Vous êtes sur la page 1sur 85

‫وزارة التعليم العالي و البحث العلمي‬

BADJI MOKHTAR ANNABA-UNIVERSITY ‫جامعة باجي مختار عنابة‬


UNIVERSTE BADJI MOKHTAR ANNABA

Année : 2015

FACULTE DES SCIENCES DE L’INGENIORAT


DEPARTEMENT DE GENIE MECANIQUE

MEMOIRE
PRESENTE EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME DE MASTER

INTITULE
Contribution à l’amélioration de la fiabilité d’une
machine àextraire (MAE)
(ARCELOR MITTAL-ANNABA)
DOMAINE : SCIENCES ET TECHNIQUE

FILIERE : GENIE MECANIQUE

SPECIALITE : MAINTENANCE INDUSTRIELLE ET FIABILITEMECANIQUE

PRESENTE PAR : BOUAZIZ BILAL

DIRECTEUR DU MEMOIRE : GOUASSMI.S


DEVANT LE JURY

PRESIDENT : KHELIF. R MCA

EXAMINATEURS : BOUDECHICHE.S MCB

MERABTINE. A MCB

GUEZGOUZ .A MAA

LAISSAOUI. R MAA
Dédicaces
Je dédie ce mémoire

A mes chers parents ma mère et mon père,


pour leur patience, leur amour, leur soutien et leurs
encouragements.

A mon frère et mes sœurs.

A mes amies et mes camarades.

Sans oublier tous les professeurs que ce soit du primaire, du


moyen, du secondaire ou de l’enseignement supérieure.

Bouaziz Bilal
REMERCIEMENTS

Tout d’abord, louange àDieu, notre créateur de nos avoir donnéles forces
pour accomplir ce travail.

J’adresse le grand remerciement à mon encadreur Mr : Gouasmi Saci pour


ses conseils et ses directives.

Un grand merci pour l’équipe de service de maintenance de l’ACO2 qui


nous a aidé dans l’élaboration de ce mémoire, en particulier :
Mr.Boukachabeya Riad , Mr.Krim kheir eddine ET Mr. Zinin..

Par ailleurs, la réalisation de ce travail n’aurait pas été possible sans le


soutien moral et effectif de ma famille. Je remercie donc mes parents pour
leur appui et leur soutien durant toutes mes années d’étude.

