Vous êtes sur la page 1sur 23

ESI. Math2. 2009/2010.

Chapitre : Suites et séries de fonctions.


I. SUITES DE FONCTIONS.
Définition: Soit E un ensemble non vide de R et
ℱE, R  f fonction / f : E→ R .
N →ℱE, R
On appelle suite de fonctions, une fonction f : telle que
n  fn
E→ R
fn .
x  f n x
Plus pratiquement on notera la suite de fonctions par f n  n ou même f n  n .

I.1. Convergence simple et uniforme d’une suite de fonctions.

I.1.1 Définitions.

Définition1: Soit f n  n une suite de fonctions définie sur un ensemble E.


On dira que f n  n est convergente simplement vers une fonction f sur A ⊆ E si
∀x ∈ A, ∀  0, ∃N, ∀n ≥ N  |f n x − fx|  
simple
On notera dans ce cas lim f n x  fx, ∀x ∈ A ou bien f n  f sur A.
n
Remarque1: N peut dépendre de  et de x.
Exemple: Etudier la convergence simple de la suite de fonctions f n  n où
f n x  2nx , E  0, .
3  nx
Réponse: Il s’agit de calculer lim f n x, ∀x ∈ E.
n
1er cas: x ≠ 0. lim f n x  lim 2nx  lim 2nx  2.
n n 3  nx n nx
2ème cas: x  0. lim f n 0  lim 0  0.
n n

simple 2 si x  0.
Donc f n  n est convergente simplement sur E, ie f n  f / fx  .
0 si x  0.
Définition2: Soit f n  n une suite de fonctions définie sur un ensemble E.
On dira que f n  n est convergente uniformément sur A ⊆ E vers une fonction f si
∀  0, ∃N, ∀n ≥ N, ∀x ∈ A  |f n x − fx|  
uniforme
On notera dans ce cas f n  f sur A.
Remarque2: N peut dépendre de  seulement!

Proposition1: Soit f n  n une suite de fonctions définie sur un ensemble E.


f n  n est convergente uniformément sur A ⊆ E vers une fonction f ssi
lim ‖f n − f‖  0,
n

Mme Achour.
1
ESI. Math2. 2009/2010.

où ‖f n − f‖ sup |f n x − fx|.


x∈A
Preuve: On a que ∀x ∈ A, |f n x − fx| ≤sup |f n x − fx|.
x∈A
1) supposons que
lim ‖f n − f‖  0  ∀  0, ∃N, ∀n ≥ N,  sup |f n x − fx|   .
n x∈A
Comme ∀x ∈ A, |f n x − fx| ≤sup |f n x − fx| on aura
x∈A

∀  0, ∃N, ∀n ≥ N, ∀x ∈ A  |f n x − fx|  


uniforme
2) supposons que f n  f sur
A  ∀  0, ∃N, ∀n ≥ N, ∀x ∈ A  |f n x − fx|  
Comme ∀x ∈ A, |f n x − fx| ≤ , il suffit d’appliquer le sup à l’inégalité et on obtient:

∀  0, ∃N, ∀n ≥ N,  sup |f n x − fx|   ie lim ‖f n − f‖  0


n
x∈A

Exemple: Etudier la convergence uniforme de la suite de fonctions f n  n où


f n x  xe −nx , x ≥ 0.
Réponse:
a) Convergence simple: Il s’agit de calculer lim f n x, ∀x ∈ E  0, .
n
−nx
lim xe si x  0
simple
−nx n
lim f n x  lim xe   0. Donc f n  f sur E / fx  0.
n n lim 0 si x  0
n

b) Convergence uniforme: A t’on lim ‖f n − f‖  0?


n
Calculons ‖f n − f‖ sup |f n x| sup xe −nx , il suffit d’étudier les variations de f n :
x∈E x∈E

f ′n x  e −nx − nxe −nx  e −nx 1 − nx. On a le TV suivant: x 0 1 


n
f ′n x  −
fn ↗ ↘
ie sup |f n x|  f n 1
n
1 et lim ‖f n − f‖  lim 1  0.
 ne ne
x∈E n n
uniforme
Conclusion: f n  f sur 0, .
Proposition2: La convergence uniforme  La convergence simple.
Théorème: Soit f n  n une suite de fonctions définie sur un ensemble E.
On dira que f n  n est convergente uniformément sur A ⊆ E ssi
∀  0, ∃N, ∀n ≥ N, ∀m ≥ N, ∀x ∈ A  |f n x − f m x|  
 ∀  0, ∃N, ∀n ≥ N, ∀m ≥ N,  ‖f n − f m ‖  
Remarque: ce théorème permet de montrer la convergence uniforme sans
connaitre la fonction limite f.

Mme Achour.
2
ESI. Math2. 2009/2010.

I.1.2 Méthodes pratiques pour l’étude de la convergence uniforme.

Proposition1: Soit f n  n une suite de fonctions définie sur un ensemble E.


Supposons que f n  n est convergente sur A ⊆ E vers une fonction f.
S’il existe une suite réelle M n  n telle que : |f n x − fx| ≤ M n ∀x ∈ A et lim M n  0.
n
uniforme
Alors f n  f sur A. (la suite M n  n est indépendante de x ∈ A).
Preuve: On a : |f n x − fx| ≤ M n , appliquons le sup à l’inégalité, on obtient:
sup |f n x − fx| ≤ M n , puis passons à la limite, on aura :
x∈A
uniforme
lim ‖f n − f‖  0 ie f n  f sur A.
n
Exemple: Etudier la convergence uniforme de la suite de fonctions f n  n où
sinnx
f n x  n , x ∈ R.
Réponse:
a) Convergence simple: Il s’agit de calculer lim f n x, ∀x ∈ E  R.
n
sinnx simple
lim f n x  lim n  0, ie f n  f sur E / fx  0.
n n
b) Convergence uniforme: A t’on lim ‖f n − f‖  0?
n
Il suffit de remarquer que |f n x| ≤ 1 lim 1
n ∀x ∈ R et n lim ‖f n ‖  0
n  0 d’où n
uniforme
Conclusion: f n  0 sur R.

Proposition2: Soit f n  n une suite de fonctions définie sur un ensemble E.


