Vous êtes sur la page 1sur 6

Le calcul

des grillages de poutres


et dalles orthotropes
selon la méthode
Guyon-Massonnet-BareS

li
''

• i
Le calcul

selon la méthode
Guyon-Mas sonnet-Bare8

par
Richard BareS
Travailleur scientifique
à l'Institut de Mécanique Théorique et Appliquée
de l'Académie Tchécoslovaque des Sciences, Prague

et

Charles Massonnet
1
Professeur à la Faculté des Sciences Appliquées
1

Université de Liège

ft 1966

' SNTL- Maison d'Edition Technique, Prague


; DUNOD éditeur, 92, rue Bonaparte, Paris-6°
if.,

1\
'~~-
............
':··.

Préface

Le calcul des grillages de poutres a fait, dans le passé, l'objet d'un


grand nombre de publications. Ce problème complexe et d'hyperstaticité
élevée a été résolu, en général, à partir de la forme réelle de la construction.
Comme les méthodes rigoureuses ne se prêtaient pas aux besoins de la prati-
que, différentes méthodes approchées ont été établies, facilitant, d'une part,
les calculs mais réduisant, d'autre part, leur exactitude et, par là, leurs
possibilités d'application.
Le développement des travaux théoriques a évolué, dans la dernière
quinzaine d'années, de la çonception de grillages comme constructions
formées de barres à celle considérant le grillage comme une construction
plane et homogène. Une telle construction se calcule avantageusement par
analogie avec une dalle orthotrope, dont la théorie est déjà parfaitement
maîtrisée, sauf que, au lieu de l'orthotropie de matériau, c'est celle de forme
qui entre en ligne de compte.
Cette méthode moderne de calcul n'a pas été, jusqu'ici, traitée systé-
matiquement bien que les experts du monde entier aient fait paraître, dans
différents périodiques, de brefs exemples et procédés de calcul. Les diffé-
rences existant entre les méthodes ne consi~tent, au fond, qu'en des manières
© Richard BareS - Charles Massonnet 1966 différentes de procéder dans le calcul de l'équation aux dérivées partielles
© Coédition de la plaque orthotrope.
SNTL - Maison d'Edition Technique, Prague , Pour la pratique, Je procédé qui semble le plus convenable est celni
DUNOD éditeur, 92, rue Bonaparte, Paris-6e utilisant des coefficients de répartition. Ce procédé étant rapide, clair et
Traduction © Vratislav Slezâk 1966 facile à contrôler et les coefficients respectifs pouvant être disposés sous
Numéro de dépôt légal 5115 forme de tableaux, il est possible de parvenir à une exactitude quelconque,
Imprimé en Tchécoslovaquie pour DUNOD éditeur, Paris ce qui veut dire que les staticiens peuvent renoncer à des dénombrements
\
6 ' LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES

compliqués deJ fonctions hyperboliques et exponentielles comme c'est le


cas pout les autres méthodes. Ce procédé a été adopté comme base du
présent manuel, qui présente l'ensemble des règles par lesquelles on peut
calculer les grillages de poutres, surtout ceux du type pont-dalle. Table des matières
Depuis la parution des deux mémoires fondamentaux de Guyon en
1946 et de Massonnet en 1950, un grand nombre de mémoires ont été con-
sacrés à des exposés, extensions et perfectionnements divers du procédé de
calcul. Nous avons essayé de donner de tous ces travaux une bibliographie
aussi complète que possible. Une étude systématique de cette méthode
ainsi que ses extensions fondamentales ont été publiées par Bares en 1962.
La méthode est aujourd'hui appliquée. couramment en France,
Belgique et Grande-Bretagne et fréquemment dans de nombreux autres
pays. Des centaines d'ouvrages ont été dimensionnés par cette méthode.
Le présent manuel a surtout pout but d'aider les ingénieurs des
bureaux d'études et de projets. de les débarrasser des calculs longs et difficiles
nécessaires pour calculer des constructions hyperstatiques dont la solution Préface . . . 5
économique est utile au progrès des ponts et charpentes, ainsi que de faciliter 1. Introduction . 11
l'évaluation de l'interaction réelle entre différentes parties de constructions. 2. Notations . . 15
Nous remercions vivement MM. Milos Vorlicek, ingénieur, et Jifi 3. Théorie de la plaque anisotrope. 18
Kosl':il pour l'aide considérable qu'ils ont apportée au calcul des tables, ainsi 3.1 Equation aux dérivées partielles de la plaque anisotrope . 20
3.2 Equation aux dérivées partielles des plaques orthotrope et isotrope 23
que MM. Jeunehomme et Joassin et Mr. Chailœs, ingénieurs-conseils, qui
ont bien voulu mettre à notre disposition les notes de calculs de ponts cal- 4. Revue de différentes méthodes de calcul de l'équation aux déri-
culés par leurs bureaux d'études, ainsi que des photographies de ces vées partielles de la plaque orthotrope 27
ouvrages. 4.1 Méthode des séries doubles de Fourier 28
4.2 Méthodes variationnelles . . . . 29
4.3 Emploi de solutions particulières 29
RICHARD BARES CHARLES MAssoNNET
1f 4.4 Méthodes par différences , . 30
4.5
~ 4.6
Méthode de singularités 0 0 0 0 •
31
Méthodes directes de calcul . . . 31
5. Application de la théorie de la plaque orthotrope à des grillages
de poutres . . . 33
5.1 Plaque orthotrope . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
5.2 Grillage simple . . . . . . 35
1 5.3
0 • • • • • • • • • • • • • • • • •

·. Comparaison des deux théories ci-dessus en vue du calcul du grillage


général . . . . . . . . . 37
5.4 Conditions aux limites . . . . . . . . . 38
5.5 Paramètres sans dimensions . . . . . . . 41
6. Méthode des coefficients de répartition 43
6.1 Le coefficient de répartition transversale et ses propriétés 44
6.2 Solution homogène de l'équation du grillage général . . 47
6.3 Solution particulière de l'équation du grillage général pour une charge
linéaire harmonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
9
8
Solution complète de !~équation du grillage général pour une charge 16. Constructions continues et autres systèmes 195
6.4
linéaire harmonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Exemples 199
6.5 Calcul du coefficient de répartition transversale K . . . . . . . . . . 55
Autre méthode pour la recherche de la déformée de la dalle orthotrope. 62 17. Constructions précontraintes 202
6.6
Exemples. 203
7. Calcul des moments fléchissants dans les poutres 64
17.1 Projet de précontrainte transversale 204
Exemples . . . . - . - . - . - · · · - · · - · · 74
17.2 Da11es à cléments 210

8. Calcul des moments ftéchissants dans les entretoises. BI 18. Calcul des grillages de poutres appuyés sur leur périphérie . 219
Exemples . . . . . . 89
18.1 Dalle constructivement orthotrope pour les conditions aux limites de
9. Calcul des moments de torsion 94 Navier 220
Moments de torsion dans 1~ grillage 94 18.2 Disposition pratique des calculs 226
9.1
Moments de torsion dans la plaque orthotrope . 96 Exemples 229
9.2
Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 18.3 Les systèmes diaogonaux 233

