Vous êtes sur la page 1sur 74

RANDRIAMANASOA Estelin

ALLAITEMENT MATERNEL ET STATUT PONDERAL DES ENFANTS DE 0 À 6 MOIS DANS LA COMMUNE D’AMBANDRIKA

Mémoire de fin d’études pour l'obtention de diplôme de « Licence en Nutrition »

-Septembre 2007-

1

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA

Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana

-----------------

MINISTERE DE LA SANTE

DU PLANNING FAMILIAL,

ET DE LA PROTECTION SOCIALE

MINISTERE DE L'EDUCATION

NATIONALE ET DE LA

RECHERCHE SCIENTIFIQUE

INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE ET COMMUNAUTAIRE

INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE ET COMMUNAUTAIRE Année 2007 N° ………. ALLAITEMENT MATERNEL ET STATUT

Année 2007

……….

ALLAITEMENT MATERNEL ET STATUT PONDERL DES ENFANTS DE 0 À 6 MOIS DANS LA COMMUNE D’AMBANDRIKA

Présenté le 1 er octobre 2007

par Monsieur RANDRIAMANASOA Estelin

Président

Juges

Encadreur

: Professeur RAKOTOMANGA Jean de Dieu Marie

: Professeur RAMAKAVELO Maurice Philippe

Docteur RAVAOARISOA Lantonirina

: Docteur RANDRIANARIVO-SOLOFONIAINA Armand Eugène

2

REPOBLIKAN’I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana MINISTERE DE LA SANTE , DU PLANNING FAMILIAL ET DE LA

REPOBLIKAN’I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana

MINISTERE DE LA SANTE , DU PLANNING FAMILIAL ET DE LA PROTECTION SOCIALE SECRETARIAT GENERAL INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE ET COMMUNAUTAIRE

LISTE DES PRINCIPAUX RESPONSABLES

I – DIRECTION GENERALE

Directeur Général : Pr RANJALAHY RASOLOFOMANANA Justin

II – DIRECTION DE LA FORMATION ET DE LA RECHERCHE

Directeur : Professeur RAKOTOMANGA Jean de Dieu Marie

Chef du Service Pédagogique et Scientifique :

Docteur RATSIMBAZAFY Marie Rolland

Chef du Service et Expertise : Docteur RAKOTONIRINA El-C Julio

Responsable du Secrétariat Permanent de l’Enseignement à Distance :

Docteur RARIVOARILALA Esther

III – DIRECTION DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES

Directeur : Monsieur RASOANAIVO ANDRIANASOLO Simon

Chef du Service Administratif :

Madame RABODOHARY Ranorohelimiadana Eléonore

Chef du Service financier :

Madame RAHONINIAINARISOA Dorothée

3

PROGRAMME DE FORMATION LICENCE EN NUTRITION

 

LICENCE EN NUTRTION

Crédits

UE1

NUTRITION ET ALIMENTATION HUMAINES

10

Module 1 :

Méthodologie

 

Module 2 :

Initiation à la science de nutrition

1

Module 3 :

Principes fondamentaux de la nutrition /alimentation

1

Module 4 :

Aspects socioculturels et écologiques de la nutrition

2

Module 5 :

Biochimie de la nutrition

2

Module 6 :

Métabolisme et Physiologie de la nutrition

2

Module 7 :

Besoins nutritionnels à travers le cycle de la vie

2

UE2

MALADIES DE CARENCE ET URGENCES NUTRITIONNELLES EN CAS DE CATASTROPHE

4

Module 1 :

Principaux troubles nutritionnels dans le pays en développement

2

Module 2 :

Prévention et prise en charge des maladies carentielles

1

Module 3 :

Urgences nutritionnelles en cas de catastrophe

1

UE3

ACTIVITES DE LABORATOIRE EN NUTRITION ET DE TERRAIN

4

Module 1 :

Analyse biologique pour le dépistage de carences en micronutriments au niveau d’une population

1

Module 2 :

Analyse physico-chimique des aliments

1

Module 3 :

Hygiène alimentaire et salubrité environnementale

1

Module 4 :

Législation des denrées alimentaires

1

UE4

APPROCHE COMMUNAUTAIRE

12

Module 1 :

Diagnostic communautaire sur le plan alimentaire et nutritionnel

1

Module 2 :

Planification des programmes communautaires de nutrition

1

Module 3 :

Suivi et évaluation des programmes de nutrition

1

Module 4 :

IEC en matière de nutrition

2

Module 5 :

Notions de sécurité alimentaire des ménages (SAM)

1

Module 6 :

Politiques nationales en matière de nutrition

1

Module 7 :

Anthropologie

1

Module 8 :

Recherche opérationnelle sur la situation nutritionnelle d’une localité

4

4

UE 5

ETUDES NUTRITIONNELLES QUANTITATIVES

4

Module 1 :

Statistiques sanitaires et démographiques

1

Module 2 :

Epidémiologie de la nutrition et statistiques

2

Module 3 :

Informatique appliquée

1

UE6

PREPARATION SOUTENANCE DE MEMOIRE

16

 

Préparation de mémoire

 
 

Encadrement et Soutenance de mémoire

 

5

LISTE DES ENSEIGNANTS

Professeur RANJALAHY RASOLOFOMANANA Justin Professeur RAKOTOMANGA Jean de Dieu Marie Professeur RANDRIANARIMANANA VAHINIARISON Dieudonné Professeur ANDRIANASOLO Roger Professeur RAMAKAVELO Maurice Philippe Professeur RAMAMBAZAFY RALAINONY Jacques Professeur RANAIVOHARISOA Lala Docteur RAKOTONIRINA Simon Docteur RAKOTONIRINA El-C Julio Docteur RALAIARISON Raharizelina Docteur RAVELOSON Hantaniaina Docteur RASOARIVAO Vololomiarana Docteur RAVAOARISOA Lantonirina Docteur RAVOAJA Pauline Monsieur RAKOTOZANAKA Julien Madame RAMINO Vololona

6

Je dédie ce mémoire à :

- Dieu,

« Le tout Puissant fit pour moi des merveilles. Saint est son nom »

- Mes parents,

« Que Dieu vous bénisse ! »

- Mes frères et sœurs,

« Tsy misy mafy tsy ho laitran’ny zoto »

- Tous mes ami(e)s,

« Toute ma sympathie !»

