Vous êtes sur la page 1sur 50

GLOSSAIRE

Administration de la
base de données

SMI S6

Encadré par :
Pr. Sanaa EL FILALI

Réalisé par :
EL KHASSOUMI Chaimae
&
TEMARA Oumaima
Table des Termes
Français 8
Base de données : .................................................................................................................. 8
L'administration de base de données : .................................................................................. 8
système de gestion de base de données (SGBD) : .................................................................. 9
Processus utilisateur : ........................................................................................................... 9
zone global du système : ..................................................................................................... 10
Le grand pool: ..................................................................................................................... 10
Le cache de tampon............................................................................................................. 11
Pool de flux: ........................................................................................................................ 12
Le processus d'écriture de base de données (DBWn): .......................................................... 12
une session......................................................................................................................... 12
Écriture de journal: LGWR ................................................................................................. 13
Le moniteur de processus:................................................................................................... 13
Fichier de contrôle: ............................................................................................................. 14
Structure logique : .............................................................................................................. 14
tablespace: .......................................................................................................................... 15
Extensions: ......................................................................................................................... 15
le systeme tablespace: ......................................................................................................... 16
le Tablespace undo: ............................................................................................................. 16
multi-locataire: ................................................................................................................... 16
conteneur base de donnée ................................................................................................... 17
root: .................................................................................................................................... 17
gestionnaire de récupérationest .......................................................................................... 17
Fichier de paramètre: ......................................................................................................... 18
Spfile:.................................................................................................................................. 18
Paramètre statiques:........................................................................................................... 19
abandonner: ........................................................................................................................ 19

2
montée: ............................................................................................................................... 19
Arrêter une instance : ......................................................................................................... 19
Arrêt immédiat : ................................................................................................................. 20
Arrêt normal : ..................................................................................................................... 20
Sysoper : ............................................................................................................................. 20
Fichier alerte: ..................................................................................................................... 20
Tables: ................................................................................................................................ 20
Contraintes : ....................................................................................................................... 21
Vues: ................................................................................................................................... 21
Programmes stockés : ......................................................................................................... 21
Types de données définis par l'utilisateur : ......................................................................... 21
Types de schémas :.............................................................................................................. 21
Instance ou schéma : ........................................................................................................... 22
Clusters d'applications réels (RAC) : ................................................................................... 22
Oracle Enterprise Manager Database: ................................................................................ 23
SERVEUR ORACLE : ........................................................................................................ 23
Un processus : ..................................................................................................................... 23
Le processus serveur : ......................................................................................................... 24
Une instance ....................................................................................................................... 24
L'écouteur ........................................................................................................................... 24
Zone de mémoire LARGE POOL : ....................................................................................... 24
Une zone de mémoire Java ................................................................................................. 25
System Monitor................................................................................................................... 25
Recoverer ............................................................................................................................ 25
Les fichiers de données ....................................................................................................... 26
Les fichiers de journalisation .............................................................................................. 26
La structure physique ......................................................................................................... 26
Un segment......................................................................................................................... 26
L'espace de table ................................................................................................................. 27
Les fichiers des tablespaces ................................................................................................ 27
La base de données insérée PDB......................................................................................... 27
Une Pluggable Data base PDB$SEED ................................................................................ 28
La liste LRU ....................................................................................................................... 28
3
Un dictionnaire de données, ................................................................................................ 28
Pile...................................................................................................................................... 28
Les paramètres dynamiques ............................................................................................... 28
Démarrage d’une instance .................................................................................................. 29
Le démarrage d'une instance en mode NOMOUNT ............................................................ 29
Ouverture de la base de données (OPEN) : ......................................................................... 29
Shutdown abort .................................................................................................................. 29
SHUTDOWN TRANSACTIONAL....................................................................................... 29
L'administrateur du système de base de données ............................................................... 29
Les fichiers trace................................................................................................................. 30
Un schéma .......................................................................................................................... 30
Les déclencheurs ................................................................................................................. 30
Un index, ............................................................................................................................ 30
Un DBLink ......................................................................................................................... 31
Bases .................................................................................................................................. 31
Schéma: .............................................................................................................................. 31
Le SID................................................................................................................................. 31
ASM .................................................................................................................................... 32
Oracle SQL Developer......................................................................................................... 32
Enterprise Cloud Cloud Control.......................................................................................... 32

Anglais 33
A database management system (DBMS) ........................................................................... 33
Database administration .................................................................................................... 33
User process : ...................................................................................................................... 33
Background process : .......................................................................................................... 33
Database : ........................................................................................................................... 34
System Global Area SGA: ................................................................................................... 34
Shared pool: ........................................................................................................................ 34
The Oracle database buffer ................................................................................................. 34
The Streams Pool ................................................................................................................ 34
database writer DBWn : ..................................................................................................... 35
log writer (LGWR) :............................................................................................................. 35

4
system monitor (PMON): .................................................................................................... 35
The Archiving Process,........................................................................................................ 35
Control file: ......................................................................................................................... 35
logical structure: ................................................................................................................. 36
tablespace: .......................................................................................................................... 36
Extents: .............................................................................................................................. 36
Tablespace .......................................................................................................................... 36
Tablespace undo ................................................................................................................. 36
Multitenant ........................................................................................................................ 37
database container : ............................................................................................................ 37
ROOT Container : ............................................................................................................... 37
recovery manager :.............................................................................................................. 37
Parameter file ..................................................................................................................... 37
Spfile................................................................................................................................... 38
static parameters : .............................................................................................................. 38
Shutdown: ........................................................................................................................... 38
Mount : ............................................................................................................................... 38
Stop an instance: ................................................................................................................ 38
Shutdown immediate : ....................................................................................................... 39
Shutdown normal: .............................................................................................................. 39
Sysoper: .............................................................................................................................. 39
Alert file: ............................................................................................................................. 39
Tables: ................................................................................................................................ 39
Constraint: .......................................................................................................................... 40
View: ................................................................................................................................... 40
stored programs: ................................................................................................................. 40
Type of data defined by the user: ........................................................................................ 40
Types of schemas: ............................................................................................................... 40
Instance or schema : ........................................................................................................... 41
Tablespace/ or schema : ...................................................................................................... 41
Real Application Clusters (RAC) : ....................................................................................... 41
SERVEUR ORACLE : ........................................................................................................ 41

