Vous êtes sur la page 1sur 50

Système d’information

géographique (SIG
INTRODUCTION
Les Systèmes d’Information Géographique sont utilisés pour faciliter
l’accès aux informations ou aux bases de données spatiales ou
géographiques et assurer une gestion intégrée de données
spatiales.
Ils contiennent les informations sous plusieurs formes dont certaines
sont des représentations d’éléments ou de phénomènes existants.
Les SIG (au sens des logiciels) gèrent plusieurs types de supports
d’information correspondants à plusieurs familles de données:
certaines sont dites vectorielles : les objets réels sont représentés
ou schématisés par un élément ayant une forme et des propriétés,
d’autres sont dites « raster » telles les photographies. Enfin, ils
peuvent accepter des éléments sans forme tels que des données
textuelles, vidéo ou numériques sans géométrie.
I-1- Définition : Qu'est-ce qu'un SIG ?

Un S.I.G. est un Système d'information


Géographique. De nombreuses définitions
apparaissent dans la littérature pour les
SIG, mais souvent incomplètes, car ne
présentant, qu'un des aspects des SIG.
Selon les définitions du petit Larousse :
 Un système est une "combinaison d'éléments réunis de
manière à former un ensemble«
 Une information est un "élément de connaissance
susceptible d'être codé pour être conservé, traité ou
communiqué«
 Géographique est "relatif à la géographie ayant pour
objet la description de la surface de la terre" terme
"système" ici sous-entend généralement système
informatique.
 L'informatique étant "la science du traitement
automatique et rationnel de l'information en tant que
support des connaissances et des communications, mettant
en œuvre des matériels et des logiciels.
L’information géographique (IG).

Systèmes d’information géographique : système


d’information qui traite exclusivement ou
principalement d’information à référence spatiale.
Ou, simplement, c'est l'ensemble des matériels,
logiciels, données géographiques, et des compétences
nécessaires pour exploiter les données de terrain(1).

(1)KAZAR O, Système d’Information Géographique S I G: Représentation et exemples, cours.


« Un Système d'Information Géographique est un
ensemble de données numériques, localisées
géographiquement et structurées à l'intérieur d'un
système de traitement informatique comprenant
des modules fonctionnels permettant de
construire, de modifier, d'interroger, de
représenter cartographiquement, la base de
données, selon des critères sémantiques et
spatiaux.» (2)

(2) J.M Gilliot : Introduction aux SIG, Institut National Agronomique, Paris – Grignon, Octobre 2000.
La définition pouvant être présentée plutôt dans un
sens que dans un autre, suivant que l'on veut mettre
en avant l'aspect données ou l'aspect système et
traitement.
Les données géographiques, peuvent le plus souvent,
être obtenues sous forme numérique. Cette nature
numérique permet de traiter ces données sur des
systèmes informatiques : les Systèmes d'Informations
Géographiques (SIG) ou Géographic Information Systems
(GIS). Ces systèmes issus des systèmes de gestion de
bases de données (SGBD) permettent de créer des bases
de données dans lesquelles les informations peuvent
être localisées géographiquement.
J.M Gilliot : Op.cit.
Fig. 01 : Définition de SIG
Source : J.M Gilliot : Introduction aux SIG, Institut National Agronomique, Paris – Grignon, Octobre 2000.
« Un Système d'informations géographiques
(SIG) est un système informatique permettant,
à partir de diverses sources, de rassembler et
organiser, de gérer, d'analyser et de combiner,
d'élaborer et de présenter des informations
localisées géographiquement contribuant
notamment à la gestion de l'espace»

(Définition adoptée par le comité scientifique du colloque intégration de la photogramétrie et de la


télédétection dans les SIG SFPT, Strasbourg 1990).
Un système d’Information Géographique est un
outil informatique permettant de représenter et
d’analyser tous les éléments qui existent sur terre
ainsi que tous les événements qui s’y produisent.

