Vous êtes sur la page 1sur 4

Lycée Philippe de Girard Spé P.T.

T.D. de mathématiques 2015-2016

Probabilités

Exemples

Exemple 1. On lance 2 dés. Calculer la probabilité qu’  au moins un des dés marque 6  de trois
manières :
– par un quotient de cardinaux ;
– par union et intersection ;
– par la stratégie du contraire.

Exemple 2. On lance 2 dés. Soient les trois événements A1 :  le premier dé marque un nombre
pair , A2 :  le second dé marque un nombre pair et A3 :  la somme des dés est paire . Montrer
que les trois événements A1 , A2 et A3 sont deux à deux indépendants mais ne sont pas mutuellement
indépendants.

Exemple 3. Une urne contient 4 boules blanches et 3 noires. On tire une à une et sans remise
3 boules. Calculer la proba que  les deux premières boules tirées soient blanches et la troisième
noire  en utilisant la formule des probabilités composées.

Exemple 4. On joue indéfiniment à Pile ou Face avec une pièce équilibrée. Calculer la probabilité
de  n’obtenir que des Pile  en utilisant la suite des événements An :  on n’obtient que des Pile
lors des n premiers lancers .

Exemple 5. On lance un dé à cinq faces. Calculer la probabilité un de l’événement Sn :  la somme


des résultats obtenus lors des n premiers lancers est paire  en utilisant la formule des probabilités
totales.

Exemple 6. Un joueur tire une carte dans un jeu de 52 cartes comportant 4 as. On suppose qu’un
tricheur est assuré de tirer un as et qu’il y a parmi les joueurs une proportion p de tricheurs :
- quelle est la proba qu’un joueur, pris au hasard, tire un as ?
- le joueur vient de tirer un as, quelle est la proba qu’il ait triché ?

Exemple 7. On tape un livre de 500 pages. Chaque page a une probabilité 2 · 10−3 d’être erronée,
c’est-à-dire de comporter au moins une erreur. Quelle est la probabilité qu’il y ait exactement 2
pages erronées dans le livre ?

Fin des exemples


Début des T.D.

1
Équiprobabilité

Exercice 1. Dans un jeu de 32 cartes, on a remplacé une carte autre que l’as de pique par un
second as de pique. Un joueur choisit au hasard 3 cartes. Quelle est la probabilité qu’il s’aperçoive
de la supercherie ?

Exercice 2. Quelle est la probabilité que, dans une assemblée de n personnes, au moins deux
convives aient la même date d’anniversaire ? Les personnes nées un 29 février ne sont pas invitées.

Exercice 3. On range au hasard sur une étagère les n tomes d’une encyclopédie. Quelle est la
probabilité que les tomes 1 et 2 soient voisins ?

Exercice 4. On prépare un gâteau de 1 kg. Combien de raisins faut-il y mettre pour que la proba-
bilité qu’une part de 50 g contienne au moins un raisin soit supérieure à 99% ?

Indépendance

Exercice 5. Montrer que, si A et B sont deux événements indépendants, alors A et B̄ le sont aussi.
Exercice 6. Soient A et B deux événements et x, y, z et t les probabilités respectives de A ∩ B,
A ∩ B̄, Ā ∩ B et Ā ∩ B̄.
(1) Calculer P (A) et P (B).
(2) Calculer x + y + z + t.
(3) Montrer que P (A ∩ B) − P (A) · P (B) = xt − yz.
(4) Montrer que, pour tout réel u, u · (1 − u) ≤ 41 .
(5) Montrer que |P (A ∩ B) − P (A) · P (B)| ≤ 14 .

Proba. composées, proba. totales, formule de Bayes

Exercice 7. Vous disposez d’un trousseau de n clefs dont une seule ouvre la porte fermée devant
vous. Vous décidez de les essayer l’une après l’autre, au hasard. Quelle est la probabilité uk que la
porte s’ouvre au k-ième essai ? (k ∈ J1, nK.)
(1) Soit l’événement Ei : le i-ème essai est un échec . Montrer que :


n−1 n−2
P (E1 ) = et P (E2 | E1 ) = .
n n−1
(2) Exprimer l’événement S :  la porte s’ouvre au k-ième essai  grâce aux événements Ei et
à leur contraire.
1
(3) En déduire que uk = .
n
(4) Retrouver directement ce résultat grâce à un argument d’équiprobabilité.
Exercice 8. Des personnes, au nombre de N (N ∈ N∗ ), formant les maillons d’une chaı̂ne, se
transmettent une information. Chaque maillon de cette chaı̂ne :
– transforme l’information en son contraire avec une probabilité p ∈]0, 1[ ;
– transmet fidèlement l’information avec la probabilité 1 − p.

