Vous êtes sur la page 1sur 6

DESIGNATIN DES MATERIAUX

Pour que les techniciens du monde entier , utilisateur des matériaux , parlent le même langage ,
il a fallu normaliser la désignation des matériaux .
Désignation des aciers
1/ Classification des aciers
Les aciers sont des alliages fer-cabone dont la teneur en ce dernier est inférieure à 2% .Selon
leurs compositions, on distingue :
Les aciers non alliés
Les aciers faiblement alliés
Les aciers fortement alliés
2/ Désignation
2-1/ - Désignation des aciers non alliés :
a/- Aciers non alliés d'usage courant :
La désignation comprend une ou plusieurs lettres suivies d’un nombre donnant la valeur
minimale de la limite élastique ou de la résistance à la traction en Mpa .
Dans le tableau qui suit, sont affichés la désignation des principaux symboles

Lettre Acier Nombre


S De construction Re (limite élastique)
P Pour appareil sous pression Re
L Pour tubes de conduite Re
E De construction mécanique Re
B A béton Rm
Y Pour béton précontraint Rm
R Pour ou sous forme de rails Re
H ou HT Laminé pour emboutissage à froid Re ou Rm
DC , DD , DX Laminé pour laminage à froid .
Si l’acier est spécifié sous forme d’une pièce moulé , sa désignation doit être procédé de la
lettre G
S 185 (A 33) acier non allié de résistance à la rupture par extension R min 290Mpa
E 360 (A70) acier non allié de résistance à la limite minimale apparente d'élasticité 360Mpa
remarque:
Ces aciers ne conviennent pas aux traitements thermiques.(% de carbone).
- Aciers moulables :
GE 295 :
G, Symbole acier moulé.
295, Acier non allié de résistance à la limite minimale apparente d'élasticité 295Mpa et de
résistance minimale à la rupture par extension R min 470Mpa.
- Aciers de forgeage:
AF 42/C20:
AF, Symbole acier de forgeage.
42, Résistance minimale à la rupture par extension R min 42Mpa.
C20, Contenant 20/100 = 0.2% de carbone.
b/- Aciers spéciaux non alliés pour traitement thermique :
Il s’agit des aciers dont la teneur en manganèse est inférieure à 1% . La teneur en carbone et
impuretés est connu avec précision. Ces aciers sont utilisés pour des pièces en construction
mécaniques. Ils conviennent aux traitements thermiques et au forgeage.
Leur désignation comprend la lettre C suivie d’un nombre égale à 100 fois la teneur
centésimale moyenne en carbone.
Exemple :
C45 ou GC45 pour le moulage
C, Symbole acier spéciaux non alliés pour traitement thermique
45, Contenant 45/100 = 0.45% de carbone.
C 40 = acier non allié à 0.40 % de carbone
C 12 = acier non allié à 0.12 % de carbone
Remarque :
L’ancienne désignation utilisait XC à la place de C
2-2 / -Aciers faiblement alliés
Aucun élément d'addition n'atteint la teneur de 5% .
Il s’agit des aciers dont la teneur en manganèse est supérieure ou égale à 1%, et la
teneur de chaque élément d’alliage est inférieure à 5%.
La désignation comprend dans l’ordre :
o Un nombre entier égal à 100 fois la teneur centésimale moyenne en carbone
o Une ou plusieurs lettres, représentant les symboles chimiques des éléments d’alliages
rangés dans l’ordre décroissant des teneurs en ces éléments
o Une suite de nombre indiquant les valeurs des teneurs des divers éléments d’alliages
affectées d’un multiplicateur (voir tableau qui suit) et arrondies à l’unité la plus proche .
facteur multiplicateur Symbole chimique des éléments
4 Cr, Co, Mn, Ni, Si, W
10 Al, Be, Cu, Mo, Nb, Pb, Ta, Ti, V, Zr
100 Ce, N, P, S
1000 B
Exemples :
115 Cr V 3 (STUB)
30 Cr Ni Mo 8 :
Ici pas de symbole devant le chiffre 30, cela caractérise les aciers faiblement alliés
30, Contenant 30/100 = 0.30% de carbone.
Cr, Symboles chimiques des éléments d'addition dans l'ordre des teneurs décroissantes.
Teneur du 1er élément d'addition en % x facteur. Avec 8/4 = 2% de chrome. Nickel et du
molybdène en faible teneur (non précisée).
55 Cr 3 = acier faiblement allié à 0.25 % de carbone, 0.75% de chrome
42 Cr Mo 4 = acier faiblement allié à 0.42 % de carbone, 1% de chrome et contenant du
molybdène
2-2-3/ Les aciers fortement alliés
Au moins un élément d'addition atteint la teneur de 5%

