Vous êtes sur la page 1sur 13

Maint. Indus.

La fiabilité
1 – Introduction :
La fiabilité est l’une des composantes essentielles de la qualité d’un produit et elle est retenue en tant que
critère fondamental pour leur élaboration. La fiabilité est la caractéristique d’un dispositif exprimée par
la probabilité que ce dispositif accomplisse une fonction requise dans des conditions d’utilisation et pour
une période de temps déterminées.
2 – Généralités :
La fiabilité est la science des défaillances basée sur l’expérience. Elle est indissociable de la qualité.
Plus une machine est constituée d’un nombre important de composants plus la fiabilité de cette
dernière à tendance à diminuer. Lorsque les composants sont trop nombreux ou trop complexes, il arrive
fréquemment un moment où la maîtrise de la fiabilité n’est plus possible et l’hypothèse d’une défaillance
très probable.
Une grande fiabilité sous certaines conditions ne garantie pas forcément une grande fiabilité sous
d’autres conditions.
La meilleure connaissance de la fiabilité provient de l’analyse des défaillances lorsque les produits sont en
service. La collecte des données permettront d’établir des lois statistiques sur une population importante et
sur un temps long.
Remarques : La non-fiabilité d’un produit ou d’un bien augmente les coûts de l’après vente
(application des garanties, frais judiciaires, etc… ). Construire plus fiable augmente les coûts de conception
et de production. Le coût total du produit prendra en compte ces deux tendances.
Coûts
Coûts de conception
Coût total
et de production
La courbe ci-contre
illustre ces remarques

Coûts après vente

Fiabilité R
3– Définition de la fiabilité R :
La fiabilité " R " est la probabilité qu’a un bien ( produit ou système ) à accomplir, de manière
satisfaisante, une fonction requise, sous des conditions données et pendant une période de temps donné.

Exemple : La fiabilité d’un roulement de broche pendant 20 000 heures de fonctionnement est égale à
0.9 signifie :
 Qu’il y a 90 chance sur 100 PROBABILITE
 pour que le roulement fonctionne sans signe d’usure FONCTION REQUISE
 pendant 20000 heures TEMPS DONNE
 à une fréquence de rotation moyenne de 1500 tr/min CONDITIONS DONNEES
Maint. Indus. 9

Rappel :
Probabilité : C’est une quantité indiquant, sous forme de fraction ou de pourcentage, le nombre de
fois ou de chances qu’un événement à a ce produire sur un nombre total d’essais ou de tentative.
Remarque 1 : R est toujours compris entre 0 et 1.
Par exemple, une fiabilité R = 0.92 après 1000 heures signifie que le produit a 92 chances sur 100 ( 92
% de chances ) de fonctionner correctement pendant les 1000 premières heures.

Remarque 2 : Pour des produits identiques, fonctionnant dans les mêmes conditions, les défaillances
peuvent se produire à des moments différents. La répartition des défaillances au cours du temps est
le plus souvent décrite à partir de lois statistiques ( loi normale, loi log normale, loi de Poisson, loi
exponentielle, loi de Weibull).

De manière satisfaisante : Cette propriété suppose que des critères précis (fonctions de service,
etc) soient établis pour définir ce qui peut être considéré comme satisfaisant.

En un temps donné : Dans les études de fiabilité, le temps est la mesure ou la variable de
référence permettant d’évaluer les performances et d’estimer les probabilités : probabilités ou chance
de survie sans défaillance pendant une période de temps donnée.

