Vous êtes sur la page 1sur 24

Ministre de l’enseignement supérieur et de recherche Scientifique

Université africaine Ahmed draya Adrar

Faculté des sciences et la technologie

Département des sciences et technologie

Semestre 02

Niveau 1er année master matériaux en génie civil

Module : TP Mécanique des matériaux

Exposé Thème :

Effets de quelques paramètres influant sur les propriétés


mécaniques des matériaux

Préparé par : encadré par :


Abir benyahia M. Mustapha AKACEM

Année universitaire : 2020/2021


Résumé :
Sous l'effet d'une contrainte, certains matériaux se déforment (ex.: caoutchouc) alors que
d'autres résistent (ex.: verre) ou encore se brisent (ex.: porcelaine). Le fait que les matériaux
ne réagissent pas tous de la même façon sous l'effet des contraintes est fonction de leurs
propriétés mécaniques. La connaissance des propriétés mécaniques des matériaux est
essentielle à la conception et à la fabrication d'objets techniques. Il est en effet important de
sélectionner les matériaux adéquats afin que la pièce créée puisse résister aux contraintes
qu'elle subit.

L’exposé suivant présente les principales propriétés mécaniques dans le 1er chapitre.

Et la 2eme pour présenté les effets de quelques paramètres influant sur les propriétés
mécaniques des matériaux.

Mots clés
1. propriétés mécaniques.
2. l'effet d'une contrainte.
3. E/C.
4. propriétés d'un matériau.
5. déformation élastique.
TABLE DES MATIERES

RESUME I
TABLE DES MATIERES II
LISTE DES FIGURES III
INTRODUCTION GENERALE IV
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE
CHAPITRE I : GENERALITES DANS LES PROPRIES DE MATERIAUX
I. Introduction 6
I. 1- Quelques définitions 6
I. 1 - A. La science des matériaux 6
I. 1- B. Propriétés d’un matériau 6
I. 2- Liste de propriétés d'un matériau 7
I.3- Quelques Propriétés mécaniques 13
CHAPITRE II : EFFETS DE QUELQUES PARAMERES INFLANT SUR LES
PROPRIETES MECANIQUES DES MATERIAX
II - Introduction 16

II .1- Les forces affectant les propriétés mécaniques 16

II .2 - Effets de quelques paramètres influant sur les propriétés mécaniques des matériaux 16

II .2 .1- Intensité de la chaleur 16

II .2 .2 - Vitesse de l'essai 18

II .2 .3 - Augmentation de la limite de soumission corrective pendant le chargement répété 18

II .2 .4 - Effet du temps sur la déformation - effet élastique persistant - fluage - mou 19

II .2 .5 - Effet du dosage, classe du ciment et l’échelle des éprouvettes 20

II .2 .6 - Effet du rapport E/C 21

II .2 .7 - Effet d'échelle 22


CONCLUSION GENERALE 23
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 24
ANNEXES /
INTRODUCTION GENERALE

L'étude des propriétés mécaniques des matériaux est un processus complexe en raison de la
grande sensibilité du comportement mécanique vis-à-vis d'un groupe de facteurs externes et
internes, les facteurs externes sont la température, le temps, la pression lors des essais et
l'exposition au rayonnement, tandis que les facteurs internes sont représentés par la
structure cristalline, le degré de polymérisation, la présence de colorants et le degré de
réticulation.

Il existe une grande dépendance des propriétés mécaniques des matériaux à la température
et à la durée d'endurance des matériaux d'ingénierie qui sont moins affectés par ces deux
facteurs. Il reste à l'état déformé et ne parvient pas à rendre ses spécifications initiales. En
même temps, les polymères sont caractérisés par la flexibilité (élastique), c'est-à-dire que
lorsqu'une contrainte leur est imposée, ils stockent le travail qui leur est consacré sous
forme d'énergie stockée, de sorte qu'ils récupèrent les dimensions initiales du matériau
lorsque la contrainte disparaît. Par conséquent, la présence de forces, qui sont des liaisons
covalentes fortes au sein des molécules, et des liaisons secondaires faibles entre les
molécules, qui affectent les propriétés mécaniques.

