Vous êtes sur la page 1sur 98

Chapitre I calcule thermique des parois

Mémoire
Chapitre I calcule thermique des parois

Remerciment1
Chapitre I calcule thermique des parois

Remerciment2
Chapitre I calcule thermique des parois

SOMMAIRE :
Introduction générale
Chapitre I calcule thermique des parois

Nomenclature :

 Notation latine :

Symbole désignation unité


tb Température extérieur de base °C
E Ecart diurne °C
ti Température intérieur optimal °C
tmp température moyenne superficielle °C
des parois
S  surface m2
tp Température de la paroi °C
t Température
A surface m2
e épaisseur m
R Résistance thermique m2 .k/W
h Coefficient de convection W/ m2 .K
thermique
C Coefficient de rayonnement du W/ m2 .K4
corps
T Température absolue K
E Densité se flux thermique W/ m2
n coefficient de réduction -

 Notations grecques :

Symbole désignation unité


Φb Humidité extérieur de base %
Φi Humidité relative intérieur du %
confort
∆ Différence -
Φ Humidité relative %
Φcond Flux de chaleur par conduction W
λ Coeff de conduction thermique W/m .K
Φconv Flux de chaleur par convection W
αr coefficient d`échange superficiel par W/ m2.°K
rayonnement

Φray Flux de chaleur par rayonnement W


Chapitre I calcule thermique des parois

∆θmax Différence de température °c


Chapitre I calcule thermique des parois

 Nombres adimensionnelle :

Symbole désignation Unité

 Indices :
Symbole Désignation
i Intérieur
i Nombre
n Nombre
e extérieur
Chapitre I calcule thermique des parois

Introduction générale

L’humain a toujours été à la recherche d’une atmosphère et d’un


cadre de vie qui lui permettre de faire toutes ses activités sans gêne.
Aujourd’hui et avec l’évolution de la vie, l’homme passe le plus clair
de son temps dans des environnements fermés.

Les exigences de confort et d’hygiène de l’homme nécessitent la


création d’un climat particulier à l’intérieure caractérisé par les
paramètres suivant : température de l’air ; humidité relative et vitesse
de l’air. Ces facteurs sont fourni par une installation qui se refroidit en
été et fournit de chauffage en hiver.

Donc le traitement de l’air est devenu une nécessité dans les


études technique pour la construction des bâtiments industriels ou
résidentiels.
Notre projet consiste à étudier un centre commercial afin d’aboutir
l’installation adéquate aux besoins de ce bâtiment.
Chapitre I calcule thermique des parois

Chapitre I :
Calcule thermique des
parois
Chapitre I calcule thermique des parois

CHAPITRE I

CALCUL THERMIQUE DES PAROIS

I.1. Introduction :

Le confort à l’intérieur d’un bâtiment dépendre de plusieurs paramètres dont les condition
personnelle( activité physique, habillement, état de santé), des condition thermique
interne( température, humidité relative de l’air et températures des surface environnement), de
l’environnement extérieur(température, humidité relative, vitesse du vent, ensoleillement…
ect), et des caractéristique thermo-physique des parois composante l’enveloppe extérieur du
bâtiment( parois opaque, vitrages)[1]

Dans ce chapitre, on va s’intéresser à étudier le comportement thermique des différent


parois composant le centre commercial et son influence sur le confort des occupants.

I.2.Notion du confort thermique :

Le confort hygrothermique est une notion difficile à cerner. Il est subjectif : d’une
personne à l’autre (âge, sexe, habitudes), d’une situation à l’autre (activités, habillement),
d’une époque à l’autre (les « standards » de confort ont beaucoup évolué durant le XXe
siècle), d’une heure ou d’une saison à l’autre, la sensation de bien-être ou l’absence de gêne
est très variable. Les tentatives d’objectivation du confort se sont appuyées sur des approches
statistiques. Il en ressort des critères physiques supposés satisfaire une majorité d’individus.
Ces critères sont principalement les températures de l’air et des parois, les variations spatiales
de ces températures, l’hygrométrie de l’air, les vitesses de l’air.

Dans un local, la moyenne entre la température de l’air et de celles des surfaces des parois
appelée « température opérative» est considérée comme la température intérieure ressentie.
Les fourchettes de valeurs de ces critères définissant des « zones » de confort dépendent, entre
autres, de l’activité du sujet et de son niveau d’habillement.
Chapitre I calcule thermique des parois

La demande de confort, à ne pas confondre avec la sensation du confort, évolue en fonction


de l’époque. Les exigences supposées exprimées par les usagers tendent vers l’obtention
d’une ambiance intérieure constante toute l’année. Le développement de la climatisation en
est un exemple frappant, exemple contradictoire avec les objectifs de limitation des émissions
de gaz à effet de serre : consommations électriques supplémentaires, forts appels de puissance
en été (engendrant la nécessité de pallier le « repos » du parc nucléaire en remettant en
marche des centrales à combustibles) et dissémination de fluides frigorigènes dont le
confinement n’est pas parfait et dont les rejets dans l’atmosphère représentent un impact
beaucoup plus important pour l’effet de serre que les consommations énergétiques
supplémentaires engendrées par la climatisation. [2]

I.3 description et situation :

I.3.1.description du projet :

Le projet qu’on va étudié est un centre commercial situé à Sidi Mabrouk supérieure ville de
Constantine. Il est de type (SS-R+4) (sous-sol, rez de chaussée et 4 étages), il est constitué des
magazines, des locaux techniques, salle de sport et une restaurant panoramique.

I.3.2.situation de projet :

La ville s'étend sur un plateau rocheux à 687 mètres d'altitude. Elle est coupée des régions qui
l'entourent par des gorges profondes où coule l'oued Rhummel, de tous côtés sauf à l'ouest. Le
choix de cet emplacement est avant tout une stratégie de défense. Aux alentours, la région
dotée de terres fertiles a fait de Constantine le grenier du pays à l'époque romaine. D’après les
données de la carte climatique d’Algérie [3] ; la ville se situe à la Zone B et voici les données
géographiques : [4]

Ville Latitude Φ Longitude L Altitude Z


(degré, minute) (degré, minute) (m)
Constantine 36.17 °N 6.37 °E 687

Tableau (I.1) donnés géographique de Constantine

I.4. paramètre extérieur de base :


Chapitre I calcule thermique des parois

Les paramètres extérieurs de base pour les deux périodes sont représentés dans le tableau (I.2)
[4]

Conditions climatique Période estivale Période Hivernal


Température extérieur tb (°C) 37 1
humidité extérieure Φb (%) 28 80
Ecart diurne E (°C) 15 -

Tableau (I.2) : condition climatique extérieur de base pour la ville de Constantine

I.5.parametre intérieure de confort :

Les paramètres intérieures doivent être choisis d’une façon a assuré un niveau de confort aux
occupants quel que soit leurs activités et leur durée de séjour.

I.5.1.température de l’air intérieur (ti) :

 Période hivernale :

Les températures intérieures pour la période hivernale sont normalisées (des normaux
internationaux). De point de vue sanitaire la température qui convient a un individu
physiquement au repos et de 20 °c. [4]

 Période estivale :

Les températures d’été les plus convenables correspondants a une déférence optimal entre les
températures extérieurs et intérieure cette différence varie de 7 à 10 degrés comme le montre
le tableau ci-dessous : [5]

TEMPERATURE EXTERIEUR DE BASE


tb<32 (°c) 32 à 35 (°c) 35 à 38 (°c) tb>38 (°c)
25(°c) 26(°c) 27(°c) 28(°c)
Température
intérieure optimale
Tableaux(I.3) : Température intérieur optimal (ti)

Dans notre cas la température extérieure de base est 37 °c donc ti = 27 °c

I.5.2. Humidité relative (Φi) :


Chapitre I calcule thermique des parois

Comme limite inferieur de Φi on peut admettre une valeur de 35%, la limite supérieure de Φi
dépend de la température de l’air intérieur. Pour des températures entre 18°c et 25°c
l’humidité relative peut variée entre 40% et 60%.

On a des problèmes de respirations si Φi<35%. Et un problème de transpiration si Φi>70%.


[4]

Dans notre cas On prendre Φi=50%.

Les températures et l’humidité relative intérieure des locaux recommandées sont représentée
dans le tableau suivant : [5] [6] [4]

NATURE DES LOCAUX TEMPERATURE RECOMMANDEE HUMIDITE RELATIVE


ti (°c) Φi (%)
Hiver été Hiver et été
Cuisine 20 27 50
Locaux à usage commun, 20 27 50
Circulation collective
Piscines 23 à 27 27 50
Salles de gymnases 15 à18 27 50
Restaurant 20 27 50
Toilettes 15 27 50
Bureaux 20 27 50
Boutique, Magasins 20 27 50
Salons d’essayage 20 27 50
Cage d’escalier 10 -

Tableau (I.4) : les conditions climatiques intérieures recommandées

I.5.3.la vitesse de l’air :

La vitesse de l’air ambiante pour la climatisation de confort (magazines, banque, service


publics) est variée entre 0.20 m/s à 0.30 m/s. [5]

I.5.4.température moyenne superficielle des parois :


Chapitre I calcule thermique des parois

n n
tmp= ∑ (si∗tpi)/∑ si
i=1 i=1

Pratiquement la sensation du confort du corps humain est donnée en fonction de l’effet


combien de la température de l’air intérieur (ti) et la température moyenne des parois telle
que : ∆t=ti-tmp

Pour les murs : ∆t= (2 à 3) °c

Pour planchers : ∆t= (2 à 6) °c [4]

I.5.5. la qualité de l’air :

Un air de mauvaise qualité provoque une respiration peut activer, insuffisance d’oxydation et
une fatigue prématurée. [4]

I.6.Désignation des locaux :

I.6.2. le rez de chaussé :

N° du Désignation t Φ t Φ H Surface Volume


locale estival estival hivernal hivernal (m) (m²) (m³)
(°c) (%) (°c) (%)

R01 Superette 27 50 20 50 3.95 263.29 1039.99


R02 Dépôt 27 50 20 50 3.95 40.02 158.08
R03 Cour de service 27 50 20 50 3.95 21.45
+aces de superette 84.73
R04 WC 27 50 15 50 3.95 1.72 6.80
R05 Vestiaire sécurité 27 50 20 50 3.95 5.00
19.80
R06 Hall 27 50 20 50 3.95 57.11
225.58
R07 Restaurant 27 50 20 50 3.95 20.44 80.74

Tableau(I.5) : Températures et humidité relative des différents locaux. " Rez de


chaussé".
Chapitre I calcule thermique des parois

I.6.3 le 1erétage :

N° du Désignation t Φ t Φ H Surface Volume


locale estival estival hivernal hivernal (m) (m²) (m³)
(°c) (%) (°c) (%)

E101 Magasin 1 27 50 20 50 3.95 22.78 89,98


E102 Magasin 2 27 50 20 50 3.95 38 150,1
E103 Magasin 3 27 50 20 50 3.95 38.55 152,27
E104 Magasin 4 27 50 20 50 3.95 33.04 130,51
E105 Magasin 5 27 50 20 50 3.95 52.38
206,9
E106 Magasin 6 27 50 20 50 3.95 41.7
164,72
E107 Magasin 7 27 50 20 50 3.95 27.64 109,18
E108 Magasin 8 27 50 20 50 3.95 21.06 83,19
E109 Magasin 9 27 50 20 50 3.95 23.3 92,04
E110 Magasin 10 27 50 20 50 3.95 31.89 125,97
E111 WC/F 27 50 15 50 3.95 6.46 25,52
E112 WC/H 27 50 15 50 3.95 9.70 38,32
E113 Salle de prière 27 50 20 50 3.95 12.79 50,52
E114 Circulation 27 50 20 50 3.95 81.29 321,10
E115 Service 27 50 20 50 3.95 7.18 28,36

Tableau(I.6) : Températures et humidité relative des différents locaux. " 1er étage".

I.6.4. le 2em étage :

N° du désignation t Φ t Φ H Surface Volume


locale estival estival hivernal hivernal (m) (m²) (m³)
(°c) (%) (°c) (%)

E201 Magasin 1 27 50 20 50 3.95 22.34 88,24


E202 Magasin 2 27 50 20 50 3.95 35.93 141,92
E203 Magasin 3 27 50 20 50 3.95 49.83 196,83
E204 Magasin 4 27 50 20 50 3.95 40.19 158,75
E205 Magasin 5 27 50 20 50 3.95 52.62
207,85
Chapitre I calcule thermique des parois

E206 Magasin 6 27 50 20 50 3.95 42.05


166,10
E207 Magasin 7 27 50 20 50 3.95 11.18 44.16
E208 Magasin 8 27 50 20 50 3.95 24.58 97.09
E209 Magasin 9 27 50 20 50 3.95 20.16 79.63
E210 Magasin 10 27 50 20 50 3.95 15.32 60.51
E211 Magasin 11 27 50 20 50 3.95 21.20 83.74
E212 Magasin 12 27 50 20 50 3.95 28.02 110.68
E213 Circulation 27 50 20 50 3.95 77.31 305,37
E214 Local technique 27 50 20 50 3.95 4.72 18,64
E215 WC 27 50 15 50 3.95 5.37 21,21
E216 Service 27 50 20 50 3.95 12.48 49,30

Tableau(I.7) : Températures et humidité relative des différents locaux. " 2em étage".

I.6.5. le 3em étage :

N° du désignation t Φ t Φ H Surface Volume


locale estival estival hivernal hivernal (m) (m²) (m³)
(°c) (%) (°c) (%)

E301 Salle de sport 27 50 18 50 3.95 283.16 1118,48


E302 dépôt 27 50 20 50 3.95 7.75 30,61
E303 circulation 27 50 20 50 3.95 35.34 139,59
E304 Administration de 27 50 20 50 3.95 32.68
centre 129,09
E305 Bureau 27 50 20 50 3.95 18.13
71,61
E306 Hall 27 50 20 50 3.95 9.82
38,79
E307 Kitchenette 27 50 20 50 3.95 9.46 37,37
E308 WC 27 50 15 50 3.95 3.56 14,06
E309 SDB 27 50 20 50 3.95 2.65 10,47
E310 WC/H 27 50 15 50 3.95 12.32 48,66
E311 WC/F 27 50 15 50 3.95 13.27 52,42
E312 Service 27 50 20 50 3.95 7.04 27,81
Tableau(I.8) : Températures et humidité relative des différents locaux. " 3em étage".

I.6.6. le 4em étage :


Chapitre I calcule thermique des parois

N° du désignation t Φ t Φ H Surface Volume


locale estival estival hivernal hivernal (m) (m²) (m³)
(°c) (%) (°c) (%)
E401 Restaurant 27 50 20 50 3.95 325.91
panoramique 1287,34
E402 Dépôt 27 50 20 50 3.95 5.08 20,07
E403 Préparation 27 50 20 50 3.95 31.53 124,54
E404 WC 27 50 15 50 3.95 1.65 6,52
E405 Douche 27 50 20 50 3.95 1.61
6,36
E406 WC/H 27 50 15 50 3.95 1.70 6,72
E407 WC/F 27 50 15 50 3.95 2.26 8,93
E408 circulation 27 50 20 50 3.95 40.4 159,58

Tableau(I.9) : Températures et humidité relative des différents locaux. " 4em étage".

