 〈𝜓𝜓2 | sont le ket et le bra
définies dans 𝜀𝜀. Trouver l'expression adjointe de 𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆 |𝜓𝜓1 〉〈𝜓𝜓2 |?

VII.3. Opérateur hermitique (Auto-adjoint):


L'opérateur 𝐴𝐴 est hermitique si: 𝐴𝐴+ = 𝐴𝐴 (71)
D'où: ⟨𝜑𝜑|𝐴𝐴|𝜓𝜓⟩ = ⟨𝜓𝜓|𝐴𝐴|𝜑𝜑⟩∗ (72)
Dans la base des {|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉}𝑖𝑖=1,2,..𝑛𝑛 , les composantes des matrices des opérateurs 𝐴𝐴 et 𝐴𝐴+ sont égales:
𝐴𝐴𝑗𝑗𝑗𝑗 = 𝐴𝐴∗𝑖𝑖𝑖𝑖 (73)

Application [11]:
1 𝑖𝑖
Démontrer que l'opérateur 𝐴𝐴 = � � est hermitique.
−𝑖𝑖 2

VIII. Problèmes de valeurs propres:


VIII.1. Equation aux valeurs propres:
Soit 𝐴𝐴 un opérateur linéaire. par définition, On dira que le nombre complexe 𝜆𝜆𝑛𝑛 est valeur propre
de l'opérateur 𝐴𝐴 associé au vecteur propre |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 si:
𝐴𝐴|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = 𝜆𝜆𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 (74)
Où 𝜆𝜆𝑛𝑛 sont des complexes.
Si on applique l'adjoint de la relation (74):
(𝐴𝐴|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉)+ = (𝜆𝜆𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉)+ (75)
⇒ 〈𝜓𝜓𝑛𝑛 |𝐴𝐴+ = 〈𝜓𝜓𝑛𝑛 |𝜆𝜆∗𝑛𝑛 (76)
Exemple:
L'équation de Schrödinger stationnaire: 𝐻𝐻|𝜓𝜓〉 = 𝐸𝐸 |𝜓𝜓〉.

VIII.2. Valeurs propre d'un opérateur hermitique:


• Si l'opérateur 𝐴𝐴 est hermitique 𝐴𝐴 = 𝐴𝐴+, la relation (76) devient:
〈𝜓𝜓𝑛𝑛 |𝐴𝐴 = 〈𝜓𝜓𝑛𝑛 |𝜆𝜆∗𝑛𝑛 (77)
Si on multiplie (77) par |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉: 〈𝜓𝜓𝑛𝑛 |𝐴𝐴|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = 〈𝜓𝜓𝑛𝑛 |𝜆𝜆∗𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 (78)
⇒ 〈𝜓𝜓𝑛𝑛 |𝜆𝜆𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = 〈𝜓𝜓𝑛𝑛 |𝜆𝜆∗𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 (79)
⇒ 𝜆𝜆𝑛𝑛 〈𝜓𝜓𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = 𝜆𝜆∗𝑛𝑛 〈𝜓𝜓𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 (80)
D'où: 𝜆𝜆𝑛𝑛 = 𝜆𝜆∗𝑛𝑛 (81)
Donc: Les valeurs propres d'un opérateur hermitique sont réelles.
• Si l'opérateur 𝐴𝐴 est hermitique 𝐴𝐴 = 𝐴𝐴+ :
Soit 𝐴𝐴|𝜓𝜓1 〉 = 𝜆𝜆1 |𝜓𝜓1 〉 et 𝐴𝐴|𝜓𝜓2 〉 = 𝜆𝜆2 |𝜓𝜓2 〉 et 𝜆𝜆1 ≠ 𝜆𝜆2 , alors:

9
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

〈𝜓𝜓2 |𝐴𝐴 = 〈𝜓𝜓2 |𝜆𝜆2 (82)


