Vous êtes sur la page 1sur 22

11.

CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS DANS LES ENTRETOISES 125

11.1 Efforts tranchants dans le sens transversal de la dalle

L'effort tranchant dans le sens Y par unité de longueur est donné par
l'expression
11. Calcul des efforts tranchants dans les entretoises
. à3w o3w 11.3
Qym = - [!E oy3 - 2y ox2 oy

Si l'on introduit la notation 2y = œ VeP(!E , on obtient, après avoir effectué


les dérivations correspondantes, l'expression sous une forme se prêtant à
l'emploi pratique
. mrr:x
Qym = V œm.P·m Sln - - , 11.4
1
où l'on a

v,,. ~ m'~~.:eE[(1 _ a) v 1
-; " ( A,,M,, + v;~_"_ N,,.) -
Comme dans les longerons des constructions pas trop grandes ou peu
chargées, on peut aussi calculer les efforts tranchants dans les entretoises
par la relation
- (1 + •) v9 (-A,,N,, + v:-?- M.,') -
oMy

où le coefficient 'Xam vaut


b . nmx Oft
Qym = ~ = Pm Sln - - ày = 'X amPm Sln - - ,
1
. mrr:x
1
11.1
- (1 - •) t i ( + v~~ c< y C,,o . , , P... 115

'Xam. = -- mbssrrs fJ3(!E [(2ct. - 1)


~
v_!_; ct. ( A,.Mom + v B,,
1- œ
N""') + - (1 + et.) V l Cl. ( - CmP<pm + Dm O<pm) ±
- 2-
2
v~2C/.
+ (2et. + 1 )V I-~ ( --
2- - A ,.Nom + v 1Bm2 " M.,, ) - ± V2c1 + "l ê,.o,. ~,, ,,]·

- (2et. - 1)
VI + et. ( C,.O.,.
- 2- - + v 1Dm2" P.,,) + 11.2 Les symboles M, N, 0, P, ë ont les valeurs données par les expressions
6.45 et 8.2; le signe positif du dernier terme de cette équation correspond

+ (2et. + 1) V I-
- - - et. ( -
2 C,.P0 ,. + v Dm "
1
0 0 , ,) ±
au cas où 'lj.J > cp, le signe négatif au cas où 'lj.J < cp.

formule
Dans le cas où et. = 0, l'effort tranchant Qy peut s'exprimer par la

±
v ëm
1
2 Cl.
(- et.PJQJ- 1J1J1n + l/. 1 -
2
œ2 O JQJ- 'PJm) l

Qym =

où le coefficient v 0 est donné par l'expression


v omPm Sln -
. mrr:x
1
- , 11.4a

Afin de déterminer exactement les efforts tranchants, il est nécessaire, comme


dans le calcul des efforts longitudinaux (tenant compte de l'influence des
va = ± (sh 2 2?,b ~ sin 2 2?.b) ([ch ?.(b + y) sin ?,(b + y) +
moments de torsion), de faire une distinction entre le grillage et la dalle.

126 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES Il. CALCUL DES EFFORTS TRANCHA NTS DANS LES ENTRETOISES 127

+ sh ?..(b + y) cos ?..(b + y)][sh 2 },b cos ?..(b + e) ch ?..(b - e)-


- sin 2},b ch ?..(b + e) cos ?..(b - e)] +
+ sh ?..(b + y) sin ?..(b + y) {sh 2?..b[sin ?..(b + e) ch ?..(b - e) -
11.6 - V~(CmO~., + v~ P. ... )+
V~2- CmP""' -- v
- cos },(b + e) sh ?..(b - e)] + sin 2?..b[sh ?..(b + e) cos ?..(b - e) -
1 - (J. ( Dm 0 )
- ch },(b + e) sin },(b - e)]} ) + 1 2 " ""' ±
et où
± V2c1 + •) -c,.,o,.-.,,., ± .c,,
-
V1p/q>-1J!i1n
"
l
2
Le signe positif devant l'expression de v a correspond au cas où e > y, le et l'équation 11.7
signe négatif au cas où e < y. En outre, il faut changer de signe pour e < y
' (à droite de la charge) dans les termes y et e entre parenthèses. La valeur
Vam s'obtient à partir de l'équation 11.6 en remplaçant -& par mf} et }, par
v, ~ 4 5~, " { ± (2 sh cr + cr ch cr) sh Ox ± Ox sh cr ch >lx +

m}, respectivement.
(a ch a sh B·rp - Orp sh a ch Orp)[(a ch a - sh a) ch 01p -
Pour le calcul du coefficient v1, on emploie, à condition que (/. = 1, + _ _ _ ____7'0.-:1p,-s_h_a,---s_h_0.-:1p__+_ ______ + 11. 7a
les formules 6.53 et 8. 7; après avoir effectué les dérivations correspondantes,
il vient

v1 = 4 s~ 2 a ~ ± 2 sh a sh B-x +
+
3 sh a ch a - a
[(3 sh a + a ch a) ch -&rp - Orp sh a sh Brp][(2 sh a +
+ a ch a) sh 01p - ·81p sh a ch 01p]
3 sh a ch a + a
l.

+ 2 sh a sh 'l'hp[( a ch a - sh a) ch O·lfl - 01p sh a sh ~]


3 sh a ch a - a + 11. 7 L'expression 11.6 pour v a reste inchangée.
Les relations 11.5a et 11. 7a ne sont que des vérifications car on sait
+ 2 sh a ch B-rp[(2 sh a + a ch a) sh 01p - 01p sh a ch 01p] ) .
déjà, par les conditions aux limites, que la réaction sur le bord doit être nulle
. 3 sh a ch a + a 1' 3
l'effort tranchant a été exprimé par 11.4a en remplaçant l'indice 0 de v pour une position quelconque de la charge. Pour y = b et pour - b :S e < 4 b
par 1. Les coefficients rp, 1p, a et x sont donnés par les formules 6.33 et 6.55. on a donc ;a = 0 et pour e = b on a -~ = 1.
Le signe positif du premier terme de l'équation 11.7 correspond au cas où En calculant les coefficients v pour (/. différents entre 0 et 1 Bares
1p > rp, le signe négatif au cas où 1p < rp. v1 11t s'obtient de l'équation 11.7 [6] a constaté qu'il était possible d'employer, pour déterminer v a général
en remplaçant -& par m& et a par ma respectivement. à l'aide de v a et v1, dans toute l'étendue, la formule d'interpolation sous forme
Sur les bords y = ± b, la réaction Qv a, en raison du remplacement
des moments de torsion par des efforts supplémentaires selon le paragraphe
Va = Va + ( V! - V a) v; . 11.8

5.4, une valeur différant de celle qui découle des relations précédentes. Grâce aux formules 11.6 et 11.7 on a calculé [4, 5] les valeurs des
lignes d'influence des coefficients v a et v 1 ((/. = 0, (/. = 1) aux points

v
Dans ce cas, l'équation 11.5 prend la forme

-
Vam =
m3rc
b3pm
3
fJ3eE [ 1 + (/.
--2-
( A ,,.M• .,, + v
Bm
1 2 " Nom
)+ Y = 0' 4
b b 3
- - - b b pour l'excentricité de la charge e = -
'2'4'
- b , - -;bp o, b , b , 3 b, b pour 0· = 0,10 - 5,0 variant
3
b, - - b,
4
de 0,10 en

vBm
2 4 2 4
+ V 1 - (J.
- -2-
( A,,N.,., - 1 2" Mom -
)
11.5a
0,10 entre 0,10 et 1,0 et de 0,20 en 0,20 entre 1,0 et 5,0.
Par lignes d'influence des efforts tranchants transversaux on entend
des lignes représentant, pour certaines valeurs des paramètres d'entretoise-
128 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES
11 . CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS DANS LES ENTRETOISES 129
ment fJ et de torsion u. et pour une certaine valeur de y, la variation de v
comme fonction de l'excentricité de la chargee. Le coefficient v est l'effort
tranchant partiel que produirait une charge partielle Pl sin ~x disposée
à l'excentricité e, P1 étant égal à l'unité.
0, 7
Vp lf=!J
Les valeurs des coefficients v o et v1 sont consignées dans les tableaux
V/ 1 à 30.
5 ~m· Vttmflm sin~
l
Pour les besoins d'un projet préliminaire et pour mettre en lumière
leur allure, on a construit encore aux figures 11-1 à 11-8 les lignes d'influence
des coefficients v o, v 1 sous forme de diagrammes. o.,5 e-o -- · - - - t - - - j - - - - r - - -r - - - r - -

o.,4

a,3 --
.%''\
o.,2 ',,
"'-,
bh
f
- ----·
' ~
',
' 1~,,
tl,J 10 ' " ·,Jo ?.tJ ~ J,O JA 9,0 M .5,0!ri'
0 ------ ·-·-·- -
3-%
---- ----- --7
!;?:>-,-..:: .r·-·-· ~--=·-
t- -
(ji
1
-a,2 /
y
tJ,J
-- 1
1

q4

q5t - - ~- t - - - t - -r - - -
t- i l
Figure 11-1
130 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES
11 , CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS DANS LES ENTRETOISES 131

OB
0,8

o. 7 Vo ~a %
'
f1ym = Vlt"mflm lrti!~
l
1-
06

45 , - !---- ____,__
- - -1--- -- --
[/e~ f --htc--+---=-"'::::.'
0.-q '-_·-_·- ·+---- ---+=·-::::·='-4=·~----+-- ·-· - ·1-·- ·- --
+-
----
- ·- ·- · ------ -
!:.'?..2.- , .
M
0,4+---+--+--~-~~---t---+--+--~--~-~
03 ------1
-· - ·-
03 ~/
42
[\-'J/2' .,

41
--- .... ,
~~\ '
''
~~ ~--
-- .... .... .....
(}
-·-·- -1=0~
... __ .

v?"-
~ __
--;,-..,.

