Vous êtes sur la page 1sur 14

Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

Chapitre 3 - Principe fondamental de la statique


-
Détermination d’actions mécaniques s’exerçant
sur un système en équilibre

SOMMAIRE

I - Notion d’isolement.............................................................................................................. 35
1°/ Isolement d’un solide. ............................................................................................................... 35
2°/ Isolement de plusieurs solides. ................................................................................................. 35
II - Equilibre d’un système matériel....................................................................................... 36
III - Principe fondamental de la statique ............................................................................... 37
1°/ Enoncé du PFS........................................................................................................................... 37
2°/ Système en équilibre sous l’action de deux forces .................................................................. 38
3°/ Système en équilibre sous l’action de trois forces................................................................... 38
IV - Degré d’hyperstaticité ...................................................................................................... 39
1°/ Hypostaticité, Isostaticité, Hyperstaticité et Degré d’hyperstaticité..................................... 39
2°/ Détermination du degré d’hyperstaticité. ............................................................................... 40
V - Organigramme de résolution d’un problème de statique. ............................................... 42
VI - Systèmes matériels composés de plusieurs solides.......................................................... 43

Page 34/ 106


Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

I - NOTION D’ISOLEMENT.
La notion d’isolement est fondamentale dans l’analyse et la résolution des problèmes de
mécanique. C’est la première étape de toute résolution en statique (et en dynamique).

1°/ Isolement d’un solide.

Isolé un solide consiste à réaliser un dessin précis (si possible à l’échelle) du solide étudié,
destiné à décrire et à définir :
- toutes les actions extérieures qui s’y exercent :
• actions à distance (poids),
• actions de contact, …
- tous les éléments connus concernant ces actions :
• direction,
• intensité,
• sens,
• point d’application,
• distances entre les actions et les axes ou points choisis pour les calculs.

Exemple : reprenons l’exemple du palonnier utilisé pour la manutention d’un panneau.


1,1 m 1,1 m
Câble de Palonnier
la grue
T1 Tension du câble de la grue

A
y Poids propre du palonnier
Elingues p
x
O B C Actions des élingues sur le palonnier
T2 T3
0,5 m 1,1 m 0,5 m
Panneau
préfabriqué
Palonnier isolé

2°/ Isolement de plusieurs solides.

Dans le cas de plusieurs solides, les actions mutuelles exercées entre les solides de
l’ensemble deviennent des efforts intérieurs et ne doivent pas alors être comptabilisés dans le
nombre des actions extérieures.
Tension du
câble de la grue
Exemple : isolons cette fois l’ensemble
palonnier + élingues + panneau : Poids propre
du palonnier

- l’action du panneau sur les élingues


s’annule avec l’action des élingues
sur le panneau,
- l’action du palonnier sur les G
élingues s’annule avec l’action des
élingues sur le palonnier.
Poids du
panneau
Ensemble (Palonnier - Elingues - Panneau)
Pageisolé
35/ 106
Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

II - EQUILIBRE D’UN SYSTEME MATERIEL.


y F1S F2 S
Fk S
Soit un solide indéformable soumis à un
ensemble de n forces extérieures (S)
{ }
E = Fi S i =1 à n .
R
Fn S
FiS P
Les éléments de réduction en un point P
du torseur associé à cet ensemble de forces ( S)
MP E

sont : O x

⎧ n


n



R =
i =1
Fi S Résul tan te R = ∑F
i =1
i
S
= F1S + F2 S + ... + F i S + ... + Fn S

( ) ( ) ( S) = ∑ M (F ) = M (F ) + M (F ) + ... + M (F ) + ... + M (F )
n n
⎪M E = M Fi
⎪⎩ P ∑
S i =1 P S Moment résul tan t MP E
i =1
P i
S P 1
S P 2
S P i
S P n
S

Si ce solide est animé d’un mouvement provoqué par l’ensemble de forces extérieures, ce
mouvement se décompose de la façon suivante :
y

Translation
y G Rotation
y R x

(S)

MG E( S) x

(S)

O x

⇒ un déplacement d’ensemble du solide (selon une trajectoire définie par les différentes
Tx
positions du centre de gravité G du solide) défini par le vecteur translation : T Ty ,
Tz
ce vecteur est directement lié à la résultante R des forces extérieures appliquées au solide.
Rx
⇒ une rotation du solide autour de G définie par le vecteur : Ω R y directement lié au
Rz
moment résultant M G (E ) des forces extérieures appliquées au solide.

