Vous êtes sur la page 1sur 12

1

Pr. Meriem JOUNDI Ecole Supérieure de Technologie Casablanca


Mathématiques pour la gestion S1 Université Hassan II Casablanca

Chapitre 1

Suites numériques

• Suites arithmétiques et suites géométriques


• Applications aux calculs financiers
• Exercices

Année Universitaire : 2020/2021


Chapitre 1: Suites numériques 3

1.1 Suites arithmétiques et suites géométriques


1.1.1 Définitions
Une suite est une succession de termes formés d’après une loi donnée. Par exemple 1, 4, 9, 16 est une suite.
Une suite finie a un nombre fini de termes. Nous pouvons généraliser une suite finie en la représentant de la
façon suivante : u1 , u2 , u3 , u4 , u5 , ..., un .
Une suite infinie a un nombre illimité de termes. Nous notons par des points de suspension une suite infinie.
Par exemple, si nous continuons indéfiniment à écrire les termes de la suite ci-dessus, nous obtenons la suite
infinie 1, 4, 9, 16, ... Avec la représentation généralisée, nous obtenons : u1 , u2 , u3 , u4 , ...
Le terme général ou ne terme a une expression qui indique comment former les différents termes. Dans l’exemple
ci-dessus, le terme général est un = n2 . Le premier terme s’obtient en posant n = 1, le deuxième en posant
n = 2, etc.

1.1.2 Suites arithmétiques


Dans une suite arithmétique, la différence entre deux termes consécutifs est constante et non nulle : un+1 −un =
r, ∀ n ≥ 1.
r est appelé la raison de la suite. Si r est positif, la suite est monotone croissante, s’il est négatif, elle est
monotone décroissante. Nous pouvons représenter une suite arithmétique de la façon suivante :
u1 = u1
u2 = u1 + r
u3 = u2 + r = (u1 + r) + r = u1 + 2 . r
u4 = u3 + r = (u1 + 2 . r) + r = u1 + 3 . r
. = ...
un = un−1 + r = u1 + (n − 1) . r
. = ...
Alors :
un = u1 + (n − 1) . r
D’une manière générale :
un = um + (n − m) . r
Exemple 1.1.1 La suite arithmétique 33, 41, 49, ... a pour raison r = . . . et comme premier terme u1 = . . . .
Déterminer son 100e terme.

1.1.3 Suites géométriques


un+1
Dans une suite géométrique, le rapport entre deux termes consécutifs est constant et différent de 1 : = q,
un
où q est appelé la raison de la suite. Si q est positif, tous les termes ont le même signe que u1 , si q est négatif,
la suite est alternée. Nous pouvons représenter une suite géométrique de la façon suivante :
u1 = u1
u2 = u1 . q
u3 = u2 . q = (u1 . q) . q = u1 . q 2
u4 = u3 . q = (u1 . q 2 ) . q = u1 . q 3
. = ...
un = un−1 . q = u1 . q n−1
. = ...
Alors :
un = u1 . q n−1
D’une manière générale :
un = um . q n−m
1 1
Exemple 1.1.2 La suite géométrique 2, 1, , , ... a pour raison q = . . . et comme premier terme . . . .
2 4
Déterminer son 10e terme.
Chapitre 1: Suites numériques 4

1.2 Applications aux calculs financiers


1.2.1 Capitalisation à intérêts simples
Un capital C0 est placé à intérêts simples pendant n périodes au taux t et à la fin de chaque période, on reçoit
un intérêt (C0 .t). Alors après :
• la 1re période : C1 = C0 + C0 . t
• la 2e période : C2 = C1 + C0 . t = (C0 + C0 . t) + C0 . t = C0 + 2 . (C0 . t)

• la 3e période : C3 = C2 + C0 . t = (C0 + 2 . (C0 . t)) + C0 . t = C0 + 3 . (C0 . t)


..
.
• la ne période : Cn = Cn−1 + C0 . t
La valeur acquise au bout des n périodes est : Cn = C0 + n . (C0 . t).

Il s’agit d’une progression arithmétique de 1er terme C0 et de raison r = (C0 . t).