En multipliant (82) par |𝜓𝜓1 〉 : 〈𝜓𝜓2 |𝐴𝐴|𝜓𝜓1 〉 = 〈𝜓𝜓2 |𝜆𝜆2 |𝜓𝜓1 〉 (83)
⇒ 𝜆𝜆1 ⟨𝜓𝜓2 |𝜓𝜓1 ⟩ = 𝜆𝜆2 ⟨𝜓𝜓2 |𝜓𝜓1 ⟩ (84)
⇒ (𝜆𝜆1 − 𝜆𝜆2 )⟨𝜓𝜓2 |𝜓𝜓1 ⟩ = 0 (85)
Puisque 𝜆𝜆1 ≠ 𝜆𝜆2 donc ⟨𝜓𝜓2 |𝜓𝜓1 ⟩ = 0 ⇒ |𝜓𝜓1 〉 et |𝜓𝜓2 〉 sont orthogonales.
Donc: Les vecteurs propres associées aux valeurs propres d'un opérateur hermitique sont
orthogonaux.
VIII.3. Dégénérescence:
S'il existe plusieurs kets propres linéairement indépendants relatifs à la même valeur propre 𝜆𝜆𝑛𝑛 ,
toute combinaison linéaire de ces kets est aussi ket propre de l'opérateur 𝐴𝐴 relatif à la même valeur
propre 𝜆𝜆𝑛𝑛 . En d'autres termes, l'ensemble des kets propres de 𝐴𝐴 (relatifs à une valeur propre donnée
𝜆𝜆𝑛𝑛 ) forme un espace vectoriel que l'on appelle sous-espace relatif à la valeur propre 𝜆𝜆𝑛𝑛 .
Nous pouvons résumer cela comme suit:
a) Si à une valeur propre 𝜆𝜆𝑛𝑛 ne correspond qu'un seul vecteur propre |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉, donc la valeur propre
𝜆𝜆𝑛𝑛 n'est pas dégénérée.
Exemple 1:
Si 𝐴𝐴|𝜓𝜓1 〉 = 𝜆𝜆1 |𝜓𝜓1 〉, 𝐴𝐴|𝜓𝜓2 〉 = 𝜆𝜆2 |𝜓𝜓2 〉 et 𝐴𝐴|𝜓𝜓3 〉 = 𝜆𝜆3 |𝜓𝜓3 〉 avec 𝜆𝜆1 ≠ 𝜆𝜆2 ≠ 𝜆𝜆3 , donc aucune valeur
propre n'est dégénérée.

b) Si ce sous-espace est de dimension 𝑔𝑔𝑛𝑛 , on dira que la valeur propre est dégénérée 𝑔𝑔𝑛𝑛 fois. 𝑔𝑔𝑛𝑛
est appelé l'ordre de dégénérescence de la valeur propre 𝜆𝜆𝑛𝑛 .
Exemple 2:
Si 𝐴𝐴|𝜓𝜓1 〉 = 𝜆𝜆1 |𝜓𝜓1 〉, 𝐴𝐴|𝜓𝜓2 〉 = 𝜆𝜆1 |𝜓𝜓2 〉 et 𝐴𝐴|𝜓𝜓3 〉 = 𝜆𝜆3 |𝜓𝜓3 〉 avec 𝜆𝜆1 ≠ 𝜆𝜆3 , nous avons deux
fonctions propres |𝜓𝜓1 〉, |𝜓𝜓2 〉 associées à la même valeur propre 𝜆𝜆1 , on dit que la valeur propre 𝜆𝜆1 est
dégénérée 2 fois.
- La dégénérescence peut aussi être appliquée au bra.

VIII.4. Equation caractéristique d'un opérateur:


Soit un opérateur 𝐴𝐴 tel que : 𝐴𝐴|𝜓𝜓〉 = 𝜆𝜆|𝜓𝜓〉 (86)
|𝜓𝜓〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 ⇒ 𝐴𝐴|𝜓𝜓〉 = 𝜆𝜆 (∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉) (87)
D'un autre côté: 𝐴𝐴|𝜓𝜓〉 = 𝐴𝐴 ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 𝐴𝐴|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 (88)
En multipliant les deux équations (87) et (88) par le bra 〈𝑢𝑢𝑗𝑗 �:
(87) ⇒ 𝜆𝜆 �∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 �𝑢𝑢𝑗𝑗 �𝑢𝑢𝑖𝑖 �� = 𝜆𝜆 ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 𝛿𝛿𝑗𝑗𝑗𝑗 (89)

(88) ⇒ ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 〈𝑢𝑢𝑗𝑗 �𝐴𝐴|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 𝐴𝐴𝑗𝑗𝑗𝑗 (90)


Les équations (89) et (90) sont équivalentes (89)=(90), il s'en suit que:

10
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

𝜆𝜆 ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 𝛿𝛿𝑗𝑗𝑗𝑗 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 𝐴𝐴𝑗𝑗𝑗𝑗 ⇒ ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 (𝐴𝐴𝑗𝑗𝑗𝑗 − 𝜆𝜆 𝛿𝛿𝑗𝑗𝑗𝑗 ) = 0 (91)
On est en présence d'un système linéaire à n inconnues, il aura pour solution (autre que 𝑎𝑎𝑖𝑖 = 0):
𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷(𝐴𝐴 − 𝜆𝜆𝟏𝟏) = 0 (92)
Où 1 est la matrice identité.
C'est l'équation caractéristique de l'opérateur 𝐴𝐴 dont les solutions sont les valeurs propres 𝜆𝜆.
Application:
Soit A un opérateur agissant dans un espace à deux dimensions. Sa représentation dans une base
{|𝜑𝜑1 〉, |𝜑𝜑2 〉} est la matrice 𝑀𝑀:
2 1
𝑀𝑀 = � �
1 2
- Calculer les valeurs propres de 𝑀𝑀. Déterminer un jeu de kets propres {|𝜓𝜓1 〉, |𝜓𝜓2 〉} orthonormé.

