Vous êtes sur la page 1sur 9

Commentary

paper no. 72
6 mai 2020



COVID-19 &
Relations internationales :
Quelques leçons

T. Struye, S. Desplanque, M. Liégeois, K. Orinx, V. Rosoux, D. Vandamme, M.

Walschot et T. de Wilde
UCLouvain & UMons


repli identitaire caractérisées par un
Les crises internationales ne sont pas nationalisme fort et teintées de populisme.
nouvelles, pourtant celle du COVID-19 est Inquiétantes, ces mentalités de citadelles
riche d’enseignement. Les Chinois le savent assiégées qui ont gouverné la prise de
bien, la crise est danger mais également décision face à la pandémie confirment que
source d’opportunité (Wēi jī). Quelques les tensions entre les grandes puissances
chercheurs du CECRI identifient les américaine, russe, chinoise, deviennent la
principaux enseignements du coronavirus. fondation de la structuration de notre
ordre international. Absente, l’Europe n’a
Leçon 1. L’absence de leadership des pas su se démarquer malgré la valeur de
grandes puissances (T. Struye) solidarité européenne qui prétend
caractériser son évolution. L’exemple,
Où sont-elles ? Nous les cherchons, nous
plutôt que de venir des grandes puissances,
les attendons, nous les espérons. Les
est venu de petites et moyennes
grandes puissances, celles qui sont
puissances telles que la Nouvelle-Zélande,
supposées, dans un monde globalisé,
Taiwan, l’Australie, la Corée du Sud. Quelle
assurer le leadership international, notre
leçon en tirer ? La crise actuelle renforcera,
leadership, organiser la réponse aux crises,
plutôt qu’elle n’atténuera, les tensions
apporter de l’aide, montrer l’exemple.
entre les grands ; elle risque même
Depuis la crise financière de 2008, ce
d’accélérer les accrochages, les guerres par
leadership mondial vacille ; aujourd’hui, il
procuration, et in fine nous faire entrer
est tout à fait absent. Au lieu d’une
dans des guerres qui ne portent pas leur
coopération, nous assistons à une
nom.
compétition. Au lieu de la solidarité,
l’entraide, l’empathie même, la crise du
Covid-19 a marqué l’enracinement profond
des tendances de méfiance de l’autre et de
Leçon 2. Chine et ordre international (T. de socio-culturelle de la Chine n’équivaut pas
Wilde) à celle des démocraties occidentales.