Exemple 1.2.1 Reda dépose un montant 7800 dhs au taux annuel de 6 %. Calculer la valeur acquise au bout :
• de 9 mois.

• de 50 jours.

1.2.2 Capitalisation à intérêts composés


Une capitalisation est dite à intérêts composés lorsque à la fin de chaque période, les intérêts sont incorposés
dans le capital de la période suivante, on perçoit donc des intérêts sur les intérêts. Alors après :
• la 1re période : C1 = C0 + C0 . t = C0 . (1 + t)
• la 2e période : C2 = C1 + C1 . t = C1 . (1 + t) = (C0 . (1 + t)) . (1 + t) = C0 . (1 + t)2
• la 3e période : C3 = C2 + C2 . t = C2 . (1 + t) = (C0 . (1 + t)2 ) . (1 + t) = C0 . (1 + t)3
..
.
• la ne période : Cn = Cn + Cn . t = Cn . (1 + t)
La valeur acquise au bout des n périodes est : Cn = C0 . (1 + t)n .

Il s’agit d’une progression géométrique de 1er terme C0 et de raison q = (1 + t).

Exemple 1.2.2 Même énoncé de l’exemple précédent. Calculer la valeur acquise au bout 7 ans.
Chapitre 1: Suites numériques 5

1.3 Exercices
Exercice 1 La suite (un ) est une suite arithmétique de raison r.
1. On donne : u5 = 7, r = 2. Calculer u1 et u25 .
2. On donne : u3 = 12, u8 = 0. Calculer r, u0 et u18 .
Exercice 2 La suite (un ) est une suite géométrique de raison q.

1. On donne : u1 = 3, q = −2. Calculer u4 et u12 .


2. On donne : u3 = 2, u7 = 18. Calculer q, u0 et u20 .
Exercice 3 A la sortie de l’école, Saloua obtient un travail rémunéré à 86.000 dhs annuellement, on lui
promet une augmentation annuelle de 2500 dhs. Quel sera son salaire au bout de 5 ans ?

Exercice 4 Au cours d’une bourse aux livres, un manuel scolaire perd chaque année 12 % de sa valeur. Un
livre a été acheté neuf en 1985, il coûtait alors 150 dhs. Quel est son prix à la bourse aux livres de 1990 ? de 1995 ?

Exercice 5 Un capital de 50.000 dhs est placé à intérêts composés au taux annuel i= 0,09 pour un dirham.
Capitalisation annuelle des intérêts. Calculer sa valeur acquise au bout de 7 ans.

Exercice 6
a) Calculer la valeur acquise, a intérêt composé, par an de 10.000 dhs au bout de 10 ans. Taux annuel i =0,09.
Capitalisation annuelle des intérêts.

b) Même calcul en intérêt simple.


c) Au bout de combien de temps la valeur acquise à intérêt composé serait-elle égale à la valeur obtenu en b)
même capital et même taux.
d) Au bout de combien de temps la valeur à intérêt simple serait-elle égale à la valeur acquise obtenu en a).

e) A quel taux un capital de 10.000 dhs, placé à intérêt simple, atteindra-t-il en 10 ans la valeur acquise en
a).
Exercice 7 En 1986 un ménage a payé 20.000 dhs d’impôts sur le revenu.
En 1994, il a payé 33.000 dhs. On note In l’impôt payé à la nème période (1986 la période de base I0 = 20.000).
1. Déterminer l’indice n de In tel que In = 33.000 dhs.

2. On suppose que la suite (In ) est arithmétique :


a) déterminer la raison r de la suite,
b) calculer l’impôt payé en 1992,
c) calculer la somme S des impôts payés sur la période 1986-1994.

