Vous êtes sur la page 1sur 43

FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE TANGER

DEPARTEMENT DE PHYSIQUE
MASTER GENIE CIVIL

MINI-PROJET DE PROCEDES GENERAUX DE CONSTRUCTION

Confort de bâtiment (Mise en œuvre de l’isolation thermique


et acoustique)

 Réalisé par :
- MOUHI Mariam - NTSIBA Melchis

 Encadré par :
Prof. ALAOUI HAFIDI Adil

Année Universitaire : 2019/2020


INTRODUCTION ......................................................................................................................................................1

I. CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE .......................................................................................................2

I.1 Présentation du confort acoustique ........................................................................................................ 2


I.2 Définition des notions basiques de l’acoustique .................................................................................... 2
I.2.1 Définition ...................................................................................................................................... 2
I.2.2 Le Son ........................................................................................................................................... 2
I.2.2.1 Définition ................................................................................................................................................. 3
I.2.2.2 Propagation du son ................................................................................................................................... 3
I.2.2.3 Mesure du son .......................................................................................................................................... 3
I.2.2.4 Classification des sons .............................................................................................................................. 3
I.2.2.5 Différents types de son ............................................................................................................................. 3

I.2.3 Le bruit.......................................................................................................................................... 4
I.2.3.1 Définition ................................................................................................................................................. 4
I.2.3.2 Caractéristiques énergétiques des ondes sonores ...................................................................................... 4

I.2.3.2.1 Niveau sonore......................................................................................................... 4


I.2.3.2.2 Fréquence sonore ................................................................................................... 4
I.2.3.2.3 Perception d’un son ................................................................................................ 4
I.2.3.3 Les niveaux de bruit ................................................................................................................................. 5

I.2.3.3.1 L’analyse du bruit : du spectre du bruit au niveau sonore global........................... 5


I.2.3.3.2 Règles d’addition des niveaux de bruits ................................................................. 5
I.2.3.3.3 Echelle des niveaux de bruit................................................................................... 6
I.2.3.4 Différents types de bruit ........................................................................................................................... 7

I.2.4 Source et modes de propagation des bruits ................................................................................... 7


I.2.4.1 Sources du bruit ........................................................................................................................................ 7
I.2.4.2 Modes de propagation des bruits .............................................................................................................. 8

I.2.5 Comportement du bruit dans le bâtiment ...................................................................................... 9


I.3 Isolation acoustique ............................................................................................................................. 10
I.3.1 Rôle de l’isolation acoustique dans le confort ............................................................................ 10
I.3.2 Type d’isolation .......................................................................................................................... 10
I.3.3 Mécanisme d’isolation acoustique dans le bâtiment ................................................................... 11
I.3.3.1 Correction acoustique et isolation acoustique :....................................................................................... 11
I.3.3.2 Comportement des matériaux : ............................................................................................................... 11
I.3.3.3 Durée de réverbération : ......................................................................................................................... 12

I.3.4 Règlement et normes acoustiques ............................................................................................... 12


I.4 Traitement acoustique des bâtiments (mise en œuvre) ........................................................................ 13
I.4.1 Principes de l’isolation acoustique .............................................................................................. 13
I.4.1.1 L’étanchéité ............................................................................................................................................ 13
I.4.1.2 La masse ................................................................................................................................................. 13
I.4.1.3 La désolidarisation.................................................................................................................................. 13

I.4.2 Matériaux acoustiques et leur qualification ................................................................................ 14


I.4.2.1 Matériaux absorbants.............................................................................................................................. 14
I.4.2.2 Matériaux isolants .................................................................................................................................. 15
I.4.2.3 Matériaux résilients ................................................................................................................................ 15

I.4.3 Isolations aux bruits aériens ........................................................................................................ 15


I.4.3.1 Isolation aux bruits extérieurs ................................................................................................................. 15
I.4.3.2 Isolation aux bruits intérieurs ................................................................................................................. 16

I.4.4 Isolation aux bruits d’impact (bruits de pas) ............................................................................... 16


I.4.5 Isolation aux bruits d’équipements ............................................................................................. 17
I.6 Différence entre isolation acoustique et isolation thermique ............................................................... 17

II. CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE :..............................................................................................19


II.1 But et raisons : ..................................................................................................................................... 19
II.2 Les modes d’échanges de chaleurs : .................................................................................................... 19
II.3 Les pertes thermiques d’un bâtiment : ................................................................................................. 20
II.3.1 Parois opaques : .......................................................................................................................... 20
II.3.1.1 La fuite de la chaleur- le flux thermique φ : ................................................................................................. 20
II.3.1.2 La conductivité thermique λ ......................................................................................................................... 20
II.3.1.3 La résistance thermique d’un matériau R ..................................................................................................... 21
II.3.1.4 La résistance superficielle d’une paroi Rse et Rsi ........................................................................................ 21
II.3.1.5 La résistance thermique d’une paroi homogène Rparoi................................................................................ 21
II.3.1.6 La déperdition d’une paroi en partie courante Uc ........................................................................................ 22
II.3.1.7 La déperdition thermique dans une paroi Up................................................................................................ 22
II.3.1.8 Ponts thermiques intégrés et ponts thermiques des liaisons.......................................................................... 23
II.3.1.9 Résumé des principales valeurs qui permettent de caractériser les performances thermiques d’une paroi
opaque 23

II.3.2 Les vitrages et menuiseries : ....................................................................................................... 24


II.3.2.1 L’émissivité des vitrages ε (epsilon) ............................................................................................................ 24
II.3.2.2 Le facteur solaire g (ou FS) ......................................................................................................................... 24
II.3.2.3 Taux global des baies vitrées TGBV ........................................................................................................... 24
II.3.2.4 La transmission lumineuse TI ..................................................................................................................... 24
II.3.2.5 Le coefficient de transmission thermique des vitrages Ug .......................................................................... 25
II.3.2.6 Le coefficient surfacique moyen de la menuiserie Uf ................................................................................. 25
II.3.2.7 Le coefficient de transmission thermique des fenêtres Uw ......................................................................... 25
II.3.2.8 Le coefficient des fenêtres équipées d’une fermeture extérieure Uwf ......................................................... 26
II.3.2.9 Le coefficient de transmission thermique moyen jour-nuit d’une fenêtre avec fermeture Ujn .................... 26
II.4 Réalisation du diagnostic et l’expertise thermique : ............................................................................ 27
II.4.1 Diagnostic de performance énergétique : .................................................................................... 27
II.4.2 L’expertise thermique : ............................................................................................................... 29
II.4.3 Quelques exigences du règlement thermique de construction au Maroc (RTCM) : ................... 29
II.4.4 Cas pratique d’isolation thermique : ........................................................................................... 30
II.5 Facteurs influençant le confort thermique : ......................................................................................... 30
II.6 Solutions adaptées pour l’amélioration des performances énergétiques :............................................ 32
II.6.1 Les isolants thermiques : ............................................................................................................. 32
II.6.2 Solutions pour les bâtiments déjà existants : ............................................................................... 33
II.6.3 Traitements des ponts thermiques des liaisons : ......................................................................... 33
CONCLUSION ......................................................................................................................................................37
BIBLIOGRAPHIE .................................................................................................................................................38

Tableau 1 : exemple de deux bruits de niveaux très différents .............................................................................. 6


Tableau 2 : Valeurs de résistances superficielles des parois opaques en m².K/W selon les règles Th-U
-Fascicule 4 : Parois opaques et Fascicule 3 : Parois vitrées usuels ...................................................................... 21
Tableau 3 : Valeurs de résistance thermique additionnelle des fermetures par défaut issues des règles Th-U –
Fasicule 3 : Parois vitrées. ..................................................................................................................................... 26
Tableau 4 : Performances thermiques des bâtiments résidentiels par zone climatique en kWh/m²/an ................ 29
Tableau 5 : Coefficient de transmission thermique U et résistance thermique R en résidentiel .......................... 29

Figure 1 : facteur influençant la perception ............................................................................................................ 2


Figure 2 : réception de l’oreille au son ................................................................................................................... 3
Figure 3 : propagation du son ................................................................................................................................. 3
Figure 4 : sonomètre............................................................................................................................................... 3
Figure 5 : classification des sons ............................................................................................................................ 3
Figure 6 : représentation temporelle de l’amplitude d’une onde sonore sinusoïdale ............................................. 3
Figure 7 : représentation temporelle de l’amplitude d’une onde sonore composée ............................................... 3
Figure 8 : différence de niveau de bruit entre une voiturette et une voiture ........................................................... 4
Figure 9 : son grave d’un violoncelle et le son aigu d’un triangle.......................................................................... 4
Figure 10 : Graphique caractérisant les niveaux sonores et d’audibilité ................................................................ 4
Figure 11 : analyse du bruit .................................................................................................................................... 5
Figure 12 : exemple de deux bruits de niveaux très différents ............................................................................... 5
Figure 13 : sources de différence nulle................................................................................................................... 6
Figure 14 : 10 sources de différence nulle.............................................................................................................. 6
Figure 15 : échelle des niveaux de bruit ................................................................................................................ 6
Figure 16 : spectre bruit rose .................................................................................................................................. 7
Figure 17 : spectre bruit routier .............................................................................................................................. 7
Figure 18 : source de bruit...................................................................................................................................... 8
Figure 19 : mode de propagation par dispersion .................................................................................................... 8
Figure 20 : cas d’une source sonore ponctuelle ...................................................................................................... 8
Figure 21 : cas d’une source linéaire ...................................................................................................................... 8
Figure 22 : mode de propagation par réflexion et absorption ................................................................................. 9
Figure 23 : mode de propagation par transmission................................................................................................. 9
Figure 24 : comportement du bruit dans une paroi ................................................................................................. 9
Figure 25 : différentes transmissions au travers de la paroi ................................................................................ 10
Figure 26 : isolation et correction acoustique....................................................................................................... 11
Figure 27 : absorption des matériaux en fonction de sa réflexion ........................................................................ 11
Figure 28 : diagramme réverbération acoustique ................................................................................................. 12
Figure 29 : Les trois acteurs de l’isolation acoustique. ........................................................................................ 14
Figure 30 : Logements séparés par un joint de dilatation. .................................................................................... 14
Figure 31 : mousse plastique ................................................................................................................................ 14
Figure 32 : laine de roche ..................................................................................................................................... 14
Figure 33 : laine de verre...................................................................................................................................... 14
Figure 34 : Plaques pour polystyrènes ................................................................................................................. 15
Figure 35 : résilient en caoutchouc ....................................................................................................................... 15
Figure 36 : résilient en liège ................................................................................................................................. 15
Figure 37 : double vitrage .................................................................................................................................... 15
Figure 38 : schéma de réalisation de panneaux sandwich .................................................................................... 16
Figure 39 : schéma de réalisation du plancher flottant ......................................................................................... 16
Figure 40 : schéma d’isolation d’un faux plafond ................................................................................................ 17
Figure 41 : anti-coup de bélier.............................................................................................................................. 17
Figure 42 : canalisation + fourreau....................................................................................................................... 17
Figure 43 : Les principales sources de déperdition .............................................................................................. 20
Figure 44 : La conductivité thermique de quelques matériaux usuels .................................................................. 21
Figure 45 : Illustration de la différence de transfert par rayonnement entre 2 doubles vitrages d’émissivités
différentes : un double vitrage ordinaire et un double vitrage avec une couche à faible émissivité. ..................... 24
Figure 46 : Illustration de la différence du facteur solaire entre 2 doubles vitrages de facteur solaire différentes :
un double vitrage ordinaire et un double vitrage avec une couche de contrôle solaire. ........................................ 24
Figure 47 : Aperçu du diagnostic de performance énergétique usuelle ................................................................ 28
Figure 49 : L'étiquette Climat pour connaître les émissions de gaz à effet de serre (GES) .................................. 28
Figure 48 : L'étiquette Energie pour connaître la consommation d’énergie ......................................................... 28
L'efficacité énergétique est devenue au fil des années une préoccupation majeure des politiques
énergétiques et climatiques. Nous faisons en effet aujourd'hui face à trois défis principaux : le
réchauffement climatique, la crise énergétique et le développement durable.

