Vous êtes sur la page 1sur 16

FACULTÉ DES LETTRES, LANGUES

ET SCIENCES HUMAINES

Options faculté

2019-2020
FACULTÉ DES LETTRES, LANGUES
ET SCIENCES HUMAINES

anglais
Inscriptions au bureau I2-114

LICENCE 2
(ouvert uniquement aux non-anglicistes)

Semestre 3

- UE 09 ECUE 2 : Version
Groupe 1 : Vendredi 9h – 10h30, salle I1 118 (Mme Baret-Thau)
Groupe 2 : Jeudi 10h30 – 12h, I2 213 (M. Athenot)
Groupe 3 : Jeudi 13h – 14h30, I1 P34 (Mme Baret-Thau)

Cet enseignement s’inscrit dans le prolongement direct du travail effectué en première année. Il vise à
amener l’étudiant à réfléchir sur les techniques de traduction proprement dites (voir ouvrages donnés en
bibliographie, dont la consultation est indispensable), sur les problèmes posés par la non-adéquation des
cultures dans le passage d’une langue à l’autre, ainsi que sur des questions parfois subtiles de registre, de
niveau de langue ou de ton. Afin de maîtriser au mieux tous ces paramètres, il sera demandé à l’étudiant un
apprentissage régulier de vocabulaire, de grammaire anglaise et de grammaire française, ainsi que la lecture
abondante de textes (romans, journaux…) dans les deux langues.
Contrôle continu : Assiduité aux cours obligatoire.
Achat obligatoire pour tout étudiant:
Jacqueline Fromonot et al. Anglais: vocabulaire. Paris: Nathan, 2014.

Bibliographie :
Outre les manuels de grammaire recommandés dans les cours spécialisés, l’étudiant consultera :
- un dictionnaire unilingue anglais/anglais, par exemple l’Oxford English Dictionary ;
- un dictionnaire bilingue, le Robert et Collins ;
- un dictionnaire unilingue français/français, par exemple le Petit Robert ;
- une grammaire française (les petits manuels de la collection “ Bescherelle ”, Grammaire, Conjugaison,
Orthographe sont très pratiques).
- un ouvrage traitant des problèmes posés par la traduction ; soit celui de Françoise Grellet, The Word
Against the Word (Hachette), soit l’un de ceux de Michel Ballard, Manuel de version anglaise et La traduc-
tion de l’Anglais au Français (Nathan Université).
Les étudiants doivent vérifier avant le début des cours
les modifications éventuelles de salles

LICENCE 3

Semestre 5

- UE 16 ECUE 1 : Littérature britannique


Groupe 1 : Mercredi 14h – 16h, I2 223 (Mme Coffin)
Groupe 2 : Lundi 14h – 16h, I1 223 (Mme Vialle)

‘Shakespeare and the Law’ - Mme Coffin


Ce cours de littérature a pour objectif d’initier les étudiant.e.s à la lecture, compréhension et discussion
d’articles critiques, en prenant Shakespeare pour objet d’étude.

Œuvres au programme (les ouvrages seront étudiés dans l’ordre ci-dessous) :


- William SHAKESPEARE, The Merchant of Venice, ed. John Drakakis, The Arden Shakespeare Third Series, ISBN
9781903436813
- William SHAKESPEARE, Measure for Measure, ed. N. W. Bawcutt, Oxford World’s Classics (2008), ISBN
9780199535842

Il est IMPÉRATIF d’acheter les éditions indiquées et d’avoir lu la première œuvre au programme avant le
premier cours. Des articles critiques à lire obligatoirement seront distribués en cours de semestre

Le modernisme britannique – Mme Vialle


Comment la littérature de l’entre-deux-guerres témoigne des bouleversements du monde européen après la
Grande guerre, aussi bien au sein de la société que dans les arts et dans l’écriture en particulier.
Œuvres au programme :
- Virginia Woolf, To the Lighthouse. Edition obligatoire : Oxford World’s Classics, 2008 (introduction :
David Bradshaw). ISBN: 978-0-19-280560-7.
- Katherine MANSFIELD, Collected Stories. Penguin Classics, 2007 (introduction: Ali Smith). Un corpus
spécifique sera donné avant le début des séances mais il faudra avoir lu au moins les deux recueils
inclus dans l’ouvrage : ‘Bliss’ et ‘The Garden-Party’.
NB : Les deux œuvres seront étudiées dans l’ordre indiqué ci-dessus : To the Lighthouse devra avoir
été lu pour la première séance ; un quiz aura lieu dès la deuxième semaine.
- lecture complémentaire qui donnera lieu à un quiz en fin de semestre : Portrait of the Artist as a Young Man
de James Joyce (édition libre).
FACULTÉ DES LETTRES, LANGUES
ET SCIENCES HUMAINES
- UE 16 ECUE 2 : Civilisation américaine
Groupe 1 : Vendredi 10h – 12h, I2 213 (Mme Henry-Leibovich)
Groupe 2 : Lundi 10h – 12h, I1 118 (Mme Birocheau)