Quels sont donc les facteurs qui affectent certaines de ces propriétés mécaniques des
matériaux ?

Au cours de cette étude, cela sera abordé avec la connaissance de ces propriétés mécaniques
influentes.
CHAPITRE I

GENERALITES DANS LES PROPRIES DE MATERIAUX


I. Introduction
Sous l'effet d'une contrainte, certains matériaux se déforment (ex.: caoutchouc) alors que
d'autres résistent (ex.: verre) ou encore se brisent (ex.: porcelaine). Le fait que les matériaux
ne réagissent pas tous de la même façon sous l'effet des contraintes est fonction de leurs
propriétés mécaniques. La connaissance des propriétés mécaniques des matériaux est
essentielle à la conception et à la fabrication d'objets techniques. Il est en effet important de
sélectionner les matériaux adéquats afin que la pièce créée puisse résister aux contraintes
qu'elle subit.

1. Quelques définitions :
A. La science des matériaux  :
Est l’étude des relations qui existent entre leur structure et leurs propriétés générales La
structure d’un matériau correspond à la façon dont s’agencent ses éléments constitutifs
Plusieurs échelles :
•Échelle subatomique : noyau et électrons.
•Échelle atomique : disposition des atomes ou molécules les uns par rapport aux autres.
•Échelle microscopique : groupes d’atomes.
•Échelle macroscopique : éléments de structure visibles à l’œil nu.
B. Propriétés d’un matériau :
est une grandeur intensive, généralement exprimée dans une unité de mesure qui peut être
utilisée comme métrique de la valeur pour comparer les avantages d'un matériau plutôt
qu'un autre dans un choix de matériaux.
Une propriété du matériau peut être une constante ou une fonction de plusieurs variables
d'état, telles que la température et la pression.
Tous les matériaux interagissent avec des agents extérieurs lorsqu'ils sont utilisés.
Par exemple :
•Un matériau sur lequel s’exerce une force subit une déformation.
•Une surface métallique polie réfléchit la lumière.
2. Liste de propriétés d'un matériau :
Les catégories et la liste de propriétés est :

1) Propriétés acoustiques :
 Vitesse du son .
 Résistance acoustique.
2) Propriétés atomiques :
 Énergie d'ionisation
 Masse atomique
 Numéro atomique - s'applique aux éléments purs uniquement
 Poids atomique - s'applique aux isotopes individuels ou des mélanges spécifiques
d'isotopes d'un élément donné.
3) Propriétés chimiques :
 Énergie de surface
 Hygroscopie
 Hydraulicité
 Potentiel hydrogène (pH)
 Point d'éclair
 Polarité
 Réactivité
 Résistance à la corrosion.
 Surface spécifique interne : Théorie Brunauer, Emmett et Teller
 Tension superficielle
4) Propriétés électriques :
 Conductivité

