Vous êtes sur la page 1sur 11

V Séparateur électrostatique

V.1 Classe de procédé


Tri électrostatique

V.2 bjectif :
Séparation par matière.

Principe physico-chimique de discrimination :


Séparation des objets suivant leur comportement différencié dans un champ de
potentiel électrique.

V.4Types de déchets ou de flux traités :


Sous forme de résidus de broyage : plastiques, papiers, métaux : DEEE (câbles
électriques, claviers,…), emballages (bouteilles, …), RB(A) (tableaux de bord,
phares, pneus, …), DIB, papiers.

V.5 Séparations types:


PVC/PE, PVC/PET, PP/PE, PVC/caoutchouc, PS/PP, PVC/ABS, ABS/HIPS,
PC/ABS, PPMA/ABS, papiers/films plastiques, papiers/papiers, tétrabrik/plastiques,
métaux/non-métaux (cuivre des câbles, aluminium/plastiques).

V.6 Principe de Fonctionnement :


La matière à recycler est versée en continu, après broyage, sur un tambour
rotatif (ou plus récemment sur une courroie transporteuse).
Les particules subissent une mise en charge entraînant l’apparition de charges
positives ou négatives par transfert d’électrons.
Les phénomènes d’attraction / répulsion électrostatique de ces particules
chargées permettent la séparation. On utilise en particulier la plus ou moins grande
rapidité que met la matière à prendre ou à perdre des charges superficielles
statiques.
Il existe deux modes de chargement :
• le bombardement ionique ou charge Corona sous haute tension ;
• la charge triboélectrique
Dans le cas du bombardement ionique (cas par exemple du séparateur Hamos
KWS), la matière est soumise à l’action d’un champ électrique (15000 – 30000
V) qui charge chaque particule. Les matériaux conducteurs (métaux) perdent leur
charge très rapidement et tombent par gravité hors du tambour. Au contraire, les
matériaux non conducteurs perdent leur charge très lentement, adhèrent au
tambour et suivent sa rotation.
flux entrant
Electrode Haute Tension

Non-
conducteurs Conducteurs
Schéma N°5: Séparation électrostatique par charge Corona sous haute
tension

V.7 Nature du flux entrant :


Idéalement, le flux entrant est un mélange de deux matériaux :
• plastiques / plastiques ;
• câbles broyés ;
• matériaux conducteurs / matériaux non conducteurs pour le séparateur Corona.

La matière doit :
• avoir une granulométrie fine : particules de 0,1 à 6 mm pour le séparateur Hamos
KWS, 2 à 4 mm pour le procédé MBA Polymers et 2 à 10 mm pour le séparateur

Hamos EKS (DC) ;


• être sèche et propre.

Dans certains cas de séparation par charge Corona, il peut être utile de chauffer le
produit, de le sécher ou de le rendre plus conducteur.

V.8 Nature des fractions sortantes :


Le séparateur électrostatique permet d’obtenir deux ou trois fractions :
• la première est composée des métaux ;
• la deuxième des matériaux non conducteurs ;
• la troisième des éventuels produits intermédiaires (mélange de conducteurs
et de non

Points forts :
La séparation électrostatique est un procédé à sec, sans aucun additif. La séparation
électrostatique est une technologie éprouvée.
Entièrement automatique, le procédé est continu.
Le séparateur électrostatique permet d’obtenir des fractions d’une grande pureté.
La consommation d’énergie est faible (moins de 7,5 kW pour le modèle de séparateur
KWS le plus complet et le plus puissant) .
Les réglages ou la maintenance en cas de changement de flux de déchets entrants
se fait sans problème : facilité d’emploi.
Points faibles :
Cette technique requiert des étapes importantes de préparation (broyage, séchage,
dépoussiérage). La séparation électrostatique HDPE/PP n’est pas encore une réalité.

VI Broyage différentiel

VI.1 Classe de procédé :


Fragmentation.

VI.2 Objectif :
Différenciation des objets par matière.

VI.3 Principe physico-chimique de discrimination :


Différenciation des objets suivant leur comportement mécanique au broyage mettant en
jeu l’élasticité, la tenue au choc et la résistance de chaque matériau.

VI.4 Types de déchets ou de flux traités :


Mono-matériaux (verre, céramiques), composites plastiques / métaux non ferreux (pièces
de réfrigérateur, fenêtre, aluminium recouvert de film PP ou PE, emballages-coques en
PVC métallisés), moquettes issus de DIB, RB(A) et DEEE.

