Vous êtes sur la page 1sur 55

Projet d’études BTS FED option A

Session 2017

U61. CONDUITE DE PROJET

CONSTRUCTION DE 35 LOGEMENTS
COLLECTIFS

Lycée Viollet le Duc


1 Route de Septeuil, Rédigée par :
78640 Villiers-Saint-Frédéric Marion MANDET
SOMMAIRE
INTRODUCTION ....................................................................................................................................................4
PARTIE COMMUNE - PRESENTATION DU PROJET – PARTIE COMMUNE ..................................................................5
1. PRESENTATION GENERALE .................................................................................................................................... 5
a. Dossier de consultation des entreprises ...................................................................................................... 5
b. Présentation générale du projet ................................................................................................................. 6
c. Localisation géographique ......................................................................................................................... 7
d. Principaux intervenants .............................................................................................................................. 7
e. Planning prévisionnel ................................................................................................................................. 8
2. BESOINS ET SOLUTIONS TECHNIQUES....................................................................................................................... 9
a. Les solutions envisageables pour la ventilation........................................................................................... 9
b. Les solutions envisageables pour le désenfumage .................................................................................... 10
c. Les solutions envisageables pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire ................................................... 10
3. PRESENTATION DU LOT ...................................................................................................................................... 11
a. VMC et désenfumage ............................................................................................................................... 11
b. Production et distribution de l’eau de chauffage ...................................................................................... 12
c. Production et distribution d’ECS et d’EF .................................................................................................... 13
4. CONTRAINTES ET REGLEMENTATIONS .................................................................................................................... 14
5. REPARTITION DES ETUDES................................................................................................................................... 16
PARTIE INDIVIDUELLE - PRODUCTION ET DISTRIBUTION D'EAU CHAUDE SANITAIRE ET D’EAU FROIDE .................. 17
1. TRAITEMENT DE L’EAU DE VILLE ........................................................................................................................... 17
a. Arrivée d’eau de ville ................................................................................................................................ 17
b. Traitement de l’eau .................................................................................................................................. 17
2. PRODUCTION D’ECS ......................................................................................................................................... 20
a. Besoin(s) .................................................................................................................................................. 20
b. Capteurs solaires...................................................................................................................................... 26
3. DISTRIBUTION DE L’ECS ET DE L’EF ...................................................................................................................... 28
a. Dimensionnement des réseaux de distribution d’EF .................................................................................. 28
Dimensionnement des réseaux de distribution d’ECS ........................................................................................ 31
b. Dimensionnement du réseau de bouclage ................................................................................................ 33
4. CHIFFRAGE ET DEVIS .......................................................................................................................................... 40
a. Principe .................................................................................................................................................... 40
b. Devis ........................................................................................................................................................ 41
CONCLUSION ...................................................................................................................................................... 43
ANNEXE 1 – SYNOPTIQUE VENTILATION ET DESENFUMAGE ................................................................................. 44
ANNEXE 2 – SCHEMA DE PRINCIPE PRODUCTION EAU CHAUDE ............................................................................ 45
ANNEXE 3 – SYNOPTIQUE DISTRIBUTION EAU CHAUDE........................................................................................ 46
ANNEXE 4 – SCHEMA DE PRINCIPE PRODUCTION D’EAU CHAUDE SANITAIRE ....................................................... 47
2
ANNEXE 5 – SYNOPTIQUE DISTRIBUTION D’EAU CHAUDE SANITAIRE ET EAU FROIDE............................................ 48
ANNEXE 6 – SCHEMA DE PRINCIPE ARRIVEE D’EAU FROIDE .................................................................................. 49
ANNEXE 7 – SCHEMA DE PRINCIPE DISTRIBUTION D’EAU FROIDE POUR LES LOGEMENTS ..................................... 50
ANNEXE 8 - SCHEMA DE PRINCIPE DISTRIBUTION D’EAU FROIDE POUR LES SERVICES GENERAUX ......................... 51
ANNEXE 9 - SCHEMA DE PRINCIPE DISTRIBUTION D’EAU CHAUDE SANITAIRE ....................................................... 52
ANNEXE 10 – FONCTIONNEMENT PRODUCTION ECS ............................................................................................ 53
ANNEXE 11 - SELECTION VASE D’EXPANSION ....................................................................................................... 54
ANNEXE 12 – QUALITE DE L’EAU A BAILLY............................................................................................................ 55

3
INTRODUCTION

Dans le cadre de la réalisation du projet de fin d’étude pour l’acquisition du Brevet de Technicien
Supérieur (BTS) série FED option A, nous avons reçu à notre charge l’étude d’un DCE (Dossier de
Consultation des Entreprises). Ce projet met en œuvre les connaissances acquises tout au long de la
formation du BTS. Le projet qui nous a été assigné concerne la construction de 35 logements collectifs.

Ce projet est constitué de deux parties :

La partie commune (30 H) :

Dans cette partie nous avons pris connaissance des informations du lot CVC-Plomberie. Nous nous
sommes appuyés sur le CCTP, c'est-à-dire, que nous avons listé les différents besoins du client ainsi que
les différentes réglementations puis nous avons élaboré des solutions techniques à mettre en œuvre
pour répondre aux besoins du bâtiment.

La partie Individuelle (90 H) :

Chacun de nous avait à sa charge l’étude d’une partie du CCTP. Pour ma part, j’ai dû étudier la production
et distribution d’eau chaude sanitaire et d’eau froide.
J’explique dans un premier temps le dimensionnement de la production d’eau chaude sanitaire, puis le
dimensionnement du réseau de distribution.

4
PARTIE COMMUNE - PRESENTATION DU PROJET – PARTIE COMMUNE

1. PRESENTATION GENERALE

a. Dossier de consultation des entreprises

Le DCE (Dossier de Consultation des Entreprises) est un dossier transmis au candidat par l’adjudicateur.
Il comporte les pièces nécessaires à la consultation des candidats à un marché. Le DCE que nous avons
reçu comporte les éléments suivants :

 Le CCTP (Cahier des Clauses Techniques et Particulières), un document contractuel rassemblant


les clauses techniques d'un marché public. Il est rédigé par l'acheteur et fait partie des pièces
constitutives du marché public. Il est intégré au dossier de consultation des entreprises.

 Le CCAP (Cahier des Clauses Administratives Particulières), un document contractuel


regroupant l’ensemble des stipulations d'ordre juridique et financières régissant l'exécution du
marché, telles que les conditions de règlement, de financement, les éventuelles garanties, les
conditions de livraison, les pénalités, les délais d'exécution, les modalités de vérifications, etc. …

 Le DPGF (Décomposition du Prix Global et Forfaitaire), un document décomposant les éléments


du prix forfaitaire de la prestation à réaliser, définissant les quantités et les éléments à chiffrer
par les entreprises.

