Vous êtes sur la page 1sur 18

CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

1. Introduction :
Les fondations ont pour but de transmettre les charges et les surcharges de la
Superstructure au sol, leur choix dépend essentiellement de la contrainte du sol et des
charges de l’ouvrage on distingue deux types de fondations :
1.1. Fondations superficielles :
Elles sont utilisables pour les sols de bonne capacité portante, elles permettent la
Transmission directe des efforts au sol, cas des semelles isolées, Semelles Filantes,
Radiers.
1.2. Fondations profondes :
Elles sont utilisées pour les mauvais sols de faible capacité portante la transmission
des efforts est assurée par d’autre éléments : cas des semelles sur pieux ou puits.
1.3. Étude de sol :
La valeur de la contrainte du sol est donnée par l’expérience, en raison de la
Connaissance que l’on peut avoir du terrain sur lequel des ouvrages ont déjà étés
réalisée, soit à partir des résultats de sondage effectué au laboratoire de mécanique
des sols.
Une étude préalable du sol à donner la valeur 0.16 MN pour la contrainte admissible
du sol (σ sol).
 L’infrastructure doit constituer en ensemble rigide capable de remplir les
fonctions suivantes :
-Réaliser l’encastrement de la structure dans le Terrine.
-Jouer le rôle d’Appuis.
-Assurer la liaison.
-Limier les tassements différentiels jusqu'à une valeur acceptable.
2. Etude des fondations :
2.1. Charge admissible au sol : (σ sol).
C’est une quantité déterminée par un bureau d’étude technique spécialisé, donc cette
Charge est une donnée du problème au moment de la conception des semelles en
béton Armé. (σ sol = 16 bars). 1.6 Bars
2.2. Choix du type de fondation :
 Le type de fondation est choisi essentiellement selon les critères suivants :
 Le poids de la structure.
 La capacité portante du sol.

122
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

 L’économie dans la réalisation.


 La rapidité et la facilité d’exécution.
 Stabilité totale de L’ouvrage.
 Choix de type de fondation :
Avec un taux de travail admissible du sol d’assise qui est égal à 0.16 MN, il y a lieu
de projeter apriori, des fondations superficielles de type :
Semelle filante.
Semelle isolée.
Radier général.
Pour le cas de la structure étudiée, l’ouvrage a un poids élevé est un grand important
on adopter un mode de fondation dont la modalité d’exécution du (coffrage et
ferraillage) et facile de réaliser :
(Le radier général)
2.3. Radier :
2.3.1. Généralités :
Comme toute fondation, elle transmet les charges du bâtiment, sur l’ensemble de sa
surface, au sol.
Avantages de la semelle unique :
- diminution des risques de tassement
- très bonne liaison donc rigidité de la base du bâtiment.
2.3.2. Ce mode de fondation est utilisé dans deux cas :
– lorsque la capacité portante du sol est faible : le radier est alors conçu pour jouer un
rôle.
Répartisse de charges. Son étude doit toujours s'accompagner d'une vérification du
tassement
Général de la construction ;
– lorsque le sous-sol d'un bâtiment est inondable : le radier joue alors le rôle d'un
cuvelage étanche
Pouvant résister aux sous-pressions (cf. [1.6]).
Ce type d'ouvrage ne doit pas être soumis à des charges pouvant provoquer des
tassements
Différentiels trop élevés entre les différentes zones du radier.

123
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

Dans le cas de couches sous-jacentes très compressibles, le concepteur doit vérifier


que le point de Passage de la résultante générale coïncide sensiblement avec le centre
de gravité du radier.
2.3.3. Critères de choix :
Le radier est justifié si la surface des semelles isolées ou continues est très importante
(supérieure ou égale à 50 % de l'emprise du bâtiment) Ce qui est le cas lorsque :
- le sol a une faible capacité portante mais il est relativement homogène.
- les charges du bâtiment sont élevées (immeuble de grande hauteur).
- l'ossature a une trame serrée (poteaux rapprochés).
- la profondeur à atteindre pour fonder sur un sol résistant est importante.
- Il est difficile de réaliser des pieux (coût - vibrations nuisibles).
- Il existe des charges excentrées en rive de bâtiment.
Eventuellement, dans le cas de sous-sols utilisables (parking, garages, caves ...) ou en
vue d'obtenir un sous-sol étanche (cuvelage)
2.3.4. Justification :

