Vous êtes sur la page 1sur 40

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROUN

Paix-Travail-Patrie Peace-Work-Fatherland

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR


UNIVERSITE DE DOUALA
UNIVERSITY OF DOUALA
--------------------------------------
ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE DE
DOUALA
(ENSPD)
--------------------------------------
BP 2701 Douala Tel : (237) 33 01 43 30/30 SITE Web : www.enspd-ud.com

DEPARTEMENT DE TECHNOLOGIE DE CONSTRUCTION


INDUSTRIELLE

UE DE DE CALCUL RUPTURE

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU PENDULE A


THEME: MOUTON DE CHARPY

Matricule Noms et Prénoms Niveau


18G00447 WOUKOUO NCHUPASSE GUILLAUME 5
13G00288 ZAMBOU CEDRIC ARSENE 5
16G03078 ZANGUE STEPHANE JOEL 5

Sous la supervision de :

Dr SOUMELE KEMBOU GERMAIN DATE : 28/01/2021

Année académique 2020-2021


Table des matières
INTRODUCTION ................................................................................................................ 3
Partie I: ANALYSE DE L’EXISTANT....................................................................................... 4
I.HISTORIQUE.................................................................................................................... 4
I.1 GENERALITE SUR LA RUPTURE DES MATERIAUX .................................................................... 4
II. GENERALITES SUR LES TYPES DE MOUTON PENDULE DE CHARPY ........................................... 7
II.1 CARACTERISTIQUES DU MOUTON PENDULE ............................................................................................ 7
II.2 MOUTON PENDULE SERIE CEAST 9050 .................................................................................................... 8
II.3 MOUTON PENDULE MANUEL 9050 .......................................................................................................... 8
II.4 MOUTON PENDULE MOTORISE 9050 ....................................................................................................... 8

PARTIE II : ANALYSE FONCTIONNELLE ................................................................................ 9


A. ANALYSE FONCTIONNELLE EXTERNE ........................................................................... 9
I. ANALYSE DU BESOIN .............................................................................................................. 9
a) SAISIE DU BESOIN ....................................................................................................................................... 9
b) ENONCE DU BESOIN ................................................................................................................................. 10
C) VALIDATION DU BESOIN........................................................................................................................... 11

II. ETUDE DE FAISABILITE......................................................................................................... 11


II.1 IDENTIFICATION DES ELEMENTS DU MILIEU EXTERIEUR........................................................................ 11
II.2 IDENTIFICATION DES FONCTIONS DE SERVICE ....................................................................................... 12
II.3 CARACTERISATION DES FONCTIONS (NORMES NF X50-150) ................................................................. 12
II.4 HIERARCHISATION DES FONCTIONS DE SERVICE ................................................................................... 15

B.ANALYSE FONCTIONNELLE INTERNE ............................................................................. 16


PARTIE III : CAHIER DE CHARGE ....................................................................................... 20
I. SCHEMA CINEMATIQUE ................................................................................................... 20
.............................................................................................................................................. 20
II. DIMENSIONNEMENT.................................................................................................... 20
1. Support du marteau : ............................................................................................................................... 20
2. Axe de rotation ......................................................................................................................................... 22
3. CHOIX ET VERIFICATION DES ROULEMENTS ............................................................................................. 24

B. MISE EN PLAN DES PIECES ........................................................................................... 26


I. PRESENTATION DES PIECES .............................................................................................. 26
II. VUE EN PLAN DES PIECES ................................................................................................. 30
C. ASSEMBLAGE ............................................................................................................................................ 30

III. SIMULATION ..................................................................................................................... 30


INTRODUCTION
L’énergie de rupture est l’énergie qu’un matériau peut absorber jusqu’à sa
rupture quand il se déforme sous l’effet d’un choc .Cette propriété des matériaux
cassant est mesurable grâce à un essai normalisé effectué sur un dispositif appelée
Mouton pendule de Charpy dont le responsable est le français Georges Charpy
Cet essai et donc ce dispositif est d’une très grande importance car la
connaissance de l’énergie de rupture d’un matériau ouvre de nouvelles
perspectives en termes de dimensionnement des structures et des machines à
résister au choc. D’où la nécessité d’effectuer les essais de résilience et donc
d’avoir un Mouton Pendule de Charpy.

