Vous êtes sur la page 1sur 47

> Retour au site > sommaire Ormus

 
Techniques de production chimique

 
 

Ce document ne peut être reproduit que dans son intégralité et sans modifications. Avant
d'essayer l'une des procédures décrites dans ce document, nous vous conseillons de lire
attentivement ce document à plusieurs reprises.

Ce document a été créé par un groupe de personnes qui croient que cette information est d'une
valeur inestimable et devrait être largement disponibles dès que possible. L'information
présentée est déclarée dans le domaine public et nous ne souhaitons pas qu'il devienne
propriété exclusive de tout groupe ou individu.

Nous décrivons ici quelques moyens simples de faire de l'ORMUS afin que les lecteurs
puissent commencer leur expérience avec ces matériaux.

Toutes ces méthodes sont expérimentales. Les informations suivantes sont présentées pour
favoriser la recherche scientifique sur la nature de ces matériaux. Ces méthodes étant basées
sur nos connaissances actuelles, de nouvelles recherches scientifiques pourraient leur apporter
changement et améliorations des techniques, des résultats.

Mises en garde

Les processus décrits ici n'ont pas tous été testés de façon intensive. Nous ne pouvons garantir
les procédures décrites dans le présent document, ni les résultats obtenus par leur utilisation.
Dans la mesure où vous utilisez ou implémentez ces procédures ou des produits dérivés, vous
le faites à vos propres risques.
En aucun cas, les auteurs de ce document ne sauront être tenus responsables envers vous,
quelqu'un d'autre, ou toute organisation ou un gouvernement, pour tout dommage résultant de
votre utilisation ou votre incapacité à utiliser ces procédures ou le produit de celle-ci. Aussi,
nous ne faisons ici aucune recommandation sur l’utilisation de ce produit, il s’agit d’un
produit expérimental à fin de recherches.
Appliquez ces procédures à vos propres risques.

Vérification

Le matériel produit par certaines de ces méthodes fut soumis à des tests par un laboratoire
indépendant utilisant la spectrométrie de photo et fluorescence rayons X afin d'identifier les
spectres d'émission des matériaux à l'état-M. (Le laboratoire préfère rester anonyme), le
résultat fut que la signature spectrale des éléments à l'état-M était de l'ordre d'une vaste, plate
bande. L'essai a également montré une quantité importante de calcium et de magnésium, mais
aucune toxine ne fut observé sur un matériel bien lavé fait à partir d'eau océanique non
polluée.
Pour mieux prouver que ces matériaux sont dans un état différent des éléments précieux
mentionnés ci-dessus, il est possible de galvaniser ces éléments comme métaux précieux.
Les personnes familières avec le processus d'Hudson clament que les éléments produits par
ces méthodes sont similaires aux ORME's d'Hudson.

Ingestion

Nous ne recommandons pas l'ingestion de ces matières étant donné le manque de


connaissances approfondies sur elles. Cette information est ici fournie afin que la recherche
scientifique puisse commencer à étudier la nature de ces matériaux plus en profondeur.
Nous sommes conscients que, en dépit des recommandations, certaines personnes vont ingérer
ces matériaux. C'est dans cet esprit que nous offrons les informations suivantes afin de
minimiser les effets négatifs possibles découlant de l'ingestion de ces matières.
Veuillez lire s'il vous plaît lire les sections "AVERTISSEMENT" et "ATTENTION".

Certaines personnes ont ingéré des matériaux à l'état-M réalisés par ces méthodes. Ils
suggèrent que les avantages sont plus probables lorsque la posologie est limitée.

Trois procédés de fabrication ORMUS sont décrits dans le présent document: la méthode
humide, la méthode seche, et la méthode de l'ébullition de l'or.
Pour les matières extraites par la méthode seche et humide, une cuillère à café, matin et soir, il
a été constaté plusieurs fois qu'ils étaient sans danger sur plusieurs semaines. Une plus petite
dose de l'ordre de quelques gouttes par jour serait plus approprié pour le matériel produit par
la méthode d'ébullition. Nous pensons que les matières à l'état-M peuvent être
homéopathiques, ainsi, une dose plus faible peut être la plus sûre, tel que 1/64 c. à thé diluée
dans un litre d'eau pure, puis prendre deux ou trois onces, une ou deux fois par jour.

David Hudson a donné quelques informations sur la posologie dans son discours à Dallas
trouvable sur le WEB.
Vous pouvez trouver un forum de discussion (en anglais) sur la page Web Whitegold. Là,
vous pouvez poster vos commentaires et questions sur ces procédures, et sur l'ORMUS en
général.

Whitegold page Web: http://www.zz.com/WhiteGoldWeb/

INDEX

1. Vue d'ensemble
2. Matériel nécéssaire
3. Attention !
4. Méthode Humide
Matériel de départ
Procédure méthode humide
5. Méthode seche
Fournitures additionelles
Support pour filtres

Procédure
6. Méthode d'ébullition d'or [n'a jamais fonctionné pour ceux qui
ont essayé, non recommandé]

Procédure
7. Annexe
Stockage des éléments à l'état-M
Fournisseurs de produits chimiques
Fournitures de laboratoire
Sources pour matériel de démarrage

Vue d'ensemble
Ce document décrit trois méthodes de production ORMUS: la méthode humide, la méthode
sèche, et la méthode d'ébullition de l'or.

Les trois méthodes utilisent une technique de laboratoire appelée "mesure du pH". Le pH
d'une solution est une mesure de son rapport acide /base. Vous vous souvenez peut-être des
tests de pH avec le papier multicolore à l'école ? Un pH inférieur à pH 7 indique un acide,
comme le vinaigre blanc distillé, un pH de 7 est neutre, comme l'eau pure, un pH supérieur à
7 est alcalin, comme la potasse.

L'Ormus précipite entre pH 8,5 et 10,78.

La méthode humide produit le matériel le "moins efficace", mais est relativement simple à
réaliser.

Voici la méthode humide en bref.

1. Commencez avec de l'eau potable ou eau de mer propre.


2. Lentement, ajouter une solution de lessive caustique (hydroxyde de potassium - KOH)
mélangée à l'eau pour élever le pH sans dépasser 10,78.
3. Un précipité blanc moelleux apparaîtra, laisser reposer une nuit.
4. Retirer le liquide au-dessus du précipité.
5. Laver à plusieurs reprises le précipité. C'est l'hydroxyde de calcium, l'hydroxyde de
magnésium, et une petite quantité de matériaux à l'état-M.

Voici la méthode sèche en bref:

1. Commencez avec de la poudre minérale sèche.


2. Faire bouillir dans de l'eau de lessive à pH 12.
3. Filtrer et jeter le précipité.
4. Ajouter du vinaigre blanc distillé ou de l'acide chlorhydrique HCl au liquide filtré pour
abaisser le pH à 8,5.
5. Laisser se déposer le précipité pendant la nuit.
6. Retirer le liquide au-dessus du précipité.
7. Laver à plusieurs reprises le précipité. C'est l'hydroxyde de calcium, l'hydroxyde de
magnésium, et une petite quantité de matériaux à l'état-M.

Voici la méthode GOLD EBULLITION en bref.

La méthode d'ébullition de l'or n'a jamais été un succès pour ceux qui l'ont essayé et nous ne
recommandons pas son utilisation

1. Faire bouillir la poudre d'or dans une solution de lessive.


2. Filtrer les matières solides.
3. Ajouter du vinaigre blanc distillé ou HCl dans le liquide restant pour abaisser le pH à 8,5.
4. Laisser se déposer le précipité pendant la nuit.
5. Retirer le liquide au-dessus du précipité.
6. Lavage du précipité. Il s'agit de matérial à l'état-M presque pur.

Fournitures nécéssaires pour les opérations


- Un verre ou un pot en acier inoxydable, privilégiez le verre.

Bien que peu probable, un problème de particules d'acier peut se produire si vous utilisez de
grandes quantités de HCl pour abaisser le pH. Ne jamais utiliser de récipients en aluminium
ou des ustensiles, car l'aluminium réagit avec des acides comme HCl et les alcalins comme la
potasse, et risquerait de vous empoisonner.

- De l'eau distillée.

- Une spatule en acier inoxydable ou un couteau pour remuer.

Ne jamais utiliser de récipients en aluminium ou des ustensiles, car l'aluminium réagit avec
des acides comme HCl et des alcalins comme la potasse, et risquerait de vous empoisonner.

- Quelques pots de verre, les grands et moyennement gros conviennent bien.

- Hydroxyde de sodium NaOH

Nous allons utiliser le terme "lessive" dans ce document plutôt qu' "hydroxyde de sodium" ou
"NaOH", car il est plus court et plus familier à la plupart des gens. Nous recommandons
fortement le matériel de qualité laboratoire afin d'éviter toutes sortes de contaminant.
Note: Pratiquement aucune trace de lessive ne sera encore présente dans le produit final. En
tout cas la lessive n'est pas toxique et n'est pas caustique lorsque suffisamment dilué (comme
lors de ces méthodes).

- Acide chlorhydrique
Nous utiliserons le terme «HCl» dans ce document plutôt que "acide chlorhydrique", car il est
plus court. Nous recommandons fortement le matériel de qualité laboratoire, ou de qualité
alimentaire afin d'aviter toute sorte de contaminant. La présence de fer dans l'acide peut
interférer avec les matériaux à l'Etat-M dans certaines applications.

- Trois bouteilles compte-gouttes de pharmacie

- Une grande seringue 50 cc en plastique


Certains fournisseurs de matériel de laboratoire sont énumérés à la fin de ce document.

- Papier pH ou un pH-mètre.
Vous pouvez obtenir un papier pH (pH 1 à 12) à partir d'un approvisionnement en compagnie
de laboratoire. Utilisez du papier nouveau, car le vieux papier est inexact. Certains
fournisseurs sont énumérés à la fin de ce document sous fournitures de laboratoire .

Certains expérimentateurs disent ne pas compter sur un pH-mètre à cause de la variation de


ses lectures en fonction de la température et l'ionisation. De plus, un compteur coûte beaucoup
plus cher que du papier PH. Beaucoup de PH-mètres peuvent être endommagé par de forts
acides ou forts alcalins, mais certains disent que le pH mètre est essentiel, pour ces raisons:

* Le papier pH ne peut pas suivre les changements rapides du pH.


* Le papier pH ne communique pas les mesures fines de PH. Il peut être difficile de faire la
différence entre un pH de 9,5, 10,0 et 11,5.
* Un pH-mètre est plus commode.

Use only a meter that has an automatic temperature-correcting function up to 100 degrees C.
Utilisez uniquement un compteur avec fonctions capables de tolérer jusqu'à 100 degrés C.

CONSEIL DE SÉCURITÉ : Nettoyez votre matériel de sorte que vous vous sentiez sûr d'eux.
Bouillir les récipients, seringues, etc..

ATTENTION
Les problèmes suivants ont été rencontrés par certaines personnes qui ont fait des états-M
dans le but de les consommer.

* Certaines personnes sont tombées malades après avoir consommé des éléments Etat-M
fabriqués à partir d'eau de mer prélevée dans un port de plaisance. Cette eau contient des
niveaux élevés de plomb et d'autres contaminants.
* D'autres personnes sont tombées malades à partir de matériaux Etat-M de consommation
qui ont été faites de façons impropres. Ces matériaux ont été obtenus sans l'utilisation de
papier pH ou PH-mètre et le produit contenaient des métaux toxiques. S'il vous plaît rappelez-
vous que les papier pH anciens peuvent devenir inexacts !
* Des personnes sont tombées malades à partir de matières Etat-M de consommation qui
contenaient des bactéries, car ils utilisèrent un matériel non stérilisés.
* Il est possible d'augmenter le pH de votre source de départ trop vite, surtout si vous utilisez
la lessive dans une concentration trop élevée. Cela pourrait aboutir à des zones locales de pH
très élevé au sein de votre solution. Ces zones pH élevé pourraient permettre à des métaux
toxiques de précipiter et se mélanger avec le précipité désiré.
* Le platine à l'état-M pourrait être considéré comme toxiques par certaines personnes, car il
vous rend très malade si vous consommez de l'alcool. Personne n'a signalé cet effet en
consommant des états-m obtenus par eau de mer.
* Certaines personnes ont utilisé des casseroles enduites à l'aluminium Teflon ® pour le
chauffage ou l'eau de lessive de soude. Le Teflon ® étant légerement gratté l'aluminium s'est
dissout dans l'eau de lessive, résultant la production de gaz d'hydrogène qui aurait pu
exploser. Le liquide a été contaminé avec de l'aluminium, qui est un poison.

Eviter les problèmes :

* Utilisez l'eau de mer, l'eau de mer reconstituée à partir de sel de mer ou le sel de la Mer
Morte. En général, commencer par une profonde et propre source d'eau. Certaines personnes
ont pris la mer en bateaux pour aller recueillir de l'eau de mer à 100 pieds de profondeur.
* En règle générale évitez l'eau qui contient du plomb, de l'arsenic ou d'autres éléments
toxiques. Commencez avec de l'eau qui est potable, sans compter la teneur en sel.
* Procéder à une analyse élémentaire et toxiques des matériels de départ douteux (comme
l'eau de mer prélevée près du rivage, ou à proximité de sources d'eaux de ruissellement des
déchets industriels).
* Bouilir la lessive tue les bactéries mais il ne détruit pas les métaux toxiques ou produits
chimiques dans votre source d'eau.
* Suivez ces instructions et modifier lentement le pH de votre solution.
* Évitez l'eau avec du soufre ou de sulfates dans l'eau parce que ces produit ne produisent peu
ou pas de précipité état-M.
* Ne jamais utiliser de récipients ou des ustensiles en aluminium, car l'aluminium réagit avec
des acides comme HCl et les alcalins comme la potasse, et peut vous empoisonner.

ATTENTION !

La lessive peut endommager les yeux en rendant la cornée opaque, une forme de lésions
occulaire qui est irréparable. La lessive peut brûler la peau, les vêtements et les yeux. Travaux
à proximité d'un évier, robinet, ou toute autre source d'eau de lavage. Vous pouvez garder une
bouteille de pulvérisation de vinaigre blanc distillé pratique à utiliser contre les déversements.

