Vous êtes sur la page 1sur 2

R SUMÉ Le présent travail porte sur une description du kwa', langue Bantu-Grassfield du Cameroun.

Cette étude voudrait être une contribution à la préservation du patrimoine linguisticoculturel qu’est
le kwa', à la standardisation de son écriture et à l’élaboration future du matériel didactique pour son
enseignement, bref c’est une contribution à sa promotion, comme la politique linguistique du
Cameroun le préconise. Il est question pour nous ici de voir dans quelles mesures nous pouvons
continuer le processus de standardisation de cette langue qui est en grand danger de disparition
selon Bitjaa Kody (2004), et suivant les critères de l’UNESCO (2003). Pour ce faire, nous nous
proposons de décrire la structure morphologique de la langue kwa', dans le but d’élaborer les
principes d’une orthographe standard de celle-ci basée sur les règles qui découlent principalement
de la description de la structure phonologique et morphologique de ladite langue, ainsi que sur
d’autres considérations sociolinguistiques et pratiques. Pour réaliser la description du kwa', nous
avons procédé à une collecte de données constituées de plus de 600 mots et expressions adaptés du
questionnaire de Bouquiaux (1976), transcrits en API. Nous avons eu recourt à l’approche structurale
de F. de Saussure à travers ses branches fonctionnaliste de Martinet (1980) et distributionnelle de
Bloomfield (1933) pour analyser nos données. Après avoir revisité l’esquisse phonologique réalisée
par Tientcheu Tchameni en 2008, nous avons découvert que la langue possède 43 phonèmes (27
consonnes au lieu de 29, 16 voyelles au lieu de 17) et 5 tonèmes, lesquels constituent la base du
choix des graphèmes de l’alphabet. Nous nous sommes également appuyé sur certains travaux
antérieurs pour mettre en exergue la structure syllabique des mots, identifier les classes nominales
(06) et les morphèmes d’accord des nominaux dépendants, décrire sommairement le système verbal
en ce qui concerne les temps, les aspects et les modes des verbes (05). Concernant la question de la
standardisation du kwa', nous nous sommes servi du processus décrit par Wiesemann et al. (1983) et
Sadembouo (2001) pour présenter la situation dialectale de ladite langue, sa standardisabilité, sa
vitalité ainsi que son unicité basée sur l’intercompréhension entre les variétés linguistiques de l’aire
géographique considéré par opposition au bilinguisme entre le kwa' et les langues voisines. Ici, le
recours au logiciel Cog a permis de comparer les variétés linguistiques et d’établir le degré de
similarité lexicale entre le kwa' et les parlers voisins et lointains ( nda'nda' 41.5% , m d mbα 40%) qui
donne des scores qui font des parlers considérés des langues distinctes nettement. Pour clore cette
analyse, nous avons élaboré et proposé un certain nombre de principes orthographiques basés sur
les conclusions de l’analyse descriptive et sociolinguistique réalisée en amont, tout en suivant Kay
Williamson (1984) sur les qualités d’une bonne orthographe basée sur la fidélité, la cohérence, la
praticabilité/la commodité, l’harmonisation et la familiarité d’une part, et d’autre part en suivant les
principes de l’AGLC dans Tadadjeu et Sadembouo (1984) pour la graphisation des sons, des tons et
des mots. Ces principes orthographiques développés et proposés incluent aussi l’écriture des préfixes
nominaux / préfixes de classe et leurs thèmes comme un seul mot, les déterminants des nominaux
(possessif, démonstratif, etc…) comme des mots séparés. Aussi, les mots composés comme un seul
mot (nda = maison + ŋgwɔ ' = termites -----> ndaŋgwɔ ' = termitière), des mots redupliqués comme
un seul mot (nɛnɛp = entre-eux), l’adoption et l’intégration morpho-phonologique des mots
d’emprunt, les marqueurs de temps, aspects et modes des verbes comme liés au radical verbal ;
c’est-à-dire en un seul mot, mais le marqueur de la négation (ka et ki) est séparé du verbe. Mais
toutes ces propositions faites ont besoin d’être adoptées et pratiquées par les locuteurs du kwa' afin
de s’assurer de la viabilité de l’écriture standard proposé et du système d’écriture adéquat et fiable
pour tous. ix ABSTRACT This work focuses on a description of Kwa', the Bantu-Grassfield language of
Cameroon. This study is intended to contribute to the preservation of the linguistic and cultural
heritage of Kwa', to the standardization of its writing and to the future development of educational
materials for its teaching. In short, it is a contribution to its promotion, as advocated by Cameroon's
language policy. Our objective here is to see to what extent we can continue the process of
standardization of this language, which is in great danger of extinction according to Bitjaa Kody
(2004), and according to the criteria of UNESCO (2003). In order to do so, we propose to describe the
morphological structure of the Kwa' language, with the aim of elaborating the principles of a
standard orthography of this language based on the rules that derive mainly from the description of
its phonological and morphological structure , as well as other sociolinguistic and practical
considerations. To carry out the description of Kwa', we collected data consisting of more than 600
words and expressions adapted from Bouquiaux's questionnaire (1976) and transcribed into IPA. We
used F. de Saussure's structural approach through Martinet's functionalist branch (1980) and
Bloomfield's distributional branch (1933) to analyze our data. After revisiting the phonological sketch
made by Tientcheu Tchameni in 2008, we discovered that the language has 43 phonemes (27
consonants instead of 29, 16 vowels instead of 17) and 5 tonemes, which form the basis for the
choice of graphemes of the alphabet. We have also relied on some previous work to highlight the
syllabic structure of words, identify the nominal classes (06) and the agreement morphemes of the
dependent nouns, and describe summarily the verbal system with regard to tenses, aspects and
moods of verbs (05). Concerning the question of standardization of Kwa', we used the process
described by Wiesemann et al. (1983) and Sadembouo (2001) to present the dialectal situation of
that language, its standardizability, vitality and uniqueness based on intercomprehension between
the linguistic varieties of the geographical area under consideration as opposed to bilingualism
between Kwa' and neighboring languages. Here, the use of the Cog software made it possible to
compare the linguistic varieties and to establish the degree of lexical similarity between Kwa' and
neighboring, distant languages (nda'nda' 41.5%, m d mbα 40%). It gives scores that make these
languages considered as distinct languages. To conclude this analysis, we developed and proposed a
number of orthography principles based on the conclusions of the descriptive and sociolinguistic
analysis carried out earlier, while following Kay Williamson (1984) on the qualities of good
orthography based on fidelity, coherence, practicability/convenience, harmonization and familiarity
on the one hand, and on the other hand following the principles of GACL in Tadadjeu and
Sadembouo (1984) for the graphization of sounds, tones and words. These orthography principles
developed and proposed also include the writing of the nominal / noun prefixes and their themes as
a single word, the determinants of the nominals (possessive, demonstrative, etc...) as separate
words. Also, compound words as a single word (nda = house + ŋgwɔ ' = termites -----> ndaŋgwɔ ' =
termite mound), reduplicated words as a single word (nɛnɛp = among themselves),
morphophonological adoption and integration of borrowed words, the tenses, aspects and moods
markers of verbs as related to the verbal root; i.e. in a single word, but the marker of negation (ka
and ki) is separated from the verb. However, all these proposals made need to be adopted and
practiced by the speakers of kwa' in order to ensure the viability of the proposed standard
orthography and the adequate and reliable writing system

Vous aimerez peut-être aussi