Finalement, je remercie toute personne qui m'a aidéde manière directe ou


indirecte àla réalisation de cette étude.
Introduction général
Chapitre I (Présentation de l’entreprise)
I.1. Introduction…………………………………………………………………………..1
I.2.1. Historique…………………………………………………………………………...2
I.2.2. Situation mondial d’Arcelor……………………………………………………….3
I.2.3.Situation géographique du complexe………………………………………………3
I.2.4. Présentation des unités de production…………………………………………….4
A. Préparation Matières Premières et Agglomération (PMA)……………………………..4
B .Hauts Fourneaux (HFx)…………………………………………………………………4
C. Aciérie àoxygène n°1 (Brames)………………………………………………………...5
D. Aciérie àoxygène n°2 (Billettes)……………………………………………………….6
E. Aciérie électrique (ACE)………………………………………………………………..6
F. Laminoir à chaud (LAC)………………………………………………………………...7
G. Laminoir à Froid (LAF)………………………………………………………………...7
H. Galvanisation àChaud (RPA)…………………………………………………………..8
I. Laminoir àfils et ronds (LFR)…………………………………………………………...9
J. Laminoir àRonds àBéton (LRB)………………………………………………………..9
I.2.5. Organisation de l’entreprise……………………………………………...11
I.3. Présentation de l’Aciérie à oxygène N°2…………………………………………....12
I.3.1. Les déférents secteurs……………………………………………………………...12
I.3.2. Processus de l’ACO2………………………………………………………………14
Affinage et Préparation de l’acier liquide…………………………………………………15
Machine àCoulée continue………………………………………………………………..16
Analyse et contrôle………………………………………………………………………...19
I.3.3. Diagramme de processus de fabrication………………………………………….20
I.4. Conclusion……………………………………………………………………………21
Chapitre II (Généralitésur la maintenance)
II.1. Introduction………………………………………………………………………....22
II.2. Pourquoi s’intéresser à la maintenance industrielle?..........................................23
II.3. La définition de la «MAINTENANCE »industrielle…………………………23
II.5. Les différentes formes de maintenance………………………………………….24
La maintenance corrective……………………………………………………………….25
La maintenance préventive………………………………………………………………25
II.6. Les Cinque niveaux de maintenance……………………………………………..26
II.7. Etude FMD…………………………………………………………………………27
II.7.1.1. Les différents types de fiabilité………………………………………………..27
II.7.1.2. paramètres nécessaires alla mesure de fiabilité……………………………...27
II.7.2 La disponibilité…………………………………………………………………..28
II.7.3 La maintenabilité…………………………………………………………………29
II.7.4 Etude générale du modèle de Weibull…………………………………………..29
A. Caractéristiques générales de la distribution de Weibull……………………………..29
B. Signification du paramètre de forme β………………………………………………..30
C. Signification du paramètre de localisation ou de repérage……………………………31
F- Détermination des paramètres de "Weibull"…………………………………………..32
II.7.5 Vérification de la validitéde la loi par un test d'adéquation………………….32
II.7.6 La relation entre les notions FMD………………………………………………33
II.8 Conclusion…………………………………………………………………………..34
Chapitre III (Etude FMD de la machine àextraire)
III.1. Etude FMD de la machine………………………………………………………..35
III.2. Calcul des paramètres de weibull………………………………………………...36
III.3. Test (KOLMOGOROV SMIRNOV)…………………………………………….37
III.4. Exploitation des paramètres de WEIBULL……………………………………..37
A. Le MTBF………………………………………………………………………………37
B. La densitéde probabilité en fonction du MTBF………………………………………38
C- La fonction de réparation en fonction de MTBF……………………………………...38
D- La fiabilitéen fonction de MTBF……………………………………………………..38
E- Le taux de défaillance en fonction de MTBF………………………………………….38
III.5. Étude de modèle de weibull……………………………………………………….39
III.5.1. La fonction de la densité de probabilité………………………………………..39
III.5.2. Fonction de répartition F(t)…………………………………………………….40
III.5.3. La fiabilité………………………………………………………………………..41
III.5.4. Le taux de défaillance……………………………………………………………42
III.5.5. Calcul la Maintenabilitéde la MAE…………………………………………….43
III.5.6. Calcul la disponibilitéde la MAE……………………………………………….44
III.6. Conclusion…………………………………………………………………………..46
Chapitre IV (Analyse AMDEC)
IV.1. Introduction…………………………………………………………………………47
IV.2. Définition de l’AMDEC : AFNOR (Norme X-510)……………………………….48
IV.3. Méthodologie de l’AMDEC………………………………………………………...48
IV.4. Objectifs de l’AMDEC……………………………………………………………..49
IV.5. Définition de la criticité……………………………………………………………49
IV.6. Les grilles de cotation……………………………………………………………….50
IV.6.1. Grille de cotation de la fréquence de quatre niveaux …………………………..50
IV.6.2. Grille de cotation de la gravité (indisponibilité)………………………………..51
IV.6.3. Grille de cotation de la probabilitéde non-détection…………………………...51
IV.7. Démarche pratique…………………………………………………………………..52
IV.7.1.1. Description de la machine………………………………………………………52
IV.7.1.2. Disposition des machines……………………………………………………….52
IV.7.1.3. Principe de fonctionnement de la machine à extraire (MAE)……………….53
IV.7.1.4. les caractéristiques de la machine……………………………………………..54
IV.8.1. Décomposition de système………………………………………………………..56
IV.8.2. Analyse fonctionnelle de la machine à extraire…………………………………57
IV.8.3. Décomposition fonctionnelle……………………………………………………...57
IV.5.4. LES Tableau AMDEC……………………………………………………………59
IV.8.5. Classement de la criticité…………………………………………………………63
IV.9. Gamme de maintenance préventive proposée…………………………………….64
IV.10. Conclusion………………………………………………………………………….65
Conclusion générale

