Vous êtes sur la page 1sur 18

Ministre de l’enseignement supérieur et de recherche Scientifique

Université africaine Ahmed draya Adrar

Faculté des sciences et la technologie

Département des sciences et technologie

Semestre 02

Niveau 1er année master matériaux en génie civil

Module : Plasticité et endommagement

Exposé Thème :

Le phénomène de striction

Préparé par : encadré par :


Abir benyahia M. HAMOUDA Abdelaziz

Année universitaire : 2020/2021


Résumé :

La striction, en ingénierie ou en science des matériaux, est un mode de déformation par


traction où des quantités relativement importantes de déformation se localisent de manière
disproportionnée dans une petite région du matériau.

Le 1ere partie ci-dessous donne un généralité et aperçu du phénomène de striction par une
discussion sur les caractéristiques de la courbe de contrainte de contrainte technique et de
la courbe de contrainte de contrainte vraie respectivement.

La 2eme partie décrit le cadre pour comprendre la formation d'un « cou » et analyse
mathématiques de phénomène.

Les critères de striction en considérant un état de contrainte uniaxiale étudiés aussi ; et La


diminution importante résultante de la section transversale locale fournit la base du nom
"cou".

Mots clés

 Cou.
 Striction.
 Contrainte.
 Phénomène.
 Traction.
 Construction.
 Déformation.
TABLE DES MATIERES

RESUME I
TABLE DES MATIERES II
LISTE DES FIGURES III
INTRODUCTION GENERALE IV
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE
CHAPITRE I : GENERALITES DANS LE PH ENOMENE DE STRICTION
I. Introduction 6
I. 1- Définition 6
I. 2- Exemples de striction  7
I. 3- La courbe de contrainte d'ingénierie  8
I. 3-1- La vraie courbe de déformation de contrainte  9
CHAPITRE II : LANALYSE DE LE PH ENOMENE DE STRICTION
II - Introduction 11

II .1- Comprendre la formation du cou  11

II .2 - Traitement mathématique  13

II .2-1- Critères de striction de Considéré  15

II .3- Stabilité du cou 16


CONCLUSION GENERALE 17
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 18
ANNEXES /

LISTE DES FIGURES


Figure 01 : Un échantillon de polyéthylène avec un col stable. 6
Figure 02 : un échantillon d'essai, lorsqu'il est composé d'un certain type de matériau 7
Figure 03 : la région de striction dans un diagramme contrainte-déformation 7
Figure 4 : Courbe de contrainte d'ingénierie pour la traction uniaxiale pour l'aluminium 8
Figure 5: Courbe contrainte-déformation typique de l'acier de construction. 9
Figure 6 : Construction graphique indiquant les critères de formation et de stabilisation du cou. 11
Figure 7 : Représentation schématique du rétrécissement 12
Figure 8 : Construction graphique indiquant les critères de formation et de stabilisation du cou 13
Figure 9 : Construction graphique pour un à matériau qui se déforme de manière homogène 13
tous les rapports d'étirage.
Figure 10 : une comparaison schématique de la courbe de contrainte réelle et de la courbe de 14
contrainte d'ingénierie
Figure 11 : Courbe contrainte d'ingénierie-déformation d'ingénierie de l'acier de construction 16
au carbone Q345.
INTRODUCTION GENERALE

Le terme « striction » est utilisé en ingénierie et en sciences des matériaux pour décrire la
réduction localisée de la section transversale d'un échantillon sous charge de traction. Le
rétrécissement se produit lorsqu'une instabilité du matériau fait diminuer sa section
transversale dans une proportion supérieure à celle de l'écrouissage lorsqu'il subit une
déformation en traction. Si le matériau commence à durcir dans une proportion inférieure
à la diminution de la section transversale, la contrainte se concentre à l'emplacement de la
contrainte la plus élevée ou de la dureté la plus faible. Plus la contrainte locale est
importante, plus la diminution locale de la section transversale est importante, ce qui à son
tour provoque encore plus de concentration de contrainte, conduisant à une instabilité qui
provoque la formation d'un col. Le comportement de striction n'est pas pris en compte
dans le calcul de la contrainte technique mais est pris en compte dans la détermination de
la contrainte réelle.

Quel est ce phénomène qui arrive aux établissements et comment est-il analysé et calculé ?

Dans cet exposé nous allons expliquer et analyser le phénomène de striction dans les
constructions.
CHAPITRE I

GENERALITES DANS LE PH ENOMENE DE


STRICTION
Introduction :
Selon le type de matériau, la taille et la géométrie de l'objet, et les forces appliquées,
différents types de déformation peuvent se produire dans différentes conditions, parmi
lesquels le phénomène de striction.

