Vous êtes sur la page 1sur 9

Gestion d’un projet Système d’information

Sommaire

Introduction 1
Première partie: Les bonnes pratiques de la gestion d’un Projet SI:
I. Concepts de base de la gestion d’un projet 2
A. Définitions : 2
1. Qu’est-ce qu’un Projet : 2
2. La Gestion d’un projet : 3
3. Les acteurs d’un projet : 3
B. Démarche de gestion d’un projet : 4
II. La gestion d’un projet SI 5
A. Rappel sur les SI : Définition, objectif d’un SI : 5
B. Caractéristiques d’un projet système d’information et l’importance sa gestion. 5
C. Le cycle de vie et la gestion d’un projet SI : 6
1. Etude d’opportunité et l’Analyse faisabilité 7
2. Collecte des besoins : 8
3. La conception 8
4. Implémentation, tests et validation (paramétrer, recetter et tester le nouveau système) 10
5. Déploiement, maintenance et sécurité 10
D. Les facteurs de réussite/échec d’un projet SI 13
Partie 2 : La conception et la mise en place d’un système d’informations la gestion des smart cities
(SIGSC) au sein de l’agence urbaine de Settat :
1. Contexte Général 15
2. Expression des besoins 16
3. Consistance de l’étude 17
a) Développement et mise en œuvre du SIGSC 17
b) Formation et Assistance technique : 18
4. Environnement Technique de Réalisation 18
Conclusion : 19
Bibliographie 20

1
Introduction
De nos jours, les entreprises misent de plus en plus sur les technologies de l’information améliorer
leur productivité et accroitre leur réactivité face aux évolutions rapides de l’environnement.
L’investissement dans un projet de système peut contribuer au développement de l’entreprise mais il
peut aussi la conduire à l’échec si elle ne prend pas en considération sa réalité et sa capacité
d’évolution de ses activités et de son environnement.
Un projet de système d'information consiste à proposer une amélioration technique dans le contexte
organisationnel et humain de l'entreprise.
Quelle démarche peut-on suivre pour parvenir à la bonne gestion d’un projet SI ?

Première partie: Les bonnes pratiques de la gestion d’un Projet SI

I. Concepts de base de la gestion d’un projet

A. Définitions :

Projet : La norme NF EN ISO 9000 définit le projet comme :« un Processus unique, qui consiste en
un ensemble d’activités coordonnées et maîtrisées comportant des dates de début et de fin, entrepris
dans le but d’atteindre un objectif conforme à des exigences spécifiques, incluant des contraintes de
délais, de coûts et de ressources ».

* Le cout : c’est l’objectif économique du projet, doit être estimant avec précision
et en détail les coûts du projet.
* Le délai : correspond à la date de livraison du projet, on doit maîtriser la durée.

Gestion d’un projet : La gestion de projet couvre l'ensemble les outils, techniques et méthodes qui


permettent au chef de projet et à l'équipe, qui lui est directement associée,
le conduire, coordonner et harmoniser les diverses tâches exécutées dans le cadre du projet, afin qu'il
satisfasse aux besoins explicites et implicites pour lesquels il a été entrepris.

A son lancement, le projet se caractérise par une forte incertitude. Il est difficile connaître tous les
paramètres qui permettraient de faire les bons choix. La prise de risques est donc incontournable.
Pour la gérer, il faut identifier les risques potentiels, prévoir des moyens pour éviter leur apparition ou
régler les problèmes survenus, autrement dit, anticiper. Il y a toujours des écarts entre le prévu et le
réalisé. Le chef de projet doit suivre ces données et proposer des solutions en cas de dérive.

