Vous êtes sur la page 1sur 44

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la

Recherche Scientifique
Ecole Supérieure de Management – Tlemcen
4e Année Master en Management et Stratégies des entreprises
2019/2020

Module:
Communication et SI en
Management

Responsable du module: Dr. CHIKHI Kamel


Contact: kamel_chikhi@hotmail.com
Chapitre 1

La notion
de système d’information
Plan du chapitre
Section 1. Approche de la notion de SI. Une proposition de définition
1.1 Un système organisé à partir de différentes ressources
1.2 Un système finalisé pour répondre à des objectifs
1.3 Un SI défini à plusieurs niveaux

Section 2. La dimension informationnelle du SI


2.1 La notion de représentation par des modèles
2.2 Les représentations et les informations pertinentes

Section 3. La dimension technologique


3.1 Les bases de la technologie : composants et architectures
3.2 La construction de la technologie « en usage »

Section 4. La dimension organisationnelle


4.1 Le SI, élément déterminant du fonctionnement de l’organisation
4.2 Le SI élément constitutif de la structure de l’organisation

Dr. CHIKHI Kamel 3


Section 1. Approche de la notion de système d’information
– une proposition de définition

Une première approche considère qu’un système d’information, organisé à partir de différentes
ressources, est un ensemble finalisé autour d’objectifs et susceptible d’être défini à différents
niveaux, même si, au final, il a toujours un caractère organisationnel et même social.

Si toutefois on met en avant que le système d’information aide l’acteur à former des
représentations et donc que le système ne peut le faire sans l’acteur, alors c’est bien l’interface
environnement/acteur qui est le véritable générateur de l’information (cf. section 2, la
dimension informationnelle du SI).

D’ où la définition:
Un système d’information est un système d’acteurs sociaux, qui mémorise et transforme des
représentations via des technologies de l’information et des modes opératoires (Reix et Rowe,
2002).

Dr. CHIKHI Kamel 4


Le système d'information de gestion
Tout dirigeant d'une entreprise a besoin de l'information pour savoir, savoir pour agir, savoir
pour decider, savoir pour contrôler, etc.
Le processus de gestion, c'est-a-dire le deroulement coordonne des activites dans un
environnement soumis à des contraintes de temps et d'espace doit répondre a la question de
savoir par quels moyens, methodes, etc. peut-on acquerir - conserver - transmettre -
communiquer de l'information dans et entre les organisations?

Selon Robert REIX1, un système d’information (SI) est « un ensemble organise de ressources
(materiel, logiciel, personnel, données, procédures) permettant d’acquérir, de traiter, de stocker
et de communiquer des informations dans des organisations. »
Le système d’information n’est donc qu’un sous-ensemble automatise du système
d’information d’une entreprise. Ce dernier doit permettre non seulement de faciliter et
d’accelerer les prises de décisions mais également de communiquer entre les acteurs de
l’entreprise.

(1) REIX Robert, (2004), « Systèmes d’information et management des organisations », Vuibert.

Dr. CHIKHI Kamel 5


Figure 1. Un système fondé sur des ressources
et des pratiques de travail

Dr. CHIKHI Kamel 6


Les composantes d'un système d'information

(Reix Robert, « Systéme d'information et management des organisations », Ed. Vuibert, Paris, 1995)

Dr. CHIKHI Kamel 7


Catégories des systèmes d’information

Deux catégories de systèmes d’information sont distinguées :

- Le système d’information formel qui est defini au sein de l’organisation par des
procedures codifiées, des documents et des messages specifies (par exemple le système
d’information comptable).
- Le système d’information informel qui offre une souplesse au traitement et a la
circulation de l’information lièe a cette absence de régles.
L’implantation d’un système d’information soulève de nombreuses questions concernant
les besoins de sa mise en reuvre (adaptabilité et caractère évolutif par rapport a
l’entreprise), son emplacement (interne ou externe) son coût et ses moyens en terme de
financement, enfin ses différents acteurs (individus concernes et dispositifs, matériels et
logiciels, intervenant dans la réalisation).