3. On suppose que la suite (In ) est géométrique, de raison q :


a) déterminer la raison q de la suite,
b) calculer la somme S des impôts payés sur la période 1986-1994.
Exercice 8 Dans une entreprise, une population initiale de 1000 employés évolue ainsi : chaque année 20%
des employés quittent leur emploi (licenciement, démission, fin de CDD, départ en retraite) et 120 employés
sont embauchés. Décrire l’évolution de cette population au bout de n années ( on la note Pn , avec P0 = 1000).
Pr. Meriem JOUNDI Ecole Supérieure de Technologie Casablanca
Mathématiques pour la gestion S1 Université Hassan II Casablanca

Chapitre 2

Représentation graphique des


fonctions usuelles
• Coordonnées cartésiennes
• La droite
• Différents types de fonctions
• Applications économiques
• Exercices

Année Universitaire : 2020/2021


Chapitre 2: Représentation graphique des fonctions usuelles 7

2.1 Coordonnées cartésiennes


Les couples (x, y = f (x)) d’une fonction peuvent être représentés graphiquement à l’aide d’un système de
coordonnées qui est constitué généralement de deux axes gradués et perpendiculaires.
Pour localiser un point dans un repère, il suffit de reporter les coordonnées (x, y) du point dans un système de
coordonnées cartésiennes comme suit :

2.2 La droite
Une équation du type y = ax + b, où a et b sont des paramètres dont l’un au moins n’est pas nul, est dite
équation cartésienne d’une droite.
Un point appartient à la droite si et seulement si ses coordonnées satisfont l’équation ci-dessus.

Pour cela, il y a deux problèmes à envisager :


1. Connaissant l’équation cartésienne, représenter la droite graphiquement.
2. Connaissant deux points d’une droite, trouver l’équation cartésienne correspondante.

Exemple 2.2.1 Soit l’équation de la droite y = 4x − 2. Représenter la droite graphiquement.

Exemple 2.2.2 Sachant que la droite y = ax + b passe par les deux points (1, 2) et (3, 4), trouvons a et b.

Dans l’équation générale d’une droite, y = ax + b, il peut y avoir a = 0 ou b = 0. Si b = 0, cela signifie que la
droite passe par l’origine, à savoir le point (0, 0). Si a = 0, la droite est horizontale et passe en y = b.

2.3 Différents types de fonctions


1. Polynômes
Nous appelons polynôme de degré n la fonction donnée par :

y = an xn + an−1 xn−1 + ... + a1 x + a0


Chapitre 2: Représentation graphique des fonctions usuelles 8

où an 6= 0, n ∈ N et a0 , a1 , ..., an ∈ R sont les coefficients du polynôme.


Pour n = 1, en posant a1 = a et a0 = b nous obtenons le polynôme de degré 1 : y = ax + b dont nous
savons que sa représentation graphique est une droite.

Exemple 2.3.1 Regardons le polynôme de degré 2 donné par : y = ax2 + bx + c dont la représentation
graphique est une parabole. Dans la figure ci-dessous, nous observons deux paraboles différentes suivant
le signe de a.

2. Fonctions puissances
Nous appelons fonction puissance la fonction y = xα , où α est une constante arbitraire.
p
Lorsque α est rationnel (α ∈ Q), il peut toujours s’écrire sous la forme α = où p et q sont des entiers
√ q
et q 6= 0. Dans ce cas, xα = xp/q = q xp (nous lisons ”racine q ème de x puissance p”).
Le domaine de définition de la fontion y = xα dépend de la nature du nombre α, par exemple, si α est
un entier négatif ou nul, c’est-à-dire α ≤ 0, alors le domaine de définition sera R − {0}.
Si α = 1/q, où q est un entier strictement positif, alors le domaine de définition sera R lorsque q est
impair et R+ = {x ∈ R : x ≥ 0} lorsque q est pair.

Exemple 2.3.2 Les graphes de la fonction y = xα avec différentes valeurs de α sont représentées ci-
après :
Chapitre 2: Représentation graphique des fonctions usuelles 9

3. Fonctions exponentielles et logarithmiques

Nous appelons fonction exponentielle la fonction y = ax , où a > 0 et a 6= 1.


Le fonction réciproque de y = ax est appelée fonction logarithmique et se note y = loga x, où a > 0,
a 6= 1 et x > 0.
Puisque l’ensemble des valeurs de la fonction exponentielle est 0 < y < +∞, la fonction logarithmique ne
peut être définie que pour les valeurs positives de l’argument et admet ainsi pour domaine de définition
0 < x < ∞, c’est-à-dire R+ − {0}.
L’indice a dans loga indique que le logarithme est pris en base a. En pratique, les bases utilisées sont la
base 10 et la base e (logarithme népérien ou logarithme naturel, e ∼
= 2.7182). C’est pourquoi le logarithme
en base 10 s’écrit simplement log x et le logarithme naturel se note ln x.

