Vous êtes sur la page 1sur 179

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique


Université Mentouri Constantine faculté des sciences de l’ingénieur
Département de génie civil

en vue de l’obtention du diplôme


de Master en Génie Civil

Thème

ETUDE D’UN BATIMENT (R + 4) A USAGE

D’HABITATION CONTERVENTEMENT MIXTE

(PORTIQUE ET VOILE)
Présenté par : MEZACHE SOUHAILA
MEROUANI NADIRA
KAHOUL HOCINE

Encadreur : Mr .BELALOUI
ABDELKARIME
Année
Universitaire : 2018
Nous remercions avant tout Allah de nous avoir gardé en bonne
santé afin de mener à bien ce projet de fin d’étude. Nous
remercions également nos familles et surtout nos parents pour les
sacrifices qu’elles ont faites pour que nous terminions nos études.

Nous exprimons toutes nos profondes reconnaissances à notre


encadreur Mr : BELALOUI ABDELKARIM, qui nous a témoigné de sa
confiance et de son aide scientifique et qui par son expérience et sa
compétence.

Nous remercions également les membres des jurys pour l’effort qu’ils
feront dans le but d’examiner ce modeste travail.
Table de matière
Chapitre I: PRESENTATION DE L’OUVRAGE

I.I.Introduction …………………………………………………..………………….…..1

I.2. Présentation du bâtiment………………………………………………………...…1

I.2.1 caractéristiques géométriques ………………………………………………..…..1

I.2.2 description de l’ossature…………………………………………….................…..1

I.3. Caractéristiques mécaniques des matériaux……………………………………….2

I.3.1) Introduction ………………………………………………..……………….…2

I.3.2) Le béton ……………………………………………………………………………2

I.3.2.1) Les compositions du béton …………………………..…………………………3

I.3.2.1.1) Ciment ………………………………………………………………….…...…3

I.3.2.1.2) Granulats…………………………………………………………………....…3

I.3.2.2) Dosage du béton ……………………………………………………….….….…3

I.3.2.3) Résistance mécanique du béton …………………………………………..……3

I.3.2.3.1) Résistance à la compression …………………………………….….…..3

I.3.2.3.2) Résistance à la traction ……………………………………………..….……4

I.3.2.3.3) Modules de déformation longitudinale …………………………...…...……5

I.3.2.3.4) Coefficients de poisson ……………………………………………....…....…6

I.3.2.3.5) Contraintes limites …………………………………………………..………6

I.3.3) L’Acier………………………………………………………………….………8

I.3.3.1) Introduction …………………………………………………….…...……8

I.3.3.2) Caractères mécaniques ………………………………………….……….8

I.3.3.3) Contrainte limite ……………………………………………………….……9

I.3.3.3.1) Etat limite ultime………………………………………………………..9

I.3.3.3.2) Etat limite de service………………………………………………..….9

La formulation béton……………………………………………………….………10

I. Introduction……………………………………………………………………….....10

II. Essais réalises………………………………………………………………….....…10


III. résultats des essais………………………………………………………………..……….10
III.1 analyse granulométrique…………………………………..…………….………10
IV. étude du mélange…………………………………………………….…..……….……… 13
IV.1 courbe du béton réel……………………………………………………………..…..…..13
IV.2 composition du béton selon Dreux-Gorisse variante……………….……………...…..14
IV. 3 conclusion ……………………………………………………….…………….………..14
IV.4 essai mécanique sur éprouvette ……………………………………………….…….…15
Chapitre II: PREDEMENSIONNEMENT ET DESCENTE DES CHARGE
II.1. Introduction…………………………………………………………..……………….…17

II.2. Prédimensionnement des planchers…………………………………………...…….…17

II.2.1. Plancher à corps creux………………………………...………………………..….....17

II.2.2. Les dalles pleines…………………………………………………..…………….……18

II.2.3. les poutrelles……………………………………………………………………..……18

II.4. Pré dimensionnement des poutres………………………………..……………………19

II.4.1. les poutres principales PP ………………………………………….……………..…20

II.4.2 Poutres Secondaires (Non Porteuses) ………………..…………………………..… 20

II.5. Pré dimensionnement des poteaux……………………………………………………21

II.6. Pré dimensionnement des voiles……………………………………..……………..…22

Chapitre III : CALCUL DES ELEMENTS SECONDAIRES


III.1.Introduction………………………………………………………..………….………24

III.2.Calcul De L’acrotère………………………………………………………….………24

III.2.1.Définition…………………………………………………………….………………24

III.2.2.Calcul des sollicitations…..…………………………………………...……………25

III.3. Calcul des escaliers……………………………………………………..…..………32

III.3.1.Définition…………………………………………………………………………..32

III.3.2.Pré dimensionnement des escaliers ………………………………….….…..…..32

III.3.2.2.Caractéristique technique ……………………………………………………..33

III.3.3.évaluation des charges ………………………………………………………...…34

III.3.9.Etude de la poutre palière……………………………………………….…….…43

III.3.9.1.Pré dimensionnement …………………………………….……………………43

III.4.Plancher à corps creux ………………………………………………………….…47

III.4.1.Définition ……………………………………………………………………...…47
III.4.2. Choix de la méthode de calcul ……………………………...……………..……47

III.4.2.1.Méthode forfaitaire (dalle a corps creux)…………………….………….....…47

III.4.2.2.Méthode « Caquot »…………………………….……………………..………49

III.4.8.Calcul de la buandier …………………………………………………….………72

III.4.8.3.Calcul les plancher de buandier ……………………………………..………73

III.5.Calcul du balcon……………………………………………………………………78

III.5.4.Ferraillage ..……………………………………………………………..…..……80

Chapitre IV: ETUDE SISMUQUE


IV. Calcul sismique de la structure ……………………………………………….……88

IV.1. Introduction……………………………………………………………………..…88

IV.2. Présentation du logiciel de calcul ETABS …………………………………...….88

IV.3- Méthodes de calcul ………………………………………………………….……89

IV.4. présentation du bâtiment ……………………………………………………...…89

IV.5.1. Dimensions des éléments ……………………………………………………….89

IV.5.2. Hypothèses de calcul ……………………………………………………………89

IV.6. Méthodologie des calculs …………………………………………………………90

IV.7. Modélisation du bâtiment……………………………………………..……….…90

IV.7.1. Rigidité et géométrie …………………………………………………..…….…90

IV.7.1.1. Modèle 3D du bâtiment………………………………………………….……91

IV.7.1.2. Géométrie ……………………………………………………………………91

IV.7.1. Introduction ……………………………………………………………………91

IV.7.2. Caractéristique géométrique de la structure ………………………..………92

IV.7.3. les hypothèses de conception des voiles …………………………….………..92

IV.7. 3.1.1. Calcul de centre de masse ………………………………………..………92

IV.7. 3.1.2. Calcul du centre de rigidité ……………………………………..…….…93

IV.7. 4. Régularité structurelle en plan ………………………………………………93

IV.7. 4.2. Analyse modale………………………………………………….…..………94

IV.7. 4.2.1. La somme des masses modales effectives ………………….……………94

IV.7. 4.2.2. Calcul et vérification des déplacements………………………………….94

IV.7. 4.2.3. La méthode d’analyse modale spectrale ………………………..………95


Chapitre V: Calcul Les Eléments Structuraux
V. Ferraillage des éléments structuraux………………………………………………101

V.1.Les poutres …………………………………………………………………..……..101

V.1.1. Poutres principales………………………………………………………………101

V.1.1.a. Calcul du ferraillage……………………………………………………...……101

V.1.1.b. Ferraillage des poutres principales …………………………………...……...102

V.1.2.Poutre secondaire …………………………………………………………..……105

V.1.2.a. Calcul du ferraillage ……………………………………………….……….....106

V.2.Ferraillage des poteaux ……………………………………………………………111

V.3. Les voile……………………………………………………………………..…...…123

V.3.a. Méthode de calcul………………………………………………………………..123

V.3.c. Armatures horizontale ………………………….…………………………….…126

V.3.1.Calcul des voiles avec ouverture :V3 ,V4…………………….…………….……129

V.3.1.a. Ferraillage de trumeaux ………………………………………………………129

V.3.1.b. Espacement des armatures vertical ………………….…………………….....129

V.3.1.c. Armatures horizontale ……………………………………………………..….130

V.3.1.e. Disposition des armatures ………….…………………………….…...……132

V.3.1.f. Ferraillage des linteaux ……………………….…………………………….…..…132

V.3.1.j. Méthode de calcul ……………………………….……………………………...…132

Chapitre VI: ETUDE DE FONDATION


VI.1. Etude des fondations ……………………………………….……………….….…..…138

VI.1.1.Définition ……………………………………………………………………….……138

VI.1.2.Type des fondations ………………………………………………………..….…….138

VI.1.3.Chois des fondations …………………………………………………………...……138

VI.1.4.Reconnaissance du sol……………………………………………………..………...138

VI.1.5.Dimensionnement de la semelle ………………………………………….…………139

VI.1.6.Calcul des semelles filantes ……………………………………………….…..….…139

VI.1.6.1.Hypothèse de calcul …………………………………………….…….………...…139

VI.1.6.2.Calcul des semelles filantes sous voiles et poteaux………………..……..………139

VI.1.6.2.1.Dimensionnement des semelles (E.L.S)…………………………………..……139

VI.1.6.2.2.Calcul du Ferraillage à l’ELU……………………………………………..……143

VI.1.6.2.2.1.Sollicitation et contrainte………………………………………………...……143
VI.1.6.2.2.2.Diagramme des moments …………………………………………..…………144

VI.1.6.3.Ferraillage………………………………………………………………..…..…….144

VI.1.7.Vérification a l’ELU………………………………………………………..…….….146

VI.1.7.1.Condition de non fragilité…………………………………………………………146

VI.1.7.2.Vérification de la contrainte tangentielle: BAEL91 /Art (A.5.1)……….....……146

VI.1.8.Présentation de ferraillage……………………………………………………….…147

VI.2.Les longrines………………………………………………………………..….………148

VI.2.1.Définition……………………………………………………………………...……..148

VI.2.2.Dimensionnement de la longrine……………………………………………..…….148

VI.2.3.Ferraillage de longrine ………………………………………………..…………….148

VII. Conclusion ………………………………………………..…………………………….149


Les listes des figures

Figure (I.1) : Evolution de la résistance fcj en fonction de l’âge du béton…………….……4

Fig (I.2) : Evolution de la résistance à la traction ftj en fonction de celle à la

Compression…………..………………………………………………………….…..…….5

Fig (I.3): Evolution du module de Young différée Evj en fonction de la résistance

caractéristique à la compression du béton fcj…………………………………….……….6

Fig(I.4) : Diagramme contrainte déformation de calcul à l’ELU……………….………...7

Fig (I.5) : La contrainte limite de service en compression du béton……………….………..8

Fig (I.6) : Diagramme contrainte déformation de calcul de l’acier à l’ELU…….…………..9

Fig (II.1) : Schéma De La Dalle En Corp-Creux……………………………….………….19

Fig (III.1) : schéma statique de l’acrotère……………………………………….…….…...25

Fig.III.3. schéma de ferraillage de l’acrotère ……………………………………….....…..31

Fig.III.4.schéma des escaliers ………………………………………………………….....32

Fig.III.5.Schéma statique des escalier……………………………………………..…..…..34

Fig.III.6.Schéma statique de la poutre palière sous l’effort de torsion……….…….……...45

Fig.III.8.ferraillage de la poutre palier………………………………………………...…..46

Fig.III.9. Schéma de nervure…………………………………………………………….47

Fig.III.10. ferraillage de nervure…………………………………………………..…….71

Fig.III.11. ferraillage de nervure buanderie……………………………………………..77

Fig.III.12. schéma de ferraillage de balcon………………………………….……….…...81

Fig .IV.1 Modèle 3D du bâtiment………………………………………………………….90

Fig. IV.2 : spectre de réponse de calcul……………………………………………………95

Fig V.1.ferraillage des poutres principal en travée………………………………….……108

Fig V.2.ferraillage des poutres principal sur appuis……………………………….……..108

Fig V.3.ferraillage des poutres secondaire en travée……………………………………...109

Fig V.4.ferraillage des poutres sur appuis………………………………………….…….109


Fig.V.5 Les différentes sollicitations sur le poteau…………………………….…….…...110

Fig.V.6.Organigramme de calcul…………………………………………….………..….112

Fig.V.7. Ferraillage de poteaux ………………………………………….…….…............122

Fig.V.8.ferraillage de voile sans ouverture………..………………………………….…...127

Fig.V.9. Ferraillage de trumeaux………………………………………………..….…….131

Fig.V.10. Ferraillage de linteaux ………………………………………………………….136

Fig .IV.1.ferraillage des semelle filante…………………………………………….……..146

Fig.IV. Ferraillage de longrine…………………………………………………………...147


Les listes des tableaux :

Tableau (I.1) : Tableau récapitulatif pour les types des aciers……………………….…..8

Tableau .III.2 : .Evaluation des charges de la paillasse………………….….…..............27

Tableau .III.2 : .Evaluation des charges du palier……………………..…………...........35

Tableau .III.3 : ferraillage des escaliers…………………………………………………..37

Tableau .III.4 : vérification de ferraillage des escaliers…………………………….…….38

Tableau .III.5 : ferraillage de la poutre palier………………………………………….…44

Tableau .III.6 : vérification de ferraillage de la poutre palier…………………………....44

Tableau .III.7 : évaluation des charges (terrasse)………………………………………...50

Tableau .III.8: évaluation des charges (étage)……………………………………………50

Tableau .III.9 : calcule des moments ultimes……………………………………….…….52

Tableau .III.10 .calcule de ferraillage ………………………………………………..…...55

Tableau .III.11 : calcule de l’Effort tranchant…………………………………………..59

Tableau .III.12.calcule les moments Servies……………………………………….…..…63

Tableau .III.13 : vérification des contraintes …………………………………….….…..66

Tableau .III.14 : calcule de ferraillage de la buanderie………………………………..…73

Tableau .III.15.calcule des moments et l’efflore tranchant des balcons……..…..………78

Tableau. IV.1. Calcul du centre de rigidité…………………………………..…………...92

Tableau. IV.2. La somme des masses modales effectives………………….….….……….93

Tableau. IV.3. vérification des déplacements…………………………….…….………...94

Tableau .V.1.Moment des poutres principales………………………………..….…….....100

Tableau. V.2.Calcul du Ferraillage des poutres principales………………….….……..…101

Tableau. V.3.vérification des contraintes ……………………………………….………..104

Tableau .V.4.Moment des poutres secondaires………………………………………… ..104

Tableau. V.5.Calcul du Ferraillage des poutres secondaires………………………..……104

Tableau. V.6.vérification des contraintes…………………………………………....….. 107

Tableau. V.7. calcul de ferraillage…………………..…………………………………….114


Tableau. V.8. Calcul de ferraillage……………………………………………………....116

Tableau. V.9. Calcul de ferraillage …………………………………………………….....117

Tableau. V.10. Calcul de ferraillage …….…………………………………………….....125

Tableau. V.11. Vérification de cisaillement……………………………………………...127

Tableau. V.12. Ferraillage de trumeaux…………………………………………………128

Tableau. V.13. effort tranchant…………………………………………………………..130

Tableau .VI.1. Sollicitation de calcule sens x-x………………………………………….139

Tableau .IV.2.sollicitation de calcule sens y-y…………………………………………...141

Tableau .VI.3.sollicitation et contrainte………………………………………………….142

Tableau .VI.4.calcule de ferraillage sens X-X………………………………………..….143

Tableau .VI.5.calcule de ferraillage sens y-y…………………………………………….143


‫ملخص‬

‫السطح‬+‫طابق اسضي‬+ ‫الهذف هي هزا العول هى دساست هٌشاة هي الخشساًت الوسلحت هخكىًت هي أسبعت طىابق‬
‫و الوقشس بٌائها في واليت هيلت الوصٌفت كوٌطقت راث ًشاط صلضالي هخىسط هقاوهت البٌايت هحققت بىاسطت ًظام‬
‫وقذ حن الخصوين وفقا لقىا ًيي وهعاييش البٌاء الوطبقت في‬.(‫جذساى هسلحت‬+ ‫حذعين هخخلط )أعوذة وعىاسض‬
.(CBA 93 ,RPA/V2003 )‫الجضائش‬
‫ وفي األخيش حوج دساست البٌيت الخحخيت ورلك بحساب‬.ETABS 9.7.0 ‫الذساست الذيٌاهيكيت حوج بىاسطت بشًاهج‬
‫االساساث‬

‫كلمات مفتاحية‬
‫ جذساى‬،‫ عىاسض‬،‫ أعوذة‬،‫ دساست ديٌاهيكيت‬،‫ حذعين هخخلط‬،‫خشساًت هسلحت‬

Résumé
Le but de ce travail est l'étude d'une structure en béton armé (R+4+T ) qui devrait être implantée à
Mila qui est classée comme une zone à moyenne sismicité. La résistance du bâtiment est assurée
par un système de contreventement mixte (portiques +voiles). La conception a été faite selon les
règlements de construction en vigueur (RPA99version2003, CBA93, BAEL91).
L'étude dynamique a été faite sur le logiciel Etabs 9.7.0. Finalement, l'étude de l'infrastructure du
bâtiment a été faite par le calcul des fondations.

Mots clés
Béton armé, contreventement mixte, étude dynamique, poteaux, poutres, voiles.

Abstract
This work aims the analysis of a reinforced concrete structure with eight floors, which will be
implanted in Mila classed as a middle seismic zone. The resistance of the building is ensured by a
mixed brace system (frame +shells). The conception has been done according to construction laws
applied in Algeria (RPA99version2003, CBA93, BAEL91). The dynamic analysis has been done
by the use of Etabs 9.7.0. Finaly, the substructure has been analysed by calculating the foundation.

Key words
Reinforced concrete, mixed brace system, dynamic analysis, columns, beams, shells
NOTATIONS & SYMBOLES :

A : Coefficient d’accélération de zone


B : Le coefficient d'amortissement critique,
C : Matrice d’amortissement de la structure
C : Le coefficient sismique de base
DD: Le déplacement sismique latéral minimum,
DM: Le déplacement total maximum
K : La rigidité
Keff: Rigidité effective horizontale de l'isolateur.
Wi : Le poids propre total de l’étage i
V : L’effort tranchant à la base
W : Le poids propre du bâtiment
S : Le facteur de type structural
Z : Le facteur de zone sismique,
N : Le coefficient de proximité en champ proche de la faille active,
S : Le coefficient de site en fonction du profil du sol,
T : La période naturelle de la structure isolée,
N : La force normale moyenne dans l’appui parasismique
R : Le rayon de courbure de la surface sphérique concave de glissement.
W : Le poids de la structure.
Teff: La période effective de l’isolateur
eff: Le pourcentage d’amortissement effectif visqueux
S a : Spectre de réponse,
Q : Facteur de qualité
R : Coefficient de comportement de la structure
1 T et 2 T Périodes caractéristiques associées à la catégorie de site
: Coefficient de frottement
g : Accélération de la pesanteur.
e : L'excentricité réelle
: Pourcentage d’amortissement critique site
: Le facteur de correction d'amortissement
UBC : (Uniform Building Code)
IBC 2000 : (International Building Code 2000)
RPA : Les Règles parasismiques Algérienne
DBE : (Design Basis Earthquake)
MCE : (Maximum Capable Earthquake)
I.1. Introduction.

