Vous êtes sur la page 1sur 68

1

Le métamorphisme

2
définition
Métamorphisme est:
l’ensemble des transformations minéralogiques,
structurales et parfois chimiques, qui s’effectuent
à l’état solide, sous l’effet de variations des
facteurs métamorphiques.

Taadit mustapha
3
Les limites du métamorphisme

4
Les limites du métamorphisme

Taadit mustapha
5
Les phénomènes à la limites du
métamorphisme
 Altération: Ensemble des processus de surface
modifiant les propriétés physicochimiques des minéraux
(et des roches) par des agents atmosphériques (eau, air,
vent).
 Diagenèse: Ensemble des processus transformant un
dépôt sédimentaire en une R.sédimentaire
(compaction,dissolution, lithification).
 Anatexie: Une fusion partielle de roches
métamorphiques préexistantes .
 Magmatisme: Ensemble des phénomènes liés à la
formation, aux déplacements et à la cristallisation
magmas.

Taadit mustapha
6
Affleurement des roches
métamorphiques

Taadit mustapha
7
Schiste vert

Taadit mustapha
8
Schiste vert

Taadit mustapha

Taadit mustapha
9
Le micaschiste

Taadit mustapha

10
Le micaschiste

Taadit mustapha
11
Le gneiss

Taadit mustapha
12
Le gneiss

Taadit mustapha
13
Schiste bleu (métagabro à
glaucophane)

14 Taadit mustapha
Eclogite

Taadit mustapha
15
Roches métamorphiques selon l’origine

16 Taadit mustapha
Lame mince de roches métamorphique

Schiste Micaschiste gneiss

Taadit mustapha
17
Minéralogie et texture
Roche schiste Micaschiste gneiss
minéralogie Chlorite + séricite Quartz+mica (blanc Quartz
(ressemble au mica =muscovite +mica +feldspath+mica
blanc)+minéraux noir =biotite) + +sillimanite+grenat
argileux staurotide +d’autres +autres minéraux
minéraux
Texture Schistosité fine Schistosité Schistosité grossière
(débitable) moyenne=foliation =foliation
(débitable) Non débitable
Ces roches ont toute une texture schisteuse (texture métamorphique)
Schistosité est une structure de roches métamorphique qui se manifeste par une
alternance de de lits claires(quartz et feldspath) et de lits sombre (minéraux
plats=micas).

Taadit mustapha
18
Chimisme
Roche Schiste Micaschiste gneiss
Silice : SiO2 60.2% 60.9% 68.7%
Alumine : Al2O3 20.9% 19.1% 16.2%
Ferromagnésiens :FeO 7.35% 6.7% 6.1%
,Fe2O3,MgO
Alcalins : Na2O, K2O 7.1% 7.5% 8.5%
L’eau : H2O +++++ ++ +

Taadit mustapha
19
conclusion

Les trois roches métamorphiques


ont :

même composition chimique;

 même texture;

une composition minéralogique


différentes.
cela s’explique par le fait que
ces trois roches dérivent de la
même roches mère (même
composition chimique) mais elles
ont subit un métamorphisme de
degré croissant

Taadit mustapha
20
Facteurs métamorphiques

Taadit mustapha
21
Origine de l’énergie thermique

Taadit mustapha
22
Température
 L’expérience de Winkler et col :
Ont mis un mélange de minéraux argileux (roche sédimentaire)
dans une autoclave dans des conductions de pression
constante à P=2kbar et une température croissante (de 0 à
800°c)ainsi on a constaté les résultats suivants :

Taadit mustapha
23
La température et réaction
minéralogique
 La température a pour rôle d’activer les transformations
minéralogiques et la recristallisation. La température et
plus précisément l’énergie thermique est le principal
facteur du métamorphisme.
 NB : Au cours du métamorphisme, la composition
chimique d’une roche (système) peut être :
 invariable (à l'exception des teneurs en H2O et CO2) : il
s'agit donc de transformations isochimiques qui ont lieu en
"système fermé (métamorphisme isochimique)
 Variable dans le cas de metamorphisme allochimique

Taadit mustapha
24
transformations minéralogiques.

Plagioclase +
Clinopyroxène
+ H2O

Hornblende

Taadit mustapha
25
Réaction minéralogiques
Transformation isochimique :
NaAlSi3O8  NaAlSi2O6 + SiO2
albite jadéite quartz
Transformation allochimique:
3 CaMg(CO3)2+4 SiO2+H2O Mg3Si4O10(OH)2 +3CaCO3+3CO2
dolomite quartz talc calcite

Taadit mustapha
26
Notion de para genèse
Définition de la
para genèse :
Association de
minéraux stables
pour des conditions
de température et
de pression.

