Vous êtes sur la page 1sur 40

FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES

DE TANGER
DEPARTEMENT DE PHYSIQUE
MASTER GENIE CIVIL

Béton recyclé

Réalisé par : Encadré par :


EL KHAMLICHI Mohammed Amine. Mr. HAFIDI ALAOUI Adil.
DAHAR Khaoula.
EL BARAKA Ghizlane.

GUENNOUN Achraf.
MOHSEN Najoua.

Année universitaire : 2019/2020


Sommaire
Introduction ......................................................................................................................................6
I. Granulats de béton recyclé: ..........................................................................................................7
1. Granulats recyclés: ................................................................................................................7
1.2. Propriétés des granulats recyclés : ................................................................................... 11
II. L'évaluation du clinker et du ciment régénéré à partir de béton entièrement recyclable : ............... 16
1.Conception pour la réincarnation : ......................................................................................... 16
2. Régénération du ciment: ..................................................................................................... 18
3. Test des propriétés du clinker et du ciment :...................................................................... 19
4. Résultats et discussion ......................................................................................................... 19
4.1. Qualité du clinker régénéré :............................................................................................ 19
4.2. Qualité du ciment régénéré : ............................................................................................ 21
III. Le béton recyclé de la fabrication au durcissement : ................................................................ 22
1. Fabrication de béton avec de GBR en centrale de BPE : (BPE : béton prêt à l’emploi) : . 22
1.1. Pré-saturation des GBR : ................................................................................................. 22
1.2. Méthodes de malaxage : ................................................................................................... 22
1.3. Procédé de fabrication : ................................................................................................... 25
2. Effet des granulats de béton recyclé sur les propriétés du béton frais : ............................ 26
2.1. Masse volumique à l’état frais : ....................................................................................... 27
2.2. Teneur en air « naturelle » du béton frais : ..................................................................... 27
2.3. Rhéologie du béton à l’état frais : .................................................................................... 27
2.4. Temps de prise :................................................................................................................ 28
2.5. Comportement du béton frais avant la prise : ................................................................. 29
2.6. Chaleur d’hydratation : ................................................................................................... 29
2.7. Durcissement : .................................................................................................................. 29
2.8 Retrait plastique : .............................................................................................................. 29
IV. Propriétés du béton recyclé à l'état durci : ............................................................................... 30
1.Résistance à la compression : ................................................................................................... 30
2.Résistance à la traction: ........................................................................................................... 32
3.Résistance à la fatigue : ............................................................................................................ 33
4.Module élastique: ..................................................................................................................... 33
5.Fluage et retrait :...................................................................................................................... 34
6.Propriétés liées à la durabilité : ............................................................................................... 34
V. Impact environnemental du béton recyclé et des exemples de sa réalisations : .............................. 36
1. Impact environnemental du béton recyclé : ....................................................................... 36

2
2. Exemples de réalisations du béton recyclé : ....................................................................... 37
2.1. CHAPONOST : REALISATION D’UN DALLAGE DE PARKING INDUSTRIEL
2013 [5] :.................................................................................................................................... 37
2.2. CONTOURNEMENT NÎMES MONTPELLIER : PARTIES D’OUVRAGE D’ART
2014[5] :..................................................................................................................................... 38
2.3. BÂTIMENT DE BUREAUX : PLANCHER HAUT (TERRASSE) 2015 [5] : ................. 38
Conclusion ....................................................................................................................................... 39
Bibliographie ................................................................................................................................... 40

3
Listes des figures
Figure 1: phase d’un GBR. .....................................................................................................7
Figure 2: Démolition à l’aide d’une tenaille et par dynamites. .................................................9
Figure 3: Concassage des déchets de démolition (Centrale de tri Picheta dans le val d’Oise). 10
Figure 4: Eliminateur des matériaux légers par jet air............................................................ 10
Figure 5: Comparaison entre granulométrie des granulats naturel et recycles. ....................... 12
Figure 6: Évolution de l’angle de déphasage d’un capteur micro-ondes en fonction de
l’absorption d’eau pour un sable naturel contenant un taux élevé de fines et pour un GBR
10/14. ................................................................................................................................... 13
Figure 7: Absorption d’un granulat recyclé en fonction du temps. ......................................... 13
Figure 8 : Essai de Los Angeles. ........................................................................................... 14
Figure 9: tableaux qui présentent, la masse volumique, la porosité et l’absorption d’eau
mesurées pour chaque type de granulats. .............................................................................. 15
Figure 10 : Essai de Los........................................................................................................ 16
Figure 11:Composition chimique des matières premières de béton utilisées. ......................... 17
Figure 12:Valeurs de LSF, SM, AM et HM du béton recyclé. ............................................... 17
Figure 13:: Proportions de mélange de béton rapport cendres volantes / liant(FA/B); rapport
eau / liant(W/B). ................................................................................................................... 18
Figure 14: Processus de régénération du ciment en béton complètement recyclable. .............18
Figure 15: Teneur en chaux libre (fCaO) des ciments régénérés brûlés à différentes
températures. ........................................................................................................................ 20
Figure 16:: Des micrographies de clinker régénéré à partir de CRC brûlé à 1350 ° C (a), 1400
° C (b) et 1450 ° C (c). La section de clinker est gravée avec une vapeur HF et observée au
microscope optique. (La hauteur des images est de 180 µm). ................................................ 20
Figure 17:: Aperçu de la composition minéralogique du clinker par (1) analyse Rietveld des
diagrammes de diffraction des rayons X du clinker brûlé à 3 températures, (2) calcul de
Bogue sur la composition chimique conçue, et (3) calcul de Bogue sur l'analyse chimique de
clinker brûlé à `C. ................................................................................................................. 21
Figure 18: Le taux de production de chaleur q (à gauche) et le flux de chaleur cumulé Q (à
droite) des pâtes de ciment avec E / liant = 0.4 dans des conditions isothermes (20 ° C)........ 21
Figure 19: Méthode de malaxage pour la méthode de pré saturation. .................................... 23
Figure 20 : processus de malaxage de la méthode de mélange en deux étapes par rapport à la
méthode normale . ................................................................................................................ 23
Figure 21: Principe de fonctionnement de la méthode de mélange en deux étapes. ................ 24
Figure 22: Influence de taux de graviers recyclés et des types de ciment sur la teneur en air du
béton. ................................................................................................................................... 27
Figure 23: Influence de taux de graviers recyclés et des types de ciment sur la viscosité
plastique du béton. ................................................................................................................ 28
Figure 24: Influence de taux de sable/gravillons recyclés et des types de ciment sur
l’affaissement du béton. ........................................................................................................ 28
Figure 25 : Comportement du béton frais avant la prise. ....................................................... 29

4
Figure 26: Classification mécanique des granulats issus de Déchets de Construction et de
Démolition (béton, maçonnerie ou mixte), [adapté de Silva et al. 2014b]. ............................. 30
Figure 27: Influence statistique du taux de substitution des GBR sur la résistance à la
compression moyenne du béton. ........................................................................................... 31
Figure 28: Essai de traction par fendage (presse du laboratoire Navier). ................................ 32
Figure 29: Essai de traction par flexion. ................................................................................ 32
Figure 30: Evolution du module élastique statique en fonction du taux de substitution en
recyclés et le rapport. ............................................................................................................ 33
Figure 31: Vues du chantier de Chaponost, premier chantier expérimental de béton recyclé.. 37
Figure 32: vues du chantier du contournement de Nîmes-Montpellier. .................................. 38
Figure 33: vues du chantier de Villeneuve-la-garenne. .......................................................... 38

5
Introduction
Devant les besoins croissants des ressources en matériaux et des exigences de préservation de
l’environnement dans une vision de développement durable, il est devenu nécessaire et
pertinent de prospecter et d’étudier toutes les possibilités de réutilisation et de valorisation des
déchets. La problématique environnementale des bétons se retrouve également en fin de vie
du matériau. Le secteur du bâtiment produit une quantité de déchets extrêmement importante
dont la partie principale est aujourd’hui éliminée en décharge. Parmi les différents modes de
gestion des déchets, le recyclage est considéré comme la voie principale de la valorisation de
ces derniers, les contraintes d’ordre économique et écologique de ces dernières années ont
rendu nécessaire de suivre cette voie.

6
I. Granulats de béton recyclé:
Les granulats sont constitués d’un ensemble de grains minéraux. La nature minérale des
granulats est un critère fondamental pour son emploi, possédant des caractéristiques spécifiques
en termes de résistance mécanique et des propriétés physico-chimiques. Les granulats utilisés
sont de forme concassée. La taille d’un granulat répond à des critères granulométriques précis.
[1]
Les granulats sont classés en fonction de leur analyse granulométrique à l’aide de tamis .