Women and Reform – 1830s-1970s - Mme Birocheau


Ce cours propose de s’intéresser à l’histoire des femmes américaines sous l’angle spécifique de leur
engagement politique et social au sein de la société américaine. Il s’agira de s’interroger sur leur rôle dans
différents mouvements réformateurs, sur le type de réformes soutenues par des associations féminines et
sur l’évolution des formes d’activisme féminin depuis la période qui précède la guerre de Sécession jusqu’au
tumulte des années 1960-70. Parmi les thématiques sur lesquelles les étudiants seront amenés à réfléchir
figurent les relations interraciales, la citoyenneté, la santé ou encore le travail.
Une brochure sera disponible et une bibliographie détaillée sera fournie au début du semestre.

Ouvrage de référence :
Sara M. Evans, Born for Liberty: A History of Women in America, 2nd ed., New York, Free Press Paperbacks,
1997.
THE AMERICAN CIVIL WAR ERA
In April 1861, Confederate guns opened fire on Fort Sumter, in the Charleston harbor, South Carolina,
initiating the American Civil War. This mid-nineteenth century conflict waged by the Union (the Northern
States) and the Confederacy (the Southern States) is one of the major events that helped define modern
United States. This course will therefore cover not only the military confrontation itself, but also the political,
economic, constitutional, social, literary, religious aspects of the era.
A selection of documents to be studied in class will be handed out at the beginning of the semester.

Bibliography :
- Foner, Eric. Politics and Ideology in the Age of the Civil War. Oxford University Press, 1980.
- Reconstruction : America’s Unfinished Revolution, 1863-1877. Harper & Row, 1988.
- Levine, Bruce. The Fall of the House of Dixie. The Civil War and the Social Revolution that Transformed the
South. Random House Trade Paperbacks, 2013.
- McPherson, James M. Battle Cry of Freedom. The American Civil War. Oxford University Press, 1988.
Les étudiants doivent vérifier avant le début des cours
les modifications éventuelles de salles

- UE 17B ECUE 1 : Linguistique contrastive : recherche documentaire et


lexicologie
Mercredi 14h – 15h30, 407 MLRI (Mme Degez)

Le but du cours est de découvrir les « ficelles » d’une pratique – la traduction - qui nécessite
une mise à jour linguistique constante (nouveau lexique, terminologie, recherche d’idiomes, grammaires
de discours …). Comprendre les ficelles et faire les bons choix nécessite une réflexion linguistique. Nous
reverrons ainsi les définitions et propriétés du mot, du terme, de la grammaire des discours etc.

Seront parcourus les différents outils informatiques pour le traducteur, notamment ceux qui sont libres
d’accès. L’objectif sera savoir les utiliser de manière pertinente tout en déployant une méthodologie
garantissant la fiabilité des résultats.
Nous verrons comment le traducteur prépare son travail de traduction en amont, afin de limiter le temps
perdu en recherche non préparée, notamment en construisant des corpus comparables ou en utilisant comme
ressources des corpus parallèles.
Les textes travaillés dans le cadre de ce cours seront pour la majorité des textes rédactionnels (article, blog,
littérature, sciences humaines etc.).

Bibliographie indicative
- Muller Evelyne, Schmidt Barbara (2007) Traduction anglaise : maîtriser l’outil Internet, PUF.
- Larsonneur Claire (2008) La recherche Internet en Lettres et Langues, Paris Ophrys.
- Loock, Rudy (2016) La Traductologie de Corpus, Presses Universitaires du Septentrion

ANALYSE LINGUISTIQUE DE LA TRADUCTION (1H30) - Mme Doro-Mégy

Ce cours a pour objectif d’initier les étudiants à la linguistique contrastive. Il s’agira d’abord de présenter les
différents types de corpus qui permettent de comparer les langues, puis de définir la linguistique contrastive
par rapport à la traductologie.
Nous travaillerons ensuite sur la méthodologie spécifique à la linguistique contrastive, en axant le cours
sur l’analyse de la traduction anglais-français / français- anglais. Nous examinerons, par exemple, certains
changements d’ordre des mots nécessaires lors du passage d’une langue à une autre. Nous chercherons
à utiliser des concepts linguistiques pour analyser les transformations nécessaires à toute traduction
idiomatique.
Bibliographie indicative
- Chuquet H., Paillard M., Approche linguistique des problèmes de traduction, Ophrys, 1989.
- Guillemin-Flescher J., Syntaxe comparée du français et de l’anglais, Problèmes de traduction, Ophrys, 1981.
- Vinay J.P & Darbelnet J., Stylistique comparée du français et de l’anglais, Paris : Didier, 1958.
FACULTÉ DES LETTRES, LANGUES
ET SCIENCES HUMAINES