VIII.5. Opérateur projecteur:


Soit |𝜓𝜓〉 appartenant à 𝜀𝜀 tel que ⟨𝜓𝜓|𝜓𝜓⟩ = 𝟏𝟏. 〈𝜓𝜓| de 𝜀𝜀 ∗ . et:
|𝜓𝜓〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 = 𝑎𝑎1 |𝑢𝑢1 〉 + 𝑎𝑎2 |𝑢𝑢2 〉 + ⋯ 𝑎𝑎𝑛𝑛 |𝑢𝑢𝑛𝑛 〉 (93)
Les coefficients 𝑎𝑎𝑖𝑖 sont les composantes de |𝜓𝜓〉 sur la base des {|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉}𝑖𝑖=1,..,𝑛𝑛 . Pour calculer ces
composantes, on utilise l'opérateur de projection, Pi:
𝑃𝑃𝑖𝑖 = |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 〈𝑢𝑢𝑖𝑖 | (94)
La composante 𝑎𝑎𝑖𝑖 est donc calculée comme suit:
𝑃𝑃𝑖𝑖 |𝜓𝜓〉 = |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 〈𝑢𝑢𝑖𝑖 |�∑𝑛𝑛𝑗𝑗=1 𝑎𝑎𝑗𝑗 �𝑢𝑢𝑗𝑗 〉� (95)
⇒ 𝑃𝑃𝑖𝑖 |𝜓𝜓〉 = 𝑎𝑎1 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 〈𝑢𝑢𝑖𝑖 |𝑢𝑢1 〉 + 𝑎𝑎2 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 〈𝑢𝑢𝑖𝑖 |𝑢𝑢2 〉 + ⋯ . 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 〈𝑢𝑢𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 + ⋯ 𝑎𝑎𝑛𝑛 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 〈𝑢𝑢𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑛𝑛 〉 (96)
Donc: 𝑃𝑃𝑖𝑖 |𝜓𝜓〉 = 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 (97)
Si l'on additionne tous les opérateurs projections, on doit retrouver toutes les composantes du
vecteur |𝜓𝜓〉:
∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑃𝑃𝑖𝑖 |𝜓𝜓〉 = ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑎𝑎𝑖𝑖 |𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 = |𝜓𝜓〉 (98)
Donc: ∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1 𝑃𝑃𝑖𝑖 = 𝟏𝟏 (99)
1 est l'opérateur unité (matrice identité). La relation (99) est la relation de fermeture:
∑𝑛𝑛𝑖𝑖=1|𝑢𝑢𝑖𝑖 〉 〈𝑢𝑢𝑖𝑖 | = 𝟏𝟏 (100)

IX. Produit tensoriel:


IX.1. Définition:
Considérons deux systèmes quantiques:
- Le premier système est défini dans l’espace d'Hilbert 𝜀𝜀𝑛𝑛 , de base {|𝑢𝑢𝑛𝑛 (1)〉} de dimensions n. L'état
de ce système est représenté par le vecteur d'état |𝜑𝜑𝑛𝑛 (1)〉.

11
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

- Le second système est défini dans l’espace d'Hilbert 𝜀𝜀𝑚𝑚 , de base {|𝑣𝑣𝑚𝑚 (2)〉} de dimensions m.
L'état de ce système est représenté par le vecteur d'état |𝜒𝜒𝑚𝑚 (2)〉.
On construit, alors, un vecteur produit tensoriel:
|𝛹𝛹 〉 = |𝜑𝜑𝑛𝑛 (1)〉⨂|𝜒𝜒𝑚𝑚 (2)〉 (101)
décrivant l'état du système complet dans l'espace produit tensoriel 𝜀𝜀𝑛𝑛𝑛𝑛 = 𝜀𝜀𝑛𝑛 ⨂𝜀𝜀𝑚𝑚 , dont les
dimensions sont (n.m). L'ensemble des vecteurs {|𝑢𝑢𝑛𝑛 (1)〉⨂|𝑣𝑣𝑚𝑚 (2)〉} constitue la base de cet espace.
Le signe ⨂ nous permet ainsi de regrouper deux vecteurs d'états de deux systèmes se trouvant
dans deux espaces distincts.