• Les fines 0/D avec D ≤ 0,08 mm


• Les sables 0/D avec D ≤ 6,3 mm
• Les gravillons d/D avec d ≥ 2 mm et D ≤ 31,5 mm
• Les cailloux d/D avec d ≥ 20 mm et D ≤ 80 mm
• Les graves d/D avec d ≥ 6,3 mm et D ≤ 80 mm

d : dimension inférieure du granulat D : dimension supérieure du granulat

Les granulats utilisés dans les travaux de génie civil doivent répondre à des impératifs de
[1]
qualité et des caractéristiques propres à chaque usage .

1. Granulats recyclés:
Sont des granulats obtenus par traitement d’une matière inorganique utilisée précédemment
dans la construction, tels que des bétons de démolition de bâtiments (recyclage de béton de
démolition). Les granulats recyclés sont des granulats provenant du recyclage de débris de
démolition. Ces granulats sont considérés comme un système composé de deux phases
distinctes, le mortier et le granulat d’origine. La teneur en mortier résiduel attaché au granulat
d’origine a un grand impact sur les propriétés du granulat recyclé parce qu’il permet d’évaluer
[1]
leurs qualités

Figure 1: phase d’un GBR.

1.1. Production des granulats recyclés :


Les matériaux de démolition présentent souvent une grande diversité, et nécessitent une
sélection afin d’être réutilisés. On peut les classer en 3 grandes catégories :

1- Les matériaux de déconstruction de bâtiments et ouvrages d’art : béton (armé ou non), sans
enduit, ni plâtre ou autre déchets industriels spéciaux.

7
2- Les matériaux de déconstruction de chaussées : traités ou non aux liants hydrauliques ou
hydrocarbonés, bordure en béton, pierre naturelle…

3- Les mélanges de matériaux composites : ossatures en béton, maçonnerie, relativement pauvre


en plâtre, verre, bois, plastique… etc.

Il faut noter que plus de 90% des approvisionnements ont pour origine les catégories (1) et (2).
Les méthodes de production des granulats recyclés doivent distinguer la phase de
[1]
déconstruction et la phase d’élaboration .

Techniques de démolition :
Différents facteurs influencent le choix de la technique ou de la combinaison des techniques
utilisées sur un chantier de démolition :

• La surface de travail disponible.

• L’existence de réglementations locales ou nationales obligeant le tri des déchets.

• L’existence de prescriptions environnementales (imposées par le Maître de l’Ouvrage).

• L’emplacement du chantier de démolition.

• Le volume de démolition.

• Le temps alloué pour réaliser la démolition.

Les techniques décrites ci-après ne peuvent être mises en œuvre que par des entreprises
qualifiées, ayant compétences pour appliquer les mesures de sécurité adéquates envers les
[1]
travailleurs et le voisinage .

Technique de démolition à l’aide d’outils à main : Ces techniques sont principalement utilisées
pour les démolitions de petits volumes, et pour les travaux préparatoires avant la démolition
d’ouvrages plus grands. Différents outils sont utilisés tels que maillets, pioches et marteaux qui
[1]
peuvent être électriques, pneumatiques ou hydrauliques .

Techniques de démolition à l’aide d’outils portés : Par rapport aux outils à main, ces techniques
présentent l’intérêt d’être beaucoup plus efficaces et beaucoup plus puissantes. Différents outils
[1]
tels que pinces, cisailles, boulets... La sélection de l’outil dépend du type de bâtiment .

Démolition par dynamitage : Le dynamitage est un processus de démolition très efficace, qui
fragilise ou produit l’effondrement de la structure du bâtiment. Selon le type du bâtiment,
différentes techniques de dynamitage peuvent être utilisées. Elles peuvent aussi être utilisées
[1]
dans les différentes parties d’un bâtiment pour avoir une démolition sélective .

8
Figure 2: Démolition à l’aide d’une tenaille et par dynamites.

Élaboration des granulats de béton recyclé :


Le recyclage de granulats issus de bétons de démolition passe par différentes étapes :

Sélection et tri : De nombreuses études ont permis de démontrer la faisabilité technique et


économique de la déconstruction sélective. Les déchets inertes représentent théoriquement 94%
des déchets de l’activité déconstruction mais en réalité, ce taux n’est que 60% car certains
déchets non inertes ne peuvent être séparés des autres : restes de plâtre sur les bétons, présence
d’éléments de second œuvre comme le bois et les plastiques qui n’ont pu être retirés des murs.
Or à ce jour, si la valorisation du béton pur atteint un taux de 77,7%, le taux de recyclage des
déchets inertes en mélange atteint tout juste les 12%. Cette situation devrait être améliorée car
les plans de gestion des déchets du BTP recommandent de faire réaliser un diagnostic déchets
[1]
de l’ouvrage à démolir .

Elaboration des granulats recyclés : L’élaboration des granulats recyclés est réalisée dans des
installations fixes ou mobiles qui comprennent les mêmes grandes phases d’élaboration que les
installations pour les granulats naturels (concassage, criblage et éventuellement lavage). Un
prétraitement spécifique doit cependant être exécuté. Il consiste à réaliser le cisaillage des
ferrailles et la réduction des plus gros éléments. Le concasseur à percussion présente une
meilleure réduction de la granulométrie (avec moins d’éléments fins) et facilite la séparation
des armatures du béton mais l’usure du matériel est importante et la granulométrie d’entrée
limitée (voir figure). Il permet également d’obtenir une meilleure cubicité (concasse) du
[1]
matériau sortant .

9
Figure 3: Concassage des déchets de démolition (Centrale de tri Picheta dans le val d’Oise).
Elimination des polluants : En ce qui concerne les appareillages spécifiques à l’amélioration des
granulats recyclés, on trouve tous les appareillages ou permettant d’éliminer les impuretés. Ces
impuretés sont principalement du métal (élimination manuelle ou par séparateur magnétique),
du bois (élimination par voie humide), du plâtre (tri manuel), du carton, papier ou du plastique
[1]
(élimination par air). L’élimination des contaminants légers peut se faire par flottation .

Figure 4: Eliminateur des matériaux légers par jet air.

Libération : La présence du mortier primaire est responsable des différences de comportements


entre granulats naturels et GBR. En partant de ce postulat, les méthodes pour séparer le mortier
du granulat naturel ont recours à des procédés mécaniques (usure, fragmentation, etc.),
chimiques (attaque acide) ou physiques (traitement thermique, micro-ondes).

• les propriétés physico-chimiques (dilatation thermique ou réactivité chimique) et mécaniques


(résistance à l’usure et à la fragmentation), qui conduisent à la dégradation spécifique de la
matrice cimentaire.

10
• les points faibles du matériau recyclé, tels l’adhérence pâte/granulat et l’auréole de transition
où la porosité est plus élevée. La dégradation de cette zone, à partir par exemple de cycles de
[1]
gel-dégel, permet la libération des granulats primaires .

Stockage des granulats recyclés : La conservation des granulats recyclés après traitement se fait
dans des aires de stockage, soit sous forme de tas individualisés, soit en trémies ou silos, selon
des critères précis et qui sont fonction de la provenance des granulats, de la forme des grains,
de la nature des opérations de traitement et de la granulométrie. Il est conseillé de stocker les
différents types de granulats séparément l'un de l'autre, et de ne pas conserver les sables recyclés
[1]
pendant longtemps .

1.2. Propriétés des granulats recyclés :


La présence du mortier résiduel attaché au granulat original affecte plusieurs propriétés du
granulat.
Les propriétés qui sont affectées sont :

Distribution granulométrique : Les granulats recyclés ont souvent plus de particules fines que
les granulats naturels. Cependant, on ne peut pas généraliser cette caractéristique puisqu’elle
varie beaucoup en fonction du type de granulat recyclé utilisé et du type de granulat naturel
[1]
auquel on le compare .

11
Figure 5: Comparaison entre granulométrie des granulats naturel et recycles.
Pour cette courbe on observe les courbes de granulométrie des granulats naturels et du béton
recycle pour différentes valeurs de tamis. Et comme on le constate ce ne sont pas les mêmes
pour des valeurs de tamis entre 0 et 4 mm et pour la valeur supérieure a 4 les courbe se rapproche
pour les valeurs allons de 4 jusqu'au 12 mm.
D'où on conclus que pour des granulats fins il existe une différence importante a tenir en compte
[1]
au contraire pour les granulats de plus grand diamètres .

Masse volumique : La densité relative du granulat recyclé est moins grande que celle du granulat
naturel. La masse volumique plus faible des granulats recyclés est causée par la présence du
mortier résiduel qui a une masse volumique plus faible que celle du granulat original et diminué
par conséquent la masse volumique totale du granulat recyclé. Cette réduction en densité est
[1]
fonction de la teneur en mortier résiduel .

