Vous êtes sur la page 1sur 17

Correction de la Partie 1

Question 1 :

Pour déterminer les appuis, il faut appliquer le Principe Fondamental de la Statique (PFS) sur la
barre (notée E).
y
F

C
A B
L/2 L/2

Réalisons le bilan des actions extérieures appliquées sur la barre :

 0 0
 
- force ponctuelle F :    F  E   C   F 0
 0 0 ( x , y, z )
C 

 0 0
 
- appui simple en A :    A  E   A  Y1 0 
 0 0   
A ( x , y , z )

0 0
 
- appui simple en B :    B  E   B  Y2 0
0 0 ( x , y ,z )
B 

    X L
 R ( F  E )  X x  Y y  Z z   
Remarque :
notation torsorielle
  F  E        Y M
 M M ( F  E )  Lx  M y  N z 
M
Z N ( x, y ,z )
M
M 

Exprimons ces torseurs en un même point, par exemple A :

 0 0
 
- appui simple en A :    A  E   A  Y1 0 
 0 0   
A ( x , y , z )

1 / 17

 R ( F  E ) 
- force F :    F  E   A   
A 
 M A ( F  E ) ( x ,y ,z )
 
o R( F  E )   F y
   
o M A ( F  E )  M C ( F  E )  AC  R ( F  E )

 
  L  
 0   x   F y
2 
LF 
 z
2

 0 0 
 
d'où    F  E   A   F 0 
 0  LF / 2 ( x , y ,z )
A

 
 R ( B  E )  Y2 y 
- Appui simple B:    B  E   B    
B  M B ( B  E ) ( x ,y ,z )
   
avec M A ( B  E )  M B ( B  E )  AB  R( B  E )
   
  
 0  Lx  Y2 y

 LY2 z
0 0 
 
d'où    B  E   A  Y2 0 
0 L  Y2 ( x ,y ,z )
A

On applique le PFS au point A : à l'équilibre, la somme des torseurs des actions extérieures est
nulle :
  Fext    0 soit    F  E   A     A  E   A     B  E   A   0
 0 0  0 0 
   
Soit  F  Y1  Y2 0   0 0 
 0  F  L / 2  L  Y2 ( x, y ,z ) 0 0 
A

En résolvant le système d'équations, on obtient :

F
Y1  Y2   500 N
2

2 / 17
Question 2 :

Pour répondre à cette question, nous devons étudier les efforts qui se produisent à l'intérieur de la
poutre. Dans ce but, on coupe de manière fictive la poutre E par le plan (P). Cette coupure dont
le plan est repéré par le point G (d'abscisse x) donne lieu à deux tronçons (E1) et (E2).
y
(E1) (E2)

A G B x

z
(P)
x

Etudions le cas du tronçon (E1). Outre les forces extérieures, le tronçon (E2) exerce une action
mécanique de liaisons sur (E1). Nous pouvons la représenter par un torseur que l'on appelle
torseur de cohésion.

Rcoh Notation du torseur de cohésion :
(E1)

G x  N Mt 
 Rcoh   

M G coh
  coh  G    Ty M fy 
 M G coh  
G 
Tz M fz    
G ( x, y,z )

Les différentes composantes du torseur de cohésion sont :


 N: l'effort normal
 T : l'effort tranchant
 Mt : moment de torsion
 Mf : moment de flexion

Comment calculer ces composantes ? Pour cela, on étudie l'équilibre du tronçon E1 au point G
en appliquant le PFS :
   Fext   G    coh  G   0
D'où,   coh  G      Fext   G

On convient pour calculer le torseur de cohésion pour chaque abscisse de déplacer le plan de
coupure (P) repéré par le point G de l'extrémité A vers l'extrémité B.

Pour cette étude, nous pouvons voir qu'il y a deux cas : le cas où l'action F ne s'exerce pas sur le
tronçon (E1) et le cas où F exerce une sollicitation sur (E1). C'est pourquoi, nous évaluerons les
variations du torseur de cohésion d'abord sur le segment [AC] puis sur le segment [CB].

