Vous êtes sur la page 1sur 137

PRÉFET DE MAINE-ET-LOIRE

Direction départementale des territoires

Plan de prévention

et de gestion des déchets non dangereux

de Maine-et-Loire

Date : 17/06/2013

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 1 sur 137
Table des matières
SIGLES UTILISES.................................................................................................................8

LEXIQUE..............................................................................................................................10

ACTEURS DU PLAN...........................................................................................................12

INTRODUCTION..................................................................................................................14

RAPPEL DES DISPOSITIONS DU PLAN DE 1996............................................................16

1.CADRE JURIDIQUE ET METHODOLOGIE DE LA REVISION DU PLAN..................20


1.1.CADRE JURIDIQUE..............................................................................................20
1.1.1.Définition........................................................................................................20
1.1.2.Dispositions générales...................................................................................21
1.1.3.Procédure réglementaire...............................................................................22
1.2.PERIMETRE DU PLAN.........................................................................................22
1.3.NATURE DES DECHETS CONCERNES.............................................................23
1.4.DECHETS MENAGERS........................................................................................23
1.5.DECHETS ASSIMILES.........................................................................................23
1.6.CONTENU DU PLAN............................................................................................23
1.7.EVALUATION ENVIRONNEMENTALE.................................................................26
1.8.PROCEDURE DE REVISION DU PLAN..............................................................27
1.8.1.Démarche du département de Maine-et-Loire - Concertation.......................27
1.8.2.Gestion des déchets ménagers.....................................................................29
2.DIAGNOSTIC................................................................................................................32
2.1.COLLECTIVITES COMPETENTES......................................................................32
2.1.1.Compétence collecte......................................................................................32
2.1.2.Compétence traitement..................................................................................34
2.1.3.Population......................................................................................................34
2.2.COLLECTE DES DECHETS EN 2008..................................................................35
2.2.1.Biodéchets et déchets de jardinage - compostage individuel.......................35
2.2.2.Tonnages et ratios collectés...........................................................................36
2.2.2.1.Ordures ménagères résiduelles.............................................................36
2.2.2.2.Collectes sélectives................................................................................36
2.2.2.3.Déchèteries.............................................................................................37
2.2.3.Organisation du service et prestataires des collectes...................................38
2.2.3.1.Collecte des ordures ménagères résiduelles.........................................38
2.2.3.2.Collecte sélective....................................................................................40
2.2.3.3.Analyse de l'évolution des collectes entre 2006 et 2008........................43
2.3.TRANSFERT DES DECHETS..............................................................................43
2.4.UNITES DE TRAITEMENT...................................................................................44
2.4.1.Prétraitement..................................................................................................44
2.4.2.Valorisation énergétique.................................................................................44
2.4.3.Stockage des déchets non dangereux..........................................................45
2.4.4.Toutes les unités de traitement dans le département....................................46

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 2 sur 137
2.5.AIDE A LA FILIERE DE GESTION DES EMBALLAGES MENAGERS................47
2.5.1.Eco-Emballages.............................................................................................47
2.5.2.Historique.......................................................................................................47
2.5.3.Performances.................................................................................................48
2.5.4.Nouveau barème entreprises.........................................................................48
2.6.DECHETERIES.....................................................................................................49
2.6.1.Situation en Maine-et-Loire, évolution depuis 1996......................................49
2.6.2.Déchets collectés, tout-venant, gravats, DEEE.............................................52
2.7.ANALYSE FINANCIERE DE L'ANNEE 2008........................................................52
2.7.1.Coût global du service (collectes et traitement).............................................52
2.7.2.Coûts du service et populations concernées en 2008...................................54
2.7.3.Coûts et traitement de la collecte des OMR..................................................54
2.7.4.Coûts de la collecte sélective.........................................................................54
2.7.5.Coûts des déchèteries...................................................................................54
2.7.6.Mode de financement du service...................................................................54
2.7.6.1.Les choix des modes de financement des déchets ménagers..............54
2.7.6.2.Les recettes fiscales pour le financement du service.............................55
2.8.VALORISATION MATIERE, ORGANIQUE ET ENERGETIQUE, REFUS............55
2.9.COMMUNICATION DES COLLECTIVITES..........................................................56
2.10.GESTION DES DECHETS NON-MENAGERS..................................................56
2.10.1.Boues de stations d’épuration (STEP).........................................................56
2.10.1.1.Présentation synthétique de la réglementation sur la gestion des boues
............................................................................................................................56
2.10.1.2.Diagnostic de la gestion des boues de station d'épuration en Maine-et-
Loire....................................................................................................................57
2.10.1.3.Valorisation des boues de stations d'épuration....................................57
2.10.2.Gestion des matières de vidanges des fosses septiques et des graisses
(source : schéma départemental d'assainissement)..............................................58
2.10.2.1.Matières de vidanges............................................................................58
2.10.2.2.Graisses................................................................................................58
2.10.3.Déchets d'activités de soins a risque infectieux (DASRI)............................59
2.10.4.Déchets issus de l'activité agricole..............................................................59
2.10.4.1.Cadre général.......................................................................................59
2.10.4.2.ADIVALOR, un éco-organisme pour la gestion des déchets issus de
l'agriculture..........................................................................................................59
2.10.4.3.Structuration en Maine-et-Loire............................................................59
2.10.4.4.Collectes organisées en Maine-et-Loire...............................................59
2.10.4.5.Devenir des déchets collectés..............................................................60
2.10.4.6.Pneus usagés, pas de solution à moyen terme...................................60
2.10.4.7.Lien aux collectivités locales.................................................................60
2.10.5.Déchets du bâtiment et des travaux publics................................................60
2.10.6.Déchets d'activité économiques non dangereux non inertes (DAE ou DIB)
.................................................................................................................................61
2.11.ANCIENNES DECHARGES................................................................................61
2.11.1.Réglementation des décharges...................................................................62
2.11.2.Objectifs de l'étude des décharges..............................................................62
2.11.3.Diagnostic dans le département de Maine-et-Loire.....................................62
2.12.CONCLUSION DU DIAGNOSTIC.......................................................................63
3.ENJEUX ET PROSPECTIVES.....................................................................................66
3.1.PRINCIPES GENERAUX......................................................................................66
3.1.1.Construction des scenarii...............................................................................67

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 3 sur 137
3.1.2.Définition locale du déchet ultime..................................................................68
3.2.GOUVERNANCE – GROUPES DE TRAVAIL.......................................................68
3.3.GRENELLE DE L'ENVIRONNEMENT..................................................................69
3.3.1.Préconisations des Lois Grenelle..................................................................69
3.4.PREVENTION.......................................................................................................70
3.4.1.Réduction à la source, consommation responsable, réemploi......................70
3.4.2.Gestion domestique.......................................................................................70
3.4.3.Plan départemental de prévention des déchets et programmes locaux de
prévention des déchets...........................................................................................71
3.4.4.Eco-conception et consommation responsable.............................................74
3.4.4.1.Qu'est-ce qu’une démarche d’éco-conception ? Qu'est-ce que l'éco-
consommation ?..................................................................................................74
3.4.4.2.La grande distribution.............................................................................75
3.5.LES RATIOS,TONNAGES ET OBJECTIFS ENTRE 2008 ET 2024.....................75
3.5.1.Evolution de la population du département...................................................75
3.5.2.EPCI impliqués avec le Maine-et-Loire (départements de la Loire Atlantique
et de l'Indre-et-Loire)...............................................................................................76
3.5.3.Evolution des gisements................................................................................76
3.5.3.1.Gisement national...................................................................................76
3.5.3.2.Gisement départemental........................................................................76
3.5.4.Ordures ménagères et assimilées (OMA).....................................................76
3.5.4.1.Comparaison de l'état des lieux et des prospectives 2008....................76
3.5.5.Ordures ménagères résiduelles (OMR).........................................................78
3.5.6.Collecte sélective...........................................................................................79
3.5.6.1.Emballages ménagers............................................................................81
3.5.6.2.Emballages en verre...............................................................................83
3.5.6.3.Journaux-magazines..............................................................................83
3.5.6.4.Refus de collectes sélectives..................................................................83
3.5.7.Déchèteries....................................................................................................83
3.5.7.1.Tout-venant ou encombrants (valorisables, non valorisables)...............84
3.5.7.2.Déchets verts..........................................................................................86
3.5.7.3.Ferrailles.................................................................................................86
3.5.7.4.Gravats...................................................................................................86
3.5.7.5.Huiles de vidange (cf. chapitre 3.5.9).....................................................87
3.5.7.6.Déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) (cf. chapitre
3.5.9)...................................................................................................................87
3.5.7.7.Déchets dangereux des ménages (DDM) (cf. chapitre 3.5.9)................87
3.5.7.8.Textiles (cf. chapitre 3.5.9)......................................................................89
3.5.7.9.Déchets d'activités de soins à risque infectieux (Dasri) (cf. chapitre
3.5.9)...................................................................................................................89
3.5.7.10.Pneus (cf. chapitre 3.5.9)......................................................................89
3.5.7.11. Bois......................................................................................................90
3.5.8.Réemploi........................................................................................................90
3.5.8.1.Importance de l’économie solidaire pour le réemploi d’objets usagés
donnés................................................................................................................90
3.5.8.2.Réemploi renforcé par les filières spécialisées......................................91
3.5.8.3.Ressourceries et Ecocycleries...............................................................91
3.5.8.4.Réemploi dans le département de Maine-et-Loire.................................91
3.5.9.Responsabilité élargie du producteur (REP).................................................92
3.5.9.1.Les objectifs de la REP...........................................................................92
3.5.9.2.Les acteurs et leur rôle...........................................................................92

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 4 sur 137
3.6.DÉCHETS D'ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES RÉSIDUELS (DAE).........................95
3.7.DECHETS AGRICOLES - La réduction à la source des déchets.........................95
3.8.DECHETS DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS (BTP).........................95
3.9.DECHETS DE L'AUTOMOBILE............................................................................95
3.10.BOUES D'ASSAINISSEMENT............................................................................96
3.11.MATIERES DE VIDANGE...................................................................................96
3.12.GRAISSES..........................................................................................................96
3.13.SUIVI DE LA QUALITÉ DES COMPOSTS ISSUS DE TMB OU DE
MÉTHANISATION.......................................................................................................96
4.ETUDE DES SCENARII ET PROPOSITIONS...........................................................100
4.1.SITUATION ET ENJEUX DU DEPARTEMENT..................................................100
4.2.PROBLEMATIQUES DU DEPARTEMENT DE MAINE-ET-LOIRE.....................100
4.2.1.Flux " entrants/sortants "..............................................................................100
4.2.2.Transport......................................................................................................101
4.2.2.1.Les enjeux.............................................................................................101
4.2.2.2.Des pistes à explorer............................................................................101
4.2.3.Adéquation entre l'évolution du gisement et les capacités de traitement....101
4.2.4.Unités de valorisation énergétique...............................................................102
4.2.4.1.UVE de Sainte Gemmes sur Loire (La Roseraie)................................103
4.2.4.2.UVE de Lasse.......................................................................................103
4.2.5.Installations de stockage de déchets non dangereux..................................103
4.2.6.Production prévisionnelle des déchets ultimes et des capacités de traitement
...............................................................................................................................104
4.3.LES FILIERES DE VALORISATION...................................................................104
4.3.1.Principe de compostage des biodéchets.....................................................105
4.3.1.1.Compostage individuel des biodéchets (déchets de cuisine et déchets
verts) réalisé par les ménages..........................................................................105
4.3.1.2.Compostage de proximité des biodéchets...........................................106
4.3.1.3.Technique de compostage des biodéchets..........................................106
4.3.2.Compostage des boues de station d’épuration...........................................106
4.3.3.Tri mécano-biologique et compostage des OMR........................................107
4.3.4.Traitement mécano-biologique, méthanisation et compostage...................108
4.3.5.Valorisation thermique..................................................................................108
4.3.5.1. Valorisation énergétique......................................................................108
1.1.1.1.Thermolyse ou pyrolyse........................................................................111
1.1.1.2.UVE de Lasse.......................................................................................111
1.1.ELIMINATION DES DECHETS ULTIMES...........................................................113
1.1.1.Stockage.......................................................................................................113
1.2.LES 4 SCENARII RETENUS POUR ETUDE......................................................115
1.2.1.Les scenarii proposés en 2010....................................................................115
1.2.2.Les 3 scenarii et la variante retenus pour l'analyse comparative................116
1.3.ANALYSE COMPARATIVE DES SCENARII.......................................................116
1.3.1.Rappel du socle commun et des complémentarités des scenarii................116
1.3.2.Analyse de l'organisation du territoire..........................................................116
1.3.3.Analyse technique........................................................................................119
1.3.4.Analyse économique....................................................................................121
1.3.5.Analyse environnementale...........................................................................123
1.3.5.1.Evaluation des impacts globaux, régionaux et locaux.........................124
1.3.6.Synthèse de l'analyse comparative des scenarii.........................................126
1.3.6.1.Organisation du territoire......................................................................126
1.3.6.2.Analyse technique (bilan matière 2024)...............................................126

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 5 sur 137
1.3.6.3.Analyse économique............................................................................126
1.3.6.4.Analyse environnementale...................................................................127
1.3.7.Justification du choix du scenario retenu.....................................................127
1.4.APPROFONDISSEMENT DU SCENARIO RETENU S1....................................128
1.4.1.Bilan matière................................................................................................129
1.4.2.Valorisation organique, matière...................................................................130
1.4.3.Valorisation énergétique...............................................................................130
1.4.4.Stockage des déchets ultimes (refus OMR, CS, TV....)...............................130
1.5.RAPPORT ENVIRONNEMENTAL......................................................................130
1.6.PROGRAMME DE RESORPTION DES DECHARGES BRUTES.....................130
1.7.INDICATEURS DE SUIVI DU PLAN...................................................................131
1.7.1.Objectifs règlementaires retenus pour le plan.............................................131
1.7.2.Objectifs structurants retenus pour le plan..................................................132
1.8.TARIFICATION INCITATIVE................................................................................132
2.LES AUTRES PROPOSITIONS FORMULEES DANS LE PLAN..............................136
2.1.COMMUNICATION..............................................................................................136
2.2.GESTION DES DECHETS EN SITUATION EXCEPTIONNELLE......................136
2.2.1.Coordination à l’échelle départementale des retours d’expérience des EPCI
...............................................................................................................................136
2.2.2.Les risques de catastrophes dans le Maine-et-Loire...................................136
2.2.3.Mesures retenues ou recommandations en cas de pandémie grippale ou de
catastrophes naturelles.........................................................................................136

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 6 sur 137
Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire
Page 7 sur 137
SIGLES UTILISES

ADEME Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie


ARS Agence Régionale de Santé
BTP Bâtiment et Travaux Publics
Fréquence de la collecte en porte à porte, C1 correspond à une collecte une fois par
C1, C2 …C0,5... semaine, C2 deux fois par semaine….C0,5 correspond à une collecte une fois tous
les 15 jours.
CLIS Commission Locale d’Information et de Sécurité
CS Collecte Sélective
DASRI Déchets d'activités de soins à risque infectieux
DDM ou DMS Déchets Dangereux des Ménages ou Déchets Ménagers Spéciaux
Direction Départementale des Territoires (résultat de la fusion de la Direction
DDT Département de l'Agriculture et de la Forêt et la Direction Départementale de
l'Equipement)
DEEE Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques
DIB ou DAE Déchets Industriels Banals, Déchets d'Activités Economiques
DIS Déchets Industriels Spéciaux
DMA Déchets Ménagers et Assimilés
DO Déchets Occasionnels
Direction Régionale de l’Environnement, de l'Aménagement et du Logement
(résultat de la fusion de la Direction Régionale de l'Equipement, de la Direction
DREAL
Régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement et de la Direction
Régionale de l'Environnement)
DRM (ou DMR) Déchets Recyclables Ménagers
DTQD Déchets Toxiques en Quantité Dispersée
DV Déchets Verts
EH Equivalent Habitant
EM Emballages ménagers
ENR Encombrants Non Recyclables
EPCI Etablissement Public de Coopération Intercommunale
ER Encombrants Recyclables
EVPP Emballages Vides des Produits Phytosanitaires
FFOM Fraction Fermentescible des Ordures Ménagères
HAP Hydrocarbure Aromatique Polycyclique
IC ou ICPE Installations Classées pour la Protection de l’Environnement
INSO ou INS
Imprimés Non SOllicités ou COUrriers Non Adressés
ou COUNA
Installation de Stockage de Déchets Dangereux (anciennement Centre
ISDD d'enfouissement technique de classe 1 puis Centre de stockage des déchets ultimes
de classe 1)
Installation de Stockage de Déchets Inertes (anciennement Centre d'enfouissement
ISDI
technique de classe 3)

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 8 sur 137
Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux (anciennement Centre
ISDND d'enfouissement technique de classe 2 puis Centre de stockage des déchets ultimes
de classe 2)
JRM ou JMR
Papiers Journaux Revues et Magazines
ou PRJM
MPR Matière première recyclable
MS Matière sèche
OM Ordures ménagères
OMA Ordures ménagères et assimilés
OMR Ordures ménagères résiduelles
PAP Porte-à-porte
PAV Point d'apport volontaire
PCI Pouvoir Calorifique Inférieur
Plan d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés devenu PPGDND Plan de
PEDMA
Prévention et de Gestion des Déchets non Dangereux
PPGDND Plan de Prévention et de Gestion des Déchets non Dangereux
PPNU Produits phytosanitaires non utilisables
Plan Régional d'Elimination des Déchets Dangereux ou Plan Régional d'Elimination
PREDD ou PREDIS
des Déchets Industriels Spéciaux
REFIOM Résidus d’Epuration des Fumées d’Incinération des Ordures Ménagères
REP Responsabilité élargie du producteur
STEP Station d'épuration
TEP Tonnes Equivalent Pétrole
Taxe Générale sur les Activités Polluantes qui a remplacé en 1999 la taxe sur la mise
TGAP
en décharge
TVA Taxe sur la Valeur Ajoutée
UIOM Usine d’Incinération des Ordures Ménagères
UVE Unité de Valorisation Energétique
ZES Zone d’excédent structurel

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 9 sur 137
LEXIQUE

Biodéchets des ménages : déchets biodégradables solides composés de la fraction fermentescible des
ordures ménagères (déchets de cuisine, certains déchets verts des ménages présents dans la poubelle) et les
papiers (dont essuie-tout) et cartons produits par les ménages. Synonyme : fraction fermentescible d’ordures
ménagères.
Boues de stations d’épuration : prise en compte les boues des stations d’épuration (STEP) des collectivités
(boues urbaines), exprimées en matière sèche et en matière brute. Les boues des stations d’épuration
industrielles ne sont pas prises en compte dans le plan.
Collecte : ensemble des opérations consistant à enlever les déchets pour les acheminer vers un lieu de tri, de
transfert, de recyclage, de prétraitement ou de traitement.
Collecte au porte à porte : mode d’organisation de la collecte dans lequel le contenant est affecté à un
groupe d’usagers nommément identifiables ; le point d’enlèvement est situé à proximité immédiate du
domicile de l’usager ou du lieu de production des déchets.
Collecte par apport volontaire : mode d’organisation de la collecte des ordures ménagères ou des
matériaux recyclables dans lequel une colonne ou un conteneur enterré est mis à la disposition du public.
Collecte sélective : collecte de certains flux de déchets (recyclables secs et fermentescibles) que les
ménages n'ont pas mélangé aux ordures ménagères, en vue d’un recyclage matière ou organique.
Compost : matières fertilisantes composées principalement de combinaisons carbonées d'origine végétale,
fermentées ou fermentescibles, destinées à l'entretien ou à la reconstitution du stock de la matière organique
du sol.
Compostage individuel : compostage par les particuliers de leurs propres déchets organiques (déchets
verts, déchets de cuisine, de potager, etc…). Le compostage individuel peut être réalisé soit en tas, soit dans
des bacs spécifiques appelés composteurs.
Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux : les déchets d’activités de soins sont les déchets issus
des activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif, curatif ou palliatif, dans les domaines de la
médecine humaine et vétérinaire.
Déchets Dangereux des Ménages ou Déchets Ménagers Spéciaux : déchets des ménages qui ne peuvent
être pris en compte par la collecte usuelle des ordures ménagères sans créer de risques pour les personnes ou
pour l’environnement (ex : insecticides, piles, huiles de moteur usagées, acides …).
Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques comprennent :
• le Gros Electroménager appelé GEM (froid et hors froid)
• les Petits Appareils Ménagers (PAM)
• le matériel de télévision, Hi-fi, les instruments de musique électrifiés,…
• les équipements informatiques et de télécommunication
• le matériel d’éclairage
• les instruments de contrôle et de surveillance.
Décharge : lieu dans lequel on regroupe traditionnellement les déchets et ordures ménagères.
Déchets ménagers et assimilés : déchets non dangereux (par opposition aux déchets dangereux) provenant
des ménages ou provenant des entreprises industrielles, des artisans, commerçants, écoles, services publics,
hôpitaux, services tertiaires et collectés dans les mêmes conditions que les déchets ménagers.
Déchets fermentescibles : déchets composés uniquement de matière organique biodégradable (déchets
verts).
Déchets putrescibles : déchets dégradables dès leur production (déchets de cuisine).
Déchets verts ou déchets végétaux : résidus végétaux de l’entretien et du renouvellement des espaces verts
publics et privés (parcs et jardins, terrains de sports, etc.…, des collectivités territoriales, des organismes
publics et parapublics, des sociétés privées et des particuliers).
Déchets Industriels Banals ou Déchets d'Activités Economiques : déchets des industries, artisans et
commerçants non dangereux et pouvant être assimilés à des ordures ménagères.
Déchets Toxiques en Quantité Dispersée : déchets toxiques non ménagers produits en petites quantités à
l’occasion d’une activité professionnelle et dont le gisement est épars.
Eco-point : terme usuel utilisé localement pour définir une déchèterie de petite taille, aménagée de façon
sommaire (casiers ou bennes) mais généralement sans quai.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 10 sur 137
Equivalent Habitant : terme utilisé pour caractériser la capacité des stations d’épuration à partir de la
pollution moyenne d’un habitant.
Encombrants Non Recyclables : déchets collectés en déchèteries et ne faisant pas l'objet d'une valorisation
(gravats, tout-venant...).
Encombrants Recyclables : déchets collectés en déchèteries puis valorisés (ferrailles, plastiques,
cartons...).
Gisement : ensemble des déchets ménagers ou assimilés présents chez les ménages exprimé en kg/hab/an.
Monstres ménagers : déchets encombrants (électroménager, literie…).
Ordures Ménagères (OM) ou Ordures Ménagères et Assimilés (OMA) : déchets " de tous les jours "
issus de l’activité domestique des ménages. Elles comprennent les ordures ménagères résiduelles (ci-
dessous) et les collectes sélectives des déchets d’emballages et des biodéchets (verre, journaux magazines,
déchets d’emballages, matières fermentescibles, …), mais ne comprennent pas les autres déchets
(encombrants notamment) réceptionnés en déchèterie ou faisant l’objet de collectes spécifiques.
Ordures ménagères résiduelles : déchets restant après séparation des emballages, verre et papiers.
Refus de tri : indésirables écartés lors du tri des recyclables secs.
Valorisation matière : recyclage, réutilisation ou réemploi d’un matériau.
Valorisation énergétique : incinération avec récupération d’énergie.
Valorisation organique : recyclage de la matière organique (compostage, épandage…).

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 11 sur 137
ACTEURS DU PLAN

Conseil Général de Maine-et-Loire


Communauté d'agglomération Angers Loire Métropole
Communauté d'agglomération du Choletais
Communauté d'agglomération Saumur Loire Développement
Communauté de communes de la région de Pouancé – Combrée
Communauté de communes de Loire Layon
Communauté de communes du Bocage
Communauté de communes du Canton de Baugé
Communauté de Communes Loire Aubance
Communauté de communes Moine et Sèvre
Syndicat Intercommunal de Collecte et de Traitement des Ordures ménagères et des Déchets (SICTOD) de la
région Nord Est d'Anjou
Syndicat Intercommunal de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères (SICTOM) Loir et Sarthe
Syndicat mixte pour le Traitement des Ordures Ménagères (SIRDOMDI)
Syndicat Intercommunal de traitement des ordures (SISTO)
Syndicat Mixte d'Etudes pour la Valorisation et l'Elimination des Déchets (SMEVED)
Syndicat Mixte Intercommunal de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères (SMICTOM) de la
Vallée de l'Authion
Syndicat Mixte Intercommunal Pour l'Elimination (SMIPE) Val Touraine Anjou
Syndicat Mixte Intercommunal Traitement des Ordures Ménagères (SMITOM) du Sud Saumurois
Syndicat Intercommunal de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères (SYCTOM) du Loire
Béconnais
Syndicat Intercommunal de Valorisation et de Recyclage Thermique des déchets (SIVERT) de l'Est Anjou
Syndicat mixte pour le traitement et la valorisation des déchets ménagers " Environnement économie et
énergie " (VALOR3E)
Eco Emballages : éco-organisme pour le tri, la collecte et le recyclage des emballages ménagers en France
Adelphe : société agréée en charge de la gestion de la fin de vie des emballages ménagers
Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME)
La Sauvegarde de l'Anjou : fédération départementale pour la protection de l'environnement et du patrimoine
dans le Maine-et-Loire
UFC Que Choisir : association de consommateurs, d'usagers, de contribuables et de défense de
l'environnement
Union des Ecocycleries des Mauges composée de 3 associations d'insertion : ALISE Ateliers, AGIREC et
ATIMA ayant pour objectif la diminution de l'enfouissement des déchets, le service à la population par une
vente de ces produits à moindre prix et la création de nouveaux postes en insertion
ALISE Ateliers : association en faveur de l'insertion sociale et professionnelle par le développement durable
AGIREC : association en faveur de l'insertion par l'activité économique et l'achat socialement responsable
ATIMA : association en faveur de l'insertion par l'activité économique
AIE Développement : accompagnement et soutien à l’insertion sociale et professionnelle
EMMAÜS : récupération d''objets, de meubles et de vêtements pour la vente

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 12 sur 137
APIVET : collecte et vente vêtements
ENVIE Anjou : récupération et remise en état de fonctionnement d'appareil électroménager pour la vente
ASPIRE : association en faveur de l'insertion par l’activité économique
Promo Travail : association en faveur de l'insertion par l'activité économique et l'achat socialement
responsable
Arbre Vert : vente de produits d'occasion tels que meubles, vêtements et bibelots
ADM4R : collectif d'associations de défense de l'environnement
Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie : association de consommateurs et
d'usagers

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 13 sur 137
INTRODUCTION
Les plans de gestion des déchets visent à prévoir les modalités de gestion intégrant la prévention et la
valorisation des différents flux de déchets ainsi que l’organisation géographique de leur traitement au niveau
des territoires. Ils visent à proposer un scénario cohérent qui décline des objectifs nationaux, régionaux et
départementaux, ils proposent des moyens appropriés pour les atteindre.
Le Code de l'environnement définit ainsi les plans de prévention et de gestion des déchets :
• Un plan national de prévention des déchets (article L 541-11)
• Un plan régional ou interrégional de prévention et de gestion des déchets dangereux (article L 541-
13)
• Un plan départemental ou interdépartemental de prévention et de gestion des déchets non dangereux
(article L 541-14). Il a remplacé le plan départemental d’élimination des déchets ménagers et
assimilés (ordonnance n°2010-1579 du 17 décembre 2010)
• Un plan départemental ou interdépartemental de prévention et de gestion des déchet issus de
chantiers du bâtiment et des travaux publics.
La gestion des déchets est devenue depuis plusieurs années un véritable enjeu qui intéresse de plus en plus
l'ensemble de la population, au travers de la généralisation du tri des déchets, du recyclage et de la
valorisation des matériaux mais également d’événements concernant l’impact sur l’environnement et la santé
publique des activités de traitement des déchets.
Les lois du 15 juillet 1975 et 13 juillet 1992 ont défini un cadre pour la modernisation de la gestion des
déchets. Notamment elles disposent que chaque département doit être couvert par un plan départemental
d’élimination des déchets ménagers et assimilés et chaque région par un plan régional d’élimination des
déchets industriels spéciaux.
Le plan n'est pas un document figé. Il doit prendre en compte les retours d’expériences, les nouvelles
connaissances scientifiques et les choix des collectivités locales compétentes. Les plans font l'objet d'une
évaluation tous les 6 ans.
Le plan départemental d'élimination des déchets ménagers et assimilés (PDEDMA) du département de
Maine-et- Loire a été approuvé par arrêté préfectoral le 20 juin 1996.
Suite à l’annulation par le Tribunal Administratif de Nantes le 26 juin 2003 de la révision du plan élaborée en
2000, la révision du plan d’élimination des déchets ménagers et assimilés a été ré-engagée. Dans l'attente de
l'approbation du nouveau plan, ce sont juridiquement les dispositions du plan initial de 1996 qui prévalent.
Il est à noter que la loi n°2005-157 du 23 février 2005 sur le développement des territoires ruraux a confié
aux Conseils Généraux la responsabilité des plans départementaux d'élimination des déchets ménagers et
assimilés qui étaient jusqu'alors de la responsabilité de l'Etat, sauf si le Département souhaitait s'en saisir.
Toutefois, suite à l'annulation de la révision du plan par le Tribunal Administratif de Nantes, le Préfet a
décidé, en concertation avec le Président du Conseil Général, de prescrire dès octobre 200 3 une nouvelle
révision du plan. Ce qui explique que la présente procédure soit menée par l'Etat jusqu'à son terme.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 14 sur 137
Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire
Page 15 sur 137
RAPPEL DES DISPOSITIONS DU PLAN DE 1996
Il prescrit plusieurs dispositions dont certaines revêtaient un caractère réglementaire :
• L'organisation du département en 4 zones fonctionnelles pour les compétences " collecte " et
" traitement " regroupant des syndicats de collecte et des communes indépendantes (zones Centre,
Nord-Ouest, Sud-Ouest et Est) :
◦ Zone Centre : élimination par incinération par le biais de l'unité d'incinération d'ordures
ménagères (UIOM) du district urbain d'Angers.
◦ Zone Nord-Ouest : élimination par stockage par le biais des décharges contrôlées de La Chapelle
Hulin, du Louroux Béconnais et de Fercé en Loire Atlantique. A noter que l'UIOM de Segré est
fermé depuis août 1993.
◦ Zone Sud-Ouest : centre de compostage de Bourgneuf en Mauges, élimination par incinération
(UIOM de La Séguinière fermé en 2002) et stockage (décharges contrôlées de La Séguinière,
Bourgneuf en Mauges, La Poitevinière et celles des Grand'Landes et des Epesses en Vendée et
d'Ancenis en Loire Atlantique).
◦ Zone Est : centre de broyage/compostage de Bourgueil en Indre et Loire, élimination par
incinération (UIOM de Lasse) et stockage (décharges contrôlées de Tiercé, Montilliers et de
Fontaine Guérin). A noter que le centre de compostage de Doué la Fontaine a fermé en 2004.
• L'échéance 2002 définie par la loi du 13 juillet 1992 dont l'objectif est d'interdire la mise en
décharges de déchets non ultimes
• La mise en œuvre de collectes sélectives en porte à porte ou en points d'apport volontaire dans le
cadre de contrats passés avec Eco-Emballages et l'organisation de la filière de recyclage notamment
par la mise en place de centres de tri-recyclage
• L'équipement du territoire en déchèteries supplémentaires accueillant les déchets encombrants et les
déchets verts
• Le compostage des déchets verts collectés dans les déchèteries (voire des fermentescibles)
• La mise aux normes des usines d'incinération existantes ou fermeture des plus anciennes, la création
d'une usine d'incinération dans la zone Est et la construction de fours supplémentaires sur les UIOM
d'Angers et de La Séguinière
• La valorisation progressive des mâchefers d'incinération et la stabilisation des résidus d'épuration de
fumées d'incinération d'ordures ménagères (Réfioms)
• La création de centres de transit facilitant les échanges de déchets d'un secteur à l'autre
• Dans la zone Est, la création d'une décharge contrôlée permettant l'enfouissement des déchets
ultimes produits par les autres types de traitement (tri sélectif, compostage et incinération).

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 16 sur 137
Le plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux est structuré en plusieurs parties :
• Un diagnostic de la gestion départementale des déchets qui prend comme année de référence 2008
mais dans la mesure du possible, fournit les données disponibles pour les années plus récentes
• Des prospectives sur la prévention, la réduction des ordures ménagères, l'amélioration des collectes
sélectives, le réemploi, les déchèteries (scenario commun à l'ensemble des collectivités du
département) pour la période 2008 à 2024 comprenant des objectifs et notamment le respect des lois
Grenelle 1 et 2)
• Un scenario relatif au prétraitement et au traitement des déchets " ultimes "
• Un rapport d’évaluation environnementale du plan.
Ainsi, l'ancienneté du plan, notamment au regard des évolutions successives de la réglementation n'a pas
empêché les collectivités d'améliorer de manière permanente la prévention, les collectes et les filières
d'élimination des déchets ménagers de leur territoires.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 17 sur 137
Première partie

LE CONTEXTE

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 18 sur 137
Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire
Page 19 sur 137
1. CADRE JURIDIQUE ET METHODOLOGIE DE LA REVISION DU PLAN

1.1. CADRE JURIDIQUE

1.1.1. Définition
Au sens de l'article R 541-8 du Code de l'environnement, on entend par :
• Déchet dangereux : tout déchet qui présente une ou plusieurs des propriétés de dangers énumérées à
l'annexe I au présent article. Ils sont signalés par un astérisque dans la liste des déchets de l'annexe II
au présent article.
• Déchet non dangereux : tout déchet qui ne présente aucune des propriétés qui rendent un déchet
dangereux.
• Déchet inerte : tout déchet qui ne subit aucune modification physique, chimique ou biologique
importante, qui ne se décompose pas, ne brûle pas, ne produit aucune réaction physique ou chimique,
n'est pas biodégradable et ne détériore pas les matières avec lesquelles il entre en contact d'une
manière susceptible d'entraîner des atteintes à l'environnement ou à la santé humaine.
• Déchet ménager : tout déchet, dangereux ou non dangereux, dont le producteur est un ménage.
• Déchet d'activités économiques : tout déchet, dangereux ou non dangereux, dont le producteur initial
n'est pas un ménage.
• Biodéchet : tout déchet non dangereux biodégradable de jardin ou de parc, tout déchet non
dangereux alimentaire ou de cuisine issu notamment des ménages, des restaurants, des traiteurs ou
des magasins de vente au détail, ainsi que tout déchet comparable provenant des établissements de
production ou de transformation de denrées alimentaires.
Au sens de l'article L 541-1-1 du Code de l'environnement, on entend par :
• Déchet : toute substance ou tout objet, ou plus généralement tout bien meuble, dont le détenteur se
défait ou dont il a l'intention ou l'obligation de se défaire.
• Prévention : toutes mesures prises avant qu'une substance, une matière ou un produit ne devienne un
déchet, lorsque ces mesures concourent à la réduction d'au moins un des items suivants :
◦ La quantité de déchets générés, y compris par l'intermédiaire du réemploi ou de la prolongation
de la durée d'usage des substances, matières ou produits.
◦ Les effets nocifs des déchets produits sur l'environnement et la santé humaine.
◦ La teneur en substances nocives pour l'environnement et la santé humaine dans les substances,
matières ou produits.
• Réemploi : toute opération par laquelle des substances, matières ou produits qui ne sont pas des
déchets sont utilisés de nouveau pour un usage identique à celui pour lequel ils avaient été conçus.
• Gestion des déchets : la collecte, le transport, la valorisation et, l'élimination des déchets et, plus
largement, toute activité participant de l'organisation de la prise en charge des déchets depuis leur
production jusqu'à leur traitement final, y compris les activités de négoce ou de courtage et la
supervision de l'ensemble de ces opérations.
• Producteur de déchets : toute personne dont l'activité produit des déchets (producteur initial de
déchets) ou toute personne qui effectue des opérations de traitement des déchets conduisant à un
changement de la nature ou de la composition de ces déchets (producteur subséquent de déchets).
• Détenteur de déchets : producteur des déchets ou toute autre personne qui se trouve en possession
des déchets.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 20 sur 137
• Collecte : toute opération de ramassage des déchets en vue de leur transport vers une installation de
traitement des déchets.
• Traitement : toute opération de valorisation ou d'élimination, y compris la préparation qui précède la
valorisation ou l'élimination.
• Réutilisation : toute opération par laquelle des substances, matières ou produits qui sont devenus des
déchets sont utilisés de nouveau.
• Préparation en vue de la réutilisation : toute opération de contrôle, de nettoyage ou de réparation en
vue de la valorisation par laquelle des substances, matières ou produits qui sont devenus des déchets
sont préparés de manière à être réutilisés sans autre opération de prétraitement.
• Recyclage : toute opération de valorisation par laquelle les déchets, y compris les déchets
organiques, sont retraités en substances, matières ou produits aux fins de leur fonction initiale ou à
d'autres fins. Les opérations de valorisation énergétique des déchets, celles relatives à la conversion
des déchets en combustible et les opérations de remblaiement ne peuvent pas être qualifiées
d'opérations de recyclage.
• Valorisation : toute opération dont le résultat principal est que des déchets servent à des fins utiles en
substitution à d'autres substances, matières ou produits qui auraient été utilisés à une fin particulière,
ou que des déchets soient préparés pour être utilisés à cette fin, y compris par le producteur de
déchets.
• Elimination : toute opération qui n'est pas de la valorisation même lorsque ladite opération a comme
conséquence secondaire la récupération de substances, matières ou produits ou d'énergie.