Absorption : Les études réalisées sur les granulats recyclés ont relevé des valeurs d’absorption
d’eau beaucoup plus grand pour les granulats recyclés que les granulats naturels. Cette propriété
est vraisemblablement la plus grande différence entre le granulat recyclé et granulat naturel.
Les valeurs d’absorption des granulats recyclés se situent généralement entre 3 et 10% alors
que pour un granulat naturel celles-ci sont souvent en deçà 1%, mais peuvent augmenter jusqu’à
[1]
une valeur de 5% .

Une question essentielle est le contrôle de la teneur en eau des granulats et de son impact sur la
consistance et la rhéologie du béton frais. En pratique, il est difficile de mesurer en temps réel
la teneur en eau des GBR, alors que l’eau qu’ils apportent au mélange est souvent très
conséquente. S’il est difficile de mesurer la teneur en eau des gravillons naturels, cela l’est plus
encore pour les GBR car la mesure est tributaire de leur forte absorption d’eau. Cette dernière
[1]
est mesurée par des capteurs à micro-ondes .

12
Figure 6: Évolution de l’angle de déphasage d’un capteur micro-ondes en
fonction de l’absorption d’eau pour un sable naturel contenant un taux élevé de
fines et pour un GBR 10/14.

On observe bien une évolution linéaire entre le décalage de phase et la teneur en eau des
granulats, pour les deux matériaux.

Pour le GBR, lorsque la teneur en eau est inférieure à 3,5 %, les points ne sont plus dans
l’alignement cette valeur est légèrement inférieure à celle de l’absorption d’eau du GBR utilisé,
qui est Ab24 = 4,2% environ. On observe un comportement similaire avec le sable naturel,
toujours lorsque la teneur en eau devient inférieure à l’absorption d’eau (qui est de 0,6 %). Mais
ici la plage de teneurs en eau concernée est bien plus réduite, ce qui n’a finalement que peu de
conséquences sur la régularité de béton.

Une autre problématique peut se présenter lors de l’utilisation du granulat recyclé asséché.
Comme une plus grande absorption se fait dans les 30 premières minutes pour un granulat
recyclé, l’utilisation de ce granulat à l’état sec peut affecter négativement les propriétés
rhéologiques du béton frais. Etant donné que les granulats secs adsorbent une partie, de l’eau
présente dans le béton frais, il peut être nécessaire d’ajouter jusqu’à 10% de l’eau totale pour
obtenir le même affaissement. Ceci peut affecter négativement les propriétés mécaniques ainsi
[1]
que la durabilité du béton .

Figure 7: Absorption d’un granulat recyclé en fonction du temps.

13
Ce graphique démontre que la plus grande partie d’eau absorbée par le granulat se fait dans les
30 premières minutes comme l’a avancé Malesev. On remarque aussi une absorption très élevée
même après seulement 5 minutes (89,2 %). La vitesse de cette absorption diminue
significativement par la suite. Il est donc estimé que 90 % du potentiel d’absorption du granulat
s’effectue lors des 5 premières minutes.

Pour mesuré l’absorption des granulats de plus des capteurs d’ondes on utilise deux autres
méthodes : « Absorption au pycnomètre » et « la pesée hydrostatique ».

Résistance à l’abrasion : Lors de l’essai de résistance à l’abrasion Los Angeles, tout le mortier
résiduel lié au granulat d’origine se détache de celui-ci sous l’effet de l’abrasion. On observe
ainsi une grande perte de masse pour le granulat recyclé ce qui explique des coefficients Los
Angeles plus élevés que ceux généralement relevés pour des granulats naturels.la résistance à
[1]
l’abrasion est donc directement reliée à la résistance à la teneur en mortier résiduel .

Figure 8 : Essai de Los Angeles.


À l’heure actuelle, le contrôle et le tri visuels sont toujours les méthodes les plus appropriées
pour analyser la propreté des granulats, bien que l’observation soit subjective et que les grains
endommagés peuvent ne pas être détectés. Le pourcentage massique de granulats nettoyés
pouvant être réutilisés est faible (19 %). Toutefois, les granulats obtenus sont de bonne qualité.
En outre, 24 % des granulats traités sont propres mais cassés, 18 % sont du mortier et 27 % sont
partiellement nettoyés. Le reste est composé de fines. La masse volumique, la porosité et
[1]
l’absorption d’eau mesurées pour chaque type de granulats sont présentées dans le Tableau .

14
Figure 9: tableaux qui présentent, la masse volumique, la porosité et l’absorption
d’eau mesurées pour chaque type de granulats.

15
Figure 10 : Essai de Los.
L’essai Los Angeles permet de déterminer la résistance à la fragmentation par chocs des
éléments d’un échantillon de granulats

Cet essai s’applique aux granulats d’origine naturelle ou artificielle utilisés dans les travaux de
[1]
Génie-Civil .

II. L'évaluation du clinker et du ciment régénéré à partir de béton


entièrement recyclable :
1.Conception pour la réincarnation :
D'un état de préconception, le béton entièrement recyclable (CRC) est destiné à être recyclé
comme matière première dans la production de ciment. Il est donc nécessaire de viser une
composition chimique du CRC similaire à celle d'une farine brute de ciment dont les exigences
sont bien connues. Si une farine crue de ciment est chauffée à environ 1450 ° C, du clinker
Portland traditionnel aux propriétés hydrauliques se forme. Si ce clinker est broyé avec du
sulfate de calcium, du ciment Portland ordinaire est produit. Le clinker de Portland existe pour
environ les deux tiers de l'oxyde de calcium (CaO), ce qui rend nécessaire l'incorporation
d'agrégats de calcaire dans le CRC. Le deuxième oxyde le plus important est le dioxyde de
silicium (𝑆𝑖𝑂2 ), qui se trouve dans le sable et les cendres volantes. Les autres composants,
𝐴𝑙2 𝑂3 et 𝐹𝑒2 𝑂3 , peuvent être fournis par des agrégats de porphyre, des scories de cuivre ou du
ciment d'aluminate de calcium.

Dans la première étape de la conception du béton recyclable (BR), la composition chimique


des matériaux en béton est déterminée (voir tableau 1). Avec ces informations, il est possible
de concevoir le BR avec des paramètres normalement utilisés pour l'évaluation des matières
premières traditionnelles de ciment. Ces paramètres sont le facteur de saturation de la chaux

16
(LSF), le module de silice (SM), le module d'alumine (AM) et le module hydraulique (HM).
Le LSF est le rapport entre la chaux disponible dans la farine crue et la chaux chimiquement
nécessaire pour réagir avec les actuels 𝑆𝑖𝑂2 , 𝐴𝑙2 𝑂3 et 𝐹𝑒2 𝑂3 (Taylor, 1997):
𝐦(𝐂𝐚𝐎)
𝑳𝑺𝑭 = 𝟐.𝟖𝐦(𝑺𝒊𝑶
𝟐 )+𝟏.𝟐𝐦(𝑨𝒍𝟐 𝑶𝟑 )+𝟎.𝟔𝟓𝐦(𝑭𝒆𝟐 𝑶𝟑 )

Avec m (x) le pourcentage massique de l'élément dans la farine crue. Contrairement au LSF,
qui a une base théorique, les autres paramètres sont empiriques (Taylor, 1997). Lorsque le
module de silice a une influence majeure sur la formation de la fonte, le module d'alumine n'a
qu'un effet significatif sur la formation de clinker à basse température. Le module hydraulique
est utilisé pour évaluer l'activité hydraulique concernant le développement de la résistance du
ciment (Shih et al., 2003). Ces paramètres pour le béton entièrement recyclable conçu sont
donnés dans le tableau 2, ainsi que les limites trouvées dans la littérature. On voit que presque
tous les paramètres respectent ces limites, seul le module d'alumine dépasse les limites de
[10]
Galbenis et Tsimas (2006) .

Figure 11:Composition chimique des matières premières de béton utilisées.

Figure 12:Valeurs de LSF, SM, AM et HM du béton recyclé.


Dans cette étude, la composition chimique précise du béton entièrement recyclable CRC est
obtenue en utilisant des agrégats de calcaire, car la pierre de chaux est l'ingrédient principal
dans la fabrication du clinker de Portland. Des cendres volantes ont été utilisées pour remplacer
le ciment afin de fournir le 𝑆𝑖𝑂2 et 𝐴𝑙2 𝑂3 nécessaires. Les proportions de mélange du béton
[10]
recyclé produit sont présentées dans le tableau (13) .

