Vous êtes sur la page 1sur 37

FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE TANGER - DEPARTEMENT DE

PHYSIQUE - MASTER GENIE CIVIL

PROCEDURE
D’INSTALLATION
DE CHANTIER
Mini projet de Procédés généraux de construction

Réalisé par : Encadré par :

TAGHADOUINI HAYAT BELASRI Asmaa Prof : HAFIDI ALAOUI Adil


2019/2020
SOMMAIRE:
I. INTRODUCTION:..........................................................................................................................1
II. ROLE D’INSTALLATION DE CHANTIER : .........................................................................................2
II.1. DÉFINITION : ............................................................................................................................2
II.2. OBJECTIF D’INSTALLATION DE CHANTIER : ..............................................................................2
a. Organisation du déroulement du chantier : ..........................................................................2
b. Ordonnancement du chantier : ............................................................................................2
c. Positionnement des éléments: .............................................................................................3
III. PLAN D’INSTALLATION DE CHANTIER (P.I.C) :..................................................................................4
III.1. DÉFINITION : ..........................................................................................................................4
III.2. OBJECTIFS D’UN P.I.C :...........................................................................................................4
III.3. LE RESPONSABLE DE L’ÉLABORATION DE P.I.C : .....................................................................7
IV. PROCÉDURE D’ÉLABORATION DU P.I.C : ........................................................................................7
IV.1. ANALYSE DES CONTRAINTES DU SITE : ...................................................................................7
a. Phase 1 : ..............................................................................................................................7
b. Phase 2 :..................................................................................................................................8
IV.2. DÉTERMINATION DU MATÉRIEL ET DES LOCAUX À INSTALLER :..............................................8
a. Matériel de levage (grue) : .....................................................................................................8
1. Définition : ..........................................................................................................................8
2. Fonctions :...........................................................................................................................9
4. Position du poste de levage : ...............................................................................................9
b. Poste de bétonnage : ........................................................................................................... 10
1. Généralités : ..................................................................................................................... 10
1.1. Stockage des granulats : ......................................................................................... 11
1.2. Stockage des ciments : ........................................................................................... 11
2. Fonctions :......................................................................................................................... 12
3. Localisation : ..................................................................................................................... 12
c. Postes : coffrage, préfabrication, ferraillage : ........................................................................ 13
1. Généralités : .................................................................................................................. 13
2. Fonctions et localisation : ................................................................................................. 13
2.1. Poste de Coffrage : ..................................................................................................... 13
2.2. Poste de préfabrication : ............................................................................................ 14
2.3. Poste de ferraillage :................................................................................................... 15
i- Zone de stockage des barres d’acier :...................................................................... 15
ii- Zone coupe des barres : .......................................................................................... 15
iii- Zone de façonnage: ................................................................................................ 16
iv- Zone d’assemblage (montage) : .............................................................................. 16
v- Zone de stockage des armatures assemblées : ....................................................... 16
d. Aires de stockage : ............................................................................................................. 18
1. Généralités : ...................................................................................................................... 18
2. Fonctions :........................................................................................................................ 18
3. Localisation : ..................................................................................................................... 18
e. Cantonnements :.................................................................................................................... 18
1. Généralités : .................................................................................................................... 18
2. Caractéristiques des cantonnements : ............................................................................... 20
3. Désignation des locaux : .................................................................................................. 20
3.1. Chantiers fixes : ......................................................................................................... 20
3.1.1. Bureaux de chantier :........................................................................................... 20
3.1.2. Vestiaires : ......................................................................................................... 21
3.1.3. Réfectoires : ........................................................................................................ 21
3.1.4. Sanitaires : .......................................................................................................... 21
3.1.5. Autres locaux: .................................................................................................... 22
3.2. Chantiers mobiles: ..................................................................................................... 23
f. Réseaux des fluides : ............................................................................................................ 24
1. Généralités : ...................................................................................................................... 24
2. Types de réseaux : ............................................................................................................ 24
2.1. Eau : .......................................................................................................................... 24
2.2. Electricité : ............................................................................................................... 25
2.3. Téléphone : ................................................................................................................. 25
g. Clôtures : ............................................................................................................................. 26
1. Généralités : ..................................................................................................................... 26
2. Fonctions et localisation : ................................................................................................ 26
h. Autres postes : ...................................................................................................................... 26
IV.3. PROCESSUS D’ÉLABORATION DU P.I.C : ............................................................................... 27
a. Phase 1 : ............................................................................................................................ 27
b. Phase 2 : ............................................................................................................................ 27
c. Phase 3 : ............................................................................................................................ 28
d. Phase 4 : ............................................................................................................................ 28
e. Phase 5 : ............................................................................................................................ 28
f. Phase 6 : ............................................................................................................................ 29
g. Phase 7 : ............................................................................................................................ 29
h. Phase 8 : ............................................................................................................................ 29
IV.4. REPRÉSENTATION DES COUPES VERTICALES : ....................................................................... 29
a. Phase 1 : ............................................................................................................................ 29
b. Phase 2 : ............................................................................................................................ 30
IV.5. DEMANDE D’AUTORISATION D’INSTALLATION DE GRUE SUR CHANTIER : ............................. 30
V. CONCLUSION : .............................................................................................................................. 31
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES : .................................................................................................... 32
LISTE DES TABLEAUX :
Tableau 1:types de chantiers et leurs caractéristiques .................................................................. 19
LISTE DES FIGURES :
Figure 1:exemple de chantiers de construction ....................................................................................2
Figure 2: Exemple d’un plan d’installation de chantier ........................................................................4
Figure 3: vue de profil du poste de ferraillage ......................................................................................6
Figure 4: matériels de levage...............................................................................................................8
Figure 5: fonctionnement de la grue ....................................................................................................9
Figure 6: Exemple d’emplacement de la grue .................................................................................... 10
Figure 7: matériels du poste de bétonnage ......................................................................................... 10
Figure 8: trémie- silos de stockage de granulats ................................................................................. 11
Figure 9: stockage du ciment ............................................................................................................. 12
Figure 10: livraison du béton prêt à l’emploi ..................................................................................... 12
Figure 11: poste de coffrage .............................................................................................................. 13
Figure 12 : exemple d’atelier de préfabrication .................................................................................. 14
Figure 13: stockage d’armatures ........................................................................................................ 15
Figure 14: coupe des barres d’acier ................................................................................................... 15
Figure 15: façonnage d’armatures ..................................................................................................... 16
Figure 16: assemblage d’armatures ................................................................................................... 16
Figure 17: armatures assemblés ......................................................................................................... 16
Figure 18: transport et déchargement d’armatures ............................................................................. 17
Figure 19 : exemple d’aires de stockage ............................................................................................ 18
Figure 20: types de chantiers ............................................................................................................. 19
Figure 21: bureau et salle de réunion de chantier ............................................................................... 20
Figure 22: vestiaire de chantier ......................................................................................................... 21
Figure 23: Réfectoire de chantier ...................................................................................................... 21
Figure 24: exemple de sanitaire de chantier ....................................................................................... 22
Figure 25: un local de gardiennage et local d’hébergement ............................................................... 23
Figure 26: baraques sur niveaux ........................................................................................................ 23
Figure 27: Cantonnement, roulote de chantier, fourgon ..................................................................... 24
Figure 28: schéma d’une installation électrique pour petits, moyens et grands chantiers..................... 25
Figure 29: exemple de clôture de chantier ......................................................................................... 26
Figure 30: P.D.C ............................................................................................................................... 26
Figure 31: Exemple d’Un plan complet d’installation de chantier ...................................................... 30
I. INTRODUCTION:
Un chantier de construction est Un lieu où s’effectuent des travaux de fondation,
d’érection, d’entretien, de rénovation, de réparation, de modification ou de démolition de
bâtiments ou d’ouvrages de génie civil exécutés sur les lieux mêmes du chantier et à pied
d’œuvre, y compris les travaux préalables d’aménagement du sol, les autres travaux
déterminés par règlement et les locaux mis par l’employeur à la disposition des travailleurs de
la construction à des fins d’hébergement, d’alimentation .