C’est dans cette optique que nous avons décidé de travailler sur le projet
intitulé Conception et réalisation d’un Mouton Pendule de Charpy.

Les objectifs de ce projet sont de plusieurs ordres :

 Avoir notre propre machine nous permettant de réaliser nos propres


essais de résilience au sein de l’école nationale supérieure
polytechnique de douala
 Qualitatif : conceptions des structures de qualité et sécurisées ;

 Scientifiques : connaitre les différentes énergies de résilience de


plusieurs types de matériaux à des conditions différentes
 Techniques : concevoir une machine made in Cameroun et donc de
maitriser les outils de conception pour les étudiants de Construction
Mécanique et pour les étudiants de Construction Industrielle
d’acquérir les notions de conception des machines
Partie I: ANALYSE DE L’EXISTANT

I.HISTORIQUE

L'essai de flexion par choc sur éprouvette entaillée Charpy a pour but de mesurer
la résistance d'un matériau à la rupture. Il est fréquemment appelé essai de résilience
Charpy ou même essai Charpy. Il porte le nom de l'ingénieur français Georges Charpy
(1865-1945) qui en fut un des principaux théoriciens et promoteurs. Il mit en particulier
au point la machine qui permet de réaliser l'essai et qui est appelée Mouton Charpy.

Le premier à avoir introduit la notion de mesure de la force résiduelle nécessaire


pour obtenir la rupture d'un matériau est l'américain Russel en 1897 (publication à
l'American Society of Civil Engineers). Il mit au point en 1896 une machine de rupture
ancêtre du mouton pendule actuel. Cependant Russel ne considérait pas la présence de
l'entaille sur l'éprouvette comme importante et effectuait la majeure partie de ses essais
sans entaille.

En 1897, le français Frémont présenta une machine, à l'occasion d'une publication


au bulletin des ingénieurs civils. La force de rupture était mesurée à l'aide d'un ressort.

Georges Charpy en 1901 proposa le mouton pendule encore utiliser actuellement.


Il effectua également une étude très complète et rigoureuse qui permit de proposer une
méthode reproductible et fiable. À la différence de Russel, il considéra la présence de
l'entaille comme fondamentale et standardisa sa forme. Son objectif était de classer les
matériaux (et en particulier les métaux) en fonction de leur résilience. Il n'envisageait
pas l'étude du type de rupture (ductilité, fragilité) ce qui est le cas aujourd'hui.

I.1 GENERALITE SUR LA RUPTURE DES MATERIAUX


La connaissance des caractéristiques mécaniques déduites de l'essai de traction
peut être insuffisante, puisque des ruptures peuvent être obtenues en dessous de la limite
élastique dans des conditions particulières qui rendent le matériau fragile.

La rupture est la séparation d'un matériau en deux ou plusieurs parties sous


l'action d'une contrainte. Cette séparation se produit à plus ou moins grande vitesse par
propagations de fissures existant dans le matériau. La rupture est donc fortement
influencée par la présence de microfissures, de pores, d'inclusions de particules fragiles
(défauts internes) et par la présence d'entailles (macro fissures) résultant de défauts de
fabrication ou de conception.

Tous les matériaux contiennent un certain nombre de microfissures qui


deviennent instables et conduisent à la rupture lorsque la force appliquée dépasse une
valeur critique.

L'étude élémentaire de la mécanique de la rupture montre que la rupture dépend


de deux grandeurs: la contrainte appliquée σ sigma) et la dimension des microfissures.
Ces deux grandeurs sont combinées dans le facteur d'intensité des contraintes K. La
rupture se produit lorsque l'on atteint la valeur critique Kc.

Nous avons visualisé dans l’essai de traction une rupture ductile. Elle se produit
après une déformation plastique plus ou moins grande. Elle semble liée essentiellement
à la présence d'inclusions plus dures que le métal. Il y a déformation plastique autour
des inclusions, formation de microcavités, allongement et coalescence de ces
microcavités aboutissant à la rupture.

Il existe un autre type de rupture dite fragile. Elle se produit après une
déformation plastique très faible voire nulle. Elle est caractérisée par la propagation très
rapide possible des fissures (consommation d'énergie faible) soit au travers des grains,
soit le long des joints de grains.

