Vous êtes sur la page 1sur 24

Cours MEFPEM

Mise En Forme Par Enlèvement De Matière


MEFPEM

Support de cours au profit des étudiants de Mécanique I

2020/2021

Moncef Hbaieb

1/23
Cours MEFPEM
Chapitre 1
LE TOURNAGE
I. GENERALITES

On obtient par tournage toutes les surfaces de révolution Fig1, soit :


• Cylindres extérieurs et intérieurs ;
• Cônes extérieurs et intérieurs ;
• Les profils hélicoïdaux ;
• Ainsi que les surfaces planes.

Figure 1

II. MODE D’ACTION

Pour engendrer une surface de révolution sur un tour parallèle, il faut appliquer à la pièce et à
l’outil deux mouvements conjugués Fig2 :

• Un mouvement de rotation continu rapide à la pièce ;


• Un mouvement généralement rectiligne uniforme lent à l’outil.

Figure 2

Le mouvement communiqué à la pièce prend le nom de mouvement de coupe Mc.


Le mouvement communiqué à l’outil prend le nom mouvement d’avance Mf ou (Ma).

Pour que l’outil produire une surface par enlèvement de copeau, un réglage de position outil
pièce sera nécessaire (prise de passe). Ce troisième mouvement est appelé mouvement de
pénétration Mp.

2/23
Cours MEFPEM
III. GENERATION DES SURFACES TOURNEES
3.1 Les surfaces de révolution.
La surface de révolution Fig3 est engendrée par une ligne G (génératrice) tournant autour d’un
axe ZZ’ auquel elle est impérativement liée.
On obtient une surface plane lorsque la droite G se trouve perpendiculaire à l’axe ZZ’ et tourne
autour de celui-ci auquel elle est toujours liée.

Figure : 3
3.2 Les surfaces hélicoïdales
La surface hélicoïdale est engendrée par la combinaison d’un mouvement d’avance, (caractérisé
par le pas) généralement suivant l’axe ZZ’, et d’un mouvement de rotation communiqué à la
pièce.
Dans la majorité des cas ces surfaces sont des filetages. Ces principes sont les mêmes pour les
surfaces intérieures.

Figure 4

IV. MODES D’OBTENTION DES SURFACES DE TOURNAGE

4.1 Travail de forme Fig. 5


Il est caractérisé par deux mouvements :
Mc communiqué à la pièce
Ma communiqué à l’outil

La surface à obtenir est déterminée par la forme et la position de l’arête tranchante de l’outil.
L’état de surface est fonction de la finesse de l’arête tranchante.

3/23
Cours MEFPEM

Figure :5

4.2 Travail d’enveloppe Fig. 5


Il est caractérisé par trois mouvements :
• Mc communiqué à la pièce ;
• Mf communiqué a l’outil ;
• Ma mouvement de pénétration qui permet la mise en position de l’outil, pour la
prise de passe

La surface usinée est le lieu des positions successives de l’extrémité A de l’arête tranchante
suivant la génératrice G
L’état de surface est fonction des conditions de coupe et du rayon du bec de l’outil.

4.3 Les différentes surfaces engendrées et outils

4/23
Cours MEFPEM

V. LES DIFFERENTES OPERATIONS DE TOURNAGE.


5.1 Chariotage
Le chariotage est une opération qui consiste à réaliser toutes les surfaces de révolution par
travail d’enveloppe. C’est la trajectoire de l’outil qui donne la forme de la surface Fig 6.

5/23
Cours MEFPEM

Figure 6

5.2 Dressage
Le dressage est une opération d’usinage qui consiste à réaliser une surface plane par
déplacement rectiligne perpendiculaire à l’axe de révolution de la pièce Fig 7.

Figure : 7

Dans la pratique, chariotage et dressage sont souvent associés pour répondre aux exigences des
tolérances d’orientation géométrique imposées Fig 8.

Figure :8

5.2.1 Outil coudé à charioter


Il permet le chariotage et le dressage dans la même position de montage. Il est utilisé aussi pour
réaliser des chanfreins à 45° Fig 9.