Références Bibliographiques

Annexe
Liste des figures :
Chapitre I :
Figure I.1: situation géographique du complexe…………………………………………….3
Figure I.2: Préparation Matières Premières et Agglomération (PMA)……………………...4
Figure I.3 : Hauts Fourneaux (HFx)………………………………………………………....5
Figure I.4: Aciérie àoxygène n°1……………………………………………………………5
Figure I.5: Aciérie àoxygène n°2……………………………………………………………6
Figure I.6: Aciérie électrique (ACE)…………………………………………………………7
Figure I.7: Laminoir àchaud (LAC)…………………………………………………………7
Figure I.8: Laminoir àFroid (LAF)………………………………………………………….8
Figure I.9: Galvanisation à Chaud (RPA)……………………………………………………9
Figure I.10: Laminoir àfils et ronds (LFR)………………………………………………….9
Figure I.11: Laminoir àRonds àBéton (LRB)……………………………………………...10
Figure I.12: Flux de processus du complexe………………………………………………..10
Figure I.13:Organigramme d’Installations et produits du complexe…………………..11
Figure I.14: Vue de l’atelier ACO2…………………………………………………………12
Figure I.15: Secteur affinage………………………………………………………………..12
Figure I.16: Secteur machine a coulée continue…………………………………………….13
Figure I.17: Coupe transversale de l’aciérie ACO2………………………………………...14
Figure I.18: Traitement de la fonte………………………………………………………….15
Figure I.19 : Machine a coulée continu……………………………………………………..16
Figure I.20 : Versement de l’acier…………………………………………………………..16
Figure I.21: réfrigérant, extracteurs-redresseurs……………………………………………17
Figure I.22: l’équipement d’oxycoupage…………………………………………………...18
Figure I.23: ripeur d’évacuation et refroidissement………………………………………...18
Figure I.24 : stockage des billettes………………………………………………………….18
Figure I.25 : prise des échantillons………………………………………………………….19
Figure I.26 : processus de fabrication d’acier ………………………………………………20
Chapitre II :
Figure II.1 : les différentes formes de maintenance………………………………………...24
Figure II.2 : Signification du paramètre β…………………………………………………………30
Figure II.3 : Signification du paramètre de repérage………………………………………..31
Figure II.4 : Analyse du taux d’avarie………………………………………………………31
Chapitre III :
Figure III.1 : Histogramme de machines et leur fréquence des pannes…………………….35
Figure III.2: papier de WeiBull……………………………………………………………..36
Figure III.3: La Courbe DensitéDe Probabilité…………………………………………….40
Figure III.4: La Courbe De Fonction Répartition…………………………………………...41
Figure III.5: La Courbe De la Fonction Fiabilité……………………………………………42
Figure III.6: Le courbe taux de défaillance………………………………………………….43
Figure III.7: La Courbe de Maintenabilité…………………………………………………..44
Figure III.8: La Courbe de disponibilitéinstantanée………………………………………..45
Chapitre IV :
Figure IV.1: Machine à extraire……………………………………………………………..52
Figure IV.2 : la machine àextraire (dans la machine à coulée N° 2, la ligne 1)……………53
Figure IV.3 : les rouleaux de la machine à extraire…………………………………………54
Figure IV.4 : le moteur de la machine à extraire…………………………………………….55
Figure IV.5 : le réducteur de la machine à extraire………………………………………….55
Figure IV.6 : décomposition du système…………………………………………………….56
Figure IV.7 : Machine à extraire…………………………………………………………….56
Figure IV.8 : Analyse fonctionnelle de la machine à extraire………………………………57
Figure IV.9 : Décomposition fonctionnelle du moteur électrique…………………………..57
Figure IV.10 : Décomposition fonctionnelle du réducteur………………………………….58
Figure IV.11 : Décomposition fonctionnelle du vérin hydraulique………………………...58
Figure IV.12 : Décomposition fonctionnelle des rouleaux………………………………….58
Figure IV.13: Histogramme de la criticité…………………………………………………...63
Liste des tableaux :
Chapitre III :
Tableau III.1 : les machines et leur fréquence des pannes…………………………………35
Tableau III.2 : Fonction de réparation réelle……………………………………………….36
Tableau III.3 : Test de kolmogrov-smirnov………………………………………………...37
Tableau III.4:Calcul la fonction de la densitéde probabilité………………………………39
Tableau III.5:Fonction de répartition F(t)…………………………………………………..40
Tableau III.6:Calcul de la fiabilité………………………………………………………….41
Tableau III.7:Calcul le taux de défaillance…………………………………………………42
Tableau III.8:La maintenabilitéde la MAE………………………………………………...43
Tableau III.9: Tableau de disponibilitéinstantané…………………………………………45
Chapitre IV :
Tableau IV.1: Niveau de criticité…………………………………………………………...50
Tableau IV.2:Niveau de fréquence………………………………………………………….50
Tableau IV.3:Niveau de gravité……………………………………………………………..51
Tableau IV.4:Niveau de la probabilitéde non détection……………………………………51
Tableau IV.5 : tableau AMDEC moteur électrique…………………………………………59
Tableau IV.6 : Tableau AMDEC Réducteur………………………………………………...60
Tableau IV.7 : Tableau AMDEC Vérin hydraulique………………………………………..61
Tableau IV.8 : Tableau AMDEC Les rouleaux……………………………………………..62
Tableau IV.9: classement de la criticité……………………………………………………..63
Tableau IV.9: Gamme de maintenance proposée…………………………………………...64
TTR: temps de réparation
TBF : temps de bon fonctionnement
MTTR :( Mean Time to Repair) = temps moyen de réparation
MTBF :( Mean Time Between Failure) = temps moyen entre deux défaillances
R (t) : La FiabilitéR : (Reliability)
M (t) : La maintenabilité: (Maintainability)
F(t) : fonction de défaillance
f (t) : densitéde probabilité
ʎ(t) : Le Taux de défaillance
D : disponibilité
γ : Paramètre de position
ɳ: Paramètre d’échelle
β: Paramètre de forme
MAE : Machine àextraire
AMDEC : Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leurs Criticité
FMD : Fiabilité, maintenabilité, disponibilité
Introduction général