- Notre Président de mémoire, Monsieur le Professeur RAKOTOMANGA Jean de Dieu Marie,

« qui a bien voulu nous faire le grand honneur de présider ce mémoire »

- Honorables Juges de mémoire : Monsieur le Professeur RAMAKAVELO Maurice Philippe et Madame le Docteur RAVAOARISOA Lantonirina

« Nos vis remerciements pour l’honneur que vous nous faites en acceptant de juger notre travail »

- Notre Encadreur de mémoire, Docteur RANDRIANARIVO SOLOFONIAINA Armand Eugène, vous n’avez pas ménagé vos efforts, vous m’avez beaucoup aidé et conseillé,

« Veuillez croire à notre profonde reconnaissance »

- Tous les Enseignants de l’INSPC « Notre reconnaissance et gratitude »

- Tout personnel de l’Institut National de Santé Publique et Communautaire

« Merci beaucoup »

7

LISTE DES TABLEAUX

 

Pages

Tableau1 :

Répartition

des

groupes

d’âge

des

mères

selon

leurs

niveaux

d’instructions Tableau 2 : Répartition des groupes d’âge des mères selon leurs situations

18

matrimoniales Tableau 3 : Répartition des groupes d’âges des mères selon leurs professions Tableau 4 : Répartition des groupes d’âge des mères selon la pratique ou non de l’allaitement maternel selon la méthode traditionnelle Tableau 5 : Répartition des groupes d’âge de la mère selon le niveau revenu mensuel.

19

20

21

22

Tableau

6 :

Répartition

des

groupes

d’âge

de

la

mère

selon

leurs

lieux

d’accouchement :

23

Tableau 7 : Répartition des groupes d’âge des mères selon les personnes assurant leurs accouchements. Tableau 8: Répartition des groupes d’âge des mères selon leurs situations vaccinales.

24

25

Tableau 9 : Répartition de la

Situation familiale selon les professions de la

26

mère. Tableau 10 : Répartition des revenus des ménages des mères selon leurs professions. Tableau 11 : Répartition des groupes d’âge des mères à la connaissance de l’AME

26

27

8

LISTE DES FIGURES

 

Pages

Figure 1 : Répartition des mères allaitantes selon l’âge

14

Figure 2 : Répartition des mères allaitantes selon le niveau d’instruction

15

Firgure3 : Répartition des mères selon la situation matrimoniale

15

Figure 4 : Répartition des mères selon la profession

16

Figure 5 : Répartition des mères selon les revenus

16

Figure 6 : Répartition des enfants selon le genre.

17

Figure 7 : Répartition des enfants selon l’âge

17

9

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS MAMA : Méthode d’allaitement maternel et d’aménorrhée AME : Allaitement maternel exclusive OMS : organisation mondiale de la santé VIH : virus de l’immunodéficience humaine SIDA : syndrome d’immuno déficience acquise MAP : Madagascar action plan PNN : politique nationale de nutrition ONG : organisation non gouvernementale CEG : collège d’enseignement général ZAP : Zone administrative et pédagogique CSB2 : Centre de santé de base niveau II CRENA : centre de récupération et éducation nutritionnel ambulatoire NAC : Nutrition à base communautaire SEECALINE : surveillance et éducative des écoles et communautaires en alimentation nutritionnel élémentaire CAP : connaissance attitude pratique EDS : enquête démographique et santé BJ : bande jaune BR : bande rouge BV : Bande verte Mn : minute Nbr : nombre Sect : secteur ATT : antitétanique FAF : Fer Acide Folique CPN : Consultation Pré natale Chi-squared : chi² Probability : probabilité IRA : Infection respiratoire aigue Km : kilomètre FANOME : Fandraisana Anjara No Mba Entiko

10

SOMMAIRE

 

Page

INTRODUCTION

1

GENERALITES

Chapitre I : Allaitement maternel

4

1. Définition

4

2. Allaitement maternel exclusif

4

3. Avantage du lait maternel et de l’allaitement maternel

4

a- Avantages nutritionnel

4

b- Avantages sanitaire

4

c- Avantages sur le plan de l’espacement des naissances

5

d- Avantages sur le plan psychologique et développement du nourrisson

5

e- Avantages économique

5

f- Avantages pour l’environnement

5

4. Contre indications à l’allaitement maternel

5

a- Contre indications absolues

5

b- Contre indications temporaires

5

5. Conditions pour un allaitement optimal du nourrisson

6

6. Signes indiquant la bonne position du bébé à la tétée

6

7. Types des bonnes positions mère enfant à chaque tétée

6

a- La femme allaitante, couchée sur le coté

7

b- La femme allaitante, en position assise

7

c- La position dite de « foot ball américain »

7

8. Allaitement maternel et le VIH/SIDA

7

Statut pondéral METHODOLOGIE

8

1. Cadre de l’étude

9

2. Type d’étude

9

3. Période d’étude

9

4. Durée de l’étude

9

5. Population d’étude

9

11

6.

Critère d’inclusion et d’exclusion

9

7. Mode d’échantillonnage

10

8. Taille de l’échantillon

10

9. Mode de collecte des données

10

10. Mode d’analyse et de saisie des données

10

11. Considération éthique

10

12. Limite d’étude

11

13. Test statistique

12

14. Les variables étudiées

12

a- Variables dépendantes

12

b- Variables indépendantes

12

RESULTATS

1.

Caractéristique et profil sociodémographique des mères et des enfants de

14

0 à 6 mois

2. Connaissance des mères à l’AME

25

3. Attitude de la mère allaitantes à l’AME

27

4. Pratique de la mère allaitantes à l’AME

27

DISCUSSIONS

39

RECOMMANDATIONS

43

CONCLUSION

49

12

INTRODUCTION

«Dans toute l’histoire de l’humanité, presque toutes les mères ont toujours nourri leurs enfants de la façon la plus normale, la plus naturelle et la plus simple qui soit : au sein. La plupart des sociétés traditionnelles d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine ont une bonne connaissance de l’allaitement, même si les pratiques peuvent varier d’une culture à l’autre. Le grand pédiatre Paul Gyorgy disait : «le lait de vache est bon le petit de la vache, le lait de femme est bon pour le nourrisson». Personne ne peut nier cette évidence. Il est donc de plus en plus admis que toute mère a le droit d’allaiter son bébé, et que tout bébé a le droit d’être nourri au sein (1) . L’allaitement maternel a constitué depuis toujours le mode alimentaire naturel et, jusqu’ à récemment, quasi exclusif des nouveaux-nés et nourrissons .(2) Mais dès sa naissance, faisant face à un environnement de plus en plus hostile, l’enfant et s’expose à au moins quatre périls que sont : le péril aérien, le péril fécal, le péril de la pauvreté et le péril de l’alimentation. Un déclin rapide et intense de l’allaitement maternel a été constaté dans les pays industrialisés après la Seconde Guerre mondiale et ce phénomène s’est poursuivi, touchant également les pays en voie de développement. Les modifications observées dans les pratiques alimentaires ont non seulement réduit l’incidence mais également la durée de l’allaitement maternel, diminuant fortement la prévalence des enfants nourris au sein (3, 4, 5) . «Moins de 35% des nourrissons dans le monde bénéficient d’allaitement maternel exclusif pendant les quatre premiers mois. Pas moins de 55% des décès annuels des nourrissons par maladie diarrhéique et infections respiratoires aigues sont les résultats des pratiques d’alimentation inappropriées (6). Parmi les enfants de 0 à 35 mois, 48 % accusent un retard de croissance, 7 % sont émaciés et 40 % présentent une insuffisance pondérale (7) . Ces pratiques se répercutent sur le statut pondéral des enfants. «Les femmes Zouloues vivant en Afrique du sud allaitent leur enfant dans une proportion des 95% dans les semaines qui suivent la naissance ; mais cette proportion tombe à 50% après 5 à 8 semaines (8) ». Les nombreux avantages de l’allaitement maternel pour la santé de la mère et de l’enfant ont été bien démontrés au cours des dernières années par un ensemble d’études qui ont été revues récemment (9) . Promouvoir l’allaitement maternel est devenu une priorité des programmes de promotion de la santé de la mère et de l’enfant.