allemand
Inscriptions au bureau I2-114

LICENCE 2

Semestre 3
- UE9 ECUE1 : Version
Mardi 14h30 – 16h, I1 324 (D. Bousch)

- UE9 ECUE 4 : Pratique orale


Jeudi 14h30 – 16h, I1 214 (B. Gnaegy)

L’objectif du cours est la pratique de l’expression orale en allemand où nous verrons :
- compréhension auditive et reproduction orale
- discussions en groupe et présentations à l’oral
sur des sujets divers comme les articles des journaux, des extraits de littérature, des chan- sons, et égale-
ment des jeux de rôle de mise en situation. Des indications bibliographiques seront données tout au long du
cours. Pour les étudiants en L2, le cours vise à approfondir les connaissances obtenues en L1.

LICENCE 3

Semestre 5
- UE17 ECUE1 : Allemand professionnel
Mardi 16h – 17h30, I3 223 (Mme Gnaegy)

- UE15 ECUE4 : Pratique orale


Mercredi 16h – 17h30, I1 214 (Mme Lévy-Lendzinska)

L’objectif du cours est l’amélioration de l’expression orale en allemand à partir de la pratique théâtrale (jeux
de rôle, chansons). Des indications bibliographiques seront données tout au long du cours.
FACULTÉ DES LETTRES, LANGUES
ET SCIENCES HUMAINES

espagnol
Inscriptions au bureau I2-114

Les cours se déroulent en espagnol

LICENCE 2
Semestre 3
- UE9-ECUE 4 «Traduction» de la presse

Mercredi 15h – 16h, I3 223 (Mme Corchète)


Les étudiants doivent apporter une clé USB à chaque cours et ce, dès le premier cours.

- UE20-ECUE 2 «Pratique Orale»


Vendredi 9h30 – 10h30, I2 306 (Mme Corchète)

Eléments récurrents dans la filmographie de Pedro Almodóvar

LICENCE 3

Semestre 5
- UE20-ECUE 2 «Pratique Orale»
Vendredi 9h30 – 10h30, I2 306 (Mme Corchète)

Eléments récurrents dans la filmographie de Pedro Almodóvar


FACULTÉ DES LETTRES, LANGUES
ET SCIENCES HUMAINES

histoire
Inscription bureau I2 116

LICENCE 2

- UE 11, Historiographie, 1h30 CM, au choix


1. Groupe 1 : Mercredi 8h30 – 10h, I1 333 (M. Guigo)
2. Groupe 2 : Mercredi 10h30 – 11h30, I1 333 (M. Guigo)
Enseignant(s) : PIERRE-EMMANUEL GUIGO,
Volume horaire hebdomadaire : 1h30
Programme :
Ce cours vise à offrir un éclairage général de l’histoire de l’histoire, en se focalisant tout particulière-
ment sur les XIXeet XXe siècle, afin de comprendre comment cette discipline s’est construite comme
science humaine. Nous verrons ainsi ce qui fonde la méthodologie de l’historien, ainsi que les défis –
technologiques et scientifiques – qu’il rencontre aujourd’hui.
Nous nous intéresserons également aux dialogues engagés avec les autres disciplines et en particulier
les sciences sociales. Enfin, nous nous intéresserons aux débats et aux avancées historiographiques
plus contemporains.

Bibliographie:
DOSSE, François, DELACROIX, François, GARCIA, Patrick, Historicités , Paris, La Découverte, 2009
OFFENSTADT, Nicolas, L’historiographie , Paris, Puf, coll. « Que sais-je ? » n°3933, 2011
PROST, Antoine, Douze leçons sur l’histoire , Paris, Ed. du Seuil, coll. « Points », 1996, réed. 2010

- UE 13, Renforcement en histoire ancienne, 2h CM.