5
A process : ........................................................................................................................... 42
An instance ......................................................................................................................... 42
A Program Global Area (PGA) ............................................................................................ 42
The Oracle listener ............................................................................................................. 42
The large pool ..................................................................................................................... 42
Java pool memory ............................................................................................................... 42
The redo log buffer .............................................................................................................. 43
The checkpoint process ....................................................................................................... 43
SMON (System MONitor) ................................................................................................... 43
Database Files .................................................................................................................... 43
Redo Logs............................................................................................................................ 44
A segment ........................................................................................................................... 44
The SYSAUX tablespace ..................................................................................................... 44
A temporary tablespace ...................................................................................................... 44
A pluggable database (PDB) ............................................................................................... 45
the seed PDB ...................................................................................................................... 45
LRU .................................................................................................................................... 45
A data dictionary ................................................................................................................ 45
The ISSUE_MODIFIABLE ................................................................................................. 46
Inthe NOMOUNT stage, ..................................................................................................... 46
In the OPEN stage, ............................................................................................................. 46
The shutdown ..................................................................................................................... 46
SHUTDOWN TRANSACTIONAL....................................................................................... 47
SYSDBA and SYSOPER ..................................................................................................... 47
Trace File ............................................................................................................................ 47
Database schema ................................................................................................................ 47
A trigger ............................................................................................................................. 47
Indexes ............................................................................................................................... 48
A database link ................................................................................................................... 48
The Oracle System ID (SID) ............................................................................................... 49
Automatic Storage Management (ASM).............................................................................. 49
Oracle Enterprise Manager is Oracle.................................................................................. 49

6
7
Français

Base de données :
Une base de données est un ensemble structuré et organisé de données qui représente un
système d'informations sélectionnées de telle sorte qu'elles puissent être consultées par des
utilisateurs ou par des programmes

L'administration de base de données :


est responsable du bon fonctionnement de serveurs de bases de données, essentiellement
relationnelles (OLTP) ou décisionnelles (OLAP), tant au niveau de la conception des bases,
des tests de validation, de la coordination des intervenants, de l'exploitation, de la protection et
du contrôle d'utilisation.

8
système de gestion de base de données (SGBD) :
Un SGBD est un logiciel qui prend en charge la structuration, le stockage, la mise à jour et la
maintenance d'une base de données. Il est l'unique interface entre les informaticiens et les
données (définition des schémas, programmation des applications), ainsi qu'entre les
utilisateurs et les données .

Processus utilisateur :
processus lancée par l’utilisateur (commande utilisateur) Dès sa création ,par l'intermédiaire
d'un périphérique ou bien par un autre processus : les « applications » utilisateur sont des
ensembles de processus.

9
zone global du système :
Dans Oracle Database, le System Global Area (SGA) est la partie de la mémoire qui est
partagée par tous les processus appartenant à l'instance Oracle.

Le grand pool:
Le grand pool est une zone de mémoire facultative. Il fournit une zone de mémoire à partir de
laquelle des allocations importantes peuvent être effectuées. Les utilitaires de sauvegarde et de
restauration d' Oracle allouent généralement des tampons de plusieurs centaines de kilo-octets.
Ceux-ci seront alloués dans le grand pool s'il y en a un.

10
Le cache de tampon
de base de données: Le cache de tampon de base de données Oracle est également appelé
cache de tampon . Le cache tampon stocke des copies de blocs de données en mémoire (le
SGA).

11
Pool de flux:
Le Streams Pool a été introduit pour la première fois dans Oracle10g en tant que nouvelle
zone pour fournir des zones de mémoire tampon RAM pour la réplication de Streams. Pour
configurer explicitement le pool Streams, spécifiez la taille du pool en octets à l'aide du
paramètre d'initialisation streams_pool_size .

Le processus d'écriture de base de données (DBWn):


Le processus d'écriture de base de données (DBWn) écrit le contenu des tampons dans les
fichiers de données. Les processus DBW n sont responsables de l'écriture des tampons
modifiés (sales) dans le cache de tampon de base de données sur le disque.

une session

est comme instance d'utilisation de la base de données . Lorsque vous créez une
session, vous disposez d'un contexte prêt pour toute interaction de base de données
avec les services de support (par exemple transaction, mise en cache, connexion, etc.)
qui y sont nécessaires. Une transaction est un service indépendant utilisé dans la
session.La session est également le cache de premier niveau utilisé par les outils de

12
mappage OR typiques comme hibernate. La session agit comme un contexte temporaire
créé sur demande pour faciliter une interaction de base de données.

Écriture de journal: LGWR


est un processus d'arrière-plan Oracle créé lorsque vous démarrez une instance de base de
données. Le LGWR écrit les redo log tampons aux redo en ligne journal des fichiers. Si les
fichiers journaux de rétablissement en ligne sont mis en miroir, tous les membres du groupe
seront écrits simultanément.

Le moniteur de processus:
effectue la récupération de processus lorsqu'un processus utilisateur échoue. PMON est
responsable du nettoyage du cache de tampon de la base de données et de la libération des
ressources que le processus utilisateur utilisait.

Le processeur d’archivage : Le Processus d'archivage, appelé également Records management


process, désigne dans son ensemble, les activités de gestion d'archives visant à faire de l'archivage des
documents à valeur probante de l'activité de l'entreprise, un corpus cohérent d'archives accessible et
communicable

13
Fichier de contrôle:
est une structure de système de fichiers dans laquelle l'état d'un fichier ouvert est conservé. Un
FCB est géré par le système d'exploitation, mais il réside dans la mémoire du programme qui
utilise le fichier, pas dans la mémoire du système d'exploitation. Cela permet à un processus
d'avoir autant de fichiers ouverts en même temps

Structure logique :

fait référence à la façon dont les informations d'un document sont organisées; il définit la
hiérarchie des informations et la relation entre les différentes parties du document. La
structure logique indique comment un document est construit, par opposition à ce qu'il
contient.

14
tablespace:
est un espace de stockage dans lequel des données composant les bases de données peuvent
être enregistrées. Il fournit une couche d'abstraction entre les données logiques et les données
physiques 1, et sert d'espace d'allocation pour tous les segments pris en charge par le système
de gestion de bases de données . Une fois créé, le tablespace peut être référencé par son nom
lors de la création des segments de base de données.