~r ~-
- --
·=---=--: ·- ·-·-'-
- - ) - +--- - IVZ
1
.


·- ·- ·- · ~ -- l

·(If ~j At 1,5 .?,5 JO J,5 ~t! ~5 id


f/
·42 / k / v
•43
//
______ __. [;;
-q4
'.

·{/,5
I ___ CAfo ---- t-- -- --f--- - - t-- - 1---- - ·-·- ·--·

Figure 11-2
Figure 11-3
132 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES 11. CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS DANS LES ENTRETOISES
133

Vo (jr 3Ô~ {7,1


û}i
0,7
Jb~ . mr.r Il .. v. . "'-! lt 1
ttmflm SI!J -y'-
a6 ---..., llym· 'Va?llflm '11-,- C/5 'jm 1

''
5~ ' ' ',
-- --- ----- ----- ---- ----- ----- -- 05 R·O
_.:._·-r-
L 1

TT=---r-~-~----- ~--- --~---


i

0,4 1\ 44 1 1 1
-~- -i--+-- t-------r-------+-----1

0,3 \ 1

!
~~-~1-+1~1~1~+-+-~
2 -b
""\
\ ~-- ---·- 1

1
1
1 tJ,l
t;f-
H 1

1
1

~-1
Il 1

-~-i~--t---+----1---1------1
.

_JO~
1 ---- \
'~
1\ i
1 - --+----+----+-
-~-·-· _\__
·~ k--x. .--::::{_-- ~--::>. r=:==.::.~ ·-·-·-· -·-·-·- 1·-·-·-·-
tl 0 fl,5 1.0 t5 20 25 J,O 3.5 M 45 .io zl
-~ !---:::'-- ---:.:.:. -· ·-· . . ----- --
~~to v :x.:~j//),5
fJ t!l\ J,O J,5 fO fe -[17,
.-" /....
.~·- _:.,....----~----
1

-o/ / ~~t----i~~~-t~·---·--+---~L~~--~·--+----+----+'---- ----~-~


----
1
1
/ // . / _ .....

~
f!..___/
Il ~ '/// /. r
/
/ v' / _./ 1

~
~ -O,l / -·
-Il,2 ba, /

/
//
//
1
1 -- 1

_3%/ / /
i
i
i
-q3 ~.-·
........ /
~--
---- -- -
-0,3 / .
-%/ [,/ ~--- ,------r--- ----~--+--+---___j

-q4 !PI!t--... 1
·0,4 / / 1 1 '

--
''
1 -- 1-- - - -y 1 T--~
',...... -0,5 _(}___
-a15 --- 1
--- --- ----- -r-- -- - 1------ 1 - - - - , - - . !------
1

Figure 11--4
Figure 11-5
134 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES 11. CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS DANS LES ENTRETOISES 135

0,8'.----.----r---~---,----,----,---,----,----,--~ O,!J

~
0,7+----+----~~.-m-K.-~ri
1
--~----~~----+~----~1 l' -1~:% i --~i
0,1
l'<%
IJ,ô ~m =Vâmflmflfi 4 !
0,6 -.,

"~-
1 1

i . i .
-,--+-- 1-~J
1 1 1

: l'