3 / 17
Etude sur le segment AC :

F
E1 G E2
x

C
A B
x

Il faut déterminer le torseur des forces extérieures appliquées à (E1):


 
 R ( A  E )  F / 2 y 
  F 
ext    A  E  G    
 M G ( A  E ) ( x , y ,z )
G
G 

Calculons le moment de cette action au point G


   
M G ( A  E )  M A ( A  E )  GA  R ( A  E )

   
  
 0   xx  F / 2 y

  x  F / 2z
D'où
 0 0 
 
  A  E  G
 F / 2 0 
 0  Fx / 2 ( x, y ,z )
A

 0 0 
 
  coh  G     ( A  E G   F / 2 0 
 0 Fx / 2 ( x, y ,z )
A

Donc T   F / 2 AN : T  500 N
M f  Fx / 2 M f  500 x N .mm

Etude sur le segment AC

F
E1 G E2
x

C
A B
x

4 / 17
Déterminons les actions extérieures sur le tronçon (E1):

  F 
ext G
   A  E  G    F  E  G

Le torseur de l'appui A en G est identique à celui calculé pour l'étude du segment [AC]. Il nous
reste plus qu'à exprimer le torseur de l'action ponctuelle F en G :
 
 R ( F  E )   F y 
  F  E     
G
G  M G ( F  E ) ( x ,y ,z )
   
Avec M G ( F  E )  M C ( F  E )  GC  R ( F  E )

 
  
 0    x  L / 2  x    F y

 ( L / 2  x)  F z

 0 0 
 
D'où    F  E   G   F 0 
 0   L / 2  x  F ( x ,y ,z )
G 

 0 0 
 
Ce qui amène à   coh  G     ( A  E ) G    ( F  E ) G  F / 2 0 
 0  F ( x  L) / 2 ( x, y ,z )
G 

Donc T  F / 2 AN : T  500 N
M f  F  x  L  / 2 M f  500 x  1000 N .mm

Diagramme de l'effort tranchant : Diagramme du moment de flexion


par rapport à l'axe (Az) :
Mfz
Ty
FL/4
F/2

A C B A C B
x x
L/2 L L/2 L
-
F/2

Question 3 :

D'après le diagramme du moment flexion dans la poutre, on voit que le moment de flexion
maximal vaut : M fz max  FL / 4
Application numérique : M fz max  1000  2 / 4  500 N .m

5 / 17
Les sollicitations extérieures exercées sur la barre engendrent des contraintes normales dont la
résultante sur l'ensemble de la section est nulle.

x

G x

La contrainte normale maximale peut être calculée par la formule :


M f max  max
 max   avec  max le rayon maximal du profil
I Gz 2

Il est nécessaire de calculer IGz pour les deux types de profils :

 D4
Profil 1 : I Gz  z
64 D
 .504
I Gz   306796 mm 4
64
 max  50 mm
500 103
D'où  1 max    50 / 2   40,7 N / mm²
306796


Profil 2 : I Gz 
64
 D4  d 4 
z
D d

I Gz   604  504   329376 mm 4
64

500 103  max  60 mm


D'où  2 max    60 / 2   45 N / mm²
329376

Dans les deux cas, nous avons bien  max   e . Nous sommes donc dans le régime élastique.

Question 4 :

L'allure de la déformée est conforme au schéma ci-dessous. On peut remarquer que la flèche est
nulle en A et en B, et qu'elle est maximale en C.

y
F

x
C
y1C

A B

6 / 17
On peut déterminer la flèche en tout point de la poutre en résolvant l'équation différentielle
suivante :
E.I Gz . y ''  M fz
Plaçons nous sur le segment [AC],
1 F
y ''  Mz  x
E.I Gz 2.E.I Gz

En intégrant successivement, on obtient :


F x2
y'   A
2.E.I Gz 2
F x3
y   Ax  B
2.E.I Gz 6

A et B sont des constantes que nous devons déterminer. Pour cela, il suffit de remarquer que la
flèche est nulle en A et qu'elle est maximal en C (un point d'inflexion) :
x0  y0
x  L/2  y'  0