Extensions:
Une étendue est une unité logique d'allocation d'espace de stockage de base de données
composée d'un certain nombre de blocs de données contigus. Une ou plusieurs extensions
constituent à leur tour un segment. Lorsque l'espace existant dans un segment est
complètement utilisé, Oracle alloue une nouvelle étendue pour le segment.

15
le systeme tablespace:
Chaque base de données Oracle contient un espace de table nommé SYSTEM, qu'Oracle crée
automatiquement lors de la création de la base de données. L' SYSTEMespace disque logique
est toujours en ligne lorsque la base de données est ouverte.

le Tablespace undo:
comme son nom l'indique, est réservé exclusivement à l'annulation des commandes DML
(UPDATE, INSERT, etc...).Lorsqu'on exécute l'ordre DELETE par exemple, Oracle
commence par copier les lignes à supprimer dans le tablespace UNDO et ensuite indiqué que
les blocs contenant les données dans le tablespace d'origine sont libres.

multi-locataire:
Le terme « architecture logicielle multiple » fait référence à une architecture logicielle dans
laquelle une seule instance de logiciel s'exécute sur un serveur et dessert plusieurs locataires.
Un locataire est un groupe d'utilisateurs qui partagent un accès commun avec des privilèges
spécifiques à l'instance de logiciel

16
conteneur base de donnée
Une base qui peut contenir plusieurs conteneurs – donc plusieurs Pluggable Databases, c’est
une ‘Multitenant Container Database’ ou CDB.

root:
est un Plugin une donnée particulière), est un objet qui se trouve dans le containeur
multitenant (CDB). Des SCHÉMAS (groupe de tables liées à une application) sont possibles
d'attacher sur CDB$ROOT. Ou bien qu'il y a également d'autre Plugin Database (PDB)
normalement sont branchés sur CDB$ROOT. Chaque Plugin Database comprend 0 ou
plusieurs SCHÉMAS.

gestionnaire de récupérationest
un client de base de données Oracle qui effectue des tâches de sauvegarde et de récupération
sur vos bases de données et automatiser l'administration de vos stratégies de sauvegarde. Il
17
simplifie considérablement la sauvegarde,la restauration et la récupération des fichiers de base
de données

Fichier de paramètre:
Ce fichier est un fichier au format texte contenant l'ensemble des paramètres de démarrage de
la base (il est généralement nommé initSID.ora, où SID représente le nom donné à l'instance).
Son existence n'est toutefois pas

Spfile:
est généralement créé à partir d'un fichier de paramètre conventionnel ici PFile. Un SPFile est
en fait un fichier de paramètre serveur qui réside sur la base de données serveur.

18
Paramètre statiques:
Les paramètres statiques ne peuvent pas être modifiés dynamiquement alors que l’instance est
en cours de fonctionnement ; il faut modifier la valeur du paramètre dans le fichier de
paramètres et redémarrer l’instance.

abandonner:
abandonne toutes les sessions, laissant le DML actuel nécessitant une restauration, désalloue
le SGA et met fin aux processus d'arrière-plan. Notez qu'un arrêt interrompu n'est PAS
mauvais ou dangereux. Le " abandon " signifie simplement qu'Oracle mettra fin à tout le
travail actif, ce que la plupart des gens veulent pendant un arrêt !

montée:
Comment une base de données est montée . L'instance monte une base de données pour
associer la base de données à cette instance. Pour monter la base de données , l'instance trouve
les fichiers de contrôle de la base de données et les ouvre. Les fichiers de contrôle sont
spécifiés dans le paramètre d'initialisation CONTROL_FILES du fichier de paramètres utilisé
pour démarrer l'instance.

Arrêter une instance :


est un mode d'arrêt utilisé pour éviter la perte de données sur les transactions
19
en cours. Il attend la fin de toutes les transactions en cours en interdisant toute nouvelle
transaction. Ce mode d'arrêt peut être long.

Arrêt immédiat :
est le moyen le plus courant et le plus pratique de fermer la base de données Oracle . Le
SHUTDOWN IMMEDIATE n'attend pas que les utilisateurs actuels se déconnectent de la
base de données ou que les transactions en cours se terminent.

Arrêt normal :
attend que les utilisateurs actuels se déconnectent de la base de données avant de fermer la
base de données. L'instance de base de données n'acceptera aucune autre connexion à la base
de données. Le SHUTDOWN NORMAL ne nécessite pas une reprise d'instance sur le
prochain démarrage de la base de données.

Sysoper :
permet à un utilisateur d'effectuer des tâches opérationnelles de base, mais sans avoir la
possibilité de consulter les données utilisateur. Les comptes de système d'exploitation
(utilisateur) doivent être membres des groupes OSDBA ou OSOPER pour se connecter à la
base de données avec des privilèges d'administrateur.

Fichier alerte:
Oracle maintient un fichier d’alerte dans lequel il écrit des messages d’information ou
d’erreur sur la vie de la base de données :création de la base de données ,démarrages et arrêts
,modifications de la structure,erreurs internes (ORA-00600) ,erreurs de bloc corrompu
,problèmes relatifs à l’écriture ou à l’archivage des fichiers de journalisation.En complément,
lorsqu’un processus rencontre un problème, il écrit des informations dans un fichier de trace.

Tables:

20
Les tables qui stockent les données dans Oracle Life Sciences Data Hub (Oracle LSH) sont
des tables Oracle avec des métadonnées supplémentaires développées spécialement pour
Oracle LSH. Les tables de base de données Oracle LSH sont conçues pour contenir des
données provenant d'un système SAS ou Oracle, ou des deux. Ils sont conçus pour que les
programmes informatiques basés sur la technologie Oracle ou SAS puissent lire ou écrire dans
n'importe quelle table Oracle LSH.

Contraintes :
Une contrainte d'intégrité est une règle qui définit la cohérence d'une donnée ou d'un ensemble
de données de la BD . Il existe deux types de contraintes : sur une colonne unique, ou sur une
table lorsque la contrainte porte sur une ou plusieurs colonnes.

Vues:
Une vue dans une base de données est une synthèse d'une requête d'interrogation de la base.
On peut la voir comme une table virtuelle, définie par une requête. Les avantages des vues
sont : d'éviter de taper une requête très longue : la vue sert à donner un nom à la requête pour
l'utiliser souvent

Programmes stockés :
En informatique, dans la technologie des bases de données, un programme stocké est un
ensemble d'instructions SQL précompilées, stockées dans une base de données et exécutées
sur demande par le SGBD qui manipule la base de données.