I.6.7.la buanderie :

N° du désignation t Φ t Φ H Surface Volume


locale estival estival hivernal hivernal (m) (m²) (m³)
(°c) (%) (°c) (%)
E501 buanderie 27 50 20 50 3.95 116.19 458,95
E502 Dépôt 27 50 20 50 3.95 5.05 19,95
E503 hall 27 50 20 50 3.95 14.04 55,46
E504 WC 27 50 15 50 3.95 1.84 7,27
E505 Salle d’eau 27 50 15 50 3.95 4.06
16,04
E506 Local technique 27 50 20 50 3.95 8.53 33,69
E507 Local chaufferie 27 50 20 50 3.95 10.15 40,09

Tableau(I.10) : Températures et humidité relative des différents locaux. " Buanderie".

I.7.calcule de différentes parois :

I.7.1.définition de transfert de chaleur :


Chapitre I calcule thermique des parois

Les échanges d’énergie thermique entre solide et fluide qui ne sont pas à la même température
peuvent s’effectuer de trois façons différentes a savoir par conduction, par convection et par
rayonnement. [7]

I.7.2.Les modes de transfert de chaleur :

a) conduction :

Lorsqu’il y a transmission de chaleur par conduction, la chaleur se propage à l’intérieur d’un


même corps ou d’un même fluide de particule à particule ces dernière étant au repose.

L’application de la loi de Fourier a une paroi homogène conduite a exprimer le flux thermique
qui traverse une paroi donné par l’équation fondamentale suivante : [7]

λ t 1−t 2
Φcond=A. e .(t1-t2) = A. R
en W

Telle que :

t1: température de la surface chaude [°C]

t2: température de la surface froid [°C]

b) convection :

Lorsque la transmission de chaleur s’effectue par convection, le transfert a lieu d’un fluide
liquide ou gazeux a un corps solide ou inversement et résulte du déplacement relatif des
particules constitutive, le coefficient de proportionnalité de la loi de Fourier est appeler
coefficient de convection thermique et est noté hc . [7]

Φconv= hc .A. (t1-t2) en W

 Convection libre :

La Convection libre est due à la différence de densité entre les parties chaudes et froides du
fluide (le fluide chaud montre et le fluide froid descend).

 Convection forcée :

La Convection forcé est due par le mouvement du fluide qui produit par un agent extérieur
(pompe, ventilateur, …etc.).

c)rayonnement :
Chapitre I calcule thermique des parois

On appelle rayonnent, l'ensemble des échanges d'énergie à distance entre les corps sans
support matériel. La quantité de chaleur rayonnée par la surface d'un corps est donnée par la
formule suivante : Φray= αr. S. (T1-T2)

αr: coefficient. d`échange superficiel par rayonnement [W/ m2.°K]

T1, T2: température absolue du corps de rayonnement en [°K] [3]

I.7.3/ Choix des différentes parois :

Le choix de la structure se fait sorte à respecter les points suivants :

 Une résistance de transmission globale minimale pour limité le flux thermique et évité
la condensation de la vapeur d’eau sur la surface intérieure de la paroi.
 Une stabilité thermique nécessaire pour limiter la variation de la température de l’air,
de la température interne aux parois dues à la variation du climat extérieure.
 Une résistance à la perméabilité à la vapeur d’eau à l'intérieure de la paroi

a) coefficient global d’échange de chaleur K :

Dans la plus part des cas, les parois a travers laquelle la transmission de chaleur s’effectue par
conduction ne comporte pas qu’une seule couche de matériaux d’épaisseur e et de coefficient
de transmission thermique par conduction λ mais plusieurs couche de matériaux défirent
(couche que nous supposant homogène), chaqu’une d’elle ayant une épaisseur ej et un
coefficient de transmission thermique par conduction λj on a alors :

1
1
K=
R
= 1
n
+∑ +
ei 1 en W/ m2 K
hi i=1 λi he

- L’expression du flux de chaleur transmis est :

Φ= K S (ti - te) en W

- Dans la formule précédente :


Chapitre I calcule thermique des parois

1
hi
= Ri, est dénommé résistance thermique superficielle interne.
1
he
= Re, est dénommé résistance thermique superficielle externe.

∑ eiλi = Rλ est dénommé résistance thermique des différentes couche de matériaux


i=1

Chaque résistance s’exprimant en m2 K / W [7]

1/h Paroi en contact avec : Paroi en contact avec :


-L’extérieur -un autre locale chauffé ou
[m2. °c/w]
-un passage ouvert non chauffé
-un local ouvert -un comble
-un vide sanitaire

1/hi 1/he 1/hi+1/he 1/hi 1/he 1/hi+1/he


paroi vertical

0.11 0.06 0.17 0.11 0.11 0.22

Paroi horizontale avec flux


ascendant (toiture)
0.09 0.05 0.14 0.09 0.09 0.18

Paroi horizontale avec flux


descendant (plancher bas)
0.17 0.05 0.22 0.17 0.17 0.34

Tableau(I.11) précalcul des résistances thermique superficiel des paroi des constructions
1/hi , 1/he [7]

b) calcule de coefficient global d’échange de chaleur K pour les différents parois : [6]

b.1)- Mur extérieur (35cm) :

N° Désignation ei λi Ri
Chapitre I calcule thermique des parois

(m) (W/ m. °c) (m2. °c/W)


01 Enduite en plâtre 0.02 0.7 0.0286
02 Brique creuse 0.1 0.55 0.1818
03 Lame d’air 0.05 / 0.11
04 Brique creuse 0.15 0.55 0.2727
05 Enduite en ciment 0.03 1.4 0.02
∑ Ri = 0.6131

1
1
K=
R
= 1
+∑ Ri+
1
hi he

1
K = ¿ 0.11+0.6131+0.06 K= 1.28W/ m2 °c

b.2)- Mur intérieur (13 cm) :

N° Désignation ei λi Ri
(m) (W/ m. °c) (m2. °c/W) INT EXT
01 Enduite en plâtre 0.015 0.7 0.021
02 Brique creuse 0.1 0.55 0.1818
03 Enduite en plâtre 0.015 0.7 0.021
∑ Ri = 0.2238

1
1
K=
R
= 1
+∑ Ri+
1
hi he

1
K = ¿ 0.11+0.2238+0.11 K= 2.25 W/ m2 °c

b.3)- Mur intérieur (18cm) :

N° Désignation ei λi Ri
(m) (W/ m. °c) (m2. °c/W)
01 Enduite en plâtre 0.015 0.7 0.021
02 Brique creuse 0.15 0.55 0.2727
03 Enduite en plâtre 0.015 0.7 0.021
∑ Ri = 0.3147
Chapitre I calcule thermique des parois

INT EXT

1
1
K=
R
= 1
+∑ Ri+
1
hi he

1
K = ¿ 0.11+0.3147+ 0.11 K = 1.87 W/ m2 °c

b.4)- Mur intérieur (33cm) :

N° Désignation ei λi Ri
(m) (W/ m. °c) (m2. °c/W)
01 Enduite en plâtre 0.015 0.7 0.021
02 Brique creuse 0.1 0.55 0.2727 INT EXT
03 Lame d’air 0.1 / 0.16
04 Brique creuse 0.1 0.55 0.2727
03 Enduite en plâtre 0.015 0.7 0.021
∑ Ri = 0.74

1
1
K=
R
= 1
+∑ Ri+
1
hi he

1
K = ¿ 0.11+0.74+ 0.11 K = 1.04 W/ m2 °c

b.5)-plancher entre étage (29 cm) :

N° Désignation ei λi Ri
(m) (W/ m. °c) (m2. °c/W)
01 Carrelage 0.025 0.546 0.0458
02 Enduite en ciment 0.025 1.4 0.0178
03 Béton armé 0.1 2.1 0.0476
04 Hourdis 0.1 0.976 0.1025
05 Enduite en ciment 0.02 1.4 0.0143
06 Enduite en plâtre 0.02 0.7 0.021
∑ Ri = 0.249
Chapitre I calcule thermique des parois

1
1
K=
R
= 1
+∑ Ri+
1
hi he

 le flux est descendant :

1
K = ¿ 0.17+0.249+0.17 K = 1.70 W/ m2 °c

 le flux est ascendant :

1
K = ¿ 0.09+0.249+0.09 K = 2.33 W/ m2 °c

b.6)-plancher sur sol (50.5 cm) :

N° Désignation ei λi Ri
(m) (W/ m. °c) (m2. °c/W)
01 Carrelage 0.025 0.546 0.0458
02 Chape ciment 0.05 1.4 0.0357
03 sable 0.02 0.6 0.0333
04 Béton armé 0.10 2.1 0.0476
05 Pierres 0.31 3 0.1033
∑ Ri = 0.2657

le flux est descendant.

1
1
K=
R
= 1
+∑ Ri+
1
hi he

1
K = ¿ 0.17+0.2657+ 0.17 K = 1.65 W/ m2 °c
Chapitre I calcule thermique des parois

b.7)-Toiture (32 cm) :

N° Désignation ei λi Ri
(m) (W/ m. °c) (m2. °c/W)
01 Gravillon 0.02 0.814 0.0246
02 Carton bitume 0.02 0.23 0.0869
03 Liège 0.04 0.046 0.8696
04 Chape en ciment 0.02 1.4 0.0143
05 Béton armé 0.1 2.1 0.0476
06 Hourdis 0.1 0.976 0.1025
07 Enduite en plâtre 0.02 0.7 0.0286
∑ Ri = 1.1741

1
1
K=
R
= 1
+∑ Ri+
1
hi he

 le flux est ascendant :

1
K = ¿ 0.09+1.1741+ 0.05 K =0.76 W/ m2 °c

 le flux est descendant :

1
K = ¿ 0.17+1.1741+0.05 K = 0.71 W/ m2 °c
Chapitre I calcule thermique des parois

c)- coefficient globale d’échange K des fenêtres et portes : [11]

Type de Epaisseur de la Nature de la Paroi verticale Paroi horizontale


vitrage lame d’air « mm menuiserie
»
Vitrage Bois 5.0 5.5
Simple Métal 5.8 6.5
5à7 Bois 3.3 3.5 4.3
Métal 4.0
Vitrage 8à9 Bios 3.1 3.3
Double Métal 3.9 4.2

10 à 11 Bios 3.0 3.2


Métal 3.8 4.1
12 à 13 Bios 2.9 3.1
Métal 3.7 4.0
Double Plus de 30 Bois 2.6 2.7
Fenêtre Métal 3.0 3.2

Tableau(I.12) : Valeurs des coefficients K des vitrages.

K « W / m2.oC » Portes donnant Portes donnant sur


sur l’extérieur un local non
chauffé
Portes en bois
• Portes opaques 3.4 2
• Portes avec une proportion de vitrage < 30 % 4.0 2.4

• Portes avec une proportion de vitrage comprise 4.5 2.7


entre 30% et 60%
Portes en métal
• Portes opaques 5.8 4.5
• Portes équipées de vitrage simple 5.8 4.5
Tableau(I.13) : Valeurs des coefficients K des portes courantes.

I-8- Etude de la résistance thermique minimale exigée des parois  :

Le but de protection thermique est de réalisé un confort hygrothermique admit


raisonnable. Pour ce faire on détermine la résistance minimale nécessaire. cette
résistance on considérant pour deux avantages  :
 Assuré une température convenable sur la surface intérieur de la paroi extérieure.
Chapitre I calcule thermique des parois

 Evité le risque d’apparition de la condensation superficielle.

Cette résistance donnée par la relation suivante : [8]

n(ti−te)
Rmin = hi ∆θ max
en m2. °c/W

D’où :

 ti : la température intérieur du local

 te : la température extérieur du local

 hi : coefficient de transmission de chaleur

 n : coefficient de réduction pour tenir compte l’influence de la température de l’air sur la paroi extérieur .

« n » La nature et type du paroi

n=1 Pour les paroi situer directement vers l’extérieur

n = 0.9 Pour Plancher sur sol

n = 0.75 Plancher sur vide sanitaire

n = 0.6 Plancher sur vide non ventilé

Tableau(I.14) : Valeurs des coefficients de réduction «n».

 ∆ θ max : La différence de température entre l'air intérieur et la surface intérieure de


la paroi

Designation ∆ θ max (°c)

Paroi Terrasse

Bâtiment, administration, hôpital 3.5 4.5

Cinema, théâtre, école. 7 5.5

Bâtiment industrielle 8-12 7-12

Douche, sale de bain. 6.5 6.5

Habitation 3.5 3.0


Chapitre I calcule thermique des parois

Tableau(I.15) : différence de température entre l'air intérieur et la surface intérieure


de la paroi.

Exemple de calcule : Mure extérieur (35 cm)

n=1 ∆θmax=3.5 °c

1∗(20−1)
ti= 20 °c k=1.2769 W/ m2 °c Rmin = = 0.5971 m2. °c/W
9.091∗3.5

te= 1 °c hi=9.091 W/ m2 °c

Alor : Rmin=0.5971 m2. °c/W

Et Rcal= 0.6131 m2. °c/W

Rcal > Rmin donc la structure est bonne.

Les autres parois sont présentées dans le tableau suivant :

paroi ti te k hi ∆θ max n Rcal Rmin Rcal > Rmin


(°c) (°c) (W/ (W/ m2°c) (°c) 2
(m .°c/W) 2
(m . °c/W)
m2°c)

Mure extérieur 20 1 1.2769 9.091 3.5 1 0.7831 0.5971 Vérifier


(35 cm)
Mure extérieur 15 1 1.2769 9.091 3.5 1 0.7831 0.4399 Vérifier
(35 cm)
Mure intérieur 20 15 2.2532 9.091 3.5 1 0.4438 0.1571 Vérifier
(13 cm)
Mure intérieur 20 15 1.8702 9.091 3.5 1 0.5347 0.1571 Vérifier
(18 cm)
Mure intérieur 20 15 1.0555 9.091 3.5 1 0.9474 0.1571 Vérifier
(33 cm)
Plancher entre 20 15 2.3310 11.1111 4.5 0. 0.4290 0.0900 Vérifier
étager
(ascendant) 9
Plancher entre 20 15 1.6978 5.8824 4.5 0. 0.5889 0.1699 Vérifier
étager
(descendant) 9
Toiture 20 1 0.7610 11.1111 4.5 0. 1.3140 0.3420 Vérifier
(ascendant)
9
Toiture 20 1 0.7173 5.8823 4.5 0. 1.3941 0.6460 Vérifier
(descendant)
9
Chapitre I calcule thermique des parois

Tableau(I.16) : étude de la résistance minimale exigée

I.9.etude de la condensation :

La condensation est la transformation sous forme d’eau liquide de la vapeur d’eau contenue
dans l’air ambiant et son apparition à l’intérieur d’une paroi de construction. Il peut s’agir de
condensation superficielle qui se manifeste sur les surfaces des parois sous formes de liquide
en film continu ou bien de gouttelettes, ce qui provoque la détérioration de la peinture ou le
décollage du papier peint. Il peut aussi s’agir de condensation dans la masse. [4]

I-9-1- vérification de la Condensation superficielle :

La condensation superficielle apparaît sur les parois internes pendant la période hivernale
lorsque la température de ces parois est inférieure à celle de rosée. Donc pour l’éviter il faut
que : [4]

TPi > Tr

Avec :

K
tpi = ti – hi (ti – te)

D’où :

T Pi : Température de la face interne de la paroi [°C]

ti : Température de l’ambiance interne [°C]

te : Température de l’ambiance externe [°C]

Tr : Température de rosée est la température à laquelle l’air humide que l’on refroidit arrive
à la saturation (φ= 100%). La détermination du point de rosée s’effectue d’après le
diagramme (H-X).