Si : stotale
semelle ≥ 50% S bâtiment (Radier général)

P ser (max) = G + Q = 46478.64 KN

σ sol = 0.16 Mn

Surface de semelle (S semelle):

P ser
ssemelle ≥
σ sol

46.478
ssemelle ≥ = 290.49m2
0.16

-Surface du bâtiment total :

S totale=412.95 m²

Si : 290.49 > 50% 412.95 = 206.475 (Radier général)

124
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

2.4. Calcul le Radier :

Un radier est défini comme étant une fondation superficielle travaillant comme un
plancher renversé dont les appuis sont constitués par les poteaux de l’ossature et qui
est soumis à la réaction du sol diminué du poids propre de radier.

Figure.6.1 : Disposition des nervures par rapport au radier et aux poteaux.

Combinaison d’action :

-Pour le dimensionnement ELS (G+Q).

- Pour le Ferraillage ELU (1.35G + 1.5Q).

-Accidentelle (0.8G ± E) pour la vérification.

2.4.1. Pré-dimensionnement :

a) Epaisseur du radier :

L’épaisseur du radier (h) doit satisfaire les conditions suivantes.

b) Condition forfaitaire :

Lmax
 Sous voiles : ≤ ht
10

hr: Épaisseur du radier.

Lmax : le plus grand travail.

Lmax = 671cm → 67.1 cm ≤h r ¿ 70

La valeur de l’épaisseur du radier à adopter est : h r = 70 cm

c) condition de rigidité (longueur élastique) :

125
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

2 Lmax
Le ≥ π

4 E×I
Le =

4
K×b
Le : Longueur élastique.

E : module d’élasticité.

I : inertie d’une bande d’un mètre de radier.

K : Module de raideur du sol, rapporté à l’unité de surface. K = 40 MN/m3

b : largeur du radier. (Bande de 1 mètre).


3
bh
Avec : I = 12

Lmax = 4,30 m, E = 3216420 t/m2, K = 4000 t/m3.

D’où :

48 K . L4max
ht ≥

3

E.π4

48 ×4000 × 6.714
ht ≥ 3
√ 3216420× 3,1 4 4
=¿ 1.08 m¿ ht ≥ 1.08 m

La valeur de l’épaisseur du radier à adopter est :


ht= max (70cm, 108 cm)
On prend : ht = 108cm. ht =110cm
- Remarque :
Pour des raisons d’économie on va choisir :

Lmax 622
hr ≥ →h≥ =33.1 cm
20 20

On prend : 𝐡𝐫= 𝟒𝟎𝐜𝐦


hr : hauteur de la dalle.
Conclusion :
La valeur de l’épaisseur du radier à adopter est :
ht = 108 cm ht =110cm

126
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

hr = 40 cm hr =50cm
2.4.2. Calcul de la surface minimale du radier :
a. Détermination des efforts :
Nser = G + Q = 46478.6433KN
σS = 1.6 bars = 160 KN/m 2

N 46478.6433
Sradier ≥ = =¿ 290.49 m 2
σ́ sol 160
S bâtiment = 412.95m² > Sradier = 290.49 m²
Alors : La surface de bâtiment > a la surface de Radier
La surface du bâtiment est supérieure à la surface de radier, à cet effet, nous avons
prévu un débord minimum prescrit par le règlement pour des raisons techniques de
réalisation.
L'emprise totale avec un débordement (D) sera :
S’= S + D×2× (Lx + Ly)
S’: la surface final du radier.
S : surface totale du bâtiment
D : débordement
Lx : longueur en plan (32,65m).
Ly : largeur en plan (26,49m).
b. Calcul de débordement D :
D ≥ Max (hr /2 ; 30cm). Où : hr = 0.40m
D ≥ Max (20cm ; 30 cm).
On prend D = 0.4 m alors l'emprise totale avec D est :

S’= S + D×2× (Lx + Ly) = 412.95+0.4 ×2× (32,65+ 26,49) = 460.262 m2

2.4.3. Vérifications de radier :

2.4.3.1. Vérification au poinçonnement : BAEL91 (Art : A.5.2.42)

0.45 μ c × h× f c28
Nu ≤
γb
Avec :

Nu : charge revenant plus chargé.