Au choix :
1. Rome et les barbares après la conquête (IIe-Ve siècle) - Lundi 14h – 16h, I1 105 : (Mme Sotinel)
Programme :
Les Romains appelaient « barbares » tous ceux qui étaient étrangers à la civilisation gréco-romaine mé-
diterranéenne. Ce mot péjoratif recouvre une grande diversité de peuples (Germains, Sarmates, Maures,
Saracènes, Goths, etc.) qui étaient perçus différemment selon qu’ils vivaient en dehors de l’Empire ou à
l’intérieur, adversaires ou alliés, mercenaires, esclaves, ouvriers agricoles ou partenaires commerciaux.
Le cours explorera à la fois les différentes formes de relations entre le monde romain et « les autres » et
les représentations que les habitants de l’Empire se faisaient des barbares.

Bibliographie:
H. Inglebert, Atlas de Rome et des Barbares (IIIe-VIe siècles), Paris, La Découverte, 2018.
Alessandro Barbero, Barbares, immigrés, réfugiés et déportés dans l’Empire romain, Paris, Tallandier,
2009.
Claire Sotinel, Rome, la fin d’un Empire, de Caracalla à Théodoric (212-497), Paris, Belin, 2019.
Les étudiants doivent vérifier avant le début des cours
les modifications éventuelles de salles

2. La société romaine en Campanie au 1er siècle de notre ère : Pompéi et Herculanum


Lundi 16h – 18h, I1 105 (Mme Tesson)
Lorsque les éruptions du Vésuve interrompirent brutalement la vie à Pompéi et Herculanum, elles figèrent sous
la cendre des cités romaines et toutes les traces de leurs activités : la vie quotidienne, les cultes, la vie politique,
les échanges et les productions. L’immense richesse des sources littéraires, épigraphiques et archéologique et le
renouvellement de la recherche permettront une étude de la société romaine au début de l’Empire, s’appuyant à
la fois sur la variété des vestiges, les progrès de l’archéologie. Les étudiants apprendront à mettre en dialogue
les textes antiques et la culture matérielle.

Bibliographie
Beard Mary, Pompéi, La vie d’une cité romaine, Paris, Le Seuil, 2012.
Étienne Robert, La vie quotidienne à Pompéi, Paris, Hachette littératures, 1998 (5e édition revue et augmentée,
préférez celle-ci aux précédentes).

3. L’Empire perse de Cyrus à Alexandre - Vendredi 10h – 12h, I1 105 (M. Trehuedic)
Depuis maintenant une génération, les progrès historiographiques ont révolutionné notre appréciation de
l’Empire perse. Partis d’Iran au VIè siècle av. J.-C., les Perses achéménides vont succéder aux empires assyrien
et babylonien et étendre pendant deux siècles leur domination depuis l’Égypte et les Balkans jusqu’à l’Indus.
Le cours est une introduction à l’histoire de cet Empire qui a fasciné les anciens Grecs comme les historiens
modernes.

Bibliographie :
Briant, Pierre, Darius, les Perses et l’Empire, Gallimard, Paris, 1992
Hérodote, Histoire (L’Enquête)
Briant, Pierre, Histoire de l’Empire perse, Fayard, Paris, 1996

- UE 14, Renforcement en histoire médiévale, 2h CM. Au choix :


1. La culture et la société scandinave des Vikings à l’Union de Kalmar.
Mardi 13h30 – 15h30, I1 105 (Mme Peneau)
Le cours sera consacré à l’étude des sociétés du Nord de l’Europe de la fin du VIIIe siècle au début du XVIe
siècle. Nous nous intéresserons dans un premier temps à la société de l’époque viking, lorsque les Scandinaves
pillaient l’Occident, créaient des colonies de peuplement et des entités politiques originales (Islande, royaume
d’York, principauté normande, Russie). Puis, nous verrons la manière dont les sociétés s’ouvrent à l’influence
européenne au moment de la christianisation. Les royaumes de Suède, de Danemark et de Norvège se struc-
turent selon des modèles occidentaux et les sociétés des trois royaumes connaissent des évolutions différentes
au cours du Moyen Âge. Ce cours sera l’occasion de se familiariser avec des sources originales (archéologie,
pierres runiques, sagas islandaises).

Bibliographie:
- BAUDUIN Pierre, Les Vikings, Paris, Puf, 2004, 128 p.
- HELLE Knut (sous la dir. de), The Cambridge History of Scandinavia , tome I, Cambridge, Cambridge Univer-
sity Press, 2003, 872 p.
FACULTÉ DES LETTRES, LANGUES
ET SCIENCES HUMAINES
2. Automne flamboyant ou printemps renaissant ? - Mercredi 11h30 – 13h30, I1 105 (M. Paviot)
L’historiographie de l’Occident à la fin du Moyen Âge reste marquée par le beau livre de Johan Huizinga,
L’Automne du Moyen Âge, 1919. Cependant les divisions entre périodes « académiques » empêchent
une vision plus objective du phénomène de la « Renaissance », plutôt des « naissances » et « renais-
sances » qui ont eu lieu depuis le début du XIVe siècle, et ce dans tous les domaines. Nous nous atta-
cherons à étudier les évolutions dans l’art, la culture, la pensée, l’éducation, la politique, l’économie, la
technologie, la géographie.