Les SIG offrent toutes les possibilités des bases de


données (telles que requêtes et analyses statistiques)
et ce, à travers d’une visualisation unique et une
analyse géographique propre aux cartes. Ces capacités
spécifiques font du SIG un outil unique, accessible à un
public très large et permettant à une très grande
variété d’applications.
I-2- Historique des systèmes
d’information géographique
(SIG)
On cite souvent comme première application des SIG l'étude
menée avec succès par le docteur John Snow pendant l'épidémie
de choléra dans le quartier de Soho à Londres en 1854 : ayant
représenté sur un plan la localisation des malades et l'endroit où
ils puisaient leur eau, il détermina que c'était l'eau d'un certain
puits qui était le foyer de contamination.
Le développement des SIG dans la science et l’aménagement du
territoire a été permis par l'avancée de la technologie
informatique, et encouragé par prise de conscience
environnementale et de nouvelles approches scientifiques
transdisciplinaires, intégratrices.
Depuis les années 1970, notamment depuis le sommet de la Terre à Rio de
Janeiro en 1992 qui a généré une demande croissante de cartes présentant
l'état de l'environnement et utiles pour mesurer les impacts du
développement.
Maguire et al. (1991) distinguent trois périodes principales dans l'évolution
des SIG :
• fin des années 1950 – milieu des années 1970 : début de l’informatique,
premières cartographies automatiques ;
• milieu des années 1970 - début des années 1980 : diffusion des outils de
cartographie automatique/SIG dans les organismes d’État (armée, cadastre,
services topographiques, ..) ;
• depuis les années 1980 : croissance du marché des logiciels,
développements des applications sur PC, mise en réseau (bases de données
distribuées, avec depuis les années 1990, des applications sur Internet) et une
banalisation de l'usage de l'information géographique (cartographie sur
Internet, calcul d'itinéraires routiers, utilisation d'outils embarqués liés au
GPS...).
http://fr.wikipedia.org
I-3- Quelques domaines d’application
des SIG :
• Ressources naturelles : protection des zones humides,
études d’impact environnemental, évaluation du potentiel
panoramique, gestion des produits dangereux,
modélisation des eaux souterraines et dépistage des
contaminants, études des habitats fauniques et des
migrations, recherches du potentiel minier, etc.

• Etudes urbaines : localisation à partir des adresses civiques,


planification des transports, développement de plan
d’évacuation, sélection de sites, planification et distribution
des flux de véhicules, localisation des accidents, sélection
d’itinéraires.
• Administration municipale : gestion du cadastre, zonage,
évaluation foncière, gestion de la qualité des eaux, entretien
des infrastructures, études d’impact environnemental,
schémas d’aménagement, etc.

• Gestion des installations et des réseaux : localisation des câbles


et des tuyaux souterrains, rééquilibrage des réseaux
électriques, planification et entretien des installations,
localisation des dépenses énergétiques, etc.

• Affaires : études de marchés, planification des


développements et localisation des clientèles visées, analyse
de la concurrence et des tendances du marché, etc.

• Santé : épidémiologie, répartition et évolution des maladies


et des décès, distribution des services sociaux sanitaires,
plans d’urgence, etc.
• Protection de l’environnement : étude des changements
globaux, suivi des changements climatiques, biologiques,
morphologiques, océaniques, etc.
II/ Les composants d'un SIG
• Un Système d’Information Géographique est
constitué de 5 composants majeurs :
Structure de l’information
géographique.

18
3. Les composants d’un SIG
Un SIG est constitué de
cinq composants majeurs : Logiciels :
Matériel - Stockage des
Ordinateurs données
-Gestion des bases
Table à digitaliser de données
Scanner -L’analyse

-Les requètes
-La visualisation

•Utilisateurs :
-Les plus courants
Très grande communauté d’utilisateurs en France :
Application dans de très nombreux domaines - Map Info
-Arc View 19
Evolution des architectures et des SIG

20
4. Comment fonctionne un SIG ?
4.1. Un affichage sous forme de
couches thématique :
-Objets géographiques organisés en
thèmes ou entités
1 thème = 1 type d’information

-Affichage sous forme de couches


superposées

-Pour les objets 2 modèles de


représentation
* modèle vecteur (géométrie, attributs)
* modèle raster (type carte)

21
4.2. Le modèle vecteur :
Données de type dessin définie par sa géométrie et ses attributs
4.2.1. La géométrie des objets : position et forme des objets
Position : coordonnées géographiques (latitude et longitude)
ou
dans un système de projection définie (x, y)
Forme : limite des objets définie par leur constituants élémentaires
(points, arcs et arcs de polygone)

22
4.2.2. Attributs des objets :
Pour chaque couche vectorielle

une fiche contenant des informations de type alphanumérique


Ces informations décrivent l’objet (nature et caractéristique). Le
contenu de ces fiches peut évoluer selon les besoins du projet.

23
4.2. Le modèle raster :
données de type image

• Représente une matrice de


cellules réparties de façon
régulière et contenant
chacune un code
correspondant à l’information
stockée

• Permet sur une même couche


de représentés tout type de
forme

• Essentiellement utilisé pour Exemple de données raster


l’intégration de données, et utilisée : image satellite,
plus particulièrement de image scannée,
cartes, numérisées. photographie aérienne
24
5. Les principales fonctions d’un SIG
5.1. Saisie - Acquisition :
1ère étape : bien définir les informations nécessaires à notre
besoin.