Dr. CHIKHI Kamel 8


Les fondements du système d’information
Des variables internes (structure de l’entité, culture d’entreprise...) et des variables externes
(environnement concurrentiel, législation, développement des nouvelles technologies.)
conditionnent la forme du système d’information.

1. L’approche classique (les choix stratégiques définissent le SI)


Les objectifs et les choix stratégiques influencent les choix organisationnels qui eux-mêmes
influencent l’implantation et le développement des systémes d’information.
La forme du systéme d’information est donc conditionnée par sa finalité et trois
composantes doivent s’adapter a cette finalité :
- Au niveau conceptuel ou informationnel, il s’agit de formaliser les données et les
traitements nécessaires au système d’information afin de definir le problème à resoudre
(objectifs a atteindre.) ;
- Au niveau organisationnel, il s’agit de definir les conditions de fonctionnement du future
systeme d’information dans l’organisation en precisant les activites et le partage des roles des
acteurs, concernes par la collecte, le traitement et l’utilisation des informations ;
- Au niveau technologique, il s’agit de determiner pour chaque opération et traitement, la
technologie à utiliser et la façon dont il faudra l’utiliser.
2. L’approche strategique (le SI devient un outil strategique)
La diffusion accélérer des NTIC sur le marché déterminerait revolution des systémes
d’informations et des choix stratégiques des organisations. Selon R. REIX, « les TIC ne sont plus
vues simplement comme une ressource de support mais comme une ressource stratégique
capable de donner a l’entreprise qui saura les utiliser un avantage concurrentiel durable ».
Aujourd’hui, les TIC revolutionne les méthodes de suivie et de contrôle de la performance :
domination par les coûts, perfectionnement des méthodes de prospection (Web marketing),
ciblage et diffusion d’informations commerciales grace à l’Internet) amelioration des relations
clients (console de gestion de compte, dialogue avec des opérateurs en ligne), fidélisation des
clients et renforcement des relations avec les fournisseurs.
Exemple sur l’EDI (Echange de Données Informatisées)
Dr. CHIKHI Kamel 9
Les finalités d’un système d'information

Le système d’information s’inscrit dans deux finalités :

• En externe : la collecte de l’information doit permettre une connaissance pertinente et


permanente du marche ainsi que de ses acteurs, de telle sorte que les decideurs de l’entreprise
puissent prendre les decisions strategiques adaptees. L’entreprise doit se montrer attentive :
− Aux attentes, aux besoins et reactions du consommateur ;
− Aux perspectives d’évolution et au taux de croissance du marche, aux nouvelles technologies
disponibles.
− Aux forces de ses concurrents (produit, prix, part de marché)
− Aux strategies de diffusion de reformation mises en place par ses concurrents (creation de
communaute [Free], presence et utilisation des reseaux sociaux [Bouygues], utilisation du
marketing viral [La Redoute], etc.)
• En interne : le developpement d’un SI est devenu un enjeu strategique pour l’ensemble des
entreprises quelle que soit leur taille. La mise en place du SI doit permettre le partage de la
connaissance de reformation et le partage de la prise de decisions. Definir le SI permettra alors de
repondre aux questions : « Qui decide de quoi ? » et « Qui connait quoi ? ». Par son influence sur la
coherence organisationnelle, le SI doit assurer le suivi et le controle de la performance de
l’entreprise.

Dr. CHIKHI Kamel 10


Un système finalisé pour répondre à des objectifs

Dr. CHIKHI Kamel 11


Un système d’information défini à plusieurs niveaux

Dr. CHIKHI Kamel 12


Figure 2. Le SI, un système multidimensionnel

Dr. CHIKHI Kamel 13


Section 2. La dimension
informationnelle du SI
La vocation première du système d’information est de fournir de l’information à des utilisateurs.
Cette information, pour être utilisable par l’être humain, doit être matérialisée sous forme de
signaux accessibles à nos sens (la vue et l’ouïe, principalement).