L’essai de résilience a été élaboré pour prendre en compte ces phénomènes de


rupture. Le moyen le plus classique pour caractériser la fragilisation du matériau sous
l'action d'un choc est cet essai de résilience qui est un essai de flexion par choc sur une
éprouvette entaillée qui mesure la résistance d’un matériau à la rupture brutale. Il est
fréquemment dénommé essai de résilience CHARPY ou même essai CHARPY. En
effet, Georges CHARPY, ingénieur dans une usine sidérurgique, met au point en 1901
la machine (mouton CHARPY) qui permet de réaliser cet essai de résilience. Cet essai
a permis d’améliorer la qualité des aciers et d’éviter les accidents liés à leur possible
fragilité.

I.2 PRINCIPE DE L’ESSAI


C'est un essai de résistance au choc, qui consiste à mesurer l'énergie nécessaire
pour casser une éprouvette préalablement entaillée. On utilise en général un échantillon
en forme de barreau de section carrée et de dimension standard (10mmx10mmx55mm).

L'entaille peut être soit en V (angle de 45° et de profondeur 2mm), soit en U de


profondeur 5mm et de rayon en fond d'entaille de 1mm.

a)type A b) type B C) type c

L'essai consiste à imposer un choc à l'aplomb de l'entaille, l'éprouvette étant maintenue


par deux appuis sur la face opposée de façon à provoquer l'ouverture de la fissure. On
utilise pour cela un mouton-pendule de CHARPY. [Figure 22. Principe de l’essai de
résilience utilisant un mouton-Charpy]

On détermine l'énergie absorbée dont on déduit la résilience.

La résilience est l'énergie exprimée en Joules par cm2, nécessaire pour produire la
rupture de l'éprouvette.

Résilience = énergie absorbée par la rupture W (joules) / section au niveau de l'entaille


(cm2)

Un couteau fixé sur un marteau oscille dans un plan vertical autour d'un axe O.

Le couteau est écarté de la verticale à une hauteur correspondant à une énergie de départ
Wo en joules. On libère le couteau. Dans sa chute en passant à la verticale, il brise
l'éprouvette. On mesure la hauteur à laquelle remonte le pendule pour calculer l'énergie
non absorbée W1.

On calcule l'énergie absorbée par la rupture W = Wo-W1

La résilience s’exprime en J/cm2.

On la note KCv ou KCu (Charpy + entaille V ou U)

Il existe encore un autre type de rupture dite par fatigue. Lorsque le matériau est soumis
à des sollicitations répétées, la fissuration peut progresser sans que le facteur d'intensité
des contraintes

Figure 1 : Principe de l’essai de résilience utilisant un Mouton Charpy

II. GENERALITES SUR LES TYPES DE MOUTON PENDULE DE CHARPY


Avec de la construction mécanique on note la conception de plusieurs variantes
de mouton CHARPY : manuel, motorisé, automatique. Dans cette partie nous
présenterons quelques types selon certains constructeurs de machines.

II.1 CARACTERISTIQUES DU MOUTON PENDULE

La série de mouton pendule CEAST 9050 est basée sur une robuste et
ergonomique structure en métal, qui héberge les composants nécessaires aux essais :
marteaux, mâchoires et supports. Un large écran tactile de haute résolution et
multifonctions est situé sur la base de la structure. Il est utilisé pour l'insertion des
paramètres d'essai et la visualisation des résultats. Tous les moutons pendules
comprennent un port Ethernet pour se connecter directement sur votre réseau local, un
port USB pour imprimante et clés USB, ainsi qu'un port RS232 pour la connexion
directe d'un PC. Les marteaux sont automatiquement reconnus par le système et se
montent et se démontent grâce à un connecteur rapide. Leur vitesse est mesurée
électroniquement par un encodeur magnétique sans contact.

II.2 MOUTON PENDULE SERIE CEAST 9050


Le mouton pendule de la Série CEAST 9050 est conçu pour déterminer l'élasticité et la
fragilité de matériaux thermoplastiques soumis à des essais d'impact de type Charpy,
Izod, Dynstat et méthodes d'impact élastique, pour des énergies allant de 0,5 à 50 J (.378
- 36.9 ft-lbs).