Types de données définis par l'utilisateur :


En programmation informatique, un type de donnée, ou simplement un type, définit la nature
des valeurs que peut prendre une donnée, ainsi que les opérateurs qui peuvent lui être
appliqués.alors que l'utilisateur peut choisir le type .

Types de schémas :
En programmation informatique, un type de donnée, ou simplement un type, définit la nature
des valeurs que peut prendre une donnée, ainsi que les opérateurs qui peuvent lui être
appliqués.alors que l'utilisateur peut choisir le type .
21
Instance ou schéma :
Le schéma de base de données d'une base de données est sa structure décrite dans un langage
formel pris en charge par le système de gestion de base de données. Le terme "schéma" se
réfère à l'organisation des données comme un schéma directeur de la construction de la base
de données
Schéma / Espace disque logique : Schéma: est un conteneur d'objets ,Espace disque logique:
une unité de stockage logique pour les objets
SQL*Plus : s est un utilitaire en ligne de commande d'Oracle qui permet aux utilisateurs
d'exécuter interactivement des commandes SQL et PL/SQL. Décliné en plusieurs versions, il
est principalement distribué avec le produit Oracle Database

Clusters d'applications réels (RAC) :


En informatique de base de données, Oracle Real Application Clusters - une option pour le
logiciel Oracle Database produit par Oracle Corporation et introduit en 2001 avec Oracle9i -
fournit un logiciel de clustering et de haute disponibilité dans les environnements de base de
données Oracle.

22
Oracle Enterprise Manager Database:
est un ensemble d'outils Web destinés à gérer les logiciels et le matériel produits par Oracle
Corporation ainsi que par certaines entités non Oracle.e

SERVEUR ORACLE :
➢ C’est un système qui permet de gérer les bases de données et qui offre un moyen
de gestion des informations ouvert, complet et intégré.
➢ Constitué d’une instance et d’une base de données.

Un processus :
C’est un ensemble d'activités corrélées ou en interaction qui utilise des éléments d'entrée pour
produire un résultat escompté.

23
Le processus serveur :
établit la connexion à l'instance Oracle et démarre lorsqu'un utilisateur ouvre une session.
Il répond aux appels générés et renvoie les résultats, Il peut s'agir d'un serveur dédié ou d'un
serveur partagé.

Une instance

Oracle permet d'accéder à une base de données Oracle, n'ouvre qu'une seule base de données,
est identifiée à l'aide de méthodes propres à chaque système d'exploitation (SQL+, oracle
Forms), est constituée de structures de processus d'arrière-plan et de structures mémoire.

Mémoire réservée à chaque processus utilisateur qui se connecte à une base de données
Oracle, Elle est allouée lorsqu'un processus est créé et Elle est libérée à la fin du processus,
Elle n'est utilisée que par un processus.

L'écouteur

Est un processus distinct qui s'exécute sur l'ordinateur du serveur de base de données. Il reçoit
les demandes de connexion client entrantes et gère le trafic de ces demandes vers le serveur de
base de données.

Zone de mémoire LARGE POOL :

24
Est une zone facultative de la mémoire SGA, Elle réduit la charge de la zone de mémoire
partagée

La mémoire allouée par session (UGA) au serveur partagé.

Les processus serveur d'E/S

Les opérations de sauvegarde et de restauration ou RMAN

Une zone de mémoire Java

Répond aux besoins d'analyse des commandes Java, Elle est nécessaire si Java est installé et
utilisé, Sa taille

Il enregistre toutes les modifications apportées aux blocs de données de la base, Sa principale
fonction est la récupération de données et Les modifications enregistrées constituent des
entrées de journalisation.

La liaison, l'enchaînement d'une ou de plusieurs choses avec d'autres.

Ce processus est chargé : de signaler Down aux points de reprise, et de mettre à jour les en-
têtes de fichiers de données avec les informations sur le point de reprise et de mettre à jour les
fichiers de contrôle avec les informations sur le point de reprise.

System Monitor
Surveille la base de données lors de son démarrage c'est à dire faire la récupération de
l'instance après un arrêt anormal. Lors du démarrage de l'instance Oracle, il vérifie si le
dernier arrêt a été correctement effectué. Le processus d’arrière-plan System Monitor SMON
est aussi chargé de libérer les segments temporaires, compacter l'espace contigu dans les
Tablespaces et surveiller la base de données.

Recoverer
Il s'agit d'un processus optionnel permettant de résoudre les transactions

Interrompues brutalement dans un système de bases de données distribuées (par exemple un


système de réplication de bases de données)

25
Les fichiers de données

(Dont l'extension est.dbf). Ces fichiers contiennent l'ensemble des données de la base (les
tables, les vues, les procédures stockées, ...). Les fichiers de données

Contiennent des informations de deux types :

• Le dictionnaire de données et de travail


• Les données des utilisateurs.

La lecture de ces fichiers de données est faite à l'aide des processus utilisateurs tandis que
l'écriture est assurée par le processus DBWR (Data base Writer)

Les fichiers de journalisation

(Fichiers redox log), qui contiennent un enregistrement des modifications apportées à la base
afin de permettre la récupération des données en cas de panne.

La structure physique

Comprend trois types de fichier en base de données :

Fichiers de contrôle

Fichiers de données

Fichiers de journalisation

Un segment

Est un ensemble d’extents alloués pour une structure logique.

On distingue plusieurs sortes de segments :

- Les segments de données : chaque table (sans cluster) possède son segment de données.

26
Les segments d’index : chaque index possède son segment d’index qui stocke toutes ses
données.

Les segments temporaires : les segments temporaires sont créés par Oracle lorsqu’une
instruction

Le bloc de données est la plus petite unité utilisée dans une base de données, sa taille varie
de 4 à 8ko généralement mais peux aller jusqu'à 32ko.Cette taille est définie lors de la
création de la base de données.