a. Conductivité électrique
b. Conductivité thermique
c. Conductivité hydraulique
d. Conductivité électrolytique
e. Conductivité ionique (en)
f. Liste des conductivités thermiques
g. Supraconductivité
 Conductance électrique
 Résistance
 Permittivité
 Rigidité diélectrique
 Résistivité
 Constantes piézoélectriques
 Puissance, Thermoélectricité, Coefficient Seebeck
5) Propriétés de fabrication :
 Coulabilité
 Température et pression d'extrusion
 Dureté
 Taux d'usinabilité (en)
 Vitesse de coupe
6) Propriétés magnétiques :
 Perméabilité magnétique
 Susceptibilité magnétique
 Aimantation
 Champ coercitif
 Point de Curie
 Hystérésis
7) Propriétés mécaniques :
 Allongement à la rupture
 Coefficient de Poisson
 Contrainte de cisaillement
 Contrainte maximum admissible
 Déformation d'un matériau
 Ductilité
 Dureté
 Fatigue
 Facteur d'amortissement
 Limite d'élasticité
 Limite d'endurance
 Module d'élasticité
 Module de flexion (en)
 Module de cisaillement
 Module spécifique
 Module d'Young
 Poids spécifique
 Résistance des matériaux
 Résistance à l'abrasion.
 Résistance à l'attrition.
 Résistance à l'eau des graisses lubrifiantes
 Résistance à l'éclatement
 Résistance à l'écrasement.
 Résistance à l'effet d'entaille.
 Résistance à l'enfoncement.
 Résistance à l'érosion.
 Résistance à l'oxydation.
 Résistance à l'usure.
 Résistance à la charge.
 Résistance à la circulation.
 Résistance à la compression.
 Résistance à la corrosion.
 Résistance à la déchirure.
 Résistance à la fatigue.
 Résistance à la flexion.
 Résistance à la pénétration.
 Résistance à la rupture.
 Résistance à la torsion.
 Résistance à la traction.
 Résistance au battage
 Résistance au cisaillement (en).
 Résistance au cisaillement non draîné
 Résistance au délaminage.
 Résistance au dérapage
 Résistance au feu.
 Résistance au flambage.
 Résistance au fluage.
 Résistance au gel.
 Résistance au glissement.
 Résistance au grippage.
 Résistance au pelage.
 Résistance au poinçonnement.
 Résistance au revenu.
 Résistance au roulement.
 Résistance au vieillissement.
 Résistance aux actions chimiques
 Résistance aux chocs.
 La résistance au choc se caractérise par la résilience ou la fragilité.
 Résistance aux intempéries
 Résistance aux températures élevées
 Résistance de pointe.
 Résistance dynamique de pointe
 Résistance pyroscopique
 Résistance des tubages à la pression extérieure.
 Résistance du ciment.
 Résistance finale d'un ciment
 Résistance initiale d'un ciment
 Rugosité, état de surface
 Ténacité
 Viscosité
8) Propriétés nucléaires :
 Activité massique
 Constante de désintégration
 Période radioactive
 Section efficace
 Section efficace des neutrons (en)
9) Propriétés optiques :
 Absorptivité molaire
 Biréfringence
 Couleur
 Luminosité
 Photosensibilité
 Réflectivité
 Indice de réfraction
 Transmittance
 Brillance (en), Luminance énergétique
10) Propriétés physiques :
 Flottabilité
 Gélivité
 Masse volumique
 Pouvoir absorbant
 Pouvoir calorifique
 Pouvoir calorifique supérieur
 Pouvoir explosif
 Pouvoir éclairant
 Pouvoir émissif
 Pouvoir émulsifiant
 Pouvoir énergétique
 Pouvoir fumigène
 Pouvoir germinatif
 Pouvoir ignifuge
 Pouvoir méthanogène
 Pouvoir oxydant
 Pouvoir oxyphorique
 Pouvoir rayonnant
 Pouvoir réfléchissant
 pouvoir urticant
 Pouvoir séparateur Voir Pouvoir de résolution
 Pouvoir toxique
 Prise d'huile (pour les charges)
 Résistance de rayonnement. Voir aussi Rayonnement
 Résistance du sol.
11) Propriétés thermiques et thermodynamiques :
 Capacité thermique, Capacité thermique massique et Capacité thermique
volumique
 Coefficient de dilatation.
 Conductivité thermique
 Diagramme de phase
 Diffusivité thermique
 Énergie d'activation
 Énergie de vaporisation
 Enthalpie de fusion
 Émissivité
 Inflammabilité
 Limite inférieure d'explosivité 
 Limite supérieure d'explosivité 
 Point critique (thermodynamique) ou température critique
 Point eutectique 
 Point d'auto-inflammation
 Point d'ébullition
 Point d'éclair
 Point de Curie ou température de Curie
 Point de fusion
 Point de rosée
 Point de ramollissement Vicat
 Point triple
 Pression de vapeur et Pression de vapeur saturante
 Pyrophoricité
 Résistance thermique : qualifie l'opposition à un flux de chaleur.
 Résistance thermique de conduction en conduction thermique
 Résistance thermique de convection en convection
 Résistance thermique de rayonnement en rayonnement thermique
 Résistance thermique de surface
 Température d'inversion (en)
 Température de transition vitreuse
 Thermoélectricité ou coefficient Seebeck
12) Propriétés de matériaux destinés à la construction :
 Liants
 Hydraulicité
 Pierre naturelle.
 Éléments pétrographiques
 Masse volumétrique apparente (en kg/m³)