Application au projet :
Mur extérieur de 35 Cm :
 K =1,28 W/m2 °C.
20 °C et φ = 50 % ► D’après le diagramme (h-x) ; la température de rossé est : 9 °C
Donc :
Chapitre I calcule thermique des parois

1.28
Tpi = 20 – 9.09 (20-1) = 17.32 °C

Parois ti te ⱷ K Hi Tpi Tr remarque


°C °C [%] W/m2 °C. W/m2 °C.
°C °C
Mur extérieure 20 1 50 1.28 9.09 17.32 9

Mur extérieure 15 1 50 1.28 9.09 13.02 5


tpi>tr dans tous les parois
donc l’y a pas de risque de
Toiture 20 1 50 0.76 11.11 18.70 9 condensation superficielle
(terrasse)

Toiture 15 1 50 2.33 11.11 12.06 5

Tableau(I.17) : Vérification de la condensation superficielle.

I-9-2. Vérification de la Condensation dans la masse :

Les éléments de maçonnerie sont perméables à la vapeur d’eau dont la migration s’effectue de
la pression la plus élevée vers la moins élevée. Cette migration dépend d’un coefficient
caractérisant les matériaux constituant les parois dit « coefficient de perméabilité » de la

vapeur notée ᴫ. De ce fait la paroi se refroidis intérieurement de sa face chaude (intérieur)


vers sa face froide (extérieur), et le point de condensation peut être atteint à l’intérieur de la
masse.

L’étude de l’évolution de la pression de saturation au niveau des différents couches de la paroi


et sa comparaison avec l’évolution de la pression partielle entre l’intérieure et l’extérieure.

Et en utilisant le diagramme de « GLASER» pour vérifier si il y a un risque de la


condensation dans la masse.

Pour qu’il y a pas de condensation dans la masse il faut que la pression partielle de la vapeur
d’eau reste toujours en n’importe quel point de la paroi inferieur à la pression de saturation de
cette même vapeur d’eau. [1]

La méthode de vérification est la suivant (méthode de GLASER):


Chapitre I calcule thermique des parois

 Détermination de la résistance à la diffusion des vapeurs de différentes couches des


parois : Rd=e/ᴫ
 On calcule les températures aux interfaces de différentes couches.
 détermination de la pression de saturation correspondante à chaque température.
 détermination de la pression partielle aux interfaces à partir de :

( ppi− ppe)
ppn =ppe + ∑ ei / ᴫi
n

i=1

φe φi
avec : ppe = pse . 100 et ppi = psi. 100

ppi et ppe : sont respectivement les pressions partielle du coté intérieur et du coté
extérieur en mm Hg .

psi et pse : sont respectivement les pressions de saturation du coté intérieur et du coté
extérieur en mm Hg .

φi et φe : sont respectivement l’humidité relative intérieur et extérieur.

ᴫ  : perméabilité de la diffusion de vapeur de la n


n
eme
couche.

 Tracer les courbes des pressions partielles et de saturation respectivement


en fonction de l’épaisseur de chaque couche de la paroi.
 On compare la position d’une couche par rapport à l’autre.

Application au projet :

a-mur extérieur de 35 cm :

te =1 °c φe = 80 %

ti = 20 °c φi = 50% k= 1.28 W/m2 °C

-Détermination de la température de chaque couche :

On considère que le flux qui traverse la paroi est constant : Φ= cts

Φ= K*(ti-te) = he*(tpe-te) = λ1/e1 (t1-tpe) = λ2/e2 (t2-t1) = λ3/e3 (t3-t2) = λ4/e4 (t4-t3)
= λ5/e5 (tpi-t4) = hi (tpi-ti)
Chapitre I calcule thermique des parois

ti−te 20−1
 tpe = te + .k=1+ *1.28 = 2.46 °c
he 16.66
 tp1 =tp e + K (ti –te) *R1= 2.46 + 1.28* (20 –1) *0.02 = 2.95 °c
 tp2 =tp1 + K (ti –te) *R2= 2.95 + 1.28* (20 –1) *0.2727 = 9.58 °c
 tp3 =tp2+ K (ti –te) *R3 = 9.58+ 1.28* (20–1) *0.11 = 12.25 °c
 tp4 =tp3 + K (ti –te) *R4 = 12.25 + 1.28* (20 –1) *0.1818 = 16.67 °c
 tpi =tp4 + K (ti –te) *R5 = 16.67 + 1.28* (20–1) *0.0286 = 17.37 °c

-Détermination du pression partielle :

N° Désignation ei ᴫi Rdi = ei/ᴫi Ri


(m) (g/mh.mmHg (m².hmmHg/g (m2. °c/W)
) )
01 Enduite en plâtre 0.02 0.013 1.54 0.0286
02 Brique creuse 0.1 0.014 7.14 0.1818
03 Lame d’air 0.05 0.09 0.56 0.11
04 Brique creuse 0.15 0.02 7.5 0.2727
05 Enduite en ciment 0.03 0.005 6 0.02
∑ Rd i=¿ ¿ 22.74

Tableau (I.18) : les valeurs de la résistance Σei/ᴫi du mur extérieur

1°C p se =4.50mm hg

20°C p si =17.25 mm hg [9]

P P e=φ e P S e /100 = 80/100 x 4, 50 = 3.6 mm Hg

P P i= φ i P S i /100 = 50/100 x 17.25 = 8.63 mm Hg

(P p i – P p e)
qv= =¿ (8.63−3.6)
Σ( )
e = 0.22 g/ m²h
22.74
π

qv : débit de vapeur en g/ m²h

 Pp1=Ppi – qv*Rd1 = 8.63 – 0.22 * 1.54 = 8.29 mm Hg


 Pp2=Pp1 – qv*Rd2 = 8.29- 0.22*7.14 = 6.72 mm Hg
 Pp3=Pp2– qv*Rd3= 6.72 – 0.22* 0.56 = 6.60 mm Hg
 Pp4=Pp3 – qv*Rd4= 6.60 – 0.22*7.5 = 4.95 mm Hg
Chapitre I calcule thermique des parois

 Pp5=Pp4– qv*Rd5 = 4.95- 0.22* 6= 3.63 mm Hg

Ps : On détermine les valeurs de la pression de saturation d’air par interpolation.

t (°c) 1 2.46 2.95 9.58 12.25 16.67 17.37 20


e (m) - 0.02 0.1 0.05 0.15 0.03 - -
Ppv (mmhg) 3.6 --- 3.63 4.95 6.60 6.72 8.29 8.63
Ps (mmhg) 4.5 5.24 5.49 9 10.81 14.35 15.02 17.25

Ppv (mmhg) Ps (mmhg)

17.25

15.02
14.35

10.81
9 8.63
8.29
6.6 6.72
5.25 5.49 4.95
4.5
3.6 3.63

0 0.02 0.12 0.17 0.32 0.35

Figure (I.1) Diagramme de GLAZER "Mur extérieur "

Remarque :

D’après le diagramme de Glaser on remarque qu’il n’y’a pas de risque de condensation dans
la masse car la Pression partielle dans chaque couche reste inferieure a la pression de
saturation, Ppv < Ps.

b-Toiture (terrasse) de 29 cm :


te =1 °c φe = 80 %

ti= 20 °c φi = 50% k= 2.57 W/m2 °C

- Détermination de la température de chaque couche :

ti−te 20−1
tpe= te+ .k=1+ *2.57 = 3.44 °c
he 20

tp1 =tp e + K (ti –te) *R1= 3.44 + 2.57 * (20 –1) *0.0458 = 5.67 °c

tp2 =tp1 + K (ti –te) *R2=5.67 + 2.57 * (20 –1) *0.0178= 6.53 °c
Chapitre I calcule thermique des parois

tp3 =tp2+ K (ti –te) *R3 = 6.53+ 2.57 * (20–1) *0.0476= 8.85 °c

tp4 =tp3 + K (ti –te) *R4=8.85 + 2.57 * (20 –1) *0.1025= 13.85 °c

tp5=tp4 + K (ti –te) *R5= 13.85 + 2.57 * (20–1) *0.0143= 14.54 °c

tpi =tp5 + K (ti –te) *R6= 14.54 + 2.57 * (20–1) *0.021= 15.56 °c

- Détermination pression partielle :

N° Désignation ei ᴫi Rdi = ei/ᴫi Ri


(m) (g/mh.mmHg (m².hmmHg/g) (m2. °c/W)
)
01 Carrelage 0.025 0.0015 16.66 0.0458
02 Enduite en ciment 0.025 0.005 5 0.0178
03 Béton armé 0.1 0.015 6.66 0.0476
04 Hourdis 0.1 0.020 5 0.1025
05 Enduite en ciment 0.02 0.005 4 0.0143
06 Enduite en plâtre 0.02 0.013 1.53 0.021
∑ Rd i=¿ ¿ 38.82

Tableau (I.18) : les valeurs de la résistance Σei/ᴫi de la toiture (terrasse).

1°C p se =4.50mm hg

20°C p si =17.25 mm hg [9]

P P e=φ e P Se /100 = 80/100 x 4, 50 = 3.6 mm Hg

P P i=φ i P S i /100 = 50/100 x 17.25 = 8.63 mm Hg

(P p i – P p e) (8.63−3.6)
qv= =
e 22.74 = 0.22 g/ m²h
Σ( )
π

Pp1=Ppi – qv*Rd1 = 8.63 – 0.22 * 16.66 = 4.96 mm Hg

Pp2=Pp1 – qv*Rd2 = 4.96- 0.22*5 = 3.86 mm Hg

Pp3=Pp2– qv*Rd3= 3.86 – 0.22* 6.66 = 2.40 mm Hg


Chapitre I calcule thermique des parois

Pp4=Pp3 – qv*Rd4= 2.40 – 0.22*5 = 1.3 mm Hg

Pp5=Pp4– qv*Rd5 = 1.3- 0.22* 4 = 0.42 mm Hg

Pp6=Pp5– qv*Rd6 = 0.42- 0.22* 1.53= 0.0834 mm Hg

Ps : On détermine les valeurs de la pression de saturation d’air par interpolation.

t (°c) 1 3.44 5.67 6.53 8.85 13.85 14.54 15.56 20


e (m) - 0.025 0.025 0.1 0.1 0.02 0.02 - -
Ppv (mmhg) 3.6 --- 0.0834 0.42 1.3 2.40 3.86 4.96 8.63
Ps (mmhg) 4.5 5.74 6.90 7.36 8.61 11.94 12.43 13.25 17.25

Ppv (mmhg) Ps (mmhg)

17.25

13.25
12.43
11.94

8.61 8.63
7.36
6.9
5.74
4.96
4.5
3.6 3.86
2.4
1.3
0.08 0.42
0 0.03 0.05 0.15 0.25 0.27 0.03

Figure (I.2) Diagramme de GLAZER " toiture (terrasse)".

Remarque :

D’après le diagramme de Glaser on remarque qu’il n’y’a pas de risque de condensation dans
la masse car la Pression partielle dans chaque couche reste inferieure a la pression de
saturation, Ppv < Ps.

c-Toiture de 32 cm ‫تتنحى‬ :
te =1 °c φe = 80 %

ti= 20 °c φi =50% k= 0.76 W/m2 °C

- Détermination de la température de chaque couche :

ti−te 20−1
tpe= te+ .k=1+ *0.76 = 1.72 °c
he 20

tp1 =tp e + K (ti –te) *R1= 1.72 + 0.76 * (20 –1) *0.0246= 2.07 °c
Chapitre I calcule thermique des parois

tp2 =tp1 + K (ti –te) *R2=2.07 + 0.76 * (20 –1) *0.0869= 3.32 °c

tp3 =tp2+ K (ti –te) *R3 = 3.32+0.76 * (20–1) *0.8696= 15.87 °c

tp4 =tp3 + K (ti –te) *R4=15.87 + 0.76 * (20 –1) *0.0143= 16.07 °c

tp5=tp4 + K (ti –te) *R5= 16.07 + 0.76 * (20–1) *0.0476= 16.75 °c

tp6 =tp5 + K (ti –te) *R6= 16.75 + 0.76 * (20–1) *0.1025= 18.23 °c

tp7 =tp6 + K (ti –te) *R7= 18.23 + 0.76 * (20–1) *0.0286= 18.64 °c

- Détermination pression partielle :

N° Désignation ei ᴫi Rdi = ei/ᴫi Ri


(m) (g/mh.mmHg) (m².hmmHg/g) (m2. °c/W)
01 Gravillon 0.0 0.022 0.9 0.0246
2
02 Carton bitume 0.0 0.003 6.66 0.0869
2
03 Liège 0.0 0.0035 11.42 0.8696
4
04 Chape en ciment 0.0 0.005 4 0.0143
2
05 Béton armé 0.1 0.015 6.66 0.0476
06 Hourdis 0.1 0.020 5 0.1025
07 Enduite en plâtre 0.0 0.013 1.53 0.0286
2
∑ Rd i=¿ ¿ 36.17

Tableau (I.20) : les valeurs de la résistance Σei/ᴫi du toiture.

1°C p se =4.50mm hg

20°C p si =17.25 mm hg [9]

PP e=φ e P Se /100 = 80/100 x 4, 50 = 3.6 mm Hg

PPi=φi .PSi /100 = 50/100 x 17.25 = 8.63 mm Hg


Chapitre I calcule thermique des parois

(P p i – P p e) (8.63−3.6)
qv= =
e 22.74 = 0.22 g/ m²h
Σ( )
π

Pp1=Ppi – qv*Rd1 = 8.63 – 0.22 * 0.9 = 8.43 mm Hg

Pp2=Pp1 – qv*Rd2 = 8.43- 0.22*6.66= 6.96 mm Hg

Pp3=Pp2– qv*Rd3= 6.96 – 0.22* 11.42 = 4.44 mm Hg

Pp4=Pp3 – qv*Rd4= 4.44 – 0.22*4= 3.56 mm Hg

Pp5=Pp4– qv*Rd5 = 3.56- 0.22* 6.66 = 2.09 mm Hg

Pp6=Pp5– qv*Rd6 = 2.09- 0.22* 5= 1.00 mm Hg

Pp7=Pp6– qv*Rd7 = 1.00- 0.22* 1.53= 0.66 mm Hg

t (°c) 1 1.72 2.07 3.32 15.87 16.07 16.75 18.23 18.64 20


e (m) 0.02 0.02 0.04 0.02 0.1 0.1 0.02 - -
Ppv (mmhg) 3.6 --- 0.66 1 2.09 3.56 4.44 6.96 8.43 8.63
Ps (mmhg) 4.5 4.87 5.05 5.68 13.58 13.77 14.43 15.75 16.10 17.25

Ppv (mmhg) Ps (mmhg)

17.25
15.75 16.1
14.43
13.58 13.77

8.43 8.63
6.96
5.68
4.87 5.05
4.5 4.44
3.6 3.56
2.09
0.66 1
0 0.02 0.04 0.08 0.1 0.2 0.3 0.32

Figure (I.3) Diagramme de GLAZER " Toiture".

Remarque :

D’après le diagramme de Glaser on remarque qu’il n’y’a pas de risque de condensation dans
la masse car la Pression partielle dans chaque couche reste inferieure a la pression de
saturation, Ppv < Ps.
Chapitre I calcule thermique des parois

Chapitre II :
Calcul des Bilans
thermiques
Chapitre I calcule thermique des parois

Chapitre II : calcul des bilans thermiques

II.1. introduction :

Tout projet en thermique débute par le calcul des apports et/ou des déperditions. L'été, les bilans
thermiques sont presque toujours positifs, l'équipement à installer devra combattre ces apports
positifs afin de garantir des conditions d'ambiance confortables.