IX.2. Caractéristiques du produit tensoriel:


Considérons les vecteurs �𝜑𝜑(1) 〉, �𝜂𝜂(1) 〉, �𝜓𝜓(2) 〉et �𝜒𝜒(2) 〉, dont les indices sont relatifs aux espaces
vectoriels (1) et (2). Le produit tensoriel de deux vecteurs appartenant à deux espaces distincts est:
• Distributif par rapport à la somme des vecteurs:
�𝜑𝜑(1)〉⨂��𝜒𝜒(2) 〉 +�𝜓𝜓(2) 〉� = �𝜑𝜑(1) 〉⨂�𝜒𝜒(2) 〉 +�𝜑𝜑(1) 〉⨂�𝜓𝜓(2) 〉 (102)

��𝜑𝜑(1) 〉 + �𝜂𝜂(1) 〉�⨂�𝜒𝜒(2)〉 = �𝜑𝜑(1)〉⨂�𝜒𝜒(2) 〉 + �𝜑𝜑(1) 〉⨂�𝜒𝜒(2) 〉 (103)

• Associatif :
Soit une constante 𝜆𝜆: �𝜆𝜆�𝜑𝜑(1) 〉�⨂�𝜒𝜒(2) 〉 = 𝜆𝜆��𝜑𝜑(1) 〉⨂�𝜒𝜒(2)〉� (104)

De même: �𝜑𝜑(1)〉⨂�𝜆𝜆�𝜒𝜒(2) 〉� = 𝜆𝜆��𝜑𝜑(1) 〉⨂�𝜒𝜒(2)〉� (105)

IX.3. Produit scalaire:


Soient les produits scalaires ⟨𝜓𝜓𝑘𝑘 |𝜓𝜓𝑖𝑖 ⟩ et �𝜑𝜑𝑙𝑙 �𝜒𝜒𝑗𝑗 �, définis respectivement dans les espaces (1) et
(2). soient |𝜁𝜁𝑘𝑘𝑘𝑘 〉 = |𝜓𝜓𝑘𝑘 〉⨂|𝜑𝜑𝑙𝑙 〉 et �𝜁𝜁𝑖𝑖𝑖𝑖 〉 = |𝜓𝜓𝑖𝑖 〉⨂�𝜒𝜒𝑗𝑗 〉 des vecteurs de l'espace produit tensoriel
𝜀𝜀𝑛𝑛 ⨂𝜀𝜀𝑚𝑚 .
Par définition, le produit scalaire dans l'espace 𝜀𝜀𝑛𝑛 ⨂𝜀𝜀𝑚𝑚 est le nombre:
�𝜁𝜁𝑘𝑘𝑘𝑘 �𝜁𝜁𝑖𝑖𝑖𝑖 � = �(|𝜓𝜓𝑘𝑘 〉⨂|𝜑𝜑𝑙𝑙 〉)��|𝜓𝜓𝑖𝑖 〉⨂�𝜒𝜒𝑗𝑗 〉�� = ⟨𝜓𝜓𝑘𝑘 |𝜓𝜓𝑖𝑖 ⟩�𝜑𝜑𝑙𝑙 �𝜒𝜒𝑗𝑗 � (106)

IX.4. Produit tensoriel d'opérateurs:


Soient deux opérateurs linéaires A et B agissant respectivement dans 𝜀𝜀𝑛𝑛 et 𝜀𝜀𝑚𝑚 . Par définition,
l'opérateur 𝐶𝐶 = 𝐴𝐴⨂𝐵𝐵 est l'opérateur qui, agissant sur un vecteur |𝜑𝜑𝑛𝑛 (1)〉⨂|𝜒𝜒𝑚𝑚 (2)〉 dans l'espace
𝜀𝜀𝑛𝑛𝑛𝑛 = 𝜀𝜀𝑛𝑛 ⨂𝜀𝜀𝑚𝑚 , donne le vecteur:
𝐶𝐶 [|𝜑𝜑𝑛𝑛 (1)〉⨂|𝜒𝜒𝑚𝑚 (2)〉] = (𝐴𝐴⨂𝐵𝐵)[|𝜑𝜑𝑛𝑛 (1)〉⨂|𝜒𝜒𝑚𝑚 (2)〉] = (𝐴𝐴|𝜑𝜑𝑛𝑛 (1)〉)⨂(𝐵𝐵|𝜒𝜒𝑚𝑚 (2)〉) (107)
𝐶𝐶 = 𝐴𝐴⨂𝐵𝐵 est l'opérateur produit tensoriel des opérateurs 𝐴𝐴 et 𝐵𝐵.
 Exemples de domaines d'application du produit tensoriel:
1- État quantique d'une particule dans un espace bidimensionnel :Il est décrit dans l'espace
𝜀𝜀𝑟𝑟⃗ = 𝜀𝜀𝑥𝑥 ⊗ 𝜀𝜀𝑦𝑦 . L'état décrivant la particule en 𝑟𝑟⃗ est:
|𝑟𝑟⃗〉 = |𝑥𝑥 〉 ⊗ |𝑦𝑦〉 (108)
12
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

|𝑟𝑟⃗〉 est le vecteur le la base de l'espace 𝜀𝜀𝑟𝑟⃗ .


L'opérateur position 𝑟𝑟⃗ regroupe deux opérateurs position agissant dans chacun des espaces.