Le but d’une construction parasismique est d’assurer un niveau acceptable de sécurité


contre l’effondrement sous l’action d’un séisme majeur. Le coût de cette sécurité augmente avec la
magnitude du séisme contre lequel on veut se prémunir. Un problème potentiel se pose alors ;
c’est de trouver le meilleur compromis entre le coût et la sécurité.

Nous nous proposons de voir l’effet de la variation des dimensions et de la localisation des
voiles sur le prix d’une construction et sur le comportement des différents éléments structuraux.

I.2. Présentation du bâtiment.


Il s’agit d’un bâtiment à usage d’habitation implanté à Chigara–Wilaya de Mila (une zone
de moyenne sismicité ; zone IIa selon le RPA99 version 2003), composé d’un rez-de-chaussée et
de quatre étages. Il y a 1 logements (F3) par niveaux R+04.

I.2.1 caractéristiques géométriques :

Le bâtiment à étudier est constitué d’un seul bloc de forme rectangulaire irrégulière en
plan, dont les dimensions sont les suivantes :‰

 Hauteur des étages courants ……………………………... 3.10m.


 Hauteur du réz -de chaussée ……………...……………… 3.10m.
 Hauteur totale du bâtiment ………………………………. 18.60m.
 Longueur totale du bâtiment en plan …………………….. 19.90 m.
 Largeur totale du bâtiment en plan ………………………. 9.76m.

I.2.2 description de l’ossature:

 Conception structurale:

L’ouvrage considéré est à ossature mixte constituée de portiques auto-stables en béton armé
et de voiles de contreventement dans les deux directions.

 Les planchers:

Nous avons opté pour des dalles en corps creux, pour les raisons suivantes :
 Facilité de réalisation.
 Les portées de notre projet ne sont pas grandes.
 Réduction du poids du plancher et par conséquent l’effet sismique.
 Raison économique.
Le plancher terrasse est en corps creux avec étanchéité (multicouches) , et une forme
de pente pour l’écoulement des eaux .
1
 Les escaliers :
Le bâtiment comporte un seul type d’escaliers à deux volées et un palier de repos. Les escaliers sont
coulés sur place.

 La maçonnerie :

La maçonnerie du bâtiment est réalisée en briques creuses :


 Les murs extérieurs sont constitués en double parois de briques (10cm et 15cm
d’épaisseur) séparés par une lame d’air de 5cm d’épaisseur.
 Les murs intérieurs sont constitués d’une seule paroi de briques d’épaisseur 10cm.

 L’acrotère:

Au niveau de la terrasse, le bâtiment est entouré d’un acrotère conçu en béton armé de 60 cm de
hauteur et de 10 cm d’épaisseur.

 La terrasse:

La terrasse du bâtiment est inaccessible.


I.3. Caractéristiques mécaniques des matériaux :

I.3.1) Introduction :

Les matériaux de structure jouent incontestablement un rôle important dans la résistance des
constructions aux séismes. Leur choix est souvent le fruit d'un compromis entre divers critères,
tels que : le coût, la disponibilité sur la place et la facilité de mise en œuvre du matériau prévalent
généralement sur le critère de résistance mécanique. Ce dernier est en revanche décisif pour les
constructions de grandes dimensions.

I.3.2) Le béton :
Le béton de ciment présente des résistances à la compression assez élevées, de l’ordre de 25 à

40MPa, mais sa résistance à la traction est faible, de l’ordre de 1/10 de sa résistance à la


compression.

I.3.2.1) Les compositions du béton :


On appelle béton le matériau constitué par le mélange, dans des proportions convenables de
ciment, de granulats (sable et pierrailles) et de l'eau.

I.3.2.1.1) Ciment :
Le ciment joue le rôle de liant entre les produits employés dans la construction.

La qualité du ciment et ses particularités dépendent des proportions du calcaire et de l’argile ou


2
de la bauxite et la température de cuisson du mélange.

I.3.2.1.2) Granulats :

Les granulats comprennent les sables et les pierrailles :

Sables :

Les sables sont constitués par des grains provenant de la désagrégation des roches. La
grosseur de ces grains est généralement inférieure à 5mm. Un bon sable contient des grains de tout
calibre mais doit avoir d’avantage de gros grains que de petits.

Pierraille (caillou) :

Elles sont constituées par des grains rocheux dont la grosseur est généralement comprise
entre 5 et25 à30 mm
Elles doivent être dures, propres et non gélives. Elles peuvent être extraites du lit de rivière
(matériaux roulés) ou obtenues par concassage de roches dures (matériaux concassés).

I.3.2.2) Dosage du béton :


Le dosage du béton est le poids du liant employé pour réaliser un mètre cube de béton. Dans
notre ouvrage le béton est composé de granulats naturels dosés à 350 Kg/m3. Ce dosage est
destiné à offrir les garanties de résistance escomptées et à présenter une protection efficace de
l’armature.

I.3.2.3) Résistance mécanique du béton :

I.3.2.3.1) Résistance à la compression :


La résistance caractéristique à la compression du béton fcj à j jours d’âge est déterminée à
partir d’essais sur des éprouvettes cylindriques (16 x 32) cm2.

On utilise le plus souvent la valeur à 28 jours de maturité : fc28. Pour des calculs en phase de
réalisation, on adoptera les valeurs à j jours, définies à partir de fc28, par:
Pour des résistances fc28 ≤ 40MPa :
j
fcj  4.760.83j
fc 28 si j<60 jours

fcj  1.1 fc 28 si j>60 jours


Pour des résistances fc28 > 40MPa :
j
fcj  1.40.95j fc 28
Si : j < 28 jours.

fcj  fc 28 Si : j > 28 jours.


3
Figure (I.1) : Evolution de la résistance fcj en fonction de l’âge du béton

I.3.2.3.2) Résistance à la traction :

La résistance caractéristique à la traction du béton à j jours, notée ftj, est conventionnellement


définie par les relations :

ftj = 0,6 + 0,06 fcj si fc28 ≤ 60Mpa.


ftj = 0,275 (fcj) 2/3 si fc28 > 60Mpa.

Figure (I.2) : Evolution de la résistance à la traction ftj en fonction de celle à la compression fcj

I.3.2.3.3) Modules de déformation longitudinale :

On distingue les modules de Young instantané Eij et différé Evj. Le module instantané est
utilisé pour les calculs sous chargement instantanés de durée inférieure à 24 heures. Pour des
chargements de longue durée (cas courant), on utilisera le module différé, qui prend en compte
artificiellement les déformations de fluage du béton. Celles-ci représentant approximativement
deux fois les déformations instantanées. Le module différé est pris égal à trois fois le module
instantané: Eij = 3Evj .

Le module de Young différé du béton dépend de la résistance caractéristique à la compression


du :
4
Evj = 3 700 (fcj 1/3) si fc28 ≤ 60MPa.
Evj = 4 400 (fcj 1/3) si fc28 > 60MPa, sans fumée de silice.
Evj = 6 100 (fcj) si fc28 > 60MPa, avec fumée de silice.

Figure (I.3) : Evolution du module de Young différée Evj en fonction de la résistance caractéristique à la
compression du béton fcj.

I.3.2.3.4) Coefficients de poisson :

Le coefficient de poisson sera pris égal à υ = 0 pour un calcul de sollicitations à l’ELU


et à υ = 0,2
Pour un calcul de déformations à l’ELS.

I.3.2.3.5) Contraintes limites :

a. Etat limite ultime :


 Contrainte ultime de béton :

Pour les calculs `a l’ELU, le comportement réel du béton est modélisé par la loi parabole-
rectangle sur un diagramme contraintes-déformations donné sur la figure ci-après,
εbc1 = 2 ‰
εbc1 = 3,5 ‰ si fcj ≤ 40Mpa.
(4,5; 0,025fcj) ‰ si fcj > 40Mpa.

La valeur de calcul de la résistance en compression du béton fbu est donnée par:


0.85 fcj
b
Ou :
- le coefficient de sécurité partiel γb vaut 1,5 pour les combinaisons fondamentales et 1,15 pour les
combinaisons accidentelles,
- µ est un coefficient qui tient compte de la durée d’application des charges :
5
µ=1 si la durée est supérieure à 24h.
µ = 0,9 si la durée est comprise entre 1h et 24h et µ = 0,85 sinon.

Figure (I.4) : Diagramme contrainte déformation de calcul à l’ELU.

 Contrainte ultime de cisaillement :

La contrainte de cisaillement est limitée par τ ≤ :


= min (0.13 fcj ; 4 MPa)
= min (0.10 fcj ; 3 MPa)

b. Etat limite de service :

Les déformations nécessaires pour atteindre l’ELS sont relativement faibles et on suppose
donc que le béton reste dans le domaine élastique. On adopte donc la loi de Hooke de l’élasticité
pour écrire le comportement du béton à l’ELS, avec Eb = Evj et ν= 0,2, pour des charges de
longue durée.
La résistance mécanique du béton tendu est négligée. De plus, on adopte en général une
valeur forfaitaire pour le module de Young du béton égale à 1/15 de celle de l’acier

6
σbc Mpa

σbc

εbc‰
Figure (I.5) : La contrainte limite de service en compression du béton

I.3.3) L’Acier:

I.3.3.1) Introduction :

L’acier présente une très bonne résistance à la traction (et aussi à la compression pour des
élancements faibles), de l’ordre de 500MPa, mais si aucun traitement n’est réalisé, il subit les
effets de la corrosion. De plus, son comportement est ductile, avec des déformations très
importantes avant rupture.

I.3.3.2) Caractères mécaniques :

On notera qu’un seul modèle est utilisé pour décrire les caractères mécaniques des différents
types d’acier, ce modèle étant fonction de la limite d’élasticité garantie fe.

Type Nuance Mpa Fe Emploi


FeE22 215 Emploi courant
Rond lisse FeE24 235 Epingle de levage des pièces
préfabriquées
Barres HA FeE40 400
Emploi courant
Type 1et2 FeE50 500
Files tréfilés HA FeTE40 400
Emploi sous forme de barre ou de treillis
Type 3 FeTE50 500
Files tréfilés lisses TL50 υ>6 mm 500 Treillis soudé uniquement emploi
Type 4 TL50 υ≤6 mm 520 courant

Tableau (I.1) : Tableau récapitulatif pour les types des aciers

7
I.3.3.3) Contrainte limite :

I.3.3.3.1) Etat limite ultime :

Le comportement des aciers pour les calculs à l’ELU vérifie une loi de type élasto-plastique
parfait, comme décrit sur le diagramme contrainte-déformation.

Figure (I.6) : Diagramme contrainte déformation de calcul de l’acier à l’ELU

Avec : σs = fe/ γs , εes = σs/Es , Es=200000 MPa , γs : coefficient de sécurité (γs=1 cas situation
Accidentelle; γs=1.15 cas générale), σs=348 MPa.

I.3.3.3.2) Etat limite de service

On ne limite pas de la contrainte de l'acier sauf en état d'ouverture des fissures :

 Fissuration préjudiciable : σst ≤ σst = min (2/3 fe ;110√η ftj).


 Fissuration très préjudiciable : σst ≤ σst = min (1/2fe ; 90 √η ftj).
η: Coefficient de fissuration.
(η =1 → RL, η =1.6 → HA).

8
LA FORMULATION BETON DOSE A 350 KG/M3 :
I- introduction :
a la demande de l’entreprise ,nous avons procédé à l’étude de formulation d’un béton hydraulique
à partir des agrégats provenant de GROUZ CH/LAID
 15/25 Carrière GROUZ CH/LAID
 5/15 Carrière GROUZ CH/LAID
 0/ 3 Carrière GROUZ CH/LAID

II-ESSAIS REALISES :
Les agrégats ramenés par l’E.T.B ont été soumis aux essais suivant :

 Analyse granulométrie des graviers et sable.


 Equivalent de sable.
 Coefficient d’aplatissement.
 Masse volumique et masse spécifique.

III-RESULTATS DES ESSAIS


III-1 ANALYSE GRANULOMETRIQUE
NATURE DE L’ECHANTILLON : Gravier 15/25
POIDS DE L’ECHANTILLON : 2770 Gr

Diamètre Poids (Gr) Pourcentage %


maille mm
Refus partiel Refus cumulé Refus % Tamisats %
(Gr) (Gr)
31.5 0 0 0 100.00
25 0 0 0.00 100.00
20 315 315 11.37 81.96
16 1630 1945 70.22 23.39
12.5 740 2685 96.93 3.07
10.0 85 2770 100.00 0.00
8.00 0 2770 100.00 0.00
6.3 0 270 100.00 0.00
NATURE DE L’ECHANTILLON : Gravier 8/25
POIDS DE L’ECHANTILLON : 3200 Gr

9
Diamètre Poids (Gr) Pourcentage %
maille mm
Refus partiel Refus cumulé Refus % Tamisats %
(Gr) (Gr)
20 0 0 0 100.00
16 0 0 0.00 98.66
12.50 0 0 0.00 70.69
10 15 15 0.59 28.41
8 520 535 21.15 4.47
6.3 650 1185 46.84 1.34
5 745 1930 76.28 0.00
4 440 2370 93.68 0.00

NATURE DE L’ECHANTILLON : Sable de carriére


POIDS DE L’ECHANTILLON : 1000 Gr
Diamètre Poids (Gr) Pourcentage %
maille mm Refus partiel Refus cumulé Refus % Tamisats %
(Gr) (Gr)
6.30 0 0 0.00 100.00
5.00 5 5 0.60 99.40
4.00 5 10 1.00 98.00
2.50 60 70 7.00 96.50
1.25 265 335 33.50 62.50
0.63 265 595 59.70 42.40
0.315 190 785 78.50 29.00
0.16 135 920 92.00 18.50
0.08 100 1460 96.98 10.50
Module de finesse :MF……………………………………………….2.63
Equivalent de sable :ES………………………………………………73%

COEFFICIENT D’APLATISSEMENT
2-1 NATURE DE L’ECHANTILLON : Gravier 15/25

10
Classe Mg (Gr) Ecartements Passant Me/Mg*100
Granulaire Des Grilles Me(Gr)
d/D (mm)
25-31.50 0 16 / /
20-25 315 12.50 10.00 13.58
16-20 1630 10 210 16.35
12.5-16 740 8 75 13.33
10-12.50 85 6.3 5.00 0.00
8-6.30 / 5 / /
6.3-8 / 4 / /
5-6.30 / 3.15 / /
4’-5’ / 2.5 / /
M=Mg =2245.00 M=Me =3140.00
A= Me x100/M =15.14

2-2 NATURE DE L’ECHANTILLON : Gravier 8 /15


Classe Mg (Gr) Ecartements Passant Me/Mg*100
Granulaire Des Grilles Me(Gr)
d/D (mm)
25-31.50 / 16 / /
20-25 / 12.50 / /
16-20 15.00 10 5.00 /
12.5-16 520 8 65.00 9.61
10-12.50 650 6.3 100.00 10.76
8-6.30 745 5 70.0 14.76
6.3-8 440 4 15.00 13.65
5-6.30 160 3.15 5.00 28.12
4’-5’ / 16 0.00 /
M=Mg =2235.00 M=Me =261.00
A= Me x100/M =11.60

IV- ETUDE DU MELANGE :


le mélange a été calculé par la méthode DREUX-GORISSE.
Les pourcentages obtenus pour les différents fraction granulaire sont comme suit :
o ciment dosé à 350kg/m3

11
o sable ………………………………………..….35%
o gravier carrière 8/15……………………………25%
o gravier carrière 15/25……………………………40%

IV-1 COURBE DU BETON REEL


TAMIS ( mm) Gravier 15/25 Gravier 8/15 Sable de Courbe de
15/25 8/15 carrière mélange
31.5 34 25 35 100
25.00 34.01 25 35 100
20 30.14 25 35 92.80
16 10.14 24.70 35 69
12.50 1.03 17.70 35 52.70
10 0 7.10 35 42.10
8 0 1.10 35 36.10
6.3 0 0.30 35 35.30
5 0 0 34.80 34.80
4 0 0 34.80 34.30
2.5 0 0 30.30 30.30
1.25 0 0 21.90 21.90
0.63 0 0 14.90 14.90
0.315 0 0 10.20 10.20
0.16 0 0 6.50 6.50
0.08 0 0 3.70 3.70

12
IV-2 COMPOSITION DU BETON SELON DREUX-GORISSE VARIANTE
Composants % Volu Poids Compositio Densité Compositio Composition
me spécifique n apparente n volumétrique
absol pondérale volumétriq pour un sac
u pour un ue pour un de ciment
mètre cube mètre cube (litre)
béton kg béton kg
Gravier 40 278.8 2.5 724.95 1.37 525.30 74.95
15/25 2
Gravier 8/15 25 174.2 2.5 453.10 1.37 328.29 45.96
5
Sable de 35 243.9 2.57 629.45 1.40 449.60 63.21
carrière 6
ciment 112.8 3.1 350.00 1 350 51
9
Eau de / 190 1 190 / 190 27.40
gâchage
total 100 1000 / 2347.54 / 1843.30 264.50

13
V-CONCLUSION :
Les essais réalisés ont montré que les granulats analysés sont conformes aux spécification de
fabrication des bétons hydrauliques. Cependant, il est vivement recommandes d’utiliser eau de
gâchage propre et si nécessaire analysée au préalable.

Par ailleurs, il y a lieu de noter qu’il est impératif de procéder à une autre étude de formulation
pour tout changement d’une quelconque fraction granulaire.

nous restons à la disposition du client pour toute intervention soit dans le cadre du présent rapport
,soit lors de la réalisation de l’ouvrage.

IV- ESSAI MECANIQUE SUR EPROUVETTE


BETON SELON : N.A.5075-2006
PARTIE DE PRELEVEMENT : ESSAI DE CONVENANCE
Dimension de l’éprouvette 16x 32 cylindrique
Dosage ciment kg/m3 : 350 kg/m3
Nombre d’éprouvettes : 03
Mode de conservation : Aire Libre

N° Dat AGE POIDS Resistance à la compression


Coulage essai (j) (kg) Charge (t) Resistance( kg/cm2)
(*)
20/07/2017 17/08/2017 7 15.90 37 185
15.90 37 185
16.00 39 195
MOY 188
Conclusion : 188  150 bars résultats conformes aux normes

PARTIE DE PRELEVEMENT : ESSAI DE CONVENANCE


Dimension de l’éprouvette 16x 32 cylindrique
Dosage ciment kg/m3 : 350 kg/m3
Nombre d’éprouvettes : 03
Mode de conservation : Aire Libre

14
N° Dat AGE POIDS Resistance à la compression
Coulage (*) essai (j) (kg) Charge (t) Resistance( kg/cm2)
20/07/2017 17/08/2017 28 15.90 60 300
16.00 62 310
16.00 62 310
MOY 307

Conclusion : 307  200 bars résultats conformes aux normes

15
16
II.1. Introduction.