Introduction général :
Le monde de l'industrie dispose de machines et d'installations de plus en plus performantes
et complexes. Les exigences de la réduction des coûts d'exploitation et la maîtrise de la
disponibilitédes équipements donnent àla maintenance des systèmes un rôle prépondérant.
La complexitédes mécanismes de dégradation des équipements a fait en sorte que la durée
de vie de ces derniers a toujours ététraitée comme une variable aléatoire. Cet état de fait a incité
plusieurs entreprises à adopter des approches plutôt réactives, n’étant pas en mesure de justifier
économiquement les avantages que peut procurer la mise en place d’une maintenance préventive.
L’absence de données fiables et d’outils efficaces de traitement de ces données a réduit la
fonction maintenance àdes tâches de dépannage, et par le fait même, àune fonction dont les coûts
ne cessent d’augmenter et dont la contribution à la performance de l’entreprise n’est pas évidente.
Les responsables des services de maintenance dans les entreprises ne sont pas toujours en mesure
de défendre rigoureusement leur budget d’opération et encore moins leur contribution à
l’efficacité de l’entreprise. En plus de ces lacunes, les petites et moyennes entreprises manquent
souvent de ressources pour mettre en place des systèmes efficaces de gestion de la maintenance.
L’application des méthodes prévisionnelles de maintenance à des matériels à haute
production est moins coûteuse que la perte de production due a un arrêt du matériel. L’arrêt d’une
seule machine peut entraîner l’arrêt de toute la ligne.
Ce travail dans le but de voir de prés les différentes techniques de maintenance et présenter
sa théorie pour l'application sur une machine àextraire (MAE), et de la contribution à
l'amélioration de la fiabilitéde cette machine.

Le mémoire de notre travail comporte une introduction, quatre chapitres et une conclusion
générale.
 Le premier chapitre est consacréàla présentation du complexe et de l’ACO2 (Aciéréà
oxygène N° 2) et le processus de fabrication dans l’unité.
 Le deuxième chapitre présente l'état de la maintenance en générale, lui même
décrivant les principaux concepts qui éclairent notre mémoire: la définition et Les différentes
formes de maintenance, et la présentation détaillée du FMD (Fiabilité, Maintenabilité,
Disponibilité).
 Le troisième chapitre expose l’application pratique de cette technique sur
l’équipement de Production étudiée.
 Enfin, le quatrième chapitre c’est une analyse plus détaillée pour connaitre les
criticités des éléments de la MAE.
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

I.1. Introduction :

La technologie de fabrication de l'acier a beaucoup changédurant les deux dernières décades