𝑟𝑟⃗̂ = 𝑢𝑢
�⃗𝑥𝑥 𝑥𝑥�⨂1𝑦𝑦 + 𝑢𝑢
�⃗𝑦𝑦 𝑦𝑦�⨂1𝑥𝑥 (109)
Par la suite, on omettra les opérateurs identités, et on écrira plus simplement:

𝑟𝑟⃗̂ = 𝑢𝑢
�⃗𝑥𝑥 𝑥𝑥� + 𝑢𝑢
�⃗𝑦𝑦 𝑦𝑦� (110)
2- État à plusieurs particules: Soit 𝜀𝜀1 le sous-espace de Hilbert pour la particule 1, et 𝜀𝜀2 celui pour
la particule 2. Les états à deux particules sont des produits tensoriels:
|𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃 1: 𝜙𝜙〉⨂|𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃 2: 𝜒𝜒〉 (111)
Ou des combinaisons linéaires de ces états.
3- Degrés de liberté internes: Certaines particules possèdent des degrés de libertés internes, comme
le Spin. L'état de la particule dans l'espace physique est décrit par un vecteur |𝜓𝜓〉 de 𝜀𝜀𝑟𝑟⃗ et l'état dans
l'espace interne par un autre vecteur |𝜒𝜒〉 de 𝜀𝜀𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 . L'espace des états est 𝜀𝜀𝑟𝑟⃗ ⊗ 𝜀𝜀𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 .

X. Ensemble Complet d'Observables qui Commutent (E.C.O.C):


X.1. Observables:
L'ensemble des kets propres de 𝐴𝐴 (relatifs à une valeur propre donnée 𝜆𝜆𝑛𝑛 ) forme un espace
vectoriel que l'on appelle sous-espace relatif à la valeur propre 𝑎𝑎𝑛𝑛 (Pour une seule valeurs propre
correspond plusieurs kets propre), sa dimension est 𝑔𝑔𝑛𝑛 .
Exemple: pour une valeur propre dégénérée 2 fois, il existe un sous-espace vectoriel de
dimension 2 construit par les deux vecteurs propres relatifs à la même valeur propre:
𝐴𝐴�𝜓𝜓𝑛𝑛𝑖𝑖 〉 = 𝑎𝑎𝑛𝑛 �𝜓𝜓𝑛𝑛𝑖𝑖 〉 où i=1,2, ... 𝑔𝑔𝑛𝑛 (112)
S'il existe, par exemple, trois fonctions propres relatives a deux valeurs propres, la valeur propre
an est dégénérée 2 fois:
𝐴𝐴|𝜓𝜓11 〉 = 𝑎𝑎1 |𝜓𝜓11 〉 Deux vecteurs propres différents relatifs à la même valeur propre 𝑎𝑎1 , ces deux
� fonctions forment une base dans le sous-espace vectoriel, construit par ces
𝐴𝐴|𝜓𝜓12 〉 = 𝑎𝑎1 |𝜓𝜓12 〉
deux vecteurs propres.
𝐴𝐴|𝜓𝜓2 〉 = 𝑎𝑎2 |𝜓𝜓2 〉

Une observable est un opérateur Hermitique dont le système de vecteurs propres forme une base
orthonormée complète dans l'espace des états:
𝐴𝐴�𝑢𝑢𝑛𝑛𝑖𝑖 〉 = 𝑎𝑎𝑛𝑛 �𝑢𝑢𝑛𝑛𝑖𝑖 〉 où i=1,2, ... 𝑔𝑔𝑛𝑛 (113)

On a: �𝑢𝑢𝑛𝑛𝑖𝑖 �𝑢𝑢𝑚𝑚
𝑖𝑖 �
= 𝛿𝛿𝑛𝑛𝑛𝑛 , où i=1,2, ... 𝑔𝑔𝑛𝑛 (114)

A l'intérieur du sous-espace de 𝑎𝑎𝑛𝑛 (qu'on notera 𝜉𝜉𝑛𝑛 ), on peu choisir les �𝑢𝑢𝑛𝑛𝑖𝑖 〉 tel que:

1. L'orthonormalisation: �𝑢𝑢𝑛𝑛𝑖𝑖 �𝑢𝑢𝑛𝑛𝑗𝑗 � = 𝛿𝛿𝑖𝑖𝑖𝑖 (115)


𝑗𝑗
D'où: �𝑢𝑢𝑛𝑛𝑖𝑖 �𝑢𝑢𝑚𝑚 � = 𝛿𝛿𝑖𝑖𝑖𝑖 ∙ 𝛿𝛿𝑛𝑛𝑛𝑛 (116)