Le prédimensionnement des éléments résistants est une étape régie par des lois empiriques
issues de l’expérience. Cette étape représente le point de départ et la base de la justification à la
résistance, la stabilité et la durabilité de l’ouvrage. Pour ce faire, nous commençons le pré
dimensionnement du sommet vers la base :

Les planchers.
Les poutres.
Les poteaux.
Les voiles.

II.2. Prédimensionnement des planchers.

Le plancher est une séparation entre les niveaux qui transmet les charges et les surcharges
qui lui sont directement appliquées aux éléments porteurs tout en assurant des fonctions de confort
comme l’isolation phonique, thermique et l’étanchéité des niveaux extrêmes.

Pour le bâtiment étudié, deux types de planchers vont être utilisés :

Plancher à corps creux en partie courante;


Dalle pleine pour les balcons.

II.2.1. Plancher à corps creux.

Ce type de plancher est constitué de poutrelles préfabriquées en béton armé espacées de 65


cm, des corps creux en béton expansé (hourdis) et une table de compression de faible épaisseur en
béton armé par un treillis soudé.

D’après les conditions de non vérification de la flèche :

D’où :

ht : épaisseur du plancher .

L : portée max entre nu d’appuis dans la direction des poutrelles = 5.30m

530 530
Alors :  ht  On prend la moyenne on aura :
20 25
530
ht   23,55cm
22.5

On adoptera ainsi pour les types suivants :

 Plancher terrasse.
 Plancher étage courant.
 Plancher RDC.

17
20 cm  corp creux

5cm  table de compression

II.2.2. Les dalles pleines.

Ce type de plancher va être utilisé pour les balcons, l’épaisseur doit vérifier deux
conditions :

• La condition de résistance, donnée en fonction de la nature des appuis sur les quels repose la
dalle.

L L
h L= 3.00m 6  7.5
50 40

• Conditions supplémentaires dues à l’incendie, pour résister :

* 7 cm pour 1 heure de coupe-feu.

* 11 cm pour 2 heures de coupe-feu.

Pour satisfaire à ces conditions, nous adoptons l’épaisseur suivante :

e= 12 cm.

II.2.3. les poutrelles

-Largeur de la nervure 8 on prend =10 cm

Calcul la largeur de la dalle de compression :

Le calcul de la largeur b se fait à partir des conditions suivante ;

h=25cm =20 =5cm =55cm (larger de corps creux).

18
b =2 /

b=55+10=65cm (la largeur entre deux poutrelles).

65cm

20

10

18

65cm
h0=5cm

hc=20cm

55cm

Figure (II.1) : Schéma De La Dalle En Corp-Creux

II.4. Pré dimensionnement des poutres.


Les poutres sont des éléments structuraux chargés de la transmission des charges verticales
aux poteaux et appareils d’attache pour ces derniers.

b: largeur de la base de la poutre ;

h : hauteur totale de la poutre ;

Le pré dimensionnement des poutres est donné par les formules empiriques suivantes :

19
Selon BAEL :

1 1
ht   ; lmax
 15 10 
b0  (0.3;0.5)ht

Selon le RPA 99 :

b  20cm
h  30cm
h
 4cm
b

II.4.1. les poutres principales PP :

l max  520cm
1 1
ht   ; 520
 15 10  Donc on prend : ht  40cm
ht  (34.66;52)
ht  30cm

b0  (0.3;0.5)40
b0  (12;20) Donc on prend : b0  30cm
b0  20cm

h 40
  1.33  4...................cv
b 30
bmax  30cm  1.5h  b1
30  1.5(40)  30  90............cv

h  40cm
PP  
b  30cm

II.4.2 Poutres Secondaires (Non Porteuses) :

D’après le BAEL91:
 L/15  h  L/10
 0.3h  b  0.5h
Avec : L : portée maximale de poutre.
h : hauteur de la section.
b : largeur de la section.

20
Nous avons : L = 5.30 m.
L/15  ht  L/10  35,33cm  ht  53
On prend h = 40cm
0.3h  b  0.5h  12 cm  b  20cm
On prend b = 30cm

Les dimensions des poutres doivent respecter l’article : 7.5.1 de la RPA 99 suivant :
 b  20 cm.  b = 30cm >20cm vérifiée.
 h  30 cm.  h = 40cm >30cm vérifiée.

 h/b  4  h/b = 1.33< 4 vérifiée.

II.5. Pré dimensionnement des poteaux.

Les poteaux sont des éléments structuraux chargés de transmettre les charges verticales aux
fondations et du contreventement total ou partiel du bâtiment.

-pour les pré dimensionnements des poteaux, d’une section rectangulaire, la détermination de
l’élancement ( est dicté par les regles B.A.E.L91 comme suit ,

Trouve h :

avec

: L’élancement

: La langueur de flambement

: La langueur libre

: La hauteur d’étage

Donc : dans notre cas

=310 cm

=0,7×310=217 cm

Alors

21
=3,46 /

=3,46 

h 

D’après les conditions du RPA on a :

min b1; h1   25cm en zone  et II

Donc, on prend h=40cm

Trouve b

1 b1 h b
  4  1  4h
4 h1 4 h1

En comme la min (b.h) h=40cm

 30 b=30

II.6. Pré dimensionnement des voiles.

Les voiles sont de éléments résistant de type plan dont la capacité de reprendre les efforts
horizontaux est très importante vu la grande inertie de leurs sections horizontales. Le pré
dimensionnement des voiles se fait par des formules empiriques sur les dimensions minimales en
fonction de la hauteur d’étage et les conditions d’abouts du voile (conditions de rigidité des
extrémités) :

22
• Pour les voiles avec deux abouts sur des poteaux :

e  15cm 
 he 310 
e    12.4cm 
 25 25   e  15cm
L  4e 
 
 

• Pour les voiles avec un seul about sur des poteaux :

e  15cm 
 
e  he  310  14.09cm 
 25 22   e  15cm
L  4e 
 
 

23
III.1.Introduction.
Les éléments non structuraux sont les éléments qui n’ont pas une fonction porteuse ou de
contreventement. Ce sont des éléments en maçonnerie comme les cloisons et les murs de façade.
Le calcul des éléments secondaires se fait généralement sous l’action des charges
permanentes et des surcharges d’exploitation. Cependant, certains doivent être vérifiés sous
l’action de la charge sismique (la composante verticale ou horizontale) comme ils doivent
répondre aux dispositions constructives de la réglementation parasismique.
Dans le présent chapitre, on va aborder le calcul des éléments non structuraux suivants :
L’acrotère ;
Les escaliers ;
Les planchers à corps creux (poutrelles et table de compression) ;
Les dalles pleines des balcons.

III.2.Calcul De L’acrotère
III.2.1.Définition:
L'acrotère est un élément -murette - en béton armée qui coiffe le bâtiment, ayant comme rôle le
plus déterminant de est la sécurité au niveau de la terrasse inaccessible,
L'acrotère est considéré comme une console encastrée au niveau de la poutre du plancher terrasse,
soumise à son poids propre et à la poussé latéral due à la main courante.
Cette dernière entraîne des fissures et des déformations importantes, ses fissures sont considérées
comme préjudiciables.
*Démontions :

24
Fig. III.1. Schéma statique Acrotère

III.2.2.Calcul des sollicitations:


 Charge permanent:

G = γ*s γ =25 KN/m3


S = (60*10) + (5*8) + + (5*8/2) = 660cm2
S = 0 ,0660 m2
G = 25 * 0.066= 1,65 KN/m
 Charge d’exploitation:

Q = 1 KN/m
III.2.3.Combinaison des charges :
ELU Nu = 1.35*G = 2.227 KN
Mu = 1.5*Q*h = 0.9 KN.m

ELS NS = G = 1.65 KN
Ms = Q*h = 0.6 KNm

25
III.2.4.Calcul de l’excentricité :

e0 = = = 0.1 m (excentricité de noyaux centrale)

e= = = 0.40 m (excentricité de calcul)

e > e0 la section est partiellement comprimée

h=10cm d=8cm

b=100cm

III.2.5.Moment fictif Mf :
Mf = Mu + Nu * (d-h/2) ce moment calculée par rapport aux armatures tendues.

d=h-2= (0,1-0,02)=0,08m

D=8cm

Mf = 0,9+2,227(0,08-0,05)= 0,9668 Kn.m

Mf = 0,9668 Kn.m

III.2.6.Calcul de ferraillage :

σb =
γ

σb = = 14.16 Mpa ≈14,20 Mpa

= = 0.010 ˂ 0,186
σ

26
Les armatures comprimées ne sont pas nécessaires (As=0)

α = 1.25*(1-√ ) = 0.0125

β = 1 – 0.4α = 0.995

As = β = = 34,901
σ

As = 0.34 cm2

Calcul en flexion compose :

La section réelle des armatures

= - = 0,34 - (2,227*1000)/(348*100)

=0 ,30
III.2.7.Condition de non fragilité :
Amin 0.23*b*d*ft28/fe = 0.23*100*8*2.1/400 = 0.966 cm2

Comme Amin Acalcul et la fissuration est préjudiciable

υ 6mm

= max ( * ) = max (0,30 , 0,966)=0,996

Aadopté = 4 T 8 = 2.01 cm2

L’espacement des barres

st min (3 ht, 33 cm)

st min (30 cm, 33 cm)

soit st = 25 cm

27
III.2.8.Armature de répartition :
é
Ar = = = 0.5025 cm2

Soit Ar = 3Tυ8 = 1,51 cm2

III.2.9.Vérification de l’effort tranchant :

τu τu

vu = 1.5 Q = 1.5 KN

τu min (0.15 , 4) Mpa


σ

τu min (2.5, 4) MPA

τu = = = 0.019 Mpa < 2.5 Mpa ……………… cv

III.2.10.Vérification a ELS :
On doit vérifier que :

-pour les aciers : ̅̅̅ * √ +

Avec N : coefficient de fissuration

=1.6pour les aciers a haut adherence

 de laxe neutre : la fissuration est préjudiciable car l’acrotère est exposée aux

intempéries. Donc en doit vérifier la contrainte max du béton comprimée et la contrainte

des aciers tendu on a :

= N

h 1-------- Y1 d

28
C : centre de pression

e : la distance du point c a l’arrêtée la plus comprimée

e > 0(se située a l’extérieur de la section)

y1 : la distance de la fibre la plus comprimée a l’axe neutre

y2 : la distance de centre de pression a l’axe neutre y2 > 0

W : effort de compression

C : est se trouve au dessus de la l’axe neutre

y1= y2 – e

 L’équation de trois degré de liberté :

avec{

p = -3(-31 +(8+31)*90 = -2812,44cm²

q = -2(-31 +(8+31)²*90 = 62333,489cm²

a= 2-√ √ a=61,23

( ) ( )

cos ( )√ √

cos

29
( ) ( ) = 26,07cm

( ) ( )

( ) ( )

La solution qui convient est

Donc :

 Calcul de l’inertie de la section rendu homogène :

 Le coefficient angulaire des contraintes est :

K=

 Les containtes:

…………………..CV

…………….CV

III.2.11.Vérification au séisme :
D’après le RPA 99 (article 6-2-3) les éléments de structure secondaire doivent résister a la force

horizontale due au séisme indiquée comme suit

Fp = 4* Cp* A*Wp

A : coefficient d’accélération horizontale en fonction de groupe d’usage de la zone sismique

30
A = 0.15

Cp : facteur de force horizontale pour l’acrotère (tableau 6-1 RPA 99°)

Cp = 0.8

Wp poids propre de l’élément secondaire

Wp = 1.65KN

Fp = 4*0.15*1.0.8*1.65= 0.739 KN/ml

Il faut que : fp< 1.5 Q

 0.739 KN /ml < 1.5 KN/ml ……………………….. CV

Donc l’acrotère est stable vis-à-vis de l’action sismique

3T8 10 08

5
5

4T8 4T8
60

A A

10

25 25 25

Fig.III.3. schéma de ferraillage de l’acrotère

31
III.3. Calcul des escaliers:
III.3.1.Définition:
Les escaliers sont des éléments constitués d'une succession de gradins permettant le passage à pied
entre les différents niveaux d'un immeuble comme il constitue une issue des secours importante en
cas d'incendie.
III.3.2.Pré dimensionnement des escaliers :
III.3.2.1Schéma des escaliers

PALIER
1,3

2,4

0,3 1,20 0,35 1,20 0,3

Vue en plan
Fig.III.4.schéma des escaliers

32
III.3.2.2.Caractéristique technique :

Pour étage courant et RDC la hauteur H=3,10m

Giron g=30cm

 La hauteur de la marche à partir de la formule de BLONDEL

On a 59 ≤ 2h ≤ 66

h : varie de 16 ≤ h ≤ 18

g ; varie de 25 ≤ g ≤ 33

on aura 18 contre marche entre chaque étage Nc = 18

Nc =  h= = =17,22cm

h=17 cm

 L’inclinaison de la paillasse et le palier L

= /h= ×h  H’= 9×17,22 =1,55m H

L’=(n-1)×g  L’=(9-1) ×30=2,40m

tg α =  α=30,85

 la longueur de volée et L=1,55/sinα  L=2,85m

 L’épaisseur de la paillasse

≤ e ≤

≤e≤

12,33 ≤ e ≤ 18,5

On adopte e=16cm

33
Palier

Paillasse

2,4 1,3

Fig.III.5.Schéma statique des escaliers

III.3.3.Evaluation des charges


 : la paillasse :

G KN/ G KN/ Q KN/


couche Epaisseur calcul
(cm)
Poids de la paillasse 16 25x0,16/cosα 4,65
Poids des marches 17 17/2x25 2,125
revêtement 2 22x0,02 0,44
8,145 2,5
mortier de pose 2 20x0,02 0,40
Carrelage 2 22x0,02 0,44
Enduit de plâtre 2 14x0,02 0,28

Tableau .III.1 : .Evaluation des charges de la paillasse

34
 .Palier :

G KN/ G KN/ Q KN/


couche Epaisseur calcul
(cm)
Poids de palier 16 25 x 0,16 4

revêtement 2 22 x 0,02 0,44


mortier de pose 2 20 x 0,02 0,40 5,56 2,5

Carrelage 2 22 x 0,02 0,44


Enduit de plâtre 2 14 x 0,02 0,28
Tableau .III.2 : .Evaluation des charges du palier

III.3.4.Combinaison de charge :

1 : paillasse :
ELU : = 1,35×G+1,5×Q=1,35×8,145+1,5×2,5=14,74 KN/m

ELS : = G + Q = 8,145 + 2,5 =10,645 KN/m

2 : palier :

ELU : = 1,35×G+1,5×Q = 1,35×5,56+1,5×2,5= 11,256 KN/m

ELS : = G + Q = 5,56+2,5 =8,06 KN/m

III.3.5.La charge équivalant :


= ∑
= =13,51 KN/m


= ∑
= =9,73 KN/m

35
2,4 1,3

3,7

III.3.6.Les moments :
 ELU :

= = =23,11 KN.m

 Moment en travée :

= 0,75 × =0,75×23,11 = 17,33 KN.m


 Moment sur appui :

=0,40 × =0,40×23,11 = 9,24 KN.m


 ELS :

= = 16,65 KN.m

 Moment en travée :

= 0,75 × = 0,75 ×16,65 = 12,48 KN.m


 Moment sur appui :

=0,40 × =0,40×16,65 = 6,66 KN.m

III.3.7.Ferraillage :
On calcul est fait pour une bande de 1m
d = 0,9 ×h = 14 cm
b =100 cm =14,20 Mpa

36
=348 Mpa =2,1 Mpa

=1,25 (1-√ ) =

= 1- 0,4 =

d =14 h = 16

B=100
b= 100

III.3.7.1.Condition de non fragilité :


≥ 0,23. b. d . = 0,23×100×14× =1,69

b d α β
section Kn.m cm cm mpa mpa

appui 9,24 100 14 14,2 348 0,33 0,042 0,98 1,69 1,92 4T10=3,14

travée 17,33 100 14 14,2 348 0,062 0,08 0,96 1,69 3,67 4 =4,52

Tableau .III.3 : ferraillage des escaliers


III.3.7.1.Armature de répartition :
 Sur appui

 =0,785  =3 =2,36

 En travée

 =1,13  = 3 =2,36

III.3.7.2.Espacement principal:
St ≤ min (3h, 33) cm  st ≤ min (48, 33) cm
St ≤ 33cm  st = 30cm

37
III.3.8.Vérification
III.3.8.1.vérification de condition de non fragilité :
 Armature longitudinal

= 1,69 ………C.V
 Armature de repartition

= 1,69 ………C.V
III.3.8.2.vérification de l’effore tranchant

La contrainte de cisaillement du béton est donnée par la formule suivante :

qu l
Vu   24,99kn
2

vu 24,99.10 3 
u    0,178Mpa 
b.d 1000.140 
   u  u.............cv
 f c 28 
  min 0,2 ;5Mpa   3,33Mpa 
  b  

III.3.8.3.Vérification à l’ELS :

≤k= +

= =

est la solution de l’équation suivante

b + 30 y -30 d=0

k
Kn.m Kn.m

Appui 9,24 6,66 1,38 2,76 0,19 0,44 C.V

Travée 17,33 12,48 1,38 3,73 0,26 0 ,44 C.V

Tableau .III.4 : vérification de ferraillage des escaliers

38
III.3.8.4.Conditions de vérification de la flèche :

On admet qu'il n'y a pas un risque de flèche si les conditions suivantes sont vérifiées :

1) …………………………………………CV

2) ……………………………………………...CNV

3) ……………………………..…CNV

III.3.8.5.Calcul de la flèche :

= + - -

, : Les flèches due l’ensemble des charges permanant

: La flèche due a la l’ensemble des charge appliquer au moment de la mise ou moment de la

mise en ouvre des cloisons

: la flèche due a l’ensemble des charge permanente et d’exploitation supportés par l’élément

 Moment d’inertie de la section homogène réduit I

I= +

Y = 3, 73 cm

I = 8880, 90

 Calcul du moment d’inertie de la section homogène

= +bh + 15

V=( + 15 d) / (b d + 15 )

V = 9, 36

= 383583, 88

39
 Calcul des coefficients :

=0, 5 / = = 0, 003 = 2,1 Mpa

Donc
=7 = 0, 4 = 2, 8
= 11000√ = 32164,20 Mpa

= 3700√ = 10818,86 Mpa

III.3.8.5.1.Fleche instantanée due a G :

La combinaison q =1,35 G pour 1ml


-palier =1,35 ×5,56 =7,5 KN/ml
-paillasse = 1,35 ×8,145 =10,99 KN/ml
 La charge équivalente :

= + )/( + )=

= 9, 76 KN/ml
ELS:

= =7,43 KN/ml

 Calcul du moment et contrainte :

= 075 = 0, 75 × = = 9,42 KN.m

= 15 (d-y) / I = [15 100 × (14-3, 73)] / 8880, 90


=16, 340 KN / =163, 40 mpa

= 0,095

= = =1,573mm

=1,573mm

40
III.3.8.5.2.Fleche différée du a

= = = 33524,70

= = =3,55mm

=3,55mm

III.3.8.5.3.Fleche instantanée du a G+Q


= 15 (d-y) / I
Geq l
= 075 = 0, 75 × = = 12, 48 KN.m
= [15 100 × (14-3, 73)] / 8880, 90
=216,61mpa

* + = 0,21

= = =3,09 mm

=3,09 mm

III.3.8.5.4.Fleche instantanée du a G
J :la charge permanant avant la mise en place le revêtement

-palier =4 KN/ml

Paillasse =6,585KN/ml

La charge équivalant =5,676KN/m

Geq l
= 075 = 0, 75 × = = 7, 28 KN.m

= 15 (d-y) / I

= [15 100 × (14-3, 73)] / 8880, 90

=12,636 mpa

41
* + = -0,016

= = =0,65 mm

=0,65mm

Donc :

= + – –

=3 ,55 + 3,09- 0,65-1,573 =4,417mm

= 4,417 mm

Et on a

Si L

Si L

=7,4mm

= 4,417 mm = 7,4mm ………..C.V

42
III.3.9.Etude de la poutre palière:
Etude à la flexion :

III.3.9.1.Pré dimensionnement :
La hauteur de la 1ére poutre comprise entre

Et suivant aux dispositions de l’article 4.2..1 de RPA :


1) b≥ 20, b=30cm.
2) h≥ 30, h=40cm.