Figure :9

5.2.2 Outil droit à charioter


Souvent il est utilisé pour le chariotage Fig 10. Quelques fois on l’utilise pour le dressage Fig
5a et 5b

Figure :10

6/23
Cours MEFPEM
5.3 L’alésage
L’exécution d’un alésage peut être obtenue suivant deux possibilités :
- avec un outil à tranchant unique O.T.U Fig 11.
- avec un outil à tranchant multiples O.T.M (alésoir) Fig12.

Figure :11 Figure :12

L’ébauche de cette alésage peut être exécuté par :


- moulage ;
- forgeage ;
- usinage (perçage).

5.3.1 Alésage à l’outil à tranchant unique.


L’outil se monte directement sur le porte outil. Il faut réduire au maximum le porte-à-faux de
l’outil Fig13. Un outil monté à l’endroit permet une bonne visibilité de l’arête tranchante et de
l’usinage Fig 14.

Figure :13 Figure :14

Un outil monté à l’envers permet un bon dégagement du copeau, une prise de passe dans le sens
positif du tambour gradué, et également de conserver le réglage du chariot porte outil dans le
cas d’ajustement conique Fig 15.

Figure :15

Condition de coupe
- Vitesse de coupe les 3/4 de la vitesse de coupe de chariotage
- Avance suivant le porte à faux de l’outil et la rigidité de l’outil : f= 0.05 à 0.2mm/tr
- Profondeur de passe : a= 0.05 à 2mm.

Mode opératoire
- Faire affleurer sur l’alésage ébauché ;
- Ébaucher au diamètre D-0.5mm ;
- Faire une demi-finition à D-0.2mm ;
- Finir au diamètre D (cote moyenne). En raison de flexion de l’outil, faire des passes à vide.
7/23
Cours MEFPEM
5.3.2 Alésage à l’outil à tranchant multiple.

Montage de l’outil
L’alésoir se monte généralement dans la partie conique du fourreau de la poupée mobile. Un
montage rigide permet des travaux d’ébauche et de demi-finition, car il permet la correction de
la rectitude et la position géométrique de l’axe de l’alésage Fig16. Un montage flottant permet
le calibrage du diamètre et un bon état de surface Fig17.
Très souvent, les opérations d’ébauche et de demi-finition sont remplacées par un usinage à
l’outil à tranchant unique, ce qui permet d’assurer la correction de la rectitude et de la position
géométrique de l’axe de la pièce.

Figure :16 Figure :17

Condition de coupe
-Vitesse de coupe le ¼ de la vitesse de chariotage.
-Avance f= 0,1 à 0,2 mm/tr.

Mode opératoire
L’usinage d’un alésage dépend du mode d’obtention de l’ébauche Fig 18 et 19.
Dans tous les cas, l’outil à tranchant unique permet la correction de la rectitude et de la
position géométrique de l’axe de l’alésage. On doit faire intervenir cet outil en demi-finition
chaque fois que l’on trouvera sur le dessin les conditions de forme et de position Fig 20.

Figure :18

Figure :19

Figure :20

8/23
Cours MEFPEM
5.4 Chambrage
C’est un évidement intérieur souvent sans grande précision. Lorsque les dimensions sont
réduites en largeur cet évidement prend le nom de gorge.

5.5 Tournage conique

5.5.1 Caractéristique d’un cône

D1 : grand diamètre du cône


d : petit diamètre du cône
D : diamètre de jauge Diamètre théorique donné sans tolérance
l : longueur du cône
e : limite d’enfoncement
β: Angle au sommet
α: Angle d’inclinaison de la génératrice par rapport à l’axe de la pièce Fig1.

