Vous êtes sur la page 1sur 3

Ateliers_Administration_services_sous_Linux

Pr. Nabil Benamar

Configuration d’une machine en réseau


sous Linux
Introduction

Avant de pouvoir utiliser ou fournir des services sur un réseau, un système GNU/Linux
doit déjà être connecté à ce réseau. Sur un ordinateur de bureau, cette configuration est
souvent automatique, mais il est bon de la maîtriser en ligne de commande.

Sous Linux, les interfaces réseaux sont nommées eth0, eth1. . . pour des interfaces
filaires, et wlan0, wlan1
pour des interfaces sans fil (wifi, wimax. . . ). Il existe également une interface spéciale,
nommée lo (pour loopback ) qui désigne toujours votre propre ordinateur.

Éléments de configuration

Une configuration réseau complète, permettant de profiter d’un réseau ou de l’Internet,


est constituée des éléments suivants :
• une adresse IP : cette adresse identifie votre hôte sur le réseau où il est connecté ;
• un masque de sous-réseau : cette donnée indique la partie de votre adresse qui
caractérise
le réseau local sur lequel votre hôte est connecté, et lui permet de déterminer, pour
n’importe quelle adresse IP, si celle-ci fait ou non partie du réseau local ;
• une passerelle par défaut: c’est l’adresse IP à laquelle il faut transmettre les
paquets
IP destinés à des hôtes situés hors du réseau local, pour qu’ils soient routés vers le réseau
local de leur destinataire ;
• des serveurs DNS

Configuration manuelle
Adresse IP et masque de sous-réseau

1. Taper la commande ifconfig sans option. Qu’est ce que vous remarquez ?


Nombre d’interfaces ?
2. Quelle est la différence si on ajoute l’option –a ?
3. Quelle est l’adresse IPv6 de chaque interface ? Quel est son type ?
4. On se propose de configurer toutes les machines de la salle en utilisant l’adresse
réseau : 192.168.2.0/24
La commande utilisée est :
# ifconfig eth0 192.168.2.4
Ateliers_Administration_services_sous_Linux Pr. Nabil Benamar

ou
#ifconfig eth0 192.168.2.4 netmask 255.255.255.0
5. Peut-on modifier la configuration IP sans être root ?
6. On se propose de configurer toutes les machines de la salle avec le prefixe IPv6
2001 :db8 :cafe ::/64
La commande correspondante est :
# ifconfig eth0 add 2001:db8:cafe::4/64 (pour la machine 4 par exemple)
7. Quel est le type de cette adresse ?
8. Tapez ifconfig eth0. Combien d’adresses IPv6 possède cette interface ?
Comparez avec IPv4.

Remarque:
Pour supprimer une configuration IPv4, utilisez la commande ifconfig eth0
down. Pour supprimer une configuration IPv6, utilisez la commande ifconfig
eth0 del <adresse>.

9. Configuration de la Passerelle par défaut

# route add default gw 192.168.2.1 dev eth0

Si le réseau de la salle de TP est connecté à Internet, on modifie le plan


d’adressage et configure la passerelle par défaut adéquate.

10. Si vous êtes sur un réseau IPv6 qui possède une passerelle 2001:db8::1, utilisez
l’option --inet6 , qui permet de manipuler la table de routage IPv6 plutôt que la
table IPv4 :

# route --inet6 add default gw 2001:db8::1 dev eth0

11. Pour afficher la table de routage complète, utilisez la commande route sans
arguments. Pour supprimer une route, utilisez la commande route del , suivie des
mêmes arguments :

# route --inet6 del default gw 2001:db8::1 dev eth0

12. Serveurs DNS

La configuration IP et la route par défaut concernaient le noyau Linux. Les


serveurs DNS concernent le résolveur, une fonction logicielle qui permet de
traduire les noms de domaines en adresses IP. Ce résolveur utilise pour cela les
serveurs dont les adresses sont notées dans le fichier /etc/resolv.conf . Si le
serveur DNS de votre fournisseur d’accès, a pour adresse IPv4 212.217.0.1, éditez
ce fichier pour qu’il contienne :
nameserver 212.217.0.1
Ateliers_Administration_services_sous_Linux Pr. Nabil Benamar

On peut aussi utiliser le DNS de Google 8.8.8.8


13. Testez votre configuration aves un ping vers une adresse externe de votre choix.
14. Écrire un script Shell permettant d’afficher votre @ IPv4 puis votre @ IPv6.
Ensuite il affiche l’@ de la passerelle par défaut (IPv4), puis l’@ IPv4 du serveur
DNS. Le script test enfin si une @ IPv4 externe est joignable (ping).

15. Configuration dynamique

Dans un réseau IPv4, vous pouvez demander une configuration par DHCP en
utilisant le programme dhclient :

# dhclient eth0

Si un serveur DHCP est disponible sur votre réseau et répond à votre requête,
dhclient vous rend la main en affichant des informations sur la configuration
obtenue, appelée bail DHCP. Dans le cas contraire, il continue d’envoyer des
requêtes DHCP indéfiniment, jusqu’à ce que vous décidiez de l’interrompre en
appuyant sur Ctrl-c. Vous devrez alors procéder à une configuration manuelle. . .

16. Configuration permanente

Évidemment, il serait hors de question de devoir saisir à la main les commandes


permettant de configurer votre connexion à chaque fois que vous démarrez votre
système. Linux permet donc d’enregistrer votre configuration dans un fichier,
/etc/network/interfaces

cat /etc/network/interfaces

Les instructions auto, qui peuvent se trouver plusieurs fois et n’importe où dans le
fichier, précisent quelles interfaces doivent être configurées au démarrage du
système d’exploitation. On les place en général juste avant la définition de chaque
interface. Les instructions allow-hotplug ont le même effet, à ceci près que
l’interface ne sera configurée au démarrage que si elle est connectée à un réseau.

La configuration de chaque interface est décrite dans une section


iface <nom_de_l’interface> .
Celle-ci est immédiatement suivie du protocole utilisé : inet pour une
configuration IPv4 et inet6 pour une configuration IPv6.
Enfin, toujours sur la même ligne, on trouve le type de configuration à utiliser :
static , ou dhcp pour une configuration dynamique par DHCP.

Vous aimerez peut-être aussi