Exemple :
paragenese1 A+B
caractérise T0 et P0
et paragenese2 :
A+C pour T1 et P1.

Taadit mustapha
27
Role des fluides
 Les vides entre les grains dans une
roche sont toujours remplis d'un
fluide, en général du H2O et CO2
avec des minéraux dissous. Ce
fluide est très important pour les
processus métamorphiques parce
qu'il peut transporter des
composants dissous (en solution) et
de la chaleur et il augmente
radicalement la vitesse des
réactions entre minéraux.
 Pression des fluides Pf est pression
exercée au sein des pores des
roches par les fluides. La Pf
favorise la circulation de fluides et
les échanges de matière. La Pf
dépend de la présence des.

Taadit mustapha
28
La pression et les contraintes

Taadit mustapha
29
Rôle des contraintes

 la pression lithostatique (PL) qui est la pression exercée sur


La pression une roche, par les roches qui la surmontent. Elle est isotrope,
orientée c'est à dire homogène dans toutes les directions et
anisotrope n'engendre donc pas de déformation.
est une
contrainte  les contraintes tectoniques (CT) : il s'agit de la pression
permet la exercée sur les roches par l'action des forces tectoniques, elle
réorientation est liée aux chevauchements et aux processus orogéniques.
des minéraux Elle est donc anisotrope elle est orientée et engendre des
lors de la déformations.
recristallisatio  la pression des fluides (Pf) : c'est la pression exercée au sein
n elle permet des pores des roches par les fluides. Elle dépend de la
l’acquisition présence d'H2O et de CO2 qui peuvent être présents dans
d’une les interstices et libérés lors de réactions chimiques de
structure déshydratation ou de décarboxylation. La Pf favorise la
schisteuse. circulation de fluides, accélère les réactions de
transformations minérales, les échanges de matière et
abaissent la température de début de fusion des matériaux

Taadit mustapha
30
Contraintes et pression

Taadit mustapha
31
Les facteurs métamorphiques
 Conclusion :
 Le métamorphisme dépend de plusieurs facteurs :
 La pression responsable de la structure des roches
métamorphiques (schistosité et foliation).
 La température : accélère les réactions chimiques et la
recristallisation des enceins minéraux.
 Les fluides : responsables de la dissolution et le
transport des éléments minéraux, ils génèrent une
pression fluide entre les minéraux d’une roche.
 Le temps est le facteur discret de tous les processus
géologiques et pas seulement le métamorphisme.

Taadit mustapha
32
Les facteurs physiques en géologie :
la pression
 La pression est une grandeur physique notée : P=F/S on l’exprime
en pascal(Pa) ,1Pa= 1N/m2.en géologie on utilise plutôt le bar :
1Bar= 105 Pa.
 A la surface terrestre les roches subissent uniquement la pression
atmosphérique(Pa) qui est de l’ordre de Pa= 1 Bar=1 atm= 760
mm Hg=76 cm Hg. En profondeur les roches subissent en plus de la
Pa la pression des roche appelée pression lithostatique : Pl =ϐ x g x
h et si la roche contient des fluides (Pf).
 Dans les zones de convergence (chaines de montagnes) s’ajoutent la
pression tectonique Pt ou contraintes au totale un point matériel subit
une pression :
 P=Pa+Pl+Pf+Pt
 Calculer la pression d’une roche à la limite du Moho océanique on
considérant la plaque est stable et qu’il n’ya pas de fluide dans la
roche.

Taadit mustapha
33
Les facteurs physiques en géologie :
la température et énergie thermique
 Le geotherme moyen=33°c/km(1°c/30m)

34 Taadit mustapha
Evaluation du métamorphisme :

 Minéral index:
 C’est un géothermomètres, dont la présence apporte
des informations sur la T°, Sillimanite T° > 600°C
 C’est un géobaromètres, dont la présence apporte des
informations sur la P. Jadéite P > 6 kbar
 Définition d’un minéral index : est un minéral stable
pour des conditions de température et de pression il
peut servir à estimer les conditions de T° et P de la
roche qui le contient, un minéral index est un minéral
geobarothérmomètre.

Taadit mustapha
35
Les silicates d’alumines
 Exemple : Les silicates d’alumine
(SiO2,Al2O3=SiAl2O5).
 Les silicates d’alumine sont associés généralement
aux roches métamorphiques; on distingue les silicates
d'alumines anhydres)qui sont au nombre de 3 :
 Andalousite: système Orthorhombique
 Disthène : le système triclinique
 Sillimanite : système Orthorhombique
 Du fait qu’ils ont des formes cristallines différentes et la
même formule chimique, on dit qu’ils sont polymorphes.