1.1.2. Dispositions générales


Article L 541-1 du Code de l'environnement modifié par Ordonnance n°2010-1579 du 17 décembre 2010 -
Article 2. Les dispositions du présent chapitre et de l'article L 125-1 ont pour objet :
1. En priorité, de prévenir et de réduire la production et la nocivité des déchets, notamment en agissant
sur la conception, la fabrication et la distribution des substances et produits et en favorisant le
réemploi, ainsi que de diminuer les incidences globales de l'utilisation des ressources et d'améliorer
l'efficacité de leur utilisation.
2. De mettre en œuvre une hiérarchie des modes de traitement des déchets consistant à privilégier, dans
l'ordre :
◦ La préparation en vue de la réutilisation
◦ Le recyclage
◦ Toute autre valorisation, notamment la valorisation énergétique
◦ L'élimination.
3. D'assurer que la gestion des déchets se fait sans mettre en danger la santé humaine et sans nuire à
l'environnement, notamment sans créer de risque pour l'eau, l'air, le sol, la faune ou la flore, sans
provoquer de nuisances sonores ou olfactives et sans porter atteinte aux paysages et aux sites
présentant un intérêt particulier.
4. D'organiser le transport des déchets et de le limiter en distance et en volume.
5. D'assurer l'information du public sur les effets pour l'environnement et la santé publique des
opérations de production et de gestion des déchets, sous réserve des règles de confidentialité prévues
par la loi, ainsi que sur les mesures destinées à en prévenir ou à en compenser les effets
préjudiciables.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 21 sur 137
1.1.3. Procédure réglementaire
• Décision du Préfet pour lancer la révision du plan
• Constitution de la Commission consultative
• Phases d’élaboration du projet de plan et du rapport environnemental
• Avis de la commission consultative sur le projet de plan et le rapport environnemental
• Avis des Conseils Généraux des départements limitrophes
• Avis de la Commission départementale compétente en matière d’environnement, de risques
sanitaires et technologiques
• Avis de la Commission consultative du plan régional de prévention et de gestion des déchets
dangereux
• Avis du Président du Conseil Général de Maine-et- Loire
• Porter à connaissance du projet de plan et du rapport environnemental aux EPCI intéressés
• Modification éventuelle du projet de plan et du rapport environnemental
• Phase Enquête Publique et approbation du plan
• Constitution du dossier d’enquête publique – désignation par le Tribunal Administratif du
Commissaire enquêteur ou de la Commission d’Enquête pour le recueil des registres et la
transmission de l’avis motivé et des pièces du dossier
• Soumission du projet de plan et du rapport environnemental à l'enquête publique
• Transmission du dossier d’enquête publique au Président du Tribunal Administratif par le Préfet
• Transmission pour information et avis à la commission consultative de suivi du plan
• Délibération pour approbation de l’Assemblée Départementale du Conseil Général
• Arrêté d’approbation du Préfet puis transmission au Président du Conseil Général, publication au
recueil des actes administratifs et insertion dans deux journaux officiels.

1.2. PERIMETRE DU PLAN


Le périmètre du plan concerne l'ensemble des collectivités du département de Maine-et- Loire pour les
compétences collecte et traitement ainsi que la partie Indre et Loire du SMIPE Val Touraine Anjou
(15 communes), lui même faisant partie du SIVERT, zone Est du département et 4 Communautés de
communes du département de Loire Atlantique (28 communes) faisant partie de VALOR3E, zone Sud-Ouest
du département, pour le traitement uniquement.
La révision du plan s'effectue sur 2 niveaux :
• La compétence "collecte " est conduite dans le cadre du périmètre administratif correspondant aux
limites du département de Maine-et- Loire.
• La compétence "traitement " est réalisée dans le cadre du périmètre "technique " couvrant le
département et les collectivités d'Indre et Loire et de Loire Atlantique intégrées.
Il en découle l'organisation technique suivante :
• Le bilan matière, élément prépondérant du plan est calculé pour la zone administrative car il
concerne les efforts effectués par les collectivités du département.
• Les capacités de traitement à prévoir jusqu'en 2024 sont calculées pour la zone technique car sont
pris en compte les apports de déchets des collectivités d'Indre-et-Loire et de Loire Atlantique.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 22 sur 137
1.3. NATURE DES DECHETS CONCERNES
Le décret n°96-1008 du 18 novembre 1996 vise les déchets ménagers ainsi que tous les déchets, quel qu’en
soit le mode de collecte, qui, par leur nature, peuvent être traités dans les mêmes installations que les déchets
ménagers. Ce champ d’étude est conforme à la directive 2000/76/CE du Parlement européen et du Conseil du
4 décembre 2000, qui vise les déchets municipaux en mélange comme les déchets ménagers ainsi que les
déchets provenant des activités commerciales, industrielles et des administrations qui, par leur nature et leur
composition sont analogues aux déchets ménagers. Ainsi, les déchets dont l’élimination est planifiée au
niveau départemental, sont non seulement les déchets ménagers mais également les déchets qui leur sont
assimilés du fait de leur mode commun d’élimination.

1.4. DECHETS MENAGERS


Le décret n°2002-540 du 18 avril 2002, qui a transposé en droit interne la décision n°2000/532/CE de la
Commission du 3 mai 2000, a établi une classification des déchets. Les déchets ménagers et assimilés sont
énumérés dans cette classification, en particulier aux catégories :
• 15.01 " Emballages et déchets d’emballages (y compris les déchets d’emballages municipaux
collectés séparément) "
• 20 " Déchets municipaux (déchets ménagers et déchets assimilés provenant des commerces,
industries et des administrations), y compris les fractions collectées séparément ".
Outre les ordures ménagères proprement dites, font partie de cette catégorie certains déchets occasionnels
des ménages, parmi lesquels les déchets électroniques et électriques, les huiles usagées, les piles .

1.5. DECHETS ASSIMILES


L’article L 541-14 dispose que chaque département est couvert par un plan d’élimination des déchets
ménagers et " autres déchets " mentionnés à l’article L 2224-14 du Code Général des Collectivités
Territoriales.
Aux termes de cet article, les communes ou les établissements publics de coopération intercommunale
assurent également " l’élimination des autres déchets qu’elles peuvent, eu égard à leurs caractéristiques et
aux quantités produites, collecter et traiter sans sujétions techniques particulières ". Il s’agit notamment des
déchets courants des petits commerces, des artisans, des services, qui sont présentés sur le trottoir dans les
mêmes récipients que les déchets ménagers et qu’il est bien souvent impossible de distinguer de la collecte
des déchets ménagers.

1.6. CONTENU DU PLAN


Article L 541-14 du code de l'environnement modifié par Ordonnance n°2010 -1579 du 17 décembre 2010 –
article 13 :
1. Chaque département est couvert par un plan départemental ou interdépartemental de prévention et de
gestion des déchets non dangereux. L'Ile-de-France est couverte par un plan régional.
2. Pour atteindre les objectifs visés à l'article L 541-1, le plan :
1. Dresse l'inventaire des types, des quantités et des origines des déchets non dangereux, produits
et traités, et des installations existantes appropriées
2. Recense les délibérations des personnes morales de droit public responsables du traitement
des déchets entérinant les choix d'équipements à modifier ou à créer, la nature des traitements
retenus et leurs localisations. Ces choix sont pris en compte par le plan départemental dans la
mesure où ils contribuent aux objectifs définis à l'article 46 de la loi n°2009-967 du 3 août 2009
de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement
2 bis. Recense les programmes locaux de prévention des déchets ménagers et assimilés mis en
œuvre par les collectivités territoriales responsables de la collecte ou du traitement des déchets
ménagers et assimilés

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 23 sur 137
3. Enonce les priorités à retenir compte tenu notamment des évolutions démographiques et
économiques prévisibles. Dans ce contexte, le plan :
• a) Fixe des objectifs de prévention des déchets
• b) Fixe des objectifs de tri à la source, de collecte sélective, notamment des biodéchets, et de
valorisation de la matière
• c) Fixe une limite aux capacités annuelles d'incinération et de stockage des déchets, en fonction des
objectifs mentionnés aux a et b. Cette limite doit être cohérente avec l'objectif d'un dimensionnement
des outils de traitement des déchets par stockage ou incinération correspondant à 60 % au plus des
déchets produits sur le territoire. Cette limite s'applique lors de la création de toute nouvelle
installation d'incinération ou de stockage des déchets ainsi que lors de l'extension de capacité d'une
installation existante ou lors d'une modification substantielle de la nature des déchets admis dans une
telle installation. Cette disposition peut faire l'objet d'adaptations définies par décret pour les
départements d'outre-mer et la Corse
• d) Enonce les priorités à retenir pour la valorisation des composts issus des déchets organiques. Ces
priorités sont mises à jour chaque année en concertation avec la commission consultative visée au VI
e) Prévoit les conditions permettant d'assurer la gestion des déchets dans des situations
exceptionnelles, notamment celles susceptibles de perturber la collecte et le traitement des
déchets, sans préjudice des dispositions relatives à la sécurité civile.
2 bis.-Le plan peut prévoir pour certains types de déchets non dangereux spécifiques la possibilité
pour les producteurs et les détenteurs de déchets de déroger à la hiérarchie des modes de traitement
des déchets définie à l'article L. 541-1, en la justifiant compte tenu des effets sur l'environnement et
la santé humaine, et des conditions techniques et économiques ;
3. Le plan peut tenir compte, en concertation avec les départements limitrophes, des besoins et des
capacités des zones voisines hors de son périmètre d'application et des propositions de coopération
intercommunale afin de prendre en compte les bassins de vie. Il privilégie les modes alternatifs pour
le transport des déchets, par voie fluviale ou ferrée.
4. Il prévoit obligatoirement, parmi les priorités qu'il retient, des installations de stockage de déchets
non dangereux.
5. Le projet de plan est élaboré à l'initiative et sous la responsabilité du président du conseil général ou,
dans la région d'Ile-de-France, du président du conseil régional. Les collectivités territoriales ou
leurs groupements exerçant la compétence de collecte ou de traitement des déchets et, dans la région
d'Ile-de-France, les départements, sont associés à son élaboration.
6. Il est établi en concertation avec une commission consultative d'élaboration et de suivi composée de
représentants des communes et de leurs groupements, du conseil général, de l'Etat, des organismes
publics intéressés, des professionnels concernés, des associations agréées de protection de
l'environnement et des associations agréées de consommateurs ainsi que, dans la région d'Ile-de-
France, du conseil régional et des conseils généraux et des associations agréées de protection de
l'environnement.
7. Le projet de plan est soumis pour avis au représentant de l'Etat dans le département, à la commission
départementale compétente en matière d'environnement, de risques sanitaires et technologiques ainsi
qu'aux conseils généraux des départements limitrophes. En Ile-de-France, il est soumis pour avis au
représentant de l'Etat dans la région ainsi qu'aux conseils généraux et aux commissions
départementales compétentes en matière d'environnement, de risques sanitaires et technologiques
des départements situés sur le territoire de la région. Le projet de plan est également soumis pour
avis aux groupements compétents en matière de déchets et, lorsqu'elles n'appartiennent pas à un tel
groupement, aux communes, concernés par ce plan. Il peut être modifié pour tenir compte de ces
avis, qui sont réputés favorables s'ils n'ont pas été formulés dans un délai de trois mois à compter de
la réception du projet. Si le plan est élaboré par l'Etat, dans les conditions prévues à l'article L 541-
15, l'avis du conseil général et, en Ile-de-France, du conseil régional est également sollicité.
8. Le projet de plan est alors soumis à enquête publique réalisée conformément au chapitre III du titre
II du livre Ier du présent code, puis approuvé par délibération du conseil général ou, pour la région
d'Ile-de-France, par délibération du Conseil Régional.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 24 sur 137
Article R 541-14 du code de l'environnement modifié par Décret n°2011 -828 du 11 juillet 2011 – article 10 :
Les plans de prévention et de gestion des déchets non dangereux, qui excluent les déchets issus de chantiers
du bâtiment et des travaux publics couverts par les plans prévus à l'article L. 541-14-1 du code de
l'environnement, sont composés de :
1. Un état des lieux de la gestion des déchets non dangereux qui comprend :
1. Un inventaire des types, des quantités et des origines des déchets non dangereux produits et traités
2. Une description de l'organisation de la gestion de ces déchets
3. Un recensement des installations existantes de collecte ou de traitement de ces déchets
4. Un recensement des capacités de production d'énergie liées au traitement de ces déchets
5. Un recensement des projets d'installation de traitement des déchets pour lesquelles une demande
d'autorisation d'exploiter en application du titre Ier du présent livre a déjà été déposée
6. Un recensement des délibérations des personnes morales de droit public responsables du
traitement des déchets entérinant les installations de collecte ou de traitement à modifier ou à créer,
la nature des traitements retenus et leurs localisations
7. Un recensement des programmes locaux de prévention des déchets ménagers et assimilés visés à
l'article L. 541-15-1
8. Le cas échéant, les enseignements tirés des situations de crise, notamment en cas de pandémie ou
de catastrophe naturelle, où l'organisation normale de la collecte ou du traitement des déchets a été
affectée.
Les recensements prévus aux 3° à 7° sont établis à la date de l'avis de la commission consultative
d'élaboration et de suivi visé à l'article R . 541-20.
2. - Un programme de prévention des déchets non dangereux qui définit :
1. Les objectifs et les indicateurs relatifs aux mesures de prévention des déchets ainsi que la méthode
d'évaluation utilisée ;
2. Les priorités à retenir pour atteindre ces objectifs.
3. - Une planification de la gestion des déchets non dangereux qui fixe :
1. Un inventaire prospectif à horizon de six ans et à horizon de douze ans des quantités de déchets
non dangereux à traiter selon leur origine et leur type en intégrant les mesures de prévention et les
évolutions démographiques et économiques prévisibles
2. Les objectifs et les indicateurs relatifs aux mesures de tri à la source, de collecte séparée,
notamment des biodéchets, et de valorisation des déchets visés au 1°, ainsi que les méthodes
d'élaboration et de suivi de ces indicateurs
3. Les priorités à retenir pour atteindre ces objectifs
4. Une limite aux capacités d'incinération et de stockage des déchets, opposable aux créations
d'installation d'incinération ou de stockage des déchets ainsi qu'aux extensions de capacité des
installations existantes. Cette limite est fixée à terme de six ans et de douze ans et est cohérente avec
les objectifs fixés au 1° du II et au 2°. Sous réserve des dispositions de l'article R. 541-28, la capacité
annuelle d'incinération et de stockage des déchets non dangereux non inertes à terme de douze ans ne
peut être supérieure à 60 % de la quantité des déchets non dangereux, y compris les déchets issus de
chantiers du bâtiment et des travaux publics couverts par le plan prévu à l'article L. 541-14-1,
produits sur la zone du plan définie à l'article R. 541-17 à la même date, sauf dans le cas où le cumul
des capacités des installations d'incinération et de stockage de déchets non dangereux en exploitation
ou faisant l'objet d'une demande d'autorisation d'exploiter en application du titre Ier du présent livre à
la date de l'avis de la commission consultative d'élaboration et de suivi prévu par l'article R. 541-20,
est supérieur à cette limite de 60 %. Dans ce cas, sauf circonstances particulières, le plan ne peut
prévoir un accroissement de la capacité annuelle d'incinération ou de stockage de déchets non
dangereux non inertes

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 25 sur 137
5. Les types et les capacités des installations qu'il apparaît nécessaire de créer afin de gérer les
déchets non dangereux non inertes et d'atteindre les objectifs évoqués ci-dessus, en prenant en
compte les déchets non dangereux non inertes issus de chantiers du bâtiment et des travaux publics
identifiés par le plan mentionné à l'article L. 541-14-1. Le plan indique les secteurs géographiques
qui paraissent les mieux adaptés à cet effet. Il justifie la capacité prévue des installations
d'incinération et de stockage des déchets non dangereux non inertes.
6. La description de l'organisation à mettre en place pour assurer la gestion de déchets en situation
exceptionnelle risquant d'affecter l'organisation normale de la collecte ou du traitement des déchets,
notamment en cas de pandémie ou de catastrophes naturelle, et l'identification des zones à affecter
aux activités de traitement des déchets dans de telles situations.
4. - Les mesures retenues pour la gestion des déchets non dangereux non inertes issus de
produits relevant des dispositions de l'article . 541-10 et les dispositions prévues pour contribuer
à la réalisation des objectifs nationaux de valorisation de ces déchets.

Par ailleurs, l'article L 541-1 du Code de l'environnement fixe une hiérarchie des modes de traitement des
déchets. Les dispositions du présent chapitre et de l’article L 125-1 ont pour objet :
• En priorité, de prévenir et de réduire la production et la nocivité des déchets, notamment en agissant
sur la conception, la fabrication et la distribution des substances et produits et en favorisant le
réemploi, ainsi que de diminuer les incidences globales de l'utilisation des ressources et d'améliorer
l'efficacité de leur utilisation
• De mettre en œuvre une hiérarchie des modes de traitement des déchets consistant à privilégier, dans
l'ordre :
◦ La préparation en vue de la réutilisation
◦ Le recyclage
◦ Toute autre valorisation, notamment la valorisation énergétique
◦ L'élimination.
• D'assurer que la gestion des déchets se fait sans mettre en danger la santé humaine et sans nuire à
l'environnement, notamment sans créer de risque pour l'eau, l'air, le sol, la faune ou la flore, sans
provoquer de nuisances sonores ou olfactives et sans porter atteinte aux paysages et aux sites
présentant un intérêt particulier.
• D'organiser le transport des déchets et de le limiter en distance et en volume.
• D'assurer l'information du public sur les effets pour l'environnement et la santé publique des
opérations de production et de gestion des déchets, sous réserve des règles de confidentialité prévues
par la loi, ainsi que sur les mesures destinées à en prévenir ou à en compenser les effets
préjudiciables.

1.7. EVALUATION ENVIRONNEMENTALE


L’évaluation environnementale est une démarche désormais obligatoire pour les plans de prévention et de
gestion des déchets non dangereux et les plans régionaux d’élimination des déchets industriels spéciaux.
Elle a pour objet de renforcer la prise en compte de l’environnement en amont des projets, au stade auquel
sont prises les décisions structurantes, et d’en assurer le suivi dans le temps, ceci en développant la
consultation et l’information du public.
Suite à la directive européenne n°2001/42/CE du 27 juin 2001, certains plans et programmes, adoptés par
l'État, les collectivités territoriales ou leurs groupements, doivent désormais comporter une évaluation
environnementale. La traduction en droit français s’est faite au travers de l’ordonnance n°2004-489
du 3 juin 2004 et des décrets n°2005-608 et n°2005-613 du 27 mai 2005, qui ont modifié les Codes de
l’environnement, de l’urbanisme et des collectivités territoriales. Enfin, la mise en œuvre de ces dispositions
est précisée dans la circulaire du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD), en
date du 12 avril 2006. Ainsi, les Plans Départementaux d'Élimination des Déchets Ménagers et Assimilés
sont désormais soumis à la procédure d’évaluation environnementale, notamment si leur élaboration ou
révision a été prescrite après le 21 juillet 2004.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 26 sur 137
1.8. PROCEDURE DE REVISION DU PLAN

1.8.1. Démarche du département de Maine-et-Loire - Concertation


Une commission consultative de révision du plan a été constituée conformément à l'article R 541-18 du code
de l'environnement. Cette commission consultative a été réunie à chaque étape d’élaboration du plan.
Pour aller au delà, dans un soucis de transparence et d’associer tous les acteurs concernés par la gestion des
déchets à la réflexion pour l’élaboration du plan, il a été constitué des groupes de travail, par secteur
géographique et par thématique.
• Groupes de travail par zone :
◦ Zone Centre
◦ Zone Nord-Ouest
◦ Zone Est
◦ Zone Sud-Ouest.
• Groupes de travail par thématique :
◦ Groupe de travail sur la prévention, la réduction des ordures ménagères et notamment des
ordures ménagères résiduelles, l'amélioration de la collecte sélective et la gestion des flux
principaux des déchèteries.
◦ Groupe de travail à l'échelle départementale pour la création de 3 scenarii à étudier. Ces groupes
de travail ont été ouverts à toutes structures concernées par les problématiques développées dans
le plan et notamment à toutes les collectivités locales en charge des déchets, aux associations
locales (associations de protection de l’environnement et associations de protection des
consommateurs) et aux prestataires de déchets intervenant dans le département de Maine-et-
Loire.
◦ Un groupe de Conseillers Généraux a été constitué pour suivre les travaux de révision du plan
tout au long de la procédure.
La révision du plan a été le fruit d’une concertation étroite qui a permis d'obtenir des avis consensuels malgré
la complexité des sujets abordés. Chaque filière a ses impacts environnementaux directs ou indirects, et
l’objet de la révision du plan consiste dans la recherche d’un équilibre entre :
• La garantie de la santé des populations
• Le respect du milieu naturel (minimiser les impacts : réduction des quantités de déchets à enfouir,
transports, …)
• La préservation des ressources naturelles
• La maîtrise des coûts
• La création d’activités locales (emplois).
Dans le cadre du Grenelle, les grands objectifs du plan sont les suivants :
• Produire le moins de déchets possible, c'est-à-dire prévenir et réduire à la source pour diminuer les
tonnages de déchets
• Recycler le plus possible dans des conditions économiquement acceptables avant toute autre
modalité de traitement.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 27 sur 137
Pour atteindre ces objectifs, le plan décline des dispositions par grands thèmes. Ceux qui ont occasionné le
plus de débats, d'échanges et nécessité des compromis sont :
• La prévention de la production des déchets
• Les déchets des ménages
• Les déchets non ménagers
• L'organisation du traitement des déchets résiduels.
Les actions prévues au plan pour traiter les déchets ménagers et assimilés se déclinent selon la
hiérarchisation suivante :
• D’abord prévenir et réduire à la source pour diminuer les tonnages de déchets
• Puis encourager et développer la réutilisation et le recyclage avant toute autre modalité de traitement.
Les objectifs de ce plan sont ambitieux, notamment en matière de réduction des ordures ménagères, mais
réalistes, car il faut prendre en compte la maîtrise des coûts. La concrétisation de ces objectifs permettra
d’atteindre les préconisations du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable inscrites dans
la circulaire du 25 avril 2007 et celles du Grenelle de l'environnement.
Un suivi du plan pourra être mis en place en 2012 ou 2013 par le Conseil Général de Maine-et-Loire.
Un comité de suivi se substituera à la commission de révision du plan. Véritable outil de pilotage, il
permettra :
• D’animer la prise en charge du plan dans le souci d’informer l’ensemble des acteurs
• D’être un relais d’informations notamment de recenser l'ensemble des données techniques et
financières utiles à l'échelle départementale
• De créer un réseau d’échange d'expérience et de fédérer les initiatives.
Il permettra également :
• D’avoir une vision globale mais précise de la situation à un instant donné et également en terme
d’évolution
• De vérifier que les objectifs fixés par le plan sont bien atteints pour la réduction de la production de
déchets et l’optimisation de la collecte sélective et des filières de valorisation
• De faire évoluer les objectifs à la hausse ou à la baisse en fonction de ce suivi et des évolutions
technologiques
• De créer un outil de transparence.
Trois conditions seront nécessaires à la réussite de cet outil :
1. Un engagement de la part du Conseil Général et de l’ensemble des EPCI, chambres consulaires,
services de l’Etat, Associations…
2. Une collaboration avec les entreprises et industries locales
3. Une information homogène des citoyens et consommateurs.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 28 sur 137
1.8.2. Gestion des déchets ménagers
Depuis l’approbation du PEDMA en 1996, des changements majeurs ont eu lieu dans la gestion des déchets
ménagers en Maine-et- Loire :
• La gestion intercommunale s’est amplifiée : 17 structures pour la collecte et 7 pour le traitement sont
compétentes en 2011 sur le territoire.
• La collecte des ordures ménagères résiduelles (OMR) s’est améliorée : construction de 6 quais de
transfert répartis entre le Sud, le Centre et le Nord-Est du département afin de limiter le transport des
déchets.
• La collecte sélective s’est développée : toutes les collectivités ont signé un contrat avec Eco-
Emballages et ont donc mis en place une collecte sélective des emballages ménagers qui s'améliore
au fil du temps.
• Les déchèteries ont connu un véritable essor dans le département avec 70 déchèteries et 17 éco-
points en fonctionnement en 2008. Le parc est en partie à améliorer et des déchèteries sont
supprimées dans le cadre d'une restructuration au profit d'un nombre moins important mais
proposant une offre de service plus complète aux usagers.
• La mise en service d'une unité de valorisation énergétique (UVE) de 100 000 tonnes à pouvoir
calorifique inférieur (PCI) 2 400 kgCal/kg par an à Lasse en 2005. Les ordures ménagères du
SIVERT, syndicat de la zone Est du département, y sont valorisées.
• L'UVE de Sainte Gemmes sur Loire a fermé en février 2011. La zone Centre s'est réorganisée en
créant Biopole, une unité de prétraitement par tri mécano-biologique et méthanisation de la partie
fermentescible des OMR.
Le département de Maine-et-Loire est ainsi organisé pour le traitement des déchets ménagers et assimilés
autour d'installations de stockage des déchets non dangereux (ISDND) et d'une unité de valorisation
énergétique dont les capacités totales représentent 392 500 tonnes en 2011.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 29 sur 137
Deuxième partie

LE DIAGNOSTIC

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 30 sur 137
Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire
Page 31 sur 137
2. DIAGNOSTIC
Ce diagnostic a été élaboré à partir de l'état des lieux réalisé en 2008 sur le département.

2.1. COLLECTIVITES COMPETENTES


Pour l'étude du plan, le département est divisé en 4 zones créées en 1996 lors de l'élaboration du premier
PEDMA. Les zones sont organisées autour de la compétence traitement.
• La zone Centre est organisée sur le territoire d'Angers Loire Métropole avec Biopole.
• La zone Est est organisée sur le territoire du SIVERT de l'Est Anjou, elle comprend l'arrondissement
de Saumur. Elle accueille les ordures ménagères résiduelles du SMIPE Val Touraine dont 60 % du
territoire sont situés en Indre-et-Loire.
• La zone Sud-Ouest est organisée sur le territoire de VALOR3E. Elle est décomposée en 3 sous
territoires :
◦ Les Mauges
◦ La Communauté d'agglomération du Choletais
◦ 4 Communautés de communes du département de Loire Atlantique qui envoie leurs ordures
ménagères résiduelles vers VALOR3E.
• La zone Nord-Ouest est organisée sur le territoire d'études du Syndicat mixte d'Etudes pour
l'élimination des Déchets de la zone Nord-Ouest (SEDNO). Elle comprend l'arrondissement de
Segré.

2.1.1. Compétence collecte


Les structures compétentes en collecte dans le département en 2011 sont les suivantes :
• 3 Communautés d’agglomération : Angers Loire Métropole ; Saumur Loire Développement ; du
Choletais.
• 8 syndicats : SIRDOMDI; SICTOD Nord Est Anjou ; SMICTOM Vallée Loire Authion ; SICTOM
Loir et Sarthe ; SISTO ; SMIPE Val Touraine Anjou ; SMITOM Sud Saumurois ; SYCTOM Loire
Béconnais.
• 6 Communautés de communes : Baugé ; du Bocage ; Moine et Sèvre ; Loire Aubance ; Loire Layon ;
de la Région de Pouancé Combrée.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 32 sur 137
Des particularités sont observées pour certaines collectivités (territoires : discontinuités géographique entre
Communauté de communes et Syndicat par rapport à certaines communes). Un syndicat réparti sur deux
départements (SMIPE Val Touraine Anjou). Deux Communautés de communes sont scindées en deux zones
de compétence (Loire Aubance et Vallée Loire Authion).

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 33 sur 137
2.1.2. Compétence traitement
Les structures compétentes en traitement dans le département en 2011 sont les suivantes :
• 1 Communauté d’agglomération : Angers Loire Métropole
• 4 syndicats : SISTO; SYCTOM Loire Béconnais ; SIVERT de l'Est Anjou ; VALOR3E
• 1 Communauté de communes : de la Région de Pouancé Combrée.

• Une particularité est à noter : la Communauté de communes Loire Aubance est scindée en deux
zones de compétence.

2.1.3. Population
La population du département évolue à la hausse. En 2006, elle était de 766 659 habitants (source INSEE :
recensement 2006) et en 2008 elle atteint 768 945 habitants soit une progression d'environ 0,3% (source
INSEE : méthode de calcul Omphale 2008). Cette population est répartie de la manière suivante pour l'année
2008 :

Population Population Population


urbaine rurale totale
Zone Centre 266 177 266 177
Zone Sud-Ouest 80 590 120 599 201 189
Zone Est 50 611 173 227 223 838
Zone Nord-Ouest 77 741 77 741
TOTAL 397 378 371 567 768 945

La population du département évolue à la hausse mais les secteurs ruraux augmentent alors que les secteurs
urbains diminuent. Il s'agit d'un constat entre 2006 et 2008.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 34 sur 137
2.2. COLLECTE DES DECHETS EN 2008

2.2.1. Biodéchets et déchets de jardinage - compostage individuel


Secteurs urbains et Tonnages Ratios Tonnages Ratios
ruraux Déchets de jardinage kg/hab/an Déchets de cuisine kg/hab/an

Zone Centre 1 197 4,50 798 3,00

Zone Sud-Ouest 779 4,00 797 4,00

Zone Est 1 209 5,00 806 4,00

Zone Nord-Ouest 3 583 46,00 1 147 15,00

TOTAL 6 768 9,00 3 548 5,00

Le calcul a été réalisé sur les bases suivantes :


• Pour les déchets de jardinage : nombre de composteurs x 2,5 hab/foyer x 60 kg/hab/an
• Pour les déchets de cuisine : nombre de composteurs x 2,5 hab/foyer x 40 kg/hab/an.
Les collectivités ont mis en place progressivement une politique de réduction des biodéchets (déchets verts -
fermentescibles - et déchets de cuisine - putrescibles) que l'on trouve dans les ordures ménagères résiduelles.
La loi du 13 juillet 1992 précise que depuis le 1 er juillet 2002, les installations d'élimination des déchets par
stockage ne sont autorisées à accueillir que des déchets ultimes. Ainsi les ordures ménagères résiduelles
doivent en principe contenir uniquement des déchets ultimes. Les biodéchets ou tout au moins une partie des
biodéchets doivent donc être extraits préalablement mais selon la définition du déchet ultime décrite dans
l'article L 541-1 : "est ultime un déchet qui n'est plus susceptible d'être traité dans les conditions techniques
et économiques du moment, notamment par extraction de la part valorisable ou par réduction de son
caractère polluant ou dangereux ".
Par ailleurs l'article 5 de la directive n°1999/31/CE du 26 avril 1999 définit une stratégie nationale afin de
mettre en œuvre la réduction des biodéchets mis en décharge :
• Au plus en 2006 la quantité de déchets municipaux biodégradables mis en décharge doit être réduite
à 75 % en poids de la totalité des déchets municipaux produits en 1995 ou au cours de la dernière
année avant 1995 pour laquelle on dispose de données d'Eurostat.
• En 2009 réduction à 50 %
• En 2016 réduction à 35 %.
Selon l'Ademe les biodéchets des ordures ménagères représentent environ 75 kg/hab/an. Ils comprennent des
déchets verts et des déchets de cuisine. Dans sa campagne de caractérisation menée en 2007, l'Ademe
indique que la partie biodéchets des ordures ménagères est de 25 %. Ramené à l'échelle du département qui
produit 310 kg/hab/an d'ordures ménagères en 2008, le ratio est de 75 kg/hab/an ce qui confirme
l'information précédente. C'est ce ratio qu'il convient de réduire et la raison pour laquelle les collectivités
mettent en place des composteurs individuels. La zone Nord-Ouest a fait un effort particulier en ce qui
concerne le compostage individuel car les ordures ménagères résiduelles sont enfouies directement sans
prétraitement. Le ratio déchets verts du Nord-Ouest comprend également le compostage en tas dans les
jardins. Pour les 3 autres zones le compostage individuel est plus faible mais la partie biodéchets des ordures
ménagères résiduelles est extraite par tri mécano-biologique ou bien les ordures ménagères résiduelles sont
valorisées énergétiquement.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 35 sur 137
Les collectivités du département n'envisagent pas de collecte sélective des biodéchets compte tenu du coût
élevé pour un bilan jugé mitigé sur les quantités collectées et leur qualité. Le compostage individuel restera
l'outil essentiel pour diminuer de manière préventive les biodéchets dans les ordures ménagères résiduelles.
La Loi Grenelle 2 prévoit la création d'une collecte sélective des biodéchets pour les gros producteurs à partir
de 2012. Il sera nécessaire de définir quels sont les gros producteurs sur le territoire des collectivités. Ils
devront trier leurs biodéchets afin qu'ils soient collectés pour valorisation organique (retour au sol).

2.2.2. Tonnages et ratios collectés


2.2.2.1. Ordures ménagères résiduelles
Secteurs Ratios Secteurs Ratios Secteurs urbains Ratios
Population Tonnages Population Tonnages Population Tonnages
Urbains kg/hab/an Ruraux kg/hab/an et ruraux kg/hab/an

Zone Centre 266 177 62 648 235 Zone Centre Zone Centre 266 177 62 648 235

Zone Sud-Ouest 80 590 19 025 236 Zone Sud-Ouest 120 599 21 014 174 Zone Sud-Ouest 201 189 40 039 199

Zone Est 50 611 13 201 261 Zone Est 173 227 30 655 177 Zone Est 223 838 43 856 196

Zone Nord-Ouest Zone Nord-Ouest 77 741 14 715 189 Zone Nord-Ouest 77 741 14 715 189

TOTAL 397 378 94 874 239 TOTAL 371 567 66 384 179 TOTAL 768 945 161 258 210

La moyenne des ordures ménagères résiduelles en 2008 est de 210 kg/hab/an dans le Maine-et-Loire. Ce
ratio est à comparer aux 299 kg/hab/an d'OMR produits en 2009 en France (source Ademe).
La collecte des ordures ménagères résiduelles est principalement réalisée en porte-à-porte avec des
fréquences variables entre les collectivités mais aussi suivant les secteurs urbains et ruraux. Compte tenu de
l'augmentation des taxes (Grenelle de l'environnement) et de la réduction des biodéchets dans les OMR, une
tendance à la réduction de la fréquence des collectes pourrait se propager dans les années à venir, le but des
collectivités étant de ne pas augmenter le coût pour les usagers. Il est constaté dans le département une baisse
des ordures ménagères résiduelles depuis 2006. Cette baisse devrait se prolonger durablement.
2.2.2.2. Collectes sélectives
Secteurs Ratios Secteurs Ratios Secteurs urbains Ratios
Population Tonnages Population Tonnages Population Tonnages
Urbains kg/hab/an Ruraux kg/hab/an et ruraux kg/hab/an

Zone Centre 266 177 22 990 86 Zone Centre Zone Centre 266 177 22 990 86

Zone Sud Ouest 80 590 7 867 98 Zone Sud Ouest 120 599 12 309 102 Zone Sud Ouest 201 189 20 176 100

Zone Est 50 611 5 848 116 Zone Est 173 227 19 668 114 Zone Est 223 838 25 516 114

Zone Nord Ouest Zone Nord Ouest 77 741 8 367 108 Zone Nord Ouest 77 741 8 367 108

TOTAL 397 378 36 705 92 TOTAL 371 567 40 344 109 TOTAL 768 945 77 049 100

Les déchets concernés par les collectes sélectives sont les emballages ménagers, le verre et les journaux-
magazines. Les collectivités du département ont collecté 77 049 tonnes en 2008, réparties de la manière
suivante (hors refus) :
• Emballages légers : 10 840 tonnes
• Verre : 36 758 tonnes
• Journaux-magazines : 21 384 tonnes
• Cartons professionnels et gros de magasin : 3 172 tonnes.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 36 sur 137
Dans les emballages ménagers on peut distinguer les produits suivants (publication Ademe/Eco-
Emballages/Adelphe) :
• Acier : canettes de boisson 14 % ; boîtes de conserves 60 % ; aérosols 6 % ; autres 20 %
• Aluminium : canettes de boisson 20 % ; boîtes de conserves 15 % ; aérosols 19 % ; autres
emballages souples 16 % ; autres emballages rigides 30 %
• Papier-carton : boîtes/étuis/carton brun ondulé 64 % ; sacs/sachets/papiers 21 % ; calages 5 % ;
briques alimentaires 10 %
• Plastiques : bouteilles et flacons 39 % ; sacs/sachets/films 27 % ; pots/boîtes/barquettes 18 % ;
étuis/blisters/calages 6 % ; autres 10 %
• Verre : bouteilles 81 % ; pots/flacons 19 %.
Toutes les collectivités compétentes en matière de déchets dans le département ont signé un contrat avec
Eco-Emballages.
La moyenne de la collecte sélective en 2008 est de 100 kg/hab/an dans le Maine-et- Loire, à comparer aux
105 kg/hab/an de collecte sélective produits en 2009 en France (source Ademe), à comparer également avec
les résultats du diagnostic 2009 du Maine-et-Loire. Les tonnages de collecte sélectives progressent
régulièrement.

