Vous êtes sur la page 1sur 5

C21 - Séries PCSI - Lycée Pothier

Chapitre 21

Séries

III Séries à termes positifs


1 Théorèmes de comparaison
Proposition 1: Sommes partielles d’une SATP
X
Soit un une série de terme général un positifs pour tout n ∈ N. Alors :
i). La suite des sommes partielles (Sn )n∈N est croissante.
ii). La série converge si et seulement si (Sn )n∈N est majorée. On a alors, pour tout n ∈ N,
n
X ∞
X
uk ≤ uk
k=0 k=0

iii). Si (Sn )n∈N n’est pas majorée, alors elle diverge vers +∞.

Preuve:
i). Pour tout n ∈ N, Sn+1 − Sn = un+1 ≥ 0 donc (Sn )n est croissante.
ii) et iii) D’après le théorème de la limite monotone, (Sn )n converge si et seulement si elle est majorée, et

X
alors pour tout n ∈ N, Sn ≤ lim Sn = uk . Sinon, lim Sn = +∞.
n→+∞ n→+∞
k=0


Proposition 2: Critère de majoration


X X
Soit un et vn deux séries à termes positifs telles que ∀n ∈ N, un ≤ vn . Alors :
X X
i). Si vn converge, alors un converge.
X X
ii). Si un diverge, alors vn diverge.

Preuve:
Par sommation des inégalités, pour tout n ∈ N,
n
X n
X
uk ≤ vk
k=0 k=0

- 1/5 -
c T.Vareschi 2020
C21 - Séries PCSI - Lycée Pothier

X
i). Si vn converge, comme vn ≥ 0 pour tout n ∈ N, alors d’après la proposition précédente, pour
Xn +∞
X X
tout n ∈ N, vk ≤ vk . Donc les sommes partielles de un sont également majorée (par
k=0 k=0
| {z }
=C X
C). D’après la proposition précédente, un converge.
X n
X n
X
ii). Si un diverge, alors lim uk = +∞ donc lim vk = +∞.
n→+∞ n→+∞
k=0 k=0


Remarque(s): On note dans la preuve qu’on peut passer aux inégalités dans les sommes infinies, pourvu
qu’elles soient convergentes.

Corollaire 1: Critère de majoration (bis)


X X
Soit un et vn deux séries à termes positifs.Si un = O (vn ) :
n→+∞
X X
i). Si vn est convergente, alors un est convergente.
X X
ii). Si un est divergente, alors vn est divergente.

Preuve: Si un = O (vn ), alors il existe C ≥ 0 tel que ∀n ∈ N, |un | ≤ C|vn |, et donc un ≤ Cvn
n→+∞
X
car les séries sont à termes positifs. Il suffit donc d’appliquer le théorème précédent aux séries un
X
et Cvn .


Exemple(s) Déterminer la nature des séries suivantes :


X 1
i). .
n2 + 1
1 1
Pour tout n ∈ N, 2 ≤ 2.
n +1 n
X 1
Or est convergente (série de Riemann de paramètre α = 2).
n2
De plus, les deux séries sont à termes positifs.
X 1
Donc par critère de comparaison, converge.
n2 + 1
X ln(n)
ii). .
n
ln(n) 1
Pour tout n ≥ 3, ≥ .
X1 n n
Or est divergente (série de Riemann de paramètre α = 1).
n
De plus, les deux séries sont à termes positifs.
X ln(n)
Donc par critère de comparaison, diverge.
n

- 2/5 -
c T.Vareschi 2020
C21 - Séries PCSI - Lycée Pothier

Remarque(s): Attention, on compare X bienXles termes généraux. Il est inutile de sommer les inégalités,
et encore plus déconseillé d’écrire un ≤ vn .

Corollaire 2: Critère de majoration (ter)


X X
Soit un et vn deux séries à termes positifs telles que un = o (vn ).
n→+∞
X X
i). Si vn est convergente, alors un est convergente.
X X
ii). Si un est divergente, alors vn est divergente.

Preuve: Si un = o (vn ), alors un = O (vn ).


n→+∞ n→+∞ 

Exemple(s) Déterminer la nature des séries suivantes :


X e−n
i).
n
1
Comme lim = 0, un = o (e−n ).
n→+∞ n n→+∞
X
Or e−n est convergente (série géométrique de raison e−1 ∈] − 1, 1[).
De plus, les deux séries sont à termes positifs.
X e−n
Donc par critère de comparaison, converge.
X n
ii). ne−n
 
2 −n −n 1
Par croissance comparée, lim n (ne ) = 0, donc ne = o
n→+∞ n→+∞ n2
X 1
Or est convergente (série de Riemann de paramètre α = 2).
n2
De plus, les deux séries sont à termes
X positifs.
Donc par critère de comparaison, ne−n converge.
X n2 − 4
iii). n
.
e − n − 2 ln n
On commence par déterminer un équivalent de un . Ici, un ∼ n2 e−n .
n→+∞    
1 1
Or n2 n2 e−n −→ 0 par croissance comparée, donc n2 e−n = o

. Donc un = o .
n→+∞ n→+∞ n2 n→+∞ n2
X 1
Or est convergente (série de Riemann de paramètre α = 2).
n2
De plus, les deux séries sont à termes positifs à partir d’un certain rang.
X n2 − 4
Donc par critère de comparaison, n
converge.
e − n − 2 ln(n)

Remarque(s):
e−n
 
1
• Dans l’exemple i), on aurait pu écrire = o , mais ceci n’apporte aucune information
n n→+∞ n
X1
car est divergente.
n
1
Il ne sert en général à rien de majorer par le terme général d’une série divergente (par exemple ),
n
ou bien de minorer par celui d’une série convergente.

