Vous êtes sur la page 1sur 10

Université Mohammed V Année Universitaire 2019-2020

Faculté des sciences de Rabat


Département de Mathématiques

Série 3- Corrigé
Algèbre 3 - SMIA

Exercice 1
(1) • f1 (x, y, z) = (3x + y, z, 4z + y)
1− Soient (x, y, z), (x0 , y 0 , z 0 ) ∈ R3

f1 ((x, y, z) + (x0 , y 0 , z 0 )) = f1 (x + x0 , y + y 0 , z + z 0 )
= (3(x + x0 ) + y + y 0 , z + z 0 , 4(z + z 0 ) + y + y 0 )
= (3x + 3x0 + y + y 0 , z + z 0 , 4z + 4z 0 + y + y 0 )
= (3x + y, z, 4z + y) + (3x0 + y 0 , z 0 , 4z 0 + y 0 )
= f1 (x, y, z) + f1 (x0 , y 0 , z 0 )

2− Soient (x, y, z) ∈ R3 et λ ∈ R

f1 (λ(x, y, z)) = f1 (λx, λy, λz)


= (3(λx) + λy, λz, 4(λz) + λy)
= (λ(3x + y), λz, λ(4z + y))
= λ(3x + y, z, 4z + y)
= λf1 (x, y, z)

Donc f1 est linéaire.

• f2 (x, y, z) = x + y − iz
1− Soient (x, y, z), (x0 , y 0 , z 0 ) ∈ R3

f2 ((x, y, z) + (x0 , y 0 , z 0 )) = f2 (x + x0 , y + y 0 , z + z 0 )
= x + x0 + y + y 0 − i(z + z 0 )
= x + x0 + y + y 0 − iz − iz 0
= (x + y − iz) + (x0 + y 0 − iz 0 )
= f2 (x, y, z) + f2 (x0 , y 0 , z 0 )
1
2

2− Soient (x, y, z) ∈ R3 et λ ∈ R
f2 (λ(x, y, z)) = f2 (λx, λy, λz)
= λx + λy − iλz
= λ(x + y − iz)
= λf2 (x, y, z)
Donc f2 est linéaire.

• De la même manière, on montre facilement que f3 et f4 sont linéaires.

• f5 (P) = (P(−1), P(0), P(1))


1− Soient P, Q ∈ R3 [X]:
f5 (P + Q) = ((P + Q)(−1), (P + Q)(0), (P + Q)(1))
= (P (−1) + Q(−1), P (0) + Q(0), P (1) + Q(1))
= (P (−1), P (0), P (1)) + (Q(−1), Q(0), Q(1))
= f5 (P ) + f5 (Q)
2− Soient P ∈ R3 [X] et λ ∈ R
f5 (λP ) = ((λP )(−1), (λP )(0), (λP )(1))
= (λP (−1), λP (0), λP (1))
= λ(P (−1), P (0), P (1))
= λf5 (x, y, z)
Ainsi, f5 est linéaire.

• f6 (P) = P(X + 1) − P(X − 1) + P0 (X)


1− Soient P, Q ∈ Rn [X]:
f6 (P + Q) = (P + Q)(X + 1) − (P + Q)(X − 1) + (P + Q)0 (X)
= P (X + 1) + Q(X + 1) − P (X − 1) − Q(X − 1) + P 0 (X) + Q0 (X)
= (P (X + 1) − P (X − 1) + P 0 (X)) + (Q(X + 1) − Q(X − 1) + Q0 (X))
= f6 (P ) + f6 (Q)
2− Soient P ∈ R3 [X] et λ ∈ R
f6 (λP ) = (λP )(X + 1) − (λP )(X − 1) + (λP )0 (X)
= λP (X + 1) − λP (X − 1) + λP 0 (X)
= λ(P (X + 1) − P (X − 1) + P 0 (X))
= λf6 (x, y, z)
3

Ainsi, f6 est linéaire.