Au niveau mondial, le secteur du bâtiment représente à lui seul autour de 28% de la consommation
d’énergie finale et contribue à hauteur d’un tiers environ des émissions de CO2.

Par ailleurs, il est estimé que le potentiel d’économies d’énergie dans ce secteur au niveau mondial
est de l’ordre de 40 %, et cela en grande partie via des mesures économiquement rentables.

C’est également un secteur éminemment stratégique du fait de la longue durée de vie des bâtiments.

Donc, économiser l’énergie est un enjeu d’avenir. Bien isoler son logement est un programme
important financièrement et techniquement.

D’un autre côté, il est évident que toute activité, tout bâtiment et toute infrastructure, peut-être
producteur de bruit ou agressé par du bruit.

En matière de bâtiment, les nuisances sonores comme les bruits de circulation, de conversation,
d’équipements, etc., constituent des sources de désagréments qui peuvent dégrader la qualité de vie
des occupants (un non confort des êtres humains).

Dans ce présent projet, on va exploiter ensemble comment contrôler et évaluer la performance


thermique et acoustique d’un logement, en prenant compte du confort de l’être humain. En se basant
sur les règlements en vigueur qui précise les exigences et les limites à ne pas dépasser.
Premièrement au niveau thermique, pour ne pas avoir une surconsommation de l’énergie qui
influence à la fois sur le côté financier de propriétaire et sur la progression de la pollution mondiale.
Deuxièmement, bien que dans l’acoustique, le traitement que des sons auxquels, l’audition
humaine est sensible au sein d’un bâtiment.

1
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020

I. CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE


Dans le domaine du bâtiment, les nuisances sonores telles que les bruits de circulation, de pas, de
conversation, d’équipements sont la source de désagréments qui peuvent aller d’une dégradation de la
qualité de vie, à des répercussions directes sur la santé des occupants. La lutte contre les bruits est
donc devenue un enjeu important qui se traduit par des règlementations, des normes acoustiques qui
fixent des performances acoustiques minimales à atteindre à l’intérieur des bâtiments pour garantir un
confort acoustique aux occupants et usagers.

Un bon confort acoustique a une influence positive sur la qualité de vie au quotidien et sur les
relations entre usagers d’un bâtiment. A contrario, un mauvais confort acoustique génère des effets
négatifs sur l’état de santé (nervosité, stress, sommeil contrarie, fatigue).

I.1 Présentation du confort acoustique


Le confort acoustique est l’un des ambiances les plus importantes dans le confort architectural à cause
de ses grandeurs psychiques qui influe sur l’être humain soit positivement ou négativement et doit être
pris en compte au moment de la conception. Il a pour objectif d’offrir la qualité de son la plus adapté
aux lieux d’écoute.

Le confort acoustique est une notion subjective qui dépend de la perception de chaque individu.

 Cette perception sera influencée par divers facteurs : le même bruit pourra être perçu par un
individu comme une nuisance sonore du fait de sa durée d’exposition à ce bruit, de son
émergence durant une période de sommeil ou du souvenir attaché à ce bruit…

Figure 1 : facteur influençant la perception

 il est important de prendre en compte ces notions de physiologie et de psychologie dans


l’acoustique (domaine de la psycho acoustique), car elles mettent en lumière la difficulté de
traiter parfois des problèmes de nuisances sonores car la perception des bruits par l’oreille
humaine, seul organe humain toujours en activité, n’est pas purement rationnelle…

I.2 Définition des notions basiques de l’acoustique


I.2.1 Définition

L’acoustique est une branche de la physique dont l’objet est l’étude des sons et des ondes vibratoires,
science qui traite des propriétés, de la production, de la reproduction, de la propagation et de la
réception des sons.
Par extension, c’est l’ensemble des techniques visant à améliorer la qualité de diffusion des sons dans
tous les locaux.

I.2.2 Le Son

2
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
I.2.2.1 Définition

C’est la sensation auditive engendrée par une onde acoustique


qui se propage dans un milieu. Dans l’air, la vibration des
molécules se transmet de proche en proche depuis la source
jusqu’à l’origine de réception. Le son est caractérisé par son
niveau et sa fréquence. Figure 2 : réception de l’oreille au son

I.2.2.2 Propagation du son

C’est le chemin parcouru par les ondes émises par la source


sonore pour atteindre notre oreille. La vitesse de propagation
dépend du lieu dans lequel est émis le son :
 Dans l’air à une température de 20°C cette vitesse
atteint 340 m/s
 Dans l’eau, elle est de l’ordre de 1500 m/s Figure 3 : propagation du son
 A travers des masses métalliques, elle peut monter à 5000 m/s

I.2.2.3 Mesure du son

Le son se mesure en décibels (dB), grandeur logarithmique utilisée pour


mesurer une grandeur physique donnée.
La mesure du niveau sonore se fait à l’aide d’un << sonomètre >> qui
transforme l’énergie du son en tension électrique.
Figure 4 : sonomètre
I.2.2.4 Classification des sons

Selon sa fréquence, l’oreille humaine perçoit des sons graves (fréquence longue)
Ou aigus (fréquence courte) sur une plage comprise 20 Hz < f < 20 KHz (sensibilité de l’oreille
humaine).

Figure 5 : classification des sons

I.2.2.5 Différents types de son

Son pur son complexe


La vibration sinusoïdale d’une La vibration périodique complexe crée un son
fréquence constante ƒ crée un son complexe à cause de la somme de plusieurs
s’appellent le son pur où l’énergie vibrations sinusoïdale harmoniques dans ce cas la
concentré sur une raie fréquence la plus dominante s’appellent
fondamentale et les autres harmonique.

Figure 6 : représentation temporelle de l’amplitude d’une


Figure 7 : représentation temporelle de l’amplitude d’une
onde sonore sinusoïdale
onde sonore composée
3
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
I.2.3 Le bruit

I.2.3.1 Définition

Le bruit est une émission de vibrations sonores audibles par l’homme. Ces vibrations
Correspondent à des variations de la pression de l’air (pressions, dépressions).qui se caractérise par sa
fréquence, son intensité et sa durée d’émission et mesuré en décibel (dB). C’est un mélange
complexe de sons purs à de multiples fréquences et amplitudes différentes. On associe le bruit a toute
sensation désagréable, gênante ou non voulu (par exemple : bruit d’avion, de machine, parole, etc.).

I.2.3.2 Caractéristiques énergétiques des ondes sonores

I.2.3.2.1 Niveau sonore


Le niveau sonore ou niveau de pression acoustique (Lp)
caractérise l’amplitude du son. Le niveau sonore
s’exprime en Pascal (Pa). L’échelle de perception de
l’oreille humaine étant très vaste, on utilise dans la
pratique une échelle logarithmique pour caractériser
l’amplitude sonore. Cette échelle réduite s’exprime en
décibel (dB). Le niveau sonore permet de définir la
puissance d’un son.

Figure 8 : différence de niveau de bruit entre une voiturette et


une voiture

I.2.3.2.2 Fréquence sonore

Au sein de l’onde sonore la pression fluctue un certain


nombre de fois autour de la pression atmosphérique. Le
nombre de fluctuations par seconde défi ni la fréquence
du son en hertz (Hz). La période t est le temps entre 2
fluctuations en seconde Plus la période t est longue,
plus la fréquence est basse : on obtient un son grave. À
l’inverse si la période t est courte la fréquence est
Figure 9 : son grave d’un violoncelle et le son aigu d’un
élevée : on obtient un son aigu. triangle

I.2.3.2.3 Perception d’un son

Le seuil d’audibilité de l’oreille humaine permet la


perception des sons dont la fréquence se situe entre
20 et 20 000 Hz : du bourdonnement (d’un moteur
diesel par exemple) à basses fréquences (20-200
Hz) assez mal perçu par l’oreille humaine, aux
chuintements (d’une bouilloire par exemple) aux
fréquences aiguës (2 000 à 20 000 Hz). La parole
et la musique, très bien perçues par l’oreille, ont
des fréquences médiums (200 à 2 000 Hz). Les
fréquences étudiées dans le cadre de
l’acoustique du bâtiment se situent entre 100 et
5 000 Hz.
Figure 10 : Graphique caractérisant les niveaux sonores et
d’audibilité

4
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
I.2.3.3 Les niveaux de bruit

I.2.3.3.1 L’analyse du bruit : du spectre du bruit au niveau sonore global

Dans l’acoustique du bâtiment, on rencontre rarement un son pur, d’une seule fréquence et avec une
puissance propre. On observe plutôt des mélanges de sons de fréquences et niveaux de puissances
différents : Des bruits.
La mesure acoustique réalisée dans un bâtiment ou dans un laboratoire à l’aide d’un sonomètre fournit
un spectre du bruit : il représente le niveau sonore pour toutes les fréquences mesurées.
Pour faciliter les échanges et les comparaisons au quotidien, le spectre du bruit est analysé
conventionnellement par bande de tiers d’octave et/ou bande d’octave, puis traité mathématiquement
pour obtenir le niveau sonore global en dB ou dB(A).
C’est ce niveau sonore global que nous utilisons au quotidien pour classifier, comparer et additionner
les performances acoustiques entre elles.