A partir de ces conditions et en les insérant dans l'équation, on obtient :


B0
F .L2
A
16.E.I Gz

F F .L2
L'équation de la déformée sur la portion AC vaut : y  x  x
3

12.E.I Gz 16.E.I Gz
On calcule la flèche en C en prenant x=L/2,
 FL3
y1C 
48.E.I Gz

Application numérique :

1000  20003
 Profil 1 : y1C   2, 7 mm
48  200000  306796
1000  20003
 Profil 2 : y1C   2,5mm
48  200000  329376

7 / 17
Correction de la Partie 2

Question 1 :

Cette deuxième partie est identique à la première à l'exception du caractère réparti de l'action
extérieure. Pour déterminer les appuis, il faut appliquer le Principe Fondamental de la Statique
PFS sur la plaque (notée E)

y
p

C
A B
L/2 L/2

Bilan des actions extérieures appliquées à la barre :

 force répartie caractérisée par le coefficient de charge p :

exprimons son torseur au point A par exemple



 R  p  E  
   p  E   A   
A
 M A  p  E  ( x ,y ,z )

Pour faire ce calcul, il suffit de considérer la force répartie comme une


somme continue de force ponctuelle appliquée sur un petit élément de
surface dl.
p
M
dl

 M  B 
 
l L 
avec R p  E   p  dM    p y  dl
M A l 0

 
l L 
  p  dl y car p est constante
l 0
L  
  p  l  0 y   pL y


   
M B   l 
L 
et MA  p  E   AM  pdM   l x   p y dl
M A l 0

 
l L 
  p  xdl z
l 0

8 / 17
L
l²   pL ² 
 p  z   z
 2 0 2

 
 0 0 
 
Soit    p  E   A   pL 0 
 0 pL ² 
  
A 2 ( x ,y ,z )

 0 0
 
 appui simple en A :    A  E   A  Y1 0 
 0 0   
A ( A , x , y , z )
0 0 
 
 appui simple en B :    B  E   B  Y2 0 
0 LY2 ( x, y ,z )
A

On applique le PFS au point A :   F    0


ext

  p  E     A  E     B  E 
A A A
  0
 0 0  0 0 
   
Soit  pL  Y1  Y2 0   0 0 
 0  p  L ² / 2  L  Y2 ( x , y ,z ) 0 0 
A

En résolvant le système d'équation, on obtient :


pL
Y1  Y2 
2

Question 2 :

Dans le cas où la force extérieure est répartie sur l'ensemble de la plaque, nous allons calculer
directement le torseur de cohésion sur toute la longueur.

On coupe de manière fictive la plaque transversalement en deux tronçons. Le centre de la section


sectionnée est noté G et il est repéré en abscisse par la valeur x.

y
p

G
x
E1 C E2

A B
x

9 / 17
Nous savons que le torseur de cohésion se calcule de la manière suivante :   coh  G      Fext   G .
Il suffit donc de déterminer le torseur des forces extérieures appliquées au tronçon (E1) en G :

  F 
ext G
   A  E  G    p  E  G

 0 0 
 
 Appui simple en A :    A  E   G   pL / 2 0 
 0  pLx / 2 ( x ,y ,z )
G 


 R  p  E  
 La force répartie :    p  E   G   
G 
 M G  p  E  ( x, y ,z )

 M  B 
 
l x 
Avec R p  E   p  dM    p y  dl
M A l 0
x  
  p  l  0 y   px y


   
M G   lx 
Et MG  p  E   GM  pdM   l x   p y dl
M A l 0
x
 l ²   px ² 
 p  z  z
 2 0 2

 
 0 0 
 
Soit    p  E   G   px 0 
 0 px ² 
 
G  2 ( x , y ,z )
Le torseur de cohésion s'écrit donc :
 0 0 
 
  coh  G     ( A  E G    ( p  E G   px  pL / 2 0 
 0  px ² / 2  pLx / 2 ( x, y, z )
A