L'espace de table

SYSAUX vise à réduire les conflits sur l'espace de table SYSTEM en plaçant
des métadonnées de base de données non essentielles (c'est-à-dire des tables et
des index non liés au système) qui étaient traditionnellement stockées dans
l'espace de table SYSTEM

Les fichiers des tablespaces


Temporaire sont utilisés uniquement pour les opérations de tri. Si un utilisateur exécute une
instruction SQL qui nécessite un tri, ce dernier s’effectue d’abord dans la mémoire PGA du
processus serveur associé à l’utilisateur, et si l’espace mémoire réservé aux tris n’est pas
suffisent le processus serveur ALLOUE un ESPACE TEMPORAIRE dans les fichiers du
tablespace temporaire.
La base de données insérée PDB

Est autonome et fonctionne du point de vue d’un utilisateur comme une base de
données normale ; un ensemble de fichiers de données correspondant à ses
propres tablespaces, une collection de schémas, de tables et d’autres
métadonnées. Lorsqu’un utilisateur est connecté à une base de données insérée
PDB, il n’a pas de visibilité sur le conteneur racine CDB ou d’autres bases de
données insérées PDB.

27
Une Pluggable Data base PDB$SEED

En read-only qui permet de créer une nouvelle PDB facilement en la clonant fini les longs
catalog.sql/catproc.sql pour chaque création de base. Les développeurs vont pouvoir demander
une nouvelle base sans avoir l’impression de demander un nouveau datacenter.

La liste LRU

Est une liste de pointeurs. Il y a une extrémité la plus récemment utilisée et une extrémité la
moins récemment utilisée. Chaque pointeur de la liste fait référence à un bloc dans le cache de
tampon de base de données.

Un dictionnaire de données,

Il s’agit d’un ensemble de tables et de vues en lecture seule qui constituent une référence sur
la base. Par exemple, le dictionnaire fournit des informations sur la structure physique et
logique de la base de données. De plus, il fournit des informations sur les utilisateurs valides
de la base, les contraintes d’intégrités, etc.

Pile
Est un fichier texte que vous pouvez mettre à jour à l'aide d'un éditeur standard du système
d'exploitation. Ce fichier est en lecture seule pendant le démarrage de l'instance. S'il est
modifié, l'instance doit être interrompue et redémarrée pour que les nouvelles valeurs des
paramètres soient effectives.

Les paramètres dynamiques

Suivants sont définis lors de l'exécution par le BIOS

• Valeur dans CMOS


• Comportement déterminé par cette valeur
• Chaînes affichées de configuration du BIOS

28
Démarrage d’une instance

Pour lancer le démarrage d’une base de données on exécute la commande suivante :

Connect sys/password as sysdba

[No Mount | Mount | open] [pfile=’c:\pfile\init<SID>.ora’]

Lorsque vous lancez le démarrage de la base de données, il faut sélectionner son statut ou
mode de démarrage.

file\init2.ora

Le démarrage d'une instance en mode NOMOUNT

ne s'effectue que pour la création d'une base de données ou à la recréation de fichiers de


contrôle. Le démarrage d'une instance comprend les tâches suivantes :

La lecture du fichier de paramètres d'initialisation dans le répertoire

L'affectation de la mémoire SGA.

Le démarrage des processus d'arrière-plan.

Ouverture de la base de données (OPEN) :

En mode de fonctionnement normal, vous démarrez une instance avant de monter et d'ouvrir
la base de données. Ainsi, les utilisateurs autorisés peuvent se connecter à la base et effectuer
des opérations standard sur les données.

Shutdown abort
Oracle arrête le serveur (Equivaut à couper le courant sur le serveur et nécessitera la
récupération par le SMON au démarrage)

SHUTDOWN TRANSACTIONAL
Oracle attend la fin des transactions en cours pour arrêter proprement le serveur

database system administrator (SYSDBA user)

L'administrateur du système de base de données


29
(utilisateur SYSDBA) possède tous les droits qu'un utilisateur de base de données de la classe
DBA peut posséder, ainsi que les propriétés suivantes: sysdba est propriétaire d'un certain
nombre de tables système, sysdba dispose de toutes les autorisations de serveur qu'un
opérateur du gestionnaire de base de données peut avoir ,sysdba a des droits de propriétaire
sur tous les utilisateurs de la base de données.

Les fichiers trace

de processus en arrière-plan : consignent les erreurs détectées par les processus d'arrière-
plan,permettent de diagnostiquer et de corriger les erreurs.Ils sont créés lorsqu'un processus
d'arrière-plan détecte une erreur.Leur emplacement est défini par le paramètre
BACKGROUND_DUMP_DEST.

Un schéma

permet de décrire la structure d'une base de données, en décrivant l'ensemble des types de
données de la base. Une instance de base de données est constituée d'un ensemble de données
qui respectent le schéma de la base

Les déclencheurs

(triggers) sont des programmes associés à des objets dont l'exécution est lancée
automatiquement (déclenchée) lors d'une mise à jour ceux-ci. Ils se

programment en PL/SQL; on peut aussi utiliser les langages C, C++, Java etc ...

Un index,

dans une base de données se base sur le même principe qu’un index dans un livre. Avec un
index placé sur une ou plusieurs colonnes le système d’une base de données peut rechercher
les données d’abord sur l’index et s’il trouve ce qu’il cherche il saura plus rapidement où se
trouve les enregistrements concernés

30
Les séquences permettent de générer automatiquement des numéros uniques (en général pour
créer une valeur de clé primaire artificielle).Elles remplissent une fonction de compteur :
mémoriser une valeur, retourner la valeur,incrémenter la valeur.

Autre nom attribué à un objet.

Un DBLink

est un objet de schéma qui fait qu'Oracle se connecte à une base de données distante pour y
accéder. C'est un pointeur local qui permet à l'utilisateur d'accéder aux objets d'une base de
données distante.

L'intégration de schéma est utilisée pour fusionner deux schémas de base de données ou plus
en un seul schéma qui peut stocker des données des deux bases de données d'origine. •
L'intégration de schéma est utilisée lorsque deux

Bases

de données existantes ou plus doivent être combinées, par exemple, lorsqu'un nouveau
système d'information de gestion est en cours de développement.

Schéma:

Le schéma est une vue structurelle d’une base de données,Le schéma inclut des tables, leurs
nom des champs,Le schéma est une fois déclaré ne doit pas être modifié fréquemment.

Base de données :La base de données est une collection de données interdépendantes,La
base de données inclut le schéma spécifié, les données (enregistrements),,Les données d’une
base de

données continuent à être mises à jour régulièrement

Le SID

correspond à l'identifiant d'une instance (exemple : ORCLB55) ou en d'autres mots, il est le


nom unique de l'instance. Il correspond au paramètre INSTANCE_NAME. Le SID permet

31
notamment de trouver les fichiers de contrôle/journalisation/données lors de l'ouverture de la
base de données.