L’organisation des chantiers concerne les emprises et toutes les interfaces avec les
activités socio-économiques du secteur. Pour permettre à l'entreprise de consacrer le
maximum de son énergie et de son savoir-faire à l'acte de construire, il faut lui faciliter la
tâche en matière d'installations de chantier et faire, des dispositions prises (ainsi que des
contraintes associées), une description claire dans le contrat.

L’organisation d’un chantier demande et impose un rythme de travail et pour cela il faut
une bonne utilisation des moyens humains et matériels dans le but de rechercher : la rapidité,
la qualité et l'économie.

Par ceci de clarté ; l’essentiel de ce mini-projet concerne ‟la procédure d’installation des
chantiers ”, dans lequel on va traiter les parties suivantes :

La première partie présente le rôle d’installation de chantier sur les différentes phases de
construction.

La deuxième partie ; le plan d’installation de chantier ; ses objectifs et le responsable de


l’élaboration de ce plan.

La troisième partie est une étude des procédures d’élaboration du plan d’installation du
chantier à savoir l’analyse des contraintes du site , la détermination du matériel et locaux à
installer et en fin l’élaboration du P.I.C et la représentation des coupes verticales .

1
II. ROLE D’INSTALLATION DE CHANTIER :
II.1. Définition :
Les installations de chantier sont des dispositifs provisoires, implantées dans des emprises
définitives ou temporaires, destinées à accueillir les hommes, les matériels, les matériaux
nécessaires à la construction d'une structure.

Figure 1:exemple de chantiers de construction

II.2. Objectif d’installation de chantier :


a. Organisation du déroulement du chantier :

- Utiliser au mieux possible l’espace disponible notamment en chantier urbain.


- Faciliter la cohabitation et le dialogue entre les différents corps d’états.
- Prévoir les différentes phases de réalisation en déplaçant le moins possibles les
hommes, les matériels, les matériaux (y compris lors du repliement du chantier).
- Etudier lors de la préparation.

b. Ordonnancement du chantier :

• Gain de temps : diminue les temps unitaires (T.U.).

• Evite les pertes : (matériaux) et double emplois (matériels).

• Améliore la sécurité : humaine + matériel (clôture + gardiennage + alarme).

• Améliore la qualité : (réussir du premier coup au moindre coût).

• Vitrine : pour la maîtrise d’œuvre et les entreprises.

2
c. Positionnement des éléments:

• Humains : rendez-vous, accident.

• Matériels : livraison, déplacements.

• Réseaux : fuites, pannes, raccordements, utilisation de grillages avertisseurs


et tubes de couleurs normalisées :

3
III. PLAN D’INSTALLATION DE CHANTIER (P.I.C) :
III.1. Définition :
Un plan d’installation de chantier est un plan d’exécution qui est généralement établi à
partir d’un plan masse ; il représente le/les ouvrage(s) à construire, les limites du terrain
concerné, le matériel nécessaire à leurs réalisations et les locaux à installer ; à savoir les
cantonnements pour accueillir le personnel du chantier. Il peut être complété par des coupes
verticales.

Figure 2: Exemple d’un plan d’installation de chantier

III.2. Objectifs d’un P.I.C :

Le plan d’installation d’un chantier consiste à une répartition de l’espace disponible du


terrain à bâtir entre le divers aménagement nécessaire à la vie du chantier, à ces
fonctionnements, et à l’édification de l’ouvrage.

L’objectif primordiale de ce plan est de rendre possible la mise en route rapide de l’exécution
du projet, permettre le démarrage des travaux dans les meilleures conditions de
«productivité ».

4
Il s’agit de :

 Préparer des lieux pour recevoir ; le personnel du chantier (locaux sociaux, bureaux et
ateliers), le matériel (aires d’installations), les matériaux (aires de stockage).
 Prévoir les besoins pour la marche des travaux en assurant les divers branchements
(énergie, eau, électricité, etc ...), la circulation aisée en toute sécurité du personnel et
des engins (voies d’accès et chemins de circulation interne).
 Il sert de guide aux entreprises remettant leurs offres de prix et permet de mettre
l’accent sur certaines spécificités organisationnelles du projet.
 Ce plan a un fort intérêt commercial permettant de défendre la qualité technique de
l’offre ; il en décolle une fiabilité accrue de la partie frais du chantier en phase d’étude
de prix.
 Lorsque les travaux seront lancés. Ce plan sera un support de discussions pour
l’ensemble des entreprises intervenant sur le chantier (livraison, phasage... etc).