Supposons que f n  n est convergente sur A ⊆ E vers une fonction f.
S’il existe une suite réelle positive m n  n telle que : sup |f n x − fx| ≥ m n
x∈A
et lim m n ≠ 0.
n
uniforme
Alors f n  f sur A. (la suite m n  n est indépendante de x ∈ A).
Preuve: évidente.
Remarque: En pratique, on choisira m n  |f n x n  − fx n | avec x n  n ⊂ A.
Exemple: Etudier la convergence uniforme de la suite de fonctions f n  n où
sinnx
f n x  , x ∈ R.
1  n2x2
Réponse:
a) Convergence simple: Il s’agit de calculer lim f n x, ∀x ∈ E  R.
n
simple
lim f n x  0, ie f n  0 sur R.
n
b) Convergence uniforme: A t’on lim ‖f n − f‖  0?
n
Il suffit de remarquer que pour x n  1 sin 1
n , on pose m n  |f n x n |  2 et
lim m n ≠ 0.
n

Mme Achour.
3
ESI. Math2. 2009/2010.

uniforme
On en conclut f n  0 sur R.
Exercice: Etudier la convergence simple et uniforme de la suite de fonctions f n  n

log1  nx
f n x  , x ∈ R.
1  nx
Donner les domaines où il y a convergence uniforme.
Réponse:
Tout d’abord cherchons E   D f n / D f n  x ∈ R / 1  nx  0   − 1 n , 
n≥0 n≥0

Or − 1 lim − 1
n n ↗ et n n  0 mais f n 0 est bien définie. Donc E  0, .
1) Convergence simple: Il s’agit de calculer lim f n x, ∀x ∈ 0, .
n
log1  nx log u
1er cas: x ≠ 0. lim f n x  lim  0 (on rapelle: lim u  0).
n n 1  nx u
2ème cas: x  0. lim f n 0  lim 0  0.
n n
simple
Donc f n  0 sur 0, .
2) Convergence uniforme: A t’on lim ‖f n − f‖  0 / ‖f n − f‖  sup |f n x|?
n x∈0,
log1  nx
Calculons ‖f n − f‖  sup |f n x|  sup , il suffit d’étudier les
x∈0, x∈0,
1  nx
variations de f n :
n . 1  nx − n log1  nx

f n x  1  nx  n 1 − log1  nx.
1  nx 2
1  nx 2
On a le TV suivant: x 0 e−1 
n
f ′n x  −
fn ↗ ↘
ie sup f n x  f n e−1  1e et lim ‖f n − f‖  lim 1e  1e ≠ 0.
n n n
x∈0,
uniforme
Conclusion: f n  0 sur 0, .
3) Cherchons les domaines où la convergence est uniforme.
Remarque: Comme lim ‖f n − f‖ ≠ 0, le sup est atteint en x n  e −n 1 et lim x n  0,
n n
ceci implique que tout voisinage contenant 0 de la forme 0, a, a  0 contient x n  n
pour n assez grand, ie e −n 1 ≤ a pour n .
1er cas: Sur 0, a. On a le TV suivant pour n : x 0 e−1 a
n
f ′n x  −

fn ↘
ie sup f n x  f n e −n 1  1e et lim ‖f n − f‖  lim 1e  1e ≠ 0.
x∈0,a n n
uniforme
Conclusion1: f n  0 sur tout 0, a, a  0.

Mme Achour.
4
ESI. Math2. 2009/2010.

log1  na
2ème cas: Sur a, . sup f n x  f n a  et lim ‖f n − f‖  0
x∈a,
1  na n
uniforme
Conclusion2: f n  0 sur tout a, , a  0.

I.2 Propriétés de la limite d’une suite de fonctions.


Théorème1:"Conservation de la continuité"
Soit f n  n une suite de fonctions définie sur un intervalle I de R et convergente sur
I vers une fonction f, vérifiant les conditions suivantes:
1) Toutes les f n sont continues en x 0 ∈ I.
uniforme
2) f n  f sur I.
Alors f est continue en x 0 .
Remarques:
1) f est continue en x 0 ie
fx 0   lim fx  lim lim f n x  lim lim f n x  lim f n x 0 .
xx 0 xx 0 n n xx 0 n
2) C’est la contraposée du théorème qui est la plus utile comme le montre
l’exemple.
Exemple: On reprend la suite de fonctions: f n  n / f n x  2nx , E  0, .
3  nx
Y a t-il convergence uniforme sur E?
Réponse:
simple 2 si x  0.
a) Convergence simple: On rapelle que f n  f sur E / fx 
0 si x  0.
b) Convergence uniforme: On a que
1) Toutes les f n sont continues en x 0  0 ∈ 0, .
simple
2) f n  f sur 0,  et f discontinue en x 0  0 ∈ 0, .
uniforme
On en conclut que f n  f sur 0,  (il n y aura pas de convergence uniforme
sur tout intervalle contenant x 0  0).
Corollaire: Soit f n  n une suite de fonctions définie sur un intervalle I de R
et convergente sur I vers une fonction f, vérifiant les conditions suivantes:
1) Toutes les f n sont continues sur I.
uniforme
2) f n  f sur I.
Alors f est continue sur I.
Théorème2:"Conservation de l’intégrabilité"
Soit f n  n une suite de fonctions définie et convergente vers une fonction f sur un
intervalle a, b de R, de plus elle vérifie les conditions suivantes:
1) Toutes les f n sont intégrables sur a, b.
uniforme
2) f n  f sur a, b.
Alors f est intégrable sur a, b.

Mme Achour.
5
ESI. Math2. 2009/2010.