13

Depuis les années 80, de nombreuses initiatives ont été entreprises pour encourager l’allaitement au sein. Parmi les initiatives internationales, on retrouve celle de l’OMS et de l’UNICEF pour lesquelles la promotion de l’allaitement maternel est devenu un des objectifs principaux (10) . En 1992, l’ OMS et les Nations Unies ont lancé une campagne mondiale de promotion de l’allaitement maternel, en partie parce que les professionnels de la santé étaient inquiets de ce que trop de mères et agents de santé n’en connaissent pas les avantages. La promotion de l’allaitement était principalement destinée à encourager les mères à allaiter exclusivement au sein les premiers mois de la vie de nourrisson. A Madagascar, l’enquête démographique et de santé de 1997 montre que 40% des enfants Malagasy de moins de 3 ans présentent un poids trop faible pour l’âge. «Ce taux de malnutrition est significativement supérieur, par exemple, à ceux du Sénégal, de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique du sud, respectivement de 24%, 12% et 9% (11) ». La dernière enquête démographique et de santé de 2003-2004 montre que 67% des femmes allaitent exclusivement au sein leur nourrisson pendant les six premiers

mois (12).

Dans la commune d’ Ambandrika, en 2006, 24,55% des femmes vues en consultation prénatale ont accouché au centre de la maternité et 22% des enfants moins de 3 ans ont marqué des malnutritions. Les activités du CSB II de l’année 2006 montrent que les consultations externes se chiffrent à 2355 soit 21,29% ; 1568 des consultations prénatales soit 121,08% ; 385 d’accouchement soit 70,88% et planification familiale avec 18,19%. Les principales causes de morbidité chez les enfants moins d’un an en 2006 qu’ont été marquées par les diarrhées (112 cas), paludisme simple (120 cas), IRA (95 cas) (13) ,ayant tous comme toile de fond la malnutrition. L’expérience acquise au cours de ces dernières décennies montre qu’il existe six interventions nutritionnelles très rentables et applicables à combattre la malnutrition. L’une de ces six interventions est l’Allaitement Maternel Exclusif. Partant de l’hypothèse que les conditions socio-économiques de la mère ainsi que les pratiques habituelles de l’allaitement par les femmes allaitantes dans la commune d’ Ambandrika se répercutent sur les statuts pondéraux des enfants de 0 à 6 mois, cette étude va s’atteler à :

14

- déterminer les profils socio-économiques et culturels des femmes pratiquant l’allaitement maternel aux enfants de 0 à 6 mois dans la commune d’Ambandrika.

- identifier les facteurs influençant sur les attitudes comportementales des femmes allaitantes.

- analyser le degré d’association entre les techniques d’allaitement et les statuts pondéraux des enfants de 0 à 6 mois dans la commune d’Ambandrika.

- proposer des suggestions et recommandations en fonction des résultats de l’enquête pour améliorer les statuts pondéraux des enfants de 0 à 6 mois.

15

GENERALITES

ALLAITEMENT MATERNEL 1-Définition :

C’est la pratique de nourrir un bébé par une femme (à priori la mère) avec le lait produit par ses glandes mammaires en général directement du mamelon (14).

2-Allaitement maternel exclusif :

- Allaitement exclusif veut dire que le nourrisson ne reçoit d’autres aliments ou liquides, pas même de l’eau que le lait maternel jusqu’à 6 mois et aucune tétine artificielle ni sucette n’est donnée au bébé. - Alimenter ou nourrir un enfant uniquement avec le lait maternel sans aucun autre liquide, pas même de l’eau ni aucun aliments solides et s’applique également à un enfant qui ne reçoit que du lait maternel extrait ou qui est uniquement nourrir au sein par une nourrice (15).

3- Avantages du lait maternel et de l’allaitement maternel (16) :

a- Avantages nutritionnels :

Le lait maternel constitue une source importante de protéines de haute qualité, d’énergies, de vitamines (surtout de vitamine A), des minéraux et d’acides gras pour les bébés, et ceux qui sont plus grands et même pour ceux qui commencent à marcher. b- Avantages sanitaires :

b.1.Pour les nourrissons :

Le lait maternel les protège contre les maladies et renforce le système immunitaire du bébé, lui fournissant une protection à long terme contre le diabète et le cancer.

b.2.Pour les mères :

-l’allaitement maternel diminue le risque d’hémorragie maternelle du post partum ; -aide l’utérus à reprendre sa taille normale ; -retarder le retour de la menstruation ; -aide à protéger la mère contre l’anémie en conservant ses réserves de fer ;

16

-diminue le risque de contracter des cancers du sein ou des ovaires avant la ménopause. c- Avantages sur le plan de l’espacement des naissances :

Pendant les 6 premiers mois, un allaitement maternel fréquent et intense

peut retarder la reprise de l’ovulation et le retour de la menstruation, diminuant ainsi les risques de tomber enceinte.

La méthode de l’allaitement maternel et de l’aménorrhée (MAMA) est

une option de planning familial pour les femmes qui répondent aux 3 critères suivants :

-allaitement complet ; -pas de retour de menstruation ; -moins de 6 mois de post-partum. d- Avantages sur le plan psychologique et développement du nourrisson :

L’allaitement renforce les liens entre mère et enfant ainsi que la croissance et le développement optimal, y compris le développement du cerveau. e- Avantages économiques :

Le lait maternel permet aux familles d’économiser les frais liés à l’achat des produits de remplacement du lait maternel et diminue les coûts des soins de santé. f- Avantages pour l’environnement :

L’allaitement maternel permet de conserver les ressources naturelles et diminue la pollution. 4- Contre indications à l’allaitement maternel (17) :

a- Absolues :

a.1.Maladies nuisibles pour la mère et pour l’enfant :

- mères séropositives au test du VIH/SIDA a.2 Maladies nuisibles pour la mère -cancer, cardiopathies décompensées, néphrite avec HTA, néphropathies graves. -le diabète correctement traité n’empêche pas l’allaitement maternel. a.3.Affections nuisibles à l’enfant :

- la tuberculose et la lèpre. b- Temporaires :

- maladies aigues et subaiguës (de la mère allaitante) ;

17

- maladies du sein ; lymphangite, abcès, crevasse ; - intervention chirurgicale de grande envergure et/ou nécessitant l’utilisation de produits anésthésiques ; - anesthésie générale. 5- Conditions pour un allaitement optimal du nourrisson (18) :

les bébés doivent être mis au sein immédiatement après l’accouchement,

les bébés doivent être allaités exclusivement au sein pendant les six premiers mois de leur vie,

les bébés doivent être allaités à la demande au sein au moins 10 fois par jour, de jour comme de nuit,

à partir de 6 mois, les bébés doivent recevoir progressivement d’autres aliments en complément du lait maternel,

les mères doivent continuer à allaiter même si l’enfant ou la mère est malade,

les bébés doivent continuer à être allaités au sein jusqu’ à l’âge de deux ans et au-delà, tout en recevant des quantités croissantes d’aliments complémentaires et de liquides administrés à l’aide d’une tasse ou d’une petite cuillère,

les mères qui allaitent doivent augmenter leur ration alimentaire chaque jour et diversifier les aliments pendant la lactation.