2ème étape : définir le mode d’acquisition des données


- recherche données sous format numérique
- sinon à saisir

La saisie peut correspondre à:


- la création d’un tableur
- la numérisation de carte ou autres (manuelle ou
automatique)
Souvent étape la plus longue et qui demande le plus de
réflexion
25
5.1.1. Les données existent : il faut les importer dans le
système

- Mise en forme adaptée au type de SIG utilisé:

- Le type le plus commun est le tableur

- Pour les tableurs vérifier la nature des champs :


numérique ou texte qui détermineront les manipulations
des données

- Si les données sont projetées : respect de cette


projection

26
5.1.2. Les données n’existent pas : il faut créer une base de
données

1. Création d’un tableur


Pour les données ponctuelles
Définir les champs nécessaires pour une utilisation
future
2. Numérisation
Image raster : scanner
Vectorisation : - numérisation des contours des objets soit à
l’aide d’une table à numériser soit sur ordinateur (données
préalablement scannées)

27
5.2. Manipulations :
Harmonisation des données (échelle, représentation…)
Nombreux outils de gestion
modification soit permanente soit temporaire
données assemblées sous forme de projets

5.3. Gestion - Archivage :


SIG de grande taille souvent associé à des SGBD (Système
de gestion de base de données)
Permettent l’archivage et la gestion des données
Pour les SIG de taille modeste stockage classique des
projets et fichiers attachés sur le disque dur

28
5.4. Interrogations et analyses
5.4.1. Questions de base auxquelles un SIG doit pouvoir répondre

 Où ?
Répartition spatiale des objets considérés
 Quoi ?
Mettre en évidence tous les objets ou phénomènes présents sur un
territoire donné
 Comment ?
Quelles relations existent ou non entre les objets et les phénomènes ?
C’est la problématique de l’analyse spatiale
 Quand ?
A quel moment des changements sont intervenus ? Quels sont l’âge et
l’évolution de tel objet ou phénomène ?
C’est la problématique de l’analyse temporelle
 Et si ?
Scénario d’évolution
29
5.4.2. Trois outils d’analyse apparaissent comme particulièrement
essentiels :
 L’analyse des données
Interprétation pour l’élaboration
de nouvelles données
Méthodes quantitatives, souvent
statistiques, d’interprétation des
données.
Les logiciels peuvent utiliser le
langage SQL qui est un langage
de requête permettant de
rechercher dans une base de
données des informations
répondant à des critères
spécifiques.
30
 L’analyse des objets
géométriques
Elle sert à mettre en évidence
des propriétés liées à la
géométrie des objets.
On y retrouve les requêtes
topologiques qui ont trait à la
proximité, au rapport des objets
avec leurs voisins : intersection,
inclusion et « buffer »
(opération qui consiste à évaluer
la proximité entre plusieurs
objets).

31
 L’analyse spatiale
complexe
*interrogation au travers
de différentes couches
composants un projets

*ce type d’analyse fait


souvent appel aux
informations
alphanumérique

32
5.5. Visualisation :
Création de cartes
La carte = outil de synthèse et de
présentation de l’information.
Les cartes créées avec un SIG
peuvent désormais facilement
intégrer des rapports, des vues 3D,
des images photographiques et
toutes sortes d’éléments
multimédia.

33
Les applications
•La gestion des territoires

•La gestion des infrastructures

•L’urbanisme, le cadastre,….

•Télécom, les systèmes de navigation et


d'aide à la conduite,…

•Le tourisme, le transports,…

•La gestion et la prévention des


catastrophe naturelle
•etc..
34
6. Typologie des logiciels SIG
Les différents catalogues disponibles sur le marché
recensent plus d’une soixantaine de logiciels SIG,
qu’ils tournent sur micro-ordinateurs, sur stations de
travail ou sur ordinateurs centraux.

On peut décomposer ces logiciels en trois grandes


familles.

35
6.1. Les SIG généralistes bureautiques

- Vocation essentielle : l’import de données


externes et leur analyse pour la création de
cartes (rapport, présentation)

- Permettent la modification de données


géométriques ou descriptives.

- Outils de développement pour s’adapter à


tout type d’application.
36
6.2. Les SIG généralistes de gestion

- Mêmes capacités que les SIG bureautiques, mais


moins conviviaux…

- Outils de modélisation plus puissant qui


demande plus de rigueur dans l’entrée des
données

- Capacités client/serveur qui vont permettre à


plusieurs personnes de travailler sur la même
base de données à partir de postes informatiques
distants. 37
6.3. Les SIG « métiers »

- Logiciels très spécialisés dès le départ, destinés


à des métiers particuliers.

- Leur champ d’application est réduit mais ils sont


souvent les seuls ou les meilleurs dans leur
domaine.