Les acteurs d’un projet :

Acteurs Définition Rôle

Maître à l'origine du projet : exprime ● Sélectionne le projet

2
● Précise les objectifs

● Détermine sa faisabilité

● Évalue le budget
d’ouvrage un objectif,.
● Rédige un cahier des charges

● Nomme le chef de projet

● Valide les résultats

● Assure l'exploitation du produit fini

● Valide les résultats intermédiaires


Instance décisionnelle
Comité de ● Tranche les points durs non résolus au
représentative du niveau
pilotage niveau de l'équipe projet
stratégique du projet.
● Recadre les objectifs en cas de dérive

● Organise la gestion du projet

● Évalue les facteurs de risques

● Suit l'avancement des travaux

● Formalise les documents intermédiaires et


Maître d'œuvre Personne chargée de la
finaux
ou chef de réalisation opérationnelle du
projet projet. ● Suit les budgets et les délais

● Fait remonter au comité de pilotage les


décisions de son ressort

● Rend compte de l'avancement du projet au


maître d'ouvrage

● Réalise les travaux


personnes chargées de la
Équipe projet
réalisation du projet. ● Rend compte de leur avancement au chef
de projet

● Interviennent de façon ponctuelle à la


Personnes compétentes
demande du chef de projet
dans un domaine - rôle de
Experts
conseil / formation et/ou ● Donnent des avis techniques,
d'évaluation.
méthodologiques

Personnes qui seront en ● Interviennent en tant que conseil


interaction avec le produit du
Utilisateurs ● Testent le produit
projet lors de l'usage de
celui-ci.

B. Démarche de gestion d’un projet :

3
Un projet se démarque par son cycle de vie qui peut être définie comme un ensemble de phase. Le
responsable d’un projet devra définir les phases du projet en tenant compte des paramètres propres
au projet ou aux spécificités de l’entreprise.

1. Phase d’identification : le projet, son objectif et la stratégie de réalisation sont déterminés ;

2. Phase de définition : le contenu du projet est défini de façon plus précise, une planification
détaillée est établie.

3. Phase de réalisation : le produit est effectivement réalisé suivant le plan prévu et en
conformité avec les exigences du demandeur.

4. Phase de clôture : le produit est remis au demandeur, le projet est évalué et sa clôture
administrative effectuée.

On distingue différents cycles de vie en fonction d’un projet.

II. La gestion d’un projet SI

A. Rappel sur les SI : Définition, objectif d’un SI :

(SI) est un élément central d’une entreprise ou d’une organisation. Il permet aux différents
acteurs de véhiculer des informations et de communiquer grâce à un ensemble de
ressources matérielles, humaines et logicielles. Un SI permet de créer, collecter, stocker, traiter,
modifier des informations nécessaires pour l’administration, la communication, et la production de
l’organisation... son objectif est de restituer une information à la bonne personne et au bon moment
sous le format approprié.
À fin d’aider les utilisateurs à accomplir leurs rôles au sein d’une organisation.
Le système d’information est le moyen idéal pour gagner la course de la concurrence.

B. Caractéristiques d’un projet système d’information.

● L'objectif du projet n'est parfaitement défini qu'à l'achèvement de celui-ci : un SI est un produit

ayant des caractéristiques très spécifiques : -il est immatériel ; -il est reproductible - il nécessite une

maintenance - il a besoin d'évoluer - il possède une dimension subjective.

● Il n'est pas possible de donner une représentation visuelle d'un SI : il est décrit par ses fonctions.
La description n’est jamais exhaustive, et les modèles n'en donnent qu'une vue très partielle

C. Le cycle de vie et la gestion d’un projet SI :

4
1-Etude
d'opportunité et
de Analyse
faisabilité

5-déploiement,
2- Collecte des
maintenance et besoins
sécurité

4–
Implémentation, 3-Conception
tests et validation

1. Etude d’opportunité et l’Analyse faisabilité

Etude d’opportunité : préciser la pertinence d’un projet d’investissement au regard des objectifs de
l’entreprise.
Les champs d’amélioration :
- marché : nouveaux produits/services, qualité relations clients ou fournisseurs ;
- organisation : fonctionnement et conditions de réalisation du travail,
- économique : réduction/optimisation des coûts. Identifier les objectifs du projet
Analyse de la faisabilité : Confronter les objectifs du projet à la réalité de l’existant dans l’entreprise,
s’assurer que le projet correspond bien à une évolution envisageable. Il s’agit de vérifier que l’entreprise
peut mener ce projet au regard de trois dimensions : organisationnelle et sociale, technique,
économique.