Autres utilités de ce plan :


Ce document détaillé et coté est indispensable pour :

 Obtenir du maitre d’ouvre le coup d’envoi d’ouverture officielle du chantier ; la


plupart des cahiers des conditions et charges particuliers comportent de prescriptions
relatives à l’aménagement général ; et ce plan est toujours soumis à l’approbation de
l’architecte.
 Obtenir les autorités compétentes, les permissions de voirie, l’autorisation
d’installation de grue, de survol des grues sur les terrains ou les bâtiments voisins, de
travaux sur la voie publique, de déviation de voie, etc...
 Permettre au chef du chantier les autorisations d’installer le chantier dans les meilleurs
conditions et règles d’hygiène et de sécurité des services de l’inspection du travail.

Que doit faire apparaître un tel plan d’installation de chantier ?


Il s’agit d’un plan sur lequel figureront en plus de l’encombrement de/des bâtiment(s) à
construire et les limites du terrain :

1. L’emplacement de la grue ou des grues éventuelles, l’emprise côté de la voie et le


tracé de l’aire de balayage de la flèche.
2. L’emplacement et la disposition en plan du poste de fabrication du béton : bétonnière,
parc à granulats, silos ou baraque à liants avec l’indication des surfaces occupées.

5
3. L’emplacement côté des autres postes de travail fixes (aires et ateliers) : ateliers de
ferraillage, ateliers de préparation de coffrages, taille de pierre, préfabrication,
entretien de matériel et d’outillage (forge etc. …).
4. L’emplacement des locaux du personnel : baraques pour vestiaires, bureaux, réfectoire
et dortoir éventuel, lavabos, WC, et des entrepôts divers (magasin, hangar-abri pour
engins etc …) avec les surfaces respectives d’encombrement.
5. Les aires de stockage divers à prévoir (matériaux, dépôts de terre végétale ou de
remblaiement, gravois) et de stationnement d’engins (compresseur, pompe
d’épuisement etc…), des bennes de camion multi benne.
6. La disposition précise des voies d’accès (entrée et sortie du chantier) et des chemins
de circulation intérieure propres aux engins (camions, dumpers) et aux piétons.
7. La clôture du chantier avec les parties amovibles prévues et l’indication des panneaux
et accessoires de signalisation à y placarder.
8. Les circuits des branchements d’alimentation et d’évacuation : électricité, eau, air
comprimé, téléphone, drainage, eaux usées avec indication précises des points de
distribution ou de raccordement.
9. Des détails (coupes) d’installation de postes particulières tels que : bétonnage,
ferraillage (figure ), préparation de coffrage, levage, préfabrication, faisant apparaitre
la disposition relative des aménagements, ou l’emplacement des canalisations
existantes, la conception des prises de terre.

Figure 3: vue de profil du poste de ferraillage


10. Toutes autres indications utiles aux exécutants ; comme par exemple :
- Zones ou aucune fouille ni installation même provisoire ne peut être tolérée.
- Emplacements à réserver aux entreprises co-traitantes.
- Désignation des arbres à protéger, figuration des passages protégés à aménager sur
la voie publique aux piétons (trottoirs, barrières, etc…), des servitudes à respecter
etc …

6
- Du panneau de chantier (N° permis de construire, noms des maîtres d’œuvre et
d’ouvrage, noms et qualités des entreprises MDE et MDO, délais, coûts…).
- Des obstacles naturels (végétation, roche) et industriels (poteaux, regards).

III.3. Le responsable de l’élaboration de P.I.C :


Les responsables de l’élaboration d’un tel P.I.C varient selon l’organisation interne
de l’entreprise, cela peut être le bureau d’étude ; en accord avec le directeur des
travaux ou bien le plus souvent le service travaux ; dans ce dernier cas la tâche est
confiée en général au directeur des travaux(ou le commis selon l’appellation
existante), ou au chef de chantier qui dirigera le chantier.
Quelle que soit la compétence de la personne chargée de l’établir ; il serait normal
qu’elle consulte avant d’opter pour des choix définitifs d’occupation d’espace le chef
de chantier qui fera exécuter les travaux. Nous sommes persuadés qu’un tel praticien
expérimenté, qui aura pris connaissance au préalable du dossier et des lieux sauront
formuler des suggestions constructives pour ses installations avec lesquelles lui devra
vivre et œuvrer utilement durant plusieurs mois. Les autres corps d’état doivent
également être consultés à savoir les entreprises de second-œuvre qu’elles doivent
disposer d’espaces libres pour leurs stockages et locaux de service.

Quelles sont les données du problème d’aménagement général ? Quels documents


faut-il consulter ? De quelles considérations faut-il tenir compte ?

IV. PROCÉDURE D’ÉLABORATION DU P.I.C :


IV.1. Analyse des contraintes du site :
a. Phase 1 :
 Visite du site, identification de l’environnement :

L’état des lieux permet de relever :

- Les accès, les cotes d’altitude du site, la position actuelle des clôtures.
- Les positions des cotes de niveau des égouts (canalisations ou conduites sous
terrain).
- L’emplacement du poste de transformation électrique le plus proche du chantier.
- Les voiries (dimensions, sens de circulation, gabarit, charge roulante etc…).
- La topographie du voisinage (niveau des bâtiments adjacents), des réseaux aériens
et souterrains.

7
b. Phase 2 :
 Visite des services administratifs et les riverains :

Les démarches auprès de ces services permettent d’obtenir :

- Les conditions du survol des bâtiments voisins, des écoles, des voies ferrées ou
routières.
- Les régimes des eaux et des intempéries, les périodes venteuses et pluvieuses.
- Prendre connaissance des conditions de travail (nuisances sonores et visuelles
tolérées, horaires de travail, horaires de circulation etc.…).
- Les possibilités éventuelles de travailler la nuit.
- Identifier les règles d’hygiène et de sécurité (catégorie du chantier).
- Obtenir les autorisations nécessaires à l’ouverture du chantier.

IV.2. Détermination du matériel et des locaux à installer :


a. Matériel de levage (grue) :

1. Définition :
La grue est un engin de levage (grue à tour, grue à tour à montage rapide, grue automotrice)
sert à distribuer des charges à tous niveaux, distances et directions ; grâce aux mouvements de
levage, rotation, translation et distribution.