Il s’agit des aciers dont la teneur d’au moins un élément d’alliage est supérieure ou égale à 5%.
La désignation est identique à celle du groupe précédent, mais elle est précédée par la lettre X
et les teneurs des éléments sont données sans multiplicateurs, c’est à dire qu’il s’agit de teneurs
réelles.
Exemple :
X 5 Cr Ni 18-10 (Z 6 C N 18-09)
X acier fortement allié
5 contenant 5/100 = 0.05% de carbone avec 18% de chrome et 10% de nickel.
Cr, Ni Symboles chimiques des éléments d'addition dans l'ordre des teneurs décroissantes,
1er élément Cr, le Chrome
2ème élément Ni, le Nickel
18 Teneur du 1er élément d'addition 18% de Chrome
10 Teneur du 2ème élément d'addition 10% de Nickel
X 30 Cr 13 = 0.30% de carbone, 13 % de chrome
Z 30 C 13 = ancienne désignation
X 10 Cr Ni 18-8 = 0.10% de carbone, 18% de chrome, 8% de nickel
Z 10 C N 18-8 = ancienne désignation
Désignation des fontes
Les fontes sont aussi des alliages fer-carbone dont la teneur en ce dernier est comprise entre 2et
6.70%
De même que les aciers, les fonderies produisent de nombreuses nuances de fonte adaptées aux
besoins des utilisateurs.

1/ Fontes blanches (fonte à cémentite)


La désignation des fontes blanches comprend le symbole FB suivi des symboles chimiques des
éléments d’alliages avec indication de leurs teneurs.
Exemple :
FB Cr 12 Mo Ni : fonte blanche à 12% de chrome et contenant du Mo et Ni
2/ Fontes grises à graphite lamellaire
La désignation comprend le symbole FGL suivi de la valeur minimale de la résistance à la
traction en MPa
Exemple :
FGL 300 = fonte grise à graphite lamellaire de résistance minimale à la traction égale à 300 MPa
Remarque
D'autres désignations existent :
EN-GJL 250 :
EN Préfixe des fontes
JL, Symbole de la fonte à graphite lamellaire.
250, Résistance minimale à la rupture par extension R min 250Mpa.
3/ Fonte grise à graphite sphéroïdal
La désignation comprend le symbole FGS suivi de la valeur minimale de la résistance à la
traction en MPa , séparé par un tiret de la valeur minimale de l’allongement % (A% )
Exemple :
FGS 600-2 = fonte grise à graphite sphéroïdal avec R mini égale à 300 MPa A%=2
Remarque
EN-GJS 600-3 :
EN Préfixe des fontes
GJM ou GJS, Symbole de la fonte à graphite sphéroïdal.
600, Résistance minimale à la rupture par extension R min 600Mpa.
3, Allongement en % mesuré après rupture, A 3%.
4/ Fontes grises malléables
4-1/ Fonte grise malléable à cœur noir
Sa désignation comprend le symbole MN suivi de la valeur minimale de la résistance à la
traction en MPa et séparé par un tiret de la valeur minimale de l’allongement %
Exemple :
MN 450-10 = fonte grise malléable à cœur noir ayant : Rm = 450 MPa et A%=10
Remarque
EN-GJMB 350-10 :
EN Préfixe des fontes
GJMB, Symbole de la fonte malléable à cœur noir
350, Résistance minimale à la rupture par extension R min 350Mpa.
10, Allongement en % mesuré après rupture, A 10%.
4-2/ Fonte grise malléable à cœur blanc
Elle a la même désignation que la fonte grise à cœur noir mais avec le symbole MB
Exemple :
MB 380-12 = fonte grise à cœur blanc avec Rm = 380 MPa et A%= 12
Remarque
Autre désignation :
EN-GJMW 400-10 :
EN Préfixe des fontes
GJMW, Symbole de la fonte malléable à cœur blanc.
400, Résistance minimale à la rupture par extension R min 400Mpa.
10, Allongement en % mesuré après rupture, A 10%.
5/ Fontes austénitiques
La désignation comprend, selon le cas, le symbole FGL ou FGS suivi des symboles
chimiques classés par teneur décroissant.