Bibliographie :
- BURKE, Peter, La Renaissance européenne , Paris, Éditions du Seuil, « Points Histoire, H310 », 2002.
- L’Homme de la Renaissance , dir. Eugenio Garin, Paris, Éditions du Seuil, « Points Histoire, H311 »,
2002.

3. Histoire religieuse de l’Occident médiéval (Ve-XVe siècle).


Jeudi 10h – 12h, I1 105 (Mme Gorochov) 
Du Ve au XVe siècle, en Europe occidentale, la religion chrétienne se développe au point de devenir
majoritaire. Il conviendra d’étudier les différentes institutions ecclésiastiques, leur évolution, mais aussi
les pratiques religieuses des fidèles. Le christianisme n’exerce cependant pas de monopole dans l’Oc-
cident médiéval, puisque subsistent longtemps des pratiques issues du polythéisme romain ou plus
généralement considérées comme « païennes ». Par ailleurs, en Italie, en particulier en Sicile et surtout
dans la péninsule ibérique, dans l’Al-Andalus, l’islam s’installe à partir du VIIIe siècle et reste prépondé-
rant pendant plusieurs siècles. Enfin, le judaïsme est présent un peu partout en Occident pendant toute
la période médiévale. On étudiera dans ce cours l’histoire religieuse de l’Occident médiéval dans sa
grande diversité.

Bibliographie :
-JEAN CHÉLINI, Histoire religieuse de l’Occident médiéval , Paris, 1970, rééd. 2010.
-BERNARD BLUMENKRANZ, Histoire des juifs en France, Toulouse, 1974.
-ALAIN DUCELLIER, FRANÇOISE MICHEAU, Les pays d’Islam VIIe-XVe siècle, Paris, 2007.
- JEAN-ROBERT ARMOGATHE (DIR.), PASCAL MONTAUBIN, MICHEL-YVES PERRIN, Histoire générale du
christianisme. Volume I : Des origines au XVe siècle, Paris, PUF, 2010.

LICENCE 3

Le département d’histoire ne propose pas d’option en Licence 3


FACULTÉ DES LETTRES, LANGUES
ET SCIENCES HUMAINES

géographie
Inscription bureau I2 116

LICENCE 2
UE 9 ECUE 2 : Construction des espaces : 2h CM :
- Jeudi 13h30 – 15h30, I2 219 (M. Estebanez)
Programme :
L’espace est souvent appréhendé par ses limites qui semblent lui donner une stabilité, une dimension
sensible et une forme d’incontestabilité. Les états, les régions, les villes, les continents…sont autant de
découpages spatiaux qui semblent organiser le monde en un ensemble continu de pièces articulées entre
elles, à différents niveaux. L’idée centrale de ce cours est de rendre manifeste le processus de production
sociale de ces catégories en les dénaturalisant. Les continents ne sont pas plus les traductions des limites
entre plaques tectoniques que les fleuves ou les montagnes les bornes incontestables des états. En analy-
sant les acteurs en présence, les rapports de domination à l’œuvre et la généalogie des limites, ce cours
propose de montrer que la construction des espaces est une technique du pouvoir discrète et efficace.

Bibliographie :
Grataloup C., 2009, L’invention des continents, Larousse
Juillard E., 1962, « La région : essai de définition », Annales de géographie, 71, 387, pp. 483-499
Revue de Géographie de Lyon, 1997, « Les ciseaux du géographe. Coutures et coupures du territoire »,
72, 3
Nora P. (dir.), 1997, Les lieux de mémoire, Tome 1, Gallimard. Lire les articles : « Le territoire » et « L’état
»
Tissot S., octobre 2007, « L’invention des ‘quartiers sensibles’ », Monde diplomatique.

LICENCE 3
UE 16A ECUE 1 : Géographie urbaine : 1h30 CM
- Mercredi 14h30 – 16h, I1 207 (Mme Humain-Lamoure)
Le cours et les TD qui lui sont associés visent à revoir et renforcer les connaissances de base en géogra-
phie urbaine, puis de proposer des approfondissements théoriques et thématiques. Après avoir défini ce
que l’on peut considérer comme ‘ville’, deux niveaux de lecture sont articulés :
- les relations inter-urbaines (répartition des villes et leur mise en réseau, diffusion des modèles urbains,
processus de métropolisation) aux échelles mondiales, régionales et nationales ;
- les dynamiques intra-urbaines (formes urbaines, inégalités voire ségrégations socio-spatiales, aménage-
ment et gouvernance de la ville).