Secteurs urbains et Ratios


Tonnages globaux
ruraux kg/hab/an

Zone Centre 57 339 215

Zone Sud-Ouest 48 856 243

Zone Est 53 540 239

Zone Nord-Ouest 21 949 282

TOTAL 181 684 236

2.2.2.3. Déchèteries

La moyenne de la collecte en déchèteries en 2008 est de 236 kg/hab/an dans le Maine-et- Loire, à comparer
aux 184 kg/hab/an collectés en 2009 en France (source Ademe). Le ratio élevé est plutôt un indicateur positif
car il exprime le bon comportement des usagers pour le tri et l'apport volontaire des déchets vers des filières
de valorisation.
Les tonnages et ratios par type de déchets collecté en déchèteries (principaux flux) :
Secteurs urbains et Ratios
Tonnages
ruraux kg/hab/an

Tout-venant 40 744 53

Gravats 53 772 70

Déchets verts 61 562 80

Ferrailles 7 912 10

Bois non traité 662 1

Bois traité 5 945 8

DEEE 2 127 3

Bâches plastiques 123 0

Amiante 178 0

Placoplâtre 179 0

Textiles 357 0

DDM (pour mémoire) 908 1

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 37 sur 137
L'objectif du plan de 1996 était d'organiser un maillage du réseau de déchèteries suffisamment dense afin que
les usagers ne fassent pas plus de 10 km pour transporter leurs déchets. Les collectivités du département ont
rapidement mis en œuvre un réseau de déchèteries efficace mais aujourd'hui une partie du parc est
vieillissant ou mal adapté aux besoins actuels. Désormais les collectivités créent de grandes déchèteries
modernes mettant à disposition des usagers l'ensemble des services avec pour conséquence une réduction du
nombre total des sites, générant des distances plus importantes pour les apports de déchets. Au regard de la
réglementation, les déchèteries sont des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE).

2.2.3. Organisation du service et prestataires des collectes


Le service de collecte des ordures ménagères résiduelles et des collectes sélectives est effectué soit en régie
par les collectivités soit confié à un ou plusieurs prestataires privés selon le type de collecte et le territoire.
Dans certains cas les collectivités font appel à des associations, il s'agit souvent d'une volonté politique de
réinsertion pour des personnes en difficulté. Les contrats passés entre collectivités et prestataires sont la
plupart du temps des marchés de prestations de service.
L'organisation du service peut être mesurée par la fréquence des collectes des OMR, de CS et des
déchèteries.
2.2.3.1. Collecte des ordures ménagères résiduelles
Une grande partie du département est collecté une fois par semaine en ce qui concerne les OMR des bourgs
et des écarts. 4 collectivités (2 urbaines et 2 rurales) collectent les OMR à une fréquence supérieure. En
terme de population, la fréquence de collecte d'une fois par semaine atteint environ 408 000 habitants dont
81 000 en secteurs urbains et 327 000 en secteurs ruraux. La fréquence supérieure à une fois par semaine
concerne environ 361 000 habitants dont 317 000 en secteurs urbains et 44 000 en secteurs ruraux.
La collecte des OMR est effectuée en porte-à-porte, en régie ou par des prestataires privés. La population
collectée en régie est d'environ 459 000 habitants avec une répartition urbaine arrondie de 347 000 habitants
et rurale arrondie de 112 000 habitants. La population collectée par des prestataires est d'environ 310 000
habitants majoritairement en zone rurale, avec environ 50 000 habitants pour les secteurs urbains et environ
260 000 habitants pour les secteurs ruraux.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 38 sur 137
Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire
Page 39 sur 137
2.2.3.2. Collecte sélective
La collecte sélective est effectuée en porte-à-porte et en apport volontaire avec des différences de fréquence
entre les bourgs et les écarts.
Pour la collecte sélective des bourgs, la plupart des collectivités ont choisi une fréquence d'une fois par
semaine (les chiffres présentés ci-dessous sont arrondis) :
• 569 100 habitants sont concernés par la collecte en porte-à-porte une fois par semaine dont 317 000
en secteurs urbains et 252 100 en secteurs ruraux.
• 178 100 habitants (dont 80 500 en secteur urbain) sont concernés par une collecte deux fois par mois
• 18 200 habitants une fois par mois en secteurs ruraux
• 3 500 habitants ne sont pas collectés en porte-à-portes.
Pour la collecte sélective en points d'apport volontaire les fréquences de vidage des conteneurs sont adaptées
aux remplissages.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 40 sur 137
Pour la collecte sélective des écarts, les différences de fréquence de collecte entre collectivités sont plus
importantes.

La collecte sélective est effectuée en porte-à-porte et en points d'apport volontaire en régie pour environ
50 % de la population et par des prestataires privés (50 % également).

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 41 sur 137
Pour la collecte sélective en points d'apport volontaire (hors verre), sur les 17 collectivités :
• 3 collectivités fonctionnent en régie
• 10 collectivités font appel à un prestataire
• 4 collectivités ne pratiquent pas ce type de collecte.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 42 sur 137
2.2.3.3. Analyse de l'évolution des collectes entre 2006 et 2008
Les tonnages collectés d'ordures ménagères résiduelles ont évolué à la baisse :
• 171 706 tonnes en 2006 ; ratio de 224 kg/hab/an
• 166 358 tonnes en 2007 ; ratio de 217 kg/hab/an
• 161 258 tonnes en 2008 ; ratio de 210 kg/hab/an.
Cette baisse devrait en principe se poursuivre sur plusieurs années (cf chapitre " prospectives ").
Les tonnages de collectes sélectives ont évolué à la hausse :
• 67 222 tonnes en 2006 ; ratio de 88 kg/hab/an
• 73 718 tonnes en 2007 ; ratio de 96 kg/hab/an
• 77 049 tonnes en 2008 ; ratio de 100 kg/hab/an.
Cette hausse devrait en principe se poursuivre encore en fonction du nouveau cahier des charges établi par
Eco-Emballages (cf chapitre " prospectives ").
Les tonnages collectés en déchèteries ont évolué à la hausse :
• 166 389 tonnes en 2006 ; ratio de 217 kg/hab/an
• 182 908 tonnes en 2007 ; ratio de 238 kg/hab/an
• 181 684 tonnes en 2008 ; ratio de 236 kg/hab/an.
Hausse très nette entre 2006 et 2007 avec une évolution nulle entre 2007 et 2008. La hausse traduit un
meilleur tri des ordures ménagères. Les apports de tout-venant sont stables. Il est constaté :
• Une augmentation légère des gravats (ratio évoluant de 63 kg à 70 kg)
• Une augmentation importante des déchets verts (ratio évoluant de 70 kg en 2006, 85 kg en 2007,
80 kg en 2008) mais les quantités évoluent souvent en fonction des conditions climatiques.
• Une légère baisse des ferrailles (11 kg en 2006, 10 kg en 2008)
• Une stagnation des déchets dangereux des ménages
• Une forte poussée des déchets d'équipements électrique et électronique (1 kg en 2006 et 3 kg en
2008). Cela semble normal car la filière de type " responsabilité élargie du producteur " a été mise en
place récemment.

2.3. TRANSFERT DES DECHETS


Les ordures ménagères résiduelles collectées avec des bennes sont acheminées vers des centres de transferts
pour être compactées, versées dans des semi-remorques et transportées jusqu'aux lieux de prétraitement et/ou
de traitement. Cette méthode permet de réduire les impacts environnementaux et les coûts de transport.
Dans le département en 2008 on dénombre 6 centres de transfert. En 2011 un nouveau centre s'est construit
sur le territoire de VALOR3E. La répartition est la suivante :
• Zone Centre : pas de centre de transfert.
• Zone Est : 3 centres de transfert publics, SICTOM Loir et Sarthe situé à Tiercé, Communauté
d'agglomération Saumur Loire Développement situé à Saint Lambert des levées et SMITOM Sud
Saumurois situé à Doué la Fontaine.
• Zone Nord-Ouest : centre de transfert public de Sainte Gemmes d'Andigné utilisé par le SISTO et la
Communauté de communes de Pouancé Combrée.
• Zone Sud-Ouest : centre de transfert public de VALOR3E situé à Saint Germain sur Moine, centre de
transfert privé situé à La Séguinière utilisé par la Communauté d'agglomération du Choletais. A
noter que le centre de transfert de La Séguinière est fermé depuis septembre 2011.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 43 sur 137
2.4. UNITES DE TRAITEMENT
Les unités de prétraitement et de traitement sont des ICPE. Elles sont autorisées par arrêté préfectoral.

2.4.1. Prétraitement
Le tri mécano-biologique (TMB) et la méthanisation permettent, grâce à des opérations mécaniques
(dilacération, tri) et à des opérations biologiques (compostage, méthanisation) d'atteindre les objectifs
suivants :
• Fabriquer un compost normé
• Produire de l'énergie (biogaz et/ou combustible de substitution CSR)
• Recycler des matériaux
• Réduire le déchet ultime à enfouir.
Avec le TMB (norme NFU 44-051), la stabilisation de la partie organique est effectuée en aérobie (présence
d'air) alors qu'avec la méthanisation la stabilisation de la partie organique est effectuée en anaérobie (sans
présence d'air).
Dans le département, 2 collectivités ont fait le choix d'effectuer un prétraitement des ordures ménagères
résiduelles afin d'extraire les parties " matière et organique " pour valorisation, méthanisation, compost...
avant valorisation énergétique et/ou traitement final par enfouissement. En 2008 seul le secteur Sud-Ouest
était équipé d'une unité de tri mécano-biologique exploitée par VALOR3E à Bourgneuf en Mauges. En 2011,
cette unité a été totalement reconstruite. Sa capacité de traitement annuelle est de 20 000 tonnes. La
Communauté d'agglomération Angers Loire Métropole a construit une unité de méthanisation mise en
service début 2011. Sa capacité de traitement annuelle est de 90 000 tonnes.

2.4.2. Valorisation énergétique


Les unités de valorisation énergétique (UVE) permettent d'incinérer les ordures ménagères résiduelles, les
encombrants incinérables, les déchets industriels banals, les boues de station d'épuration et les déchets
d'activité de soins à risque infectieux sous certaines conditions. La valorisation énergétique consiste à
produire de la chaleur (réseaux de chaleur collectifs), de l'électricité (besoins propres de l'UVE et revente du
surplus à EDF) ou une combinaison de chaleur et électricité (co-génération). Le choix du site et la
conception sont des éléments très importants à déterminer au moment de la décision de créer une UVE.
Les objectifs sont les suivants :
• Destruction des substances organiques
• Evaporation de l'eau
• Evaporation des métaux lourds volatiles et de sels inorganiques
• Production de scorie potentiellement exploitable
• Réduction du volume de résidus.
Des produits valorisables et des déchets non valorisables sont générés par la combustion des matériaux
recyclables (ferreux et non ferreux) et des mâchefers, classés en 3 catégories suivant leur composition
(valorisable : sous couche routière ; maturable : stockage temporaire ; stockable : stockage définitif). Les
cendres issus de l'incinération appelés refus d'épuration de fumée d'incinération d'ordures ménagères
(REFIOM) sont stockées en big bag et enfouies dans des installations de déchets dangereux.
Dans le département une UVE est exploitée par le SIVERT qui délègue le suivi du fonctionnement à un
exploitant, la SAVED. Le tonnage annuel accepté est de 100 000 tonnes pour un pouvoir calorifique inférieur
(PCI) de 2 400 kCal/kg. Si le PCI baisse, l'UVE peut recevoir jusqu'à 120 000 tonnes au maximum. Le
tonnage de déchets provenant du SIVERT en 2008 a atteint 50 776 tonnes dont 46 485 tonnes d'OMR, 4 208
tonnes de tout-venant et 83 tonnes de refus de tri. Le tonnage hors SIVERT s'est établi à 53 859 tonnes.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 44 sur 137
2.4.3. Stockage des déchets non dangereux
Le stockage est l’opération d’élimination ultime des déchets. Il concerne la fraction des déchets qui ne peut
pas être valorisée par réemploi ou recyclage dans les conditions techniques et économiques du moment.
L’appréciation du caractère ultime des déchets est opérée au niveau des territoires couverts par les plans
d’élimination des déchets.
Alors que la décharge a été le mode de traitement privilégié des déchets, du fait de son coût particulièrement
bas, les enjeux de protection de l’environnement associés à l’exploitation des décharges ont conduit à un
renchérissement progressif des coûts d’exploitation de ce type d’installation. Ainsi, l’implantation d’une
installation de stockage de déchets non dangereux (ISDND) impose désormais des mesures de conception et
de construction faisant appel à plusieurs barrières de sécurité pour prévenir les risques de pollution des eaux
souterraines et des sols.
Enfin, ce type d’installation requiert en général une emprise foncière conséquente dont l’immobilisation se
prolongera a minima 30 ans après l’arrêt de la réception des déchets.
La mise en décharge des déchets ne peut être évitée, pour la fraction ultime des déchets. L’existence de ce
type d’installation est donc incontournable pour le bouclage du cycle de vie d’un produit.
Selon l'article L 541-1 du Code de l’environnement, le déchet ultime est défini comme un déchet, résultant
ou non du traitement d’un déchet, qui n’est plus susceptible d’être traité dans les conditions techniques et
économiques du moment, notamment par extraction de la part valorisable ou par réduction de son caractère
polluant ou dangereux dans des conditions optimales de sécurité pour l'environnement. Le principe général
de l'enfouissement est de stocker les déchets, en supprimant leur contact direct avec le sol à l'aide de
géomembranes et de récupérer les jus polluants (lixiviats) et le biogaz issu de leur fermentation qui peut-être
brûlé par une torchère ou bien valorisé énergétiquement.
Dans le département, en 2011, on dénombre 6 ISDND pour un stockage annuel de 272 500 tonnes dont
3 ISDND publiques (32 500 t) et 3 ISDND privées (240 000 t).

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 45 sur 137
2.4.4. Toutes les unités de traitement dans le département

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 46 sur 137
2.5. AIDE A LA FILIERE DE GESTION DES EMBALLAGES MENAGERS

2.5.1. Eco-Emballages
La société Eco-Emballages est investie depuis 1992 d’une mission d’intérêt général et a pour vocation
d'assurer la responsabilité élargie des producteurs (REP) en matière de gestion de fin de vie de leurs
emballages ménagers. Sa mission est d'assurer le pilotage du dispositif de tri et de recyclage en mobilisant
l'ensemble des acteurs (entreprises, collectivités, associations, filières de recyclage) au bénéfice du
consommateur-habitant-citoyen. Le citoyen est l'acteur clé du dispositif à travers son geste de tri et sa
consommation. Aujourd'hui, grâce à l'engagement collecteur de ces acteurs, 64 % des emballages ménagers
sont recyclés en France. Eco-Emballages a pour principales missions de travailler avec les entreprises à l'éco-
conception et à la réduction des emballages, de soutenir financièrement la collecte sélective et de contribuer
à son efficacité, d'informer le grand public et de favoriser le recyclage des emballages.
92 % des français déclarent trier leurs emballages. Aujourd’hui, l’enjeu est de faire trier plus et mieux, de
convaincre les hésitants de trier régulièrement et de changer le regard des récalcitrants. Pour cela Eco-
Emballages met en œuvre des actions de communication nationales et soutient des actions de communication
locales pour développer plus encore ce qui doit être un réflexe au quotidien.
Les collectivités locales sont épaulées par d'étroits partenariats noués avec Eco-Emballages pour mettre en
œuvre la collecte sélective. Un contrat leur assure une assistance technique, financière et pratique. Les
équipes régionales d'Eco-Emballages apportent au quotidien, conseils, formations et retours d’expériences
afin d’atteindre un juste équilibre entre coût et performance.
Les filières de recyclage permettent de garantir le retraitement effectif de la totalité des emballages triés.
Eco-Emballages a pour mission d’encadrer les critères de qualité et de prix qui garantissent la pérennité des
débouchés pour les matériaux collectés (verre, papier, plastique…) et travaille ainsi en collaboration avec les
industries du recyclage.

2.5.2. Historique
Eco-Emballages encourage les entreprises qui commercialisent des produits emballés à concevoir des
emballages plus compatibles avec l'environnement : moins lourds, plus facilement recyclables, plus
concentrés et ayant le moins d'impact possible sur l’environnement. Plusieurs secteurs ont déjà fait des
progrès significatifs comme les produits frais, les eaux en bouteille ou les boîtes en acier.
• 1992 : Entreprise de droit privé créée à l’initiative d’industriels de la grande consommation, Eco-
Emballages est agréée par les pouvoirs publics. Sa mission : installer, organiser, superviser et
financer la collecte sélective, le tri et le recyclage des emballages ménagers en France.
• 1993 : La première campagne nationale pour faire connaitre le tri des emballages ménagers est
lancée avec le slogan : " un emballage trié n’est plus un emballage perdu ".
• 1994 : Eco-Emballages et l’Association des Maires de France s’accordent sur le contrat qui liera
l’éco-organisme avec les communes trieuses. Le taux de recyclage des emballages atteint 22 %.
• 2001 : Eco-Emballages atteint avec un an d’avance les objectifs fixés par l’Union européenne, avec
un taux de 83 % d'emballages valorisés, dont 58 % recyclés.
• 2004 : Eco-Emballages reçoit des pouvoirs publics un nouvel agrément pour une période de six ans
renouvelable. Cet agrément augmente les soutiens financiers versés aux collectivités locales pour la
période 2004-2010.
• 2005 : Adelphe, société agréée pour le recyclage des emballages ménagers, rejoint Eco-Emballages.
Elle compte 12 000 entreprises adhérentes et 387 collectivités locales partenaires.
• 2007 : Mise en place en partenariat avec l’Ademe, des labels QualiTri et QualiPlus. Ils incitent à
l’amélioration des taux de collecte et de valorisation tout en évaluant l’impact environnemental du
service de collecte.
• 2011 : Le nouvel agrément fixe comme priorités l’atteinte d’un taux national de recyclage de 75 %
ainsi qu’un taux de couverture de 80 % des coûts de collecte pour la période 2011-2016.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 47 sur 137
2.5.3. Performances
En France, en 2008, 1 332 collectivités territoriales, regroupant 98 % des communes françaises, sont sous
contrat avec Eco-Emballages. Le gisement d’emballages ménagers contribuant est de 4,7 millions de tonnes
avec un taux de recyclage de 2,9 millions de tonnes soit 62,6 % du gisement. En 2008 les 59,6 millions de
français qui peuvent trier leurs emballages ont trié en moyenne 44,5 kg de déchets d’emballages ménagers.
Les performances varient selon le type d’habitat. Les performances au niveau national sont les suivantes :
• 58,8 kg/hab/an en milieu rural
• 55,2 kg/hab/an en milieu semi-rural
• 44,3 kg/hab/an en milieu semi-urbain
• 29,5 kg/hab/an en milieu urbain.
43,5 millions habitants disposent d’une collecte sélective en porte-à-porte. Le taux de refus moyen est de
23 %. 336 collectivités locales sont engagées dans une démarche d’optimisation avec les sociétés agréées,
couvrant 32,2 millions d’habitants.
En 2008 chaque habitant des Pays de la Loire a trié en moyenne 58 kg d’emballages ménagers, la moyenne
nationale est de 44,5 kg (79,3 kg pour la Vendée ; 56,3 kg pour le Maine-et-Loire ; 53,8 kg pour la Sarthe ;
53,7 kg pour la Loire Atlantique et 48,6 kg pour la Mayenne). Ces ratios comprennent tous les emballages et
le verre, hors journaux-magazines.
Avec 56,3 kg/hab/an en 2008 , le département de Maine-et-Loire présente plutôt de bonnes performances
dans la région Pays de la Loire. En 2009 la performance s'est améliorée avec 62,4 kg.
D'après un tableau de bord présenté par l'Ademe (actualisation 2010), les taux de recyclage et de valorisation
en France sont les suivants (résultats Adelphe et Eco-Emballages) :

Année 2006 2007 2008 2009

Total recyclage 59,60% 61,30% 62,60% 63,00%

Total valorisation recyclables + matériaux recyclables


76,00% 77,00% 79,00% 81,40%
issus de la valorisation énergétique

2.5.4. Nouveau barème entreprises


Eco-Emballages met en œuvre à partir du 1er janvier 2012 un nouveau tarif point vert. Il vise à augmenter le
recyclage des emballages ménagers pour atteindre les 75 % prévus par la Loi ENE dite Engagement National
pour l'Environnement du Grenelle de l'environnement, contre 64 % en 2010. Il renforce également le soutien
à la prévention et à l'éco-conception. Ces changements se traduiront par une augmentation moyenne de 10 %
en 2012 qui recouvre en réalité des situations très diverses, au cas par cas. Trois changements majeurs
interviennent à compter du 1er janvier 2012 : le renforcement de l'éco-modulation c'est-à-dire la contribution
des entreprises en fonction du poids et du nombre d’unités d’emballages qu’elles mettent sur le marché, par
la création de 2 bonus et 2 malus, des évolutions différenciées par matériau et une nouvelle définition de
l'unité d'emballage.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 48 sur 137
2.6. DECHETERIES

2.6.1. Situation en Maine-et-Loire, évolution depuis 1996


Les déchèteries sont des espaces aménagés clôturés et gardiennés où les particuliers peuvent déposer
gratuitement leurs déchets occasionnels c'est-à-dire ceux qui ne peuvent pas être collectés avec les ordures
ménagères en raison de leur volume, de leur poids ou de leur nature (toxique). Certains déchets des
professionnels peuvent être acceptés comme par exemple des déchets de démolition d'habitations mais en
général les collectivités les admettent en faisant payer le service ; le coût est lié à la quantité apportée.
Les déchèteries sont des ICPE soumises à déclaration ou à autorisation suivant la surface de l'équipement et
les quantités de déchets acceptés annuellement.
Elles permettent de lutter contre les dépôts sauvages (la création d'une déchèterie s'accompagne d'une forte
diminution des dépôts sauvages d'ordures). Certains déchets sont réutilisés ou recyclés par la suite. Elles ne
sont pas ouvertes tout le temps. Il faut se renseigner sur les heures d'ouverture. Il faut prendre sa voiture et
faire quelques kilomètres. Tous les déchets ne sont pas acceptés.
Les déchèteries sont majoritairement exploitées en régie :
• 9 collectivités représentant 52 % de la population soit environ 398 000 habitants
◦ 266 000 habitants en secteur urbain
◦ 132 000 habitants en secteur rural
• 2 collectivités urbaines et 6 collectivités rurales confient le service à des prestataires privées soit
48 % de la population représentant environ 371 000 habitants
◦ 131 000 habitants en secteur urbain
◦ 240 000 habitants en secteur rural.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 49 sur 137
En 1993 le département disposait de 27 déchèteries qui permettaient de desservir 44 % de la population.
Mais 17 projets de création étaient en cours. Le niveau d'équipement était donc en 1996 de 44 déchèteries.
Le rayon d'attraction est de l'ordre de 7 à 10 km. Le plan de 1996 a défini un programme de création de
déchèteries cohérent qui permettait la résorption des dépôts sauvages. En 2008, il a été recensé
70 déchèteries et 17 éco-points dans le département. Un éco-point est une petite déchèterie qui n'accueille
qu'une partie des déchets des usagers. Les éco-points du département sont regroupés sur la partie Ouest du
SIRDOMDI et sur la Communauté d'agglomération du Choletais.
Il existe des déchèteries partagées telle que la déchèterie de la Communauté de communes Loire Aubance
exploitée par la Communauté d'agglomération Angers Loire Métropole, cependant aucune déchèterie mobile
n'est recensée dans le département.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 50 sur 137
Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire
Page 51 sur 137
2.6.2. Déchets collectés, tout-venant, gravats, DEEE...
Les déchets acceptés sont en principe les suivants :
• Déchets encombrants ou tout-venant : déchets non recyclables et non réutilisables
• Gravats : en principe seuls les déchets inertes sont acceptés mais il est autorisé un peu de déchets
non inertes comme par exemple des parpaings sur lesquels sont collés du plâtre
• Déchets dangereux des ménages : huile de vidange, huile de friture, produits d'entretien et de
bricolage, bombe aérosol, peinture, batteries, filtres à huile, divers
• Déchets recyclables : verre, plastiques, papier, cartons, bois traité, métaux, textiles, DEEE
(valorisation matière)
• Déchets verts : tontes de pelouses, branchages, bois non traité (valorisation organique)
• Amiante : sous certaines conditions
• Polystyrène
• Pneus.
Certaines collectivités ont mis en place ou ont le projet de détourner du tout-venant des matériaux
recyclables ou des objets réutilisables comme par exemple :
• Objets en plastique : barquettes, pots de fleur, bidons, polystyrène, mobilier de jardin, films
plastiques
• Objets de réemploi : vaisselle, meubles, bibelots, jouets...
• Objets à démanteler : menuiseries d'habitation (bois, verre, ferraille).
Certaines déchèteries sont équipées de plateforme de stockage des déchets verts (branchages notamment).
Les déchets sont stockés, broyés sur place puis transportés vers un site de valorisation organique ou utilisés
en paillage localement.

2.7. ANALYSE FINANCIERE DE L'ANNEE 2008


Ce chapitre aborde les coûts du service et leurs modes de financement.

2.7.1. Coût global du service (collectes et traitement)


L'ensemble des collectivités a été rencontré en 2010 afin de faire le point sur le coût du service des déchets
ménagers sur leur territoire. Ont été pris en compte les charges et les produits pour l'ensemble des collectes,
les coûts d'exploitation et les amortissements. Les coûts comprennent la prévention, la communication, les
collectes d'ordures ménagères et sélectives, les apports en déchèteries, le prétraitement et/ou le traitement.

Coût départemental et par zone en 2008


comprenant la prévention, les OMR, la CS, les déchèteries,
les gros producteurs, les amortissements (charges, produits)
Coût à la Coût à
Désignation Coût total
tonne l'habitant

Dé parte me nt 55,8 M € 133,00 € 73,00 €

Zone Centre (moyenne) 21,2 M€ 148,00 € 80,00 €

Zone Est (moyenne) 15,7 M€ 128,00 € 70,00 €

Zone Nord-Ouest (moyenne) 4,3 M€ 97,00 € 56,00 €

Zone Sud-Ouest (moyenne) 14,5 M€ 133,00 € 72,00 €

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 52 sur 137
Les cartes ci-dessous représentent les coûts à la tonne et à l'habitant par collectivités.
Les coûts à l'habitant s'échelonnent de 41 € à 90 € et les coûts à la tonne s'échelonnent de 78 € à 155 €.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 53 sur 137
2.7.2. Coûts du service et populations concernées en 2008
• 21 500 habitants payent entre 41 et 50 € par an ( collectes, tri et traitement des déchets)
• 143 500 habitants payent entre 51 et 60 €
• 163 000 habitants payent entre 61 et 70 €
• 309 500 habitants payent entre 71 et 80 €
• 131 000 habitants payent entre 81 et 90 €.

2.7.3. Coûts et traitement de la collecte des OMR


Le coût moyen départemental est de 41 € par habitant et de 197 € la tonne. Les coûts à l'habitant
s'échelonnent de 27 € à 58 € et à la tonne de 143 € à 278 €.

2.7.4. Coûts de la collecte sélective


Le coût moyen départemental est de 11 € par habitant et de 112 € la tonne. Les coûts à l'habitant
s'échelonnent de 3 € à 17 € et à la tonne de 27 € à 183 €.

2.7.5. Coûts des déchèteries


Le coût moyen départemental est de 15 € par habitant et de 64 € la tonne. Les coûts à l'habitant
s'échelonnent de 11 € à 21 € et à la tonne de 36 € à 93 €.
A noter que la somme des OMR, de la CS et des déchèteries (41 €+11 €+15 € = 67 €) ne correspond pas au
total départemental (73 € par habitant) car la prévention, une partie des gros producteurs et des
amortissements ne sont pas pris en compte dans ces coûts.

2.7.6. Mode de financement du service


2.7.6.1. Les choix des modes de financement des déchets ménagers
Les communes et leurs établissements publics de coopération intercommunale financent les dépenses
correspondant à la gestion des déchets ménagers selon les modes suivants :
• Le budget général (exceptionnellement)
• La taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM)
• La redevance spéciale en complément de la TEOM
• La redevance d’enlèvement des ordures ménagères (REOM).

Certaines collectivités financent leur service en regroupant plusieurs modes de financement. La Loi ENE du
Grenelle de l'environnement demande la mise en place d'une tarification " incitative " afin d'inciter les
usagers à réduire les ordures ménagères résiduelles en mettant en place une facturation liée au nombre de
présentation des conteneurs dans l'année. 2 collectivités du département ont mis en place la redevance
incitative sur leur territoire.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 54 sur 137
En ce qui concerne le financement du service en 2008, il existe de nombreuses différences entre les
17 collectivités qui assument la compétence collectes et traitement de leurs déchets, avec cependant une nette
majorité à la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM). 1 collectivité finance ses déchets par son
budget général, 3 collectivités financent par 2 ressources : budget général et TEOM. La TEOM est présente
seule ou avec un autre financement sur 13 collectivités et la redevance d'enlèvement des ordures ménagères
(REOM) concerne 3 collectivités.

2.7.6.2. Les recettes fiscales pour le financement du service


En 2008, les recettes de 56,6 millions d’euros se répartissaient comme suit :
• 50,9 millions d’euros provenant de la TEOM soit 90 %
• 4,6 millions d’euros provenant de la REOM soit 8 % dont environ 50 % pour la redevance incitative
• 1,1 millions d’euros provenant du budget général soit 2 %.
Environ 650 000 habitants payent la TEOM, 72 000 habitants la REOM, 8 300 habitants au budget général et
33 400 la redevance incitative.
La TEOM est une taxe fiscale additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés bâties.
La REOM doit être calculée en fonction du service rendu suivant :
• La composition du foyer
• La fréquence de collecte
• La nature des collectes (porte à porte ou apport volontaire)
• La valeur cadastrale.

2.8. VALORISATION MATIERE, ORGANIQUE ET ENERGETIQUE, REFUS


Le gisement départemental 2008 hors gestion domestique est de l'ordre de 420 000 tonnes réparties de la
façon suivante :

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 55 sur 137
• Ordures ménagères résiduelles : 161 000 tonnes
• Collecte sélective : 77 000 tonnes
• Déchèteries : 182 000 tonnes.
Le bilan de valorisation représente la partie valorisée des déchets collectés, envoyés vers des filières de
recyclage pour les collectes sélectives, les ferrailles collectées dans les déchèteries et les déchets valorisés
d'un point de vue organique, matière et énergétique. Les déchets non recyclés et non valorisés sont
finalement des refus qui sont enfouis dans des centres de stockage spécialisés suivant leur dangerosité.
Le bilan de valorisation est le suivant :
• 131 000 tonnes ont fait l'objet d'une valorisation matière
• 59 500 tonnes ont fait l'objet d'une valorisation organique
La valorisation énergétique a généré 78 000 MW/h soit l'équivalent de la consommation d'une ville d'une
importance comprise entre Saumur et Cholet.
• 60 000 tonnes ont été stockées dans une installation de stockage de déchets non dangereux
• 48 000 tonnes ont été stockées dans une installation de stockage de déchets inertes
• 5 000 tonnes de REFIOM ont été stockées dans une installation de stockage de déchets dangereux.

2.9. COMMUNICATION DES COLLECTIVITES


Dans l'ensemble les collectivités du département ont mis en place des actions de prévention et de
communication sur leur territoire. Il s'agit en général de communication de proximité, de promotion du
compostage domestique, de passage dans les foyers des ambassadeurs de tri pour conseil, d'interventions en
milieu scolaire (spectacles, ateliers créatifs), de participation à des animations (semaine de la prévention des
déchets), d'articles de presse, d'utilisation d'internet...

2.10. GESTION DES DECHETS NON-MENAGERS

2.10.1. Boues de stations d’épuration (STEP)


2.10.1.1. Présentation synthétique de la réglementation sur la gestion des boues
Depuis la parution de la Loi sur l'eau du 3 janvier 1992 de nombreux décrets et arrêtés ont été promulgués
sur l'assainissement des eaux usées. L'épandage des boues relève des articles R 211-25 à R 211-47 du code
de l'Environnement et de l'arrêté du 8 janvier 1998 pris en application de ces articles. Ces textes définissent
un cadre précis qui prévoit trois étapes dans la conception et la gestion des épandages. L'épandage est
également régi par l'arrêté départemental du 30 juin 2009 (DAPI-BBC n°2009-883 " programmation
d'actions à mettre en œuvre pour la reconquête de la qualité des eaux en Maine et Loire "). Les prescriptions
de l'arrêté sont les suivantes :
• La réalisation d'une étude préalable d'épandage qui définit :
◦ La qualité des boues
◦ L'aptitude des sols
◦ Les modalités techniques de l'épandage
◦ La traçabilité des boues.
A chacune de ces étapes, l'exploitant doit élaborer un document transmis aux services de l'Etat en
charge du contrôle. Les textes définissent les modalités de surveillance de la qualité des boues ainsi
que la liste des éléments devant faire l'objet d'un suivi analytique (physico-chimique, "éléments-
traces", valeur agronomique).

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 56 sur 137
• L'établissement d'un programme prévisionnel d'épandage et d'un bilan de la campagne effectués
chaque année (pour les STEP > 2 000 EH).
Enfin, la réglementation soumet à autorisation les plans d'épandage dès lors qu'on épand plus de 800 tonnes
de matière sèche (MS). Cela concerne en Maine-et-Loire, les Communautés d'agglomération Angers Loire
Métropole et du Choletais. La réglementation soumet à déclaration les épandages compris entre 3 tonnes et
800 tonnes de matière sèche.
2.10.1.2. Diagnostic de la gestion des boues de station d'épuration en Maine-et-Loire
En 2009, il a été recensé 432 stations d'épuration dans le département pour 363 communes. Le parc apparait
suffisant et peu évolutif depuis 2008. Les principales techniques de traitement utilisées sont les boues
activées et le lagunage aéré. Le nombre d'unités de traitement se décompose de la manière suivante :
• 385 unités inférieures à 2 000 EH
• 40 unités comprises entre 2 000 EH et 10 000 EH
• 3 unités comprises entre 10 000 et 15 000 EH
• 2 unités comprises entre 15 000 EH et 100 000 EH
• 2 unités supérieure à 100 000 EH.
18 unités inférieures à 2 000 EH et 7 unités comprises entre 2 000 EH et 10 000 EH ont des rejets non
conformes.
2.10.1.3. Valorisation des boues de stations d'épuration
Chaque producteur de boues a l'obligation de réaliser un plan d'épandage pour valoriser ses boues en
agriculture en passant une convention d'épandage avec les agriculteurs receveurs.
Une mission d'évaluation agronomique de l'épandage des boues de STEP a été mise en place en février 2001
par le Préfet. Elle a pour but d'assurer aux agriculteurs receveurs de boues, le respect des 6 principes que la
profession agricole s'est imposée (l'intérêt général, l'innocuité, la précaution, la traçabilité, la transparence et
la couverture collective des risques).
Le gisement des boues de STEP est évalué à 13 500 tonnes de matière sèche pour 2008.
Près de 90 % du gisement des boues est épandu directement en agriculture sur le département de Maine-et-
Loire contre une moyenne nationale de 60 %. L'autre filière est le compostage et plus rarement la
valorisation énergétique. Après instruction par les services de l'Etat, le plan d'épandage ainsi validé est
autorisé par décision du préfet.
Les quantités de boues ont été valorisées de la manière suivante :
• Epandage en agriculture (tonnes de MS) : 12 000 tonnes en 2006 et en 2009
• Compostage : 1 000 tonnes
• Valorisation énergétique : 500 tonnes.
La surface d'épandage annuelle de boues est située entre 7 000 ha et 7 500 ha soit à peine 2 % de la surface
agricole utile (SAU) départementale. Aujourd'hui, un peu plus de 400 agriculteurs reçoivent des boues de
STEP.
Les boues sont de bonne qualité, elles ont un réel intérêt agronomique pour les sols et les plantes, notamment
pour l'azote et le phosphore mais aussi pour le calcium lorsque les boues sont chaulées. Les apports en
éléments en fertilisant par les boues doivent venir en substitution des apports en engrais minéraux dans les
exploitations agricoles.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 57 sur 137
La filière de valorisation des boues fonctionne plutôt bien sur le département même si le renforcement de la
réglementation (phosphore notamment) rend de plus en plus difficile la recherche d'agriculteurs et oblige les
plus grandes collectivités à trouver des surfaces très éloignées du lieu de production des boues. En zone
d’élevage (centre Mauges), la concurrence avec les effluents d’élevage rend aussi difficile la mise à
disposition de parcelles par les agriculteurs locaux. Enfin en zone viticole, il est parfois aussi complexe de
trouver des surfaces car les épandages de boues ne sont pas autorisée sur vignes. La commission européenne
travaille sur un renforcement de la réglementation notamment par rapport aux éléments traces métalliques et
autres substances dangereuses ; aujourd’hui on ne peut pas encore en mesurer les conséquences sur la filière
d'épandage en agriculture.
En substitution à l’épandage en agriculture, les filières de valorisation et d’élimination utilisables aujourd'hui
sont :
• Le compost normé mais le produit brut doit répondre en terme d’innocuité aux exigences de l’arrêté
du 8 janvier 1998
• La valorisation énergétique : les unités de traitement sont peu nombreuses (Lasse pour le Maine-et-
Loire) et les coûts de traitement 6 à 8 fois plus onéreux que pour la filière agricole
• Les ISDND : filière de stockage possible uniquement pour des boues polluées (coûts de traitement
important).