Page 36/ 106


Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

Equilibre d’un système :

Un système matériel est en équilibre par rapport à un repère si, au cours du temps, chaque
point de ce système conserve une position fixe par rapport à ce repère.

L’équilibre du système est donc défini par l’absence de mouvement de ce système.

Nous venons de voir que :


⇒ R engendre un mouvement de translation du centre de gravité du solide,
⇒ M G (E ) engendre un mouvement de rotation du solide autour de G.

Donc, pour que le solide soit en équilibre, il faut et il suffit que R = 0 et M G (E ) = 0 ,


c'est-à-dire {τ(E )} = {0}

Remarque : si R = 0 et M G (E ) = 0 , alors le moment résultant par rapport à un point P


quelconque est nul M P (E ) = 0 .

III - PRINCIPE FONDAMENTAL DE LA STATIQUE

1°/ Enoncé du PFS.

Un système matériel est en équilibre par rapport à un repère fixe si et seulement si les
éléments de réduction du torseur des actions extérieures appliquées à ce système sont
nuls :

⎪FExt Syst x
( )
M P FExt Syst ⎫
x⎪

{ ( )} ⎪
( ) ⎪
R = 0 et M P (E ) = 0 , c'est-à-dire τ FExt Syst = ⎨FExt Syst M P FExt Syst ⎬ = { 0 }
⎪ ⎪
y y

( )
⎪FExt Syst z M P FExt
P⎩

Syst z ⎭

Ce qui se traduit, dans l’espace, par 6 équations d’équilibre :


⎧FExt = 0
⎪ Syst x

3 équations de la résultante : ⎨FExt Syst y = 0

⎪⎩FExt Syst z = 0
⎧M FExt( )
⎪ P Syst x
=0

( )
et 3 équations du moment résultant : ⎨M P FExt Syst = 0

y


( )
⎪M P FExt
Syst z
=0

Page 37/ 106


Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

Lorsqu’il s’agit d’un problème plan (par exemple le plan (O, x, y) ), comme c’est
habituellement le cas en génie civil, il ne reste plus que 3 équations d’équilibre :
⎧⎪FExt Syst = 0
x
2 équations de la résultante : ⎨
⎪⎩FExt Syst y = 0
et 1 équation du moment résultant : M P FExt Syst = 0 ( ) z

2°/ Système en équilibre sous l’action de deux forces

Soit un solide (S) soumis uniquement à l’action de deux forces A 1S et B 2 S , non nulles et de
points d’application respectifs A et B.

Ce solide reste en équilibre si les B B2S


deux forces sont égales et (S)
A 1S
opposées. A

3°/ Système en équilibre sous l’action de trois forces

Soit un solide (S) soumis uniquement à l’action de trois forces A 1S , B 2 S et C 3S non nulles
et de points d’application respectifs A, B et C.

Ce solide reste en équilibre si la résultante des trois forces est nulle et que les trois forces
sont coplanaires et :

- concourantes,
(S) B2S
A
A 1S B B2S
C 3S
C A 1S

C3 A 1S + B 2 S + C 3 S = 0
S

- ou parallèles
A 1S
A 1S
(S) A
B2S

B B2S C 3S
C

C 3S

A 1S + B 2 S + C 3S = 0

Page 38/ 106


Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

- ou de même droite support.


B2S C 3S

A 1S B2S C 3S
A 1S
A B C
(S)
A 1S + B 2 S + C 3S = 0

IV - DEGRE D’HYPERSTATICITE

1°/ Hypostaticité, Isostaticité, Hyperstaticité et Degré d’hyperstaticité.

Le PFS traduit le fait qu’un système matériel est en équilibre sous l’action d’actions
mécaniques extérieures si tous les mouvements sont bloqués (empêchés), c’est-à-dire si tous
les degrés de liberté sont supprimés.

Ce qui se traduit par 6 équations d’équilibre dans l’espace et 3 équations d’équilibre dans le
plan.

Chaque degré de liberté supprimé engendre une inconnue de liaison à priori. Ainsi, le
nombre d’inconnues varie de 1 à 6 dans l’espace et de 1 à 3 dans le plan.

Pour pouvoir résoudre un problème de statique avec le PFS, il faut que le nombre
d’inconnues soit égal au nombre d’équations d’équilibre.