17
Figure 13:: Proportions de mélange de béton rapport cendres volantes / liant(FA/B);
rapport eau / liant(W/B).

2. Régénération du ciment:
Un aperçu de la régénération du ciment est donné à la figure 1. Premièrement, le béton recyclé
conçu a été produit et durci en laboratoire selon NBN B 15-001 (2004). À l'âge d'un mois, les
cubes de béton produits ont été broyés dans un concasseur à mâchoires et broyés dans un
broyeur de laboratoire jusqu'à obtention d'une poudre d'une surface spécifique d'environ 450
m² / kg. Après avoir mélangé les poudres résultantes avec de l'eau, de petites tablettes (d = 5
mm, h = 5 mm) ont été formées dans une plaque en PVC perforée par séchage à température
ambiante pendant 24 heures. Le clinker a été produit dans un four électrique en chauffant la
farine crue jusqu'à 1350, 1400 et 1450 °C à une vitesse constante (15 ° C/min) et en maintenant
cette température pendant 30 minutes. Après la combustion, tous les clinkers ont été refroidis à
l'air. Les ciments régénérés ont été produits en broyant le clinker brûlé à 1450 ° C dans un
broyeur de laboratoire avec du sulfate de calcium anhydrite. La quantité nécessaire de 𝐶𝑎𝑆𝑂4 :
[10]
4.52%, a été déterminée par la formule suivante :
𝑴(𝑪𝒂𝑺𝑶𝟒 )
𝐦(𝑪𝒂𝑺𝑶𝟒 ) = 𝑴(𝑺𝑶𝟑 )
[𝟎. 𝟔𝐦(𝐀𝐥𝟐 𝐎𝟑 ) − 𝐦(𝑺𝑶𝟑 )]

où : m (x) est le pourcentage massique et M (x) est la masse molaire de l'élément dans le
clinker.

Figure 14: Processus de régénération du ciment en béton complètement recyclable.

18
3. Test des propriétés du clinker et du ciment :
La qualité des clinkers produits a été évaluée en déterminant la teneur en chaux libre. La
méthode éthylène-glycol basée sur BS EN 196-2 et EN 196-2 a été utilisée pour déterminer ce
paramètre.

Une analyse microscopique a également été réalisée. Les sections de clinker ont été gravées
avec de l'acide fluorhydrique HF puis observées à l'aide d'un microscope optique. Une analyse
de diffraction des rayons X a été exécutée sur la base de Stutzmanand Leigh (2002), en utilisant
un diffractomètre à poudre Thermo Scientifique ARL X'TRA et le logiciel FullProf Suite
(Rodriguez-Carvajal, 1990) pour l'analyse de Rietveld.

La chaleur d'hydratation a été mesurée sur des pâtes de ciment ayant un rapport E / liant de 0.4
avec un calorimètre isotherme (TAM AIR). Le ciment régénéré a été testé par un test de
[10]
résistance à la compression selon NBN EN 196-1 (2005) sur des mortiers standard .

4. Résultats et discussion
4.1. Qualité du clinker régénéré :
Le tableau(15) présente la teneur en chaux libre (𝑓𝐶𝑎𝑂) des clinkers brûlés à différentes
températures. Pour éviter l'expansion de la chaux libre dans le ciment, la teneur en chaux libre
doit être inférieure
à 3% (BBG, 2006), ce qui est le cas pour toutes les températures de combustion. On voit que
des températures de combustion plus élevées entraînent une teneur en 𝑓𝐶𝑎𝑂 plus faible, ce qui
devrait former plus d'alite. En supposant que tout le 𝑓𝐶𝑎𝑂 réagit avec la bélite pour produire
de l'alite, la quantité supplémentaire d'alite formée peut être calculée sur la base du rapport de
masse molaire de l'alite au 𝑓𝐶𝑎𝑂 , soit 4.071. Selon ces calculs, une combustion à 1450 ° C au
lieu de 1350 ° C devrait entraîner la formation d'une quantité supplémentaire de 3.14% d'alite,
ce qui est plutôt une petite quantité.
L'analyse microscopique montre un clinker hétérogène poreux (voir figure 2), ce qui indique
un processus de combustion insatisfaisant. Les cristaux d'alite sont plutôt petits, et ici et là des
cristaux de bélite apparaissent en grappes ou entre des cristaux d'alite. Remarquable est que le
clinker brûlé à 1350 ° C semble contenir moins de bélite que le clinker brûlé à 1400 et 1450 °
C alors qu'il provient de la même matière première. Il est possible que le temps d'exposition à
la vapeur HF n'ait pas été satisfaisant pour le clinker brûlé à 1350 ° C, qui ne colorera pas les
cristaux de bélite en bleu. On remarque également l'absence d'un matériau interstitiel entourant
joliment les cristaux d'alite et de bélite dans le clinker brûlé à 1400 et 1450 ° C, bien que
l'analyse XRD et les calculs de Bogue basés sur l'analyse chimique prouvent que de grandes
quantités d'aluminate doivent être présentes (voir ci-dessous) . Dans le cadre de recherches plus
poussées, le processus de combustion devrait être étudié plus en détail pour améliorer la qualité
du clinker. Le maintien probable de la température maximale pendant plus de 30 minutes
[10]
réduira la porosité et donnera un clinker homogène de bonne qualité .

19
Figure 15: Teneur en chaux libre (fCaO) des ciments régénérés brûlés à différentes
températures.

Figure 16:: Des micrographies de clinker régénéré à partir de CRC brûlé à 1350 ° C (a),
1400 ° C (b) et 1450 ° C (c). La section de clinker est gravée avec une vapeur HF et
observée au microscope optique. (La hauteur des images est de 180 µm).
Le tableau (16) donne un aperçu de la composition minéralogique du béton entièrement
recyclable. La composition minéralogique obtenue par les calculs de Bogue sur la composition
chimique conçue et sur les résultats d'une analyse chimique sur le clinker brûlé à 1450 ° C
présente une bonne similitude. Dans ce tableau, on voit également que l'alite est la phase
principale, comme elle devrait l'être dans un bon clinker. La quantité de phase aluminate est
élevée par rapport à Taylor (1997), et la quantité de ferrite est plutôt faible. En comparant les
calculs de Bogue avec l'analyse de Rietveld, si l'alite, la bélite, l'aluminate et la ferrite ont été
pris en compte, il semble que dans les calculs de Bogue les quantités d'alite et de ferrite sont
surestimées et la teneur en aluminate est sous-estimée.
Taylor (1997) a déjà suggéré que les résultats des calculs de Bogue peuvent différer de la
véritable composition de phase, principalement parce que la composition de chaque phase de
clinker diffère considérablement de celle des composés purs. En revanche, la teneur élevée en
alite et en bélite rend plus difficile la détection de l'aluminate et de la ferrite par diffraction des
rayons X. Pour vérifier la précision de l'analyse de Rietveld pour les phases mineures, par ex.

20
ferrite, la méthode d'extractions sélectives décrite par Stutzman et Leigh (2002) pourrait être
[10]
utilisée dans le cadre de recherches ultérieures .

Figure 17:: Aperçu de la composition minéralogique du clinker par (1) analyse Rietveld
des diagrammes de diffraction des rayons X du clinker brûlé à 3 températures, (2) calcul
de Bogue sur la composition chimique conçue, et (3) calcul de Bogue sur l'analyse
chimique de clinker brûlé à `C.

4.2. Qualité du ciment régénéré :


Sur la figure (18), le taux de production de chaleur et le flux de chaleur cumulé du ciment
régénéré à partir de béton recyclé (CRC) sont comparés à ceux d'un ciment Portland ordinaire.
Le tout premier pic d'hydratation dû aux premières réactions d'hydratation au moment du
mélange des échantillons sera négligé. Ensuite, le premier pic observé est probablement causé
par l'hydratation de l'alite, similaire à l'hydratation du CEM I 52.5 N. Comme on le voit sur la
figure 3, ce pic n'est pas aussi élevé pour le ciment du CRC que pour le CEM I 52,5 N.
Cependant, après 7 jours le flux de chaleur cumulé du ciment issu du CRC (295.08 J / g) se
rapproche de celui du CEM I 52.5 N (312.98 J / g).
Une analyse XRD avant et après ces pics pourrait être effectuée pour identifier les réactions à
ces moments d'hydratation.

Figure 18: Le taux de production de chaleur q (à gauche) et le flux de chaleur cumulé Q


(à droite) des pâtes de ciment avec E / liant = 0.4 dans des conditions isothermes (20 ° C).

La résistance à la compression à 28 jours des mortiers produits avec du ciment régénéré s'est
avérée être de 45,88 ± 1,94 MPa. Ce résultat est bon compte tenu de la surface spécifique
relativement faible de 2591 ± 281 cm² / g (Blaine, selon NBN EN 196-6 (1991)), qui devrait
atteindre 4800 cm² / kg pour une classe de résistance du ciment 52,5.

21
d'après les résultats susmentionnés, il est prouvé qu'un ciment de bonne résistance peut être
régénéré à partir de CRC. Néanmoins, certains aspects du processus de régénération et
d'hydratation doivent être étudiés plus en détail. Tout d'abord, le processus de combustion doit
être amélioré pour produire un clinker homogène de bonne qualité. La finesse du ciment produit
par ce clinker doit être augmentée, par ex. par broyage humide si le broyage à sec ne répond
pas aux exigences, ce qui se traduira par des résistances plus élevées. L'influence du type et de
la quantité de sulfate de calcium ajoutée au ciment doit également être étudiée plus en détail
[10]
car elle influencera le processus d'hydratation du ciment régénéré .