 Des plans techniques relatifs au lot que nous traiterons.

 Le tableau des surfaces des logements.

 L'étude thermique du bâtiment.

 La notice acoustique, un document comprenant l’ensemble des études acoustiques effectuées


pour le bâtiment, ainsi que les caractéristiques techniques de chaque espace (isolation, bruit
d’impact, bruit des équipements, temps de réverbération…).

 Le PGC (Plan Général de Coordination ou PGCSPS (Plan Général de Coordination de Sécurité et


de Protection de la Santé)). C’est un document, imposé par la règlementation française, qui
définit l’ensemble des mesures qui doivent être mises en œuvre pour prévenir les risques sur
certains chantiers.

5
b. Présentation générale du projet

Le DCE prévoit la construction d'un bâtiment de trois étages sur rez-de-chaussée comprenant 35
logements répartis sur deux cages d'escaliers de la manière suivante :

 Au sous-sol : un parc de stationnement d’une capacité de 35 places et d'un ensemble de caves, y


compris locaux techniques.
 Au rez-de-chaussée : 8 logements, (4 dans la cage A et 4 dans la cage B).
 Au 1er étage : 9 logements, (4 dans la cage A et 5 dans la cage B).
 Au 2ème étage : 9 logements, (4 dans la cage A et 5 dans la cage B).
 Au 3ème étage : 9 logements, (4 dans la cage A et 5 dans la cage B).

Le schéma de principe ci-dessous permet de se représenter l'organisation du bâtiment :

Figure 1 : Schéma de principe du bâtiment

6
c. Localisation géographique

Ces logements sont construits dans le département des Yvelines, plus précisément au 8 chemin des
Princes à Bailly situé à 10 km de Versailles.

Ci-dessous vous pouvez voir en rouge la localisation du bâtiment :

Figure 2 : Plan de localisation du projet

d. Principaux intervenants

Maître d’ouvrage :

Le maître d'ouvrage, ou client, est la société DOMAXIS, situé dans le 15ème arrondissement de Paris. Cette
société est spécialisée dans la location et vente de biens immobiliers.

Figure 3 : Logo de la société Domaxis

7
Bureau d’études de conception :

Le bureau d'études de conception est BETOM Ingénierie. Ce dernier est un bureau d’études tous corps
d’état. Il réalise l’ensemble des prestations intellectuelles, de la conception à la construction des
ouvrages dans divers domaines tels que le bâtiment, l’industrie et l’infrastructure, en prenant en compte
l’environnement du projet.

Figure 4 : Logo de Betom Ingénierie

Ce bureau a établi différents lots pour la réalisation de ce projet, par exemple le lot gros œuvre, le lot
serrureries ou encore le lot étanchéité. Le lot qui nous concernera tout au long de ce dossier est le lot
plomberie, VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) et chauffage.

e. Planning prévisionnel

Le planning prévisionnel fourni dans le DCE, ne nous indique pas de date précise concernant le début
des travaux. Néanmoins, notre lot interviendra entre le 9ème et le 16ème mois après le démarrage du
chantier, comme l’indique le planning prévisionnel ci-dessous, à la rubrique « Travaux des corps
d'état ».

Figure 5 : Planning prévisionnel

Le DCE date d'octobre 2012. On peut émettre l’hypothèse que la date de retour des offres était prévue
pour décembre 2012 et que les travaux ont débuté en février 2013 pour se terminer, d’après le planning
prévisionnel, en juillet 2014. De cette manière, on peut conclure que le lot Plomberie-VMC-Chauffage
est intervenu entre octobre 2013 et mai 2014. Ainsi, on peut estimer la réception du projet à juillet 2014.

8
2. BESOINS ET SOLUTIONS TECHNIQUES
Le client exprime les besoins suivants :

Figure 6 : Besoins
Pour satisfaire ces besoins : chauffage des logements, apport d’eau chaude sanitaire et d’eau froide,
extraction d’air des salles d’eau et traitement du parking. Différentes solutions sont à envisager.

a. Les solutions envisageables pour la ventilation

En ventilation, il s’agit d’extraire l’air vicié des salles d’eau et d’apporter de l’air neuf. Différents
procédés sont possibles, comme on peut le voir sur la figure ci-dessous :

Figure 7 : Solutions techniques pour la ventilation


L’avantage d’une centrale double flux est l’économie d’énergie via la récupération de chaleur de l’air
extrait. Néanmoins, ce genre d’installation est plus coûteuse qu’une simple extraction via caisson
d’extraction.

9
b. Les solutions envisageables pour le désenfumage

Pour le désenfumage, il s’agit d’extraire en cas d’incendie, les fumées et d’apporter de l’air neuf.
Différents procédés sont possibles, comme on peut le voir sur la figure ci-dessous :

Figure 8 : Solutions techniques pour le désenfumage

c. Les solutions envisageables pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire

Pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire, il s’agit de produire et de distribuer de l’eau chaude aux
terminaux et de l’eau chaude sanitaire aux distributeurs. Différents procédés sont possibles, comme on
peut le voir sur la figure ci-dessous :

Figure 9 : Solutions techniques pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire


Le chauffage électrique est une solution peu économique. On consomme beaucoup en énergie et cela
revient plus cher.

10
3. PRESENTATION DU LOT

Les travaux compris dans le lot CVC Plomberie comprennent l'installation d’un réseau d’extraction,
de désenfumage, la création d’un système de production et de distribution d’eau chaude sanitaire (ECS),
d’eau froide (EF) et d’eau de chauffage (EC).

a. VMC et désenfumage

Réglementation(s)

La réglementation principale concernant la ventilation mécanique contrôlée est le DTU (Document Technique
Unifié) 68.2, celui-ci traite de la mise en œuvre et de la mise en service. Il est destiné aux entreprises en charge
de réaliser les travaux, la maintenance et la mise en service. Pour le désenfumage il s’agit de l’IT 246
(Instruction Technique).

Principe de fonctionnement

Pour la partie VMC, il s'agit de mettre en place un réseau d'extraction pour les logements et les locaux
du sous-sol, et parallèlement un réseau d'apport d'air neuf.

 Pour les logements :


- Extraction des salles d'eau via deux caissons d’extraction.
- Apport d'air neuf par des entrées d'air en façade.

 Pour les locaux en sous-sol :


Mise en place d'une VB (Ventilation Basse) pour l'apport d'air neuf et d'une VH (Ventilation Haute) pour
l'extraction. A noter que pour le local « tri sélectif » et les locaux techniques, l'extraction sera raccordée
au réseau d'extraction principal, qui est celui des logements.