Figure 11 : analyse du bruit

I.2.3.3.2 Règles d’addition des niveaux de bruits

Le niveau sonore s’exprime selon une échelle logarithmique, les règles d’addition classiques ne
s’appliquent donc pas aux niveaux de bruit. Par exemple, deux conversations identiques et
simultanées, dont le niveau sonore est de 50 dB, ne donneront pas un niveau sonore de 100 dB, mais
un niveau sonore de 53 dB.
Voici les règles d’addition applicables en fonction des niveaux de bruit considérés :

Si les bruits sont de niveaux très différents

Si l’écart des niveaux de bruit est supérieur à 10 dB, le bruit le plus fort masque le plus faible. C’est
l’effet « de masquage » lorsque qu’un son est rendu inaudible par un autre.
Par exemple :

Deux bruits de
niveaux très
différents.

Figure 12 : exemple de deux bruits de niveaux très différents

Si les écarts sont de niveaux voisins (écart<10dB)

Si les niveaux de bruit sont similaires, l’évaluation du niveau de bruit résultant se fait par addition au
niveau de bruit le plus fort d’une valeur donnée dans le tableau suivant :

5
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020

Tableau 1 : exemple de deux bruits de niveaux très


différents

Exemples :

Deux sources avec


une différence de
niveau nulle

Figure 13 : sources de différence nulle

10 sources avec
une différence de
niveau nulle

Figure 14 : 10 sources de différence nulle

I.2.3.3.3 Echelle des niveaux de bruit

L’échelle des niveaux de bruit ci-dessous permet d’organiser des bruits courants en fonction de la
perception de l’oreille humaine : de l’ambiance calme d’une conversation à voix basse aux nuisances
sonores provoquées par un avion au décollage.

Figure 15 : échelle des niveaux de bruit

- de 100 à 130 dB : seuil de la douleur. Atelier de chaudronnerie, marteau-piqueur, moteur d’avion a


réaction au sol.
- de 80 à 100 dB : bruits dangereux. Passage d’un train, musique forte.
- de 60 à 80 dB : bruits fatigants. Rue très animée, télévision.
- de 40 à 60 dB : bruits gênants. Bureau calme, conversation à niveau normal.
- de 10 à 40 dB : bruits légers. Bruissement du vent dans les feuilles, désert, appartement calme.

6
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
I.2.3.4 Différents types de bruit

Bruit rose : bruit dont l’intensité est inversement


proportionnelle à la fréquence et dont le niveau par bande
d’octave est constant. Il contient plus de sons graves que
d’aigus. Il est utilisé pour mesurer l’isolement à l’intérieur
des bâtiments et l’isolement des façades au bruit des avions.
Toutes les bondes octave ont la même quantité d’énergie
donnée donc un spectre continu horizontal.

Figure 16 : spectre bruit rose

Bruit routier : bruit dont le niveau sonore dans chacune des


bandes d’octave ou de tiers d’octave est voisin de celui des
trafics routier et ferroviaire. Il est plus riche en sons graves
que le bruit rose. Son spectre est continu dans une bande
d’octave mais l’intensité en décibels dans chaque bande
d’octave est fixée par rapport à l’intensité contenue dans la
bande d’octave centrée sur 1000 Hz.

Figure 17 : spectre bruit routier

I.2.4 Source et modes de propagation des bruits

Déterminer la (ou les) source(s) de bruit, comprendre son (ou leurs) mode(s) de propagation
constituent les premiers éléments à identifier avant de concevoir ou d’améliorer l’isolation acoustique
d’un bâtiment.

I.2.4.1 Sources du bruit

On distingue trois sources de bruits dans le domaine de l’acoustique du bâtiment :

 Les bruits aériens :

Les bruits aériens se propagent via l’air ambiant. On distingue deux catégories de bruits
aériens :
– les bruits aériens intérieurs, anciennement nommés bruits roses (bruit de conversation…)
– les bruits aériens extérieurs, anciennement nommés bruits routiers (bruit du trafic
ferroviaire…).

 Les bruits solidiens ou bruits d’impacts :

Les bruits solidiens se transmettent par la mise en vibration des parois et structures. Ils
peuvent aussi être nommés bruits de chocs ou bruits d’impacts. Ils concernent les bruits de
pas, de chute d’objet…

 Les bruits d’équipements :

Les bruits d’équipements peuvent se transmettre à la fois via l’air ambiant et via une mise en
vibrations (des parois, de l’équipement…). Les bruits d’équipements concernent les
ascenseurs, les conduits de ventilations, les réseaux hydrauliques.

7
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020

Figure 18 : source de bruit

I.2.4.2 Modes de propagation des bruits

La propagation des bruits se fait principalement selon un ou plusieurs des trois modes de propagation
(dans un espace libre ou espace clos) suivant :

 Par dispersion :

Dans un espace libre on observe une dispersion de


l’énergie acoustique, le niveau du bruit décroissant
en fonction de la distance. La décroissance spatiale
des bruits aériens peut être quantifiée en fonction de
la source de bruit.

Figure 19 : mode de propagation par dispersion

 Cas d’une source sonore ponctuelle (usine, discothèque,…)

En champs libre, dans un espace ouvert le


niveau sonore décroît de 6 dB chaque fois
que la distance par rapport à la source est
doublée.
Note : dans des locaux fermés, cette valeur
n’est atteinte que si les locaux sont exempts
de réflexions.
Figure 20 : cas d’une source sonore ponctuelle

 Cas d’une source linéaire (infrastructures routières et ferroviaires)

En l’absence de masque, le niveau sonore


décroît de 3 dB chaque fois que la distance
par rapport à la source est doublée.

8
Figure 21 : cas d’une source linéaire
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
 Par réflexion et absorption sur un obstacle :

On observe alors un phénomène de réverbération d’une


partie de la vibration sur les parois et obstacles rencontrés.

Figure 22 : mode de propagation par réflexion et absorption

 Par transmission de la vibration aux matériaux :

Le bruit se propage aux solides (parois, structures…)

Figure 23 : mode de propagation par transmission

Ce qu’il faut savoir au travers du bâtiment :

Les bruits aériens extérieurs sont transmis par l’air et au travers des murs, de la façade, des fenêtres, de
la toiture et latéralement par les murs et cloisons intérieures.

Les bruits aériens intérieurs se propagent dans la pièce où ils sont émis puis directement par les murs et
les cloisons séparant deux locaux et indirectement par les cloisons murs latéraux ou planchers et
plafonds.

Les bruits d’impact ou bruits solidiens ou encore bruits de choc sont transmis par mise en
vibration de la structure et des parois du bâtiment (planchers ou murs) et par les parois latérales.

Les bruits d’équipement peuvent être transmis de façon directe et indirecte par voie aérienne et sous
forme de bruits d’impact par mise en vibration des parois.

I.2.5 Comportement du bruit dans le bâtiment

Lorsqu’un bruit aérien atteint une paroi (verticale ou horizontale), trois phénomènes peuvent se
produire :

La réflexion sur la paroi

L’absorption sur la paroi

La transmission au travers de la paroi


Figure 24 : comportement du bruit dans une paroi

On observe quatre types de transmissions du bruit :

 Transmission directe au travers des parois (façades, planchers, mur intérieur etc.)
 Transmission indirecte par les parois latérales qui dépendent des liaisons entre
parois latérales et la paroi de séparation.

9
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
 Transmission parasites dues aux défauts de la paroi (fissures, manque d’étanchéité,
etc.)
 Transmission latérale

Figure 25 : différentes transmissions au travers de


la paroi

I.3 Isolation acoustique

L’isolation acoustique est l’ensemble des dispositions prises pour réduire la transmission de l’énergie
depuis les sources qui la produisent jusqu’aux lieux qui doivent être protégés.

I.3.1 Rôle de l’isolation acoustique dans le confort

L’isolation acoustique en architecture a pour objectif d’offrir la qualité de son la plus adaptée
en évitant la propagation du bruit.
Le confort acoustique est un élément souvent négligé des espaces intérieurs. Or l’équilibre
psychologique et la productivité au travail des occupants y sont intimement lies.
Un bon confort acoustique a une influence positive sur la qualité de vie au quotidien et sur les
relations entre usagers d’un bâtiment.
A contrario, un mauvais confort acoustique génère des effets négatifs sur l’état de santé
(nervosité, stress, sommeil contrarie, fatigue).
Un confort acoustique d’un bâtiment efficace passe par la mise en œuvre d’un système
d’isolation acoustique performant et du respect des règles de pose afin d’assurer une continuité
thermique de l'enveloppe du bâti et de limiter les ponts thermiques.
Par ailleurs, il faut dire que le bruit peut avoir des effets traumatiques sur l’audition, des effets
non traumatiques sur l’ensemble de l’organisme (troubles du sommeil, de la sphère végétative, du
système endocrinien et immunitaire, troubles cardiaques et mentaux) des effets subjectifs (gêne due
au bruit, effets du bruit sur les attitudes et les comportements, effets sur les performances, effets sur
l'intelligibilité de la parole).

I.3.2 Type d’isolation

Isolement acoustique brut Db :


C’est la différence arithmétique des niveaux de pression acoustique entre le local ou est émis le bruit et
le local ou il reçut, il exprimé en dB.

10
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
Isolement acoustique normalisé Dn :
L’isolement acoustique normalisé a été défini afin de pouvoir comparer l’isolement d’un local
quelconque, très souvent vide à celui d’un local normalement meublé.il prend en compte l’absorption
du local de réception en la comparant a une absorption de référence A0 ,laquelle est égale à 10 m2 pour
les locaux à usage d’habitation.