Si vous renversez la lessive sur les vêtements ou le corps, laver immédiatement avec
beaucoup d'eau. Lorsque vous travaillez avec de la lessive, évitez de toucher votre visage ou
de se frotter les yeux. Ne pas manipuler la lessive autour de la nourriture. Utiliser une
ventilation adéquate, comme une hotte de cuisinière. Ne pas jeter les eaux usées sur le terrain.
Il est généralement prudent de mettre la lessive dans l'évier, mais ne pas mélanger avec un
acide de nettoyage de canalisation, le tout pourrait exploser.

Lorsque vous travaillez avec de la lessive, veuillez porter s'il vous plaît des lunettes ou une
visière complète (un protecteur facial industriel), des gants en néoprène, et un tablier de
laboratoire PVC. Des sources pour ces vêtements de sécurité sont dans l'appendice à la fin de
ce document.

Gardez les enfants et les animaux loin de la zone de travail, et ne la laissez pas sans
surveillance si des enfants ou des animaux de compagnie sont autour.
 

La méthode humide
Pour la méthode humide certaines matières premières produisent une grande quantité de
précipité, tandis que d'autres, moins. Les matériaux ci-dessous ont démontré produire de bons
précipités par la méthode humide:

* Certaines eau potables municipales


* Certaines sources d'eau chaude sans soufre
* Oligo-éléments eau de mer
* Urine
* Certains lac ou une rivière d'eau dont le lit ou le cours est calcaire.
* Certains puits. Les eaux souterraines sont probablement plus susceptibles de contenir des
éléments à l'état-M que de l'eau de surface (excepté l'eau de mer).
* L'eau de mer et l'eau de mer reconstituée à partir de certaines marques de sel de mer, en
particulier du grand lac salé.
* Eau de la Mer Morte.
* Certaines marques de sel marin non raffiné sont aussi bons que l'eau de mer: Celtic Gray sel
de mer (à partir de magasins d'aliments naturels) et Lima Atlantique sel de mer (à partir de
certains magasins d'aliments naturels). Ajouter de l'eau distillée et utiliser la méthode humide.
Filtrer l'écume en premier.

La méthode humide utilisée sur l'eau de l'océan ou de la mer Morte produit onze éléments à
l'état-M différents.

Les matières suivantes sont classées par ordre de contenance de matériaux à l'état-M, du plus
important au moins.

1. Eau de la Mer Morte


2. Eau du grand lac salé
3. L'eau des océans
4. L'eau de puits

Les matériaux ci-dessous sont des matériaux qui ont démontré ne produire que peu ou pas de
précipité par la méthode humide :

* L'eau de certains lacs alcalins (pH supérieur à 8,5).


* Sources d'eau chaude avec du soufre (parce que le soufre réduit les états-M à l'état de
métal).
* L'eau du lacs ou rivières sans minéraux
* Les marques de sel contenant sulfures or sulfates.

Pour travailler les méthodes suivantes, certains chercheurs prétendent que l'hydroxyde de
magnésium ou de magnésium - Mg (OH) 2 - doivent être présents dans le matériel de départ.
L'eau de mer contient du Mg (OH) 2, donc vous n'en aurez pas besoin dans le cas de l'eau de
mer. Tentez votre eau en premier. Si vous n'obtenez pas de précipité, vous pouvez ajouter une
cuillère à café par gallon de sels d'Epsom. Si vous ajoutez des sels d'Epsom, le magnésium de
ce sal sera une grande partie du précipité.
 

Procédure Méthode Humide

Veuillez s'il vous plaît lire les parties "MISE EN GARDE" et "ATTENTION" avant de
poursuivre.

Vous devez d'abord préparer une solution diluée de soude caustique. Marquez une bouteille
compte-gouttes "Lessive-poison" afin que la bouteille ne soit pas confondue avec autre chose.
Travailler dans un évier de façon à ce que tout déversement soit contenue.

La lessive dégage des fumées dangereuses pour les yeux lorsqu'elle est mélangée avec de
l'eau. Afin d'éviter l'inhalation de fumées, retenez votre souffle et portez des lunettes tout en
faisant la procédure suivante.

Travaillez au dessus d'un évier, mettere 8 cuillères à café d'eau distillée dans un verre robuste
puis incorporer 1 cuillère à café de lessive. Remuer jusqu'à ce que la lessive soit dissoute. De
la chaleur sera générée à mesure que la dissolution de la lessive se dissout, le verre peut
devenir assez chaud. Portez des lunettes de protection.

Verser la solution de lessive dans un flacon compte-gouttes ou une bouteille étiquetée.

Si vous utilisez du papier pH, arracher plusieurs morceaux et mettre sur un morceau de papier
blanc ou une plaque.

Pour la meilleure précision, recalibrer le papier pH toute la journée avec des variations de
température et d'humidité, ainsi que de jour en jour. Une solutions tampon de pH 4,7 et 10
aidera pour ceci.

Si vous utilisez du sel de mer séché, mélanger 1/2 tasse de matière sèche avec 2 tasses d'eau
distillée.

Maintenant, procédez comme décrit ci-dessous:

1. Tout d'abord, verser l'eau de mer grâce à un filtre à café pour enlever toute écume.

2. Si la matière première ne contient pas d'hydroxyde de magnésium (les eaux de mer ne


contiennent de l'hydroxyde de magnésium), en ajouter un peu, ou ajouter une cuillère à café
de sels d'Epsom par gallon d'eau.

3. Verser l'eau de mer dans une casserole en acier inoxydable. Lentement, goutte à goutte,
ajouter la solution de lessive tout en remuant.
Toutes les dix gouttes environ, testez le pH. Veuillez à prendre au moins 3 à 5 échantillons de
différentes régions du liquide. Si vous utilisez du papier pH, l'objectif est de ramener le pH à
9,5. Si vous utilisez un pH-mètre, arrêtez-vous juste avant d'arriver à un pH de 10,78.

Un précipité blanc qui comprend des éléments à l'état-M se forme.

Avertissement: Vous devez procéder lentement et patiemment afin que vous ne dépassiez pas
les 10,78 pH avec un pH-mètre et 9,5 avec du papier pH.
Si vous allez au-délà, vous pourriez obtenir un précipité des métaux lourds toxiques.

4. Une fois que vous êtes au bon pH, arrêtez.

5. Versez la solution dans un bocal en verre propre ou tube à essai.

6. Le précipité blanc (lisier) s'installe lentement sur le fond du pot. Laissez le tout reposer une
nuit.
Si des métaux ou d'autres toxines se sont introduites car vous n'avez pas veillé à la propreté de
votre matériel de départ, la suspension sera sans doute de l'hydroxyde de calcium pour la
plupart, Mg (OH) 2, de la lessive, et une petite quantité de matériaux état-M.

7. A l'aide d'une grosse seringue (ou siphon), enlever le liquide au-dessus du lisier.

8. Ajouter de l'eau distillée pour le précipité (remplissage du pot), bien remuer et laisser
reposer à nouveau pendant au moins 4 à 5 heures, de préférence la nuit.

9. Répétez les étapes 7 et 8 au moins trois fois pour bien laver le précipité. Cela devrait
éliminer la quasi-totalité de la lessive. La lessive restante peut être neutralisée avec du HCl ou
du vinaigre blanc distillé. Laver trois fois est destiné à réduire les impuretés dissoutes (comme
le sel, par exemple)
Quatre lavages constituerait une réduction de 93,75%, cinq cycles de lavage 96,875%, et ainsi
de suite.

À ce stade, le précipité est susceptible de contenir des État-M, du lait de magnésie Mg (OH)
2, du calcium, et peut-être quelques impuretés.

Verser le précipité et l'eau dans une casserole en acier inoxydable sur un rond de cuisinière.

Un brûleur à gaz est préférable au bruleur électrique car tout les champs magnétiques peuvent
chasser quelques-uns des matériaux à l'état-M. Couvrir la casserole avec un couvercle pour
contenir les éléments, et faire bouillir la solution pendant 5 minutes pour le stériliser. Faites
attention à ne pas renverser la solution chaude ! Laisser refroidir, de retour à température
ambiante et vérifiez le pH pour s'assurer qu'il n'a pas dépassé pH 9.

Quand faire bouillir la solution

Dans ce document, nous vous suggérons de ne pas faire bouillir la solution jusqu'à ce que
vous avez fait le précipité lavé. Toutefois, l'ébullition peut être fait plus tôt dans la procédure
avec des avantages certains. Voici quatre moments où l'ébullition peut être faite, avec sur les
avantages et les inconvénients de chacune :

1. Faire bouillir avant d'ajouter la solution de la lessive.

Avantages: réaction plus rapide, précipitations plus rapides.


Inconvénients: Vous pouvez renverser la solution de lessive chaude, vous pouvez respirer des
vapeurs, peut rendre le travail en intérieur inadéquat.

2. Faire bouillir tout en ajoutant la solution de lessive.

Avantages: réaction plus rapide, précipitations plus rapides. CONS: You may spill the hot lye
solution.
Inconvénients: Vous pouvez renverser la solution de lessive chaude. Vous pouvez respirer des
vapeurs. Danger de lessive jaillissant du pot. Non recommandé.

3. Faire bouillir et laisser refroidir après l'ajout de solution de lessive.

Avantages: Aucun danger d'inhalation de fumées. Peu de risque de déversement.

Inconvénients: réaction plus lente, précipitations plus lentes.

4. Faire bouillir le précipité lavé (recommandé)

Avantages: Aucun danger d'inhalation de fumées. Pas de danger de déversement. Le pH est


peu susceptible de changer après

l'ébullition parce que la réaction a déjà eu lieu.


Inconvénients: réaction plus lente, précipitations plus lentes.

Si la sécurité est la question principale, la méthode 4 semble être la meilleure méthode.

Attention: Si vous faites bouillir la solution sur une plaque électrique, le champ magnétique
dans le brûleur peut entrer en conflit avec les matériaux état-M et faire baisser la qualité du
résultat final. Cela peut être minimisée par l'ajout d'une source de sodium (comme hydroxyde
de sodium ou de sel) à la solution avant l'ébullition.

Comme l'eau de mer contient du sodium dans le sel, aucune des méthodes d'ébullition ne sera
un problème avec l'eau de mer. Toutefois, si vous commencez avec de l'eau fraiche à faible
teneur en sodium, ajoutez une source de sodium (sel de table ou de solution de lessive), avant
l'ébullition.

Méthode sèche
 
Veuillez s'il vous plaît lire les parties "MISE EN GARDE" et "ATTENTION" avant de
poursuivre.

Cette méthode prend plus longtemps que la méthode humide. Dans certains cas, il est
nécéssaire de faire bouillir la lessive pendant plusieurs heures, ce qui peut pulvériser de la
solution caustique autour de votre zone de travail. Veuillez porter s'il vous plaît des gants en
néoprène, un tablier de laboratoire PVC et des lunettes de protection lorsque vous utilisez
cette méthode.

Certaines personnes ont signalé des réactions indésirables à la précipitation par voie humide
ou en poudre. Cela peut être dû à la précipitation indésirable se produisant à un pH supérieur à
11.5.
La méthode sèche élimine les précipités dangereux, de sorte qu'il en résulte un produit sûr.

Fournitures additionelles nécessaires pour la méthode seche

- Filtres à café

- L'acide chlorhydrique.

Vous pouvez utiliser l'acide chlorhydrique (31% HCl) de laboratoire, qui est moins
susceptible d'être contaminé.
D'autres acides peuvent être utilisés, mais HCl ne nuira pas à l'organisme en cas d'ingestion
accidentelle de solutions faibles et en petites quantités. Vous pourriez aussi utiliser du
vinaigre blanc distillé au lieu de HCl. Bien que du vinaigre blanc distillé (acide acétique) soit
plus faible que du HCl, il est plus sûr de travailler avec.

- Fort plastique HDPE type conteneur de fromage blanc, 1 litre, afin de tenir les filtres à café.

Fabrication d'un porte filtres

1. Commencez avec une pinte et un récipient de fromage blanc. Assurez-vous que la pinte
s'insérera dans l'autre récipient d'1L.
La pinte devrait pendre à l'intérieur de la lèvre du récipient litre.

2. Partout dans le fond de la pinte, percer plusieurs trous de 1/8 à 1/4 pouces de diametre.

3. Si le petit récipient est trop serré dans le récipient plus grand, vous pouvez avoir besoin de
percer un trou afin d'équilibrer la pression autour de l'extérieur du récipient le plus large,
proche du niveau inférieur du récipient plus petit. Sinon, la pression d'air entre les deux
conteneurs conservera le liquide au lieu de le laisser s'écouler à partir des filtres à café.
Lorsque vous utilisez ce filtre, placer les conteneurs de fromage dans un récipient en acier
inoxydable ou en verre pour recueillir tout débordement. L'eau de lessive que vous serez en
train de filtrer pourrait endommager le mobilier environnant à son contact.

4. Les filtres à café devraient s'insérer parfaitement dans le petit conteneur de fromage

Matériel de départ

Commencez généralement avec des matériaux secs tel que sel, poudres de roche, calcaire, sels
minéraux, Isis ou poudre blanche d'or étherium, cendres volcaniques, cendres de plantes, etc

Voici quelques-uns des matériaux qui produisent beaucoup de précipité par la méthode seche:

o Concassée, de calcaire non chauffé (Attention: certaines sources contiennent du plomb et/ou
de l'arsenic en quantité suffisante pour présenter un danger potentiel)
o Formule d'oligo elements Golden Nectar
o Etherium/Isis Gold powder Étherium
o Sel minéraux de la mer Morte "Ancient Secrets"
o Sels de Massada (sans parfum)

Procedure Méthode Seche

Veuillez s'il vous plaît lire les parties "MISE EN GARDE" et "ATTENTION" avant de
poursuivre.

Vous devez d'abord préparer une solution diluée de soude caustique. Marquez une bouteille
compte-gouttes "Lessive-poison" afin que la bouteille ne soit pas confondue avec autre chose.
Travailler dans un évier de façon à ce que tout déversement soit contenue.

La lessive dégage des fumées dangereuses pour les yeux lorsqu'elle est mélangée avec de
l'eau. Afin d'éviter l'inhalation de fumées, retenez votre souffle et portez des lunettes tout en
faisant la procédure suivante.

Travaillez au dessus d'un évier, mettere 8 cuillères à café d'eau distillée dans un verre robuste
puis incorporer 1 cuillère à café de lessive. Remuer jusqu'à ce que la lessive soit dissoute. De
la chaleur sera générée à mesure que la dissolution de la lessive se dissout, le verre peut
devenir assez chaud. Portez des lunettes de protection.

Verser la solution de lessive dans un flacon compte-gouttes ou une bouteille étiquetée.