 Parking :
Pour la ventilation du parking, il sera mis en place deux extracteurs à 2 vitesses. La 1ère vitesse
correspond à l'extraction de confort, la 2ème vitesse au désenfumage. Ces extracteurs seront installés en
dalle haute du parking.

Pour la partie Désenfumage, il s'agit de désenfumer le parking situé en sous-sol via les extracteurs
utilisés en commun avec la ventilation. L’entrée d’air neuf s’effectuera naturellement via des entrées
d’air en partie basse du parking.

Voir le schéma de principe en Annexe 1 intitulé « Synoptique de ventilation et désenfumage ».

11
b. Production et distribution de l’eau de chauffage

Réglementation(s)

Les réglementations principales qui encadrent ce domaine sont l’arrêté du 23 juin 1978, le DTU 65.4 et
le DTU 65.11. Ils s’appliquent aux installations de chauffage ayant une puissance utile supérieur à 70kw
et nous contraignent à appliquer certaines sécurités.

La demande du client :

Les travaux de chauffage devront prendre en compte plusieurs points :

- la production de chauffage par deux chaudières en cascade,


- la distribution hydraulique jusqu’aux émetteurs de chauffage,
- le chauffage par des radiateurs basse température pour les logements.

Principe de fonctionnement

La production de chaleur sera assurée par deux chaudières murales gaz modulante à condensation. Elles seront
installées en cascade, avec une priorité sur la production d’ECS. Les chaudières seront installées au sous-sol
dans le local chaufferie.

Voir le schéma de principe en Annexe 2 intitulé « Schéma de principe production d’eau chaude ».

Depuis la bouteille casse pression, il sera réalisé 2 collecteurs aller/retour, à partir desquels sont créés
3 réseaux :

 Un réseau 60/40°C pour les radiateurs des logements du bâtiment A (à température régulée en
fonction de la température extérieure) ;
 Un réseau 60/40°C pour les radiateurs des logements du bâtiment B (à température régulée en
fonction de la température extérieure) ;
 Un réseau 80/37°C pour la production d’ECS.

Voir le schéma de principe en Annexe 3 intitulé « Synoptique distribution d’eau chaude ».

12
c. Production et distribution d’ECS et d’EF

Réglementation(s)

La réglementation principale qui encadre ce domaine est le DTU 60.11 concernant les règles de calcul
des installations de plomberie sanitaire et des installations d’évacuation des eaux pluviales.

Principe de fonctionnement

L’eau chaude est produite par des capteurs solaires en terrasse du bâtiment B. Le circuit fermé des
capteurs irrigue un échangeur à plaques qui alimente en chaleur un ballon de stockage solaire. Enfin,
un échangeur alimenté par ce ballon de stockage, réchauffe la boucle de distribution d’ECS.
L’appoint est réalisé par l’intermédiaire des chaudières gaz directement sur le ballon de stockage.
La production finale de l’ECS est instantanée avec stockage primaire et solaire.

Voir le schéma de principe en Annexe 4 intitulé « Schéma de principe production d’eau chaude sanitaire ».

La distribution d’ECS sera assurée par des colonnes maintenues en température par un bouclage
hydraulique. Chaque palier disposera d’une nourrice principale qui alimentera les nourrices de chaque
logement.

La distribution d’EF sera assurée par des colonnes montantes. Chaque palier disposera d’une nourrice
principale qui alimentera les nourrices de chaque logement.

Voir le schéma de principe en Annexe 5 intitulé « Synoptique distribution d’eau chaude sanitaire et eau
froide ».

13
4. CONTRAINTES ET REGLEMENTATIONS
Voici une liste des réglementations s’appliquant à notre projet :

Figure 10 : Carte mentale des réglementations applicables

Certaines règlementations relatives à ce projet, ont été partiellement présentées dans la partie
« 2. PRESENTATION DU LOT ». Néanmoins, la contrainte principale qui régit le choix des installations
concerne le respect de la RT 2005. En effet, l’objectif du client est d’obtenir le label BBC (Bâtiment Basse
Consommation).

La Réglementation Thermique 2005 (RT 2005) :

Elle concerne tous les bâtiments existants et vise à maîtriser les dépenses d’énergie. Cette
réglementation limite la consommation d’énergie à 150 kWhep/m²/an et impose des exigences de
performances thermiques minimales pour les équipements installés et s'applique :

 À l'enveloppe globale du bâtiment.


 Aux systèmes de chauffage.
 Aux systèmes de production d’eau chaude sanitaire et de refroidissement.
 Aux systèmes de ventilation et d’éclairage (hors habitat individuel).
 Aux équipements de production d'énergie utilisant une source d'énergie renouvelable.

14
A noter que la réglementation thermique 2005 n’est plus d’actualité. Aujourd’hui, on se base sur la
réglementation thermique de 2012 qui est trois fois plus exigeante et impose de limiter à 50
kWhep/m²/an, en moyenne, la consommation d’énergie.

Le label Bâtiment Basse Consommation (BBC) :

Les grands principes pour atteindre cet objectif sont :

 Une forte isolation thermique qui réduira considérablement les besoins en chauffage
comme en climatisation.
 Une parfaite étanchéité à l'air de l'enveloppe extérieure et des réseaux ce qui limitera
les pertes de chaleur par des fuites d'air directes et permettra de garantir la meilleure
pérennité du bâtiment à terme.
 Une bonne performance des équipements techniques afin d’avoir le meilleur
rendement.
 Une conception bioclimatique de l'édifice ou de la maison (compacité, orientations,
traitement des façades par orientation, apport de lumière naturelle).
 Un mode de chauffage adapté.
 L’utilisation d’énergies renouvelables.

15
5. REPARTITION DES ETUDES

Lors de la réception du projet, nous nous sommes répartis les taches afin d’optimiser le temps passé
sur ce dossier.

L'étude du projet s'est effectuée comme suit :

1. Planification d'étude du projet et répartition des tâches (partie commune) ;

Période alternance

Figure 11 : Planning d’études du projet

2. Rédaction de la partie commune ;


3. Préparation de la présentation au format power point et word.

Pour la suite du projet, Kevin BOYER présentera la partie production et distribution d'eau de chauffage,
Marion MANDET traitera la partie production et distribution d’eau chaude sanitaire et d’eau froide.

16
PARTIE INDIVIDUELLE - PRODUCTION ET DISTRIBUTION D'EAU CHAUDE
SANITAIRE ET D’EAU FROIDE

1. TRAITEMENT DE L’EAU DE VILLE

a. Arrivée d’eau de ville

L’arrivée d’eau de ville se situe en sous-sol dans le local eau. Notre lot doit se raccorder sur cette attente
et prévoir une panoplie composée des éléments suivant :
 Vanne d’isolement ;
 Disconnecteur ;
 Compteur général ;
 Clapet anti-pollution ;
 Filtre à tamis avec by-pass ;
 Réducteur de pression ;
 Manchette témoin montée en by-pass.