Les crises internationales soudaines sont Leçon 3. L’UE, la persistance d’un grand
propices à toutes sortes de vaticinations malentendu (T. de Wilde)
sur les tournants qu’elles imprimeraient
sur l’ordre international. L’apparition du Et c’est reparti pour un tour de l’antienne
coronavirus n’a pas fait exception à cette désabusée : « mais que fait l’UE ? pourquoi
tendance. Il faut néanmoins se garder de «Bruxelles» n’en fait-elle pas davantage ? »
conclusions hâtives, susceptibles d’être La crise du coronavirus aurait provoqué un
démenties rapidement. Atteinte au cœur nouveau choc au sein d’une UE incapable
de son territoire, la Chine semblait en de concocter une réponse collective à la
difficulté : d’aucuns lui prédirent un pandémie et sidérée par l’absence de
« Tchernobyl », à savoir une catastrophe coordination des mesures prises par les
mal gérée étalant au grand jour l’impéritie Etats membres. Il faut donc le répéter :
des autorités et à terme un effondrement l’Union n’agit que dans le cadre de ses
du système à parti unique. Après la compétences et, surtout quand lesdites
manière spectaculairement efficace avec compétences ne sont pas exclusives, elle
laquelle Pékin a jugulé le virus, et son offre dépend de l’harmonisation inter-
de services à la planète entière confrontée gouvernementale des positions de ses
au même mal, d’autres commencent à Etats membres. Ni l’ensemble de la
évoquer un grand basculement vers la politique de santé, ni la sécurité sociale, ni
primauté chinoise : la crise du Covid-19 l’établissement d’un état d’exception ne
serait l’équivalent pour Pékin de l’entrée sont du ressort exclusif de l’UE. Il y a donc
en guerre des Etats-Unis dans la Première un paradoxe : la plupart des critiques à
guerre mondiale, premier signe de la l’encontre de l’UE indique une projection
puissance américaine qui triomphera après dans une Europe imaginaire, comme s’il y
la seconde guerre mondiale. L’activisme avait l’attente d’un super-Etat
médical de la Chine, couplé à son poids supranational, alors même qu’en temps
économique, serait en passe de la faire normal cette perspective tient du
accéder à l’hégémonie mondiale. repoussoir. En un mot, si l’UE n’en a pas fait
Les deux hypothèses ont leurs limites. La davantage au déclenchement de la crise
première ne tenait pas compte de la sanitaire, c’est qu’elle n’en a guère les
solidité d’un pouvoir politique centralisé : compétences ou que ses Etats membres
dès que le président Xi Jinping eut reconnu n’en ont pas eu la volonté. Mais il est vrai
le problème, celui-ci bénéficia d’un que les crises ouvrent souvent des fenêtres
traitement rapide et efficace. La seconde d’opportunité où il peut être audacieux de
manque de recul par rapport aux forces s’engouffrer. Les progrès de l’intégration
profondes constitutives d’un leadership européenne sont pour une part la somme
international : bas les masques, la force de réponses aux crises. Alors assurément,
militaire de la Chine ne possède pas encore la solidarité de fait inhérente à l’UE
la capacité de projection amphibie des pourrait inciter à la créativité face à de
Etats-Unis ; Pékin crée sa richesse par le l’inédit : constituer un stock commun de
commerce international et est donc tout matériel médical stratégique, envisager un
autant atteint par le confinement de la emprunt pour l’ensemble de la zone Euro,
moitié de l’humanité ; enfin, l’attractivité prévoir un mécanisme d’alerte et de
réponse commune pour toute crise
sanitaire, …
En tous cas, ce que la crise du Covid-19 ne pouvaient compter sur leurs communautés
change guère, c’est la tendance infondée d’origine asiatique ou leurs entreprises
de voir dans l’UE la cause de l’absence de sises dans l’empire du milieu pour
volonté des Etats membres alors même acheminer les biens de première nécessité.
qu’elle peut devenir le creuset de la Il est symptomatique qu’au début de la
créativité de ces volontés. crise il ait fallu mobiliser l’atout royal pour
sensibiliser un magnat chinois du
Leçon 4. Positionnement international de commerce en ligne sur les besoins de la
la Belgique (T. de Wilde) Belgique en masques. A l’instar de ce qui se
produit lors des missions économiques ou
Confrontée à un crise sanitaire des visites d’Etat où l’aura de la famille
mondialisée, la Belgique présente plusieurs royale ouvre des portes. Mais comme il y
caractéristiques qui étaient destinées à avait quelque chose de viral au royaume de
l’exposer davantage. Densément peuplé Belgique, les partis politiques cessèrent de
sur un territoire exigu constituant un se poser la question : être ou ne pas être au
carrefour au sein de l’Europe, le Royaume gouvernement. Une union nationale
est une voie de passage pour le virus. La temporaire s’imposa. La crédibilité
structure économique du pays repose sur internationale du pays s’en trouva
des échanges mutuellement bénéfiques au renforcée.
sein desquels les exportations hautement
sophistiquées sont valorisées. Enfin, le Leçon 5. Le « Grand machin » à l’épreuve
spectre des pandémies semblait s’être du COVID-19 : L’ONU et l’OMS dans la
éloigné et l’idée de constituer des stocks de tourmente (M. Liégeois)
matériel médical de base s’était émoussée
après les « fausses » alertes comme le SRAS Le premier effet, immédiat et superficiel,
ou le H1N1 dont l’ampleur redoutée n’avait de la pandémie sur l’ONU et son agence
finalement pas atteint le pays. La crise du spécialisée, l’Organisation mondiale de la
Covid-19 survint aussi à un moment où les santé de l’OMS est que ces organismes
tractations pour former un gouvernement serviront une fois de plus de boucs
fédéral piétinaient et où la perspective émissaires à l’incurie, aux rivalités et aux
d’un gouvernement « Corona » de plein mesquineries des Etats. Ainsi que le note
exercice, initialement émise par un Jing Yu, « Quand les gouvernements
président de parti, suscita des sarcasmes s’efforcent de démontrer leur efficacité
de la part d’une classe politique aveuglée dans la gestion de la crise tout en critiquant
par des enjeux internes. leurs homologues, il en résulte beaucoup
Ceci explique la difficulté de la Belgique de d’arrogance et peu d’inclination à
s’approvisionner en masques de coopérer. En définitive, les bases de la
protection: les stocks n’avaient plus été coopération multilatérale sont fragilisées
approvisionnés puisque la croyance en la alors que seule cette dernière peut
possibilité de se fournir par un flux résoudre cette pandémie globale »1.
permanent l’avait emporté. Mais le poids
commercial de la Belgique, sans être Le second effet, plus profond et durable,
négligeable, était moins fort que celui de résultera de l’inévitable prise de
l’Allemagne ou la France, par exemple, qui conscience que seul un renforcement des