 Porosité (en % en volume)


 Résistance à la pression (en N/mm²)
 Résistance à la flexion (en N/mm²)
 Résistance à l'usure (en mm/1 000 m)
 Gélivité
Bois
 Article connexe : Propriétés mécaniques du bois.
 Article connexe : Bois# Propriétés physiques.
 Article connexe : Bois (matériau de construction).
 Module d'élasticité en flexion
 Résistance à la compression
 Résistance à la traction
 Résistance au choc
 Dureté du bois (Dureté (matériau))
 Clouabilité, sciabilité
 Couleur, texture
 Hygroscopicité
 Rétractibilité
 Flottabilité du bois.
 Isolant thermique
 Capacité thermique (en J/K)
 Conductivité thermique (en W·m−1·K−1)
 Chaleur spécifique ou Capacité thermique massique (en J·kg−1·K−1)
 Masse volumique (en kg/m³)
 Coefficient de transfert thermique
 Effusivité thermique (en J K−1 m−2 s−1/2)
 Comportement en cas d'incendie
 Classe de matériau
 Facteur de diffusion de la vapeur d'eau
 Capacité hygroscopique
 Résistance spécifique aux chocs, aux vibrations.
 Métal
 Densité
 Module d'élasticité
 Capacité thermique spécifique
 Coefficient de dilatation thermique
 Conductivité
 Potentiel normal V
 conductivité électrique
 Élasticité
 Malléabilité
 Dureté
 Ténacité
 Fragilité
 Soudabilité
 Résistance à la corrosion
 Résistance aux températures élevées

3. Quelques Propriétés mécaniques :


Elles concernent la déformation d’un matériau soumis à une force :

Propriété Définition
Exemple
Le diamant est le matériau qui possède
la plus grande dureté.

Dureté Propriété d'un matériau de


résister à la pénétration d'un
autre matériau.

Le cuivre, qui peut être étiré, est utilisé


dans la fabrication de fils électriques.

Propriété d'un matériau de


Ductilité s'étirer sans se rompre.

Le pneu d'une voiture se déforme sous


le poids de celle-ci.

Élasticité Propriété d'un matériau de se


déformer puis de reprendre sa
forme initiale par la suite.

Un verre en porcelaine se brise plutôt


que de se déformer.

Propriété d'un matériau de se


Fragilité briser plutôt que de se
déformer.

Propriété d'un matériau de L'aluminium est un matériau malléable


s'aplatir ou de se courber sans que l'on peut aplatir en feuilles.
se rompre.
Malléabilité

Un casque de moto est conçu pour


résister aux chocs.
Propriété d'un matériau de
Résilience résister aux chocs sans se
rompre.

Essai de compression sur une éprouvette


de béton, une pression croissante est
appliqué verticalement sur l'échantillon
pendant que deux appareils mesurent les
déformations longitudinales et
transversales de l'éprouvette
caractérise la contrainte
Résistance maximale que peut supporter
un matériau avant de se
rompre

Le tablier d'un pont est conçu pour


Propriété d'un matériau de garder sa forme malgré le poids des
garder sa forme, même voitures qui y circulent.
lorsqu'il est soumis à diverses
Rigidité contraintes.
Aussi fonction de l’intensité
des liaisons entre atomes ou
molécules (module d’Young)

Ténacité capacité d’un matériau à emmagasiner de l’énergie avant sa rupture


CHAPITRE II

EFFETS DE QUELQUES PARAMERES INFLANT SUR LES


PROPRIETES MECANIQUES DES MATERIAX

II. Introduction
Facteurs affectant les propriétés mécaniques des matériaux de construction Le processus
commercial a montré que les propriétés mécaniques des matériaux (la dureté du
dénominateur et la limite d'élasticité, la limite d'élasticité ou d'écoulement, et la limite de
ténacité) sont fortement affectées par des facteurs, à savoir :

1- Les forces affectant les propriétés mécaniques :