L'hiver, les bilans thermiques sont le plus souvent négatifs, l'équipement à installer devra
compenser les pertes thermiques afin de garantir des conditions d'ambiance confortables.

Beaucoup d'équipements sont conçus pour combattre les apports l'été et les déperditions l'hiver.
Citons par exemple les pompes à chaleur réversibles, les centrales de traitement d'air équipées de
batterie à eau glacée et de batterie à eau chaude, etc.

Le chiffrage des apports ou des déperditions peut être effectué par calcul à partir de méthodes
simples ou complexes, la tendance actuelle est à l'utilisation de plus en plus fréquente de logiciels
spécifiques.

Il est néanmoins tout à fait utile de pouvoir maîtriser les bilans thermiques par le calcul afin
d'avoir des repères personnels quant aux valeurs moyennes ! [10]

II.2.Méthode de calcul du bilan thermique en période hivernale :

Le bilan thermique de la période hivernal concerne des déperditions calorifiques par


transmission, par infiltration et des apports calorifiques internes (occupant, éclairage … etc.)

La méthode de calcul du bilan thermique pour la période hivernal choisie est la méthode
allemande « DIN 4701 » [6]

II- 2-1-Déperditions par transmission :

Les déperditions par transmission c’est le flux de chaleur qui travers les parois extérieur
(mur, fenêtre, … etc.) a cause de la différence de la température entre l’intérieur et
l’extérieur.

Les déperditions calorifiques par transmission se calculent pour chaque surface


d’enveloppement d’un local suivant la formule suivante :

[
Qtr = Q0. 1+ Z ] (w)
Chapitre I calcule thermique des parois

Avec

Avec

(zu+ za + zh)
Z=
100

et Q0=K.S. (ti-te) (w)

Qtr : déperdition par transmission totale en W

Q0 : perte par transmission en W

K : coefficient global de transmission de chaleur en W/m² °C.

S : surface d’échange en m².

(ti – te) : différence de températures entre deux ambiances différentes en °C.

Zu, Za, Zh : majorations en %.

Zu : majoration pour interruption d’exploitation du système de chauffage.

Za : majoration pour compensation des surfaces extérieures froides.

Zh : majoration pour orientation

On générale Zu et Za groupées dans un seul facteur Zd qui est n fonction du coefficient (D)
qui peut être définie comme tant la perméabilité moyenne de l’ensemble des éléments de
l’enveloppe d’un local.

Q0
D=
Stotal .(ti−te)

et Zd = Zu + Za.

Et on les déduits du total du tableau qui vient, après en fonction de la perméabilité à la


chaleur et du mode d’exploitation : Tableau " A14 " du page 615. RITCHEL (TOME 02) [6]

Mode Perméabilité moyenne D 0.1 à 0.9 0.3 à 0.69 0.7 à 1.49 ≥ 1.5
d’exploitation
Mode I Service réduit ou limité 7 7 7 7
Mode II Interruption de 9 h à 12 h 20 15 15 15
Mode III Interruption de 12 h à 16 h 30 25 25 15

Tableau (II.1) : Majoration pour interruption de l’exploitation de chauffage Zd en (%)


Chapitre I calcule thermique des parois

Le mode d’exploitation :

Le centre commercial est ouvert du 8 h du matin jusqu’ à 22 h du soir, donc le temps


d’interruption est 10 heures. Alor le mode d’exploitation est le « Mode II ».

Le tableau suivant donne les valeurs de Zh : Tableau" A14b "page 615 RITCHEL (TOME 02) [6]

Orientation S SO O NO N NE E SE
Zh -5 -5 0 +5 +5 +5 0 -5

Tableau (II.2) : Majoration pour orientation Zh en (%)


Zd +Zh
On a en l’occurrence : Z =
100
II- 2-2-Déperditions par infiltration :

Ces déperditions de chaleur sont dues à la quantité d’air infiltré par les jointures des portes et
fenêtres fermées sous l’effet du vent. Elle dépend des dimensions des parties non étanches du
bâtiment, et des différences de pression entre l’intérieur et l’extérieur.

Les déperditions par infiltration Qinf sont données par la formule suivante :
Qinf = ∑ (a.l). R. H. (ti – te). Ze

l : longueur du joint en m.
a : perméabilité à l’air d’un joint par mètre de longueur
H : caractéristique d'immeuble (situation, lieu, mode de construction)
ti : température de l’air intérieure °c
te : température de l’air extérieure °c
Ze : facteur de majoration pour fenêtre d’angle
R : la caractéristique du local (représenté les résistances a l’écoulement de l’air)
 Dans notre cas Les fenêtres sont simple (sans angle) donc le Facteur de Majoration
Ze = 1 [6]

 perméabilité des joints a : Tableau " A15 " page 615 RITCHEL (TOME 02) [6]

 a
Chapitre I calcule thermique des parois

Fenêtre en bois Fenêtre simple 3.0


et Fenêtre composée 2.5
matière synthétique Fenêtre simple et double avec étanchéité 2.0

Fenêtre en acier Fenêtre simple 1.5


et Fenêtre composée 1.5
Fenêtre métallique Fenêtre simple et double avec étanchéité 2.0

Porte intérieur Non étanche (avec seuil) 4.0


Etanche (avec seuil) 1.5
Porte extérieur Comme les fenêtres /
Tableau (II.3) : perméabilité des joints a par mètre de longueur de joints en (m3/h)

 la caractéristique du local R : Tableau " A16 " page 617 RITCHEL (TOME02) [6]
Rapport de Porte intérieur Porte intérieur R
surface Fenêtre en bois ou Fenêtre en acier ou
matière synthétique Fenêtre métallique

/ Etanche Non étanche Etanche Non étanche /


Se/Sp <1.5 <3 <2.5 <6 0.9
Se/Sp 15 à 3 3à9 2.5 à 5 6 à 20 0.7
Tableau (II.4) : la caractéristique du local R
Se : Surface des Fenêtres et portes extérieures au vent en m2
Sp : Surface des portes sous le vent en m2.
 caractéristique d'immeuble H :
Maison d’alignement Maison individuelle

Région Site protège 0.24 0.34


normale
Site découvert 0.41 0.58

Site exceptionnellement 0.60 0.84


découvert

Région Site protège 0.41 0.58


à vents
Site découvert 0.60 0.84
forts
Site exceptionnellement 0.82 1.13
découvert
Chapitre I calcule thermique des parois

Tableau (II.5) : caractéristique d'immeuble H

II- 2-3-Déperditions par sol :

On applique la méthode de RIETCHEL : [6]

Qs =S. m. (ti-tà) + S. (λs / Z). (ti-tE)

tE: température au niveau de la nappe phréatique (période hivernal)

tE =10 °c

tà : température plus élevée que la température extérieur de base qui tient compte du décalage
dans le temps avec lequel la température du sol suit les températures extérieurs tà (1 - 5) C°

λs: conductivité thermique du sol=1.16 w/m. °c.

Z : hauteur de la nappe phréatique=2et ≥10 m.

S : les surfaces touchant le sol m2.

S= Lb +uh

L : longueur du sol [m].

b : largeur du sol [m].

u =2 ( L+b) périmètre de la surface du sol [m].

h : profondeur de la surface du sol au-dessous du niveau de la terre. [m]


m : coefficient qui prend la place du coefficient K dépend de :

 1-Du rapport des côtés (L/b)


 2-Des dimensions de la surface du sol
 3-De la profondeur de la nappe phréatique Z

Figure. II.2 : Coefficient de transmission calorifique équivalent m


le sol

Figure
Chapitre I II.1 : calcule thermique des parois

Figure. II.2 : Coefficient de transmission calorifique équivalent m

II- 2-4-Déperditions total :

Les besoins calorifiques d’un local se calculent par la relation :


Qtot = Qtr + Qinf + Qs W
II.3.Méthode de calcul du bilan thermique en période estivale :
Le bilan thermique de la période estivale concerne des apports à travers les parois extérieures
sans inertie (vitrage) et avec inertie (mur extérieurs et toiture), des apports par infiltration et
des apports internes.
Le calcul de ces apports ce fait heure par heure (de l’heure d’ouverture jusqu’à l’heure de
fermeture du centre commercial) et la valeur maximal (défavorable) va être retenue.
Ces apports sont classés en deux catégories essentielles :

 les apports due à l’environnement extérieur (l’infiltration d’air extérieur,


ensoleillement, échanges thermiques par les parois….).
Chapitre I calcule thermique des parois

 les apports due à l’environnement intérieur (occupants, éclairage, appareils


électriques, évaporation d’eau, etc.….).

II.3.1.les apports extérieurs :

a- Les apports par les parois vitrées Qv :


Les apports dus à l’ensoleillement des vitres représentent 50 à 80% des apports totaux des
locaux a climatisées. Parce que Les vitres sont transparentes, aussi elles sont traversées
directement par une grande proportion de rayons solaires.
Tel que :
Qv = Qtr + Qens
Qv : apports par les parois vitrées en W.
Qtr : apports par transmission en W
Qens : apports par ensoleillement en W
- a.1. apports par transmission Qtr :
Ils sont dus à la différence de température entre l’air extérieur et l’intérieur, ils sont calculés à
partir de la relation suivante :
Qtr = K. S. (te-ti).
S : surface totale du vitrage (portes, fenêtres) en m2
K : Coefficient de transfert global de vitres en W/m² °C
ti : température intérieur de l’air en °C.

te : température de l’air extérieur pour l’heure de calcul, elle est calculée par la
relation suivante :

te = tb-E. Δh

tb: température de base extérieur du lieux considéré, en °C.

E : écart diurne en °C.


Δh : coefficient de correction qui dépend de l’heure de calcul solaire.
1
Δh = . [1- cos (15. (τ + 9))]
2
τ : l’heur de calcul (h).
Heure 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
Δh 0,63 0.5 0.37 0.25 0.15 0.07 0.02 0 0.02 0.07 0.15
Chapitre I calcule thermique des parois

Tableau (II.6) : coefficient de correction de différentes heures de calcul


- a.2. apports par ensoleillement Qens :

les gains des chaleur solaire proviennent du rayonnement directement transmis par le vitrage
et de l’énergie absorbée par les éléments de la fenêtre et retransmise dans l’espace intérieur.

Ces gains dépendent de :

- la situation géographique du lieu considéré qui est caractérisée par l’altitude.


- l’orientation de la surface vitrée par rapport aux flux solaire incident.
- L’heure du calcul.
- La protection intérieure et extérieure du vitrage.

La relation qui permet de calculer les apports par ensoleillement d’une paroi vitrée est la
suivante :

Qens = (Ss.Ig + So.Id).F.C.K1

Ss : surface ensoleillé en m2.

S0 : Surface ombré en m2.


K1 : coefficient pour tenir compte de l’épaisseur de la vitre.
Epaisseur de la vitre en (mm) 3 4 6 8 10 12 15

Coefficient (k1) 1 0.96 0.93 0.88 0.75 0.56 0.57


Tableau (II.6) : coefficient pour tenir compte de l’épaisseur de la vitre [6]
C : Coefficient de correction pour tenir compte de la diminution du flux solaire due aux
dispositifs de protection solaire. Tableau N°7 [4]
Dans notre cas : le dispositif de protection solaire est : stores intérieur de couleurs sombres :
c= 0.41
F : Coefficient de correction pour tenir compte de type de menuiserie utilisés.
F = 0,85 menuiserie en bois.
F = 1 menuiserie métallique. [6]
Calcul des surfaces ensoleillés et ombrés :
*Ss = (H-H0). (L-Lo).
*So = St-Ss
*St= H.L
Chapitre I calcule thermique des parois

Avec : L

H : hauteur de la vitre en m.

Ho : Hauteur de la partie ombrée de la vitre en m.

L : Largeur de la vitre en m.
Lo : Largeur de la partie ombrée de la vitre en m.
St : Surface totale de la vitre en m2

Figure(II.1) : dimensions de la fenêtre


Pour le calcul on tient compte de :
Lo=L
ST=S0 et SS=0

Ho<0 et Lo<0
St=Ss et So=0
Sachant que :
Lo = R . tg (b)
tg (h)
Ho= R .
cos(b)

Si : R = 0 So= 0

Avec :

R : Retrait de la fenêtre (m).

h : Hauteur du soleil ou l’angle horaire formé par la direction du rayon solaire avec sa
projection sur le plan. elle est calculée à partir de :

Sin (h) = sin φ. sin δ + cosφ .cos δ .cos ω

φ: Latitude du lieu considéré (degré).

ω: l’angle horaire en (degré).donnée par le tableau suivant :

hs 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
Chapitre I calcule thermique des parois

ω (°) - 60o - 45o -30o -15o 0o 15o 30o 45o 60o 70o 90o
Tableau (II.7) : l’angle horaire ω

δ : La déclinaison solaire en (degré). Calculée à partir de :

δ = 23 .45* Sin [ *(N+284)]

N : Nombre de jour de calcul dans l’année.

b : L’angle d’incidence. C’est l’angle entre la projection des rayons solaires et la


normale au plan considéré, elle est donné par :

b = a – am

avec :

a : L’azimut solaire (angle entre la projection des rayons solaires sur


l’horizontale et la Direction sud). Elle est donné par :

cos δ sin ω
Sin a =
cos h

Pour la correction de l’angle « a » on utilise l’algorithme suivant :

Si :

sin(δ )
Sin (h) < alors :
sin(φ)

Si

a< 0 a = - a – 180

Sinon a = -a + 180

Fin Si

Sinon

a=a

fin Si
Chapitre I calcule thermique des parois

am : l’azimut du vitrage en degré, (c’est angle formé par la normale au plan de la vitre
et la direction sud). Les valeurs de am son donné en fonction de l’orientation dans le
tableau suivant : [6]

Orientation O SO S SE E NE N NO
am (°) 90 45 0 -45 -90 -135 180 135
Tableau(II.8) : l’azimut du vitrage am

Ig: flux solaire global en w/m2.

Id: flux solaire diffus en w/m2 .

 Calcul du rayonnement solaire :

Ig= ID+ Id w/m2

ID: intensité du flux solaire direct en W/m2


ID = IDN. Cos i
IDN : intensité du rayonnement solaire par m² reçue par une surface placée
Perpendiculairement à la direction du rayonnement solaire au niveau de la mer.
P
IDN = I0. C0.A.exp. [-B.mr. ] W/m2.
1000
▪ I0 : émission énergétique du soleil en dehors de l’atmosphère (constante solaire).
I0 = 1367 W/m2
▪ P : pression atmosphérique :
(Z−150)
P = 985- mbar
10
▪ Z : altitude de lieu considéré en m
▪ C0 : facteur de correction pour tenir compte de la distance entre la terre et le
soleil :

360
C0= 1+0,034.cos.[ .(N-2)]
365

▪ mr : masse relative de l’air :

1
mr =
sin(h)
Chapitre I calcule thermique des parois

▪ A, B : constantes pour tenir compte les conditions atmosphérique. il sont retirés
du tableau N°4 [4]

Pour les conditions normales : A=0.88 B= 0.26

i : représente l’angle d’incidence, c’est l’angle entre la direction des rayons solaire et la
normale à la surface considérée.