9/23
Cours MEFPEM
D = d+ (conicité * l)

D−d
l=
conicité
5.5.2 Les différents types de cônes
Cônes morses

Figure :21
Leur conicité est voisine de 5% ou 0,05 suivant leur numéro n°0-1-2-3-4-5-6 Fig21

Cônes mécaniques
Leur conicité est variable de 1 à 20%

Cônes standard

Figure :22
Leur conicité est de 7/24 (29,2%) pour tous les numéros n° 30-40-45-50-60 Fig22

5.5.3 Usinage d’un cône par orientation du chariot porte-outil


- Déterminer l’angle d’orientation du chariot porte-outil
- Orienter le chariot porte-outil de l’angle déterminé Fig23
- Affiner le réglage par l’une des méthodes suivantes :

10/23
Cours MEFPEM

Figure :23

Réglage avec cône étalon


L’écart enregistré par le comparateur pendant le déplacement de la position 1à la position 2 doit
être inférieur à l’intervalle de tolérance exigé Fig24

Figure :24

Réglage par la méthode sinus


La différence indiquée par le comparateur pendant le déplacement de la position 1 à la position
2 de la longueur A doit correspondre à la valeur a calculée Fig25

a = Sinusα. A
Figure :25

Remarques :
• Pendant le réglage le comparateur doit se monter sur le chariot porte outil (pour les deux
méthodes).
• La longueur du cône à usiner doit être inférieure à la course maximale du chariot porte-
outil.

11/23
Cours MEFPEM
5.5.4 Usinage d’un cône par désaxage de la poupée mobile

Figure :26 Figure :27

• Calculer le désaxage à réaliser


b = tgα − L
• Mettre le palpeur du comparateur en contact avec le fourreau de la poupée mobile.
Mise à zéro Fig27.
• -Agir sur les vis de réglage de manière à obtenir une déviation nulle de l’aiguille
du comparateur au cours du déplacement.

Remarque :
Le désaxage de la poupée mobile entraîne une modification de la position de la pièce par rapport
à la pointe, de ce fait la portée de la contre-pointe sur le centre est très mauvaise, surtout pour
des désaxages importants.
Cette méthode n’est pas rationnelle et ne peut être utilisée que pour des cas particuliers (conicité
inférieure ou égale à 5%°).

5.5.5 Usinage d’un cône par reproduction mécanique règle directrice


- Libérer l’écrou du chariot transversal
- Orienter le chariot porte-outil de 90° pour faire la prise de passe Fig28
-Calculer l’angle d’inclinaison de la règle
-Orienter le règle de l’angle déterminé
-Affiner l’inclinaison par le comparateur et un cylindre étalon.

Figure :28

5.5.6 Contrôle du cône au cours de l’usinage

Pour contrôler le diamètre du plan de jauge D au cours de l’usinage on utilise une bague étalon.
Le problème consiste à déterminer la profondeur de passe p qui donne un avancement de la
bague de contrôle de x. Suivant la méthode d’usinage du cône on peut procéder comme suit :

12/23
Cours MEFPEM

Usinage par orientation du chariot porte outil


• Positionner le vérificateur sur la pièce.
• Mesurer la cote T
• Déterminer l’avancement du vérificateur x
• Déplacement du trainard de x
• Effectuer la passe et contrôler

Usinage par chariot longitudinal


• Positionner le vérificateur sur la pièce.
• Mesurer la cote T
• Déterminer l’avancement du vérificateur x
• Calculer la profondeur de passe p
• Régler et exécuter la passe puis contrôler

5.6 Le Filetage
Le filetage est une opération d’usinage qui consiste à creuser une ou plusieurs rainures
hélicoïdales sur une surface cylindrique extérieure ou intérieure.

L’hélice est obtenue par la combinaison de deux mouvements :


- un mouvement de rotation Mc,
- et un mouvement de translation Ma.
C’est l’avance par tour de la pièce qui détermine le pas Fig 29.

Figure :29

5.6.1 Caractéristique d’un filetage


Profil : désigné par un symbole M-Tr-Rd-G, il est généralement obtenu par la forme de
l’outil. Fig30
Diamètre nominal : c’est le diamètre théorique qui désigne la dimension du filetage. (Exp :
M20)
Pas : c’est la distance comprise entre deux sommets consécutifs
Sens : lorsqu’elle est placée verticalement, une vis est à droite si le filet monte vers la droite,
et à gauche si le filet monte vers la gauche Fig 31

13/23
Cours MEFPEM

Figure :30

Figure :31

5.6.2 Outil de filetage


La forme de l’outil de filetage dépend du profil à obtenir sur la pièce. Pour un profil
triangulaire (M), (filetage métrique) la partie active de l’outil est triangulaire Fig32
L’outil donne directement le profil du filetage et son affûtage est fonction du matériau usiné,
du pas et du sens de l’hélice.