En général, les propriétés mécaniques décrivent le comportement des matériaux et de leurs
composés sous l'influence de forces effectives. Il existe de nombreuses méthodes par
lesquelles ces propriétés sont examinées, qui peut être classées en trois groupes :

1- Méthodes d'examen des propriétés mécaniques décrivant le comportement d'un


matériau sous l'influence de forces statiques telles que la traction, la flexion, la
compression et le cisaillement.
2- Méthodes d'examen des propriétés mécaniques décrivant le comportement de la
matière sous l'influence de forces en mouvement telles que la force d'impact, la
torsion et la fatigue.
3- Méthodes d'examen des propriétés mécaniques décrivant le comportement de la
matière sous l'influence de forces constantes dans le temps, comme le fluage.

2- Effets de quelques paramètres influant sur les propriétés mécaniques


des matériaux :

II.1 : Intensité de la chaleur :


Dans la plupart des matériaux, une élévation de température entraîne une diminution de la
résistance du communicateur et une augmentation de ses propriétés indicatives
(déformations relatives subsistant après l'interruption, déformation de la section transversale
dans la zone de discontinuité), et une augmentation de la résistance lorsque les températures
sont abaissées.

Et sur la figure n° 1, plusieurs lignes graphiques de l'état de traction des propriétés


mécaniques les plus importantes de l'acier à faible teneur en carbone (C = 0 159) à
différentes températures montrent B.

Le diagramme (Fig. a-1) montre que le pourcentage de diminution de la résistance de


l'élément dû à l'augmentation de la température jusqu'à 400°C atteint 50% de sa valeur à
température ambiante (50°-20°) et avec l'augmentation de la température, il diminueIls ont
une longue zone de plasticité et disparaissent presque complètement à une température de
400°.
Figure 1 : Plusieurs graphiques de l'état de tension sont affichés

Une augmentation de la température entraîne également une diminution du module


d'élasticité de l'élément E et une augmentation du module de déformation tangentielle µ
tandis que sa diminution conduit à l'exact opposé (Fig. 1).Les propriétés de ductilité
diminuent avec l'augmentation de la température jusqu'à 300. °, mais ils augmentent après
augmentation de la température. (Fig. 1b).

 L'effet continu de la température élevée (plus de 800°C) fera diminuer plus nettement
la résistance de l'élément, et l'élément se cassera sous l'influence de la température
ambiante. En dessous de la limite proportionnelle que vous obtenez à température
ambiante, cette pression continuera à agir pendant longtemps, c'est ce qu'on appelle la
limite de résistance à long terme du matériau.

La limite de résistance à long terme est définie comme la contrainte qui provoque la rupture
de l'élément exposé à des températures élevées et après une période de temps imposée, et la
résistance à la chaleur de l'acier signifie sa capacité à maintenir une résistance élevée à des
températures élevées. Les éléments structurels qui fonctionnent à des températures élevées
sont en acier résistant à la chaleur qui contient un mélange spécial d'alliages spéciaux.

La résistance du béton diminue en raison d'une augmentation significative de la


température, et lorsque la température atteint (400° - 200°), une augmentation de la
température entraîne une diminution de la résistance de deux fois et une diminution de trois
fois lorsque la température atteint 500 °.

Cependant, diminuer la température et la ramener à son état normal ne conduit pas à une
augmentation de la résistance de l'élément. La chaleur provoque également une
augmentation des déformations du béton et une diminution de son module d'élasticité, car le
module d'élasticité du béton diminue dix-sept fois lorsque sa température atteint 500°.
2.2- Vitesse de l'essai  :
L'expérimentation de la méthode expérimentale affecte grandement les résultats obtenus
lors de la détermination des propriétés mécaniques du matériau. Par conséquent, afin de
pouvoir comparer avec précision les expériences de laboratoire sur les matériaux de
construction, il est nécessaire de développer une certaine méthode d'essai.

Lorsque l'on teste des minéraux, par exemple, on constate que plus une charge n’est
appliquée rapidement sur l'échantillon, plus la capacité portante de l'échantillon (limite de
proportionnalité, limite d'élasticité et limite de ténacité) n’est supérieure à sa vraie valeur,
tandis que les déformations qui se produisent sont moins par rapport à la condition de
chargement lent.