Pour un plan horizontal : cos (i) = sin (h)


Direct : IDH = IDN. Sin (h)
Diffuse : IdH = a1. (Sin (h)) b1
Pour un plan vertical : cos (i) = cos (h). Cos (b)
Direct : IDV = IDN. Cos (h) .cos (b)
Diffuse : IdV = 0.5. [a1. (Sin (h)) b1+ ρ.a2. (Sin (h)) b2]
ρ: albédo du sol.
On a zone climatique *B * ρ=0.25
a1, b1, a2, b2 : coefficients qui tiennent compte des conditions atmosphériques pour calculer le
rayonnement solaire diffus. Tableau N°5 [4]

Pour des conditions normales :

a1 a2 b1 b2
125 1080 0.4 1.22

b- Les apports par les parois opaques Qopp :


Les apports calorifiques à travers une paroi opaque dépendent d’une part de la variation de la
température extérieure et de l’insolation et d’une part de l’inertie thermique de la paroi.

Les apports par transmission à travers les parois opaques constituant une charge en plus pour
le local à climatiser. Ils sont calculés par la relation suivante :

Qopp= K.S. [(teqm-ti) +m. (teq-teqm)]

K : coefficient de transfert de chaleur global en W/m²°C.


S : surface des parois m2.
m : Coefficient d’amortissement.

teq : Température extérieur équivalente à (τ-ε) en °C, elle se calcule par :


Chapitre I calcule thermique des parois

A . Ig
teq= te+ he

τ : l’heure du calcul.


teqm : température extérieur moyenne [c°] elle est donnée par :
A . Igm
teqm= tem+
he
tem : température extérieure moyenne, elle est donnée par la relation :
tem = tb-0,52*E
Igm : intensité globale du rayonnement solaire moyenne journalière :
n

Igm =
∑ ( Igi)
i=1
24

Igi : Intensité Solaire globale pour l’heure considéré tenant compte le retard ε. en W/m²°C.
A : facteur d’absorption du rayonnement (A=0.5) tableau N°8 [4].

ε : décalage horaire (le retard) due à l’inertie de la paroi :


ε =2.7D -0.4
D : Indice d’inertie thermique de la paroi :
D = 0.51*∑ ¿¿ √ ( λi . Cpi . ρi ) )
ρi : la masse volumique de la ième couche de la paroi [Kg/m3].
λi : la conductivité thermique de la ième couche de la paroi [W/m²°C].
Cpi : chaleur spécifique de la ième couche de la paroi [W/kg.h.°C].
Ri : la résistance thermique de la ième couche de la paroi [m2°C/W].
m : coefficient d’amortissement :
hi
m=
νc . K
hi : coefficient de transmission superficielle intérieure en W/m2C°
νc : Le rapport entre les amplitudes de la variation de température superficielle du coté
extérieure et du coté intérieure

 Si la paroi comporte une lame d’air le coefficient νc calculé par la relation suivant :
Ra . D
νc = ν. B1 B1=1+0.05. Σ Ri

Ra : résistance de la lame d’air.


Chapitre I calcule thermique des parois

∑Ri : Résistance de la paroi sans lame d’air.


 Si la paroi composées de plusieurs coche (maçonnerie +isolant) le
Coefficient νc calculé par la relation suivant :

√( λ .Cp . ρ ) maconrie
νc = ν .B2 B2=0.85+0.15.
√ ( λ .Cp . ρ ) isolant
d’où :
∑ Ri
ν = 2D. [0.83+ (3. ]
D
B2 : coefficient de correction pour prendre en considération l’existence d’un isolant dans la
paroi.
c. apports par infiltrations Qinf :
Les apports thermiques provenant de l’infiltration de l’air due à la perméabilité des ouvertures
(portes et fenêtres) doivent être pris en compte dans le calcul du bilan.

L’expression donnant ces apports est :

Qinf= 0,34. V .r. (te-ti) en W.


V : Volume du local en m3.
(te-ti) : différence de température entre l’intérieur et l’extérieur en °C.
r : Coefficient d’infiltration, dépendant du volume du local V, il est donné par le tableau
suivant :
V (m3) <100 100-500 500-2000 2000-5000 > 5000
r (1/h) 0.75 0.6 0.4 0.2 0.1
Tableau(II.9) : Coefficient d’infiltration r [6]
II.3.2.les apports interne Qinter :
a-apports dus aux occupons Qoc :
Les apports dégagées par les occupons sont la somme de :
- Chaleur sensible.
- Chaleur latente.
La chaleur totale dégagée par un individu normale à bonne santé est :

Qoc=n*(qs + qL)
Avec :
qs : l’apport sensible individuelle.
qL : l’apport latent individuelle.
Chapitre I calcule thermique des parois

n : le nombre d’occupons.
Le tableau si de sous nous donne les valeurs de qs et qL : [6]
Température (°c) 18 20 22 24 26 28
Personnes qs 93 87 76 70 64 52
physiquement inactive (W/personne) 23 29 40 46 52 64
qL(W/personne 116 116 116 116 116 116
) qt(W).
Activité modérée, qs 111 99 81 70 64 52
employée de bureau, (W/personne) 52 64 82 93 99 111
vendeur, …etc qL(W/personne 163 163 163 163 163 163
) qt(W).
travail moyen, qs 145 134 122 105 87 70
mécanicien, (W/personne) 134 145 157 174 192 209
serveur….etc qL(W/personne 279 279 279 279 279 279
) qt(W).

Tableau(II.9) : l’apport sensible et latent d’occupons en W/personne


Et le tableau suivant représente la surface occupé par une seule personne dans des différents
locaux : [12]
Locale Surface occupé
Bureaux 01personne / 5 m2
Salle de cour formation 01personne / 2 m2
Supermarché 01personne / 3 m2
Salle d’exposition (show Room) 01personne / 4 m2
Cafétéria 01personne / 2 m2
Cafétéria, Restaurant hôtels, sociétés…. 01personne / 3 m2
Restaurant 01personne / 3 m2
Salle à manger 01personne / 2.5 m2
Hall public-accueille et réception 01personne / 4 m2
Salle d’embarquement 01personne / 5 m2
Salle de Gymnastique 01personne / 3 m2

Tableau(II.10) : la surface occupée par une personne par m2

b-Apports par éclairage Qécl :


En général ces apports ne sont pas ajoutés automatiquement au bilan calorifique, car dans
nombreux cas l’éclairage n’est pas utilisé dans la journée. Dans le cas contraire la chaleur
dégagée par les lampes rentre entièrement dans la charge calorifique du local

Les apports seront calculés à partir de la relation suivante :

Qécl = N. ξ. S
Chapitre I calcule thermique des parois

N : Puissance des lampes par unité de surface, elle est en fonction de la destination du local en
W/m2.

ξ : Coefficient de Simultanéité (0 à 1)

Dans notre projet on prend pour tous les locaux des lampes ou des tubes fluorescents

Machines Puissance (W)


Machine à coudre 70
Réfrigérateur 300
Micro-ordinateur 150
Imprimante 800
Cafetière 1000
Tv plasma 300
(m2)déduction

K (W/ m2. °c)

ti te ∆t Q0
Calcul (m2)Surface du
(m)Hauteur
(m)Largeur
orientation

(m2)Stot

(°c) (°c) (°c) (W)

ME1 NO 24,6 3,95 97,17 0 97,17 1,28 20 1 19 2363,17


ME2 SO 1.22 3,95 22,98 0 22,98 1,28 20 1 19 117,198
ME3 SO 4.5 3,95 17,775 0 17,775 4 20 1 19 1350,9
ME4 SE 5.2 3,95 20.54 0 20.54 4 20 1 19 1561,04
ME5 SE 3.44 3,95 13,588 0 13,588 4 20 1 19 1032,69
Chapitre I calcule thermique des parois

ME6 NE 1,76 3,95 6,952 0 6,952 1,28 20 1 19 169,073


ME7 SE 1.76 3,95 6.592 0 6.592 1,28 20 1 19 169,073
ME8 SE 4,11 3,95 16,235 0 16,235 4 20 1 19 1233,82
MI1 - 6,9 3,95 27,255 0 27,255 1,87 20 15 5 254,834
MI2 - 2.55 3,95 10,073 5,865 4,2075 2,25 20 15 5 47,3344
Prt2 - 2,55 2,3 5,865 0 5,865 4.5 20 15 5 131,963
∑Q0=8455,11W

Majoration :

Mode d’exploitation II Zd= 15%

Zh=5%

Z=0.05+0.15=0.2

Alor Qtr=8455.11*(1+0.2)=10146.132 W

2-déperdions par infiltration Qinf :

Y’a pas des portes et fenêtres extérieur. Et le vitrage extérieur est fixé, donc y’a pas des
déperditions par infiltration.

Ps : La perméabilité des joints (a) par mètre de longueur de joint en


[m3/h] a = 2 pour les fenêtres en acier fenêtre simple et double avec
étanchéité

a = 2 pour les portes extérieures.

*pour le vitrage intérieur (vitrage simple, métal) : le coefficient global de


transmission de chaleur K= 5.8 W/m² °C

*pour le vitrage extérieur (épaisseur de lame d’air 7mm) : K= 4 W/m² °C

*les portes en métal : extérieure ( K=5.8 W/m² °C), et intérieur(K=4.5 W/m² °C)

Caractéristiques de l’immeuble : Région normal, maison alignement, site


protégé H=0.24

Les fenêtres sans angle : Ze=1

2-déperdions par sol Qsol :

Qs =S. m. (ti-tà) + S. (λs / Z). (ti-tE)


Chapitre I calcule thermique des parois

S= s + périmètre*profondeur=263.29+100*1.28=391.29 m2

m=0.35

ti-tà=20-6=14 °c

λs= 1.16 w/m. °c.

Z= 10 m

Ti-tE=20-10=10 °c

Qs= 2677.99W

Alor la déperdition total est :

Qtot= Qtr +Qinf+ Qsol=10146.132 +0+2677.99= 12824.13W

Application au projet :

 A- Rez de chaussé :

N° du locale désignation Qtr (W) Qinf (W) Qsol (W) Qtot (W)

R01 superette 10146,14 0 2677.99 12824.13

R02 Dépôt 788.44 0 975,68 1764.12

R03 Cour de service 2050,90 125,68 2033.23 4209,81


+aces de superette

R04 WC NC NC NC NC

R05 Vestiaire sécurité 530.05 0 375,52 905.57

R06 hall 4557,92 264,97 1710,04 6532,93


Chapitre I calcule thermique des parois

R07 restaurant 2336,31964 0 870,21 3206.53

 B-1er étage :

Ps : le vitrage extérieur est fixé.

N° du locale Désignation Qtr (W) Qinf (W) Qtot (W)

E101 Magasin 1 605,5208 0 605,5208

E102 Magasin 2 500,301312 0 500,301312

E103 Magasin 3 1383,66288 0 1383,66288

E104 Magasin 4 1297,20528 0 1297,20528

E105 Magasin 5 530,27328 0 530,27328

E106 Magasin 6 795,35136 0 795,35136

E107 Magasin 7 1666,69539 0 1666,69539

E108 Magasin 8 1536,84388 0 1536,84388


Chapitre I calcule thermique des parois

E109 Magasin 9 1695,433536 0 1695,433536

E110 Magasin 10 2720,35236 0 2720,35236

E111 WC/F NC NC NC

E112 WC/H NC NC NC

E113 Salle de prière 1243,856004 0 1243,856004

E114 Circulation 3650,063071 384,09 3650,063071

E115 Service 357,797664 58,6510848 416,4487488

 C-2em étage :

Ps : le vitrage extérieur est fixé.

N° du locale désignation Qtr (W) Qinf (W) Qtot (W)

E201 Magasin 1 792,59 0 792,59

E202 Magasin 2 701,22 0 701,22

E203 Magasin 3 1037,07 0 1037,07

E204 Magasin 4 931,29 0 931,29

E205 Magasin 5 1043,55 0 1043,55

E206 Magasin 6 978,68 0 978,68

E207 Magasin 7 1363,52 0 1363,53

E208 Magasin 8 1803,62 0 1803,62

E209 Magasin 9 1370,41 0 1370,41


Chapitre I calcule thermique des parois

E210 Magasin 10 594,40 0 594,40

E211 Magasin 11 1770,46 0 1770,46

E212 Magasin 12 3329,89 0 3329,89

E213 Circulation 3991,42 0 3991,42

E214 Local technique 656,60 0 656,60

E215 WC NC NC NC

E216 Service 568,84 59,98 628,83

 D.3em étage :

N° du locale désignation Qtr (W) Qinf (W) Qtot (W)

E301 Salle de sport 12950,60 0 12950,60

E303 circulation 3214,67 0 3214,67

E304 Administration de 696,73 0 696,73


centre
E305 Bureau 967,38 0 967,38

E306 Hall 321,34 0 321,34

E307 Kitchenette 813,25 61,70 874,95

E308 WC NC NC NC

E309 SDB NC NC NC

E310 WC/H NC NC NC

E311 WC/F NC NC NC

E312 Service 304,90 59,03 363,93

 E.4em étage :
Chapitre I calcule thermique des parois

N° du locale désignation Qtr (W) Qinf (W) Qtot (W)

E401 Restaurant 30515.46 171,18 30686.64


panoramique
E402 Dépôt 351,59 0 351,59

E403 Préparation 597,84 0 597,84

E404 WC NC NC NC

E405 Douche NC NC NC

E406 WC/H NC NC NC
E407 WC/F NC NC NC

II.3.2.bilan thermique de la période estivale (calcul des apports) :

Exemple de calcul :

On prend comme exemple de calcule magasin 9 dans le 2em étage 

On fait notre calcules pour le jour de 21 juillet à 10 :00 heure ;parce que ce jour est le plus
chaud de l’année.

 Calcule du retard ε est coefficient d’amortissement m :

1.pour mur extérieur :

 Le retard ε :

N° de Désignation ei λi ρi Cp Ri
couche (m) (W/ m. °c) (m2. °c/W) (W/kg.h.°C) (m2°C/W)

01 Enduite en plâtre 0.02 0.7 1800 0.45 0.0286


02 Brique creuse 0.1 0.55 1800 0.23 0.1818
03 Lame d’air 0.05 0.024 1.2 1 0.11
04 Brique creuse 0.15 0.55 1800 0.23 0.2727
05 Enduite en ciment 0.03 1.4 1800 0.19 0.02
Chapitre I calcule thermique des parois

ε =2.7*D -0.4
ε =2.7*(4.07) -0.4 = 10.61

D : Indice d’inertie thermique de la paroi :


D = 0.51*∑ ¿¿)
D = 0.51*((0.0286
√ ( 0.7 1800 0.45 ) +0.1818 √ ( 0.551800 0.23 ) +0.11 √( 0.024 1.2 ) +0.2727 √ ( 0.55 1800 0.23 ) +0.02 √( 1.4 1800 0.19 )
) = 4.07

ρi : la masse volumique de la ième couche de la paroi [Kg/m3].