- Fréquemment, les éditeurs de logiciels


commercialisent des modules additionnels qui
transforment les SIG généralistes en SIG métiers.
38
7. Présentation de quelques SIG
• MapInfo = SIG généraliste
bureautique typique.
• Analyse thématique variée
• Ouverture d’un grand nombre de
format de fichier (excel, access…
plus tous les types de raster)
• Possibilités de modélisation et
dépendante d’un module
Couramment utilisé
dans les bureaux additionnel
d’étude traitant des • Pas de travail multiposte possible
géosciences et de • Essentiellement prévue pour des
l’environnement en base données de taille réduite
général
39
• ArcView = SIG généraliste
bureautique
• L’intégration de données
externes y est plus
délicate que pour
MapInfo.
• Il est convivial mais ses
Actuellement remplacé par possibilités de
ARCGIS : « véritable structurations sont
usine à gaz » restreintes et il nécessite
Cependant très utilisé dans des compléments pour
le milieu de la recherche partager une base de
données.
40
• GéoConcept est un
logiciel à la frontière
entre SIG bureautique et
SIG de gestion. Il offre
l’ouverture et la
convivialité des premiers,
et il peut comme les
seconds travailler en
client/serveur sur des
bases de données de
dimensions importantes.

41
• APIC est un système
de gestion.
L’intégration de
données externes est
lourde, en revanche,
le logiciel présente des
possibilités de
modélisation et de
travail en groupe très
étendues.

42
8. Les technologies liées aux SIG
• CAO : conception assistée par ordinateur
– conception et modélisation de bâtiments, d’infrastructures et de
produits manufacturés
– Assemblage d’éléments, dont les caractéristiques sont fixes
– Leurs capacités demeurent très réduites et inadaptées pour
l’analyse et la gestion d’importantes bases de données
géographiques.

• Traitement d’image :
– Outils permettant le traitement de données type images
satellite et photographie aérienne très utilisée dans les SIG

• SGBD : système de gestion de base de données


– spécialisés dans le stockage et la gestion de tous types
d’information.
43
9. Exemples de domaines d’application
des SIG

9.1. Les géosciences


• Cartographie, topographie,
bathymétrie,
• Cartographie thématique
• Développement durable
• Etude d’impact
• Risques naturels AIRE
UNITE
CARTO
AGE
TOIT
AGE
MUR

• Agriculture… 22225381
0,00
e2 34,00 46,00

10000000
q3 0,00 0,01
00,00

• Et la recherche en générale 24556080


0,00
q2 0,01 0,75

(géographie, géologie, écologie…) 34635350


0,00
q2 0,01 0,75

28616948
m 5,30 23,00
,00
44
9.2. Organismes gouvernementaux / Collectivités
locales
- Gestion des réseaux routiers
- Cadastre
- Urbanisme
- Gestion du patrimoine…
- Sécurité civile et militaire
- Recensement de la population
- L’aménagement du territoire

9.3. Socio-économie, géomarketing


- Localisation d’une clientèle potentielle en fonction de
certains critères
- Les agences immobilières…
45
10. Conclusion : l’intérêt des SIG
10.1. Exécuter des requêtes et analyses géographiques : au sein d’un
projet, les SIG permettent une meilleure analyse, une meilleure
organisation logistique et une analyse plus rapide des informations.

46
10.2. Améliorer l’organisation par une plus grande fédération de
l’information :
Liaison entre tout type d’information par le biais de la géographie
Partage de l’information facilité, meilleur communication entre individus
Une information collectée une fois devenant ensuite exploitable par
tous.

10.3. Prendre plus rapidement les meilleures décisions :


Série d’outils pour interroger, analyser et cartographier des données
tout au long d’un processus de décision.

Exemple en écologie : évaluer l’impact d’une construction et déterminée


le meilleur site pour limiter l’impact néfaste

La qualité et la clarté des différents scénarios possibles produits avec


l’aide du SIG contribuent également à une meilleure concertation et
une meilleure compréhension des enjeux. 47
10.4. Produire des cartes :
Le processus de fabrication
d’une carte avec un SIG est
beaucoup plus souple qu’une
production manuelle.
- création de la base de
données
- Mise en forme du projet
- Mise en forme de la carte

L’information contenue dans le SIG est totalement indépendante des problèmes


d’échelle. Les cartes issues du SIG sont réalisées en fonction d’une localisation
choisie, d’une échelle définie, tout en faisant apparaître les informations
souhaitées. La mise en évidence de certains phénomènes, la comparaison à
différentes époques, la simulation d’hypothèses sont quelques uns des avantages
importants des cartes produites par un SIG.
48
Synthèse : Monde réel

Acquisition des données (numérisation)

Gestion :
• Spatiale
• Thématique
Etapes de • Temporelle
création:
Analyse :
• Sélection
• Édition
• Exploration
• Modélisation

Visualisation des
résultats

Utilisateur
Références bibliographiques

KAZAR O, Système d’Information Géographique S I G: Représentation et exemples, cours

LAKHDAR Amar (2011), Extensions périurbaines de Constantine diagnostic et évaluation Cas de

la zone Zouaghi Ain El Bey Application d’un SIG (MapInfo).