Vous êtes sur la page 1sur 5

GENERALITES.

La notion de chantier implique qu’un projet est parvenu à maturation et que toutes
les conditions sont réunies pour sa réalisation. Parti d’une idée ou d’un besoin ( exprimés par
le maître de ‘ouvrage) il a suivi un certain nombre d’étapes.
Dans tout projet quelque soit sa nature, il y a plusieurs phases.
un projet naît d'une idée ou d'une envie de réalise quelque chose. Cette idée
vient du maître de l'ouvrage qui choisit un maître de l'oeuvre pour l'aider a concrétiser cette
idée.
le maître de l'oeuvre écoute le maître de l'ouvrage, le questionne pour savoir avec
précisions ce qu'il veut au juste, de quoi il dispose comme budget, et quel est l'étendue de
son assiette.
Le travail sur le projet commence. le BEt ( maître de l'oeuvre) va mettre sur le
papier ses idées concernant le projet. il transforme les veux et les rêves  du client ( maître de
l'ouvrage) en formes et en dessins. ça peut être une idée unique ou i peut y avoir plusieurs
idées appelées "variantes" c'est la phase " esquisse"
cette esquisse est présentée au client avec explications ce qui permet au client
d'opter pour une des variantes u de proposer encore des modifications à l'une d'entre elles.
Lorsque l'esquisse est approuvée par le client, une deuxième phase commence
elle consiste à préciser , conformément aux règles techniques et au normes, les
différentes dimensions de chaque partie d'ouvrage.( pour un projet de battement :
dimensions exactes de pièces, des murs, des ouvertures etc.) c'est la phase "Avant-projet".
cet avant-projet est de nouveau présenté au client et une fois approuvé on passe
"au projet d’exécution"
Commençons par connaître les différents intervenants dans l’art debatir : Dans le
secteur du BTPH (bâtiments, travaux publics, hydraulique) ils sont au nombre de cinq(5) trois
principaux et deux secondaires , mais néanmoins indispensables.
Les principaux sont, d’après les définissions trouvés dans les dictionnaires :

La maîtrise d'œuvre (souvent abrégée MOE ou MŒ ou Moe ou moe) est la


personne ou l'entité choisie par le maître d'ouvrage pour la réalisation d'un projet dans les
conditions de délais, de qualité ainsi que de coûts fixés par ledit projet, le tout conformément
à un contrat ou un cahier des charges.
Pour la partie relative au marché de travaux, la maîtrise d’œuvre désigne une
personne physique ou morale qui, pour sa compétence, peut être chargée par le maître de
l'ouvrage :
 de l'assister pour la consultation des entreprises et pour la conclusion
du ou des marchés avec le ou les entrepreneurs ;
 de diriger l'exécution du ou des marchés de travaux ;
 d'assister le maître de l'ouvrage pour la réception des ouvrages et le
règlement des comptes avec les entrepreneurs.

Il est le plus souvent utilisé en conjonction avec le terme maître d'ouvrage qui


désigne le propriétaire de l'ouvrage ou commanditaire des travaux (État, collectivités,
entreprises publiques, maître d'ouvrage privé), et qui exécute la passation des marchés.
Initialement employé dans le secteur économique du bâtiment et des travaux
publics, le diptyque maître d'ouvrage/maître d'œuvre est très utilisé dans le domaine de
l'informatique, aussi bien lors de la passation de marchés publics que dans le secteur privé.
Le maitre de l’œuvre est désigné, souvent, par le vocable « BEt » ( bureau
d’études techniques.)

La maîtrise d'ouvrage (MOA), aussi dénommée maître d'ouvrage est la


personne pour qui est réalisé le projet. Elle est l'entité porteuse d'un besoin, définissant
l'objectif d'un projet, son calendrier et le budget consacré à ce projet. Le résultat attendu du
projet est la réalisation d'un produit, appelé ouvrage.
La maîtrise d'ouvrage est à l'origine de l'idée de base du projet et représente, à
ce titre, les utilisateurs finaux à qui l'ouvrage est destiné.
De ce fait c’est lui qui commandite et qui finance l’ouvrage.