Suivant l’accès du chantier, sa durée, la valeur des charges à lever, les distances de
manutention, trois types de grues peuvent être utilisées :

- Grue à tour (grue à rotation du haut) : érigée sur une tour fixée ou posée au sol (fig.A).
- Grues à montage rapide : GMR sont transportées par la route sous la forme d'une unité
complète prête à l'emploi. Permettent de manœuvrer sur le chantier le plus étroit. (fig.C)
- Grue automotrice ( grue mobile) :sur roues ou sur chenilles, est un camion muni d'une
grue. Ce type d'engin est rapidement prêt à travailler dès l’arrivée sur le chantier, (fig.B)

A. Grue à tour B. Grue automotrice C. Grue à montage rapide


Figure 4: matériels de levage

8
2. Fonctions :
- Manutentionner les matériaux, les matériels des divers postes aux lieux de mise en œuvre.
- Lever les charges à une distance variable.
- Distribuer des charges à tous niveaux, distances et directions ; grâce
aux mouvements de :

1) Levage : qui déplace le crochet suspendu par


l’intermédiaire du chariot vers le haut ou vers le
bas.
2) Distribution :qui déplace le chariot le long de la
flèche, en avant ou en arrière par éloignement,
Ou rapprochement de l’axe d’orientation.
3) Orientation : qui fait tourner l’ensemble,

De l’équipement la flèche vers la droite ou la gauche.


4) Translation : qui déplace l’ensemble de la machine.

Figure 5: fonctionnement de la grue

3. LOCALISATION :
Selon leur nombre, leurs caractéristiques respectives, leur positionnement, les grues vont :

- Délimiter des espaces appelés aires de balayage.


- Eviter le survol des riverains.

Il est de même recommandé de découper l’aire de balayage en zones de forces de levage


selon le diagramme de charges de la grue ; afin de mieux implanter les diverses aires de
stockage.

4. Position du poste de levage :


Le choix de la position de ce poste est défini au moment du dimensionnement de l’engin
de levage, pour les grues à tour, Le poste fonctionne si :

• L’on peut monter et démonter la grue.


• La grue fonctionne en sécurité.
• La grue couvre toute la surface de l’ouvrage à réaliser.

9
Figure 6: Exemple d’emplacement de la grue

b. Poste de bétonnage :

1. Généralités :
Le béton est selon l’importance des travaux est réalisé :
- Cas 1 : Sur le chantier avec des bétonnières de faible capacité à cuve basculante
(fig. A) ou à cuve fixe (fig. B) avec inversion de marche ou avec des centrales à
béton de forte capacité (fig. C).
- Cas 2 : Fabriqué en usine puis transporté prêt à l’emploi au chantier par camions
toupies (fig. D).

A. bétonnière à cuve basculante B. bétonnière à cuve fixe.

C. centrale à béton D. camion toupie

Figure 7: matériels du poste de bétonnage

10
Dans le premier cas ; le poste de bétonnage nécessite une aire pour le stockage des
granulats et du ciment, une aire d’implantation du matériel de bétonnage et une surface de
réception du béton malaxé. IL doit être adapté aux besoins du chantier, en évitant aussi bien
les ruptures de stock que les sur stockage.

1.1. Stockage des granulats :


Les granulats peuvent être stockés sous plusieurs formes :

- Dans des silos, lorsque la place sur chantier est réduite (configuration toutefois
rare).
- Dans des compartiments en étoiles, les granulats prennent la forme d’un demi-
cône.
- Dans des trémies en ligne alimentées par des chargeurs.

Figure 8: trémie- silos de stockage de granulats


1.2. Stockage des ciments :
Petits chantiers :
Conditionné en sacs, le ciment doit être stocké sur des palettes disposées sur un sol plat et
sec, (fig. A). Les sacs seront protégés de la pluie, des remontées d’humidité du sol, des
projections de boue et de tout choc mécanique susceptible de les déchirer. Si plusieurs types
de ciments sont nécessaires, leur stockage sera séparé pour éviter les erreurs et les mélanges.

Grands chantiers :

Livré en vrac par camion-citerne, le ciment est déchargé pneumatiquement et stocké dans
des silos verticaux de forme cylindrique représentés par la figure (B).

11
A. Stockage du ciment sur palettes B. stockage du ciment dans des silos

Figure 9: stockage du ciment

2. Fonctions :
Le poste de fabrication du béton est la deuxième œuvre vive dans la plupart des chantiers
actuels, celle qui réalise de l’ouvrage productif, il sert à :

- Fabriquer le mortier ou le béton, et le rendre prêt à l’emploi.

3. Localisation :
Il est recommandé de positionner le poste de fabrication du béton proche de l’accès
principal accessible aux camions de livraison des matériaux à béton (granulats, ciment, silos,
trémies).

Dans le cas d’approvisionnement en béton prêt à l’emploi, provenant d’une usine. Il


faudra prévoir dans l’aire de balayage de la grue un espace réservé à cette opération de
livraison de béton frais avec éventuellement un dispositif de réception (trémie, benne etc…).

Figure 10: livraison du béton prêt à l’emploi

Remarque :

Le poste de bétonnage fonctionne s’il est accessible à l’engin de levage et aux camions
d’approvisionnement en matériaux à béton. Un accroissement du rendement est obtenu par sa
proximité de l’ouvrage et du poste de préfabrication.

12
c. Postes : coffrage, préfabrication, ferraillage :

1. Généralités :
Le coffrage est une enceinte provisoire, un moule, destinée à maintenir en place un
matériau de construction le temps que celui-ci devienne autoportant, Le coffrage a pour but de
réaliser des ouvrages aux formes définies par la surface interne du coffrage.

La préfabrication est une technique de construction qui consiste à fabriquer à l'écart de


l'ouvrage les éléments constitutifs, puis à les assembler sur le site de l'ouvrage pour le former.

Le ferraillage est l’ensemble des éléments métalliques d'un ouvrage en béton armé.

2. Fonctions et localisation :

2.1. Poste de Coffrage :


• Fonctions :

Le poste de coffrage est destiné à la réalisation des moules pour la mise en forme du
béton, depuis le moment de sa mise en œuvre jusqu'à sa prise, à lui donner la forme souhaitée
et éventuellement à assurer son état final de surface.

