Vous êtes sur la page 1sur 10

MASTER ECONOMIE DE L’ENERGIE ET

DE LA FINANCE
‫جامعة القاضي عياض‬ (MEEF) Faculté des Sciences Juridiques
------------- __________________ Economiques et Sociales
UNIVERSITE CADI AYYAD
------------
Marrakech
Marrakech - Maroc

MODULE Géopolitique de l’énergie

Professeur El Youssoufi

SEMESTRE 3

ANNEE UNIVERSITAIRE :

2020/2021
Plan de cours

Axe I : Introduction générale

a. Constats
b. Terminologie de l’énergie
c. Définition de la géopolitique de l’énergie

Axe II : Caractéristiques du secteur énergétique mondial

a. Le pétrole
b. Le charbon
c. Le gaz naturel
d. Les énergies renouvelables

Questions :

Quelles sont les caractéristiques du secteur énergétique mondial ?


 Caractéristiques du secteur pétroliers
 Caractéristiques du secteur gazier
 Caractéristiques du secteur charbonnier
 Caractéristiques du secteur des énergies renouvelables

Peut-on parler de dépendance énergétique de certains pays ?

L’énergie est-elle un facteur géopolitique ?

Quels scénarii énergétiques futurs ?

Axe I : Introduction

a. Constats :

L’énergie et le développement des sociétés

- L’énergie est la base du développement de l’humanité, bois, charbon, pétrole, …ont


contribué à l’amélioration de la vie des sociétés au fil du temps ;
- « L’énergie c’est la vie » ;
- « L’essence est devenue aussi indispensable que le sang pour les batailles de demain »
George Clemenceau ;
- « La demande et la compétition pour l’accès à l’énergie peuvent devenir source de vie
et de mort pour beaucoup de sociétés » (Henry Kissinger, in the Financial Times,
Juin2005.
- Les interactions énergie-économie : l’énergie a été et demeure un facteur clef dans
l’amélioration de la qualité de vie des populations (Rosenberg,1998).
- L’énergie procure de la puissance et constitue une source de richesse colossale, ce qui
en fait un secteur convoité, parfois à n’importe quel prix.
- L’importance accordée à l’énergie provient d’une part, de sa valeur intrinsèque en tant
que matière première, et d’autre part, de services qu’elle rend : mobilité, force motrice,
chauffage, climatisation.
- Il importe d’intégrer le facteur énergétique dans la fonction de production à côté des
autres facteurs : modèles KLEM, qui s’intéressent aux substitutions des quatre facteurs
de production : B, L, E et M.

Les secteurs les plus consommateurs de l’énergie 

Dans le monde selon l’AIE1, (2016) :

 L’industrie (29%),
 Les transports (29%),
 Le résidentiel (22%) et
 L’ensemble « agriculture tertiaire et usages non énergétiques » (20%)

1
Agence internationale de l’énergie
Les débats sur les choix énergétiques ont marqué la théorie économique, surtout depuis la
décennie 70.

Forte augmentation de la demande depuis la révolution industrielle et très forte augmentation


récente.

L’énergie est à la base de plusieurs conflits internationaux.

Les sociétés2qui opèrent dans l’énergie sont bien classées en termes des CA.

Des routes menacées et objets de pression.

Conclusion : dépendance des économies de l’énergie

b. Terminologie de l’énergie :
- Le pétrole /épuisement éminent ? contrôle des routes
- Le charbon3 /le CO2 ? / le coût du transport
- Le gaz naturel4/et les gaz de schistes ?
- L’électricité /énergie secondaire
- Nucléaire5/ Fukushima
- Les réserves /estimations
Les réserves théoriques : estimées (incertains)
Les réserves prouvées (certains)
- Les énergies renouvelables
- Energies primaires, énergies secondaires : Energies primaires secondaires

Conclusion : indépendance des économies de l’énergie

c. Définition de la géopolitique de l’énergie :

Etymologie du terme géopolitique de l’énergie

Géo : terre

Politique et énergie

- Etude des rapports qui existent entre les données physiques, en particulier géographiques,
et la politique des Etats (Herman Kahn).
- C’est une méthode de la politique étrangère pour comprendre, expliquer et prédire le
comportement politique international à travers les variables géographiques (Wikipédia).
- Etude des effets des données de la géographie sur la politique internationale.