Remarque: f est intégrable sur a, b ie


b b b

 ftdt   lim f n t dt  lim


n n
 f n tdt .
a a a
Exemple: Soit la suite de fonctions: f n  n / f n x  ncos x n sin x, E  0,  .
2
Y a t-il convergence uniforme sur E?
Réponse:
a) Convergence simple: On a que pour x ∈ 0,   : 0 ≤ cos x ≤ 1
2
1er cas: x ∈0,  .
2 0
log n
n logcos x
n
lim f n x  lim sin x. e log nn logcos x  sin x. lim e  0.
n n n
2ème cas: x  0. lim f n 0  lim 0  0.
n n
3ème cas: x   
. lim f    lim 0  0.
2 n n 2 n
simple 
Donc f n  0 sur 0, , .
2
b) Convergence uniforme: Appliquons le théorème de conservation de l’intégrabilité
(sa contraposée) sur 0, ,  .
2
 
2 2
ˆ On a d’une part :  ftdt   0dt  0
0 0
 
2 2 
ˆ D’autre part :  f n tdt  n  cos t sin tdt  − n
n
n1
cos t n1 0
2  n
n1
0 0
et lim n 1≠0
n n1
b b

Donc  ftdt ≠ lim  f n tdt et comme toutes les f n sont intégrables sur 0, ,  
n 2
a a

f sur 0, ,  .
uniforme
alors f n 
2
Corollaire: Sous les mêmes hypothèses que le théorème2 , en posant
x x

F n x   f n tdt et Fx   ftdt, alors F n uniforme


 F sur a, b.
a a
Preuve: On a que
x x x

|F n x − Fx|  f n t − ftdt ≤ |f n t − ft|dt ≤ ‖f n − f‖dt  ‖f n − f‖x − a
a a a
Et comme x ∈ a, b alors |F n x − Fx| ≤ ‖f n − f‖b − a, on posera
M n  ‖f n − f‖b − a et lim M n  0, on obtient alors lim ‖F n − F‖  0.
n n
Théorème3: "Conservation de la dérivabilité".
Soit f n  n une suite de fonctions définie sur un intervalle I de R et convergente sur

Mme Achour.
6
ESI. Math2. 2009/2010.

I vers une fonction f, vérifiant les conditions suivantes:


1) Toutes les f n sont de classe C 1 sur I.
2) ∃x 0 ∈ I telle que la suite numérique f n x 0  n converge.
3) f ′n  n converge uniformément sur I vers une fonction g.
Alors on a les résultats suivants :
a) f n  n converge uniformément vers une fonction f.
′ .
b) f est de classe C 1 sur I et on a f ′  g ie lim f n x  lim f ′n x.
n n

Remarque: Les points 2) et a) du théorème3 peuvent être supprimé selon le


besoin.

II. SERIES DE FONCTIONS.


II.1 Définitions et premières propriétés.
Elles sont analogues à celles déja vues au niveau des séries numériques avec
toutefois quelques modifications:
Définition1: Soit E un ensemble non vide de R, Soit u n  n une suite de
E→ R
fonctions définie sur E ie u n : .
x  u n x
✠ On apelle série de fonctions sur E de terme général u n la quantité :

u 0  u 1 . . . u n . . . 
noté
∑ uk.
k0

✠ On apelle n’ième somme partielle liée à ∑ u k la quantité :
k0

n E→ R
u 0  u 1 . . . u n  ∑ uk noté
 Sn / Sn : n
.
k0
x  S n x  ∑ u k x
k0

✠ On apelle reste d’ordre n de la série ∑ u k , la série
k0

 E→ R
Rn  ∑ uk , Rn : 
.
kn1
x  R n x  ∑ u k x
kn1

.
Définiton2: Soit ∑ u n une série de fonctions sur E de terme général u n .
n
✠ ∑ u n est dite convergente en un point x 0 ∈ E si ∑ u n x 0  converge, dans le cas
n n
contraire elle sera dite divergente en x 0 .
Mme Achour.
7
ESI. Math2. 2009/2010.

✠ ∑ u n est dite convergente sur A ⊆ E si ∑ u n x converge ∀x ∈ A, dans ce cas


n n
on dira que la série converge simplement sur A, dans le cas contraire on dira
qu’elle est divergente sur A.

Proposition1: La définition2 peut être énoncée comme suit:


1) ∑ u n converge en x 0 ∈ E  ∑ u n x 0  converge.
n n

 la s.n S n x 0  n converge vers Sx 0 , Sx 0  est la somme de la série.numérique.


 lim R n x 0   0
n

2) ∑ u n converge sur A ⊆ E  ∑ u n x converge ∀x ∈ A.


n n

 la s.n S n x n converge ∀x ∈ A vers Sx, S est la somme de la série.de fonctions.


 lim R n x  0
n

Définiton3: Soit ∑ u n une série de fonctions sur E de terme général u n .


n
1) ∑ u n est dite absolument convergente sur A ⊆ E si la série de fonctions ∑|u n |
est convergente sur A.
2) ∑ u n est dite semi-convergente sur A ⊆ E si elle est convergente sur A sans
être absolument convergente sur A.

Remarque: Les théorémes et résultats rencontrés dans le chapitre "séries


numériques" peuvent être utiliser dans l’étude de la convergence simple, comme
par exemple: la convergence absolue  la convergence simple.

Définiton4: Soit ∑ u n une série de fonctions sur E de terme général u n .


n≥0

On appelle domaine de convergence de la série ∑ u n l’ensemble noté D et donné


n≥0
par:

D x ∈ E/ ∑ u n x converge , il peut être égale à  ou A ⊆ E


n≥0

Exemple: Donner le domaine de convergence de la série de fonctions :


∑ u n / u n x  x n , x ∈ R.
n≥0

Réponse: On rappelle le résultat rencontré dans le chapitre "séries numériques":


La série numérique ∑ a n où a ∈ R converge ssi |a|  1 et dans ce cas
n≥0

∑ a  1 −1 a .
n

n≥0

Mme Achour.
8
ESI. Math2. 2009/2010.

Donc la série de fonctions donnée a pour domaine de convergence simple :


D  − 1, 1 et on a pour ∀x ∈ D : ∑ x n  1 .
n≥0
1−x

Et biensûr si x ∈ R‵D la série de fonctions ∑ u n est divergente.


n≥0
II.2 Convergence uniforme.