II.3 MOUTON PENDULE MANUEL 9050


Ce mouton pendule est équipé d'un système manuel de libération du marteau, ainsi que
d'un système de frein activé par l'utilisateur. Le système de libération du marteau ne peut
être activé qu'à deux mains peut également être pneumatique. Le carter de protection
vitré qui protège l'opérateur durant le déplacement du marteau augmente sensiblement
la sécurité de l'utilisateur.

II.4 MOUTON PENDULE MOTORISE 9050


Ce mouton pendule motorisé et équipé d'un système pneumatique de libération du
marteau, ainsi que d'un système de frein. Le réarmement du marteau est motorisé pour
une plus grande facilité d'utilisation. Un carter de protection protège l'utilisateur durant
le déplacement du marteau
Figure 2 : Quelques moutons Charpy
De ces différents types de pendule de mouton de Charpy on distingue autre méthode pour déterminer
la résilience d’un matériau tels que :

 Pendulaire : choc –traction, Charpy, izod


 Non pendulaire : chute d’une masse

PARTIE II : ANALYSE FONCTIONNELLE

A. ANALYSE FONCTIONNELLE EXTERNE

I. ANALYSE DU BESOIN
a) SAISIE DU BESOIN
Les ingénieurs, lors de leur dimensionnement au choc ont besoin de déterminer l’énergie de
rupture ou de résilience afin de s’assurer de la résistance de leurs pièces et donc de la fiabilité
de leurs structures. Pour cela ils ont donc besoin d’une machine leur permettant de réaliser
leurs essais de façon rapide et à moindre coût.

Entreprise
ENSPD S.A
Les ingénieurs
2021
techniciens

Effectuer les essais


Mouton de
de résilience sur
Charpy
une pièce
Figure 3 : Diagramme des interactions au produit

b) ENONCE DU BESOIN

Pour cela nous devons répondre aux trois questions suivantes :


a) A qui le produit rend –t’il service ? Le mouton Charpy rend service à toute personne
désirant faire un essai de résilience.

b) Sur quoi le produit agit-il ? Sur l’éprouvette entaillée.

c) Dans quel but ? Mesurer la résistance de l’éprouvette à la rupture ; déterminer


l’énergie de rupture de l’éprouvette.

Sur quoi ?
A qui ?

Utilisateurs Eprouvette

Dans quel but ?

Mouton de
Charpy

Réaliser les essais de résilience


sur l’éprouvette
Figure 4 : Diagramme Bête à corne

C) VALIDATION DU BESOIN
Après avoir déterminé le besoin auquel satisfait notre mouton pendule de Charpy, il nous faut
vérifier sa stabilité. Pour cela nous devons nous poser les questions suivantes
a) Pourquoi le besoin existe-t-il ? (À cause de quoi ?) - Pour caractériser la fragilité d’un
matériau ;
b) Pourquoi le besoin existe-t-il ? (Dans quel but ?)
 Pour caractériser la fragilisation d’un matériau ;
 Déterminer l’énergie absorbée lors de la rupture d’une éprouvette entaillée.

II. ETUDE DE FAISABILITE


II.1 IDENTIFICATION DES ELEMENTS DU MILIEU EXTERIEUR
Sécurité ;
 L’éprouvette ;
 Le milieu ambiant ;
 L’énergie ;
 Ergonomie ;
 Normes environnementales ;
 Coût ;
 Maintenance.
Figure 5 : Diagramme Pieuvre

II.2 IDENTIFICATION DES FONCTIONS DE SERVICE

Fonctions Désignations
FP 1 Effectuer l’essai de résilience sur une
éprouvette
FC1 Assurer la sécurité des biens et des personnes
FC2 S’adapter à la source d’énergie disponible
FC3 S’adapter au milieu ambiant
FC4 Respecter les normes environnementales
FC5 Permettre une maintenance aisée
FC 6 Valoir un bon prix sur le marché
FC 7 Etre ergonomique
FC8 Permettre à l’utilisateur de lire les résultats
FC9 S’adapter au matériau de l’éprouvette

Tableau 1 : Liste des fonctions de services

II.3 CARACTERISATION DES FONCTIONS (NORMES NF X50-150)