Après qu'une certaine valeur maximale d'une charge, P, a été atteinte, l'aire de la partie
médiane d'un échantillon peut commencer à diminuer, en raison de l'instabilité locale. Ce
phénomène est connu sous le nom de rétrécissement. Le rétrécissement est généralement
associé aux matériaux ductiles.

1. Définition :
La striction, en ingénierie ou en science des matériaux, est un mode de déformation par
traction où des quantités relativement importantes de déformation se localisent de manière
disproportionnée dans une petite région du matériau. La diminution importante résultante
de la section transversale locale fournit la base du nom "cou". Parce que les contraintes
locales dans le col sont importantes, la striction est souvent étroitement associée à la
plastification, une forme de déformation plastique associée aux matériaux ductiles,
souvent des métaux ou des polymères. Une fois que le rétrécissement a commencé, le
goulot devient l'emplacement exclusif de la plastification du matériau, car la zone réduite
donne au goulot la plus grande contrainte locale. Le cou finit par devenir une fracture
lorsqu'une pression suffisante est appliquée.
Figure 01 : Un échantillon de polyéthylène avec un col stable.

2. Exemples de striction :

1- La figure ci-dessus montre un échantillon d'essai, lorsqu'il est composé d'un certain
type de matériau et soumis à une charge suffisamment importante, subit une
striction.

Figure 02 : un échantillon d'essai, lorsqu'il est composé d'un certain type de matériau

La partie où se produit la striction peut être appelée le col de l'échantillon.

2- La figure ci-dessus montre la région de striction dans un diagramme contrainte-


déformation pour un matériau ductile.

Figure 03 : la région de striction dans un diagramme contrainte-déformation


3. La courbe de contrainte d'ingénierie :
La figure 3 montre une courbe contrainte-déformation typique d'un essai de traction
uniaxiale pour l'aluminium, à partir de laquelle des caractéristiques importantes du
matériau peuvent être extraites. Jusqu'au point A, la déformation sera élastique, indiquant
que le matériau est capable de retrouver complètement ses dimensions d'origine après
suppression de la force appliquée. La relation contrainte-déformation sous le point A est
linéaire et est représentée par la loi de Hooke. Le point A est appelé la limite élastique et la
déformation correspondant à la limite élastique est la « déformation récupérable ».

Après le point A se trouve une région de déformation élasto-plastique dans laquelle la


déformation dans l'éprouvette est uniforme et la contrainte augmente. L'augmentation est
due à l'écrouissage ou à l'écrouissage, qui est un phénomène présenté par la plupart des
métaux et alliages.

Figure 4 : Courbe de contrainte d'ingénierie pour la traction uniaxiale pour l'aluminium

Finalement, la charge atteint une valeur maximale, le point C, et la résistance à la traction


ultime est obtenu. Après ce point, la contrainte d'ingénierie commence à diminuer avec
l'augmentation de la déformation due à l'instabilité ou à la striction de l'échantillon (Dieter,
1988). La condition pour la formation du col sera discutée dans la section 4. La section
transversale de l'échantillon commence à diminuer rapidement, de sorte que la capacité de
charge diminue à mesure que l'échantillon se déforme jusqu'à ce qu'il se brise au point D.
3.1- La vraie courbe de déformation de contrainte :

D'après la figure 4, la baisse de la contrainte nécessaire pour poursuivre la déformation au-


delà du maximum, le point C semble indiquer que le métal s'affaiblit. Ce n'est pas du tout
le cas; en fait, il augmente en force. Cependant, la section transversale diminue rapidement
dans la région du cou, où se produit une déformation. Il en résulte une réduction de la
capacité de charge de l'éprouvette. La contrainte d'ingénierie est calculée sur la base de la
section transversale d'origine et ne prend pas en compte cette réduction de surface au
niveau du col.

Figure 5: Courbe contrainte-déformation typique de l'acier de construction.

Avec :

1 : Force ultime

2: limite d'élasticité (limite d'élasticité)

3: Rupture

4: région de durcissement sous contrainte

5 : région de goulot

A : Contrainte apparente (F/A0)

B : Contrainte réelle (F/A)


CHAPITRE II

LANALYSE DE LE PH ENOMENE DE STRICTION


Introduction :
La striction est la diminution de section (irréversible) provoquée par une force de traction
et qui peut aller jusqu'à la rupture du matériau LE COEFFICIENT de STRICTION
MECANIQUE (yb) est le rapport entre la section (au moment de la fin de striction) et la
section à l'origine >> Yo =S/So ou encore y = Yp nny

Où yp : est le coefficient de Poisson, nn : la contrante normale, et ny : le module de


Young.