L’entrepreneur :
C’est la personne physique ou morales qui va réaliser le projet ,sous la houlette
du maître de l’œuvre pour le compte du maître de l’ouvrage. De ce fait il s’engage envers le
maître de l’ouvrage de réaliser le projet dans u délai déterminé pour un montant déterminer
conformément au contrat qui le lie au maître de l’ouvrage.

En plus de ces intervenants nous rencontrons deux autres qui interviennent en


aval et aussi pendant la réalisation.
Il s’agit de :
L’organisme de contrôle.
En Algérie il s’agit du CTC (contrôle technique de la construction).
En aval le CTC doit approuver les plans de GC ou de CM pour tous les ouvrages.
Il doit aussi procéder à la réception des fouilles pour les fondations.
En cours de chantier le CTC peut intervenir à tout moment pour s’assurer des la
conformité de l’exécution avec les plans approuvés. Le Mo ou l’entrepreneur peut lui faire
appel à tout moment pour résoudre un problème technique ou proposer des solutions à un
problème posé.
Le laboratoire d’études de sol.
En Algérie il s’agit du laboratoire des Travaux publics de l’est en ce qui concerne
l’est algérien.
Ce dernier réalise une étude de sol sur la base d’un programme préalable et qui
doit aboutir à des recommandations sur le type de fondations à prévoir ainsi qu’à la fixation
d’une contrainte admissible du sol.

Maintenant que nous connaissons les principaux acteurs, que ce passe t il entre
le projet d’exécution et la réalisation.

Pour passer à la réalisation il faut trouver quelqu’un pour le faire. C’est


l’entrepreneur.
Comment choisir parmi tous les entrepreneurs disponibles sur la place ?

Cet entrepreneur doit avoir la qualité de commerçant (titulaire d’un registre de


commerce) et avoir les qualités requises pour mener à bien sa mission sur le plan technique
( il doit être qualifié) et doit disposer des tous les moyens matériels, financiers et humains. il
est préférable qu’il ait des références pour des projets analogues déjà réalisés par lui pour
d’autres maîtres d’ouvrages.
Pour faire le choix on propose aux entrepreneurs intéressés un dossier de
consultation ( ou dossier d’appel d’offres)
Ce dossier comprend, en plus de tous les plans d’architectures, les plans de
génie civil dùment visés par CTC ainsi qu’un certain nombre de pièces écrites (ce qui
constitue le cahier de charges).
Parmi ces pièces écrites on peut citer les descriptifs des travaux pour lesquels les
plans sont muets. Les différents cahiers de prescriptions techniques générales et
particulières, ainsi que les prescriptions administratives régissant les relations entre le maître
de l’ouvrage t l’entrepreneur.
A ces cahiers s’ajoutent deux documents importants qui sont le « bordereau des
prix unitaires » (BPU) et le « détail quantitatif et estimatif» (DQE). Ces deux documents sont
élaborés par le BET et ne comportent aucun prix dans les colonnes destinées à cet effet.-
c’est à l’entreprise de proposer des prix pour chaque nature d’ouvrage citée dans les deux
documents-
Une instruction aux soumissionnaires est aussi jointe aux documents. Elle
explique comment se fera le choix de l’entreprise et le mode de notations qui permettra ce
choix.

Une fois le délai de dépôt des offres épuisé on procède à ‘ouverture des plis.
D’abord l’offre technique qui permettra de juger des capacités de ‘entreprise.+
conformément à l’instruction aux soumissionnaires cette offre obtiendra une note selon le
barème mentionné.
Ensuite et après analyse de l’offre technique on procède l’ouverture des offres
financières.
Là aussi ces offres vont être notées conformément au barème mentionné dans
l’instruction.

Comment va s’opérer le choix ?


Selon se que prescrit l’instruction aux soumissionaires une ou l’autre des
méthodes de choix doit être appliquée. L’instruction doit obliatoirement indiquer le
mode d’évaluation des offres et la méthode du choix
1ière méthode : la méthode dite du « moins disant »
L’instruction fixe un seuil minimum de points à acquérir pour l’offre technique.
Cette limite implique que les entreprises l’ayant atteinte sont en mesure de réaliser le travail.
Dans ce cas c’est l’offre financière qui va les départager on prendra donc
l’entreprise qui aura fait la meilleur offre financière.
2ième méthode : la méthode du « mieux disant » :
Lorsque cette méthode a été prévue par l’instruction, on somme les deux notes
obtenues (technique + financière) et on fait un classement par rapport à cette note finale

Remarque : il est bien entendu que le choix la méthode se fera en fonction de la


complexité du projet.
Pour un ouvrage simple , sans trop de difficultés technique on optera pour le
moins disant alors que pour un projet complexe qui nécessite une grade technicité et un
savoir faire, on optera pour le mieux disant.