Définiton5: Soit ∑ u n une série de fonctions sur E de terme général u n et soit


n≥0
S n  n la suite (de fonctions) de ses sommes partielles.
On dira que ∑ u n converge uniformément sur A ⊆ E si S n  n converge
n≥0
uniformément sur A.
Exemple: Reprendre la série de fonctions :∑ u n / u n x  x n , x ∈ R.
n≥0
On rappelle qu’elle a pour domaine de convergence simple :D  − 1, 1,
et que ∑ u n  S / Sx  1 pour x ∈ D.
1−x
n≥0
1) Y a t-il convergence uniforme sur D?
2) Dans le cas contraire trouver les domaines où il ya convergence uniforme.
Réponse:
1) Soit S n  n la suite ses sommes partielles, elle est définie par: S n x  1 − x .
n1
1−x
uniforme
Voyons si S n  S ie a t-on lim ‖S n − S‖  0? Où ‖S n − S‖  sup |S n x − Sx|.
n→ x∈−1,1
n1 n1
On a : |S n x − Sx|  1−x n1
− 1 
|x|

|x|
or on remarque que
1−x 1−x |1 − x| 1−x
|x| n1
lim   (il est toujours utile de contrôler les borne de l’intervalle car
x→1 − |1 − x|
souvent la convergence uniforme y est "faussée"!).
Donc sup |S n x − Sx|  lim |S n x − Sx|    lim ‖S n − S‖ ≠ 0.
x∈−1,1 x→1 − n→

Conclusion1: la série de fonctions :∑ u n ne converge pas uniformément dans D.


n≥0
2) ★ D’après la question 1) il n’ y a pas de convergence uniforme dans tout
intervalle qui contient le voisinage v1 ( a, 1 ou a, 1, |a|  1 ).
|x| n1
★ De même on a que que lim  1 , ie il n’ y a pas de convergence
x→−1  |1 − x| 2
uniforme dans tout intervalle qui contient le voisinage v−1 (  − 1, a ou  − 1, a,
|a|  1 ).
★ Il reste à voir s’il ya convergence uniforme sur −a, a, 0  a  1 :
|x| n1 n1 n1
|S n x − Sx|  ≤ a ∀x ∈ −a, a ie |x|  a or lim a  0.
1−x 1−a n→ 1 − a
uniforme
Conclusion2: S n  S sur tout intervalle de la forme −a, a, 0  a  1.

Mme Achour.
9
ESI. Math2. 2009/2010.

L’exemple précédent permet de compléter la référence vue au niveau du chapitre


sur les séries numérique:

Proposition2: (Référence)
La série de fonctions ∑ x n a pour domaine de convergence D  − 1, 1, et pour
n≥0

somme la fonction S / Sx  ∑ xn  1 .


1−x
n≥0
Elle converge uniformément sur tout intervalle de la forme −a, a, 0  a  1.
Définiton6: Soit ∑ u n une série de fonctions sur E de terme général u n et soit
n≥0
R n son n ième reste.
On dira que ∑ u n converge uniformément sur A ⊆ E si R n
uniforme
 0 sur A ie
n≥0
lim ‖R n ‖  0.
n→
Théorème1: (Critère de Cauchy pour la convergence uniforme)
Pour qu’une série de fonction sur E : ∑ u n soit uniformément convergente sur
n≥0
A ⊆ E il faut et il suffit que :
mp
∀  0, ∃N, ∀m, ∀p ≥ 1, ∀x ∈ A : mN ∑ un  
nm1

ou plus pratiquement on peut écrire:


mp
∀  0, ∃N, ∀m, ∀p ≥ 1 mN ∑ un  où
nm1
mp mp

∑ un sup ∑ u n x .
nm1 x∈A nm1
Théorème2: (CN pour la convergence uniforme)
Soit ∑ u n une série de fonctions sur E de terme général u n .
n≥0

∑ u n converge uniformément sur A ⊆ E  u n


uniforme
 0 sur A ie lim ‖u n ‖  0
n→
n

Remarque: C’est la contraposée du théorème précédent qui est la plus utilisée


ie: lim ‖u n ‖ ≠ 0  ∑ u n ne converge pas uniformément.
n→
n
Théorème3: (Régle d’Abel pour la convergence uniforme)
Soit ∑ u n une série de fonctions sur E de terme général u n , et soit A ⊆ E.
n≥0
Supposons que u n  v n . w n , où v n  n et w n  deux suites de fonctions vérifiant :
1) v n  n décroissante selon n pour chaque x ∈ A.
uniforme
2) v n  0 sur A ie lim ‖v n ‖  0 / ‖v n ‖ sup |v n x|.
n→
x∈A
3) Pour S n  w 0  w 1 . . . w n , ∃M  0 (indépendant de n et de x) tq |S n x| ≤ M
Mme Achour.
10
ESI. Math2. 2009/2010.

∀x ∈ A.
Alors la série ∑ u n est uniformément convergente sur A ⊆ E.

Exemple: Soit E  a, b un intervalle ne contenant pas des points de la forme


x  2k, k ∈ Z. Etudier la convergence uniforme de la série de fonctions:

∑ sinnx
n
, où   0 sur E
n≥1

Réponse:
Utilisons Abel uniforme : Soient v n x  1 et w n x  sinnx, u n  v n . w n .
n
ˆ D’une part v n  n ↘ , lim v n  0, on remarque que v n  est indépendante de
n→
x.
ˆ D’autre part on a S n  w 1  w 2 . . . w n , et |S n x| ≤ 1 (référence "séries
sin 2x
numériques"), or sin x ≤ 1 et sin x ≠ 0 puisque x ≠ 2k, k ∈ Z, donc 1 est
2 2 sin 2x
bornée, ∃M sup 1 telle que |S n x| ≤ M ∀x ∈ E.
x
x∈E sin 2

Conclusion: la série ∑
sinnx
, où   0 converge uniformément sur tout intervalle
n
n≥1
a, b ne contenant pas des points de la forme x  2k, k ∈ Z.

Remarque: Cette conclusion peut être prise comme référence.

II.3 Convergence normale.

Définiton7: Soit ∑ u n une série de fonctions sur E de terme général u n .


n≥0

On dira que ∑ u n converge normalement sur A ⊆ E si la série numérique ∑‖u n ‖


n≥0 n≥0
converge, où ‖u n ‖ sup |u n x|.
x∈A
Théorème4: Soit ∑ u n une série de fonctions sur E de terme général u n .
n≥0

∑ u n converge normalement sur A ⊆ E  ∑ u n converge uniformément sur A.


Preuve: Ceci résulte des critères de Cauchy pour les séries numériques et de
fonctions, en effet:
mp

∑‖u n ‖ converge  ∀  0, ∃N, ∀m, ∀p ≥ 1 mN ∑ ‖u n ‖   ,


nm1
mp mp
or ∑ un ≤ ∑ ‖u n ‖ on a alors
nm1 nm1
mp
∀  0, ∃N, ∀m, ∀p ≥ 1 mN ∑ un  .
nm1

Mme Achour.
11
ESI. Math2. 2009/2010.

Donc ∑ u n est uniformément convergente sur A.