i 1

~~~---1 ---~

+-----'1--'.--t--'~-+-----+--~' ---~--L---+1--. l _
1

_j

fil _j 1

i - ---
+-----+- ------r--~-
1

1 1

1 1

~ ~
1 '

...____J,--=U
-0,5+------+--- 1 ~-----1-------t----+--
i
--!---

-fl,ô -'---------'----- ! ------ -----


___ '_ _ _ _ l_.
Figure 11-6 Figure 11-7
136 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES 11. CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS DANS LES ENTRETOISES 137

11.2 Efforts tranchants dans les entretoises du grillage

L'effort tranchant dans le sens Y par unité de largeur est donné par
l'expression
(J3w o3 w oMy àMxu
Qu = -eE-- - y p - - - = - - - - - 11.9
iJy3 ox2 ày oy ox .
En exprimant l'effort tranchant sous la forme ordinaire, on obtient, au moyen
des coefficients xa et Ta introduits précédemment

Qum= Pm [ Xam + YP
2yp
+ YE Tam
l. nrrrx
S i n --.
1
11.10

Ici, est donné par la formule 11.2 et Tam par 9.5.


%am

Pour (/. = 0, l'effort tranchant est donné par la même expression 11.6
que dans le cas précédent en raison du fait que les moments de torsion sont
nuls. C'est pourquoi pour a = 0 on a xo = v o.
Pour (/. = 1, on obtient, si nous écrivons l'expression de l'effort
tranchant sous la forme ordinaire,

Qym = Pm [ %lm + YP
2)'P
+ YE TJm
l.
Sin -
mrrx
--,
1
11.10a

"' '~ - -4 s~''U' [ [(a ch a_, 2 sh a) sh Dr.-- Ox sh a ch ax] +


[(a ch a - 4 sh a) sh {hp- {)rp sh a ch Brp][(a ch a - sh fhp-
-- 81p sh a sh &1p]

'
3 sh a ch a - a
((a ch a - sh a) ch Brp- Brp sh a sh Orp][(2 sh a+
+ a ch a) sh 81p- {hp sh a ch 81p]
3 sh a ch a a ------------·-·-
l 11.11

et Tt est donné par la formule 9.8. Le signe positif du premier terme corres-
-----~---
'
pond au cas où 1p < rp, le signe négatif au cas où 1p < rp. :-<tm et Ttm s'obtien-
nent à partir de ces formules en remplaçant {} par m8.
Figure 11-8 Pour tf. général, on calcule les coefficients Ka et Ta de la façon habituelle
par les formules d'interpolation [5, 6]
%a = %o + (;q - %o) vx- 11.8a
et
Ta = Tj Vx 9.9
à l'aide de :-<o = vo, :><1 et Tt.
138 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES 11. CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS DANS LES ENTRETOISES 139

Sur les bords y = ±b, la réaction est donnée par l'expression D'après 11.11, on a calculé [4, 5] les valeurs des lignes d'infi).lence du
coefficient ><1(a = 1) aux points y = 0, : , ~, ~ , b pour l'excentricité
-
Qym = Pm

Sln
11l1tX [
Kam + YP 4y+ YE iam
p ]
11.10b
3b b b b b 3b
et s'annule conformément aux conditions aux limites.
dela chargee= -b,-
4 , - 2 , - 4 , 0, 4 , 2 , 4 , b pour {} =
= 0,10-2,0 variant de 0,10 en 0,10 entre 0,10 et 1,0 et de 0,20 en 0,20
IJ.8 llO
'

IJ.,7
Jt, y= li Je,
0,7+----+----~--~--~
lV'%[ 0,7 Je, Jt, ..-'%!
0,7-1----+----l----+-----il

Il,ti ~r---~---+----~--~ 1
0,ô
1

IJ.,5 1'·0
- -~ 0, 5 e·hh..
1 1

9 1
0, 4

0,3 ~ \
1 0,3
304
\
\
\
f.h
\ 1\. -b \ 1
IJ.,2 0,2 \ 1\ 1

J-%
\
\
\
~
f
' ~"'
'\ \
·,·,, ""-.
(}
''

0,5 ,, l,it
~ 1~
r-...,
ÎJ'...... ~~ p.-=-

-o.,f

-0,2 1

-o.,J

-o,4
··--- ---+---

ô -O,ô 1

Figure 11-9 Figure 11-10 Figure 11-11 Figure 11-12


140 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES 11. CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS DANS LES ENTRETOISES 141

entre 1,0 et 2,0. Les valeurs du coefficient x1 sont consignées avec celles de
vo et v1 dans les tableaux V /1 à 30.
VOO(y) = (e :=:;;y)
Pour les besoins d'un projet préliminaire et pour mettre en lumière 11.12
leur allure, on a encore construit aux figures 11-9 à 11-12 les lignes d'in-
fluence des coefficients x1 sous forme de diagrammes.
1- y (
Pour déterminer les valeurs maximales des efforts tranchants il faut VOO(y) = 1- b 1 (e >y)
déterminer, dans le sens transversal, la positioa la plus efficace de la charge, 2
définie à partir des lignes d'influence de v (ou éventuellement de x et r Ces lignes d'influence sont représentées à la figure 11-13.
pour les grillages); dans le sens longitudinal, on se place d'habitude au droit
du chargement. Exemple 8
En procédant de même façon qu'au paragraphe 6.5 (figure 6-9) et au
chapitre 8 (figure 8-10) et si 0 = 0 et rx = 0, on obtient des lignes d'influence Pour la construction et la charge définies dans l'exemple 2, il faut
v sous forme de lignes brisées formées de deux tronçons parallèles présentant déterminer l'allure des efforts tranchants transversaux sur la largeur de la
un ressaut unitaire et qui ont pour équations
construction et définir l'effort tranchant maximal dans la section x = ~­
(à condition qu'il s'agisse d'une dalle orthotrope).
De l'examen du tableau V /7, on déduit les valeurs du coefficient vo
et v1 pour les positions données de la charge e = - ! b, - ~, : , ~ , b et
pour y entre -b et +ben envisageant le vrai signe.

+ 0,328
+ 0,312
+ 0,250 ------~-

+ 0,203 : vo

-3/4b

-b 0 0 0
+0,43513
-3/4b -0,01562 -0,07075
-0,56487

-b/2 -0,24734 +0,02773 -0,04311 -0,13818

-b/4 -0,04625 -;-0,13117 +0,00409 -0,19424


0 +0,06012 +0,29237 +0,10624 -0,21844

-0,00409 +0,49611
-0,370 b/4 +0,09917 -0,26977 -0,17304
-0,50389

~
+0,49045
b/2 +0,09382 +0,04311 -0,29637 -0,00138
1

-0,50954
3/4b +0,05863 !
+0,04300 -0,12351 -0,25762 +0,36707
-0,550
b 0 0 0 0 1
Figure 11-13 ------------
i ~-------- -----------1
- ------'-----------
11 . CALCUL DES EFFORTS TRAN CHA N TS DANS LES ENTRETOISES 143
142 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES

~1 - b/ 2 . b/4 b
~'
-3/4b b/2
- b/2 b/4 b/2 b
-3/4b
-
- b 0 0 0 0 0
b 0 0 0 0 0
- 0,0231
+ 0,38340 -3/4b - 0,0321 + 0,0136 + 0,0209 + 0,0336
- 3/4b + 0,18595 + 0,01484 + 0,00392 + 0,00440 - 0,0231
- 0,61660
- 0,0301
+ 0,44216 - b/2 - 0,0476 + 0,0216 + 0,0388 + 0,0680
- b/2 - 0,35480 + 0,07612 + 0,04368 + 0,01391 - 0,030 1
- 0,55784
- b/4 - 0,0700 - 0,0222 + 0,0133 + 0,0415 + 0,1025
- b/4 - 0,20296 - 0,31955 + 0,16100 + 0,09697 + 0,03564
0 - 0,0780 - 0,0332 + 0,0015 + 0,0332 + 0,1290
0 - 0,11403 - 0,18032 + 0,29577 + 0,18032 + 0,07049
+ 0,0117
+0,52223 b/4 - 0,0714 - 0,0415 +0,0222 + 0, 1340
b/4 - 0,06045 - 0,09697 + 0,31955 + 0,12629 + 0,0117
- 0,47777
+ 0,0301
+ 0,55784 b/2 - 0,0535 - 0,0388 + 0,0232 + 0,0996
b/2 - 0,02560 - 0,04368 - 0,24443 + 0,22124 + 0,0301
- 0,44216
3/4b - 0,0256 - 0,0209 + 0,0164 + 0,0321 + 0,0079
3/4b + 0,00131 - 0,00392 - 0,08685 - 0,18595 + 0,38476
b 0 0 0 0 0
b 0 0 0 0 1
1

Va

~1 - 3/4b - b/ 2 b/4 b/ 2 b ~1 - 3/4b - b/ 2 b/ 4 b/ 2 b


..
-
- b 0 0 1 0 0 0
- b 0 0 0 0 0
-3/4b + 0,4120 + 0,2255 - 0,0020 - 0,0221 - 0,0371
- 0,05173 - 0,07167 - 0,5880
-3/4b + 0,03046 + 0,04692 + 0,07515
- 0,05173
- b/2 - 0,2949 + 0,4794 + 0,0493 - 0,0043 - 0,0702
- 0,06738
- b/ 2 - 0,10646 + 0,04839 + 0,08679 + 0,15209 - 0,5205
---0,06738
- b/4 - 0, 1162 - 0,2920 + 0,1445 +0,0456 ---0,0917
- b/4 - 0,15671 - 0,04978 + 0,02983 + 0,09288 + 0,22988
0 - 0,0179 - 0,1394 + 0,2939 + 0,1394 - 0,0894
0 - 0,17415 - 0,07408 + 0,00340 +0,07408 + 0,28893
b/ 4 + 0,0278 - 0,0456 + 0,5078 + 0,2920 - 0,0390
- 0,09288 + 0,02612 - 0,4922
b/4 - 0,15962 + 0,04978 + 0,29933
+ 0,02612
b/ 2 + 0,0403 + 0,0043 - 0,2732 + 0,5205 + 0,0982