Axe II : Caractéristiques du secteur énergétique mondial

Eléments d’analyse :

2
12 sociétés qui opèrent dans l’énergie
3
La source la plus polluante dans toutes les énergies
4
Relativement propre (moins polluante)
5
Propre mais polluante en cas d’accident
 Les réserves
 L’offre
 La demande
 Les prix
 Les alternatives
 « Contestabilité » du Nord,
 Le transport
 Nature épuisables ou renouvelables de la forme d’énergie
 Les politiques
 Les intérêts
 Le climat

Caractéristiques générales du secteur de l’énergie :

o Répartition inégalitaire et raréfaction des ressources énergétiques dans le monde.


o Production et réserves mondiales : d’importantes inégalités.

Exemple des réserves du pétrole :

- Moyen-Orient (50%), Amérique Latine (20%), Amérique du Nord, l’Afrique.


- L’Asie Pacifique à peine 3% du total mondial.

Exemple des réserves du gaz naturel :

o Moyen-Orient Eurasie.
o Les autres zones géographiques restent en marge (en dehors de quelques pays comme
Nigéria. Algérie. Australie. Venezuela).
o Une consommation croissante synonyme de développement.
o Un épuisement annoncé.

a) Caractéristiques de l’offre mondiale de l’énergie :


- Prédominance des ressources fossiles (82%)
- Offre majoritairement carbonée

Les facteurs impactant l’offre de l’énergie :

 Le coût d’exploitation :
Il dépend essentiellement de l’emplacement des gisements et est plus élevé pour les
gaz de schiste.
 Les budgets des pays exportateurs :
Relation inverse entre dollars et cours du pétrole
 Le progrès technique :

Il serait déterminant dans les décennies à venir, surtout que les infrastructures énergétiques
seront usées et nécessiteront leur remplacement (variable majeure pour l’exploitation du gaz
de schiste (les Etats-Unis)).
 La géopolitique

b) Caractéristiques de la demande mondiale de l’énergie :

Les facteurs impactant la demande d’énergie :

 La démographie :

Corrélation positive entre la démographie et la demande énergétique. C’est un facteur


fondamental dans l’analyse de transitions énergétiques.

 L’urbanisation :

Electricité, moyens de transport, infrastructures, utilisation et occupation du foncier.

 Revenu des ménages :

Corrélation positive et significative entre l’augmentation de la richesse dans le temps et la


consommation d’énergie.

 Tarifs de l’énergie :

Relation inverse entre prix et demande d’énergie (élasticité)

 Température
 Le changement climatique

i. Le pétrole :
a- Utilisations du pétrole :
- Production d’électricité (centrales thermiques)
- Production d’essence, de gazole et de kérosène (déplacements)
- Production de produits chimiques : plastiques, fibres
- Production de lubrifiants (les huiles)
- Production de bitumes (revêtements routiers)
- Production de butane, propane
b- Aperçu historique :

Depuis les années 50 :

L’alternance de phases d’expansion et de satiété au niveau des marchés.

Décennies 50 et 60 :

La demande est demeurée modeste et inférieure à l’offre en raison de l’accroissement de la


capacité de production ;

Durant les années 70 :

1970 : prix du baril…….2 dollars ;


1973 : premier choc pétrolier mondial (baril ¿10 dollars) : Guerre Arato-Israélienne

1972 : 2 ème choc pétrolier (baril¿ 20 dollars) : La révolution en Iran+ Guerre Irak /Iran (en
1980) et redémarrage de la demande à la suite du 1er choc

Durant la décennie 80 :

L’année 1981 : (baril > 30 dollars)

L’année 1986 : Excès de l’offre et déclin de la demande (découverte du pétrole de la Mer du


Nord >>>> contre choc pétrolier, expliquant les ajustements des prix de la décennie 90

L’année 1991 :

Nouvelle augmentation des prix (invasion du Koweït par l’Iraq)

La décennie 2000 :;

Augmentation plus vite de la demande par rapport à l’offre (la hausse de la demande
asiatique).

L’année 2004 : (baril < 50 dollars) : inquiétudes relatives aux approvisionnements en pétrole.

L’année 2008 : (baril > 120 dollars) : prix record du pétrole (violences au Nigéria, baisse d la
valeur du dollar, baisse des stocks américains, crises des subprimes).

Depuis 2014 :

L’offre excède la demande ce qui explique la stagnation des cours énergétiques jusqu’à 2019.