2.10.2. Gestion des matières de vidanges des fosses septiques et des graisses (source : schéma
départemental d'assainissement)
2.10.2.1. Matières de vidanges
L'inventaire des assainissements non collectifs a été réalisé en 2010. Il recense 62 770 installations. La
fréquence de vidange est fixée par la réglementation. Les installations doivent être vidangées lorsque la fosse
est remplie à 50 % du volume utile (arrêté du 7 septembre 2009). Le volume à traiter est de l'ordre
de 37 600 m3 par an.
Les entreprises sont agréées par la Préfecture pour la réalisation des vidanges et l'évacuation vers les filières
de traitement. 5 STEP sont équipées de système de traitement : 15 800 tonnes ont été traitées dans ces
installations (Angers, Cholet, Saumur, Segré et Chemillé).
2.10.2.2. Graisses
Les installations de traitement ont une capacité totale de 13 500 m 3 par an et reçoivent 2 800 m 3 de graisses
par an (Angers, Saumur, Cholet).

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 58 sur 137
2.10.3. Déchets d'activités de soins a risque infectieux (DASRI)
Seuls les déchets non infectieux peuvent être, en principe, éliminés par le service de collecte des ordures
ménagères. Tous les producteurs de déchets infectieux (professionnels de la santé, vétérinaires…) sont
responsables de leur bonne élimination.
Malheureusement il est encore fréquent de retrouver ce type de déchets, notamment les produits coupants et
piquants, dans les sacs d’ordures ménagères. Le risque de blessure des agents de collecte ou d’éventration
des sacs sur la voie publique existe. Indépendamment des risques de contamination, ce type d’incidents
provoque en général des chocs psycho-émotionnels auprès de la population.
Les collectivités locales doivent donc s’intéresser à ce problème d’autant qu’elles génèrent (elles-mêmes ou
leurs établissements publics), ce type de déchets et qu’elles ont le devoir d’offrir un service aux malades qui
effectuent des soins à domicile (diabétiques…).

2.10.4. Déchets issus de l'activité agricole


2.10.4.1. Cadre général
La France est le seul pays en Europe à disposer d’une organisation nationale ayant vocation à récupérer les
déchets d’agro fourniture sur l’ensemble du territoire.
L ’agriculteur en tant que détenteur final du déchet est responsable de son élimination (loi déchets du
15 juillet 1975). Les collectes sont organisées (sauf pour les ficelles) dans le cadre de la responsabilité élargie
du producteur (REP). Pour la plupart des déchets, et depuis 2001, une éco-contribution est versée par les
metteurs en marché pour financer les opérations post-collecte.
2.10.4.2. ADIVALOR, un éco-organisme pour la gestion des déchets issus de l'agriculture
ADIVALOR a été créée en 2001. Les membres fondateurs de cette organisme sont l’Union des Industriels de
la Protection des Plantes (UIPP), l'Union des Entreprises pour la Protection des Jardins et des Espaces Verts
(UPJ), la société INVIVO, la Fédération du Négoce Agricole, la Coopérative de France, la FNSEA et
l'APCA.
A l'aide des éco-contributions spécifiques des fabricants et des metteurs en marché, ADIVALOR définit les
modalités techniques des collectes, organise et finance tout ou partie de l'élimination des déchets
phytosanitaires et fertilisants. La structure intervient également en amont lors des phases préparatoires et
d'organisation. Elle propose des outils de communication orientés sur la prévention, l'éducation et
l'information dans le domaine des déchets.
2.10.4.3. Structuration en Maine-et-Loire
Dès 1997, avec l’appui de l’Ademe, la Chambre d’Agriculture de Maine-et-Loire a créé la Mission de
Recyclage Agricole des Déchets (MRAD). Les premières collectes ont alors été organisées : films agricoles
usagés, produits phytosanitaires non utilisables. Elle est présidée et animée par la Chambre d’Agriculture.
Elle regroupe un nombre important de partenaires : ADIVALOR, les administrations, l’Ademe, l’Agence de
l'Eau Loire Bretagne, l’association des Maires, le Conseil Régional, le Conseil Général, des Communautés
de communes, les coopératives et négociants de l’agro-fourniture, le syndicalisme agricole, l’Union des
CUMA.
Ses missions sont de :
• Structurer une organisation partenariale autour de la problématique des déchets
• Réduire à la source les déchets
• Conforter et pérenniser les collectes
• Développer des solutions nouvelles et durables pour les déchets orphelins .
2.10.4.4. Collectes organisées en Maine-et-Loire
• Les films agricoles
• Les ficelles agricoles

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 59 sur 137
• Les emballages vides de produits fertilisants
• Les emballages vides de produits phytosanitaires (EVPP)
• Les emballages vides de produits d'hygiène utilisés en élevage laitier
• Les produits phytosanitaires non utilisables (PPNU)
• Les huiles de vidange usagées.
Les taux de collecte dépassent généralement 50 % pour l’ensemble des déchets et les objectifs fixés par la
filière nationale sont déjà atteints sur le département. A noter que pour les Produits Phytosanitaires Non
Utilisables, des opérations de déstockage ont été organisées entre 2000 et 2005 ayant permis de collecter plus
de 240 T de vieux produits. Depuis, la collecte se déroule tous les 18 mois avec des gisements moindres. Les
collectes des EVPP et des PPNU sont ouvertes à tous les professionnels et notamment aux paysagistes mais
aussi à toutes les collectivités locales utilisatrices de produits phytosanitaires.
La MRAD oriente également les agriculteurs vers des prestataires spécialisés pour d’autres déchets tels que
les contenants horticoles en valorisation matière ou les déchets d’entretien mécanique (filtres, batteries…).
2.10.4.5. Devenir des déchets collectés
Ainsi que le prévoit la Loi ENE du 12 juillet 2010 dite Grenelle 2, l’objectif est pour l’éco-organisme
ADIVALOR le recyclage matière. Ainsi, la part de recyclage se développe pour bon nombre de déchets :
• Les films agricoles usagés (valorisation matière)
• Les ficelles agricoles (valorisation matière)
• Les emballages vides de produits fertilisants (valorisation matière)
• Les emballages vides de produits phytosanitaires (valorisation matière et substitution énergétique)
• Les emballages vides de produits d'hygiène utilisés en élevage laitier (valorisation matière et
substitution énergétique)
• Les produits phytosanitaires non utilisables (valorisation énergétique)
• Les huiles de vidange usagées (valorisation matière).
2.10.4.6. Pneus usagés, pas de solution à moyen terme
La filière nationale ALIAPUR de collecte de pneus usagés ne concerne que les pneus mis sur le marché à
compter du 1er juillet 2004. Ainsi, les pneus agricoles historiques utilisés sur tas d’ensilage ne sont pas
éligibles à cette filière. L’utilisation de pneus sur tas d’ensilage est toujours permise par la réglementation.
Par contre, un stockage indépendant est interdit. Aujourd’hui, pour éliminer leurs pneus usagés, les
agriculteurs doivent faire appel à un prestataire privé avec des coûts de reprise importants estimés de 200 à
250 €/tonne. La profession agricole a sollicité déjà à plusieurs reprises les pouvoirs publics mais sans
réponse probante à ce jour.
2.10.4.7. Lien aux collectivités locales
Comme évoqué précédemment, les collectivités locales participent, à travers l’association des maires et aussi
la présence de la Communauté de communes de Pouancé-Combrée, aux comités techniques et d’orientation
de la MRAD. L’ensemble des outils de communication est envoyé aux collectivités en charge de la collecte
et/ou du traitement des déchets ménagers. La Chambre d’Agriculture rédige aussi des articles pour les
publications de ces collectivités (Salamandre…).

2.10.5. Déchets du bâtiment et des travaux publics


En Maine-et-Loire un plan et une charte de gestion des déchets du BTP ont été approuvés par le Préfet
le 7 novembre 2002. L'élaboration de ce document a été menée conformément à la circulaire du
15 février 2000 conjointe des Ministères de l'Aménagement des Territoires et de l'Environnement, de
l'Equipement, des Transports et du Logement.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 60 sur 137
Les services de l'Etat pilotent et animent un comité technique permanent "Déchets du Bâtiment et des
Travaux Publics". Ce comité réuni les élus et techniciens des collectivités locales et territoriales, les
fédérations professionnelles (bâtiment, TP, CAPEB), les professionnels de la gestion des déchets, les
associations de protection de l'environnement et des consommateurs, etc... Son rôle est d'animer la charte et
les réunions sur les plans technique et juridique.
C'est par l'impulsion de ce comité qu'une étude d'évaluation du gisement des déchets du BTP a été élaborée
sur le département de Maine-et-Loire.
Les conclusions générales n'ont pas remis fondamentalement en cause les résultats de la précédente étude
conduite en 2001.
Ainsi, l’activité du bâtiment et des travaux publics génèrerait entre 1,7 et 3,6 millions de tonnes de déchets
par an sur le Maine-et-Loire, dont 8 à 15 % issus des corps de métiers du bâtiment, plus diffus.
Ce résultat est à comparer avec le plan de 2002 qui évaluait une production de déchets proche de
0,216 millions de tonnes pour le bâtiment et de 2 millions de tonnes pour les travaux publics.
Les déchets inertes sont largement majoritaires avec 95 % des tonnages produits. Avec 78 200 à 95 600 t/an,
il convient cependant de souligner que les DIB constituent près d'un tiers des déchets de l’activité du
bâtiment.

2.10.6. Déchets d'activité économiques non dangereux non inertes (DAE ou DIB)
Tout producteur de déchets, collectivités publiques ou entreprises, est responsable de ses déchets et des
conditions dans lesquelles ils sont collectés, transportés, éliminés ou valorisés. Le producteur d’un déchet
doit être à même de justifier de sa destination finale. Les déchets ne peuvent être éliminés que dans des
installations autorisées.
Les professionnels peuvent assumer eux-mêmes la collecte et le transport de leurs déchets jusqu’aux
installations de traitement, de valorisation ou d’élimination. Ils peuvent faire appel à des prestataires
spécialisés ou bien utiliser les services mis en place par les collectivités lorsqu’ils existent.
La gestion de ces déchets est soumise à l'article L541-10 du Code de l'Environnement. S'agissant de déchets
non dangereux non inertes ils peuvent être valorisés «énergétiquement» ou éliminés dans les unités de
traitement dédiés aux déchets non dangereux.
Le gisement de DAE non dangereux non inertes du Maine-et-Loire en 2008 est d'environ 120 000 t/an.
Il a été estimé grâce à une enquête menée par les services de l'Etat auprès de tous les sites de traitement de
déchets ménagers du départements de Maine-et-Loire et de tous les départements limitrophes permettant
ainsi de connaître les tonnages de DAE provenant du Maine-et-Loire et les lieux de leur traitement.
• DAE traités en Maine-et- Loire : 130 300 tonnes dont 100 000 tonnes produits par le département
• DAE du Maine-et-Loire traités dans les départements limitrophes : 20 000 tonnes .
Le gisement actuellement collecté par les services municipaux est difficile à évaluer.
L’ensemble de ces chiffres sont à prendre avec certaines précautions.
Le présent paragraphe renvoi au paragraphe 3.5.9 «responsabilité élargie du producteur»

2.11. ANCIENNES DECHARGES


L'enfouissement fait partie des techniques de gestion des déchets qui ont le plus évolués ces dernières
années. La limitation du stockage aux seuls déchets ultimes à l'horizon 2002 a contribué à redonner à ces
équipements, rebaptisés "centre d'enfouissement technique " puis " centre de stockage de déchets non
dangereux " et enfin " installation de stockage de déchets non dangereux ", un statut d'outil performant
d'élimination des déchets, conformément aux dispositions réglementaires.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 61 sur 137
Les décharges brutes ne possèdent aucune protection efficace vis-à-vis de leur environnement et peuvent
provoquer des nuisances durables pour l'homme, les eaux, le milieu naturel et le paysage. En effet la
décharge reste un système évolutif du fait de la lente dégradation des déchets qui y sont enfouis.
En mars 2007, par arrêté préfectoral l'ensemble des sites non autorisés étaient fermés.
La mise en place d'un réseau de déchèteries a permis d'orienter vers les filières autorisées certains déchets
auparavant éliminés dans des sites illégaux.
Les sites fermés doivent faire l'objet d'une réhabilitation par l'exploitant à ses frais.

2.11.1. Réglementation des décharges


• Circulaire n°97-94 du 10 novembre 1997 relative à la résorption des décharges brutes
• Circulaire du 23 février 2004 et son annexe
• Circulaire du 4 juillet 2005
• Note de la DDASS de Maine-et-Loire de septembre 2001 relative à la remise en état d'une ancienne
décharge d'ordures ménagères et assimilés (cahier des charges)

2.11.2. Objectifs de l'étude des décharges


1. Connaître les impacts des décharges sur les eaux de surface et souterraines
2. Etablir un diagnostic simplifié des décharges
3. Réaliser un classement en impacts fort, moyen, faible
4. Sélectionner des sites avec un impact fort
5. Obtenir une liste finale
6. Financer les travaux de réhabilitation.

2.11.3. Diagnostic dans le département de Maine-et-Loire


Sur la base de l'inventaire de 58 sites, un diagnostic simplifié avec classement des sites en impacts forts,
moyens, faibles sur les eaux de surface et les eaux souterraines a permis l'obtention d'une liste de 27 sites
concernés par un ou plusieurs impacts forts.
Pour chacun des 27 sites retenus, un diagnostic a été réalisé. Il comprend les impacts et les enjeux, suivi d'un
avis sur la réhabilitation (existante, à envisager ou sous surveillance) .
L'étude finalisée a été remise en septembre 2011. Quelques sites devraient être réhabilités par des travaux de
couverture des massifs de déchets et un suivi de la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 62 sur 137
2.12. CONCLUSION DU DIAGNOSTIC
Le service des collectes est bien adapté aux besoins du département dans l'ensemble, il n'y a pas de collecte
des biodéchets (hors gros producteurs).
Les résultats des collectes sélectives sont plutôt encourageants.
Les capacités de traitement sont suffisantes à moyen terme mais sachant qu'il faut 10 années pour faire
aboutir un projet, il conviendra le plus tôt possible de d'étudier la création éventuelle d'unité de traitement
pour l'avenir.
Les enjeux des prochaines années concerneront notamment la maîtrise des coûts car le service de collecte et
de traitement à tendance à augmenter durablement à cause par exemple de l'augmentation de la TGAP, en
particulier sur les ISDND. La réduction des fréquences de collectes en porte à porte et l'augmentation des
collectes en apport volontaires sont des possibilités à envisager.
La loi Grenelle impose la mise en place de collectes des biodéchets des gros producteurs.
Le réseau de déchèteries est dense et fonctionnel mais il sera nécessaire d'envisager la réhabilitation de
certains sites vétustes afin de les moderniser pour qu'ils puissent accueillir dans de bonnes conditions
l'ensemble des déchets.
Le compostage domestique se développe depuis plusieurs années, il doit continuer à progresser.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 63 sur 137
Troisième partie

LES ENJEUX ET LES PROSPECTIVES

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 64 sur 137
Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire
Page 65 sur 137
3. ENJEUX ET PROSPECTIVES

3.1. PRINCIPES GENERAUX


L'article R 541-14 III du Code de l'environnement précise qu'un plan doit comporter un " inventaire
prospectif " établi aux termes de 6 ans et de 12 ans. Il est rappelé que le diagnostic a été établi à partir de
l'état des lieux 2008 réalisé sur le département. La phase " prospectives " a été élaborée en 2008 avec la
collaboration des collectivités, sur la connaissance du gisement de l'état des lieux 2006 (l'état des lieux 2008
n'était pas connu à ce moment). Les courbes " diagnostic " et " prospectives " ne se superposent pas, des
différences sont mises en évidence entre les valeurs de l'état des lieux 2008 et des prospectives 2008. Les
différences sont les suivantes :
Etat de s lie ux 2008 Pros pe ctive s 2008
Ratios Ratios
Tonnages Tonnages
kg/hab/an kg/hab/an

OMR 161 258 210 160 814 209

CS 77 049 100 71 029 92

TV 40 744 53 40 078 52

DV 61 562 80 56 646 74

Gravats 53 772 70 51 126 66

L'écart des ratios des OMR et du tout venant est faible (1 kg), celui de la CS est de 8 kg (la réalité est
meilleure que la prospective), les valeurs de ratio des déchets n'est pas représentatif car les quantités
fluctuent de manière importante d'une année à l'autre, enfin l'écart pour les gravats est de 4 kg. L'ensemble
des valeurs prospectives indiquées dans le plan partent de 2008 avec une projection jusqu'en 2012.
Une concertation approfondie avec les collectivités à conduit à prévoir une meilleure gestion des déchets
pour la prévention, le compostage individuel, la réutilisation, le recyclage. Par ailleurs la Loi Grenelle a fixé
des objectifs ambitieux (réduction de 7 % des OMA sur 5 ans) ce qui a conduit les collectivités à décider
d'une réduction des ordures ménagères sur le département de 7,1 % sur 5 ans entre 2008 et 2013.
Pour la réduction de la production des déchets et l'amélioration de la valorisation organique, matière et
énergétique, les collectivités peuvent agir sur :
• Les producteurs et les consommateurs
• Le développement de la gestion domestique " amont " en encourageant le compostage à domicile
• L’amélioration de la collecte sélective, du service dans les déchèteries et du tri afin de mieux
recycler et de diminuer la quantité de déchets ultimes
• L'amélioration des performances de la valorisation organique et matière des déchets ménagers grâce
à la gestion domestique " citoyenne " forte, au traitement mécano-biologique et à la méthanisation
• Le financement du service avec la mise en place d'une tarification incitative
• L’information, la communication et la sensibilisation des populations à la problématique des déchets.
Le département de Maine-et-Loire a de bons résultats, en ce qui concerne la collecte des OMA, inférieurs à
ceux de la moyenne nationale (cf. résultats paragraphe 3.5.3). Le plan prévoit cependant que les ordures
ménagères et assimilées continuent de baisser jusqu'en 2024 soit une réduction totale de 14 % en ratio. Les
ordures ménagères résiduelles diminueraient en ratio de 25 % entre 2008 et 2024 tandis que la collecte
sélective progresserait de 12 % entre 2008 et 2011 puis se stabiliserait.
Il peut être constaté sur le tableau et le diagramme (cf. résultats paragraphe 3.5.4) que les tonnages d'ordures
ménagères et assimilées (somme des ordures ménagères résiduelles et de la collecte sélective) diminuent
malgré une augmentation de la population dans le département (source Population : INSEE).

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 66 sur 137
Une part de la population pratique déjà le compostage individuel des biodéchets issus des ordures
ménagères. Ils sont composés des déchets verts, appelés fermentescibles, et des autres déchets de cuisine, les
putrescibles. Il conviendra de conforter voire d'amplifier la gestion domestique, source de bonnes pratiques
et d'économie pour les collectivités locales et il sera nécessaire de tenir compte des pratiques en zones rurale
et urbaine dont les problématiques sont différentes.
Pour les emballages ménagers, toutes les collectivités du département sont engagées contractuellement avec
Eco- Emballages. Les performances sont bonnes.
Des collectivités transfèrent actuellement des déchets en dehors du département et les départements
limitrophes apportent dans les unités de traitement du Maine-et-Loire des déchets à enfouir ou à valoriser
énergétiquement. Il a été constaté qu'il y a plus de déchets entrants que de déchets sortants. Les collectivités
ont souhaité maintenir ce système de transfert dans le respect du principe de proximité.
En ce qui concerne la recherche des débouchés pérennes pour les composts et les boues de station
d'épuration, la circulaire de Mme Voynet du 28 avril 1998 encourage la valorisation organique des déchets et
des boues de station d'épuration via l'agriculture. Le contexte généré par des crises précédentes amène la
profession agricole à demander des garanties sur l'innocuité des produits épandus. En conséquence pour
pérenniser voire développer la valorisation agricole des boues et autres composts, filière la moins coûteuse,
les collectivités devront garantir leur qualité agronomique et sanitaire.

3.1.1. Construction des scenarii


De manière générale, le scenario d'un plan est l'expression d'une filière globale c'est-à-dire une organisation
construite à partir de la prévention, en passant par les collectes, le prétraitement, la valorisation organique,
matière et énergétique, jusqu'au traitement final. Le département de Maine-et-Loire a choisi de construire
4 scenarii comportant chacun 2 parties complémentaires distinctes :
• Un socle commun représentant une partie de la filière des déchets, constitué par l'étude des
" prospectives ". C'est la première partie des scenarii établie dans un consensus général et validée par
l'ensemble des collectivités :
◦ La prévention
◦ Le compostage individuel
◦ La réduction des ordures ménagères
◦ L'ensemble des collectes (OMR, CS, déchèteries)
◦ Le transport (CS et déchèteries)
◦ Le recyclage (la CS : emballages, papiers – déchèteries : ferrailles, DEEE, déchets verts, bois
traité et non traité, gravats, tout venant, etc...)
◦ Le réemploi (vêtements usagés, mobilier, vaisselle, jouets, etc...).
• Une partie complémentaire de la filière des déchets propre à chaque scenario, comprenant :
◦ Le transport (OMR, refus de CS et tout-venant de déchèterie)
◦ Le prétraitement par tri mécano-biologique (TMB) et méthanisation
◦ La valorisation énergétique
◦ L'enfouissement.
Cette partie complémentaire concerne les OMR, les refus de collecte sélective, les tout-venants de
déchèteries et les refus de tri mécano-biologique et méthanisation. Ils seront présentés dans le prochain
chapitre.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 67 sur 137
3.1.2. Définition locale du déchet ultime
L'article L 541-2-1 alinéa II du Code de l'environnement défini ainsi la notion de déchet ultime :
" Les producteurs ou les détenteurs de déchets ne peuvent éliminer ou faire éliminer dans des installations
de stockage de déchets que des déchets ultimes.
Est ultime au sens du présent article un déchet qui n'est plus susceptible d'être réutilisé ou valorisé dans les
conditions techniques et économiques du moment, notamment par extraction de la part valorisable ou par
réduction de son caractère polluant ou dangereux ".
Dans la circulaire du 28 avril 1998 il est précisé que, pour un périmètre donné, la combinaison des
différentes composantes d'un système d'élimination des déchets ménagers et assimilés dépend de critères
locaux, propres au périmètre considéré. Elle se traduit pratiquement par les objectifs de récupération de
matériaux, de traitement biologique et détermine ce qu'est et sera le déchet ultime pour le périmètre concerné
lorsque le plan sera mis en œuvre.
Le déchet ultime est donc propre à chaque périmètre d'élimination et découle directement du contenu et des
objectifs du plan de prévention proposé pour chaque périmètre. Le département de Maine-et-Loire est
organisé en 4 zones représentant 4 filières d'élimination différentes pour lesquelles la définition de déchet
ultime est spécifique à chaque territoire.
En Maine-et-Loire, les déchets ultimes mis en installation de stockage de déchets non dangereux (ISDND)
ou dangereux (ISDD) correspondent à des déchets différenciés par zone :
• Zone Nord-Ouest : OMR débarrassées d'une partie des biodéchets conformément à l'article 5 de la
Directive n°1999/31/CE du 26 avril 1999, déchets bruts lors de catastrophes naturelles, plâtres et
balayures, déchets d'activité des entreprises (DAE) résiduels, encombrants de déchèteries, refus de
tri.
• Zone Centre : refus de TMB/méthanisation notamment les refus à bas PCI, déchets bruts lors de
catastrophes naturelles, plâtres et balayures, déchets d'activité des entreprises (DAE) résiduels,
encombrants de déchèteries, refus de tri, refiom issus de la valorisation énergétique, refus à haut PCI
de TMB/méthanisation.
• Zone Est : refiom, déchets bruts lors de catastrophes naturelles, plâtres et balayures, déchets
d'activité des entreprises (DAE) résiduels, encombrants de déchèteries, refus de tri, déchets bruts lors
d'arrêts techniques.
• Zone Sud-Ouest : refus de TMB, déchets bruts lors de catastrophes naturelles, plâtres et balayures,
déchets d'activité des entreprises (DAE) résiduels, encombrants de déchèteries, refus de tri, refiom
issus de la valorisation énergétique des OMR, OMR débarrassées d'une partie des biodéchets
conformément à l'article 5 de la Directive n°1999/31/CE du 26 avril 1999.

3.2. GOUVERNANCE – GROUPES DE TRAVAIL


Pour la révision du plan du Maine-et-Loire, il a été décidé d'impliquer des représentants d'associations de
citoyens, du Conseil Général, des collectivités ayant la compétence collecte des déchets, d'entreprises, des
chambres consulaires, des services de l'Etat et d'organismes qualifiés comme l'Ademe, Eco-emballages...
Des réunions ont été organisées en Préfecture ou Sous-Préfecture sur les 4 arrondissements du département
de Maine-et-Loire. Elles ont été animées par un représentant des services de l'Etat. Ces réunions se sont
déroulées dans la concertation, tous les participants ont pu s'exprimer. Les valeurs données dans le plan sont
le fruit d'un consensus général. 2 types de réunions ont été organisées :
• Une première série de réunions dites " pilotes " avec la présence d'élus principalement. Elles ont
permis d'identifier les problématiques et de définir les orientations avec des objectifs.
• Des réunions dites " techniques " avec la présence d'ingénieurs et de techniciens des collectivités
principalement. Elles ont permis d'étudier les problématiques, les orientations et leurs objectifs.
• Une seconde série de réunions dites " pilotes " pour apporter une conclusion aux études des groupes
" techniques ".

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 68 sur 137
Les autres acteurs du plan ont été associés à ces réunions (l'Ademe, Eco-Emballages, les associations de
l'environnement, de protection des consommateurs, les fédérations professionnelles).
Ce travail a permis de définir des courbes quantitatives prospectives entre 2008 et 2024 pour les ordures
ménagères résiduelles, la collecte sélective et certains déchets collectés en déchèteries (les déchets verts, les
tout-venant et les gravats).

3.3. GRENELLE DE L'ENVIRONNEMENT


Le plan d'action sur les déchets, issu des travaux du Grenelle de l'environnement se fonde sur le principe que
le meilleur déchet est celui qu'on ne produit pas. Un déchet constitue à la fois une perte nette de matière et
une pollution potentielle. L'objectif de la politique nationale est de poursuivre et amplifier le découplage
entre croissance et production de déchets. Cet objectif exige des politiques volontaristes, cohérentes et
hiérarchisées :
• Priorité à la réduction à la source
• Développement de la réutilisation et du recyclage
• Extension de la responsabilité du producteur (REP)
• Réduction de l'incinération et du stockage.

3.3.1. Préconisations des Lois Grenelle


• Réduction des déchets vers UVE et ISDND, interaction avec l'ensemble des filières de valorisation
afin de préserver les ressources et de prévenir les pollutions : diminution de 15 % d'ici à 2012 des
entrants en centre de traitement après TMB ou méthanisation.
• Hiérarchie dans le traitement des déchets : les déchets résiduels seront valorisés énergétiquement en
priorité, à défaut les déchets ultimes non valorisables seront enfouis.
• Réduction des ordures ménagères : partant de 360 kg/hab/an (OMR et CS) réduction de 7 % sur
5 ans de la production par habitant.
• Augmentation du recyclage matière et organique : taux de 35 % en 2012 et 45 % en 2015 pour le
recyclage matière et organique, taux de 75 % en 2012 pour les emballages ménagers.
• Fiscalité dissuasive sur les UVE et les ISDND : une augmentation de la TGAP suivant des
conditions particulières et une tarification incitative pour le financement de l'élimination des déchets
ménagers.
• Amélioration de flux de certains déchets : collectes sélectives, continuité et augmentation de la
" responsabilité élargie du producteur " pour les Dasri, les DDM, les DEEE... (cf. chapitre 3.5.9.2).
• Encouragement de la méthanisation et du compostage : justification des dimensions des unités de
traitement thermique et de stockage, justification des besoins des territoires afin de ne pas créer des
unités de traitement sur-dimensionnées. Les clauses de tonnages minimum devront être supprimées
pour les UVE (réduction des tonnages entrants).
• Limitation des capacités d'incinération et de mise en décharge à 60 % du total du gisement de
déchets produits sur un territoire couvert par un plan des déchets.
• Collecte séparée pour les gros producteurs de biodéchets. Il s'agit principalement des déchets de
restauration, du commerce et de la distribution.
• Déchets des entreprises de plus de 10 salariés (hors BTP et agriculture) : 75 % de recyclage en 2012.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 69 sur 137
3.4. PREVENTION
Dans le domaine des déchets ménagers, la prévention s’étend à toutes les actions permettant de réduire les
flux de déchets à la charge de la collectivité. On parle alors de flux évités et de flux détournés.
• Flux évités : déchets non générés du fait d’actions de prévention en amont du cycle de vie et déchets
non mis à la collecte municipale du fait d’actions de gestion domestique (changement d’usage :
compostage, paillage, réemploi à d’autres fins…). Le détenteur a un autre usage du déchet qui de ce
fait n’est pas abandonné.
• Flux détournés : produits pris en charge par une organisation afin d’en prolonger la durée de vie ou
de lui offrir une deuxième vie dans le même usage (filière produit substituée à la filière déchets, flux
détournés en vue d'un reconditionnement, réparation…). Le déchet existe car il y a abandon par son
détenteur mais l’opérateur qui le prend en charge lui redonne une nouvelle vie dans son usage initial.
Par ailleurs, on distingue classiquement la prévention quantitative (réduction du volume de déchets produits),
de la prévention qualitative (réduction de la nocivité des déchets produits). D’une façon générale, la
prévention consistera à rechercher l’amélioration des comportements des particuliers, des collectivités ou des
entreprises, que ce soit au niveau de la production (éco-conception) ou de la consommation (achat,
utilisation, gestion domestique).

3.4.1. Réduction à la source, consommation responsable, réemploi


Le schéma ci dessous a été établi par l'Ademe. Il concerne la prévention et la gestion des déchets ménagers et
permet de visualiser la plage d'intervention possible des collectivités.

Possibilité d'agir sur le plan local Possibilité d'agir sur le plan local

Extraction Transport Réemploi Tri Traitement


Achat Recyclage
fabrication Distribution Réutilisation Collecte Valorisation

Consommation Recycleries
Réduction à la source responsable

Minimisation des déchets

Prévention des déchets Gestion des déchets

3.4.2. Gestion domestique


La gestion domestique permet le détournement d'une partie des biodéchets composant les ordures ménagères
grâce à l'action des collectivités envers les usagers notamment par l'information écrite. Il s'agit d'un geste
citoyen fragile car, si une partie de la population est convaincue du bien fondé de cette action, une autre
partie reste à convaincre ou à maintenir dans cet effort collectif qui permet de réduire les tonnages de déchets
collectés.
Une campagne nationale de caractérisation des ordures ménagères a été réalisée en 2007 par l'Ademe et
présentée en 2009 à la commission du plan.
Les gisements de biodéchets comprennent :
• Les déchets verts des ménages ou des collectivités
• Les déchets de cantine, de restaurants, les déchets organiques des supermarchés
• Les déchets alimentaires des ménages, les papiers-cartons
• Les boues organiques d'épuration répondant aux critères de qualité réglementaire.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 70 sur 137
Une partie des biodéchets (déchets putrescibles) représentent 25 % du gisement d'ordures ménagères
collectées soit environ 100 kg/hab/an (25 % de 391 kg/hab/an). Sur cette base qui représente une valeur
moyenne nationale, on peut réaliser une extrapolation pour le département de Maine-et-Loire qui a en 2007
un gisement d'ordures ménagères collectées de 311 kg/hab/an, soit environ 80 kg/hab/an de biodéchets
prévisionnels. Ces 80 kg/hab/an de déchets putrescibles sont décomposés de la manière suivante :
• Déchets alimentaires (restes de cuisine) : 18 % soit 59 kg/hab/an
• Produits alimentaires non consommés (sous emballages) : 2 % soit 6 kg/hab/an
• Déchets verts (poubelles) : 4 % soit 12 kg/hab/an
• Autres putrescibles : 1 % soit 3 kg/hab/an.
Les déchets verts ou déchets fermentescibles font également l'objet d'une gestion domestique
particulièrement dans l'habitat rural.
Le diagnostic 2007 fait apparaître un détournement possible des biodéchets putrescibles de 4 kg/hab/an soit
environ 3 100 T et de 8 kg/hab/an pour les biodéchets fermentescibles soit 6 100 tonnes. Il s'agit d'une
moyenne départementale (méthode de calcul liée au nombre déclaré de composteurs individuels par les
collectivités).
Certaines collectivités rurales du département détournent en moyenne 15 kg/hab/an et pourraient être en
mesure de détourner jusqu'à 30 kg/hab/an.
L'objectif du plan est d'augmenter progressivement la gestion domestique. Dans les zones d'habitat où il est
possible de pratiquer durablement le compostage individuel et de quartier, il peut être raisonnablement
envisagé de tendre vers un ratio moyen départemental de 30 à 45 kg/hab/an pour les secteurs ruraux et de
15 à 25 kg/hab/an pour les secteurs urbains à l'horizon 2024.
Le compost produit par les ménages ou les associations de quartier sert d'amendement pour le jardinage.

3.4.3. Plan départemental de prévention des déchets et programmes locaux de prévention


des déchets
L'objectif principal des plans départementaux et des programmes locaux de prévention est la réduction des
ordures ménagères de 7 % en 5 ans. Pour arriver à cet objectif, des mesures sont portées par les EPCI.
Ces programmes comportent notamment :
• Des partenariats nécessaires pour animer les actions (notamment avec les associations, la
distribution, les chambres consulaires, les services de l’Etat….)
• Des moyens humains en charge de l’animation du programme.
• Un plan d'actions dont les principales thématiques sont :
◦ La sensibilisation
◦ Les actions éco-exemplaires de la collectivité
◦ Les actions emblématiques nationales (compostage domestique, Stop Pub, sacs de caisse)
◦ Les actions d’évitement de la production de déchets (achats éco-responsables, réparation,
réemploi…)
◦ Les actions de prévention quantitative des déchets des entreprises ou actions de prévention
qualitative.
• Un budget en cohérence avec les actions et objectifs programmés dans un calendrier
• Un dispositif de suivi et d’amélioration continue du programme.
Il s’agit d’un contrat de performance comprenant un accord pluri-annuel de 5 ans maximum avec des
engagements de principe, une convention annuelle précisant les objectifs annuels d’activité et d’impacts et
les engagements financiers.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 71 sur 137
La méthodologie est la suivante :
• Etablir un diagnostic du territoire
• Mobiliser les acteurs
• Elaborer un programme d'actions
• Mettre en œuvre et assurer le suivi.
L'Ademe soutient ces programmes grâce à un accompagnement méthodologique et un soutien financier basé
sur un programme de résultats.
Le plan départemental de prévention des déchets a défini les actions qui seront déployées sur l'ensemble du
territoire au cours des années 2012 à 2015. Les opérations de sensibilisation et de communication déclinées à
l'échelon départemental seront réalisées en concertation avec l'ensemble des collectivités locales en charge de
la prévention et de la gestion des déchets, pour être reprises par tous les acteurs.
La carte ci-après indique les collectivités engagées dans un programme, étant en phase de réflexion ou
n'étant pas engagées. On peut constater que plus de 80 % des EPCI à compétence déchets et à plus
de 20 000 habitants sont engagés dans le Maine-et-Loire.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 72 sur 137
Ce tableau précise l'état d'avancement des actions de prévention identifiées au niveau national et des actions
diverses déjà menées par les collectivités du Maine-et-Loire avant juillet 2010.