36 Taadit mustapha
Les silicates d’alumines

Disthène et sillimanite Andalousite

Taadit mustapha
37
Les silicates d’alumines

Taadit mustapha
38
Silicates d’alumines
 D’après Gilbert et col(voir diagramme)
 quel minéral trouve-t-on dans une roche ?
 T=900°c et P=5Kbar…………………….
 T=400°c P=2Kbar………………………..
 T=600°c, P=10Kbar……………………..
 T=600°c,
P=5Kbar…………………………………
 T=880°c,
P=10Kbar……………………………………
…………………
 Une roche contient l’andalousite, déterminer
au moins une température et une pression
pour la formation d’une telle
roche……………………………………..
 Que pouvez-vous déduire à propos de ces
minéraux ?................................................................
................................

Taadit mustapha
39
Séquence métamorphique :
Roche Argile (roche Schiste vert Micaschiste gneiss
initiale=podolit
he)
Minéralogie Minéraux Chlorite, Muscovite, Biotite, grenat,
argileux séricite biotite … feldspath,
Andalousite…..
structure Litage schistosité Schistosité et foliation
sédimentaire foliation
Condition de P atm P=1.5Kbar P=5Kbar(15km P=+5Km
température T=20°c (1.5km de profondeur) T=+600)c
et de pression profondeur) T=500 à 650°c
T=250à450°c
Séquence métamorphique : schiste vert  micaschiste  gneiss.
Une séquence métamorphique est une suite de roches métamorphiques issues d’une
même roche initiale appelée podolithe (donc ont un même chimisme) mais ayant subit
des conditions de température et de pression croissantes.

Taadit mustapha
40
Séquences métamorphiques
Le nom de La Roche Roches formant la séquence
séquence initiale
Pelitique= Argile ou schiste vert  micaschiste  gneiss.
argileuse argilite
Arénacée. Grés. Quartzite  gneiss  leptynite
Basique. Basalte. Schistes  prasinite  amphibolite  proxénète
Calcopélitique Marnes Micaschiste  amphibolite  pyroxenite.

Taadit mustapha
41
Intensité du métamorphisme :

 Trois façons Pour évaluer l’intensité du


métamorphisme on utilise :
 Les facies métamorphiques.
 Isogrades métamorphiques.

 Les gradients métamorphiques.

 La zonéographie métamorphique

Taadit mustapha
42
Zonéographie métamorphique
 Dans ce système,
trois zones se
succèdent, de plus
en plus profondes.
 Elles présentent un
intérêt limité car
elles ne fournissent
aucune indication sur
les gradients
géothermiques
concernés (haute ou
basse température,
par exemple).

Taadit mustapha
43
Zonégographie métamorphique
 L’anchizone forme la transition entre la diagenèse et le métamorphisme net, pour T = 100 à
200° C et P = 1kbar. Présence constante de chlorite, d’illite bien cristallisée et parfois de
pyrophyllite.
 L’épizone, ou zone supérieure, caractérisée par des températures et des pressions
lithostatiques basses et des pressions orientées fortes. Correspond à un métamorphisme faible.
Roches riches en minéraux hydroxydés (mica blanc, talc, chlorite, épidote, actinote). Limite
supérieure vers T = 500° C définie par l’isograde « biotite ». Se rattache au faciès à
zéolithes.
 La mésozone, ou zone intermédiaire caractérisée par des températures plus élevées.
Correspond à un métamorphisme moyen. Minéraux-index : biotite et muscovite, hornblende,
staurotide, oligoclase, disthène, grenat almandin… C’est la zone des micaschistes et des gneiss
à deux micas. Limite supérieure vers T = 650° C, définie par l’isograde « sillimanite +
feldspath potassique ». Se rattache au faciès à amphibolites.
 La catazone, ou zone inférieure, la température est encore plus élevée, la pression
lithostatique forte et les pressions orientées négligeables. Correspond à un métamorphisme
élevé. Minéraux-index : feldspath potassique, sillimanite, plagioclase basique, pyroxène,
grenat. C’est la zone des gneiss à sillimanite et biotite. Se rattache au faciès des granulites et
des éclogites. Limite supérieure au-delà de 700° C avec le début de la fusion (anatexie).
 L’ultrazone, peu usité avec les leptynites à cordéites et/ou grenat.