III. Le béton recyclé de la fabrication au durcissement :


1. Fabrication de béton avec de GBR en centrale de BPE :
(BPE : béton prêt à l’emploi) :
1.1. Pré-saturation des GBR :
Il est généralement admis que l’absorption d’eau élevée des GBR et leur hétérogénéité rendent
difficile le maintien d’un même dosage en eau d’une gâchée à l’autre. De plus, l’eau absorbée
pendant le transport entre la fin du malaxage et la mise en œuvre peut changer la consistance
du béton.

La méthode de préparation du béton est étroitement liée à la teneur en eau du granulat lors de
la préparation. Il est donc nécessaire de traiter ces deux points ensemble. Plusieurs méthodes
de préparation et de formulation ont été développées spécifiquement pour les bétons contenant
les granulats recyclés. Ces méthodes de préparation alternatives cherchent généralement à
compenser l’effet négatif de la grande absorption du granulat sur les propriétés du béton. La
grande absorption du granulat recyclé fait en sorte qu’il peut absorber l’eau du mélange s’il
n’est pas initialement humide ou saturé lors de la préparation du béton. Plusieurs méthodes sont
utilisées pour contrôler ce problème avec des résultats parfois contradictoires.

Par exemple, Butler a observé une augmentation des résistances à la compression de 28% et
8% par rapport au granulat naturel pour des bétons de 30 et 50 MPa respectivement en utilisant
des granulats pré-saturés pendant 24 heures. Il obtient donc d’excellents résultats avec un
granulat saturé à 100% alors que d’autres chercheurs conseillent une saturation de 90% du
granulat. Selon ces chercheurs, un granulat saturé à 100% a plus de chance de causer des
saignements et, par le fait même, une diminution des propriétés du béton.

De Oliveira et Vazquez ont quant à eux observé qu’il n’y avait pas de variation significative
entre les bétons utilisant des granulats recyclés à des teneurs en eau variables pour un béton de
[1]
rapport E/C de 0,5 .

1.2. Méthodes de malaxage :


 Méthode de la pré-saturation et de la compensation d’eau :

22
Figure 19: Méthode de malaxage pour la méthode de pré saturation.
Comme les granulats recyclés ont une très grande absorption, il faut que ceux-ci soient humides
lors de leur utilisation pour préparer du béton. Si le granulat n’est pas humide, celui-ci peut
absorber l’eau du mélange, affectant ainsi négativement la maniabilité du béton et le contrôle
du rapport E/C effectif. Un bon niveau de saturation de 80% est proposé. Cette teneur en eau
permet de réduire l’absorption de l’eau du mélange par les granulats tout en réduisant le risque
de saignement peut affecter négativement plusieurs propriétés du béton puisqu’il diminue la
[1]
qualité de l’interface pate-granulat .

 Méthode de mélange en deux étapes :


La méthode du mélange en deux étapes consiste à incorporer l’eau dans le mélange en deux
étapes, dans le but de permettre aux particules de liant de bien s’adhérer à la surface du granulat
recyclé. La figure ci-dessous illustre la différence entre la méthode en deux étapes par rapport
[1]
à la méthode traditionnelle .

Figure 20 : processus de malaxage de la méthode de mélange en deux étapes par rapport


à la méthode normale .
(i) Normal Mixing Approach (ii) Two-Stage Mixing Approach

23
L’amélioration des propriétés du béton provient du fait que cette technique permet de créer une
couche de pate de ciment de faible rapport E/C à la surface du granulat recyclé. Cela permet de
remplir les pores et les fissures présents en surface du granulat lors du malaxage et, par le fait
même, d’améliorer la qualité de l’interface pate-granulat.

Comme mentionnée précédemment, la dureté de la nouvelle interface formée entre le granulat


naturel et la pâte est contrôlée par le rapport E/C de la pâte. L’obtention d’une couche de pate
ayant un rapport E/C effectif plus bas permet de rendre la nouvelle interface plus résistance et
par le fait même améliorer les propriétés mécaniques du béton. Cette technique fonctionne, par
contre mieux, pour les bétons à haut rapport E/C puisque dans le cas des bétons à faible rapport
E/C c’est la vieille interface entre le granulat original et le mortier résiduel qui contrôle. La
[1]
figure présente le principe de fonctionnement de la méthode de mélange en deux étapes .

Figure 21: Principe de fonctionnement de la méthode de mélange en


deux étapes.

Il a été conclu que cette méthode améliore les propriétés mécaniques des bétons à granulats
recyclés. Il a été notamment possible d’observer un gain de résistance à la compression de 21%
(à 28 jours pour un taux de remplacement de 20%) par rapport au béton préparé selon la
méthode normale. Il existe des taux de remplacement du granulat naturel ou l’amélioration des
propriétés mécaniques est plus grande en utilisant cette méthode. Ceux-ci se situent entre 25%
et 40% ainsi qu’entre 50% et 70% bien que l’amélioration observée dans ce cas soit un peu
moins grande que pour la zone de 25% à 40%.

La méthode du mélange en deux étapes permet de réduire l’augmentation des déformations du


béton dû à l’utilisation de granulats recyclés (46% pour le fluage et 68% pour le retrait à 14
jours pour un taux de remplacement de 100%. Il est aussi possible d’améliorer la performance
du béton en ce qui a trait à la perméabilité à l’eau (35% d’amélioration à 126 jours pour un taux
de remplacement de 100%) ainsi que la perméabilité aux ions chlore (30% d’amélioration à 126
[1]
jours pour un taux de remplacement de 100%) .

24
 Méthode du mortier équivalent :
La méthode du mortier équivalent consiste à considérer le granulat recyclé comme matériau à
deux phases distinctes lors de la formulation, le granulat original et le mortier résiduel. Cette
méthode cherche à formuler un béton ayant la même teneur en mortier total (mortier résiduel et
nouveau mortier) que le béton conventionnel. Ce calcul nécessite, par contre, une mesure
précise de la teneur en mortier résiduel du granulat recyclé. Cette méthode de formulation
permet de diminuer la quantité de nouvelle ajoutée au béton et donc, par le fait même, la quantité
de granulat fin de ciment nécessaire au mélange.

Selon [Fathifazl G., Abbas A., Razaqpur A. G., Isgor, O. B., Fournier, B. et Foo, S], il est
semblé que l’utilisation de cette méthode permet d’obtenir de meilleurs résultats en ce qui a
trait aux propriétés à l’état frais et au module d’élasticité tout en maintenant une résistance à la
compression comparable aux béton recyclés formulés avec d’autres méthodes. Il est, par contre,
à noter qu’en plus de changer la méthode de formulation, le taux de remplacement varie entre
les essais. L’amélioration des propriétés du béton formulé avec la méthode du mortier
équivalent pourrait donc être en partie due au changement du taux de remplacement. Cette
méthode est donc intéressante puisqu’elle permet potentiellement de réaliser un béton plus
économique, mais la variation de deux facteurs importants rend les résultats de cette étude plus
[1]
complexe à évaluer .

1.3. Procédé de fabrication :


 Stockage :
L’utilisation, sur la centrale, d’une (ou deux) coupure(s) supplémentaire(s) de granulat recyclé
va conduire à une gestion plus tendue des cases aux sols et/ou des trémies de stockage des
granulats. En cas d’utilisation fréquente ou permanente, la question de l’augmentation du
nombre de ces cases et/ou trémies risque de rapidement se poser. L’utilisation de prémélanges
[1]
peut être utile dans cette situation .

 Absorption :
L’absorption d’un granulat recyclé est, en général, plus forte que pour un naturel, d’où un risque
potentiellement accru de raidissement du béton pendant le transport. Néanmoins, l’expérience
acquise lors des chantiers expérimentaux de RECYBETON a montré qu’un temps de malaxage
classique (par exemple 55 secondes) suffit à un granulat recyclé non saturé pour absorber la
majeure partie de l’eau nécessaire à sa saturation. Cela ne nécessite donc pas de modification
du process (en particulier, il n’est pas obligatoire de pré-saturer les granulats pour éviter le
[1]
raidissement prématuré du béton frais) .

 Humidité :
Du fait de leur absorption plus forte, et en fonction de la configuration du stockage, l’humidité
des granulats recyclés en production peut se situer à un niveau supérieur à celui des granulats
naturels. Pour un sable, l’utilisation de sondes hygrométriques permet de contrôler cette
humidité avec une précision adéquate. Pour un gravillon, il n’existe pas de système de sonde.