(2)
• f (z) = z
1− Soient z = x + iy, z 0 = x0 + iy 0 ∈ C avec x, x0 , y, y 0 ∈ R:
f (z + z 0 ) = z + z 0 = (x + x0 ) + i(y + y 0 )
= (x + x0 ) − i(y + y 0 ) = (x − iy) + (x0 − iy 0 )
= z + z0
= f (z) + f (z 0 )
2− Soient z = x + iy ∈ C avec x, y ∈ R et λ ∈ R
f (λz) = λz = λx + iλy
Puisque λx, λy ∈ R, on aura :
f (λz) = λx − iλy = λ(x − iy)
= λf (z)
Ainsi, f est linéaire sur C en tant que R-espace vectoriel.
f n’est pas linéaire sur C en tant que C-espace vectoriel. En effet,
soient z = 2 − i ∈ C et λ = 3i ∈ C. On a:
f (λz) = f (3i(2 − i)) = f (3 + 6i) = 3 − 6i or on a λf (z) = 3if (2 − i) =
3i(2 + i) = −3 + 6i.

• g(z) = R(z)
1− Soient z = x + iy, z 0 = x0 + iy 0 ∈ C avec x, x0 , y, y 0 ∈ R:
g(z + z 0 ) = R(z + z 0 ) = x + x0 = R(z) + R(z 0 )
= g(z) + g(z 0 )
2− Soient z = x + iy ∈ C avec x, y ∈ R et λ ∈ R
g(λz) = R(λz) = R(λx + iλy)
Puisque λx, λy ∈ R, on aura :
g(λz) = λx = λR(z)
= λg(z)
Ainsi, g est linéaire sur C en tant que R-espace vectoriel.
g n’est pas linéaire sur C en tant que C-espace vectoriel. En effet,
soient z = 3 + 4i ∈ C et λ = 2i ∈ C. On a:
g(λz) = g(2i(3 + 4i)) = g(−8 + 6i) = −8 or on a λg(z) = 2ig(3 + 4i) =
6i.

Exercice 2
(1)
4




x−y =0

x + y + 2z = 0


xv1 + yv2 + zv3 = 0 ⇔ 

 y+ z=0

−x − z=0


On fait l’ opération élémentaire
 suivante L1 ↔ L2 , on obtient le sys-



x + y + 2z = 0

 x−y

=0
tème équivalent suivant:


 y+ z=0

−x − z=0


On effectue les opérations
 élémentaires suivantes L2 ← L2 −L1 et L4 ←



x + y + 2z = 0
 ( (
 − 2y − 2z = 0

x + y + 2z = 0 x =y
L4 + L1 , on obtient : ⇔ ⇔

 y+ z=0 y+ z=0 z = −y



y+ z=0
Pour y = 1, on a v1 + v2 − v3 = 0. Ainsi, les vecteurs v1 , v2 et v3 ne
sont pas libres sur l’espace R4 ; ils sont liés.
On a V ect(v1 , v2 , v3 ) = V ect(v1 , v2 , v1 + v2 ) = V ect(v1 , v2 ) et puisque
Les vecteurs v1 et v2 ne sont pas colinéaires, ils sont donc libres. Ainsi,
(v1 , v2 ) est une base de V ect(v1 , v2 , v3 ).
(2)
• (x, y, z, t) ∈ F ∩ G si et seulement si il existe a, b, c, α, β ∈ R tel que
(x, y, z, t) = af1 + bf2 + cf3 = αg1 + βg2 .



x = −a + 2b + 4c = α + 3β

 y = −a + b + 5c = α − 4β

(x, y, z, t) ∈ F ∩ G ⇔


 z = 3b + 9c = α + 4β

= 2a + b − c = α + 2β


t



 −a + 2b + 4c − α − 3β = 0

−a + b + 5c − α + 4β

=0



 3b + 9c − α − 4β =0

2a + b − c − α − 2β

=0



 a − 2b − 4c + α + 3β = 0

a − b − 5c + α − 4β

=0



 2a + b − c − α − 2β =0

3b + 9c − α − 4β

=0
5

On effectue les opérations élémentaires suivantes L2 ← L2 − L1 et


L3 ← L3 − 2L1 , on obtient le système équivalent suivant:

a − 2b − 4c + α + 3β
 
 =0 a
 =0
 
b − c − 7β
 

 =0 b

= 6β

12c − 3α + 27β = 0  c = −β

 