Donc T  p ( x  L / 2)
M f   px ² / 2  pLx / 2

Diagramme de l'effort tranchant : Diagramme du moment de flexion


par rapport à l'axe (Az) :
Mfz
Ty
pL/2 pL²/8

A C B A C B
x x
L/2 L L/2 L
-pL/2

10 / 17
Question 3 :

Allure de la déformée :

y
p

x
C
Y2C

A B

On peut déterminer la flèche en tout point de la poutre en résolvant l'équation différentielle


suivante :
E.I Gz . y ''  M fz
1 p
y ''  Mz    Lx  x ² 
E.I Gz 2.E.I Gz
En intégrant successivement, on obtient :
p  x 2 x3 
y'   L   A
2.E.I Gz  2 3 
p  x3 x 4 
y   L   Ax  B 
2.E.I Gz  6 12 
A et B sont des constantes qu'il faut déterminer. Il suffit simplement d'écrire que la flèche est
nulle en A et en B.
x0  y0
xL  y0

A partir de ces conditions et en les insérant dans l'équation, on obtient :


B0
L3
A
12

p  Lx 3 x 4 L3 x 
L'équation de la déformée s'écrit donc : y     
2.E.I Gz  6 12 12 
On calcule la flèche en C en prenant x=L/2,
5 pL4
y2 C 
384.E.I Gz

Question 4 :

5 pL4 max
On cherche L tel que y2C  1mm c'est-à-dire 1 
384.E.I Gz
384.E.I Gz
soit Lmax  4
5p

11 / 17
ba 3 Profil de la plaque
or I Gz 
12
b
32.E.ba3 4 32.200000.300.103 z
Lmax  4   2, 49m a
5p 50.103

12 / 17
Correction de la Partie 3

Question 1 :

Pour déterminer les appuis, il faut appliquer le Principe Fondamental de la Statique (PFS) sur la
barre (notée E).
y
p

A C B
L/2 L/2

Réalisons le bilan des actions extérieures appliquées sur la poutre. On exprime les torseurs par
exemple au point C :

 0 0
 
- Poids des zouaves :    p  E   C   pL 0 
 0 0 ( x , y ,z )
C 

0 0 
 
- appui simple en A :    A  E   C  Y1 0 
0  LY1 / 2 ( x , y ,z )
C 

0 0 
 
- appui simple en B :    B  E   C  Y2 0 
0 LY2 / 2 ( x , y ,z )
C 

0 0
 
- appui simple en C :    C  E   C  Y3 0
0 0 ( x ,y ,z )
C 

On applique le PFS au point C :


  Fext    0 soit    p  E   C     A  E   C     B  E   C     C  E   C   0
 0 0  0 0 
   
Soit  pL  Y1  Y2  Y3 0   0 0 
 0  LY1 / 2  LY2 / 2 ( x ,y ,z ) 0 0
A

13 / 17
Ce qui revient au système d'équations suivant :

Y1  Y2  Y3  pL

Y1  Y2

Il s'agit d'un cas d'hyperstatisme d'ordre 1 car nous avons deux équations algébriques pour trois
inconnues.

Question 2 :

Une relation complémentaire va être apportée par le théorème de superposition. D'après ce


théorème, dans la zone d'élasticité, le vecteur déformation en un point, dû à un système de forces
extérieures est égal à la somme géométrique des vecteurs déformations dus à chacune des forces
du système agissant séparément.

Décomposons le problème en deux sous-problèmes :

y
p Schéma n°1

La poutre est soumise


x seulement à la charge répartie
p. L'appui central en C a été
supprimé. Ce modèle a été
étudié dans la partie 1.
A B

y Schéma n°2

Y3y La poutre est soumise


seulement à la force extérieure
x de l'appui en simple en C.
L'action du poids des soldats a
été supprimée. Bien entendu ce
A C B cas de charge est fictif. Cela
revient à l'opposé du modèle
exposé dans la partie 2.