3) ≤ 4, = 1.33 4 ………….CV.

Vérification des charges :


 Poids propre de la poutre palière : 0.3 x 0.4 x 25 = 3 Kn /ml.
 Surcharge d’exploitation : Q = 2.5 Kn /ml.
 Réaction des escaliers :

Action de calcul :
 ELU :

 ELS :
qs G RG RQ
43
Sollicitation de calcul à ELU :

qu l 2 29 02 32
Mappui 21 76 kn m
12 12
qu l2 29 02 32
Mtravée 10 88Kn m
24 24
Sollicitation de calcul à ELS :

qs l 2 20 99 32
Mappui 15 74 kn m
12 12
qs l2 20 99 32
Mtravée 7 87Kn m
24 24
III.3.9.2.Vérification de la non fragilité :
ft28 21
Amin 0 23 b d 0 23 30 36
fe 400
Amin 1 30 m2

III.3.9.3.Vérification de l’effort tranchant :


τ τ /

43 53 X 103
τ 0 40 τ 3 33Mpa
300 X 360

Mu b d µ Α β As Amin As adopté
(mm)
(Kn.m) (mm) Cm2 Cm2

appuis 21.76 300 360 0.039 0.05 0.97 1.77 1.30 3T12=3.39

travée 10.88 300 360 0.019 0.024 0.99 0.87 1.30 3T12=3.39

Tableau .III.5 : ferraillage de la poutre palier

III.3.9.4.Vérification à l’ELS

Mu Ms α K α<K

appuis 21.76 15.74 1.38 0.4 0.44 c.v

travée 10.88 7.87 1.38 0.35 0.44 c.v

Tableau .III.6 : vérification de ferraillage de la poutre palier

44
III.3.9.5.Condition de la flèche

1) ……CV.

2) ………….CV.

3) ………………………..CV.

III.3.9.6.Calcul de la poutre palière a la torsion:

Le moment de la torsion de la poutre palière du à la flexion de l’ensemble paillasse-palier :

Fig.III.6.Schéma statique de la poutre palière sous l’effort de torsion.

a. Contrainte du cisaillement :

Avec : Ω : aire de du contour ni épaisseur.


E : épaisseur de la paroi considéré.

⁄ .

b. Vérification de la contrainte du cisaillement :

On doit vérifier que : √


= 3.33Mpa

√ ……………CV.

45
c. Ferraillage

 Les armatures longitudinal :

: Périmètre de l’aire Ω de la section efficace.

On adopte 4 T12= 4.52 .


 Les armatures transversals :

On adopte A=2 T 8= 1.01

3T12

4T12

h = 40

3T12

2 cadre T8
b = 30 cm

Fig.III.8.ferraillage de la poutre palier

46
III.4.Plancher à corps creux

III.4.1.Définition :

Le plancher est un élément horizontal qui limite sur la verticale, l'espace d'un bâtiment,

constitue par une dalle d'épaisseur constante liée à des poutres secondaires et des poutres

principales, elles même liées aux éléments support (poteaux, refends).

65cm

h0=5cm

h=20cm

55cm

Fig.III.9.Schéma de la nervure

III.4.2. Choix de la méthode de calcul:

III.4.2.1.Méthode forfaitaire (dalle a corps creux):

a) Domaine d'application:

Dans les "constructions courantes ", les charges d'exploitation sont modérées:

Les valeurs de ces charges sont alors au plus égales à deux fois celle de la charge permanente ou

5000N/m2.

Cette méthode ne s'applique qu'a des éléments fléchis (poutre ou dalle calculer on flexion dans un

seul sens).

Remplissage les conditions suivantes :

47
Les moments d'inertie des sections transversales sont les mêmes dans les différents travées en

continuité.

Les portées successives sont dans un rapport compris entre 0,8 et 1,25.

De plus, la fissuration ne compromet pas la tenue du béton armé ni celle de ces revêtements.

b) Principe de la méthode :

La méthode consiste a évaluer les valeurs maximales des moments en travées et des moments sur

appuis a des fractions, fixées forfaitairement, de la valeur maximale du moment fléchissant Mo

dans la" travée de compression", c'est-à-dire dans la travée indépendante de même portée libre que

la travée considérée et soumise aux même charges soit:

Mo : La valeur maximale du moment fléchissant dans la travée de la comparaison. Mw, e:

Respectivement les valeurs absolues des moments sur appuis de gauche et de droite de la travée

considérée.

Mt: Le moment maximal en travée.

Les valeurs Mt, Mw et Mo doivent vérifier les conditions suivantes :

Mw  Me
1) Mt ≥ max {l,05Mo ; (l + 0,3 α) Mo} -
2

Où : α est le rapport des charges d'exploitation à la somme des charges d'exploitation.

Qb
1) α =
G  Qb

 1  0,3 
2) Mt ≥   M0 dans le cas d'une travée intermédiaire.
 2 

 1,2  0,3 
3) Mt ≥   M0 dans le cas d'une travée de rive.
 2 

La valeur de chaque moment sur appuis intermédiaire ne doit pas être inférieur à:

0,6. Mo : pour une poutre à deux travées.

48
0,5. Mo : pour les appuis voisins de rive d'une poutre à plus de deux travées.

0,4. Mo : pour les autres appuis intermédiaires d'une poutre a plus de trois travées.

Li+1/li = 1  0.8 ≤Li+1/li ≤ 1.25 ……………………….…(1)

2.5 ≤ Max (9.8 ; 5) KN/m2 Q ≤ Max (2G ; 5) KN/m2……..(2)

I est constante………………………………………………...(3)

Fissuration est considérée comme non préjudiciable…………(4)

La première condition n’est pas remplie donc on utilise la méthode de CAQUOT.

III.4.2.2.Méthode « Caquot »:

Cette méthode de base sur la théorie générale de la continuité, mais des corrections ont été

rapporter pour tenir compte de la fissuration du béton due aux fluage et de la présence fréquente

de table de compression qui diminue les moments sur appuis et augmente les moments travées.

Les principes de cette méthode consistant a prendre en considération une portée fictive (l)

pour chaque travée " Caquot" a également remplacé le facteur 8 du dénominateur par 8,5 pour

tenir compte de la variation de (E.I) le long de la poutre.

q  l   qe  l e
3 3
- L'expression des moments sur appuis : M a  w w
8.5l w  l e 

Avec: (l' = 0,8×l) travée intermédiaire ou de rive car les appuis sont considérés comme un semi

encastrement.

- L'expression des moments en travée (le calcul se fait par RDM):

l qx 2  x x
 M i ( x)  q x  M i 1 1    M i
2 2  2 l

 M i 1 ; M i Sont des moments sur appui avec leur signe

dM l M  M i 1
 T ( x)  = q qx  i
dx 2 l

l M i  M i 1
 Mt(x) = M max  T(x) = 0  (q  )
2 l

avec x: l'abscisse de moment max en travée

49
III.4.3.Evaluation des charges :

a) Planchers terrasses :
Désignation Ep Densite Points
cm Kn/ Kn/
01 Protection en gravillon 4 15 0,6
02 L’étanchéité multicouche 10 1 0,1
03 Forme de pente 10 22 2,2
04 Isolation thermique 4 4 0,16
05 Dalle en corps creux 25 / 3,25
06 Enduit de plâtre 2 10 0,2
Charge permanente 6,51
Surcharge d’exploitation 1

Tableau .III.7 : évaluation des charges (terrasse)

b) Plancher étage courant :

Désignation Ep Densite Points


cm Kn/ Kn/
01 Carrelage 2 22 0,44
02 Mortier de pose 2 20 0,40
03 Lite de sable 3 18 0,54
04 Plancher en corps creux 25 / 3,25
05 Enduit plâtre 2 10 0,20
06 Cloisons légers 10 / 0,75
Charge permanente 5,58
Surcharge d’exploitation 1,5

Tableau .III.8: évaluation des charges (étage)

50
 Charge revenant a chaque nervure :

Plancher terrasse
Charges permanentes 6,51*0,65=4,23kn/ml
Surcharge d’exploitation 1×0,65= 0,65 kn/ml.
Plancher étage courant + RDC
Charges permanentes 5,58*0,65=3,62kn/ml
Surcharge d’exploitation 1,5×0,65=0.98 kn/ml.

 Combinaison de charges :

Plancher terrasse
ELU qu=1,35G+1,5Q = 6,64kn/ml.
ELS qser= G+Q = 4,88/ml.
Plancher étage courant
ELU qu=1,35G+1,5Q = 6,35kn/ml.
ELS qser= G+Q = 4,60/ ml.

 Schema statique :
 Type 01 ;

3,00 5,30 3,00 5,30 3,00

 Type02 ;

3,00 5,30

51
III.4.4.Calcul des moments :
III.4.4.1.Plancher terrasse :
III.4.4.1.1.Calcule de moment :
 Type 01 :

6 ,64KN/m

3,00 5,3 3 ,00 5,30 3,00

Travées 1-2 2-3 3-4 4-5 5-6 /


Longueur réelle (l) 3,00 5,30 3,00 5,30 3,0 /
Longueur réduit (l) 3,00 4,24 2,40 4,24 3,00 /
Appuis 1 2 3 4 5 6
L’w (m) 0,00 3,00 4,24 2,40 4,24 3,00
L’e (m) 3,00 4,24 2,40 4,24 3,00 0,00
Sur appuis 0,00 11,13 10,60 10,60 11,13 0,00
X (m) 2,058 2,635 1,50 2,66 0,94 /
En travée 14,07 34,16 18,07 34,16 14,07 /

Tableau .III.9 : calcule des moments ultime

52
 Type 02 :
6,64KN/m

3,00 5 ,30

travées 1-2 2-3 /


Longueur réelle 3,00 5,30 /
Longueur réduit 3,00 5,30 /
appuis 1,00 2,00 3,00
L’w 0,00 3,00 5,3
L’e 3,00 5,30 0,00
M appuis 0,00 16,55 0,00
x 2,33 2,18 /
M travées 18,02 32,31 /

Type 01 : ,13 kn m. type02: =16 ,55 kn m.

=34,16 kn m. =32,31 kn m.

III.4.4.1.2.Diagrammes des moments:

 Type 01:

11,13 10,6 10,6 11,13

0,00 0,00

14,07 34,16 18,07 34,16 14,07

53
 Type 02 :

16,55

18,02 32,31

III.4.4.1.3.Calcul de ferraillage :

La poutre est une section en T d’où’ :h=25cm ;d=23cm ; =5cm ; =20cm ;b=65cm

d h

On doit vérifier si la partie comprimée n’intéresse que la table de compression ou si elle intéresse
également la nervure, pour cela il faut calculer le moment Mt équilibré par la table :

Mt= b (d - )=14,20×650×50 ( 230 - ) =94 ,60 kn m.

Mt ˃  donc seule une partie de table est comprimée, la section T sera calculée comme
section rectangulaire de largeur « » et de hauteur utile « d » sur appui.

54
µ= , =1,25(1-√ ) , =1-0,4 , = .

As
Types section M B d μ α β As As Adopté
min

appui 11,13 100 230 0,148 0,20 0,91 1,51 0,277 1T42=1,54cm²
Type 01
travée 34,16 650 230 0,069 0,090 0.96 4,42 1,80 3T14=4,62cm²

appui 16,55 100 230 0,22 0,31 0,87 2,36 0,277 3T10=2,36cm²
Type 02
travée 32,31 650 230 0.066 0.08 0.96 4.17 1.80 3T14=4,62cm²

Tableau .III.10 .calcule de ferraillage

 Condition de non fragilité :

Appuis : Amin 0.23b d = 0.23 x 10 x 23 x = 0.277 cm2

Travée : Amin 0.23b d =0.23 x 65 x 23 x = 1,805 cm2

III.4.4.2.Plancher étage courant :

III.4.4.2.1.Calcul des moments :

 Type 01 :

6 ,35KN/
mmmmm
m

3,00 5,30 3,00 5,30 3,00

55
Travées 1-2 2-3 3-4 4-5 5-6 /
Longueur réelle (l) 3,00 5,30 3,00 5,30 3,0 /
Longueur réduit (l) 3,00 4,24 2,40 4,24 3,00 /
Appuis 1 2 3 4 5 6
L’w (m) 0,00 3,00 4,24 2,40 4,24 3,00
L’e (m) 3,00 4,24 2,40 4,24 3,00 0,00
Sur appuis 0,00 10,65 10,13 10,13 10,65 0,00
X (m) 2,06 2,63 1,50 2,66 0,94 /
En travée 13,46 32,68 17,273 32,68 13,46 /

 Type 02 :
6,35KN/m

3,00 5,30

travées 1-2 2-3 /


Longueur réelle 3,00 5,30 /
Longueur réduit 3,00 5,30 /
appuis 1 2 3
L’w 0,00 3,00 5,3
L’e 3,00 5,30 0,00
M appuis 0,00 15,83 0,00
x 2,33 2,18 /
M travées 17,247 30,912 /

Type 01 : =10,65 kn m. type02: =15,30 kn m.


=32,68 kn m. =30,912 kn m.

56
III.4.4.2.2.Diagrammes des moments:
 Type 01:

10,65 10,13 10,13 10,65


0.00 0.00

13,46 32,68 17,273 32,68 13,46

 Type 02 :

15,83

17,247 30,912

III.4.4.2.3.Calcul de ferraillage :
La poutre est une section en T d’où’ :h=25cm ;d=23cm ; =5cm ; =20cm ;b=65cm

d h

On doit vérifier si la partie comprimée n’intéresse que la table de compression ou si elle intéresse
également la nervure, pour cela il faut calculer le moment Mt équilibré par la table :

57
Mt= b (d - )=14,20×650×50 ( 230 - ) =94 ,60 kn m.

Mt ˃  donc seule une partie de table est comprimée, la section T sera calculée comme

section rectangulaire de largeur « » et de hauteur utile « d » sur appui.

µ= , =1,25(1-√ ) , =1-0,4 , = .

As
Types section M b D μ α Β As As Adopté
min

Type appui 10,65 100 230 0,14 0,19 0,92 1,44 0,277 1T14=1,54cm²

01 travée 32,68 650 230 0,077 0,10 0.95 4,25 1,80 3T14=4,52cm²

Type appui 15,83 100 230 0,21 0,3 0,88 2,24 0,277 3T10=2,36cm²

02 travée 30,912 650 230 0.063 0.08 0.96 3,99 1.80 2T14+1T12=4,29cm²

Tableau .III.10 : calcule de ferraillage

 Condition de non fragilité :

Appuis : Amin 0.23b d = 0.23 x 10 x 23 x = 0.277 cm2

Travée : Amin 0.23b d =0.23 x 65 x 23 x = 1,805 cm2

III.4.5.Calcul des efforts tranchants :

Les efforts tranchants à gauche et à droite de la travée sont donnés par les formules

suivantes :

58
 Type 01 :

Travées 1-2 2-3 3-4 4-5 5-6

Plancher Effort = 9,96 17,596 9,96 17,596 9,96


terrasse tran,iso.
Effort 3,710 -0,100 0 0,1 -3,71
tran sur
-6,25 -17,696 -9,96 -17,496 -13,67
appui.
13,67 17,496 9,96 17,696 6,25
Plancher Effort = 9,525 16,827 9,525 16,827 9,525
étage tran,iso.
Effort 3,55 -0,098 0 0,098 -3,550
tran sur
-5,975 -16,925 -9,525 -16,729 -13,075
appui.
13,075 16,729 9,525 16,925 5,975

Tableau .III.11 : calcule de l’effore tranchant


 Type 02 :

Travées 1-2 2-3

Plancher Effort tran,iso. = 9,96 17,596


terrasse
Effort tran sur 5,516 -3,122
appui.
-4,444 -20,718
15,476 14,474
Plancher Effort tran,iso. = 9,525 16,827
étage
Effort tran sur 5,276 -2,986
appui.
-4,249 -19,813
14,801 13,841

59
III.4.5.1.Diagramme des efforts tranchants :
III.4.5.1.1.Plancher terrasse.
 Type01 :

13,67 17,496 9,96 17,696

6,25

6,25

17,676 17,496 13,67

 Type 02 :

15,476
14,474

4,444

20,718

60
III.4.5.1.2.Plancher étage :
 Type 01 :
13,075 16,729 9,525 16,925

5,975

5,975
9 ,525

16,925 16,729 13,075

 Type 02 :

14,801 13,841

4,249

19,813
19,813

III.4.6.Vérification :
III.4.6.1.Contrainte tangentielle conventionnelle.
̅

= = =0,900 Mpa

Fissuration peu nuisible  ̅ = min ( ; 5 ) Mpa.

61
˂ ̅ ……cv  les armatures transversales sont perpendiculaires a la ligne moyenne de la

poutrelle.

 Diamètre des armatures transversales :

min [

min [  mm

On prend = 6 mm.