25
De ce fait, soit il sera pris des dispositions pour imposer l’humidité des granulats (arrosage),
soit la fréquence des mesures de teneur en eau sur des échantillons prélevés sur le stock devra
[1]
être accrue pour assurer une teneur en eau totale constante dans le béton produit .

 Attrition et fragmentation :
Les essais de laboratoire montrent qu’un temps de malaxage prolongé (de plusieurs minutes)
peut engendrer une attrition, et donc un enrichissement en fines de la granularité effective des
matériaux. Cependant, on peut penser qu’aucune dégradation significative des granulats ne se
manifeste pendant un temps de malaxage industriel classique (typiquement de l’ordre de moins
[1]
d’une minute) .

 Cas de l’utilisation de prémélanges :


Une solution, pour réduire significativement – voire supprimer – toute difficulté liée à
l’utilisation de granulat recyclé dans le procédé de fabrication du béton, est d’utiliser un
prémélange : le granulat recyclé est mélangé, en proportion maîtrisée et limitée, à un granulat
[1]
naturel, en amont de la livraison à la centrale à béton, typiquement en carrière .

 Recommandations pour la production du béton contenant des granulats recyclés :


L’utilisation de granulats recyclés dans le béton nécessite quelques adaptations dans son
procédé de fabrication. Les recommandations portent sur :

- le stockage de coupures supplémentaires ou l’utilisation de prémélanges.

- l’impact des moindres performances du granulat recyclé : absorption plus forte, humidité,
[1]
potentiellement plus forte, résistance à l’attrition et à la fragmentation plus faible .

2. Effet des granulats de béton recyclé sur les propriétés du


béton frais :
Par rapport à des bétons de granulats naturels, les bétons de granulats recyclés présentent des
particularités de formulation :

 Les granulats recyclés étant obtenus par concassage, leur rugosité de surface est
importante, et leur compacité relativement faible. Ceci est un autre facteur tendant à
augmenter la demande en eau efficace.
Cette demande en eau efficace peut être traitée soit par un volume de pâte plus élevé (se
traduisant par un supplément d’eau de 5 à 15 %, soit par l’utilisation d’adjuvants
plastifiants/superplastifiant utilisés en réducteur d’eau, soit enfin par une combinaison
de ces deux stratégies .
 La demande en eau totale du béton est encore accrue par l’absorption d’eau (Ab24)
importante des granulats recyclés. Dans les cas où les granulats sur stock ne sont pas
saturés en eau, une reprise d’eau des granulats dans le mélange intervient dans les heures
[1]
qui suivent le malaxage .
 La granularité des granulats peut faire apparaître des teneurs en fines importantes, en
particulier lorsque le sable recyclé est utilisé.

26
 Quelle que soit la stratégie de formulation, l’obtention d’une résistance finale passe par
des rapports eau/liants égaux ou plus faibles qu’avec des granulats naturels, et implique
des dosages en liants neufs plus importants, sans parler des liants anciens qui viennent
[1]
encore augmenter la proportion de pâte de ciment durcie dans le mélange final .

2.1. Masse volumique à l’état frais :


Elle est généralement plus faible que celle des bétons classiques, du fait de la quantité du mortier
ancien jouant le rôle de granulat. Les valeurs reportées sont en général comprises entre 2000 et
3 [1]
2200 kg/m .

2.2. Teneur en air « naturelle » du béton frais :


La forme et la rugosité des granulats peuvent impliquer une plus grande difficulté pour les
bulles d’air à s’extraire du béton pendant la vibration. C’est ainsi qu’une moyenne, certains
trouvent des teneurs en air occlus légèrement plus importantes dans les bétons de granulats
[1]
recyclés, l’écart étant de l’ordre de 0,6% .

Figure 22: Influence de taux de graviers recyclés et des types de


ciment sur la teneur en air du béton.

Avec A, B, C, D et E sont des types de ciment.

2.3. Rhéologie du béton à l’état frais :


Si l’on substitue des granulats naturels par des granulats recyclés, on constate une perte de
maniabilité. Cependant, la formulation est généralement mise au point avec un objectif de
consistance initiale (exprimée sous forme d’affaissement au cône). Par contre, les possibles
phénomènes d’absorption d’eau différée par les granulats (dont l’essentiel se produit dans les
15 premières minutes de la vie du béton) et l’utilisation d’adjuvants, en présence d’impuretés
diverses modifiant la chimie de l’hydratation précoce, augmentent le risque de perte rapide de
[1]
maniabilité .

Certains préconisent d’ailleurs de pré-saturer par immersion dans l’eau les granulats recyclés
avant utilisation prêt-à-emploi. Enfin, dans les cas où l’on utilise des superplastifiants, il faut

27
s’attendre à des valeurs de viscosité plastique plus élevées que dans les bétons ordinaires, sauf
[1]
si les mélanges contiennent beaucoup de fines .

Figure 24: Influence de taux de sable/gravillons recyclés et des types de ciment sur
l’affaissement du béton.

Avec A, B, C, D et E sont des types de ciment.

Figure 23: Influence de taux de graviers recyclés et des types de ciment sur la
viscosité plastique du béton.

2.4. Temps de prise :


La réduction du rapport eau efficace/ciment, et la présence d’alcalins libérés par les granulats
recyclés est un facteur de diminution du temps de prise, mais l’usage de superplastifiant agit
[1]
dans le sens inverse .

28
2.5. Comportement du béton frais avant la prise :

Figure 25 : Comportement du béton frais avant la prise.

2.6. Chaleur d’hydratation :


L’augmentation des dosages en liants tend à faire croitre l’exothermie des bétons recyclés. La
réduction du rapport E/C joue dans le sens inverse, mais la présence d’une réserve d’eau dans
les granulats va dans le sens d’une meilleure hydratation du ciment, et donc d’un dégagement
[1]
thermique plus fort .

2.7. Durcissement :
Les granulats recyclés, surtout s’ils sont de qualité médiocre, exercent un effet plafond sur la
résistance finale plus notable que dans le cas des granulats naturels. De ce fait, à même
résistance à 28 jours, la résistance à des âges antérieurs est un peu plus élevée, comme on le
constate classiquement avec les bétons de granulats légers. Les résistances au très jeune âge
sont cependant influencées par le temps de prise, qui peut varier dans un sens ou dans l’autre,
[1]
comme noté plus haut .

2.8 Retrait plastique :


Ce phénomène est lié aux conditions atmosphériques, au ressuage et à la cure dont le matériau
fait l’objet dès sa mise en œuvre. La présence de fine en quantité importante et l’absorption
différée d’eau par les granulats réduit le ressuage et augmente donc le risque de retrait plastique
[1]
en cas de cure insuffisante .

29
IV. Propriétés du béton recyclé à l'état durci :
On s’intéresse dans cette partie tout particulièrement à l’étude du comportement et des
[1]
caractéristiques mécaniques des bétons recyclés .

1.Résistance à la compression :
Toutes les études montrent que la résistance à la compression des bétons fabriqués avec des
granulats recyclés peut être de 5 à 40 % plus faible que celle d’un béton formulé avec des
granulats naturels.

Sur la base d’une démarche statistique, les recherches ont d’abord développé une classification
des GBR basée sur l’absorption d’eau et la masse volumique après séchage à l’étuve (Figure
23). Les gravillons de GBR sont principalement classés dans les zones A et B du diagramme,
tandis que les sables de GBR sont plutôt classés dans les zones B et C du diagramme, en raison
[6]
de leur teneur en pâte de ciment plus élevée .

Figure 26: Classification mécanique des granulats issus de Déchets de Construction et de


Démolition (béton, maçonnerie ou mixte), [adapté de Silva et al. 2014b].

30
Figure 27: Influence statistique du taux de substitution des GBR sur la résistance à la
compression moyenne du béton.

 Ce graphique présente l'influence statistique du taux de substitution des GBR sur la résistance à
la compression moyenne du béton, à même rapport Eeff/C (limite inférieure de l’intervalle de
confiance à 95 %). fcm-GN est la résistance à la compression moyenne du béton de référence ne
contenant que des granulats naturels ; fcm-GBR est la résistance à la compression moyenne des
bétons de GBR incorporant différents taux de GBR.

Les deux graphiques présentés ci-dessus sont intéressants à deux titres :

 Tout d’abord, ils permettent d’appréhender l’effet attendu d’un GBR sur la résistance à la
compression du béton, en gardant constant le rapport Eeff/C. Ensuite, ils illustrent certaines
tendances générales bien connues.

 L’augmentation du taux de GBR conduit généralement à une diminution de la résistance à la


compression, à même Eeff/C. La diminution peut être amplifiée si l’on garde le même dosage
en ciment et la même maniabilité, car l’introduction de GBR peut également entraîner une
augmentation de la demande en eau.