Actions de prévention dentifiées au niveau national


déjà menées par la collectivité

Identification d'un agent ou

financière Département)
Promotion Compostage

Promotion réparation /
Adhérents recrutement d'un agent pour Autres actions de prévention menées

Refus sacs de caisse


(date 1ere aide
Nb Communes - Nb Habitants engager des actions de prévention avant juillet 2010

Achat Malin /
Responsable

Prev déchets
dangereux
Stop Pub

réemploi
Noms collectivités des déchets (autre que compostage)

Pique-nique comparatif
Sensibilisation dans les écoles (Bobo planète)
C.A. Angers Loire Métropole 31 communes - 273.403 habitants 2006 depuis 2005 x x x x x Etiquetage magasins
Promotion eau robinet
Op. foyers témoins (Stop Pub)

Promotion du compostage et participation financière pour les


13 communes - 80.350 habitants
C.A. du Choletais
(Tab INSEE 2010 - 80 221)
2011 x x x usagers par fourniture de bons de réduction à valoir dans les
magasins de vente

32 communes - 64.907 habitants


C.A de Saumur
(Tab INSEE 2010 - 61 822)
depuis 2007 x

Promotion eau du robinet avec le SIAEP


Sensibilisation dans les écoles (Association Toubitri de
42 communes - 48.000 habitants
SICTOM Loir et Sarthe
(Tab INSEE 2010 - 49 865)
2008 depuis 2008 x Nantes)
Organisation de visites de l'UVE de Lasse et du CET de Tiercé
Préparation carnet de courses « achats malins/écogestes »

16 communes - 30.000 habitants Sensibilisation dans les écoles (Association Toubitri de


SMICTOM de la Vallée de l'Authion
(Tab INSEE 2010 - 33 881)
2008 depuis 2008 x Nantes)

Sensibilisation dans les écoles


SMITOM du Sud Saumurois 51 communes - 47.000 habitants 2010 depuis 2005 x x Sensibilisation en entrée de supermarchés
Opération foyers témoins

15 communes
CC Canton de Baugé 11 232 habitants 2010 depuis 2009 x Sensibilisation dans les écoles (spectacle de marionettes)
(Tab INSEE 2010 - 11 232)

Sensibilisation dans les écoles


14 communes - 10.594 habitants Sensibilisation des utilisateurs de salles des fêtes
C.C. région de Pouancé-Combrée
(Tab INSEE 2010 - 10 245)
2006 depuis 2008 x x Action dans Super U, Déchèteries : Conteneurs spécifiques
pour objets en vue réemploi

Sensibilisation dans les écoles (Anjou Sport Nature)


33 communes - 34.000 habitants Opértion foyers témoins
SISTO du Segréen
(Tab INSEE 2010 - 33 028)
2010 depuis 2007 x x Sensibilisation au gaspillage du pain en restauration scolaire
Gardien valoriste depuis juin 2010

Collecte : 9 communes (13 388 hab)


SYCTOM du Loire Béconnais et ses Sensibilisation lors du marché hebdomadaire
environs
Traitement : 35 237 hab (&CC Loire 2009 depuis 2008 x x Sensibilisation en milieu scolaire
Layon)

10 communes - 22.343 habitants Gardien valoriste depuis avril 2010


C.C. Loire-Layon
(Tab INSEE 2010 - 21 849)
2011 depuis 2007 x x Sensibilisation en milieu scolaire (SYCTOM LoireBéconnais)

55 communes - 91.000 habitants Sensibilisation dans les écoles (Bobo Planète d'Angers pour
SIRDOMDI de la Région de Beaupréau (Tab INSEE 2010 - 89 970) 2009 depuis 2007 x x x les maternelles, agents SIRDOMDI pour autres écoles)
2008 : 88 872 hab (37.500 foyers) Sensibilisation consommateurs aux achats malins

6 communes - 8.905 habitants


C.C. du Bocage 2011 depuis 2004
(Tab INSEE 2010 - 8 704)

10 communes - 23.372 habitants


C.C. de Moine-et-Sèvre
(Tab INSEE 2010 - 23 175)
2009 depuis 2005 x x Gardien valoriste depuis juillet 2006

18 communes
Promotion du compostage par le SIVERT Est Anjou
SICTOD Nord-Est Anjou 8 286 habitants x Promotion eau du robinet par le SIAEP Est Anjou
(Tab INSEE 2010 - 8 704)

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 73 sur 137
3.4.4. Eco-conception et consommation responsable
Tous les produits de consommation ont des impacts sur l’environnement. Tout produit a besoin de matières
premières et d’énergie pour être fabriqué. Tout produit doit être emballé et transporté. Même s’il est plusieurs
fois recyclé, tout produit ou emballage deviendra un jour un déchet. Mais certains d’entre eux, les éco-
produits, sont plus respectueux de l’environnement que d’autres, avec des qualités identiques. Il est possible
de limiter les impacts sur l’environnement, par l’évaluation des besoins, par des choix, en sélectionnant des
éco- produits, par des comportements, en utilisant mieux les produits et enfin par une implication
personnelle, en triant les emballages et les produits usagés pour qu’ils soient valorisés.
3.4.4.1. Qu'est-ce qu’une démarche d’éco-conception ? Qu'est-ce que l'éco-consommation ?
L’éco-conception est une démarche préventive qui se caractérise par la prise en compte de l’environnement
dans le processus de conception ou d’amélioration d’un produit (biens ou services). Elle a pour objectif de
réduire les impacts négatifs du produit sur l’environnement tout au long du cycle de vie du produit, depuis
l’extraction des matières premières nécessaires à sa fabrication jusqu'à sa vin de vie.
L'éco-conception intègre les aspects environnementaux : le produit génère moins d'impact sur
l'environnement et conserve ses performances à l'utilisation.
L'éco-consommation intègre :
• Le choix de consommation des ménages
• Les éco-labels (savoir reconnaître et interpréter les grandes catégories de labels : les éco-labels, les
labels privés, les autres étiquettes et logos, les labels sans fondement écologique)
• Le partenariat entre les collectivités et la grande distribution.
En résumé, ces actions concernent :
• La réduction des emballages
• La durée de vie des produits
• La réparation possibles des produits
• Le renseignement aux consommateurs grâce à des fiches produits.
L'Ademe a édité un guide intitulé " Devenir éco-consommateur, acheter et consommer mieux ".
Le cycle de vie d’un produit, ce sont toutes les étapes de la vie d’un produit, de sa fabrication à la fin de sa
vie, depuis l’extraction des matériaux qui le constituent jusqu’à son élimination, en passant par sa
fabrication, sa distribution, son achat et son utilisation. À chacune de ces étapes, tout produit peut générer
des impacts sur l’environnement (épuisement des matières premières, consommation d’énergie, pollution de
l’air, de l’eau, des sols, production de déchets).
Encourager une diminution des impacts des produits sur l’environnement, tout au long de leur cycle de vie,
c’est primordial. Dans ce processus, le consommateur est un maillon essentiel. Depuis sa décision d’achat
jusqu’à la fin de vie du produit, il peut agir pour contribuer à la qualité de l’environnement : être " éco-
consommateur ", cela commence dans un magasin, se poursuit à la maison ou sur le lieu de travail et
continue devant une poubelle et des bacs de tri.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 74 sur 137
Des collectivités ont déjà mené des campagnes d'information auprès de leurs usagers afin d'améliorer
certains gestes de prévention, notamment auprès des écoles. Ces campagnes pourront être étendues à
l'ensemble du département. Voici ce que peuvent améliorer les foyers, les 10 gestes de prévention :
1. Mieux choisir les produits et les emballages
2. Employer des sacs réutilisables
3. Apposer un Stop Pub sur la boite aux lettres
4. Imprimer moins
5. Boire l'eau du robinet
6. Economiser et réutiliser les piles
7. Réutiliser les objets
8. Composter les déchets organiques
9. Choisir des produits labellisés
10. Effectuer des gestes alternatifs (faire ses yaourts…).
3.4.4.2. La grande distribution
La grande distribution vend dans ses magasins des produits conçus et fabriqués par les grandes marques
(70 %) et des produits conçus par la grande distribution (30 %). Des collectivités ont déjà engagé un
partenariat avec certaines enseignes permettant de réaliser des actions pour informer les consommateurs et
donc mieux acheter.

3.5. LES RATIOS,TONNAGES ET OBJECTIFS ENTRE 2008 ET 2024


L'évolution de la production de déchets présentés ci-après intègre les gisements du département de Maine-et-
Loire uniquement.

3.5.1. Evolution de la population du département


Le calcul de l'estimation prévisionnelle de la population du département entre 2008 et 2024 a été réalisé avec
la méthode Omphale de l'INSEE. Les populations urbaine, rurale et par zone ont été identifiées. Il a été
décidé par les membres de la commission de ne pas établir de calculs précis de l'évolution de la population
par EPCI car les risques d'erreur sont augmentés. Le calcul a donc été réalisé en prenant en compte un
coefficient unique pour l'ensemble du département. La population estimée augmente d'environ 5,13 % sur
16 ans soit une augmentation moyenne annuelle de 0,32 %.

Dé signation 2008 2013 2014 2020 2024

Département 768 945 781 261 784 605 800 796 808 429

Zone Centre 266 177 270 441 271 598 277 203 279 845

Zone Est 223 838 227 424 228 397 233 110 235 332

Zone Nord-Ouest 77 741 78 986 79 324 80 961 81 733

Zone Sud-Ouest 201 189 204 410 205 286 209 522 211 519

Zones urbaines 397 378 403 743 405 471 413 839 417 783

Zones rurales 371 567 377 518 379 134 386 957 390 646

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 75 sur 137
3.5.2. EPCI impliqués avec le Maine-et-Loire (départements de la Loire Atlantique et de
l'Indre-et-Loire)
4 collectivités du département de la Loire Atlantique adhèrent à VALOR3E, syndicat de traitement des
déchets du Sud-Ouest du département de Maine-et-Loire. Ces EPCI transfèrent leurs ordures ménagères
résiduelles afin qu'elles soient valorisées énergétiquement ou enfouies. La population des EPCI de la Loire
Atlantique est de 87 603 habitants en 2008 et la prévision pour 2024 est de 91 885 habitants.
Une partie du territoire du SMIPE Val Touraine Anjou se situe sur le département de l'Indre-et-Loire. Sa
population estimée est de 16 491 habitants en 2008 et la prévision pour 2024 est de 17 297 habitants. La
partie située en Indre-et-Loire transfère ses ordures ménagères résiduelles, ses refus de tri et ses encombrants
vers l'UVE de Lasse.

3.5.3. Evolution des gisements


Afin de respecter les nouvelles dispositions de l'article R 541-14 du Code de l'environnement, l'inventaire
prospectif est porté à 6 et 12 ans soit respectivement 1 an et 2 ans de plus que les anciennes dispositions. Le
diagnostic du plan étant établi sur les bases de l'année 2008, l'hypothèse retenue pour l'approbation du plan
est l'année 2011 ou 2012. L'échéance de la prospective est établie à 2024. L'évolution des gisements est
calculée à partir de 2008 jusqu'en 2024. Les quantités de déchets sont calculées sur la base de ratios évolutifs
retenus par la commission du plan et de l'évolution de la population.
3.5.3.1. Gisement national
En France, le gisement des ordures ménagères et assimilées a progressé jusque dans les années 2000/2003.
Une lente décrue a été amorcée ensuite. Entre 1995 et 2006, il dépassait la barre des 400 kg/hab/an. En 2007,
le ratio du gisement national était inférieur à 400 kg/hab/an. En 2009, il était de 374 kg/hab/an.
3.5.3.2. Gisement départemental
Le gisement départemental a connu à peu près la même évolution mais le " pic " 2000/2003 avoisinait les
325 kg/hab/an. En 2007, le ratio était de 313 kg/hab/an. En 2009, il était de 291 kg/hab/an, inférieur de
83 kg/hab/an.

3.5.4. Ordures ménagères et assimilées (OMA)


Les ordures ménagères et assimilées (OMA) représentent la fraction des ordures brutes (produites par les
ménages), qui une fois triées par les habitants, génèrent les déchets recyclables secs (collectes sélectives ou
séparatives) et les ordures ménagères résiduelles. Ce sont les OMA qui font l'objet d'une réduction prescrite
par la Loi Grenelle : partant de 430 kg/hab/an, l'objectif est de réduire la production d'OMA de 7 % par
habitant pendant les 5 prochaines années (2008 - 2013).
Les collectivités ont validé une réduction des ordures ménagères en ratio (kg/hab/an) de 7 % par habitant
entre 2008 et 2013 passant de 301 kg/hab/an en 2008 avec un objectif de 281/282 kg/hab/an en 2013. Ce
chiffre est à comparer avec l'objectif national du Grenelle de l'environnement qui s'établirait à 400 kg/hab/an
en 2013.
Les collectivités ont prévu une diminution des ordures ménagères et assimilées jusqu'en 2024. Cette baisse
est obtenue grâce à la prévention et à un meilleur tri des usagers. Compte tenu d'une hausse de la collective
sélective, il a été prévu une baisse importante des ordures ménagères résiduelles pour s'inscrire dans l'objectif
national de réduction de 7 % des ordures ménagères et assimilées.
Pour définir ces prévisions, plusieurs mois de concertation ont été nécessaires. Des réunions se sont
déroulées au 1er semestre 2009, période à laquelle les résultats du diagnostic 2008 n'étaient pas connus. Les
prospectives ont été calculées sur la base des connaissances de 2004 à 2007 et des prescriptions du Grenelle
de l'environnement.
3.5.4.1. Comparaison de l'état des lieux et des prospectives 2008
Une différence est constatée entre les chiffres du diagnostic 2008 et ceux des prévisions réalisées avec les
collectivités.
Le ratio 2008 des OMA prévisionnelles est de 301 kg/hab/an alors que celui de l'état des lieux 2008 est de

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 76 sur 137
310 kg/hab/an : la réalité a été meilleure que la prévision.
Le ratio 2008 des OMR prévisionnelles est de 209 kg/hab/an alors que celui de l'état des lieux 2008 est de
210 kg/hab/an : les prévisions étaient réalistes.
Le ratio 2008 de la CS prévisionnelle est de 92 kg/hab/an alors que celui de l'état des lieux est de
100 kg/hab/an : le citoyen a été plus vertueux.
Le choix a été de retenir les chiffres avec les tonnages 2008 prospectifs car chaque année va apporter son lot
de différences et qu'elles sont peu significatives.
Ratios prospectifs (en kg/hab/an) des ordures ménagères et assimilées entre 2008 et 2024

350

300

250 Collecte sélective

200

150

100

50 Collecte OMR

0
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024

Prévision du gisement d'ordures ménagères et assimilées entre 2008 et 2024

Evolution entre 2008


Désignation 2008 2013 2014 2020 2024
et 2013 (%)*

Population 768 945 781 261 784 605 800 796 808 429

Ratios OMA 301 281 / 282 -7 278 263 258

Tonnages OMA 231 843 220 306 -5 218 467 210 279 208 568

*Réduction 2008/2013 : prescription Grenelle de l'environnement pour les OM A

Malgré une population croissante, la réduction du tonnage des ordures ménagères et assimilées est sensible.
Elle devrait se poursuivre durablement jusqu'en 2024. Cette baisse est due à une diminution prévisionnelle
drastique du ratio d'OMR.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 77 sur 137
3.5.5. Ordures ménagères résiduelles (OMR)
L'observation relative à l'évolution des tonnages d'ordures ménagères résiduelles (OMR) montre une
tendance à la baisse entre 2004 et 2008. Le ratio collecté par habitant a diminué de 35 kg entre ces dates
représentant une baisse de 14,3 % (245 kg en 2004 et 210 kg en 2008 selon le diagnostic ; cf. chapitre
2.2.2.1). La comparaison avec le niveau national est intéressante puisqu'en 2007 le ratio des OMR était de
316 kg/hab/an et en 2009 de 299 kg/hab/an soit une moyenne de 307 kg/hab/an en 2008.
La moyenne départementale du ratio d'OMR est bien inférieure au ratio national. Les collectivités ont validé
une baisse importante en mettant en œuvre des moyens tels que la prévention, l'amplification du compostage
individuel, une continuité dans l'effort citoyen pour le tri des emballages et des journaux, des investissements
en prétraitement comme le TMB/méthanisation et une montée en puissance des apports en déchèteries
(+ 16 000 tonnes entre 2006 et 2008).

Ratios prospectifs (en kg/hab/an) des ordures ménagères résiduelles entre 2008 et 2024

209
250 kg/hab/an
175 kg
200
159 kg 156 kg
150

100

50

0
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024

Prévision du gisement d'ordures ménagères résiduelles entre 2008 et 2024

2014 2020
Désignation 2008 2013 2024
(6 ans) (12 ans)

Population 768 945 781 261 784 605 800 796 808 429

Ratios OMR 209 179 175 159 155

Tonnages OMR 160 814 139 502 137 314 127 685 125 661

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 78 sur 137
3.5.6. Collecte sélective
La collecte sélective comprend le verre, les emballages ménagers (papier, cartons, acier, aluminium) et les
journaux-magazines. Elle couvre l'ensemble du territoire (collectes en porte-à-porte et en points d'apport
volontaire).
A l'instar de la collecte sélective en général, la collecte des emballages a connu une forte croissance lors de la
mise en place des collectes sélectives et notamment grâce au soutien Eco-Emballages.
L'observation relative à l'évolution des tonnages de collecte sélective montre une tendance à la hausse entre
2004 et 2008. Le ratio collecté par habitant a augmenté de 20 kg entre ces dates représentant une hausse de
25 % (80 kg en 2004 et 100 kg en 2008). Mais la courbe prospective validée avant la connaissance du
diagnostic 2008 démarre à 92 kg.
La comparaison avec le niveau national est intéressante puisqu'entre 2007 et 2009, le ratio de collecte
sélective au niveau national est resté stable avec 75 kg/hab/an. La moyenne départementale du ratio de
collecte sélective est plus élevée que celle du ratio national.

Ratios prospectifs (en kg/hab/an) de la collecte sélective entre 2008 et 2024

104

102

100

98

96

94

92

90

88

86
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 79 sur 137
Prévision du gisement de la collecte sélective (EM ; verre ; JM) entre 2008 et 2024

2014 2020
Désignation 2008 2024
(6 ans) (12 ans)

Population 768 945 784 605 800 796 808 429

Ratio CS–moye nne dé parte me ntale 92 103 103 103

Tonnage s (données des 4 zones) 71 029 81 153 82 594 82 907

dont tonnage verre (48 %) 34 094 38 952 39 645 39 795

dont tonnage EM (14 %) 9 944 11 361 11 563 11 607

dont tonnage JM (28 %) 19 888 22 723 23 126 23 214


dont gros de magasin et cartons
2 203 2 437 2 479 2 488
professionnels
dont refus (7 %) 4 900 5 680 5 781 5 803

Ratio - secteurs urbains 87 98 98 98

Ratio - secteurs ruraux 98 109 108 108

Ratio – secteur Centre (urbain) 80 90 90 90

Ratio – secteur NO (rural) 102 107 101 100

Ratio – secteur Est (rural) 97 110 110 110

Ratio – secteur Est (urbain) 110 120 120 120

Ratio – secteur SO (rural) 97 110 110 110

Ratio – secteur SO (urbain) 96 110 113 113

Le groupe de travail a retenu une courbe unique d'évolution entre 2008 et 2024 pour l'ensemble des
matériaux collectés sélectivement (verre, EM, JM). Les ratios présentés dans le tableau ci-dessus ont été
calculés à partir des prévisions. Les secteurs urbains et ruraux ont fait l'objet de ratios spécifiques ; chaque
secteur géographique du plan a retenu ses propres prospectives. En général, l'évolution de la collecte
sélective augmente jusqu'en 2014 pour se stabiliser ensuite. Seul le Sud-Ouest urbain prévoit une
augmentation après 2014. Les ratios détaillant le verre, les emballages, les journaux-magazines et les refus
ont été obtenus par calculs de pourcentages établis à partir de l'état des lieux 2008.
Les tonnages de collecte sélective pour 2008, 2014, 2020 et 2024 sont le produit des ratios de chaque zone
(urbain et rural) par leur population. Les ratios moyens départementaux obtenus (ligne 2 du tableau) sont
donc des moyennes et non des valeurs absolues.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 80 sur 137
3.5.6.1. Emballages ménagers
Les objectifs nationaux fixés dans l'article 2 du décret n°96-2008 du 18 novembre 1996 sont les suivants :
• La valorisation ou l'incinération dans des installations d'incinération des déchets avec valorisation
énergétique de 60 % au minimum en poids des déchets d'emballages
• Le recyclage de 55 % au minimum en poids des déchets d'emballages
• Le recyclage de :
◦ 60 % en poids pour le verre, le papier et le carton
◦ 50 % en poids pour les métaux
◦ 22,5 % en poids pour les plastiques, en prenant en compte exclusivement les matériaux qui sont
recyclés sous forme de plastiques
◦ 15 % en poids pour le bois.
La Loi n°2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de
l'environnement impose les objectifs de valorisation suivants :
• Augmenter le recyclage matière et organique pour atteindre un taux de valorisation de 35 % en 2012
et de 45 % en 2015, ce taux étant porté à 75 % en 2012 pour les emballages ménagers et les déchets
banals des entreprises hors bâtiment et travaux publics, agriculture, industries agro-alimentaires et
activités spécifiques.

Nouveau barème pour les entreprises :


Eco-Emballages met en œuvre à partir du 1er janvier 2012 un nouveau tarif point vert. Il vise à augmenter le
recyclage des emballages ménagers pour atteindre les 75 % prévus par la Loi ENE dite Engagement National
pour l'Environnement du Grenelle de l'environnement, contre 64 % en 2010. Il renforce également le soutien
à la prévention et à l'éco-conception. Ces changements se traduiront par une augmentation moyenne de 10 %
en 2012 qui recouvre en réalité des situations très diverses, au cas par cas. Trois changements majeurs
interviennent à compter du 1er janvier 2012 :
• Le renforcement de l'éco-modulation c'est-à-dire la contribution des entreprises en fonction du poids
et du nombre d’unités d’emballages qu’elles mettent sur le marché, par la création de 2 bonus et
2 malus
• Des évolutions différenciées par matériau
• Une nouvelle définition de l'unité d'emballage.
Mobilisés pour le recyclage, à l'écoute des attentes des consommateurs, Eco-Emballages et ses entreprises
adhérentes s'engagent pour atteindre les objectifs du Grenelle de l'environnement :
• Atteindre 75 % de recyclage des emballages ménagers
• Couvrir 80 % des coûts nets d'un dispositif de collecte à l'atteinte du 75 %.
Pour atteindre ces objectifs, Eco-Emballages va :
• Mettre en œuvre une profonde révision de son barème contributif, qui permet de définir le tarif Point
Vert pour chaque emballage
• Investir 4 milliards d'euros supplémentaires dans les 6 années à venir grâce au Point Vert payé par
ses adhérents.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 81 sur 137
Solutions possibles pour atteindre les objectifs nationaux de recyclage et de valorisation :
• Poursuivre et amplifier la communication sur le geste de tri
• Promouvoir la collaboration avec les organismes agréés pour les emballages afin de fixer des
objectifs réalistes par collectivité
• Analyser les comportements et habitudes des usagers en fonction du type d'habitat et mettre en place
des solutions adaptées
• Développer les démarches d'optimisation des modes de collecte (ajustement des fréquences, des
contenants, points de collecte...)
• Permettre l'évolution de l'offre de tri sur le département afin de faire face à l'élargissement des
consignes de tri
• Réaliser des caractérisations locales du gisement de déchets et communiquer les résultats.

Collectivités et acteurs divers :


Des solutions sont préconisées pour atteindre les objectifs nationaux de recyclage et de valorisation :
• Rémunérer la performance à travers un nouveau contrat et un nouveau barème (E)
Le Contrat pour l’Action et la Performance (CAP) permet à chaque collectivité de contribuer à l’atteinte de
l’objectif national de 75 % de recyclage et engage Eco-Emballages à payer les tonnes triées et recyclées. La
rémunération des collectivités, déterminée par le barème, est désormais liée aux résultats. Elle donne une
plus grande liberté d’actions aux collectivités pour atteindre leurs objectifs.
• Travailler avec d’autres acteurs pour accroître l’accès au tri
Eco-Emballages peut soutenir financièrement d’autres acteurs locaux que les collectivités (les communes, les
bailleurs, les associations...). En travaillant avec ces relais de terrain, il est possible de gagner en force pour
répondre aux problématiques de collecte en habitat collectif et à l’extérieur du domicile et pour sensibiliser
au plus près les consommateurs-habitants-citoyens.
• Inscrire durablement le geste de tri dans la vie quotidienne des habitants
Il est probablement moins nécessaire de convaincre les citoyens de l’intérêt du tri que de leur proposer les
organisations les plus efficaces, les plus adaptées à leurs contraintes de vie.
• Renforcer le lien social et la solidarité (collectivités, bailleurs, associations…)
Tous les acteurs locaux sont des partenaires clés pour renforcer l’information du citoyen ou mener des
opérations plus ciblées sur l’habitat collectif, l’enfance, les populations en difficulté. La communication de
proximité est un levier d’action majeur. Les ambassadeurs du tri ont fait la preuve de leur efficacité.
• Etre au plus près de l’habitant grâce aux collectivités
L’enjeu est de donner la bonne information au bon moment pour faciliter la vie du consommateur-habitant-
citoyen.
• Rendre le tri accessible à tous et partout
Le dispositif de collecte sélective est déployé sur 99 % du territoire en France mais il existe encore de fortes
disparités de performance : on trie mieux en milieu rural qu’en milieu urbain, en pavillon qu’en immeuble…
Certaines de ces disparités peuvent être corrigées si l’on améliore des équipements de pré-collecte
(signalétique claire, localisation et types de bacs adaptés aux modes de vie des habitants…) pour rendre le
geste de tri plus pratique et plus facile dans tous les lieux où les performances sont les moins bonnes…
L’habitat collectif se heurte en effet à une difficulté majeure d’ordre technique liée au manque de place dans
les appartements et dans les locaux propreté pour installer des dispositifs de tri. En 2010, Eco-Emballages a
donc développé un plan d’actions spécifiques pour agir sur l’habitat collectif.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 82 sur 137
• Soutenir les bailleurs pour augmenter le geste de tri en habitat collectif
Améliorer les bonnes pratiques pour faciliter à la fois le geste de tri pour l’habitant (proximité, accessibilité
et sécurité des lieux), le travail pour les personnels (gardiens, …) et la collecte pour les ripeurs. Développer
la collecte en habitat social en insistant sur les démarches partenariales, techniques et de communication.
• Multiplier le nombre d’ambassadeurs du tri et développer leur formation
Leur donner tous les moyens de réussir les animations qu’ils conduisent en milieu scolaire, en habitat
collectif, vers les publics relais… Parmi les connaissances à développer : replacer le geste de tri dans la
gestion globale des déchets et faire de la prévention une priorité absolue.
• Maîtriser les coûts
Optimisation des collectes sélectives.
• Faire progresser le recyclage en sécurisant les débouchés
La qualité du recyclage des emballages ne doit pas être remis en cause par les variations de la demande ou la
volatilité des prix des matériaux.
• Expérimenter l’extension du recyclage des emballages en plastique
3.5.6.2. Emballages en verre
Dans le département, le verre représente en poids près de 48 % des collectes sélectives.
3.5.6.3. Journaux-magazines
Dans le département, les journaux-magazines représentent en poids près de 28 % des collectes sélectives. Le
tonnage a augmenté entre 2006 et 2007 puis s'est stabilisé entre 2007 et 2008. Des actions de prévention
pourront être mise en place pour la réduction des tonnages :
• Actions Stop Pub
• Promotion des procédures dématérialisées
• Promotion des procédures d'impressions économes en papier.
3.5.6.4. Refus de collectes sélectives
Les refus provenant des collectes sélectives sont les suivants :
• Une partie est générée par les erreurs de tri des habitants qui mettent dans les emballages et les
journaux -magazines des indésirables (déchets non recyclables)
• L'autre partie est généré par le " process " du centre de tri.
Les refus sont acheminés vers UVE ou ISDND.

3.5.7. Déchèteries
Une déchèterie est un espace aménagé, clos et gardienné où particuliers, artisans et commerçants peuvent
déposer certains déchets non collectés lors de la collecte traditionnelle pour des raisons de poids, de volume,
de nature ou de production épisodique. Elle constitue un moyen de lutte contre les décharges sauvages mais
complète surtout efficacement un schéma de collecte sélective.
Le fonctionnement d'une déchèterie est régi par la réglementation concernant les installations de stockage et
d'élimination des déchets, fixée par la Loi n°76-663 du 19 juillet 1976 relative aux installations classées et
son décret n°77-1133 du 21 septembre 1977, modifié par le décret n°94-484 du 9 juin 1994.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 83 sur 137
La déchèterie est rattachée à la rubrique 2710 de la nomenclature des Installations Classées pour la
Protection de l'Environnement (ICPE). Lorsque sa superficie est comprise entre 100 et 3 500 m 2, la
déchèterie est soumise à simple déclaration. Si la superficie excède 3 500 m2 ou dès que l'installation accepte
certains déchets spéciaux, elle est alors soumise à autorisation.
Les déchets acceptés en déchèterie varient mais se composent essentiellement des déchets encombrants, des
déchets verts, des gravats, des ferrailles ainsi que des déchets dangereux des ménages (DDM), des déchets
d'équipement électriques et électroniques (DEEE) et autres déchets comme le bois traité, etc.... Toutes les
catégories de déchets ne sont pas acceptées. Après leur stockage transitoire, il convient que les déchets soient
éliminés dans les installations autorisées et/ou valorisés dans des filières adaptées. Le transport est alors
effectué par gros-porteurs.
Lorsque les déchets proviennent des ménages (majorité des cas), le service est compris dans la taxe ou la
redevance pour les personnes résidant sur le périmètre de la collectivité à laquelle est rattachée la déchèterie.
Pour les artisans et commerçants, le service peut être payant. Pour ses usagers, la zone de chalandise d'une
déchèterie est comprise entre 5 et 10 km ou 10 à 15 minutes de trajet par rapport à leur domicile. Ils sont
accueillis, conseillés et aidés par le gardien qui les dirige vers les bennes et conteneurs adéquats spécifiques.
La déchèterie doit se doter d'un règlement intérieur qui précise au moins les heures d'ouverture et de
présence du gardien, les déchets acceptés, les déchets interdits et le montant éventuel d'une redevance pour
certains types de déchets ou certaines catégories de producteurs.
D'abord créée afin d'éviter les dépôts sauvages, la déchèterie est devenu un véritable outils indispensable au
bon fonctionnement du schéma d'élimination des déchets des collectivités. La part des déchets valorisés est
appelée à croître dans les prochaines années du fait de l'amélioration des rendements de tri, du
développement du compostage (individuel ou sur plate-forme) et de la pérennisation des filières existantes.
Nul doute que les déchèteries devront s'adapter à ces évolutions. L'apparition progressive de
" ressourceries ", récupérant certains encombrants pour les rénover et les revendre, semble déjà en témoigner.
3.5.7.1. Tout-venant ou encombrants (valorisables, non valorisables)
Le tout-venant de déchèterie représente en principe les déchets ultimes apportés par les usagers après le tri de
leurs déchets. Le tout-venant est en général enfoui mais une partie peut-être valorisée sur le plan énergétique.
Lors des réunions de concertation techniques, il a été mis en avant que la réduction du tout-venant était
importante et qu'il était indispensable de faire un effort particulier pour réduire le tonnage pour au moins
deux raisons :
• Il reste dans le tout-venant des éléments non ultimes
• La réduction de 15 % d'ici à 2012 des entrants dans les unités de traitement des déchets (Grenelle de
l'environnement).
Des études sur la réduction du tout-venant pourront être réalisées par les collectivités, un partenariat entre
collectivités et associations est souhaitable pour détourner, en amont des bennes, les éléments récupérables
pour le recyclage, le réemploi, le démantèlement d'objets " multi-matériaux " et former des gardiens
" valoristes " pour la gestion des déchèteries.
Pendant les réunions de concertation techniques, plusieurs associations intégrées dans les réseaux de
l’économie sociale et solidaire ont fait part de leurs actions sur le terrain et des améliorations qui pourraient
être apportées aux filières. L'association l'Union des Ecocycleries a apporté sa compétence notamment en ce
qui concerne la fraction des déchets valorisables. L'association Inter Réseaux de la Fibre Solidaire (IRFS) a
également apporté sa contribution à l'amélioration des filières.
Voici une classification d'objets identifiés dans le tout venant :
• Bois traité et non traité
• Plastiques
• Textiles usagés
• Objets de réemploi / Objets de déconstruction
Bois traité et non traité :

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 84 sur 137
Ces matériaux sont enlevés en partie car des collectivités ont mis en place la collecte volontaire et une filière
de valorisation ou d'élimination. L'objectif est de supprimer ces matériaux du tout-venant. Le gisement
représente environ 20 à 25 % du tout-venant.
Plastiques :
Il s'agit d'une famille regroupant divers matériaux valorisables. On retrouve les barquettes, les pots de fleurs,
les bidons, le polystyrène, le mobilier de jardin, les films plastiques, les menuiseries et les tuyaux PVC.
L'objectif est de développer le tri de ces matériaux afin de les apporter vers les filières de valorisation. Le
gisement représente environ 10 à 30 % du tout-venant.
Vêtements usagés :
Le gisement national représente 12 kg/hab/an. La plupart des vêtements sont récupérés par les associations
existant dans le département. Elles sont regroupées autour du réseau Association Inter réseaux de la fibre
solidaire dont l'organisation et les actions sont décrites dans le paragraphe " textiles usagés ". Des vêtements
sont jetés dans le tout-venant. L'objectif est de supprimer ces éléments du tout-venant.
Objets de réemploi :
Ces objets sont encore bien souvent jetés dans la benne tout-venant. L'objectif est de les détourner de cette
benne et de les récupérer pour une vente solidaire (vaisselle, meubles, bibelots, jouets...).
Objets de déconstruction :
Certains éléments " multi-matériaux " comme les menuiseries (bois, plastique, métal), les meubles usagés
(canapés, bois de lit, sommiers) ou les matelas peuvent être détournés du tout-venant afin d'être récupérés
pour une déconstruction. Les matériaux une fois désolidarisés, sont évacués vers des filières de valorisation.
L'objectif est de détourner le plus possible ces éléments du tout-venant.
L'ensemble de ces actions contribueront à éviter l'augmentation des tonnages de tout-venant tout en
améliorant la valorisation matière et énergétique. Elles permettraient également d'accompagner les
associations qui s'impliquent dans l’économie sociale et solidaire.

Prévision du gisement du tout-venant entre 2008 et 2024

2014 2020
Désignation 2008 2024
(6 ans) (12 ans)

Population 768 945 784 605 800 796 808 429

Ratio TV – moyenne départementale 52 52 51 50

Tonnages 40 078 40 769 40 915 40 818

Ratio – secteur Centre 41 41 41 41

Ratio – secteur NO 71 72 66 65

Ratio – secteur SO 53 52 51 50

Ratio – secteur Est 58 58 58 58

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 85 sur 137
3.5.7.2. Déchets verts
Le département de Maine-et-Loire ne rencontre pas de problèmes de filière de valorisation. Les agriculteurs
sont demandeurs de quantités plus importantes afin de structurer les sols.
Des objectifs de réduction sont cependant fixés par les collectivités afin de réduire les coûts :
• Utilisation de graminées à pousse lente pour les haies dans les lotissements
• Limitation des apports en déchèteries : gestion de proximité (développement du compostage et du
paillage chez les particuliers et dans les communes, développement du compostage de quartier et
broyage possible dans certaines collectivités éloignées des déchèteries.
Des objectifs d'amélioration de la qualité des composts et du respect de l'environnement sont envisagés :
• Encouragements pour la réduction des engrais et des pesticides
• Réduction des consommations d'eau pour l'arrosage
• Incitation à apporter des déchets verts propres (sans plastiques).
Respect de la réglementation : arrêter le brûlage.

Prévision du gisement des déchets verts entre 2008 et 2024

2014 2020
Désignation 2008 2024
(6 ans) (12 ans)

Population 768 945 784 605 800 796 808 429

Ratio DV – moyenne départementale 74 81 79 78

Tonnages 56 646 63 507 63 141 63 443

Ratio – secteur Centre 64 70 70 70

Ratio – secteur NO 90 100 100 100

Ratio – secteur SO 82 98 90 90

Ratio – secteur Est 72 72 72 72

3.5.7.3. Ferrailles
Les ferrailles sont collectées en déchèteries, récupérées par le réseau des ferrailleurs locaux et valorisées par
la filière de sidérurgie et de fonderie.
3.5.7.4. Gravats
Les déchets du BTP dépendent à présent du plan départemental de prévention et de gestion des déchets issus
de chantiers du bâtiment et des travaux publics (article 541-14-1 du Code de l'environnement). Les gravats
proviennent principalement de travaux effectués par des particuliers qui apportent de petites quantités dans
les déchèteries. Les déchets générés par l'activité professionnelle sont normalement gérés directement par les
entreprises (tri, valorisation, élimination) mais des artisans peuvent apporter des déchets dans les déchèteries
où le règlement le permet, en rémunérant le service. Des objectifs peuvent cependant être évoqués en ce qui
concerne les apports de gravats en déchèteries. Il faut retenir qu'il n'y a pas de solution de valorisation à court
terme car les quantités sont faibles (en comparaison aux quantités générées par le BTP), les matériaux sont
hétérogènes et les professionnels ne se trouvent pas souvent à proximité pour la réutilisation. Une réflexion
pourrait être engagée sur la possibilité de mieux trier les gravats afin d'obtenir 1 flux " valorisable " et 1 flux
" refus ". Il conviendra d'éviter les indésirables (déchets non inertes) dans les gravats.