- 3/5 -
c T.Vareschi 2020
C21 - Séries PCSI - Lycée Pothier

• Il est inutile de sommer les inégalités dans l’application des critères de comparaison, il suffit de
raisonner sur les termes généraux des séries.
• Ca ne marche que si les séries sont à termes positifs.

Exercice Déterminer la nature des séries suivantes :

1
X X ln(n)
ln(n)e−n
X
i). ii). iii).
n2 ln(n)

Corollaire 3: Critère d’équivalence


X X X X
Soit un et vn deux séries à termes positifs. Si un ∼ vn , alors un et vn ont le même
n→+∞
comportement asymptotique.

Preuve: Si un ∼ vn , alors on a un = O (vn ) et vn = O (un ), donc il suffit d’appliquer le


n→+∞ n→+∞ n→+∞
critère de majoration.


Exemple(s) Déterminer la nature des séries suivantes :


X 2n2 + 2n − 12
i). .
5n3 + 6
2
2n + 2n − 12 2
∼ (≥ 0)
5n3 + 6 n→+∞ 5n
X1
Or est divergente (série de Riemann de paramètre α = 1).
n
De plus, les deux séries sont à termes positifs à partir d’un certain rang.
X 2n2 + 2n − 12
Donc par critère d’équivalence, converge.
  5n3 + 6
X 1
ii). ln 1 + 2 .
 n
1 1
ln 1 + 2 ∼ (≥ 0)
n n→+∞ n2
X 1
Or est convergente (série de Riemann de paramètre α = 2).
n2
De plus, les deux séries sont à termes  positifs àpartir d’un certain rang.
X 1
Donc par critère d’équivalence, ln 1 + 2 diverge.
n
X  ln n

iii). ln 1 +
 n
ln n ln n
ln 1 + ∼ (≥ 0)
n n→+∞ n
X ln n
Or est divergente (cf exemple plus haut).
n
De plus, les deux séries sont à termes  positifs à 
partir d’un certain rang.
X ln n
Donc par critère d’équivalence, ln 1 + diverge.
n
(−1)n
X  
iv). ln 1 +
n
(−1)n (−1)n

ln 1 + ∼ (≥ 0)
n n→+∞ n
Les séries ne sont pas à termes positifs, on ne peut pas conclure.

- 4/5 -
c T.Vareschi 2020
C21 - Séries PCSI - Lycée Pothier

Remarque(s):
• Ca ne marche que si les séries sont à termes positifs.
• Si un ∼ vn et si vn est positive à partir d’un certain rang, alors un est également positive à
n→+∞
partir d’un certain rang. Le critère s’applique donc dès lors que l’on a trouvé un équivalent positif.
• Pour la recherche de l’équivalent, on peut utiliser un développement limité.
• Attention ! Même si l’équivalence un ∼ vn permet de relier le comportement des deux séries
n→+∞
associées, les sommes partielles ne sont en aucun cas équivalentes. On ne peut donc pas écrire
n
X n
X
uk ∼ vk
n→+∞
k=0 k=0

car ceci revient à sommer les équivalents.


• Les résultats de cette partie se transposent aux séries à termes négatifs.

Exercice Déterminer le comportement des séries suivantes :


 √
1
X p p 
X
√ ii).
3
( n3 + 1 − n2 + 1)
X n
i). iii). ln √
n2 + 1 n+1

2 Comparaison série-intégrale
Exercice Soit f : R+ → R une fonction positive, décroissante et continue.
i). a) Soit k ∈ N. Montrer que, pour tout t ∈ [k, k + 1], f (k + 1) ≤ f (t) ≤ f (k).
Z k+1
b) En déduire que f (k + 1) ≤ f (t)dt ≤ f (k).
k
c) Montrer enfin que :
n
X Z n n−1
X
∀n ∈ N∗ , f (k) ≤ f (t)dt ≤ f (k)
k=1 0 k=0

X Z n 
ii). En déduire que la série f (n) et la suite f (t)dt ont même comportement asympto-
0 n∈N
tique.
iii). Applications :
X 1
a) Déterminer le comportement de .
n ln(n)
n
X 1
b) Déterminer un équivalent de √
k=1
k

- 5/5 -
c T.Vareschi 2020

Vous aimerez peut-être aussi