En fonction de l’importance du chantier et de la complexité à réaliser, on retiendra à l’une


des deux possibilités suivantes :

- Coffrages préfabriqués dans un atelier de l’entreprise.


- Coffrages préparés sur chantier.

A : coffrage préfabriqué B : éléments de coffrage


Figure 11: poste de coffrage

Dans le cas ou le coffrage est préparer sur chantier, le poste de coffrage nécessitera :

- Aire de stockage du bois.


- Aire de stockage des tôles.
- Aire de stockage des éléments de soutien d’étaiement.
- Aire de nettoyage du bois utilisé.
- Le matériel nécessaire pour le travail : scies, clous, établis de façonnage.
- Stockage des éléments préfabriqués.

13
• Localisation :
- Proche de l’ouvrage à construire et de l’aire de préfabrication.

2.2. Poste de préfabrication :


• Fonctions :

Le poste de préfabrication est destiné à fabriquer suivant les cadences par le planning des
ouvrages en béton armé : pré-dalles, longrines, poutres etc. …

Cette préfabrication peut avoir lieu en usine ou dans un chantier externe, ou même à côté
de l'emplacement d'assemblage final, sur le site même de la construction.

Le choix de l'emploi de la préfabrication est guidé par une comparaison essentiellement


économique avec la construction sur place. Une analyse comparative doit être faite pour
engager ce choix en intégrant au moins les éléments suivants : le cout, délai, qualité, sécurité,
environnement, espace.
Dans le cas où la préfabrication est faite sur chantier ; le poste de préfabrication nécessite :

- Un atelier de préfabrication qui va disparaitre après l’achèvement de l’ouvrage


pour lequel est installé ; les moules sont généralement en bois.
- Une aire de stockage des éléments fabriqués.

Figure 12 : exemple d’atelier de préfabrication


• Localisation :
- Près des bâtiments à construire ; et d’aires de stockage.

14
2.3. Poste de ferraillage :
• Fonctions :

Le poste d’armatures est destiné à fabriquer des châssis d’armures ; pour les ouvrages en
béton armé. Malgré la préfabrication en usines des armatures livrés sur le chantier et
l’utilisation de plus en plus généralisée de treillis soudés ; ce poste reste présent sur les
chantiers.

Donc la préparation du ferraillage est comme pour le coffrage ; peut être faite soit :

- Sur chantier même de construction.


- En usines de préfabrication d’armatures.

Dans le premier cas ; le poste de ferraillage se compose de 5 sous postes :

i- Zone de stockage des barres d’acier :


• Les barres d’acier doivent être stocké selon ;

Leurs nuances (HA, ADX), leurs longueurs, et leurs


diamètres.

• Elles doivent être parallèles.

• Elles doivent être posées sur des bastings,

ou des madriers pour éviter le contact direct avec ;

le sol et l’eau de la pluie.

• Cette zone doit être proche de l’accès de chantier ;

Figure 13: stockage d’armatures


pour faciliter le déchargement et la circulation des camions.

Si c’est possible on fait le déchargement sans grue.

ii- Zone coupe des barres :


• Cette zone doit être placée entre la zone
de stockage, et la zone de façonnage.
• Elle doit contenir une zone des chutes ;
pour les déchets.

Figure 14: coupe des barres d’acier

15
iii- Zone de façonnage:
La zone de façonnage sert à donner la forme souhaitée aux armatures (barres, épingle,
étrier, et cadre).

La zone de façonnage se compose de :

1. Une table de façonnage.

2. Elle doit être sous un abri contre la pluie…

3. Il faut avoir une petite zone pour

stocker les éléments façonnés:

4. Les éléments façonnés doivent être classés:

épingle, étrier, et cadre. Figure 15: façonnage d’armatures

iv- Zone d’assemblage (montage) :


L’assemblage des armatures consiste à lier les armatures façonnées pour former la cage
d’armature.

• L’assemblage se fait soit sur des tréteaux,


ou sur des consoles.
• La zone d’assemblage doit être couverte par ;
un abri pour protéger les opérateurs contre ;
le soleil ou la pluie.

Figure 16: assemblage d’armatures

v- Zone de stockage des armatures assemblées :

• Les éléments assemblés ne doivent pas être ;


en contact direct avec le sol.
• Cette zone doit être couverte par 4
le balayage de la grue.
• les armatures assemblées doivent être bien stocké
pour faciliter leur mise en place.

Figure 17: armatures assemblés

16
 Localisation :
- Proche des bâtiments à construire et de l’aire de préfabrication.
 Différents emplacements du Poste de ferraillage :

 les conditions de poste de ferraillage :


- Être couvert par la zone de balayage de la grue.
- Avoir un accès pour que les engins qui portent les armatures puissent accéder.
- Être bien organisé pour que les ouvriers travaillent à l’aise.

Dans le deuxième ou les armatures sont assemblées en usine ; puis sont livrés sur
chantier par des camions spéciaux et sont déchargés par une grue auxiliaire manteé sur le
camion, soit par la grue à tour du chantier.

Figure 18: transport et déchargement d’armatures

17
d. Aires de stockage :

1. Généralités :
Les aires de stockage sont des surfaces réservées au stockage de matériaux, des
éléments préfabriqués et matériels avant leur utilisation.

Figure 19 : exemple d’aires de stockage

2. Fonctions :
- Stocker les matériaux, éléments préfabriqués et matériels avant leur utilisation.

3. Localisation :
- Doivent se trouver dans l’air de balayage ; pour tous les matériaux et produits
ouvrés à manutentionner.
- Proche des accès aire protégée (vols de matériaux sur le bâtiment).

- Ces aires fonctionnent si elles sont accessibles à l’engin de levage.

- Un accroissement du rendement est obtenu par la proximité de ces aires avec


l’ouvrage.

- Un accroissement du rendement est obtenu par la proximité de l’aire de ferraillage


avec l’ouvrage et le poste de préfabrication.

e. Cantonnements :

1. Généralités :
Un cantonnement de chantier est un ensemble de bâtiments : bureaux de chantier,
des salles de réunion, des locaux techniques, des blocs sanitaires, des vestiaires, des
réfectoires, des dortoirs ou des salles de repos.