Prévision du gisement des gravats entre 2008 et 2024

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 86 sur 137
2014 2020
Désignation 2008 2024
(6 ans) (12 ans)

Population 768 945 784 605 800 796 808 429

Ratio Gravats – moyenne départementale 66 71 73 73

Tonnages 51 126 55 916 58 530 58 810

Ratio – secteur Centre 70 77 80 80

Ratio – secteur NO 75 75 75 75

Ratio – secteur SO 68 77 80 80

Ratio – secteur Est 58 58 58 58

3.5.7.5. Huiles de vidange (cf. chapitre 3.5.9)


Il n'existe pas d’objectif réglementaire de collecte et de valorisation mais la priorité inscrite dans le Code de
l’environnement est toutefois donnée à la régénération.
3.5.7.6. Déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) (cf. chapitre 3.5.9)
L'objectif initial de collecte des DEEE ménagers était de 4 kg/hab/an. En 2010, il était de 6 kg/hab/an avec
une augmentation prévisionnelle de 1 kg/hab/an jusqu’en 2014 (cahier des charges d’agrément des éco-
organismes).
Les filières de DEEE doivent se développer afin de tendre vers une augmentation des quantités. Les objectifs
nationaux indiqués ci-dessus doivent inciter à collecter plus. En 2008, le tonnage collecté était
de 2 127 tonnes soit un ratio de 3 kg/hab/an dans le Maine-et-Loire.
Pour faire évoluer dans le bon sens la collecte, des solutions peuvent être envisagées :
• Une large communication auprès des usagers
• S'appuyer sur le réseau des distributeurs (reprise 1 pour 1)
• Améliorer et encadrer l'accueil en déchèteries
• Mettre en place des collectes ponctuelles en apport volontaire (en déchèteries, mobiles).
3.5.7.7. Déchets dangereux des ménages (DDM) (cf. chapitre 3.5.9)
Les activités de bricolage et de jardinage génèrent des déchets qui peuvent être dangereux pour la santé et
l’environnement. Ces déchets peuvent être :
• Explosifs ou corrosifs
• Toxiques ou irritants
• Facilement inflammables.
Dès lors qu’ils sont mélangés aux ordures ménagères, ils sont une menace pour les personnes en charge de la
collecte et un risque pour les installations de traitement.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 87 sur 137
Piles et accumulateurs :
Depuis le 1er janvier 2001, la collecte des piles et accumulateurs est obligatoire. Les vendeurs et distributeurs
doivent accepter de reprendre les piles et accumulateurs usagés. Des points de collecte sont installés chez les
distributeurs. Les fabricants sont tenus d’assurer leur recyclage, ce qui permet la production de matières
premières secondaires, limitant ainsi notre prélèvement sur les ressources naturelles.
L'objectif, principalement de communication vers les citoyens, est de " quand ils existent, achetons de
préférence des produits sans piles " (calculatrices à cellules solaires par exemple). Sinon, utilisons des piles
rechargeables ou des accumulateurs pour tous les usages à chargement fréquent. À la maison, branchons nos
appareils sur le secteur. Cela fera autant de produits dangereux qui ne seront pas jetés… et nous ferons des
économies.

Ampoules ou lampes basse consommation (LBC) :


Elles sont également appelées LBC, lampes à économie d’énergie, fluorescentes, compactes ou encore
fluocompactes. Elles consomment 5 à 10 fois moins que les lampes classiques. Ces lampes contiennent
quelques milligrammes de mercure ce qui rend leur recyclage indispensable. C’est pourquoi il existe
aujourd’hui une organisation agréée, Récylum, chargée d’organiser l’élimination de ces déchets.
L'objectif est de rapporter les lampes basse consommation usagées chez un distributeur le plus proche ou à la
déchèterie de votre commune si celle-ci collecte les déchets dangereux.

Peintures et solvants :
Il est consommé chaque année de très grandes quantités de peintures et revêtements muraux qui constituent
autant de risques pour la santé et l’environnement. L’achat de produits portant l’éco-label européen ou la
marque NF-Environnement minimise ces risques puisqu’ils sont plus respectueux de l’environnement tout en
conservant leurs qualités.
L'objectif est de privilégier l’utilisation de produits moins volatils, notamment pour le nettoyage du matériel,
éviter les solvants organiques chlorés et privilégier les produits et techniques nécessitant un minimum de
produits chimiques : les peintures à l’eau et le nettoyage à haute pression uniquement à l’eau, les techniques
de pose de revêtement sans colle...

Produits phytosanitaires :
Les pesticides, appelés aussi produits phytosanitaires, incluent les insecticides, les herbicides ou désherbants,
les anti-nuisibles et les fongicides destinés à la lutte contre les champignons parasites.
L'objectif est de privilégier les méthodes de prévention et de traitements alternatifs, utilisés notamment en
jardinage biologique : " choisissez le bon produit, l’équipement adéquat et faites les bons dosages ".

Collecte et la filière de valorisation des DDM (cf. chapitre 3.5.9) :


La collecte s'effectue en déchèteries qui sont en principe dotées d'une armoire ou d'un local de stockage
spécifique. La collecte est encadrée par une responsabilité élargie du producteur (REP) dont la mise en place
devrait permettre de diminuer les coûts de collecte et de traitement supportées par les collectivités. Ces
déchets dépendent désormais du plan régional de prévention et de gestion des déchets dangereux.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 88 sur 137
3.5.7.8. Textiles (cf. chapitre 3.5.9)
Le gisement national est de 10 à 13 kg/hab/an (source Ademe). Il concerne ce que chacun d'entre nous jette
par an. Les textiles usagés sont collectés principalement par les associations et les collectivités. L'association
Inter Réseaux de la Fibre Solidaire (IRES) regroupe actuellement 3 réseaux de solidarité. Des emplois sont
créés pour accompagner des salariés en insertion.
Dans le département le gisement est de 7 000 à 8 000 tonnes, le tonnage collecté en 2009 est d'environ
3 000 tonnes sur environ 250 conteneurs et points de collecte.

Collecte :
Il est offert aux habitants et aux collectivités une prise en charge gratuite de la collecte. Des textiles sont
collectés (vêtements, linge de maison, tissus d’ameublement), les chaussures, la maroquinerie et les jouets
sont récupérés dans des conteneurs ou par des apports volontaires dans les locaux des associations ou de
partenaires.

Tri :
Le tri est effectué dans les ateliers des associations.
Après la collecte et le tri des textiles, la filière textile est la suivante :
• Réemploi de vêtements avec mise en vente dans des boutiques : 10 %
• Réemploi en fripes, à l'export : 30 %
• Recyclage en chiffons, effilochage, isolant thermique : 45 %
• Refus : 15 %.

Objectifs :
Au regard des objectifs du Grenelle de l'environnement et du présent plan, l'enjeu lié à la filière textiles est
primordial. Les textiles sont valorisables à 85 % par le réemploi et le recyclage. Il est nécessaire de les
détourner des OMR et des tout-venant de déchèteries.
Il s'agit d'améliorer la filière de collecte dans le département afin de récupérer le maximum du gisement. Des
conventions entre collectivités et associations sont réalisées et peuvent être développées pour :
• Maintenir ou créer des emplois de proximité (collecte, tri et valorisation) dans le cadre de structures
d’insertion sociale et professionnelle pour des personnes éloignées de l’emploi
• Réaliser un inventaire exhaustif de l’existant (étude de la collecte faite en janvier 2010)
• Offrir aux EPCI et aux communes qui les composent une organisation adaptée.
3.5.7.9. Déchets d'activités de soins à risque infectieux (Dasri) (cf. chapitre 3.5.9)
Les producteurs de Dasri en auto-médication stockent leurs déchets dans des boîtes en plastique à usage
unique délivrées par les pharmaciens. Ces boîtes peuvent être déposées en déchèteries (si le règlement le
permet) ou en pharmacies où elles sont échangées contre des boîtes vides. L'article L 4211-2-1 du Code de
l'environnement précise qu'en absence de dispositif de collecte de proximité spécifique, les officines de
pharmacie, les pharmacies à usage intérieur et les laboratoires de biologie médicale sont tenus de collecter
gratuitement les déchets d'activités de soins à risque infectieux produits par les patients en auto-traitement.

Ces déchets dépendent du plan régional de prévention et de gestion des déchets dangereux.
3.5.7.10. Pneus (cf. chapitre 3.5.9)
Les pneus sont envoyés vers des filières de collecteurs agréées pour valorisation (ex : Aliapur). Néanmoins
certaines collectivités acceptent encore des pneus dans leurs déchèteries, il s'agit du gisement historique
c'est-à-dire des pneus stockés par des particuliers qui les changeaient eux mêmes ou des agriculteurs pour

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 89 sur 137
leurs silos. Les collectivités, en relais de la Chambre d'Agriculture, pourront informer les agriculteurs sur la
possibilité d'évacuer les pneus vers des filières pérennes.
3.5.7.11. Bois
Les bois collectés en déchèteries sont de 2 catégories :
• Bois non souillé ou bois de classe A (palettes, cagettes, caisses...). En Maine-et-Loire les bois non
traités font l'objet d'une valorisation (matière, organique et énergétique).
• Bois souillés et/ou traités ou bois de classe B (bois de charpente, meubles démolitions...). Dans le
département les bois traités font l'objet d'une valorisation (matière principalement et énergétique).
L'objectif est d'encourager la récupération du bois et d'équiper les déchèteries de dispositifs organisationnels
pour améliorer le tri. Il est nécessaire de diriger les différents flux vers des filières de valorisation matière et
énergétique (collectes ponctuelles, information écrite...).

3.5.8. Réemploi
La Directive 2008/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 novembre 2008 relative aux déchets
publiée au JOUE du 22 novembre 2008 (JOUE L 312) abroge et remplace les directives 75/439/CEE,
91/689/CEE et 2006/12/CE avec effet au 12 décembre 2010. Cette directive crée un nouveau cadre pour la
gestion des déchets dans l’Union Européenne, afin d’encourager le réemploi et le recyclage des déchets et de
simplifier la législation actuelle. En promouvant l’utilisation des déchets comme ressource secondaire, la
nouvelle législation vise à réduire leur mise en décharge et les émissions de gaz à effet de serre dans les
décharges.
La directive établit une hiérarchie en matière de traitement des déchets, applicable dans le cadre de la
définition des politiques nationales de gestion des déchets, qui prévoit les cinq actions suivantes par ordre de
priorité :
1. Prévention des déchets (réduction à la source)
2. Réemploi
3. Recyclage
4. Valorisation (énergétique)
5. Elimination des déchets.
L’élévation du niveau de vie a entraîné un doublement des achats de biens manufacturés par les ménages
depuis 30 ans. Face à l’utilisation croissante des ressources naturelles et leur raréfaction, le recyclage et le
réemploi deviennent des enjeux importants. Les consommateurs montrent un intérêt croissant pour les achats
de biens d’occasion, les produits revendus par les organismes humanitaires et les réseaux spécialisés. Le
recyclage se développe nettement, il concerne 60 % du total des déchets et un tiers de ceux provenant de
produits manufacturés. Cependant de plus en plus de produits à recycler sont exportés et tous les matériaux
ne présentent pas les mêmes capacités de recyclage.
3.5.8.1. Importance de l’économie solidaire pour le réemploi d’objets usagés donnés
Les particuliers donnent régulièrement des biens usagés à divers organismes humanitaires dont l’objectif est
social ou caritatif. Malgré quelques initiatives locales, le réemploi de biens hors d’usage, reste surtout le fait
de réseaux de l’économie sociale et solidaire. Certains organismes indiquent avoir étendu leurs magasins de
vente d’objets à bas prix aussi pour promouvoir une consommation plus durable. Le réseau des
" ressourceries ", créé en 2000, est passé de 9 organismes à 50 en 2009.
Bien que faibles, 20 000 t en 2007, les quantités d’objets collectés et réemployés ont été multipliées par deux
depuis 2003. Elles devraient encore progresser avec l’élargissement du réseau. En l’absence de données
comparables sur les quantités de biens reçus, quelques organismes fournissent cependant des données sur les
ventes réalisées dans leurs magasins. Leur montant estimé à 161 millions d’euros reste peu élevé du fait des
prix pratiqués, mais il a augmenté de 50 % entre 2002 et 2007. L'Union des Ecocycleries regroupe une
vingtaine d'associations sur la région des Pays de la Loire, l'innovation dans le recyclage des déchets est au
centre de ses préoccupations.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 90 sur 137
3.5.8.2. Réemploi renforcé par les filières spécialisées
Des directives européennes, transcrites en droit français, mettent en place des filières qui correspondent à
l’organisation de la collecte sélective et de la valorisation de certains types de déchets, y compris par leur
préparation au réemploi. L’association Inter réseau de la fibre solidaire regroupant Le Relais, Emmaüs et
Tissons la Solidarité est le principal organisme traitant les textiles usagés avec 110 000 t environ collectées
en 2008. 40 % des tonnages sont revendus, dont une grande partie à l’étranger, essentiellement en Afrique.
Malgré d’importantes difficultés du fait de la baisse de qualité des textiles usagés, la filière créée en 2009
devrait soutenir l’activité.
Pour les déchets d'équipement électriques et électroniques, filière qui a démarré fin 2006, l’activité de
réemploi d’Emmaüs France et la fédération Envie représente environ 3 % des quantités d’équipements
ménagers collectés. Le réemploi concerne essentiellement le gros électroménager et les ordinateurs, mais très
peu les petits équipements électroménagers. Le réemploi des équipements professionnels, essentiellement
des ordinateurs, est beaucoup plus élevé (22 % en 2008), mais la moitié est réalisée à l’étranger.
3.5.8.3. Ressourceries et Ecocycleries
La mise en place d’une ressourcerie ou d'une écocyclerie sur un territoire permet d’atteindre et de mesurer
des objectifs de réemploi de déchets. Pour cela la ressourcerie sensibilise les citoyens à la réduction des
déchets, elle créé une activité et des emplois et enfin, elle distribue des objets écologiques et équitables.
Les ressourceries et les écocycleries ont fait apparaître un nouveau profil d'emploi, les " valoristes ", dont les
fonctions peuvent être multiples : assurer le bon fonctionnement de la ressourcerie, effectuer les opérations
de réparation ou de démantèlement, conseiller les clients ou encore assurer la collecte des encombrants en
porte-à-porte ou en déchèteries.
Les ressourceries et les écocycleries permettent par exemple aux personnes peu aisées de disposer de certains
produits électroménagers. Créatrices d'emploi, elles peuvent aussi constituer un dispositif de réinsertion pour
des personnes en difficulté.
La vente, qui porte notamment sur des produits électroménagers, ne constitue pas une réelle concurrence
pour les enseignes classiques. En tout état de cause, les déchets ne subissent pas de transformation au cours
du processus.
3.5.8.4. Réemploi dans le département de Maine-et-Loire
Plusieurs associations travaillent dans le Maine-et-Loire dans le secteur " déchets ". On peut citer Emmaüs
(Angers, Cholet, Saumur), l'Union des Ecocycleries, Alise Ateliers, Aspire, Atimat, Apivet...Ces associations
structurent l'économie sociale et solidaire par des missions de collectes, de tri, de démantèlement et de
valorisation, en partenariat avec des collectivités, de différents objets jetés par les usagers. L'objectif dans le
département est de faire monter en puissance ces filières. Une des possibilités est d'augmenter le partenariat
entre associations et collectivités.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 91 sur 137
3.5.9. Responsabilité élargie du producteur (REP)
Le principe de la responsabilité élargie du producteur a été posé au niveau européen par la Directive du
15 juillet 1975 modifiée : " conformément au principe du pollueur-payeur, le coût d'élimination des déchets
doit être supporté par le détenteur qui remet des déchets à un ramasseur ou à une entreprise, les détenteurs
antérieurs ou le producteur du produit générateur de déchets ".
Ce principe avait été énoncé en droit français dès la Loi du 15 juillet 1975, selon laquelle il pouvait être fait
obligation aux producteurs, importateurs et distributeurs de produits générateurs de déchets ou des éléments
et matériaux entrant dans leur fabrication de pourvoir ou de contribuer à l'élimination des déchets en
provenant.
Le Code de l'environnement a intégré le principe de la responsabilité élargie des producteurs suite
notamment aux travaux du Grenelle de l'environnement.
3.5.9.1. Les objectifs de la REP
La REP poursuit plusieurs objectifs :

• Le coût du produit, de sa conception jusqu'à sa vente, doit inclure la totalité de ses coûts
environnementaux directs et indirects
• Les emballages doivent jouer un rôle informatif en faveur des produits les moins générateurs de
déchets
• La quantité et la nocivité des produits et des emballages doivent être diminuées à la source
• Les coûts du service public doivent être maîtrisés grâce à la diminution des quantités de déchets et à
leur co-financement par les producteurs.
La mise en œuvre de la REP s'est traduite par l'instauration de filières de traitement propres à chaque nature
de déchets. C'est pourquoi les politiques de collecte sélective et de recyclage des déchets des ménages
s'appuient pour partie sur les filières dites de responsabilité élargie des producteurs.
Le principe, qui découle de celui du pollueur-payeur est le suivant :
Les fabricants nationaux , les importateurs de produits, et les distributeurs pour les produits de leurs propres
marques doivent prendre en charge, notamment financièrement, la collecte sélective puis le recyclage ou le
traitement des déchets issus de ces produits. Ils peuvent assumer leur responsabilité de manière individuelle
ou collective dans le cadre d'un éco-organisme.
Dans ce dernier cas, ils adhèrent à une société, souvent agréée par les pouvoirs publics, à laquelle ils versent
une contribution financière. En pratique la plupart des producteur choisissent cette solution. Leurs
contributions viennent en soutien à la collecte au recyclage et au traitement des flux de déchets concernés.
Elles sont essentiellement reversées aux collectivités locales ou aux prestataires de collecte et de traitement
des déchets concernés. La montée en puissance de ces filières depuis le milieu des années 1990 a permis des
progrès très significatifs en matière de recyclage des déchets.
3.5.9.2. Les acteurs et leur rôle
La responsabilité élargie du producteur est dans les faits une responsabilité partagée entre tous les acteurs.
Les détenteurs
Producteurs initiaux du déchet ou toute autre personne qui se trouve en possession du déchet qu’il soit
ménager ou professionnel et dont ils ont l’intention ou l’obligation de se défaire, ils doivent trier leurs
déchets et les faire prendre en charge dans le cadre d’un dispositif adapté.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 92 sur 137
Les distributeurs
Détaillants ou grossistes, ils doivent informer le consommateur des conditions de bonne gestion des produits
une fois usagés et peuvent également avoir une obligation de reprendre gratuitement les produits usagés sans
obligation d’achat ou lors de l’achat d’un produit neuf équivalent.

Les collectivités territoriales


Elles participent à la collecte sélective ou au regroupement des produits usagés issus des ménages dans le
cadre fixé par la réglementation et les prescriptions techniques contenues dans les arrêtés d’agrément des
éco-organismes.

Les producteurs ou les " metteurs sur le marché "


Fabricants qui distribuent en France ou importateurs depuis l’Union Européenne ou en dehors ou
distributeurs pour leur marque propre, ils doivent participer financièrement et/ou opérationnellement à la
gestion de la filière concernée, s’assurant de l’acheminement du déchet vers des installations de traitement
appropriées. Pour ce faire, ils peuvent exercer leur responsabilité soit individuellement soit collectivement au
travers des éco-organismes.

Les prestataires du déchet


Ils assurent la gestion totale ou partielle des déchets (collecte, transport, valorisation et élimination) dans le
respect de l’environnement, des normes propres à chaque type de déchet et de la protection de la santé
humaine.

Les pouvoirs publics


Ils définissent le cadre réglementaire (objectifs, répartition des responsabilités entre les acteurs,
agréments…), s’assurent de la bonne mise en œuvre du dispositif (observation de la filière : quantités mises
sur le marché, quantités collectées et traitées…), contrôlent la conformité des actions des éco-organismes
avec leur agrément et sanctionnent le cas échéant les contrevenants au dispositif.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 93 sur 137
Le tableau ci-dessous présente la liste des filières REP existantes et à venir prochainement (Collection
Repères " Panorama 2010 – 1ère édition " Ademe) :

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 94 sur 137
3.6. DÉCHETS D'ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES RÉSIDUELS (DAE)
La Loi Grenelle fixe dans son article 46 des objectifs nationaux concernant les déchets d'emballages
professionnels que le plan doit intégrer dans ses préconisations : augmenter le recyclage matière et organique
pour atteindre un taux de valorisation de 35 % en 2012 et 45 % en 2015, ce taux étant porté à 75 % en 2012
pour les déchets d'emballages ménagers et les déchets banals des entreprises hors bâtiment et travaux
publics, agriculture, industries agro-alimentaires et activités spécifiques.
Actuellement les résidus des activités économiques entrant dans le cadre réglementaire sont essentiellement
stockés et en partie valorisés énergétiquement dans les installations fonctionnant pour les déchets ménagers
et assimilés gérées par les collectivités.
Des préconisations pour la gestion, la valorisation et le traitement des DAE (ex DIB) peuvent être proposées
afin que les filières futures de traitement répondent aux mêmes objectifs que ceux prévus pour les déchets
ménagers et assimilés et des préconisations pour la mise en place d’outils de connaissance et de suivi des
gisements.
Lors de la phase diagnostic, la commission consultative a pu constater le manque de données précises et
récentes relatives à la gestion des DAE. Ce défaut d’information est préjudiciable au suivi de la filière de ces
déchets.
Il s'agit de définir des préconisations sur les filières de traitement des déchets non ménagers pour que celles-
ci soient en cohérence avec celles retenues pour les déchets ménagers et assimilés (valorisation biologique,
stockage).
Le gisement actuel de DAE non valorisés est estimé à environ 120 000 T par an. Le gisement prospectif a été
considéré stable entre 2008 et 2024, compte tenu de l'augmentation de l'activité économique et du meilleur
tri réalisé par les entreprises.

3.7. DECHETS AGRICOLES - La réduction à la source des déchets


Comme toute activité, l’agriculture est productrice de déchets. Pour en limiter les quantités, les Chambres
d’Agriculture de la Région Pays de la Loire communiquent régulièrement pour inciter les agriculteurs à
mieux gérer leurs approvisionnements en produits fertilisants et phytosanitaires, à utiliser des contenants
adaptés à leurs besoins et proposent aussi des solutions techniques pour réduire l’utilisation des bâches sur
les tas d’ensilage. Ainsi, l’affiche " je trie ferme " présente pour chaque déchet les bonnes conditions de tri,
de conditionnement et de stockage pour favoriser le recyclage matière de ces déchets.
Ainsi que le prévoit la Loi ENE du 12 juillet 2010 dite Grenelle 2, l’objectif est pour l’éco-organisme
ADIVALOR le recyclage matière. Ainsi, la part de recyclage se développe pour bon nombre de déchets.
L'objectif étant l'amélioration continue des collectes et des filières de valorisation notamment la valorisation
matière.

3.8. DECHETS DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS (BTP)

Les déchets du BTP dépendent désormais du programme de prévention et de gestion des déchets issus de
chantiers du bâtiment et des travaux publics (article 541-41 du Code de l'environnement).

3.9. DECHETS DE L'AUTOMOBILE

Ils sont constitués des véhicules hors d'usage (VHU), des rebus de broyage automobile (RBA) et de déchets
divers. Les détenteurs de VHU ont l’obligation de remettre leurs VHU à des démolisseurs ou des broyeurs
agréés par les Préfets. Seuls ces opérateurs seront habilités à prendre en charge les VHU et à délivrer aux
détenteurs les certificats de prise en charge et de destruction des VHU.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 95 sur 137
3.10. BOUES D'ASSAINISSEMENT
La valorisation agricole des boues devrait rester la filière principale dans le département au vu de la qualité
des boues produites et du suivi imposé par la réglementation qui garantit l'absence de pollution. En l'absence
de pollution, la filière de valorisation doit rester agricole. Il conviendra de limiter l'enfouissement en ISDND,
la mise en décharge sera préconisée seulement en cas de pollution. Dans le département de Maine et Loire la
quantité de boues pourrait encore augmenter après la mise aux normes des derniers ouvrages de taille
modeste.

3.11. MATIERES DE VIDANGE


L'amélioration des filières de collecte est souhaitable. Les quantités de matières de vidange (ANC) devraient
augmenter compte tenu de la mise en place de la nouvelle réglementation, les vidanges seront régulières,
gérées par des filières autorisées. Il n'y a pas de problème de capacité de traitement dans le département mais
les gisements ne sont pas toujours proches des lieux de traitement. Une réflexion pourrait être menée par le
Département sur la répartition gisement/lieux de traitement afin d'éviter notamment des transports
importants.

3.12. GRAISSES
Cette filière ne présente pas de problèmes particuliers mais il serait souhaitable d'étudier l'optimisation de
l'organisation de la filière (collectes et traitement).

3.13. SUIVI DE LA QUALITÉ DES COMPOSTS ISSUS DE TMB OU DE


MÉTHANISATION
Le compostage constitue un mode de traitement intéressant des déchets, dès lors que le compost qui en est
issu est de qualité suffisante pour être utilisé. Le développement de la valorisation biologique des déchets
ménagers et assimilés constitue un enjeu fort. C’est un moyen privilégié pour atteindre les objectifs définis
dans la Loi de programmation du 3 août 2009 relative à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement,
dite loi Grenelle 1 : objectif de réduire de 15 % les quantités de déchets incinérés ou enfouis et objectif
d’augmenter de moitié à l’horizon 2012, par rapport à l’année 2004, les quantités de déchets valorisés par
recyclage matière ou organique.
Cependant, ce mode de traitement ne pourra se développer que si le compost obtenu qui retourne au sol
présente les garanties nécessaires en termes d’innocuité et de qualité agronomique. La pérennité des
débouchés offerts aux composts repose en effet largement sur la confiance des utilisateurs dans la qualité de
ces produits. En application de la Loi Grenelle 1, il est à cet effet prévu de définir un cadre de cohérence
national, destiné à être décliné par des engagements contractuels locaux, pour assurer la qualité sanitaire et
environnementale des composts. La mise en place d’installations de valorisation biologique des déchets
organiques et l’utilisation des composts qui en sont issus doivent ainsi être accompagnées par des actions de
sensibilisation, d’information et de concertation au niveau local (source : MEDDTL).
La profession agricole de Maine–et-Loire souscrit aux mesures du Grenelle. Au-delà des objectifs
quantitatifs, il semble important de suivre la qualité des composts normés de biodéchets dans l’objectif d’en
pérenniser la valorisation agricole.
Afin de satisfaire les attentes des agriculteurs, il apparaît nécessaire :
• D’avoir un maximum de garantie sur la qualité du compost qui sera produit par les installations de
TMB et de méthanisation. La qualité du compost devrait tendre vers une qualité supérieure aux
prescriptions de la norme NFU 44-051. A titre d’exemple, le nombre d’analyses à réaliser sur les
paramètres agronomiques et sur les paramètres d’innocuité pourraient être plus importants.
• De bien appréhender l’intérêt agronomique du compost et l’impact de son épandage sur la qualité
des sols et des cultures à travers la mise en place d’essais au champ.
• D’assurer au minimum la traçabilité des épandages à l’exploitation agricole.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 96 sur 137
La Chambre d’agriculture assure, depuis 2001, sous mandat de la Préfecture, le suivi des épandages
de boues de stations d’épurations en tant qu’organisme indépendant. Il apparaît aujourd’hui
nécessaire que les épandages de compost normés puissent aussi être encadrés par un organisme
indépendant.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 97 sur 137
Quatrième partie

L'ETUDE DES SCENARII ET LES PROPOSITIONS

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 98 sur 137
Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire
Page 99 sur 137
4. ETUDE DES SCENARII ET PROPOSITIONS

4.1. SITUATION ET ENJEUX DU DEPARTEMENT


La situation du département est plutôt bonne par rapport à la moyenne nationale en ce qui concerne les
capacités et la filière du traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels. L'Ademe a réalisé une étude
sur l'adéquation " capacités /besoins " à l'horizon 2015. 24 départements ont une autonomie satisfaisante dont
le Maine-et-Loire, 31 départements présentent une autonomie déficitaire et 31 départements une autonomie
dépendante de l'aboutissement ou non de leurs projets. Le Maine-et-Loire présente même une situation non
préoccupante jusqu'en 2025 mais, sachant qu'un projet met environ 10 ans minimum pour aboutir, il a été
convenu avec l'ensemble des acteurs du plan de préparer un projet d'avenir pérenne avant 2015.

4.2. PROBLEMATIQUES DU DEPARTEMENT DE MAINE-ET-LOIRE


Afin d'appréhender l'avenir du département, il convient d'en exposer les problématiques et certains choix
déjà formalisés. En préalable, les points forts auxquels les collectivités sont attachées durablement sont les
suivants :
• Le département de Maine-et-Loire doit être en mesure de traiter l'ensemble des déchets produits sur
le territoire. Cependant des transferts de déchets existent. Des déchets du département sont
" externalisés " vers les départements limitrophes et des déchets provenant des départements voisins
sont acceptés dans les unités de traitement du Maine-et-Loire. Ces principes sont maintenus avec une
priorité de traitement des déchets produits par le département dans les unités départementales.
• Les collectivités pourront être amenées à regrouper des territoires, notamment pour la
complémentarité des filières de pré-traitement et de traitement.
• Des filières complémentaires existent déjà mais elles pourront être complétées avec un objectif
d'équilibre économique acceptable.
• Le principe de proximité est à prendre en considération.
• Prévoir des capacités suffisantes pour la valorisation énergétique et pour le stockage de déchets non
dangereux. Suivant les besoins prévoir des extensions de sites existants ou la création de nouvelles
installations.

4.2.1. Flux " entrants/sortants "


Les flux de déchets sortants du département ou entrants dans le département sont variables d'une année à
l'autre. Cependant depuis plusieurs années, il est constaté que le Maine-et-Loire reçoit davantage de déchets
qu'il n'en transfère dans les départements limitrophes. En 2008, les producteurs ont exportés 25 000 tonnes
de déchets vers les départements voisins. Les producteurs de déchets des départements voisins ont transporté
91 000 tonnes vers le Maine-et-Loire. Le département a donc un " crédit " de 66 000 tonnes de déchets dans
ses unités de traitement. Il y a là un enjeu économique puisque les installations de traitement fonctionnent à
pleine capacité et une réserve potentielle de capacité par rapport aux besoins du département (problème sur
une unité de traitement par exemple). Le plan accepte le transfert de flux, entrants et sortants, avec les
départements limitrophes dans le respect du principe de proximité.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 100 sur 137
4.2.2. Transport
4.2.2.1. Les enjeux
Le secteur des transports est responsable d’une part significative de la croissance des gaz à effet de serre en
France depuis 1990 :
• Les émissions de CO2 ont atteint 139,5 Mt en 2005, soit une hausse de 18 % par rapport à 1990.
• La route représente plus de 90 % des émissions de CO 2 du secteur des transports. 83 % des
déplacements de personnes et 86 % des transports de marchandises empruntent en effet ce mode de
transport.
Une rupture est indispensable : changement radical de stratégie avec une priorité absolue au rail et aux voies
navigables pour les nouvelles infrastructures.
Le Grenelle de l'environnement fixe comme objectif de baisser de 20 % les émissions dans les 12 ans à
compter de 2008.
4.2.2.2. Des pistes à explorer
• Comportement : définition d’un programme d’éco-conduite pour le transport des déchets
• Optimisation des circuits de collecte
• Limitation et réservation des flux interdépartementaux aux zones proches des limites
départementales
• Limitation de certains apports en déchèteries (ex : déchets verts)
• Continuité dans le développement du compostage individuel, de quartier...
• Marchés publics : suivant le Code des Marchés Publics, une clause liée à l'environnement peut être
intégrée à condition qu'il n'y ait pas d'effet discriminatoire à l'égard des candidats potentiels.

4.2.3. Adéquation entre l'évolution du gisement et les capacités de traitement


C'est une des problématiques principales du plan car il s'agit d'assurer de manière pérenne les capacités de
traitement du département (UVE et ISDND). Il est rappelé que plus de la moitié des départements ne
disposent pas ou ne disposeront pas dans un avenir proche de capacités suffisantes. Le gisement des déchets
ménagers et assimilés concerné par le traitement comprend :
• Les ordures ménagères résiduelles du département de Maine-et-Loire et celles des 4 collectivités du
département de la Loire Atlantique adhérant à VALOR3E, syndicat de traitement des déchets du
Sud-Ouest du département de Maine et Loire. Ces EPCI transfèrent leurs ordures ménagères
résiduelles afin qu'elles soient valorisées énergétiquement ou enfouies.
La population des EPCI de la Loire Atlantique est estimée à 87 603 habitants en 2008 et la prévision
pour 2024 est de 91 885 habitants.
Une partie du territoire du SMIPE Val Touraine Anjou se situe sur le département de l'Indre et Loire.
Les ordures ménagères résiduelles, les refus de tri et les encombrants collectés sont transférés vers
l'UVE de Lasse. Sa population est de 16 491 habitants en 2008 et la prévision pour 2024 est de
17 297 habitants.
• Les refus de collectes sélectives
• Les tout-venants de déchèteries
• Les déchets industriels banals ou déchets d'activité des entreprises

Gisement des déchets ménagers et assimilés (DMA) et capacités de traitement existantes

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 101 sur 137
500 000
447 500 t en 2008
450 000

Courbe des capacités de traitement prévisionnelles 322 500 t


400 000
372 500 t
350 000
Zone tampon : déchets provenant des départements voisins (env 60 000 t)

300 000
344 000 t en 2008
250 000 Courbe de l'évolution des tonnages de déchets à traiter 274 000 t
en 2024
200 000

150 000
210 000 t
100 000

50 000

0
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026

Avant d'envisager des solutions de traitement des déchets ménagers, un bilan a été réalisé pour connaître le
potentiel du département en capacité de traitement final (enfouissement et valorisation énergétique) et
répondre aux besoins futurs de traitement des déchets. Les capacités, régies par des arrêtés préfectoraux, sont
prévisionnelles. Les scénarii présentés proposent des solutions afin de répondre aux besoins.
La courbe bleue en pointillé représente la capacité des unités de stockage et de valorisation énergétique
gérées par des arrêtés préfectoraux.
La courbe rouge en trait plein représente les tonnages de déchets ménagers résiduels qui seraient produits en
2024 dans le département pour être valorisés énergétiquement ou enfouis. Il s'agit des ordures ménagères
résiduelles directement envoyées en UVE ou ISDND mais aussi des refus après passage en TMB et en
méthanisation. Ils comprennent également les tout-venants de déchèteries, les refus de collecte sélective, les
déchets industriels banals (112 000 tonnes) et les OMR des collectivités adhérentes des départements de
Loire Atlantique et d'Indre-et-Loire.
L'espace entre les lignes bleue et rouge correspond aux capacités disponibles. Des déchets sont importés dans
le département provenant des départements limitrophes (rappel : 66 000 tonnes en 2008 – sur le schéma il est
noté " environ 60 000 tonnes " car il s'agit d'une moyenne sur une durée entre 2008 et 2024). A noter
qu'environ 25 000 tonnes ont été exportées en 2008 vers les départements limitrophes au Maine-et-Loire.
Sur la base de la connaissance actuelle des arrêtés préfectoraux, on constate qu'en 2025 les capacités de
stockage seront insuffisantes. Des extensions des capacités existantes ou la création d'une capacité
supplémentaire seront nécessaires à hauteur de 80 000 à 100 000 tonnes.

4.2.4. Unités de valorisation énergétique


En 2008, le département dispose de 2 unités de valorisation énergétique :
• La première appelée UVE de La Roseraie située sur la commune de Sainte Gemmes sur Loire,
faisant partie de la Communauté d'Agglomération Angers Loire Métropole, d'une capacité déclarée
de 100 000 t/ an
• La seconde située sur la commune de Lasse, faisant partie du SIVERT, d'une capacité
de 100 000 tonnes pour un pouvoir calorifique inférieur (PCI) de 2 400 kCal/kg.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 102 sur 137
4.2.4.1. UVE de Sainte Gemmes sur Loire (La Roseraie)
L’unité de valorisation énergétique des ordures ménagères de La Roseraie a été mise en service en 1974. Elle
a été implantée sur la commune de Sainte Gemmes sur Loire.
Cette unité de valorisation énergétique a fait l’objet d’importants travaux de modernisation portant sur la
mise aux normes réglementaires.
En 2005, le Conseil communautaire a décidé de changer de mode de traitement en choisissant une filière de
prétraitement mécano-biologique et une méthanisation de la part fermentescible des OMR (Biopole).
Pour permettre la poursuite de l’exploitation de l’UVE jusqu’à la mise en service de Biopole, des travaux ont
été réalisés fin 2009 pour améliorer le traitement des oxydes d’azote et pouvoir ainsi respecter le seuil de
200 mg/Nm3 applicable à compter du 1er janvier 2010.
Biopole a été mise en service le 3 janvier 2011 et l’UVE de La Roseraie a fermé définitivement
le 9 février 2011.
4.2.4.2. UVE de Lasse
Le démarrage de l’exploitation du site a été lancé en janvier 2005 et le début de la production d’électricité en
avril 2006. L'exploitation de l'unité de valorisation énergétique s'exerce dans le cadre d'une délégation de
service public. Le tonnage annuel accepté est de 100 000 tonnes pour un PCI de 2 400 kCal/kg. L'arrêté du
1er septembre 2011 modifie certaines clauses de l'arrêté initial : la capacité de l'UVE varie désormais en
fonction du PCI (pouvoir calorifique inférieur), le tonnage annuel total accepté peut aller jusqu'à
120 000 tonnes suivant le niveau du PCI (principe de variation : le tonnage augmente lorsque le PCI baisse et
le tonnage baisse lorsque le PCI augmente). En 2008, le tonnage de déchets provenant du SIVERT était de
50 776 tonnes dont 46 485 tonnes d'OMR, 4 208 tonnes de tout-venant et 83 tonnes de refus de tri. Le
tonnage hors SIVERT était de 53 859 tonnes.