Théorème5: (Critére de Weirestrass)
Soit ∑ u n une série de fonctions sur E de terme général u n telle que .
n≥0
1) |u n x| ≤ c n (indépendant de x) ∀x ∈ A.
2) ∑ c n converge (en tant que série numérique à termes positifs).
n
Alors ∑ u n converge normalement sur A ⊆ E.
n≥0
Preuve: Comme |u n x| ≤ c n ∀x ∈ A, alors sup |u n x| ≤ c n  ‖u n ‖ ≤ c n .
x∈A
Puis il suffit d’appliquer le critére de comparaison pour les séries numériques:
∑ c n converge  ∑‖u n ‖ converge.
n n
Exemple: Etudier la convergence normale de la série de fonctions :
∑ u n / u n x  n 2 1 x 2 , x ∈ R.
n≥1

Réponse:
Utilisons W : |u n x| ≤ 12 or ∑ 12 converge (Riemann)  ∑ u n converge
n n n≥1
n
normalement sur R.
Proposition: (lien entre les différentes convergences)
Nous avons le diagramme suivant: CN  CA
 ↘ 
CU  CS
Remarque: Les implications qui n’ y figurent pas n’existent pas!

II.4 Propriétés de la somme d’une série de fonctions.

Théorème6: (Conservation de la continuité)


Soit ∑ u n une série de fonctions sur I de terme général u n , I étant un intervalle
n≥0
quelconque de R, vérifiant:
1) Toutes les fonctions u n sont continues en x 0 ∈ I.
2) ∑ u n converge uniformément sur I.
Alors la somme F de la série ( Fx  ∑ u n x ) est continue en x 0 .
n≥0

et on a : lim Fx  lim


xx 0 xx 0
∑ u n x  ∑ lim u n x 
xx 0
∑ u n x 0   Fx 0 .
n≥0 n≥0 n≥0

Corollaire1: Soit ∑ u n une série de fonctions sur I de terme général u n , I étant


n≥0
un intervalle quelconque de R, vérifiant:
1) Toutes les fonctions u n sont continues sur I.

Mme Achour.
12
ESI. Math2. 2009/2010.

2) ∑ u n converge uniformément sur I.


Alors la somme F de la série est continue sur I.
Exemple: Soit la série de fonctions : ∑ u n / u n x  e −nx , x ≥ 1.
n

n≥0
1) Etudier la convergence simple de la série.
2) Montrer que la fonction F / Fx  ∑ e −nx est continue sur 1, .
n

n≥0
Réponse:
1) En fait il est intéressant de montrer la convergence normale ou uniforme pour en
profiter à la question2:
On remarque que x n ≥ 1  −nx n ≤ −n  e −nx ≤ e −n , / ∀x ∈ 1,  or ∑ 1e
n n

n≥0

converge (série géométrique), d’aprés le critère de Weirestrass on a que ∑ e −nx


n

n≥0
converge normalement donc uniformément donc simplement sur 1, .
2) On applique le théorème de conservation de la continuité:
1) Toutes les fonctions u n sont continues sur 1, .
2) ∑ u n converge uniformément sur 1, .
Alors la somme F de la série est continue sur 1, .
Théorème7: (Conservation de l’intégrabilité)
Soit ∑ u n une série de fonctions sur a, b un intervalle de R, de terme général u n ,
n≥0
vérifiant:
1) Toutes les fonctions u n sont intégrables sur a, b.
2) ∑ u n converge uniformément sur a, b.
Alors la somme F de la série est intégrable sur a, b.
b b b

et on a :  Ftdt   ∑ u n t dt  ∑  u n tdt .


a a n≥0 n≥0 a
Exemple: Soit la série de fonctions : ∑ u n / u n x  −1 n x n , x ∈ R.
n≥0
Montrer l’égalité suivante:
−1 n1 n
log1  x  ∑ n x / ∀x ∈ − 1, 1.
n≥1

Réponse:
On rapelle que la série ∑−1 n x n a pour domaine de convergence D  − 1, 1, et
n≥0

pour somme la fonction S / Sx  ∑−x n  1 ( par référence, il suffit de poser


1x
n≥0
X  −x ).
Et elle converge uniformément sur tout intervalle de la forme −a, a, 0  a  1.
Appliquons le théorème7 en particulier sur 0, x, 0  x  1 :
1) Toutes les fonctions u n sont intégrables sur −a, a, 0  a  1.

Mme Achour.
13
ESI. Math2. 2009/2010.

2) ∑ u n converge uniformément sur −a, a, 0  a  1.


Alors la somme F de la série est intégrable sur −a, a, 0  a  1,
ˆ en particulier F est intégrable sur 0, x, 0  x  1. Alors:
x x x
−1 n1 n1
 Ftdt   1 dt 
1t
∑ −t dt
n
 log1  x  − ∑
n1
x , on obtient:
0 0 n≥0 0 n≥0

−1 n1 n
log1  x  ∑ n x / ∀x ∈ 0, 1.
n≥1

ˆ de même F est intégrable sur x, 0, −1  x  0 :


0 0 0
−1 n1 n1
 Ftdt   1 dt 
1t
∑ −t n dt  − log1  x  − ∑
n1
x , on
x x n≥0 x n≥0

obtient:
−1 n1 n
log1  x  ∑ n x / ∀x ∈ − 1, 0.
n≥1

−1 n1
On a alors: log1  x  ∑ n x n / ∀x ∈ − 1, 1.
n≥1
Théorème8: (Conservation de la dérivabilité)
Soit ∑ u n une série de fonctions sur I un intervalle quelconque de R, de terme
n≥0
général u n , vérifiant:
1) Toutes les fonctions u n sont C 1 sur I.
2) ∃x 0 ∈ I telle que ∑ u n x 0  converge.
3) ∑ u ′n converge uniformément sur I.
Alors :
a) ∑ u n converge uniformément sur I.

b) La somme F de la série est C 1 sur I et F ′ x  ∑ u n x  ∑ u ′n x.


n≥0 n≥0
Remarque: La condition 2) et le résultat a) peuvent être supprimés (selon le
besoin).
Exemple: Reprendre la série de fonctions : ∑ u n / u n x  e −nx , x ≥ 1.
n

n≥0

Montrer que la fonction F / Fx  ∑e −nx n


est dérivable sur 1, .
n≥0
Réponse:
Appliquons le théorème de conservation de la dérivabilité:
1) Toutes les fonctions u n sont C 1 sur 1, .
2) Etudions la convergence normale éventuelle afin de déduire l’uniforme de ∑ u ′n .
n≥0
calculons sup |u ′n x| pour cela posons g n x  |u ′n x| n x 2 n−1 −nx n
e ,
x∈1,

Mme Achour.
14
ESI. Math2. 2009/2010.