18
Selon l’importance de l’opération ; des locaux provisoires (bureaux, cantonnements) sont
installés à l’entrée du chantier pour :

- Assurer au personnel un minimum de confort et d’hygiène durant les travaux.


- Accueillir les diverses réunions de chantier, les fournisseurs et les sous traitantes..
- Permettre le rangement de l’outillage et du petit matériel.

Grâce à l’installation de ces structures modulaires, vos équipes sont logées au plus près
du lieu du chantier. C’est aussi l’opportunité de rassembler vos équipes sur un seul espace de
cantonnement.

Il existe une base réglementaire pour tout chantier, afin de permettre au salarié
d'assurer sa propreté sur son lieu de travail.

On distingue entre trois types de chantiers ; selon la durée du chantier et le nombre de


travailleurs :

Figure 20: types de chantiers

Type de Caractéristiques
chantier
- Chantier de moins de 15 jours, quel que soit le
Chantier de type nombre de travailleurs,
1
- ou de 15 jours à 4 mois jusqu’à 20 travailleurs

Chantier de type - Chantier de 15 jours à 4 mois et de plus de


2 20 travailleurs
Chantier de type - Chantier de plus de 4 mois quel que soit
3 l’effectif

Tableau 1:types de chantiers et leurs caractéristiques


19
2. Caractéristiques des cantonnements :
- Les équipements sociaux sont séparés du poste de travail.
- Le nombre d’équipements est proportionnel au nombre d’ouvriers.
- Les équipements doivent résister aux influences climatologiques.
- Les équipements sociaux doivent être aménagés dès le début des travaux de
construction.
- Un équipement de lutte contre l’incendie doit se trouver dans les équipements.
- Les ouvriers sont tenus d’utiliser les équipements mis à leur disposition et de
respecter les consignes données par le(s) responsable(s) compétent(s).
- En cas de luminosité naturelle insuffisante, les équipements sociaux doivent être
pourvus d’un éclairage artificiel adéquat.

3. Désignation des locaux :

3.1. Chantiers fixes :

3.1.1. Bureaux de chantier :


Des bureaux de chantier et une salle de réunion sont mis en place dès l’ouverture du
chantier pour la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage. Ils servent essentiellement pour les
réunions de chantier et l’affichage des plans d’exécution.

Il faut qu’on y trouve:

• Des panneaux d’affichage.

• Des placards fermants à clé.

• Le confort pour les réunions.

• Installation téléphonique.

• l’emplacement de la salle de réunion est favorable à l’entrée du chantier.

Figure 21: bureau et salle de réunion de chantier

20
3.1.2. Vestiaires :
Un local munie d’une porte fermant à clef et comportant un une armoire
individuelle et un siège par salarié. Ces locaux doivent satisfaire aux conditions :

• Les armoires doivent être individuelles.


• Les vestiaires doivent être pourvus

de dispositifs adéquats pour sécher,

ranger les vêtements.

• Il est interdit d’installer des réfectoires

Figure 22: vestiaire de chantier


• La surface à prévoir est de l'ordre de 1 m² à 1.25 par personne.

3.1.3. Réfectoires :

Un local de restauration propre est mis à la disposition des ouvriers.

Ce local fermé doit être bien entretenu :

• Avec des tables et chaises mis à disposition

des travailleurs ; s’ils prennent leurs repas sur place.

• Il doit être muni d'appareils pour réchauffer ;

et conserver la nourriture.

• Il doit également être climatisé en période d’été.

Figure 23: Réfectoire de chantier


3.1.4. Sanitaires :

Equipé de lavabos, d’eau courante, de facilités de séchage, de nettoyage ; ce local


doit être dans l’idéal à température réglable.

Les cabinets d’aisance doivent être munis de chasses d’eau, de papier hygiénique et
être aménagés afin qu’aucune odeur ne s’en dégage.

21
Des installations séparées doivent être prévues si le personnel est mixte.

Figure 24: exemple de sanitaire de chantier

Remarque :

• Certains locaux à savoir ; les sanitaires, réfectoires, vestiaires sont obligatoires pour
tout chantier supérieur à une durée de 4 mois, (chantier de type 3).
• Concernant les douches, elles sont obligatoires dans le cadre des travaux insalubres,
salissants ou incluant la présence de produits dangereux/à risques biologiques et pour
certaines activités bien spécifiques du BTP.
• Pour des chantiers de moins quatre mois, certaines dérogations existent, notamment
des rampes pouvant être aménagées, au lieu des lavabos pour les sanitaires. De plus,
en cas de non disponibilité de l’eau courante, un réservoir peut être utilisé. Il n’est
aussi possible d’avoir des véhicules de chantier spécialement aménagés quand les
caractéristiques d’un chantier ne permettent pas certaines installations.

3.1.5. Autres locaux:

Selon le chantier, d’autres installations peuvent figurer sur le P.I.C ; notamment, un local de

gardiennage (fig. A) ou des locaux d’hébergement (fig. B ).

22
A. Un local de gardiennage B. Un local d’hébergement

Figure 25: un local de gardiennage et local d’hébergement

Lors le chantier se trouve en zone très urbanisé et qu’il y a un manque de place, les
baraques peuvent se faire sur plusieurs niveaux.

Figure 26: baraques sur niveaux

3.2. Chantiers mobiles:

La réalisation de travaux publics sur une durée inférieure à 4 mois (petits ouvrages d’art,
routes, terrassements), font souvent d’installations plus légère. Elles permettent de suivre la
zone de travaux au fur et à mesure de son déplacement. Les fabriquant ont développé des
gammes de produit « tout-en-un » adaptés à ces conditions particulières :

- Cantonnement (fig. A ; (Bungalow de chantier totalement autonome (magasin,


vestiaire, réfectoire, sanitaire et douche pour une équipe de 5 hommes)).
- Remorque tractable (fig. B ; Roulotte de chantier totalement autonome (vestiaire,
réfectoire, sanitaire et douche pour une équipe de 4 hommes)).
- Fourgon ou camion (fig. C; Aménagement d’un fourgon de transport de personnel
pour 8 personnes (vestiaire, réfectoire, sanitaire et local à matériel)).