Calcul des efforts tranchants et réactions dans les poutres 99 19. Calcul des ponts à deux maitresses-poutres 234
10.
10.1 Efforts ~ranchants et réactions dans le sens longitudinal de la dalle 100 19.1 Généralités 234
10.2 Efforts tranchants et réactions dans les poutres du grillage 119 19.2 Expressions analytiques des surfaces d'influence des réactions d'appui
Exemples. 119 des maîtresses-poutres ainsi que des moments fléchissants et efforts
tranchants dans des sections déterminées de ces maîtresses-poutres 235
11. Calcul des efforts tranchants dans les entretoises 124
19.3 Calcul des surfaces d'influence 23B
11.1 Efforts tranchants dans le sens transversal de la dalle 125 19.4 Réduction des sollicitations des maîtresses-poutres dues à l'effet réparti-
11.2 Efforts tranchants dans les entretoises du grillage 137 teur du tablier . 240
Exemples . . 141
20. Remarques au sujet de la pratique des calculs 242
12. Méthode rigoureuse de calcul . 145
20.1 Rigidité flexionnelle 243
12.1 Surfaces d~influence . . . 145 20.2 Rigidité de torsion 248
12.2 Termes suivants de la série 14B 20.3 Largeur active et positions actives 256
12.3 Formule d~interpolation 149 20.4 Moments secondaires . 257
Exemples . . . . . . . !50 20.5 Détermination de l'entretoisement optimum 261
12.4 Influence du coefficient de Poisson !52 Ponts biais 261
20.6
Exemples . . . . . . . . . . . . !SB 20.7 Calcul organique des éléments 262
12.5 Valeurs statiques dans un sens quelconque. 159 20.7.1 Généralités 262
Exemples . . . . . . . . . . . . . . . 160 20.7.2 Ponts nervurés . 263
12.6 Influence de !~excentricité des poutres et entretoises par rapport à la 20.7.3 Ponts-plaques 263
surface de centre de gravité de la dalle isotrope. . . . . . . . . 161 20.8 Calcul à la rupture du pont entier 266
20.9 Exemples numériques complets 267
1.3. Influence des hypothèses sur l'exactitude et l'importance des
167 20.9.1 Successions des calculs 267
erreurs . . . . . . . . . . . . . . . . · .
20.9.2 Pont de Wandre sur l'autoroute Liège-Maestricht 267
14. Constructions à poutres de rive à rigidité variée 172 20.9.3 Pont B 20 sur l'autoroute Anvers-Liège 277
14.1 Effet des moments de rive 173
21. Notions récentes en théorie des plaques orthotropes et orienta-
14.2 Rotation du bord libre due à un chargement vertical . 174
' i tion du développement futur 2BB
!4.3 Influence d'une rigidité différente des poutres de rive - solution exacte !B4
14.4 Influence d'une rigidité différente des poutres de rive - solution appro- Annexe 301
chée . 188
Tableaux des coefficients de répartition transversale Ko et K 1 . 303-325
Exemples 190
Tableaux des coefficients jJ.o et f.Ll 326-340
Constructions dont les poutres sont à moment d'inertie variable. 192 Tableaux des coefficients 't' 1 . 34l-34B
!5.
10
Tableaux des coefficients eo~ Eh E1 349-378
Tableaux des coefficients uo, Uh K 379--408
Tableaux des coefficients lL pour 1} = 0,15 409--416
Tableaux des coefficients de répartition transversale K pour "IJ = 0,15 . 417-424 Introduction
1.
425
Bibliographie . . . . . . · · · . · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

''
1

1
'

La répartition transversale des charges dans les constructions planes


dépend de l'efficacité de la liaison transversale des éléments portants princi-
paux. La répartition transversale (interaction transversale) est d'autant plus
grande que la liaison transversale est plus parfaite ou, en d'autres termes,
qu'un plus faible pourcentage du chargement total est repris par l'élément
directement chargé.
Une construction soumise à l'action de lourdes charges concentrées
est d'autant plus économique que l'aide des éléments non sollicités directe-
ment apportée à ceux chargés est plus sensible ou que la répartition trans-
versale est plus grande. Les dimensions des charges concentrées n'ont cessé
de s'accroître au cours des dernières années et diffèrent considérablement de
celles des véhicoles routiers usuels. En Grande-Bretagne, par exemple, on
conçoit des grandes chaussées pour des véhicules de tonnage total s'élevant
jusqu'à 180 t. Les ponts sont dimensionnés, en général, pour une circulation
1
à deux ou plusieurs voies et les véhicules les plus lourds ne peuvent les
1
parcourir que séparément. C'est pourquoi les staticiens se sont efforcés,
depuis longtemps, de répartir ces grandes charges concentrées sur toutes
les poutres principales et d'obtenir une répartition transversale efficace,
c'est-à-dire une solution économique.
~1 Ainsi sont nées des constructions sciemment activées dans le sens
1'
transversal - les grillages de poutres - c'est-à-dire des systèmes de deux
i!t i ou plusieurs familles de poutres le plus souvent parallèles, assemblées aux
nœuds et pouvant faire entre elles des angles divers.
Les grillages de poutres ont fait, dès l'origine, l'objet de l'intérêt
particulier de nombreux auteurs et la littérature en est extrêmement riche.

Vous aimerez peut-être aussi