2. La fermeture: L'ensemble des �𝑢𝑢𝑛𝑛𝑖𝑖 〉 est complet:


13
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

ɡ
∑𝑛𝑛 ∑𝑖𝑖=1
𝑛𝑛
�𝑢𝑢𝑛𝑛𝑖𝑖 〉 〈𝑢𝑢𝑛𝑛𝑖𝑖 � = 𝟏𝟏 (117)

Soit Pn un projecteur sur le sous-espace:


ɡ
𝑃𝑃𝑛𝑛 = ∑𝑖𝑖=1
𝑛𝑛
�𝑢𝑢𝑛𝑛𝑖𝑖 〉 〈𝑢𝑢𝑛𝑛𝑖𝑖 � (118)

Et: ∑ 𝑃𝑃𝑛𝑛 = 𝟏𝟏 (Relation de fermeture) (119)


Exemples:
L'opérateur position est une observable: 𝑥𝑥� |𝜓𝜓〉 = 𝑥𝑥 |𝜓𝜓〉.
L'opérateur impulsion est aussi une observable: 𝑝𝑝̂ |𝜓𝜓〉 = 𝑝𝑝|𝜓𝜓〉.

X.2. Fonctions d'observables:


Soit 𝐴𝐴|𝜓𝜓〉 = 𝑎𝑎|𝜓𝜓〉 , 𝐴𝐴 est une observable. Toute fonction 𝑓𝑓(𝑎𝑎) des valeurs propres a d'une
observable 𝐴𝐴 permet de définir un opérateur linéaire fonction de cette observable:
𝑓𝑓(𝐴𝐴)|𝜓𝜓〉 = 𝑓𝑓(𝑎𝑎)|𝜓𝜓〉 (120)
 Remarques:
- Si 𝑓𝑓 est une fonction polynôme, cette définition coïncide avec celle que l'on obtient par application
des règles de l'algèbre des opérateurs.
- Tout vecteur propre de A est vecteur propre de 𝑓𝑓(𝐴𝐴).
- Cas de dégénérescence : les vecteurs propres de A relatifs à une même valeur propre a sont aussi
vecteurs propres de 𝑓𝑓(𝐴𝐴) avec la même valeur propre 𝑓𝑓(𝑎𝑎).
Application 1:
Soit l'opérateur 𝐴𝐴𝑛𝑛 obtenu par n applications successives de l'opérateur A sur lui même et soit
|𝜓𝜓〉 une ket propre de A associé à la valeur propre a, on définit alors la fonction d'opérateur:
𝐹𝐹 (𝐴𝐴) = ∑𝑛𝑛 𝑐𝑐𝑛𝑛 𝐴𝐴𝑛𝑛 (Développement de Taylor)
1- Déterminer la valeur propre de l'opérateur 𝐴𝐴𝑛𝑛 .
2- En déduire la valeur propre de l'opérateur 𝐹𝐹 (𝐴𝐴).
Application 2:
Démontrer en utilisant le développement de Taylor de la fonction exponentielle que :
𝑑𝑑
𝑒𝑒 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝑒𝑒 𝐴𝐴𝐴𝐴
𝑑𝑑𝑑𝑑

X.3. Réalisations {|𝐱𝐱〉} et {|𝐩𝐩〉}:


Dans cette représentation, la base {|𝑥𝑥 〉} est formée par les vecteurs propres de l'observable 𝑥𝑥�. Les
vecteurs de base vérifient les relations suivantes:
𝑥𝑥� |𝑥𝑥 〉 = 𝑥𝑥 |𝑥𝑥 〉 (121)
1. L'orthonormalisation: ⟨𝑥𝑥′|𝑥𝑥 ⟩ = 𝛿𝛿(𝑥𝑥 ′ − 𝑥𝑥) (122)
2. La relation de fermeture: ∫ 𝑑𝑑𝑑𝑑 |𝑥𝑥 〉〈𝑥𝑥 | = 𝟏𝟏 (123)