127
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

μc  : Périmètre de la surface d’impact projeté sur le plan moyen.

 c  2( a  b  2hr )

 Vérification pour les voiles : Le voile et le plus sollicitée et avec e = 15 cm.

μc = 2(0.15 +6.71 +2×1.08) = 18.1 m


0.4 5 ×18.1 ×1.08 ×25000
Nu = -1816.82 KN ≤ = 146610 KN………. (c.v)
1.5

 Vérification pour les Peteau : Le Poteau et le plus sollicitée.

μc = 2(0.65+0.60+2×1.08) = 6.82m

0.045× 6.82× 1.08 ×25000


Nu = 2754.66 ≤ = 5524.20 KN………. (c.v)
1.5

Donc : La condition est Vérifier pour la structure il n’y a pas de risque de rupture du
radier par poinçonnement.
2.4.3.2. Vérification de la stabilité du radier :

a. Vérification de la contrainte du sol sous les charges verticales :


La contrainte du sol sous le radier ne doit pas dépasser la contrainte admissible. Donc
il faut vérifier :

NT = NG + Nradier
NG : effort normal du aux charges verticales
Nradier: effort normal dû au poids propre du radier
Donc:
N G = 46478.64KN
Vr : volume du radier =Vr=hr(Sbat) = 165.18× 25=4129.5 KN
NT = 46478.64 + 4129.5 =50608.14 KN
50608.14
 =109.96 sol =160………CV
460.262
2.4.3.3. Vérification de l’effort de sous pression :
Elle est jugée nécessaire pour justifier le non soulèvement du bâtiment sont
l'efforts de sous pression hydrostatique on doit vérifier :

128
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

w ≥ α . Srad . γ w . Z

¿ 1,5 × 460.262×10 ×1.8=12427.074 KN


G : Poids total du bâtiment à la base du radier
 : Coefficient de sécurité vis à vis du soulèvement α = 1.5
γ w  : Poids volumique de l’eau ( γ w  = 10KN/m3)
Z : Profondeur de l’infrastructure (h =1.8 m)
S : surface de radier (S = 460.262m 2)
NT = NG +Nradier= 12183,78KN
NG = 42746,70 KN
Nradier = 4129.5 KN
W= Nt= 42746,70 + 4129.5 =46876.2KN

W = 46876.2KN > 12427.074 KN


Pas de risque de soulèvement de la structure.
2.4.3.4. Vérification de la stabilité du radier sous (0.8G ± E) :
-Moment de renversement du au séisme pour chaque sens (x, y)

e : l’excentricité de la résultante des charges verticales.

M : moment dû au séisme.
N : charge verticale.
D’après le RPA99/version2013(art10.1.5) le radier reste stable si :

M L
e= ≤
N 4

e : l’excentricité de la résultante des charges verticales

N total = 33450.96KN

M x = 1900.18KN

M y = 418.99KN

Tableau 6.2 : La stabilité du radier sous

Sens(X-X) Sens (Y-Y)


N total (KN) 33450.96 33450.96
M(KN.m) 1900.18 418.99
e(m) 0.056 0.013

129
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

L/4(m) 6.62 8.16


Condition Vérifier Vérifier

Les moments d’inertie suivant les deux directions sont :

b . h3 4 h .b 3 4
I x−x = =76833.438 m I y− y = =50576.388m
12 12

Centre de gravité des masses du radier (infrastructure) d’après logiciel ROBOT


X = Si×Xi/Si = 13.25 m
Y= Si×Yi/Si = 16.33m

2.4.3.5. Vérification au non soulèvement des fondations (G+Q+E) :


N M ×V 3 σ 1+ σ 2
σ m ≤ σ´sol ; σ 1,2 = ± ; σm=
Srad I 4
Tableau 6.2 : Vérification des contraintes des fondations
I (m¿¿ 4) ¿ N(KN) M(KN.m) Srad (m2 ) G(m)
X-X 76833.438 33450.96 1900.18 460.262 13.25
Y-Y 50576.388 33450.96 418.99 460.262 16.33