 Calcul d’espacement des armatures transversales :

Soit : l’espacement entre les armatures transversale d’après BAEL 91

Donc ; { min 

On prend =20 cm

 Armatures transversales :

04 0
Mpa
0 400

0 4 100 230
.
400

1T6=0,28

III.4.6.2.Vérification aux niveaux des appuis de rive :

28
=20,718 04( ) 0

Soit a=20

20 718 0,4( )100×200

= 20 ,718 133,333 KN…………..cv

III.4.6.3.Vérification a l’ELS :
γ 1 fc28 Mu
α K ; γ
2 100 Ms

62
a. Terrasse :

=4,88 KN/m

 Type 01 :

4,88KN/m

3,00 5,30 3,00 5,30 3,00

Travées 1-2 2-3 3-4 4-5 5-6 /


Longueur réelle (l) 3,00 5,30 3,00 5,30 3,0 /
Longueur réduit 3,00 4,24 2,40 4,24 3,00 /
(l)
Appuis 1 2 3 4 5 6
L’w (m) 0,00 3,00 4,24 2,40 4,24 3,00
L’e (m) 3,00 4,24 2,40 4,24 3,00 0,00
Sur appuis 0,00 8,185 7,785 7,785 8,185 0,00
X (m) 2,06 2,63 1,50 2,66 0,94 /
En travée 10,348 25,11 13,275 25,11 10,348 /

Tableau .III.12.calcule les moments service

63
 Type 02 : 4,88KN/m

3,00 5,30

travées 1-2 2-3 /


Longueur réelle 3,00 5,30 /
Longueur réduit 3,00 5,30 /
appuis 1 2 3
L’w 0,00 3,00 5,3
L’e 3,00 5,30 0,00
M appuis 0,00 15,165 0,00
x 2,33 2,18 /
M travées 13,257 23,746 /

Donc :

Type 1 : =8,185 KNm. Type 2: = 15,165 KNm.

= 25,11 KNm. = 23,746KNm.

b. Etage courant:

=4,6 KNm

 Type 01 :

4,6KN/m

3,00 5,30 3,00 5,30 3,00

64
Travées 1-2 2-3 3-4 4-5 5-6 /
Longueur réelle (l) 3,00 5,30 3,00 5,30 3,0 /
Longueur réduit 3,00 4,24 2,40 4,24 3,00 /
(l)
Appuis 1 2 3 4 5 6
L’w (m) 0,00 3,00 4,24 2,40 4,24 3,00
L’e (m) 3,00 4,24 2,40 4,24 3,00 0,00
Sur appuis 0,00 7,715 7,339 7,339 8,715 0,00
X (m) 2,06 2,63 1,50 2,66 0,94 /
En travée 9,752 23,681 12,514 23,681 9,752 /

 Type 02 :
4,6KN/m

3,00 5,30

travées 1-2 2-3 /


Longueur réelle 3,00 5,30 /
Longueur réduit 3,00 5,30 /
appuis 1 2 3
L’w 0,00 3,00 5,3
L’e 3,00 5,30 0,00
M appuis 0,00 11,467 0,00
x 2,33 2,18 /
M travées 12,495 22,40 /

65
 Etat limite de service vis-à-vis de structure :

α K , - et avec α

ou y est la solution de l’équation 30 As y 30As d 0

 Terrasse :

α
terrasse α K

appui 11 ,13 8,185 1,36 0,35 0,43 CV


Type 01
travée 34,16 25,11 1,36 0,26 0,43 CV

appui 16,55 12,16 1,36 0,42 0,43 CV


Type 02
travée 32,31 23,74 1,36 0,26 0,43 CV

Tableau .III.13 : vérification des contraintes

 Etage courant:

α
Etage courant α K

appui 10 ,65 7,715 1,38 0,35 0,44 CV


Type 01
travée 32,68 23,681 1,38 0,26 0,44 CV

appui 16,55 11,447 1,38 0,42 0,44 CV


Type 02
travée 30,912 22,4 1,38 0,18 0,44 CV

Tableau .III.13 : vérification des contraintes

66
 Etat limite de service :

Aucune vérification n’est a’ faire dans le cas d’une fissuration peu nuisible.

III.4.6.4.Vérification de la flèche :

1) ………………………………………..CV

2) ………………CNV

3) ……………………………………CV

Il faut calcul la flèche:

On a donc on calcul la section en T comme un section rectangulaire de largeur

b=65cm d hauteur de 23cm.

 Calcul de la flèche :

La position du centre de gravité est déterminée on prenons les moments statiques


65cm
Il faut vérifier que

23cm
25cm
18cm

a. Calcul du moment d'inertie de la section homogène: :

V=* +

V=3,33

= 248092,66 cm 4

67
Y=6,11cm

I=14711,50 cm 4

a. Calcul les coefficients :

As
  0.003
bd

0,05 f t 28 0,05.2,1
i   7
 b0  2  33 * 10 3
 2  3 
 b

  0,4.i  0,4  7  2,8

 Ei  11000  3 f c 28 =32164.2MPa

 Ev  37003 f c 28  10818.8MPa

c. flèche instantanée due à G ; « ƒgi » :

La combinaison : q= 4.23KN/ml

*Calcul du moment et contrant :

qeq .L2 4.23  5,3


2
 Ms=0,75 M0= 0,75  0,75.  11,14KN.m
8 8

  s  15M s d  y  / I  15  11,14.106 230  33,3 / 24711,50 *104  133MPa

 1.75. f t 28   1.75 * 2.1 


   1    1-    0,005
 4  . s  f t 28   4 * 0.003 * 133  2.1

1.1 I 0
 I fg   262463,05
1  i .

68
M s .L2 11,14 * 106 * (5300) 2
 f gi    0,37mm
10.Ei .I fg 10 * .32164.2 * 262463,05 *10 4

d. flèche diffère due à G : « ƒgv » :

1.1  I 0 1.1 * 248092,66


 I fv   = 262607,70 cm4
1  v . 1  2,8 * 0.005

M s .L2
 f gv   1,10mm
10 Ev .I fv

e. flèche instantanée due à G+Q ; « ƒ(G+Q)» :

 s  15M s d  y  / I

Ms=0.75 M0 = 12,85KN. m

 s  153,42MPa

 1.75. f t 28 
  1    0,067
 4  . s  f t 28 

1.1  I 0
I fp   185327,95cm 4
1  i .

M s .L2
f pi   0,60mm
10.Ei .I fp

f. flèche instantané due à «j»:

On a la combinaison de q= 3,25j

j : charge permanente avant la mise en place de revêtement

 q= 3,25 x 0.65=2,11 KN/ml

69
Calcul du moment et contrainte :

qeq .L2
 Ms=0.75M0= 0.75  5,56 KN .m
8

  s  15M s d  y  / I  15  5.56.104 13  3.5 / 24711,50 *104  66,38MPa

 1.75. f t 28 
   1    -0,68
 4  . s  f t 28 

1.1 I 0
 Iji  
1  i .

M s .L2
fji   0.67 mm
10.Ei .I fi

=1,1+0,67+0,60-0,37 = 2mm

On :

III.4.7.Ferraillage de la dalle de compression :

La dalle de compression a une épaisseur de 5 cm année d’un quadrillage de barres dont les

dimension de mailles ne doivent pas dépasser le 20cm pour les armatures perpendiculaires aux

nervures on adopte un treillis soudé de T6 .

70
Fig.III.10. ferraillage de nervure Type 01 (20+5)

Fig.III.10. ferraillage de nervure Type 02 (20+5)

71
III.4.8.Calcul de la buanderie

III.4.8.1.Pré dimensionnement des plancher

Plancher à corps creux

ht

: La portée max entre d’appuis dans la direction des poutrelles

Ht: épaisseur du plancher

On prend la moyenne on Aura ht 13.33cm

On adopte 16+4=20cm

III.4.8.2.Pré dimensionnement des poutres

B:largeur de base de la poutre

H : hauteur total de la poutre

Selon BAEL 9;

Ht = ( ) lmax

(0.3 0.5) h

Selon RPA 99 {

 Les poutres principales p.p.

4.16 m

 27.73

On prend h=35 cm b=30

72
 Vérification par RPA

………c.v

………c.v

………c.v

 Les poutres secondaires P.S:

L=3,00

 20

On prend =30 cm b=30

 Vérification par RPA

………c.v

………c.v

……..…c.v

III.4.8.3.Calcul les plancher de buanderie :


a. Evaluation des charges

Désignation Ep Densite Points


cm Kn/ Kn/
01 Protection en gravillon 4 15 0,6
02 L’étanchéité multicouche 10 1 0,1
03 Béton forme de ponte 10 22 2,2
04 Isolation thermique 4 4 0,16
05 plancher en corps creux 20 / 2,72
06 Enduit de plâtre 2 10 0,2
Charge permanente 5,98
Surcharge d’exploitation 1

73
a. Charge revenant a chaque nervure :

G kn/m 5,98×0,65 3,887


Q kn/m 1×0,65 0,65

b. Combinaison des charges :

ELU 1 ,35G+1,5Q=1,35×3,88+1,5×0,65 6,22 kn/m


ELS G+Q=3,887+0,65 4,54 kn/m

c. Calcul les moments : il y a 1seul type (ELU)

6,22KN/m

3,00
3,00

En utilise la méthode de caquot et Les moments sur 2 appuis = 0

Les moments sur travée = 6,70 kn.m

M B As
Types section D μ α Β As As Adopté
(kn.m) (mm) min
Type appui 0 100 180 0 0 0 1 0,277 1T10=0,79cm²
01 travée 6,70 650 180 0,022 0,028 0.98 1,08 1,41 3T10=2,36cm²

Tableau .III.14 : calcule de ferraillage de la buanderie

74
b. Condition de non fragilité :

 Appuis : Amin 0.23b d = 0.23 x 10 x 18 x = 0.212 cm2

 Travée : Amin 0.23b d =0.23 x 65 x 18 x = 1,41 cm2

c. Calcul des efforts tranchants :

Les efforts tranchants à gauche et à droite de la travée sont donnés par les formules

suivantes :

= 9,33 kn

= - 9,33 kn

V(x)=ql/2 V(x)=6,22×3/2=9,33

d. diagramme des efforts tranchants :

15,476

3,00 9,33

III.4.8.4.Vérification :
III.4.8.4.1.Contrainte tangentielle conventionnelle.
̅

= = = 0,518 Mpa

̅ = 3,33 Mpa ……………c.v

75
 Diamètre des armatures transversales :

min [

min [  mm

On prend = 6 mm.

 Calcul d’espacement des armatures transversales :

Soit : l’espacement entre les armatures transversale d’après BAEL 91

Donc ; { min 

On prend =15 cm

 Armatures transversales :

04 0
Mpa
0 400

0 4 100 230
.
400

1T6=0,28

III.4.8.4.2.Vérification aux niveaux des appuis de rive :

28
0 4( ) 0

Soit a=16cm

0,4( )100×200

= 9.33 106.66 KN…………..cv

III.4.8.4.3.Vérification a l’ELS :

Q=G+Q=4.54kn

Ms= ⁄

76
 Etat limite de service vis-à-vis de buanderie :

γ 1 fc28 Mu
α K ; γ =1.37
2 100 Ms

ou y est la solution de l’équation

30 As y 30As d 0

Y=17.35 =17.35/180=0.243

K=0.37/2+25/100=0.435

………………………………….cv

α
Terrasse α K

appui 0 0 0 0 0 CV
Type 01
travée 5,1075 6,70 1,37 0,24 0,43 CV

Fig.III.11. ferraillage de nervure buanderie (16+4)

77
III.5.Calcul du balcon :
Dalles reposant sur trois appuis

= = 0,10 ≤ 0,4

La dalle travaille dans un seul sens


III.5.1.Evaluation des charges
 plancher terrasse

couche Poids surfacique (Kn/m2)


Couche de protection 1.00
Etanchéité multi couche 0.12
Dalle pleine 3.75
Isolation thermique 0.16
Ecran pour vapeur 0.44
Forme de la pente 2 ℅ 0.44

 Plancher étage

Couche épaisseur densité G kn/


Carrelage 2 22 0,44
Mortier de pose 2 20 0,40
Lite de sable 3 18 0,54
Dalle Pleine 15 25 3,75
Enduit de ciment 2 10 0,20
Charge permanente 5,33
Surcharge d’exploitation 1,5

G = 5.91 Kn/m2
QT = 1 Kn/m2
Dalle étage = 5.33 Kn/m2 Q = 1.5 Kn/m2
Poids propre du garde corps (l’acrotère) :

78
Pa =1.65 Kn/ml
Poids du mur extérieur :
P =14 x 0.25 = 3.5 Kn/m2
P = 3.5 x 2.95 = 10.32 Kn/ml

Terrasse ELU ELS


qu 10.22 7.41
Pa =1.65 Kn/ml 2.22 1.65
étage ELU ELS
Q 9.44 6.83
PM 13.93 10.32

III.5.2.Schéma statique

G+Q P =10.32

L= 0,54 m

III.5.3.Calcul de moments et des efforts tranchants :

L’étage terrasse étage


L’état de ELU ELS ELU ELS
calcul
Les moments
. / . /
Kn.m
. / . /

résultat 4.18 3.81 10.27 7.56


Effort
tranchant
résultat 7.74 5.65 19.02 14

Tableau .III.15.calcule des moments et l’effort tranchant des balcons

79
III.5.4.Ferraillage

a. Pour le ferraillage de la dalle on prend la valeur max

Mu = -10.27 Kn.m Vu =19.02.

M (Kn.m) B (cm) D (cm) µ α B As Amin As adopté

10.32 100 13 0.04 0.05 0.97 2.33 1.56 4.52 4T12

b. Espacement

On adopte

c. Les armatures de repartition

On adopte Ar = 4 T8 = 2.01cm2/ml

III.5.6.Vérification

III.5.6.1Effort tranchant

Pour la fissuration on a

̅ ̅

̅ ……. CV

80
III.5.6.2.Vérification à l’ELS

Mu (Kn.m) Ms (Kn.m) Α K α<K


10.32 7.56 1.36 0.27 0.43 CV

III.5.6.3.Vérification de la flèche

Pour la vérification de la flèche il suffit la vésication des 03 conditions suivantes :

1) ……..CV.

2) ………………………….CV.

3) …………………..CV.

1T12

15cm
4T8
1T10

30cm 54cm

Fig.III.12. Schéma de ferraillage de balcon

81
III.6.Descente de charge :
III.6.1.poteau d’angle :

2,8 2,4

0,4
0,3 1,5

1,80

niveau désignation calcule G Q


Acrotère 1,65 (1,8+2,8) 7,59 4,6
Plancher terrasse 6,51 x (1,5 x 2,5) 24,41 3,75
Poutre principale 0,3 x 0,4 x 2,4 x 25 7,2
Poutre secondaire 0,3 x 0,4 x1,5 x 25 4,5

∑ 43,7 8,35
Venant de 43,7 8,35
P de poteau 0,3 x 0,4 x 25x 3,10 9,3
∑ 53 8,35
Venant de 53 8,35
mure extérieure 14 x 0,3 x 2,7 x1, 5 17,01 5,625
Plancher étage 5,58 (1,5 x 2,5) 20,92
Poutre principale 0,3 x 0,4 x 2,4 x 25 7,2
Poutre secondaire 0,3 x 0,4 x 1,5 x 25 4,5

∑ 102,63 13,97
Venant de 102,63 13,97
P de poteau 0,3 x 0,4 x 25 x 3,1 9,3
∑ 111,93 13,97
Venant de 111,93 13,97
mure extérieure 14 x 0,3 x 2,7 x 1,5 17,01 5,625
Plancher étage 5,58(1,5 x 2,5) 20,92
Poutre principale 0,3x 0,4x 2,4 x 25 7,2
Poutre secondaire 0,3 x 0,4 x 1,5 x 25 4,5

∑ 161,56 19,59
Venant de 161,56 19,59
P de poteau 0,3 x 0,4 x 25x 3,1 9,3

82
∑ 170,86 19,59
Venant de 170,86 19,59
mure extérieure 14x 0,3 x 2,7x 1,5 17,01 5,625
Plancher étage 5,58(1,5 x 2,5) 20,92
Poutre principale 0,3x 0,4 x 2,4x 25 7,2
Poutre secondaire 0,3x 0,4 x1,5x 25 4,5

∑ 220,49 25,21
Venant de 220,49 25,21
P de poteau 0,3x 0,4x 25x 3,1 9,3
∑ 229,49 25,21
Venant de 229,79 25,21
mure extérieure 14 x0,3 x 2,7 x1,5 17,01 5,625
Plancher RDC 5,58(1,5x 2,5) 20,92
Poutre principale 0,3 x 0,4 x 2,4 x 25 7,2
Poutre secondaire 0,3 x 0,4 x1,5 x 25 4,5

∑ 279,42 30,83
Venant de 279,42 30,83
P de poteau 0,3 x 0,4 x 25 x 3,1 9,3
∑ 288,72 30,83

III.6.2.Poteau de rive :

1,5 0,3 2,65


0,3

1,98

niveau désignation calcule G Q


Acrotère 1,65 x (1,5+0,3+2,65) 7,34 4,45
Plancher terrasse 6,51x (1,5+2,65) x (1,98) 53,49 8,81
Poutre principale 0,3x 0,4x 1,88 x 25 5,64
Poutre secondaire 0,3x 0,4x 4,15x 25 12,45

∑ 78,92 13,26
Venant de 78,92 13,26
P de poteau 0,3x 0,4x 25x 3,1 9,3
∑ 88,22 13,26

83
Venant de 88,22 13,26
mure extérieure1 14x 0,3x 4,15x 2,7 47,06 12,32
mure extérieure2 14x 0,3x 1x 2,7 11,34
Plancher étage 5,58(4,15x 1,98) 45,85
Poutre principale 0,3x 0,4x 1,88x 25 5,64
Poutre secondaire 0,3x 0,4x 4,15x 25 12,45

∑ 210,56 25,58
Venant de 210,56 25,58
P de poteau 0,3x 0,4x 25x 3,1 9,3
∑ 219,86 25,58
Venant de 219,86 25,58
mure extérieure1 14x 0,3x 4,15x 2,7 47,06 12,32
mure extérieure2 14x 0,3x 1 x2,7 11,34
Plancher étage 5,58(4,15x 1,98) 45,85
Poutre principale 0,3x 0,4x 1,88x 25 5,64
Poutre secondaire 0,3x 0,4x 4,15x 25 12,45

∑ 333,2 37,9
Venant de 333,2 37,9
P de poteau 0,3x 0,4x 25x 3,1 9,3
∑ 342,5 37,9
Venant de 342,5 37,9
mure extérieure1 14x 0,3x 4,15x 2,7 47,06 12,32
mure extérieure2 14x 0,3x 1x 2,7 11,34
Plancher étage 5,58(4,15x 1,98) 45,85
Poutre principale 0,3x 0,4x 1,88x 25 5,64
Poutre secondaire 0,3x 0,4x 4,15x 25 12,45