- 0,08679 + 0,06738 - 0,4794
b/ 2 - 0,11942 + 0,05194 + 0,22262
+ 0,06738
3/4b + 0,0377 + 0,0221 - 0,1071 - 0,2255 + 0,3750
3/4b - 0,05732 - 0,04692 + 0,03666 + 0,07167 + 0,01769
b 0 0 0 0 1
b 0 0 0 0 0
1
144 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROP ES

~~ 1 - 3/4b 1 - b/2 b/4 b/2 b

0
1
0
12. Méthode rigoureuse de calcul
- 1b 0 0 0 0
+ 0,6190 + 0,6670
+ 0,1127 - 0,0020 - 0,0442 - 0,0185 - 0,8350
- 3/4b - 0,8830
l
+ 0,2397 - 0,1977
- 0,4430 + 0,0493 - 0,0086 - 0,0351 - 0,6976
- b/2 - 0,2602
- 0,1745 - 0,1460 + 0,1445 + 0,0912 - 0,0458 - 0,1406
- b/4
- 0,0268 - 0,0697 + 0,2939 + 0,2788 - 0,0447 + 0,4315
0
+ 0,5078 + 1,0912
+ 0,0417 - 0,0228 + 0,5840 -0,0195 + 0,0912
b/4 l - 0,4922
1
.f- 1,0410 + 0,8795
+ 0,0605 + 0,0021 1 - 0,2732 + 0,0491 - 1,1203
b/2 - 0,9588
+ 0,0565 + 0,0110 - 0,1071 - 0,4510 + 0,1875 - 0,3031 12.1 Surfaces d'influence
3/4b
0 0 0 0 0 0
b
1 Le but de la méthode ngoureuse est de déterminer les surfaces
d'influence de différents effets de chargement de la construction étudiée.
L'effort tranchant transversal maximum est appliqué à droite de la Toute charge générale peut être remplacée par une charge développée
section y = ~au droit x = ; et vaut (Qu)max = 1,12 t/m ' (figure 11-14). en série de Fourier. Pour notre propos, il convient de choisir la fonction
p(x) antimétrique par rapport à x = 0 (impaire) où p(-x) = - p(x) .
En prenant les notations d'après la figure 12-l (et en choisissant la
période L = 21), nous obtiendrons, pour une charge unitaire partielle, le
coefficient par les formules connues [40]

Pm = -
21
4 J .
d+ c
11lïëX d .
p sm - - x= -
l
4p . 1Jl-;-::C . 1Jl-;-:: d
sm - - sm - -
nm 1 1
12.1
d- e

et la série de Fourier
00 00

~ . mrrx 4p ~ 1 . 111ï:C . m-;-::d . 111-.:.\" ?


( ) = L
px Pm sm -~ -= ----;- L m sm - , - sm -- , - sm - , - . 12 ·-
m= l m= l

Pour une charge linéaire uniforme complète, on a, d'après 12.2, pour


c= ; et d = ~ (figure 12-2)
Figure 11- 14
4p . , m-;-::
Pm = - - sm- - -
mt! 2
et
4p ~ 1 . ·) f/177 . 1/l T;.\"
p( x ) = ----;-L n; sm - 2 sm -
1
- . 12.3
m= l
146 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES 12. MÉTHODE RIGOUREUSE DE CALCUL 147
Cette équation peut s'écrire aussi gure 12-5) peut s'exprimer, de façon analogue, par la série double de
co
Fourier sous forme
p(x) = 4p
- """ 1 . -mnx
/ --sm -, (m = 1, 3, 5, ... ) 12.3a p(x,y) =
~ ~m 1
m=l 16p """""" 1 . nmu . mnc . nn(b- v) . nnd . mnx . nn(b- y)
car = ;r 2 LLmnsm--
1-sm--1-sm 2b sm-27Jsm---sm b .
1 2
fC1"C1t 4p m " 12.6
Pm = - pour m = 1, 3, 5, ... Pour la pleine charge uniforme, on a, enfin,

1 ____:r_·-·--·!·
1'~L---d_l_ll_l_l~-t_ll~11-1-lt_P
nm
On obtient une expression . ) _ 16p ~ ""_!__ . 2 mn . 2 nn . mnx . nn(b- y)
p (x, y _ ,, ) ) sm sm sm l sm b
analogue pour une charge con- ~ ~ ..:......, ..:......, mn 2 2
7 2
m n
centrée (figure 12-3) - dont nous
Figure 12-1 avons besoin surtout afin de pou- A l'aide des formules ci-dessus, on peut calculer rigoureusement une con-

f'
0 1111111111111; 11111111111111 f .-. -·.2
voir déterminer les surfaces d'in-
fluence - à partir de l'équation
12.2 en posant d'abord P = 2pc
struction formée de poutres et d'en-
tretoises pour un cas quelconque de
chargement.
En employant la série 12.4 d d i
et en effectuant, ensuite, pour P -rtf~
Figure 12-2 constant, la limite de l'expression pour une charge concentrée unitaire 1

~j~
r r---- . mnc appliquée à un point général de coor-
x :nn-- données x = d, y = e, on peut calculer ""
- - -l - pour c ten d ant vers zero
' .
of d mnc
la surface d'influence des flèches, mo-
ments et efforts tranchants, c'est-à-dire J--4~
1

1 l
la surface représentant la grandeur de 1
Comme la quantité cherchée à un certain point j y
Figure 12-3 ==-==-==-=-o~r-==-.-. --
. mnc x, y, si la charge unitaire se déplace
sm-- 2b
1 sur la construction. L'équation de la
lim - - --- = 1,
c->O mnc surface d'influence du déplacement Figure 12-5
l vertical est donnée par la relation
on a 00

2P . mnd
Pm= --- sm-- ; za """
w(x,y) = -bgprt 4 L Km
1 . mrtd . mrtx
m 4 sm - - sm - -;
12.7
Figure 12-4 1 1 1 1
m=I
la série s'obtient sous la forme
00 de façon analogue, la surface d'influence des moments fléchissants longi-
2P """ . mnd . mnx tudinaux est
p(x) = -~-~ sm-- sm-- · 12.4
1 1
brtl 2 L
""" Km m1- sm-
m=l . mrtd . mrtx
M.r(x,y) = 2 - sm- -, 12.8
Pour un système de charges d'abscisses d1, dz ... dn (figure 12-4), on a 1 1
m=l
co Il
la surface d'influence des moments transversaux
2 ~~Pt
p(x) = T """ """ . mndi
sm- . mnx
- sm- -. 12.5
1 1 00

= l2b Lftm
""" . nmd . mnx
m=l i=l
My(x,y) sm- - sm- -, 12.9
Une charge uniforme partielle appliquée à la surface 2c X 2d (fi- 1 1
m=l
148 12. MÉTHODE RIGOUREUSE DE CALCUL
LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES 149

la surface d'influence des moments de torsion (d'une dalle orthotrope) Cette notion est d'une grande importance pour les projets pratiques,
car elle permet de calculer très rapidement et avec une précision aussi grande
2 "
.1 sm
. rm:d
- -- cos mr::x
- ~,
qu'on veut une construction quelconque à l'aide des tableaux de coefficients
M:t, 11(x,y) =-:;:/.Tm
•. ...____. rn 1 1 12.10
de répartition transversale. Pour le paramètre réel d'entretoisement {} on
m=l . '
calculera facilement les valeurs statiques approchées et on modifiera, éven-
la surface d'influence des efforts tranchants longitudinaux (de la dalle
tuellement, les dimensions de la construction. On peut procéder de telle
orthotrope) "'
manière plusieurs fois jusqu'à ce qu'on arrive à la construction la plus écono-
Qx(x,y;\ = ·b-
2 LEm
"' . -mr::d
sm mr::x
- cos ---- 12.11 mique. Ensuite, on calcule les valeurs statiques à l'aide de tableaux des
1 1
m=l K, ,u, r, E, u de façon à faire la somme des valeurs partielles obtenues pour
et la surface d'influence des efforts tranchants transversaux (de la dalle les paramètres d'entretoisement 19, 28, 38, ... , m/9 pour les charges p 1 sin ïtX
orthotrope) oo
. 2rrx . 3rrx . mr::x l
2 "'--- . mr::d . mr::x
Qv(x,y) =TL l'm sm - - sm--. 12.12
Pz sm -r- , p3 sm -r- , ... ,Pm sm ·-1 .
1 1
m=l

Les coefficients Km, ftm, Tn, Em, 1'm sont donnés par les relations 6.46, 8.5,
12.3 Formule d'interpolation
9 .5, 10.7 et 11.5 qui ont été établies antérieureurement.

Pour calculer en pratique le coefficient Ka, nous avons fait usage de


12.2 Termes suivants de la série la formule d'interpolation de Massonnet suivant laquelle il suffit de déter-
miner seulement K 0 et K 1 pour rt. = 0 et 'l. = 1.
Pour la méthode rigoureuse, il ne suffit pas, ordinairement, de déter- Cette formule ne représente cependant pas tout à fait exactement les
miner, dans le calcul des différentes quantités statiques, le premier terme variations du coefficient K en fonction de 'l. pour tous les 0·. Dans un calcul
seul de la série correspondante, comme dans la méthode approchée que nous rigoureux, il est nécessaire d'appliquer les formules établies par Sattler [142]
avons décrite antérieurement. et qui dépendent aussi de la valeur de f}:
Pour obtenir la valeur exacte au droit du chargement, il est nécessaire, pour
dans le calcul des moments fléchissants et de torsion et des efforts tranchants, 0,1 Ka= Ko
de conserver trois à cinq des premiers termes de la série correspondante pour pour
le chargement dû à une charge concentrée, et trois termes dans le calcul des 0,065-ü)
déplacements verticaux. ( 1-e -o,663--
0,1 < 0 ;; 1,0 Ka =
r;
.L'\.fl 1
1
(
K1 - J(o) 'l. , 12.13
Comme il est extrêmement pénible et peut entraîner beaucoup pour
d'erreurs, un tel calcul de plusieurs termes de la série est pratiquement
0 > 1,0 Ka= Ka+ (K1- Ko) ]lrt.-.
inapplicable. Heureusement, l'analyse détaillée des équations déduites a
montré que le m-ième coefficient de la série lequel correspond à la répartition Dans le calcul des moments transversaux, il est possible d'employer, pour

de la charge p = Pm sin mlx était égal au premier terme de la série de con- l'interpolation des valeurs de fla, les mêmes relations
pour
struction dont l'entretoisement est rn-fois plus souple, c'est-à-dire dont le 0 < 0 :S 0,1 ,ua = ,llo + (,Ul- flo) C/.0,05
pour
paramètre d'entretoisement est m8. En d'autres termes, cela signifie que
0,065-11)
. mr::x d . r .
0,1 < ( ( 1-e ·0,663 -
l'entretoisement pour lac h arge p =Pm sm - ·- ev1ent rr1-101S plus souple 0 1,0 /la =,llo 1
1
,lll- po) rt. , 12.14
1 pour
que pour la charge p = Pl sin~~ (voir figures 7-1 et 7-2).
8 > 1,0
LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES
12. MÉTHODE RIGOUREUSE DE CALCUL 151
150
Calcul du coefficient de répartition transversale Ka:
Exemple 9
Soit à déterminer la surface d'influence des moments fléchissants ---~__1 Kt
_ _ _ __ _
1
,
Kt - Ko 10,649(K 1 ~~~--~---
~ ,Y =
e
longitudinaux pour la construction de l'exemple 1 au point C (x = ; ). f) = 0,7

~b -0,5114 0,3342 0,8456 0,549 0,038


Le calcul doit être effectué à l'aide des trois premiers termes de la série
correspondante et des formules exactes d'interpolation 12.13. -b/2 0,1798 0,5535 0,3737 0,242 0,422
Le calcul sera effectué dans un réseau de 15 points d'après la figure 0 1,0580 0,9923 -0,0657 -0,043 1,015
b b/2 1,9393 1,5134 -0,4259 -0,276 1,663
12-6. Pour{}= 0,7 et 3fJ = 2,1, on trouve dans le tableau I/14 de y= -i b 2,0618 1,5262 -0,5356 -0,348 1,714
f) = 2,1
ete= -b,- !!_, 0, !!_,bles coefficients Ko et K1. Selon l'équation 12.13
2 2 -b 0,0140 0;0030 -0,0110 -0,0077 0,0063
on a employé, pour{} = 0, 7, la formule d'interpo-
-b/2 -0,0483 0,0354 0,0837 0,0586 0,0103
'. x ( 0,065-il \
• 1-e~) 0 0,0147 0,5276 0,5129 0,3590 0,3737
1 lation Ka = Ko + (K1 - Ko) ct. .
b/2 4,7937 3,3496 -1,4441 -1,0109 3,7828
'1;---- Rechercher, pour 2iJ = 1,4, les valeurs de
b -1,2340 0,8620 2,0961 1,4673 0,2333

c Détermination des termes partiels de l'équation 12.8:


1 mrrd nmx 1 nmd nmx
d --sin--- s i n -- -s i n - - sin--
m2 1 1 m2 l l
T
m = 1 m = 2 m = 3 m = 1 ln1 = 2 lm = 3 m = 1 lm= 2 m = 3

l b l b l 1/4 0,707 0,250 0,0787 1 0 -1 0,707 0 -0,0787


'1 1 '1
1/2 1 0 -0,111 1 0 -1 1 0 +0,111
Figure 12-6
3/4 0,707 -0,250 +0,0787 1 0 -1 0,707 0 -0,0787

/ l 10
/v Figure 12-7
b;'i = 8n2 = 0,253
Calcul des ordonnées d'influence du moment fléchissant longitudinal:
K n'a pas de sens, le terme sin m;ct. de l'équation 12.8 étant nul pour
3 3
1 nmd . nmx
.
x= !_ et m = 2. L'exposant de e dans la formule d'interpolation est
2 e 2
m=l
Km- S i n - - - Sin - - -
m2 l l
___l_ -..;;;: K _1_ . 11md . nmx
: brr2 L_. m m2 sm-~- sm-,-
m=l
0,065-0,70 =- 0,95 d = 1/2/
0,663
et puis -b 0,027 0,038 0,007 0,010
e-o,95 = 0,390,
-b/2 0,298 0,423 0,076 0,107
1-0,390 = 0,610, 0 0,689 1,056 0,175 0,267
C/.0,610 = 0,490,610 = 0,649.
b/2 0,880 2,033 0,223 0,528
b 1,194 1,740 0,313 0,440

La surface d'influence du point C est représentée à la figure 12-7.


152 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES 12. MÉTHODE RIGOUREUSE DE CALCUL 153

12.4 Influence du coefficient de Poisson est désirable d'apporter une correction au procédé précité. Dans les calculs
pratiques de ces moments, on fait usage des coefficients ,ao et ,111 pour le
Dans les chapitres précédents, nous avons supposé en général que le paramètre de rigidité torsionnelle œ égal à zéro ou à l'unité. Il résulte de
coefficient de Poisson 17 peut être, pour le béton, posé égal à zéro, alors que l'analyse des rapports correspondants que le coefficient P-o n'est que très peu
la valeur exacte est à peu près 0,15. Pour les calculs rigoureux, il est néces- influencé par le coefficient de Poisson et qu'il suffit de déterminer la variation
saire, dans les constructions en béton et surtout dans les constructions en du coefficient ,Ul avec 17.
métal où le coefficient de Poisson est de l'ordre de 0,30, de tenir compte de En introduisant le coefficient de Poisson 11 dans les relations pour une
-,son influence. En calculant la fonction du déplacement vertical w, on plaque isotrope qui ont été déduites par Guyon [42, 131], on obtient le
rencontre le coefficient de Poisson dans les conditions aux limites 6.27 et coefficient (p1),1 sous la forme
6.28. Si le coefficient de Poisson augmente, la dalle semble devenir plus
rigide; les déplacements verticaux se réduisent et les moments augmentent.
Pour déterminer les moments fléchissants, il faut écrire, de manière
(p,), ~- 4Œ ;h," ( [(1 , , •J) a ch a,_ (1 1 •J) sh cr] ch •?z
exacte, l'expression 7.3 ou 8.1 comme suit:
- (1 - 17) {)x sh a sh {)x + 12.21
~-~U1-)
2
M. =
~-
-op (
-
aaxz'l!!- .J_ IJy
ayz ' {[(1- 17) a ch a - (3 + 17) sh a] ch {)cp- (1 -17) {)cp sh a sh {)cp}.
1 12.15 . {[(1 - 17) a ch a (1 17) sh a] ch {hp- (1 - 17) 19~! sh a sh D1p}
azw azw) (3 + 17) sh a ch a - ( 1 - '7) a - - -- -,--
My= -gE ( -ayz IJ:t· -ax2 '
[(1 -11) a ch a {)cp (1 - 17) Bep sh a ch {)cp]{[(1 17) a ch a + )
où + + 2 sh a) sh B1p- (1 - 17) {hp sh a ch B1p} __ ,
12.16 (3 + 17) sh a ch a (1 - 17) a
qui est semblable à la formule 8. 7. De même, les significations des symboles
De façon analogue, les efforts tranchants dans la dalle ont pour expressions x dans cette formule sont conformes à celles qui ont déjà été intro-
(p, rp, a,
exactes duites (6.33, 6.55).
Q.r =-'}p-a
aw
3
(r.hy + 2y) --ax -a--z
aw 3
12.17 • Afin de trouver les valeurs correspondantes de fla on peut, pour les
x3 - y ' valeurs intermédiaires de 7.(0 < œ < 1), employer la formule d'inter-
a3w a3w polation [ 131]
Qy = -(!E-ay3 - ((!:ry + 2?') ax 2 CJy 12.18
(fta)l] = (pl),, [(rtl),,- (po)o] v~ 12.22'
et les expressions des efforts tranchants dans le grillage sont où la signification des coefficients est donnée par leurs indices:
a 3w a 3w
(fta)11 = coefficient cherché fi pour certains œ et 17>
Qx = -l_!p ax3 - [YE + Q:ry] -ax(Jy2- 12.19
(ttl),1 = coefficient ,u pour œ = 1 et un certain 17,
et (po)o = coefficient ft pour œ = 0 et 17 = O.
a3w
Qy = -I_!E CJ)i3 - [)'P
a3w
fi:ry] -ax 2 ay-. 12.20 Dans les tableaux VI/1 à 30, on a consigné d'après [4] les valeurs des lig-
nes d'influence du coefficient (p1)o, 15 pour{) = 0,1 à 5,0 variant de 0,1 en 0,1