λi : la conductivité thermique de la ième couche de la paroi [W/m²°C].
Cpi : chaleur spécifique de la ième couche de la paroi [W/kg.h.°C].
Ri : la résistance thermique de l’ième couche de la paroi [m2°C/W].
 coefficient d’amortissement m :
hi
m=
νc . K
9.09
AN : m=
23.131.28
= 0.3

hi : coefficient de transmission superficielle intérieure en 9.09 W/m2C°


νc :Le rapport entre les amplitudes de la variation de température superficielle du coté
extérieure et du coté intérieure

la paroi comporte une lame d’air le coefficient νc calculé par la relation suivant :
Ra . D
νc = ν. B1 , B1=1+0.05. Σ Ri

0.11.4 .07
AN : νc = 22.4 * 1.03 = 23.13 , B1=1+0.05. 0.68 = 1.03
∑ Ri
d’où : ν= 2D. [0.83+ (3. )]
D
0.68
AN : ν= 24.07. [0.83+ (3. )] = 22.4
4.07
Ra : résistance de la lame d’air. 0.11[m2°C/W].
∑Ri : Résistance de la paroi sans lame d’air. 0.68 [m2°C/W].
Chapitre I calcule thermique des parois

2. plancher entre étager (terrasse) :

 le retard ε :

N° de Désignation ei λi ρi Cp Ri
couche (m) (W/ m. °c) (m2. °c/W) (W/kg.h.°C) (m2°C/W)

01 Carrelage 0.025 1.3 1800 0.21 0.0458


02 Enduite en ciment 0.025 1.4 1800 0.19 0.0178
03 Béton armé 0.1 2.1 2400 0.24 0.0476
04 Hourdis 0.1 0.976 1800 0.23 0.1025
05 Enduite en ciment 0.02 1.4 1800 0.19 0.0143

06 Enduite en plâtre 0.02 0.7 1800 0.45 0.021

ε =2.7D -0.4
ε =2.7*(2.93) -0.4 = 7.52

D : Indice d’inertie thermique de la paroi :


D = 0.51*∑ ¿¿ )
D = 0.51*((0.0458
√ ( 1.31800 0.21 ) +0.017 √( 1.4 1800 0.19 ) +0.046 √ ( 2.12400 0.24 ) +0.1 √( 0.97 1800 0.23 ) +0.014 √( 1.4 1800 0.19 ) +
) = 2.93

ρi : la masse volumique de la ième couche de la paroi [Kg/m3].


λi : la conductivité thermique de la ième couche de la paroi [W/m²°C].
Cpi : chaleur spécifique de la ième couche de la paroi [W/kg.h.°C].
Ri : la résistance thermique de la ième couche de la paroi [m2°C/W].
 coefficient d’amortissement m :
hi
m=
νc . K
5.88
AN : m= = 0.41
8.27 1.7
Chapitre I calcule thermique des parois

hi : coefficient de transmission superficielle intérieure en 5.88 W/m2C°


νc : Le rapport entre les amplitudes de la variation de température superficielle du coté
extérieure et du coté intérieure

la paroi comporte une lame d’air le coefficient νc calculé par la relation suivant :
Ra . D
νc = ν. B1 , B1=1+0.05. Σ Ri

0 . 4.07
AN : νc = 8.27 * 1.00 = 8.27 , B1=1+0.05. 0.68 = 1.00

∑ Ri
d’où : ν= 2D. [0.83+ (3. )]
D

0.25
AN : ν= 22.93. [0.83+ (3. )] = 8.27
2.93
Ra : résistance de la lame d’air 0 [m2°C/W].
∑Ri : Résistance de la paroi sans lame d’air. 0.25 [m2°C/W].

les apports extérieurs :

a-Les apports par les parois vitrées Qv: (Qv = Qtr + Qens)
Apports par transmission (Qtr) :
Qtr = K. S. (te-ti).

S= 14.94 m²
K =4.0 W/m² °C
ti= 27 °C.

te : température de l’air extérieur pour l’heure de calcul, elle est calculée par la
relation suivante :

te = tb -E. Δh

E =15 °C.
tb=37 °C.

1
Δh = . [1- cos (15. (τ + 9))]
2
Chapitre I calcule thermique des parois

τ : l’heur de calcul 10:00 heure


1
AN : Δh = . [1- cos (15. (10 + 9))] = 0.37
2
Alor

te =37- 15*0.37 = 31.45 °C

Donc Qtr = 4*14.94* (31.45 - 27) =265.93 W

. Apports par ensoleillement Qens : ‘a ( 10:00 h )’


Qens = (Ss.Ig + So.Id).F.C.K1

Calcul des surfaces ensoleillés et ombrés :


*Ss = (H-H0). (L-Lo) = (3.95 – 0.42) *(4.15-0.09) = 14.33 m²
*So = St - Ss = 16.39 – 14.33 = 2.06 m²

*St= H.L = 4.15 x 3.95 = 16.39 m²

Sachant que :

R : Retrait de la fenêtre est de 0.23 m

Lo = R . tg (b) = 0.23 . tg (−22.18) = |-0.09|=0.09 m

tg (h) tg(59.45)
Ho= R *
cos( b)
= 0.23 *
cos(−22.18)
= 0.42 m

-Calcul de ‘h’ et ‘δ’ et ‘b’ :

δ : La déclinaison solaire :

δ = 23 .45* Sin [ *(N+284)]

N= 202pour le 21 juillet

δ = 23 .45* Sin [ *(202+284)] = 20.44°

h : Hauteur du soleil ou l’angle horaire :

Sin (h) = sin φ*sin δ + cosφ*cos δ*cos ω

φ=36.17°
Chapitre I calcule thermique des parois

ω=-30o

Sin (h) = sin 36.17°.sin 20.44° + cos36.17°.cos 20.44°.cos -30° = 0.86

Alor h = 59.45°

b : L’angle d’incidence:

b = a – am

avec :

a : est donné par :

cos δ sin ω cos 20.44 sin−30


Sin a = cos h
= cos 59.45
= -0.92

sin(δ )
Vérification de a : on a Sin (h) >
sin(φ)

Donc : a = -67.18 °

L’orientation est SE donc am = -45°


b = -67.18 – (- 45) = -22.18 °

 Calcul du rayonnement solaire : (Ig= ID+ Id) :

ID: intensité du flux

ID = IDN. Cos i

ID = 872.04. Cos 61.92 = 410.47

Pour un plan vertical :

Direct : IDV = IDN. Cos (h) .cos (b)


AN IDV = 872.04. Cos (59.45) .cos (-22.18) = 410.45
Diffuse : IdV = 0.5. [a1. (Sin (h)) b1+ ρ.a2. (Sin (h)) b2]
AN : IdV = 0.5. [125. (Sin (59.45)) 0.4+ 0.25.1080. (Sin (59.45)) 1.22]=171.37
cos (i) = cos (h). Cos (b)
AN : cos (i) = cos (59.45). Cos (-22.18) = 0.47
Alor i = 61.92 °
Chapitre I calcule thermique des parois

P
IDN = I0. C0.A.exp. [-B.mr. ]
1000
931.3
AN : IDN = 1367. 0.96 .0.88.exp. [-0.26*1.16* ] = 872.04 W/m2.
1000
I0 = 1367 W/m2
P : presson atmosphérique :
(Z−150)
P = 985-
10
Z =687 m

(687−150)
AN : P = 985- = 931.3 mbar
10
C0 : facteur de correction pour tenir compte de la distance entre la terre et le soleil :

360 360
C0= 1+0,034.cos.[ .(N-2)] = 1+0,034.cos.[ .(202-2)] = 0.96
365 365

mr : masse relative de l’air :

1 1
mr = = = 1.16
sin(h) sin(59.45)

IG=IDV + Idv
La valeur de IDV est négative donc en la prendre nulle dans la suite du calcul.
IG=410.45+171.34= 581.79
Qens = (Ss.Ig + So.Id).F.C.K1

L’épaisseur des vitres: 8 mm

AN: Qens = (14.33*581.79 + 2.06*171.34)*1*0.41*0.88= 3135.35 W


Alor Les apports par les parois vitrées Qv:
Qv = Qtr + Qens = 265.93 + 3135.35= 3401.28 W
. Apports par infiltration Qinf :

Qinf= 0,34. V .r. (te-ti)


V : volume du local 78.6 m3
r : Coefficient d’infiltration 0.75
AN : Qinf= 0,34* 79.63 *0.75*(37-27) = 203.06 W
Chapitre I calcule thermique des parois

Ps : les apports à travers une paroi opaque sont nuls.

Les apports externe total : Qext= Qinf+ Qv= 203.06 + 3401.28= 3604.34 W
 Pour les autres heures de la journée les calculs sont dans le tableau suivant :
Ps : Dans l’exemple précédant on a pris la valeur maximale des apports dans la journée.

heur de calcul 6 7 8 9 10 11 12
Qopp 0 0 0 0 0 0 0
Qv 989,52 2243,6 3050,2 3442 3440,3 3075,3 2323,6
Qinf -50,23 -22,39 10,014 44,79 79,572 111,98 139,81
∑Q   939,3 2221,3 3060,2 3486 3519,9 3187,3 2463,4

heur de calcul 13 14 15 16 17 18 19
Qopp 0 0 0 0 0 0 0
Qv 1687,2 1652,5 1537,5 1351,7 1109 824,46 472,2
Qinf 161,17 174,59 179,17 174,59 161,2 139,81 112
∑Q 1848,4 1827,1 1716,6 1526,2 1270 964,27 584,2
Qmax = 3519.9
Tableau(II.10) : les apports externes de la journée

les apports intérieurs :

a-apports dus aux occupons Qoc :


La chaleur totale dégagée par un individu normale à bonne santé est :
Qoc=n*(qs + qL)
n : le nombre d’occupons 4 en Activité modérée.
qs : l’apport sensible individuelle 99 w/personne
qL : l’apport latent individuelle 64 w/personne
AN : Qoc=6*(99 + 64) = 978 W

b-apports dus aux appareilles électriques et machines Qmach :


Qmach= N* Ψ

Dans ce magasin en peut trouver un Micro-ordinateur (N=220 W).


AN : Qmach= 220* 0.95 = 209 W

c- Apports par éclairage Qécl :


Chapitre I calcule thermique des parois

Qécl = N. ξ. S

AN: Qécl = 32*1* 20.16 = 645.12 W

Donc les apports interne totale est:

Qinter = Qoc+ Qécl + Qmach = 978 + 645.12 + 209= 1832.12 W

Les apports totaux :

Qtot=Qext +Qinter= 3604.34 +1832.12 = 5436.46 W

Application au projet :

 A- Rez de chaussé :

N° du désignation Nbre occp Qext Qint Qtotal


locale
R01 superette 88 37237 26902 64137
R02 Dépôt 8 2679 1477 4155
R03 Cour de service 5 1770 720 2490
+aces de superette
R04 WC NC NC NC NC
R05 Vestiaire sécurité 2 335 604 938
R06 hall 14 7732 1918 9650
R07 restaurant 7 2562 2720 5282

 B-1er étage :

N° du Désignation Nbre occp Qext Qint Qtotal


locale
E101 Magasin 1 6 1525 1162 2686
Chapitre I calcule thermique des parois

E102 Magasin 2 10 2543 1786 4329


E103 Magasin 3 10 2580 1812 4392
E104 Magasin 4 8 2211 1236 3447
E105 Magasin 5 13 3506 2462 5968
E106 Magasin 6 10 2791 1960 4751
E107 Magasin 7 7 2209 1354 3563
E108 Magasin 8 5 3030 1074 4104
E109 Magasin 9 6 3913 1188 5102
E110 Magasin 10 8 5356 1531 6878
E111 WC/F NC NC NC
E112 WC/H NC NC NC
E113 Salle de prière 7 1022 736 1758
E114 Circulation 20 13653 2730 16383
E115 Service 2 1040 241 1281

 C- 2eme étagé :

N° du désignation Nbre occp Qext Qint Qtotal


locale
E201 Magasin 1 6 1495 1139 2635

E202 Magasin 2 9 2405 2159 4564


E203 Magasin 3 12 3335 2342 5677
E204 Magasin 4 10 2690 1889 4579
E205 Magasin 5 12 3522 2368 5890
E206 Magasin 6 10 2814 1934 4749
E207 Magasin 7 3 1909 671 2580
E208 Magasin 8 6 1964 1204 3169
E209 Magasin 9 5 3604 1832 5436
E210 Magasin 10 4 1098 843 1940
Chapitre I calcule thermique des parois

E211 Magasin 11 5 3561 1081 4642


E212 Magasin 12 7 3793 1373 5166
E213 Circulation 20 11123 2596 13720
E214 Local technique 1 628 272 900
E215 WC NC NC NC
E216 Service 3 1321 419 1740

 D.3em étage 

N° du désignation Nbre occp Qext Qint Qtotal


locale
E301 Salle de sport 94 34725 22245 56970

E303 circulation 9 5085 1187 6271


E304 Administration de 6 2342 967 4259
centre
E305 Bureau 5 1556 901 2456
E306 Hall 3 611 330 941
E307 Kitchenette 4 633 414 1047
E308 WC NC NC NC
E309 SDB NC NC NC
E310 WC/H NC NC NC
E311 WC/F NC NC NC
E312 Service 2 691 236 927
Chapitre I calcule thermique des parois

 E.4em étage :

N° du désignation Nbre occp Qext Qint Qtotal


locale
E401 Restaurant 109 466891 15200 62091
panoramique
E402 Dépôt 2 340 292 632

E403 Préparation 10 2110 17213 19324

E404 WC NC NC NC

E405 Douche NC NC NC

E406 WC/H NC NC NC

E407 WC/F NC NC NC
Chapitre III
choix et calcul des réseaux des systèmes

Chapitre 3 :
Choix et calcul des
réseaux des systèmes
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
III.1.introduction :
Après l’évaluation des charges thermique de la construction, on a besoin de compenser
celles- ci par l’utilisation d’un système de climatisation.

III.2.les systèmes de climatisation :

Les systèmes de climatisation se différent d'une part par la nature du fluide caloporteur qui
engendre le confort et d'autre part par le système de distribution du même fluide.

Le choix d'un système de climatisation se fait en fonction des conditions imposées à l'intérieur
des locaux ainsi que la destination de ces mêmes locaux.

Les systèmes de climatisation peuvent être divisés en trois catégories :

 Système centralisé :
L'air est traité au niveau d'une centrale de climatisation ; la distribution de l'air se fait par un
réseau de gain liant la centrale à des bouches de soufflage situées à l'intérieur des locaux à
climatiser.

Figure(III.1) : système de climatisation centralisé


Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
 Système décentralisé :
C'est le cas où chaque local est équipé par un appareil monobloc composé de deux parties ;
une partie de traitement et une autre de production d'énergie, il peut être un climatiseur
individuel de type Split système ou bien une armoire de climatiseur.

Figure(III.2) : système de climatisation décentralisé ( split système)

 Système semi centralisé :


Le but de ce système est de permettre une régulation, tout en conservant les avantages de la
centralisation

Figure(III.3) : Système semi-centralisé (VRV)

III.3.les critères de choix d’un système de climatisation :

Ce choix dépend des critères suivants :


- Les caractéristiques dimensionnelles et architecturels.
-Les charges totales.
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
-Son utilisation.
- critère économiques (investissement, frais d’exploitation, économies d’énergie, …etc.)
- Conditions de confort que l’on peut obtenir avec chaque procédé.
Ces installations de climatisation doivent assurer le confort suivant :
a) Confort et température :
Dans les conditions habituelles, l’homme assure le maintien de sa température corporelle
Autour de 36,7°C. Cette température est en permanence supérieure à la température
d’ambiance, Aussi un équilibre doit-il être trouvé afin d’assurer le bienêtre de l’individu.
b) Confort et humidité :
L’humidité relative ambiante influe sur la capacité de notre corps à éliminer une chaleur
excédentaire. L’inconfort n’apparaît que dans des situations extrêmes :
- Soit une humidité relative supérieure à 70%.
- Soit une humidité relative inférieure à 30%.
c) Confort et vitesse de l’air :
La vitesse de l’air (plus précisément la vitesse relative de l’air par rapport à l’individu)
Est un paramètre à prendre en considération car elle influe sur les échanges de chaleur par
Convection et augmente l’évaporation à la surface de la peau.
d) Confort acoustique :
Pour imposer un niveau de confort, la première idée consiste à imposer un niveau de bruit
maximal un seuil en décibel à ne pas dépasser.