sous la pression d'une demande accrue d'acier, de spécifications plus exigeantes mais aussi de
la nécessitéde réduire les consommations d'énergie et de matières premières.
Les rendements et la qualitédes fabrications ont étéaméliorés par l'augmentation de la
capacitédes hauts fourneaux, par le développement de système de contrôle informatique en
ligne et par l'introduction de nouvelles technologies telles que les convertisseurs LD (Linz
Donawitz), les fours électriques àforte puissance (UHP = Ultra High Power), les traitements
des coulées en poche et la coulée continue.
L'acier est produit par deux procédés :
Les hauts fourneaux associés aux convertisseurs àoxygène (BOF = Basic
Oxygen Converter) ;
Les fours électriques (EAF = Electrical Arc Furnaces).
Ces procédés consistent en la production d'aciers bruts auxquels sont ajoutés les éléments
d'alliage requis pour satisfaire àla spécification finale.
Leurs parts respectives dans la fabrication d'aciers bruts sont de 70 % (BOF) et 30 %
(EAF). Les hauts rendements de production et le bas niveau d'impuretés donne un rôle
prédominant au premier procédé. Des bas coûts d'énergie et une forte offre de ferrailles
recyclées permettent au second (spécialement pour l’UHP) d'être compétitif.
Avant d'être coulé, l'acier peut être affinépar des procédés divers de façon àsatisfaire aux
spécifications, tout en ayant une attention particulière pour son niveau de désoxydation, sa
teneur en inclusions, ses teneurs en phosphore, en soufre, en azote et en hydrogène. Les
teneurs en carbone, en manganèse et en éléments de micro-alliage tels que le niobium, le
vanadium et le titane sont également ajustées lors de cette étape de fabrication. Cette étape de
fabrication est généralement connue sous le nom de métallurgie secondaire ou métallurgie en
poche.
Durant la dernière étape de fabrication l'acier peut être couléen demi-produits : brames,
blooms ou billettes, àl'aide d'une machine de coulée continue ou en lingots, selon le produit
final àobtenir. Les produits plats et profilés légers sont normalement produits àpartir de
demi-produits issus de la coulée continue alors que les gros profilés et tôles très lourdes sont
produits àpartir de lingots.

Page 1
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

I.2.1. Historique :

Le complexe d'El-Hadjar représente un facteur économique pour le pays par la diversitéde


ses unités et ses installations de transformation du minerai de fer. L’entreprise nationale de
sidérurgie a été crée pour servir l’économie du pays et répondre aux besoins du marché en
matière de produits métalliques. La sidérurgie reste la base du développement industriel d’un
pays. Elle s’occupe de transformation de matière première et du passage de la fonte vers
l’acier. Le complexe sidérurgique principal centre d'activités sidérurgiques en Algérie est
responsable de l'ensemble des opérations nécessaire à l'exploitation des ateliers et des
installations existantes qui le constituent ; Il s’agit de la production de la fonte et de l’acier
sous forme de tôles et de pipes et rond àbéton et gueuze.
Le complexe a connu plusieurs étapes d’évolution, cette évolution se présente comme suit :

Période coloniale : Le projet de construction d’une usine sidérurgique à Annaba


été inscrit en 1958 dans le plan de Constantine.Ce projet a vu la Création de la
Société Bônoise de Sidérurgie (SBS)

1964, création de SNS : Après l’indépendance, l’état algérien a créé


le 03 Septembre 1964, la Société Nationale de Sidérurgie (SNS)

1983, création de SIDER : La restructuration de l’industrie algérienne à donné


naissance à l’Entreprise Nationale SIDER.

1999, création de ALFASID : Un plan de redressement Interne du Groupe Sider


donne naissance à 25 entreprises industrielles autonomes dont ALFASID qui
représente le «cœur du métier» de la sidérurgie.

ISPAT Annaba le 18.10.2001:Un contrat de partenariat entre SIDER et LNM


donne naissance à ISPAT Annaba.LNM détient 70% du capital social et SIDER 30%.

Décembre 2004 Mittal Steel Annaba: La société change de dénomination après


la fusion de LNM holding et ISPAT International.

Juin 2007, ArcelorMittal Annaba : Résultat de la fusion entre Mittal Steel


et Arcelor.

Page 2
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

I.2.2. Situation mondial d’Arcelor :

ArcelorMittal est un groupe sidérurgique mondial. Son siège social est installé
àLuxembourg. Il est le plus important producteur d'acier au monde, avec 96,1 millions de
tonnes produites en 2013.
Néen 2006 de l'OPA (offre publique d'achat) de Mittal Steel Company sur Arcelor, financée
par de grands emprunts internationaux, il est lancédepuis 2009 dans un grand programme de
désinvestissement, pour tenter de diminuer le taux d'intérêt auquel il se finance, qui restait à
l'automne 2012 proche de 9 %.
En 2013, le groupe employait 239 000 salariés dans plus de 60 pays, dont environ la moitié
en Europe.

I.2.3.Situation géographique du complexe :

Le complexe sidérurgique d’El Hadjar est situé à l’est du pays dans la zone industrielle
d’ANNABA et à 15km au sud de la ville. Il occupe une superficie de 800 hectares qui se
repartie en trois zones :

- 1er zone : l’atelier de production << 300 Hectares >>.


- 2éme zone : Les superficies de stockage << 300 hectares >>.
- 3éme zone : La surface de service << 200 Hectares >>.