Taadit mustapha
44
Le facies métamorphiques :

 La notion de facies métamorphique a été établie


par le finlandais Eskola, en se basant sur l’étude
des roches métamorphiques issues de roches
basaltiques.
 Définition d’un facies métamorphique :

Un facies métamorphique est un ensemble de roches


de chimisme différente mais ayant subit un même
degré de métamorphisme donc les mêmes
conditions de T et P, chaque facies est caractérisé
par des minéraux index.

Taadit mustapha
45
Facies métamorphique occupe donc un
domaine P-T° donné

Taadit mustapha
46
Facies met. et minéraux index
Facies Minéraux index Facies Minéraux index
Schistes vert Chlorite Eclogites Grenat (pyropre)
Schistes bleus Glaucophane Granulites Hypersthene et cordiérite
amphibolites Amphibole (hornblende) Cornéennes aucun

Taadit mustapha
47
Zones et isogrades du métamorphisme
 Une zone métamorphique est une
surface de terrain présentant un
certain degré de métamorphisme ;
ses limites sur le terrain sont
appelé isogrades (courbes de
même degré).un isograde est
caractérisé par l’Apparition ou la
disparition d’un minéral index.
 On note l’isograde minéral (-) ou
minéral (+), exemple :
 Chlo (-) : isograde de disparition
du chlorite.
 cordierite (+) : isograde
apparition de la cordiérite.
 Sill(+) :apparition de la sillimanite.
 C’est quoi un isograde?

48
Taadit mustapha
Les grades métamorphiques

Taadit mustapha
49
Grades métamorphiques
 L’évolution métamorphique des roches suit un trajet
thermodynamique (T et P) qu’on peut subdiviser en deux
portions :
 Trajet prograde ou l’intensité du métamorphisme croit.
 Trajet rétrograde : ou les conditions du métamorphisme
décroissent.
 On s’appui sur le trajet prograde pour déterminer le
gradient métamorphique, on projetons la suite de roche
R1,R2,R3 sur le diagramme (P,T) roches
métamorphique(R1,R2,R3), elles forment une séquence
métamorphique qui passe par suite de facies
métamorphique.
 La suite de roches détermine un gradient métamorphique.

Taadit mustapha
50
Trois types de gradients métamorphiques

 Trois gradients métamorphiques à la


limite des plaques :
 Métamorphisme haute pression
basse température (HP, BT) appelé
aussi gradient franciscain : il
caractérise les zones de
subductions(et chaines
d’obduction),
 Métamorphisme moyenne pression
et moyen température (MP ;
MT)appelé aussi gradient Dalradien
celui des chaines de collision,
 Métamorphisme basse pression et
haute température (BP, HT) appelé
aussi gradient aboukoma il
caractérise les dorsales et les arcs
insulaires.

Taadit mustapha
51
Gradients métamorphiques

Taadit mustapha
52
Types de métamorphismes
 Selon les causes du métamorphisme on peut classer
le métamorphisme en quatre types différents :
 Métamorphisme général ou régional,
 Métamorphisme de contact,

 Métamorphisme d’enfouissement ;

 Métamorphisme d’impact,

 Métamorphisme hydrothermal.

Taadit mustapha
53
Le métamorphisme de contact
 Le métamorphisme de contact se
déroule autour des intrusions
magmatiques et résulte de
l’augmentation de la température au
contact des magmas. Ce type de
métamorphisme entraîne la
recristallisation avec très peu de
déformation. On appelle auréole
métamorphique, l'enveloppe de
roches métamorphisées qui entourent
une intrusion Le degré du
métamorphisme augmente dans toutes
les directions quand on s’approche de
l’intrusion. Les roches métamorphiques
dans ces auréoles on les appelle
cornéennes. Ce type de
métamorphisme est à haute
température, basse
pression=métamorphisme
thermique.

Taadit mustapha
54
Métamorphisme d’impact (ou de choc)

 Le métamorphisme d’impact ou de choc est dû à la


chute de météorites et se produit dans des
conditions de très hautes pressions. Les roches
formées au point d’impact sont des impactites et
enferment des minéraux caractéristiques de très
hautes pressions comme la coésite, la stishovite et le
diamant.