Si vous utilisez du papier pH, arracher plusieurs morceaux et mettre sur un morceau de papier
blanc ou une plaque.
Pour la meilleure précision, recalibrer le papier pH toute la journée avec des variations de
température et d'humidité, ainsi que de jour en jour. Une solution tampon de pH 4,7 et 10
aidera pour ceci.

Si vous utilisez du sel de mer séché, mélanger 1/2 tasse de matière sèche avec 2 tasses d'eau
distillée.

1. Broyez le matériel de départ en une poudre fine.

2. Ajouter 1:4 de solution de lessive pour couvrir la matière sèche d'une fine couche.

3. Incorporer un peu d'eau distillée pour couvrir la poudre et la lessive par 2 pouces.

4. Porter à ébullition (ce qui est mieux fait à l'extérieur ou dans une hotte aspirante). Le pH
doit être égal ou légèrement supérieur à 12. La lessive apporte les éléments à l'état-M dans la
solution tout en laissant les précipités indésirables comme des solides.

NOTE: Si vous commencez avec du sel de mer, vous pouvez omettre l'étape d'ébullition avec
ses vapeurs nocives, et tout simplement laisser la solution reposer pendant trois jours. Allez
directement à l'étape 7. (Certains autres matériaux de départ peuvent aussi réagir sans faire
bouillir).

5. If you are boiling the solution, replace water as needed to maintain sufficient reactant
volume. Si vous êtes la solution à ébullition, remplacez l'eau au besoin pour maintenir un
volume suffisant de réactif.

6. Faire bouillir pendant plusieurs heures - le plus longtemps, le mieux c'est - dans un
récipient fermé. Le réservoir peut être ouvert si vous ajouter du liquide au besoin. Quatre
heures devrait être suffisante pour étherium / matériel Isis.

7. Filtrez au travers de 3 à 5 couches de filtres à café. Vous supprimerez les éléments toxiques
qui précipitent à un pH supérieur à 11,5.

Sauvegardez le liquide qui passe à travers les filtres. La plupart des éléments Etat-M seront en
solution dans le liquide.

Tout en remuant le liquide, ajouter lentement HCl ou du vinaigre blanc distillé pour amener le
pH à 8,5. Un précipité blanc se forme, qui est en partie des éléments à l'État-M.

Si vous allez trop loin, le pH changera brusquement, et vous devrez recommencer. Si cela
vous arrive, vous devrez ajouter de la lessive rapidement et amener le pH jusqu'à 12.

9. Laisser déposer le précipité pendant la nuit.

10. A l'aide d'une grosse seringue (ou un siphon), enlever le liquide au-dessus du lisier.

11. Ajouter de l'eau distillée au précipité (remplissage du pot), bien remuer et laisser reposer à
nouveau pendant au moins 4 à 5 heures, de préférence la nuit.
12. Répétez les étapes 10 et 11 au moins trois fois pour laver le précipité. Cela supprime la
plupart des traces de lessive et de HCl (ou du vinaigre).

Vous obtiendrez un humide, précipité blanc (lisier) contenant les éléments à l'état-M. Vérifier
que le pH est de 9 ou moins avant l'ingestion. Certains de ces précipité peut être du lait de
magnésie ou de calcium.

Méthode Ebulition d'Or

[La méthode d'ébullition d'or n'a jamais fonctionné pour ceux qui ont essayé, nous ne
recommandons pas son utilisation.]

Veuillez s'il vous plaît lire les parties "MISE EN GARDE" et "ATTENTION" avant de
poursuivre.

Cette méthode produit de l'ORMUS d'or pur. Avec cette méthode, vous devez faire bouillir de
solution de lessive pendant une à deux semaines. Ceci peut projeter de la solution caustique
autour de votre zone de travail. Veuillez s'il vous plaît porter des gants en néoprène, un tablier
de laboratoire PVC et des lunettes de protection lorsque vous utilisez cette méthode.

Matériel additionnel nécessaire pour la méthode par ébullition-GOLD

- Filtres à café.

- Acide chlorhydrique (HCl).

Utiliser l'acide chlorhydrique (31% HCl) de laboratoire, moins susceptible d'être contaminé.
Au lieu de HCl, vous pourriez préférer utiliser du vinaigre blanc distillé (acide acétique). Le
vinaigre blanc distillé est plus faible que HCl, mais est plus sûr à utiliser.

- Un pot d'acier inoxydable ou en pot de verre.

Le verre est préféré à l'acier inoxydable. l'acier est susceptible d'être attaqué par NaOH

Procédure de la méthode d'ebullition Or


 

1. Ajouter de la poudre d'or pur à 99,99% à une solution de lessive de pH 12 ou plus.

2. Faire bouillir la solution pendant deux semaines dans un récipient fermé. Une semaine peut
être suffisant, mais deux semaines auront probablement un rendement plus élevé. Ajouter de
l'eau au besoin. ATTENTION: Ne pas inhaler les vapeurs!

3. Filtrer la solution en utilisant le support du filtre à café décrites ci-dessus. Sauvegarder le


reste d'or pour une utilisation future.

4. Ajouter HCl ou du vinaigre blanc distillé pour amener le pH jusqu'à un pH de 8,5. Un


précipité blanc-OFF apparaît. Laisser reposer une nuit.

5. Avec une seringue, aspirer soigneusement le liquide au-dessus du précipité.

6. Ajouter de l'eau distillée pour le précipité (remplissage du pot), bien remuer et laisser
reposer à nouveau pendant au moins 4 à 5 heures, de préférence la nuit.

7. Repeat steps 5 and 6 at least three times to thoroughly wash the precipitate. Répétez les
étapes 5 et 6 au moins trois fois pour se laver le précipité.

Annexe
 

Stockage

Entreposer les éléments récoltés dans

* Bocaux en verre avec couvercles en verre fil serré et joints en caoutchouc


* Bocaux en verre avec couvercles en plastique, ou conteneurs en PEHD, qui sont stables en
milieu acide et alcalin

Stocker les éléments Etat-M dans le noir l'abri du soleil ou de la lumière ultraviolette. La
lumière ultraviolette semble faire se déplacer des matériaux à l'état m vers un état métallique.
Parce que les éléments Etat-M sont des matériaux supraconducteurs, ils doivent être
entreposés dans des contenants en verre ou en polyéthylène haute densité à l'intérieur de
conteneurs en acier et éloignés des champs magnétiques. Mettez le récipient en verre ou en
PEHD (contenant les elements état-M) à l'intérieur d'une boîte en acier tels que ceux utilisés
pour les biscuits de Noël.
Si vous avez l'intention de transporter les elements, il est préférable d'assembler trois ou
quatre conteneurs en acier, l'un dans l'autre avec un matériau isolant entre les deux, placez
ainsi le récipient en verre ou en PEHD à l'intérieur du conteneur central.

Vous pouvez remarquer que vos éléments à l'état-M contient des bulles s'échappant pendant
une certaine période de temps après leur conception. Nous croyons que ces bulles sont des gaz
à l'etat-M qui s'échappent. Certaines personnes ont rapporté que le précipité à l'état-M perdait
certaines de ses qualités au fur et à mesure que ces bulles quittaient l'ensemble. Ce
dégagement de gaz semble être réduit si le tout est stocké entre la température ambiante et la
température du corps dans un conteneur blindé magnétiquement. Il est conseillé de ne pas
réfrigérer les matériaux à l'état-M. Au moins un chercheur signale que réfrigéré ces éléments
vont probablement se déplacer vers un endroit plus chaud.

Comme les bactéries et les moisissures peuvent se développer facilement dans ces précipités
d'Etat-M, il est préférable de stériliser tout le matériel que vous souhaitez stocker pendant de
longues périodes de temps et de la stocker en utilisant les méthodes de mise en conserve de
efficace.

Fournitures produits chimiques

Strem Chemicals, Inc.


Dexter Industrial Park
Newburyport, MA 01950-4098
info@strem.com
http://www.strem.com

Aucun minimum de commande.

(978) 462-3191
(800) 647-8736
Quelques échantillons de produits:

93-7915 poudre d'or (99,95%) 500 mg de 50 $. 2g 160 $.


93-7913 Shot Gold (99,95%) 500 mg de 40 $. 2g 128 $.

Fournitures laboratoire :

Cole-Parmer Instrument Co. 800-323-4340


Weiss Research Inc.
PO Box 720109
Houston, TX 77272 Houston
1-888-44-Weiss and fax: 281-879-9666 (24/7 fax)
http://www.weissresearch.com

pH-mètre à $175 (# PHM-150) avec compensation de température automatique de 0 à 100


degrés C° et un pH-mètre avec une conversion
manuelle de la température à 125 $.
McMaster-Carr Supply Co.
PO Box 4355 PO Box 4355
Chicago, IL 60680-4355
630-833-0300
fax 708-834-9427
http://www.mcmaster.com

 ORMES et ADN

Il semble que la clé d'une grande longévité physique soit liée à la découverte d'une méthode
pour effectuer la réparation de l'ADN.
Le cumul des dommages envers l'ADN a été désigné comme l'un des principaux facteurs de
vieillissement et est généralement considérée comme un facteur majeur dans le cancer, le sida,
et autres maladies dégénératives graves.

David Hudson, dans ses conférences et ateliers, clamait que les matériaux ORME's ont
inversé la progression du cancer et d'autres maladies. Hudson suggèra que cette inversion est
le résultat de la réparation de l'ADN, un processus de réparation facilité par les éléments
ORMUS. Voici une citation à ce sujet par David Hudson lors d'une conférence à Portland
Portland, Oregon :

"Ils ont clamé qu'il pouvait parfaire les cellules du corps. Eh bien je peux vous montrer
demain, les recherches de Bristol-Myers-Squib qui montre que ces matériaux inter-agissent
avec l'ADN, corrigent l'ADN. Tous les dommages cancérigènes, tous les dégâts d'irradiation,
tous est corrigé par ces éléments en présence de la cellule. Ils n'interagissent pas
chimiquement avec elle, ils corrigent juste l'ADN.

Il ne s'agit pas là d'un anti-quelquechose. Ce n'est pas anti-sida. Ce n'est pas anti-cancer. Ceci
est pro-vie. Il est littéralement semblable à l'esprit. Ce matériau n'est pas là pour guérir du
sida, il n'est pas là pour guérir le cancer, ce matériau est là pour parfaire notre corps.

Il se contente de "faire" notre corps en l'état où il est censé être. C'est notre propre système
immunitaire qui combat et guérit la maladie. Si vous pouvez corriger votre ADN à chaque
cellule de votre corps. Si vous pouvez corriger les dommages qui a été fait qui ont provoqué
le cancer, si vous pouvez corriger le tort qui a été provoquée par le virus; vous atteindrez
littéralement un fonctionnement organique optimal, revenant à l'état d'origine auquel vous êtes
destiné "

Voici une autre citation à ce sujet de Hudson dans une conférence donnée à Dallas :

« Maintenant, que fait-il dans le corps ? Il corrige littéralement l'ADN, par un processus
équivalent d'une solution dénaturée, l'ADN se détend et se recombine corrigé. Ainsi tout état
pathologique provenant d'un problème avec l'ADN peut-être corrigé, mais votre raison de
prendre ce matériau ne peut pas être celui de corriger une maladie. Votre raison de le prendre
doit être philosophique. Il doit être d'éclairer et d'invoquer le caractère sacré de la
communauté humaine, mettant fin aux mensonges et à la dégénérescence accélérée à laquelle
nous avons été confrontés. Si pour arriver à ceci, il doit guérir les maladies, alors il fera en
sorte de le faire.

Le système immunitaire est également dégradé par lésions de l'ADN. Nous pensons que toute
maladie liée à un une faiblesse du système immunitaire ou de l'ADN endommagé pourrait
bénéficier de l'ingestion de matières ORMUS.

Une récente histoire de l'Associated Press mentionne la récente découverte d'un "gène du
vieillissement" nommé WRN qui, "Semble jouer un rôle essentiel dans la façon dont l'ADN se
répare et se reproduit lui même, ceci étant depuis longtemps soupçonné comme les clés du
vieillissement" ... "Le WRN normal semble régir la production d'enzymes vitaux appelé
hélicases."

"L'ADN porte le modèle génétique du corps, dans un brin en double hélice enroulés à
l'intérieur de chaque cellule. Chaque fois qu'une cellule se reproduit, les brins d'ADN doivent
préalablement se détendre afin qu'ils puissent être copiés avec précision pour la nouvelle
cellule. De même, chaque fois que le corps a besoin de réparer une cellule défectueuse, l'ADN
doit se détendre afin que les enzymes de réparation enzymes puissent couper la partie
défectueuse. Les Helicases détendent l'ADN."

"Si le WRN est muté, les hélicases n'agissement probablement pas correctement dans le
"déroulement" de l'ADN - ainsi les cellules ne sont pas reproduites pour remplacer les
mourrantes ou l'ADN endommagé n'est pas réparé"

Trois rapports récents indiquent que les éléments du groupe de platine peuvent aider dans
ce processus de réparation de l'ADN:

Platinum Metals Review


1990, Volume 34, Numéro 4

Etudes biophysiques de la modification de l'ADN par la coordination antitumorale de


complexes de Platine.

« La modification de l'ADN par le cisplatine a été examinée. Les composés actifs anti-
tumoraux de Platine (Pt) induits dans l'ADN, à des niveaux faibles de liaison, confirment
localement sur des alerations ayant le caractère de distorsions non-dénaturé. Ces changements
produits dans l'ADN sont dus à la formation de liens de cause entre les volets... " p. p. 235
235

Scientific American
Mai 1995, David Paterson

"Les chercheurs ont examiné les propriétés électriques de doubles-hélices d'ADN de courtes
longueurs dans lequel il y avait un atome de ruthénium à chaque extrémité de l'un des volets.
Meade et Kayyem ont estimé à partir des études antérieures qu'un seul court brin d'ADN
devait conduire jusqu'à 100 électrons par seconde. Imaginez leur surprise lorsqu'ils ont
mesuré le débit le long de la double hélice dopé au ruthénium: un courant multiplié par un
facteur de plus de 10.000 fois supérieur, à plus d'un million d'électrons par seconde. C'était
comme si la double hélice agissait comme une genre de conducteur moléculaire."