Exemple :
FGL NI 20 Cr 2 = Fonte austénitique à graphite lamellaire contenant 20% de Ni et 2% de Cr

Désignation des métaux et alliages non ferreux

A/ Aluminium & alliages d’aluminium

1/ Aluminium et alliage d’aluminium moulés


Il s’agit d’une désignation qui est à la fois numérique et symbolique .
1-1/ Partie commune aux désignations numérique & symbolique
La désignation est composée successivement des éléments suivants :
- le préfixe EN suivi d’un espace
- La lettre A, qui représente l’aluminium
- la lettre C (cast), qui représente les produits moulés
- un tiret
1-2/ Désignation numérique
La première partie de la désignation EN AC est suivie de 5 chiffres représentant la
composition chimique . Les deux premiers indiquent le groupe d’alliage (voir tableau 1) et les 3
derniers sa composition chimique.
Exemple :
EN AC –42000 :
1-3/ Désignation symbolique
La première partie de la désignation EN AC est suivie de symboles chimiques des
éléments d’addition (voir tableau 2 ) successivement suivis de leurs teneurs massiques prises
dans l’ordre décroissant .
Exemple :
EN AC AlSi7Mg = alliage d’Al à 7% de Si et des traces de Mg

2/ Aluminium & alliages d’aluminium corroyés


2-1/ Partie commune aux désignations numérique et symbolique
La désignation est composée successivement des éléments suivants :
Le préfixe EN suivi d’un espace
La lettre A, qui représente l’aluminium
La lettre W (wrought), qui représente les produits corroyés
Un tiret
Corroyé = filé – étiré – laminé – forgé à chaud