Une représentation est une image du monde réel donnée par un modèle ;
cette image est composée de signaux pouvant être perçus par nos sens.

Une représentation est une « représentation de quelque chose ».


Le réel, le « quelque chose », est distinct de l’entité représentée.

Une représentation est une « représentation pour quelque chose ».

Dr. CHIKHI Kamel 14


Figure 3. La construction de représentation

Dr. CHIKHI Kamel 15


Figure 4. Problème de la construction des données

Dr. CHIKHI Kamel 16


Des bruits et des biais probables dans les
représentations : notion de fonction d’information

Dr. CHIKHI Kamel 17


Des bruits et des biais probables dans les
représentations : exemple de fonction d’information

Dr. CHIKHI Kamel 18


Figure 5. Des symboles à l’information

Dr. CHIKHI Kamel 19


Figure 6. Les déterminants majeurs de la pertinence
des représentations

Dr. CHIKHI Kamel 20


Section 3. La dimension technologique du SI

La définition proposée par Reix et Rowe permet de considérer comme «


système d’information » des réalisations purement manuelles.

Cependant, la notion de système d’ information a émergé avec les premières


utilisations des ordinateurs dans les entreprises.

C’est pourquoi nous rappellerons tout d’abord les caractéristiques des


techniques de base utilisées dans les systèmes d’information, pour présenter
ensuite les aspects essentiels des processus de construction de la technologie.

Dr. CHIKHI Kamel 21


La réalisation technique du SI
• Quels est le SI a mettre en place ?
Systèmes de traitement des transactions, des opérations
comptables et financières, de gestion des ressources humaines
Systèmes Système d’information des processus industriels (GPAO, CAO,
opérants DAO)
Système Systèmes des operations de bureau et de communication
d’information (bureautique)
Systèmes de suivi et d’analyse de la performance (Tableaux de
Systèmes bord)
de
pilotage Systèmes interactifs d’aide a la décision (SIAD), et systèmes
d’experts (PGI)

PGI (Progiciel de Gestion Intégré)

Dr. CHIKHI Kamel 22


Comment organiser les échanges ?
- Les réseaux locaux de communication

Pour gérer une entreprise, il faut organiser les échanges de telle sorte que chaque responsable
dispose, a tout moment, de reformation nécèssaire et suffisante pour prendre les décisions
adaptées. Le systéme d’information collecte des données en provenance des opérationnels qui
réalisent les tâches de production et de distribution, transmet ces données aux décideurs qui
prennent les décisions de gestion et renvoie les données traitées sous forme d’objectifs au
système opérationnel : ce processus correspond au reporting de reformation. Toutes les activités
de l’entreprise sont alors concernées par le système d’information.

Un réseau informatique correspond a un systéme de raccordement, entre différents matériels


informatiques (ordinateurs et périphériques), qui permet d’échanger et d’exploiter en commun
des données a l’aide de protocole de communication (aspect logiciel).

Dr. CHIKHI Kamel 23


a) La mise a disposition de I’information dans I’entreprise : modéle
Client-Serveur (C/S)

Le « serveur » assure la gestion et le stockage des données partagées entre les utilisateurs
alors que le « poste client » gére l’interface graphique de la station de travail personnelle de
l’utilisateur. La configuration C/S correspond a un systéme de communication permettant
d’interconnecter des ordinateurs ou autres périphériques informatiques au sein de
l’entreprise. Or, Internet permet d’accéder au reseau local depuis l’exterieur, des lors les
frontières de l’entreprise s’etendent à des espaces de plus en plus vastes (le télétravail, ou
travail a distance, peut s’effectuer sur des réseaux locaux). Le réseau local est celui mis en
oeuvre pour réaliser les systèmes d’information des entreprises.