Une nourrice trois départs sera installée :


o Un départ équipé d’un ensemble vanne-compteur pour l’alimentation de la chaufferie (Besoins
ECS & CVC).
o Un départ équipé d’un ensemble vanne-compteur et d’un clapet antipollution pour l’alimentation
avec by-pass nécessaire pour l’eau froide du bâtiment.
o Un départ équipé d’un ensemble vanne-compteur et d’un disconnecteur pour les services
généraux (y compris parking).

Afin de visualiser ce réseau, voir annexe 6.

b. Traitement de l’eau

L’eau froide du troisième départ, qui dessert le réseau de chauffage et d’ECS, doit subir un traitement.
En effet, l’eau de ville possède un titre hydrotimétrique (TH) de 33°f (voir annexe 12), ce qui la qualifie
d’eau dure. Cette eau est riche en carbonates de calcium et en magnésium. Or les ions calcium et
magnésium vont, sous l’augmentation de la température, donner des anions carboxylate, c'est-à-dire du
calcaire. Pour éviter que du calcaire se forme et obstrue ces différents réseaux, il faut traiter l’eau via un
adoucisseur.

Le CCTP précise certaines informations sur le choix du type d’adoucisseur, par exemple, que
l’adoucisseur sera de type à régénération volumétrique. De plus, il y aura deux départs : 1 départ TH
10°f pour les besoins en ECS et un départ TH 0°f pour le remplissage du réseau d’eau de chauffage et du
ballon de stockage.
Pour dimensionner l’adoucisseur, je me base sur la consommation de pointe en ECS pour l’ensemble
des 35 logements, soit 6.98 m3/h (voir partie 2. Production d’ECS). L’eau de ville à un TH de 33°f, et je
veux une eau à 10°f, il me faut traiter 33-10 = 23 °f. Le bâtiment consomme 5400 l/jour.
17
Je calcule la capacité d’échange (CE) minimale de l’adoucisseur pour une journée, et pour un minimum
de 1 journée entre chaque régénération :

= ∗ é∗ é é

= 33 10 ∗ 5.4 ∗ 1

124.2 ° . 3

Je peux maintenant calculer le volume de résine minimal de l’adoucisseur :

é =
é 1 é

Le TH absorbé par 1L de résine est spécifié au CCTP :


124.2
é = 24.84
5

Je cherche une documentation technique proposant un adoucisseur respectant les points suivants :
 Un débit de 6.98 m3/h à TH=10°f.
 Une capacité d’échange minimale de 124.2°f.m3.
 Un volume de résine minimal de 25 litres environ.

Aucune marque n’étant spécifiée dans le CCTP, je recherche des adoucisseurs chez différents
fournisseurs et j’obtiens la fiche technique suivante.

Figure 12 : Spécifications techniques adoucisseur

18
Je sélectionne l’adoucisseur 7050 SC. Ces caractéristiques sont les plus proches de celles que j’ai
calculées, et je ne peux pas sélectionner le modèle en dessous, car le débit à TH=10°f serait inférieur à
6.98 m3/h.

Néanmoins, je peux calculer le nombre de jour maximal entre chaque régénération avec ce modèle.

é ∗ é é
é é é =
∗ é

50 ∗ 5
é é é = =2
33 10 ∗ 5.4

Le nombre de jours maximal entre chaque régénération pour cet adoucisseur est de 2 jours.

Plusieurs marques répondent aux caractéristiques de cet adoucisseur. Mais je prends en compte la
demande du client dans le CCTP et les fonctionnalités de l’adoucisseur. L’adoucisseur que je
sélectionne est plus cher, mais les accessoires sont bien souvent compris avec, et sont moins chers. Au
final, il est plus avantageux de sélectionner cet adoucisseur. Je ne veux pas me pénaliser
financièrement par rapport aux concurrents.

Pour le raccordement de l’adoucisseur, voir annexe 4.

19
2. PRODUCTION D’ECS

a. Besoin(s)

Avant de dimensionner et chiffrer l’installation, il me faut déterminer les besoins en ECS et en EF pour
l’ensemble du projet. Pour connaître les besoins, je commence par réaliser un quantitatif des types de
logements vu sur plan :

Bâtiment A F2 F3 F4 F5 Bâtiment B F2 F3 F4 F5
R+3 1 2 1 0 R+3 1 3 1 0
R+2 1 2 1 0 R+2 1 3 1 0
R+1 1 2 1 0 R+1 1 3 1 0
RDC 2 1 0 1 RDC 1 2 0 1
Total 5 7 3 1 Total 4 11 3 1

Dénombrement des types de logements pour l’ensemble des deux bâtiments :

F2 F3 F4 F5
Total 9 18 6 2

Je peux ensuite déterminer le type et le nombre d’appareils par logements grâce aux plans fournis dans
l’appel d’offre (voir figure 13 page suivante), j’obtiens les données suivantes :

Dénombrement du type et du nombre d’appareils par type de logements alimentés en EF :

Nombre
WC Lavabo Evier Lave-linge Lave-vaisselle Douche Baignoire
d'appareils
F2 1 1 1 1 1 1 6
F3 1 1 1 1 1 1 6
F4 1 1 1 1 1 1 6
F5 2 2 1 1 1 1 1 9

Dénombrement du type et du nombre d’appareils pour les services généraux alimentés en EF :

Poste d'eau robinet 1/2 Nombre d'appareils


Toiture 2 2
RDC 6 6
Sous- sol 4 4
Total 12 12

20
Dénombrement du type et du nombre d’appareils par type de logements alimentés en ECS :

Nombre
WC Lavabo Evier Lave-linge Lave-vaisselle Douche Baignoire
d'appareils
F2 1 1 1 3
F3 1 1 1 3
F4 1 1 1 3
F5 2 1 1 1 5

/
Figure 13 : Extrait de plan d’appel d’offre avec ajout d’annotations

21
Selon le DTU 60.11 il existe des débits minimaux à prendre en compte pour le dimensionnement
du réseau de distribution en ECS et EF. J’obtiens grâce au DTU, les débits de base par logement et pour
l’ensemble du bâtiment.