 
12c − α + 17β = 0 α = 5β

 

Ainsi, (x, y, z, t) ∈ F ∩ G ⇔ x = 8β, y = β, z = 9β, t = 7β


⇔ (x, y, z, t) = β(8, 1, 9, 7).
Par conséquent, F ∩ G = V ect(8, 1, 9, 7) admet le vecteur (8, 1, 9, 7)
comme base puisqu’il est non nul.
• Nous avons montré que af1 + bf2 + cf3 = αg1 + βg2 , donc pour β = 1,
on aura 6f2 − f3 = 5g1 + g2 ∈ F ∩ G.
On a F + G = V ect(f1 , f2 , f3 , g1 , g2 ) = V ect(f1 , f2 , f3 , g1 , 6f2 − f3 −
5g1 ) = V ect(f1 , f2 , f3 , g1 ).
Montrons que (f1 , f2 , f3 , g1 ) est libre. En effet, on a :
−a + 2b + 4c + d


 =0

 −a + b + 5c + d


=0
af1 + bf2 + cf3 + dg1 = 0 ⇔


 3b + 9c + d = 0

2a + b − c + d = 0

On effectue les opérations élémentaires suivantes L2 ← L2 −L1 et L4 ←


L4 + 2L1 , on obtient le premier système après, on fait les opérations
suivantes L3 ← L3 + 3L2 et L4 ← L4 + 5L2 et on obtient le deuxième
équivalent, puis, on fait l’opération élémentaire L4 ← L4 − L3 .:
−a + 2b + 4c + d −a + 2b + 4c + d = 0 −a + 2b + 4c + d = 0
  

 =0 
 

  
−b + c −b + c = 0 −b + c = 0
  

 =0 
 

⇔ ⇔


 3b + 9c + d = 0 

 12c + d = 0 

 12c + d = 0
  
5b + 7c + 3d = 0 12c + 3d = 0 2d = 0

 
 



 a=0


b

=0



 c=0

d = 0

Ainsi, (f1 , f2 , f3 , g1 ) est libre et donc c’est une base de F + G =


V ect(f1 , f2 , f3 , g1 ).
F + G = {xf1 + yf2 + zf3 + tg1 /(x, y, z, t) ∈ R4 }
6

(3)

αP1 (X) + βP2 (X) + γP3 (X) = 0 ⇔ α(X 3 + 4X 2 − 2X + 3) + β(2X 3 + 10X 2 − 3X + 7) +


γ(2X 3 + 4X 2 − 6X + 4) = 0
⇔ (α + 2β + 2γ)X 3 + (4α + 10β + 4γ)X 2 +
(−2α − 3β − 6γ)X + (3α + 7β + 4γ) = 0



 α + 2β + 2γ=0

4α + 10β + 4γ

=0
On obtient le système linéaire suivant:


 −2α − 3β − 6γ = 0

3α + 7β + 4γ

=0
On fait les opérations élémentaires suivantes : L2 ← L2 − 4L1 , L3 ←
L3 + 2L1 et L4 ← L4 − 3L1 , on obtient le système équivalent suivant:


 α + 2β + 2γ =0

− 4γ α = −6γ

2β =0 α + 2β + 2γ = 0
 ( (

⇔ ⇔


 β − 2γ =0 β − 2γ = 0 β = 2γ

β − 2γ =0

Donc l’ensemble des solutions de ce système est {(−6γ, 2γ, γ) =


γ(−6, 2, 1)}. Ainsi, 6P1 (X) − 2P2 (X) − P3 (X) = 0.

(4) Soient a, b, c ∈ R tel que aw1 + bw2 + cw3 = 0. Alors:


a(1 + i) + b2i = 0 a + (a + 2b)i = 0
 

 

 
a(1 + 2i) + b(1 − i) + c(−1 + 2i) = 0 ⇔ a + b − c + (2a − b + 2c)i = 0
 
ai − b + c(2 + i) = 0 −b + 2c + (a + c)i = 0

 

On montre facilement que a = b = c = 0.