"Depuis quelque temps, les chimistes ont soupçonné que la double hélice peut créer un
chemin hautement conducteur le long de l'axe de la molécule, une route qui n'existe pas dans
un seul brin. Il y avait là une confirmation de cette idée." pp. 33-34 pp. 33-34

Matti Pitkanen, un physicien quantique Finlandais, écrit ce qui suit sur le troisième article
paru dans la revue Science :

Dans le plus récent volume de Sciences, (vol. 275, 7. Mars 1997) figurait un article très
intéressant sur le travail de Barton et de son groupe.
Barton et al ont fait plusieurs expériences portant sur les propriétés de conductivité de la
double hélice d'ADN entre 1993 et 1997.
La conclusion de Barton et al, fut que la double hélice d'ADN a la capacité de faire de la
chimie à distance: «Une molécule d'ADN avec un groupe chimique artificiellement attachés à
une extrémité semble orchestrer un changement chimique plus loin dans l'hélice, ce qui
provoque la réparation d'un patch d'ADN endommagé."

L'ADN comme "conducteur".

Ce qui semble se produire est un flux d'électrons le long de l'ADN avec une résistance très
faible. En général, les expériences impliquent des donateur et acceptants d'électrons séparés
par une distance le long de l'ADN.
Lorsque l'accepteur rayonne on passe à un état d'excitation dans lequel un courant d'électron
circule du donateur à l'acceptant. La connaissance "standard" nous dit que ceci ne devrait pas
être possible.

Le courant devrait couler par un effet quantique de tunnel entre les unités de construction
adjacentes de l'ADN, et elle devrait diminuer de façon exponentielle avec la distance. Pour les
protéines ceci est connu pour être le cas. Dans les expériences aucune dépendance à la
distance ne fut observée.

Il existe une théorie qui suppose que le courant peut circuler le long de l'intérieur du double
brin d'ADN double, qui est la région située entre les bases de brin et le brin complémentaire.

L'électron serait délocalisé dans les anneaux de base, ces anneaux formeraient une pile le long
de l'ADN.

Le courant passerait par effet tunnel à partir d'ici, mais la probabilité d'effet tunnel serait si
grande que la dépendance de la distance serait faible.

Les critiques de Barton soutiennent que ce modèle ne peut pas expliquer toutes les
expériences de Barton et que le modèle n'est pas en conformité avec la chimie organique et la
biologie de base, ou la lumière ordinaire du soleil devrait avoir des éffets plus graves sur
nous. Barton admet ne pas comprendre le mécanisme.

Explication fondée sur le TGD en terme de concept d'atome exotique.


- Un article intéressant (en anglais) sur une théorie du rapport entre TGD et conscience :
http://tgd.wippiespace.com/public_html/cbookI.html#introc

Le TGD suggère une explication possible du phénomène en termes de concepts étroitement


liés de l'atome exotique et du trou de ver.
Le concept de l'atome exotique, s'appuie sur le concept de nombreux espace-temps. Un atome
exotique se forme lorsque un ou plusieurs électrons de valence d'un atome ordinaires sont
lâchés d'un espace-temps atomique à un espace-temps plus grand. En conséquence, des trous
de ver chargés alimentant le flux em-gauge vers l'espace temps plus grand sont aussi générés.
Les electrons dans les espaces-temps plus larges pourraient être délocalisés et ceci pourrait
conduire à un état d'énergie au sol plus faible.

Ce qui est important est que les électrons sur l'espace temps plus large se déplacent plus
efficacement dans l'espace-temps vide et donc le courant électrique peut circuler librement
sans résistance. Les trous de ver chargés pourraient également fournir un mécanisme de
supraconductivité: les photons sont remplacés par les excitations du trou de ver Bose-Einstein
condensé dans ce mécanisme.
Il est toutefois trop tôt pour dire si la supra-conductivité est vraiment en cause, même si ce
mécanisme fonctionne vraiment.

Dans le dispositif expérimental de Barton, les électrons donneurs et acceptant sont


généralement des atomes de Rh et Ru.
Tous deux ont 5s électron non apparié, cet électron tomberait sur le plan d'espace-temps
depuis le plan de l'espace-temps atomique et induirait un courant électrique. Certains
collègues de Barton n'a pas observé cet effet par l'utilisation de molécules organiques comme
donneurs.

Une explication possible est que ces molécules sont telles que leurs électrons de valence ne
peut pas tomber sur un plan d'espace-temps plus bas (il n'est pas énergétiquement favorable,
ils pourraient être liés, par exemple).

Pour les atomes exotiques, les trous de ver chargés et le mécanisme de supra-conductivité voir
la page: http://blues.helsinki.fi/~matpitka

Des références additionnelles à d'autres documents par le Dr Jacqueline Barton se trouve sur
la page web du physicien Tony Smith à l'adresse:
http://www.innerx.net/personal/tsmith/newtech2.html
(Tony Smith va dans des discussions techniques supplémentaires sur la plupart des questions
soulevées dans cet article.)

De ces trois documents, il doit être clair que la réparation de l'ADN peut être lié à la présence
des éléments du groupe du platine.

David Hudson affirme qu'il a fourni du matériel ORMUS à divers médecins qui les ont
donnés à des patients atteints de cancer.
Selon Hudson, dans la grande majorité de ces cas, les patients atteints de cancer ont guéri,
avec des indications que les tissus atteints du cancer sont redevenus des tissus normaux.

Dans sa conférence à Ashland, Oregon, Hudson déclara :


"Tout d'abord, si vous utilisez le rhodium et l'iridium, l'une des choses que vous pouvez
effectivement voir est que dans les 3 à 4 premières semaines, la tumeur apparaîtra
effectivement comme croissant plus rapidement. Par conséquent si vous avez fait une biopsie
et constaté que vous avez une tumeur, la prise de rhodium et d'iridium démontreront à travers
les image à résonnance magnétique que votre tumeur grossit rapidement, ce qui évidemment
fait vraiment peur aux gens.. Ils disent: «Mon Dieu, ce n'est pas ce que je veux». Mais Ce que
vous devez comprendre, c'est que le tissu cancéreux dense, lorsque dans un stade de
conversion vers un tissu sains, il s'agrandit en taille. Et si la tumeur physique est grand comme
ceci (geste), lorsqu'elle sera guérie sera de cette taille (geste). Il devient plus large lorsqu'il
revient à un état sain, c'est ce qu'on appelle une nécrose dans la communauté médicale.

Le sel d'Epsom, c'est quoi ?

Le sel d'Epsom, également


connu sous le nom scientifique
de sulfate de magnésium, est
un puissant minéral composé
de magnésium, de soufre et
d'oxygène. On le trouve en
pharmacie, grande surface mais
aussi sur Internet où il est très
peu coûteux. Il est très utilisé
pour soulager de nombreux
problèmes de santé mineurs et
en produits cosmétiques :

 en sel de bain pour soulager les pieds endoloris, apaiser les douleurs musculaires, réduire le
stress ;
 nettoyant pour la peau pour aider à exfolier naturellement ;
 soin capillaire pour donner aux cheveux plus de volume et de brillance ;
 constipation occasionnelle : l'ingestion de sel d'Epsom de qualité alimentaire permet de
rincer l'appareil digestif et favorise le processus de detox ;
 il est aussi utilisé comme engrais dans l'agriculture.

Acheter du sel d'Epsom pas cher

Le terme Epsom est un hommage à une ville d'Angleterre du même nom où le sel a été
découvert en 1618 par un agriculteur dont les vaches évitaient de boire l'eau d'un étang
contenant à cause de son goût amer dû à la présence de sel. Cependant, le sel d'Epsom était
déjà connu comme étant un laxatif puissant dès la Haute Antiquité (années 3500 à 500
avant notre ère).

Les bienfaits du sel d'Epsom sur la santé


Le sel d'Epsom est une marchandise bon marché très usuelle. Souvent vendu dans des sachets
de grande contenance, il est non seulement peu onéreux mais également paré de multiples
vertus bénéfiques pour la santé, dont chacun de nous devrait profiter.
Les grandes vertus du sel d'Epsom en sel de bain

Les sels de bain naturels ont longtemps été utilisés pour leurs propriétés
médicinales ou cosmétiques. Il y a beaucoup de différents types de sels de
bain naturels, mais le plus courant est le sel d'Epsom. Il y a plusieurs
raisons pour lesquelles les gens utilisent ce sel.

Le sel d'Epsom est la forme la plus utilisée et étudiée des sels de bain
connus. Il est un composé chimique qui contient du magnésium et du
sulfate comme nous l'avons vu plus haut. Il n'est pas réellement utilisé
dans sa forme pure, mais mélangé avec d'autres substances. Ajouté à l'eau,
il va augmenter la gravité particulière qui est utile pour la thérapie de
flottaison. Les prestations médicales soulignent ses propriétés anti-
inflammatoires. Il est absorbé par la peau lorsqu'il est dilué dans l'eau du
bain et de cette manière, il va également absorber les toxines du corps.
En outre, il est reconnu pour soulager des douleurs musculaires et
articulaires. Il réduit également les rides causées par une exposition prolongée à l'eau.

Le sel peut aider à éliminer les peaux mortes, ainsi qu'une exfoliation légère à notre peau.
D'autres sels de bain naturels peuvent favoriser la guérison d'une peau endommagée, mais ils
ne devraient pas être appliqués directement sur la peau, mais dissous dans de l'eau. Appliquer
directement sur la peau peut provoquer des douleurs graves et des picotements.

Acheter du sel d'Epsom pas cher

warning   ATTENTION
Pour les gens ayant un œdème, des problèmes cardiaques ou de l'hypertension artérielle, le bain de
sel peut s'avérer nocif. Pour les personnes fragiles, comme les personnes âgées, il est conseillé de ne
pas utiliser de sels de bains.

Assainissement du teint, renforcement des peaux saines

La prise régulière de bains avec du sel d'Epsom contribue à maintenir une personne radieuse
et dynamique. Ce sel si particulier est également utilisé pour prévenir la récurrence des
symptômes de l'asthme.

Mycose des ongles

Le sel d'Epsom était très connu pour traiter les mycoses des ongles de pied, une des
méthodes les plus populaires utilisées par les gens. Il est naturel, pas cher ainsi que facilement
disponible. Mais cela peut prendre beaucoup de temps pour guérir la mycose des ongles, ou
pourrait même ne pas être guéri du tout. Mais pour beaucoup de personnes, il a été très
efficace.

Voici comment soigner la mycose des ongles avec le sel d'Epsom

1. Dans une bassine ou un récipient, mélangez une petite poignée de sel d'Epsom avec de
l'eau très chaude sans qu'elle soit brûlante. Il a été observé que l'utilisation de l'eau chaude
est beaucoup plus efficace que d'utiliser de l'eau tiède.
2. Trempez vos orteils pendant 15 à 20 minutes en lisant un magazine ou devant votre
télévision.
3. Si l'eau est trop chaude, vous pouvez simplement tremper vos orteils pendant quelques
secondes seulement pour qu'ils soient humides, puis verser du sel d'Epsom sur les ongles
touchés directement. Une fois que l'eau est un peu moins chaude, vous pouvez plonger vos
orteils.
4. Vous pouvez ajouter du sel sur les orteils touchés afin qu'il entoure l'ongle entièrement.
L'idée est qu'il y ait une bonne quantité de sel autour de vos ongles.
5. Un bain de pied plus long est recommandé pour les cas les plus graves. Il n'y a aucune limite
de temps pour cela, vous pouvez le faire pendant plusieurs heures. Vous ne devez pas
réchauffer l'eau. Assurez-vous de couper vos ongles aussi près de la peau que possible afin
que la solution pénètre plus en profondeur.
6. Trempez régulièrement vos orteils 2 fois par jour. Certaines personnes le font 3 fois ou plus
par jour afin de s'assurer que le champignon ne se développe pas en arrière et cela
permettra d'accélérer le processus de traitement.

Acheter du sel d'Epsom pas cher

Utilisation dans l'agriculture, jardinage et autres domaines


Le sel d'Epsom posséderait quelques propriétés naturelles qui serait utiles pour de nombreuses
industries. Par exemple, il a la réputation d'être aussi efficace que des engrais chimiques. Or,
l'utilisation de sulfate de magnésium pour le jardin est complètement inutile.

Il aurait notamment la capacité de convertir les ondes sonores en chaleur. Dans l'eau de mer, il
va absorber le son, mais seulement à des fréquences élevées. Les aquariums d'eau de mer
l'utilisent pour maintenir les niveaux de magnésium utiles à la survie des massifs coralliens ;
la croissance des organismes calcaires nécessitant du magnésium.

Pour cette raison, les niveaux de magnésium vont baisser rapidement dans les aquariums
marins. Ce composé chimique est donc parfois ajouté pour maintenir les niveaux. Toutes les
plantes ont besoin d'une certaine quantité de magnésium pour la production de chlorophylle.
En tant que tel, il est absolument important pour le bien-être général de la plante.

Santé des poissons

Une autre utilisation du sel d'Epsom pour le bain peut être de traiter l'eau pour la santé des
poissons. Certains poissons peuvent contracter ce qu'on appelle l'hydropisie par des gens qui
élèvent et vendent du poisson. Il s'agit en apparence d'écailles du poisson qui sortent de son
corps en raison d'un abdomen très enflé. Beaucoup le décrivent comme un cône de pin, en
particulier autour de l'abdomen. En réalité, ce sont les organes internes qui sont touchés par
cette condition. Le sel d'Epsom peut aider à aider le poisson à expulser les fluides inutiles qui
se déposent dans l'abdomen.

Présentation de l’ormus
20 février 2019 Hikuri

Ces temps ci, j’ai découvert une substance appelé ormus dont les effets m’ont impressionnés.
J’en ai pas mal consommé, fabriqués de diverses façons, échangés également avec des
personnes qui sont dans ce domaine.
Après un certain temps de maturation sur ce sujet, j’ai décidé d’écrire un texte pour faire une
présentation générale de ces substances.

Le site de Barry Carter qui reprend pas mal de recherches et d’observations qui ont été faites
est :

http://www.subtleenergies.com/ormus/index.htm
J’ai vu un site qui en fait une traduction en français, mais seulement en partie.

http://www.silver47.eu/ormus.html

Le texte que j’écris ici se propose propose de donner quelques éléments que j’ai découverts
sur l’ormus, d’une façon générale. Il n’a qu’un caractère informatif, pour regrouper
certaines informations que j’ai découvertes, et pour certaines, expérimentés.
Cela n’est ni un manuel, ni une indication de ce qu’il faut faire ou incitation à prendre quoi
que ce soit, mais simplement une invitation à découvrir un domaine qui me semble porter
des idées que je juge intéressante.
La fabrication implique des processus qui peuvent être dangereux de part les produits utilisés,
et de ce fait, je ne serais assez recommander aux personnes intéressées de se procurer les
livres décrits à la fin du texte, pour avoir des informations détaillées, et si besoin est, de se
faire accompagner. Mieux vaut également s’abstenir que de faire n’importe quoi.