1
http://www.egmontinstitute.be/over- geopolitical-competition/ Notre
reactions-to-the-coronavirus-a-chinese- traduction.
view-on-the-war-of-words-and-
instruments internationaux de coopération souvenir que - pour paraphraser Jean
et de solidarité permettra de faire face aux Monnet - c’est un peu de sagesse
crises à venir avec plus d’efficacité. institutionnalisée qui nous a ainsi été
On a souvent cité mal à propos le célèbre léguée sous la forme de ce que sont
mot du Général de Gaulle au sujet de aujourd’hui l’ONU et l’OMS. Il faudra le
l’ONU. S’il utilise effectivement le vocable répéter sans relâche lorsque reviendra la
péjoratif « machin » pour la désigner lors scie des éternelles récriminations à leur
d’une conférence de presse donnée à encontre : trop couteuses, trop bureau-
Nantes le 10 septembre 1960 à Nantes, cratiques, toujours trop indépendantes vis-
c’est surtout pour critiquer l’action de son à-vis de soi mais jamais assez à l’égard des
Secrétaire général dans le dossier autres.
congolais. Pour saisir la vision de l’ONU Il faudra rappeler aussi cette évidence :
qu’avait le fondateur de la Cinquième l’ONU et l’OMS sont surtout importantes
République, on se reportera plutôt à sa pour les plus faibles et les plus vulnérables.
conférence de presse du 4 février 1965 au Avec un peu plus de 3 milliards de $ de
cours de laquelle il se montre pédagogue et budget annuel, l’OMS sauve chaque année
élogieux à l’égard de l’ONU qui incarne à un nombre incalculable de vies. Ce
ses yeux « (…) l'idée d'offrir à toutes les montant est insignifiant si on le compare
nations du monde la possibilité de se au PIB mondial mais il fait toute la
rencontrer sur le pied d'égalité, de discuter différence dans un pays comme le Niger où
entre elles les affaires de l'univers, de le budget annuel consacré à la santé ne
formuler à leur sujet le sentiment moyen dépasse pas 300 millions de $. On n’est pas
des peuples, de concentrer les loin de l’indécence lorsqu’au beau milieu
informations relatives à la situation de la pire crise sanitaire du siècle, le
matérielle, sociale, morale de beaucoup de président américain décide de suspendre la
pays, et de mettre en vigueur les concours contribution financière de son pays à l’OMS
qui leurs sont utiles ou nécessaires pour au prétexte de sombres motifs politiques.
leur développement. » C’est, du coup, 115 millions de $ qui
C’est un travail de Sisyphe que de rappeler manqueront à l’OMS pour mener son
sans cesse ces évidences qu’un de Gaulle action. 115 millions de $, soit exactement
pourtant peu suspect d’affinités pour le le coût annuel estimé des parties de golf de
supranational avait compris et formulé de Donald Trump2.
façon aussi lumineuse. L’histoire mondiale
enseigne que la solidarité est, par Leçon 6. « Nous sommes en guerre » : La
construction, le penchant le moins naturel pandémie comme temps de guerre,
des Etats. Seul l’empire de la nécessité portée et limites des analogies historiques
qu’imposent les grands cataclysmes allié à (V. Rosoux)
l’éclairage de grands esprits visionnaires
ont pu ça et là briser la logique infernale L’une des caractéristiques les plus
des égoïsmes prédateurs, le cercle vicieux marquantes de la crise liée à la pandémie
de la loi du talion et des mémoires du Covid-19 est son caractère inédit. Pour
revanchardes ou les pièges du dilemme de faire face à l’inédit, nous nous référons à
la sécurité. Il faut impérativement se des événements qui sont paradoxalement
présentés comme analogues. Les exemples