Bibliographie :
LE GOIX R., Villes et mondialisation : le défi majeur du XXIe siècle , Paris, Ellipses, coll. « CQFD », 2005.
PAULET J.-P., Manuel de géographie urbaine , Paris, Armand Colin, coll. U, 2009.
HUMAIN-LAMOURE A.-L., LAPORTE A., Introduction à la géographie urbaine , Paris, Armand Colin, coll.
Cursus, 2017.
FACULTÉ DES LETTRES, LANGUES
ET SCIENCES HUMAINES

lettres modernes
Inscription bureau I2 110

LICENCE 2
SEMESTRE 3
UE 09 ECUE 3 Etudes francophones (Y. Parisot)

Introduction aux littératures francophones : de l’invention de soi aux mises en scène de l’écri-
vain-monde
Du mouvement de la Négritude des années 1930 au manifeste ‘Pour une littérature-monde en français’
(2007), le cours proposera un parcours des littératures francophones, entre ‘anti-poème’, ‘roman du je’
et fiction d’auteur, de l’invention de soi en contexte colonial aux mises en scène de l’écrivain rejoignant
une littérature main stream.Le corpus retenu mettra en relation l’écriture de soi et l’intermédialité avec
les arts visuels.

Œuvres étudiées
Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal, Présence africaine, 2000 [1956, 1983].
Ananda Devi, Indian Tango, Gallimard, coll. Folio, 2007.
Dany Laferrière, L’Énigme du retour, Livre de Poche, 2011 [2009].

UE12 ECUE 1 Culture de l’Antiquité Blandine Cuny Le Callet


‘La mort et les Enfers dans l’Antiquité gréco-romaine’

SEMESTRE 4
-UE 13 ECUE 1 Littérature 16e (N Le Cadet)
Initiation à la littérature de la Renaissance française.

Bibliographie
La lecture d’un manuel de littérature française du XVIe siècle (niveau universitaire) est recomman-
dée, ainsi que celle de textes littéraires de la période dans des manuels de littérature à l’intention des
classes de lycée ; par exemple le volume sur le XVIe siècle du manuel Littérature, textes et documents (5
volumes, collection dirigée par H. Mitterand, Nathan, 1987).

Des compléments bibliographiques seront donnés en cours.

UE15 ECUE 2 Culture de l’Antiquité Blandine Cuny Le Callet


« Iconographie des grands mythes gréco-romains »
Les étudiants doivent vérifier avant le début des cours
les modifications éventuelles de salles

LICENCE 3

SEMESTRE 5
UE 16 ECUE 1 Littérature médiévale (JM Boivin)
Chrétien de Troyes, Érec et Énide, éd et trad. J.-M. Fritz, Livre de poche, ‘Lettres Gothiques’, 1992 et nom-
breuses réimpressions
Première œuvre de Chrétien de Troyes qui soit parvenue jusqu’à nous, Érec et Énide est aussi le premier roman
arthurien en langue française. Sa « matière » romanesque neuve est d’emblée portée à la perfection par le gé-
nie de Chrétien de Troyes et par l’introduction, dans un univers et des schèmes narratifs qui seront continués
et imités pendant tout le Moyen Âge, de thèmes et de personnages puissamment originaux.
Lire l’œuvre en traduction avant le premier cours.
Bibliographie : donnée en cours.

UE 16 ECUE 4 Etudes francophones (Y. Parisot)


La réécriture comme contre-fiction politique
De la pièce d’Aimé Césaire Une tempête, adaptation « pour un théâtre nègre » de La Tempête de Shakespeare,
aux relectures postcoloniales d’Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad, la réécriture de canons des littéra-
tures européennes, par les littératures africaines, caribéennes ou de l’océan Indien, a pu apparaître comme une
stratégie identitaire procédant de la décolonisation des imaginaires. Nous nous intéresserons au renouvelle-
ment de cette pratique de l’intertextualité, qui caractérise certaines fictions ultra-contemporaines confrontées
à de nouveaux enjeux. Deux exemples seront considérés comme paradigmatiques : la réécriture d’Orwell par
Boualem Sansal et celle d’E.M. Forster par Zadie Smith.

Œuvres étudiées :
- Sansal, Boualem, 2084. La fin du monde, Folio, 2017 [2015].
- Smith, Zadie, De la beauté [On Beauty], Folio, 2009.
Lire aussi :
- Orwell, Georges,1984, traduction d’Amélie Audiberti, Folio, 1972 [1949]
- Forster, E.M., Howards End, 10/18, domaine étranger, 2006 [1910].