Dr. CHIKHI Kamel 24


L’informatisation du modèle Client-Server

Requêtes
POSTE SERVEUR POSTE CLIENT
(équipé d’un système (STATION DE TRAVAIL équipé
d’exploitation multitâche et d’un logiciel réseau)
multiposte)
Réponses

Dr. CHIKHI Kamel 25


b) Le choix du type de réseau

Il s’effectuera en fonction de la culture, des besoins et de l’organisation et l’entreprise. Il existe


différents types d’architecture des réseaux locaux selon qu’ils sont ouverts ou fermes. Les réseaux
locaux sont dits « fermes » lorsqu’ils ne sont pas con9us pour communiquer avec d’autres réseaux.
Par contre, s’ils sont conçus pour pouvoir être mis en relations avec d’autres réseaux alors ils sont
dits « ouverts ».

Dr. CHIKHI Kamel 26


Tableau 1 : Les différentes architectures des réseaux locaux
Structure Avantages Inconvénients
En chaîne
Circulation lente et nombreux
(ou en bus A B C D E Simplicité
blocages
linéaire)
A B Passage obligatoire par le
Centralisation de
serveur.
En étoile C l’information autour du
Risque de rétention de
serveur.
D E
l’information.

Passage de poste en poste.


A B Circulation lente et risque de
Partage de l’information.
blocage.
En anneau E C
Pas de position
La panne d’un seul ordinateur
dominante.
D peut affecter le reste du
réseau.

En anneau
étoile
A B
Structure complexe.
Ouverture pour
Coût élevé et difficultés de
(combinaison E C permettre la réactivité
mise en place et de
entre les et l’échange
D maintenance.
topologies)

Dr. CHIKHI Kamel 27


Les différentes architectures des réseaux locaux
Les réseaux présentés ci-dessus sont structures autour de quatre postes de travail (A, B, D et E) et
d’un poste serveur (C).
Pour chaque structure presentee, il convient de mettre en place des postes de travail (micro-
ordinateurs), une station Serveur, des liaisons physiques (cables de communication) et des
périphériques (imprimantes, scanner, etc.).

Actuellement, les unités (entreprises et Administrations) développent majoritairement le réseau


en étoile avec l’Internet Protocol (IP). Les ordinateurs du réseau sont reliées a un système central
qui concerne et distribué les donneées.
Face au probléme croissant du stockage des données devenu a la fois un enjeu technique (en
raison de l’encombrement du serveur) et a la fois un enjeu stratégique (confidentialité et maitrise
des coûts de stockage de l’information) des plateformes externes se sont developpées : le cloud
computing2.

2 Le Cloud computing est une nouvelle manière de fournir et d'utiliser les aptitudes des systémes informatiques basée sur les
nuages (cloud en anglais). Un nuage est un parc de machines, d‘équipement de réseau et de logiciels maintenu par un fournisseur,
que les consommateurs peuvent utiliser en libre-service via Internet. Les caracteristiques techniques du nuage ne sont pas connues
du consommateur et les services sont payés a l'usage. Selon la definition du National Institute of Standards and Technology (NIST),
le Cloud computing est l'accés via un réseau de télécommunications, a la demande et en libre-service, a des ressources
informatiques partagées configurables.

Dr. CHIKHI Kamel 28


Figure 4 : Processus de modélisation des informations

ENTREE SORTIE
DES DONNEES DES RESULTATS

TRAITEMENT
Exemple : ventes Exemple : fichiers clients
(suivi, fidélisation,
réalisées par client profil...)

Dr. CHIKHI Kamel 29


Le progiciel de gestion intégré (PGI)
Afin de couvrir les besoins des différentes fonctions d'une organisation, des progiciels de
gestion spécialisés ont été développés : progiciel de comptabilité (qui permet l’automatisation
de l‘élaboration des documents de synthése à partir de la saisie informatisée des opérations
comptables), progiciel de paie, progiciel de gestion commerciale, etc.