ASM

est un système de fichiers pour les fichiers de base de données Oracle ASM est la solution de
gestion de stockage recommandée par Oracle qui fournit une alternative aux gestionnaires de
volume, systèmes de fichiers et périphériques bruts conventionnels.

Oracle SQL Developer

est un environnement de développement intégré gratuit qui simplifie le développement et la


gestion d’Oracle Database à la fois dans les déploiements traditionnels et dans le Cloud.

Enterprise Cloud Cloud Control

Grâce à une profonde intégration avec la pile de produits Oracle, Enterprise Manager fournit
une gestion et une assistance d'automatisation de premier plan pour les applications, bases de
données, middleware, matériels et systèmes d'ingénierie Oracle.

32
Anglais
A database management system (DBMS)
is a software package designed to define, manipulate, retrieve and manage data in a

database. A DBMS generally manipulates the data itself, the data format, field names,
record structure and file structure. It also defines rules to validate and manipulate this

data.

Database administration
is the function of managing and maintaining database management systems (DBMS)
software , refers to the whole set of activities performed by a database administrator

to ensure that a database is always available as needed.

User process :
A system process is initiated (or owned) by the operating system. These are critical

processes that are required by the system for its functioning. User process is
something that you initiate, eg. any custom application that you would create.

Background process :
A background process is a computer process that runs behind the scenes and without

user intervention.Typical tasks for these processes include logging, system


monitoring, scheduling, and user notification. The background process usually is a

child process created by a control process for processing computing task.

33
Database :
A database is an organized collection of data, generally stored and accessed

electronically from a computer system. Where databases are more complex they are
often developed using formal design and modeling techniques.

System Global Area SGA:


is a group of shared memory structures, known as SGA components,

that contain data and control information for one Oracle Database instance.

Shared pool:
is a RAM area within the RAM heap that is created at startup time, a component of

the System Global Area (the SGA). The shared pool is the most important area of the
SGA, except

for the data buffer caches. There are a number of sub-areas within the SGA, each with

its own important purpose.

The Oracle database buffer


cache is also referred to as buffer cache. The buffer cache stores copies of datRNa

blocks in memory (the SGA). These copies are stored in what is called buffers by
Oracle.The buffer cache is shared among all sessions that are connected to an

instance.

The Streams Pool


was first introduced in Oracle10g as a new area to provide a RAM buffer areas for the
Streams replication. To configure the Streams pool explicitly, specify the size of the

pool in bytes using the streams_pool_size initialization parameter

34
database writer DBWn :
Database writer process (DBWn) is a background process that writes buffers in the

database buffer cache to data files.

the session is as Instance of Database Usage. When you create a session, you have a
context ready for any database interaction with support services (e.g. transaction, caching,
connection etc) required therein. A transaction is an independent service used within the
session.Also the session is the first level cache used by the typical OR mapping tools like

hibernate. Session acts as temporary context created upon request to facilitate a DB

interaction.

log writer (LGWR) :


is an Oracle background process created when you start a database instance. The

LGWR writes the redo log buffers to the on-line redo log files. If the on-line redo log
files are mirrored, all the members of the group will be written out simultaneously.

system monitor (PMON):


performs process recovery when a user process fails. PMON is responsible for
cleaning up the database buffer cache and freeing resources that the user process

was using. For example, it resets the status of the active transaction table, releases
locks, and removes the process ID from the list of active processes.

The Archiving Process,


also called Records management process, as a whole, refers to the
activities of archive management aimed at making the archiving of
documents

Control file:
is a file system structure in which the state of an open file is maintained. A FCB is
managed by the operating system, but it resides in the memory of the program that

35
uses the file, not in operating system memory. This allows a process to have as many

files open at one time as it wants to, provided it can spare enough memory fo

r an FCB per file.

logical structure:
refers to the way information in a document is organized; it defines the hierarchy of

information and the relation between different parts of the document. Logical
structure indicates how a document is built, as opposed to what a document

contains.

tablespace:
is a storage location where the actual data underlying database objects can be kept. It
provides a layer of abstraction between physical and logical data, and serves to

allocate storage for all DBMS managed segments.

Extents:
is a logical unit of database storage space allocation made up of a number of

contiguous data blocks. One or more extents in turn make up a segment. When the
existing space in a segment is completely used, Oracle allocates a new extent for the

segment.

Tablespace
System is a tablespace that stores all the data dictionary tables in database and it is

created at the time of database creation. This tablespace is always and must be online

for database to be open.

Tablespace undo
Every :Oracle Database must have a method of maintaining information that is used
to roll back, or undo, changes to the database. Such information consists of records

36
of the actions of transactions, primarily before they are committed. These records are

collectively referred to as undo.

Multitenant
is a shared database with a shared schema and logically and physically isolated data

storage on a per tenant or group basis. ... Access to a tenant's data is restricted to
users that are authenticated to the tenant via a security domain.

database container :
The option is supported by an architecture in which a host database called the
container database (CDB) can hold multiple pluggable databases (PDBs). This option

facilitates.

ROOT Container :
also called the root, is a collection of schemas, schema objects, and nonschema
objects to which all PDBs belong. Every CDB has one and only one root container,

named CDB$ROOT , which stores the system metadata required to manage PDBs. All
PDBs belong to the root. The root does not store user data.

recovery manager :
is a backup and recovery manager supplied for Oracle databases created by the
Oracle Corporation. It provides database backup, restore, and recovery capabilities

addressing high availability and disaster recovery concerns.

Parameter file
A parameter file is a file that contains a list of initialization parameters and a value for

each parameter. You specify initialization parameters in a parameter file that reflect

your particular installation

37
Spfile
is a binary file that contains the same information as the old PFILE. SPFILE permits

dynamic changes without requiring you to restart that instance. By default, if you do
not specify PFILE in your STARTUP command, Oracle will use server parameter file

(SPFILE).

static parameters :
are the parameters those won't take effect immediately the value is set. Restart of an

sap system is required for them to take effect. Dynamic are the parameters those will
take effect immediately in the run time.

Shutdown:
Shuts down a currently running Oracle Database instance, optionally closing and

dismounting a database. Shutdown commands that wait for current calls to complete
or users to disconnect such as SHUTDOWN NORMAL and SHUTDOWN

TRANSACTIONAL have a time limit of one hour that the SHUTDOWN command will
wait.