Débit en EF par type de logements :

WC Lavabo Evier Lave-linge Lave-vaisselle Douche Baignoire


Total (l/s)
(l/s) (l/s) (l/s) (l/s) (l/s) (l/s) (l/s)
F2 0,12 0,2 0,2 0,2 0,1 0,2 1,02
F3 0,12 0,2 0,2 0,2 0,1 0,33 1,15
F4 0,12 0,2 0,2 0,2 0,1 0,33 1,15
F5 0,24 0,4 0,2 0,2 0,1 0,2 0,33 1,67

Débit en ECS par type de logements :

WC Lavabo Evier Lave-linge Lave-vaisselle Douche Baignoire


Total (l/s)
(l/s) (l/s) (l/s) (l/s) (l/s) (l/s) (l/s)
F2 0,2 0,2 0,2 0,60
F3 0,2 0,2 0,33 0,73
F4 0,2 0,2 0,33 0,73
F5 0,4 0,2 0,2 0,33 1,13

Débit en EF pour réseau services généraux :

Poste d'eau Débit par


Débit (l/s)
robinet 1/2 appareil (l/s)

Toiture 2 0.33 0,66


RDC 6 0.33 1,98
Sous- sol 4 0.33 1,32
Total 12 12 3,96

En recollant les différentes informations, j’obtiens le nombre total d’appareils que je dois alimenter. En
ECS j’alimente au total 109 appareils. Le débit de base est de 25.18 l/s. Or selon le DTU 60.11 il me faut
déterminer le débit probable via le coefficient de simultanéité, ce qui me donne :

22
.
= = .

Débit probable = débit de base x coefficient de simultanéité

Débit probable = 25.18 x 0.077 = 1.94 l/s = 6.98 m3/h

 Détermination de la puissance instantanée


Le débit probable obtenu en ECS est de 1.94 l/s, soit 6.98 m3/h. Je dois calculer la puissance à fournir
au système pour obtenir de l’ECS à 38°C avec de l’eau froide à 10°C via la production en instantanée.

Température de puisage de 38°C :

Débit = 1.94 l/s

Température de production de 60°C :

. ∗
= 1.09 l/s = 3,91 m3/h

.
= ∗ 4.185 ∗ 1000 ∗ 60 10 = 227 kW

Il faut une puissance de 227kW en instantanée. Le bureau d’étude a opté pour un échangeur d’une
puissance de 320 kW. Ce dernier est surdimensionné. Le surdimensionnement de l’échangeur n’est pas
anodin, en effet, le but est d’avoir un échangeur avec une bonne efficacité. De cette manière, l’écart de
température entre le primaire et le secondaire est réduit. La température de retour coté primaire est
faible, ce qui permet de favoriser le taux de couverture solaire, mais aussi le rendement de la chaudière
à condensation lors de l’appoint.

Tprod = 80°C Qvpp Tp = 60°C

Tr = ? °C Qvpb Tef = 10°C

P=KS x DTLM
Figure 14 : Schéma de principe échangeur instantanée
23
Pour sélectionner un échangeur, les documentations techniques indiquent la puissance pour un régime
au primaire de 80/60°C. Pour déterminer le régime de température réel au primaire, je procède de la
façon suivante :

= /

= 80 60 60 10 / = 32.7 °C

Et sachant que KS = P/DTLM

Alors KS = 320/32.7 = . kW/ °C

Donc la température réelle de retour est de :

DTLM = 227/9.8 = . °C

Tr = 36.6 °C

Le régime de température au primaire est de 80/37°C. Donc le débit au primaire est de :

= = 0.00126 m3/s
∗ ∗ .

Nous savons que la chaufferie délivre P’= 30 kW en appoint à la production d’eau chaude sanitaire.
Déterminons le volume de stockage minimum pour cette puissance. L’hypothèse de calcul est que le
système de production n’a pas de récupération solaire et que seul l’appoint peut fournir l’énergie de
chauffe au système. Nous allons dimensionner le ballon de stockage pour faire face à un événement fort
qui correspond à une consommation d’eau chaude sanitaire pendant 10 minutes, avec un débit de
prélèvement égal au débit de pointe.

∗ 10 ∗ 60 = ∗ 10 ∗ 60 ∗ ∗ 1 ∗ 4.185 ∗ ∗ 1 ∗ 4.185

24
∗ 10 ∗ 60 ∗ ∗ 1 ∗ 4.185 ∗ 10 ∗ 60
=
∗ 1 ∗ 4.185

1.09 ∗ 10 ∗ 60 ∗ 60 10 ∗ 1 ∗ 4.185 30 ∗ 10 ∗ 60
= = 658
80 37 ∗ 1 ∗ 4.185

Donc, il faut un stockage minimum de 660 litres environ pour faire face à une période de pointe de 10
minutes.

Le bureau d’étude choisi un ballon de stockage de 2000L. En effet, ce volume est supérieur à 660L et
permet d’avoir un stockage pour la production solaire.

Voici ci-dessous, le schéma principe du fabricant SONNENKRAFT.

Figure 14a : Schéma de principe kit solaire

Lors de la sélection du système solaire (conformément au CCTP), le fournisseur propose un kit


comprenant les échangeurs qui sont le module de stratification et le module d’eau sanitaire, comme vu
sur le schéma ci-dessus, les pompes, les capteurs et le ballon de stockage. La régulation est également
comprise dans le kit. J’ai effectué un schéma de principe de la production d’ECS, afin de voir le
fonctionnement en appoint et en solaire (voir annexe 10).
25
b. Capteurs solaires

Le but du projet étant le label BBC, le bureau d’étude propose la mise en place de capteurs solaires en
toiture du bâtiment B. Il veut 15 capteurs avec une couverture unitaire de 2.3 m². De plus, il me faut
sélectionner un vase d’expansion. Le dimensionnement de ce vase se trouve en annexe 11, il faut un
vase d’expansion de 10.2 l minimum.

Calcul de la puissance apportée par le solaire :

S utile totale = 15 x 2.26 = 33.9 m²

En moyenne le rayonnement solaire apporte 1000 W/m², ce qui nous donne :

P théo solaire = 33.9 x 1000 = 33.9 kW

Or le rendement moyen des panneaux solaires est de 60%

Donc P réelle solaire = 33.9 x 0.6 = 20.3 kW

Les capteurs solaires apportent 20.7 kW au système. Afin de constater l’apport annuel des panneaux
solaires, je réalise une simulation via le logiciel TecSol. Je sélectionne la ville de Noisy-le-Roi pour la
simulation (ville la plus proche proposée). Pour cela j’ai présélectionné mes panneaux conformément
au CCTP. Grâce à ce logiciel, je peux jouer sur l’inclinaison et trouver celle la plus favorable, notamment
30°. Je constate que l’apport solaire est en moyenne de 20.4% (voir figure 14 page suivante).

Pour couvrir la totalité des besoins en ECS, je dois utiliser une autre source de chaleur. En effet, le CCTP
nous indique que nous utiliserons les chaudières en appoint. Il y aura ainsi deux modes de
fonctionnement différents : un fonctionnement solaire et un fonctionnement en appoint (voir annexe
10).