6- Signes indiquant la bonne position du bébé au tétée (19)

tout son corps est près de sa mère et lui fait face,

sa bouche est près du sein,

son menton touche le sein,

sa bouche est largement ouverte,

la lèvre inférieure de l’enfant est tournée vers l’extérieur,

l’aréole est plus visible au- dessus de sa lèvre supérieure qu’au dessous de sa lèvre inférieure. (le bébé tète lentement et prend des gorgées profondes)

le bébé est détendu et content et est satisfait à la fin de la tétée,

la mère ne ressent pas de douleurs au mamelon,

les mères allaitantes entendent leur bébé déglutir.

18

7- Types des bonnes positions mère enfant à chaque tétée (20) :

Les mères peuvent tenir leur bébé de différentes manières pour la tétée. L’agent de santé peut leur suggérer l’une des positions suivantes :

a- la femme allaitante, couchée sur le côté :

Cette position est plus confortable pour la mère après l’accouchement et l’aide à se reposer durant l’allaitement, l’utiliser aussi quand elle allaite la nuit. La mère et le bébé doivent se trouver sur leurs côtés couchés l’un en face de l’autre. La mère peut utiliser un coussin pour soulever le bébé de manière à être à l’aise. b- la femme allaitante, en position assise :

-la mère doit se mettre à l’aise, -placer le visage du bébé en face du sein de sa mère, -la mère devrait tenir son sein en ayant les doigts derrière l’aréole en forme de «C» et le pouce au dessus, - toucher légèrement la lèvre inférieure du bébé avec le mamelon de sorte que le bébé ouvre bien grand la bouche, -mettre rapidement le bébé au sein de façon à ce que le mamelon et une partie de l’aréole soient à l’intérieur de la bouche grande ouverte du bébé, -ainsi, l’aréole et le mamelon s’étirent et deviennent plus long dans la bouche

du bébé. c- la position dite de «football américain» :

C’est une bonne position à utiliser après une césarienne, lorsque les mamelons sont endoloris, et aussi pour allaiter des jumeaux. La mère est assise confortablement. Le bébé est sous le bras de la mère, son corps passe par le côté et se tête apparaît en regard du sein. Le bébé est tenu au niveau des épaules par la main de la mère du même côté où il se trouve. La main du côté opposé dirige le sein vers la bouche du bébé. 8-Allaitement maternel et le VIH/SIDA (21) :

Le VIH est transmis par le biais de l’allaitement maternel à environ un nourrisson sur sept dont la mère est infectée par le VIH. Mais dans de nombreuses situations où il existe une prévalence élevée du VIH, l’ absence de l’ allaitement maternel est également associée à une augmentation de 3 à 5 fois de

19

la mortalité infantile. Les nourrissons peuvent mourir, soit parce qu’ils ne reçoivent pas un allaitement maternel adéquat, soit parce que le VIH est transmis par le biais de l’allaitement maternel.

Les analyses des données montrent que 20% environ des nourrissons dont les mères sont séropositives sont infectés avant ou pendant l’accouchement. Si toutes les mères infectées par le VIH allaitent, 14% en plus de leurs nourrissons seront infectés par le biais de l’allaitement maternel. Cela veut dire qu’environ 2/3 des enfants de mères infectées par le VIH ne seront pas infectées.

Les mères séropositives peuvent essayer de réduire le risque de transmission grâce aux mesures suivantes :

-allaitement maternel exclusif pendant les 6 premiers mois ; -raccourcir la durée totale de l’allaitement maternel ; -prévenir et traiter rapidement les lésions de la bouche et les problèmes des seins ; -prendre des médicaments antirétroviraux (Exemple : NEVIRAPINE).

STATUT PONDERAL :

Les indicateurs de du statut pondéral chez les enfants comprennent les rapports poids/âge, poids/taille, taille/âge et la mesure du tour de bras (périmètre brachial). (22)

Selon les recommandations de l’OMS, l’état nutritionnel des enfants observés pendant l’enquête est comparé à celui d’une population de référence internationale, connu sous le nom de standard NCHS/CDC/OMS.

Cette référence internationale a été établie à partir de l’observation d’enfants américains de mois de cinq ans en bonne santé et elle est utilisable pour tous les enfants de cet âge dans la mesure où, quel que soit le groupe de population, ils suivent un modèle de croissance à peu près similaire.

Les données de la population de référence internationale ont été normalisées pour suivre une distribution normale où la médiane et la moyenne sont identiques. Pour les différents indices étudiés, on compare la situation des enfants observés qui se situent à moins de deux et à moins de trois écart-type en dessous de la médiane de la population de référence (23) .

20

1- Cadre d’étude :

METHODOLOGIE

L’étude a été menée dans la commune rurale d’Ambandrika, constituée de 5 fokontany : Ambandrika, Betoloha, Miadapahoanina, Ambaniala et Ambodiatafana. Cette commune se trouve à 6 km au nord du district d’Ambatondrazaka (route nationale 44), dans la région d’Alaotra-Mangoro. 2- Type d’étude :

Il s’agit d’une étude descriptive rétrospective transversale. 3- Période d’étude :

Etude se rapportant sur les enfants nés entre novembre 2006 et avril 2007 4- Durée d’étude :

Sept (7) mois et quatorze (14) jours :

du 08 février 2007 au 22 septembre 2007.

L’enquête sur terrain a été menée du 07 mai 2007 au 14 mai 2007.

5- Population d’étude :

- femmes allaitantes,

- enfants de 0 à 6 mois.

6- Critères d’inclusion et d’exclusion :

a- critères d’inclusion : ont été inclus dans cette étude :

- les mères ayant des enfants de 0 à 6 mois et à résidence fixe dans la commune d’Ambandrika.;

- les enfants de 0 à 6 mois issus d’une mère résidant dans la commune rurale d’Ambandrika. b- critères d’exclusion : n’ont pas été retenus dans cette étude :

- pour les femmes : mères allaitantes ne résidant pas dans la commune rurale d’Ambandrika.