2
aurait-depense-115-millions-de-dollars-
https://www.lexpress.fr/actualite/monde/ en-parties-de-golf_2109844.html.
amerique-nord/etats-unis-donald-trump-
abondent, de la grande peste à la Première problèmes, le monde politique, tout
guerre mondiale, sans oublier la crise de comme le monde économique, fonctionne
1929. L’analogie historique poursuit trois aujourd’hui à flux tendu. Les veilles
fonctions principales : faire face à stratégiques, dont l’objectif est
l’inconnu, assigner des rôles et appeler à précisément de surveiller et d’évaluer les
l’action. Ces fonctions sont précieuses, évolutions de l’environnement mondial,
mais elles imposent une forme de sont nécessaires pour assurer une
prudence. L’analogie fournit des repères, meilleure planification, mais également
mais elle simplifie. En domptant le réel, elle plus de flexibilité et donc une résilience
dissimule l’inédit. En désignant le héros, accrue. En effet, l’un des principaux risques
elle stigmatise l’adversaire. En soulignant de la vacuité stratégique est de développer
les ressemblances, elle masque les une vision en tunnel dans la gestion de
différences. D’où l’importance de crise, menant à une politique réactive
s’interroger : les analogies qui nous sont plutôt que proactive. Focalisé sur
présentées favorisent-elles la peur ou la l’immédiateté de la menace sanitaire, les
lucidité ? Si elles apportent des réponses dirigeant.e.s ne prennent que peu en
anciennes à de nouvelles questions, elles compte les dommages collatéraux, ni les
échouent. Si elles permettent de garder les autres crises, actuelles comme futures. La
yeux grands ouverts, elles éclairent. vacuité stratégique qui a marqué la
pandémie du Covid-19 caractérisera
Leçon 7. Vacuité stratégique et absence du également la prochaine crise. Notre
principe de précaution. (T Struye & D. continent européen est tout
Vandamme) particulièrement concerné par cette
tendance à la cécité stratégique : la tour
L’une des leçons de la pandémie du Covid- d’ivoire de l’intégration européenne que
19 a été de mettre en lumière la vacuité nous avons érigée nous apparaît
stratégique dans laquelle la plupart des protectrice, et entraîne les dirigeants
pays dans le monde évolue. Loin d’être un européens à voir les menaces dans le reste
scénario de science-fiction, la pandémie a du monde comme des événements ne
eu des précédents au cours des 20 touchant pas nos pays.
dernières années (Ebola, Sars, H1N1) qui
auraient pu nous permettre d’anticiper et Leçon 8. Genre : les femmes, en première
de planifier la crise actuelle. Le principe de ligne face au virus (M. Walschot)
précaution n’est pourtant pas nouveau – il
a été établi au Sommet de Rio en 1992. Ce S’il est une chose que le COVID-19 aura
principe aurait voulu que nous planifions, exacerbé, ce sont bien les inégalités de
que nous prévoyions, que nous anticipions, genre au sein de la société. En moyenne,
une crise sanitaire mondiale. Certaines les femmes représentent 80% des
crises nous prennent par surprise, c’est employé•e•s dans le secteur de la santé.
inévitable. Elles sont imprévisibles, et Elles forment également la majorité des
prennent les dirigeant.e.s de court. Dans le caissièr•e•s qui continuent à travailler en
cas présent, c’est bien l’incapacité à ces temps de confinement. Un
anticiper des phénomènes et tendances confinement qui affecte par ailleurs plus
pourtant inévitables, le manque de vision à souvent les femmes que les hommes, étant
long-terme, bref, la vacuité stratégique, qui donné qu’elles forment encore la majorité
caractérise la gestion de crise. Loin de des personnes en situation de précarité ou
développer une vision stratégique à long- des familles monoparentales. Cette plus
terme, qui anticipe les menaces et grande exposition des femmes au virus est
la conséquence d’un système social et facilités, 1 milliard de personnes doivent
