Vous êtes sur la page 1sur 2

Les triplets pythagoriciens.

On appelle triplet pythagoricien, tout triplet d’entiers naturels non nuls (a, b, c) tels que a2 + b2 = c2 .
On note P l’ensemble des triplets pythagoriciens, soit

P = {(a, b, c) ∈ (N? )3 tels que a2 + b2 = c2 }.

L’objectif de ce problème, conçu à partir d’une idée de Seizou, est de caractériser l’ensemble P.

On rappelle les définitions et résultats suivants.

• Un entier naturel n est dit pair s’il existe un entier naturel k tel que n = 2k. Un entier naturel n
est dit impair s’il existe un entier naturel k tel que n = 2k + 1.

• Soit a et d deux entiers naturels non nuls. On dit que l’entier d est un diviseur de a ou encore
que d divise a s’il existe un entier naturel k tel que a = k × d. Pour plus de simplicité d’écriture, on
note parfois a = k.d ou encore a = kd. Par exemple, 3 est un diviseur de 15 car 15 = 5 × 3.

• Un entier naturel non nul est appelé nombre premier s’il admet uniquement deux diviseurs dis-
tincts qui sont 1 et lui-même. Par exemple, 7 est un nombre premier mais 9 ne l’est pas. En effet,
les diviseurs de 9 sont 1, 3 et 9. De plus, 1 n’est pas un nombre premier.

• Deux entiers naturels non nuls a et b sont dits premiers entre eux si leur seul diviseur commun
est égal à 1. Par exemple, 4 et 9 sont premiers entre eux, mais 4 et 6 ne le sont pas puisque 2 est
un diviseur commun.

• Trois entiers naturels non nuls a, b et c sont dits deux à deux premiers entre eux si a et b sont
premiers entre eux, a et c sont premiers entre eux et b et c sont premiers entre eux.

• Décomposition en facteurs premiers. Tout entier naturel n non nul se décompose de manière
unique sous la forme
Yr
n= pmi
i
= pm 1 m2 mr
1 p2 . . . pr
i=1

où r est un entier non nul, les pi sont des nombres premiers et les mi des entiers naturels non nuls.
Par exemple : 2020 = 22 × 5 × 101. Dans cet exemple, r = 3, p1 = 2, p2 = 5, p3 = 101, m1 = 2 et
m2 = m3 = 1.

Pour des raisons d’équité entre tous les apprenants, il est demandé de rédiger la solu-
tion sans utiliser des notations de congruence ou de PGCD/ PPCM. Certains d’entre
vous pourraient ne pas connaı̂tre ces notions abordées en spécialité maths.

1. Exemples.
Parmi les triplets suivants, lesquels appartiennent à P ? Justifier chaque réponse.
a) (1, 0, 1)
b) (1, 1, 1)
c) (−3, 4, 5)
d) (3, 4, 5)
e) (6, 8, 10)

2. Echauffement.
Soit m et n deux entiers naturels non nuls tels que m > n.

a) On suppose que m et n sont impairs. Quelle est la parité de m + n ?


b) On suppose que m et n sont impairs. Quelle est la parité de m − n ?
c) On suppose que m et n sont pairs. Quelle est la parité de m2 + n2 et de m2 − n2 ?
d) On suppose que m et n sont impairs. Quelle est la parité de m2 + n2 et de m2 − n2 ?
e) On suppose que m est impair et n est pair. Quelle est la parité de m2 + n2 et de m2 − n2 ?
f) On suppose que m est pair et n est impair. Quelle est la parité de m2 + n2 et de m2 − n2 ?
g) Soit d un entier naturel qui divise m et n. Montrer que d divise m + n et m − n.
h) On suppose que n divise m. Montrer que n2 divise m2 .

1
i) On suppose que n2 divise m2 . Montrer que n divise m.
Indication: on pourra passer par la décomposition en facteurs premiers de n et de m.

3. Réduction des triplets.


Soit (a, b, c) un triplet pythagoricien. Soit d un entier naturel non nul.

a) Soit k ∈ N∗ . Montrer que (ka, kb, kc) est un triplet pythagoricien.


b) Montrer que si d divise a et b, alors d divise c.
c) Montrer que si d divise deux des trois entiers : a, b et c, alors d divise le troisième.
d) Expliquer comment construire à partir de (a, b, c) un autre triplet pythagoricien (a0 , b0 , c0 ) avec
a0 , b0 et c0 deux à deux premiers entre eux. On pourra distinguer deux cas:
• a et b sont premiers entre eux.
• a et b ne sont pas premiers entre eux.

4. Parité.
Soit (a, b, c) un triplet pythagoricien tels que a, b et c sont deux à deux premiers entre eux. Un tel
triplet est dit réduit.

a) Montrer que a, b, c ne peuvent pas être tous les trois pairs.


b) Montrer que a, b, c ne peuvent pas être tous les trois impairs.
c) Montrer que, parmi a, b, c, on ne peut pas avoir deux entiers pairs et le troisième impair.
d) Parmi les trois entiers a, b, c, combien sont impairs ?
e) Déterminer la parité de c.

Au vu des résultats précédents, on peut donc supposer que a et c sont impairs, que b est pair et que
a, b et c sont deux à deux premiers entre eux. On note (?) cette hypothèse.

5. Théorème d’Euclide. Caractérisation des triplets pythagoriciens.


Soit (a, b, c) un triplet pythagoricien vérifiant la condition (?).
a) On suppose qu’il existe p ∈ N∗ tel que b = 2p. Montrer qu’il existe deux entiers naturels q et r
non nuls tels que (
c + a = 2q
c − a = 2r
b) En déduire l’expression de qr en fonction de p.
c) Monter que q et r sont premiers entre eux.
d) Soit pi ≥ 2 un nombre premier divisant p. Montrer que pi est un diviseur de q ou de r, mais sans
être un diviseur des deux à la fois.
e) En déduire qu’il existe deux entiers naturels u et v tels que q = u2 et r = v 2 .
Indication: on pourra passer par la décomposition en facteurs premiers.
f) Exprimer a, b et c en fonction de u et de v.
g) Montrer que u > v.
h) Montrer que u et v sont de parité contraire.
i) Montrer que u et v sont premiers entre eux.

6. Réciproque.
Soit u et v deux entiers naturels non nuls, de parité opposé, avec u > v et u, v premiers entre eux.
On pose 
2 2
a = u − v

b = 2uv

c = u2 + v 2

a) Montrer que (a, b, c) est un triplet pythagoricien.


b) Etudier la parité de a et de c.
c) Montrer le triplet (a, b, c) vérifie la condition (?).

7. Application.
a) Trouver a et b tels que (a, b, 2020) soit un triplet pythagoricien.
b) Trouver a et c tels que (a, 2020, c) soit un triplet pythagoricien.