Figure :32

5.6.3 Les conditions de coupe


• Vitesse de coupe est le 1/3 de la vitesse de coupe de chariotage.
• Avance est égale au pas.
• Profondeur de filetage :
- pour une vis c’est 0, 6134.P
- pour un écrou c’est 0,577. P
Cette profondeur est usinée en passe successives.

14/23
Cours MEFPEM
5.6.4 Préparation
Le diamètre de tournage à préparer sur la pièce avant filetage dépend du diamètre nominal, du
pas et de la forme du profil. Pour un filetage triangulaire :
• le diamètre de tournage pour une vis = diamètre nominal - 1/20Pas.
• le diamètre de l’alésage pour un écrou = diamètre nominal - 1,0825Pas

5.7 Montage des pièces en tournage

5.7.1 Montage en l’air


La mise en position (situation de l’axe de révolution de la pièce) est assurée sur la porte pièce
par une seule extrémité, afin d’assurer :

• la fixation de la pièce (porte à faux réduit à 2*D)


• le maintien en position pendant toute la durée d’usinage.
Ce genre de montage permet la réalisation de l’usinage de surfaces extérieures et intérieures

Montage sur mandrin 3 mors à serrage concentrique Fig 33a

Figure :33

Montage sur mors durs à l’endroit


la concentricité entre surface en prise et surface usinée ne peut être assurée à moins de 0,2 mm
Elle dépend de l’état du mandrin. Fig 34.
• le montage Fig 35 assure un arrêt axial et un meilleur maintien de la pièce.
• le montage Fig 36 permet la prise par l’intérieur de la pièce lorsque la dimension
de l’alésage le permet.

Figure :34

15/23
Cours MEFPEM

Figure :35

Figure :36
Montage sur mors durs à l’envers
Il permet la prise de pièces de diamètre équivalent au diamètre du mandrin. La longueur de la
prise de mors est réduite Fig 37.

Figure :37

Montage sur mors doux


Il permet d’obtenir une concentricité de 0.02 à 0.05 mm Il ne laisse pratiquement aucune marque
sur la pièce Fig 38.

Figure :38

Montage sur mandrin 4 mors réversibles à serrage indépendant.


Le mandrin 4 mors Fig 33b permet la prise de pièces prismatiques et la réalisation d’excentrique
Fig39. Le maintien en position est assuré d’une manière plus rigide qu’en mandrin trois mors à
serrage concentrique.

Figure :39

16/23
Cours MEFPEM

Montage sur plateau-équerre.


C’est un montage d’usinage constitué principalement d’un plateau à trous et d’une équerre de
montage. Il permet le positionnement isostatique d’une pièce de forme particulière et assurant
les conditions géométriques de la pièce Fig40.

Figure :40
5.7.2 Montage Mixte
La mise en position est assurée par les deux extrémités de la pièce pour éliminer le porte à faux.
Ce genre de montage permet la réalisation de l’usinage de surfaces extérieures seulement.
Le montage mixte Fig 41 permet :
• pour l’usinage de pièces relativement longues, un entrainement et un maintien nettement
meilleur que ceux obtenus par un montage entre-pointes avec toc.
• pour l’usinage de pièces longues, la prise de fortes passes d’ébauche. Donc un gain de temps.

Figure :41

5.7.3 Montage entre pointes


La mise en position est assurée par pointes qui se logent dans des centres de la pièce Fig42.

Figure :42

Ce montage est utilisé:


• en finition pour la reprise des pièces afin d’obtenir des conditions géométriques
imposés, exemple parallélisme, perpendicularité, etc.
• pour éviter les flexions des pièces (l>2D) en fonction des formes et des qualités
géométriques exigées.
• pour l’usinage des surfaces extérieures seulement.

17/23
Cours MEFPEM
Les centres
Leur exécution doit être très soignée, car ils constituent les surfaces de référence et de reprise
de la pièce Fig43.