Exercice 3
(1) On a F = {(x, y, z, t) ∈ R4 /x + z = t + y} :
(x, y, z, t) ∈ F ⇔ x+z =t+y
⇔ t=x+z−y
⇔ (x, y, z, t) = (x, y, z, x + z − y)
⇔ (x, y, z, t) = x(1, 0, 0, 1) + y(0, 1, 0, −1) + z(0, 0, 1, 1)
⇔ (x, y, z, t) ∈ V ec((1, 0, 0, 1), (0, 1, 0, −1), (0, 0, 1, 1))
Donc F = V ect(f1 , f2 , f3 ) oŭ f1 = (1, 0, 0, 1), f2 = (0, 1, 0, −1), et
f3 = (0, 0, 1, 1).
7

On montre facilement que la famille {f1 , f2 , f3 } est libre.


α1 f1 + α2 f2 + α3 f3 = 0 ⇔ α1 = α2 = α3 = 0
Puisque la famille {f1 , f2 , f3 } est libre et génératrice de F alors (f1 , f2 , f3 )
est une base de F . Ainsi F est un sous espace vectoriel de R4 de di-
mension 3.
Soient a1 , a2 , a3 les coordonnées de a dans la base (f1 , f2 , f3 ). Alors :
a = a1 f1 + a2 f2 + a3 f3 . On obtient :

 a1 =3 


  a1
 =3

 a2 =1 
⇔ a2 = 1


 a3 =2 
a = 2


a − a + a 3
=4

1 2 3

(2) On a G = {(x, y, z, t) ∈ R4 /y + t = x − y − z = 0}
(x, y, z, t) ∈ G ⇔ y + t = 0, x − y − z = 0
⇔ t = −y, z = x − y
⇔ (x, y, z, t) = (x, y, x − y, −y)
⇔ (x, y, z, t) = x(1, 0, 1, 0) + y(0, 1, −1, −1)
⇔ (x, y, z, t) ∈ V ec((1, 0, 1, 0), (0, 1, −1, −1))
Donc G = V ect(g1 , g2 ) oŭ g1 = (1, 0, 1, 0) et g2 = (0, 1, −1, −1).
Puisque les deux vecteurs g1 et g2 ne sont pas colinéaires, alors {g1 , g2 }
est libre. Ainsi, (g1 , g2 ) est une base de G. Par conséquent, G est un
sous espace vectoriel de R4 de dimension 2.
Soient b1 , b2 les coordonnées de b dans la base (g1 , g2 ). Alors b = b1 g1 +
b2 g2 . On obtient:


 b1 =4


b2 =1 b1 = 4
 (




 b1 − b2 =3 b2 = 1

−b2 = −1

(3) On a:




−t + x − y +z =0
(x, y, z, t) ∈ F ∩ G ⇔  x−y−z =0
 
t +y =0
On effectue l’opération élémentaire suivante L3 ←− L3 +L1 , on obtient
le système équivalent suivant:
8
 
−t + x − y


+z =0 


x = −z
x−y−z =0 ⇔ y = −2z

 


x +z =0 
t = 2z
Ainsi,

F ∩ G = {(−z, −2z, z, 2z)/z ∈ R}


= {z(−1, −2, 1, 2)/z ∈ R}
= V ect(−1, −2, 1, 2)

(−1, −2, 1, 2) est une base du sous espace vectoriel F ∩G = V ect(−1, −2, 1, 2)
et sa dimension est égale à 1.