23
A. Cantonnement B. Roulote de chantier C. Fourgon

Figure 27: Cantonnement, roulote de chantier, fourgon


f. Réseaux des fluides :

1. Généralités :

Les réseaux des fluides concernent les réseaux d’alimentations en eau, électricité,
téléphone ; ainsi que les réseaux d’évacuation des eaux usées, eaux vannes et eaux pluviaux.

L’implantation des réseaux sur le plan d’installation du chantier est nécessaire pour les
demandes d’autorisation des branchements aux concessionnaires EDF, CGE et pour
déterminer les canalisations d’alimentation et d’évacuation à la charge de l’entreprise :

- Alimentation en eau : pour cantonnement, centrale à béton, colonne montante dans


les bâtiments, nettoyage des roues, des camions à la sortie du chantier.
- Alimentation en électricité : pour cantonnement, la grue, centrale à béton, colonne
montante dans les bâtiments, éclairage du chantier.
- Évacuation des eaux usées et des eaux vannes des cantonnements

2. Types de réseaux :

2.1. Eau :

Besoin d’un réseau autour du chantier jusqu’à :

- l’égout (réseau public)


- cantonnements,
- poste de bétonnage,
- aire de lavage.

Le Choix du mode branchement entre: branchement avec réseau public ou bien des puits.

24
2.2. Electricité :
Même si une installation électrique de chantier présente un caractère provisoire, elle
doit obligatoirement être réalisée en conformité avec les réglementations spécifiques.

Suivant l’importance du chantier l’installation électrique comprendra les points suivants :

Pour petits chantiers : l’installation est raccordée sur le réseau de distribution basse tension
par l’intermédiaire d’une armoire (LM) de petite puissance et d’une armoire (CD) pour
second œuvre. Dans ce cas l’appareil de coupure et de protection est commandée par un relais
différentiel de 30 mA, non retardé.
Pour moyens chantiers : l’installation comprend une armoire générale suivie d’armoires
divisionnaires typa (AS1) équipées de disjoncteurs différentiels de moyenne sensibilité pour
l’alimentation de matériels fixes (> 30 mA) et d’armoires type (AS2) équipées de disjoncteurs
différentiels de grande sensibilité pour l’alimentation de matériels mobiles (de 0 à 30 ma).
pour grands chantiers : les chantiers sont alimentés à partir d’un transformateur renfermant
le dispositif de protection différentiel, les dispositifs permettant de sectionner les départs des
armoires d’alimentation des matériels fixes et mobiles type (CGO) qui est une armoire de
distribution pour gros œuvre, comprenant (AS1) et (AS2).

Figure 28: schéma d’une installation électrique pour petits, moyens et grands chantiers

2.3. Téléphone :

- Réseaux Téléphoniques implantées depuis l’armoire de Telecom jusqu’au locaux


concernés.

25
g. Clôtures :

1. Généralités :
La clôture de chantier une barrière mobile soit installée pour délimiter la zone de
construction. Il s’agit de la mesure de base avant l’utilisation des autres dispositifs de
protection.

2. Fonctions et localisation :
La clôture de chantier apporte une protection optimale sur le chantier en définissant un
périmètre bien défini. Ainsi, elle doit faire tout le pourtour de la zone de construction et être
constituée de différents modèles de barrières avec ou sans panneaux. De cette manière, elle
permet de faire le suivi des allées et venues pour pouvoir contrôler les personnes faisant partie
du personnel et ceux qui sont uniquement en visite.
Au-delà de ce rôle de protection de chantier, la clôture de chantier sécurise l’environnement
autour du chantier, c’est-à-dire, les piétons ou les habitants aux alentours.

Figure 29: exemple de clôture de chantier

h. Autres postes :
Un P.I.C doit faire apparaître en plus des postes principaux définis ci-dessus, la
position :

• Des obstacles naturels (végétation, roche) et

• industriels (poteaux, regards),


• Du panneau de chantier ( fig 30: ) (N° permis de construire, noms
des maîtres d’œuvre et d’ouvrage, noms et qualités des entreprises,
délais, coûts…).
• Des accès et des voies de circulation, de la benne à gravats. Figure 30: P.D.C

26
IV.3. Processus d’élaboration du P.I.C :
Par quoi il faut commencer ?
Nous proposons les démarches/règles suivantes sans prétendre qu’ils soient immuables ou
les meilleurs.
Après que sont déterminées toutes les caractéristiques de grue, des cantonnements, des
ateliers, des dépôts, des réseaux, etc. en conformité avec les règles qui nous avons établis
déjà, pour tracer le plan d’installation on doit suivre les étapes suivantes :

a. Phase 1 :

Positionner le ou les engins de levage :


Les grues dont dessinées à l’échelle sur un plan de masse qui indique l’emplacement des
bâtiments à construire et l’emprise de terrassements.
Les informations chiffrées à porter sur ce plan sont :

- La longueur de la flèche et de contre-flèche.


- La surface au sol occupée par l’embase de la grue.
- Longueur de voie de grue et le niveau des rails.
- La zone d’interférence entre les grues et la zone de survol interdit en charge.
- L’alimentation et la puissance électrique.
- La marque, le type et les caractéristiques de la grue.
- Les fondations nécessaires pour la grue seront mentionnées.
- Les cotes d’implantation par rapport au bâtiment seront indiquées.

b. Phase 2 :

Placer las aires de production ou de transport du béton :


L’importance du chantier ; détermine le choix de la production du béton :
- Si le béton sera acheté prés à l’emploi, on dessine les accès et les aires de
stationnement des camions toupies.
- Si il sera fabriqué sur chantier à l’aide d’une centrale à béton on dispose ce poste prés
de l’accès, sous l’aire de balayage de la grue.
On représente la centrale à béton, les parcs à granulats, les silos à ciment, les fosses de
décantation et les caniveaux de nettoyage avant le rejet des eaux à l’égout.