Il est toujours recommandé, lorsqu'on connaît (la limite d'élasticité) lors d'expériences en
laboratoire, que les additions dans les valeurs de contraintes dans le domaine élastique (100
Kgf/cm2) par seconde ne dépassent pas, en raison de l'importance de la limite d'élasticité
pendant la conception et calcul d'ouvrages d'art sur la résistance et la stabilité.

2  .3- Augmentation de la limite de soumission corrective pendant le


chargement répété :
Si la charge sur l'échantillon ne dépasse pas la limite élastique, alors lorsque la charge est
supprimée, toutes les distorsions sont supprimées et lorsque l'échantillon est rechargé, il se
comporte de la même manière que dans le premier cas.

Mais si l'échantillon est chargé avec une pression supérieure à la limite élastique, par
exemple jusqu'à la contrainte correspondant au point K sur le graphique de la figure 1, la
ligne de décharge correspondra à la ligne KL, qui est parallèle à la ligne OA, que c'est-à-
dire que la section de déformation élastique LM est supprimée, tandis que la section
plastique reste pour la même section de déformation OL.

Si le matériau est rechargé la ligne LK passera dans le graphique jusqu'au même point k,
l'allongement permanent lors de la séparation est mesuré par la section LR, c'est à dire qu'il
est inférieur à l'état de charge initial jusqu'à la séparation, et ce n'est qu’une unité de temps
de rechargement.

Ainsi, lorsque des charges répétées sont appliquées, à un échantillon soumis à une traction,
dont les valeurs sont supérieures à la limite d'élasticité, elles augmentent la limite
proportionnelle est la quantité atteinte par les contraintes dans le chargement précédent, et
s'il y a une pause entre le retrait le chargement et sa répétition, la proportionnalité
spécifique augmente encore.

Dans l'échelle LKEN obtenue en répétant le chargement sur la zone de rendement qui
apparaît dans le matériau élastomère et détermine ainsi la limite du rendement de
restauration des échantillons qui ont été soumis à un retrait et à un rechargement. C'est-à-
dire que cette limite est supérieure à la limite de soumission dans le premier cas.

Le phénomène d'augmentation de la limite de proportionnalité et de diminution de la


plasticité du matériau par chargement répété est appelé trempe émotionnelle.

 Le durcissement rhéologique est dans de nombreux cas un phénomène indésirable,


car le métal émotionnellement dur est plus fragile, mais en général il est utile dans de
nombreux autres cas qui sont produits industriellement, par exemple dans des éléments
sous l'influence de charges variables (fatigue).

2  .4 - Effet du temps sur la déformation - effet élastique persistant -


fluage - mou  :
Des expériences ont montré que le remplissage résultant des charges n'apparaît pas
soudainement, mais après une période de temps spécifiée. Si le chargement est arrêté au
point de concordance des contraintes S, (figure n°2) et l'échantillon est laissé pendant une
certaine période sous l'influence de la charge, puis La déformation va augmenter (section
ST) ; où l'augmentation est rapide d'abord, puis plus lentement.

Lorsque la charge est supprimée pure, la section de déformation représentée par la section
OG ne disparaît pas immédiatement, mais plutôt sur un certain temps.

Figure 2 : Diagramme des contraintes pour les déformations.

 Le phénomène de déformation élastique au cours du temps est appelé séquelle


élastique.

Plus le matériau est homogène, plus la séquelle élastique est faible. Pour les matériaux à
fusion dure, la température élevée n'a pas une grande importance et peut être négligée.
Au contraire, dans les matériaux organiques, les effets élastiques sont importants et
doivent être pris en compte.
Cela se produit dans de nombreux matériaux, et sous l'influence de la convection dans des
conditions de températures élevées, un autre phénomène est l'augmentation continue des
déformations permanentes qui conduisent à l'apparition de certaines distorsions en cas
d'effondrement du matériau.
Le tube peul, qui est utilisé comme tube à vapeur, qui fonctionne sous pression de vapeur
à une certaine température se dilate et se dilate en diamètre en continu.