Le degré d’hyperstaticité permet de comparer le nombre d’inconnues au nombre


d’équations :
soit NINC ; le nombre d’inconnues,
et NEQU ; le nombre d’équations.

On note DH le degré d’hyperstaticité : DH = NINC - NEQU

Si DH < 0 tous les degré de liberté ne sont pas bloqués.


On dit que le système est Hypostatique.
Il n’y a pas de solution.

Si DH = 0 le nombre d’inconnues est égal au nombre d’équations.


On dit que le système est Isostatique.
On peut résoudre avec le PFS.

Si DH > 0 il y a trop d’inconnues.


On dit que le système est Hyperstatique.
On ne peut pas résoudre qu’avec le PFS.

Il faut aussi vérifier que le système ne comporte aucun mécanisme (aucun mouvement
possible), auquel cas le système est hypostatique.

Pour savoir si un problème de statique peut être résolu avec le PFS, il faut déterminer le
degré d’hyperstaticité du système.

Page 39/ 106


Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

2°/ Détermination du degré d’hyperstaticité.

ETAPES OPERATIONS EXEMPLE


a) Numéroter chaque solide (barre) du
système.

1 3
1 2
Calcul de NEQU : b) Comptabiliser 3 équations par barre :
4 5
NEQU= nombre de barres×3

NEQU = 5×3=15
a) Dénombrer les inconnues de liaison
extérieures (entre le système global
et l’extérieur) :

- Appui simple : 1 inconnue


- Articulation : 2 inconnues
- Encastrement : 3 inconnues
Inconnues extérieures en rouge
b) Dénombrer les inconnues de liaison
intérieures (entre les solides constituant Inconnues intérieures en vert
le système) :
4
- Articulation : n barres articulées
1 2
2 1 3
Calcul de NINC : ⇒ (n-1)×2 inconnues 2
n i 2
2
4 4 5
2 1
- Encastrement : n barres encastrées
1 2

⇒ (n-1)×3 inconnues
n i

c) NINC = nombre d’inconnues de


liaison ext + nombre d’inconnues de
NINC = 15
liaison int

Page 40/ 106


Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

ETAPES OPERATIONS EXEMPLE

3
DH = NINC - NEQU DH = 15 –15 =0
Calcul de DH

a) vérifier qu’aucun solide ou ensemble


de solide appartenant au système ne
constitue un mécanisme (mouvement
instable possible) ; si ce n’est pas le cas
le système est HYPOSTATIQUE.

b) On dira que :

Si DH< 0 et/ou présence d’un


Le système ne comporte aucun
4 mécanisme
mécanisme et DH = 0 , donc le système
Le système est HYPOSTATIQUE et il
est isostatique ; on peut donc résoudre
Nature du système n’y pas de solution
le problème avec les équations du PFS.
Si DH = 0 et pas de mécanisme :
le système est ISOSTATIQUE et on
peut trouver les inconnues de liaison
grâce au PFS.

Si DH>0 et pas de mécanisme :


Le système est HYPERSTATIQUE et
on ne peut pas trouver les inconnues
de liaison avec le seul PFS.

Page 41/ 106


Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

V - ORGANIGRAMME DE RESOLUTION D’UN PROBLEME DE STATIQUE.

 MODELISATION DU SYSTEME

 CALCUL DU DEGRE D’HYPERSTATICITE

LE SYSTEME EST LE SYSTEME EST


LE SYSTEME EST
ISOSTATIQUE. HYPERSTATIQUE
HYPOSTATIQUE
JE PEUX APPLIQUER LE PFS NE SUFFIT
PAS DE SOLUTION
LE PFS PAS

‘ ISOLEMENT DU SYSTEME
- Je dessine le(s) solide(s) dans la même position géométrique
- Je place le repère
- J’écrit les renseignements connus (repères A, B, C,…, les
distances, les angles éventuels, …)
- je fais le bilan des actions extérieures :
Actions connues (en vert)
⋅ Actions de contact,
⋅ Actions à distance (Poids).
Actions inconnues (en rouge)
= inconnues de liaison
Toujours dessinées dans le sens positif du repère.