Taadit mustapha
55
Métamorphisme d’impact
 La morphologie des cratères
distingue deux types. Le type simple
(a), qui correspond à un impact
généralement de petite taille, sans
déformations périphériques, et le
type complexe (b), qui conduit à la
formation de failles emboitées en
formes de calottes sphériques dont il
résulte des terrasses en périphérie et
un mamelon central dû au glissement
des terrains vers le centre, sur les
failles « en cuillère » précédemment
décrites. Voir image ci-dessous et le
très bon site web dont elle est tirée

Taadit mustapha
56
Cratère d’impact
 Le cratère de Wolfe
Creek est un cratère
météoritique situé dans
l'État d’Australie-
Occidentale. Il mesure
875 m de diamètre et
60 m de profondeur.
L’impact serait survenu
il y a moins de
300.000 ans au
Pléistocène et c'est
pourquoi il est
facilement identifiable.

Taadit mustapha
57
Météorite énigmatique
 météorite de Chicxulub,
Yucatan, tombée à la
limite entre les époques
Crétacé (fin du
secondaire) et tertiaire
est resté célèbre en
raison de son impact
présumé sur les
dinosaures, bien que
ceux-ci aient commencé
à disparaître avant la
chute du météore de
Chicxulub au Mexique.

Taadit mustapha
58
Cratere d’impact
 Le cratère de
Bosumtwi est récent, 1.3
Ma environ, et de taille
respectable, diamètre
10 km. Néanmoins sa
« lecture dans le
paysage est rendue
difficile à cause de la
végétation et de la
présence du lac, qui le
font confondre avec un
cratère volcanique.

Taadit mustapha
59
Métamorphisme hydrothermal
 Il est lié à des circulations de fluides (eau) à température
élevée. Ces fluides réchauffent les roches traversées et leur
apportent des éléments chimiques (phénomène appelé
métensomatose). Ce type de métamorphisme se rencontre
dans les régions volcaniques surtout sous les océans.
 Généralement, un métamorphisme hydrothermal se déroule
à faible pression à faible température (quelques centaines
de degrés) et en présence d’eaux très chaudes et sous
hautes pression.
 Les roches métamorphisées les plus connues sont les métaga
bbros et la serpentine que l'on trouve au niveau des
dorsales océaniques.

Taadit mustapha
60
Le métamorphisme régional ou
général
 Le métamorphisme régional affecte de grandes
surfaces (plusieurs dizaines de milliers de kilomètres
carrés) qui sont le siège de déformations
tectoniques et contraintes orientées. Il se produit
au cœur des grandes chaînes de Montagnes sous
des conditions de haute température-haute
pression. Les roches métamorphiques formées sont
toujours orientées= texture schisteuse et très
déformées (schistes, micaschistes, gneiss).

Taadit mustapha
61
Textures des roches métamorphiques

 Les structures des roches métamorphiques sont donc


le fruit de la « germination » de nouveaux cristaux,
d’où le nom de structures cristalloblastiques (du
grec blastein, bourgeonner) que leur a donné Becke
en 1903.

Taadit mustapha
62
structure granoblastique

La structure
granoblastique (du
latin granum,
grain) : elle est
assez semblable à
la structure grenue
holocristalline des
roches
magmatiques.

Taadit mustapha
63
Structure myrmékitique

structure myrmékitique (du


grec murmêkitês, qui porte
des traces de fourmi) : voisine
de la précédente, elle
consiste en petits cristaux de
feldspaths (plagioclase)
contenant de fins vermicules
de quartz à disposition
buissonnante. On la rencontre
surtout dans les roches
gneissiques et dans les roches
magmatiques granitoïdes.

Taadit mustapha
64
structure lépidoblastique

structure
lépidoblastique (du
grec lepidos, écaille) :
caractérise les roches
formées par des cristaux
lamellaires (micas, chlorite)
en quantité notable,
disposées parallèlement les
uns aux autres et dont la
direction générale est celle
du plan de schistosité ou de
foliation.

Taadit mustapha
65
structure porphyroblastique

(du grec porphyra,


pourpre) : analogue par son
aspect à la structure
porphyrique des roches
magmatiques, c’est-à-dire
que
des porphyroblastes ou ph
énoblastes (équivalent pour
les roches métamorphiques
des phénocristaux) sont
enchâssés dans une matrice
de cristaux plus fins.

Taadit mustapha
66
structure poeciloblaste

Structure aussi appel


»e poeciloblastique
(du grec poikilos,
varié) : dans ce type
de structure, les
phénoblastes
contiennent des
inclusions de cristaux
plus petits.

Taadit mustapha
67
structure hélicitique

même structure que


la précédente mais
dans laquelle les
phénoblastes ont
subit une rotation
progressive durant
leur croissance,
provoquent des
traînées d’inclusions
aux lignes sinueuses.

Taadit mustapha
68

Vous aimerez peut-être aussi