hiérarchique genré qui force celles-ci dans néanmoins faire face à des coupures d’eau
des rôles spécifiques, peu considérés, voire fréquentes comme c’est le cas au
même non reconnus (dont l’appel par les Venezuela ou en Afrique du Sud, frappée
autorités publiques à la production gratuite par une grave pénurie d’eau ces dernières
de masques par des couturières, années. Au Rwanda, seul 5% de la
professionnelles ou non, n’en est que le population est en mesure de se laver les
dernier exemple). Si le confinement a mains, faisant craindre le pire en termes de
permis de mettre en lumière ces rôles limitation dans la propagation du COVID-
pourtant indispensables au bon 19. Encore faut-il disposer d’un domicile, ce
fonctionnement de la société, les mesures qui n’est malheureusement pas l’apanage
imposées à une grande partie de la de tou•te•s. Les personnes sans-abri et les
population mondiale auront également réfugié•e•s sont de ce fait également
enfermé les femmes à l’intérieur de la exposé•e•s car i•elle•s se retrouvent bien
sphère domestique, premier lieu des souvent sans ressources face à la crise.
violences physiques et/ou sexuelles faites à C’est pourquoi, alors que tout•e un•e
leur égard. Rappelons que, tout comme le chacun•e est exposé•e à un risque de
COVID-19, le patriarcat tue, avec plus de 87 contamination, tout le monde n’est pas
000 féminicides rapportés à travers le égal face à la lutte contre le virus. À travers
monde en 2017 selon les chiffres des le monde, les organisations
Nations-Unies. Il est donc nécessaire gouvernementales et non-gouvernement-
d’assurer la sécurité physique, économique ales se mobilisent pour tenter d’assurer un
et sociale des personnes marginalisées qui service minimum dans les facilités de
sont particulièrement affectées par la traitement des malades. Cela n’est
pandémie et dont font partie les femmes. cependant pas suffisant. Par conséquent, il
Pour ce faire, il est primordial de les inclure est plus que jamais nécessaire de réduire
dans les discussions pour penser le « les inégalités et d’œuvrer pour garantir
monde d’après », afin d’éviter de l’accès à une eau salubre, couplé à des
reproduire la société inégalitaire d’avant la mesures d'assainissement et d'hygiène, et
crise. ce pendant et après l'épidémie de COVID-
19.
Leçon 9. Accès à l’eau : se laver les mains,
un geste simple et pourtant inaccessible Leçon 10. La guerre de l’information (K.
pour un peu moins de la moitié de la Orinx)
population mondiale (M. Walschot)
Les manipulations de l’information ne sont
Lorsque l’une des mesures les plus en rien une nouveauté. Cependant, les
efficaces pour se protéger du COVID-19 se développements technologiques et la crise
trouve dans le lavage régulier des mains, de confiance à laquelle font face les
bénéficier d’un accès à une eau salubre démocraties n’ont fait qu’accroître le
apparaît donc vital dans la lutte contre le pouvoir de la guerre de l’information. Ainsi,
virus, et contre les épidémies en général. pour nos sociétés de plus en plus
Or, de grandes disparités persistent en connectées et considérées comme des
termes d’accès à l’eau, tant au niveau « sociétés de l’information », les menaces
national que global. Alors que 40% de la à l’information sont devenues des menaces
population mondiale ne dispose pas de à ces sociétés. La Chine et la Russie ont
quoi se laver les mains à son domicile, d’ailleurs, bien mieux que les pays
parmi ceux•elles qui possèdent de telles occidentaux, cerné l’enjeu se jouant dans
l’espace informationnel. Défini par les Cette intelligibilité retrouvée donne un
Chinois et les Russes comme un sentiment de contrôle à ceux qui y
environnement dans lequel les processus souscrivent, ou, à défaut, une impression
humains jouent un rôle clef, les États de supériorité morale : à eux au moins, « on
occidentaux ont tendance à focaliser leur ne la leur fait pas ! ». Même si certaines
attention sur l’aspect purement entreprises du web ont cherché à contrer