– Un peu d’histoire

A la base, tout commence avec un fermier américain, David Hudson, qui s’est retrouvé à voir
des comportements étranges de certains métaux, présent dans le sol de son terrain, qu’il «
travaillait » avec des produits chimiques.

Je ne rentre pas dans le détail de cette histoire qui est largement détaillé sur internet.

David Hudson a lancé des recherches sur ces métaux qui ont des comportements étranges,
demandant à des scientifiques de regarder ce qu’il en était.

Cela a ouvert la piste sur les éléments monoatomiques appelés ORMES (orbitally rearranged
monatomic elements). Des métaux peuvent avoir une taille « nano », ou ils ne se lient plus
aux autres, ils deviennent en quelque sorte unique, séparé, non agrégé aux autres, et cela
change leurs propriétés physiques et chimiques.

Barry Carter, pendant ce temps là, un américain, a aussi été confronté, par un de ses amis,
Jim, à des comportements étranges de métaux. En effet, Jim, dont on ne connait pas le nom de
famille, utilisait un générateur d’ozone particulier (diffuse de l’O6) pour traiter les métaux. Ce
faisant, il a été confronté à ce que l’on pourrait qualifier d’anomalies de comportements.
Découvrant les travaux de David Hudson, qui corroborent avec ce qu’à monté Jim, il décide
de s’intéresser à ces domaines.

Il publie des informations, lance des recherches… et il est contacté par un monsieur qui prend
le surnom de l’Essenne, un métallurgiste alchimiste qui lui montre comment extraire ces
éléments monoatomiques, qualifiés d’ormes, de l’eau de mer, et d’éléments solides.
Dans ce cas, l’idée est que ces ormes sont présents partout dans la nature, et il s’agit de les
concentrer, et de les mettre dans une forme ou ils sont biodisponibles, et facilement efficaces.

Cela a donné l’ormus, qui correspond aux substances obtenues par ces méthodes de l’Essenne,
qui sont des précipités qui concentreraient en leur seins les ormes.
– Une substance étonnante
Cette substance qu’est l’ormus auraient différentes propriétés qui sont reportés par des
expérimentateurs, et ce qui revient souvent dans les témoignages est :

** Synchronisation des hémisphères cérébraux


** Synchronisation des plexus énergétiques
** Réparation de l’ADN (http://www.subtleenergies.com/ormus/tw/dna.htm)
** Accélération de processus de guérison

En même temps, cette substance, comme l’eau, peut stocker des informations, et les ressortir
démultipliées.
C’est ainsi qu’il y a des ormus « programmés » pour effectuer des actions : guérison, élever la
résonance, aider dans des situations de vies…
Cette substance fait également pousser les plantes à grande vitesse, avec avec de plus grande
tailles. (http://www.subtleenergies.com/ormus/tw/plant-lynx.htm)

– Trois méthodes « officielles »…

Il y a de nombreuses méthodes pour obtenir l’ormus, mais les trois méthodes les plus connues
sont :

** La voie humide, qui part d’eau de mer naturelle ou reconstituée. Une base forte, soude ou
potasse caustique, est employée pour monter le pH a 10.78. Un précipité se forme
d’hydroxyde de magnésium contenant les ormes. Ce précipité fera l’objet de trois lavages
avant d’être utilisé.

** La voie sèche, qui part de matière solide, comme de l’argile, cendres… Cette matière est
introduite dans une lessive de soude d’un pH supérieur à 12, laissé ainsi pendant au moins 2
semaines. Puis après filtration, on récupère le liquide. Ici, le précipité obtenus avec la soude
est jeté. Le liquide est ensuite ramené à un pH de 8.5. Le précipité qui se forme à ce moment
fait l’objet de trois lavages avant utilisation.

** Extraction par de l’huile, qui consiste à mélanger sel naturel ou précipité d’ormus que l’on
mélange avec de l’huile (des plantes peuvent être rajoutés), et laisse macérer de quelques
jours à quelques semaines. L’huile est utilisable (externe et interne), et peut être émulsifiée en
crème pour une efficacité plus grande. Tous les ormes du sel se concentrent dans l’huile.

La méthode par l’huile est très facile, et non dangereuse. Les autres méthodes usent de
produits dangereux.

– … et une multitude de méthodes « officieuses »…

Il y en a tellement que je ne serais toutes les décrire, cependant j’en indique trois qui me
semblent intéressantes :
** Mettre du sel de la mer morte dans une solution saturé de bicarbonate de soude génère au
bout d’au moins une semaine des cristaux qui ont des effets énergétiques puissants.

** Mélanger une solution de chlorure de calcium + sel chargé en ormes (sel de la mer
morte…), avec une solution de sulfate de magnésium entraîne un précipité de sulfate de
calcium contenant les ormes. Peut-être réduit en poudre.

** Capter la rosée par du sel de la mer morte laissé dehors sur une assiette pendant la pleine
lune, récupérer la rosée extraite, qui est riche en ormes. S’utilise diluée fortement dans de
l’eau à boire. On peut aussi extraire avec une bouteille d’eau congelée déposée sur l’assiette
laissée pendant la nuit, qui condense la rosée.

– Sans oublier les extractions par « pièges magnétiques »

Ces méthodes utilisent des aimants puissants pour diviser l’eau qui est repoussé par l’aimant
(chargé en ormes) avec celle qui ne réagit pas. L’eau circule dans des tuyaux, et séparé selon
sa façon de réagir aux aimants. Cela permet de récupérer l’eau concentré.

De nombreux exemples sont indiqués sur le site de Barry Carter.

– Comment l’extraction se fait ?

Deux théories sont indiquées :

** Roger Taylor, un scientifique dont les recherches sur l’ormus sont accessibles librement
sur internet, a trouvé que les ormes dans le sel naturel, quand ils se retrouvent dans un
précipité, démultiplient leur force de par leur organisation, et également que les ormes se
déplacent, pour aller dans des structures qui leurs correspondent. Il a réussit à transmettre des
ormes de sel de la mer morte à des cristaux de phosphate de magnésium sans même qu’ils
soient en contact physique.
(cf recherche google « Roger Taylor ormus »)

** L’autre théories est que la base forte (soude caustique) « ouvre » la matière et libère son
énergie libre de partir dans le précipité.

Ces deux théories ne s’excluent pas, mais marchent ensemble.

– Une bonne matière de départ

Pour faire de l’ormus, il faut une matière qui soit bien minéralisée, et riche en ormes, et il faut
une bonne eau.

Comme matière, le sel de la mer morte est excellent. Les autres sels marins sont aussi bons,
mais doivent être chauffée et filtré.

Pour la méthode sèche, des cendres volcaniques ou de la bonne argile sont très bien.

– Une très bonne eau

L’eau est vraiment importante. Je conseil de la nettoyer, structurer, et informer.


Le nettoyage, pour la débarrasser de ses polluants se fait très efficacement par un filtre
Berkey. C’est vraiment un bon investissement. les filtres durent 6 ans. Comparé à une carafe
filtrante avec des changements de filtre tous les mois, c’est plus économique.

La structurer peut se faire par un vortex, via une machine, ou par nous-mêmes.

L’informer se fait par l’usage de paroles bienveillantes, de géométries sacrés, d’outils tels les
correcteurs d’état fonctionnels, de couleurs, de visualisations, de mantras…

Il est aussi possible de lui transmettre une qualité très particulière en laissant des shungites de
haute qualité dedans pendant 3 heures. Cela communique la structure des fullerènes dans
l’eau.

– Une bonne base

Pour la méthode sèche, utiliser soude ou potasse caustique.

Pour la méthode humide, c’est pareil, mais il y a aussi des choix alternatifs :

** Le carbonate de sodium (ou potassium). Cela crée un précipité de carbonate de


magnésium. le pH ne monte pas très haut, et le précipité est granuleux. Ceci dit, c’est
extrêmement rapide, et moins dangereux qu’avec l’usage de produits chimiques dangereux.

** Le phosphate trisodique, qui génère un précipité de phosphate de magnésium. Je n’ai pas


employé cette méthode, mais ai communiqué avec une personne l’utilisant qui en semble
satisfait. Ne l’ayant pas utilisé, et n’ayant eu qu’un seul témoignage, bien que positif, je ne la
recommande pas et ne la place ici qu’à titre purement informatif.

Les éléments, autant que possible, doivent être pure, de grade « alimentaire ».

– De bonnes protections aussi

Les produits utilisés étant dangereux, il est bien sur évident de travailler avec lunettes de
protection, gants en néoprène, blouse de chimiste… de veiller à l’emplacement ou cela se fait,
ranger les produits à leur place et dans des récipients spéciaux et bien indiqués, et également
de bien s’informer et de se faire insister si besoin est.

– L’importance du pH

Au dessus de 11, des métaux lourds peuvent se précipiter. On indique 10.78 au cas ou le pH
mètre serait mal calibré. Bien sur, si la matière de départ n’a pas de métaux lourds, ils ne
risquent pas de se précipiter.

A partir d’un pH de 12, les ormes restent en solution.

– Un « champ intentionnel » élevé

L’ormus prend tout, donc le faire dans une atmosphère élevée : intention (l’essentiel),
attention bienveillante, musique, atmosphère… tout joue, et surtout l’ingrédient principal :
l’alchimiste (vous !).
Dans la chimie, l’opérateur est en dehors de l’équation. Dans l’alchimie, l’opérateur est au
centre de l’équation.

Dans la chimie, le laboratoire est fermé sur tout le reste. Dans l’alchimie, le laboratoire est en
connexion avec tout l’univers.

Ce domaine est l’essentiel, et à chacun de l’explorer.

A mon sens, le travail intérieur, l’intention, l’énergie est ce qui permet d’ouvrir les « grandes
portes ».

– Ne pas oublier de rester simple

Je ne croit pas spécialement que plus c’est complexe, plus c’est dur, plus c’est dangereux et
mieux c’est.

Un simple verre d’eau chargé d’amour peut faire beaucoup.

Un yogi avec son énergie peut transmettre une force dans une préparation qui dépassera ce
que font bien des « alchimistes ».

Rester simple, ouvert, et ne pas se croire arriver permet d’apprendre.

La nature est une mère, et se positionner en enfant connecte à sa protection, son enseignement
et sa lumière.

L’alchimie est travail de femme et jeu d’enfant. Aussi, l’intention, la maturité, le jeu, la joie,
la connexion à l’autre et l’univers sont des éléments fondamentaux.

Certaines personnes rejoignent des « guildes », des « écoles initiatiques » et se positionnent de


façon supérieur. C’est à mon avis une erreur qui ferme des portes.

En général, gardons cette clé : plus on avance, plus on devient simple et bienveillant.

Devenir imbus de sa personne, de son savoir et et de ses « titres » est le signe que l’on
s’éloigne du chemin.

– Quelques clés pour améliorer l’ormus

Voici quelques éléments qui peuvent apporter un plus dans l’ormus. Ce sont des techniques et
clés diverses.

** La fermentation marche très bien avec l’omus. EM (efficient microorganisms),


fermentation alcoolique, kéfir, kombucha… se combinent puissamment avec l’ormus.

** Exposer la préparation à la lumière de la pleine lune amplifie sa force.

** L’ozone avant la précipitation semble augmenter la force de l’ormus. Prendre de l’ormus


ozoné augmente aussi sa force.
** Rajouter un peu d’eau oxygénée alimentaire dans l’ormus final le stérilise, mais pas
seulement, cela amplifie sa force.

** Rajouter certaines plantes, notamment dans l’huile, contribue à « informer » l’ormus.

** L’orgone se combine merveilleusement bien avec l’ormus. Des plaques d’orgonites pour
charger peuvent être intéressantes.

** Une pompe à air d’aquarium à 10 euros avec des aimants sur le tuyau permet d’injecter de
l’orgone dans la préparation. L’orgone se synchronise avec nos intentions et substances
présentes là ou il est injecté. Il peut démultiplier l’ormus ainsi.

** Voir l’ormus comme une substance vivante et intelligente, avec « un pied ici, un pied
ailleurs ».

** Utiliser de la shungite pour « enrichir » l’eau utilisé pour la précipitation, et le rinçage.

** Préparer la matière un ou 2 jours avant les opérations, en la soumettant à diverses


influences, lui parlant, pour commencer à « l’ouvrir ».

** Prendre l’ormus dilué dans un litre d’eau, avec succussions, fait une très bonne boisson.
On peut aussi préparer un remède homéopathique avec, qui démultiplie ses effets sur un autre
plan.

** Inviter les présences « d’en-haut » à participer à la fabrication.

** L’ormus peut gagner en force si on l’absorbe avec du jus de citron ou vinaigre (l’acide
léger ouvre l’ormus).

** L’énergie des pyramides marche bien avec l’ormus.

** Les StarsWheels et crop-circle sont des très bons supports de géométrie sacrée.

– Des livres à lire

J’en conseil deux :

« Ormus, modern day alchemy » de Chris Emmons qui détail les processus de fabrication en
détails.

« Dancing with water » de MJ Pangman qui donne des clés essentielles sur l’eau.

Et un documentaire :« Water, le pouvoir secret de l’eau ».

Partager :

 Twitter
 Facebook

Articles similaires

L'état naturel et la neutralisation des polarités artificielles3 avril 2021Dans "Non classé"

quelques mots sur la medisance13 janvier 2016Dans "Non classé"

Trois sites pour apprendre sur les traditions de l'Inde et Tibétaine13 décembre 2018Dans
"Non classé"

Navigation des articles


Sankalpa pour chaque mois de l’année

Refuge et Bodhicitta

2 commentaires sur “Présentation de l’ormus”

1. De Bartillat

29 janvier 2021 à 21 h 31 min

Bonjour, je suis intéressé à prendre de l’Ormus, mais je ne compte pas me lancer dans
sa préparation. Auriez vous un produit à me conseiller, un site où me le procurer ? Il y
a tellement de produits qu’il est difficile de se faire une idée de la qualité des produits
proposés sur le net.
Bien cordialement
Laurent

J'aime

Réponse

o Hikuri

2 février 2021 à 16 h 47 min

Bonjour,

Il y a en effet pas mal de produits, en voici que je trouve intéressant :

– http://www.ormusonline.com

Sur ce site ils vendent de l’ormus fait avec du sel de la mer morte. Pour moi
c’est de la qualite.
– https://www.ormus-alchemy.com/author/

Ce producteur australien réalise des ormus spécifiques, reliés aux signes du


zodiaque. Quand la lune est pleine il va recueillir l’eau de mer, et programme
l’ormus en lien avec le signe dans lequel se trouve la lune. Il utilise de
nombreuses techniques pour energetiser l’ormus (pyramides, elixirs etc)

Ils sont particulièrement bien pour avoir des actions spécifiques dans son
monde.