étudions alors les variations de g n : g ′n x  n 2 x n−2 e −nx n − 1 − n 2 x n ,


n

le signe de g ′n x dépend de celui de n − 1 − n 2 x n .


Comme n −2 1 ≤ 1 ≤ x n ie n − 1 ≤ n 2 x n  g ′n x ≤ 0  sup g ′n x  g n 1  n 2 e −n .
n x∈1,

Donc sup |u ′n x|  n 2 e −n et la série numérique ∑ n 2 e −n converge (référence).


x∈1, n≥0

On conclut alors la convergence normale donc uniforme de ∑ u ′n sur 1, .


n≥0
De 1) et 2) La somme F de la série est C sur 1,  et
1


F x  ∑ u n x  ∑ u ′n x.
n≥0 n≥0

Le théorème précédent peut s’appliquer autant de fois que nécéssaire, ceci nous
permet de donner le corollaire suivant.
Corollaire2:Soit ∑ u n une série de fonctions sur I un intervalle quelconque de
n≥0
R, de terme général u n , vérifiant:
1) Toutes les fonctions u n sont C k sur I.
2) ∑ u n converge uniformément sur I.
k

Alors : La somme F de la série est C k sur I et F k x  ∑ u k


n x.
n≥0

III. SERIES ENTIERES.


Définition1: On appelle série entière une série de fonctions ∑ u n de terme
n≥0
général u n telle que u n x  a n x − x 0  où x 0 est un réel fixé et a n  n une suite
n

numérique réelle.

Exemple: Donner le domaine de convergence de la série entière : ∑x − x 0  n .


n≥0
Réponse:
En fait a n  1 ∀n ∈ N, c’est une série géométrique de raison x − x 0 , elle converge
simplement sur D x 0 − 1, x 0  1 vers sa somme S / Sx  1 et
1 − x − x 0 
converge uniformément sur tout ,  ⊂ D.

Remarques:
1) Le domaine de convergence d’une série entière ∑ a n x − x 0  n n’est jamais vide,
n≥0
il contient au moins x 0 .
2) L’exemple précédent nous montre qu’il suffit d’étudier les séries entières de la
forme ∑ a n x n , il suffira ensuite de poser y  x − x 0  afin de généraliser les
n≥0

résultats à celles de la forme: ∑ a n x − x 0  n .


n≥0

Mme Achour.
15
ESI. Math2. 2009/2010.

Théorème1: (1er lemme d’Abel)


Soit ∑ a n x n une série entière convergente en un point x 1 ∈ R ∗ , alors elle est
n≥0
absolument convergente ∀x / |x|  |x 1 |, ie elle converge absolument sur
 − |x 1 |, |x 1 |.

Preuve: ∑ a n x n1 converge
n≥0
CN
 lim a n x n1  0  ∀  0, ∃N, ∀n ≥ N  |a n x n1 |   .
n
n
Soit x / |x| ≤ |x 1 |, alors |a n x n |  |a n x n1 |. xx1 donc ∀  0, ∃N, ∀n ≥ N :
|a n x n |   xx1 , or ∑ xx1
n n x
converge (série géométrique de raison 0  x1  1).
n≥0

On obtient que ∑ a n x n converge par le critère de comparaison.


n≥N

On en conclut que ∑ a n x n converge sur  − |x 1 |, |x 1 |.


n≥0

Corollaire1: Soit ∑ a n x n une série entière divergente en un point x 1 ∈ R, alors


n≥0
elle est divergente ∀x / |x|  |x 1 |.
Corollaire2: Soit ∑ a n x n une série entière convergente sur un intervalle
n≥0
 − a, a alors elle est normalement convergente sur tout −r, r ⊂ − a, a (et même
sur tout ,  ⊂ − a, a).

III.1 Rayon et domaine de convergence:


Définition2: Soit ∑ a n x n une série entière, soit D son domaine de
n≥0
convergence.
On appelle rayon de convergence de la série entière la quantité notée R et donnée
par:

R  sup |x| / ∑ a n x n converge  sup |x| / x ∈ D


n≥0

Exemple: Donner le rayon de convergence de la série entière : ∑ x n .


n≥0
Réponse:
Comme D  − 1, 1  R  sup |x| / x ∈ D  1.

Théorème2: (Théorème de Hadamard)


Soit ∑ a n x n une série entière de rayon de convergence R, on pose :
n≥0
 lim sup n |a n | .
n→
Nous avons alors les résultats suivants:

Mme Achour.
16
ESI. Math2. 2009/2010.

1)   0  R  .
2)     R  0.
3) 0      R   1.

Remarque: On rapelle que lim a n1 l  lim  l.


an
n |a n |
n→ n→
Exemple: Calculer le rayon R de convergence de la série entière : ∑ e n cos n . x n .
n≥1
Réponse:
Soit a n  e n cos n  0. Utilisons le théorème de Hadamard et calculons
 lim sup n |a n | :
n→
Comme n |a n |  e cos n et
H
lim sup cos n  1   lim sup n |a n | 1  1.
e  R  e
n→ n→
Théorème3: (Caractérisation du rayon)
Soit ∑ a n x n une série entière de rayon de convergence R.
n≥0
Nous avons alors les résultats suivants:
1) R  0  D  0.
2) R    D  R.
3) Si 0  R   :
∀x ∈ R / |x|  R (ie x ∈ − R, R) : ∑ a n x n converge absolument.
n≥0

∀x ∈ R / |x|  R (ie x ∈ − , −RR, ) : ∑ a n x n diverge


n≥0

Remarque: Dans le cas où 0  R  , le théorème2 ne donne pas la nature en


x  R, il faudrait donc étudier les séries numériques ∑ a n R n et ∑ a n −R n .
n≥0 n≥0
Exemple: Donner le domaine D de convergence de la série entière :
∑ n  1n
xn
 3
.
n≥1
Réponse:
1) Calcul du rayon R de la série entière: soit
n  1n  3
an  1  0 : lim aan1   1    lim n |a n |  1.
n  1n  3 n→ n n  2n  4 n→

D’après le théorème de Hadamard : R    1.1

Remarque: a n est une fraction de polynome ou un polynome alors R  1.