Sous des conditions données : Regroupe l’ensemble des paramètres décrivant l’environnement
du produit et ses conditions d’utilisation : mode opératoire, procédures de stockage et de transport,
cycles des températures, humidité, vibrations, etc…
4 – Indicateurs de fiabilité  et MTBF :
 et la MTBF sont les deux principaux indicateurs de la fiabilité utilisés industriellement.
A ) Taux de défaillance  :
Définition :  représente le taux de défaillance ou le taux d’avarie.
Il caractérise la vitesse de variation de la fiabilité au cours du temps.
Pour une période de travail donnée, durée totale en service actif :

Nombre total de défaillances pendant le service


= Durée total de bon fonctionnement

Remarque :
La durée de bon fonctionnement = la durée totale en service – la durée des défaillances
Les unités utilisées sont : le nombre de défaillances par heures, le pourcentage de défaillances pour
1000 heures, etc… pour 1000 heures
par heure
Par exemple, un produit ayant 10-7    10-5 pour 1000 heures (ou 10-4    10-2 par heure )
présente un bon niveau commercial de fiabilité.
La durée de bon fonctionnement, c’est la période de temps pendant laquelle le dispositif, en
activité ou en service, est exposé à des défaillances.
Maint. Indus. 10

Exemple 1 :
Supposons 8 composants identiques testés sur une durée de 550 heures dans les mêmes conditions. Le
1er composant tombe en panne, de manière irréparable, après 65 heures de fonctionnement, le 2ème
après 115 heures, le 3 ème après 135 heures, le 4 ème après 340 heures le 5 ème après 535 heures, les trois
autres composants continuent de fonctionner normalement. Calculer  :
5 5
= = = 0.00176 défaillances/heure
65 + 115 + 135 + 340 + 535 + 3 ∗ 550 2840

Exemple 2 :
Considérons une machine automatisée fonctionnant pendant un cycle opératoire de 155 heures. Pendant
cette période, le système subit 5 défaillances à des moments différents, suivies d’une réparation, puis d’une
remise en activité. Les durées respectives des défaillances sont 2,5 heures ; 8,3 heures ; 3,7 heures ; 1,8
heure et 7,5 heures. Calculer  :
5 5
= = = 0.0381 défaillances/heure
155 − (2.5 + 8.3 + 3.7 + 1.8 + 7.5) 131.2

Allures typiques du graphe (t) en fonction du temps t


En pratique, le taux de pannes  peut être constant, mais aussi croissant ou décroissant au cours
du temps, avec changement graduel, sans discontinuités.
Pour la majorité des produits industriels, les variations de (t) au cours du temps (courbes dites en
baignoire (figures ci-dessous) présentent trois zones typiques.
(Les courbes  (t) différent selon la technologie principale du système).
 ( t ) : taux de défaillance
Cette courbe est typique des
équipements électroniques

Zone 1 Temps ( t )
Zone 2 Zone 3
0

Défaillance Défaillance de maturité =  constant Défaillance


de jeunesse d’usure

 ( t ) : taux de défaillance Cette courbe est typique des


équipements mécaniques ou
électromécaniques

Temps ( t )
Zone 1 Zone 2 Zone 3
0
Maint. Indus. 11

Zone 1 : Période de défaillance précoce (ou période de jeunesse) : c’est le début de la vie du produit et les
défaillances sont dites "de jeunesse" ( composant neufs présentant des défauts de fabrication …). Le taux
de défaillance  décroît rapidement au cours du temps. Prévention possible, rodage, contrôles et tests
renforcés avant livraison, etc. Ce type de défaillance peut être décrite par la loi de Weibull (Voir cours de
Statistiques).

Zone 2 : Période de défaillance à taux constant (ou sensiblement constant) : c’est la zone de maturité ou
de pleine activité du produit pour laquelle le taux de défaillance  est sensiblement constant. C’est
également le domaine des défaillances imprévisibles se produisant de façon aléatoire. En étude de
probabilité, la loi de fiabilité adaptée à cette zone est la distribution exponentielle, forme R(t) = e -.t .
Le phénomène d’arrivée des pannes dans le temps est appelé " processus de Poisson ".

Zone 3 : Période de défaillance par vieillissement : C’est la période de fin de vie du produit
caractérisée par des défaillances dues à l’âge ou à l’usure des composants.
Le taux de défaillance  croît rapidement avec le temps, du fait de la dégradation du matériel
( usures mécaniques, phénomènes de fatigue, dérive des composants électroniques, …)
Les lois de fiabilité adaptées à cette zone sont : loi normale, gamma, log normal, Weibull.