σ 1 (KN/m²) σ 2(KN/m²) σ m(KN/m²) σ̄ sol (KN/ σ m≤


2.4.4.
m²) σ̄ sol
X-X 73.006 72.35 72.842 160 C.V
Y-Y 72.81 72.54 72.818 160 C.V

Ferraillage du radier :

Le radier fonctionne comme un plancher renversé dont les appuis sont constitués par
les poteaux et les poutres qui sont soumises à une pression uniforme provenant des
contraintes engendrées par le sol.
Donc on peut se rapporter aux méthodes données par le BAEL 91.
Les panneaux constituant le radier sont uniformément chargés et seront calculé
comme des dalles appuyées sur quatre cotés et chargées par la contrainte du sol, pour
cela on utilise la méthode de PIGEAUD pour déterminer les moments unitaires µx,
µy qui dépend du rapport (ρ= LX / LY) et du coefficient de POISSON (υ).
a. Méthodes de calcul :

130
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

- Dans le sens de la petite portée : Mx = μx.qu. Lx²


- Dans le sens de la grande portée : My = μy.Mx
Tel que :
μx ; μy: sont des coefficients en fonction de α =lx/ly et v (prend 0.2 à l ’ELS, 0 à
l’ELU)
Pour le calcul, on suppose que les panneaux sont partiellement encastrés aux niveaux
des appuis, d’où on déduit les moments en travée et les moments sur appuis.
En tenant compte des modes de fixation on effectue les ventilations des moments
Comme suit :
Le panneau de rive Le panneau intermédiaire
En travée Mtx = 0.85 Mx Mtx = 0.75 Mx
Mty = 0.85 My Mty = 0.75 My
Sur appui Max = May = 0.3Mx Max = May = 0.5Mx

Nous avons utilisé pour le ferraillage des panneaux, la méthode proposée par le
règlement BAEL91. La fissuration est considérée comme étant préjudiciable.

 Calcul des moments fléchissant :

ELU ELS
qu= (1.35G +1.5Q)/Srad qser= (G+Q)/Srad
qu = 63445.90/ 460.262 qser = 46478.64/ 460.262
qu= 137.85 KN/m2 qser = 100.98 KN/m²
b. Ferraillage de la dalle de radier :
Le plus grand panneau est le panneau du (6.22 × 5.28) m².
Le panneau intermédiaire
 L’ELU : ν = 0 ; qu= 137.85 KN/m
α = 6.22/5.28 = 0.84 > 0.4
Alors le panneau travaille dans les deux sens.
- A partir du tableau :
µx = 0.0517
µy =0.6678

- donc les moments sont :

131
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

Mx = μx×qu×lx² Mx=0.0517×137.85 × (5.28)2= 198.69 KN.m/ml.


My = μy × Mx My=0.6678×198.69 = 132.68 KN.m/ml.
Mtx = 0.75 Mx Mtx=0.75×198.69 = 149.02 KN.m/ml.
Mty = 0.75 My Mty=0.75×132.68 = 99.51 KN.m/ml.
Max = May = 0.5×Mx 0.5×198.69 = 99.345 KN.m/ml.
 Calcul des armatures :
Ms
μ=
b×d 2 ×σ b
Ms
A s=
β×d×σ s

α=1. 25(1−√( 1−2 μ ) , β=(1−0 . 4 α )


fc28=25MPa ; σbc=14,2MPa

ft28=2,1MPa; b=100cm; h= 40cm

σs=348MPa; fe=400MPa

600
∅≤ =60 mm
10
∅x 5.28
dx = h – c- = 40 – 5- = 33.86cm.
2 2

∅x ∅y
d y =d x − − =29.61 cm
2 2

 Condition de non fragilité : BAEL91 (art. A.4.2)


f82t
32 ,0 db
fe A 
min

 Sens- X :
Amin =0.23×100×33.86×2.1/400 = 4.089cm2
 Sens- y :
Amin =0.23×100×29.61×2.1/400 = 3.575cm2
 Pourcentage minimal des armatures ; BAEL91 (art B.6.4)
BAEL
Amin =0,001×h×b = 0,001×40×100 = 4.00 cm2

132
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

Tableau 6.3: Tableau récapitulatif des résultats d’armature (ELU)