4.2.5. Installations de stockage de déchets non dangereux


Depuis 2008, il existe 6 ISDND dans le département (l'ISDND de Tiercé appartenant au SICTOM Loir et
Sarthe a fermé le 31 décembre 2007). Ces installations reçoivent des déchets ménagers et assimilés non
valorisables et des déchets industriels banals.

Etat des lieux en 2011 – Des évolutions dans le temps sont possibles

Bourgneuf en Champteussé sur Louroux


Site Fontaine Guérin La Séguinière La Poitevinière
Mauges Baconne Béconnais

Exploitant Valor3e Seda Syctom LB Smictom VA Bouyer Leroux Brangeon

Tonnes/an 12 500 100 000 10 000 10 000 50 000 90 000

Date Fin autorisation 2025 2025 2012 2015 2023 2027

Propriétaire Public Privé Public Public Privé Privé

Le département a une capacité d'ISDND de 272 500 tonnes, répartis principalement sur 2 zones du plan : la
zone Nord-Ouest et la zone Sud-Ouest. La zone Est comprend l'ISDND de Fontaine Guérin et la zone Centre
n'a aucune installation. 3 ISDND sont la propriété de collectivités locales pour une capacité de 32 500 tonnes
par an et 3 ISDND sont la propriété d'entreprises privées pour une capacité de 240 000 tonnes par an.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 103 sur 137
Unités de traitement (UVE et ISDND) au 1er septembre 2011

TOTAL CAPACITES : 392 500 T 3 ISDND Publiques 32 500 T

3 ISDND Privés 240 000 T

Champteussé sur Baconne 1 UVE Publique 120 000 T


100 000 T

Le Louroux Béconnais Lasse


10 000 T 120 000 T

Fontaine Guérin
Bourgneuf en Mauges 10 000 T
12 500 T
La Poitevinière
90 000 T
La Séguinière
50 000 T

4.2.6. Production prévisionnelle des déchets ultimes et des capacités de traitement


La capacité totale prévisionnelle des unités de traitement du département sera de 372 500 tonnes en 2023. Le
gisement des DMA prévisionnels sera d'environ 274 000 tonnes la même année. La capacité prévisionnelle
est supérieure au gisement grâce notamment à une forte réduction des OMR. La capacité restante sera
utilisée comme c'est le cas aujourd’hui, pour valoriser énergétiquement et stocker des déchets ménagers
provenant des départements limitrophes. Avec la connaissance actuelle des prévisions, la capacité totale du
département chute en 2024 à 322 500 tonnes et chute encore fin 2025 à 210 000 tonnes suite à la fermeture
de plusieurs sites de stockage. La réflexion sera poursuivie en 2014 sur la solution technique et économique
à mettre en œuvre pour remédier au manque de capacité.

4.3. LES FILIERES DE VALORISATION


Le département de Maine-et-Loire dispose d'un ensemble " multi-filières " pour la valorisation et
l'élimination des déchets ménagers. La partie " prospectives " du plan décline la prévention, le compostage
individuel, le recyclage des matériaux issus de la collecte sélective. La présente partie décline le
prétraitement (tri mécano-biologique et méthanisation), la valorisation énergétique et enfin l'enfouissement.
Plusieurs techniques de valorisation sont présentées ci-après, non exhaustives.
Le plan, sous certaines conditions (réglementation, contrôle des services de l'Etat), n'exclut pas l'évolution
technologique qui pourrait apporter dans un avenir proche ou lointain des améliorations de filières (technique
et économique) liées aux collectes, transport, valorisation, élimination.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 104 sur 137
Le pré-traitement par TMB et méthanisation

4.3.1. Principe de compostage des biodéchets


Le compostage est un procédé biologique qui consiste à traiter des déchets organiques afin de réaliser un
amendement organique riche en humus, semblable à du terreau : le compost. Le compostage est un
traitement aérobie (oxydation des matières organiques). Il concerne principalement 4 types de déchets
ménagers :
1. Les boues de stations d’épuration
2. Les déchets verts
3. Les ordures ménagères résiduelles
4. La fraction fermentescible des ordures ménagères.
La production d’un compost de qualité suppose le respect de règles incontournables :
• Un mélange adapté
• Un contrôle de l’aération et de l’humidité
• L’utilisation de déchets propres donc indemnes d’impuretés susceptibles de souiller le compost. Pour
cela, un bon tri à la source est indispensable.
Le compostage sur ordures ménagères brutes est à proscrire pour au moins 2 raisons essentielles :
• L'absence de collecte sélective amont
• Le broyage en tête d’ordures ménagères brutes (polluants).
4.3.1.1. Compostage individuel des biodéchets (déchets de cuisine et déchets verts) réalisé
par les ménages
Il concerne principalement l’habitat horizontal disposant d’un jardin. Les flux pris en compte par les
ménages eux-mêmes sont autant de quantités qui ne sont pas à la charge directe des collectivités. Des
opérations de développement de cette pratique sont lancées par les collectivités avec incitation, comme par
exemple la fourniture de composteurs individuels.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 105 sur 137
4.3.1.2. Compostage de proximité des biodéchets
Cette organisation est peu répandue. Il s’agit de compostage de quartier ou de petites communes, où les
déchets fermentescibles et les déchets verts sont apportés par les résidents vers une plate-forme de
compostage. La fabrication du compost est suivie par un " maître composteur " qui contrôle la qualité des
déchets, la température et l’humidité. L’ensemble est géré sous la responsabilité de la collectivité
compétente dans ce domaine d’activité. Les résidents récupèrent le compost.
4.3.1.3. Technique de compostage des biodéchets
Les déchets verts des ménages sont transportés vers une plate forme de compostage. Les déchets admis sont
les feuilles, les tailles de haies, les branchages et déchets d’élagage, les tontes de pelouse, les souches, les
copeaux…
Pour réussir le compostage en général, il convient de distinguer 2 phases :
1. La fermentation, c'est une phase de dégradation intense et rapide des structures biologiques des
matières avec une forte activité des micro organismes, une grande consommation d’oxygène et la
production de chaleur.
2. La maturation, c'est une phase constructive où apparaissent lentement des éléments précurseurs de
l’humus.
Pour réaliser un bon compost, des règles sont à respecter :
• Un rapport carbone/azote proche de 30 dans les matières à composter
• Une aération suffisante et régulière
• Un taux d’humidité proche de 60 %
• Un mélange adapté des matières fermentescibles
• L’utilisation de déchets " propres " donc indemnes d’impuretés susceptibles de souiller le compost.
Le procédé de compostage, réalisé sur des aires en béton ou en bitume, comprend :
• La réception et le stockage des déchets
• Le broyage et la constitution des andains
• La fermentation avec retournement des andains
• La maturation avec retournement des andains
• Le criblage
• Le stockage.
Le produit peut-être mélangé à la fraction fermentescible des ordures ménagères et à des biodéchets
provenant de l’industrie agroalimentaire (résidus de champignons…), de l’alimentation animale ou de vente
de fruits et légumes. En 6 à 8 mois, les déchets compostés sont transformés en un compost de qualité, le plus
souvent utilisé en agriculture ou en aménagement.

4.3.2. Compostage des boues de station d’épuration


Le compostage constitue un procédé particulier de stabilisation biologique aérobie. Il se réalise de préférence
sur des boues déjà déshydratées de façon à économiser l’approvisionnement en support de compostage, les
boues n’étant pas " auto-compostables ". Les boues compostées ont un aspect de " terreau " et présentent une
structure solide. Dans le compostage, les boues sont généralement mélangées à un substrat (déchets
végétaux) qui leur donne les propriétés d’un amendement organique.
Les boues peuvent être également " chaulées " afin de les utiliser comme amendement basique dans les sols
trop acides.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 106 sur 137
4.3.3. Tri mécano-biologique et compostage des OMR
La norme nationale NFU 44051 impose des normes environnementales exigeantes :
• Verre et métaux : > 2 mm - 0,2 %
• Plastiques durs : > 5 mm - 0,8 %
• Films plastiques : > 5 mm - 0,3 %.
Dans le compostage moderne, la fermentation est accélérée par un traitement qui consiste généralement, pour
les déchets ménagers, à éliminer dans la mesure du possible, les matières non fermentescibles (métaux,
plastiques, verre, inertes,…) et à affiner le compost.
Un des principes de traitement consiste à faire passer les déchets (ordures ménagères résiduelles) dans des
tubes de pré-fermentation où des couteaux éventrent les sacs poubelle. Le brossage des ordures ménagères en
continu active la fermentation. En 4 jours, la matière organique est réduite en fraction très fine, ce qui facilite
la séparation des indésirables.
L’affinage se déroule en 3 phases :
1. Un premier criblage, réalisé par crible rotatif, sépare les indésirables supérieurs à 30 mm de diamètre
(sachets, barquettes, pots de yaourt,…). Les éléments métalliques (boîtes de conserves) contenus
dans les refus sont récupérés grâce à un overband (tapis roulant à aimant magnétique) pour être
ensuite recyclés.
2. Une seconde étape de l’affinage, le tri balistique. Une fois criblé, le compost brut tombe sur un
double tapis sélectionneur. En rebondissant sur le balistiqueur, les refus lourds (verre, cailloux) sont
éjectés du compost.
3. Dans la troisième étape, le compost subit un dernier affinage sur un crible à toile avec une maille de
10 mm. Cela permet d’évacuer les refus fins, notamment les fragments de films plastiques.
La maturation a pour but de poursuivre la dégradation de la matière organique en phase aérobie. La
dégradation se fait à vitesse plus faible que lors de la fermentation. Cette étape conduit à la formation de
l’humus.

Séparation mécano-biologique
et compostage

Ordures ménagères
résiduelles

Déchets
recyclables Refus
Séparation mécanique
secs

UVE
Fraction
organique
ISDND

Elaboration
du compost

Valorisation
organique

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 107 sur 137
4.3.4. Traitement mécano-biologique, méthanisation et compostage
La méthanisation est un traitement biologique anaérobie des déchets fermentescibles.
Le traitement biologique dans un digesteur conduit à la production :
• D’un digestat qui peut être utilisé comme amendement organique après maturation par compostage
• Du biogaz qui peut être valorisé sous forme de chaleur ou d’électricité.
La méthanisation des déchets municipaux est encore assez peu développée en France mais des projets ont
déjà été mis en œuvre.

Séparation mécano-biologique,
méthanisation et compostage
Structurant
Déchets verts
O.M résiduelles

Déchets
recyclables Séparation mécano-biologique
secs

Bio- Valorisation
Biogaz énergétique
réacteur

digestat
Refus UVE

Elaboration ISDND
Valorisation
organique du compost

4.3.5. Valorisation thermique


Les traitements thermiques sont des traitements réalisés par l’action de la chaleur. Ils réduisent, dans des
conditions contrôlées, le potentiel polluant, la quantité ou le volume des déchets. Les deux principaux
procédés sont la valorisation énergétique et la thermolyse.
4.3.5.1. Valorisation énergétique
L’incinération est un traitement basé sur la combustion avec excès d’air. Elle vise la minéralisation totale des
déchets par combustion de la phase organique. La combustion est réalisée dans des fours et permet une
réduction de 70 % environ de la masse des déchets entrants et de 90 % du volume.
Elle génère de l’énergie dont la valorisation doit être optimisée. Le contenu énergétique des ordures
ménagères est d’environ 2 000 Kwh/t (source : Ademe).

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 108 sur 137
Schéma fonctionnel d'une unité de valorisation énergétique (source : Rudologia)

Les déchets concernés sont :


• Les ordures ménagères (après tri sélectif et compostage)
• Les déchets industriels banals
• Les boues de station d’épuration
• Les déchets d’activités de soins à risques infectieux.
L’incinération génère des sous-produits :
• Les mâchefers récupérés en sortie de fours
• Les résidus d’épuration des fumées (réfioms)
• Les fumées épurées.

Réglementation
Au 28 décembre 2005, l’ensemble des UIOM (unité d'incinération des ordures ménagères) devenue ensuite
UVE (unité de valorisation énergétique) ont dû respecter la nouvelle réglementation (Directive européenne
du 4 décembre 2000 ; Arrêté du 20 septembre 2002). L'objectif était de prévenir ou de limiter les effets
négatifs de l’incinération et de la co-incinération de déchets sur l’environnement et en particulier la pollution
due aux émissions dans l’air, le sol, les eaux de surface et les eaux souterraines ainsi que les risques qui en
résultaient pour la santé des personnes.

VALORISATION ENERGETIQUE

22 % (1) 3 à 5 % (1) 3 % (1)

Energie
Mâchefers Métaux Réfioms
En KW/heure

Valorisation
Énergie électrique Valorisation Recyclage Stockage
Réseau de chaleur (technique routière) Valorisation matière (ISDD)
Co-génération

(1) pourcentage du tonnage entrant

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 109 sur 137
Les fours utilisés
Il existe plusieurs types de four :
• Les fours rotatifs, fondés sur le principe d’un four cylindrique légèrement incliné et en rotation sur
son axe permettant l’avancée des déchets. Ils sont adaptés à un grand nombre de déchets, solides ou
liquides, à forts PCI notamment.
• Les fours statiques, simples chambres de combustion, ils sont principalement destinés aux déchets
liquides.
• Les fours à grille sont très utilisés pour l’incinération des ordures ménagères et autres déchets solides
cendreux.
• Les fours à lit fluidisé, fondés sur le principe d’un lit de sable (ou autre matériau inerte) mis en
suspension par un flux ascendant d’air, ils sont particulièrement adaptés aux déchets pulvérulents ou
pâteux tels que les boues de stations d’épuration.
Les technologies habituelles sont celles du four à grille et du four tournant. En principe, le cycle de
combustion comprend 3 phases :
1. Le séchage
2. La combustion
3. L'extinction/évacuation.
Les conditions de température et de temps de séjour des gaz sont déterminantes pour l’optimisation de la
combustion.
La température de combustion est comprise entre 750° et 1 000°, les déchets sont brûlés pendant une durée
de 2 à 3 heures.

Les émissions dues à l’ incinération


La combustion dégage cinq types d’émissions :
1. De l’eau
2. Des gaz (CO ; CO2 ; Nox ; SO2 ; HCI)
3. De la poussière minérale (cendres)
4. Des métaux lourds (plomb ; cuivre ; mercure ; cadmium ; nickel ; arsenic)
5. Du carbone, des dioxines, des furanes.
Il est donc indispensable de traiter les gaz pour éviter tout risque de transfert de pollution vers l’atmosphère.
Une installation de traitement comprend plusieurs modules :
• Le dépoussiérage
• La neutralisation des gaz
• Le traitement des dioxines et furanes
• Le traitement des oxydes d’azote.
Les résidus des fumées d’incinération des ordures ménagères (réfioms) issus du traitement comprennent
essentiellement :
• Les cendres volantes
• Les résidus de neutralisation des fumées
• Les gâteaux de filtration des eaux de lavage des fumées
• Les cendres sous chaudière.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 110 sur 137
Il convient de stabiliser ou solidifier les réfioms afin de réduire leur caractère polluant et leur capacité à
relarguer ces polluants dans le milieu. Trois techniques de stabilisation sont disponibles :
• La stabilisation (solidification par liants hydrauliques)
• La vitrification des cendres volantes (fusion des cendres à haute température, torche à plasma)
• L’enrobage par liants organiques (bitume ou matrice plastique).
Les réfioms stabilisés sont ensuite stockés en ISDD.

Les mâchefers
Les mâchefers produits par l’incinération peuvent être valorisés en technique routière comme substitut de
granulats naturels. Plusieurs étapes préalables sont nécessaires :
• Extraction des métaux ferreux et non ferreux
• Préparation mécanique éventuelle
• Maturation (stockage limité à 12 mois).
Les mâchefers non valorisés doivent être éliminés en ISDND.

La récupération et la valorisation de la chaleur


La chaleur dégagée par la combustion des ordures ménagères est récupérée sous forme de vapeur, par
passage des fumées au travers des tubulures des chaudières. La vapeur produite peut être valorisée par
3 voies :
6. L'alimentation d’un réseau de chauffage urbain ou la distribution à des entreprises (rendement
maximum : 90 %)
7. La co-génération : production de chaleur et d’électricité (rendement maximum : 80 %)
8. La transformation en électricité à l’aide d’un turbo-alternateur (rendement maximum : 35 %).
• Ce traitement est adapté à toutes sortes de déchets. Il permet une réduction importante du volume des
déchets et une valorisation énergétique.
• Le traitement des gaz est indispensable afin de limiter les risques de pollution de l’air

La co-incinération en cimenterie
On parle de co-incinération lorsque les déchets sont incinérés avec d’autres matériaux (sidérurgie-
cimenterie).
1.1.1.1. Thermolyse ou pyrolyse
La thermolyse ou pyrolyse est un traitement thermique sans apport d’air ou avec apport d’air limité.
Les déchets ne sont pas brûlés mais sont mis en four hermétique, fixes ou tournants, chauffé à moyenne
température (450° à 750°). La chaleur et l’absence d’air entraînent une décomposition des matières
organiques en 2 parties : un composant solide (cendres, matières minérales, carbone) et un gaz chaud.
Cette technologie génère des sous-produits :
• Un résidu solide, ou coke de pyrolyse. Ce coke est composé de métaux, d’inertes et de matières
carbonées qu’il est possible de séparer. La partie carbonée est utilisable comme combustible dans
certaines conditions, sur le site ou en cimenterie par exemple.
• Des poussières ou des résidus d’épuration des gaz.
1.1.1.2. UVE de Lasse
Sur l’année 2009, l’UVE a traité 105 079,08 tonnes de déchets. Les tonnages issus du territoire de la zone

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 111 sur 137
Est représentent 45,3 % de la totalité des déchets reçus à l’UVE.
En 2009, 18,7 % des déchets traités sont valorisés sous forme de mâchefers (utilisés en technique routière) et
3,4 % sous forme de ferreux et non ferreux. Il reste 4,4 % récupérés sous forme de Résidus d’épuration des
Fumées d’Incinération d’Ordures Ménagères (traitement des fumées). Ce REFIOM est ensuite envoyé dans
une installation de stockage de déchets dangereux pour inertage et stockage.
Caractéristiques en2008
Caractéristique s en 2008
Sous-produits non
Sous-produits valorisés
valorisés Production
énergétique
Mâchefers  Ferreux  Non ferreux REFIOM

19 624,16 tonnes 3 374,82 tonnes 185,12 tonnes 4 653,44 tonnes 56 282 MWh

En 2009, tous les mâchefers sont classés V (c’est-à-dire valorisables) au titre de la Circulaire
DPPR/SEI/BPSIED n°94-IV-1 du 9 mai 1994.
En 2008, l'UVE a produit 56 282 MWh, soit l’équivalent de la consommation électrique d’une ville comme
Saumur. 16 % de cette électricité est utilisée pour le fonctionnement de l’UVE, le reste est vendu à EDF.
Des arrêts techniques annuels sont programmés pour divers travaux de maintenance.
Contrôle de l'impact environnemental de l'activité de l'UVE
• Les contrôles réglementaires
La réglementation impose à l'exploitant un contrôle effectué par une société indépendante agréée afin de
vérifier que l'usine respecte les valeurs d’émission de gaz telles que définies dans l'arrêté d'exploitation.
• Les contrôles complémentaires - le plan de suivi
Au delà des procédures de contrôles réglementaires permanentes au sein de l'UVE, un plan de suivi a été mis
en place par la collectivité afin d'analyser et quantifier les rejets du site dans l'atmosphère. Le plan de suivi
également suivi par la collectivité s'articule autour de 4 niveaux de contrôle :
1. In situ, prélèvement en cheminée des fumées qui passent à travers une cartouche de résine afin
d’analyser la quantité de Dioxines émises sur une période d’un mois.
2. - Dans un rayon de 3 km, des cônes (placés selon la rose des vents) permettent de récupérer les
retombées atmosphériques. Ces cônes sont relevés et remplacés tous les deux mois pour analyse
(Dioxines et métaux lourds)
3. - Dans un rayon de 10 km, bio-indication dans les lichens, une fois par an des lichens sont prélevés
pour dosage des dioxines et métaux lourds qu’ils contiennent. Une cartographie de la qualité de l’air
selon la méthode IGQA (détection de la pollution de l'air par l'étude des lichens) a également été
réalisée avant la mise en service de l’UVE.
4. - Analyse de lait, une fois par an dans quatre exploitations à proximité de l’UVE.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 112 sur 137
1.1. ELIMINATION DES DECHETS ULTIMES

1.1.1. Stockage
Le stockage n’est pas un traitement, mais un lieu où sont stockés des déchets " ultimes " (cf. partie 2
" prospectives " – 3.1.2 page 4). La quantité de déchets stockés en ISDND représente environ 50 % des
déchets traités en France.
La loi n°92-646 du 13 juillet 1992, complétée par la circulaire d’avril 1998 précise que " seuls les déchets
ultimes seront acceptés dans les installations d’élimination des déchets par stockage ".
Suivant la nature de leur toxicité, les déchets ultimes sont stockés dans des centres d’enfouissement
différents.
• Déchets ménagers : ISDND
• Déchets industriels spéciaux : ISDD
• Déchets inertes : ISDI.
L’arrêté du 9 septembre 1997 relatif aux nouvelles installations de stockage de déchets ménagers et assimilés
et à leur mise en conformité, définit les prescriptions minimales à respecter dont :
• Le confinement
• L’isolement du site
• La collecte et le traitement des effluents
• La prévention des risques et les responsabilités
• La surveillance des sites.

Le confinement
Le confinement est assuré par une double sécurité :
• Sécurité passive
Le sous-sol de la zone à exploiter doit constituer une barrière de sécurité passive, c’est-à-dire qu’il doit
permettre d’assurer à long terme la prévention de la pollution des sols, des eaux souterraines, et de surface
par les déchets et leurs lixiviats, mais ne doit pas être sollicité pendant la période d’exploitation du site.
La barrière de sécurité passive est normalement constituée du substratum du site qui doit présenter (de haut
en bas) une perméabilité inférieure à 1,10-9 m/s sur au moins 1 mètre et inférieure à 1,10 -6 m/s sur au moins
5 mètres.
Elle doit se situer dans une zone non saturée en eau du sous-sol et envelopper autant que possible le volume
à exploiter.
Lorsque le sous-sol de la zone à exploiter ne constitue pas naturellement une barrière de sécurité passive, il
est envisageable sous certaines conditions d’y remédier par l’apport de matériau permettant d’atteindre les
niveaux de perméabilité précités.
Elle est l’ensemble des moyens qui en cas de défaillance de la sécurité active, minimise les effets des
pollutions potentielles.
Un site à créer doit être implanté :
◦ Dans un contexte géologique et hydrogéologique favorable afin de garantir l’imperméabilité du
sol
◦ A une distance minimum des zones habitées ou sensibles (zone de captage des eaux par
exemple).

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 113 sur 137
• Sécurité active
Elle est l’ensemble des moyens de prévention afin d’éviter les risques de pollution ou les nuisances en :
◦ Captant l’eau de nappe éventuelle
◦ Tapissant le fond du site par une géomembrane étanche protégée des engins et du massif de
déchets
◦ Couvrant le massif de déchets par une couverture minérale semi-perméable afin de limiter les
infiltrations d’eau pluviales et donc de limiter la production de lixiviats
◦ En captant, si nécessaire le biogaz grâce à un réseau adapté.

Traitement des effluents


• Les lixiviats
La percolation des eaux de pluie à travers le massif de déchets génère des lixiviats qui peuvent être stockés
dans des lagunes étanches avant traitement et rejet en milieu naturel.
Différents procédés sont utilisés :
◦ Le traitement biologique
◦ Le traitement chimique
◦ Le traitement physique
◦ Le traitement physico-chimique.
• Le biogaz
Le biogaz est capté par un réseau de drains et transporté par des canalisations jusqu’à une torchère ou
valorisé par la production de chaleur, d’électricité ou de carburant.
• Le bio-réacteur
Les centres de stockage confiné sont actuellement un élément indispensable et contrôlé de la filière
d’élimination des déchets ménagers. Impliquant des phénomènes naturels de biodégradation, ils peuvent
devenir de véritables bio-réacteurs qu’il s’agit de gérer de façon optimale.
Le principe de valorisation énergétique des déchets résiduels par bio-réacteur est un compromis entre les
ISDND classiques et la méthanisation. Le bio-réacteur est constitué de cellules étanches, dans lesquelles la
dégradation des déchets est accélérée par intensification de l’activité bactérienne.
L’exploitation en mode bio-réacteur d’une ISDND consiste à optimiser la production de biogaz en accélérant
la cinétique de la méthanisation des déchets. Elle nécessite de maîtriser le taux d’humidité au sein des
déchets stockés dans une enceinte confinée en pilotant précisément la ré-injection des lixiviats, effluents
liquides produits par l’installation. Simultanément, il s’agit de récupérer et de valoriser le biogaz au fur et à
mesure de la production. Exploiter un site en bio-réacteur présente de très nombreux avantages sur le plan de
l’efficacité environnementale et énergétique de l’installation : l’énergie produite est renouvelable car issue de
la méthanisation de la biomasse. La production de biogaz est accélérée : la même quantité de biogaz qu’une
ISDND classique est produite sur une échelle de temps réduite, de l’ordre de la moitié. Cette optimisation
facilite le captage, le traitement et surtout la valorisation du biogaz : la mise en place de moteurs de
valorisation électrique, pouvant fonctionner en co-génération (valorisation de l’énergie thermique).
◦ Objectif
Accélérer la biodégradation des déchets en leur apportant les conditions optimales - augmentation de la
production de biogaz et stabilisation des déchets.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 114 sur 137
◦ Principe
Recirculation des lixiviats dotée d’éléments fonctionnels spécifiques : centrale de ré-injection, réseau de
corps drainants, instrumentation et suivi particulier, bassin de stockage. Protection renforcée et sur-
dimensionnement des éléments de gestion des lixiviats et du biogaz (drainage, collecteurs, bassins,
traitement, couvertures).
◦ Rendement
90 % de taux de captage global du méthane sur la durée de vie du site.

1.2. LES 4 SCENARII RETENUS POUR ETUDE

1.2.1. Les scenarii proposés en 2010


Les projets de scenarii à étudier ont été élaborés par des groupes de travail à partir de la connaissance des
problématiques du département (cf. 4.2) et d'une concertation entre différents acteurs de représentation
diverse. Les scenarii retenus pour étude :
• Un premier scenario (S1) proposé respecte l'organisation mise en place par les collectivités c'est-à-
dire la création en 1996 de 4 zones géographiques dans le département :

◦ 1 zone Centre comprenant Angers et des communes environnantes (devenu depuis la CA Angers
Loire Métropole). Cette zone est organisée pour le traitement autour d'une unité de valorisation
énergétique, unité fermée et remplacée par Biopole.
◦ 1 zone Est organisée autour du Sivert dont le traitement est assuré par une unité de valorisation
énergétique.
◦ 1 zone Nord-Ouest dont le traitement est assuré par des ISDND, organisée autour du geste
citoyen pour la qualité de la prévention et du tri afin de réduire les tonnages des déchets enfouis
et notamment la partie fermentescible des OMR.
◦ 1 zone Sud-Ouest composée de 3 secteurs :
▪ Le secteur des Mauges avec son TMB complété par une ISDND
▪ Les secteurs du Choletais et du vignoble 44 dont les refus sont envoyés vers des ISDND ou
UVE suivant les règles de concurrence économique.
• Une variante au premier scenario (S1v) :

◦ Pour la zone Nord-Ouest et une partie de la zone Sud-Ouest : passage des OMR sur Biopole afin
d'améliorer la valorisation organique et matière. Réduction du tonnage des déchets ultimes.
• Un deuxième scenario (S2) proposé modifie l'organisation territoriale en regroupant les zones
Centre, Nord-Ouest et Sud-Ouest et en créant une seconde unité de valorisation énergétique pour ce
territoire. La zone Nord-Ouest conserverait l'ISDND du Louroux Béconnais.
• Une variante au deuxième scenario (S2v) dans laquelle toutes les OMR de la zone Nord-Ouest sont
acheminées vers l'UVE. L'ISDND du Louroux Béconnais est abandonnée.
• Un troisième scenario (S3) proposé modifie également l'organisation territoriale en regroupant les
zones Centre, Nord-Ouest et Sud-Ouest mais en créant une ISDND pour ce territoire.

• Une variante au troisième scenario (S3v) :


◦ Pour la zone Nord-Ouest et une partie de la zone Sud-Ouest : passage des OMR sur Biopole afin
d'améliorer la valorisation organique et matière. Réduction du tonnage des déchets ultimes.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 115 sur 137
1.2.2. Les 3 scenarii et la variante retenus pour l'analyse comparative
3 scenarii et 1 variante ont été retenus pour l'analyse comparative :
• Le scenario S1 parce qu'il respecte l'organisation actuelle mise en place par les collectivités
• La variante au scenario S1 parce qu'elle en améliore la valorisation organique
• Les scenarii S2 et S3 pour leur organisation différente des territoires (2 zones au lieu de 4)

◦ Le scenario S2 propose en augmentation de capacité avec la création d'une seconde UVE dans le
département
◦ Le scenario S3 propose en augmentation de capacité avec la création d'une ISDND
complémentaire.
Les variantes aux scenarii S2 et S3 ont été abandonnées. Il a été considéré qu'elles n'apportaient pas de
différence particulière par rapport aux scenarii retenus.

1.3. ANALYSE COMPARATIVE DES SCENARII

1.3.1. Rappel du socle commun et des complémentarités des scenarii


Le département de Maine-et-Loire a choisi de construire chaque scenario en réalisant 2 parties
complémentaires distinctes :
• Un socle commun constitué par l'étude des " prospectives ". C'est la première partie du scenario.
• Une seconde partie caractéristique de chaque scenario , objet de l'étude des 4 scenarii représentant la
partie complémentaire de la filière des déchets : le transport, le prétraitement par tri mécano-
biologique (TMB) et méthanisation, la valorisation énergétique et l'enfouissement (OMR, refus de
collecte sélective, tout-venant de déchèteries et refus de TMB et méthanisation) .

1.3.2. Analyse de l'organisation du territoire


Qu'est-ce qu'une filière ? Pourquoi gérée ou non globalement ? La gestion des déchets ménagers et assimilés
représente une filière, de la production du déchet jusqu'à sa valorisation ou à son élimination. La filière
déchets comprend des sous filières comme par exemple les ordures ménagères, les collectes sélectives
(emballages, verre, papier), les ferrailles, les textiles, le bois, etc...
Dans le cas qui est présenté, il s'agit de la sous filière des ordures ménagères résiduelles, c'est-à-dire la
capacité des collectivités à gérer les OMR de la collecte jusqu'à l'élimination, en passant par le TMB et la
méthanisation. Trois cas sont pris en considération :
Filière gérée globalement par la collectivité qui a la responsabilité du suivi des déchets
même si elle confie une partie de la filière à un délégataire privé.
Filière non gérée globalement par la collectivité qui n'a plus la responsabilité du suivi
des déchets si elle confie une partie à un prestataire privé dans le cadre d'un marché
public.
Filière gérée avec les 2 cas : la collectivité a la responsabilité du suivi des déchets en
confiant une partie à un délégataire et l'autre partie à un prestataire.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 116 sur 137
Scenario 1

Filière gérée globalement par la collectivité


Il s'agit du scenario mis en place
Filière non gérée globalement par la collectivité
recourant à des prestations externes progressivement par les collectivités,
Stockage
Stockage complété par des extensions de sites de
traitement existants (privés ou publics)
Stockage
pour une capacité de l'ordre de 80 000 t
Biopole + valorisation à 100 000 t. Ce scenario est fondé sur le
énergétique et stockage
principe des 4 secteurs historiques du
Valorisation département (1996). Les 4 zones sont
TMB+stockage énergétique conservées. On peut considérer ce
Stockage
scenario comme durable ou bien comme
Valorisation
solution d'attente pour mettre en oeuvre
énergétique un autre scenario à moyen terme.

Scenario 1 variante

Passage sur Biopole des OMR Filière gérée globalement par la


collectivité globalement
C'est l'organisation du scenario 1
Filière non gérée globalement
par la collectivité
complété par le passage des OMR de la
Stockage
Stockage
recourant à des prestations externes
zone Nord-Ouest et d'une partie de la
zone Sud-Ouest (Choletais) sur l'unité
de méthanisation Biopole. Ainsi la
Stockage
Biopole + valorisation partie des biodéchets contenue dans les
énergétique et stockage OMR est extraite pour en faire du
Valorisation
compost, les OMR enfouies sont
TMB+stockage énergétique stabilisées. Les refus de process Biopole
sont en partie valorisés énergétiquement
Stockage et en partie enfouis. Amélioration de la
Valorisation valorisation organique et matière,
énergétique
réduction à l'enfouissement.

Scenarii 2 et 3
Dans les scenarii 2 et 3, il a été décidé de regrouper des territoires (2 zones au lieu de 4 : l'Est inchangé et
l'Ouest comprenant les zones Centre, Nord-Ouest et Sud-Ouest) afin d'obtenir une taille suffisante permettant
de répondre aux besoins de création de capacités de traitement par une seule installation à mettre en œuvre et
répondre ainsi aux besoins en terme de dimensionnement et de coûts d'exploitation. Il s'agit d'une " filière
globale " gérée par la collectivité.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 117 sur 137
Scenario 2

Filière gérée par Une unité de valorisation énergétique de


la collectivité globalement
80 000 t à 100 000 t serait créée pour ce
Valorisation nouveau territoire portant à 2 le nombre
énergétique d'unités de valorisation énergétique sur
le département.
Biopole + valorisation
énergétique Valorisation
UVE à créer énergétique

TMB + valorisation
énergétique

Scenario 3

Passage sur Biopole des OMR


Filière gérée par
la collectivité globalement
Une organisation territoriale identique
Stockage au scénario S2 et comme pour le
scenario S1v, les ordures ménagères
Biopole + Stockage
résiduelles du Nord-Ouest et d'une
partie du Sud-Ouest (Cholet) passent
Stockage à créer par Biopole.
Valorisation
énergétique Une installation de stockage des déchets
TMB + Stockage non dangereux de 80 000 t à 100 000 t
serait créée pour ce nouveau territoire
Ouest. Cette solution est axée sur
l'enfouissement des déchets.