- mères allaitantes résidant dans la commune rurale d’Ambandrika mais ayant des enfants plus de 6 mois.

- Pour le bébé : bébé âgé plus de 6 mois issu d’une mère allaitante résidant dans la commune rurale d’Ambandrika.

21

7- Mode d’échantillonnage :

Les données recueillies chez les mères allaitantes sont obtenues par une enquête exhaustive de toutes les mères allaitantes dans les 5 «fokontany» de la commune rurale d’Ambandrika, ainsi que de leurs bébés. 8- Taille de l’échantillon :

L’échantillon représente 162 femmes allaitantes et 162 enfants de 0 à 6 mois issus de ces mères allaitantes.

9- Mode de collecte des données :

- une enquête CAP a été menée en utilisant des questionnaires administrés aux femmes allaitantes ;

- les documents sur les surveillances nutritionnelles des enfants (carnet infantile) ont été consultés et les données ont été enregistrées ;

- les enfants de 0 à 6 mois, et pour lesquels le carnet infantile n’a pas été disponible, ont été pesés sur balance «Salter» et les données ont été enregistrées.

10- Mode d’analyse et de saisie des données :

L’analyse statistique des données était réalisée à l’aide des logiciels : EXCEL et EPI INFO 2000 (version 6.0). L’association entre deux variables qualitatives était étudiée par le test de Chi carré pour un seuil de signification de 5 %.La rédaction a été ensuite faite avec le logiciel WORD 2003.

11- Considération éthique :

- Les femmes allaitantes enquêtées ont été préalablement rassurées du respect de

confidentialité, de respect des droits humains et du secret professionnel quant aux

données collectées.

- L’enquête n’a été débutée qu’après leurs consentements éclairés et une numérotation a été utilisée pour respecter secrètement l’anonymat de la mère et son enfant.

- Les femmes ayant participé à cette ont été informées des objectifs de l’enquête,

22

et ont reçu toutes les explications nécessaires sur ce que l’on attendait d’elles. Elles avaient le libre choix de ne pas participer à tout ou à une partie de l’enquête. Elles avaient la possibilité de demander des éclaircissements tout au long de l’enquête.

12- Limites de l’étude :

- comme il s’agit d’une enquête transversale, elle ne permet pas de tenir compte de la variation saisonnière du statut pondéral de l’enfant de 0 à 6 mois ;

- aucune investigation de contrôle et/ou de vérification n’a pas pu être faite pour

s’assurer de la véracité et du degré de précision des données enregistrées dans les dossiers des enfants et qui ont été exploités au niveau du CSB 2 d’Ambandrika ;

- l’étude des dossiers des enfants se limitait aux dossiers conservés, disponibles

et accessibles au niveau du CSB 2 d’Ambandrika et/ou conservés par les mères, et ne

prenait pas en compte d’éventuels dossiers déclarés «égarés» ou «non retrouvés» «transférés» ailleurs ;

- les réponses aux questions posées aux femmes allaitantes ne pouvaient pas être

recoupées pour confirmation, et étaient considérées comme justes et véridiques,

supposant que tout biais d’informations a été écarté ;

- le nombre de femmes ayant allaité pendant la période d’étude mais qui auraient

quitté la commune rurale d’Ambandrika pour changer de résidence n’a pas été estimé, mais ne devrait pas significativement influencer sur les résultats globaux de l’enquête, étant donné qu’aucun important mouvement de population n’avait eu lieu pendant les deux années précédant l’enquête ;

- les résultats de cette étude ne peuvent être répliquées que dans des localités qui

auraient des caractéristiques et des conditions semblables à celles de la commune rurale d’Ambandrika ;

- cette étude ne peut prétendre proposer des solutions concrètes quant aux problèmes d’ordre général telle que la pauvreté et le niveau d’instruction, voire les différents aspects culturels des femmes allaitantes et des femmes en âge de procréer de toute la commune rurale d’Ambandrika .

23

- cette étude ne peut prétendre de proposer des solutions concrètes quant aux

problèmes d’ordre général tels que la pauvreté et le niveau d’instruction, voire les différents aspects culturels des femmes allaitantes de la commune rurale d’Ambandrika.

13- Tests statistiques :

Les tests statistiques utilisés sont le test de chi². L’intervalle de confiance (IC) est fixé à 95%. L’odds ratio (OR) est utilisé pour mesurer le degré d’association entre les variables dépendantes et les variables indépendantes.

14- Les variables étudiées :

Les variables suivantes ont été collectées chez les mères allaitantes et les enfants de 0 à 6 mois. a- Variable dépendante :

- la survenue d’un faible statut pondéral du bébé (retard de croissance) constitue la variable dépendante de l’étude b- Variables indépendantes :

- les caractéristiques des femmes allaitantes :

* âge de la mère : 15-24 ans ; 25-34 ans ; 35-44 ans ; 45-54 ans ;

* niveau d’instruction de la mère : illettrée (ayant ni lire ni écrire) ;

primaire (ayant passé dans l’école primaire) ; secondaire (ayant passé dans le collège d’enseignement général) ; universitaire (ayant débuté l’enseignement supérieur) ;

* connaissance de l’allaitement maternel exclusif ;

* connaissance des avantages de l’allaitement maternel exclusif ;

* situation matrimoniale : mariée (mariée légitime ou selon la tradition ou

vit en couple) ; célibataire (pas encore mariée ou femme divorcée ou veuve) ;

* secteur d’activité de la mère : secteur primaire (cultivatrice, éleveuse) ;

secteur secondaire (commerçante, institutrice, employée de bureau) ; ménagère (qui s’occupe du foyer) ; travailleuse journalière (qui travaille chaque jour pour nourrir son foyer) ;

* niveau du revenu mensuel du ménage : <40 000 Ariary (niveau de vie

bas) ; 40 000- 90 000 Ariary (niveau de vie moyen) ; >90 000 Ariary (niveau de vie

élevé) ;

24

* lieu d’accouchement : à l’hôpital (maternité du centre de santé) ; à domicile (à la maison) ; autres (autres lieux) ;

- les caractéristiques du bébé allaité :

* genre de l’enfant : masculin, féminin ;

* âge, en mois ;

* poids enregistré à la naissance (en gramme) ;

* poids enregistré au moment de l’enquête (en gramme) ;

- le mode d’allaitement du bébé :

* allaitement maternel exclusif ;

* allaitement mixte.

25

RESULTATS

1- Caractéristiques et profil sociodémographique des mères et des enfants de 0 à 6

mois :

La figure 1 donne la répartition des mères allaitantes selon l’âge, dans la commune

rurale d’Ambandrika, d’après l’enquête

REPARTITION DES MERES ALLAITANTES SELON L'AGE

50 43,3 40 32,1 30 24,1 20 10 0,6 0 15 - 24 25 -
50
43,3
40
32,1
30
24,1
20
10
0,6
0
15 - 24
25 - 34
35 - 44
45 - 54
POURCENTAGE

GROUPE D'AGE

Figure 1 : Répartition des mères allaitantes selon l’âge.