Isolement acoustique standardisé DnT :


Cet isolement est dit standardisé quand il compte de la réverbération du local de réception, c’est–à-dire
la persistance du son après interruption de la source sonore et plus précisément la durée de
réverbération T du local de réception, en la comparant a une durée de réverbération de référence T 0 (en
général 0.5s).

I.3.3 Mécanisme d’isolation acoustique dans le bâtiment


L’attention pour l’acoustique constitue une opportunité de créer un paysage sonore par les
dispositions spatiales (distribution, éloignement et proximité, …), la géométrie des lieux, la nature
des matériaux et les textures.

I.3.3.1 Correction acoustique et isolation acoustique :

Les deux notions principales de l’acoustique du bâtiment


> L’isolation acoustique qui vise à se protéger des bruits émanant
de l’extérieur du local considéré.
> La correction acoustique qui est utilisée pour améliorer le
confort acoustique à l’intérieur d’un local.

La correction et l’isolation acoustiques n’ont pas les mêmes effets.


Pour réaliser une correction acoustique,
on considère les propriétés d’absorption des parois, alors que pour Figure 26 : isolation et correction acoustique
une isolation acoustique, on considère les caractéristiques en transmission.

Si dans la cuisine, les bruits de chaises et de vaisselle résonnent, vous avez besoin de correction
acoustique. De votre chambre, vous entendez les bruits de la cuisine : c’est une isolation phonique
qu’il vous faut.
 L’isolation acoustique protège des bruits émanant de l’extérieur de la pièce.
 La correction acoustique traite les bruits absorbés et réfléchis à l’intérieur d’une pièce. Elle
permet de limiter la réverbération et le niveau de l’onde sonore à l’intérieur de la pièce.

I.3.3.2 Comportement des matériaux :

Le coefficient d’absorption des matériaux est mesuré


en chambre réverbérant pour une fréquence donnée
(norme de mesure NF-EN ISO 354). Il est appelé
coefficient d’absorption « Sabine » noté : as (alpha
Sabine). C’est un paramètre acoustique caractérisant le
pouvoir absorbant d’un matériau compris entre 0 et 1
à partir de la courbe d’absorption, on détermine un
coefficient global aw d’un produit.
 as (250 Hz) = 0,38
38 % de l’énergie est absorbée et 62 % réfléchie

11 Figure 27 : absorption des matériaux en fonction de


sa réflexion
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
 as (2000 Hz) = 0,80
80 % de l’énergie est absorbée et 20 % réfléchie.
Le coefficient d’absorption acoustique pondéré αw traduit la capacité d’un élément à absorber
une onde sonore à sa surface, sa valeur pouvant varier de 0 à 1. Le coefficient d’absorption acoustique
pondéré est sans unité. Il sert à caractériser les performances d’absorption acoustique des éléments tels
que : les plafonds absorbants suspendus, les panneaux muraux, les écrans, les moquettes …

I.3.3.3 Durée de réverbération :


Paramètre acoustique caractérisant un local
fermé, la durée de réverbération t est le
temps (en seconde) qu’il faut pour que le
niveau sonore dans un local diminue de 60
dB lorsque cesse l’émission d’une source
sonore (soit un millionième de la valeur
initiale).
Figure 28 : diagramme réverbération acoustique

I.3.4 Règlement et normes acoustiques

Cas des bâtiments d’habitation

En application pour tous les permis de construire déposés depuis le 1er janvier 1996, la nouvelle
réglementation acoustique (NRA) est définie par les deux arrêtés du 28 octobre 1994. Le premier
arrêté fixe les caractéristiques acoustiques des bâtiments d’habitation vis-à-vis des bruits intérieurs au
logement. En ce qui concerne les bruits extérieurs, seul un isolement minimum est donné dans cet
arrêté. Le second arrêté définit les modalités d’application de la réglementation acoustique.

Vis-à-vis du bruit aérien, les objectifs d’isolement acoustique normalisé par rapport à un bruit rose
sont :

* valeurs ramenée à 41dB(A) avec une porte palière + éventuellement une porte de séparation.
L’ensemble de ces objectifs est à diminuer de 3dB(A) pour une réception en cuisine et salle d’eau.

Vis-à-vis du bruit d’impact, les niveaux sonores maximaux dans les pièces principales doivent être :

12
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
Vis-à-vis du bruit des équipements, les niveaux sonores normalisés maximaux à obtenir sont de :

Vis-à-vis du bruit aérien extérieur, par rapport au bruit route :

– isolement minimum de 30 dB(A)


– isolement déterminé selon l’exposition sonore de la façade
L’arrêté du 30 mai 1996 définit les modalités de classement des infrastructures de transports terrestres
et les isolements acoustiques des bâtiments d’habitation affectés par le bruit.
L’isolation acoustique des pièces principales et des cuisines, vis-à-vis des bruits extérieurs des
habitations admises dans les zones exposées au bruit des aérodromes, doit être égale à 35 dB(A) Rose.

I.4 Traitement acoustique des bâtiments (mise en œuvre)

En plus des dispositions constructives établies dans la règlementation, de nombreuses solutions


techniques sont proposées afin d’obtenir une bonne isolation acoustique.

I.4.1 Principes de l’isolation acoustique

I.4.1.1 L’étanchéité

Cette stratégie est la plus importante d’entre toutes.


L’étanchéité acoustique consiste à empêcher que l’air ne transporte le son d’une pièce à une autre ou
de l’extérieur à travers une façade.
 Parois en maçonnerie : l’étanchéité est obtenue par la pose d’un enduit suffisamment épais
(de l’ordre du centimètre) sur les deux faces.
 Parois sèches : c’est l’étanchéité entre panneaux qui doit être particulièrement soignée.
 Menuiseries : des joints périphériques sont nécessaires pour assurer l’étanchéité des portes et
des fenêtres. Point délicat : les seuils de porte.
 Ventilations et gaines : Des bouches de ventilation isolantes, qui font l’objet d’essais en
laboratoire, sont nécessaires pour permettre le renouvellement de l’air sans pénétration
d’énergie acoustique.

I.4.1.2 La masse

Si l’on a compris que c’est la pression acoustique qui met une paroi en mouvement de vibration, on
comprend alors aisément que le premier moyen de s’opposer à ce mouvement est la masse de la
paroi.

I.4.1.3 La désolidarisation

Lorsqu’une paroi est mise en vibration, son mouvement est transmis à toutes celles qui lui sont
rigidement attachées. C’est ce que nous avons appelé « transmission latérale ». Cette transmission se
fait en fonction des masses des parois : une paroi légère met difficilement en mouvement une paroi

13
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
lourde tandis que l’inverse se fait aisément. Plus la surface de paroi mise en vibration, et donc
rayonnant de l’énergie acoustique, est grande, plus la pression acoustique transmise sera élevée.
Désolidariser une paroi d’une autre, c’est réaliser une coupure, qui permet ainsi d’éviter tout contact
rigide entre les deux parois. Les parois légères doivent être désolidarisées des parois lourdes. Un coup
de scie peut être le moyen de résoudre un problème acoustique.

La désolidarisation peut se faire en réalisant la coupure dans l’épaisseur de la paroi ; c’est le cas
lorsqu’un joint de dilatation vertical sépare les murs de deux logements mitoyens.
C’est le cas de ce que l’on appelle une « double paroi ». Mais attention : les doubles parois sont
affectées par des phénomènes de résonance dont il faut tenir compte.

Figure 29 : Les trois acteurs de l’isolation


Figure 30 : Logements séparés par un joint de acoustique.
dilatation.

I.4.2 Matériaux acoustiques et leur qualification

Il existe 3 grands types de matériaux permettant de lutter contre le bruit et contre les vibrations. Il est
important de ne pas confondre ces 3 types de matériaux : absorbant, isolants et résilients.

I.4.2.1 Matériaux absorbants


Les matériaux absorbants sont destinés à réduire la réverbération du bruit à l’intérieur d’un local. Ils
sont caractérisés par leur coefficient d’absorption a (%) :

 a = 0% : rien n’est absorbé et tout le bruit est réverbéré (exemple : béton lisse) ;
 a = 100% : tout est absorbé (exemple : une porte ouverte).

Il s’agit de matériaux absorbants poreux et donc légers (laine de verre, de roche, mousses plastiques,
bois expansé…). On placera donc ces matériaux dans un local, en général au plafond, pour diminuer
la réverbération de celui-ci.

Figure 33 : laine de verre Figure 32 : laine de roche


Figure 31 : mousse plastique

14
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
I.4.2.2 Matériaux isolants
Un matériau isolant empêche le bruit de passer d’un local à l’autre ou d’un bruit extérieur vers un local
ou vice versa. L’isolation entre deux locaux est l’atténuation du bruit d’un local à l’autre. Il varie en
fonction de l’ensemble de la structure et de tous les matériaux séparant les deux locaux.
Plus le matériau est lourd (béton, briques…), meilleure sera l’isolation. Il est donc souvent difficile
d’améliorer l’isolation acoustique d’un local une fois que celui-ci est construit car il faut augmenter le
poids des parois ou remplacer le matériau initial par un matériau plus ou plus épais.

Figure 34 : Plaques pour polystyrènes

I.4.2.3 Matériaux résilients


Les vibrations d’une machine sont transmises à une tôle ou à une paroi (sol, mur...) qui vibre et
rayonne le bruit. Les matériaux résilients (feutre, liège, caoutchouc, ressorts, coussins d’air…) sont
destinés à bloquer la transmission des vibrations. Ils sont présentés sous forme de blocs ('silent blocs'),
de tapis, ou de tapis sous un bloc de béton (dalle flottante).
Ces matériaux agissent donc directement sur les vibrations et indirectement sur le bruit. Les utiliser
comme matériaux absorbants ou matériaux isolants sera une erreur car ils ne sont ni poreux ni lourds.

Figure 36 : résilient en caoutchouc


Figure 35 : résilient en liège

I.4.3 Isolations aux bruits aériens

I.4.3.1 Isolation aux bruits extérieurs

Utiliser :
 Des façades lourdes (Loi de Masse)
Les murs de façade ne nécessitent en général pas de renforcement acoustique car ils sont
suffisamment lourds. Toute fois ; si les murs sont légers, une amélioration peut être envisagée
(application sur le mur extérieur d’un enduit plastique ou d’un parement léger).