Si 2) Etude aux bornes:
ˆ En x  1 : ∑ 1 converge ( 1  12 , Riemann 
n≥1
n  1n  3 n  1n  3 v n

l’équivalence).
−1n
ˆ En x  −1 : ∑ n  1n  3
converge
n≥1

Mme Achour.
17
ESI. Math2. 2009/2010.

−1n
(  1 , convergence absolue).
n  1n  3 v n 2
Conclusion: D  −1, 1.
Définition3: Soit ∑ a n x n une série entière de rayon de convergence R.
n≥0
L’intervalle noté Δ  − R, R est appelé intervalle de convergence de la série
entière.

Théorème4:
Soit ∑ a n x n une série entière de rayon de convergence R et Δ  − R, R son
n≥0
intervalle de convergence.
Elle est normalement (donc uniformément) convergente sur tout −r, r ⊂ Δ (et
même sur tout ,  ⊂ Δ).

Proposition1: Soient ∑ a n x n et ∑ b n x n deux séries entières de rayons de


n≥0 n≥0
convergence respectifs R a et R b . Nous avons alors les résultats suivants:
1) |a n | ≤ |b n |  R a ≥ R b .
2) |a n |  |b n |  R a  R b .
v
Preuve:
1) Supposons que |a n | ≤ |b n | et montrons que  − R b , R b ⊆ − R a , R a .
Soit x ∈ − R b , R b  ie ∑ b n x n converge absolument, or |a n x n | ≤ |b n x n |  ∑ anxn
n≥0 n≥0
converge absolument (donc converge), ie x ∈ − R a , R a . On en conclut que
Ra ≥ Rb.
2) Supposons que |a n |  |b n | et montrons que R a  R b .
v
On a
a n  1  ∀  0, ∃N, ∀n ≥ N  a n − 1   .
|a n |  |b n |  lim
v n→ bn bn
ie ∀  0, ∃N, ∀n ≥ N  1 − |b n |  |a n |  1  |b n |, choisissons par exemple
  1.
2
Donc pour n : 1 |b n |  |a n |  3 |b n | et appliquons 1) :
2 1 2 2
L’inégalité 1 donne R a ≤ R b et l’inégalité 2 donne R a ≥ R b . On en conclut que
Ra  Rb.

Proposition2: Soient ∑ a n x n et ∑ b n x n deux séries entières de rayons de


n≥0 n≥0

convergence respectifs R a et R b , et soient ∑a n  b n x n et ∑ w n x n leurs séries


n≥0 n≥0
somme et produit de rayons respectifs R S et R P . Nous avons alors les résultats
suivants:
1) R S ≥ infR a , R b  et R P ≥ infR a , R b .

Mme Achour.
18
ESI. Math2. 2009/2010.

2) Si R a ≠ R b alors R S  infR a , R b .

Exemple: Calculer le rayon de convergence de la série entière :


∑cos 2 n  e n cos n x n .
n≥1
Réponse:
1) Calculons R a le rayon de convergence de : ∑ cos 2 n. x n .
n≥1

R a ≥ 1 (car la s.e ∑ 1. x n a pour rayon 1),


Prop1
Posons a n  cos 2 n, |a n | ≤ 1 
n≥1

or en x  1 la série ∑ cos 2 n diverge (CN non vérifiée) 


Coro.1
R a ≤ 1  R a  1.
n≥1

2) Soit R b le rayon de convergence de : ∑ e n cos n . x n ,R b  1e (déja fait).


n≥1

Comme R a ≠ R b alors R  infR a , R b   1e .

GENERALISATION.
Plus généralement on considère une série entière de la forme ∑ a n x − x 0  n .
n≥0

1) Son rayon de convergence est celui de ∑ a n x , il sera noté R. n

n≥0
★ R  0  D  0.
★ R    D  R.
★ Si 0  R   :
∀x ∈ R / |x − x 0 |  R (ie x ∈x 0 − R, x 0  R) : ∑ a n x − x 0  n converge absolument.
n≥0

∀x ∈ R / |x − x 0 |  R (ie x ∈ − , x 0 − Rx 0  R, ) : ∑ a n x − x 0  n diverge


n≥0

3) Son intervalle de convergence est Δ x 0 − R, x 0  R et ∑ a n x − x 0  n est


n≥0
normalement (donc uniformément) convergente sur tout −r, r ⊂ Δ (et même sur
tout ,  ⊂ Δ).

III.2 Propriétes de la somme d’une série entière:


Théorème5: Soit ∑ a n x n une série entière de rayon de convergence R et
n≥0
Δ  − R, R son intervalle de convergence.
Alors sa somme est continue sur Δ.
Preuve:
On rappelle qu’elle est uniformément convergente sur tout intervalle
a, b ⊂ − R, R, donc d’aprés le théorème de conservation de la continuité: sa
fonction somme S est continue sur tout intervalle a, b ⊂ − R, R.
On en conclut que S est continue sur Δ.

Mme Achour.
19
ESI. Math2. 2009/2010.

Théorème6: Soit ∑ a n x n une série entière de rayon de convergence R et de


n≥0
somme S sur son intervalle de convergence Δ  − R, R. Et soient :
ˆ ∑ na n x n−1 la série entière obtenue par dérivation terme à terme.
n≥1

ˆ ∑ a n x n1 la série entière obtenue par intégration terme à terme.


n1
n≥0
Alors on a :
1) Les trois séries entières ont même rayon de convergence, ie R  R 1  R 2 .
x

2) S x  ∑ na n x n−1
et  Stdt  ∑ a n x n1 .
n1
n≥1 0 n≥0

Preuve:
1) Supposons que ∑ na n x n−1 a pour rayon de convergence R 1 , comme
n≥1
lim n n 1:
n
lim sup n |na n |  lim n n . lim sup n |a n | lim sup n |a n |  R  R1.
n→ n n→ n→
De même, Supposons que ∑ a n x n1 a pour rayon de convergence R ,
2
n1
n≥0

comme lim 1 1:


n1
n
n

lim sup n 1 an  lim n 1 . lim sup n |a n | lim sup n |a n |  R  R2


n→
n  1 n n1 n→ n→
2) Il suffit d’appliquer les théorèmes de conservation de la dérivabilité et de
l’intégrabilité:
★ Toutes les u n / u n x  a n x n sont C  sur  − R, R (donc en particulier
intégrables).
★ ∑ u ′n est uniformément convergente sur tout intervalle a, b ⊂ − R, R, car son
n≥0
rayon de convergence est R.
★ ∑ u n est uniformément convergente sur tout intervalle a, b ⊂ − R, R.
n≥0
Donc la somme S est dérivable et inté grable et on a :
x