’ PFS

{τ(A )}= {0}


⎧ F =0
⎪∑ x
OU ⎪
Ext Sys
⎨∑ Fy = 0

()
⎩⎪∑ M I Fi = 0

“ SCHEMA RECAPITULATIF

Je redessine le système isolé avec toutes les actions

Page 42/ 106


Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

VI - SYSTEMES MATERIELS COMPOSES DE PLUSIEURS SOLIDES


DETERMINATION DES ACTIONS INTERIEURES.
Prenons l’exemple d’un portique :

y
+
F2
En A Articulation,
B C En B et C Encastrement,
1m

F1 En D Appui simple
2

3
2m

1 F1 = 10 kN
A D x F2 = 15 kN

0 0
2m 2m

On isole le portique, c’est-à-dire le système matériel composé des 3 solides (1+2+3) :

y B1 2x B2 1x
+
F1
F2 B1 2y B2 1y
F2
B C
M B1 2 M B2 1

F1 A 0 1x
2 C3 2x C2 3x
1
A0 1y
3 C3 2 y C2 3y
D0 3x
A 0 1x M C3 2 M C2 3
A D x

A 0 1y D 0 3x

BILAN DES ACTIONS


EXTERIEURES INTERIEURES

Page 43/ 106


Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

Remarques :

N EQU = 3 × 3 = 9 ⎫
 ⎬ ⇒ DH = 9 − 9 = 0 et il n’y a pas de mécanisme.
N INC = 1 × 1 + 1 × 2 + 2 × 3 = 9 ⎭
⇒Le système matériel (1+2+3) est isostatique, on peut déterminer les actions
A 0 1x , A0 1y et D0 3x en appliquant le PFS

 Le principe des actions mutuelles dit :


B1 2x = - B2 1x C3 2x = - C2 3x
B1 2y = - B2 1y C3 2y = - C2 3y
M B1 2 = - M B 2 1 M C3 2 = - M C2 3

On cherche à déterminer les actions de liaison intérieures (aux nœuds B et C). L’outil à
notre disposition pour déterminer des actions est le PFS. Mais le PFS s’applique pour des
actions extérieures. Donc, pour déterminer les actions de liaison au nœud B et C, il faut isoler
les barres 1, 2 et 3 séparément pour que ces actions deviennent des actions extérieures et
pouvoir appliquer le PFS.

Pour faire « apparaître » les actions intérieures, dessinons la structure éclatée :

M B1 2 y + M C3 2

F2
C3 2x
B C
x
B1 2x
y 2
+ B1 2y C 3 2y y

C 2 3y MC2 3
B2 1y
B2 1x
M B2 1 C
B C 2 3x
+
F1 1 STRUCTURE
ECLATEE 3

A 0 1x A x D x

A 0 1y D 0 3x

Détermination des actions de liaison aux nœuds B et C ; Démarche à suivre :

J’isole le portique, c’est-à-dire le système matériel composé des 3 solides (1+2+3).


J’applique le PFS et je détermine les actions A 0 1x , A0 1y et D0 3x .

Page 44/ 106


Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

J’isole la barre 1 :
- les 3 actions F1 , A 0 1x et A0 1y sont connues,
- il y a 3 actions inconnues B2 1x , B2 1y , M B 2 1 que je détermine avec le PFS.

J’isole la barre 2 :
- le principe des actions mutuelles me permet de déterminer les actions B1 2x , B1 2y , et
M B1 2 (puisque B1 2x = - B2 1x , B1 2y = - B2 1y et M B1 2 = - M B 2 1 ).
- il y a 3 actions inconnues C3 2x , C3 2y et M C 3 2 que je détermine avec le PFS
J’isole la barre 3 :
- l’action D0 3x est connue.
- le principe des actions mutuelles me permet de déterminer les actions C2 3x , C2 3y et
M C 2 3 (puisque C3 2x = - C2 3x , C3 2y = - C2 3y et M C 3 2 = - M C 2 3 ).
Toutes les actions appliquées au solide 3 étant connues, je vérifie que le solide 3 est
bien en équilibre et donc que je n’ai pas fait d’erreur de calcul.