VI.5 Séparations types :


Thermoplastiques / thermodurcissables, matériaux {durs, fragiles} / matériaux
élastiques, métaux / RB(A), ABS / PVC, caoutchouc / nylon 6.

VI.6 Principe de Fonctionnement :


La fragmentation différentielle (ou sélective) opère d’une façon telle qu’un certain élément
de l’alimentation est fragmenté de préférence aux autres. Elle se définit comme
l’ensemble des opérations (compression, cisaillement, impact, torsion, flexion,
délaminage ou encore attrition) ayant
pour but de réaliser la division d’un flux entrant de déchets solides en fragments dont la
taille, la forme et la structure dépendent directement des propriétés mécaniques des
matériaux constituant ce flux : dureté, élasticité, etc … En sortie, on obtient une
fraction en mélange de particules ayant des morphologies différentes suivant leur
matériau. Cette fraction subira ensuite une opération de tri granulométrique ou
densimétrique.
Les machines par compression touchent principalement les matériaux durs, compacts et
abrasifs. Les machines par percussion agissent principalement sur les matériaux durs ou
semi-durs, compacts ou friables mais peu abrasifs. Enfin, les machines par tranchage
provoquent l’éclatement ou le déchiquetage des matériaux tenaces, plastiques et fibreux.
Le procédé Result combine le délaminage centrifuge à la séparation par densité. Il
consiste à faire subir au flux entrant un broyage (12 à 20 mm) suivi d’une accélération
centrifuge (3500 G) au cours de laquelle il se désintègre par délaminage dû aux fortes
contraintes de cisaillement qu'il subit. Les différents éléments (métaux, plastiques et
minéraux) présent dans ce flux entrant sont isolés suivant leurs propriétés mécaniques :
les métaux se déforment et se rassemblent sous forme globulaire alors que les
matériaux synthétiques modifient rapidement leur structure, mais en gardant la même
taille : par exemple, le PE passe sous forme de flocons, le PS sous forme de chips, le
PVC sous forme de cube (plus volumineux), la cellulose sous forme effilochée. Les
éléments étant ainsi différenciés, ils peuvent être séparés suivant leur densité avec une
pureté élevée.
Le procédé Censor s’inspire également de ce principe : dans une centrifugeuse à
double cône, un liquide de densité intermédiaire à celles des fractions à séparer est
injecté dans la centrifugeuse avec les plastiques préalablement broyés : sous l’action de
la force centrifuge, il forme un anneau liquide
contre les parois. Le mélange de plastique subit une accélération de 1000 G et est
projeté contre cet anneau liquide. Le choc provoque la désintégration des particules
suivant leurs propriétés mécaniques. Le phénomène se produit en un temps très court et
avec une excellente sélectivité.

VI.7 Nature des flux


entrants :
Le broyage différentiel permet la fragmentation de tout mélange de déchets plastiques,
métalliques et minéraux. Il s’agit souvent de résidus de broyage.
Le procédé Result traite tout type de structures multi-
couches.

VI.8 Nature des fractions


sortantes :
Le broyage différentiel permet l’obtention d’une fraction en mélange de différents
matériaux, facilement séparables dans une étape ultérieure.
• les matériaux denses ;
• les matériaux peu denses.
VII Extracteur magnétique des métaux ferreux

VII.1 Classe de procédé :


Tri magnétique.
VII.2Objectif :
Séparation par matière.
VII.3Principe physico-chimique de discrimination :
Séparation des objets par attraction ou répulsion magnétique.
VII.4Types de déchets ou de flux traités :
RB(A), DEEE, DIB, emballages.