S x  ∑ na n x n−1
et  Stdt  ∑ a n x n1 .
n≥1 n≥0
n1
0
Remarque:Si dans le théorème6 on a la série entière ∑ a n x n / n 0 ≥ 1 alors
n≥n 0

S x  ∑ na n x n−1
.
n≥n 0

Corollaire3: Soit ∑ a n x n une série entière de rayon de convergence R et de


n≥0
somme S sur son intervalle de convergence Δ  − R, R.
Alors S ∈ C   − R, R et S k x  ∑ nn − 1. . . n − k − 1a n x n−k .
n≥k

Mme Achour.
20
ESI. Math2. 2009/2010.

Théorème6: (Second lemme d’Abel)


Soit ∑ a n x n une série entière de rayon de convergence R ∈0,  et de somme S
n≥0
sur son intervalle de convergence Δ  − R, R.
ˆ Si ∑ a n R n converge alors S est continue à gauche de x  R ie
n≥0

lim Sx  ∑ anRn.


xR − n≥0

ˆ Si ∑ a n −R n converge alors S est continue à droite de x  −R ie


n≥0

lim Sx  ∑ a n −R n .


x−R  n≥0

Exemple: Calculer le rayon R ainsi que la somme S de la série entière : ∑ xn .


n

n≥1
Réponse:
1) Calcul du rayon R de la série entière: soit
an  1 a n1  1    lim n
n  0, lim ann→
|a n |
n→
 1.
D’après le théorème de Hadamard : R  1  1 (on aurait pu dire que a n est une

fraction de polynome donc R  1.


2) Etude aux bornes:
ˆ En x  1 : ∑ 1 n diverge (Riemann).
n≥1
−1n
ˆ En x  −1 : ∑ n converge (Leibnitz).
n≥1
Conclusion: D  −1, 1
3) D’après le théorème6: S ′ x  ∑ x n−1  ∑ x n , ie S ′ x 
1
1 ∀x ∈ − 1, 1
−x
n≥1 n≥0

(série géométrique). D’où Sx  − log1 − x  C, or S0  ∑ 0n  0.


n

n≥1
Donc Sx  − log1 − x ∀x ∈ − 1, 1.
De plus ∑ a n −1 n converge alors d’après le théorème 6 :
n≥0
−1 n
∑ n  lim Sx  − log 2.
n≥0 x−1 

Conclusion: Sx  − log1 − x ∀x ∈ −1, 1.

III.3 Séries de Taylor.


Dans tout ce paragraphe on considérera x 0 ∈ R et une fonction f ∈ C  au vx 0 .
On cherchera à répondre à la question suivante:
f n x 0 
Sous quelles conditions a t-on fx  ∑ x − x 0  n ?
n≥0
n!
Définition4: On appelle série de Taylor de f au point x 0 la série entière

Mme Achour.
21
ESI. Math2. 2009/2010.

f n x 0 
∑ n!
x − x 0  n .
n≥0

Proposition3: Soit une série entière ∑ a n x − x 0  n qui a pour somme S sur son
n≥0
S n x 0 
intervalle de convergence x 0 − R, x 0  R, alors a n  .
n!
Preuve:
On rapelle que S ∈ C   − R, R et
S k x  ∑ nn − 1. . . n − k − 1a n x n−k  S n x  n!a n .
n≥k
Corollaire4: Toute série entière est la série de Taylor de sa somme.
Preuve:
S n x 0  S n x 0 
On a que Sx  ∑ a n x − x 0  n / a n   Sx  ∑ x − x 0  n .
n≥0
n! n≥0
n!

Rappel: Le développement de Taylor de f à l’ordre n DT n au vx 0  est donné


par:
n
f k x 0 
fx 
∗
∑ k!
x − x 0  n  R n x.
k0

f n1 x − x − x 0 
Où R n x  x − x 0  n1 /  ∈0, 1, R n x est le reste du DT n .
n  1!
Théorème7: Supposons que f ∈ C  x 0 − R, x 0  R.
f n x 0 
fx  ∑ n!
x − x 0  n ∀x ∈x 0 − R, x 0  R ssi lim R n x  0.
n
n≥0

Preuve:
Evidente, il suffit de passer à la limite dans l’égalité ∗.
Théorème8: Soit f ∈ C  x 0 − R, x 0  R, s’il existe une constante M  0 telle que
∀x ∈x 0 − R, x 0  R, ∀n ∈ N : |f n x| ≤ M
f n x 0 
Alors fx  ∑ n!
x − x 0  n ∀x ∈x 0 − R, x 0  R.
n≥0
Preuve:
Il suffit de montrer que lim R n x  0. On a |R n x| ≤ M. R n1 ,
n n  1!
Or lim R n1  0, pour cela il suffit de considérer la série numérique
n n  1!

associée:∑ R
n1
, elle est convergente (d’après la régle de D’Alembert par
n≥0
n  1!
CN
exemple)  R n1  0.
lim
n n  1!

Exemple: Donner le DSE de fx  sin x et gx  log 1  x .


1−x
Réponse:

Mme Achour.
22
ESI. Math2. 2009/2010.

3 5
1) On a que |f n x| ≤ 1 ∀x ∈ R  x − x  x . . . ie
3! 5!
−1 n x 2n1
fx  ∑ ∀x ∈ R.
n≥0
2n  1!
−1 n1 x n
∑  ∑ xn ∀x ∈ − 1, 1 (voir
n
2) gx  log1  x − log1 − x  n
n≥1 n≥1
−1n1
1
formulaire). D’où gx  ∑ n x n ∀x ∈ − 1, 1. Comme
n≥1

−1 n1  1 2 si n  2k  1
 n .
n
0 si n  2k
On obtient alors ∑ 1 x 2n1 ∀x ∈ − 1, 1.
n≥0
2n  1

Mme Achour.
23

Vous aimerez peut-être aussi