1. Comprendre la formation du cou :


Le rétrécissement résulte d'une instabilité lors de la déformation en traction lorsque la
section transversale d'un matériau diminue d'une plus grande proportion que la
déformation du matériau s'écrouit. Considèrerai a publié le critère de base pour la striction
en 1885.Trois concepts fournissent le cadre pour comprendre la formation du cou.

a) Avant déformation, tous les matériaux réels présentent des hétérogénéités telles que des
défauts ou des variations locales de dimensions ou de composition qui provoquent des
fluctuations locales de contraintes et des les trains. Pour déterminer l'emplacement du cou
naissant, ces fluctuations n'ont besoin d'être infinitésimal en grandeur.

b) Au cours de la déformation par traction, le matériau diminue en section transversale


(effet Poisson).

c) Au cours de la déformation par traction, le matériau s'écrouit. La quantité de


durcissement varie avec l'étendue de la déformation.

Les deux derniers éléments déterminent la stabilité tandis que le premier élément
détermine l'emplacement du cou.

Figure 6 : Construction graphique indiquant les critères de formation et de stabilisation du cou.


Le tracé de (la figure 6) montre la relation quantitative entre le durcissement (représenté
par la pente de la courbe) et la diminution de la section transversale (supposée dans le
traitement de Considère varier inversement avec le taux d'étirage) pour un matériau qui
forme un col stable (en haut) et un matériau qui se déforme de manière homogène à tous
les taux d'étirage (en bas).

Construction graphique pour un matériau qui se déforme de manière homogène à tous les
rapports d'étirage.

Donc Avant le rétrécissement, l'ensemble du matériau subit une déformation plastique


uniforme. Une fois qu'un col instable se forme, la section transversale du col continuera à
diminuer sous charge, tandis que le matériau non colmaté ne se déforme plus
plastiquement.

Figure 7 : Représentation schématique du rétrécissement

Au fur et à mesure que le matériau se déforme, tous les emplacements subissent


approximativement la même quantité de contrainte tant qu'il durcit plus que sa section
transversale diminue, comme indiqué pour les petits rapports d'étirage dans le diagramme
du haut et à tous les rapports d'étirage dans le bas. Mais si le matériau commence à durcir
dans une proportion inférieure à la diminution de la section transversale, comme indiqué
par le premier point de tangence du diagramme du haut, la contrainte se concentre à
l'emplacement de la contrainte la plus élevée ou de la dureté la plus faible. Plus la
contrainte locale est importante, plus la diminution locale de la section transversale est
importante, ce qui à son tour provoque encore plus de concentration de contrainte,
conduisant à une instabilité qui provoque la formation d'un col. Cette instabilité est dite «
géométrique » ou « extrinsèque » car elle implique la diminution macroscopique du
matériau en section transversale.
2. Traitement mathématique :

Dans la courbe de contrainte de contrainte d'ingénierie, le début de la striction se produit


au maximum de la courbe, c'est-à-dire la charge maximale appliquée que le matériau peut
supporter, ou la résistance à la traction ultime. La charge portée est donnée par

F = T Ai

Où σT est la contrainte vraie et Ai est l'aire instantanée. Au maximum, la dérivée de la


force est égale à

dF = dσT Ai + σT dAi = 0

ou alors

dσT/σT = -dAi /Ai

Le critère de striction est donc que l'augmentation incrémentielle de la contrainte interne


est exactement égale à la diminution incrémentielle de la section transversale où la
contrainte est localisée.

Figure 8. Construction graphique indiquant Figure 9. Construction graphique pour un à

Les critères de formation et de stabilisation matériau qui se déforme de manière homogène

du cou tous les rapports d'étirage.


Par conséquent, il est plus significatif d'utiliser un véritable schéma contrainte-
déformation réelle. La contrainte réelle est définie comme la charge F divisée par la
surface de section transversale instantanée sur laquelle se produit la déformation.

De plus, il est parfois plus pratique de représenter la déformation comme une vraie
déformation définie par :

Si aucun changement de volume ne se produit pendant la déformation, c'est-à-dire si

Ensuite, la contrainte et la déformation vraies et techniques sont liées selon :

Les équations ci-dessus, pour la vraie contrainte et la vraie déformation, ne sont valables
que jusqu'au début de la striction ; au-delà de ce point, la contrainte et la déformation
réelle doivent être calculées à partir des mesures de la charge réelle, de la section
transversale et de la longueur de référence.

Une comparaison schématique de l'ingénierie et des comportements contrainte-


déformation réels est présentée à la figure 10 convient de noter que la véritable contrainte
nécessaire pour maintenir une contrainte croissante continue d'augmenter au-delà du point
de traction M.

Figure 10 : une comparaison schématique de la courbe de contrainte réelle et de la courbe de contrainte


d'ingénierie.
La formation d'un col coïncide avec l'introduction d'un état de contrainte complexe dans la
région du col (c'est-à-dire l'existence d'autres composants de contrainte en plus de la
contrainte axiale). En conséquence, la contrainte correcte (axiale) dans le col est
légèrement inférieure à la contrainte calculée à partir de la charge appliquée et de la
section transversale du col. Cela conduit à la courbe « corrigée » [correction de Bridgman]
de la figure 10.