L'influence du coefficient de Poisson a été étudiée en détail par Rowe
[131). Rowe a constaté que le déplacement vertical et les moments fléchis- entre 0,1 et 1,0 et de 0,2 en 0,2 pour B > 1, aux points y = 0, : , ~ , ! b, b,
sauts dans le sens longitudinal ne dépendaient que très peu du coefficient
.. 'd 1 h b --3b - - -
b b 0 -- b ---
b
de Poisson et qu'il ne fallait pas le prendre en considération dans la pratique. Pour 1es excentnc1tes e ac arge e = - ' -
4' 2'
--
4''4'2'
Par contre, les moments fléchissants dans le sens transversal sont influencés
assez considérablement par la valeur du coefficient de Poisson de sorte qu'il
! b, b et pour le coefficient de Poisson 17 = 0,15; pour un projet prélimi-
154 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES 12. MÉTHODE RIGOUREUSE DE CALCUL 155

naire, l'allure du coefficient fli pour 17 = 0,15 est représentée aux diagram-
mes figures 12-8 à 12-11. La formule d'interpolation est, dans ce cas,
(pa)0,15 = (.ul)0,15 [(pl)0,15- (fto)o] v~. 12.22a
On peut procéder de façon analogue même dans les calculs du coefficient de
répartition transversale K, si l'on veut déterminer, au point d'application
d'une charge extraordinairement lourde agissant sur le bord libre de la con-
struction, la valeur exacte des déplacements verticaux ou surtout celle du
moment fléchissant longitudinal. Le coefficient de répartition transversale
(Kr)11 pour a= 1 et 17 quelconque est donné par la formule
-0,1/ l 1 1 1

(K,), ~ 2 s~' a ((a ch a+ sh a) ch •?x -Hx sh a sh Ox + -0, 21---+--+---+1--+----+1--T---+---+----+1----1


1 1 1 1

Figure 12-9 0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4;5 5,D!f
{[(1 -17) a ch a - (1 17) sh a] ch fJcp- (1- 17) fJcp sh a sh fJcp}. 0,!5
+ .{[(1 -17) a ch a- (1 + 17) sh a] ch IJ1p- (1 - 17) fJ1p sh a sh fJ1p} 1-'t
[(3 + 17) sh a ch a- (1- 17) a] (1 - 17) 0,3 1
1J=0,15 1
rx.=f
{[(1 -17) a ch a+ 2 sh a] sh {}cp- (1 -17) fJcp sh a ch fJcp}. )
+ . {[(1 - 17) a ch a + 2 sh a] sh fJ1p- (1 - 17) fJ1p sh a ch fJ1p} 12.23
[(3 + 17) sh a ch a + (1 - 17) a](l - 17)
0,2 ~-
l'
1·· ...
1 ----
~·IJ=il ---T- y=b/2

et le coefficient (Ka)t1 pour a et 17 quelconques est


01 ~( .. 1~
. .4 ·---- .___ .
1-b/4:)· .. ~.::.:.:..::..:
'

(Ka)t1 = (K1)11 + [(Rù1- (Ko)o] V~, 12.24 0 ~...


·--

!
-]

-·-r·-- - · - · - · t--·-
1

[~~~
~ 1 1
où les significations des différents facteurs sont les mêmes que dans la for- 1 1
mule 12.22. -q,f
1 1

~~r~b
4
1

110,15 1
1
1 1 -0,2
ro r... Ti -0,15
1 1

0
1
0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 J,O 3,5 4,0 4,5 ~ Figure 12-10

~2
"'f
··... b\
1
IX
y =0
= f
i 1
,

=l
1 1
1

\! ~ 1
1

i
1
'Tl =0,15 l
i±j
1
0,1 1 1
1
e=1b
"· b.. ··.. ... 1-f-- 1 -'.!t.. ...... ex. =1
y =34b
'-2
---:--_1 __ ---
1

····· ····· 1
0,1
0 -3 ·, ~ ...... ):

1 1
4 b__..
~~ . : 1 1
. 7-...4:
1
1
1
... '• ---t--f---,---
;::h/ 1
1
1 0 1--

~Pl-
1 1
-0,1 1 1

J
1
1 1

-~f _1]
1
.
-0,2 I_Jz
f\-ib 1
i

0 0,5
1

1,0
J
!,5 2,0 2,5

Figure 12-8
1

3,0 3,5 4,0 ~5 5,0 If

Figure 12-11
-0,2
0
4 '2

D,5 1,0 1,5


r--f
2,0 2,5 J,O 3,5 4,0
i
1
1

t,.,5
1

J;Oif
156 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES
12. MÉTHODE RIGOUREUSE DE CALCUL 157

Les valeurs du coefficient (K1)o,15 pour 11 = 0,1 à 5,0 variant de de façon analogue
0,1 en 0,1 entre 0,1 et 1,0 et de 0,2 en 0,2 pour {) > 1, aux points y = 0, l-r7
Mxy = - ---(M.n;)1. 12.30
b., b , 3 b, b, pour l' excentriCite
' ' ' d e la ch arge e == - b, ~ -3 b, - -b ,- -b , 1 1/1
4 2 4 4 2 4 Les efforts tranchants ne dépendant pas de 17, on a donc
0, !, ~ , ! b, b et le coefficient de Poisson 17 = 0,15, sont consignées dans Qx = (Q:r)1, Qy = (Qy)l. 12.31
les tableaux VII/1 à 30. La formule d'interpolation 12.24 prend, dans ce Si nous connaissons, en certain point, les moments fléchissants
,cas, la forme (Mx)1 et (My)1 dans les deux sens pour ?}I, il paraît plus simple de calculer
(Ka)o,15 = (K1)o,15 -i- [(K1)o,15 (Ko)oJV; . 12.24a les moments pour la valeur 17 à partir des équations
Pour les constructions métalliques où le coefficient de Poisson est 1
M_,, = ----~ [(1- 17117) (Mr)1 (17- 111) (My)t], 12.32
compris entre 0,25 et 0,30, on peut obtenir des résultats plus exacts par 1 -l)i
réduction des valeurs des quantités statiques qui ont été trouvées pour 1
1) = 0 OU lj = 0,15. My=
1 2
--~~ [(IJ-1/1) (M:r)1 +- (1- 1)11)) (My)1]. 12.33
IJl
Si nous connaissons la grandeur d'une force intérieure pour deux
valeurs 171 et 17z, nous pourrons, d'une manière approchée (sans tenir compte Si 17 1 = 0, les équations ci-dessus prennent la forme
des modifications des équations exprimant les conditions aux limites), fixer M~, =
(Mr)1 1J(My)1, 12.32a
sa grandeur pour une autre valeur du coefficient de Poisson 17. Pour chaque My= I)(Mx)L + (My)1 12.33a
force intérieure on a trois équations, par exemple Au contraire, si nous connaissons les valeurs des moments fléchissants pour
Mx=- I}P ( ~22wx__ 1) à2w)
-à2y '
un certain 17 1 =1= 0 et que nous voulons déterminer les moments correspon-
u dant à 17 = 0, on a

(M,,)1 = - IJP ( ~:; 111 -~;) ,


12.32b

(M_,)z = - ()p
-
(-~:).wx
u-
___ + 'lry
-
à2w)
- o2y '
l2.33b

par leur combinaison, on a De façon analogue, pour les réactions sur les bords simplement appuyés,
(172- 1J)(Mx)1 (171 - I))(Mx)z on trouve successivement
Mx = __.:_::____
_:_::_:_ ------~

12.25
1)2 -1)1 - 1 -
et, de même, Q1: = - ------- [(1 - 17) (Qr)1
1 1)1
+ (17 - 1]1) Q.r], 12.34

My = _(,_,17_z_-'-'-'---=-'----'--'----_::_'---:c.:_ 12.26 1 -
I)J
Qy = -..---·----- [(1- IJ) (Qy)t +- (1) 12.35
-1)1
Q_, = _0]~ __17)(Q,,)1- (171- IJ)(Q,,)z , 12.27 et, s1 111 = 0,
l)z-1)1 Qy = (Qy)1 - lj [(Qy)l- Qy] 12.34a
- ~ (172- 17)(Q11)1 (1)1 - 1J)(Q11 )z Q., = (Qr)1 - lj [(Qr)1 -- Qx], 12.35a
Q!! - - - - -----------------------
~

1)2 -1)1
12.28
Par contre, pour 11 = 0,
Si nous connaissons la flèche WJ de la dalle correspondant au coefficient 171,
la flèche w dans la dalle de coefficient 17 sera
Q.r ~~ (Q:r)1 -mQ:r 12.34b
1 ~- 1/l
12.29 Qy = (Qy)l - 1j1Q,,
12.35b
1-1)1
158 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES 12. MÉTHODE RIGOUREUSE DE CALCUL 159

Les réactions sur les bords encastrés étant égales aux efforts tranchants, elles 12.5 Valeurs statiques dans une direction quelconque
ne dépendent pas de 17, comme c'est aussi le cas des moments fléchissants.
Pour le dimensionnement, il suffit, dans les cas ordinaires, de déter-
Exemple 10 miner les valeurs statiques (moments fléchissants et de torsion et les efforts
Soit à déterminer, pour la construction de l'exemple 4, les moments tranchants) dans les directions parallèles aux axes
fléchissants transversaux en adoptant le coefficient de Poisson 17 = 0,15. X et Y. Si l'on veut déterminer aussi les valeurs Y
On comparera ces derniers avec les valeurs calculées antérieurement pour statiques dans les autres directions, il est possible
?/7 =o. de se servir de formules de transformation ressem-
Des diagrammes figures 12-8 et 12-9, nous tirons les valeurs des blant à celles dont on fait usage en transformant par