B ) La MTBF ou Moyenne des Temps de Bon Fonctionnement :


Définition : La MTBF (Mean Time Before Failure ) représente la moyenne des temps de bon
fonctionnement entre deux défaillances d’un système réparable ou le temps moyen entre défaillances.

Somme des temps de bon fonctionnement entre les défaillances


=
Nombre d intervention de maintenance avec immobilisation

Par définition, la MTBF est la durée de vie moyenne du système.


Remarque :
Si  est constant, la MTBF = 1 /  (  taux de défaillance ramené à l’unité de temps )

Exemple 3 : Un compresseur industriel a fonctionné pendant 8000 heures en service continu avec 5
pannes dont les durées respectives sont : 7 ; 22 ; 8.5 ; 3.5 et 9 heures. Déterminer sa MTBF.

8000  ( 7 + 22 + 8.5 +3.5 +9 )


MTBF = = = = 1590 heures
5

Si  est supposé constant :

1 1
= = = 6.28 10 défaillances/heure
MTBF 1590 6.28 10-4 *1000/(1000 heures)
= 0.628 défaillances pour 1000 heures.
ou 0.628 défaillances pour 1000 heures.
Maint. Indus. 12

5 – Fonction de fiabilité R(t) – Fonction de défaillance F(t)


Considérons un matériel dont on étudie la fiabilité. Soit T la variable aléatoire qui à chaque matériel
associe son temps de bon fonctionnement. On choisi un de ces matériels au hasard.
Soit les événements :
: « Le matériel est en état de bon fonctionnement à l’instant » et
: « Le matériel est défaillant à l’instant + ∆ » . On peut écrire :
⇒: ( )= ( > )
et ⇒ ( )= ( ≤ +Δ )
donc ( ∩ )= ( < ≤ +Δ )
ainsi
( ∩ )= ( +Δ )− ( )=
1− ( +Δ )− 1− ( ) =
( )− ( +Δ )

La fonction ( ) représente la probabilité qu’un dispositif choisi au hasard ait une défaillance avant
l’instant t : c’est la fonction de défaillance.

Cette fonction nous amène une fonction associée : la fonction de fiabilité définie pour tout t ≥0 par :
( )= − ( ).

La fonction R(t) représente la probabilité qu’un dispositif choisi au hasard dans la population n’ait pas de
défaillance avant l’instant t. La figure suivante montre les deux fonctions associées.

Figure : Fonction de défaillance F(t) et fonction de fiabilité R(t)

L’écriture mathématique du taux de défaillance à l’instant t, noté (t), sur ℝ est la suivante :

On est alors amené à résoudre une équation différentielle du 1erordre. En effet si λ est connu, la résolution de
l’équation différentielle linéaire du 1er ordre

( ) + ( ) ( )=0

donne la fonction de fiabilité du matériel. On peut montrer que


∫ ( ) ∫ ( )
( )= et ( )= 1−

Si λ est constant, on a : ( )= et ( )=1−


Maint. Indus. 13

6 – La fiabilité d’un système constitué de plusieurs composants montés en série :


R(s) représente la fiabilité d’un ensemble de "n" composants montés en série.
La fiabilité R(s) d’un ensemble de "n" composants A, B, C , …, n montés ou connectés en série est
égale au produit des fiabilités respectives RA, RB, RC, …, Rn de chacun des composants.