26
Figure 14b : Simulation solaire Tecsol

27
3. DISTRIBUTION DE L’ECS ET DE L’EF

a. Dimensionnement des réseaux de distribution d’EF

 Débit de base
Pour l’eau froide il faut compter 2 départs :
- 1 pour le bâtiment A et B ;
- 1 pour les services généraux.

Grâce à l’étude réalisée en amont nous obtenons les débits de base par départs :

Débit de
F2 F3 F4 F5
Bâtiment A base (l/s)
R+3 1 2 1 0 4,47
R+2 1 2 1 0 4,47
R+1 1 2 1 0 4,47
RDC 2 1 0 1 4,86
Total 5 7 3 1 18,27

Débit de
F2 F3 F4 F5
Bâtiment B base (l/s)
R+3 1 3 1 0 5,62
R+2 1 3 1 0 5,62
R+1 1 3 1 0 5,62
RDC 1 2 0 1 4,99
Total 4 11 3 1 21,85

Départ commun Débit de


Bâtiment A Bâtiment B
bâtiments base (l/s)
Local eau 18.27 21.85 40.12

Poste d'eau Débit de


Débit (l/s)
Service généraux robinet 1/2 base (l/s)
Toiture 2 0.33 0.66
RDC 6 0.33 1.98
Sous-sol 4 0.33 1.32
Total 12 0.33 3.96

Une fois le débit de base déterminé, il nous faut effectuer le dimensionnement du réseau. Or il est à noter
que pour une collectivité (et/ou bien avec un nombre d’appareils sanitaires supérieur à 5) on utilise le
coefficient de simultanéité afin de déterminer le débit probable.

28
 Débit probable
Pour chaque tronçon, je détermine le nombre d’appareils alimentés. De cette manière je peux calculer
le coefficient de simultanéité de chaque tronçon, ainsi que le débit probable.

Par exemple pour le bâtiment A :

Coefficient Débit Débit Débit


Nombre Débit de probable probable
de probable
d’appareils base (l/s)
simultanéité (l/s) (m3/s) (m3/h)
R+3 24 0.167 4,47 0.746 7.46E-4 2.69
R+2 24 0.167 4,47 0.746 7.46E-4 2.69
R+1 24 0.167 4,47 0.746 7.46E-4 2.69
RDC 27 0.157 4,86 0.763 7.63E-4 2.75
Total 99 0.081 18,27 1.48 14.8E-4 5.33

Je calcule le débit probable pour chaque tronçon ce qui me permet de déterminer le diamètre intérieur
de ma section (voir annexe 8 pour repérer les sections).

Pour cela, je dois respecter les données suivantes (comme indiqué au CCTP) :
 Une vitesse de 1 m/s maximum aux points de puisage.
 Une vitesse de 1.5 m/s maximum dans les colonnes.
 Une vitesse de 2 m/s maximum dans les locaux techniques.
 Le débit probable (m3/s) passant dans le tronçon à dimensionner.

Le calcul pour le dimensionnement est le suivant :

é
è é = 2 ∗ 1000 ∗ √

Le diamètre intérieur calculé, est à rapprocher des diamètres commercialisés en PVC pression pour les
colonnes montantes, et en PER pour les distributions palières.

Exemple :
Pour un débit probable de 0.746 l/s et une vitesse de 1.5 m/s, j’obtiens un diamètre intérieure minimum
de :

0.746/1000
è é 2 ∗ 1000 ∗ √ = .
1.5 ∗

29
Or d’après le CCTP, le matériel à utiliser pour l’EF est du PVC pression. Je choisi donc mon diamètre
parmi ceux commercialisés, ce qui me donne 27.2x32 mm.

L’ensemble du réseau a été dimensionné de cette manière grâce à la mise au point d’un tableur. Un
extrait de cet outil se trouve ci-dessous. On peut voir les différentes sections et les diamètres qui ont été
déterminés.

Sélection
Débit de Nombre Coefficient de Débit Vitesse de Diamètre Diamètre
Repère diamètre
base d'appareil simultanéité probable circulation Mini Intérieur
commercial

/ l/s u / l/s m/s mm mm mm


C-R3 4,47 24 0,167 0,746 1,5 25,2 27,2x32 27,2
C-R2 4,47 24 0,167 0,746 1,5 25,2 27,2x32 27,2
B-C 8,94 48 0,117 1,043 1,5 29,8 34x40 34
B-R1 4,47 24 0,167 0,746 1,5 25,2 27,2x32 27,2
A-B 13,41 72 0,095 1,273 1,5 32,9 34x40 34
A-RDC 4,86 27 0,157 0,762 1,5 25,4 27,2x32 27,2
O-A 18,27 99 0,081 1,476 1,5 35,4 42,6x50 42,6

C'-R3 5,62 30 0,149 0,835 1,5 26,6 27,2x32 27,2


C'-R2 5,62 30 0,149 0,835 1,5 26,6 27,2x32 27,2
B'-C' 11,24 60 0,104 1,171 1,5 31,5 34x40 34
B'-R1 5,62 30 0,149 0,835 1,5 26,6 27,2x32 27,2
A'-B' 16,86 90 0,085 1,430 1,5 34,8 42,6x50 42,6
A'-RDC 4,99 27 0,157 0,783 1,5 25,8 27,2x32 27,2
O-A' 21,85 117 0,074 1,623 1,5 37,1 42,6x50 42,6

LE-O 40,12 216 0,055 2,189 1,5 43,1 53,6x63 53,6

Figure 15 : Tableur de dimensionnement diamètre EF

Pour la distribution des services généraux, je procède de la même manière (voir annexe 9).

30
Dimensionnement des réseaux de distribution d’ECS

 Débit de base
Depuis le local chaufferie en sous-sol, on distribue l’ECS aux deux bâtiments avec un départ commun en
amont.

De la même manière que pour l’eau froide, nous obtenons les débits de base par bâtiments et pour le
départ commun :

F2 F3 F4 F5 Débit (l/s)
Bâtiment A
R+3 1 2 1 0 2,79
R+2 1 2 1 0 2,79
R+1 1 2 1 0 2,79
RDC 2 1 0 1 3,06
Total 5 7 3 1 11,43

F2 F3 F4 F5 Débit (l/s)
Bâtiment B
R+3 1 3 1 0 3,52
R+2 1 3 1 0 3,52
R+1 1 3 1 0 3,52
RDC 1 2 0 1 3,19
Total 4 11 3 1 13,75

Bâtiment A Bâtiment B Débit (l/s)


Départ commun
Local Chaufferie 11.43 13.75 25.18

Une fois le débit de base déterminé, il nous faut effectuer le dimensionnement du réseau. Or il est à noter
que pour une collectivité (et/ou bien avec un nombre d’appareils sanitaires supérieur à 5) on utilise le
coefficient de simultanéité.