 La moindre qualité mécanique des GBR, par rapport aux granulats naturels, explique l’essentiel
de la diminution des performances. Effectivement, les granulats naturels sont produits à partir
de roches dont la résistance à la compression dépasse généralement 50 MPa, alors que les GBR
sont généralement obtenus par concassage de bétons dont la résistance est inférieure à cette
valeur. Pour un taux de recyclage donné, la diminution de la résistance à la compression est
[6]
toutefois moindre si les GBR proviennent .

31
2.Résistance à la traction:
Les résultats issus des essais de traction uni-axiale, de fendage et de flexion ont montré que la
résistance à la traction diminue également en augmentant le taux de substitution en granulats
recyclés. Les essais de flexion montrent que l’énergie de rupture des bétons à granulats recyclés
est inférieure à celle des bétons à granulats naturels (27–45%). Les mécanismes de rupture
[7]
semblent dépendre de la nature du béton de démolition .

 Essais :

Figure 28: Essai de traction par fendage (presse du laboratoire


Navier).
Cet essai permet de déterminer expérimentalement la résistance en traction du béton.
L'essai de fendage est un essai de traction indirect consistant à comprimer radialement
[7]
l'éprouvette, créant alors, des contraintes de traction horizontales au sein du matériau .

Figure 29: Essai de traction par flexion.

32
Cet essai ou expérience consiste à placer une petite barre du matériau à étudier entre les
mâchoires d'une machine de traction qui tire sur la barre jusqu'à sa rupture. On enregistre
[7]
l'allongement et la force appliquée, que l'on convertit ensuite en déformation et contrainte .

 Résultat :

Les résultats issus des essais de traction, de fendage et de flexion ont montré que la résistance
à la traction diminue également en augmentant le taux de substitution en granulats recyclés. Les
essais de flexion montrent que l’énergie de rupture des bétons à granulats recyclés est inférieure
à celle des bétons à granulats naturels (27–45%). Les mécanismes de rupture semblent dépendre
[7]
de la nature du béton de démolition .

3.Résistance à la fatigue :
Très peu de travaux traitent de la résistance à la fatigue des bétons recyclés. Il semble alors
que la résistance à la fatigue en flexion des bétons fabriqués avec du sable naturel et des
graviers recyclés est supérieure à celle d’un béton normal, du fait de la liaison forte qui existe
[9]
entre la matrice cimentaire (où se produit la rupture) et les granulats recyclés .

4.Module élastique:

Figure 30: Evolution du module élastique statique en fonction du taux de substitution en


recyclés et le rapport.
Le module d'élasticité est l'une des propriétés les plus touchées de bétons recyclés, même à des
taux de substitution faibles en granulats recyclés. Le module d'élasticité du béton recyclé a été
signalé comme étant de l'ordre de 50-70% par rapport à celui du béton ordinaire, comme l’ont
rapporté certains auteurs. Ceux-ci ont constaté qu’avec des niveaux de remplacement en
granulats recyclés de 20, 50 et 100% dans des bétons, les valeurs moyennes du module
d’élasticité sont de 10, 20 et 40% respectivement inférieures à celles enregistrées pour un béton

33
conventionnel [85] comme l’illustre la figure (27). Sur celle-ci on remarque que la perte de
rigidité pour les bétons recyclés s’accentue davantage avec l’accroissement du rapport
[8]
E/C .Donc on conclut que la rigidité des bétons à granulats recyclés est faible.

5.Fluage et retrait :
Le retrait et le fluage sont généralement plus importants lorsque des GBR sont incorporés au
béton, en raison de la présence d’un plus grand volume de pâte de ciment. Deux types de
modélisation ont été développés pour décrire les mécanismes associés au retrait et au fluage.
Pour le retrait, la modélisation a été menée à l’échelle macroscopique sur matériau homogène ;
elle montre que les dommages les plus sévères apparaissent au niveau de la peau des bétons
soumis à la dessiccation. Pour le fluage, les simulations ont été réalisées à l’échelle
microscopique en prenant en compte la présence de l’ancien mortier adhérent ; elles ont permis
[8]
de mieux comprendre l’influence des GBR sur la localisation des microfissures .

6.Propriétés liées à la durabilité :


De nombreuses études antérieures ont montré que les GBR sont plus poreux que les granulats
naturels et qu’ils peuvent, de ce fait, altérer les propriétés de durabilité des bétons du recyclés :
la carbonatation, l’alcali-réaction et le gel-dégel.

La présence du mortier collé aux granulats et qui possède une dureté beaucoup plus faible que
le granulat naturel.

 LA CARBONATATION : En raison de sa porosité plus élevée, la profondeur de


carbonatation devrait être en principe plus importante pour un béton recyclé que pour un
béton naturel. Or, selon une étude, faite sur le recyclage de granulats de béton recyclé et
de granulats de maçonnerie, la profondeur de carbonatation diminue quand la quantité
d'agrégats réutilisés augmente, présentant un meilleur comportement quand ce
remplacement était 20% ou 50%. Même à 100% de remplacement le niveau de
carbonatation était pareil à celui observé pour un béton naturel. L’explication de ceci est
le dosage en ciment plus important pour un béton recyclé pour atteindre la résistance
mécanique d’un béton naturel ce qui fait accroître l’alcalinité du milieu. En plus de ceci,
les granulats recyclés sont constitués en partie par du vieux mortier dans lequel le ciment
peut contenir de l’hydroxyde de calcium qui augmente davantage l’alcalinité. Sur un autre
plan, la saturation en eau (lors de l’absorption et un rapport E/C élevé) pourrait ralentir la
diffusion du CO2 et celle-là est importante lorsque le taux de remplacement en granulats
de recyclage augmente.

 ALCALI REACTION : La réaction alcali-granulat est une pathologie des bétons, qui se
caractérise par une réaction chimique entre la silice amorphe ou mal cristallisée contenue
dans les granulats réactifs et certains ions de la solution interstitielle. En l’absence de
précaution, cette pathologie peut apparaître dans les parties d’ouvrages, les plus sévèrement
exposées à l’humidité et se caractérise par la formation d’un gel gonflant qui peut
provoquer, en particulier, au cœur du béton, des déformations et une microfissuration du
matériau. Les contraintes expansives génèrent, si elles dépassent la résistance en traction du

34
béton, un décollement à l’interface pâte-granulats et la formation de microfissures qui se
matérialise en surface par une fissuration à multi orientation. Cette pathologie ne peut se
produire que lorsque trois conditions soient réunies simultanément : présence d’un granulat
potentiellement réactif, des alcalins (Na+ , K+ ) en quantités suffisantes dans la solution
interstitielle (pH > 12,5) pour maintenir une concentration en ions hydroxyles élevée et des
conditions d’humidité relative excédent 80-85%. Pour le cas de la réutilisation des granulats
de béton recyclé, très peu de sujets ont été trouvés dans la littérature sur le cas l’alcali-
réaction. La pathologie ne peut se produire que si les granulats recyclés sont dès l’origine
réactifs et celle-ci peut avoir lieu lorsque les granulats réactifs n’ont pas trouvé les
conditions favorables à leur réaction avant la réutilisation (c’est à dire ils étaient en milieu
sec ou par manque d’alcalins) ou bien venant du vieux mortier contenant encore une
réactivité résiduelle dans la fraction sable.

 LE GEL-DEGEL : Un granulat ne sera pas sensible au gel s’il possède une porosité très
faible ou si son système capillaire est interrompu par un nombre suffisant de macrospores
(qui jouent le rôle de bulles d’air). Le volume d’eau susceptible de geler ne doit pas excéder
le volume des vides de l’air entraîné du béton. Cette condition se traduit par la nécessité
d’avoir un apport E/C suffisamment faible, ce qui assure par la même une bonne résistance
au béton qui peut mieux résister aux forces de dégradation induites par le gel. Le béton de
granulats recyclés n’échappe pas à cette règle et il est plus exposé à de telles dégradations
à cause du fort taux d’absorption d’eau par les granulats. Plusieurs travaux ont été entrepris
relativement à l'utilisation de granulats recyclés disponibles sur le marché ou fabriqués à
partir de bétons de laboratoire, avec ou sans un bon réseau d'air, ont indiqué que le
comportement au gel des bétons élaborés uniquement à partir de granulats recyclés est assez
médiocre, mais l'emploi des bétons à base de sable naturel et de gravillon recyclé dans des
conditions de gel modéré peut être envisagé . La mesure de la gélivité peut être quantifiée
par la dégradation granulométrique des granulats soumis à des cycles gel-dégel ou bien à
partir de la résistance gel-dégel du béton, mais aucune relation simple entre ces essais n’a
été établie. Il en résulte que les faibles performances au gel du béton recyclé provenaient
des bétons réutilisés ayant déjà un mauvais réseau d’air ou comportés déjà des fissurations
occasionnées lors de la fabrication (en concassage) . Des essais ont été menés dans le but
d’améliorer la durabilité au gel des bétons de granulats recyclés par une reconfiguration de
la composition, ou par des inclusions d’agents antigel. Selon SALEM & BURDETTE
(1998), la méthode de l'air entraîné est la meilleure façon d'améliorer la résistance au gel
des granulats recyclés, cependant, cette méthode affecte quelques propriétés physiques des
bétons. M. BARRA & VAZQUEZ (1996), ont fait observer que les mauvais résultats de la
résistance au gel des RAC sont obtenus par l’utilisation des granulats à l’état saturé ou sec
[8]
et que ces bétons devenaient bons avec les granulats prémouillés préalablement .