Entrée A B C n Sortie
RA et A RB et B RC et C Rn et n

On a donc :
R(s) = RA x RB x RC x …x Rn

Nota 1 : Si les "n" composants sont identiques avec une même fiabilité R la formule sera la suivante :

R(s) = R n

Nota 2 : Si les taux de défaillances sont constants au cours du temps la fiabilité sera calculée suivant la
formule :

R(s) = ( e-A. t ) x ( e-B. t ) x ( e-C. t ) x …x ( e-n. t )


Avec :

MTBFs = 1
A + B + C +…+ n
Si en plus, les composants sont identiques : A = B = C =…= n = 
Alors :
R(s) = e- n x t MTBFs = 1
n.
Exemple 1 :

Exemple 2 :

réponse : R=51.88 %
Maint. Indus. 14

7 – La fiabilité d’un système constitué de composants montés en parallèle :


La fiabilité d’un système peut être augmentée en plaçant des composants (identiques ou non)
en parallèle. Un dispositif, constitué de "n" composants en parallèle, ne peut tomber en panne que si
les "n" composants tombent tous en panne au même moment.

Soit les "n" composants de la figure ci-dessous montés en parallèle. Si la probabilité de panne
pour chaque composant repéré (i) est notée Fi , alors :
A

B Fi = 1 -Ri
Entrée Sortie
i
Fi représentant la fiabilité associée.

La probabilité de pannes F(s) de l’ensemble des "n" composants en parallèle est égal au produit des
Fi entre eux :

F(s) = F1 × F2 × Fn = ( 1 – R1 ) × ( 1-R2 ) × … × ( 1-Rn )

La fiabilité R(s) de l’ensemble est donnée par la relation :

R(s) = 1 – ( 1 – R1 ) × ( 1 - R2 ) × … × ( 1 – Rn )

Nota : Si les "n" composants sont identiques ( R = R1 = R2 = …= Rn ) et ont tous la même fiabilité R,
l’expression devient :

R(s) = 1 – ( 1 – R )n
Maint. Indus. 15

8 Exemple
La Maintenance dans un Système de Production
Etude du Comportement du Matériel

Le service maintenance décide d'étudier la fiabilité de ces éléments en vue d'instaurer une action de
maintenance préventive systématique les concernant. Sachant que l'entreprise possède 14 machines d'insertion
automatique de composants électroniques.
1 Etude du taux de défaillance
On complète le tableau de calcul du taux de défaillance et on trace la courbe du taux de défaillance en fonction
du temps et on fera une conclusion.

Calcul du taux de défaillance exprimé en défaillance / heure


Intervalles ∆ (heures) 0 − 150 150 − 300 300 − 450 450 − 600 600 − 750
∆ (heures) 150 150 150 150 150
Nombre de matériel en
14 13 11 7 2
service au début de ∆
Nombre de matériel
1 2 4 5 2
défaillants pendant ∆
Taux de défaillance
. . . . .
( ) Défail. / heure

Courbe
l (t)

Représentation graphique du taux de défaillance en fonction du temps

Cette courbe met en évidence : a) La période de défaillance précoce. b) La période de défaillance à


taux constant. c) La période de défaillance par vieillissement.
Un changement systématique des doigts de préhension suivant une périodicité donnée :
a) est envisageable b) n'est pas envisageable

2 Etude de la fiabilité
2-1 Etude de la fonction de fiabilité R(t)

LA FIABILITE est l’aptitude d’un bien à accomplir une fonction requise, dans des conditions données,
pendant un temps donné.
La fonction de fiabilité ( ) est la probabilité qu’un dispositif prélevé au hasard dans la population
considérée n’ait pas de défaillance avant l’instant .
( ) est la probabilité qu’un dispositif prélevé au hasard dans la population considérée ait une
défaillance avant l’instant .
Maint. Indus. 16

è
Rappel – Si N représente le nombre de données, on estime ( ) à l’instant de la défaillance par :
( )= si ≥ 50 : Méthode des rangs bruts
( )= si 20 ≤ < 50 : Méthode des rangs moyens
.
( )= si < 20 : Méthode des rangs médians
.

La fonction fiabilité ( ) sera calculée dans chaque intervalle Δt selon la méthode des rangs bruts :
Nombre de matériels sans défaillance entre 0 et t
( ) =
Nombre total de matériel observé
On complète le tableau de calcul de la fonction fiabilité en utilisant le tableau du taux de défaillance.
On représente graphiquement la fiabilité en fonction du temps.