La majorité (75,4 %) des mères allaitantes de l’échantillon a marqué dans

l’intervalle d’âge entre 15 et 34 ans avec un pic de fréquence entre 15 à 24 ans.

Par ordre décroissant : 43,3 % des mères se trouvent dans la tranche d’âge de 15 à

24 ans, 32,1 % dans celle de 25 à34 ans, 24,1 % dans la tranche d’âge de 35 à 44

ans et 0,6 % des mères allaitantes enquêtées dépasse l’âge de 45 ans.

26

La figure 2 donne la répartition des mères allaitantes selon le niveau d’instruction.

POURCENTAGE

REPARTITION DES MERES ALLAITANTES SELON LE NIVEAU D'INSTRUCTION

70

60

50

40

30

20

10

0

58,6 30,2 10,5 0,67 Illettrée Primaire Secondaire Supérieur
58,6
30,2
10,5
0,67
Illettrée
Primaire
Secondaire
Supérieur

NIVEAU D'INSTRUCTION

Figure 2 : Répartition des mères allaitantes selon le niveau d’instruction.

Les majorités des mères allaitantes ont atteint un certain niveau d’instruction : 58,6

% ayant effectué le niveau primaire, 30,2 % au niveau secondaire et seulement 0,6

% a atteint le niveau supérieur. Par contre, les restes (soit 10,5 %) n’ont jamais

fréquenté l’école.

La figure 3 donne la répartition des mères allaitantes selon leur situation matrimoniale.

REPARTITION DES MERES ALLAITANTES SELON LA SITUATION MATRIMONIALE

100 79 80 60 40 21 20 0 Célibataires Mariées POURCENTAGE
100
79
80
60
40
21
20
0
Célibataires
Mariées
POURCENTAGE

SITUATION MATRIMONIALE

Figure 3 : Répartition des mères selon la situation matrimoniale

27

Une forte proportion (79,0%) des mères allaitantes vivent en couple tandis que 21,0

% des mères allaitantes vivent en célibat.

.

La figure 4 donne la répartition des mères allaitantes selon la profession.

REPARTITION DES MERES ALLAITANTES SELON LA PROFESSION

80 72,2 60 40 19,1 20 3,7 4,9 0 journalière Ménagère Secteur I Secteur II
80
72,2
60
40
19,1
20
3,7
4,9
0
journalière
Ménagère
Secteur I
Secteur II
POURCENTAGE

PROFESSION

Figure 4 : Répartition des mères allaitantes selon la profession.

La majorité des mères allaitants soit 72,2 % travaille dans le secteur d’activité

primaire, ménagères affichent un pourcentage de 19,1 % et 4,9 % représente les

journalières et 3,7 % travaillent dans le secteur d’activité secondaire.

28

La figure 5 montre la répartition des mères allaitantes selon les revenus.

REPARTITION DES MERES ALLAITANTES SELON LES REVENUS

55,6 60 50 42,6 40 30 20 10 1,9 0 <40 000 40 000-90 000
55,6
60
50
42,6
40
30
20
10
1,9
0
<40 000
40 000-90 000
>90 000
POURCENTAGE

REVENUS

Figure 5 : Répartition des mères selon le revenu.

La plupart des mères allaitantes (55,6 %) dispose d’un revenu mensuel entre 40 000 à 90 000 ariary ; 42,6 % mères d’entre elles disposent d’un revenu mensuel inférieur à 40 000 ariary et 1,9 % seulement des mères allaitantes disposent d’un revenu mensuel supérieur à 90 000 ariary.

La figure 6 montre la répartition des enfants selon le genre.

REPARTITION DES ENFANTS SELON LE GENRE

51 50,6 50,5 50 49,4 49,5 49 48,5 Féminin Masculin POURCENTAGE
51
50,6
50,5
50
49,4
49,5
49
48,5
Féminin
Masculin
POURCENTAGE

GENRE

Figure 6 : Répartition des enfants selon le genre.

Dans l’échantillon des enfants de 0 à 6 mois concernés par l’enquête, le genre féminin représente 50,6 % et le genre masculin représente 49,4 %.

29

La figure 7 montre la répartition des enfants selon l’âge en mois.

R E P A R T IT IO N

D E S

E N F A N T S

L ' A G E

3 0 2 5 ,9 2 5 2 0 1 7 ,3 1 4 ,8
3
0
2 5 ,9
2
5
2
0
1 7 ,3
1 4 ,8
1 5 ,4
1 4 ,8
1
5
1 1 ,7
1
0
5
0
1
2
3
4
5
6
A G E S
D E
L '
E N F A N T
POURCENTAGE

S E L O N

p o u rc e n ta g e

p o u rc e n ta g e

Figure 7 : Répartition des enfants selon l’âge en mois.

La majorité des enfants de 0 à 6 mois est située à l’âge de 3 mois soit 25,9 % de l’échantillon. L’âge médian est de 3 mois.

- Le tableau 1 donne la répartition des groupes d’âge des mères selon leurs niveaux d’instructions

Tableau1 : Répartition des groupes d’âge des mères selon leurs niveaux d’instructions

 

Age

Illettrée

Primaire

Secondaire

Supérieur

TOTAL

groupe

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

15

– 24

10

14,3

38

54,3

22

31,4

0

0

70

25 – 34

3

5,8

33

63,5

15

28,8

1

1,9

52

35

– 44

4

10,3

24

61,5

11

28,2

0

0

39

45

- 54

0

0,0

0

0

1

100,0

0

0

1

TOTAL

17

10,6

95

58,6

49

30,2

1

0,6

162

Quatre vingt quinze mères parmi les 162 mères allaitantes de notre échantillon, soit 58,6% ont fréquenté le niveau primaire dont la majorité (63,5%) appartient à la tranche d’âge de 25-34 ans.

30

Le tableau 2 donne la répartition des groupes d’âge des mères selon leurs situations

matrimoniales

Tableau 2 : Répartition des groupes d’âge des mères selon leurs situations

matrimoniales.

 

Age groupe

Célibataire

Mariée

TOTAL

Effectif

%

Effectif

%

15

– 24

24

34,3

46

65,7

70

25

– 34

7

13,5

45

86,5

52

35

– 44

2

5,1

37

94,9

39

45

- 54

1

100,0

0

0,0

1

 

TOTAL

34

21,0

128

79,0

162

Plus les femmes avancent en âge, plus elles se retrouvent en situation de mariées.

Le résultat est significatif (p = 0,0023).