Exemple 2.3.3 Les fonctions exponentielles et logarithmiques pour différentes bases sont représentés
ci-après :
Chapitre 2: Représentation graphique des fonctions usuelles 10

• Graphes de fonctions exponentielles

• Graphes de fonctions logarithmes

Rappelons ici quelques règles de manipulation des logarithmes :

1) aloga x = x 6) loga (x.y) = loga x + loga y


2) loga (ax ) = x 7) loga (x/y) = loga x − loga y pour y 6= 0
3) loga (a) = 1 8) loga (x√r ) = rloga x
4) loga 1 = 0 9) loga ( r x) = 1/rloga x pour r 6= 0
lnx
5) loga x = 10) logb x = logb a.loga x
lna
Chapitre 2: Représentation graphique des fonctions usuelles 11

2.4 Applications économiques


Nous nous intéressons aux fonctions de demande, d’offre et de consommation. En économie élémentaire, la
fonction de demande est une droite de pente négative, c’est-à-dire que lorsque les prix augmentent, la quantité
demandée diminue, et lorsque les prix diminuent, la quantité demandée augmente. Représentons dans la figure
ci-après une fonction de demande.

Par convention, le prix sera indiqué sur l’axe des y et la quantité demandée sur l’axe des x. La variable x
représente la quantité et la variable y le prix.
Exemple 2.4.1 La demande de montres est de 10 unités si les prix est égal à 160 dirhams et elle est de 20
unités si le prix est égal à 120 dirhams. Déterminer la fonction de la demande et représenter la graphiquement.
En général, la fonction d’offre est une droite de pente positive, c’est-à-dire que lorsque les prix augmentent, la
qualité offerte augmente aussi, et lorsque les prix diminuent, la quantité offerte diminue aussi. Comme pour
la fonction de demande, x représente la quantité, et y le prix. A nouveau, seules valeurs positives de x et de y
nous intéressent. Représentons ci-dessous une fonction d’offre.

Exemple 2.4.2 Trouver le point d’équilibre du marché pour les équations de demande et d’offre suivantes :

offre : y = x2 + 5x + 2
demande : y = −2x2 + 3

Exemple 2.4.3 On dépose 10.000 dhs à un taux annuel de 4%. On va calculer la somme que l’on reçoit si
les intérêts sont payables une fois par année et s’ils sont payables 4 fois par année.
Chapitre 2: Représentation graphique des fonctions usuelles 12

2.5 Exercices
Exercice 1 Si le prix d’une montre est de 80 dirhams, aucune n’est vendue. Si la montre est gratuite, la
demande est de 40 montres.
Quelle est l’équation de la demande ?
Représenter graphiquement cette demande.

Exercice 2 Trouver le point d’équilibre du marché pour les équations de demande et d’offre suivantes :

demande : y = −5x + 11
offre : y = 2x + 4

Exercice 3 Le point d’équilibre du marché se trouve au point (4, 6). La droite représentant la fonction d’offre
a une pente de 2 et celle représentant la fonction de demande passe par le point (0, 10).
Déterminer dans ce cas les équations de demande et d’offre.

Exercice 4 Soit le couple (2, y0 ) le point de l’équilibre du marché.


La fonction d’offre est donnée par : y = x2 + 2.
Le fonction de demande est données par : y = ax2 + 2x + 6.
Trouver a et y0 .

Exercice 5 Une société dispose de 80 000 dirhams à placer et elle veut récupérer son dépôt après 20 ans.
Deux options s’offrent à elle : 5% d’intérêt payable 2 fois par année ou 4.5% d’intérêt payable 6 fois par année.
Quelle option a-t-elle intérêt à choisir ?

Exercice 6 La même société a, cette fois, un capital C0 à déposer. Une première banque lui offre 5% d’intérêt
payable 2 fois par année.
Quel doit être le taux d’intérêt de la seconde banque, si les intérêts sont payables 4 fois par année, pour offrir
les mêmes prestations que la première banque ?

Vous aimerez peut-être aussi