35
V. Impact environnemental du béton recyclé et des exemples de sa
réalisations :
Le béton est la ressource la plus consommées après l’eau dans le monde. L’impact
environnemental de cette importante production est loin d’être négligeable. Une tonne de béton,
en effet, nécessite 750 kg de granulats, 250 kilos d’un mix (pour produire 130 kg de ciment)
composé de 78% de carbonate, de 10% d’argiles, de 10% de sables siliceux et de 2% d’oxydes
de fer. La cuisson du clinker et la décarbonatation du calcaire émettent environ 800 kg de CO2
dans l’atmosphère. Dans une perspective de développement aussi durable que possible, le
[3]
recyclage du béton serait bénéfique pour diminuer l'impact environnemental .la comparaison
environnementale rigoureuse des différents échantillons permet de donnée la fiabilité (la
crédibilité), en comparent des indicateurs d’impacts environnementaux de matériaux de
[4]
construction, en se basant sur des fonctions identiques pour les bétons .

1. Impact environnemental du béton recyclé :


Le tableau présente Les indicateurs d’impacts environnementaux d’analyse des cycles de vie
des bétons :

 Le béton traditionnel, élaboré avec des granulats naturels.


 Le béton recyclé, élaboré avec des granulats recyclés et du sable recyclés.
 Le béton mixte, élaboré avec des granulats recyclés et du sable naturel.

Catégories d’impacts Unité Béton mixte Béton recyclé Béton traditionnel


Consommation d’eau 105 L 6,67 5,85 7,80
2
Déchets solides 10 kg 8,88 9,87 1,88
5 3
Pollution de l’air 10 m 5,41 4,02 7,53

Il est clair de constater que le béton recyclé, et dans une moindre mesure le béton mixte présente
des impacts environnementaux plus faibles que le béton traditionnel.

D’abord, la catégorie d’impact « pollution de l’air » du béton mixte et recyclé présente des
valeurs plus faibles pour cette catégorie d’impact, cela peut être en raison d’une réduction des
transports (quantités de matériaux et distances), car ces échantillons sont formulés (totalement
ou partiellement) avec du sable et des granulats recyclés. Il n’est donc pas nécessaire d'extraire
et de transporter des matières premières à partir d’une carrière, ce qui limite les émissions de
4]
substances organiques et les émissions de poussières dans l’air [ .

Ensuite, La catégorie d’impact « consommation d’eau », également très conséquente, met en


évidence le meilleur comportement des bétons recyclé et mixte par rapport au béton
traditionnel. Ces échantillons contiennent moins d'eau dans leur formulation. Les granulats
recyclés présentent des compacités variables étant donné qu'ils sont formés par des graviers
grossiers et du sable, tandis que les granulats naturels sont des roches roulées, issues de

36
gravières. Le flux de matériaux granulaires (en kg) est donc plus faible par mètre cube de béton
[4]
(mais identique en volume) : il y a un effet de dilution .

Enfin, concernant l’indicateur « déchets solides », plus conséquent pour le béton mixte et le
béton recyclé que pour le béton traditionnel, le fait que les déchets de cet échantillon puissent
être valorisés (sous forme de granulats pour faire du béton ou dans les travaux routiers par
[4]
exemple) est un avantage. Cela permet de récupérer de la matière .

On conclut, que d’après les résultats de l’analyse de cycle de vie des bétons on constate, l'utilisation
de béton recyclé est intéressante pour réduire les impacts environnementaux et cela à travers de :

 La réduction des émissions de gaz à effet de serre.

 La réduction de la consommation de combustible.

 Lla réduction du prélèvement de ressources non renouvelables (granulats).

 La préservation des écosystèmes par un moindre recours aux carrières.

 La diminution du recours à la mise en décharges des déchets inertes.

2. Exemples de réalisations du béton recyclé :


2.1. CHAPONOST : REALISATION D’UN DALLAGE DE
PARKING INDUSTRIEL 2013 [5] :

Coulage du béton recyclé Vue générale du chantier Zone

Figure 31: Vues du chantier de Chaponost, premier chantier expérimental de béton


recyclé.
Descriptif du chantier : dallage de parking industriel 2100 m2 composé de 6 zones d’environ 350
m2, découpées en plots de 5X5, épaisseur de 18 cm représentant au total 380 m3.

Résumé : Le parking de Chaponost fut le premier chantier expérimental mené dans le cadre du
Projet National RECYBETON. D’un point de vue pratique, l’objectif était de vérifier si le béton
recyclé pouvait être produit et coulé sans changer les protocoles habituels. Côté formulation et
[2]
comportement mécanique .

37
2.2. CONTOURNEMENT NÎMES MONTPELLIER : PARTIES
D’OUVRAGE D’ART 2014[5] :

Gravillon Recyclé 6/20. Vue générale à 2 ans et demi. Mur et extension en béton

recyclé .
Figure 32: vues du chantier du contournement de Nîmes-Montpellier.
Descriptif du chantier : réalisation de la traverse supérieure et d’un mur en retour sur un pont
2
cadre (traverse supérieure et mur en retour et extension soit 42 m de béton recyclé).

Résumé : Le pont-cadre classique du contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier a été


partiellement construit avec un béton de granulat recyclé. Le but était de démontrer que les
bétons de granulats recyclés pouvaient être utilisé en ouvrage d’art sans modifier la formulation
[2]
et la mise en œuvre .

2.3. BÂTIMENT DE BUREAUX : PLANCHER HAUT


(TERRASSE) 2015 [5] :

Figure 33: vues du chantier de Villeneuve-la-garenne.


Bétonnage de la dalle terrasse. Bétonnage à la pompe. Vue du bâtiment terminé.

Descriptif du chantier : réalisation du plancher haut d’un bâtiment de bureaux (plancher haut
3
soit 80 m de béton recyclé).

Résumé : L’objectif de ce projet était d’expérimenter l’utilisation d’un béton recyclé pour le
coulage d’une dalle intérieure de bâtiment en région parisienne. Les limites imposées étaient ne
pas aller au-delà des seuils fixés par les normes techniques en vigueur et de ne pas dépasser le
[2]
budget d’un projet initial .

38
Conclusion

Le béton recyclé consiste à concasser un béton précédemment utilisé afin d’en extraire les
granulats qui pourront donc diminuer le besoin en granulats naturel lors de la production. Bien
que cette méthode se soit bien développée durant les dernières années, l’utilisation des granulats
fins recyclés a rarement été adaptées, en raison de la composition de ces derniers qui sont donc
principalement composées de particules de ciment hydratent qui contribuent de manière
significative à une capacité d’absorption plus élevée limitant ainsi les propriétés mécaniques
Cette technique aura un immense impact sur l’écologie mondiale et ainsi réduire le besoin en
ciment et donc l’émission de CO2 en plus de diminuer la demande en granulats naturels tout en
diminuant les déchets produits par le béton usé.

39
Bibliographie

[1] https://pdfs.semanticscholar.org/f65f/aec84b80a779ed62806a6a927b8251cb464c.pdf

[2] https://www.ifsttar.fr/fileadmin/user_upload/editions/ifsttar/ouvragesscientifiques/2018-OSI4-
ouvragesscientifiques-Ifsttar.pdf

[3] http://doc.lerm.fr/beton-recycle-quels-les-obstacles/

[4] https://hal-enpc.archives-ouvertes.fr/hal-01144339/document

[5]
https://www.pnrecybeton.fr/wpcontent/uploads/2018/11/RECYBETON_Recommandations_2018-
11-26.pdf

[6] https://www.infociments.fr/sites/default/files/article/fichier/recybeton-ilovepdf-compressed.pdf

[7] https://www.researchgate.net/figure/Essai-de-traction-par-fendage-presse-du-laboratoire-
Navier_fig42_286089646

[8] http://biblio.univ-annaba.dz/wp-content/uploads/2014/06/Memoire-Mr-BERREDJEM-
Layachi.pdf

[9] https://pdfs.semanticscholar.org/f65f/aec84b80a779ed62806a6a927b8251cb464c.pdf

[10] https://biblio.ugent.be/publication/2091578/file/2939961.pdf

40

Vous aimerez peut-être aussi