Mount :
In mount mode, the control files are accessed for the first time. Certain maintenance
operations require the database to be in MOUNT mode. Mount mode is when the

instance acquires memory and spawns the various background processes required for
the Oracle instance

Stop an instance:
Shutdown Transactional est un mode d'arrêt utilisé pour éviter des pertes de données

sur des transactions en cours. Il attend la fin de toutes les transactions en cours en
interdisant toute nouvelle transaction. Ce mode d'arrêt peut être long.

38
Shutdown immediate :
Performs an immediate, consistent shutdown of the target database, with the

following consequences:
Current client SQL statements being processed by the database are allowed to

complete.
Uncommitted transactions are rolled back

All connected users are disconnected.

Shutdown normal:
NORMAL is the default option which waits for users to disconnect from the database

Sysoper:
allows a user to perform basic operational tasks, but without the ability to look at

user data. Operating system accounts (user) must be members of the OSDBA or
OSOPER groups to

connect to the database with administrator privileges.

Alert file:
The alert log file (also referred to as the ALERT. LOG) is a chronological log of
messages and errors written out by an Oracle Database.

Typical messages found in this file is: database startup, shutdown, log switches, space
errors, etc.

Tables:
are the basic unit of data storage in an Oracle Database. Data is stored in rows and

columns. You define a table with a table name, such as employees , and a set of
columns. ... A row is a collection of column information corresponding to a single

record.

39
Constraint:
is a property assigned to a column or the set of columns in a table that prevents

certain types of inconsistent data values from being placed in the column(s).
Constraints are used to enforce the data integrity. This ensures the accuracy and

reliability of the data in the database.

View:
In a database, a view is the result set of a stored query on the data, which the

database users can query just as they would in a persistent database collection object.
This pre-established query command is kept in the database dictionary. ... Views can

represent a subset of the data contained in a table

stored programs:
stored programs which are database objects defined in terms of SQL code that is
stored on the server for later execution. Stored programs include these objects:

Stored routines, that is, stored procedures and functions. A stored procedure is
invoked using the CALL statement.

Type of data defined by the user:


Those data types which are defined by the user as per his/her will are called user-
defined data types. Examples of such data types are structure, union and

enumeration.

Types of schemas:
theres three types of database schema :

physical schema, how the data stored in blocks of storage is described at this level.

2-Design of database at logical level is called logical schema


3-Design of database at view level is called view schema. This generally describes end
user interaction with database systems.

40
Instance or schema :
A database schema is a collection of metadata that describes the relationships

between objects and information in a database. An easy way to envision a schema is


to think of it as a box that holds tables, stored procedures, views, and related data

assets. A schema defines the infrastructure of this box.

Tablespace/ or schema :
Schema: Is a container for objects ,Tablespace: A logical storage unit for objects

SQL*Plus : is essentially an interactive query tool with some scripting capabilities. You
can enter a SQL statement, such as a SELECT query, and view the results. You can

execute data definition language (DDL) statements to create tables and other objects.

Real Application Clusters (RAC) :


In database computing, Oracle Real Application Clusters (RAC) — an option for the
Oracle Database software produced by Oracle Corporation and introduced in 2001

with Oracle9i — provides software for clustering and high availability in Oracle
database environments.

Oracle Enterprise Manager Database : is a system management tool which


provides an integrated solution for managing your heterogeneous environment. It

combines a graphical console, agents, common services, and tools to provide an


integrated, comprehensive systems management platform for managing Oracle

products.

SERVEUR ORACLE :
The Oracle Server is a relational database management system that provides an open,

comprehensive, and integrated approach to information managemet.An Oracle Server


consists of an Oracle database and an Oracle instance.

41
A process :
is a set of recurrent or periodic activities that interact to produce a result.

An instance
is a collection of Oracle background processes and shared memory structures. Many

instances can access a single database. In a RAC environment an instance is also


called as a node. An instance(node) could

A Program Global Area (PGA)


is a memory region that contains data and control information for a server process. It
is nonshared memory created by Oracle Database when a server process is started

,There is one PGA for each server process.

The Oracle listener


is a service that runs on the database host and receives requests from Oracle clients.

Sometimes the listener forwards requests to the database server , and sometimes it

redirects the client somewhere else where the database server listens for dedicated
connections

The large pool


is an optional memory area. It provides an area of memory from which large
allocations can be made. Oracle's backup and restore utilities typically .

Java pool memory


is used in server memory for all session-specific Java code and data within the JVM,
Java pool memory is used in different ways, depending on what mode the Oracle

server is running in.

42
The redo log buffer
is a circular buffer in the SGA that holds information about changes made to the

database. This information isstored in redo entries. Redo entries contain the
information necessary to reconstruct, or redo, changes made to the database by

INSERT, UPDATE, DELETE, CREATE, ALTER, or DROP operations.


A connection is a term that describes the link between a plug or connector into a port

or jack. For example, your monitor, mouse, and keyboard all must connect to the
computer before they work.

The checkpoint process


is responsible for updating file headers in the database datafiles. A checkpoint occurs
when Oracle moves new or updated blocks (called dirty blocks) from the RAM buffer

cache to the database datafiles.

SMON (System MONitor)


is an Oracle background process created when you start a database instance. The
SMON process performs instance recovery, cleans up after dirty shutdowns and

coalesces adjacent free extents into larger free extents. SMON wakes up every 5
minutes to perform housekeeping activities

Oracle uses one process to read the log files sequentially and dispatch redo
information to several recovery processes, which apply the changes from the log files

to the datafiles. The recovery processes are started automatically by Oracle, so there

is no need to use more than one session to perform recove.

Database Files
are data files that are used to store the contents of the database in a structured

format into a file in separate tables and fields

43
Redo Logs
consist of two or more pre-allocated files that store all changes made to the

database as

they occur. Every instance of an Oracle Database has associated online redo logs to
protect the database in case of an instance failure. Redo log files are filled with redo

records.

Oracle Database stores data logically in tablespaces and physically in data files

associated with the corresponding tablespace. An Oracle

database is a set of files that store Oracle data in persistent disk storage.

A segment
is a set of extents, each of which has been allocated for a specific data structure and

all of which are stored in the same tablespace. For example,

Oracle manages the storage space in the datafiles of a database in units called data
blocks. A data block is the smallest unit of data used by a database. In contrast, at the

physical, operating system level, all data is stored in bytes. each table's data is stored
in its own data segment, while each index's data is stored in its own index segment If

the table or index is partitioned, eachpartition is stored in its own segment.