technologique en négligeant la dimension la désinformation, croire que ces efforts
cognitive. Cette dernière joue pourtant un seront suffisants pour stopper la
rôle fondamental dans la façon dont les propagation de ces théories relève du vœu
citoyens, derrière leurs écrans, et pieux et néglige leur redoutable pouvoir
notamment via des réseaux sociaux d’attraction psychologique, mis en lumière
appréhendent les informations qui y sont par divers chercheurs tels que Bronner,
diffusées. Moscou et Pékin profitent ainsi Brotherton ou Van Prooijen.
de l’environnement informationnel pour
mettre en place des stratégies narratives. D’ailleurs, ces récits ont parfois été relayés
Contrairement au discours qui n’est qu’un par des personnalités on ne peut plus
enchainement de données brutes, une officielles, ce qui leur a permis de gagner en
stratégie narrative n’est pas spontanée et a visibilité. Un porte-parole du Ministère des
pour objectif de structurer de façon Affaires étrangères chinois a ainsi laissé
spécifique la réponse du public cible. Leur entendre que l’armée américaine aurait
but n'est donc pas de prédire les introduit le virus sur leur territoire. En
événements mais plutôt de persuader. parallèle, l’administration Trump n’a pas
jugé bon de réfuter la thèse selon laquelle
Leçon 11. Un contrôle plus étroit du web le virus se serait échappé d’un laboratoire
ne jugulera pas les théories du complot (S. de Wuhan. Quant à la Russie, celle-ci en a
Desplanque) profité pour entonner ses classiques
antiennes antidémocratiques. Ses relais,
C’est désormais systématique : dès que qu’il s’agisse « d’idiots utiles » agissant de
survient un évènement spectaculaire et leur propre chef ou de membres de
dramatique, des théories dites réseaux plus structurés, ont ainsi mis en
« alternatives » viennent concurrencer les parallèle la gestion supposément
explications officielles. La crise de la vertueuse de la crise par Moscou avec
COVID-19 ne déroge pas à la règle. Big celle, évidemment calamiteuse, d’une
Pharma, la CIA, Soros, le Nouvel Ordre Europe sans-frontiériste et impuissante. Si
mondial ou encore le Mossad, seuls ou de l’usage des théories du complot à des fins
concert, seraient à l’origine de la politiques n’est pas une nouveauté, cette
pandémie. En France, l’antisémitisme a crise montre à quel point celles-ci font
retrouvé des couleurs dans la foulée de aujourd’hui partie intégrante de l’arsenal
l’affaire Agnès Buzin, réactivant au passage des grandes puissances.
un mythe et une imagerie multiséculaires.
Loin de desservir ces récits, cette recherche Leçon 12. Promotion du modèle
d’un bouc-émissaire clairement autoritaire « numérique » (K. Orinx)
identifiable et animé d’intentions
diaboliquement rationnelles est une des Lors du Congrès du PCC tenu en octobre
composantes-clefs de leur succès. 2017, le président Xi exposait que « la
(Re)connaître son ennemi est en effet une Chine offre une nouvelle option pour les
étape cruciale dans l’entreprise de mise en autres pays et nations qui souhaitent
ordre du chaos que proposent ces théories. accélérer leur développement tout en
préservant leur indépendance ». Aussi avec évolutions scientifiques et technologiques,
le COVID-19, la Chine a vu une opportunité n’est pas éternelle. Vivre avec le Covid-19,
pour se positionner comme alternative au c’est se rappeler que nous sommes tous
modèle occidental et ainsi promouvoir son mortels. Bien sûr, nous le savons, en
modèle autoritaire. En effet, suite au théorie. Mais la bulle de développement et
nombre faible de patients officiellement de progrès dans laquelle nous vivons tous
atteints et décédés du coronavirus sur son les jours a été partiellement percée par
territoire, Pékin montre à quel point sa cette pandémie mondiale qui nous rappelle
gestion de la crise fut mieux adaptée que que nous aussi, européennes et européens,