Exercice 4
(1) E \ F n’est jamais un sous espace vectoriel de E car il ne contient
pas le vecteur nul.
(2) Soient x ∈ F et y ∈ E \ F . Montrons que x + y ∈ E \ F .
Supposons que x+y ∈ / E\F donc x+y ∈ F et par suite y = (x+y)−x ∈
F car x ∈ F et x + y ∈ F . Ce qui est absurde car on a y ∈ / F . Ainsi
x + y ∈ E \ F.
(3) On a V ect(E) = V ect(F ∪ (E \ F )) = V ect(F ) + V ect(E \ F ).
Donc E = F + V ect(E \ F ) car V ect(E) = E et V ect(F ) = F .
Supposons que E 6= F , donc il existe x0 ∈ E \ F . Soit x ∈ E donc
il existe f ∈ F , il existe g ∈ V ect(E \ F ) tel que x = f + g. Donc
x = (f + x0 ) + g − x0 . On a f + x0 ∈ E \ F d’après (2). Ainsi x est une
combinaison linéaire d’éléments de V ec(E \ F ). Donc x ∈ V ect(E \ F ).
Par conséquent E = V ect(E \ F ).

Exercice 5
f (x, y, z) = (x + 2y + z, 2x + y + 3z, −x − y − z)
(1) 1− Soient (x, y, z), (x0 , y 0 , z 0 ) ∈ R3
f ((x, y, z) + (x0 , y 0 , z 0 )) = f (x + x0 , y + y 0 , z + z 0 )
= (x + x0 + 2(y + y 0 ) + z + z 0 , 2(x + x0 ) + y + y 0 + 3(z + z 0 ), −(x + x0 ) −
(y + y 0 ) − (z + z 0 ))
= (x+x0 +2y+2y 0 +z+z 0 , 2x+2x0 +y+y 0 +3z+3z 0 , −x−x0 −y−y 0 −z−z 0 )
= (x + 2y + z, 2x + y + 3z, −x − y − z) + (x0 + 2y 0 + z 0 , 2x0 + y 0 + 3z 0 , −x0 −
y0 − z0)
= f (x, y, z) + f (x0 , y 0 , z 0 )
9

2− Soient (x, y, z) ∈ R3 et λ ∈ R
f (λ(x, y, z)) = f (λx, λy, λz)
= (λx + 2(λy) + λz, 2(λx) + λy + 3(λz), −λx − λy − λz)
= (λ(x + 2y + z), λ(2x + y + 3z), λ(−x − y − z))
= λ(x + 2y + z, 2x + y + 3z, −x − y − z)
= λf (x, y, z)
Donc f est linéaire.

x + 2y + z = 0



(2) (a) (x, y, z) ∈ Kerf ⇔ f (x, y, z) = 0 ⇔ 2x + y + 3z = 0

−x − y − z = 0


On fait les opérations élémentaires suivantes L2 ← L2 − 2L1 et L3 ←
3 + L1 . On obtient le système
L  équivalent suivant:



x + 2y + z = 0 


x =0
− 3y + z = 0 ⇔ y =0

 


y =0 
z=0
Donc Kerf = {0R3 }. Ainsi dimKerf = 0.
(b) Puisque Kerf = {0R3 }, alors f est injective.
(3) (a) On a dimR3 = dimKerf + dimImf .
Donc rgf = dimImf = dimR3 = 3.
Soient (e1 , e2 , e3 ) la base canonique de R3 où e1 = (1, 0, 0), e2 = (0, 1, 0),
et e3 = (0, 0, 1). On a Imf = V ect(u1 , u2 , u3 ) où u1 = f (e1 ) =
(1, 2, −1), u2 = f (e2 ) = (2, 1, −1), u3 = f (e3 ) = (1, 3, −1). Puisque
rgf = 3 alors (u1 , u2 , u3 ) est une base de Imf .
(b) On a dimImf = dimR3 = 3 donc f (R3 ) = Imf = R3 . Donc
l’application f est surjective.