 Des fenêtres isolantes (Double vitrage)

Figure 37 : double vitrage

 Des Entrées d’air traitées acoustiquement

15
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020

I.4.3.2 Isolation aux bruits intérieurs

Réaliser :
 Des parois massives (loi de Masse)
 Des murs possédant des joints acoustiques traversant les canalisations.
 Des parois doubles. Les parois doubles se composent de deux plaques de parement minimum
entre lesquelles on place un isolant. Elles fonctionnent comme deux masses reliées par un
ressort et possédant une fréquence critique pour laquelle leur isolation acoustique chute de
façon importante.

Le principe de masse-ressort-
masse est plus performant et plus
léger par rapport au système de la
loi de masse

Isolation par paroi double

Evaluation de l’indice d’affaiblissement


pondérée en laboratoire

Exécution de la double paroi


entre locaux

Figure 38 : schéma de réalisation de panneaux sandwich

I.4.4 Isolation aux bruits d’impact (bruits de pas)

Il faut :
 Mettre en place un revêtement absorbant sur le plancher (Présence de carreaux, Moquette, etc.
…….)
 Réaliser un plancher flottant
Evaluation du niveau de bruit
La nécessité d’isoler le plancher de choc pondéré et de la
réduction du niveau du niveau
Exécution
de bruit de choc pondéré en
Du
laboratoire Plancher flottant

Figure 39 : schéma de réalisation du plancher flottant

16
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
 Réaliser un Faux plafond sur ossature avec incorporation d'un isolant

La nécessité d’isoler le faux


plafond
Exécution du Faux plafond

Figure 40 : schéma d’isolation d’un faux plafond

I.4.5 Isolation aux bruits d’équipements

Les bruits d’équipements concernent les bruits de robinetterie, de canalisation, de ventilation, de


chaufferie, d’ascenseur.

Il faut :
 Augmenter les sections de canalisation afin de diminuer la vitesse du fluide et donc le bruit
 Mettre en place des dispositifs anti-coup de bélier (fermeture lente des robinets)
 Choisir des équipements silencieux (Lw, niveau de puissance le plus bas) et désolidariser leurs
fixations des parois rigides. Il est important de choisir leur emplacement de manière judicieuse
tout comme leur mode d’accroche : ne pas les adosser à des zones sensibles (chambres), ne
pas les fixer sur des cloisons légères.
 Utiliser des faux-plafonds

Figure 42 : canalisation + fourreau


Figure 41 : anti-coup de bélier

NB : Le traitement acoustique d’un local de la conception à la mise en œuvre doit intégrer toutes les
sources possibles de propagation des bruits.

I.5 Différence entre isolation acoustique et isolation thermique

L’isolant acoustique, c’est la masse. Les matériaux lourds sont le plus souvent conducteurs de la
chaleur et sources d’inertie thermique.
Un isolant acoustique n’est pas forcément un isolant thermique, l’isolation acoustique peut
favoriser l’inertie thermique des bâtiments.
L’isolant thermique, c’est l’air, à condition d’empêcher les mouvements de convection en
l’emprisonnant dans des petits espaces et des matériaux alvéolaires. L’air est le conducteur du son.

17
CHAPITRE I : CONFORT ET ISOLATION ACOUSTIQUE
2019/2020
Un isolant thermique n’est pas forcément un isolant acoustique.
Il existe une confusion due au fait que certains mêmes produits sont utilisés pour les deux types
d’isolations : ils ont cependant des fonctions très différentes.
Par exemple, Si pour la thermique la mousse est un isolant, pour l’acoustique, c’est un ressort qui,
selon la résonance qu’il produit, peut avoir un effet positif ou négatif.
L’étanchéité reste une qualité qui satisfait les deux domaines.

18
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020

II. CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE :


II.1 But et raisons :
La thermique du bâtiment est une discipline de la thermique visant à étudier les besoins énergétiques
des bâtiments. Elle aborde principalement les notions d'isolation thermique et de ventilation afin
d'offrir le meilleur confort thermique aux occupants. Elle aborde aussi les problématiques de
fourniture d'énergie pour le chauffage et de production d'eau chaude sanitaire.

L'Isolation thermique du bâtiment est le processus de mise en œuvre de l'isolation thermique de


l'enveloppe de tout ou partie d'un bâtiment, par l'intérieur et/ou l'extérieur.

 Les raisons d'isoler :


 Diminuer la facture de chauffage.
 Diminuer la dépendance aux énergies fossiles et donc réduire les émissions de gaz à
effet de serre.
 Diminuer la dépendance à l'énergie nucléaire, et donc réduit les déchets radioactifs.
 Isoler, en augmentant la température des surfaces intérieure des parois, limite les
déperditions thermiques du corps par rayonnement (Il diminue les taches d’humidité d’où
il augmente le confort thermique).

II.2 Les modes d’échanges de chaleurs :


Lorsque deux éléments sont à des températures différentes, un échange de chaleur s’établit jusqu’à
ce que les températures des deux éléments soient identiques. La chaleur va toujours du corps chaud
vers le corps froid. Il est impossible d’empêcher ce phénomène d’échange, le but de l’isolation est
donc de le freiner fortement. Dans le domaine du bâtiment, les échanges de chaleur se font
principalement selon 3 modes de transmission : la conduction (majoritaire), la convection et le
rayonnement.

 La conduction :
C’est la transmission d’énergie de proche en proche dans la partie
solide d’un matériau.
La chaleur se propage avec plus ou moins de facilité suivant la
nature, les caractéristiques (résistances thermiques…) et la géométrie
du matériau.

Plus le matériau est isolant moins il y a de conduction

 La convection :
Ce mécanisme de transfert de chaleur est propre aux fluides (gaz ou
liquide).
Au contact d’un élément chaud le fluide, de l’air par exemple, se met
en mouvement et se déplace vers l’élément froid au contact duquel il
perd sa chaleur créant ainsi un mouvement vertical qui accélère les
échanges thermiques entre les 2 éléments.

Plus l’air est immobile moins il y a de convection

19
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020
 Le rayonnement :

C’est le transfert de chaleur d’un élément à un autre par


onde électromagnétique sans contact direct. Ce type de
transfert ne nécessite pas de support matériel il peut se
produire même dans le vide.

Plus l’émissivité du matériau est faible moins il y aura de transfert par rayonnement

II.3 Les pertes thermiques d’un bâtiment :

Il existe plusieurs sources de déperdition


thermiques dans un bâtiment soit par les parois opaques
qui ne permettent pas passer la lumière à l’intérieure
(comme les murs et planchers…), ou par les vitrages et
menuiseries (comme dans les fenêtres et les portes…).

Ces pertes sont variables en fonction de la nature


de matériau et type de constituant de bâtiment utilisé à
cause de plusieurs facteurs qui les caractérisent :

II.3.1 Parois opaques :


Figure 43 : Les principales sources de déperdition
II.3.1.1 La fuite de la chaleur- le flux thermique φ :

Le flux de chaleur φ (phi) est la quantité d’énergie ou de chaleur passant au travers de 1 m² de


paroi pendant une seconde, lorsqu’il existe un écart de température entre ses 2
𝚫𝐓
faces. Il s’exprime en W/m². 𝛗=𝛌 𝒆
Avec λ : La conductivité thermique et e : L’épaisseur de la paroi
ΔT : L’écart de la température.

*Remarque: Dans le domaine du bâtiment, les leviers pour limiter la fuite


de chaleur sont la diminution de la valeur de la conductivité thermique et
l’optimisation de l’épaisseur des parois.

II.3.1.2 La conductivité thermique λ :


La conductivité thermique λ est la quantité de chaleur (l’énergie)
transférée par unité de surface d’un matériau. Elle s’exprime en W/(m.K) .
Elle présente l’aptitude du matériau à se laisser traverser par la chaleur.
Elle est mesurée en laboratoire et généralement marquée par les fabricants
d’isolants thermiques sur leurs produits. Si on la trouve pas marquée, on
utilise donc les valeurs par défauts des règles Th en vigueur.

20
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020
Plus la conductivité est faible plus un matériau est isolant.

Figure 44 : La conductivité thermique de quelques matériaux usuels

II.3.1.3 La résistance thermique d’un matériau R :


La résistance thermique d’un matériau caractérise sa capacité à ralentir le transfert de chaleur
réalisé par conduction. Elle s’exprime en m².K/W.
𝐞
Elle est calculée avec la formule suivant : 𝐑 = avec e : L’épaisseur du matériau en mètre.
𝛌
Elle doit être indiquée sur les produits par le fabriquant. Sinon, il est aussi
possible d’estimer la résistance thermique par le calcul.
Plus la résistance thermique est élevée plus le matériau est isolant.
II.3.1.4 La résistance superficielle d’une paroi Rse et Rsi :

La résistance superficielle d’une paroi caractérise la part des échanges


thermiques qui se réalise à la surface des parois par convection et rayonnement.
Elle dépend du sens du flux de chaleur et de l’orientation de la paroi.
 Rsi pour les échanges sur la surface de paroi interne.
 Rse pour les échanges sur la surface de paroi externe. Elle s’exprime en
c m².K/W.

Parois opaques Rsi Rse ∑ Rs Parois vitrées Rsi Rse ∑ Rs

Paroi verticale 0,13 0,04 0,17 Paroi verticale (flux horizontal) 0,13 0,04 0,17

Paroi horizontale (flux ascendant) 0,10 0,04 0,14 Paroi horizontale (flux ascendant) 0,10 0,04 0,14

Paroi horizontale (flux descendant) 0,17 0,04 0,21

Tableau 2 : Valeurs de résistances superficielles des parois opaques en m².K/W selon les règles Th-U - Fascicule 4 : Parois
opaques et Fascicule 3 : Parois vitrées usuels

II.3.1.5 La résistance thermique d’une paroi homogène Rparoi :

La résistance thermique totale d’une paroi homogène caractérise la somme des transferts de chaleur
réalisés par conduction au sein des matériaux et des échanges thermiques superficiels réalisés par
convection et rayonnement. Elle se calcule en additionnant les résistances thermiques des différents
constituants de la paroi et les résistances superficielles correspondantes et s’exprime en m².K/W.
Rparoi = ∑R + Rsi + Rse

21
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020
*Remarque: Il est à noter que seules les résistances thermiques s’ajoutent, les conductivités
thermiques ne s’ajoutent pas.
Plus la résistance thermique de la paroi est élevée plus la paroi est isolante.
II.3.1.6 La déperdition d’une paroi en partie courante Uc :

Le coefficient de transmission thermique d’une paroi est noté “Uc” (ou


anciennement “K”) caractérise la quantité de chaleur traversant une paroi
homogène, par unité de temps, par unité de surface et par unité de différence de
température entre les ambiances situées de part et d’autre de ladite paroi. Il
s’exprime enW/(m².K).
𝟏
𝐔𝐜 =
∑ 𝐑 + 𝐑 𝒔𝒊 + 𝐑 𝒔𝒆
Avec :
R : Les résistances thermiques des éléments de la paroi homogène en m².K/W.
Rsi et Rse : Les résistances thermiques superficielles de la paroi en m².K/W.