- Le tableau 3 donne la répartition des groupes d’âge des mères selon leurs professions

Tableau 3 : Répartition des groupes d’âges des mères selon leurs professions

 

Age

Ménagères

Secteur I

Secteur II

journalière

 

groupe

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

TOTAL

15

– 24

16

22,9

48

68,6

2

2,9

4

5,7

70

25

– 34

10

19,2

38

73,1

2

3,8

2

3,8

52

35 – 44

5

12,8

30

76,9

2

5,1

2

5,1

39

45

- 54

0

0,0

1

100,0

0

0,0

0

0,0

1

TOTAL

31

19,1

117

72,2

6

3,7

8

4,9

162

Trois pour cent (3,7%) des mères allaitantes travaillent dans le secteur secondaire.

Par contre, 72,2% de ces mères allaitantes travaillent dans le secteur primaire.

31

Le tableau 4 donne la répartition des mères par groupes d’âge et selon la pratique ou

non de l’allaitement maternel par la méthode traditionnelle.

Tableau 4 : Répartition des mères par groupes d’âge et selon la pratique ou non de

l’allaitement maternel par la méthode traditionnelle.

 

Age

Pratique de l’allaitement maternel traditionnel :

 

groupe

TOTAL

OUI

%

NON

%

15

- 24

52

74,3

18

25,7

70

25

– 34

45

86,5

7

13,5

52

35

– 44

34

87,2

5

12,8

39

45

- 54

1

100,0

0

0,0

1

TOTAL

132

81,5

30

18,5

162

Dix-huit pourcent (18,5%) de mères allaitantes n’ont pas appliquée l’allaitement

maternel traditionnel.

Le tableau 5 donne la répartition des groupes d’âge de la mère selon le niveau revenu

mensuel.

Tableau 5 : Répartition des groupes d’âge de la mère selon le niveau revenu mensuel.

 

Age

<40 000 Ar

40 000 Ar- 90 000Ar

>90 000 Ar

 

groupe

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

TOTAL

15 – 24

32

45,7

37

52,9

1

1,4

70

25

– 34

22

42,3

28

53,8

2

3,8

52

35

– 44

15

38,5

24

61,5

0

0,0

39

45

- 54

0

0,0

1

100,0

0

0,0

1

TOTAL

69

42,6

90

55,6

3

1,9

162

Cinquante cinq pourcent (55,6%)

mensuel entre 40 000 ariary à 90 000 ariary.

de mères allaitantes ont obtenu de revenu

32

Le tableau 6 donne la répartition des groupes d’âge de la mère selon leurs lieux

d’accouchement

Tableau

6 :

Répartition

des

groupes

d’âge

de

la

mère

selon

leurs

lieux

d’accouchement :

 
   

Age

Autres

 

Hôpital

   

Maison

   

groupe

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

TOTAL

15 – 24

 

1

1,4

48

68,6

21

30,0

70

25

– 34

0

0,0

34

65,4

18

34,6

 

52

35

– 44

0

0,0

26

66,7

13

33,3

 

39

45 - 54

 

0

0,0

0

0,0

1

100,0

 

1

TOTAL

1

0,6

108

66,7

53

32,7

162

Soixante six pour cent (66,7%) de mères allaitantes ont accouché à l’hôpital.

Le tableau 7 donne la répartition des groupes d’âge des mères selon les personnes

assurant leurs accouchements.

Tableau 7 : Répartition des groupes d’âge des mères selon les personnes assurant leurs

accouchements.

     

Personnel

 
 

Age

Autre

Matrone

qualifié

groupe

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

TOTAL

15 – 24

1

1,4

14

20,0

55

78,6

70

25

– 34

0

0,0

15

28,8

37

71,2

52

35

– 44

0

0,0

14

35,9

25

64,1

39

45

- 54

0

0,0

1

100,0

0

0,0

1

TOTAL

1

0,6

44

27,2

117

72,2

162

Soixante douze pourcent (72,2%) de mères allaitantes ont été accouchées par un

personnel qualifié.

33

Le tableau 8 donne la répartition des groupes d’âge des mères selon leur état vaccinal.

Tableau 8:

Répartition des groupes d’âge des mères selon leur état vaccinal.

 

Vaccinées

Non vaccinées

 

Age groupe

Effectif

%

Effectif

%

TOTAL

15

– 24

65

92,9

5

7,1

70

25

– 34

50

96,2

2

3,8

52

35

– 44

36

92,3

3

7,7

39

45

- 54

1

100,0

0

0,0

1

TOTAL

152

93,8

10

6,2

162

Six pour cent (6,2%) de mères allaitantes n’ont pas été vaccinées.

Le tableau 9 donne la répartition des groupes d’âge des mères selon les mères vues ou non en CPN.

Tableau 9 :

 

CPN.

Age groupe

 

Mères vues en CPN

 

TOTAL

OUI

%

NON

%

15 – 24

66

94,3

4

5,7

70

25

– 34

51

98,1

1

1,9

52

35

– 44

39

100,0

0

0,0

39

45 - 54

1

100,0

0

0,0

1

TOTAL

157

96,9

5

3,1

162

Répartition des groupes d’âge des mères selon les mères vues ou non en

La majorité des femmes allaitantes (96,9%) a effectué la CPN.

34

Le tableau 10 donne la répartition des groupes d’âge des mères selon les rythmes de

CPN.

Tableau 10 : Répartition des groupes d’âge des mères selon les rythmes de CPN

Age

 

Rythme de la CPN :

   

groupe

1

%

2

%

3

%

4

%

TOTAL

CPN

CPN

CPN

CPN

15

– 24

6

9,1

15

22,7

27

40,9

18

27,3

66

25

– 34

2

3,9

9

17,6

25

49,0

15

29,4

51

35

– 44

4

10,3

7

17,9

20

51,3

8

20,5

39

45

- 54

0

0

0

0,0

0

0,0

1

100,0

1

TOTAL

12

7,6

31

19,7

72

45,9

42

26,8

157

Parmi les 157 mères vues en CPN ; 72 (soit 45,9 %) des mères allaitantes ont

effectué trois CPN durant leurs grossesses.

Le tableau 11 donne la répartition de la situation familiale selon les professions de la

mère.

Tableau 11 :

Répartition de la Situation familiale selon les professions de la mère :

Situation

Ménagères

Secteur I

Secteur II

journalière

TOTAL

familiale

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

Célibataire

9

26,5

18

52,9

1

2,9

6

17,6

34

Mariées

22

17,2

99

77,3

5

3,9

2

1,6

128

TOTAL

3

19,1

117

72,2

6

3,7

8

4,9

162

(Secteur I= secteur primaire ; secteur II= secteur secondaire)

La situation matrimoniale des mères allaitantes influence le choix/la décision du

secteur d’activités des mères allaitantes Le résultat est significatif (p = 0,0005).

35

Le tableau 12 donne la répartition des revenus mensuels des ménages des mères selon

leurs professions.

Tableau 12 :

Répartition des revenus des ménages des mères selon leurs professions.