Application numérique :

J’isole le portique (1+2+3) et j’applique le PFS pour déterminer les actions A 0 1x ,


A0 1y et D0 3x :
y
+
F2

B C
F1
2
1
3

A 0 1x A D x

A 0 1y D0 3x

⎧∑ F/ x = 0 ⎧A 0 1x + F1 = 0 ⎪A 0 1x = − F1 = −10 kN
⎪⎪ ⎪ ⎪
PFS ⇒ ⎨∑ F/ y = 0 ⇔ ⎨A 0 1y + D 0 3y − F2 = 0 ⇔ ⎨A 0 1y = F2 − D 0 3y = 15 − 12,5 = 2,5 kN
⎪ ⎪4.D − 2.F − 2.F = 0 ⎪
⎪⎩∑ Mt / A ⎩ 0 3y 2 1 ⎪D 0 3y = 2.F2 + 2.F1 = 30 + 20 = 12,5 kN
⎩ 4 4

y
+
F2
⎧A 0 1x = −10 kN

⇒ ⎨A 0 1y = 2,5 kN B C
⎪ D = 12,5 kN F1
⎩ 0 3y 2
1 Page 45/ 106
3

D x
Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

A
A 0 1x
A 0 1y D0 3x
(10 kN)
(2,5 kN) (12,5 kN)

J’isole la barre 1 et je détermine B2 1x , B2 1y , M B 2 1 avec le PFS.

y
+

B2 1y
B2 1x ⎧∑ F/ x = 0 ⎧− A 0 1x + F1 + B2 1x = 0
M B2 1 ⎪⎪ ⎪
PFS ⇒ ⎨∑ F/ y = 0 ⇔ ⎨A 0 1y + B2 1y = 0
B

⎪ ⎪− 2.F − 3.B + M
F1 1 ⎩⎪∑ Mt / A ⎩ 1 2 1x B2 1 = 0

A x
A 0 1y y
A 0 1x +
(2,5 kN)
(10 kN)
B2 1y
(2,5 kN) M B2 1
B
(20 kN.m)
⎧ B2 1x = A 0 1x − F1 = 10 − 10 = 0 ⎧ B2 1x = 0
⎪ ⎪
⇔ ⎨ B2 1y = − A 0 1y = −2,5 kN ⇔ ⎨ B2 1y = −2,5 kN F1 1
⎪M ⎪M
⎩ B2 1 = 2.F1 = 20 kN.m ⎩ B2 1 = 20 kN.m
A x
A 0 1y
A 0 1x
(2,5 kN)
(10 kN)

J’isole la barre 2.
M B1 2 y + M C3 2

F2
C3 2x
B C
x
B1 2x
2
B1 2y C 3 2y
Principe des actions mutuelles :
y + M C3 2
B1 2x = - B2 1x , F2
M B1 2
B1 2y = - B2 1y ⇒ C3 2x
(20 kN.m) B C
x
et M B1 2 = - M B 2 1 .
B1 2y 2
C 3 2y
(2,5 kN)
Page 46/ 106
Mécanique des structures Principe fondamental de la statique TS

Je détermine C3 2x , C3 2y et M C 3 2 avec le PFS.

⎧∑ F/ x = 0 ⎧C
⎪ ⎪ 3 2x = 0
⎪ ⎪
PFS ⇒ ⎨∑ F/ y = 0 ⇔ ⎨B +C −F = 0
1 2y 3 2y 2
⎪ ⎪
⎪⎩∑ Mt / A ⎪− 2.F + 4.C +M −M =0
⎩ 2 3 2y C3 2 B1 2
⎧C3 2 x = 0 ⎧C3 2 x = 0
⎪ ⎪
⇔ ⎨C3 2 y = F2 − B1 2 y = 15 − 2,5 = 12,5 kN ⇔ ⎨C3 2 y = 12,5 kN
⎪M ⎪M
⎩ C 3 2 = 2.F2 − 4.C3 2 y + M B1 2 = 30 − 50 + 20 = 0 ⎩ C3 2 = 0

y +

F2
M B1 2
(20 kN.m) B C
x
C 3 2y
B1 2y 2
(12,5 kN)
(2,5 kN)

J’isole la barre 3. (Vérification)


y

C 2 3y MC2 3

C
C2 3x
+
y
3

D x C 2 3y
(12,5 kN)
D0 3x C
(12,5 kN) +

Principe des actions mutuelles : 3

D x
C3 2x = - C2 3x ,
C3 2y = - C2 3y ⇒ D0 3x
(12,5 kN)
et M C 3 2 = - M C 2 3 .

Le solide 3 est bien en équilibre, donc que je n’ai pas fait d’erreur de calcul.

Page 47/ 106