 Le changement de déformation au cours du temps dans un élément porteur est appelé


phénomène de fluage. Le phénomène de fluage est observé pour les métaux à bas point
de fusion (zinc et plomb), ainsi que pour le béton aux températures normales.

Dans l'acier, des traces de fluage sont observées à des températures supérieures à 300°C.
La contrainte à laquelle la vitesse de déformation plastique est (0,0001%) par heure, à une
certaine température et sous l'influence d'une charge constante, constitue une certaine
quantité - prédéterminée - et elle est appelée la limite de fluage r et elle est considérée
comme une avantage mécanique important.

Il existe un autre phénomène étroitement lié au fluage, où au fil du temps la déformation


d'un corps élastique se transforme en une déformation plastique, à la suite de laquelle il y a
un changement dans la valeur des contraintes agissant tout en maintenant la "complétude
de la déformation". Phénomène appelé relâchement, et en raison du relâchement, les joints
précontraints s'affaiblissent lors de températures élevées au fil du temps.

2.5- Effet du dosage, classe du ciment et l’échelle des éprouvettes   :


Des essais et mesures sont effectués afin de caractériser mécaniquement le béton réalisé un
mois auparavant.
L’échantillon vont subir un essai de compression, ces éprouvettes sont surfacées afin de
présenter des surfaces d’appui les plus lisses possibles (figure 4) ; la résistance de ces
éprouvettes sera également estimée à l’aide d’un scléromètre (essai non destructif). Les
trois autres éprouvettes vont être soumises à un essai de fendage permettant de caractériser
la résistance à la traction du béton. À ces essais sur le béton, va s’ajouter un essai de
traction sur l’acier composant la cage d’armature de la poutre. Ainsi tous les composants
de la poutre en béton armé sont caractérisés mécaniquement avant de procéder à un essai
de flexion 4 points sur la poutre elle-même.

Figure 3 : Les six éprouvettes de béton après Figure 4 : Trois éprouvettes surfacées
Durcissement et une des éprouvettes juste démoulée pour les essais de compression

2.6- Effet du rapport E/C  :


Les dosages de l'eau et du ciment sont deux facteurs importants. En effet, l'ouvrabilité et la
résistance sont grandement affectées par ces deux paramètres. Plus le rapport eau/ciment
est grand, plus l'ouvrabilité sera grande. En effet, plus il y a d'eau, plus le béton aura
tendance à remplir aisément les formes. Le rapport des masses E/C « moyen » est
normalement fixé à 0,55. C'est ce rapport qui est le plus souvent utilisé, car le béton
obtenu dispose d'une assez bonne ouvrabilité, tout en ayant une bonne résistance.

Le phénomène de ressuage est dû à un rapport eau sur ciment trop élevé. Il se manifeste
par l'apparition d'une flaque au-dessus du béton frais. Au niveau des granulats, on observe
la présence d'eau à l'interface entre les granulats et la pâte de ciment. La résistance en est
réduite, car l'eau s'évapore et il y a des vides entre le granulat et la pâte.

2.7- Effet d'échelle :


L'effet d'échelle traite des conséquences physiques venant de la modification de la
dimension d'un corps ou plus généralement d'une grandeur physique.

L'effet d'échelle s'applique aux produits fabriqués par l'homme, mais également au monde
vivant et à la physique en général. Quand la modification est une homothétie, les
proportions sont conservées.

Clarification de la relation entre la longueur du côté d'un polyèdre, sa surface, et son


volume.

En anglais, Square-Cube Law. La longueur varie en L, l'aire en L2, le volume en L3. Quand
on double la dimension d'un corps :

 son aire est multipliée par 22 = 4; la surface augmente deux fois plus vite que la
longueur.
 son volume est multiplié par 23 = 8; le volume augmente deux fois plus vite que la
surface.

À densité constante, sa masse est également multipliée par 8.