14
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

Utilisons la relation de fermeture pour écrire le développement d'un vecteur d'état |𝜓𝜓〉:
|𝜓𝜓〉 = 𝟏𝟏 ∙ |𝜓𝜓〉 = ∫ 𝑑𝑑𝑑𝑑 |𝑥𝑥 〉⟨𝑥𝑥 |𝜓𝜓⟩ (124)
Le terme ⟨𝑥𝑥 |𝜓𝜓⟩ correspond à la fonction d'onde dans l'espace des coordonnées:
⟨𝑥𝑥|𝜓𝜓⟩ = 𝜓𝜓(𝑥𝑥)= (125)
En Introduisant la relation de fermeture une autre fois dans (125) :
𝜓𝜓(𝑥𝑥 ) = ⟨𝑥𝑥 |𝜓𝜓⟩ = 〈𝑥𝑥 |(∫ 𝑑𝑑𝑑𝑑′ |𝑥𝑥′〉〈𝑥𝑥′|)|𝜓𝜓〉 = ∫ 𝑑𝑑𝑑𝑑′ 〈𝑥𝑥|𝑥𝑥′〉〈𝑥𝑥′|𝜓𝜓〉 (126)
D’après (122), (126) devient : 𝜓𝜓(𝑥𝑥 ) = ∫ 𝛿𝛿(𝑥𝑥 ′ − 𝑥𝑥) 𝜓𝜓(𝑥𝑥′)𝑑𝑑𝑑𝑑′ (127)
La relation ⟨𝑥𝑥 |𝜓𝜓⟩ a le sens de "l'amplitude de probabilité pour qu'étant dans l'état |𝜓𝜓〉, le
système soit observé dans l'état |𝑥𝑥 〉", ou bien: la projection de l'état |𝜓𝜓〉 sur le vecteur de base |𝑥𝑥 〉
donne la valeur de la fonction d'onde au point 𝑥𝑥.
Nous multiplions l'équation (124) à gauche par 〈𝑝𝑝|:
⟨𝑝𝑝|𝜓𝜓⟩ = ∫ 𝑑𝑑𝑑𝑑 ⟨𝑝𝑝|𝑥𝑥 ⟩ ⟨𝑥𝑥 |𝜓𝜓⟩ (128)
Par analogie: ⟨𝑝𝑝|𝜓𝜓⟩ = 𝜓𝜓(𝑝𝑝) (129)
est la fonction d'onde dans l'espace des impulsions "l'amplitude de probabilité pour qu'état dans
l'état |𝜓𝜓〉, le système soit observé dans l'état |𝑝𝑝〉".
Nous pouvons réécrire (128) comme suit:
𝜓𝜓(𝑝𝑝) = ∫ 𝑑𝑑𝑑𝑑 ⟨𝑝𝑝|𝑥𝑥 ⟩ 𝜓𝜓(𝑥𝑥) (130)
Qui est la transformée de fourrier de la fonction d'onde, du domaine des positions vers celui des
impulsions. Par analogie avec les relations (148), (149) et (150) du chapitre précédent:
𝑝𝑝
1
𝜓𝜓(𝑝𝑝) = ∫ 𝑑𝑑𝑑𝑑 𝑒𝑒 −𝑖𝑖 ℏ 𝑥𝑥 𝜓𝜓(𝑥𝑥 ) (131)
√2𝜋𝜋ℏ
𝑝𝑝
1
Où ⟨𝑝𝑝|𝑥𝑥⟩ = 𝑒𝑒 −𝑖𝑖 ℏ 𝑥𝑥 (132)
√2𝜋𝜋ℏ
𝑝𝑝
1
⟨𝑥𝑥|𝑝𝑝⟩ = 𝑒𝑒 𝑖𝑖 ℏ 𝑥𝑥 (133) est l'expression de l'onde plane dans la notation de Dirac.
√2𝜋𝜋ℏ

X.4. Observables qui commutent:


Considérons deux observables 𝐴𝐴 et 𝐵𝐵 et supposons que le spectre des valeurs propres est discret
et qu'elles possèdent une fonction propre commune |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉.
𝐴𝐴|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = 𝑎𝑎𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 (134)
𝐴𝐴|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = 𝑏𝑏𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉
Pour que ces deux équations soient vérifiées simultanément, une condition s'impose :
(𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐵𝐵𝐵𝐵)|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = [𝐴𝐴, 𝐵𝐵]|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = 0|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = 0 (135)
C'est-à-dire que le commutateur [A,B] a |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 comme vecteur propre, correspondant à une valeur
propre nulle. En effet :
𝐴𝐴𝐴𝐴|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = 𝐴𝐴(𝐵𝐵|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉)

15
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

= 𝐴𝐴(𝑏𝑏𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉)
= 𝑏𝑏𝑛𝑛 (𝐴𝐴|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉)
= 𝑏𝑏𝑛𝑛 𝑎𝑎𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 (136)

D'un autre côté: 𝐵𝐵𝐵𝐵|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = 𝐵𝐵(𝐴𝐴|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉)


= 𝐵𝐵(𝑎𝑎𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉)
= 𝑎𝑎𝑛𝑛 (𝐵𝐵|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉)
= 𝑎𝑎𝑛𝑛 𝑏𝑏𝑛𝑛 |𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 (137)
Donc: (𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐵𝐵𝐵𝐵)|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = 0|𝜓𝜓𝑛𝑛 〉 = 0 (138)

D'une manière générale, on a le théorème suivant : Si deux observables commutent, elles


possèdent un système de base commun, et réciproquement.
 Rappel:
Un système de base d'une observable donnée est tout système orthonormé complet de vecteurs
propres de cette observable.