III.4. choix du système de climatisation :

Le choix d'un système de climatisation prendre en considération (la destination et les


dimensions des locaux à climatiser).
Pour le cas de notre projet on a choisi : un système des ventilo-convecteur gainable pour le
RDC ,et une installation des ventilo-convecteurs pour le 1 er et le 2eme étages qui contient (les
magasins) et le CTA (central de traitement d’air) pour le 3eme et 4eme étages.

III.5. Ventilo-convecteurs :
Ce sont des unités terminales individuelles de climatisation munies d'une batterie chaude ou
froide (ou les deux ensembles), ainsi qu’une ventilation mécanique, les batteries sont
alimentées par un réseau de tuyauteries qui distribue de l'eau chaude ou glacée suivant les
besoins.
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes

Figure(III.4) : schéma de ventilo-convecteur

III.5.1.Avantage des ventilo-convecteurs :


Les ventilo-convecteurs n'utilisent que les canalisations hydrauliques de faibles diamètres
d’où l’absence d’encombrement.

 grande facilité de pose et de raccordements électriques et hydrauliques.


 fonctionnement extrêmement silencieux.
 grande flexibilité d’adaptation aux types les plus divers d'immeubles.

 entretient simple et peu coûteux.

 grande autonomie de fonctionnement (possibilité d'un contrôle individuel, par


local).
III.5.2.Inconvénients des ventilo-convecteurs :
 dans le cas d’une batterie unique il n'est guère possible de contrôler l'humidité
relative de l’air intérieur.
 le passage du froid au chaud (ou vice-versa) dans le cas d’une batterie unique n’est
pas instantané et demande un certain temps nécessaire pour inverser le régime.
 les prises d'air extérieures ne sont pas toujours faciles à exécuter.
III.6. Ventilo-convecteurs gainable :
 Le gainable est sans aucun doute l'un des moyens de chauffage/climatisation les plus
efficaces. Il permet d'obtenir un confort optimal été comme hiver tout en permettant
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
d'effectuer de grosses économies d'énergie. Le principe de fonctionnement de cet appareil est
le même qu'un

Mono-split, il est composé d'un groupe extérieur relié à une unité intérieure par des liaisons
frigorifiques permettant de transporter les calories de l'intérieur vers l'extérieur et le contraire
en mode chauffage. La différence est que l'appareil intérieur n'est pas visible, il est camouflé
dans les combles (le plus souvent) et distribue la chaleur / fraîcheur grâce à une diffusion
maîtrisée du flux d'air zone par zone. Ce concept thermique est destiné aux bureaux,
commerces ou habitations à haute performance énergétique

Figure(III.5) : ventilo-convecteur gainable.

III.6.1.Avantage des ventilo-convecteurs gainable :

 Un seul système pour chauffer / climatiser plusieurs zones.


 L'esthétique, pas d'appareil visible mais uniquement des grilles de diffusion.
 Le silence, un très faible niveau sonore.
 Performant, le système gainable possède généralement un COP élevé.
 Très bonne régulation, une température constante.
 Possibilité de gérer des petites et des grandes surfaces zone par zone.
 Efficace même avec une température allant jusqu'à -15 voire -20 °c à l'extérieur, selon
le type de technologie.

III.6.2.Inconvénients des ventilo-convecteurs gainable :


Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
 Son prix, un peu plus élevé qu'un système traditionnel.
 Ne peut pas être installé dans tous les types d'habitations.

III.7.Classification des ventilo-convecteurs :


 Système à deux tuyaux :
C’est le système le plus simple et le moins coûteux, toutes les batteries des appareils sont
alimentées au même temps en eau chaude ou en eau glacée, cependant ce système présente
certains inconvénients tels que l'apparition des zones inconfortables en demi-saison d’où la
nécessite de faire un zonage dans l'ensemble de l'immeuble bien que cette solution se traduit
inévitablement par un coût élevé.

 Système à trois tuyaux :


Dans ce système les ventilo-convecteurs sont normalement alimentés en toute saison en air
primaire chaud ou froid, en eau chaude et en eau glacée distribuées par l'ensemble de trois
tuyaux qu’ils sont :

- distribution d'eau chaude.


- distribution d'eau froide.
- retour commun de l'eau chaude et l'eau froide.
 Système à quatre tuyaux :
Ce système revient plus cher à l'installation mais présente l'avantage de simplifier
considérablement l'étude de la régulation de l’installation de climatisation, tout en permettant
un degré de confort élevé dans tous les locaux à climatiser.

III.7.centrale de traitement d’air :

Le traitement de l’air est entièrement effectuer dans une centrale de climatisation. La


distribution de l’air se fait a l’aide de réseaux des gains reliant la central de traitement de l’air
à des bouches de soufflage situer à l’intérieur des locaux climatisés.

Ce système est utilisé pour climatisé un seul grand locale ou bien un ensemble des locaux
ayant des charges identiques (apports ou déperditions)
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes

Figure(III.6) : un system de climatisation avec un CTA.

III.7.1.Domaines d’applications :

 La CTA peut être utilisée seulement pour ventiler, seulement pour chauffer ou
rafraichir, ou les deux.
 Ce système est particulièrement bien adapté, voir incontournable, pour le chauffage et
le rafraichissement des grands volumes, dans lesquels on veut maintenir de très bonnes
conditions de température, été comme hiver :

-les salles polyvalentes à dominante culturelle ou sportive.

- les supermarchés et les hypermarchés.

 Dans les locaux à forte occupation intermittente :


- les salles recevant du public (cinémas, salles de spectacles).

- les amphithéâtres et les auditoriums.

 Et pour des applications spécifiques :

- Les halls de stockage pour des produits alimentaires ou les matières


premières.

- Les ateliers de haute technologie (salles blanches).

- Les locaux techniques (salles serveurs, autocom, TGBT).

- Les piscines.
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
- Les hôpitaux et blocs opératoires.

III.8. Climatisation par Ventilo-convecteur :

III.8.1.Sélection d'un Ventilo-convecteur :

La sélection d'un ventilo-convecteur est basée sur les paramètres suivants :

-La température de l'eau à l'entrée de la batterie d'échange.

-La température de l'eau à la sortie de la batterie d'échange.

-La température de l'air à la reprise « Ti ».

III.8.2.Choix des ventilo-convecteurs :

Système à deux tubes reversible :

Concernant notre projet, en référence au catalogue «proclim». Les Ventilo-convecteurs sont


des unités terminales servant au traitement de l’air d’un milieu tant en hiver qu’en été.

III.8.3.Méthode de calcul des caractéristiques des Ventilo-convecteurs :

A- Données de base :

Pour la période estivale les données de base sont :

-La puissance frigorifique.

-Le régime de l'eau glacée.

Dans notre projet on a opté pour un régime (7°C - 12°C) Pour l'eau glacée.

-La température du local.

Pour la période hivernale les données de base sont :

-La puissance calorifique.

-Le régime de l'eau chaude.

Dans notre projet on a opté pour un régime (70°C - 50°C) Pour l'eau chaude.

-La température du local.


Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
III.8.4. Méthode de calcul :

A partir des données de base on détermine les paramètres suivants :

1/- La puissance réelle installée (Qt) et sensible (Qs).

2/- Le nombre de Ventilo-convecteur.

3/- Le débit volumique noté (Vs) qui est soufflé par le ventilo-convecteur.

4/- Le débit d'air neuf nécessaire.

5/- Les pertes de charge de l'eau dans le Ventilo-convecteur.

Pour présenter l'évolution de l'air pour les deux périodes, d'autres paramètres sont nécessaires
comme :

1/- Le débit d'air frais noté (Vaf).

2/- Le débit d'air recyclé noté (Vr).

3/- La température de mélange (tm).

4/- La température de soufflage (ts).

5/- Le débit d'eau.

Période estivale :

(ti . vr +te . vaf )


- Température de mélange : tm= (°C)
Vs

hi. vr + he . vaf
- Enthalpie de mélange : hm= (kJ / kg)
Vs

(Xi .Vr + Xe Vaf )


-teneur en eau du mélange : Xm = (g/kg d’air sec)
Vs

Xi et Xe : teneur en eau à l’intérieur et à l’extérieur [g/kg d’air sec].

Qs
- Température de soufflage : ts= ti- (°C)
ρ .Cp .Vs

Qt
- Enthalpie de soufflage : hs= hi- (kJ / kg)
ρ .Vs

- Puissance frigorifique : Qfri = 1.2 * Vs * (hm – hs) (KJ/h)


Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
Qfri
- Débit d’eau : G= (kg/h)
Cp. ∆ t

Période hivernale :

(ti . vr +te . vaf )


- Température de mélange : tm= (°C)
Vs

(hi . vr +he . vaf )


- Enthalpie de mélange : hm= (kJ / kg)
Vs

(Xi .Vr + Xe Vaf )


-teneur en eau du mélange : Xm = (g/kg d’air sec)
Vs

Xi et Xe : teneur en eau à l’intérieur et à l’extérieur [g/kg d’air sec].

Qs
- Température de soufflage : ts= ti+ (°C)
ρ .Cp .Vs

Qt
- Enthalpie de soufflage : hs= hi+ (kJ / kg)
ρ .Vs

- Puissance calorifique : Qcal = 1.2 * Vs * (hs – hm) (kJ/h)

Qcal
- Débit d’eau : G= (kg/h)
Cp. ∆ t

 Taux de brassage « B » :

Vs
B=
V

Vs : volume d’air soufflé dans le local par heur.

V : volume du local en m3.

B 3-5 5-10 >10


Acceptable Diffusion d’air bien Courant d’air
étudié difficile à éviter

 Exemple de calcul :

On prend le magasin 9 dans le 2eme étage comme exemple de calcul.


Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
Période estival Période hivernal
Puissance total (KW) 5.436 1.3704
Régime d’eau (°c) 7/12 50/70
ti (°c) 27 20
D’après le catalogue de « proclim » on choisit le model du (VC) cassette :

Le model Cooling capacity Air volume Heating capacity


(KW) 3
(m /h) (KW)
PVK-600R(A) 5.7 1000 9.66
Tableau(III.1) : caractéristiques du ventilo-convecteur

1-culcul du période estival :

 Paramètres du mélange :

ti =27 °c Xi= 11.5 (g/kg d’air sec)

φi= 50 % Diagramme (H-X) hi=56 (kJ/kg)

te= 37 °c Xe= 11.5 (g/kg d’air sec)

φe= 28 % Diagramme (H-X) he= 86 (kJ/kg)

(ti . vr +te . vaf )


on a tm=
Vs

Vs= 720 (m3/h)

Vaf= 30*n

n: nombre des occupants

Vaf= 30 * 5= 150 (m3/h)

Vr= Vs-Vaf= 720-150= 570 (m3/h)

(27.570+37.150)
Donc : tm= = 29.08 °c
720

hi . vr + he . vaf 56.570+ 86.150


Et on a hm=
Vs
= 720
= 62.25 (kJ/kg )

(Xi .Vr + Xe Vaf ) (11.5∗570+11.5∗150)


Et Xm = = = 11.5 (g/kg d’air sec)
Vs 720
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
 Paramètres du soufflage :

Qs
On a ts= ti-
ρ .Cp .Vs

Qs= Qt-Ql

Ql : la chaleur latent

Ql= n. ql= 5. 111 = 555 (W)

Qs= 5436- 555 = 4881 (W)

ρ : la masse volumique de l’air. ρ = 1.29 (kg/m3)

Cp : la chaleur spécifique de l’air. Cp= 1000 (j/kg.°c)

4881
Donc : ts= 27-
1.29∗1000∗1000
*3600= 20 (°c)

Qt
Et on a hs= hi-
ρ .Vs
= 56- 5.436∗3600
1.29∗1000
= 34.93 (kJ/kg)

 La Puissance frigorifique :

On a Qfri = 1.2 * Vs * (hm – hs) = 1.2*720*(62.25- 34.93)= 23604.28 (kJ/h)

Qfri =6.6 kw

 Le débit d’eau :
Qfri
On a G=
Cp. ∆ t
Cp eau= 4186 j/kg. °c
23604.28
Donc : G=
4.186∗(12−7)
= 1127.77 (kg/h)

2-culcul du période hivernal :

 paramètres du mélange :

ti =20 °c Xi= 7.4 (g/kg d’air sec)

φi= 50 % Diagramme (H-X) hi=41.5 (kJ/kg)


Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
te= 1 °c Xe= 3.4 (g/kg d’air sec)

φe= 80 % Diagramme (H-X) he= 9 (kJ/kg)

(ti . vr +te . vaf ) (20∗570+1∗150)


on a tm= = = 16.04 (°c)
Vs 720

(hi . vr +he . vaf ) (41.5∗570+ 9∗150)


et on a hm= = = 34.73 (kJ/kg)
Vs 720

(Xi .Vr + Xe Vaf )


Et Xm = = (7.4∗570+3.4∗150) = 6.6 (g/kg d’air sec)
Vs 720

 Paramètres du soufflage :

Qs
On a ts= ti+
ρ .Cp .Vs

Qs= Qt = 1370.41 (w)

1370.41
Donc : ts= 20 + *3600= 41.07 (°c)
1.29.1000 .1000

Qt
Et on a hs= hi+
ρ .Vs
= 41.5+ 1.37041∗3600
1.29∗1000
= 62.57 (kJ/kg)

 La Puissance calorifique :

On a Qcal = 1.2 * Vs * (hs – hm)= 1.2*720*(62.57-34.73)= 24054.28 (kJ/h)

Qcal=6.7 KW

Qcal 24054.28
 Le débit d’eau : On a G= = = 287.32 (kg/h)
Cp. ∆ t 4.186∗(70−50)

Les résultats pour les autres locaux pour les deux périodes sont dans les tableaux suivant :
Chapitre III choix et calcul des réseaux des systèmes

 1er étage : période estivale :

Volume du B hs
local (m3 ) tm hm Qs ts (kJ/kg Qfri G
N° du Nbre Qtotal Vs Vaf Vr (°c) (kJ/kg) (W) (°c) ) (kJ/h) (kg/h)
locale occp (W) model VC n=° (m /h) (m /h) (m3/h)
3 3

89,98 9 31.09 68.27 2020 14.19 38.96 15474,98 739,37


E101 6 2686 PVC-300 1 440 180 260
150,1 7 30,00 65,00 3219 18,02 43,92 25297,12 1208,65
E102 10 4329 PVK-600R(A) 1 1000 300 700
152,27 7 30,00 65,00 3282 17,84 43,74 25508,09 1218,73
E103 10 4392 PVK-600R(A) 1 1000 300 700
130,51 8 29,40 63,20 2559 19,86 46,38 20183,44 964,33
E104 8 3447 PVK-600R(A) 1 1000 240 760
206,9 7 29,79 64,36 4525 17,98 44,10 34025,86 1625,70
E105 13 5968 PVK-850R(A) 1 1400 390 1010
164,72 6 30,00 65,00 3641 16,84 42,74 26710,33 1276,17
E106 10 4751 PVK-600R(A) 1 1000 300 700
109,18 9 29,10 62,30 2786 19,23 46,06 19491,91 931,29
E107 7 3563 PVK-600R(A) 1 1000 210 790
83,19 10 28,76 61,29 3549 15,35 42,53 19143,63 914,65
E108 5 4104 PVK-600R(A) 1 850 150 700
92,04 9 29.12 62.35 4436 12,44 39,25 23565,77 1125,93
E109 6 5102 PVK-600R(A) 1 1000 180 670
125,97 10 28,92 61,76 5990 13,63 40,64 31673,30 1513,30
E110 8 6878 PVK-750R(A) 1 1250 240 1010
NC NC NC NC NC NC NC NC NC
E111 NC NC NC NC NC NC NC
NC NC NC NC NC NC NC NC NC
E112 NC NC NC NC NC NC NC
50,52 14 32.83 73.5 981 19.40 42.37 13447,26 642,49
E113 7 1758 PVC-300 1 360 210 150
321,1 11 28,67 61.00 14163 16.00 43.30 76464,00 3653,32
E114 20 16383 PVK-600R(A) 5 3600 600 3000
28,36 25 28.67 61.00 1059 18.79 46.07 6449,86 308,16
E115 2 1281 PVC-300 1 360 60 300
Chapitre III choix et calcul des réseaux des systèmes