Figure :43

Si les centres sont non alignés, les pointes portent mal, l’usure des centres est rapide et la pièce
ne tourne pas rond Fig44, il faut donc prévoir des centres à profils curvilignes ou une pointe à
bout sphérique Fig45.

Figure :44

Figure :45

Les conditions impératives


- Les pointes doivent tourner sans faux rond et ne doivent présenter aucun défaut Fig46
- Le réglage de l’alignement de la poupée mobile avec l’axe de la broche doit se faire avec un
cylindre étalon et comparateur Fig47 ou directement sur la pièce à usiner.

Figure :46

Figure :47

VI. LES CONDITIONS DE COUPE


Le meilleur choix des conditions de coupe entraîne le meilleur prix de revient et la plus grande
production des pièces.
Ces conditions (Vc, f, a) dépendent de plusieurs paramètres liés à la machine, à l’outil et à la
pièce.

18/23
Cours MEFPEM
6.1 Choix de la vitesse de coupe
Le choix de la vitesse de coupe Vc dépend de nombreux paramètres dont les principaux sont :
- La durée de vie de l’outil (T)* ;
- La nature et l’état du métal à usiner ;
- La lubrification ;
- La nature de l’opération ;
Le tableau T1 donne les valeurs de la vitesse de coupe Vc en fonction de la matière à usiner et
celle de l’outil utilisé. Ces valeurs seront corrigées par le deuxième tableau T2 en fonction de
l’opération à réaliser.
Tableau T1 : Vitesse de coupe et Avance

Tableau T2 :Correction de la vitesse de coupe en fonction de l’opération.

6.2 Choix des avances.


Le choix de l’avance dépend du type de travail à réaliser (chariotage, perçage,...), de l’état de
surface (rugosité, précision dimensionnelle et géométrique), du matériau de l’outil et de la
rigidité de la pièce.
Le tableau T1 donne les valeurs de l’avance en fonction de la matière à usiner et celle de l’outil
utilisé.
19/23
Cours MEFPEM

Remarque :
Les valeurs de la vitesse de coupe et de l’avance sont déterminées expérimentalement, en tenant
compte de tous les facteurs cités ci-dessus. En générale ces valeurs expérimentales sont
optimales, ils permettent de travailler dans des bonnes conditions de coupe et de réaliser le
maximum de pièces au cours de la durée de vie de l’outil.
Loi de TAYLOR T = Cv. (Vc)n

T : est la durée de vie de l’outil,


Cv : est une constante qui dépend du matériau à usiner et des conditions de coupe.
n : est une constante qui dépend essentiellement du matériau de l’outil.

6.3 Choix de la profondeur de passe.


La profondeur de passe (a) dépend de la surépaisseur à usiner, ainsi que de la nature de
l’opération (ébauche ou finition). Elle tend à diminuer, lorsque les exigences dimensionnelles,
géométriques et d’état de surface deviennent plus rigoureux.
Elle ne doit pas être cependant inférieure au copeau minimum. La valeur maximale de (a) est
limitée par la rigidité de l’outil, la puissance de la machine et la longueur de l’arête tranchante
de l’outil.

6.4 Calcul de la vitesse de rotation.


La vitesse de rotation N peut être calculée par la relation suivante :

1000. VC
N=
π. D
ou déterminée par abaque : exemple ci-contre.

Dans la pratique, pour usiner sur un tour parallèle, il faut régler la vitesse de rotation N en
tr/min et l’avance f en mm/tr.

20/23
Cours MEFPEM
6.5 Puissance nécessaire à la coupe en tournage

P c = F c .V c + F f .V f + F a .V a

Pc est la puissance nécessaire à la coupe en Watt


Fc est l’effort de coupe en N
Ff est l’effort d’avance en N
Vc est la vitesse de coupe.
Vf est la vitesse d’avance.