VII.5Séparations types :
métaux/non métaux.
VII.6 Principe de Fonctionnement :
L’extracteur magnétique est constitué d’un système magnétique fixe situé à l’intérieur
d’un châssis autour duquel tourne une bande d’évacuation.
Il existe deux technologies pour créer un champ magnétique :
• les séparateurs à aimants permanents ;
• les séparateurs électromagnétiques constitués d’une bobine qui ne génère
un champ magnétique que quand elle est parcourue par un courant.
Il existe trois types d’installation utilisable en centre de tri :
• l’overband : le système magnétique est fixe et suspendu à un châssis autour
duquel tourne une bande d’évacuation ; le châssis est placé au-dessus d’un
convoyeur. Sous l’effet de l’attraction magnétique, les produits ferreux situés sur
le convoyeur viennent se coller sur la bande ;
• le tambour magnétique :des plaques magnétiques forment une demi-
circonférence à l’intérieur d’un tambour tournant autour de son axe ; les produits
à trier tombent sur l’arête haute du tambour ; les corps magnétiques se collent et
ne sont lâchés qu’en partie basse, de façon diamétralement opposée,
correspondant au début de la demi-circonférence non magnétique ; les corps non
magnétiques suivent leur trajectoire normale due à la seule gravité ;
• la poulie magnétique : un cylindre monté sur un axe et contenu des aimants
permanents est utilisé comme poulie de tête d’un convoyeur, où les éléments
ferreux sont retenus et entraînés en dessous du convoyeur.
Les deux premiers peuvent être à aimant permanent ou électromagnétique ; le
troisième n’existe qu’avec aimant permanent.

VII.7Nature des flux entrants :


L’extraction magnétique permet d’extraire les métaux ferreux de tout type de flux en
contenant.

VII.8Nature des fractions sortantes :


L’extraction magnétique permet d’obtenir deux fractions :
• les métaux ferreux ;
• le reste.

Point faible :
L’overband ne permet pas d’obtenir des fractions respectant les référentiels qualité fixés
par Eco- Emballages : un sur-tri est nécessaire. L’extraction par poulie ou par
tambour magnétiques n’est satisfaisante que si un pré-tri soigné a été réalisé.
Le tambour magnétique se règle difficilement.

VIII Extraction des métaux non ferreux par


Courants de Foucault

VIII.1 Classe de procédé :


Tri magnétique.

VIII.2 Objectif :
Séparation par matière.
VIII.3 Principe physico-chimique de discrimination :
Extraction d’objets par répulsion par rapport à la source magnétique à l’action de
laquelle ils sont soumis.
VIII.4 Types de déchets ou de flux traités :
Flux contenant des métaux non ferreux : emballages, DIB, RB(A), DEEE.

VIII.5 Séparations types :


Métaux non ferreux ou objets contenant des métaux non ferreux (aluminium, cuivre,
plomb, laiton) / Reste du flux.
VIII.6 Principe de Fonctionnement :
Le principe des courants de Foucault est de générer des champs magnétiques répulsifs
pour les métaux non ferreux à l’aide de courants électriques eux-mêmes induits par un
champ magnétique
variable. Ces champs répulsifs provoquent l’éjection des métaux non ferreux.
Les dispositifs utilisés comportent un convoyeur qui entoure le système de génération
des courants de Foucault : une roue polaire, tambour abritant un rotor garni d'aimants
permanents à haut champ et à pôles magnétiques alternés. L’éjection des objets
contenant des métaux non ferreux est réalisée au niveau de cette roue.
La fraction « éjectée » des métaux non ferreux (aluminium souvent, mais aussi cuivre,
plomb et laiton) et la fraction des autres matériaux qui chute en bout de convoyeur
(métaux ferreux, papiers, cartons, plastiques, verres, …), sont dirigées vers deux
dispositifs de récupération distincts ; cette séparation peut être favorisée par l’utilisation
d’une plaque de division qui évite le mélange des deux fractions.

Schéma N°6:

VIII.7 Nature des flux entrants :


La séparation par Courants de Foucault peut être effectuée sur des objets « entiers
» (canettes aluminium), déchiquetés ou sur des produits broyés.
En théorie, un système utilisant les Courants de Foucault peut distinguer
simultanément un flux de métaux ferreux, un flux de métaux non ferreux et un flux de
matériaux sans propriétés magnétiques.
En pratique, de nombreux séparateurs à Courant de Foucault sont utilisés sur des
mélanges dont les métaux ferreux ont déjà été retirés par tri magnétique

VIII.8 Nature des fractions sortantes :


La nature des fractions sortantes dépend fortement du type de matériel utilisé et de la
nature des flux entrants.
Un matériel basique permet de recueillir deux fractions :
• l’un, issu du tri positif, est la fraction riche en métaux non ferreux (aluminium) ;
• l’autre est constitué de l’ensemble des autres matériaux.