2. Collecte des besoins :

La définition des besoins en concertation avec les utilisateurs.


Favoriser l’appropriation des changements, elle facilite aussi l’appel à la maîtrise d’œuvre
Se poser la question des besoins techniques fonctionnels, organisationnels et RH.

5
3. La conception
Mettre en place une structure projet participative : Les projets SI mobilisent des ressources et des
compétences dans l’entreprise et chez ses partenaires. La structuration des équipes (acteurs) qui seront
engagés dans la conduite du projet doit permettre d’organiser les coopérations pour la prise de décision,
de la mise en œuvre des actions et de l’information des acteurs concernés.

Utiliser l’analyse des processus : Il s’agit dans cette phase de repérer simultanément des besoins
fonctionnels, organisationnels et RH, de partager un même référentiel de description de l’activité de
travail entre utilisateurs, chef de projet et informaticiens.

Rédiger le cahier des charges fonctionnel et technique : Il s’agit de formaliser les besoins techniques et
fonctionnels en vue de faire appel à la maîtrise d’œuvre (prestataire interne ou externe) chargée de
mettre en place le nouveau SI.

Construire le partenariat prestataire/client  : C’est un point essentiel dans la réussite du projet. Le


partenariat et la contractualisation doivent se construire sur des exigences que ce soit du côté
prestataire mais également côté client.

4. Implémentation, tests et validation (paramétrer, recetter et tester le


nouveau système)
Le paramétrage consiste en une adaptation de l’applicatif aux spécificités de l’entreprise. Le prestataire
technique configure l’application selon les besoins exprimés dans les étapes précédentes. La recette est
l’ensemble des opérations de contrôle et de test permettant au maître d’ouvrage de vérifier que les
engagements du maître d’œuvre sont respectés (conformité aux spécifications).
Après que la phase du test est approuvée, le MO valide la mise en œuvre du projet.
La recette définitive constitue le point de départ de la garantie contractuelle.

5. Déploiement, maintenance et sécurité


Migrer les données et gérer la bascule :Il s’agit de la phase de déploiement du nouveau système, une
fois les solutions validées, paramétrées et testées.
Dans cette phase, la migration des données, c’est-à-dire, l’intégration de l’ensemble des données de
l’ancien au nouveau système informatique, cette étape implique des transferts de données.

Former les utilisateurs : La formation vise plusieurs objectifs : développer la maîtrise technique de
l’outil ; favoriser son appropriation par des mises en situation ; après le déploiement apporter des
formations complémentaires intégrant la résolution de difficultés non prévues au départ.

Maintenance : La maintenance d’un SI correspond à l’ensemble de ce que l’on peut faire pour garder le
système opérationnel. 
La maintenance peut être :
● Une maintenance Currative qui vise la correction des dysfonctionnements ;

6
● Une maintenance préventive qui permet d’anticiper la correction d’anomalie ;
● Une maintenance évolutive qui permet de faire évoluer un des composants du SI ;

Sécurité: La sécurité des systèmes d'information vise les objectifs suivants (C.A.I.D.) :
Confidentialité : seules les personnes autorisées peuvent avoir accès aux informations.
Authenticité: les utilisateurs doivent prouver leur identité par l'usage de code d'accès. 
Intégrité : les données doivent être celles que l'on attend, et ne doivent pas être altérées, illicite ou
malveillante.
Disponibilité : l'accès aux ressources du système d'information doit être permanent et sans faille durant
les plages d'utilisation prévues.

D. Les facteurs de réussite/échec d’un projet SI

Une étude réalisée entre 2011 et 2015 par Standish Group International sur des projets de système d’information
dévoile que :

● 56% des projets dépassent les budgets ;


● 60% des projets en sont en retard par rapport au délai ;
● 44% des projets sont annulés.