Les valeurs de Ff sont déterminées expérimentalement d’après le tableau :

Outil Matériau usiné Ff


Kr= 90° Aciers 2/3.Fc
O.Couteau Fontes 2/3.Fc
Kr= 45° Aciers 2/5.Fc
O.Coudé Fontes 1/3.Fc

L’effort de coupe est Fc = Ks.S

Ks est la pression spécifique de coupe en N/mm2


S est la section du copeau en mm2
S = f. a

Ks : est déterminé suivant l’épaisseur du copeau « h » et la matière à usiner :

h = f .Sin K r

21/23
Cours MEFPEM

Pression spécifique de coupe en tournage


Ks en MPa
Matériau usiné Epaisseur h
0,1 0,2 0,4 0,8
S185 (A 33), S235 (E24 ) 3600 2600 1900 1400
Aciers S355 (E36 ) 4000 2900 2100 1500
ordinaires E386 (A60 ) 4200 3000 2200 1600
E360 (A70 ) 4400 3150 2300 1650
Acier non C35 (XC38 ), C40 (XC42 ) 3200 2300 1700 1250
Alliés pour C55 (XC55 ) 3600 2600 1900 1400
T Th C60 ( XC65 ) 3900 2850 2100 1500
Aciers au manganèse 4700 3400 2450 1800
Aciers Aciers au nickel chrome 5000 3600 2600 1850
Aciers au chrome molybdène 5300 3800 2750 2000
Alliés
Aciers inoxydables 5200 3750 2700 1900
FGL100, FGL 150 1900 1360 1000 700
Fontes FGL 200, FGL 250 2900 2100 1500 1100
Fontes alliés 3250 2300 1700 1200
Fontes malléables et fontes FGS 2400 1750 1250 900
Alliages laitons 1600 1150 850 600
Cuivreux bronzes 3400 2450 1800 1300

Alliages d’aluminium (Si< 13%) 1400 1000 700 500


Alliages Alliages de fonderie ( Rm< 190 Mpa) 1150 850 600 450
Alliages de fonderie (190< Rm <270 Mpa ) 1400 1000 700 500
D’alumini
Alliages de fonderie (270< Rm <370 Mpa ) 1700 1250 850 650
um

La puissance du moteur de la machine devra au moins égale à

Ou η: est le rendement de la machine


Pm = P/ η

Application
Calculer la puissance nécessaire pour un chariotage d’ébauche de diamètre 60mm sur une pièce
en acier 35 Cr Mo 4 (35CD4). L’outil employé est en carbure de nuance P20 dont K 90° et
γn=6°. Les conditions de coupe sont Vc = 200m/min ; f = 0,4 mm/tr ; ap = 5mm

VII. DEFAUTS DE SURFACE ET RUGOSITE.

7.1 Les défauts de surface.


Les défauts géométriques d’une surface après usinage sont en général classés en quatre ordres :

Défauts du premier ordre : ce sont des défauts de forme. Par exemple, écart de rectitude,
écart de circularité,… Fig 48
Défauts du deuxième ordre : c’est une ligne ondulée. Elle est caractérisée par une ligne
enveloppe supérieure. La distance d’irrégularité entre deux sommets est comprise entre 0,5 et
2,5 mm environ.

22/23
Cours MEFPEM
Défauts du troisième et quatrième ordre : ils caractérisent la rugosité de la surface.
Les défauts du troisième ordre sont constitués par des stries ou sillons. La distance entre deux
sillons est comprise entre 0,02 et 0,5 mm environ.
Les défauts du quatrième ordre sont des défauts apériodiques constitués par des arrachements,
fentes,… La distance entre deux pics de ces irrégularités est inférieure ou égale à 20 µm.

Fig 48

7.2 Rugosité
Pour définir la rugosité d’une surface plusieurs critères sont utilisés. Les plus utilisés sont :

Ra : est la moyenne arithmétique, sur la longueur de base, de la valeur absolue de l'ordonnée


Y entre chaque point du profil et la ligne moyenne Fig 49

Fig 49

Rt : Hauteur crête-à-crête maximale. Il s'agit de la valeur absolue entre les hauteurs maximum
et minimum Fig 50

Fig 50

23/23
Cours MEFPEM

En tournage la rugosité Rt du profil théorique peut être modélisée en fonction de l’avance et du


rayon de bec d’outil par la relation :

Rt = 125.(f2/ Rε)

24/23

Vous aimerez peut-être aussi