Un certain nombre de matériels disponibles sur le marché propose la séparation de trois


fractions, qui sont :
• soit une fraction de métaux ferreux, une fraction de métaux non ferreux et une
fraction de matériaux non métalliques ;
• soit une fraction d’aluminium, une fraction de cuivre et plomb, et une fraction de
matériaux non métalliques ;
• soit une fraction d’emballages composites et aluminium souple, une fraction
d’aluminium rigide et un flux de matériaux non métalliques.
Points forts :
Ces séparateurs peuvent permettre de séparer plusieurs métaux non ferreux les uns des
autres. Pour cela, il faut en utiliser plusieurs en série.
L’extraction par Courant de Foucault n’est ni polluante, ni dangereuse.
L’utilisation de cette technique ne nécessite qu’une formation légère du personnel.
Presque tous les appareils commerciaux peuvent être pilotés soit
automatiquement soit manuellement.

Points faibles :
Les extracteurs à Courant de Foucault sont relativement onéreux (en moyenne entre
30 et 60 k€). Les extracteurs à Courant de Foucault nécessitent un réglage délicat.
L’effet d’éjection, qui repose essentiellement sur la répulsion électromagnétique,
est influencé également par la forme des objets. La « qualité » de cette éjection peut
donc être altérée dans certains cas.
Leur rentabilité n'est pas assurée en France sur des flux issus de collecte sélective qui
contiennent peu d'aluminium.

IX Séparateur triboélectrique

IX.1 Classe de procédé :


Tri électrostatique.

IX.2 Objectif :
Séparation par matière.

IX.3 Principe physico-chimique de discrimination :


Séparation des objets préalablement chargés par frottement en fonction de leur
comportement différencié dans un champ de potentiel électrique.

IX.4 Types de déchets ou de flux traités :


Plastiques/plastiques : emballages, DIB, DEEE, RB(A).
IX.5 Séparations types :
ABS/HIPS, PVC/caoutchouc, PE/PVC, PVC/EPDM/PE, PE/PP, PET/PVC, ABS/PMMA,
HDPE/PP, PS/PP, Résidus de broyage de câbles.

IX.6 Principe de Fonctionnement :


Un flux de particules plastiques broyées est introduit dans un tambour rotatif où
elles vont se charger par frottement les unes contre les autres.
La charge acquise par une particule dépend en signe et en grandeur de la nature
de son matériau. On peut classer tous les matériaux sur une échelle indiquant
leur tendance relative à se charger positivement ou négativement :

- +

Téflon PV PE PP PE PS

D'après cette échelle, si l'on frotte du polypropylène et du polystyrène, le polystyrène


se chargera positivement et le polypropylène négativement. Mais si l'on frotte du
polypropylène et du polychlorure de vinyle, le polypropylène se chargera
positivement.
Après avoir acquis une charge électrique, les particules tombent entre deux
électrodes verticales et vont être déviées dans leur chute car attirées par l’électrode
du signe opposé à leurs charges. Elles sont récupérées sous le séparateur dans des
conteneurs répartis entre les électrodes positive et négative.
Le choix du matériau du tube, contenant les électrodes et où ont lieu les séparations,
est fonction des matières à séparer et peut être soit en PVC, soit en PP, soit en acier
inox.
Tambour
rotatif
Flux entrant :Particules neutres
: Charges négatives
: Charges positives

Electrode
Electrode positive
négative

Schéma N°7
:
IX.7 Nature des flux entrants :
Idéalement, le flux entrant est un mélange de deux matériaux : plastiques/plastiques.

IX.8 Nature des fractions sortantes :


Le séparateur triboélectrique permet l’obtention de trois fractions au minimum :
• la première contient les matériaux chargés positivement ;
• la deuxième contient les matériaux chargés négativement ;
• la troisième, les matériaux neutres ;
• des flux intermédiaires peuvent aussi être récupérés. De moindre pureté, ils
pourront être recyclés.

Performances :

Les produits obtenus sont d’une grande pureté : elle peut être supérieure à 99.5% ). Les
capacités de traitement peuvent aller jusqu'à 2 tonnes/heure.

Points forts :
La séparation triboélectrique est un procédé à sec, sans aucun additif. La séparation
triboélectrique est une technologie éprouvée.Entièrement automatique, le procédé est
continu.
Le séparateur triboélectrique permet d’obtenir des fractions d’une grande pureté. La
consommation d’énergie est faible.
Les réglages ou la maintenance en cas de changement de flux de déchets entrants se
fait sans problème : faible main-d’œuvre requise et facilité d’emploi.
Le séparateur triboélectrique ne génère aucune émission.

Points faibles :
La séparation triboélectrique requiert des étapes importantes de préparation : broyage,
séchage, dépoussiérage, lavage.

Vous aimerez peut-être aussi