 2eme étage : période estivale :

N° du B tm hm Qs hs
local Volume du Nbre Qtotal n= Vs Vaf Vr (°c) (kJ/kg) (W) ts (°c) (kJ/kg) Qfri (kJ/h) G (kg/h)
e local (m3 ) occp (W) model VC ° (m3/h) (m3/h) (m3/h)
88,24 10 31,09 68,27 1969 20,54 47,35 15304,19 731,21
E201 6 2635 PVC-300 1 440 180 260
141,92 7 29,70 64,10 3565 17,05 43,26 25004,09 1194,65
E202 9 4564 PVK-600R(A) 1 1000 270 730
196,83 5 30,60 66,80 4345 14,87 40,16 31971,35 1527,54
E203 12 5677 PVK-600R(A) 1 1000 360 640
158,75 6 30,00 65,00 3469 17,32 43,22 26134,33 1248,65
E204 10 4579 PVK-600R(A) 1 1000 300 700
207,85 7 29,57 63,71 4558 17,91 44,26 32684,65 1561,62
E205 12 5890 PVK-850R(A) 1 1400 360 1040
166,1 6 30,00 65,00 3639 16,84 42,75 26703,63 1275,85
E206 10 4749 PVK-600R(A) 1 1000 300 700
44.16 10.8 28.88 61.63 2247 13,94 41,00 11880,00 567,61
E207 3 2580 PVC-400 1 480 90 390
97.09 10 30,53 66,59 2503 20,01 47,16 17092,47 816,65
E208 6 3169 PVC-300 1 510 180 330
79.63 9 29.08 62.25 4881 20,00 34,93 23604,28 1127,77
E209 5 5436 PVK-600R(A) 1 720 150 570
60.51 9.5 29.07 62.21 1496 19,80 46,67 10816,74 516,81
E210 4 1940 PVC-400 1 580 120 460
83.74 10 28,76 61.29 4087 13,58 40,76 20945,30 1000,73
E211 5 4642 PVK-600R(A) 1 850 150 700
110.68 9 29,10 62,30 4389 14,75 41,58 24860,09 1187,77
E212 7 5166 PVK-600R(A) 1 1000 210 790
305,37 9.5 29.08 62.25 11500 15.86 42.71 67546,05 3227,24
E213 20 13720 PVK-600R(A) 4 2880 600 2280
18,64 19 27,83 58.50 789 20,88 49,02 4093,95 195,60
E214 1 900 PVC-300 1 360 30 330
21,21 NC NC NC NC NC NC NC NC
E215 NC NC NC NC NC NC
49,3 10 28.76 61.29 1407 19,30 46,48 9066,98 433,20
E216 3 1740 PVC-300 1 510 90 420
 1er étage : période hivernal :
Chapitre III choix et calcul des réseaux des systèmes

Volume du Qtotal B tm hm Qs ts hs Qcal


N° du local (m3) Nbre n= Vs Vaf Vr (°c) (kJ/kg) (W) (°c) (kJ/kg) (kJ/h) G (kg/h)
locale occp (W) model VC ° (m /h) (m3/h)
3
(m3/h)
89,98 605,52 440 260 9 12,23 28,20 605,52 21,99 43,49 9047,79 108,07
E101 6 PCV-300 1 180
150,1 500,30 1000 700 7 14,30 31,75 500,30 21,40 42,90 13375,43 159,76
E102 10 PVK-600R(A) 1 300
152,27 1383,66 1000 700 7 14,30 31,75 1383,66 23,86 45,36 16333,66 195,10
E103 10 PVK-600R(A) 1 300
130,51 1297,21 1000 760 8 15,44 33,70 1297,21 23,62 45,12 13704,13 163,69
E104 8 PVK-600R(A) 1 240
206,9 530,27 1400 1010 7 14,71 32,45 530,27 21,06 42,56 16985,80 202,89
E105 13 PVK-850R(A) 1 390
164,72 795,35 1000 700 6 14,30 31,75 795,35 22,22 43,72 14363,50 171,57
E106 10 PVK-600R(A) 1 300
109,18 1666,70 1000 790 9 16,01 34,68 1666,70 24,65 46,15 13771,49 164,49
E107 7 PVK-600R(A) 1 210
83,19 1536,84 850 700 10 17,15 36,63 1536,84 25,05 46,55 10996,64 131,35
E108 5 PVK-600R(A) 1 150
92,04 1695,43 1000 670 9 16,58 35,65 1695,43 25,57 47,07 12697,73 151,67
E109 6 PVK-600R(A) 1 180
125,97 2720,35 1250 1010 10 16,35 35,26 2720,35 26,07 47,57 18470,02 220,62
E110 8 PVK-750R(A) 1 240
NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC
E111 NC NC NC NC
NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC
E112 NC NC NC NC
50,52 1243,86 360 150 14 8,92 22,57 1243,86 19,28 46,32 12355,47 147,58
E113 7 PCV-300 1 210
321,1 3650,06 3600 3000 11 16.83 36.08 3650,06 19,66 44,33 35623,47 425,51
E114 20 PVK-600R(A) 5 600
28,36 416,45 360 300 25 16,83 36,08 416,45 20,03 43,11 3734,62 44,61
E115 2 PCV-300 1 60

 2eme étage : période hivernal :

N° du Volume Nbre Qtotal model VC n=° Vs Vaf Vr B tm (°c) hm Qs ts hs Qcal G


Chapitre III choix et calcul des réseaux des systèmes

du local
(m3 ) (kJ/kg) (W) (°c) (kJ/kg) (kJ/h) (kg/h)
locale occp (W) (m3/h) (m3/h) (m3/h)
88,24 10 12,23 28,20 2635 28,65 50,15 15844,19 189,25
E201 6 2635 PVC-300 1 440 180 260
141,92 7 14,87 32,73 4564 32,74 54,24 25814,09 308,34
E202 9 4564 PVK-600R(A) 1 1000 270 730
196,83 5 13,16 29,80 5677 35,84 57,34 33051,35 394,78
E203 12 5677 PVK-600R(A) 1 1000 360 640
158,75 6 14,30 31,75 4579 32,78 54,28 27034,33 322,91
E204 10 4579 PVK-600R(A) 1 1000 300 700
207,85 7 15,11 33,14 5890 31,74 53,24 33764,65 403,30
E205 12 5890 PVK-850R(A) 1 1400 360 1040
166,1 6 14,30 31,75 4749 33,25 54,75 27603,63 329,71
E206 10 4749 PVK-600R(A) 1 1000 300 700
44.16 10.8 16,44 35,41 2580 35,00 56,50 12150,00 145,13
E207 3 2580 PVC-400 1 480 90 390
97.09 10 13,29 30,03 3169 28,84 50,34 17632,47 210,61
E208 6 3169 PVC-300 1 510 180 330
79.63 9 17,15 36,63 5436 41,07 62,57 24054,28 287,32
E209 5 5436 PVK-600R(A) 1 1000 150 850
60.51 9.5 16,07 34,78 1940 29,33 50,83 11176,74 133,50
E210 4 1940 PVC-400 1 580 120 460
83.74 10 17,15 36,63 4642 35,24 56,74 21395,30 255,56
E211 5 4642 PVK-600R(A) 1 1000 150 850
110.68 9 16,01 34,68 5166 34,42 55,92 25490,09 304,47
E212 7 5166 PVK-600R(A) 1 1000 210 790
305,37 9.5 16.04 34.73 13720 33,29 54,79 69346,05 828,31
E213 20 13720 PVK-600R(A) 4 2880 100 2280
18,64 19 18,42 38,79 900 26,98 48,48 4183,95 49,98
E214 1 900 PVC-300 1 360 30 330
21,21 NC NC NC NC NC NC NC NC
E215 NC NC NC NC NC NC NC
49,3 10 16,65 35,76 1740 29,52 51,02 9336,98 111,53
E216 3 1740 PVC-300 1 510 90 420
Chapitre III choix et calcul des réseaux des systèmes

III.8.4. calcul des caractéristiques des Ventilo-convecteurs gainables :

D’après le catalogue de « proclim » on a choisis des ventilo-convecteurs gainables réversible a haut pression avec deux tubes pour la supérette et
des ventilo-convecteur avec deux tubes pour les autres locaux.

 RDC : période estival :

Volume B
du local tm hm Qs ts hs
N° du (m3 ) Nbre Qtotal Vs Vaf Vr (°c) (kJ/kg) (W) (°c) (kJ/kg) Qfri (kJ/h) G (kg/h)
locale occp (W) model VC n=° (m /h) (m3/h)
3
(m3/h)
1039.99 PVG3H- 11,5 29,21 62,62 54369 14,31 41,03 309824,37 14802,88
R01 88 64137 2200G100 4 11960 2640 9320
158.08 PVK- 5,3 29,82 64,47 3267 16,27 42,36 22554,42 1077,61
R02 8 4155 600R(A) 1 850 240 610
84.73 8,5 30.41 66.23 1935 14.73 40.21 13738,60 656,41
R03 5 2490 PVC-300 1 440 150 290
6.80 NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC
R04
19.80 17 28,67 61,00 716 21,45 48,73 5301,21 253,28
R05 2 938 PVC-300 1 360 60 300
225.58 PVK- 9,5 28,94 61,83 8096 16,54 43,53 47436,28 2266,43
R06 14 9650 600R(A) 3 2160 420 1740
80.74 PVK- 12 29,10 62,30 4505 14,43 41,26 25248,56 1206,33
R07 7 5282 600R(A) 1 1000 210 790
Chapitre III choix et calcul des réseaux des systèmes

 RDC : période hivernal :

Volume B hm
du local Nbr tm (kJ/kg ts hs
N° du (m3) e Qtotal n= Vs Vaf Vr (°c) ) Qs (W) (°c) (kJ/kg) Qfri (kJ/h) G (kg/h)
locale occp (W) model VCg ° (m /h) (m /h) (m3/h)
3 3

PVG3H- 11,5
1039.99 15,81 34,33 12824.13 23,00 44,50 146016,00 1744,10
R01 88 12824.13 2200G100 4 11960 2640 9320
PVK- 5,3
158.08 14,64 32,32 1764.12 25,80 47,29 15265,80 182,34
R02 8 1764.12 600R(A) 1 850 240 610
PVK- 8,5
84.73 16,04 34,73 4209,81 36,32 57,82 19947,97 238,27
R03 5 4209,81 600R(A) 1 720 150 570
NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC NC
R04
17
19.80 16,83 36,08 905.57 27,00 48,51 5368,32 64,12
R05 2 905.57 PVC-300 1 360 60 300
PVK- 9,5
225.58 16,31 35,18 6532,93 28,44 49,94 38257,72 456,97
R06 14 6532,93 600R(A) 3 2160 420 1740
PVK- 12
80.74 16,01 34,68 3206.53 28,95 50,44 18918,00 225,97
R07 7 3206.53 600R(A) 1 1000 210 790
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
III.9.Calcule hydraulique :
La somme des pertes de charge (linéaire et singulière) du circuit le plus défavorisé doit d’être
vaincre par la pompe circulateur pour assurer l’alimentation de ce tronçon , ces pertes de
charge est donné par la relation suivent :

∆ P=∑ RL+ Z (mmCE)

R : perte de charge unitaire (mmCE/m).


L : longueur de la tuyauterie (m).

Z=∑ ζ ρ
2g

Z : perte de charge locale en (mmCE).

v : la vitesse de l’eau en (m/s).

ρ : la masse volumique de l’eau en (kg/m 3 )

ξ: coefficient de résistance particulière (coude, vanne,..etc.).

g : la gravité en (m/s2 ).

III.9.1.Methode de Calcule :
Pour notre cas de ce projet on choisit le système a deux tubes donc les calcul s’effectué Just
pour la période estivale par ce que les débits de l’eau sont plus important ; donc les diamètres
de canalisation du réseau sont plus grand.

 En trace l’axonométrie de l’installation dans le plan architecturale et l’emplacement


des ventilo-convecteurs.
 On partage le circuit en tronçons transporté le même débit et les tuyauteries aller et
retour sont parallèle.
 On calcule le débit d’eau pour chaque tronçon .
 On relevé a partir le dimensionnement réel du plan les longueur des tançons
 Déterminer le circuit le plus défavorable (le ventilo-convecteur le plus loin par rapport
à le groupe d’eau glacé)
 On choisit la chute de pression ″R″ qui sera constante pour le circuit le plus
défavorable :

R= 10 mmce/m.
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
 En fonction de débit on détermine : le diamètre Ф, la vitesse V et la résistance linéaire
réelle R a l'aide du planche N°2 .(RITCHEL page 349)
-Coefficient de correction pour les pertes de charges linéaires « F » on aura
Rc=R.F (mmCE/m), « F » tirée de la page 233

-coefficient de correction pour les pertes de charges locales le coefficient « B » est

ta +tr
fonction de la température moyenne d’eau : tm= = 9.5 °c
2
ta: Température aller eau glacée en [◦c].
tr: Température retour eau glacée en [◦c].
D’après la planche N◦5-Rietchell : On va utiliser la valeur de « B » pour =9.5◦c
donc : B=0.97 , Zc=0.97.Z
 Les pertes de charges linéaires R×L.
 On calcul pour chaque tronçon la somme des coefficients des résistances locales ∑ ξ,
les valeurs de ξ sont tirer à partir de planche N°5(RITCHEL page 352).
 On détermine les pertes de charges totales (linéaires et locales) pour chaque tronçon

les circuits secondaires :


On calcul à chaque fois le (Req) en se référant toujours au circuit le plus défavorable et on
passe par les mêmes étapes de calcul que pour le cas du plus défavorable.

III.10.L’Equilibrage de circuit hydraulique :


L’équilibrage hydraulique consiste à obtenir des pertes de charge égaux pour deux circuits.
Cette opération est indispensable à cause de la tendance d’un fluide à éviter le chemin où il y
a plus de résistances. Donc il faut réaliser l’équilibrage de tout le réseau de telle façon que les
tronçons liés au circuit principal exaucent la condition suivante :

∆ pdéf −∆ pcir
∆ pdéf
≤ 10%
∆ pdéf  : la perte de charge du circuit défavorable (mm Ce).
∆ pcir  : la perte de charge du circuit à équilibrer (mm Ce).
Si l’erreur est inférieure à 10% on considère que les deux circuits sont équilibrés si non on
commence par changer le diamètre de l’un des tronçons, si cette opération n’assure pas
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
l’équilibrage on installe une vanne de réglage qui doit assurer le changement de perte de
pression.

∆ p =∆ pdéf  -∆ pcir 


∆ p : la perte de charge qu’on choisit réalisée pour obtenir l’équilibrage Circuit (mm ce).
Chapitre III choix et calcul des réseaux des systèmes
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes
Chapitre III choix et calcul des réseaux des
systèmes