The SYSAUX tablespace


provides storage of non-sys-related tables and indexes that traditionally were placed

in the SYSTEM tablespace

A temporary tablespace
is a special set of files associated with an Oracle database that contain data that is
not required for read-consistency or for recovery. There are a few different ways that

44
Oracle utilizes temporary tablespace. The most obvious is for sorting datasets that

are too large to fit into memory (the PGA, or Program Global Area), but it is also used
for other operations that require non-permanent storage. It is also used for storing

information in global temporary

A pluggable database (PDB)


is a portable collection of schemas, schema objects, and nonschema objects that

appears to an Oracle Net client as a non-CDB. PDBs can be plugged into to

CDBs. A CDB can contain multiple PDBs. Each PDB appears on the network as a
separate databas

the seed PDB


is a system-supplied template that the CDB can use to create new PDBs. The seed
PDB is named PDB$SEED . You cannot add or modify objects in PDB$SEED . For

example, a PDB can support a specific application, such as a

human resources or sales application. No PDBs exist at creation of the CDB

LRU
(Least Recently Used) is an algorithm Oracle uses when it needs to make room for

new information in the memory space allocated. It

replaces the oldest (LRU) data to make room for new data.

A data dictionary
is a file or a set of files that contains a database's metadata.The data dictionary

contains records about other objects in the

database, such as data ownership, data relationships to other objects, and other data.
The data dictionary is a crucial component of any relational database.

45
Until Oracle 8i, we were using a text file called the PFILE (parameter file) for setting

the database initialization parameters. This PFILE is read at instance startup time to
get specific instance

characteristics.. Any changes that were made in PFILE would only take effect when the
database is restarted.

The ISSUE_MODIFIABLE
column value Immediate means parameter are dynamic parameter ,We can change

the dynamic parameter

in anytime no need to bounce for this changes ,This changes are applied in database

memory and spfile We can use scope=memory andscope=both parameters

Inthe NOMOUNT stage,


Oracle carries the following steps: First, search for a server parameter file in the

default location,Next, read the parameter file to get the values of the initialization
parameters,Then, allocate the

In the OPEN stage,


Oracle performs the following actions:First, open the online data files in tablespaces

other than the undo tablespaces,Then, select an undo tablespace. The instance uses
default undo tablespace if an undo tablespace is specified in. Otherwise, it will select

the first available undo tablespace ,Finally, open the online redo log files.

The shutdown
abort command is pretty much a guaranteed way to get your database to shutdown.

It's a "hard crash" of the database, and this can result in a longer time to start the
database back up. Still, you can't really hurt the database using the shutdown abort

46
command, and during your DBA years you will find more than a few occasions to

use the shutdown abort command.

SHUTDOWN TRANSACTIONAL
is a compromise between SHUTDOWN NORMAL and IMMEDIATE. Use SHUTDOWN

TRANSACTIONAL when you want to allow active transactions to complete prior to


taking the database down. When you issue the command, new connections and new

transactions are disallowed.

SYSDBA and SYSOPER


are administrative privileges required to perform high-level administrative operations

such as creating, starting up, shutting down, backing up, or recovering the database

Trace File
are trace (or dump) file that Oracle Database creates to help you diagnose and
resolve operating problems. Each server and background process writes to a trace file.

When a process detects an internal error, it writes information about the error to its
trace file.

Database schema
is a visual representation of database. The structure is described by formal language
and is supported by database management system (DBMS).The database schema has

a list of attributes and instructions for database engine showing how data is
organized and how the components are associated in a database.

A trigger
is a named PL/SQL block stored in the Oracle Database and executed automatically

when a triggering event takes place. The event can be any of the following: A data
manipulation language (DML) statement executed against a table e.g., INSERT,

UPDATE, or DELETE.These triggers are often used for auditing purposes to record

47
changes of the schema.A system event such as startup or shutdown of the Oracle

Database.A user event such as login or logout.

Indexes
are special lookup tables that the database search engine can use to speed up data

retrieval. Simply put, an index is a pointer to data in a table. An index in a database is


very similar to an index in the back of a book.An index helps to speed up SELECT

queries and WHERE clauses, but it slows down data input, with the UPDATE and the
INSERT statements

A sequence is an object in Oracle that is used to generate a number sequence. This

can be useful when you need to create a unique number to act as a primary ke.

A synonym is an alternative name for objects such as tables, views, sequences, stored

procedures, and other database objects. You generally use synonyms when you are
granting access to an object from another schema and you don't want the users to

have to worry about knowing which schema owns the object.

A database link
is a schema object in one database that enables you to access objects on another

database. The other database need not be an Oracle Database system. However, to
access non-Oracle systems you must use Oracle Heterogeneous Services.

Data's organization is referred to as a schema. When multiple sources of data must be


combined to retrieve information that is not contained entirely in either one, typically

they do not have the same schemas. For example, database A's schema may store
information about roads as “roads” and database B's schema may use “streets” for

roads. In order for information from database A and database B to be integrated, they
must resolve the fact that the same information is stored in different schemas..

48
The basic difference between the two terms, schema and database lies in their

definition i.e. database is a collection of facts or information about the considered


object. On the other hand, Schema is a structural representation of the entire

database.

The Oracle System ID (SID)


is used to uniquely identify a particular database on a system. For this

reason, one cannot have more than one database with the same SID on a computer

system. When using RAC, all instances belonging to the same database must have
unique SID's

Automatic Storage Management (ASM)


is an integrated, high-performance database file system and disk manager. ASM
eliminates the need for you to directly manage potentially thousands of

Oracle database files.ASM groups the disks in your storage system into one or more

disk groups

A free graphical user interface, Oracle SQL Developer allows database users and

administrators to do their database tasks in fewer clicks and keystrokes. A


productivity tool, SQL Developer's main objective is to help the end user save time

and maximize the return on investment in the Oracle Database technology stack.SQL

Developer supports Oracle Database 10g, 11g, and

12c and will run on any operating system that supports Java

Oracle Enterprise Manager is Oracle


Is on-premises management platform, providing a single pane of glass for managing
all of a customer's Oracle deployments, whether in their data centers or in the Oracle
Cloud. Through deep integration with Oracle’s product stack, Enterprise Manager

49
provides market-leading management and automation support for Oracle

applications,

databases, middleware, hardware and engineered systems.

50

Vous aimerez peut-être aussi