Tableau : Calcul de la fonction fiabilité ( )


Intervalles ∆ (heures) 0 − 150 150 − 300 300 − 450 450 − 600 600 − 750
Nombre de matériel en
14 13 11 7 2
service au début de ∆
Nombre de matériel
défaillants pendant ∆
Nombre de matériel sans
défaillance à la fin de 14-1 = 13 13-2 = 11 11-4 = 7 7-5 = 2 2 -2 = 0
l’intervalle ∆
Fiabilité ( ) = . % = . % = % = . % 0
Fonction ( ) = 1 − ( )
= . % = . % = % = . % = %

Fiabilité R(t) en %
100
90
80
70
60
50
40
30
20 T
10
0
0 100 200 300 400 500 600 700
temps t (heures)

2.2 – Choix de la Périodicité de Changement Systématique

Nous définissons graphiquement sur le graphique une périodicité de changement systématique


correspondant à une fiabilité de 90 %.

On trouve :
= 200 heures.
Maint. Indus. 17

9 Calculs du taux de défaillance (complément)


Le taux de défaillance représente la « vitesse d’arrivée des pannes »( analogie avec la vitesse
mécanique). Nous savons calculer une vitesse moyenne , puis, faisant tendre Δt vers 0, une vitesse
instantanée qui est la dérivée de l’espace par rapport au temps. De la même manière, nous définirons
un taux moyen de défaillance pendant un intervalle (t, t + Δt), puis un taux instantané Δt→0.

Statistiquement, λ(t) est une densité de probabilité conditionnelle de défaillance, qui caractérise la
probabilité de défaillance dans l’intervalle Δt de dispositifs ayant survécu à l’instant t.

9.1 Calcul du taux de défaillance moyen


Cas 1 : les éléments défaillants sont remplacés .
Nommons : N0 : nombre initial de dispositifs,
Ns (t) : nombre de survivants à l’instant t, Ns(t + Δt) : nombre de survivants à l’instant t + Δt,
C(Δt) = Ns(t) – Ns(t + Δt) : nombre de défaillants pendant Δt

Dans ce cas, le lot de dispositifs est constant, donc Ns(t) = N0. Le taux de défaillance moyen sur
l’intervalle Δt est :
( )
( )=
0 Δ
Cas 2 : les éléments défaillants ne sont pas remplacés
Dans ce cas, Ns(t) est différent de N0, la fonction N(t) étant décroissante. Le taux de défaillance
moyen sur l’intervalle Δt est :
( )
( )=
( )
EXEMPLES :
1) Nous avons étudié 70 véhicules pendant la période allant de 80 000 à 90 000 km. 41 défaillances ont été
réparées. Quel est le taux de défaillance relatif à cette période ?
41
( )= = 0.585 10 pannes/km
70 (90000 − 80000)

2) On teste un lot de 50 électrovannes soumises en continu à 8 impulsions/minute. À la 50e heure, il en reste


33. À la 60e heure, il en reste 27. Quel est le taux de défaillance sur cette classe, par heure et par impulsion ?

( )= = 18 10 défaillances/heure ou ( ) = 3.79 10 défaillances/impulsion


( )

Si l’on avait remplacé les électrovannes défaillantes, alors ( )= = 12 10 défaillances/heure.


( )
Maint. Indus. 18

10°) LA MAINTENABILITE
10.1) Définition
" Dans les conditions d'utilisation données pour lesquelles il a été conçu, aptitude d'un bien à être
maintenu ou rétabli dans un état dans lequel il peut accomplir une fonction requise, lorsque la maintenance
est accomplie dans des conditions données, avec des procédures et des moyens prescrits." (NF X60-010)
10.2) Commentaires
* La maintenabilité caractérise la facilité à remettre ou de maintenir un bien en bon état de fonctionnement.
* Cette notion ne peut s'appliquer qu'a du matériel maintenable ; donc réparable.
* "Les moyens prescrits" englobent des notions diverses : moyens en personnel,, outillages, .