 

Revenu

Ménagères

Secteur I

Secteur II

Travaillée

 
 

journalière

 

moyen

               

Total

mensuel

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

< 40 000Ar

9

13,0

56

81,2

1

1,4

3

4,3

69

Entre

             

5,6

 

40

000Ar et

21

23,3

60

66,7

4

4,4

5

90

90

000 Ar

 

> 90 000 Ar

1

33,3

1

33,3

1

33,

0

0,0

3

3

TOTAL

31

19,1

117

72,2

6

3,7

8

4,9

162

Le revenu moyen des ménages des femmes allaitantes dépend de leur secteur

d’activités Le résultat est significatif (p = 0,047).

36

2 – Connaissance des mères à l’Allaitement Maternel Exclusif (AME) :

Le tableau 13 donne la répartition des groupes d’âge des mères à la connaissance de l’AME.

Tableau 13 :

Répartition des groupes d’âge des mères à la connaissance de l’AME

   

Connaissance à l’AME

 

TOTAL

Age groupe

OUI

%

NON

%

 

15 - 24

32

45,7

38

54,3

70

25

– 34

32

61,5

20

38,5

52

35

– 44

21

53,8

18

46,2

39

45

- 54

1

100,0

0

0,0

1

TOTAL

86

53,1

76

46,9

162

Plus l’âge de la mère allaitante avance, plus elle connaît l’AME Le résultat est significatif (p = 0,036).

Le tableau 14 donne la répartition de la connaissance de l’AME selon les niveaux d’instruction de la mère.

Tableau 14 :

Connaissance de l’AME selon les niveaux d’instruction de la mère.

Niveau d’instruction

 

Connaissance à l’AME

 

TOTAL

OUI

%

NON

%

Illettrée

3

17,6

14

82,4

17

Primaire

45

47,4

50

52,6

95

Secondaire

37

75,5

12

24,5

49

Supérieur

1

100,0

0

0,0

1

TOTAL

86

53,1

76

46,9

162

 

37

La connaissance de l’AME dépend du niveau d’instruction des mères allaitantes Le

résultat est significatif (p = 0,0001).

Le tableau 15 donne la répartition de la connaissance sur les avantages de l’AME selon

le niveau d’instruction de la mère.

Tableau 15:

Connaissance sur les avantages de l’AME

selon le niveau d’instruction

de la mère.

   

Niveau d’instruction des mères

   

Avantages de l’AME selon les connaissances des mères

Illettrée

%

Primaire

%

Secondaire

%

Supérieur

%

TOTAL

 

Un avantage

2

4,4

29

64,4

14

31,1

0

0,0

45

 

2 avantages

0

0,0

2

28,6

4

57,1

1

14,3

 

7

 

3 avantages

0

0,0

0

0,0

1

100,0

0

0,0

 

1

 

aucun avantage

15

13,8

64

58,7

30

27,5

0

0,0

109

 

TOTAL

17

10,5

95

58,6

49

30,2

 

0,6

162

La connaissance

sur

les

avantages

de

l’AME

s’améliore

selon

le

niveau

d’instruction des mères allaitantes Le résultat est significatif (p = 0,0003).

38

3 – Attitudes des mères allaitantes à l’AME :

- Le tableau 16 donne la répartition des attitudes de la mère à l’AME selon leurs groupes d’âge.

Tableau 16 :

non acceptation) à l’AME

Répartition des groupes des mères selon leurs attitudes(acceptation ou

Age groupe

Acceptation des mères à l’AME :

 

TOTAL

OUI

%

NON

%

15

- 24

2

2,9

68

97,1

70

25

- 34

9

17,3

43

82,7

52

35

- 44

5

12,8

34

87,2

39

45

- 54

-

-

1

100,0

1

TOTAL

16

9,9

146

90,1

162

Neuf pourcent (9,9%) de femmes allaitantes acceptent totalement la pratique de l’AME.

39

4 – Pratique des mères allaitantes à l’AME :

Le tableau 17 donne la répartition des femmes allaitantes ayant partagé leurs

connaissances de l’AME avec d’autres mères selon leurs professions.

Tableau 17:

l’AME avec d’autres mères selon leurs professions.

Répartition des femmes allaitantes ayant partagé leurs connaissances de

   

Professions de la mère

   

Partage l’AME

Ménagère

%

Secteur I

%

Secteur II

%

Travail

journalier

%

TOTAL

NON

29

20,0

104

71,7

5

3,4

7

4,8

145

OUI

2

11,8

13

76,5

1

5,9

1

5,9

17

TOTAL

31

19,1

117

72,2

6

3,7

8

4,9

162

Parmi les 17 mères qui ont partagé leurs connaissances de l’AME avec d’autres

mères (10,5%) : 13 mères (76,5%) appartiennent au secteur primaire, 2 mères

(11,8%) des ménagères, une mère (5,9%) issue du secteur secondaire et une mère

(5,9%) s’occupe d’un travail journalier.

40

Le tableau 18 donne la répartition de la fréquence de la tétée à l’enfant selon la

profession de la mère.

Tableau 18 :

Répartition de la fréquence de la tétée à l’enfant selon la profession de la

mère.

 

Profession de

Fréquence de la tétée en 24 heures :

 

TOTAL

la mère

8 fois

%

9 à 11 fois

%

12 fois

%

et plus

Ménagères

6

19,4

24

77,4

1

3,2

31

Secteur I

12

10,3

95

81,2

10

8,5

117

Secteur II

0

0,0

6

100,0

0

0,0

6

journalière

1

12,5

6

75,0

1

12,5

8

TOTAL

19

11,7

131

80,5

12

7,4

162

Parmi les 6 mères travaillant dans le secteur secondaire : 6 mères (100%) allaitent

supérieur à 11 fois en 24 heures.

Le tableau 19 donne la répartition de l’heure de la première tétée selon le lieu

d’accouchement.

Tableau 19 :

Répartition de l’heure de la première tétée selon le lieu d’accouchement.

Lieu

 

Heure de la première tétée :

   

d’accouchement

1 h

%

>1 h

%

TOTAL

Autre

 

1

100,0

0

0,0

1

Hôpital

53

49,1

55

50,9

108

Maison

25

47,2

28

52,8

53

TOTAL

79

48,8

83

51,2

162

41

Parmi les 108 mères accouchées dans le centre de santé : 53 mères (49,1%) allaitent

leurs enfants dans la première heure qui suit l’accouchement et 55 mères (50,9%)

allaitent leurs enfant après plus d’une heure.

Le tableau 20 donne la répartition de la durée de l’allaitement à chaque tétée selon le

niveau d’instruction de la mère.

Tableau 20 :

d’instruction de la mère.

Répartition de la durée de l’allaitement à chaque tétée selon le niveau

Niveau

 

Durée de l’allaitement en minutes:

   

d’instruction

9 mn

%

10-14 mn

%

>14 mn

%

TOTAL

Illettrée

4

23,5

3

17,6

10

58,8

17

Primaire

21

22,1

30.

31,6

44

46,3

95

Secondaire

11

22,4

24

49,0

14

28,6

49

Supérieur

0

0,0

1

100,0

0

0,0