celle actuellement proposée par les pays sommes vulnérables face à cette maladie.
occidentaux. Le PCC a ainsi défendu son La bulle européenne, entachée par e.a. les
autoritarisme numérique en montrant tout flux de migration depuis quelques années
l’intérêt de surveiller sa population et le terrorisme, continue de s’effilocher
(tracing, caméras, big data, intelligence avec cette nouvelle crise qui nous
artificielle…) pour lutter contre la reconnecte au monde et, plus que cela,
pandémie. Par ce biais, elle tente de faire nous reconnecte à notre humanité.
taire les critiques par rapport à son
système de crédit social perçu comme Leçon 14. La géopolitique de l’effet
répressif en Occident. Si ce modèle papillon (D. Vandamme)
autoritaire numérique ne parait pas
convaincre les démocraties traditionnelles, Dans une indifférence générale de la classe
il commence à séduire et intéresser de politique européenne, la guerre en Syrie a
nombreux régimes autoritaires en Afrique, tué, depuis 2011, 350.000 personnes. On
en Asie centrale et en Asie du Sud-Est à s’indigne, on se révolte… le temps d’un
travers e.a. la Health Silk Road (annoncée journal télévisé, s’il en parle. Puis la vie
en janvier 2017 et relancée en mars 2020 reprend son quotidien. Plus proche de
par le président Xi) laquelle fournit non nous, le conflit ukrainien en est à sa 6e
seulement des masques et médicaments année et continue de diviser ce pays
mais offre également du monitoring et européen. Comment expliquer le fossé
tracing. entre le discours humaniste et moral de
nos classes dirigeantes et l’inaction
Leçon 13. Réapprendre notre vulnérabilité complète face à des drames humains et
(D. Vandamme) sociaux qui ne sont pas sans conséquences
pour nos sociétés ? La pandémie du Covid-
Des virus, nous en avons en Europe. Nous 19 aura mis en lumière cet ethnocentrisme
en connaissons, nous vivons avec tous les qui caractérise les sociétés européennes
jours. Le Covid-19 est pourtant l’un des occidentales. Ignorer ce qui se passe en
rares à faire la une des journaux sur une dehors des frontières de l’Europe en
période prolongée. Sa particularité ? Nous espérant que le problème s’auto-règlera ne
n’avons ni vaccin, ni remède. Et c’est bien fonctionne pas. C’est pourtant bien ce que
là que le bât blesse. Le taux de mortalité, nous avons voulu faire avec le Coronavirus :
de prime abord, ne justifie pas la radicalité tant que l’épidémie était en Asie, l’Europe
des mesures mises en œuvre. 2020 aura n’en a pas tenu compte. Un tel manque de
pourtant été l’année au cours de laquelle la discernement, couplé à l’incapacité à
moitié du monde s’est retrouvée confinée prévoir et à anticiper, nous a mené à être
chez elle. Ce coronavirus nous rappelle, en pris par surprise par une situation de crise
un sens, notre humanité. Cette humanité qui s’était pourtant annoncée.
vulnérable, mortelle, qui, malgré les
Louvain-Europe (ISPOLE) de l’Université catholique de Louvain. Elles
portent sur la géopolitique, la politique étrangère et l’étude des modes de
prévention ou de résolution des crises et des conflits.

L’analyse des éléments déclencheurs des conflits et des instruments de
leur gestion - sanctions et incitants économiques comme moyens de politique étrangère; crises
et interventions humanitaires; rôle de la mémoire dans un processus de réconciliation, par
exemple - est combinée à l’étude empirique de différends internationaux et de processus de
paix spécifiques.

© 2020 Centre d’étude des crises et conflits internationaux




Le CECRI ne prend pas de position institutionnelle sur des questions de
politiques publiques. Les opinions exprimées dans la présente publication
n'engagent que les auteurs cités nommément.


Direction : Tanguy Struye de Swielande


Centre d’étude des crises et conflits internationaux
Université catholique de Louvain
Place Montesquieu 1, bte L2.08.07
1348 Louvain-la-Neuve
Belgique
www.cecrilouvain.be