SENS X- X SENS Y-Y


Sur appui En travée Sur appui En travée
Mu (N ×m) 99.345 149.02 99.345 99.51
m 0,061 0,0345 0,0615 0,0799
μ<mL CV CV CV CV
As’ (cm2) 0 0 0 0
a 0,0787 0,0439 0,0794 0,099
β 0.969 0.982 0.968 0.960
As (cm2/ml) 8.70 13.05 9.94 10.00
As min (cm2/ml) 4.089 4.089 3.575 3.575
Choix des barres/ml 6HA14 5HA20 5HA20 5HA20
Ascorres (cm2/ml) 9.24 15.7 10.05 10.05
Espacement (cm) 17 17 17 17

 L’ELS: ν = 0.2; qs= 100.98 KN/m


α = 6.22/5.28 = 0.84 > 0.4

σ̄ b =0. 6 f c28=15 MPa ... .... ... ........ .... ... .. ... ..BAEL 91( Art . 4.5.2)

σ̄ s=min {(2/3)fe ; 110 √ η×f t 28}

FeE 400⇒ η=1. 6


σ̄ s=min { 0 , 666×400 , 110 √ 1. 6×2. 1 } ⇒ σ̄ s=201 , 63 MPa
Alors le panneau travaille dans les deux sens.
- A partir du tableau :
µx = 0.0517
µy =0.6678
- donc les moments sont :
Mx = μx×qs×lx² Mx=0.0621×100.98 × (5.28)2=174.82 KN.m/ml.
My = μy × Mx My=0.6678×174.82 = 116.218 KN.m/ml.
Mtx = 0.75 Mx Mtx= 0.75×174.82 = 131.12 KN.m/ml.
Mty = 0.75 My Mty=0.75×116.218 = 87.163 KN.m/ml.
Max = May = 0.5×Mx 0.5×174.82 = 87.41 KN.m/ml.

Tableau 6.4: Tableau récapitulatif des résultats d’armature (ELS)


SENS X- X SENS Y-Y
Sur appui En travée Sur appui En travée

133
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

Mser (KN.m) 87.41 131.12 87.41 87.163


m 0,051 0,077 0,067 0,066
μ<mL CV CV CV CV
s bc(MPa) 15 15 15 15
a 0,066 0,100 0,087 0,085
β 0,974 0,960 0,965 0,966
sst(MPa) 201.63 201.63 201.63 201.63
As (cm2/ml) 13.14 20.00 15.18 15.11
Asmin(cm2/ml) 4.089 4.089 3.575 3.575
Choix des barres 7HA16 7HA20 5HA20 5HA20
Ascorr(cm2/ml) 15.71 21.99 15.71 15.71
Espacement cm 17 17 17 17

-Vérification de la contrainte de cisaillement : BAEL 91 (A.5.1 ,21)


Tu
τ u= .. .. .. . .. .. . .. .. . ( A . 5.1,1 ) p51
b0 ×d
p u ×l x × l y 137.85 ×5.28 ×6.22
T u= = =269.798 KN
2l y +l x 2(5.28)+6.22
τ u =0.643 Mpa
f c 28
(
τ u =min 0 . 15
γb )
; 4 MPa =min ( 2. 5 ; 4 MPa )

τ u =0 . 643≺[ τ u ]=2. 5 Mpa


La condition est vérifiée ; on n’a pas besoin des armatures transversales.
 Présentation schématique :

T= qL

M= qL²
2.4.5. Ferraillage des nervures

Les nervures servent d’appuis au radier, la répartition des charges sur chaque travée
est triangulaire ou trapézoïdale (selon les lignes de rupture). Mais pour la
simplification des calculs, On les remplace par des charges équivalentes
uniformément reparties.
Les nervures sont considérées comme des poutres doublement encastrées.