On suppose que l’information détenue par le premier maillon est exacte et on note un la probabilité
que le n-ième maillon détienne l’information exacte.
(1) Montrer que, pour chaque n ∈ J1, N − 1K, un+1 = (1 − 2p) · un + p.
(2) En déduire uN en fonction de p et de N .
(3) Étudier la limite de uN quand N tend vers l’infini.

Exercice 9. Un lot de dés contient une proportion p de dés pipés tels que la probabilité d’obtenir
un 6 soit 12 .
(1) On prend un dé au hasard et on le jette. Quelle est la probabilité d’obtenir un 6 ?
(2) On prend un dé au hasard, on le jette et on obtient un 6. Quelle est la probabilité que le dé
soit pipé ?
(3) On prend un dé au hasard, on le jette n fois et on obtient un 6 à chaque lancer. Quelle est
la probabilité un que le dé soit pipé ? Étudier la limite de la suite (un ).

Lois de probabilité

Exercice 10. Un joueur A lance 2 pièces et un joueur B 3 pièces, chaque pièce tombant sur pile ou
f ace de manière équiprobable. Quelle est la probabilité qu’ils obtiennent le même nombre de pile ?

Exercice 11. Un marcheur se déplace sur une droite en faisant un pas vers la droite avec une
probabilité p ∈ [0, 1] ou vers la gauche avec la probabilité q = 1 − p. On note Xn sa position après
n pas (n ∈ N∗ ). Calculer l’espérance de la variable aléatoire Xn .

Exercice 12. Une urne contient N boules : la proportion de boules blanches est p, celle de boules
noires (1 − p). On tire une poignée de n boules. Soit X le nombre de boules blanches contenues dans
cette poignée.
  
Np N (1 − p)
k n−k
(1) Montrer que, pour tout k ∈ J0, nK, la probabilité P (X = k) vaut   .
N
n
 
n k
(2) Montrer que P (X = k) −→ p (1 − p)n−k . Interpréter ce résultat.
N →∞ k

Exercice 13. Champion va au téléski et s’accroche à l’une des N perches pour remonter la pente.
Entre cet instant et la prochaine remontée de Champion, le nombre de perches que Champion laisse
passer suit une loi géométrique de paramètre p.
Quelle est la probabilité que Champion emprunte, à la deuxième remontée, la même perche que
la première ?
Exercice 14. Ils sont n joueurs (n > 2) à jouer une partie à pile ou face en jetant chacun une pièce.
L’un d’entre eux gagne la partie si sa pièce donne un résultat différent des n − 1 autres.
n
(1) Montrer que la probabilité qu’une partie soit remportée par un gagnant vaut n−1 .
2
(2) On joue jusqu’à ce qu’apparaisse le premier gagnant ; soit X le nombre de parties alors
jouées. Quelle est la loi de probabilité de la variable aléatoire X ? Quelle est l’espérance de
X?

Exercice 15. (1) Soient un réel p ∈]0, 1[ et une variable aléatoire X à valeurs dans N∗ telle
que, pour tout n ∈ N∗ :
P (X = n) = p · P (X ≥ n).
Montrer que, pour tout n ∈ N∗ :
P (X = n + 1) = (1 − p) · P (X = n).
En déduire la loi de probabilité suivie par X.
(2) Une variable aléatoire X à valeurs dans N suit une loi de probabilité vérifiant la relation
4
∀n ∈ N, P (X = n + 1) = P (X = n).
n+1
Quelle est cette loi de probabilité ?

Exercice 16. Soit X une variable aléatoire qui suit une loi de Poisson de paramètre λ.
(1) Montrer que X a davantage de chances d’être paire qu’impaire.
λn 1
(2) Soit n un entier naturel tel que n + 1 > λ. Montrer que P (X ≥ n) ≤ e−λ · · λ
.
n! 1 − n+1
(3) En déduire que P (X ≥ n) ∼ P (X = n).
n→∞
(4) Montrer que P (X > n) = o (P (X = n)) .
n→∞

Exercice 17 (d’après Banque PT, 2015 A). Soient X et Y deux variables aléatoires à valeurs dans
N et dont la loi conjointe est la suivante :
 i −λ j i−j
 λ e α (1 − α) si 0 ≤ j ≤ i
P (X = i, Y = j) = j!(i − j)!
0 si 0 ≤ i < j

où α et λ sont des constantes fixées telles que 0 < α < 1 et λ > 0.
(1) Montrer que X suit une loi de Poisson dont on précisera le paramètre.
(2) Montrer que Y suit une loi de Poisson dont on précisera le paramètre.
(3) Montrer que les variables aléatoires X et Y ne sont pas indépendantes.
(4) Soit Z = X −Y . Montrer que la variable aléatoire Z suit une loi de Poisson dont on précisera
le paramètre.
(5) Montrer que les variables aléatoires Y et Z sont indépendantes.