A titre personnel, j’ai vu des actions intéressantes de ses elixirs.

– http://www.exotic-elixirs.co.uk/

Ils vendent de l’ormus par méthode humide, mais également des ormus fait à
partir d’autres ingrédients et particulièrement riche en or, rhodium et iridium
(m-3). Il y a des témoignages de guérison intéressant avec le m-3, ceci dit, je
n’affirme ni ne conseil rien dans ce domaine.

Si vous avez des questions n’hésitez pas.

J'aime

Réponse

La potion magique : l'ormus


  Louna Ven 6 Nov - 14:50

Je n'en avais jamais entendu parler avant cette semaine, je cherche donc infos si vous
connaissez ou utilisez ou même rejetez parce que pas sérieux tout ça enfin...

NEXUS* : Les Ormus, qu'est-ce c'est ? *note de louna : Nexus est une revue qui tourne pas
mal autour de toutes les théories du complot.
Bernard : Il semble qu'ils relèvent d'un état de la matière que les méthodes d'analyses
habituelles ne permettent pas de déceler. Cette matière a une capacité à agir autrement, bien
au-delà des produits habituels, ce qui amène des propriétés spécifiques au niveau des plantes,
des animaux et même des humains.

Comment fabriquer des Ormus ?


Pour nous, la solution la plus facile pour faire de l'Ormus, c'est à partir du sel marin. Je
préfère le sel de la mer Morte, car il est riche en magnésium et pauvre en sodium, ce qui
assure un meilleur équilibre au produit final. D'autant plus que la plupart des plantes sont
carencées en minéraux, en particulier en magnésium qui joue un rôle fondamental dans la
photosynthèse. Si on la stimule, c'est essentiel pour les plantes.
À la solution de sel, on ajoute une base, qui peut être de la lessive de soude ou de potasse,
voire de la cendre. Si elle est bien concentrée, une solution de cendres présente un pH très
alcalin et comme le principe consiste à faire réagir un produit très alcalin sur une solution de
sel, on obtient alors un précipité blanchâtre ou quelquefois gris selon l'origine des matières.
Ce produit laiteux est de l'Ormus. Son pH ne doit absolument pas dépasser 10,78, sinon on
précipite les métaux lourds contenus dans la solution, et l'on connaît leur danger pour la santé.
Voilà globalement pour l'aspect « matière ». Mais il y a d'autres éléments, certainement plus
importants encore, à prendre en compte dans la recette. Ce qu'avaient compris des chercheurs
comme Marcel Violet.
Toutes les interviews de Nexus aux agriculteurs qui utilise(rai)ent l'ormus ici :
http://www.fangpo1.com/ja/content/view/837/53/

En gros, ils expliquent qu'avec de l'ormus, les plantes poussent mieux, ont moins de maladie,
font des légumes plus gros. L'ormus peut aussi se boire pour nous les êtres humains, les
animaux... Mais les agriculteurs interviewés ont préféré garder leur anonymat, pour ne pas
être embêtés, en même temps c'est plus pratique...

De mes recherches d'aujourd'hui, voilà ce que j'ai trouvé de plus sur cette potion
magique :

 http://158876.aceboard.fr/forum2.php?
rub=433&cat=2515&login=158876&page=0#id19157 une page sur un forum d'un
gars qui explique sa façon de fabriquer l'ormus, page commencé en 2007. Problème :
il a lu un article sur Nexus, donc même source que moi en 2009. Et puis soit il est pas
doué, soit la potion est impossible à faire, mais a priori il n'a pas réussi à la faire
correctement.

 http://www.praxion.org/spip.php?article227 : ça a l'air plus sérieux (scientifique,


physicienne, cnrs...) sauf que quand on clique sur le PDF ben on en revient au même :
traduction d'un article anglais pour la revue Nexus. Toujours la même source.

 http://www.fangpo1.com/ormus_mfkzt.htm : l'article du journal paru sur Nexus en


mai-juin 2007 - toujours la même source. En même temps ils annoncent la donne : "Il
[Hudson, celui qui a (re)découvert ce phénomène utilisé par les égyptiens et les
mésopotamiens] donne ensuite de nombreuses conférences publiques, pourtant, pas
un seul article ne paraît dans la presse scientifique." A la fin y'a toute une liste de site
anglais que j'ai la flemme d'observer en détails.

Donc en gros, en source française, je ne trouve rien qui ne provienne pas de la revue Nexus.
Qui exagère peut être légèrement les propriétés de cette potion (si elle existe vraiment) : à les
lire, l'ormus prolongerait la vie, guérirait les cancers, redonnerait leur couleur d'origine aux
cheveux et barbes grisonnants, ferait repousser la queue des chats et donnerait de super
légumes plus gros, plus beaux, plus forts et repoussant d'eux même les maladies et les lapins.

Vu que la fabrication ne demande pas non plus des éléments trop compliqués (à moins que
tout ça ne soit qu'une vaste conspiration des vendeurs de sel), je pense que je vais essayer d'en
fabriquer. Je sens que ça va m'amuser ce truc

J'aimerais donc savoir si vous avez d'autres infos à ce sujet ?

Louna
Messages : 13
Date d'inscription : 15/07/2008







Re: La potion magique : l'ormus


  yienyien Jeu 12 Nov - 12:38

j'avais déjà entendu le mot, mais j'étais peut etre saoul comme un cochon et c'était peut être le
nom d'une bière pas bonne, pas bonne.
enfin bref, ca me parait être une connerie, sans vouloir être fermé aux solutions alternatives, je
vois pas trop ce que peut produire une base avec du sel.
je vais quand même chercher sur le net, on sait jamais, mais je reste plus que jamais
sceptique.

EDIT: ce que j'ai trouvé parle en général d'alchimie.

yienyien
Admin

Messages : 159
Date d'inscription : 14/04/2008








Re: La potion magique : l'ormus
  Louna Jeu 19 Nov - 3:42

Pareil, beaucoup d'alchimie aussi de mon coté, du coup j'ai un peu de temps là, donc je
contourne la question et j'essaie de voir à partir des ingrédients, sans passer par le mot
"ormus".

Et là, ça devient plus "terre à terre".

Récapitulons : pour fabriquer de l'ormus, il faut :

- du sel marin (de la mer Morte de préférence car riche en magnésium et pauvre en sodium)
- de la lessive de soude ou de potasse, voire de la cendre

http://www.fangpo1.com/ja/content/view/837/53/
ou
Ingrédients nécessaires:
• Sel de mer brut (le gris qui à l’air humide) est le meilleur. Vous pouvez
aussi vous procurer du sel de la mer morte.
• De la potasse caustique (hydroxyde de potassium – KOH)
• Trois litres d’eau distillée
• Du vinaigre blanc

http://www.praxion.org/IMG/pdf/recette-ormus.pdf

Du coup, je décompose, parce que je n'y connais rien (encore) en chimie et je ne sais pas ce
qu'est la lessive de soude ou la potasse caustique.

Qu'est-ce que la lessive de soude ?


C'est un produit au nom multiple (http://www.belgochlor.be/fr/PDF_FR/250_FR.PDF)
Français: soude caustique, hydroxyde de sodium, lessive de soude, lessive caustique;
La formule chimique NaOH correspond à la dénomination générale d’hydroxyde de sodium.
La dissolution dans l’eau d’hydroxyde de sodium s’appelle lessive de soude. La substance
solide (perles, paillettes) que l’on obtient par évaporation de la lessive se nomme la soude
caustique. Cependant, en français, c’est cette dernière dénomination qui est la plus courante
pour indiquer aussi bien la forme liquide que la forme solide.
La lessive de soude est la solution aqueuse de l’hydroxyde de sodium. Elle est claire, incolore
et visqueuse. Elle n’est pas volatile et ininflammable. Elle est commercialisée à une
concentration allant de 33 à 50 pour cent du poids, selon l’application à laquelle on la destine.
Il s’agit d’une base forte, corrosive, qui réagit violemment au contact des acides. Sa
dissolution produit une quantité importante de chaleur. C’est un produit stable qui n’est
endommagé ni par la lumière ni par la chaleur. Cependant, il peut être facilement vicié par les
matériaux qu’il attaque.
et
Etant à l’état liquide, la lessive de soude est facile à doser dans les nombreuses
applications où elle est utilisée pour le traitement de l’eau, comme pour :
• augmenter le pH et neutraliser tous les types d’eaux acides avant même leur rejet en
égouts;
• l’adoucissement de l’eau potable par augmentation du pH. Les ions de calcium
présents dans l’eau potable sont en partie précipités, réduisant ainsi fortement la dureté
de l’eau;
• la régénération des échangeurs d’ions et des résines;
• l’élimination des ions de métaux lourds par précipitation.

Donc, l'utilisation de lessive de soude semble justifiée, vu qu'elle a déjà la propriété, sans le
sel et le vinaigre, d'adoucir l'eau, ce qui peut avoir une influence positive pour la terre et donc
les plantes (je met au conditionnel, vu que je n'ai jamais approfondi mes connaissances en
matière de qualité de terre et de pH idéal pour les légumes...)
Comme la lessive de soude peut être remplacée par de la potasse caustique, mêmes recherches
:

Qu'est-ce que la potasse caustique ?


L'hydroxyde de potassium est un composé chimique. Il est corrosif et hygroscopique. Son pH
est basique. Il provient de l'électrolyse du chlorure de potassium de formule KCl. Cette
opération produit en même temps, du chlore, de la potasse et de l'hydrogène.
(http://fr.ekopedia.org/Hydroxyde_de_potassium) (pour rappel, la lessive de soude provient
de la décomposition électrolytique d’une solution de chlorure de sodium (saumure)).

Comme la lessive de soude, la potasse caustique est utilisée dans la fabrication de savons et de
lessive.
Sur cette page de forum (http://www.onpeutlefaire.com/forum/index.php?showtopic=3747 ,
ça date de 2004) on a le lien avec la cendre :
Je confirme que l'hydroxyde de soude (NaOH) est la simple "soude caustique", de même que
l'hydroxyde de potassium (KOH, plus efficace mais plus cher) est la "potasse caustique".
Pour faire du savon, il faut un acide gras (une huile quelconque) et une base alcaline forte
(soude ou potasse sont les plus courantes).

A noter que la potasse caustique existe naturellement dans les cendres de bois : c'est le
principe de fabrication du "savon noir" de nos anciens.

Au sujet de la cendre

Je découvre des trucs très intéressants ce soir. Tiré d'un vieux bouquin
(http://books.google.fr/books?pg=PA153&lpg=PA153&dq=%22potasse%20caustique
%22%20sel%20jardin&sig=bUHRJ4Si9AbpLAD17LW-yp1HGNQ&ei=MYwES-
2ZLt2ZjAfdvaSlAQ&ct=result&id=hiIDAAAAYAAJ&ots=pWBsUU-oqA&output=text) :

ALKALI. ( T. de chimie. ) Ce mot vient de l'arabe kali, soude, précédé de l'article al.
Ce nom a été ^premièrement donné par les Arabes au sel qu'on tire des cendres d'une plante
qu'ils appellent kali, en français soude.

Les alkalis sont des substances solides ou fluides, très-reconnaissables par leur saveur acre ,
brûlante , urineuse ; par la propriété qu'elles ont de verdir les couleurs bleues végétales, et de
former des savons avec les huiles et les graisses; par leur facilité d'union ou leur force
d'attraction pour les acides avec lesquels elles forment des sels; par leur énergie sur les
matières animales qu'elles dissolvent.

Il y a trois alkalis anciennement connus : l'alkali végétal ou potasse qui se trouve toujours
en plus ou moins grande quantité dans les cendres de nos foyers ; Valkali minéral ou soude,
qui est une des bases du sel marin , et qui provient de la combustion des plantes qui croissent
sur les bords de la mer ; l'o/Kali volatil ou ammoniac, qui jouit de la propriété de «'évaporer
à la plus faible température, et qu'on retire des matières animales en putréfaction.

La chaux jouit d'une partie des proprietés des alkalis.

Les alkalis ne se trouvent jamais-purs dans la nature : ils sont toujours combinés,
principalement avec l'acide carbonique.

[...]

L'alkali volatil ou ammoniac se retire du muríate d'ammoniac ou sel ammoniac, au moyen des
autres alkalis ou de la chaux. Celui qu'on obtient par le dernier moyen est caustique et
extrêmement pénétrant: on l'appelle alkali -volatilfluor, et il est fréquemment employé en
médecine comme stimulant. Un s'en sert aussi pour adoucir les douleurs des brûlures
légères, les piqûres d'abeilles, pour tenter 3e rappeler à la vie les asphyxiés , et pour
cautériser les morsures des vipères, des chiens enragés, etc. ; ce dernier effet est mieux
produit par la potasse caustique.

Donc les 3 (lessive de soude, potasse caustique, cendre) sont des alcalins et ont certaines
propriétés intéressantes à la base, notamment en médecine (en même temps vieux bouquin de
1823, mais on sait aujourd'hui que la plupart des "remèdes de grand-mère" trouvent une
explication scientifique, donc why not ?)

Je continue mes recherches dans un nouveau post.

Louna
Messages : 13
Date d'inscription : 15/07/2008







Re: La potion magique : l'ormus


  Louna Jeu 19 Nov - 4:38
Petite parenthèse sur le pH du sol.

Qu’est ce que le PH d’un sol ?


http://www.evous.fr/jardin/Qu-est-ce-que-le-PH-d-un-sol,020.html

Le Ph est bien utile pour déterminer les capacités d’un sol de jardin.

- C’est un indice qui exprime la quantité d’ ions hydrogène d’une solution. La peau, tout
comme le sol n’échappe pas à cet équilibre en ion hydrogène.
- Le sol est à la terre ce que la peau est à l’homme.
- Pendant que nous nous savonnons au savon PH neutre, la terre de jardin en demande autant
pour donner le meilleur.
- Le Ph neutre se situe à 7 sur une échelle de 14.
- Dès lors que le PH descend en dessous de 7, la terre est plus acide ; dès lors que le PH
dépasse 7, la terre est alcaline.