Après toute ces péripéties et marathon en démarches administratives l’entreprise


choisie est enfin informée que son marché a passé toutes les étapes et il lui est notifié par
ordre de service qu’elle doit commencer les travaux.

Quel sont les outils qu permettront à l’entreprise d’exécuter les travaux de façon
correcte ?
Deux outils sont indispensables :
1- un bon planning d’exécution
2- un plan d’installation de chantier

LE PLANNING D’EXECUTION :

Un premier planning a déjà été établi et remis lors de la soumission


Ce planning, très sommaire, a servi à proposer un délai d’exécution ou à « renter dans un
délai si ce dernier a été imposé par le maître pour la réussite du chantier on doit le reprendre
en détaillant plus les grosses taches en taches plus maîtrisables et réparties dans le temps.
Ainsi, par exemple, n va transformer ce qui était , au paravent ; « planchers » en « plancher
1ier étage » , « plancher 2ième étage » , « plancher 3ième étage » etc.
L’établissement d’un planning nécessite une connaissance approfondie de l’entreprise, de
ses moyens de ses potentialités, de ses capacités à investir, de son potentiel humain et de
ses performances, du matériel à mettre en place sur ce chantier ainsi que toute information
complémentaire en mesure d’aider à réaliser un planning réaliste et réalisable.

Le PDF attaché à ce cours donne les éléments principaux et la démarche pour l’éléboration
de ces plannings.
L’approche se fait à partir d’un réseau PERT, susceptible de modifications pour s’adapter
aux contraintes de l’entreprise.
Ce diagramme est ensuite converti en un graphique « GATT » beaucoup plus parlant et
exploitable facilement

Quelle est l’utilité de ce planning ?


Ce planning va servir à différentes actions et prises de décision.

1-il va servir au contrôle de la cadence du chantier en comparant les avancements réels


avec l’avancement théorique issu du planning. Ainsi on pourra savoir assez en avance si le
chantier accuse du retard et donc faire corriger la cadence en agissant sur les causes du
retard.
2 – le planning donne les dates auxquelles devront intervenir les différentes équipes
spécialisées (terrassiers, coffreurs, ferrailleurs, maçons, carreleurs, faïenciers etc.)
3- du planning d’exécution découlera un certain nombre d’autres plannings tels que
a-Le planning du mouvement du personnel.- nombre d’équipes et leur constitution- période
d’intervention-
b-Le planning du matériel. On saura donc à l’avance à quel moment faire appel a matériel
spécifique et pour quelle durée – passer les commandes à temps si c’est du matériel pris en
location.

ainsi, à travers ce bref aperçu, on découvre ’utilité multiple d u planning et l’apport non
négligeable qu’il apporte à la gestion du chantier.

II- PLAN D’INSTALLATION DE CHANTIER (P.I.C).

Le plan d’installaton de chantier est indispensable pour ne leilleure exploitation de l’espace


disponible sur le terrain et une activité rationnelle
Il permet d’optimiser la position des divers espaces et limite au maximum les doubles
manutensions et les pertes.

Un plan d’installation de chantier (P.I.C.) est généralement établi à partir d’un plan masse et
définit les matériels « fixes » nécessaires à la réalisation des ouvrages et les cantonnements
pour accueillir le personnel du chantier.

Il sert aussi à obtenir:


- les autorisations d’installations de grues, de survol des grues sur les terrains ou les
bâtiments voisins, de travaux sur la voie publique, de déviation de voie, etc., émanant
des services techniques des mairies ou des préfectures de police, - les autorisations
d’installer le chantier suivant les règles d’hygiène et de sécurité des services de
l’inspection du travail.

Le document annexé donne la démarche à suivre et les recommandations pour réaliser un bon
Plan d’Installation de Chantier.

Vous aimerez peut-être aussi