 Signification physique des "observables qui commentent":


Les variables dynamiques représentées par ces deux observables qui commutent peuvent être
définies de façon précise simultanément: Ce sont des variables compatibles (ou variables
simultanément mesurables).
Exemple: 𝑥𝑥� et 𝑝𝑝̂ 𝑥𝑥 ne sont pas compatibles car [𝑥𝑥�, 𝑝𝑝̂ 𝑥𝑥 ] = 𝑖𝑖ℏ.
 Théorème 1:
Soient |𝜓𝜓1 〉 et |𝜓𝜓2 〉 deux vecteurs propres de 𝐴𝐴 tel que:
𝐴𝐴|𝜓𝜓1 〉 = 𝑎𝑎1 |𝜓𝜓1 〉 (139)
𝐴𝐴|𝜓𝜓2 〉 = 𝑎𝑎2 |𝜓𝜓2 〉 avec 𝑎𝑎1 ≠ 𝑎𝑎2 (140)
Si [𝐴𝐴, 𝐵𝐵] = 0, alors: ⟨𝜓𝜓2 |𝐵𝐵|𝜓𝜓1 ⟩ = 0 (141)
En effet, calculons:
⟨𝜓𝜓2 |[𝐴𝐴, 𝐵𝐵]|𝜓𝜓1 ⟩ = 0 = ⟨𝜓𝜓2 |𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐵𝐵𝐵𝐵|𝜓𝜓1 ⟩ (142)
= ⟨𝜓𝜓2 |𝑎𝑎2 𝐵𝐵 − 𝐵𝐵𝑎𝑎1 |𝜓𝜓1 ⟩ (143)
= 𝑎𝑎2 ⟨𝜓𝜓2 |𝐵𝐵|𝜓𝜓1 ⟩ − 𝑎𝑎1 ⟨𝜓𝜓2 |𝐵𝐵|𝜓𝜓1 ⟩ (144)
= (𝑎𝑎2 − 𝑎𝑎1 )⟨𝜓𝜓2 |𝐵𝐵|𝜓𝜓1 ⟩ (145)
Et puisque 𝑎𝑎1 ≠ 𝑎𝑎2 donc: ⟨𝜓𝜓2 |𝐵𝐵|𝜓𝜓1 ⟩ = 0 (146)

 Théorème 2:
Si �𝜓𝜓𝑛𝑛𝑖𝑖 〉 est vecteur propre de A avec la valeur propre 𝑎𝑎𝑛𝑛 , alors 𝐵𝐵�𝜓𝜓𝑛𝑛𝑖𝑖 〉 est aussi vecteur propre de
𝐴𝐴 dans le cas où [𝐴𝐴, 𝐵𝐵] = 0.

16
Formalisme mathématique de la mécanique quantique: Notation de Dirac

Le sous espace 𝜉𝜉𝑛𝑛 est invariant sous l'effet de B, 𝜉𝜉𝑛𝑛 est l'espace de dégénérescence de 𝑎𝑎𝑛𝑛 .
En effet:
[𝐴𝐴, 𝐵𝐵]�𝜓𝜓𝑛𝑛𝑖𝑖 〉 = 0 car 𝐴𝐴 et 𝐵𝐵 commutent. (147)

𝐴𝐴�𝐵𝐵�𝜓𝜓𝑛𝑛𝑖𝑖 〉� − 𝐵𝐵�𝐴𝐴�𝜓𝜓𝑛𝑛𝑖𝑖 〉� = 0 (148)

Donc: 𝐴𝐴�𝐵𝐵�𝜓𝜓𝑛𝑛𝑖𝑖 〉� = 𝑎𝑎𝑛𝑛 �𝐵𝐵�𝜓𝜓𝑛𝑛𝑖𝑖 〉� (149)

X.5. Ensemble Complet d'Observable qui Commutent (E.C.O.C):


On dit qu'un ensemble 𝐴𝐴, 𝐵𝐵, 𝐶𝐶… d'observables forme un E.C.O.C si :
1- Les observables commutent toutes deux à deux:
[𝐴𝐴, 𝐵𝐵] = [𝐴𝐴, 𝐶𝐶 ] = [𝐵𝐵, 𝐶𝐶 ] = ⋯ = 0 (150)
2- Si leurs système de base commun est définit de façon unique: A chaque ensemble de valeurs
propres a, b, c… d'observables (𝐴𝐴, 𝐵𝐵, 𝐶𝐶…), correspond un et un seul vecteur propre commun (à
un facteur de phase près).

Ce vecteur propre peut être regardé comme fonction des valeurs propres a, b, c…; Il est parfois
noté |𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎. .〉, ou encore |𝜓𝜓𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎 .. 〉, nous aurons donc:
𝐴𝐴|𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎. .〉 = 𝑎𝑎|𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎. .〉
𝐵𝐵|𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎. .〉 = 𝑏𝑏|𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎. .〉 (151)
𝐶𝐶 |𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎. .〉 = 𝑐𝑐 |𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎. .〉

17

Vous aimerez peut-être aussi