31
 Débit probable
De la même manière que pour l’eau froide, je détermine le nombre d’appareils alimentés. De cette
manière je peux calculer le coefficient de simultanéité associé à ce dernier, ainsi que le débit probable.

Par exemple pour le bâtiment A :

Nombre Coefficient de Débit de base Débit probable Débit probable


d’appareils simultanéité (l/s) (l/s) (m3/h)
R+3 12 0.241 2.79 0.679 2.44
R+2 12 0.241 2.79 0.673 2.42
R+1 12 0.241 2.79 0.673 2.42
RDC 14 0.222 3.06 0.673 2.42
Total 50 0.114 11.43 1.31 4.72

Pour le dimensionnement des sections de tuyauterie en ECS, je procède de la même manière que pour
l’eau froide. Mais il faut prendre en compte que les tuyaux seront en cuivre contrairement au réseau
d’EF en PVC Pression.
On peut voir les différentes sections et les diamètres qui ont été déterminés pour l’ECS. Voir l’annexe
10 qui est le schéma de principe de la distribution en eau chaude sanitaire.

Sélection
Débit de Nombre Coefficient de Débit Vitesse de Diamètre Diamètre
Repère diamètre
base d'appareil simultanéité probable circulation Mini Intérieur
commercial
/ l/s u / l/s m/s mm mm mm
C-R3 2,79 12 0,241 0,673 1,5 23,9 24x26 24
C-R2 2,79 12 0,241 0,673 1,5 23,9 24x26 24
B-C 5,58 24 0,167 0,931 1,5 28,1 30x32 30
B-R1 2,79 12 0,241 0,673 1,5 23,9 24x26 24
A-B 8,37 36 0,135 1,132 1,5 31,0 32x34 32
A-RDC 3,06 14 0,222 0,679 1,5 24,0 26x28 26
O-A 11,43 50 0,114 1,306 1,5 33,3 34x36 34
C'-R3 3,52 15 0,214 0,753 1,5 25,3 26x28 26
C'-R2 3,52 15 0,214 0,753 1,5 25,3 26x28 26
B'-C' 7,04 30 0,149 1,046 1,5 29,8 30x32 30
B'-R1 3,52 15 0,214 0,753 1,5 25,3 26x28 26
A'-B' 10,56 45 0,121 1,274 1,5 32,9 34x36 34
A'-RDC 3,19 14 0,222 0,708 1,5 24,5 26x28 26
O-A' 13,75 59 0,105 1,444 1,5 35,0 36x38 36
LE-O 25,18 109 0,077 1,938 1,5 40,6 42x44 42

Figure 16 : Extrait tableur de dimensionnement diamètre ECS

32
b. Dimensionnement du réseau de bouclage

 Principe de dimensionnement

Afin de ne pas attendre l’eau chaude aux points de puisage (douche, bain, évier, lavabo) notamment
pour les logements éloignés de la production d’eau chaude (plus de 5m de canalisation), il existe le
bouclage d’eau chaude sanitaire ou boucle ECS qui utilise une pompe de circulation (pompe bouclage
eau chaude sanitaire).
Le dimensionnement du réseau de bouclage est à réaliser une fois que celui du réseau de distribution
en ECS est terminé. Pour cela, je dois respecter les différentes informations contenues dans le CCTP :
- La distance entre le piquage sur le bouclage et le point de puisage le plus éloigné, doit être
inférieure à 10m.
- La vitesse est comprise entre 0.20 et 0.80 m/s.

 Calculs
Prenons pour exemple :
 Un réseau d’ECS à boucler de diamètre intérieur de 26 mm.
 Les données nécessaires au calcul sont les suivantes :
 Ø int ECS = 26 mm, soit Rayon (R) = 13 mm
 Vitesse bouclage = 0.20 m/s
 Vitesse réseau = 1.50 m/s
 Débit de bouclage en [m3/s] à déterminer
 Ø int Bouclage en [mm] à déterminer

Débit = S [m²] x V [m/s]

= ∗ ²

é = ∗ ∗

é = ∗ 0.013 ∗ 0.20 = 1.06E-4 m3/s

é
è é 2 ∗ 1000 ∗
é ∗

1.06 4
è é = 2 ∗ 1000 ∗ = .
1.50 ∗

33
J’obtiens grâce à un tableur les diamètres du bouclage :

Débit Débit Sélection


Vitesse de Diamètre Diamètre Vitesse
Repère Bouclage Bouclage diamètre
circulation Mini Intérieur réelle
mini mini commercial

/ l/h m3/s m/s mm mm mm [m/s]


C-R3 326 9,0E-05 1,5 8,8 10x12 10 1,15
C-R2 326 9,0E-05 1,5 8,8 10x12 10 1,15
B-C 651 1,8E-04 1,5 12,4 14x16 14 1,18
B-R1 326 9,0E-05 1,5 8,8 10x12 10 1,15
A-B 977 2,7E-04 1,5 15,2 16x18 16 1,35
A-RDC 382 1,1E-04 1,5 9,5 10x12 10 1,35
O-A 1359 3,8E-04 1,5 17,9 20x22 20 1,20

C'-R3 382 1,1E-04 1,5 9,5 10x12 10 1,35


C'-R2 382 1,1E-04 1,5 9,5 10x12 10 1,35
B'-C' 765 2,1E-04 1,5 13,4 14x16 14 1,38
B'-R1 382 1,1E-04 1,5 9,5 10x12 10 1,35
A'-B' 1147 3,2E-04 1,5 16,4 18x20 18 1,25
A'-RDC 382 1,1E-04 1,5 9,5 10x12 10 1,35
O-A' 1529 4,2E-04 1,5 19,0 20x22 20 1,35

LE-O 2889 8,0E-04 1,5 26,1 28x30 28 1,30

Figure 17a : Extrait tableur de dimensionnement diamètre bouclage


Je connais maintenant les diamètres à installer. Il ne me reste plus qu’à sélectionner la pompe et les
vannes d’équilibrage.

34
 Pompe de bouclage

Une pompe est sélectionnée pour pouvoir vaincre la perte de charge totale du réseau le plus défavorisé.
Grâce à ce tableur : figure 17a, je calcule les pertes de charge du circuit et sélectionne le réseau le plus
défavorisé.

J’obtiens le point de fonctionnement de la pompe de bouclage : débit et pertes de charge.


Les pertes de charge se calculent grâce la formule suivante :

On distingue Jt : pertes de charge totale, Jr : pertes de charge


régulière et Js : pertes de charge singulière.