Pour améliorer la cohérence du systéme d'information, ces modules ont été regroupés au sein
d’un progiciel de gestion intégré (PGI ou ERP - Enterprise Resource Planning). Un PGI est une
application informatique parametrable de telle sorte qu'elle s'adapte aux besoins de
l’organisation et modulaire, c'est-a-dire composée de plusieurs programmes élaborés autour
d’une base de données commune. Le progiciel intégré les principales composantes
fonctionnelles de l'entreprise : logistique (gestion de la production, gestion des achats, gestion
des stocks, gestion de la qualité, gestion commerciale des ventes, etc.), ressources humaines
(paie, formation du personnel, etc.), finances (comptabilité, contrôle de gestion, trésorerie, etc.)

Fédérés autour d'un référentiel unique, les différents utilisateurs du PGI collaborent au sein
d’un environnement applicatif identique et se partagent les données afin d'améliorer la prise de
décisions : intégrité et optimisation du traitement de l'information.

Dr. CHIKHI Kamel 30


Figure 7. Les composants essentiels des technologies
de l’information

Dr. CHIKHI Kamel 31


Principaux types d’architectures client-serveur et répartition des
fonctions logicielles (d’après Delmond et al., 2008)

Dr. CHIKHI Kamel 32


Comparaison des choix technologiques

Dr. CHIKHI Kamel 33


Figure 8. Les grandes étapes de la réalisation d’un SI

Dr. CHIKHI Kamel 34


Conclusion sur la dimension technologique

 La technologie est à la fois une ressource et une contrainte pour l’exécution des
tâches par les acteurs (utilisateurs) ;

 la technologie « en usage » est le résultat d’un double processus de construction


(réalisé par les acteurs décideurs, concepteurs et utilisateurs) : un processus au
départ planifié puis un processus émergent ; ce résultat est partiellement
indéterminé ;

 les caractéristiques de la technologie, ainsi que les conditions de sa mise en place


dans un contexte, ont un effet sur le processus d’appropriation.

Dr. CHIKHI Kamel 35


Section 4. La dimension organisationnelle du SI

La dimension organisationnelle peut être analysée selon une double perspective :

– celle du fonctionnement de l’organisation, c’est-à-dire du déroulement des


processus de travail, à l’intérieur et aux frontières de l’organisation ;

– celle de la structure de l’organisation, qui concerne les caractéristiques


relativement stables de toute organisation.

Dans cette double perspective, le système d’information apparaît à la fois comme


l’élément déterminant du fonctionnement de l’organisation et comme un élément
constitutif important de la structure de l’organisation.

Dr. CHIKHI Kamel 36


Figure 9. L’organisation décrite par les processus
et l’organisation décrite par ses fonctions

Dr. CHIKHI Kamel 37


Figure 10. Schéma dynamique de traitement
de la transaction

Dr. CHIKHI Kamel 38


Figure 11. Extrait d’une architecture d’information

Dr. CHIKHI Kamel 39


Figure 12. Fonctionnalités principales d’un SI
pour la gestion commerciale et le marketing

Dr. CHIKHI Kamel 40


Figure 13. Fonctionnalités principales d’un SI
pour la production

Dr. CHIKHI Kamel 41


Figure 14. Éléments d’un SI pour la gestion financière

Dr. CHIKHI Kamel 42


Figure 15. Éléments d’un SI pour la gestion
des ressources humaines

Dr. CHIKHI Kamel 43


Références Bibliographiques

Robert Reix, Bernard Fallery, Michel


Kalika, Frantz Rowe, (2016), « Systèmes
d'information et management », 7e édition,
VUIBERT GESTION, 480 pages.

Isabelle Calmé, Jordan Hamelin, Jean-Philippe


Lafontaine, Sylvie Ducroux, Fabien Gerbaud,
(2013), « Introduction à la gestion », 3e
édition, Collection : Management Sup,
Dunod, 464 pages.

Dr. CHIKHI Kamel 44

Vous aimerez peut-être aussi