Aujourd’hui :

Avec la crise sanitaire due à la pandémie de Covid 19 >>>> Baisse des prix

Actuellement :

Les cours sont portés à la hausse à la suite des attaques ciblant ARAMCO.

c- Réserves mondiales de pétrole (milliards de barils 2009) :

Les réserves de pétrole par pays :

Le Venezuela :298 milliards
L’Arabie-Saoudite : 268 milliards
Le Canada : 173 milliards
L’Iran : 157 milliards
L’Irak : 140 milliards

L’association for the study of peak oil and gaz (ASPO) affirme que le pic pétrolier Mondial a
été atteint en 2010, tandis que d’autres prévoient que le niveau de production de pétrole va
plafonner vers 2020-2025.
La courbe de Hubbert

année
d- L’offre mondiale de pétrole :

Les pays en tête : L’Arabie Saoudite (13,1%), les Etats-Unis (13%), la Russie (12,3%) , le
Canada (4,94%),la Chine (4,9%),l’Iraq (4,5%),l’Iran (4,2%),les Emirats Arabes Unies (4%),
le Koweït (3,4%) et le Venezuela (3,09%).

Le marché pétrolier mondial : deux circuits de vente

↓ ↓
Les grandes compagnies Les compagnies publiquant
privées mondiales relevant de l’OPEP
(super major) (cartel)

-Niveau du contrôle de la production et de la commercialisation du pétrole par les Etats :


Elevé (Saoud Aramco)

-L’offre est peu élastique au prix du pétrole à court et à long termes.

e- La demande mondiale du pétrole :

-La consommation mondiale du pétrole est inégalement répartie à travers le monde.

-Principaux pays consommateurs (2016) : les Etats-Unis (20%), la Chine (13%), l’Inde (5%)
et le Japon (4%).

-Principaux secteurs consommateurs : les transports (50%), les activités industrielles (17%) et
l’électricité (7,3%).

-La demande mondiale du pétrole est peu élastique par rapport au prix à court terme (-0,05 à
court terme et de -0,30 à long terme, Banque mondiale, (2016)).

ii. Le gaz naturel :


a- Réserves mondiales du gaz naturel (mètre cube en 2015) :

-Les réserves mondiales du gaz naturel :185000 milliards de m3.

-Pour les gaz de schistes : 666000 milliards de m3.

-Prés de 40% des réserves conventionnelles sont localisées en Asie, 23% en Russie,18% en
Amérique du Nord,14% en Amérique du Sud et 5% en Afrique.

-Concentration géographique des réserves : (Quatre pays-Russie, Iran, Qatar et Turkménistan)


concentrent plus que 60% des réserves.

b- L’offre mondiale du gaz naturel :

-Moyen-Orient et la Russie offrent environ deux tiers du total demandé dans le monde.

-Les dix premiers offreurs du gaz naturel totalisent plus de 80% de l’offre mondiale, la
Russie, l’Iran, le Qatar, les Etats-Unis, le Canada, la Chine, la Norvège et l’Algérie 2,3%
(Banque mondiale, (2016)).

-Les gazoducs représentent 70% des échanges, le reste prend la forme du GNL (acheminé par
bateaux).

c- Caractéristiques de l’industrie gazière mondiale :

-Concentration de l’industrie.

-Marché oligopolistique.

-Marché segmenté géographiquement (marchés régionaux) :

 Marché européen.
 Marché asiatique.
 Marché Nord-Américain.

-Existence de barrières à l’entrée, présence des obstacles à la contestabilité.

-Echanges sont du ressort des pays développés, largement tributaires des importations du gaz
(OCDE).

-Rôle du progrès technologique : expansion des cycles combinés à gaz et développement des
transports.

d- La demande mondiale du gaz naturel :

-Les grands consommateurs du gaz naturel sont : les pays de l’OCDE et d’Europe orientale.

-Les Etats-Unis (22%), la Russie (12%), le Japon, l’Iran (5%) et la Chine (5%).

-Autres grands consommateurs du gaz naturel sont : l’Allemagne, l’Italie, la Coré, la Turquie,
la France, le Royaume-Unis et l’Ukraine.
-Existence des demandeurs puissants et géographiquement peu dispersé.

-Nécessité d’une « masse critique » de puissants consommateurs.

-Présence d’un puissant réseau de transport et de distribution.

-Les gazoducs sous-marins ont contribué à la diversification des sources d’approvisionnement


en facilitant l’acheminement du gaz entre les lieux d’extraction et les lieux de consommation
sur de longues distances.

-Demande sensible à la température et à la saison.

-Demande-prix inélastique, mais élasticité supérieure en valeur absolue à celle du pétrole (-


0,65 en Grande Bretagne et -0,74 au Japon).