Plus le coefficient Uc est faible moins il y a de déperdition ; plus la paroi est performante thermiquement.
*Remarque: On appelle une paroi homogène toute paroi dont les interfaces sont continues (sans
lame d’air ventilée) et ne sont traversées par aucun accessoire, appui ou ossature métallique.
Il s’agit de caractériser une paroi continue et homogène (sans pont thermique intégré).

II.3.1.7 La déperdition thermique dans une paroi Up :

Le coefficient de transmission thermique d’une paroi est noté “Up”


caractérise la quantité de chaleur traversant une paroi incluant des ponts
thermiques, par unité de temps, par unité de surface et par unité de
différence de température entre les ambiances situées de part et d’autre de
ladite paroi. Il s’exprime enW/(m².K).

Il se calcule en additionnant le coefficient de transmission thermique


de la paroi homogène Uc et les fuites thermiques dues aux ponts
thermiques intégrés (ponctuels χ ou linéiques ψ) rapportés à l’aire de la
paroi.

𝟏 ∑ 𝒑𝒐𝒏𝒕𝒔 𝒕𝒉𝒆𝒓𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆𝒔 𝒑𝒐𝒏𝒄𝒕𝒖𝒆𝒍𝒔 + ∑𝐩𝐨𝐧𝐭𝐬 𝐭𝐡𝐞𝐫𝐦𝐢𝐪𝐮𝐞𝐬 𝐥𝐢𝐧é𝐢𝐪𝐮𝐞𝐬


𝐔𝐩 = +
∑ 𝐑 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 + ∑𝐑 𝒔 𝑨𝒊𝒓𝒆 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊
∑𝐢 ψi Li + ∑𝐣 χj
Soit 𝐔𝐩 = 𝐔𝐜 +
𝐀
Avec :
ψi : Coefficient linéique du pont thermique structurel i, en W/(m.K).
Li : Longueur du pont thermique intégré i, en m.
χj : Coefficient ponctuel du pont thermique intégré j, en W/K .
A : Surface totale de la paroi, en m².

Plus le coefficient Up est faible, moins il y a de déperdition ; plus la paroi est performante thermiquement.

22
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020

II.3.1.8 Ponts thermiques intégrés et ponts thermiques des liaisons :

Les ponts thermiques intégrés rassemblent les ponts thermiques crées dans la paroi par des
éléments tels que les ossatures métalliques, appuis et autres accessoires.
Ils ne doivent pas être confondus avec les ponts thermiques des liaisons qui caractérisent eux les
interfaces de parois.
Les ponts thermiques peuvent être :
– ponctuels (noté Khi χ) (exemple : appui métallique dans un doublage sur ossature) ;
– linéique (noté Psi ψ) (exemple : fourrure métallique dans un doublage sur ossature).
Ils s’expriment en W/ (m.K).

II.3.1.9 Résumé des principales valeurs qui permettent de caractériser les performances
thermiques d’une paroi opaque :

23
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020
II.3.2 Les vitrages et menuiseries :
II.3.2.1 L’émissivité des vitrages ε (epsilon) :
L’émissivité ε (epsilon) caractérise la capacité des surfaces d’un verre à absorber puis à réémettre
de la chaleur par rayonnement. L’émissivité varie entre 0 et 1 et s’exprime sans unité.

L’émissivité d’un verre clair ordinaire


(sans couche à faible émissivité) est de 0,89,
l’émissivité d’un verre à couche faiblement
émissive est de 0,03.
L’émissivité est mesurée en laboratoire,
les fabricants de vitrage peuvent indiquer sa
valeur dans leurs documentations.

Figure 45 : Illustration de la différence de transfert par rayonnement entre 2 doubles vitrages d’émissivités différentes : un double vitrage
ordinaire et un double vitrage avec une couche à faible émissivité.
Plus l’émissivité du verre est basse, plus les pertes d’énergie/transfert de chaleur par rayonnement sont réduites, plus la
performance thermique du vitrage isolant est élevée et moins il existe une sensation de paroi froide au abord des vitrages.

II.3.2.2 Le facteur solaire g (ou FS) :


Le facteur solaire g est le rapport entre le flux solaire reçu par le vitrage et la somme des énergies
solaires transmises (par transmission directe et absorption/réémission).
Pour un vitrage de fenêtre, il représente le pourcentage total de l’énergie solaire entrant par la
fenêtre dans le bâtiment. Le facteur solaire varie entre 0 et 1 et s’exprime sans unité.
Le facteur solaire d’un double vitrage standard à isolation thermique renforcée (ITR) est de
l’ordre de 0,63 : cela signifie que 63% de l’énergie solaire entre dans la pièce.

Les vitrages isolants qui ont un facteur


solaire bas, 0,40 et plus bas, sont appelés vitrage
de « contrôle solaire » : ils limitent les entrées de
la chaleur du rayonnement solaire.

Plus le facteur solaire tend vers zéro,


plus l’énergie solaire entrante sera
faible.

Figure 46 : Illustration de la différence du facteur solaire entre 2 doubles vitrages de facteur solaire différentes : un double vitrage
ordinaire et un double vitrage avec une couche de contrôle solaire.

II.3.2.3 Taux global des baies vitrées TGBV :


Le TGBV est le ratio de la surface totale des fenêtres (incluant cadres) au total brut des surfaces
de murs extérieures.
II.3.2.4 La transmission lumineuse TI :

La transmission lumineuse TI caractérise la fraction de la lumière incidente qui est


transmise par le verre. Elle s’exprime en pourcentage.
La transmission lumineuse ne caractérise pas le rayonnement de chaleur transmis par le
vitrage mais uniquement la transmission du rayonnement solaire visible (lalumière).

24
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020

Plus la transmission lumineuse Tl est élevée plus le vitrage laisse passer la lumière.
II.3.2.5 Le coefficient de transmission thermique des vitrages Ug :

Le coefficient de transmission thermique Ug caractérise la quantité de chaleur s’échappant d’un


vitrage (g pour glass/vitrage) de 1m² pour un différentiel de 1 degré. Il s’exprime en W/(m2.K)
Le coefficient de transmission
thermique Ug d’un vitrage isolant se
calcule en fonction des résistances
thermiques :
– Des différentes couches constituant le
vitrage (dont les verres à couche de faible
émissivité),
– De la lame d’air ou de gaz (argon…),
– Des résistances superficielles.

Avec :
dj : Epaisseur du verre ou de la couche du matériau j (à l’exception de l’air ou du gaz), en m.
λj : Conductivité thermique du verre ou de la couche de matériau j, en W/(m.K).
Rs,k : Résistance thermique de la lame d’air ou du gaz, en m².K/W.
Rsi et Rse : Résistances thermiques superficielles en m .K/W.

Plus le coefficient Ug est faible moins il y a de déperdition ; plus le vitrage est performant thermiquement.
II.3.2.6 Le coefficient surfacique moyen de la menuiserie Uf :
Le coefficient de transmission thermique moyen de la menuiserie Uf caractérise la déperdition
énergétique d’un cadre de menuiserie (f pour frame/ cadre).Il s’exprime en W/(m².K).
Ce coefficient est utilisé pour le calcul de la performance des fenêtres.

II.3.2.7 Le coefficient de transmission thermique des fenêtres Uw :


Le coefficient de transmission thermique d’une fenêtre UW caractérise la
déperdition énergétique d’une fenêtre en prenant compte le vitrage (Ug) le
cadre (Uf) et les ponts thermiques intégrés de la liaison vitrage/cadre ψg (w
pour window/fenêtre). il s’exprime en W/(m².K).

Avec :
Ug : Coefficient de transmission thermique au centre du vitrage (g pour glass)
en W/(m².K) .
Uf : Coefficient de transmission thermique moyen du cadre de la fenêtre (f
pour frame) en W/(m².K).
ψg : Coefficient de transmission thermique linéique de liaison vitrage/cadre
de la fenêtre qui combine les déperditions de l’intercalaire à la périphérie du
vitrage l’isolant et du profilé.

Plus le coefficient Uw est faible moins il y a de déperdition ; plus la fenêtre est performante thermiquement.
25
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020
II.3.2.8 Le coefficient des fenêtres équipées d’une fermeture extérieure Uwf :
Le coefficient de transmission thermique Uwf caractérise la déperdition énergétique d’une fenêtre
équipée d’une fermeture extérieure
mobile. Il s’exprime en W/(m².K).
Uwf se calcule à partir du
coefficient de transmission thermique
de la fenêtre Uw et de la valeur de
résistance thermique additionnelle ΔR
apportée par la fermeture.
1
𝑈𝑊𝑓 = ( 1 )
+ΔR
𝑈𝑤
Le coefficient de transmission
thermique d’une fenêtre Uwf peut être
calculé au moyen de logiciels adaptés
comme la toute nouvelle version du
logiciel de calcul Caluwin que
SWiSSPACER met gracieusement à la
disposition de ses partenaires. Les fabricants peuvent indiquer sa valeur sur des produits type blocs-
baies.

Plus le coefficient Uwf est faible, plus l’ensemble fenêtre et fermeture est performant.
 La résistance thermique additionnelle des fermetures ΔR :
La résistance thermique additionnelle d’une fermeture caractérise l’opposition au transfert de
chaleur apportée par l’ensemble fermeture - lame d’air ventilée. Elle s’exprime en m².K/W.
Les valeurs de résistances thermiques additionnelles sont données par le fabricant de la fermeture,
à défaut on utilise les valeurs suivantes données par les règles th.