La flèche en C du modèle initial équivaut donc à la flèche en C calculée dans la partie 2 soustrait
à la flèche en C calculée dans la partie 1, soit :

5 pL4 Y  L3
yC  y2C  y1C   3
384.E.I Gz 48.E.I Gz

14 / 17
A partir l'allure de la déformée de la poutre sur la figure ci-dessous, on remarque que la flèche
résultante yC est nulle.
y
p

A C B

5 pL4 Y  L3
On obtient donc la relation suivante :  3 0
384.E.I Gz 48.E.I Gz

Cette équation associée aux relations trouvées grâce au PFS nous permet ainsi de déterminer
complètement nos appuis :
5 pL
Y3 
8
3 pL
Y1  Y2 
16

Question 3 :

Nous pourrions déterminer les diagrammes de l'effort tranchant et du moment de flexion dans la
poutre à partir du diagramme des deux précédentes parties. Mais il faudrait modifier ces calculs
avec les nouvelles valeurs des appuis Y1 et Y2 et en remplaçant la force ponctuelle F de la partie
2 par -Y3. Nous préférons refaire une étude complète pour déterminer le torseur de cohésion:

Pour cette étude, nous pouvons voir qu'il y a deux cas : le cas où l'appui en C ne s'applique pas
sur le tronçon (E1) et le cas où l'appui exerce une sollicitation sur (E1). C'est pourquoi, nous
évaluerons les variations du torseur de cohésion d'abord sur le segment [AC] puis sur le segment
[CB].

Etude sur le segment AC :

y
p

E1 G E2
x

A C B
x

Il faut déterminer le torseur des forces extérieures appliquées à (E1):

15 / 17
  F 
ext G
   A  E  G    p  E  G

 0 0 
 
 Appui simple en A :    A  E   G  3 pL /16 0 
 0 3 pLx /16 ( x , y ,z )
G 

 
 0 0 
 
 La force répartie :    p  E   G   px 0 
 0 px ² 
 
G  2 ( x , y ,z )

Le torseur de cohésion s'écrit donc :


 0 0 
 
  coh  G     ( A  E G    ( p  E G   px  3 pL /16 0 
 0  px ² / 2  3 pLx /16 ( x ,y ,z )
A

Donc T  px  3 pL /16
M f  3Lpx /16  x ² p / 2

Etude sur le segment AC


y
p

E1 E2
x
G

A C B
x

Déterminons les actions extérieures sur le tronçon (E1):

  F 
ext G
   A  E  G    p  E  G    C  E  G
 0 0   0 0   0 0 
     
  F 
ext G
 3 pL /16 0    px 0   5 pL / 8 0 
 0 3 pLx /16  G  0  
px ² / 2 G  0 ( L / 2  x)5 pL / 8
G 

 0 0 
 
Ce qui amène à   coh  G  13 pL /16  px 0 
 0  px ² / 2  13 pLx /16  5L ² p /16 ( x, y ,z )
G 

16 / 17
Donc T  13 pL /16  px
M f   px ² / 2  13 pLx /16  5 L² p /16

Diagramme de l'effort tranchant : Diagramme du moment de flexion


par rapport à l'axe (Az) :
Mfz
Ty
5pL/16
9pL²/512
A C B A C B
x x
3L/16 L/2 13L/16 L 3L/16 L/2 3L/16 L
-3pL/16
-pL²/32

Question 4 :

D'après le diagramme du moment flexion dans la poutre, on voit que le moment de flexion
maximal (en valeur absolue) vaut : M fz max  pL ² / 32
Application numérique : M fz max  800  4 / 32  100 N .m

La contrainte normale maximale peut être calculée par la formule :


M f max  max
 max   avec  max le rayon maximal du profil
I Gz 2

 D4 z
avec I Gz  D  max  D
64

64 M f max D 32 M f max
D'où  max    . On cherche Dmin tel que  max   u , donc :
 D4 2  D3

Dmin  3
32M f max
 3

32. 100.103   21, 7mm
 max  100

Le diamètre de la poutre doit être supérieure à 21,7 mm.

-- The End --

17 / 17

Vous aimerez peut-être aussi