Vous êtes sur la page 1sur 6

Ecole national d’ingénieur de Sfax

Compte rendu  TP 1: Contrôle par photoélasticité

Réalise par :
Amdouni Rached
Belgacem Salim
Amara Hatem

Filière :
2éme Année génie électromécanique
I. But de manipulation
Au cours de cette TP et à l’aide d’un polariscope circulaire et la méthode de Tardy on va
tracée la courbe de nombre fractionnaire en fonction du chargement puis déterminée le
coefficient de frange f

II. Rappel théorique


1. Nature et propriété de la lumière :
D'un point de vue ondulatoire on peut représenter un rayon lumineux par la propagation d'un
champ électrique et d'un champ magnétique orthogonaux et en phase en chaque point. Un
rayonnement quelconque sera considéré comme la superposition d'ondes monochromatiques
(de longueur d'onde  donnée) indépendantes.
 Lumière elliptique : Le vecteur lumineux n résulte de la composition de 2 vibrations
orthogonales y et z vibrant dans un même plan perpendiculaire à la direction de
propagation. La projection de la trajectoire de l'extrémité du vecteur lumineux sur le
plan d'onde est une ellipse.
 Lumière circulaire : Dans le cas ou a=b l'ellipse est inscrite dans un carré. Si l'ellipse
devient un cercle. On dit que la lumière est polarisée circulaire.
 Lumière rectiligne : Le vecteur lumineux reste colinéaire à la direction z pendant sa
propagation.

Figure 1 : les types de polarisation de la lumière


2. Eléments optiques
a. Le polariseur
Le polariseur transforme la lumière de n’importe quelle polarisation dans une onde polarisée
linéairement. Plus précisément, seulement la composante de la lumière incidente parallèle à
l’axe de polarisation du polariseur est transmise comme représenté dans la figure 2

Figure 2: L’effet de polariseur sur une lumière polarisée linéairement en fonction d’un angle

b. La lame quart d’onde


La lame quart d’onde, appelée couramment «  λ/ 4  », introduit un déphasage Δϕ=π /2
entre les composantes de lumière parallèle et perpendiculaire à l’axe de la lame. Ce
déphasage d’un quart de la période d’une onde complète, d’où son nom. Un tel effet peut
être atteint dans un cristal optiquement anisotrope tel que la calcite (CaCO3) en choisissant
soigneusement son épaisseur. Lorsque la lumière incidente est polarisée parallèlement ou
perpendiculairement à l’axe de lame quart d’onde, la polarisation de lumière ne change pas.
Par contre, si l’angle est 45o ou -45o, on obtient une polarisation circulaire (figure 3).

Figure 3:L’effet de la lame quart d’onde sur la lumière polarisée linéairement en fonction
d’un angle
3. Photoélasticité
Un corps transparent isotrope a les mêmes propriétés optiques dans toutes les directions. La
vitesse de propagation d'une onde lumineuse dans le corps isotrope est la même dans toutes
les directions.
Un corps anisotrope présente des propriétés optiques différentes selon les directions en
particulier les vitesses de propagation d'une onde lumineuse
a. Biréfringence naturelle
Un rayon lumineux ayant une incidence normale sur un cristal biréfringent est décomposé en
2 rayons polarisés vibrant dans 2 plans perpendiculaires propres au cristal et obtenus à partir
des axes biréfringents du cristal. Les vitesses de propagation de ces 2 rayons polarisés sont
différentes donnant lieu à une différence de marche entre ces rayons. Ces derniers conservent
par ailleurs leur fréquence  donc on peut voir apparaître des interférences. Le retard de phase
2
est égal à ¿

b. Biréfringence accidentelle
Les corps transparents isotropes, normalement non biréfringents, deviennent biréfringents
lorsqu'ils sont soumis à des déformations ou des contraintes : C'est la biréfringence
accidentelle. Cette propriété est la base de la photoélasticimétrie.
c. Axes de biréfringence
Ce sont les 2 axes orthogonaux déterminant avec la direction de propagation les 2 plans de
polarisation orthogonaux. Les axes de biréfringence sont confondus avec les directions
principales des déformations. Les matériaux utilisés en photoélasticimétrie étant isotropes
d'un point de vue mécanique, les directions principales des contraintes coïncident avec les
directions principales des déformations donc également avec les axes de biréfringence.
d. La photoélasticimétrie plane
Tout au long du T.P. nous serons en état de contraintes moyennes planes. Ceci correspond à
l'étude des corps plans chargés dans leur plan. On utilisera la photoélasticité par transmission
dans ce T.P. On peut réaliser une reproduction plane de la forme à étudier, découpée dans un
matériau photoélastique. Ce modèle est observé par transparence et placé entre les filtres
polarisants ce pendant qu'on lui applique des efforts
e. Les isoclines
Les isoclines sont des lignes noires (d'intensité nulle) qui parcourent la pièce. En un point
quelconque d'une isocline l'angle  est égal à 0 (ou  2 ), ce qui signifie que l'axe du
polarisateur coïncide avec l'une des directions principales. Or l'axe du polarisateur est repéré
par rapport à une direction fixé par l'angle . Donc on connait tout le long d'une isocline
l'orientation des directions principales avec cette direction fixe.
f. Les isochromes
Pou r   k l'intensité lumineuse s'annule quel que soit la valeur de  . Or   eC (   ), 1
2 donc les courbes d'intensité nulle correspondent à des courbes ou (  ) 1  2 prend une
valeur constante. (  )  1  2  k eC

III. Manipulation
 Les dimensions de notre éprouvette sont :
- b=35.5 mm
- d =6.2 mm
- Φtrou =8.1 mm
 pour un point sur la surface de l’éprouvette :
P(Kg) 3 4 6 8 10.7 13 16 18
N 'k 0.872 1 1.57 1.68 2 2.6 2.91 3
❑a(N/mm²) 0.014 0.019 0.028 0.038 0.051 0.062 0.077 0.086

D’après la courbe Sk = 0.141


Pour un point au voisinage du cercle de l’éprouvette :
P(Kg) 5.5 11 16 18.5 20
N 'a 1 1.68 1.7 2 3.2
❑a(N/mm²) 0.026 0.053 0.077 0.089 0.096

D’après la courbe Sa =0.15


S a b ×d −π r 2 0.15 35,5× 6,2−π 8.12
 K1 A =
Sk
× = 0,141 × = 0.765
b×d 35,5× 6,2
1 1
 f = S × b = 0,141× 35,5 = 0,2MPa.m/frange
k

 La pente de la courbe N ' k = f(P) est inférieur à la pente de la courbe N ' a = f(P).
 La pente dépende du point de référence choisit dans l’éprouvette.

Vous aimerez peut-être aussi