coefficients (fll)o, 15; les valeurs de (.uo)o sont, d'après l'exemple 4: exemple les coordonnées cartésiennes en coordon- x
nées polaires.
y= b/4
En menant perpendiculairement à la sur- Figure 12-12
face de la dalle une coupe quelconque dont la
0,1215 normale n forme avec l'axe X un angle 0 (figure 12-12), on obtient le
(po )o 0,0639 0,1619 moment fléchissant dans le sens de cette normale
Mn = Mx cos 2 0 + My sin 2 0 - M.TY sin 20, 12.36
A l'aide de la formule d'interpolation 12.26a, nous trouvons, pour lf. = 0,49: le moment fléchissant dans le sens de la normale m à une coupe tournée
de 90°
y=O y= b/4
Mm = Mx sin 2 0 + My cos 2 0 + Mxy sin 20, 12.37
les moments de torsion (qui sont égaux au signe près)
[(/11)0,15 - (tto)o] -0,0272 -0,0404
v;:;[({t1)0,15 - (po)o] -0,0133 -0,0198 Mnm = - } (Mx- My) sin 20 M.TY COS 20 = - Mmn 12.38
fla = (J11)0,15 + vœ((f/1)0>15- (po)o) 0,0234 0,1027
et efforts tranchants
Qn = Qy sin 0 Qx cos 0,
Les moments fléchissants transversaux calculés pour 17 = 0,15 dans la section Qm = -QyCOS 0 Qx sin 0. 12.39
l l . ' .
x = 2 , x = Les valeurs extrêmes Mn ou Mm et Mnm ou Mmn sont les moments dits
4 sont consignes au tableau CI-dessous et comparés avec les principaux. La direction dans laquelle les moments fléchissants atteignent
moments obtenus pour 17 = 0 dans l'exemple 4.
leurs valeurs extrêmes est donnée par la relation
x 1] y=O y= b/4 tg 20 = --- 2Mxy_ 12.40
(Mx-My)
0 0,132 0,480 et celle dans laquelle les moments de torsion atteignent leurs valeurs extrê-
l/2
0,15 0,094 0,411
mes, par la relation
My
(tm/m') tg 20 = -
(M.T My) 12.41
0 0,093 0,339 2Mxy
1/4
0,15 0,066 0,290 Les valeurs extrêmes résultent des relations :
i
1
pour les moments fléchissants

(Mn)max, min = ~ (Mx + My) ± ~ V(Mx- My)2 + 4M;y , 12.42


12. MÉTHODE RIGOUREUSE DE CALCUL 161
160 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES

12.6 Influence de l'excentricité des poutres et entretoises par


pour les moments de torsion
rapport au feuillet moyen de la dalle isotrope
(Mnm)max, min = 12.43
La théorie établie précédemment n'est valable que dans le cas où les
Les moments fléchissants atteignent leurs valeurs maxima (minima) dans la poutres et entretoises sont disposées symétriquement par rapport au plan
direction qui forme avec l'axe X un angle aigu (obtus) si My:r > 0 ( < 0). médian de la dalle. Dans la pratique, les poutres et entretoises n'existent,
Les directions des moments fléchissants maxima et minima forment avec généralement, que d'un côté du plan médian. Une solution rigoureuse s'ob-
celles de moments maxima et minima de torsion un angle de 45°. Dans les tient en posant, selon la forme réelle de la construction, des équations
sections où les moments fléchissants atteignent leurs valeurs maxima, les différentielles pour les déplacements u, v, w dans les sens de trois axes
moments de torsion sont nuls. De la somme des équations 12.36 et 12.37, coordonnés, comme il est indiqué au chapitre 21. En éliminant les déplace-
il résulte de plus que ments u et v, on peut transformer ce système en une équation aux dérivées
12.44 partielles du huitième ordre pour w [2]. L'équation aux dérivées partielles de
Exemple 11 Huber dont nous partions jusqu'ici, est du quatrième ordre; il s'ensuit qu'il
Soit à déterminer les valeurs et les directions des moments principaux n'existe aucune dalle orthotrope dans l'acception de Huber exactement
en un point de la construction où les moments fléchissants et de torsion dans équivalente à une dçllle à nervures asymétriques. Cependant, il est possible
les directions des axes X et Y sont connus: Mx = 12,5 tm, My = 3,2 tm de trouver une dalle de Huber équivalente approximativement à une dalle
et Mxy = -1,52 tm. à nervures asymétriques si l'on remplace les rigidités de flexion et de torsion
Directions des moments principaux: résultant de la théorie de l'élasticité par certaines rigidités fictives.
moments fléchissants longitudinaux (formule 12.40) De l'analyse effectuée par Bare5 [2] de la solution rigoureuse
d'une dalle à entretoises asymétriques, résulte une conclusion importante:
tg 2fJ = (~ 3 , 04 ) =~ -0,325 la valeur du cisaillement dans la dalle varie de point en point. Elle dépend
9,3 surtout du type de chargement et du mode d'appui de la dalle nervurée. Il
2fJ = 162' s'ensuit qu'il n'existe aucune formule générale qui peut donner la rigidité
Eh= 81", e~ = 171\
fictive de torsion de la dalle de Huber approximativement équivalente à une
moments de torsion (formule 12.41) dalle nervurée réelle; on ne peut déduire que des formules dont chacune
n'est valable que pour un certain cas spécial.
tg 2fJ = --0)2'5 ~= 3,08 Massonnet a montré dans un de ses mémoires [89] comment on
28 =ne détermine approximativement l'influence de l'asymétrie des poutres et
e1 = 36", e2 = 126'. entretoises à l'aide de la méthode du minimum du travail de déformation
d'une dalle nervurée. Après une série d'opérations différentielles et ayant
Valeurs des moments principaux:
moments fléchissants (formule 12.42) remplacé les déplacements horizontaux par les expressions u = ap ~:
(,1)
1 11 max. min
1
-= -:2 158
, 119,3 2 +4.1,522 7 9--!- 4 88 =
+ 12,78 tm/m' et t' = aE ~~ , il a obtenu l'équation de Huber de la dalle (5. 7a) sous la forme
' - ' ~+3,02 tm/m',
o4w o4w o4w
moments de torsion (formule 12.43) e~ ox4 + 2Ht oxz oy2 + ef oy4 = p(x,y). 12.45
(iWnm)max. min= =::: 4,88 tm/m'. (!~ ef, Hf sont ici les rigidités fictives de flexion et de torsion.
Leurs valeurs sont
(!~ = f!P + (ep- ap) 2 Efp,
ef· = (!E + (eE- aE) 2 Efe,
162 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES 12. MÉTHODE RIGOUREUSE DE CALCUL 163

Hf= + YP +2 YE + Bd , , azw ()2w ()2w


~
0
4(1 - 17) (ap tes) opposees et, par la, --:l2 = const, ;s-·· = const, - - = O. Après rem-
ux uy 2 oxoy
(P YE Bd ( )2 placement dans l'équation 12.46, il vient ap = ep, aE = eE et
2 + 4(1 - 17) ap + aE 17 apaE, 12.45a
1 -17 2
- -
où 12P, 12E, yp, )'E sont les rigidités unitaires des la dalle nervurée données Hf=o+ )'P YE, Bd 17Bd
(
- 2 1
4(1 + 17) ep epeE. 12.47
par les relations 5.9 et 5.10, 1-17 2
yp, YE sont les rigidités de torsion des poutres et entretoises (sans Si la dalle est sollicitée par torsion pure (M:r = My = 0, M:ry =1= 0)
dalle), elle prend la déformée d'un paraboloïde hyperbolique et on a
3
. 'd'1te' umta1re
. . d e 1a d a11e ()2w ()2w azw
12 est 1a ng1 (lBd
_ )
12 172 ox2 ayz = 0, ax oy =/= Ü, ap = aE = Ü d'où
ep, eE est la distance entre les axes neutres de renforcements (de la
section entière) et le plan moyen de la dalle isotrope,
!!~ = 12P + e;fpB > 12P, 12f = 12E + e'f,/EB > 12E, 12.48
fp, fe est la surface de la section longitudinale ou, éventuellement, Hf= H = 12 + YP ~ YE .1)
transversale de la dalle nervurée par rapport à l'unité de largeur ou longueur
surface de la dalle ) La valeur des rigidités de flexion selon les relations 12.47 et de celles
( surface de la nervure + _
1 172
, de torsion d'après 12.48 sont les valeurs minima. En général, dans la dalle