Je mets en place un tableur Excel me permettant de calculer les pertes de charges. Il ne me reste plus
qu’à remplir le tableau avec les formules adéquates. Grâce au plan fourni, je peux connaître mes
longueurs de tube. J’obtiens ainsi Jr. Pour Js, j’utilise un tableau pour déterminer les dzêtas, en voici un
extrait :

Figure 17b : Extrait Valeurs du coefficient de perte singulière ξ

35
Le point de
fonctionnement (A1,
voir figure 17b) est
le suivant : Qv pompe
bouclage = 2,89 m3/h et
pertes de charge =
4,3 H/m.

Cette pompe,
conformément à la
demande du client,
est une pompe
double c’est-à-dire :
une pompe en
fonctionnement et
une de secours.

Sur le site Salmson,


je peux sélectionner
la pompe. Je précise
que cette pompe
aura un usage
sanitaire et qu’elle
est double. J’obtiens
la référence de la
pompe et le prix.

Figure 17c : Sélection de la pompe


Néanmoins, le dimensionnement de la pompe ne me sera pas utile puisque celle-ci sera comprise dans
le module sanitaire du kit solaire. Je vérifie que la pompe du kit soit adaptée au point de
fonctionnement. Pour cela je trouve la notice fournisseur du module d’eau FWM/150 et vérifie sur la
courbe caractéristique de la pompe (voir figure 17C). Cette pompe est bien adaptée.

36
Point de fonctionnement

Figure 17d : Sélection de la pompe du kit solaire

37
 Equilibrage
Chaque branche à une vanne d’équilibrage qui sera réglée en fonction de la branche la plus défavorisée.
Je calcule les pertes de charge de chaque vanne puis je calcule Kv.

Exemple :
Pdc à créer Pdc à créer
3ème 2ème KV
3ème 2ème
[kPa] [kPa] [kPa] [kPa] /
45.6 40.3 0 5.3 0,14

= ∗√ et = 0.324 ∗ √ = 0.14
∆ .

Puis je sélectionne la vanne d’équilibrage grâce l’abaque de la figure 18, en prenant en compte le Kv et
le débit passant par cette vanne. J’obtiens ainsi le diamètre de la vanne et le nombre de tours.

Avec les points suivants je sélectionne la vanne.

 Débit = 0.09 l/s.


 Kv = 0.14.
Par lecture graphique j’obtiens une vanne STAD 10/09 avec un nombre de tours de 1,5.

38
Figure 18 : Abaque vanne d’équilibrage

39
4. CHIFFRAGE ET DEVIS

a. Principe

La réalisation d’un devis s’effectue en plusieurs étapes :


1. Dimensionner le réseau.
2. Réaliser les métrés et le quantitatif.
3. Réaliser le bordereau, si non joint au DCE.
4. Remplir le bordereau avec les métrés et quantitatif.
5. Compléter avec les prix fournisseur (consultation auprès des fournisseurs) et prix main
d’œuvre (dimension humaine et disponibilités des moyens).
6. Mettre en forme le devis.

Le DPGF fourni au DCE, me permet de réaliser un bordereau dans lequel j’intègre des formules :

Figure 19a : Extrait bordereau de prix vierge


Dans la partie en bleu, j’indique le prix de revient de l’équipement, c’est-à-dire, le prix de la fourniture
et des divers accessoires. Dans la partie en jaune, j’indique le temps de main d’œuvre pour la pose de
l’équipement en question.

En amont, j’ai choisi dans mon tableur le prix de main d’œuvre des techniciens et le coefficient de vente
que je veux affecter à cette offre.

40
J’obtiens alors ceci :

Figure 19b : Extrait bordereau de prix


J’ai affecté un coefficient de marge de 10% au devis. Une fois le bordereau rempli, j’obtiens un prix
hors taxes (HT) et j’y ajoute la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 20%, ce qui me donne le prix toutes
charges comprises (TTC).

Principe de calcul :

Prix HT = A
TVA = A x 0.20
Prix TTC = A + A x 0.20

b. Devis

Mon bordereau étant complété, il ne me reste plus qu’à remettre mon offre en établissant une lettre-devis.

Dans ce courrier, je fais apparaitre :


 Les coordonnées de ma société ;
 Les coordonnées du client ;
 Le lieu et la date de rédaction du devis ;
 Le bordereau complété avec le prix total (HT, TVA et TTC) ;
 Les limites de prestations ;
 Les conditions de paiements ;
 La date de validité du devis.
Voir un extrait du devis sur la page suivante (figure 20).

41
Figure 20 : Extrait Lettre-devis

42
CONCLUSION

Ce projet m’a permis de mettre en œuvre les notions que j’ai apprises durant ma formation et ma
période d’alternance en entreprise.

Lors de la rédaction de la partie commune, j’ai pu développer mon esprit d’équipe et apprendre à
communiquer des informations. En effet, même après la partie commune, j’ai dû continuer à travailler
avec mon binôme pour la partie appoint chaudière.

Pour la partie individuelle, j’ai appris en autonomie : chercher les informations nécessaires au
dimensionnement, se poser les bonnes questions (financière, faisabilité du projet, choix du matériel,
lecture d’une documentation technique, encombrement…). Pour cela je me suis organisé et j’ai gérer
mon temps de manière optimale.

Ce projet a été enrichissant et m’offert la possibilité de m’améliorer dans la compréhension, la


conception, le dimensionnement et le chiffrage d’un projet.

43
ANNEXE 1 – SYNOPTIQUE VENTILATION ET DESENFUMAGE
ANNEXE 2 – SCHEMA DE PRINCIPE PRODUCTION EAU CHAUDE

45
ANNEXE 3 – SYNOPTIQUE DISTRIBUTION EAU CHAUDE
ANNEXE 4 – SCHEMA DE PRINCIPE PRODUCTION D’EAU CHAUDE SANITAIRE
ANNEXE 5 – SYNOPTIQUE DISTRIBUTION D’EAU CHAUDE SANITAIRE ET EAU FROIDE

48
ANNEXE 6 – SCHEMA DE PRINCIPE ARRIVEE D’EAU FROIDE

49
ANNEXE 7 – SCHEMA DE PRINCIPE DISTRIBUTION D’EAU FROIDE POUR LES LOGEMENTS

50
ANNEXE 8 - SCHEMA DE PRINCIPE DISTRIBUTION D’EAU FROIDE POUR LES SERVICES GENERAUX

51
ANNEXE 9 - SCHEMA DE PRINCIPE DISTRIBUTION D’EAU CHAUDE SANITAIRE

52
ANNEXE 10 – FONCTIONNEMENT PRODUCTION ECS

53
ANNEXE 11 - SELECTION VASE D’EXPANSION
ANNEXE 12 – QUALITE DE L’EAU A BAILLY

Vous aimerez peut-être aussi