Tableau 3 : Valeurs de résistance thermique additionnelle des fermetures par défaut issues des règles Th-U –Fasicule 3
: Parois vitrées.

II.3.2.9 Le coefficient de transmission thermique moyen jour-nuit d’une fenêtre avec


fermeture Ujn :
Le coefficient de transmission thermique moyen Ujn caractérise la déperdition énergétique d’une
fenêtre combinée à une fermeture au cours d’une journée (jour/nuit). Il s’exprime en W/(m².K)
𝑼𝑾 +𝑼𝑾𝒇
Ujn= 𝟐
Le coefficient de transmission thermique d’une fenêtre Ujn est calculé au moyen des valeurs
transmises par le fabricant ou évalué avec des valeurs par défaut issues des règles th.
Plus le coefficient Ujn est faible, plus l’ensemble fenêtre et fermeture est performant thermiquement.
26
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020
II.3.2.10 Résumé des principaux coefficients qui permettent de caractériser les
performances thermiques d’une paroi vitrée et de sa fermeture :

II.4 Réalisation du diagnostic et l’expertise thermique :


II.4.1 Diagnostic de performance énergétique :

Le DPE est basé sur une méthode agrée par les pouvoirs publics et classe votre logement en
fonction d’hypothèses de comportements « standards » afin de rendre comparables les logements entre
eux. Le DPE est obligatoire lors de la vente ou de la location de votre bien depuis Novembre 2006.

Le DPE renseigne sur la performance énergétique d'un


bâtiment ou logement : il évalue la consommation
d’énergie pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire,
la climatisation et la quantité de gaz à effet de serre
émise (classes de performance A à G). L’acquéreur
dispose également d’une estimation chiffrée en
euros des frais d’énergie par an.
Aujourd'hui, tout bien immobilier mis en vente
ou à la location doit disposer d’un diagnostic de
performance énergétique (DPE). Il doit être
effectué par un professionnel indépendant dont les
compétences ont été certifiées.

La lecture du DPE est facilitée par les deux étiquettes suivantes qui comportent chacune 7 classes
allant de A pour la meilleure performance à G pour la plus mauvaise.

 L'étiquette Energie pour connaître la consommation d’énergie (comme pour


l’électroménager et désormais les voitures neuves). Les performances énergétiques vont de A pour les
logements économes (niveau du label BBC « Bases Bâtiment Consommation » ) à G pour les
logements les plus gourmands en énergie. Cet indicateur est exprimé en énergie
primaire (unité kWhep /m²/an).

27
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020
 L'étiquette Climat pour connaître les émissions de gaz à effet de serre (GES) exprimées
en kgeqCO2/m2/an (kilogrammes équivalents CO2). Les performances vont de A à G selon que le
logement rejette une quantité faible ou importante de gaz à effet de serre.

Figure 47 : Aperçu du diagnostic de performance énergétique usuelle.

Figure 48 : L'étiquette Climat pour connaître les émissions de gaz à Figure 49 : L'étiquette Energie pour connaître la consommation
effet de serre (GES) d’énergie
28
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020
II.4.2 L’expertise thermique :
 Raisons pour lesquelles il faut solliciter une expertise thermique :

Offrir des solutions énergétiques optimales, en fonction de la typologie d’un logement collectif ou
d’une maison individuelle. Pour réaliser une étude thermique, il est indispensable d’avoir recours à
une expertise réalisé par un professionnel du bâtiment.

 Par quoi?
Par le diagnostic thermique avec thermographie infrarouge qui est une nouvelle
technique qui permet de montrer la chaleur rayonnée par tout être vivant et tout objet.
L’image thermique obtenue par reconnaissance infrarouge permet de visualiser
instantanément la chaleur dégagée par un objet préalablement défini.

La thermographie est devenue une aide indispensable à


l’expert : unique, performante et rapide, elle détecte les fuites ou
les irrégularités d’isolation d’un bien, et peut ainsi devancer les
améliorations à apporter en fonction des priorités.

 La découverte d’anomalie de l’isolation des façades.


 La mise en évidence de ponts thermiques.
 La mise en évidence de déperdition de chaleur au niveau du sol.
 L’examen d’anomalie de chauffage ou de climatisation.

II.4.3 Quelques exigences du règlement thermique de construction au Maroc (RTCM) :


 Approche performancielle :

Les spécifications techniques minimales des performances thermiques des bâtiments sont fixées
par le RTCM conformément à l’approche performancielle suivante :

Tableau 4 : Performances thermiques des bâtiments résidentiels par zone climatique en kWh/m²/an
 Approche perspective :

NE: pas
d’exigence.

Tableau 5 : Coefficient de transmission thermique U et résistance thermique R en résidentiel

29
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020
II.4.4 Cas pratique d’isolation thermique :
 Par où commencer pour isoler un bâtiment ?
1- Changer ses équipements pour faire des économies d’énergie :

Des bâtiments bien isolés permettent aux équipements de chauffage et de ventilation de


fonctionner avec une meilleure efficience, réduisant de fait les consommations en énergie et les rejets
de CO2 dans l'atmosphère.

2- Les priorités de l’isolation thermique :

Si en construction neuve, c’est l'ensemble des parois de la maison qui doit être isolé, en
rénovation, il n’est pas toujours possible de revoir totalement la qualité de l’enveloppe du bâti. Les
travaux d’isolation se font alors par zones (les toits, les murs, les ponts thermiques…) et peuvent
s’échelonner sur plusieurs années.

II.5 Facteurs influençant le confort thermique :


Le confort thermique est une sensation liée à la chaleur qui est propre à
chacun. En hiver, un bon confort thermique doit garantir une sensation suffisante de
chaleur. En été, il doit limiter cette chaleur pour éviter les surchauffes.
Il existe des différents critères qui influencent ce confort thermique (qui
permet d’obtenir un «bon» confort thermique).

 La température ambiante (ou de consigne) :


C’est le premier critère qui vient à l’esprit, qui même s’il est déterminant, n’est pas le seul.
Pour obtenir un confort thermique satisfaisant, il faut paramétrer une température de consigne
suffisante. On a l’habitude de dire que la température ambiante de confort se situe entre 19°C et 20°C.
Attention à ne pas surchauffer car passer de 20°C à 21°C entraîne une surconsommation d’énergie
d’environ 7%. La nuit et en période d’inoccupation, cette température pourra être abaissée de 2 à 3°C
grâce à la régulation du chauffage.
 La température des parois :

La température des parois a une grande influence sur la température


ressentie. Pour calculer simplement la température ressentie, il faut faire la
moyenne entre la température des parois et la température ambiante. Par
exemple, pour une température d’ambiance de 20°C :

 Cas n°1 : Température de paroi de 16°C : la température ressentie sera de


18°C.
 Cas n°2 : Température de paroi de 19°C : la température ressentie sera de
19,5°C.

*Remarque: Pour une même température de consigne, le confort thermique sera insuffisant dans le
cas 1 et satisfaisant dans le cas 2. Pour augmenter la température des parois, il convient d’isoler
correctement son logement en limitant le plus possible les ponts thermiques. Il faut également mettre
en place des vitrages performants dont la pose aura été soignée.

 Le mode chauffage :
 La production de la chaleur :
Dans le cas d’un chauffage par convection, l’air en mouvement est utilisé pour transférer la chaleur du
système de chauffage vers les occupants. De fait, l’air chaud remonte et l’air froid reste au niveau du

30
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020
sol. En conséquence, il se crée une stratification de l’air (plus chaud en haut qu’en
bas) qui provoque un inconfort thermique (froid aux pieds). De plus, le chauffage par
convection tend à assécher l’air, ce qui peut être désagréable. On trouve parfois un
humidificateur d’air accolé au convecteur pour limiter ce ressenti (réserve d’eau
liquide). Aussi, les convecteurs peuvent accentuer la sensation de courant d’air qui
provoque de l’inconfort et oblige à chauffer plus.

Enfin, ces éléments de chauffage sont très chauds (autour de 90°C sur le corps de chauffe), ce
qui peut poser des problèmes de sécurité chez les enfants.
Les « convecteurs » (ou « grilles pains ») ou autres « soufflants » sont donc à éviter notamment quand
les volumes à chauffer sont importantes.

Dans le cas d’un chauffage par rayonnement, ce sont des ondes infrarouges qui sont
utilisées pour transférer la chaleur du système de chauffage vers les occupants. Il y a
peu de stratification de l’air et le confort thermique est meilleur. Parmi les
chauffages par rayonnement, on peut citer : le plancher chauffant, les poêles de
masse (à restitution lente de la chaleur), les radiateurs électriques à inertie et les
radiateurs à eau.

Il existe des modes de chauffage qui utilisent à la fois la convection et le rayonnement, ils apportent un
confort thermique satisfaisant. On peut citer : les panneaux rayonnants et les poêles à granulés.

 Les variations de températures :


Le confort thermique est meilleur lorsque l'amplitude des températures est faible. On
peut considérer qu’une amplitude de 1°C est acceptable. Par exemple, vous réglez la
température de consigne à 20°C. Le chauffage va produire de la chaleur jusqu’à
atteindre 20.5°C, puis ne se remettra en route qu’à 19.5°C. Pour lisser au mieux les
températures, il faut mettre en place une régulation efficace. Dans les faits, tous les
modes de chauffage ne sont pas capables d’une régulation si fine. Pour les poêles à
granulés notamment, on accepte une amplitude de 2°C. En été, des protections
solaires couplées à une forte inertie thermique évitent les surchauffes.

 La distribution de la chaleur :
Une bonne homogénéité de la température entre les pièces améliore le confort
thermique. Cette harmonie est plus facile à atteindre lorsqu’il y a plusieurs
émetteurs de chaleur (des radiateurs dans chaque pièce). Dans le cas d’un unique
point chaud, comme un poêle à granulés, les températures sont moins
homogènes. De ce fait, il faut limiter la surface chauffée par ces systèmes. A
titre d’exemple, la Réglementation Thermique 2012 limite l’usage d’un poêle à
granulés à une surface de 100m² afin d’obtenir une régulation correcte des
températures.