134
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

 Distribution des charges


q u .lx
p=
4
P : charge équivalente produisant le même moment que la charge triangulaire.
p qu . lx
p=1− X
2 2
P : charge équivalente produisant le même moment que la charge trapézoïdale. On a
0.87 la transmission des charges sera subdivisée en deux charges (trapézoïdales et
Triangulaires).
La section du nervure est ht =110cm
h = 70 cm d = 63 cm
b = 50 cm c = 5 cm
 Calcul les charges revenant à la nervure
N U 63445.90 KN
a) q u= = =¿ 137.85 2
Sr 460.262 m

N s 46478.64 KN
b) q s= = =¿ 100.98 2
Sr 460.262 m

Exemple de calcul (travée 7 m) :


Les charges trapézoïdales :
p qu . lx
Pu¿ 1− 2 X =241.6
2
p qu . lx
Ps¿ 1− 2 X =177.007
2
a. Calcul des sollicitations :
➢ Pour le calcul des sollicitations on utilise la méthode Caquot.
Les résultats des calculs sont récapitulés dans le tableau ci-dessous :
Tableau 6.5. Sollicitations sur la nervure
ELU ELS
Ma (KN.m) Mt (KN.m) Vmax (KN) Ma (KN.m) Mt (KN.m)
1181.59 1168,39 751,376 1003.2 859,705
b. Calcul du ferraillage:
• L'enrobage :
∅ h
C≥ + c0  ;∅ ≥ =10.8 cm
2 2

135
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

C𝟎≥ 𝟏 𝐜𝐦: 𝐜𝟎= 5 𝐜𝐦

10.8
C≥ + c0 =10.4cm ∶ on adopté : 𝐜 = 𝟏𝟓 𝐜𝐦
2
 Calcul des armatures longitudinales :
Ms
μ=
b×d 2 ×σ b
Ms
A s=
β×d×σ s

α=1. 25(1−√( 1−2 μ ) , β=(1−0 . 4 α )


 Condition de non fragilité :
f t 28
A min  0, 23  b  d 
f e (BAEL91. A.4.2)

2.1
Amin ≥ 0.23 ×65 × 100× =7.84 cm ²
400
 Le pourcentage minimal d’armature :
Selon BAEL91 :
A BAEL
min =0 . 001×h×b (BAEL91. B.6.4)
BAEL
Amin =0.001 ×108 ×65=7.02 cm²
Selon PPA99/2013 :
RPA
Amin =0.5 % b× h( art .7 .5 .2.1)
RPA
Amin =0.5 % 65 × 108=35.1 cm ²

 ELU:

Tableau 6.6: les résultats des sections des armatures nervurent

Sens Mu b α β Acal Amin A Section adoptée


[KN.m] adoptée

ELU Appuis 1181.59 0.128 0.172 0.931 36.47 7.84 36.47


Travée 1168,39 0.127 0.170 0.932 36.06 7.84 36.06
ELS Appuis 1003.2 0.109 0.115 0.953 53.48 7.84 53.48 11HA25=54.00

Travée 859,705 0.093 0.122 0.951 45.83 7.84 45.83 10HA25=49.09

136
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

 Vérification de la Contrainte de Cisaillement : BAEL91 (art A.5.1)

Vu 0 . 2. f c 28
τ u=
b.d
≤min
{ γb
, 5 MPa
}
τ u =¿751,376 KN.

751376
τu= =1.15 MPa
650× 1000

τ u = min (3.33MPA, 5 MPa) = 3.33 MPA


τ u =1.15 < τ u = 3.33 → Condition vérifiée.

Selon BAEL les armatures transversales ne sont pas nécessaire, et il faut


disposer des cadres des armatures minimale :

Φ ≤ min ( 35h , 10b , Φ)=min (30.86 ; 65 ; 25) ⇒OnprendΦ=10 mm


 Espacement des armatures transversales : RPA 99.
a. En zone nodale

St ≤ min ( h4 , 12 Φ ,30 cm)⇒ S ≤ min( 28.75 cm , 30 cm, 30 cm )


L t

𝑜𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑: St = 10 𝑐𝑚
b. En zone courante 
h 108
St ≤ = ⇒ S t ≤5 4:𝑜𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑: St = 15 𝑐𝑚
2 2

 Armatures transversales minimales


At =0.003 ⋅ St ⋅b At =0.003 ×15 ×65=2.92 cm ²
Nous prenons : At = 4HA10 = 3.14 cm²

137
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

Schémas ferraillage de radier :

Figure.6.2 : ferraillage de la nervure.

Figure.6.3 : schéma du ferraillage de radier

138
CHAPITRE 6 : Etude De L'infrastructure

139

Vous aimerez peut-être aussi