Dans la réalité, les terres de jardin sont souvent aux alentours de 6,5.
- Si le Ph de notre sol est trop bas ou trop haut il y a nécessité de le rééquilibrer.
- Si la terre est trop acide ( en dessous de 7), apporter des amendements calcaire, ( la dolomie
par exemple).
- Si la terre est trop alcaline (au dessus de 7), apporter des apports de matières organiques
(compost par exemple).

Comment faire un test du Ph de votre terre de jardin ?


- Un kit test de Ph se trouve dans toutes les jardineries.
- Il se compose d’un petit flacon d’eau distillée, d’une éprouvette et d’une bandelette test.
- Il s’agit de prélever, dans un périmètre donné,un peu de terre à trois endroits différents de
votre jardin, pour remplir d’un tiers l’éprouvette.
- Puis ajouter l’eau distillée, et remuer légèrement.
- Laisser reposer cinq minutes.
- Trempez ensuite la bandelette de test, dans le liquide en surface, durant cinq secondes.
- La bandelette se teinte d’une couleur.
- Comparez cette couleur à l’échelle colorimétrique vendue avec le test.

Bonne plantation.

http://www.aujardin.org/diminuer-t102020.html
de 1 à 6 il est acide
7 => neutre
8à 12 => basique

si tu veux acidifer (en dessous de 6) tu mets du souffre.


si tu veux le rendre basique, tu mets de la chaux

Donc mettre une solution à base alcaline sur un terrain aurait pour conséquence d'augmenter
le pH.

http://www.leclosdarmoise.com/degr%C3%A9-dacidit%C3%A9-a-32.html
La plupart des plantes vivaces poussent bien lorsque le pH du sol est situé entre 5.5 et 6.5.
Comment se fait-il que les plantes ne veulent pas pousser lorsque que le pH n leur convient
pas ? La réponse est liée à l'alimentation de la plante. en effet, le pH détermine comment les
éléments nutritifs se comportent dans le sol. A un pH défini, certains éléments nutritifs
forment des liaisons différentes que les racines des plantes sont incapables d'absorber. Des
symptômes carentiels apparaissent alors.
En cas de pH trop bas, d'autres éléments, comme le manganèse (Mn), l'aluminium (Al) et le
fer (Fe), sont trop fortement absorbés par les plantes. Pour la plupart d'entre elles, un
empoisonnement surgit suite à l'absorption exagérée de ces éléments. D'autres plantes, en
revanche, désirent une quantité importante de ces éléments. Ce sont celles qu'on qualifie de
plantes acidiphiles. Ces plantes croissent donc de façon optimale sur des sols acides, c'est à
dire à faible pH.

Idée loufoque : et si, en plus d'augmenter le pH, le mélange "solution alcaline + sel marin"
avait un effet sur les éléments nutritifs et leurs comportements ?

Physique. — Appareil électro-chimique destiné à opérer des décompositions, comme la


pile de Volta; par M. Becquerel.
http://books.google.fr/books?pg=RA2-PA456&lpg=RA2-PA456&dq=%22solution
%20alcaline%22%20%2B%22sel%20marin%22&sig=ZwhsbEM9wOS-
G_nmO8UCJAULv3A&ei=zZ8ES7jHMoWv4QbwkfyQAg&ct=result&id=tk0DAAAAYAA
J&ots=TqbhBCc8mj&output=text

« Volta, en multipliant le nombre des couples métalliques dans la pile, pour accroître
l'intensité de l'électricité libre aux deux extrémités, y a introduit deux causes qui tendent à
affaiblir les effets électro chimiques produits, quand le circuit est fermé. Ces deux causes sont,
les intervalles liquides qui séparent chaque couple, et cette espèce de polarisation que chacun
de ses élémens acquiert peu à peu, et d'où résulte un courant dirigé en sens inverse du
premier, lequel tend par conséquent à diminuer son action. Si donc, d'une part, les intervalles
détruisent une partie des effets que l'on a en vue en plaçant les couples à côté les uns des
autres, de l'autre l'appareil engendre à chaque instant des effets qui affaiblissent son action.

» J'ai cherché s'il n'était pas possible d'éviter en partie ces deux inconvériiens, en construisant
un appareil électro-chimique, qui réunît quelquesuns des autres avantages de la pile. Or, un
grand nombre de faits tendent à prouver que, s'il était possible de transformer en courant toute
l'électricité qui se dégagé dans la corabinaison.de deux corps, ce courant serait capable de
décomposer cette combinaison elle-même; si donc, dans la réaction d'un acide liquide sur une
solution alcaline, on parvient à saisir une grande partie des deux électricités dégagées, on aura
un appareil décomposant qui pourra quelquefois remplacer la pile, sans qu'on ait à craindre les
effets des alternatives et de la polarisation. Pour réaliser cette idée, on prend un tube de
verre de 5 ou 6 millimètres d'ouverture, contenant dans la partie inférieure de l'argile
très fine, humectée avec une solution concentrée de potasse à l'alcool, dans laquelle on a
fait dissoudre une certaine quantité de sel marin; la partie supérieure du tube est
remplie du même liquide. On le plonge ensuite par le bout préparé dans un flacon
contenant de l'acide nitrique concentré, et l'on établit la communication entre l'acide et
la solution alcaline, au moyen de deux lames de platine unies ensemble avec un fil de
même métal. A l'instant même il y a un dégagement de gaz assez abondant sur la lame
plongée .dans la solution alcaline, et aucun sur l'autre lame. Le gaz recueilli est de
l'oxigène pur. Le courant électrique, qui produit celte décomposition, provient de la réaction
de l'acide sur l'alcali ,par suite de laquelle le premier prend l'électricité positive, et le second
l'électricité négative: son intensité est suffisante pour décomposer l'eau; mais ce n'est pas là où
s'arrête l'action. Que devient l'hydrogène?Si l'on examine avec attention ce qui se passe dans
l'acide , on reconnaît que sa couleur change peu à peu et qu'il se forme de l'acide nitreux; dès
lors l'hydrogène provenant de la décomposition de l'eau, en se transportant sur la lame
négative, réagit sur les parties constituantes de l'acide nitrique, le désoxide et rend libre l'acide
nitreux, qui se dissout dans l'acide nitrique; aussi trouve-t-on, en substituant une lame d'or, à
la lame de platine plongée dans l'acide, qu'elle se dissout, en raison de l'action qu'exercé sur
elle l'acide nitreux.

» Si l'on plonge dans l'alcali un tube de verre préparé, comme le premier, avec de l'argile
humectée, non pas avec une solution de sel marin et de potasse, mais avec une solution de sel
marin seulement, et rempli, dans sa partie supérieure, d'une solution de sel marin, afin de
mettre obstacle au mélange des deux liquides, et que l'on reporte dans celui-ci la famé qui se
trouvait primitivement dans l'alcali, on remarque non-seulement que le sel marin est
décomposé, mais encore le nitrate de potasse produit dans la réaction de'l'acide nitrique sur la
potasse; la lame de platine, qui se trouve dans la solution de sel marin, est elle-même attaquée
par l'acide hydro-chloro-nitrique.formé; mais cet effet n'a lieu qu'autant que l'appareil est
préparé de manière à donner le maximum d'action, ce qui est difficile à obtenir. On voit donc
que dans cet appareil, d'une construction excessivement simple, tous les corps employés,
peuvent être ou décomposés ou attaqués, comme s'ils étaient soumis à l'action d'une pile d'un
certain nombre d'élémens. Dans une expérience où les lames avaient chacune un centimètre
de long sur cinq millimètres de large, j'ai recueilli trois centimètres cubiques de gaz oxigène
dans l'espace de douze heures. En substituant aux lames de platine deux petits fragmens
d'anthracite, corps très réfractaire, comme on sait, à l'action du feu, des acides et des alcalis,
ces fragmens sont attaqués; on s'était assuré préalablement que l'anthracite traité à chaud par
la potasse caustique, ne subissait aucune altération apparente. Rien ne semble donc résister à
l'action de cet appareil électro-chimique, qui, lorsqu'il a été préparé convenablement, a
l'avantage sur la pile de pouvoir fonctionner quelquefois pendant plusieurs jours sans
interruption et sans que l'intensité du courant produit dans la réaction de l'acide sur l'alcali,
soit modifiée d'une quantité appréciable aux instrumens les plus délicats.
Je ne sais pas du tout ce que ça veut dire mais j'ai le sentiment que ça peut être utile.

Louna
Messages : 13
Date d'inscription : 15/07/2008







Re: La potion magique : l'ormus


  Louna Sam 21 Nov - 17:03
Petite parenthèse sur la composition du sol

Ce pdf date des années 1930-1940 mais c'est bien expliqué :


http://www.semencespaysannes.org/dossiers/docs/cpm1.si.pdf

Composition physique du sol.


LE SABLE
Le sable, composé surtout de silice, est en général forméd'éléments assez gros. C'est lui qui se
dépose au fond d'un réci-pient lorsqu'on délaye de la terre dans l'eau.
Le sable est très perméable, lorsqu'il n'est pas trop fin ;il se laisse facilement traverser par
l'eau, à moins qu'il ne soitabsolument sec.
Les terres sableuses se travaillent facilement, ne sont pasadhérentes aux instruments de
culture ; elles lissent et fontbriller les outils qui les travaillent.

L'ARGILE
L'argile est un silicate d'alumine hydraté renfermant dupotassium ou du sodium. Elle provient
de la décompositionde roches tendres (les feldspaths) sous l'action de l'eau chargéede gaz
carbonique
L'argile, par les éléments colloïdaux qu'elle renferme, joueun rôle d'une extrême importance
dans le sol : l'argile soudeentre elles les particules sableuses.
Délayée dans l'eau, mais sans excès, elle forme une pâteliante douce au toucher, tandis que le
sable est rugueux ;desséchée, elle se fendille. Pure, elle est blanche, c'est le kaolin
;généralement elle est colorée par des impuretés qui la rendentverte, rouge, jaune ou grise.

LE CALCAIRE
Le nom de calcaire est donné aux éléments formés de car-bonate de calcium (CO3Ca). Dans
un sol, on reconnaît sa pré-sence à l'aide d'un acide ; au contact de celui-ci (acide chlorhy-
drique par exemple), les terres contenant du calcaire entrenten effervescence.
La présence du calcaire est indispensable dans les sols, maiss'il est en excès, la plante ne peut
y vivre.
Tantôt, il est à l'état fin, tantôt à l'état grossier. Le car-bonate de calcium se dissout dans l'eau
chargée de gaz car-bonique ; il forme alors le bicarbonate de calcium jouant unrôle important
dans la coagulation des argiles et, par conséquent, dans l'ameublissement de la terre végétale.
Le calcairecontribue beaucoup au maintien de la neutralité du sol et, parsuite, joue un rôle de
premier ordre au point de vue fertilitéde la terre.

L'HUMUS
L'humus n'a pas une composition définie, il provient de ladésorganisation des matières
organiques : racines, feuilles,tiges, cadavres d'animaux enfouis dans le sol.
Ce sont les micro-organismes du sol qui transforment lacellulose et la lignine végétale en
humus. Oxygène et humiditésont nécessaires.
L'humus est acide par l'acide humique qu'il contient, maisavec les bases du sol : chaux,
magnésie, potasse, il forme deshumates.
Un excès d'humus rend donc les terres acides et celles-cine conviennent qu'à très peu de
cultures.
L'humus sert de support à certains éléments minéraux,notamment l'acide phosphorique, la
potasse, la magnésie, lesoufre, le fer, la silice, etc. Il fournit au sol l'azote organiquequ'il
renferme. Au fur et à mesure que la matière organique estoxydée, le carbone de l'humine
libère du gaz carbonique et lesmatières emmagasinées sont mises à la disposition des plantes.
Dans les sols sableux, l'humus agglutine les particules desable ; il donne du corps à ces terres,
les rend moins légères(même à petites doses : 1 % de matières humiques). De mêmeque
l'argile, c'est une substance colloïdale ; mais l'une estorganique, l'humus ; l'autre minérale,
l'argile.
En terre forte, l'humus donne de la légèreté, il diminue lacohésion de l'argile. Argile et humus
sont indispensables dansune terre végétale.
L'humus, qui peut atteindre plus de 15 % dans certainesterres, a tendance à disparaïtre dans
les terres cultivées. Lecultivateur doit s'efforcer de constituer ou de maintenir dansle sol une
réserve suffisante d'humus par des apports de fumier,de composts, d'engrais verts, de sang
desséché, de tourteaux,de déchets de cornes, etc.
L'humus joue un très grand rôle dans la multiplication des micro-organismes du sol.

Les quatre éléments : silice, argile, calcaire, humus, doivent se trouver en proportion
convenable pour constituer une bonne terre végétale. Celle-ci est appelée parfois terre
franche ou terre à blé.
Cette terre renferme :
50 % à 70 % de silice, 20 % à 25 % d'argile, 5 % à 10 %de calcaire, 5 % à 10 % d'humus.

[...]

ENGRAIS POTASSIQUES
Le manque de potasse d'un sol s'observe sur les végétaux par des nécroses sur le feuillage, des
entre-noeuds courts, des fruits peu abondants.

Sylvinite.
La sylvinite est un sel brut tiré des mines d'Alsace. Ellerenferme du chlorure de potassium et
du chlorure de sodium.
C'est un sel grisâtre, avec des grains rougeâtres. La sylvinitecontient 16 % de potasse ; la
sylvinite double 18 à 20 %.
En Allemagne, notamment à Stassfurt, on extrait la kaïnite,riche en sels magnésiens, mais
moins riche en potasse.
Il faut éviter d'utiliser la sylvinite en sol pauvre en chaux,elle en augmenterait la compacité.
Elle est à éviter égalementpour la fumure d'une plantation de pommes de terre.
En sol riche en calcaire, elle maintient la fraîcheur.
L'employer au moins un mois avant les semis ou plantations,pour qu'elle ait le temps de
perdre ses chlorures.

Chlorure de potassium.KCI.
En traitant la sylvinite, on obtient du chlorure de potassiumqui se présente sous forme d'un sel
blanc, à saveur salée, trèssoluble dans l'eau. I1 contient 50 % à 55 % de potasse.
L'enfouir au moins un mois avant les semailles.