SEMESTRE 6
UE 20 ECUE 1 Littérature médiévale (B. Laïd)
François Villon,Lais, Testament, poésies diverses, éd. J.-C. Mühlethaler, Paris, Champion Classiques, 2004.
Bibliographie : donnée en cours

UE 20 ECUE 1 Littérature 19e (B. Gendrel)


Roman et politique au XIXe siècle
Au siècle des révolutions, la politique prend de plus en plus de place dans la fiction romanesque. Nous tente-
rons de comprendre ce phénomène à travers deux grands romans où s’entremêlent souci de vraisemblance
(car la politique est omniprésente dans le quotidien des Français), convictions politiques (Balzac est un défen-
seur de la monarchie et Zola de la République) et goût du romanesque (complots et machinations sont là aussi
pour créer une tension narrative).

Programme :
- Balzac, Une ténébreuse affaire, éd. « Folio classique ».
- Zola, La Fortune des Rougon, éd. « Folio classique ».
FACULTÉ DES LETTRES, LANGUES
ET SCIENCES HUMAINES

philosophie
Inscription bureau I2 110

LICENCE 2

- UE09 -ECUE1 Philosophie moderne et contemporaine (Poma).


Philosophies de l’erreur
Les recherches sur la nature et la méthode du connaître constituent une branche capitale de la philoso-
phie moderne. Partant de la critique systématique des philosophes de l’antiquité, les modernes éla-
borent progressivement des solutions nouvelles aux problèmes anciens. En particulier, le funeste sceau
de l’erreur, indélébilement imprimé dans la nature même de la connaissance humaine, semble s’effacer
peu à peu devant les normes, les règles et les critères prescrits pour un bon usage des facultés gnoséo-
logiques. L’étude approfondie de textes philosophiques et scientifiques allant de Francis Bacon (XVIIe) à
Paul Feyerabend (XXe) montrera la genèse complexe des réflexions contemporaines sur les sciences.

Bibliographie:
- F. Bacon, Novum Organum, 1620 (PUF, 2010).
- J. Locke, Essai sur l’entendement humain, 1689-1690 (Le Livre de Poche, 2009).
- D. Hume, Enquête sur l’entendement humain, 1748 (GF, 2006).
- E. Kant, Critique de la raison pure, 1781-1787 (GF, 2006).
- P. Feyerabend, Contre la méthode, 1975 (Seuil).

- UE10 -ECUE1 Philosophie générale (Chevalier),


L’invention des langues
Face à la multiplicité babélienne des langues, des théoriciens ont formé le rêve d’une langue univer-
selle rendant la communication possible par-delà toutes les différences. Le projet d’invention d’une
telle langue artificielle trouve ses origines dans la caractéristique universelle de Leibniz au moins, voire
dans l’idéal cratylien d’une langue parfaitement motivée. C’est à la fin du 19e siècle que se déploient
les projets concrets d’espéranto, ido, volapuk, Simple English etc. On s’intéressera au soutien critique
qu’ils reçurent de la part de nombreux philosophes et logiciens (Frege, Peirce, Couturat, Carnap…), aux
raisons philosophiques de l’adoption ou non d’une langue nouvelle (Nietzsche, Wittgenstein), ainsi qu’à
la dimension poétique du projet (Mallarmé, Apollinaire).

Bibliographie:
- Couturat, Louis, et L. Léau, Histoire de la langue universelle, Paris, Hachette, 1903 [en ligne : URL =
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k86025d/f7.image]
- Couturat, Louis, La Logique de Leibniz, d’après des documents inédits, Paris, Alcan, 1901 [en ligne :
URL = http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110843d/f1.item]
Les étudiants doivent vérifier avant le début des cours
les modifications éventuelles de salles

LICENCE 3

- UE17- ECUE1 Concepts de la philosophie morale (Krystkowiak)


L’akrasia
Socrate, à travers sa célèbre formule, nul n’est méchant volontairement, fait remarquer que le savoir est
contraignant dans le domaine moral. C’est-à-dire que l’agent ne peut pas vouloir réaliser une action qu’il sait
être mauvaise. Ce genre de comportement ne peut alors s’expliquer que par l’ignorance de l’agent vis-à-vis de
son action. Aristote considère lui que cette affirmation est en contradiction avec ce qu’on observe quotidienne-
ment et définit ce comportement par l’Akrasia, ou faiblesse de la volonté. Il pose cependant, avec cette notion,
un problème qui est toujours d’actualité : Comment est-il possible de juger qu’une action est la meilleure et
pourtant de choisir un autre parti ? Il s’agira dans ce cours d’étudier la réponse que fait Aristote à Platon puis
d’analyser les interprétations contemporaines de ce problème, notamment chez théoriciens de comme Eliza-
beth Anscombe ou Donald Davidson.