27
c. Phase 3 :

Disposer les aires de réalisation des : coffrages, armatures, préfabrication :


Selon le mode constructif retenu ; les matériels nécessaires à la réalisation des coffrages
bois, armatures et éléments préfabriqués sont à installer.
- On place ses aires prés de l’entré sous l’aire balayée par la flèche de la grue.
- On indique l’emplacement de ces matériels ainsi que les ouvrages fondations,
dallages nécessaires pour les recevoir. tout en respectant des conditions
particulières (dimension, sécurité).

d. Phase 4 :

Représenter les bureaux et les cantonnements :

Le nombre de bureaux à installer pour la maitrise d’œuvre est défini dans les pièces écrites
du plan particulier de sécurité et de protection de la santé.
- Les dimensions des cantonnements (Vestiaires, réfectoires ; sanitaires etc. …)
dépendent des effectifs et de la durée du chantier. Elles doivent être conformes aux
obligations contractuelles d’hygiène et de sécurité.
- Ses locaux seront placés et dessinés si possible hors du balayage de la grue,
proches de l’entrée.
- Les allées bétonnées seront mentionnées.

e. Phase 5 :
Représenter les réseaux des fluides :

- A partir du transformateur on positionne les armoires électriques et on indique


leur ampérage.
- Puis on trace les réseaux électriques pour approvisionner tous les postes du
chantier utilisant de l’électricité.
- Les lignes téléphoniques sont implantés de l’armoire jusqu’aux locaux concernés.
- Les réseaux de distribution de l’eau sont tracés du compteur d’eau placé en
limite de propriété jusqu’aux postes de travail et de cantonnements.
- Les réseaux d’évacuation des eaux usées sont implantés de l’égout jusqu’aux
sanitaires, au poste de bétonnage etc. …

28
f. Phase 6 :

Représenter les aires de stockage et les voies de circulation :

Le plan est complété par :

- Les zones de stockages des terres végétales et des remblais.


- Les zones de stockage des matériaux pour les entreprises de second œuvre ; placés
sous l’aire balayée par la flèche de la grue.
- Les zones de circulation autour des divers postes ; quelques fois ces tracés
correspondent au à l’implantation des voies définitives.
- Les clôtures et panneaux de chantier et de signalisation des voies.
- Les arbres à conserver.

g. Phase 7 :

Représenter les équipements divers :


Clôture de chantier, panneau de chantier, mentionne d’éclairage, poste de lavage, benne à
gravat.

h. Phase 8 :

Utiliser un logiciel industriel :

A partir d’un logiciel autocad, il est possible de dessiner sur un plan de masse les projets
des constructions envisagés.
Le plan d’installation de chantier informatisé est ensuite élaboré à partir d’un logiciel de
CAO méthocad.

IV.4. Représentation des coupes verticales :


a. Phase 1 :

Dessiner une coupe verticale sur les bâtiments :

Le choix du plan de coupe doit permettre de visualiser :


- les bâtiments à édifier et l’emprise des terrassements.
- Les niveaux : fond de fouille, terrain naturel, point haut du bâtiment à construire
ou construit sont indiqués par rapport au NGF.

29
b. Phase 2 :

Représenter le matériel de levage :

- La flèche, contre-flèche, le mat et l’embase de la grue sont schématisés.


- Les cotes de hauteur sous crochet, hauteur total de la grue et les distances de
sécurité entre grus et bâtiments sont mentionnées.

IV.5. Demande d’autorisation d’installation de grue sur chantier :


Remplir puis envoyer les imprimés administratifs :

Les imprimés sont à retirer à la mairie ou à la préfecture suivant le lieu du chantier, puis
remplis et envoyer en trois exemplaires.

Figure 31: Exemple d’Un plan complet d’installation de chantier

30
V. CONCLUSION :

Le plan d’installation de chantier a plusieurs objectifs, il vise à fournir les indications


nécessaires à l’implantation des différentes installations et matériels, à constituer une
référence pour les intervenants, mais aussi à permettre l’obtention des différentes
autorisations préalables au démarrage, notamment celle relative à l’installation de grues, Les
autorisations d’installer le chantier suivant les règles d’hygiène et de sécurité.
Il impacte directement le futur déroulement des processus de construction, et sa mauvaise
conception peut entraîner retard de chantier, coûts supplémentaires et accidents graves.
Limites du terrain, emplacements des constructions, voies de circulation, circuits de
fluides, postes de travail, tous ces éléments doivent apparaître sur ce plan détaillé, de même
l’implantation des engins de levage. Ce dernier point impose l’étude de la nature du sol et
l’intégration de critères de sécurité bien spécifiques, dont les zones interdites de survol.
Ce plan précise également le tracé des voies de circulation et des cheminements à
l’intérieur du chantier, ainsi que l’implantation du poste de préfabrication et du poste de
bétonnage, dont l’encombrement est important.
Après la préparation du P.I.C ; un plan particulier de sécurité et de protection de santé et
d’assurance qualité sont à élaborer puis le passage à la réservation du matériel et l’exécution.

31
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

o Nathan technique « Chantiers de bâtiment préparation et suivi » par


BERNARD VUILLERME et HENRI RICHAUD ; professeurs d’I.U.F.M de
créteil agrégés en génie civil.
o « Organisation pratique des chantiers » par EMILE OLIVIER ; professeur
technique du bâtiment ; entreprise moderne d’édition 4n rue cambon 75001
paris.
o « Organisation des chantiers de Travaux Publics » par MICHEL
GIROUSSE ; Ingénieur Civil des Ponts et Chaussées, Ancien Directeur
d’Agence de l’Entreprise Coignet et Expert près la Cour d’Appel de
Versailles.
o « Organisation de chantier et gestion de projet ». Elaboré par Dr.
LADOUANI Abdelkrim, enseignant-chercheur au Département
d’Hydraulique, USTOMB.
o Précis du chantier « matériel et matériaux, mise en œuvre, normalisation »
; par d. didier n. girard m. le brazidec p. nataf : professeurs agrégés au lycée
technique du bâtiment saint-lambert (paris), r. pralat : professeur agrégé au
département génie civil de l'iut de bordeaux, 1 j. thiesset : professeur agrégé
au lycée technique gaudier-brzeska (saint·jean-de·braye)… collection animée
par j.-p. trotignon : professeur à l'école nationale supérieure d'arts et métiers-
paris.
o « Organisation des chantiers de bâtiments » ; par Jean-Pierre LEFEBVRE
Ingénieur ESTP, membre de la délégation technique de la FNTP , Gerant de
JPL BTP Consultant.
o Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique MODULE 25 : « réalisation
de l’installation de chantier » .

32

Vous aimerez peut-être aussi