2-2/ Désignation numérique


La première partie de la désignation EN AW – est suivie de 4 chiffres représentant la
composition chimique.
La signification des 4 chiffres est la suivante :
Le premier chiffre indique le groupe d’alliage (voir tableau 1)
Pour le groupe 1 , les deux derniers chiffres indiquent le % minimal d’aluminium au-delà de
99.00 % et le deuxième chiffre indique des modifications dans les limites d’impuretés ou dans
les éléments d’addition .
Pour les groupes 2 à 8 , les deux derniers chiffres servent seulement à identifier l’alliage tandis
que le deuxième chiffre indique les modifications de l’alliage ( 0 = alliage original )
1 Aluminium 5 Magnésium
2 Cuivre 6 Magnésium et Silicium
3 Manganèse 7 Zinc
4 Silicium 8 Autres éléments
Exemple :
EN AW – XYZ
Groupe 1
X = 1 : désignation de l’Al non allié , pureté > 99%
Y = 0 : Nombre d’impuretés pour lesquelles des contrôles sont prévus (0= aucun)
Z = 50 : Les 2 chiffres après la virgule pour des puretés > 99%
Groupe 2
X = 2 (2à 8) : désignation du groupe d’alliage
Y = 0 : Modification subie par l’alliage original
Z = 17 : Identification de l’alliage
EN AW – 2024 : alliage d’aluminium corroyé, comme élément d’alliage : le cuivre = 4%. Cet
alliage n’a subi aucune modification = 0.
2-3/ Désignation symbolique
Elle est destinée à compléter la désignation numérique définie au paravent. Elle utilise les
symboles chimiques du métal (tableau 2) et est placé entre crochets après la désignation à 4
chiffres.
Les désignations de l’aluminium non allié destiné au corroyage sont constituées du symbole
chimique du métal (Al ) suivi d’un espace et du pourcentage de pureté exprimé avec une ou
deux décimales .
Exemple :
EN AW – 1199 [ Al 99.99]
EN AW – 1070 [Al 99.70 ]
Si un élément est ajouté en faible teneur à l’aluminium non allié, le symbole correspondant à cet
élément sera ajouté sans espace après le pourcentage de pureté.
Exemple :
EN AW – 1100 [Al 99.0CU]
Pour les alliages d’aluminium corroyés , la désignation est constitué du symbole Al suivi d’un
espace et des symboles des éléments d’additions principaux . Ces symboles sont ensuite suivis
par des nombres exprimant la teneur de ces éléments.
Ils sont ordonnés par teneurs décroissantes.
Exemple :
EN AW – 6061[ALMg1SiCu]
EN AW – 2014 [AlCu5PbBi]
En AW – 7050 [AlZn6CuMgZr]
Remarque :
Aluminium et alliages d’Al de fonderie
a/ Métal non allié.
La désignation se compose du symbole abrégé du métal de base (A) suivie de l’indice de
pureté représenté par un chiffre et dont la valeur augmente lorsque la pureté croit.
Exemple :
A5 (aluminium à 99.5 %)
b/ Alliage d’aluminium
La désignation se compose de deux groupes de chiffres et lettres.
Le premier groupe comprend : Le symbole abrégé du métal de base, éventuellement suivi de
l’indice de pureté chimique.
Le deuxième groupe, séparé du premier par un tiret, comprend : les symboles représentants un
certain nombre d’éléments d’addition et, éventuellement leur teneur.
Exemple :
A –S 10 G
(Alliage d’aluminium –10 % de silicium - addition de magnésium).
A–U5GT
(Alliage d’aluminium –5 % de cuivre – addition de magnésium et de titane

B/ Cuivre et alliage du cuivre


La désignation du cuivre et ses alliages comporte les symboles chimiques de l’élément de
base Cu et ceux des éléments d’alliages , suivis de nombres indiquant leurs teneurs > 1%
Ils sont rangés par ordre décroissant de teneurs
Exemple :
- Cuivre :
Cu - 99 :
Cu, Symbole chimique.
99, Indice de pureté (cuivre pur à 99,99%).
- Alliages de cuivre :
Cu - Zn 36 - Pb 2:
Cu, Symbole chimique (cuivre).
Zn, 1er élément d'addition zinc avec 36%.
Pb, 2ème élément d'addition plomb 2%.
CuZn39Pb2 : alliage de Cu-39% de Zn – 2% de Pb
CuNi30Mn1Fe : alliage de Cu –30% Ni – 1% Mn –fer

C/ Alliages du Zinc
La désignation de ces alliages, utilise les symboles AFNOR du tableau 2 et se fait par deux
groupes de lettres et de chiffres.
Le premier groupe désigne le métal de base par une lettre qui n’est généralement pas suivi d’un
chiffre indiquant la pureté.
Le deuxième groupe, séparé du premier par un tiret, comporte les lettres des principaux éléments
d’addition respectivement suivis par les nombres correspondants aux teneurs de ces éléments. Le
classement est fait par teneurs décroissantes.
Exemple :
Z - A4 - G :
Z, Symbole métallurgique (zinc).
A4, 1er élément d'addition, avec 4% d'aluminium.
G, 2 ème élément d'addition, faible teneur de magnésium (non précisée).
Z – A4G : alliage de zinc –4% d’Al et de magnésium
Z – S7G0.3 : alliage de zinc à 7% de Si et 0.30% de magnésium

D/ Alliages de Titane
Le principe est le même que pour les alliages d'aluminium de fonderie. On utilise les symboles
métallurgiques. (fig. 1)
Exemple :
T - A5 - E2 :
T, Symbole métallurgique (titane).
A5, 1er élément d'addition avec 5% d'aluminium.
E2, 2ème élément d'addition avec 2% d'étain.

Vous aimerez peut-être aussi