Les fonctions de service sont caractérisées par leur flexibilité et leur niveau
d’acceptation :

« Flexibilité des niveaux : la flexibilité est un ensemble d’indications exprimées


par le demandeur sur les possibilités de moduler un niveau recherché pour un critère
d’appréciation. »

Tout niveau de critère d’appréciation doit être assorti d’une indication de flexibilité.
On a défini 4 classes de flexibilité :
La classe F0 signifiant flexibilité nulle, niveau impératif.
La classe F1 signifiant flexibilité faible, niveau peu négociable.
La classe F2 signifiant flexibilité bonne, niveau négociable.
La classe F3 signifiant flexibilité forte, niveau très négociable.
« Limites des niveaux : niveau de critère d’appréciation au-delà duquel, ou en
deçà suivant le cas, le besoin est jugé non satisfait. »

Cette caractérisation est définie par le tableau fonctionnel suivant (tableau 2):
Fonctions Désignations Critères Niveaux Flexibilité
FP 1 Effectuer l’essai de résilience sur une éprouvette Vitesse du test ; 1 à 4 m/s F1
Matériaux de l’éprouvette ; Quelconque standard
Dimension de l’éprouvette.
FC1 Assurer la sécurité des biens et des personnes Normes NF 15-100 Test F0

FC2 S’adapter à la source d’énergie disponible Electrique • Tension 220 V F2


Mécanique • Puissance
• force de l’utilisateur
FC3 S’adapter au milieu ambiant  Température ambiante 37° F3
 Pression
 Agressivité du milieu
FC4 Respecter les normes environnementales  Norme ISO Recyclable F2
14 000
 Matériau
FC5 Permettre une maintenance aisée  Coût de Test F1
maintenance Test
 Temps de
maintenance
FC 6 Valoir un bon prix sur le marché  Matériaux Coût Moyen F2
de réalisation
FC 7 Etre ergonomique  Durée de formation des Petit
opérateurs
Machines adaptées aux
dimensions moyennes de
l’opérateur
FC8 Permettre à l’utilisateur de lire les résultats  Lisibilité des résultats Bonne Moyen F2
 Dimensions du rapport
FC9 S’adapter à l’éprouvette  Matériau du marteau Test F1
II.4 HIERARCHISATION DES FONCTIONS DE SERVICE
Le principe est de comparer les fonctions une à une à l’aide d’une matrice et d’attribuer
une note en supériorité de 0 à 3. La méthode utilisée ici est dite du tri croise qui permet
de classer les fonctions par ordre d’importance décroissant et quantifie.

 0: Niveau égal

 1: Légèrement supérieure

 2: Moyennement supérieure

 3: Nettement supérieure

FC1 FC2 FC3 FC4 FC5 FC6 FC7 FC8 FC9 POIDS %
FP FP/1 FP/3 FP/3 FP/2 FP/1 FP/3 FP/1 FP/1 FP/0 15 23.07
FC1 FC1/3 FC1/2 FC1/0 FC1/2 FC1/3 FC1/1 FC1/1 FC1/2 14 21.53
FC2 FC2/1 FC4/2 FC2/1 FC6/1 FC7/2 FC8/2 FC2/1 3 4.62
FC3 FC4/2 FC5/1 FC3/1 FC7/1 FC3/1 FC3/1 3 4.62
FC4 FC4/1 FC4/2 FC4/0 FC8/0 FC4/1 8 12.31
FC5 FC5/1 FC7/2 FC8/2 FC5/1 2 3.07
FC6 FC7/1 FC7/1 FC5/1 2 3.07
FC7 FC7/1 FC7/1 9 13.85
FC8 FC8/3 9 13.85
FC9 0 00
TOTAL 65 100
Tableau 3 :Tableau de tri croisé

5. DIAGRAMME DE PARETO
Figure 6 : Diagramme de Pareto

INTERPRETATION DES RESULTATS

La zone en bleue représente plus de 80% du projet. Donc si les fonctions FP,
FC1, FC2, FC3 et FC4 sont réalisées, le projet sera maîtrisé.

B.ANALYSE FONCTIONNELLE INTERNE

Pour cette analyse, nous utiliserons l’outil « diagramme FAST ».