 Application dans le domaine de la dynamique. On considère les efforts liés au
mouvement (par exemple le battement des ailes d'un oiseau d'un colibri). À fréquence
de battement égale, les contraintes d'inertie = 1/2 m V² sont liées à la vitesse au carré,
donc à la longueur au carré, et à la masse (longueur au cube). Quand on double la
dimension, l'inertie est multipliée par 25 = 32.
 Application dans le domaine de la statique. Le moment de flexion d'une poutre, sous
l'effet de son propre poids, varie avec la portée L (la distance entre appuis) :

Moment fléchissant Mt = P. L / 8, avec P = la masse de la poutre

La flexion amène des contraintes de traction et de compression qui dépendent de la section


de la poutre :

Contrainte = Mt / h (hauteur de la poutre)

Pour une poutre de section carrée dont la hauteur est égale au dixième de la longueur, on
aura :

P = volume × densité = longueur × section × densité = L x (0,1 L x 0,1 L) x densités =


0,01 L3 × densité

Contrainte = 0,01 L3 × L × densité / 8 / 0,1 L = densité × L4 / 80

Si on double la longueur de la poutre, la contrainte est multipliée par 24 = 16.

FIGURE 3 : Clarification de la relation entre la longueur du côté d'un polyèdre, sa surface, et son volume.

CONCLUSION GENERALE

Il est en effet important de sélectionner les matériaux adéquats afin que la pièce créée
puisse résister aux contraintes qu'elle subit. et cette étude des relations qui existent entre
leur structure et leurs propriétés générales La structure d’un matériau correspond à la façon
dont s’agencent ses éléments constitutifs Plusieurs échelles :
•Échelle subatomique •Échelle atomique •Échelle microscopique •Échelle
macroscopique.

Facteurs affectant les propriétés mécaniques des matériaux de construction Le processus


commercial a montré que les propriétés mécaniques des matériaux (la dureté du
dénominateur et la limite d'élasticité, la limite d'élasticité ou d'écoulement, et la limite de
ténacité) sont fortement affectées par des 4 facteurs important, à savoir :

 intensité de la chaleur.
 Vitesse de l'essai.
 Augmentation de la limite de soumission corrective pendant le chargement
répété.
 Effet du temps sur la déformation - effet élastique persistant - fluage - mou.
 Effet du dosage, classe du ciment et l’échelle des éprouvettes.
 Effet du rapport E/C.
 Effet d'échelle

Il est toujours recommandé, lorsqu'on connaît (la limite d'élasticité) lors d'expériences en
laboratoire, que les additions dans les valeurs de contraintes dans le domaine élastique (100
Kgf/cm2) par seconde ne dépassent pas, en raison de l'importance de la limite d'élasticité
pendant la conception et calcul d'ouvrages d'art sur la résistance et la stabilité.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. < Liste de propriétés d'un matériau> Texte provenant d’un site Web. Document téléaccessibleà
l’adresse :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_propri%C3%A9t%C3%A9s_d%27un_mat%C3%A9riau#Propri
%C3%A9t%C3%A9s_m%C3%A9caniques

2. Tarcha Ihsan 2006, <Résistance des matériaux 1>. Direction des livres et des publications universitaires.
Université Al-Baath / Syrie.
3. < Les propriétés des matériaux> Texte provenant d’un site Web. Document téléaccessibleà l’adresse :
https://www.alloprof.qc.ca/fr/eleves/bv/sciences/les-proprietes-des-materiaux-s1447

4. < Mécanique des matériaux > Sylvie Pommier. Document téléaccessibleà l’adresse :
https://hal.archives-ouvertes.fr/cel-01636674/file/POLY-SAPH113-Mat%C3%A9riaux.pdf

5. < Béton de ciment> Texte provenant d’un site Web. Document téléaccessibleà l’adresse :
https://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9ton_de_ciment

6. < Essais destructifs sur éprouvettes en béton et acier d’armature> Xavier JOURDAIN – Hélène HORSIN
MOLINARO François SOLEILHET François SOLEILHET, Edité le 12/11/2018 . Document téléaccessibleà
l’adresse :
https://hal.archives-ouvertes.fr/cel-01636674/file/POLY-SAPH113-Mat%C3%A9riaux.pdf

Vous aimerez peut-être aussi