La maintenabilité d'un équipement dépend de nombreux facteurs :


Facteurs liés à l’ Facteurs liés au Facteurs liés à la
EQUIPEMENT CONSTRUCTEUR MAINTENANCE
- documentation - conception - prép et formation des persos
- aptitude au démontage - qualité du service après-vente - moyens adéquats
- facilité d'utilisation - facilité d'obtention des pièces de rechange - études d'améliorations
- coût des pièces de rechange (maintenance améliorative)

Remarques : on peut améliorer la maintenabilité en :


― développant les documents d'aide à l'intervention
― améliorant l'aptitude de la machine au démontage (modifications risquant de coûter cher)
― améliorant l'interchangeabilité des pièces et sous ensemble.
9.3) Calcul de la maintenabilité
La maintenabilité peut se caractériser par MTTR , (Mean Time To Repair) que l'on peut traduire par
 la moyenne des temps techniques de réparation

MTTR =  Temps d'intervention pour n pannes


Nb de pannes

11°) DISPONIBILITÉ
11.1) - Définition

"Aptitude d'un bien, sous les aspects combinés de sa fiabilité, maintenabilité et de l'organisation de
la maintenance, à être en état d'accomplir une fonction requise dans des conditions de temps déterminées"
(NF X60-010).
11.2) - Commentaires

Pour qu'un équipement présente une bonne disponibilité, il doit :


- avoir le moins possible d'arrêts de production

- être rapidement remis en bon état s'il tombe en panne


La disponibilité d'un équipement dépend de nombreux facteurs :
Maint. Indus. 19

La disponibilité allie donc les notions de fiabilité et de maintenabilité

11.3) - CALCUL DE LA DISPONIBILITÉ

La disponibilité se traduira par la formule de base :

=
+

Augmenter la disponibilité passe par :

― l'allongement de la MTBF (action sur la fiabilité)

― la notion de le MTTR (action sur la maintenance)


Maint. Indus. 20

EXEMPLE
Le responsable de la maintenance d'une entreprise a le fichier historique d'un tour. Chaque tour est équipé d'un
terminal de saisie des données de production.
Ces données sont récapitulées dans le tableau ci-dessous.
Pièce de Coûts en
N° Défaillance Cause TBF en h. TTR en h.
rechange DA.
1 Moteur Electrique 80 contacteur 30000 2
2 Moteur Electrique 40 Relais thrm 30000 3
3 broche Mécanique 50 courroie 15000 2
4 broche Mécanique 100 roulement 20000 8
5 avance Electrique 60 pignon 30000 5
6 avance Electrique 40 Relais 15000 2
7 Lubrification Mécanique 20 Moteur 60000 3
8 Lubrification Hydraulique 5 Pignon 10000 4
9 Lubrification Hydraulique 10 Filtre 10000 3
10 Lubrification Hydraulique 20 réservoir 0 1.25

1°) Calculer le total des TBF. 2°) Calculer le total des TTR. 3°) Calculer le total du coût. 4°) Calculer la
MTBF pour le tour. 5°) Calculer la MTTR pour le tour. 6°) Calculer la disponibilité du tour
1°) Calculer le total des TBF. Total TBF = ∑ TBF = 425 h.,
2°) Calculer le total des TTR. Total TTR = ∑ TTR = 33,25 h.
3°) Calculer le total du coût. Total coût = ∑ coût = 220000 DA
4°) Calculer la MTBF pour le tour. MTBF = ∑ TBF / nb de défaillances = 425 / 10 = 42,5 h.
5°) Calculer la MTTR pour le tour. MTTR = ∑ TTR / nb de défaillances = 33,25 / 10 = 43,325
h.
6°) Calculer la disponibilité du tour en %. D = MTBF / (MTBF + MTTR) = 42,5 / (42,5 + 3,325) =
0,927 . D = 92,7 %

Vous aimerez peut-être aussi