Diagramme FAST de la fonction principale FP


Roulement
Effectuer
Guider en
une Arbre
rotation
rotation
Support de roulement

Donner Ecarter le
l énergie pendule de Main de l opérateur
Manuel
initial de sa position
départ

Maintenir
Bloquer le
le pendule Goupille
pendule
en position
Effectuer
l essai de
Résilience Centrer Support
Bien l entaille de
positionner l éprouvette
l éprouvette avec la Système de centrage
direction du
pendule
Enlever le
système de Goupille
blocage
Briser Libérer le
l éprouvette pendule
Faire osciller
le pendule Goupille

Figure 7 :diagramme FAST


Diagramme FAST de la fonction FC9

Adapter le support Etau amovible

S adapter à
l éprouvette
Pendule démontable

Marteau rotatif
Adapter le matériau

Tête de marteau rotatif

Figure 8 :Diagramme FAST de la fonction FC 9

Figure 8 Diagramme FAST de la fonction FC 9


• Diagramme FAST de la fonction FC8
Cadran

Visualiser la
Mesure

Permettre a Aiguille
Mesurer la
l’utilisateur de
résilience
lire les résultats

Enregistrer les Papier


Mesures

Figure 9 : DIAGRAMME FAST de la fonction FC8


PARTIE III : CAHIER DE CHARGE

I. SCHEMA CINEMATIQUE

Figure 10 : Schéma cinématique

II. DIMENSIONNEMENT

1. Support du marteau :

i. Modélisation

Figure 11 :Marteau
ii. Dimensions
D’après les recommandations, on a :

Masse du marteau : m = 10 kg ; Longueur du pendule :

𝑊𝑖 = 𝑚𝑔ℎ, avec h = l(1 + 𝑠𝑖𝑛𝛼).

𝑊𝑖
𝑙= = 0,67𝑚
𝑚𝑔(1 + 𝑠𝑖𝑛𝛼)
Donc

On retiendra la moitié de cette valeur.


Soit :

Nous utiliserons comme matériau, l’acier d’usage standard général.

Ici on fait un dimensionnement en traction :

On a 𝑵 = 𝟏𝟓𝟎𝑵.

A.N :

Nous prendrons un diamètre normalisé 𝒅 = 𝟐𝟎𝒎𝒎

iii. Estimation de la masse

 La masse volumique est égale à 7850kg/m3


 H =0.7m

𝒅𝟐
𝒎 = 𝝆𝝅 𝒉
𝟒
AN: 𝒎 = 𝟎. 𝟗𝟕𝒌𝒈

Prendre

Mode ou procédé d’obtention : moulage.

Figure 12 : tige du pendule moulé

Récapitulatif :

Nom : Tige du pendule ;


• Matériau : acier d’usage général ;
• Longueur : 700mm ;
• Diamètre : 10mm ;
• Masse : 1kg

2. Axe de rotation
 𝐿 = 200𝑚𝑚 ;
 Matériau : acier d’usage général ;
 Module d’Young 𝐸 = 210𝐺𝑃𝑎 ;
 Forme : cylindrique.
On a :
𝑅𝐴 + 𝑅𝐵 = 𝑃 Et
Figure 13 : Modélisation de l’axe de rotation

Figure 14 :Coupure 1er tronçon

Figure 15 :Coupure 2éme tronçon

Trouvons son diamètre :

Trouvons d’abord l’expression de la flèche en utilisant la méthode des paramètres


initiaux.

Or , avec
Donc, , avec

AN :

En utilisant un coefficient de sécurité, on prendra


Récapitulatif :

• Nom : Axe de rotation ;


• Matériaux : acier d’usage général ; Longueur : 200 mm ; Diamètre : 15mm
:
• Masse : 0,3kg.

3. CHOIX ET VERIFICATION DES ROULEMENTS


i. Choix des roulements

Diameter ∅ = 12mm D=32mm B=9mm

C=5,10× 103𝑁 et Co=2,37× 103𝑁

 Désignation du roulement

 Modélisation
P
10 90 95 5

FRA
FRB
Fa
Roulement BC : S02 M12

 Fréquence de rotation

On a : V=4m/s

Or on sait que V=2

Figure 16 : modélisation de l’axe ou arbre

 Calcul Des Charges Radiales Fr Et Axiale Fa

M/A =0 185 FRB=90P

FRB= 72.57𝑁

FRA=150 − 72.97 = 77.03𝑁

 Calcul de et évaluation de e

Donc

 Calcul de

 Calcul de la charge équivalente

On a

Donc 𝑃 = 𝐹𝑅 = 77.03𝑁 ii.