Tableau 2: Les facteurs internes et externes d'échec d’un projet SI

Facteurs Internes Facteurs Externes

● Sous-estimer l’impact de la résistance au ● Investissement par imitation de la


changement des collaborateurs face au concurrence en un SI peu adapté aux
nouveau système d’information. propres réalités de l’entreprise ;

● Ne pas prendre en considération la capacité ● S’engager avec un prestataire qui n’aura


d’évolution du SI au regard de l’évolution pas les moyens de répondre réellement à la
possible de l’activité de l’entreprise. demande (exigence client trop forte,
prestataire sous-dimensionné...) ;
● Construire une structure projet trop complexe
et inopérante, mobilisant trop de monde, trop ● Mauvaise gestion des conflits entre client et
longtemps ; prestataire de la solution SI (manque de
réactivité du prestataire).
● Sous-estimation l’importance de la phase
d’élaboration du cahier de charge ● Ne pas prendre en compte l’évolution
rapide et continue de l’environnement
● Installer et utiliser au plus vite avant
technologique.
l’ajustement du SI,
● La négligence de la mise en place des
● Risque de paralyser toute l’entreprise, si on
moyens techniques, organisationnels,
bascule vers le nouveau système en une fois.
juridiques et humains nécessaires à

● Le manque de maîtrise informatique peut empêcher l’intrusion et le détournement

7
augmenter le stress de l’utilisateur du système d'information
provoquant le rejet de l’outil,

● L’absence d’un plan de maintenance


périodique du SI

En fin on peut dire qu’un système d’information est jugé réussi quand il a une forte capacité évolutive
pour s’adapter à la réalité de l’entreprise et à son développement ainsi que s’aligner avec les
orientations et directives du sommet stratégique; ce qui ne peut être réalisé qu’à l’issue d’un plan de
gestion du projet SI visant une bonne maitrise de toutes les phases du cycle de vie de ce dernier, car
une seule dérive en une phase de ce cycle augmente la probabilité d’échec du projet dans son
ensemble et par conséquence mettre en cause la stabilité de l’entreprise vis-à-vis son environnement
concurrentiel au lieu de lui apporter d’avantages.

Partie 2 : La conception et la mise en place d’un système d’informations la


gestion des smart cities (SIGSC) au sein de l’agence urbaine de Settat  :

1. Contexte Général
L’agence urbaine de de Settat veut lancer un projet de mise en place d’un Système
d’Information pour la Gestion des Smart Cities (SIGSC) qui a pour objectif stratégique de faciliter et
rendre plus efficace la gestion du territoire, son aménagement et sa planification (6).
Deux applications complémentaires et évolutives constituent le socle de ce dispositif :
- Un Système de Gestion Communal ;
- Un Système de Gouvernance Territoriale ;

Voir cahier de charge


Le cahier des charges du SI est un document qui vise à expliciter et formaliser les fonctions et services
attendus du futur système d’information, à clarifier les rôles des partenaires, à définir les règles de
gestion et d’organisation des données, et plus généralement à fixer les contours, l’architecture et le
fonctionnement général du SI. Le cahier des charges du SI s’attache également à faire apparaître les
contraintes inhérentes au contexte spécifique dans lequel le projet s’inscrit (diversité de savoir-faire et de
moyens d’accès à l’information, fonctionnement en réseau, ...)

Conclusion :
Après avoir fait le tour sur le sujet, en commençant par les définitions relatifs à la gestion d’un
projet passant par un petit rappel sur qu’est-ce qu’un SI et son rôle au sein des entreprises, les

8
phases principales lié à la gestion d’un projet SI, ainsi que les facteurs clés de son échec dont
l’entreprises doivent mobilisées les ressources adéquats pour en tirer le maximum du profit, nous
sommes arrivé dans la deuxième partie à l’étude de cas concernant la conception et la mise en
place d’un système d’informations pour la gestion des smart cities (SIGSC) au sein de l’agence
urbaine de Settat , dans laquelle nous avons essayé de mettre l’accent  sur la partie technique qui
confirme l’idée que l’enjeu n’est plus de concevoir un SI mais de le faire évolué au rythme
des spécificités de l’entreprises et ses besoin ,tout en exploitant les avancés technologique pour
que notre fameux SI soit modulaire, évolutif, réactif, flexible et sécurisé.