Sulfate de potasse.
Le sulfate de potasse est obtenu en traitant le chlorure parl'acide sulfurique (procédé français).
C'est également un sel blanc, à saveur amère ; il contientde 48 % à 50 % de potasse.
Il ne présente pas les inconvénients du chlorure ou de lasylvinite et peut être employé peu de
temps avant l'exécutiondes semis.
En sol pauvre en calcaire, il se transforme plus rapidementque les autres engrais potassiques.

et sur ce site, http://www.jardinjp.com/html/connaitre%20votre%20sol.htm , la composition


du sol idéal, qui confirme ce qui est dit au dessus :

Quel que soit le type de culture, le sol est déterminant dans la réussite de la plantation. Cela
vous semble une évidence ? Pourtant la composition du sol est souvent négligée lors de
l’engazonnement, de la plantation d’arbres, d’arbustes ou de fleurs.

Le sol est un milieu complexe : il est primordial de bien en connaître les caractéristiques avant
d’entreprendre un aménagement car la composition, physique et chimique, aura une incidence
sur les soins à apporter à la culture.

Au Québec, on rencontre différents types de sols.


Le sol idéal comprend 65% de sable, 20% d’argile, 10% de calcaire et 5% d’humus ; il
convient à presque toutes les cultures.
Le sol peut aussi être :
- sableux : il est facile à travailler mais a une faible rétention d’eau, il est souvent acide.
- argileux : il retient très bien l’eau, mais est pauvre en humus. Un apport en matière
organique est conseillé ; ce type de sol fixe très bien les engrais.
- calcaire : ce sol contient beaucoup de chaux : il a donc tendance à être alcalin. Il sera
amélioré par un apport de matière organique acide.
- organique (ou humifère) : sol en général fertile, il retient bien l’eau.

La composition physique du sol va influencer ses réactions chimiques. Un sol peut être
neutre, alcalin (ou basique) ou acide. Il est intéressant d’avoir un sol presque neutre, dont le
pH est de 6,5 car il convient à presque toutes les cultures. Certaines plantes vont toutefois
apprécier un sol acide, d’autres un sol alcalin.
Les sols calcaires ont tendance à être alcalins, les sols organiques et sableux sont
généralement acides. Si l’acidité est trop élevée, un chaulage peut facilement l’abaisser. Il est
plus difficile de corriger l’alcalinité : on y parvient en incorporant beaucoup de mousse de
sphaigne (naturellement acide), mais il faut répéter l’opération tous les ans.

Il est possible de tirer soi-même des conclusions sur la composition du sol en observant une
motte de terre. Il est important de creuser assez profondément pour que l’échantillon soit
significatif. La couleur est un premier indice : un sol blanchâtre est riche en argile, un sol brun
foncé est riche en humus. La texture nous renseigne également sur le sol. Si l’on malaxe une
motte de terre et que celle ci s’effrite facilement, le sol est sableux. Si la motte de terre est très
compacte, on a affaire à un sol argileux. Enfin, si la motte s’agglomère bien mais se brise en
tombant par terre, on a toutes les chances d’avoir un sol proche de la composition idéale.
Les plantes qui poussent spontanément sont aussi un bon indice de la composition du sol. Les
plantes vivaces sont plus révélatrices des conditions du sol que les annuelles car leur présence
ne peut être due au hasard. Même les mauvaises herbes sont utiles ! La présence d’amarante à
racine rouge ou de prèle des champs est symptôme d’acidité du sol alors que le laiteron des
champs indique un sol calcaire.

Si l’on désire connaître plus précisément la composition de son sol, on peut amener des
échantillons dans un laboratoire pour en avoir l’analyse complète. Il faut alors faire des
prélèvements à différents endroits pour obtenir un échantillon bien représentatif de la terre.
Il est également important d’être attentif aux conditions environnementales : la couleur de la
terre change avec sa teneur en eau, une période de sécheresse a tendance à acidifier les sols…

Louna
Messages : 13
Date d'inscription : 15/07/2008







Re: La potion magique : l'ormus


  Louna Sam 21 Nov - 17:47

# Composition du sel marin gris : http://biogassendi.ifrance.com/denatures.htm#sel

Quand on parle du sel contenu dans la mer, il s'agit, en fait, d'un mélange de sels, au sens
chimique du terme (un sel résulte de l'action d'un acide sur une base, l'ion hydrogène de
l'acide étant remplacé par un ion métal).
Le «sel de table» correspond au chlorure de sodium, NaCl, qui, bien sûr, représente, en poids,
la majorité (rapportée au poids des 2 éléments, la proportion est de 40% de sodium, l'élément
mis en cause dans les méfaits du produit, pour 60% de chlore).
Mis à part un taux variable d'humidité, le reste est constitué d'un grand nombre de sels d'une
importance qualitative remarquable, où tous les minéraux et oligo-éléments se retrouvent en
l'état ou incorporés dans les particules de la flore marine: magnésium, calcium, potassium
(très important car tempére l’effet du sodium), soufre ; tous les autres minéraux se trouvent au
moins à l'état de traces (oligo-éléments: fer, manganèse, zinc, cuivre, fluor, iode, etc...).
Ce sel marin gris est donc un véritable aliment. Il se présente sous 3 aspects principaux: gros
sel gris naturel, sel fin gris naturel et fleur de sel tant prisée des gastronomes. Ces
présentations peuvent être enrichies en algues marines et en herbes aromatiques.
Donc le sel marin, de part ces qualités "nutritionnelles" peut être importante pour nos
sols pauvres en minéraux et oligo-éléments après des années de nimporte quoi déversé
dessus.

Louna
Messages : 13
Date d'inscription : 15/07/2008







Re: La potion magique : l'ormus


  Louna Sam 21 Nov - 19:59

J'adore chercher en fait

Donc je continue, mais vous en faites pas, je sais où je vais là.

http://www.designvegetal.com/gadrat/s/sol/solref.html

Air

La phase gazeuse dépend de la structure du sol et de son humidité. L'air atmosphérique a une
composition assez stable (N 78%, O2 21%, CO2 0,03%). Ce n'est pas le cas de l'air du sol.
L'oxygène de l'air du sol est apporté par l'air atmosphérique mais aussi dissous dans
l'eau(2). Le manque d'oxygène dans le sol provoque une diminution de l'activité
biologique et de l'altération des substances minérales et organiques. Le gaz carbonique du
sol est surtout produit par l'activité biologique(3) il peut monter à 5 ou 10% dans des sols
asphyxiés pauvres en oxygène. Le gaz carbonique dissous se transforme en acide carbonique
qui permet de libérer des éléments minéraux des roches.

Oki, vous voyez, lorsque le sol manque d'oxygène, les légumes poussent moins bien. Mais
comment produire de l'oxygène dans le sol ? Oh, je ne sais pas, ah mais si, j'ai pas mis
précedemment un truc chimique que je ne comprenais pas bien, attendez, je le retrouve :

Pour réaliser cette idée, on prend un tube de verre de 5 ou 6 millimètres d'ouverture, contenant
dans la partie inférieure de l'argile très fine, humectée avec une solution concentrée de potasse
à l'alcool, dans laquelle on a fait dissoudre une certaine quantité de sel marin; la partie
supérieure du tube est remplie du même liquide. On le plonge ensuite par le bout préparé dans
un flacon contenant de l'acide nitrique concentré, et l'on établit la communication entre l'acide
et la solution alcaline, au moyen de deux lames de platine unies ensemble avec un fil de
même métal. A l'instant même il y a un dégagement de gaz assez abondant sur la lame
plongée .dans la solution alcaline, et aucun sur l'autre lame. Le gaz recueilli est de
l'oxigène pur
source cité dans un post plus haut et provenant de là : http://books.google.fr/books?pg=RA2-
PA456&lpg=RA2-PA456&dq=%22solution%20alcaline%22%20%2B%22sel%20marin
%22&sig=ZwhsbEM9wOS-
G_nmO8UCJAULv3A&ei=zZ8ES7jHMoWv4QbwkfyQAg&ct=result&id=tk0DAAAAYAA
J&ots=TqbhBCc8mj&output=text
.

Donc je récapitule : l'ormus est composé d'une solution alcaline + du sel marin qu'on verse
dans la terre, qui comprend de l'argile.

Donc, si je reprend cette expérience chimique étape par étape :


- on prend un tube de verre de 5 ou 6 millimètres d'ouverture, contenant dans la partie
inférieure de l'argile très fine, humectée avec une solution concentrée de potasse à l'alcool,
dans laquelle on a fait dissoudre une certaine quantité de sel marin >> de l'ormus versé dans la
terre, ça contient, entre autre, de l'argile et de la potasse dans laquelle on a fait dissoudre du
sel marin.
- la partie supérieure du tube est remplie du même liquide >> ben de la potasse avec du sel, de
l'ormus donc
- On le plonge ensuite par le bout préparé dans un flacon contenant de l'acide nitrique
concentré >> c'est contenu dans la pluie, notamment les pluies acides, mais de toutes façons :
"l'eau de pluie naturelle est acide (pH 5)" http://www.actu-
environnement.com/ae/dossiers/eaux_pluviales/caracteristique_eau_pluie.php4
- et l'on établit la communication entre l'acide et la solution alcaline, au moyen de deux lames
de platine unies ensemble avec un fil de même métal >> alors là j'extrapole, je me dis qu'on a
besoin d'un fil conducteur, l'être humain sert de fil conducteur, sans doute tout être vivant
aussi, donc du coup les racines et autres plantes contenues dans le sol vont servir de fil
conducteur, et en même temps y'a pas besoin de fil conducteur puisque le tout entre en
contact, vu qu'ils ne sont pas séparés dans des éprouvettes...
- A l'instant même il y a un dégagement de gaz assez abondant sur la lame plongée .dans la
solution alcaline, et aucun sur l'autre lame. Le gaz recueilli est de l'oxigène pur >> si on suit
ma logique : quand il pleut, le contact de l'acide citrique contenu dans la pluie avec le sol
contenant le mélange alcalin+sel produit de l'oxygene, indispensable au sol pour
permettre une bonne production.

En plus, bien doser le pH de la mixture permet de modifier le pH du sol s'il y a lieu et le


sel marin apporte des oligo-éléments qui requinquent la terre.
En ce qui concerne la super plante capable de se battre seule face aux insectes, disons
que ce mélange est souvent utilisé comme recette de grand mère en tant qu'insecticide,
donc il agit plutôt comme un répulsif des nuisibles que comme un accélérateur de super
plantes
Ma conclu perso : je vais essayer de la faire, mais pas de suite, faut déjà acheter tous les
ingrédients et des habits et lunettes de protection, parce que c'est quand même le genre
de truc galère et je me connais
Peut être pas le produit miracle, mais en tout cas si ce que j'ai écrit est vrai (j'en sais
rien, je ne suis pas chimiste, j'ai essayé de raisonner logiquement), alors ça peut être un
très bon booster qui s'explique très bien scientifiquement.

Louna
Messages : 13
Date d'inscription : 15/07/2008

les effets physiques et énergétiques


03112009
de l'Ormus

L’or monoatomique désigne une substance alchimiste dotée de propriétés physiques et


énergétiques uniques. Il existe également dans la nature à l’état naturel par exemple dans les
cendres des volcans et dans les fruits et légumes qui ont poussé dans de la terre fertile. Mais
c’est seulement l’homme, à travers un processus alchimiste, qui peut transformer de facon
permanente l’or métal en or monoatomique. L’or monoatomique lévite sur le champ
magnétique de la terre et il existe seulement à 5 / 9 sur le plan physique. Il ne possède plus de
couches d’électrons, mais il est entouré de spirales de lumière torsadées. On peut pour ainsi
dire qu’il est « l’esprit et l'âme de l'or » (l'or métal est le corps). C’est un supraconducteur à
température ambiante ; il distribue et recoit l’énergie sans perte.

L’or monoatomique a déjà été utilisé dans les anciennes écoles de mystère afin d'élargir la
conscience, accroître la vibration et activer le plein potentiel de l’ADN. Les Hébreux l’ont
appelé "Manna" ou le "pain de Dieu", les Egyptiens "larme de l'oeil d’Horus", les Indiens
"Vibhuti ou Bhasma de l'or", les alchimistes "Calx de l'or", qui aide à transformer le "plomb"
de l'esprit humain (l’ego avec ses aspects denses et négatifs) en"OR" (l'âme divine).

En prenant l’élixir d’or monoatomique, cela agit notamment sur l'ADN et augmente dix mille
fois la conductivité énergétique. (Des tests de laboratoire aux Etats-Unis le confirment)

De nombreuses approches énergétiques (kinésiologie, clairvoyance, clair-ressenti, channeling,


radiesthésie, …) reconnaissent le caractère exceptionnel du Manna – de l’or monoatomique.

L’or monoatomique peut déclencher les effets physiques et énergétiques


suivants :

 * stimule le rajeunissement par la réparation de l'ADN défectueux,


* régénère les cellules endommagées et agit sur les dysfonctionnements énergétiques
* active fortement de manière énergétique le système hormonal, et en particulier le
thymus, l’épiphyse et l'hypophyse.
* renforce et active de manière permanente le flux de photons (la lumière) dans le
système nerveux et dans le système de méridiens
* améliore le potentiel d’autoguérison.
* active la perception et les capacités spirituelles et mentales
* enclenche un intense nettoyage émotionnel
* accélère la manifestation physique des pensées
* augmente la fréquence des chakras et des différents corps
* augmente la potentialité de l’ADN.
* élève harmonieusement l'énergie de la Kundalini
* a des vertus aphrodisiaques pour l’homme et la femme, et augmente la production de
sperme,
* renforce et augmente la production de globules rouges,
* a une action sur le cœur et les artères, ainsi que sur la structure du squelette.
(En alchimie l’or est en relation avec le soleil, qui contrôle le quatrième chakra du
corps énergétique d’une personne)

REMARQUE : Nous voulons aussi souligner que le Manna, l’or monoatomique n'est pas un
médicament au sens de la médecine traditionnelle ! Et il n’est pas non plus un remède miracle.
D'autre part, il a été souligné que l'ormus à haute dose, peut bloquer les reins, il est donc
impératif de respecter la posologie.

En principe, on peut le prendre sans durée prédéfinie. Mais une cure de 6 à 12 mois peut
apporter des effets très bénéfiques. En effet, nous avons 50 à 70 milliards de cellules à nourrir,
et cela peut prendre un certain temps.

_________________
Dans la lumière du coeur

Vous aimerez peut-être aussi