Vérification : Calcul de la durée de
vie
En heure

En millions de tours

B. MISE EN PLAN DES PIECES


I. PRESENTATION DES PIECES
Notre Mouton Charpy est constitué de plusieurs pièces à savoir :

 Le cadran
Il a pour rôle d’indiquer avec l’aiguille à tout moment l’angle de notre pendule permettant
ainsi de calculer l’énergie du pendule

 L’aiguille
Sert à indiquer l’angle du pendule
 Support porte éprouvette
Il est a pour rôle de maintenir la pièce en position lors de l’essai, il est généralement en acier

L’arbre
Il a pour rôle d’assurer la liaison pivot entre le bras du pendule et les supports
 Montant
Il a pour rôle de supporter l’ensemble des éléments du pendule

 Socle
Il a pour rôle de transmettre les différents efforts au sol
 Anneaux élastiques
Son rôle est d’empêcher l’arbre de bouger en translation évitant ainsi de générer les pertes
d’énergie

 La tige
Elle assure la liaison entre le marteau et l’arbre
II. VUE EN PLAN DES PIECES

C. ASSEMBLAGE
Notre pièce sera assemblée comme le montre la figure ci-dessous.

III. SIMULATION
Simulation de l’éprouvette
Type d’analyse : analyse statique

Maillage
Le nombre total de nœud est 13202.
PREMIERE SIMULATION
Propriété du matériau

Résultat de l’étude
Contraintes
Déplacement

Déformation

Déformée
Deuxième simulation
Propriété du matériau

Résultat de l’étude
Contraintes
Déplacement

Déformation

Déformée
Troisième simulation
Propriété du matériau

Résultat de l’étude
Contraintes
Déplacement

Déformation
Déformée
INTERPRETATION DES RESULTATS
Les essais de résiliences ont été effectués sur des matériaux cassant particulièrement les aciers
et leurs alliages. Dans notre cas, nous avons pris le cas dès l’acier C35, C45, et de l’alliage
X20Cr13. Les résultats nous donnent les différentes contraintes de Von Mises sur la pièce en
fonction du matériau.
Pour l’acier C45, le critère de ruine par défaut est la contrainte de Von Mises max est𝟓.𝟖 ×
𝟏𝟎𝟖 𝑵/𝒎𝟐. Lors de l’essai sur mouton Charpy, la contrainte maximale selon Von Mises 3.08
× 108 𝑁/𝑚2. L’éprouvette n, n’est donc pas rompue.
Pour l’acier C35, le critère de ruine par défaut est la contrainte de Von Mises max est𝟓.𝟖 ×
𝟏𝟎𝟖 𝑵/𝒎𝟐. Lors de l’essai sur mouton Charpy, la contrainte maximale selon Von Mises 6.28
× 108 𝑁/𝑚2. L’éprouvette est donc rompue sous l’effet de la charge qui lui est appliquée.
Pour l’acier X20Cr13 quand à lui, le critère de ruine par défaut est 𝟔 × 𝟏𝟎𝟖 𝑵/𝒎𝟐. Lors de
l’essai sur mouton Charpy, la contrainte maximale selon Von Mises 2.7 × 108 𝑁/𝑚2.
L’éprouvette n’est donc pas rompue sous l’effet de la charge qui lui est appliquée.
Pour l’acier 1.2343 (X38CrMoV5-1) quant à lui, le critère de ruine par défaut est 𝟏.𝟗𝟏 ×
𝟏𝟎𝟗 𝑵/𝒎𝟐. Lors de l’essai sur mouton Charpy, la contrainte maximale selon Von Mises
𝟑.𝟏𝟒𝟕 × 𝟏𝟎𝟖 𝑵/𝒎𝟐. L’éprouvette n’est donc pas rompue sous l’effet de la charge qui lui est
appliquée.

Vous aimerez peut-être aussi