Vous êtes sur la page 1sur 1

4/. Faites un petit récit au passé, selon le modèle.

Quand je pars en vacances en juin dernier, il fait beau. Mais au débout, mes
vacances presque tombe en panne, parce que quand je mets ma sac dans la
voiture, je touche mes poches, et je trouve que je perds mon portefeuille. Je
suis rentré chez moi, et je cherche pour mon portefeuille. Je le trouve sur mon
lit. Je prend de l'argent. Je repars.

Quand je arrive sur la plage, il a 11 heure. Il fait chaud. Je vois que tout le
monde est en une bien forme physique. Le jour est merveilleux. Je dépose ma
sac sur le sable, je déroule mon drap de plage, et je me couche. La vie est
belle.

1/. Mettz le texte au passé.

Hier, mon fils se lève à sept heures, et comme toujours, il est de mauvaise
humeur. Il prend son petit déjeuner sans dire un mot. Comme toujours, il a son
walkman sur la tête, et il porte des lunettes noires. Il ressemble à un Martien. À
huit heures, il quitte la maison pour prendre le bus. Il fait froid, et il pleut
légèrement, mais, comme tous le jours, mon fils n'ont qu'un vieux pull sur le
dos. Il porte aussi des jeans troués et des baskets fluorescentes. Je ferme la
porte derrière lui, et je me demande, perplexé si je suis comme ça à son âge.  

Solución

4/. Faites un petit récit au passé, selon le modèle.

Quand je suis parti en vacances en juin dernier, il faisait beau. Mais au débout,
mes vacances presque est tombé en panne, parce que quand j'ai mis ma sac
dans la voiture, j'ai touché mes poches, et j'ai trouvé que j'ai perdu mon
portefeuille. Je suis rentré chez moi, et j'ai cherché pour mon portefeuille. Je l'ai
trouvé sur mon lit. J'ai pris de l'argent. Je suis reparti.

Quand je suis arrivé sur la plage, il a éte 11 heure. Il faisait chaud. J'ai vu que
tout le monde était en une bien forme physique. Le jour était merveilleux. J'ai
déposé ma sac sur le sable, j'ai déroulé mon drap de plage, et je me suis
couché. La vie était belle.

1/. Mettz le texte au passé.

Hier, mon fils s'est lévé à sept heures, et comme toujours, il était de mauvaise
humeur. Il a pris son petit déjeuner sans dire un mot. Comme toujours, il avait
son walkman sur la tête, et il portait des lunettes noires. Il ressemblait à un
Martien. À huit heures, il a quitté la maison pour prendre le bus. Il faisait froid, et
il pleuvait légèrement, mais, comme tous le jours, mon fils n'avait qu'un vieux
pull sur le dos. Il portait aussi des jeans troués et des baskets fluorescentes.
J'ai fermé la porte derrière lui, et je m'ai demandé, perplexé si j'avais été
comme ça à son âge.