∑ 464,84 50,22
Venant de 464,84 50,22
P de poteau 0,3x 0,4x 25x 3,1 9,3
∑ 474,14 50,22
Venant de 474,14 50,32
mure extérieure1 14x 0,3x 4,15x 2,7 47,06 12,32
mure extérieure2 14x 0,3x 1x 2,7 11,34
Plancher RDC 5,58(4,15x 1,98) 45,85
Poutre principale 0,3x 0,4x 1,88x 25 5,64
Poutre secondaire 0,3x0,4 x4,15 x25 12,45

∑ 596,48 62,54
Venant de 596,48 62,54
P de poteau 0,3x 0,4x 25x 3,1 9,3
∑ 605,78 62,54

84
III.6.3.Poteau centrale :

1,93 1,88

0,3

2,45

2,65 0,3 1,5

niveau désignation calcule G Q


Acrotère 1,65(2,23+1,8) 6,64 4,03
Plancher bienderai 5,98(1,93 x 1,5) 17,31 2,89
Poutre principale 0,3x 0,35x 1,93x 25 5,06
Poutre secondaire 0,3x 0,3 x 2,4x 25 3,37

∑ 32,38 6,92
Venant de 32,38 6,92
P de poteau 0,3x 0,4x 2,4x 25 7,2
∑ 39,58 6,92
Venant de 39,58 6,92
mure extérieure 0,3 (1,88+1,5) 14x 2,05 29,10
p. terrasse accessible 5,58(1,5 x 2,4) 20,08 4,41
P. terrasse 6,51(2,45+1,93) (2,65) 75,56 12,40
inaccessible 0,3x 0,4x 4,28x 25 12,84
Poutre principale 0,3x 0,4x 4,15x 25 12,45
Poutre secondaire 7,23x (1,93x 1,3) 18,14 6,27
Poids des escaliers

∑ 207,75 30
Venant de 207,75 30
P de poteau 0,3x 0,4 x 3,10x 25 9,3
∑ 217,05 30
Venant de 217,05 6,92
Plancher étage 5,58 [(4,15x2,45)+(2,65x1,93)] 85,27 25,08
Poutre principale 0,3x 0,4x 4,28 x 25 12,84
Poutre secondaire 0,3x 0,4x 4,15x 25 12,45
Poids des escaliers 7,23x (1,93x 1,3) 18,14 6,27

∑ 345,75 61,35
Venant de 345,75 61,35
P de poteau 0,3x 0,4x 3,10x 25 9,3
∑ 355 ,05 61,35
Venant de 355,05 61,35
Plancher étage 5,58 [(4,15x 2,45)+(2,65x1,93)] 85,27 25,08
Poutre principale 0,3x 0,4x 4,28x 25 12,84
Poutre secondaire 0,3x 0,4x 4,15x 25 12,45
Poids des escaliers 7,23x (1,93x 1,3) 18,14 6,27

∑ 510,58 92,70
Venant de 510,58 92,70
P de poteau 0,3x 0,4x 3,10x 25 9,3
∑ 519,88 92,70
Venant de 519,88 92,70
Plancher étage 5,58 [(4,15x 2,45)+(2,65x1,93)] 85,27 25,08
Poutre principale 0,3x 0,4x 4,28x 25 12,84
Poutre secondaire 0,3x 0,4x 4,15x 25 12,45
Poids des escaliers 7,23x (1,93x 1,3) 18,14 6,27

∑ 124,05
Venant de 648,58 124,05
P de poteau 0,3 x 0,4 x3,10 x 25 9,3
∑ 657,88 124,05
Venant de 657,88 124,05
Plancher RDC 5,58[(4,15x2,45)+(2,65x1,93)] 85,27 25,08
Poutre principale 0,3 x 0,4x 4,28 x 25 12,84
Poutre secondaire 0,3x 0,4x 4,15x 25 12,45
Poids des escaliers 7,23 (1,93 x 1,3) 18,14 6,27

∑ 786,58 155,40
Venant de 786,58 155,40
P de poteau 0,3x 0,4x 3,10x 25 9,3
∑ 795,88 155,40

III.6.4.Condition de non flambement :

: Longueur de flambement =0,7

: La hauteur d’étage 3,10

=0,7 3,10=2,17

=√ =√

86
=18,86

Donc il n’ya pas une risque de flambement

D’après le BAEL91Art B.8.4 l’effort normale ultime agissant

̅̅̅̅= * +

A : section d’acier comprimée

: Section réduit du poteau obtenu en déduisant de la section réelle un centimètre d’épaisseur sur

toute la périphérie

1,15

1,5

On a donc

= 0,8

= (30-2) (40-2) = 1064 cm²

On suppose que le béton travaille seule A=0

̅̅̅̅= * + = 1576296,29 N

̅̅̅̅=1576 ,296 KN

=1,35 G+1,5 Q =1,35 795,88+1,5 155,40 = 1307,538 KN

̅̅̅̅

La section des bétons et suffisante.

87
IV. Calcul sismique de la structure :

IV.1. Introduction

Les tremblements de terre ont présenté depuis toujours un des plus graves désastres pour

l’humanité. Leur apparition brusque et surtout imprévue, la violence des forces mises en jeu,

l’énormité des pertes humaines et matérielles ont marqué la mémoire des générations.

Parfois, les dommages sont comparables à un budget national annuel pour un pays, surtout si ses

ressources sont limitées.

Une catastrophe sismique peut engendrer une grave crise économique, ou au moins une brusque

diminution du niveau de vie dans toute une région pendant une longue période.

L’une des questions qui se posent est : Comment limiter les endommagements causés aux

constructions par le séisme

Il est donc nécessaire de construire des structures résistant aux séismes en zone sismique.

IV.2. Présentation du logiciel de calcul ETABS :

On a fait appel pour la modélisation de notre bâtiment à un logiciel appelé ETABS. Ce dernier

est un logiciel qui permet de modéliser et d’analyser les bâtiments.

L’ETABS est un logiciel de calcul conçu exclusivement pour le calcul des bâtiments. Il permet

de modéliser facilement et rapidement tous types de bâtiments grâce à une interface graphique

unique. Il offre de nombreuses possibilités pour l’analyse statique et dynamique.

Ce logiciel permet la prise en compte des propriétés non-linéaires des matériaux, ainsi que le

calcul et le dimensionnement des éléments structuraux suivant différentes réglementations en

vigueur à travers le monde (Euro code, UBC, ACI..etc). De plus de part ça spécificité pour le

calcul des bâtiments, ETABS offre un avantage certain par rapport au codes de calcul à utilisation

plus étendue. En effet, grâce à ces diverses fonctions il permet une décente de charge automatique

et rapide, un calcul automatique du centre de masse et de rigidité, ainsi que la prise en compte

implicite d’une éventuelle excentricité accidentelle. De plus, ce logiciel utilise une terminologie

propre au domaine du bâtiment (plancher, dalle, trumeau, linteau etc).

88
ETABS permet également le transfert de donnée avec d’autres logiciels (AUTOCAD et

SAP2000).

IV.3- Méthodes de calcul : RPA99/Version 2003 Article (4.1, 1)

Le calcul des forces sismique peut être mené suivant trois méthodes:

- Méthode statique équivalente

- Méthode d'analyse modale spectrale

- Méthode d'analyse dynamique par accélérogrammes

IV.4. présentation du bâtiment :

 zone sismique :(Mila zone II) (RPA99V2003-tab 4.1)

 groupe d’usage : bâtiment d’habitation collective groupe 2 (RPA99V2003-tab 4.1)

 classification du site : site meuble S3 (rapport géotechnique)

 système structurel portique contreventement par voile

Contreventement mixte avec interaction.

IV.5.1. Dimensions des éléments :

Poteaux type : 30x40

Poutres principale : 30x40

Poutres secondaires : 30x40

Voile de contreventement : 0.15

IV.5.2. Hypothèses de calcul :

Règlement : RPA 99 v.2003

Bâtiment : groupe d’usage 2

Béton :

Béton non fissure

Acier

89
Sol de fondation catégorie S3 : site meuble.

Séisme : 2 composantes horizontales (composante verticale ignorée).

IV.6. Méthologie des calculs :

A) Modélisation 3D par élément finis du bâtiment :

géométrie.

Masse

B) Analyse de la structure :

Régularité en plan.

Régularité en élévation.

Pour le choix de la méthode du calcul sismique (MSE, MMS)

C) Calcul sismique :

analyse modale
Définition de spectre de réponse.
Analyse modale spectrale.

D) Calcul statique équivalente (effort tranchant a la base).

IV.7. Modélisation du bâtiment :

IV.7.1. Rigidité et géométrie :

a)Elément modélisés : structure principale en béton armé participant au contreventement du

bâtiment.

poteaux et poutres Elément linaire «frame»


panneaux de voiles, trumeaux Elément surfacique «shell»

90
b) Elément non modélisés :
fondations condition d’appui=encastrement a la basse.
Elément structuraux secondaire voiles d’escalier, maçonneries,……

IV.7.1.1. Modèle 3D du bâtiment :

Fig .IV.1. Modèle 3D du bâtiment

IV.7.1.2. Géométrie : (centre de masse et centre de rigidité) :

IV.7.1. Introduction :

Quel que soit le problème que l’on se propose de résoudre dans l’etude dynamique d’une

structure, il est indispensable de connaitre en premier lieu les caractéristique qui interviennent

dans l’évolution des efforts horizontaux d’origine sismique exercé d’une manière permanente qui

peuvent amplifier la déformation des éléments structuraux.

91
IV.7.2. Caractéristique géométrique de la structure :

 Centre de masse : (ou de gravité)

C’est le point d’application de la résultante du poids propre globale d’un niveau donné.

 Centre de rigidité :

C’est le point d’application de la résultante des forces d’inerties d’un niveau donné.

Notre bâtiment comporte une forme irrégulière, donc le centre de torsion ne coïncide pas

avec le centre de gravité, d’où, le risque de torsion d’axe vertical. Pour diminue ce risque,

on envisage des voiles avec interaction comme système de contreventement.

IV.7.3. les hypothèses de conception des voiles :

 Quel que soit l’origine des forces horizontales (séisme et vent),la stabilité doit être

assurée, au minimum, par deux refonds non coplanaires par direction.

 La symétrie par rapport a un axe passe par le centre de gravité d’un niveau donné.

 Limitation de l’excentricité (ou limitation de l’effort de torsion d’axe vertical).

IV.7. 3.1.1. Calcul de centre de masse :

 Principe de la méthode utilisé :

Le but de calcul, c’est la détermination du centre de masse de chaque niveau des éléments

constitutifs qui ont une influence sur la stabilité du bâtiment (poteaux, poutres, planchers,

murs……), pour la détermination du centre de masse, on utilise les formules suivantes :

Avec :

: Point de l’élément (i) du niveau considéré (kn)

92
Coordonnée du centre de gravité de l’élément (i) par rapport au repère global (m).

Coordonnée du centre de gravité de l’élément (i) par rapport au repère global (m).

IV.7. 3.1.2. Calcul du centre de rigidité ;

Formule simplifie pour le centre de rigidité.

D’après l’ETABS :

Story Diaphragm MassX MassY XCM YCM XCR YCR

STORY1 D1 218,5368 218,5368 10,308 5,546 10,55 5,946

STORY2 D2 218,5368 218,5368 10,308 5,546 10,55 6,004

STORY3 D3 231,5651 231,5651 10,55 5,584 10,55 6,064

STORY4 D4 229,7766 229,7766 10,55 5,549 10,55 6,112

STORY5 D5 189,3132 189,3132 10,55 5,263 10,55 6,145

STORY6 D6 15,233 15,233 10,55 8,02 10,551 7,718

Tableau. IV.1. Calcul du centre de rigidité

IV.7. 4. Régularité structurelle en plan :

| |

| |

0.242 3.21m…………….cv

| |

| |

0.3 1.545m…………….cv

93
IV.7. 4.2. Analyse modale:
Nombre des modes à considérer:
 pour les structures représentées par des modèles plans dans deux directions orthogonales,
le nombre de mode de vibration a retenir dans chacune des deux directions d’excitation
doit être tel que :

1. la somme des masses modales effectives pour les modes retenus soit égale a 90 au moins de
la masse totale de la structure.
2. ou que tous les modes ayant une masse modale effective supérieure a 5 de la masse totale de
la structure soient retenus pour la détermination de la réponse.
3. le minimum de modes a retenir est de trois (03) dans chaque direction considérée.
IV.7. 4.2.1. La somme des masses modales effectives :

Mode Période UX UY SumUX SumUY Direction


1 0,287104 0 72,3047 0 72,3047 Translation sens y
2 0,274495 74,0029 0 74,003 72,3048 Translation sens x
3 0,205197 0,8902 0,0003 74,8932 72,305 Torsion autour de z
4 0,109925 1,3075 0 76,2006 72,3051
5 0,092624 0,0022 2,355 76,2029 74,6601
6 0,092411 0,1356 0,0311 76,3385 74,6912
7 0,072058 17,2248 0,0007 93,5633 74,6919
8 0,066036 0,0008 18,6306 93,5641 93,3225
Tableau. IV.2. La somme des masses modales effectives
IV.7. 4.2.2. Calcul et vérification des déplacements :

Les déplacements relatifs latéraux d’un étage par rapport aux étage qui lui sont adjacents, et tell
que calculés selon le paragraphe 4.2.10 (RPA),ne doivent pas dépasser 1.0 de la hauteur d
l’étage a moins qu’il ne puisse être prouvé qu’un plus grand déplacement relatif peut être toléré.

94
Story Diaphragm Load UX UY Étage 1%He vérification
STORY6 D6 E 0,0041 0,0048 3,1 0,024 CV
STORY5 D5 E 0,0036 0,004 3,1 0,031 CV
STORY4 D4 E 0,0028 0,003 3,1 0,031 CV
STORY3 D3 E 0,002 0,002 3,1 0,031 CV
STORY2 D2 E 0,0011 0,0011 3,1 0,031 CV
STORY1 D1 E 0,0004 0,0004 3,1 0,031 CV

Tableau. IV.3. vérification des déplacements

IV.7. 4.2.3. La méthode d’analyse modale spectrale :

Introduite comme méthode de calcul a adopté dans tout les cas, en particulier, dans les situations
ou la méthode statique équivalente ne s’applique pas .

a) principe :
Par cette méthode, il est recherche pour chaque mode de vibration, le maximum des effets
engendrés dans la structure par les forces sismique représentées par un spectre de réponse
de calcul.
Ces effet sont par la suit combinés pour obtenir la réponse de la structure.
b) Spectre de réponse dynamique selon RPA99 version 2003 :
Le spectre de réponse est une courbe permettant d’évaluer la réponse d’un bâtiment a un
séisme passé ou futur.

Spectre de réponse de calcul:


L'action sismique est représentée par le spectre de calcul suivant:
  T Q 
1,25 A 1   2,5  1  0  T  T1
  T1  R 
 Q selon le RPA (4.13)
2,5 1,25 A  T1  T  T2
Sa  R
 2/3
g   Q  T2 
 2,5 1, 25 A    T2  T  3s
 R  T 

 2/3 5/3
 T2   3   Q 
2,5 1,25 A      T  3s
  3  T   R 

A: coefficient d'accélération de zone

95
 : Facteur de correction d'amortissement (quant l'amortissement est différent de 5%).

  7 / 2     0,7
 : Pourcentage d'amortissement critique
R: coefficient de comportement de la structure
T1, T2 : périodes caractéristique associées à la catégorie de site
Q: facteur de qualité
Q 1+
: Est la pénalité a retenu selon que le critère de qualité.
q : est satisfait ou non…… (RPA tableau 4.4).
Spectre accélération selon RPA :
Donne :
A R T1 T2 Q
0.15 5 0.15s 0.5s 1.20 7

On aura le spectre de réponse suivant :

Fig. IV.1 : spectre de réponse de calcul

96
Résultante des forces sismique à la basse :
Si :  paramètre de réponse

Calcul statique équivalente :


ADQ
V  W
R
* A: Coefficient d'accélération de zone, donné par le tableau 4.1 suivant la zone sismique et le

groupe d'usage du bâtiment.

groupe d'usage 2 et zone sismique IIa  A  0,15

* D: Facteur d'amplification dynamique moyen, fonction du la catégorie de site, du facteur de

correction d'amortissement  et de la période fondamentale de la structure T.


2,5 0  T  T2

 2
  T2  3
D  2,5   T2  T  3s
 T 
 2 5
  T2  3  3  3
2,5  3   T  T  3s
  

• T2 : période caractéristique, associée à la catégorie du site et donnée par le tableau 4.7

site3  T2  0.4s

•  : facteur de correction d'amortissement donné par le formule:   7 / 2     0,7

 (%) est le pourcentage d'amortissement critique fonction du matériau constitutif, de type de

structure et de l'importance des remplissages. Tableau 4.2 selon RPA    7 %

Donc   7 / 2  7  0,88  0,7

• T : la période fondamentale de la structure: T  CT hN 3/ 4


…… selon le RPA (4-6)

97
hN: hauteur mesurée en mètre à partir de la base de la structure jusqu'au dernier niveau:

hN  18.36m

CT: coefficient, fonction de système de contreventement, du type de remplissage et donné par le

tableau 4.6  CT  0,05

Donc: T  0,05 17.903 / 4  0.435

Donc : T2  T  3s  D  2,5 T2 / T 2 / 3  2,5  0,88  0.4 / 0.442 / 3

 D  2,2

* R: coefficient de comportement global de la structure, sa valeur donnée par

le tableau (4.3) RPA Mixte Portique /voile avec interaction  R  5

* Q: facteur de qualité:

Le facteur de qualité de la structure est fonction de:

- la redondance et de la géométrie des éléments qui la constituent

- la régularité en plan et en élévation

- la qualité du contrôle de la construction

6
La valeur de Q est déterminée par la formule: Q  1  Pq
1

Pq est la pénalité à retenir selon que le critère de qualité q est satisfait ou non.

98
Pq
Critère q Observe N/Observe
Condition min sur les files de contreventement 0 0,05
Redondance en plan 0 0.05
Régularité en plan 0 0.05
Régularité en élévation 0 0,05
Contrôle de qualité 0 0,05
Contrôle de la qualité de l'exécution 0 0.1

Q  1  0  0  0  0  0,05  0.1  1,15

* A partir du logiciel ETABS  W  12082,05KN

0,15  2,2 1,2


Donc : Vx  12082.05  1196,122 KN
5

0,15  2,2  1,2


Vy   12082.05  1196,122 KN
5

Sens du seisme MMS MSE 0.8 Vérification


Sens x-x 956,897 c.v
Sens y-y 956,897 c.v

MMS: méthode modale spectral.


MSE: méthode statique équivalente.

99
 Vérification au renversement :

Sens X-X :
M res := W*Lx/2 =12082.05 *19.90 /2 = 118404.09 KN.m

Mren =∑fi hi =14859.240 KN.m

Mres/Mren = 7.96 >1.5

Sens Y-Y :
M res = W *Ly/2 = 12082.05 *9.36 /2 = 56543.99 KN.m

M ren = ∑Fi hi =15233.42 KN.m

Mres/Mren = 19.82 >1.5

On conclut que cette bâtiment est stable vis-à-vis .