 L’humidité relative de l’air (hygrométrie) :


Un taux d’humidité situé entre 40% et 60% permet un bon confort thermique. Avec
un taux d’humidité élevé, on aura tendance a augmenté la température de consigne
(surconsommation d’énergie). A l’inverse, on aura tendance à diminuer la
température de consigne dans un environnement plus sec (maisons RT 2012
notamment) mais il n’est pas recommandé de descendre en dessous de 40%. Pour
réguler au mieux l’humidité, il est nécessaire de mettre en place une ventilation
mécanique contrôlée.

31
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020
 Les mouvements d’air :
Les mouvements d’air accentuent les échanges de chaleur par convection.
Par exemple, quand la météo affiche une température réelle de 0°C, la
température ressentie peut être de -7°C sous l’effet du vent. L’homme perçoit les
mouvements d’air à partir d’une vitesse de 0.2m/s (0,7 km/h). Pour éviter ces flux
d’air, on peut mettre en place une ventilation mécanique qui assure une vitesse de
l’air assez faible. Cette vitesse est plus difficile à gérer dans le cas d’une
ventilation naturelle. Le choix du chauffage est également important (les
convecteurs renforcent les mouvements d’air), de même qu’une bonne étanchéité
à l’air du bâtiment, en particulier au niveau des ouvrants.
 L’occupant :
En fonction de sa sensibilité, de son activité et de sa tenue, l’occupant va
également avoir une influence sur le confort thermique. Plus l’occupant a une activité
physique soutenue et plus il est habillé chaudement, plus la température de consigne
pourra être faible. Portez des pulls en hiver est donc un bon moyen de faire des économies
d’énergie ! La sensibilité de chacun est également à prendre en compte. L’âge est une
variable importante de ce ressenti (jeunes enfants et seniors notamment).

II.6 Solutions adaptées pour l’amélioration des performances énergétiques :

II.6.1 Les isolants thermiques :

Un isolant thermique est un matériau ayant une faible conductivité thermique, c'est-à-dire un
matériau capable d'opposer au flux thermique qui le traverse, une grande résistance thermique.

Il existe d’innombrables matériaux isolants, de toutes natures et de toutes performances, tous ne


répondent pas aux mêmes critères et certifications. C’est pourquoi, la certification nous indique un
gage de qualité et de sérieux. L’action d’isoler est vaste : isoler de quoi ? Du froid ? De la chaleur ?
Du bruit ? De l’humidité ? Du feu ? De tous à la fois ? Toutes ces questions doivent être posées en
amont des travaux.

On peut isoler plusieurs éléments dans un bâtiment comme :


►Toiture (par l’extérieur, technique dite du sarking).

► Combles et rampants.
► Planchers (en surface ou sous-face).
► Murs (parois opaques donnant sur l’extérieur), isolation par l’intérieur ou par l’extérieur ITE.
►La ventilation
►Les fermetures comme la Porte d’entrée, les fenêtres et parois vitrées et les fenêtres de toit

Le choix d’isolant dans un bâtiment doit être envisagé selon 3 critères :
 Sa performance : Comme sa résistance thermique ou son coefficient de transfert thermique la
plus performante …
 Sa performance écologique.
 Sa tenue dans le temps : Les produits d’isolation certifiés sont testés pour une durée de vie
équivalente à la durée de vie de l’ouvrage associé.

32
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020

 Exemple d’isolants thermique :

• Isolants en laine minérale : Ils sont les plus utilisés de tous les
isolants. Que ce soit en laine de verre, en laine de roche ou en verre
cellulaire, ils sont très efficaces pour l'isolation thermique et acoustique à
moindre prix.
• Isolants en laines végétales : Paille, laine de chanvre, ouate de
cellulose, laine de bois…sont des isolants végétaux. Sachez toutefois que
des matières synthétiques sont ajoutées aux matières premières d’origine
végétale pour fabriquer ces isolants.
• Isolants en laines animales : Les laines d’origine animale comme
la laine de mouton ou la laine de plumes de canard peuvent être des
produits isolants. Pour autant, ils doivent impérativement justifier de leurs
caractéristiques techniques et de leurs performances. Sachez également
que pour fabriquer ces isolants, il faut ajouter des additifs et traitements
complémentaires.
• Isolant sous vide : Appartenant à la toute nouvelle génération
d’isolants, l’isolant sous vide a déjà conquis les professionnels du bâtiment
grâce à ses exceptionnelles performances thermiques et à sa faible
épaisseur. Dédié à l’isolation par l’intérieur, il permet notamment de
gagner de précieux centimètres et d'optimiser l'espace de vos travaux
d'isolation.

• L'isolant mince : Plusieurs dénominations désignent les produits


minces réfléchissants : PMR, IMR, isolants minces multicouches, films
minces, isolants thermo-réflectifs, isolants minces par thermo-réflexion,
barrières radiantes…Un seul dispose de la certification ACERMI et le
CSTB les classe comme «compléments d’isolation».
• Isolants polystyrènes PSE, XPS et PUR :
Les produits d'isolation en plastiques alvéolaires sont d’origine organique.
Ils regroupent plusieurs familles de produits isolants à cellules fermées :
1/ Polystyrène expansé PSE, 2/ Polystyrène extrudé XPS, 3/
Polyuréthane PUR, 4/ Polyisocyanurate PIR, 5/ Phénoliques.Comme tous
les isolants, ces familles sont conformes au marquage CE et à leur norme
européenne .

II.6.2 Solutions pour les bâtiments déjà existants :


En complément de la réglementation thermique qui s’applique à la construction des bâtiments
neufs, une réglementation thermique dédiée à la rénovation de bâtiments existants s’applique depuis le
1er novembre 2007.

Généralement, le coût des travaux de rénovation thermique est inférieur à 25% de la valeur du
bâtiment dans le cas où la surface hors œuvre nette « SHON » est inférieure à 1000 m².

Dans la suite, un récapitulatif de conseils, de plusieurs sociétés françaises, de propriétés des


matériaux de différentes éléments utilisés de la réglementation appelée communément RT «éléments
par éléments »qui est applicable à la rénovation de bâtiments dont la surface hors œuvre nette
« SHON » est inférieur à 1000 m².

33
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020

34
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020

35
CHAPITRE II : CONFORT ET ISOLATION THERMIQUE
2019/2020

II.6.3 Traitements des ponts thermiques des liaisons :

1- Localiser les ponts soit visuellement (les zones d’apparition de moisissures et de champignons) ou
par thermographie infrarouge.
2- Prendre compte des exigences des règlements thermiques français et Marocain, pour effectuer le
bilan d’isolation.
3- Choisir le matériau convenable et la manière de son pose (extérieure/intérieure)…
3- Faire contrôler le lieu traité par les appareils et méthodes convenables…

 Pour éliminer les ponts thermiques des liaisons :

La solution la plus efficace consiste à établir l’isolation de votre logement par l’extérieur. Plus
couteuse, cette technique supprime automatiquement tous les ponts thermiques, réduisant vos factures
énergétiques pour un retour sur investissement intéressant à moyen terme.
Si votre budget ne permet pas d’opter pour cette solution, il faut s’intéresser au choix des
matériaux à faire. Privilégiez ainsi le béton et le verre cellulaire ou bien l’argile expansée pour
supprimer les ponts thermiques aux angles formés par les murs et les planchers.

36
Après avoir développé notre sujet, nous avons pu constater que le confort acoustique a une
énorme influence sur le confort thermique. Cependant, on ne peut plus aujourd'hui se contenter de
séparer les deux approches. Les impératifs des standards de construction à basse consommation
d'énergie, liés au Grenelle de l'Environnement, imposent de considérer enfin les deux aspects
conjointement.

Les maîtres d'ouvrage et les architectes devront désormais prendre en compte dès le stade
de la conception le domaine acoustique et le domaine thermique, en recherchant les solutions
communes aux deux. C'est un bouleversement des habitudes de pensée, qui conduira, on peut
l'espérer, à de fructueuses collaborations entre les spécialistes.

Il est bien de noter qu’il existe des logiciels pour modéliser l’isolation thermique des
bâtiments comme le logiciel « BINAYATE » qui est conçu par l’association de développement des
énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique « ADEREE » et développé par CYPE (entreprise
développant des logiciels des risques pour les professionnelles de l’architecture et l’ingénierie de la
construction) ainsi que CYPECAD MEP pour le calcul et conception acoustique pour tout type de
bâtiment.

37
 Introduction à l’isolation Acoustique du bâtiment. Les essentiels de l’habitat.
Laboratoire St Gobain.Paris.Editions 2012.32 pages.

 F.Kuznik,G.Krauss, R.Yezou.Cours d’acoustique du bâtiment de 4ème année.


Département de génie civil et d’Urbanisme.INSA lyon. 2009.102 pages.

 Memento technique du Bâtiment. Le confort acoustique. Editions


CERTU.Juillet 2002.Paris.22pages

 HAMAYON, L.: Guide acoustique pour la conception des bâtiments


d'habitation, Le Moniteur, Paris, 1982.180 pages

 G.Bérubé. Lien entre l’isolation acoustique et l’isolation thermique Editions


Casteilla.2003.Paris.96 pages.

 https://www.habitatpresto.com/construction-renovation/isolation/397-isolation-vide-sanitaire

 https://www.civilis-expertises.fr/expertise-isolation-thermique/

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Isolation_thermique_du_b%C3%A2timent

 https://conseils-thermiques.org/contenu/confort-thermique.php

 https://www.e-rt2012.fr/explications/

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Thermique_du_b%C3%A2timent#Isolation_thermique_du_b%C
3%A2timent

 https://www.eyrolles.com/BTP/Livre/regles-th-u-reglementation-thermique-regles-de-calcul-
0000000494243/#:~:text=Les%20r%C3%A8gles%20Th%2DU%20ont,superficielles%20renc
ontr%C3%A9es%20dans%20le%20b%C3%A2timent.

 https://www.l-expertise.com/diagnostics-immobiliers/diagnostic-thermographie/

 https://www.castorama.fr/idees-et-conseils/comprendre-l-isolation-
thermique/CF_CPRD_npcart_100308.art

 https://www.les-energies-renouvelables.eu/conseils/reglementation-thermique-2012/lobjectif-
de-la-reglementation-thermique-2020/

 https://www.toutsurlisolation.com/

38

Vous aimerez peut-être aussi