2.1- Critères de striction de Considéré :

À la charge maximale, P, (correspondant à l'UTS), une autre petite augmentation de la


charge, dP, due à l'écrouissage (ou déformation) est donnée (à partir de la définition de la
contrainte vraie) par :

dP = A dσt

Et ceci est compensé par la diminution de la capacité de charge dans la région du


rétrécissement en raison de la réduction de la section transversale :

dP = −dA t

Ou alors

dσt = −dA t / A

En supposant que le volume de l'éprouvette est constant alors (Volume, V= Aire, A ×


Longueur,l ) :

dV = d(A.l) = dA.l + dl.A = 0

Ou alors :

dA / A = −dl / l

Puisque dl/l est la définition de la déformation vraie, σt, alors à partir de la définition de n
donnée précédemment :

dσt / dεt = σt
3. Stabilité du cou :
Au fur et à mesure que la déformation progresse, l'instabilité géométrique fait que la
contrainte continue de se concentrer dans le col jusqu'à ce que le matériau se rompe ou que
le matériau du col durcisse suffisamment, comme indiqué par le deuxième point de
tangence dans le diagramme du haut, pour provoquer la déformation d'autres régions du
matériau à la place. La quantité de contrainte dans le col stable est appelée rapport
d'étirage naturel .car elle est déterminée par les caractéristiques de durcissement du
matériau, et non par la quantité d'étirage imposée au matériau. Les polymères ductiles
présentent souvent des cols stables car l'orientation moléculaire fournit un mécanisme de
durcissement qui prédomine à de grandes déformations.

Figure 11. Courbe contrainte d'ingénierie-déformation d'ingénierie de l'acier de construction au carbone


Q345.
CONCLUSION GENERALE

Dans cet exposé, nous en résumons les plus points importants comme suit :

 Le phénomène de striction est une partie importante du processus de production


dans de nombreux thermoplastiques. Il commence comme une localisation de
déformation associée à des bandes de micro cisaillement et/ou à des cavitations et
apparaît comme un domaine de matériau orienté (étiré), c'est-à-dire un « cou »,
séparé du domaine du matériau d'origine (isotrope) par une zone de transition
étroite, qui apparaît comme une limite distincte de la région du cou. Lors d'une
augmentation supplémentaire du déplacement, le col se propage à travers
l'éprouvette sous une contrainte d'étirage constante.
 La localisation des contraintes telles que le craquelage et la flexion par cisaillement
est associée à un rétrécissement au micro et sous-microéchelles. En conséquence, la
ténacité du matériau, c'est-à-dire la résistance à la fissuration, ainsi que la durabilité,
c'est-à-dire la durée de vie dans diverses conditions de service, sont liées à la
capacité du matériau à se rétrécir et aux caractéristiques spécifiques du processus de
striction.
 Le rétrécissement se manifeste par des changements significatifs dans une échelle
de longueur caractéristique, par exemple, la distance entre des marques également
espacées dans l'état de référence peut augmenter d'un facteur 2 dans les polymères
amorphes et jusqu'à un facteur 10 dans certains thermoplastiques semi-cristallins.
 Il y a aussi un changement caractéristique du temps de relaxation pendant le
rétrécissement. Ainsi, du point de vue de la mécanique des milieux continus, les
changements de la métrique spatio-temporelle matérielle intrinsèque sont la
manifestation la plus fondamentale du rétrécissement. Par conséquent, nous avons
modélisons les phénomènes de striction et l'analyser mathématiquement.
 L'équation cinétique de striction, c'est-à-dire l'équation d'évolution du tenseur
métrique du matériau, est dérivée en utilisant le principe d'action extrême. Nous
avons analysé de la solution et la comparaison.
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1) < Necking > Texte provenant d’un site Web: https://en.wikipedia.org/wiki/Necking_(engineering) .


2) « Materials Science In Construction: An Introduction », Autours: Ash Ahmeh & john sturges.
Publication Date: 2015
3) < Necking > Texte provenant d’un site Web:
http://www.engineeringarchives.com/les_mom_necking.html.
4) <Necking phenomenon based on the Aramis system> Article dans ARCHIVE Proceedings of the
Institution of Mechanical Engineers Part C Journal of Mechanical Engineering Science 1989-1996
(vols 203-210) · September 2018.
5) <Volk Wand Hora P. Evaluation of experimental forming limit curves and investigation of strain
rate sensitivity for the start of local necking>.College Park, MD: American Institute of Physics,
2011, pp.99–106.

Vous aimerez peut-être aussi