100
V. Ferraillage des éléments structuraux
V.1.Les poutres :
V.1.1. Poutres principales

M V
Combinaison Section
KN.m KN

1,35G  1,5Q Travée 72,33


GQ Travée 52,703 146,19
1,35G  1,5Q Appui -144,789
G+Q Appui -83,715
Tableau .V.1.Moment des poutres principales
V.1.1.a. Calcul du ferraillage:
M

b.d ². bc
  1,25(1  1  2 )
  1  0,4
M
As 
 .d . s
RPA 99/version2003,Art N  7.5.2.1,P 52.

 Ferraillage en travée avec la combinaison 1,35G+1,5Q


 Ferraillage sur appui avec la combinaison ELU

101
V.1.1.b. Ferraillage des poutres principales :

Mu b d Ascalcul Asmin imale Asadopté


KN.m cm cm cm² cm² cm²

travée 72.33 300 380 0.11 0.15 0.93 5.83 6 3T14+2T12=6.88

appui 114.789 300 380 0.18 0.26 0.89 9.68 6 3T16+3T 14=10.60

Tableau. V.2.Calcul du Ferraillage des poutres principales

V.1.1.c. Vérification :

Condition imposée par le RPA 99 V 2003

Section minimale de RPA :

=0.5 b.h=0.005 30 40=6 (p.principale).

=0.5 b.h=0.005 30 40=6 (p. secondaire).

Section maximale de RPA :

=4 b.h=0.04 30 40=48 (p.principale).

=4 b.h=0.04 30 40=48 (p. secondaire).

V.1.1.d. Les armatures longitudinales :

D’après les résultats obtenus, la section d’armature a introduire dans les poutres est comme suit ;

-la longueur de la recouvrement des barres est 404 =56 cm

-les armatures de montage RPA 99 V 2003 art :7.5.2.1.

A’ min( ,3 ) A’ 3

on adopte 3T16=6,03

102
V.1.1.e. Les armatures transversale :

la quantité d’armature transversale minimale est donnée par =0.003 .b

min (

=0.003.10.30=0.9

en dehors de la zone nodale.

=0.003.20.30=1.8

On adopte un cadre de ; 4 8=2.01

 Diamètre minimale des armatures transversales ;

 11,42 min

……………cv

 Espacement minimale des armatures transversales :

……………cv

 Vérification de la section d’armature transversale :

( )

( )

1.34 0.4………………….CV

 Vérification de la contrainte tangentielle :

̅̅̅

103
=146,19 KN

= 1,35 Mpa

̅ = min ( ; 5 Mpa) =3.33 Mpa

˂ ̅ ……cv

……………………….cv

En flexion simple.

 Condition de non vérification de la flache:

a)  ………………………….cv

b)  …………………..cv

c)  …………………………………..cv

 Vérification à l’ELS :

L’axe neutre :

Le moment d’inertie dans la section homogène réduit.

 Calcul des contraintes :

K=

, 

 Vérification des contraintes :

̅̅̅

104
̅̅̅ ( ⁄  ⁄
)


 Coefficient de fissuration.
K
Ms As y I b b s s
4
N/m vérification
KN.m Cm² cm Cm 3 Mpa Mpa Mpa Mpa
m

travée 83.715 10.65 15.48 118112.06 0.07 10.83 15 25,22 201.63 CV

appui 52,703 6,47 12,77 82601,86 0,06 7,622 15 24,22 201.63 CV

Tableau .V.3.vérification des contraintes

V.1.2.Poutre secondaire :

M V
Combinaisons Section
KN.m KN
0,8G+E Travée 41,557
GQ Travée 26.622 71,72
GQ E Appui -62,423
G+Q Appui -27,179

Tableau .V.4.Moment des poutres secondaires

105
V.1.2.a. Calcul du ferraillage :

Mu b d Ascalcul Asmin imale As min RPA Asadopté


KN.m cm cm cm² cm² cm² cm²
0.087 6 2T14  3T12
travée 41,557 300 380 0.067 0,96 3,25 1,37
 6,47
0,13 6 2T14  3T12
appui 62,423 300 380 0.10 0.94 4.98 1,37
 6,47

Tableau .V.5.Calcul du Ferraillage des poutres secondaires

V.1.2.b.Vérification :
 Armatures longitudinale :

D’après les résultats obtenus, la section d’armature a introduire dans les poutres est comme suit ;
 
( ) 3T12=3.39
 Armature transversales :

( ⁄ ) ( ⁄ )

⁄ ⁄

On adopte (un cadre + un étrier) 4

106
 Diamètre minimale des armatures transversales :

( )

……………cv
 Espacement minimale des armatures transversales :


……………cv
 Vérification de la section d’armature transversale :

( )

( )

1.34 0.4………………….CV
 Vérification de la contrainte tangentielle :

̅̅̅

=71,72 KN

=0,664 Mpa

̅ = min ( ; 5 Mpa) =3.33 Mpa

˂ ̅ ……cv

………………cv

En flexion simple

107
 Condition de la flache:

1-  …………………..cv

2-  …………………..cv

3-  …………………..cv

 Verification a l’ELS.

L’axe neutre

 Le moment d’inertie dans la section homogène réduit.

Ms As y I K b b s s
vérification
KN.m Cm² cm Cm4 N/mm3 Mpa Mpa Mpa Mpa

travée 27,569 6,47 12,77 82601,86 0,033 4,26 15 13,321 201.63 CV

appui 26,622 6,47 12,77 82601,86 0,032 4,11 15 12,11 201.63 CV

Tableau .V.6.vérification des contraintes

108
 La disposition des armatures :
1) poutre principale ;

En travée

3T16

40 1 cadre T8
2T12

3T14

1 épingle T6

Fig V.1.ferraillage des poutres en travée

3T16

3T14 1 cadre T8
40

3T14
1 épingle
T6

En appui
Fig V.2.ferraillage des poutres sur appuis

109
2) poutre secondaire ;

3T12

40 2T14 1 cadre T8

3T12

1 épingle T6

En travée
Fig V.3.ferraillage des poutres en travée

3T12

40 2T14 1 cadre T8

3T12

1 épingle T6

En appui
Fig V.4.ferraillage des poutres sur appuis

110
V.2.Ferraillage des poteaux :
Les poteaux sont soumis a’ la flexion composée
V.2.A.La flexion composée :
 Définition :
Les poteaux sont des éléments verticaux, constituant les éléments porteurs du système
planché
-poutres par point d’appui isolé.
Leurs rôles :
 Supporter les charges verticales (effort de compression dans le poteau) .
 Participer a la stabilité transversale par le système poteaux-poutres pour reprendre
les efforts horizontaux :
 Effet du vent ;
 Effet de la dissymétrie des charges ;
 Effet de chargement de la température ;
 Effet des efforts sismiques.
 Limiter l’encombrement (surface réduites des sections de poteau).
Une section est soumis a la flexion composée lorsqu’elle subir :
 Un effort normal «N» appliquée a centre de graviter ,et un moment de
flexion par rapport a .
 Soit un effort normal «N» excentrée par rapport au centre de gravité
d’une quantité (e), le moment produit =e.N
Selon le cas, la section sera entièrement comprimée, partiellement
comprimée (ou tendue) ou entièrement tendue.

N N


Fig.V.5 Les différentes sollicitations sur le poteau

111
Pour le ferraillage des poteaux ; il faut satisfaire certaines conditions imposées par le
RPA99/ version 2003 :

 Section d’acier minimale : A min=0,8 b.h (zone )


 Section d’acier maximale : A max=4 b.h en zone courante
A max=6 b.h en zone de recouvrement
 Longueur minimale de recouvrement en zone est 40 .
 Espacement maximal entre les armatures transversales
 Dans la zone nodale
 Dans la zone courant
 Le diamètre minimal des barres est 12 mm
 La distance entre les barres verticales dans une face du poteau ne doit pas dépasser
25cm en zone IIa
 Les poteaux sont calcules en flexion composée, sollicites par un effort normal de
compression (N) et un moment fléchissant (M) tires a partir des fichiers résultats du
logiciel ETABS.V.9,7 sous la combinaison G+Q a pour objet de leur fournir une
meilleur résistance à l’effet des moments de renversement dus aux mouvements sismiques
majeurs.

V.2.B. Les sollicitations ont considérées :


V.2.B.a. sollicitations a l’état limite ultime (E.L.U) :
 Flexion avec traction :
On considère ces sollicitations «N» et «M» effectivement obtenues a partir des
combinaisons d’actions relatives au cas étudiée.
 Flexion avec compression :
Les pièces étant comprimées, il apparait un risque se flambement, ce qui impose de
majorer l’excentricité réelle de l’effort normales appliquées.
V.2.B.b) sollicitations a l’état limite service (ELS) :
Dans tout les cas, les sollicitations de calcul sont égales à la sollicitation effectivement
obtenue a partir de la combinaison d’action correspondante à l’état limite de service.

112
V.2.B.c) organigramme de calcul :

Poteaux

Vérification Ferraillage

BAEL 91 BAEL 91 BAEL 91

G+Q 1 .35G+1.5Q G+Q E

Fig.V.6.Organigramme de calcul

Remarque :

Pour les poteaux dans les ossatures auto stables, la combinaison G+Q E est remplacée par la

combinaison suivant : G+Q 1.2E, a pour objet de leur fournir une meilleure résistance aux effets

des moments de renversement dus aux mouvements sismiques majeurs.

V.2.C. Model de calcul :(BAEL.91.A.4.3.5) :

Un poteau est soumis à la flexion composée, il sera justifié vis-à-vis de l’état de stabilité de forme

conformément a l’article A.4.4 du BAEL91.


JKLKKKK
Afin d’éviter de flambement d’un poteau, il faut que l’élancement soit inférieur a 35
KKII
LF=0.7


……………………cv

Les sollicitations soumises a un effort normal de compression doivent être justifiées vis-à-vis de

l’état limite de stabilité, de forme en remplacent l’excentricité réelle.

Excentricité additionnable traduisant les imperfections géométrique initiales

Excentricité (dite du premier ordre), de la résultante des contraintes normales, avant

application des excentricités additionnelles.

113
Excentricité due aux efforts du second ordre, liés à la déformation de la structure.

V.2.D. ferraillage :
V.2.D.a) calcule le centre de pression :

Le centre de pression =

Si : la section est partiellement comprimée……….1

Si : la section est entièrement comprimée…………2

a. Sera calculée en flexion simple sous l’effort d’un moment fictif ( puis a la flexion
composée
b. Sera calculée en compression simple.

( )

Lf=0.7 . =0.7
On adopte =0.5
Le rapport de déformation finale du aux fluage, le déformation instantanée sous la
charge considérée
: En générale égal 2

( )

* +

=2cm

114
GQ1.2EX ELU 0.8GE ELS
1299.04 1020.45 985.2 746.17
7.091 0.578 2.947 0.429
0.5458 0.0566 0.299 0.0567
3.6 3.116 3.06 3.116
S.E.C S.E.C S.E.C S.E.C

-12.245 14.066 7.878 10.158


0.942 1.378 0.799 1.361
3.069 4.438 3.859 4.421
S.E.C S.E.C S.E.C S.E.C

764.06 600.20 579.47 438.88


B 30 30 30 30
H 25.46 20.00 19.31 14.62
40 40 40 40
1200 1200 1200 1200
5.6 5.6 5.6 5.6
5.6RPA 9.6 9.6 9.6 9.6
6.233 6.233 6.233 6.233
8 8 8 8
12.32 12.32 12.32 12.32
Tableau .V.7. Calcul de ferraillage

K=1

= 348 Mpa

115

1.09

selon B.A.E.L

116
:
GQ1.2E ELU 0.8GE ELS
39.858 32.099 30.253 23.474

14.38 900.7 85.35 656.71

277.1 3.563 35.445 3.574

280.16 6.623 38.505 6.634

S.P.C S.E.C S.E.C S.E.C

Y 18 / / /

42.446 / / /

0.069 / / /

0.089 / / /

30 / / /

3.32 / / /

2.906 / / /

9.6 9.6 9.6 9.6

8T14=12.326 8T14=12.326 8T14=12.326 8T14=12.326

Tableau .V.8. Calcul de ferraillage

=39.858+14.38*

117
:
GQ1.2E ELU 0.8GE ELS
44.613 47.796 31.803 34.819

134.09 176.94 97.59 129.7

33.270 27.01 32.588 26.845

36.330 30.07 35.648 29.905

S.E.C S.E.C S.E.C S.E.C

9.6 9.6 9.6 9.6

8T14=12.326 8T14=12.32 8T14=12.326 8T14=12.326

Tableau .V.9. Calcul de ferraillage


V.2.E. Vérification du ferraillage des poteaux :

Section minimal selon l' RPA

Section maximal :

En forme courante :

En zone recouvrement :

On a:

Donc : (RPA)= 9.6cm …………………CV

(RPA= 72cm ………………..…CV

118
Section d’armature (section minimale) selon BAEL est :

La section maximale selon BAEL est :

Donc : (BAEL)= 5.6cm …………………CV

(BAEL)= 60cm …………………CV

V.2.F. Vérification l′ELU :

V.2.F.a. Vérification de l’effort tranchant :

Fissuration non préjudiciable :

τ̅ ( )
γ

On a la valeur de l’effort tranchant dans le poteau la plus sollicité est :

τ τ̅ ………………………………………CV

V.2.F.b.Vérification selon RPA 99 :

̅̅̅

0.75 Si

0.05 Si

: L’élancement géométrique du poteau

:( )

119
:

̅̅̅

̅̅̅

V.2.J. Calcul de l’armature transversale :

D’après RPA 99 les armatures transversale sont calculée a laide de la formule :

avec :

On adopts

Espacement entre les cadres : d’apres l’ RPA 99 :

Dans la zone nodale en zone IIa

Dans la zone courante : en zone IIa

On adopte : ; dans la zone nodale

́ ; dans la zone courante

Estimation de la longueur de la zone nodale :

La zone nodale est constituée par le nœud poutre –poteau proprement dit et les extrémités des

barres qui y concourent les longueurs à prendre en compte pour chaque barre sont données par la

formule :

Max ( ́

120
V.2.H. Vérification des contraintes a ELS :
Contrainte de compression du béton :
Soit poteau la plus sollicité sous la combinaison (G+Q)

Selon BAEL on a :

C : la distance du centre de pression a la fibre la plus comprimé

De la section :

( )

Donc :

La distance de l’axe neutre au centre de pression

La solution de l’équation

( ́) ́
Avec

( ́)

On a:

121
Apres l’application numérique on obtient :

p = -1762.398cm²

q = 13.948 cm²

D’au l’équation :

. /

√ √

On obtient alors :

〖 )

〖 )

Alors on prend :

Le moment d’inertie de la section homogène réduite est :

* ́( ́) +

I = 199938.40cm²

Le coefficient angulaire des contraintes est :

K=

122
Donc ………………………..CV
La disposition des armatures:

2cadres 8T14
T8 h=40cm
4

b=30 cm
Fig.V.7. Ferraillage de poteaux

V.3. Les voile:


Les voiles vont être calculés en flexion composée en considérant le moment agissant dans la
direction de la plus grande inertie. La section d’armatures longitudinales sera calculée pour la
bande tendue, puis généralisée sur toute la longueur du voile.

V.3.a. Méthode de calcul.


On définit un voile par sa section "S", son moment d'inertie "I" par rapport à son centre de
gravité " G ", il est soumis à un effort normal ultime " N " et un moment " M ".

Pour le calcul, on utilise la méthode des contraintes données par " THONIER ", ces
contraintes sont " σ1 " et " σ2 " calculées à partir des sollicitations (M , N).

N M N M
σS
1
I
y σ 2
  y
S I

S: section transversale du voile: S = e .L

e.h 3
I: moment d'inertie: I 
12

L: la largeur du voile.

a: épaisseur du voile.

y: distance entre le centre de gravité et la fibre la plus éloignée.

Sous l'action des efforts sollicitant le voile résultant trois cas de contraintes possibles:

123
a. Si σ1 et σ2 sont de signes contraintes alors la section est partiellement
comprimée.

2
-
+
1

Lt
L

A F t

σ
v
s

σ .L .e
Ft
2

2
t
(Force de traction)

 σ 2
L .L (La longueur tendue)
t
σ σ
1 2

b. Si σ1 et σ2 sont négatives, alors la section est entièrement tendue, la zone courante n'existe
pas, on déterminera les armatures verticales par la
formule.

- 1

σ.e². γ
2

F 11500
Av  f
s

f
t

e e

 σ1  σ2 
F  
t
2
.L.e


c. Si σ1 et σ2 sont positives, alors la section est entièrement comprimée, la zone courante pour
le pourcentage minimum donné par le règlement.

A min
 0.15%.e.L

2
1

124
Nous allons détailler le calcul de l’élément voile et le calcul se fais pour une bande de 1 m.

0.15
1m

Avec une épaisseur de 15 cm .

voile 1 2
Epaisseur (m) 0.15 0.15
L (m) 4.8 4.8
Y (m) 2.4 2.4
S( 0.72 0.72

I(m) 1.38 1.38


4036.161 4016.256

904.66 830.41

⁄ 8257.88 8138.14

⁄ -5866.06 -5831.445

Nature de la section s.p.c s-p-e


1.99 2.00

875.50 874.71

125
25.15 25.13

14.92 15

18T14=27.71 18T14=27.71
-1316.17 1215.75

303.922 305.195

2356.57 2219.31

1299.45 1157.76

Nature de la section S.E.C S.E.C


10.8 10.8

18T14=27.71 18T14=27.71
Tableau .V.10. Vérification de ferraillage

V.3. b. Espacement des armatures vertical :


A chaque extrémité du voile l’espacement des barres doit être réduit de mortier sur ⁄

de la longueur de voile

⁄ Pour et .

C’est espacement d’extrémité doit être au plus au égale a 15 cm on adopte 15 cm

{ } donc

on adopte 30 cm

V.3.c. Armatures horizontale :

La section d’armature horizontale nécessaire pour équilibrer l’effort tranchant et donnée par le
règlement BAEL 91 :

126

[ ⁄ ]

Avec α
τ
Avec et k=0 (reprise betonnage)
Donc τ
τ


[ ⁄γ α α ]

τ

. ⁄γ /

τ ⁄

V.3. d. Vérification de cisaillement :


Il faut vérifier τ τ̅

̅
Avec τ ̅

Épaisseur de voile

d : la hauteur utile =0,9h

h : hauteur totale de la section brute

127
Voile
V cal(kn) 710.22 762.06
τ 2.37 2.549
τ̅ 5 5
τ τ̅ c.v c.v

Tableau .V.11. Vérification de cisaillement

Donc les armatures horizontales ne sont pas nécessaires :


On prend le minimum recommandé par le RPA

Donc :

On adopté
avec un espacement 25 cm.