ap, aE sont des constantes qui se déterminent à condition que les à nervures asymétriques, les rigidités réelles varient de point en point et
bords de la dalle soient rigides (c'est-à-dire que sont toujours supérieures aux valeurs minima données par les relations 12.47
et 12.48.
JJ~:~ ~:~ JJ(a: ~y)
dxdy =
2 2

dxdy), par les équations Recherchons maintenant les valeurs approximatives des constantes

~:~ r+ ~ ! 0~ ~y r] +
ap, aE dans un grillage type pont-dalle. Considérons un pont infiniment
JJ[
ap Bfp ( (l 17 ) (
2
dxdy
large soumis à une charge sinusoïdale linéaire dans l'axe X et supposons
qu'on puisse faire usage des valeurs obtenues, même pour un pont de largeur
+ 2(1B!_ ?J) aE JJ(0: ~Y) 2
JJ(~:~) 2

dxdy = epfpB
2

dxdy,
finie. L'équation 12.45 est, pour le problème examiné, l'équation de la dalle

JJ(~2~yr+ JJ ~:~ r+
de Huber équivalente en moyenne à une dalle nervurée réelle. Selon les

2(1~1]) ap aE [BfE ( 12.46


équations 6.21 et 6.24, la surface de flexion d'une dalle de Huber infiniment
large devient, après modification,

+ 2(1~ 17 ) (::~y)
2

JJ(~:~)
] dxdy = eE/EB
2

dxdy. w(x, y) = Cme-m 11 .'1 sin m;x [cos mty +


à condition que
; sin mty] , (y > 0) 12.49

Les coefficients de ce système de deux équations linéaires (par rapport aux vT=--(1.
1/
r.:.-~
inconnues ap et aE) dépendent de la ligne élastique de la surface w = w(x,y) n= w - -- , t = (1) -
-- ,
2 2
de la dalle. Les valeurs ap et aE obtenues par solution du système varient
donc considérablement de cas en cas. Il y a lieu de souligner à nouveau
12.50
qu'il n'existe pas d'expressions générales pour les rigidités 12~, 12f, Hf
de la dalle de Huber approximativement équivalente à une dalle réelle;
on ne connaît que des expressions valables pour certains modes de solli-
citation. 1) Si nous employons la notation déjà introduite, Hr sera /'P + /'E · quant à la rigi-
. 2 '
Si, par exemple, une dalle nervurée est sollicitée par flexion pure dité de torsion, il faut substituer seulement la moitié de la valeur résultant de la théorie de
(M.1, = const, My= 0), elle prend une déformeé à deux courbures (constan- l'élasticité (voir paragraphe 20.2).
164 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES 12. MÉTHODE RIGOUREUSE DE CALCUL 165

Pour simplifier, posons encore des valeurs plus précises de ap et aE. On peut répéter le tout autant de fois
e - mny cos nuy = /l(y), e- mny sin mty = fz(y), 12.51 que l'on veut. Ordinairement, une ou deux approximations sont suffisantes
pour obtenir des résultats de précision satisfaisante. A partir des valeurs
de sorte que
ainsi trouvées de e~, ef, Hl on détermine, de façon analogue aux formules
w(x,y) = Cm . -mrrx
- sm - ( /1
1
+ tnf)
2 • 12.49a 5.31 et 5.27, le paramètre d'entretoisement
4
Pour y = 0, on a /1(0) 1, fz(O) 0; en dérivant successivement
les fonctions f(y ), il vient
= =
(} = !?___v Q~
l flf
-
~1 = - a~
mn/l(y) - mtfz(y), ~ = rn 2 (n 2 - t 2)/l(y) + 2m 2ntfz(y), et le paramètre de torsion
dy uy Hl
(/., ==

éJfz = - mnfz(y) + mt/l(y), ~uy2


fz =
2
m2(n 2 -:- t 2)fz(y) - 2m 2 nt/l(y). li g~ gf 0

ay Pour les valeurs des paramètres ainsi calculées, on peut, de la façon ordinaire,
Les valeurs des intégrales dont on a besoin pour remplacer dans l'équation trouver dans les tableaux les coefficients correspondants des flèches, moments
12.46, sont ou efforts tranchants.

JJ (
éJ2w
2
éJx2 ) dxdy = 2
1

dx
co

azw
ax z dy = JJ
0 0
L'asymétrie des nervures ne se manifestera pas seulement dans la
valeur des rigidités fictives de la dalle mais aussi dans la répartition des
tensions dans cette dalle. Des conditions d'équilibre, on déduit les expressions

= -~-
m4rr4
4 -
n2 + 5t2 4 4
= m cu -(}p,
ef (3 - 2 (/. )' exactes des forces intérieures suivantes:

9
+ t- ?
éJ 2w Ed éJ 2w

JJ ( éJ2w)
2 Nv = Efp(ap-ep) ~ + 17 ., aE ~ ,
+ t 2) 2 = 1 - !] " e-y"

v
UX"
éJy2 dxdy = m4(n2 w4m4,
azw éJ w 2
+ 17 1 -Ed!]" ap ~
JJ (
~
uX2
éJ2w ) dxdy
2
e{· Ny = EfE(aE - eE) ,

ax dy
=
m4rr2
--. - (n 2
!2
+ t 2) = m 4w4 --j-
(!p
UY" 9

Ed azw
D'habitude, il suffit de tenir compte seulement du premier terme de la
Q..,; y =
+ '!])
2(1
(ap + GE)-=--=--
ax dy
série. Après remplacement et modification, on obtient, pour m = 1, d 2w d2 w
M..,=- [(!P + (e~ - epap) Efp] ~ - IJQ ~ , 12.53
v~~] +
uX" UY"
ap [c3 - 2(/.) + 2(1 : 1J)fp d2 w d2 w

+ d ) f aE ver- My = - [QE + (eJ - eEaE) EfE] éJy2 - !]Q axz '


2(1 -1] p

1 d v
-ee, = ep (3 - 2(/.),

eJ, ] +
12.52
M ";y = [(1 - 17) Q + y-p] uxowuy
2
:l :l ,

v
aE 1 ,- 2(1
[ 1
,- 1] )fE -(!p, - ow 2
Myx = - [(1 - 17) (! + YE] ~ ,
ux uy
+ d ef1 eE .
2 ( 1 - 1 ] )fE ap -(}p =
Q.~ = - [QP + (e~ - epap) Efp] ~~; a: ~z '
3
- [Q + YE]
Nous pouvons résoudre ce système de deux équations par rapport à ap
et aE par approximations successives. Pour obtenir les valeurs approchées
+ (e~- eEaE) éJ zv
Efe] ~
3 o3w
[Q + )iP] -a ~ .
uy 3
Qy = - [QE -
de ap et aE, on calculera par les formules 12.45a les valeurs approchées de · x· uy
nf 0 ! Hf et on remplacera dans les équations 12.52; leur solution fournira
t:P } cE) Les valeurs précises des forces intérieures s'obtiennent par réduction des
166 LE CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES

valeurs qu'on avait trouvées aux tableaux par le rapport des coefficients des
différentes dérivées de w. En supposant, par exemple, 1J = 0, nous détermi-
nerons à l'aide des tableaux II le moment fléchissant dans le sens transversal
My. La valeur exacte s'obtiendra en réduisant ce moment par le rapport 13. Influence des hypothèses sur l'exactitude
[eE +(e~-eEaE) E/E] et importance des erreurs
(JE

Pour apprécier l'exactitude de la méthode de calcul exposée dans ce


livre, il faut d'abord se rendre compte de la grandeur de l'erreur commise
en remplaçant le nombre fini de poutres par un renforcement longitudinal
réparti continûment (sur la largeur de la construction) et le nombre fini
d'entretoises par un renforcement transversal réparti continûment (sur la
longueur de la construction).
Pour la rigidité unitaire de poutres réparties continûment, nous nous
. d e l' expressiOn
sommes serv1s . (JP Elp L e nombre d e poutres ree
= ho. ' 11es

étant n, la largeur totale de la construction est donc (figure 13-1)


2b = nbo; 13.1
cela veut dire qu'elle est supérieure à la largeur réelle donnée p:1r la distance
entre les poutres de rive. Nous l'appellerons largeur active.
Si nous comparons (tout d'abord sans tenir compte de la torsion la
déformation de l'entretoise d'une con-
struction calculée d'après Leonhardt ~n
et dont le nombre de poutres est va- ~ ho J ho J bo J b J ba J
0

riable (c'est-à-dire la déformation de la h + ba


poutre sur un nombre variable d'ap- *'"v-"-f.!''-----'-(n_-_t)_b-"-o_ _ ____,r'2"*lv
1
puis élastiques) avec la déformation de 11 1

l'entretoise d'une construction calcu- .---------------,


lée d'après Guyon et dont la rigidité l 2b. nbo
des poutres est répartie continûment *"--------"-::____:..:.=_ _ _ _---,;*'
l
sur la largeur nbo (déformation de Figure 13-1

Vous aimerez peut-être aussi