Filières Récapitulatif :
Filière globale gérée par Regroupement de Initiative public/
Désignation
collectivés zones privé Les scenarii sont organisés en 2 blocs :

Filière globale sur - Les S1 et le S1v organisés en 4 zones


S1 uniquement les zones non Les 2
EST et SO Mauges territoriales (Centre, Est, NO et SO),
filières partagées entre collectivités et
S1v
Filière globale sur
uniquement les zones non Les 2
privé.
EST et SO Mauges

- Les S2 et S3 organisés en 2 zones


S2
La totalité du département
met en oeuvre une fillère oui public territoriales (Est et Ouest), filières
globale gérées globalement par les collectivités.
La totalité du département
S3 met en oeuvre une fillère oui public
globale

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 118 sur 137
1.3.3. Analyse technique

Valorisation organique (2024)


La valorisation organique provient d'une part des
100000 déchets verts collectés en déchèteries présentés sous
forme d'un socle commun aux 4 scenarii et des
80000
biodéchets valorisés à partir de la fraction
60000
fermentescible provenant des OMR après passage en
Scenario TMB et méthanisation. Le socle commun représente
40000 Socle Commun 62 000 t. Les scenarii S1 et S2 sont équivalents avec
19 500 t annuelles, les scenarii S1v et S3 identiques
20000 avec 26 000 t par an. La variation maximale entre S1,
S2, S1v et S3 est de 6 500 t sur un total variant de 81
0
500 t à 88 000 t soit environ 8 %.
S1 S1V S2 S3

Valorisation matière (2024)

La valorisation matière provient d'une part de la collecte


sélective et d'autre part des déchets collectés en
135000 déchèteries sous forme d'un socle commun aux
130000 4 scenarii et des éléments recyclables provenant des
125000 OMR après passage en TMB, méthanisation et UVE. Le
120000 socle commun représente 114 000 t en 2022. Les
Scenario
115000 scenarii S1v et S3 sont équivalents avec 13 800 t
Socle Commun
110000
annuelles, le scenario S1 génère 15 700 t et le scenario
105000
S2 génère 19 000 t par an. La variation maximale entre
les 4 scenarii est de 5 200 t sur un total variant de
100000
S1 S1V S2 S3
127 800 t à 133 000 t soit environ 4 %.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 119 sur 137
Valorisation énergétique – UVE (2024)

Tonnes entrantes UVE La valorisation énergétique produite par UVE provient


140000
des OMR, des refus de tri de la collecte sélective, de
120000 tout-venant de déchèteries, de DIB et de boues de STEP
100000
entrant dans l'unité. L'UVE produit de l'énergie
Scenario 1 transformée en électricité. Une partie de cette énergie
Scenario 1v
80000
Scenario 2
est utilisée pour le fonctionnement de l'unité (10 %),
60000 Scenario 3 l'autre partie est vendue à EDF pour alimenter le réseau
40000
électrique. Les histogrammes représentent, par scenario,
les tonnes entrant dans l'unité et la quantité d'énergie
20000
produite en MW.
0
Tonnes entrantes :
Valorisation énergétique en MW - Scenario S1 : 88 000 t
70000
- Scenario S1v : 94 000 t
60000 - Scenario S2 : 116 000 t
- Scenario S3 : 53 000 t
50000
Scenario 1
Scenario 1v
40000
Scenario 2
Energie produite en MW :
30000 Scenario 3 - Scenario S1 : 49 800 MW
- Scenario S1v : 54 000 MW
20000
- Scenario S2 : 119 000 MW
10000 - Scenario S3 : 30 000 MW
0

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 120 sur 137
Valorisation énergétique – Biogaz (2024)

Energie produite en électricité en MW La valorisation énergétique produite par méthanisation


16000 (Biopole) provient essentiellement des OMR. L'unité de
14000 méthanisation produit du biogaz qui est transformé en
12000
électricité ou en chaleur. Une partie de cette énergie est
Scenario 1 utilisée pour le fonctionnement de l'unité, l'autre partie
10000
Scenario 1v est vendue soit à EDF pour alimenter le réseau électrique
Scenario 2
8000
Scenario 3
ou à des entreprises pour la chaleur. Les histogrammes
6000 représentent, par scenario, l'énergie produite par l'unité en
4000 MW, l'une pour le réseau d'électricité, l'autre pour un
2000
réseau de chaleur. Environ 50 000 t entrantes pour les
scenarii S1 et S2, environ 71 500 t entrantes pour les
0
scenarii S1v et S3.
Energie produite en réseau de chaleur
16000
Energie électrique annuelle produite en MW (50
%vendue à EDF et 50 % à des entreprises sous forme de
14000
chaleur via un réseau)
12000
Scenario 1
10000
Scenario 1v
- Scenario S1 : 20 200 MW (2 fois 10 100 MW)
8000 Scenario 2 - Scenario S1v : 30 000 MW (2 fois 15 000 MW)
6000
Scenario 3 - Scenario S2 : 20 200 MW (2 fois 10 100 MW)
- Scenario S3 : 30 000 MW (2 fois 15 000 MW)
4000

2000

1.3.4. Analyse économique


Le département de Maine-et-Loire est déjà bien organisé pour les collectes des OMR, les collectes sélectives
et ses filières de valorisation, le réseau des déchèteries et ses filières de valorisation à l'exception des tout-
venants. L'ensemble de ces services fait partie du " socle commun " déjà décrit dans le document. L'étude
économique des 4 scenarii concerne principalement le transport, le prétraitement et le traitement des OMR,
des refus de collecte sélective, des tout-venant de déchèteries et les refus de prétraitement (tri mécano-
biologique et méthanisation).
Le plan préconisant la réduction globale des déchets ménagers et assimilés, il faut s'attendre dans l'avenir à
une augmentation des coûts unitaires liée notamment à la partie investissements (amortissements) qui est
incompressible.
Les coûts présentés résultent de calculs établis à partir de prix unitaires moyens nationaux utilisés par
l'Ademe et certaines collectivités afin de rendre comparables les 4 scenarii. Il n'a pas été pris en compte par
exemple les problématiques de concurrence liée à l'économie de marché, les conditions de remplissage de
process et les variations possibles de TGAP. Enfin les prix unitaires comprennent les amortissements
(investissements étalés sur 20 à 25 ans) et l'exploitation (fonctionnement).

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 121 sur 137
Coûts principaux retenus pour la comparaison des scenarii

19200000
Les prix unitaires suivants ont été pris en compte
19000000 pour le calcul des coûts des scenarii :
18800000
- entre 10 et 20 €/t transportée suivant la distance
Scenario 1
18600000
Scenario 1v
- 75 €/t pour le TMB
18400000
Scenario 2 - entre 110 et 115 €/t pour le TMB et l'enfouissement
Scenario 3
- 105 €/t pour la méthanisation et le traitement des
18200000 refus
18000000
- 76 €/t pour l'enfouissement (ISDND)
- 100 €/t pour la valorisation énergétique.
17800000
Le 1er tableau présente le coût total départemental,
le coût à la tonne et à l'habitant, par scenario.
Le 2nd tableau présente les investissements par
zone du plan et par scenario.
Scenarii Coût total Coût/Tonne Coût/hab
Les 4 scenarii ne présentent pas de différence de
Scenario 1 18 332 831 101 23 coût significative compte tenu du nivellement de
l'amortissement sur 25 ans. Le scenario S1 est le
Scenario 1v 19 089 299 106 24
mieux placé suivi par le scenario S3 et enfin les
Scenario 2 19 124 087 106 24 scenarii S1v et S2. Les scenarii S1v et S3 sont un
peu plus couteux que le scenario S1 suite au
Scenario 3 18 547 790 103 23 passage plus important d'OMR sur Biopole
(transport et prétraitement), le scenario S2 présente
un coût supérieur au scenario S1 car le coût de
valorisation énergétique et le transport sont plus
importants.

INVESTISSEMENTS

Désign

NORD OUEST SUD OUEST CENTRE EST

TMB des Biopole


Aucun Aucun
Mauges Méthanisation
Investissement Investissement
S1 12 M€ 60 M€

INVESTISSEMENT ISDND 100 000 T 25 M€

TMB des Biopole


Aucun Aucun
Mauges Méthanisation
Investissement Investissement
S1V 12 M€ 60 M€

INVESTISSEMENT ISDND 80 000 T 20 M€

INVESTISSEMENT UVE 100 000 T : 60 M€


Aucun
S2 TMB des Mauges : 12 M€
Investissement
Biopole méthanisation : 60 M€

INVESTISSEMENT ISDND 80 000 T : 20 M€


Aucun
S3 TMB des Mauges : 12 M€
Investissement
Biopole méthanisation : 60 M€

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 122 sur 137
COUTS D'INVESTISSEMENTS ET D'EXPLOITATION
DES ORDURES MENAGERES RESIDUELLES PAR ZONE A LA TONNE
Désignation
SUD OUEST SUD OUEST
NORD OUEST CENTRE EST
MAUGES CHOLET

S1 86,00 € 116,00 € 120,00 € 105,00 € 74,00 €

S1V 126,00 € 116,00 € 126,00 € 105,00 € 74,00 €

S2 121,00 € 121,00 € 121,00 € 105,00 € 74,00 €

S3 126,00 € 116,00 € 126,00 € 105,00 € 74,00 €

Les coûts par zone présentent une analyse plus contrastée. Les coûts à la tonne restent stables pour les zones
Centre et Est puisqu'il n'y a pas de changement majeur entre les 4 scenarii. En revanche les coûts varient
légèrement pour la zone Sud-Ouest en ce qui concerne le scenario S2 et varient sensiblement pour la zone
Nord-Ouest à cause soit du passage sur Biopole (S1v et S3), soit du passage en valorisation énergétique (S2).

1.3.5. Analyse environnementale


Le socle commun a été écarté de l’étude comparative car il est identique pour chaque scenario : collectes des
déchets résiduels, collectes sélectives des emballages et centre de tri, déchèteries (hors tout-venant).
Les différences étudiées concernent le transfert et le traitement des déchets, les outils de traitement ainsi que
les tonnages admis et traités sur les installations.

Tableau général : guide d'évaluation des impacts

Classe
PORTEE Impact Indicateur Unités
d'impact
Consommation en
Matières premières énergétiques TEP
énergie
Consommation
Matières premières NON Consommation en
GLOBALE Tonnes
énergétiques Matières premières
Effet de serre Augmentation Température Potentiel effet de
t eq CO2
Réchauffement moyenne de l'atmosphère serre (GES)
Potentiel de
Dépôt d'acide sur le sol et dans
REGIONALE Acidification l'eau
contribution à t eq SO2
l'acidification
Risques sur l'homme liés Evaluation qualitative:
Note risque
Toxicité aux émissions et dépôts Ingestion sol
de 0 à 1
de polluants inhalation
Risques sur le milieu naturel liés Evaluation qualitative:
aux émissions et Note risque
Ecotoxicité pour l'eau
de 0 à 1
LOCALE dépôts de polluants pour le sol
Evaluation qualitative:
Bruits et odeurs Note risque
Gênes odeurs, bruit, de 0 à 1
Occupation de l'espace
présence et visuel
Risques Risques sur l'homme et le milieu Evaluation qualitative: Note risque
d'accidents environnemental probabilité et gravité de 0 à 1

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 123 sur 137
1.3.5.1. Evaluation des impacts globaux, régionaux et locaux
Impacts globaux : consommation en matières premières énergétiques (MPE)
L’impact des scenarii sur la consommation en matières premières énergétiques, exprimé en Tonnes
Equivalent Pétrole (TEP), intègre :
• L’impact dû au fonctionnement des installations (consommations en énergie)
• Les économies liées à la valorisation de l’énergie produite
• L’impact lié aux consommations de carburant des transports et des sous-produits et résidus issus des
installations de traitement.
Graphique des scénarios pour l'impact MP énergétique

2000

0
Collecte Déchetterie Méthanisation TMB Incinération Stockage Total
traditionnelle
-2000

-4000

-6000
TEP

-8000

-10000
Scénario 1
Scénario 2
-12000 Scénario 3
Scénario 1V1

-14000

-16000

Les installations de traitement avec valorisation énergétique favorisent l’évitement de consommations en


matière première énergétique.
pour tous les scenarii, évitement important de consommation en matière première énergétique équivalent
entre 10 et 15 000 foyers.

Impacts globaux : consommation en matières premières non énergétiques (MPNE)


Les scenarii ont un impact sur les consommations en matières premières non énergétiques au niveau des
éléments suivants :
• Consommations en eau
• Consommations en réactifs (traitement des fumées, eaux de chaudières, stabilisation de certains
résidus enfouis, …)
• Valorisation des matériaux récupérés (métaux, amendement organique, …).
Graphique des scénarios pour l'impact MP non énergétique
100000

0
Collecte Déchetterie Méthanisation TMB Incinération Stockage Total
traditionnelle
-100000

-200000
tonnes

-300000

-400000

-500000 Scénario 1
Scénario 2
Scénario 3
-600000
Scénario 1V1

-700000

-800000

-900000

Pour tous les scenarii, la récupération des matériaux valorisables (métaux notamment) et la production de
sous produits valorisables permettent un évitement important de consommation en matière première non
énergétique.
Impacts globaux : effet de serre (GES en teq CO2)

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 124 sur 137
La lutte contre l’effet de serre s’analyse principalement sur la base des émissions en CO 2 et CH4 par le
fonctionnement des installations étudiées. Le CH4 est 24 fois plus impactant que le CO2.

Graphique des scénarios pour l'impact GES


90000

80000

70000

60000 Scénario 1
Scénario 2
Scénario 3
50000 Scénario 1V1
t eq CO2

40000

30000

20000

10000

0
Collecte Déchetterie Méthanisation TMB Incinération Stockage Total
traditionnelle
-10000

Pour tous les scenarii : contribution à l’effet de serre.


Outil de traitement biologique : peu de contribution à l’effet de serre du fait des processus de dégradation
mis en œuvre.
Contribution des scenarii équivalente entre 35 et 42 000 véhicules.
Contribution plus forte des scenarii avec part importante de valorisation énergétique mais compensation
quand faible part du stockage.

Impacts régionaux : acidification (en teq SO2)


La contribution à l’acidification s’analyse sur la base des émissions en NO X, NH3, HCl, SO2, HF et H2S dues
au fonctionnement des installations étudiées.

Graphique des scénarios pour l'impact acidification


160,0

140,0

120,0 Scénario 1
Scénario 2
Scénario 3
100,0 Scénario 1V1

80,0
t eq SO2

60,0

40,0

20,0

0,0
Collecte Déchetterie Méthanisation TMB Incinération Stockage Total
traditionnelle
-20,0

Pour tous les scenarii : contribution à l’acidification.


Contribution des scenarii équivalente à environ 3 000 à 3 750 véhicules (émission de S02).
Outils de traitement biologique : peu de contribution à l’acidification. Cependant les installations ne
correspondent pas à une filière aboutie, cela conduit à une contribution au niveau des unités de valorisation
énergétique ou centres de stockage.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 125 sur 137
Impacts locaux :
Impacts locaux : toxicité et écotoxicité
• Effets sanitaires induits par inhalation dans l'air
• Effets sanitaires induits par ingestion de sols pollués.
• Risques des effets sur les écosystèmes terrestres et aquatiques.

Impacts locaux : gênes et nuisances


• Gênes produites par l'activité et le fonctionnement des installations : bruits, odeurs
• Gênes occasionnées par le trafic.

Impacts locaux : risques d'accidents induits


• Risques d'accidents générés par les activités ou le trafic
• Transports et installations à " risques ".

Scenarii globalement équivalents dans leur construction : impacts peu différents.

Les différences résultent :


• Des charges traitées sur les installations
• De la création de nouveaux outils sur des sites nouveaux
• Des flux sur le département et donc des distances à parcourir pour la gestion des déchets.

Impacts plus importants sur toxicité et écotoxicité :


• Scenario S2 mettant en œuvre le tonnage le plus important en valorisation énergétique
• Scenario S3 conduisant au stockage le plus important de déchets non inertes
• Scenarii S2 et S3 conduisant à la création de nouvelles unités.
Impacts plus importants sur les gênes occasionnées :
• Création de nouvelles gênes locales avec les outils créés pour les scenarii S2 et S3
• Gêne importante liée au trafic dans le cadre du scenario 1 variante.

Impacts plus importants sur les risques d’accidents :


• Scenarii avec méthanisation : activité nouvelle pour lesquelles les risques ne sont pas aujourd’hui
véritablement qualifiés.
• Risques importants générés par le trafic du scenario S1v.

1.3.6. Synthèse de l'analyse comparative des scenarii


1.3.6.1. Organisation du territoire
Cette analyse est en partie subjective car aucun élément de comparaison n'est quantifiable. Le regroupement
de territoires a été initié en 1996 avec l'avènement du premier plan. Une évolution sur le rassemblement de
collectivités peut-être étudiée à l'occasion d'un projet de création d'une nouvelle unité de traitement qui
s'avérerait nécessaire, l'intérêt peut-être économique (économie d'échelle sur investissement et exploitation),
liée à la gouvernance (amélioration et harmonisation de la qualité du service). Certains départements ont opté
pour un transfert de la compétence traitement au Conseil Général.
1.3.6.2. Analyse technique (bilan matière 2024)
• Valorisation organique : les scenarii S1v et S3 présentent le meilleur bilan organique car des OMR
de la zone Nord-Ouest et de la zone Sud-Ouest sont acheminées pour prétraitement sur Biopole.
• Valorisation matière : le meilleur bilan revient au scenario S2 car il met en priorité la valorisation
énergétique. Le scenario le moins bon étant le S3. Les S1 et S1v ont une position intermédiaire.
• Valorisation énergétique : le meilleur bilan revient au scenario S2, suivi par le scenario S1v puis le
scenario S1 et enfin le scenario S3.
1.3.6.3. Analyse économique
Le scenario le plus favorable économiquement est le scenario S1, celui mis en place actuellement. Les
2 scenarii les plus coûteux sont le S1v dû au passage sur Biopole y compris l'élimination des refus et le S2 dû

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 126 sur 137
à la création d'une UVE. Finalement les écarts sont peu importants sauf pour la zone Nord-Ouest qui aurait à
supporter des charges élevées pour les scenarii S1v, S2 et S3.

1.3.6.4. Analyse environnementale


Les 4 scenarii sont globalement équivalents et mettent en œuvre des outils de traitement complémentaires
conduisant à des impacts globaux et régionaux peu différents.
Tous les scenarii ont un effet positif sur l’utilisation de matière première énergétique (méthanisation et
valorisation énergétique) et non énergétique (valorisations matières – tri, tri mécano-biologique, valorisation
énergétique).
Les scenarii S2 et S1v impactent plus fortement sur l’acidification (gaz à effet de serre) en raison d’une part
plus importante de déchets vers la valorisation énergétique et un trafic routier plus important (S1v).
La situation représentée par le scenario S1 constitue un scenario à impact " intermédiaire ".
Ce scenario S1 réorganisé dans le cadre du scenario S1v permet un meilleur bénéfice sur les impacts globaux
mais peut être à l’origine d’impacts régionaux et locaux plus importants.
Le scenario S3 présente une faiblesse dans son bilan environnemental :
• Part élevée de déchets envoyés en stockage
• Valorisation matière la plus faible
• Création d’un nouveau site de stockage.
Le scenario S2 présente des atouts importants vis-à-vis des impacts globaux mais compensés par des
inconvénients majeurs :
• Contribution à l’acidification liée à la valorisation énergétique bien que compensée par une faible
part de déchets en enfouissement
• Impacts locaux importants liés à la part de valorisation énergétique mais principalement par la
création d’une nouvelle unité de valorisation énergétique.

1.3.7. Justification du choix du scenario retenu


Il a été mis en évidence que le département dispose de capacités de traitement suffisantes jusqu'en 2025,
étant équipé en 2011 d'une unité de valorisation énergétique de 120 000 t/an suivant le PCI et de
6 installations de stockage de déchets non dangereux constituant une capacité de 272 500 t/an. Cette capacité
est à comparer à la production annuelle des déchets ménagers et assimilés estimée à 300 000 t/an en 2011.
Aujourd'hui, pour des raisons économiques, le vide de capacité annuel est rempli par des déchets provenant
des départements limitrophes. En 2025, pratiquement toutes les installations de stockage aujourd'hui
autorisées seront fermées (prévisions), seule l'unité de valorisation énergétique de Lasse permettra de traiter
des déchets. Avec la connaissance actuelle des prévisions, on peut dire qu'un besoin d'une unité de traitement
d'environ 80 000 t à 100 000 t/par an sera nécessaire.
De l'analyse des 4 scenarii, il ressort qu'ils présentent tous des prestations techniques et environnementales
équivalentes et de qualité avec cependant :
• Des différences techniques évidentes liées aux choix qui avaient pour objet de distinguer les scenarii.
• Des résultats à apprécier dans la nuance pour les aspects environnementaux car certains critères
définissant les impacts sont difficiles à pondérer entre eux.
• L'étude montre peu de différences dans les coûts cumulés d'investissement et d'exploitation au
niveau départemental mais des différences plus sensibles pour les zones Nord-Ouest et Sud-Ouest
liées à une ambition plus grande de récupération de la matière organique dans certains scenarii.
L'ensemble et la complexité des domaines d'analyse (gouvernance, coût, technique, environnement) rendent
le choix d'un scenario très dépendant de la pondération que l'on attribue aux critères analysés.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 127 sur 137
Aucun scenario ne s'imposant de manière consensuelle comme " le " meilleur scenario, les membres de la
commission se sont interrogés sur le processus de décision à mettre en œuvre.
Il est admis qu'il faut un délai d'environ 10 ans pour lancer, construire et rendre opérationnelle une unité de
traitement. Compte tenu que les capacités techniques prévisionnelles du département deviendront
insuffisantes pour assurer le traitement des déchets à l'horizon 2025, il sera nécessaire d'arrêter un choix
avant 2015. Les membres de la commission du plan ont souhaité à ce stade retenir le scenario S1. Il a en effet
été construit comme le prolongement de ce qui est mis en œuvre aujourd'hui par les collectivités, il est
économiquement plus intéressant et la baisse annoncée des quantités de déchets pourrait être plus importante
au vu des actions volontaristes mises en place par les collectivités et éviter ainsi l'éventuelle création d'une
unité de traitement supplémentaire.
Ainsi une première étape est franchie consistant à officialiser dans un plan 2012 les objectifs forts de
prévention, de réemploi et de recyclage, complété par le dispositif en place de valorisation organique, de
valorisation matière et de valorisation énergétique déjà élaboré de manière consensuelle par les collectivités.
Ceci assurera la conformité des éléments de planification départementale aux orientations données dans le
cadre du Grenelle de l'environnement.

1.4. APPROFONDISSEMENT DU SCENARIO RETENU S1


Le Grenelle de l'environnement prescrit une " diminution de 15 % d'ici à 2012 des déchets partant en
incinération, en enfouissement et en stockage ". La diminution s'applique entre 2008 et 2012. Dans le
département, la production de déchets destinés à la valorisation énergétique et à l'enfouissement était de
200 000 tonnes arrondies en 2008. En 2012, la production prévisionnelle est de 156 000 tonnes arrondies soit
une réduction de 44 000 tonnes (22 %). L'objectif du Grenelle devrait être atteint.
L'article R 541-14 du Code de l'Environnement fixe une limite aux capacités d'incinération et de stockage
des déchets, opposable aux créations d'installation d'incinération ou de stockage des déchets ainsi qu'aux
extensions de capacité des installations existantes. Cette limite est fixée à terme de six ans et de douze ans.
Sous réserve des dispositions de l'article R 541-28, la capacité annuelle d'incinération et de stockage des
déchets non dangereux non inertes à terme de douze ans ne peut être supérieure à 60 % de la quantité des
déchets non dangereux, y compris les déchets issus de chantiers du bâtiment et des travaux publics couverts
par le plan prévu à l'article L 541-14-1, produits sur la zone du plan définie à l'article R 541-17 à la même
date, sauf dans le cas où le cumul des capacités des installations d'incinération et de stockage de déchets non
dangereux en exploitation ou faisant l'objet d'une demande d'autorisation d'exploiter en application du titre
Ier du présent livre à la date de l'avis de la commission consultative d'élaboration et de suivi prévu par
l'article R 541-20, est supérieur à cette limite de 60 %. Dans ce cas, sauf circonstances particulières, le plan
ne peut prévoir un accroissement de la capacité annuelle d'incinération ou de stockage de déchets non
dangereux non inertes.
Les types et les capacités des installations qu'il apparaît nécessaire de créer afin de gérer les déchets non
dangereux non inertes et d'atteindre les objectifs évoqués ci-dessus, en prenant en compte les déchets non
dangereux non inertes issus de chantiers du bâtiment et des travaux publics identifiés par le plan mentionné à
l'article L. 541-14-1. Le plan indique les secteurs géographiques qui paraissent les mieux adaptés à cet effet.
Il justifie la capacité prévue des installations d'incinération et de stockage des déchets non dangereux non
inertes.
La description de l'organisation à mettre en place pour assurer la gestion de déchets en situation
exceptionnelle risquant d'affecter l'organisation normale de la collecte ou du traitement des déchets,
notamment en cas de pandémie ou de catastrophes naturelle, et l'identification des zones à affecter aux
activités de traitement des déchets dans de telles situations.
Les mesures retenues pour la gestion des déchets non dangereux non inertes issus de produits relevant des
dispositions de l'article L. 541-10 et les dispositions prévues pour contribuer à la réalisation des objectifs
nationaux de valorisation de ces déchets.
Cette disposition devant être respectée à l'échelle du département, il en résultera les contraintes suivantes :
Prévision envisageable dans le département :
Situation jusqu'en 2024 :

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 128 sur 137
• Le gisement prévisionnel sera d'environ 517 500 tonnes en 2024 et les capacités prévisionnelles de
traitement seront de 322 500 tonnes ; les 60 % du gisement représentant 310 500 tonnes, il n'y aurait
a priori pas de possibilité d'extension ou de création.
Situation à partir de 2025 :
• Le gisement prévisionnel sera également d'environ 517 500 tonnes en 2025 et les capacités
prévisionnelles de traitement seront de 210 000 tonnes ; les 60 % du gisement représentant 310 500
tonnes, il y aurait une possibilité d'extension ou de création pour une capacité de 100 500 tonnes.
Nota : cette disposition n'empêche pas l'extension de la surface ou de la pérennité d'un site existant, elle
s'applique uniquement sur l'extension ou la création de capacités annuelles qui engendreraient un
dépassement du ratio de 60% du gisement.

1.4.1. Bilan matière


Objectifs du scenario S1
Objectifs forts de prévention, de réemploi, de recyclage, complété par le dispositif en place multi-filières de
valorisation organique, de valorisation matière et de valorisation énergétique.
Bilan matière global comparatif en 2008 et 2024

BILAN MATIERE 2008 BILAN MATIERE 2024


Valorisation
Matière
Valorisation
(tonnes)
Matière
Valorisation (tonnes)
organique
Valorisation
(tonnes)
organique
ISDND (tonnes)
(tonnes)
ISDND
ISDI (tonnes)
(tonnes)
ISDI
ISDD (tonnes)
Tonnes
ISDD
Tonnes

BILAN MATIERE 2008 BILAN MATIERE 2024

Valorisation Valorisation
Énergétique Énergétique
UVE (MW) UVE (MW)
Valorisation Valorisation
Énergétique Énergétique
Biogaz Biogaz
(MW) (MW)

Pour la comparaison entre 2008 et 2024, il convient de prendre en compte les points suivants :
• Moins de valorisation énergétique UVE suite à la fermeture de l'UVE de Sainte Gemmes sur Loire
en 2011
• Valorisation énergétique Biogaz suite à l'ouverture de Biopole
• Réduction des tonnes entrantes dans les unités de pré-traitement et de traitement
• Augmentation de la valorisation organique suite à l'ouverture de Biopole
• Réduction de la valorisation matière suite à la réduction de la valorisation énergétique et de la
réduction du gisement
• Réduction des Réfioms grâce à la réduction de la valorisation énergétique.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 129 sur 137
1.4.2. Valorisation organique, matière
Valorisation organique (en tonnes)

2008 2024
59 500 81 600

Valorisation matière (en tonnes)

2008 2024
131 000 130 300

1.4.3. Valorisation énergétique

Désignation Energie 2008 2024


Valorisation énergétique UVE MW 78 392 49 800
Valorisation énergétique Biogaz MW 0 20 200

1.4.4. Stockage des déchets ultimes (refus OMR, CS, TV....)

Désignation 2008 2024


ISDND 59 900 52 000
ISDI 48 200 56 700
ISDD 5 000 3 200

1.5. RAPPORT ENVIRONNEMENTAL


Le document est intégré dans les annexes du plan.

1.6. PROGRAMME DE RESORPTION DES DECHARGES BRUTES


L'étude établie par le BRGM permet un constat précis par site sur les risques environnementaux. La majorité
des sites ne représentent pas de danger en terme de sources/transferts/cibles. Les paramètres utilisés
permettent d'évaluer la capacité et la toxicité des sources (anciennes décharges), le transfert de pollution les
eaux de surface ou souterraine, les puits, étangs, prélèvement d'eau pour l'alimentation en eau potable situés à
proximité des sites. Les quelques sites considérés " à risque " feront l'objet d'éventuelles études
complémentaires et de travaux permettant leur réhabilitation.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 130 sur 137
1.7. INDICATEURS DE SUIVI DU PLAN
Un plan révisé a besoin d'être suivi tout au long de sa mise en œuvre, la mise en place d'indicateurs pertinents
s'avère cruciale pour suivre efficacement les conditions d'application, dans un principe d'amélioration
continue et permettre l'ajustement des actions futures et l'anticipation des problématiques à venir. L'Ademe a
établi un catalogue présentant des indicateurs de suivi des plans de prévention et de gestion des déchets non
dangereux.
Ce catalogue présente des indicateurs d'objectifs réglementaires et structurants et leurs indicateurs associés.
Une liste d'indicateurs est proposée concernant notamment la prévention, la collecte, la valorisation, le
traitement, etc...Chaque indicateur est complété par une fiche thématique comprenant une définition précise,
un objectif et l'expression du mode de calcul.
Suivant l'article R 541-14 du Code de l'environnement, des objectifs et des indicateurs doivent être mis en
place pour suivre efficacement les conditions d'application du plan et permettre, dans un principe
d'amélioration continue, l'ajustement des actions futures et l'anticipation des problèmes à venir. L'Ademe a
établi un catalogue des indicateurs de suivi des plans comprenant principalement des indicateurs d'objectifs
réglementaires et structurants. Il est retenu dans le plan 3 indicateurs d'objectifs réglementaires et
4 indicateurs d'objectifs structurants.

1.7.1. Objectifs règlementaires retenus pour le plan


N° Objectif réglementaire N° Indicateur associé
O4a Réduire les quantités de T10 Quantification des produits entrants dans les installations de
déchets partant en traitement, par mode de traitement (évolution des tonnages en %)
incinération ou stockage L'objectif est le suivant : réduire de 15 % les tonnages entrants
de 15 % d'ici 2012. entre 2008 et 2012 (concerne les OMR, les refus de tri, les tout
venant de déchèteries). Le bilan matière prévoit les valeurs
suivantes :
2008 - tonnage : environ 200 000 t
2012 – tonnage : environ 156 000 t
Réduction prévisionnelle du plan : environ 22 %
O4b Réduire la production C20 Total des différentes collectes d'OMA, hors déchèteries et
d'ordures ménagères de encombrants (évolution en % du ratio en kg/hab/an d'OMA
7 % par habitant pendant collectées). Les objectifs sont prévus dans le tableau intitulé
les 5 prochaines années. " Prévision du gisement d'OMA entre 2008 et 2024 ". L'objectif du
plan est le suivant : réduire de 7 % entre 2008 et 2013
2008 - ratio OMA : 301 kg/hab/an
2013 – ratio OMA : 281 à 282 kg/hab/an
O4c Atteindre 35 % en 2012 et V1 Par type de déchets et par type de recyclage (taux de recyclage
45 % en 2015 de 0 matière et organique). Le bilan matière prévoit les valeurs
recyclage matière et suivantes :
organique des déchets Valorisation matière et organique y compris les mâchefers d'UVE
ménagers. utilisés en technique routière :
2008 : 46,87 % - - 2012 : 50,28 % - - 2015 : 51,35 %
Valorisation matière et organique sans les mâchefers d'UVE
utilisés en technique routière :
2008 : 39,69 % - - 2012 : 46,51 % - - 2015 : 48,46 %

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 131 sur 137
1.7.2. Objectifs structurants retenus pour le plan
N° Objectif structurant Indicateurs associés
O3 Développer la prévention (cf P10 : couverture des actions de prévention mises en place.
plan local de prévention P40 : quantité estimées de déchets détournés par compostage
mené par le CG49). domestique. Objectifs :
Secteurs ruraux : 30 à 45 kg/hab/an en 2024
Secteurs urbains : 15 à 25 kg/hab/an en 2024
O2H Maîtriser les flux T110 : quantification des flux de déchets importés et/ou exportés.
interdépartementaux. Pas Variation : 40 000 t à 60 000 t par an
d'objectif quantitatif. Les flux
doivent être adaptés aux
variations de capacités
disponibles chaque année.
O2M Actualisation du C20 : quantités collectés annuellement --- objectifs
gisement/flux/traitement des 2008 : OMR : 160 814 t --- CS : 71 029 t --- déchèteries : 178 528 t
déchets --- Total : 410 371 t
2024 : OMR : 125 661 t --- CS : 82 906 t --- déchèteries : 196 994 t
--- Total : 405 561 t
C30 : destination des déchets collectés : OMR
T40 : taux de refus moyen des déchets collectés sélectivement :
< 10%

1.8. TARIFICATION INCITATIVE


Les communes ou leurs groupements, sont tenus d'assurer la collecte et l'élimination des déchets ménagers,
ainsi que celle des déchets non ménagers qui peuvent être collectés et traités sans sujétions techniques
particulières.
L'article 46 de la Loi de programme relative à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement (Grenelle 1)
précise que " la redevance d’enlèvement des ordures ménagères (REOM) et la taxe d’enlèvement des ordures
ménagères (TEOM) devront intégrer, dans un délai de cinq ans, une part variable incitative devant prendre
en compte la nature et le poids et/ou le volume et/ou le nombre d’enlèvements des déchets ".
• L’instauration d’une tarification incitative permet en effet l’application du principe pollueur – payeur
aux usagers du service. Elle doit intégrer le niveau de production de déchets pour facturer l’usager.
L’usager est encouragé à modifier ses comportements par une mise en place de dispositifs qui sont des
sources de maîtrise des coûts :
• Une augmentation du tri (pour recyclage)
• Une diminution des quantités de déchets résiduels et du gisement global (pour une prévention des
déchets)
Par ailleurs une optimisation des services est conseillée pour une maîtrise des coûts.
Les collectivités doivent instaurer dans un délai de cinq ans une incitation par les modes de financement.
L'objectif du plan de réduire les quantités de déchets s'appuiera notamment sur la mise en place de la
tarification incitative, dans les conditions prévues par la loi.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 132 sur 137
Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire
Page 133 sur 137
Cinquième partie

LES AUTRES PROPOSITIONS

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 134 sur 137
Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire
Page 135 sur 137
2. LES AUTRES PROPOSITIONS FORMULEES DANS LE PLAN

2.1. COMMUNICATION
Des actions de communication pourront être mises en place pour accompagner le plan et sa mise en œuvre :

• Une information générale sur le plan avec rappel des objectifs poursuivis par le plan et ses grands
principes, information sur les modes de traitement, information sur les modes de tarification.
• Des actions de sensibilisation au civisme écologique et à la réduction à la source, sensibilisation à la
réduction à la source dans le cadre du Plan départemental de prévention (compostage, éco-
consommation, éco-conception, réemploi…), sensibilisation au tri des déchets dangereux,
sensibilisation des enfants par la communication scolaire, conseils pour acheter et consommer
mieux.
• Un suivi de l’information sur la mise en œuvre du plan, information concrète et régulière de
l’évolution de sa mise en œuvre et sur des réalisations exemplaires, notamment par des reportages et
articles de presse. Des visites de sites pourront être organisées en collaboration avec les collectivités
concernées.
• La communication de ces principes généraux sera portée par le Département.
• Les informations de proximité, d’ordre plus pratique seront portées par les EPCI, d’autres structures
peuvent être concernées comme par exemple la Chambre d’Agriculture auprès des agriculteurs.

2.2. GESTION DES DECHETS EN SITUATION EXCEPTIONNELLE


L'article R 541-14 alinéa 6°du Code de l'environnement précise la description de l'organisation à mettre en
place pour assurer la gestion de déchets en situation exceptionnelle risquant d'affecter l'organisation normale
de la collecte ou du traitement des déchets, notamment en cas de pandémie ou de catastrophes naturelles, et
l'identification des zones à affecter aux activités de traitement des déchets dans de telles situations.

2.2.1. Coordination à l’échelle départementale des retours d’expérience des EPCI


L’expérience de terrain des EPCI et la diversité des contextes locaux présentent un intérêt qu’il est
enrichissant de croiser lors de réunions annuelles entre responsables déchets des EPCI sous l’impulsion du
Département, et d’autres partenaires potentiels (Ademe, Eco-Emballage, etc.).
Ces rencontres sont l’occasion d’échanger sur les conditions de mise en œuvre du plan, sur les modes de
tarification, l’amélioration des performances de collecte, l’optimisation des déchèteries, la collecte des
déchets dangereux, l’amélioration des performances de tri, la réduction des tout venants,…Des réunions ont
déjà lieu 3 à 4 fois par fois ; il est intéressant de conforter ce dispositif afin de le rendre pérenne.

2.2.2. Les risques de catastrophes dans le Maine-et-Loire


Il sera nécessaire d'identifier l'ensemble des risques encourus dans le département de Maine et Loire, en
particulier les risques d'inondations, de feux de forêts, de tempêtes.

2.2.3. Mesures retenues ou recommandations en cas de pandémie grippale ou de


catastrophes naturelles
Assurer la continuité du service (collectes, transferts et traitement – déchèteries).
Les collectivités, entreprises et organismes concernés par cette mesure doivent établir un plan de continuité
d'activité (préparation à la gestion de crise : permanence de la fonction de direction, mesures de prévention,
classement des missions, missions nouvelles générées par la crise, missions pouvant être différées
temporairement, prise en compte de l'absentéisme. A l'instar de ce qui a déjà été élaboré par des collectivités
ou des entreprises dans le département en 2009, il est recommandé à toutes les collectivités et entreprises
d'établir un plan de gestion de crise.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire


Page 136 sur 137
Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de Maine-et-Loire
Page 137 sur 137

Vous aimerez peut-être aussi