Exercice 6
(1)
• Supposons que Ker(g ◦ f ) = Kerf et soit y ∈ Kerg 0 . Donc y ∈ Imf
et g(y) = 0. D’où, il existe x ∈ E tel que y = f (x) et g(y) = g(f (x)) =
(g ◦ f )(x) = 0. Ainsi x ∈ Ker(g ◦ f ) = Kerf et par suite y = f (x) = 0.
Ainsi, Kerg 0 = {0}.
Réciproquement, supposons que Kerg 0 = {0}. On a toujours Kerf ⊆
Ker(g ◦f ). Soit x ∈ Ker(g ◦f ), donc (g ◦f )(x) = g(f (x)) = g 0 (f (x)) =
0. D’où, f (x) ∈ Kerg 0 = {0}. Ainsi, x ∈ Kerf et par conséquent
Ker(g ◦ f ) = Kerf .
• Supposons que Im(g ◦ f ) = Img. On a Kerg + Imf ⊆ F car
Kerg et Imf sont des sous espaces vectoriel de F . Soit y ∈ F alors
10

g(y) ∈ Img = Im(g ◦ f ). Donc, il existe x ∈ E tel que g(y) =


(g ◦ f )(x) = g(f (x)). Ce qui implique que g(y − f (x)) = 0. On pose
z = y − f (x), on a z ∈ Kerg. Ainsi, y = z + f (x) ∈ Kerg + Imf . On
conclut que F = Kerg + Imf .
Réciproquement, supposons que F = Kerg + Imf . On a toujours
Im(g ◦ f ) ⊆ Img. Soit y ∈ Img, alors il existe x ∈ F tel que
y = g(x). Or x ∈ F = Kerg + Imf , donc il existe x1 ∈ Kerg, il
existe x2 ∈ Imf tel que x = x1 + x2 . Ainsi y = g(x1 ) + g(x2 ) = g(x2 ).
On a x2 ∈ Imf donc il existe z ∈ E tel que x2 = f (z). Par suite
y = g(f (z)) = (g ◦ f )(z) ∈ Im(g ◦ f ). D’où, Im(g ◦ f ) = Img.
(2) (a)
• On a dimE = dimKer(g ◦ f ) + dimIm(g ◦ f ) (1).
Aussi, on a dimE = dimKer(f ) + dimIm(f ) (2).
D’autre part, on a : dimIm(f ) = dimKerg 0 + dimImg 0 (3).
D’après (1), (2) et (3), on obtient,
dimKer(g ◦ f ) + dimIm(g ◦ f ) = dimKer(f ) + dimKerg 0 + dimImg 0
. Puisque Im(g ◦ f ) = Img 0 , alors dimIm(g ◦ f ) = dimImg 0 . Ainsi,
dimKer(g ◦ f ) = dimKer(f ) + dimKerg 0 .
• On a dimKer(f ) = dimKer(g ◦ f ) − dimKerg 0 ≤ dimKer(g ◦ f ).
Aussi, on a Kerg 0 ⊆ Kerg alors dimKerg 0 ≤ dimKerg. Ainsi,
dimKer(g ◦ f ) = dimKer(f ) + dimKerg 0 ≤ dimKer(f ) + dimKerg.
(b) Supposons que f est surjective, donc Imf = F et alors F =
Imf + Kerg. D’après la question (1), on aura Im(g ◦ f ) = Img. Ainsi
rg(g ◦ f ) = rg(g).
Supposons rg(g ◦ f ) = rg(g), alors Im(g ◦ f ) = Img (puisque Im(g ◦
f ) ⊆ Img) et donc d’après la question (1), on aura F = Imf + Kerg.
(c) Supposons que g est injective, alors g 0 est aussi injective et donc
Kerg 0 = {0}. D’après la question (1), on aura Ker(g ◦ f ) = Kerf et
donc dimKer(g ◦ f ) = dimKerf . Puisque ona :
dimE = dimKer(f ) + dimIm(f ) = dimKer(g ◦ f ) + dimIm(g ◦ f ), on
obtient alors que: dimIm(f ) = dimIm(g ◦ f ) (i.e rg(g ◦ f ) = rgf ).
Supposons rg(g ◦ f ) = rgf , alors dimKer(g ◦ f ) = dimKerf . Donc
Ker(g ◦ f ) = Kerf (puisque Kerf ⊆ Ker(g ◦ f )). D’après la question
(1), on aura Kerg 0 = {0} et donc g 0 est injective.

Vous aimerez peut-être aussi