Bibliographie:
- Aristote, Ethique à Nicomaque, Livre 7, Vrin, 1990.
- Alfred R. Mele, Irrationality, an essay on Akrasia, Self Deception and Self Control, Oxford university press,
1987.
- Ruwen Ogien, La Faiblesse de la Volonté, Press Universitaire de France, 1993.
- Pascal Engel, Aristote Davidson et l’Akrasia, Philosophie,3, 11-20, 1984.
- Donald Davidson, Comment la faiblesse de la volonté est-elle possible? (1970), in Actions et évènements, PUF,
1993.

- UE17 - ECUE3 Problèmes et débats du monde contemporain (Talon-Hugon)


L’art à l’âge moderne et les Cours d’esthétique de Hegel
Au XIXème siècle, les mondes de l’art furent infiniment complexes et traversés par des courants d’idées contra-
dictoires. Le Romantisme allemand leur imprima un puissant élan métaphysique alors que les formalismes de
la seconde moitié du siècle voulurent attacher l’art au sensible, la peinture à la picturalité, la musique à la mu-
sicalité et la littérature à la littérarité. Certains artistes comme Hugo ou Zola prônent l’engagement, d’autres,
comme les Goncourt soutiennent que ‘l’artiste, l’homme de Lettres, le savant ne devraient jamais se mêler de
politique : c’est l’orage qu’ils devraient laisser passer au-dessus d’eux’. Le XIXème siècle est celui de la pein-
ture académique et celui de la mise à mort de celle-ci. Entre la production artistique et la production théorique
qui l’accompagne, l’intrication est étroite. La modernité a porté à son paroxysme ce jeu dialectique entre
œuvre et discours. Les artistes se font penseurs et théoriciens (Novalis, Wagner, Hugo, Baudelaire...). A la fois
proche et lointain, le XIXème siècle a laissé à notre époque un héritage important. Celui porte sur la manière
de penser l’art et de considérer l’artiste.
Sur fond de ce contexte, on étudiera plus précisément ici les Cours d’esthétique (1818-1830) de Hegel dont
l’influence a été considérable, aussi bien dans le champ philosophique que dans celui de l’art, des artistes, des
critiques et des historiens de l’art.

Bibliographie

- Hegel, Cours d’esthétique, 1818-1830; trad. franç. V. Jankélévitch, Paris, Aubier, 4 vol., 1995.
- Baudelaire Charles, Ecrits sur l’art, Paris, 10-18, 1986
- Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998
- Cassagne Albert, La Théorie de l’art en France chez les derniers romantiques et les premiers réalistes, Paris,
Champ Vallon, 1997
- Fiedler Conrad, ‘Sur l’origine de l’activité artistique’, trad. fr. Paris, Rue d’Ulm, 2003
- Hanslick, Du Beau dans la musique, 1854 ; trad. franç. Paris, Bourgois, 1986
- Hegel, Cours d’esthétique, 1818-1830; trad. franç. V. Jankélévitch, Paris, Aubier, 4 vol., 1995.
FACULTÉ DES LETTRES, LANGUES
ET SCIENCES HUMAINES
- Hugo, Préface de Cromwell, 1830
- Junod Philippe, Transparence et opacité. Essai sur les fondements théoriques de l’art moderne, Nîmes,
J; Chambon, 2004
- Lacoue-Labarthe Pierre et Nancy Jean.-Luc, L’Absolu littéraire, Paris, Le Seuil, 1978.
- Nietzsche, La Naissance de la tragédie (1872), Œuvres philosophiques complètes, T. I, Gallimard, 1977
; Le gai savoir (1882), OPC, T. V, Gallimard,1967 ; Fragments posthumes, OPC, T. XII, XIII, XIV, Galli-
mard, 1976-79.
- Ruskin, Les Peintres modernes, 1843-1860
- Schaeffer Jean-Marie, L’art de l’âge moderne. L’esthétique et la philosophie de l’art du XVIIIème siècle à
nos jours, Paris, Gallimard, 1992.
- Schiller, Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme (1795), trad. franç. R. Leroux, Paris, Aubier,
1976.
- Schopenhauer, Le Monde comme volonté et comme représentation, 1819, P.U.F., 3 vol., 1966.

Vous aimerez peut-être aussi