V.3. e. Disposition Des Armatures Vertical Dans Les Voile :

Cadre T8 15 1T10 30 18T14


18T1
442

L/10 L/10

30 480

Fig.V.8.ferraillage de voile sans ouverture


128

V.3.1.Calcul des voiles avec ouverture :V3 ,V4


V.3.1.a. Ferraillage de trumeaux :
trumeau T3 T4 T5 T6
Epaisseur (m) 0.15 0.15 0.15 0.15
L (m) 3.55 3.55 0.65 0.65
S( 0.532 0.532 0.097 0.097

Y (m) 1.775 1.775 0.325 0.325


I(m) 0.56 0.56 0.0034 0.0034
1756.928 1756.022 100.382 117.409

913.81 906.26 48.96 171.2

⁄ 7286.52 7269.45 10100.08 12987.97

⁄ -3851.14 -3862.46 -9090.6 -9457.97

Nature de la section s.p.c s.p.c s.p.c s.p.c


1.23 1.23 0.31 0.27

355.26 356.31 211.35 191.52

10.20 10.23 6.073 5.50

9.225 9.225 2.325 2.025

10T12=10.31 10T12=10.31 6T12=6.79 6T12=6.79


Tableau .V.12. Ferraillage de trumeaux

V.3.1.b. Espacement des armatures vertical :


A chaque extrémité du voile l’espacement des barres doit être réduit de mortier sur ⁄ de la
longueur de voile

⁄ Pour et .
129

C’est espacement d’extrémité doit être au plus au égale a 15 cm on adopte 15 cm


{ } Donc
on adopte 30 cm
V.3.1.c. Armatures horizontale :
La section d’armature horizontale nécessaire pour équilibrer l’effort tranchant et donnéepar le
règlement BAEL 91 :
τ τ

[ ⁄γ α α ]

Avec α

τ
Avec et k=0 (reprise bétonnage)
Donc τ
τ


[ ⁄γ α α ]

τ

. ⁄γ /

τ ⁄

130
V.3.1.d. Vérification de cisaillement :
Il faut vérifier τ τ̅
̅
Avec τ ̅

Épaisseur de voile

d : la hauteur utile =0,9h


h : hauteur totale de la section brute

voile
τ 2.70 2.32 0.447 0.558
τ̅ 5 5 5 5
τ τ̅ c.v c.v c.v c.v
Tableau .V.13. Effort tranchant
τ
τ
, τ

On adopté
, τ

On adopte
Avec un espacement 25 cm.

131
V.3.1.e. Disposition des armatures :
et
15 1T10 30 10T12

L/10 L/10

3.55 m

et

6T12 15 1T10

L/10
0.65 m

Fig.V.9. Ferraillage de trumeaux

V.3.1.f. Ferraillage des linteaux :


Les linteaux sont des éléments reliant les trumeaux d’un même voile, ils sont assimilés à des
poutres encastrées à leux extrémité et sont calculés en flexion simple.

V.3.1.j. Méthode de calcul :

 Contrainte de cisaillement :
̅̅̅

132
b0 : Epaisseur du linteau ou du voile

d : Hauteur utile (d=0.9h)

h : Hauteur totale de la section brute

 Premier cas :

Les linteaux sont calculés en flexion simple. (avec les efforts M, V) il devra disposer :

 Des aciers longitudinaux de flexion AL


 Des aciers transversaux AT
 Des aciers en partie courants (de peau) AC
 Aciers longitudinaux

Les aciers longitudinaux supérieurs et inferieurs sont calculés par la formule :

Avec : z=h-2d’

h : hauteur totale du linteau


d’ : distance d’enrobage
M : moment du à l’effort tranchant (V=1.4Vu)

 Aciers transversaux

Premier sons cas : linteaux longs

Avec

St : espacement des cours d’armatures transversales


At : section des cours d’armatures transversales
 Deuxième sous cas : linteaux courts

Avec : et V=min (V1 ; V2)

Ou : V1=2.Vu cal ;

133
Mcj

IIJ Mcj
M ei  M cj
V1 = Effort tranchant Moment fléchissant
lij

Mci et Mcj : moments résistants ultimes des sections d’about à gauche et à droite du linteau de
portée lij sont calculés par : Mc=At.fe.z
Dans ce cas, il y a lieu de disposer les ferraillages longitudinaux (supérieurs et inférieurs),
transversaux et en zone courante (armatures de peau) suivant les minimum réglementaires.
Les efforts (M ; N) sont repris suivant des bielles diagonales (de traction et de compression)
suivant l’axe moyen des armatures diagonales A D à disposer obligatoirement.
Le calcul de ces armatures se fait suivant la formule :
V
AD 
2f e sin 

h  2d
tg   ;
V V calcul (Sans majoration)
l
 Ferraillage minimal:
a) Armatures longitudinal : A l ,A 'l  0.15 %  b  h
b) Armatures transversals :

At  0.15 %  b  S t Si  b  0.025  f c 28
At  0.25 %  b  S t Si  b  0.025  f c 28

134
c)Armatures de peau : A c  0.20 %  b  h

c) Armatures de diagonals :

A D  0.15 %  b  h Si  b  0.06  f c 28
AD  0 Si  b  0.06 f c 28

Dans notre cas on a un seul type de linteau


 Caractéristique de notre linteau :

On a 1 section des linteaux


Une section (15 60) cm avec L=1.1m
d=0.9 h=0.54 m : la hauteur utile du linteau
h=0.6 m : la hauteur du linteau
b= 0.20 m la langueur du linteau
a) Acier longitudinaux :

T(KN) 1.4(KN) (Mpa) 0.06 Mpa 0.025

171.13 239.582 2.95 1.6 0.625

̅̅̅

Armature longitudinale :
RPA 2003

( )

135
Armature transversale :

Armature en section courante (armature de peau)

Donc ses armatures sont nécessaires.

V calcul
AD 
2  f e  sin 

136
2T12
4T16

2T10

60
1T8

15

Fig.V.10 ferraillage de linteaux

137
VI.1. Etude des fondations :
VI.1.1.Définition :
Les fondations d’une construction sont constituées par les parties de l’ouvrages qui sont en
contact avec le sol auquel elles transmettent les charges de la super structure, elles constituent,
donc la partie essentielle de l’ouvrages, puisque de leurs bonne conception et réalisation découle la
bonne tenue de l’ensemble.
Les éléments de fondation transmettent les charges au sol, soit directement « cas des
semelles reposant sur le sol ou cas des radiers », soit par l’intermédiaire d’autre organes «cas des
semelles sur pieux par exemple ».
Qui conduit adire que :
La fonction d'une fondation est de transmettre au sol les charges qui résultent des actions
appliquées sur la structure qu'elle supporte.
VI.1.2.Type des fondations :
Il existe plusieurs types de fondations, On distingue :
Les fondations superficielles.
Les fondations semi-profondes.
Les fondations profondes.
VI.1.3.Chois des fondations :
La descente de charges, permet de connaître les actions de la structure sur les fondations ;
et la mécanique des sols permet de connaître les caractéristiques du sol et, par conséquent, l’action
du sol sur les fondations
Donc les critères influents sur le choix d’une fondation sont :
- La qualité du sol.
- Les charges amenées par la construction.
- Le coût d’exécution.
VI.1.4.Reconnaissance du sol
La reconnaissance du sol peut être effectuée à l’aide de 2 types d’essai :
Essai en laboratoire : prélèvements d’échantillons de sols analysés ensuite en
Laboratoire.
Essai sur le terrain “in situ” : pénétromètre –pressiomètre.
Ces différents essais de reconnaissance des sols permettent de :
- Déterminer la couche d’assise : sa position (profondeur « D »), sa contrainte

138
Admissible , son comportement (tassement).
- De déterminer la position de la nappe phréatique (nappe d’eau).
Pour notre cas la contrainte de sol est : = 0.2

VI.1.5.Dimensionnement de la semelle :

La surface totale nécessaire pour le radier peut être estimée par la formule suivante :
S néce ≥ N.σ sol
Sachant que N : c’est l’effort normal appliqué à la base de la structure:
S néce ≥ 9012,52/200=45,062m²
L e rapport entre la surface du bâtiment et surface du radier vaut :
S néce / Stot=45,062/208,864=0.215=21,5%<50%

Conclusion :
Puisque la surface des semelles ne dépasse par 50% de la surface totale du bâtiment, donc
le choix de semelle filante est plus convenable.

VI.1.6.Calcul des semelles filantes :

VI.1.6.1.Hypothèse de calcul :
Une semelle est infiniment rigide engendre une répartition linéaire de contrainte sur
le sol.
Les réactions du sol sont distribuées suivants une droite ou une surface plane telle que
leur centre de gravité coïncide avec le point d’application de la résultante des charges
agissantes sur la semelle.
VI.1.6.2.Calcul des semelles filantes sous voiles et poteaux:
VI.1.6.2.1.Dimensionnement des semelles (E.L.S):
a. Sens (X-X) :
a.1.Calcul de la largeur de la semelle et la hauteur utile :
Le tableau suivant détermine à l'aide du logiciel (ETABS) les sollicitations sur la
semelle dans le sens longitudinale(x-x) :

139
a.1.1. Les sollicitation :

3 6 9 12 15 18

Poteau et Combinaison N (KN) (m) (KN.m) .


voile
3 ELS 297 ,51 0 0,572 0
6 ELS 480,45 3,3 3,386 1585,485
203 ELS 327,69 4,24 1,021 1386,1287
204 ELS 324,39 5,16 -0,095 1673,852
205 ELS 324,37 6,1 -0,948 1978,657
187 ELS 178,36 7,03 -1,504 1253,870
186 ELS 0 7,96 0 0
9 ELS 518,55 8,9 -0,303 4615,095
12 ELS 527,03 12,2 1,757 6429,766
184 ELS 178,45 13,13 -0,366 2343,048
185 ELS 181,35 14,066 1,4 2550,869
200 ELS 332,15 15 0,413 4982,25
201 ELS 327,6 15,93 -0,251 5218,668
202 ELS 325,69 16,86 -1,105 5491,133
15 ELS 473,88 17,8 -3,403 8435,064
18 ELS 280 21,1 -0,59 5908
∑ 5077,47 ∑ 53851,885

Tableau .IV.1. sollicitation de calcule sens x- x

a.1.2. Calcul la largeur de la semelle

= ∑ =5077, 47 KN

Capacité portante du sol

B: largueur de la semelle

L: longueur de la semelle

B≥

Donc : B = 1,20m

On adopte la longueur de la semelle B=2,00 m

140
a.1.3.Détermination de la hauteur utile

d = =0,4m

On prend d = 40 cm h = 40+5= 45 cm

Donc la hauteur de la semelle égale à 45 cm

a.2.Position de la force résultante

X=∑ = =10,60m

X=10,60m

a.3.Calcul de l’excentricité

e= = -10,60 = - 0,05m

= -0,016+5077,47 0,05m

e donc diagramme des contrainte trapézoïdale

a.4.Calcule des contraintes

= = + = 122,059 kn/m²

= = - =119,182 kn/m²

a.5.Vérification des contraintes

On doit vérifier que

…………………….C.V

141
b. Sons (y-y) :
b.1.Calcul le largueur de la semelle et la hauteur :
b.1.1.L es sollicitation :

2 5,20 3 4,16 4

Point combinaison N(KN) (m) (KN.m)


2 ELS 179,17 0 2,15 0
192 ELS 130,01 0,86 0,409 111,808
193 ELS 144,02 1,73 0,247 249,154
63 ELS 158,84 2,60 0,142 412,984
194 ELS 172,23 3,46 0,108 595,915
195 ELS 185,84 4,33 0,122 804,687
3 ELS 297,51 5,20 0,572 1547,052
4 ELS 347,04 9,36 1,392 3248,294
∑ 1614,66 9,36 5,142 6969,894
Tableau .IV.2.sollicitation de calcule sens y-y

b.1.2.Calcul le largueur de la semelle

= ∑ =1614,66 KN

Capacité portante du sol


B: largueur de la semelle
L: longueur de la semelle
B≥

Donc : B = 0,86m

On adopte la longueur de la semelle B=2,00 m


b.1.3.Détermination de la hauteur utile

d = =0,4m
On prend d = 40 cm h = 40+5= 45 cm
Donc la hauteur de la semelle égale à 45 cm

142
b.2.Position de la force résultante :

X=∑ = =4,316m

X=4,316m

b.3.Calcul de l’excentricité :

e= = -4,316 = 0,364m

= 5,142+1614,66 0,364m

e donc diagramme des contrainte trapézoïdale

b.4.Calcule des contraintes

= = + = 106, 55 kn/m²

= = - =65, 95 kn/m²

b.5.Vérification des contraintes

On doit vérifier que

…………………….C.V

VI.1.6.2.2.Calcul du Ferraillage à l’ELU

Nous cohésions l’ELU par ce qu’il nous donne la sollicitation Maxe

VI.1.6.2.2.1.Sollicitation et contrainte

sens R(KN) ∑ q (KN)

x-x 9649,25 -0,026 347,43 167,01 162,32 164,66 334,02 324,64 329,33
y-y 2196,66 6,987 806,37 162,55 150,28 156,41 325,10 300,56 312,33
Tableau .IV.3.sollicitation et contrainte

143
q=

VI.1.6.2.2.2.Diagramme des moments


1 : sens

71,40 401,84 317,85 317,85 401,84 71,40

144,54 393,39 393,39 144,54

2 : sens y-y

378,35
237,25
115,53

222.08
351,41

VI.1.6.3.Ferraillage

1 : sens x-x

M B D
(KN.m) (mm) (mm) (cm²) (cm²)
appui 401,84 400 1000 0,070 0,091 0,96 11,98 6T16=12,06
travée 393,39 400 1000 0,069 0,090 0,96 11,77 6T16=12,06
Tableau .IV.4.calcule de ferraillage sens x-x

2 : sens y-y

M B D
(KN.m) (mm) (mm) (cm²) (cm²)
appui 378,35 300 1000 0,088 0,11 0,95 11,40 6T16=12,06
travée 351,41 300 1000 0,082 0,10 0,95 10,54 6T16=12,06
Tableau .IV.5.calcule de ferraillage sens y-y

144
a. sens x-x
a.1. Calcul des armatures transversales :
D’après BAEL (combinaison G+Q+E) :

e0

= = =0,00704m

= 7,047mm< = =83,33mm …………………… C

( )

(kn) (m) B(m) b (m) d (m) Mpa


329,33 0,00704 2,00 0,40 0,40 400 4,16 5T12=5,65

a.2.Les armatures de répartition

= =2,825cm²

On adopte 6T12

a.3.Espacement

=32cm

On adopte =30cm

b. Sens y-y

b.1.Calcul des armatures transversales :

= = =0,00401m

= 4,01mm< = =83,33mm …………………… C

( )

(kn) (m) B(m) b (m) d (m) Mpa


234,62 0,00401 2,00 0,30 0,40 400 3,13 4T12=4.52

145
b.2.Les armatures de répartition
= =2,26cm²

On adopte 6T12
b.3.Espacement
=32cm

On adopte =30cm
c. Les Armatures de peau :
Vu la hauteur important de la fondation, on prévoie des armatures de répartition à
mi hauteur.
On prend : 4T12=4,52cm²
VI.1.7.Vérification a l’ELU
VI.1.7.1.Condition de non fragilité :

= 0, 23.b.d.

b (m) d (m) verification


(Mpa) (Mpa) (cm²) (cm²)
Sens travée 0,40 1 2,1 400 4,83 12,06 C.V
x-x appui 0,40 1 2,1 400 4,83 12,06 C.V
Sens travée 0,30 1 2,1 400 3,622 12,06 C.V
y-y appui 0,30 1 2,1 400 3,622 12,06 C.V

VI.1.7.2.Vérification de la contrainte tangentielle: BAEL91 /Art (A.5.1)


Il faut vérifiée que :
= ̅̅̅= min ( )

̅̅̅=3,33Mpa

(KN) b (m) d (m) (Mpa) ̅̅̅ (Mpa) vérification


Sens x-x 950,12 0,40 1 2,275 3,33 C.V
Sens y-y 831,56 0,30 1 2,771 3,33 C.V

146
VI.1.8.Présentation de ferraillage
VI.1.8.1.Vue Sens x-x
6T16
4T12
55
100 3T12

45 1T12

6T16

80 40 80

200

VI.1.8.2.Vue Sens y-y


6T16
4T12
55
3T12
100

1T12
45

6T16

85 30 85
200

Fig .IV.1.ferraillage des semelles filante

147
VI.2.Les longrines:
VI.2.1.Définition :

Les longrines sont des poutres relient les poteaux au niveau de l'infrastructure, leur calcul se fait

comme étant une pièce soumise à un moment provenant de la base du poteau et un effort de

traction <F>

VI.2.2.Dimensionnement de la longrine:

Selon l'RPA 99 (art.10-1-1), les dimensions minimales de la section transversale des longrines

Selon l'RPA 99 (art.10-1-1),

 (25x30) cm²………………..sites de catégorie S2, S3

 (30x30) cm²………………..site de catégorie S4

Pour notre cas (site ferme S3) on prend une section de (25x30) cm²

VI.2.3.Ferraillage de longrine :

La section d’armature est donnée par les armatures minimales :

A=0,6%  b  h

A=0,006x30x25=5.4cm² 3HA12

Le choix : 6HA12 (A=6,79cm²)

Armatures transversales :

On prend : 4  6 (A=1,13cm²)
30
Avec espacement de : cm

e = min (20cm, 15  )=18cm

e =18cm
25

Fig.IV. 2. Ferraillage de longrine

148
VII-CONCLUSION :

Ce projet de fin d’étude, nous a beaucoup aidé à mettre en pratique toutes nos connaissances
acquises durant notre cycle de formation d’ingénieur, d’approfondir nos connaissances en basant
sur les documents techniques et même d’application des règlements et de certaines méthodes, de
mettre en évidence quelques principes de base qui doivent être pris en considération dans la
conception des structures mixte
Notons qu’à la fin de ce projet qui constitue pour nous une première expérience, que l’utilisation
de l’outil informatique pour l’analyse et le calcul des structures est très bénéfique en temps et en
effort a condition de maîtriser les notions de bases des sciences de l’ingénieur, ainsi que les
logiciels « ETABS et autoCAD » lui mêmes.

149
BIBLIOGRAPHIE

Règlements :
RPA 99: règle parasismique algériennes version 2003

BAEL91 : béton armé aux états limite

CBA93 : calcul des ouvrages en béton armé

Livre :

Cours en béton armé BAEL91 (Mr : Jean pierre mougin)

Calcul des ouvrages en béton armé (RPA2003, CBA93)

Cours :

Cour s en béton armé ( , et master 1)

Thèse de fin d’étude d’anciens étudiants

Les logiciels :

ETAPS 9.7

MICROSOFT OFFICE EXCEL 2007

MICROSOFT OFFICE WORD 2007

Vous aimerez peut-être aussi