À l’intérieur il y a prés de 60km de voie ferrée permettant la circulation libre de la matière et


prés de 100km de route permettant la circulation des engins.

Il y a aussi autre annexes pour les besoins du complexe tel que :

 Trois (3) centrales thermiques d’une capacité totale de 65mw/h.


 Quatre (4) centrales à oxygène d’une capacité totale de 3500m3/h.
 Trois (3) usines à eau d’une capacité de 28400m3 /h.

FigureI.1:
situation
géographique du
complexe

Page 3
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

I.2.4. Présentation des unités de production :

A. Préparation Matières Premières et Agglomération (PMA) :

A partir du minerai fourni par les mines de Ouenza et de Boukhadra, l’atelier de préparation le
minerai, pour alimenter les agglomérations.
La PMA est composée de :
• un atelier de préparation minerai
• un atelier de préparation coke, fine de coke et additions
• l’agglomération n°1 d’une capacité de 770 000 tonnes par an, a démarréen 1969 et rénovée
en 1992.
• l’agglomération n°2 d’une capacité de 2 800 000 tonnes par an, a démarré en 1980 et
rénovée en 1998.
L’agglomération n°2 a été dotée en 2009 d’un premier filtre électrostatique pour capter les
poussières. Ce système d’un coût total de 32 millions permet àl’installation d’avoir des rejets
atmosphériques inférieurs aux normes requises.
L’effectif total de la PMA est de 360 personnes.

Figure I.2: Préparation Matières Premières et Agglomération (PMA)

B .Hauts Fourneaux (HFx) :

A partir des matières premières (aggloméréet coke) fournies par la PMA, les hauts fourneaux
produisent de la fonte liquide destinée aux aciéries à oxygène. Le laitier qui est un produit
fatal, il sert pour les cimenteries et les travaux publics.
1. Le HF1 a étémis en service en 1969 et rénovéen 1992. Sa capacitéest de 570 000 tonnes
par an.
2. Le HF2 a étémis en service en 1980 et rénovéet 1998. Sa capacitéest de 1 400 000 tonnes
par an.
Les HFx sont composées essentiellement de :
• atelier de stockage et criblage des matières premières
• planchers de coulées
• atelier de traitement gaz
• stations de pompage
• atelier de soufflage vent
• station de traitement des eaux et boues

Page 4
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

• machines à coulées en gueuses


• atelier réfractaires.
L’effectif total des HFx est de 320 personnes.

Figure I.3 : Hauts Fourneaux (HFx)

C. Aciérie àoxygène n°1 (Brames) :

Construite en 1972, l’aciérie à oxygène n°1 (ACO1) transforme la fonte liquide provenant du
haut fourneau, en acier à l’aide d’oxygène. L’acier est solidifié sous forme de produit appelé
brame qui sera acheminévers le laminoir àchaud pour être transforméen bobines.
La capacité maximale de l’ACO1 est de 1 037 000 tonnes par an de brames conformes.
Les principales installations de l’ACO1 sont :
• une zone d’élaboration de l’acier liquide dotée de trois convertisseurs d’une capacité de 90
tonnes chacun
•Deux stations de traitement des poches
• une installation de dépoussiérage
• deux machines de lingotières courbes pour la production de brames de largeur 750 à1 300
mm et de 220 mm d’épaisseur
• une installation de manutention et de traitement des brames
L’effectif total de l’aciérie à oxygène n°1 est de 420 personnes.

Figure I.4: Aciérie àoxygène n°1

Page 5
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

D. Aciérie àoxygène n°2 (Billettes) :

L’aciérie à oxygène n°2 (ACO2) a étémise en service en mai 1981. Elle transforme la fonte
liquide, acheminée du haut fourneau, en acier à l’aide d’oxygène. L’acier liquide est ensuite
solidifié sous forme de produit appelé billette qui sera laminé par la suite au niveau des
laminoirs àfil et rond.
La capacité maximale de l’ACO2 est de 1 030 000 tonnes par an de billettes conformes. Elle
est composée de :
• une zone d’élaboration de l’acier liquide dotée de trois convertisseurs LD (Linz Donawitz),
d’une capacité de 60 tonnes chacun
• une zone de coulée billettes dotée de trois machines courbes à quatre lignes de section
130x130 mm
L’effectif total de l’aciérie à oxygène n°2 est de 400 personnes.

Figure I.5: Aciérie àoxygène n°2

E. Aciérie électrique (ACE) :

L’aciérie électrique (ACE) a été construite en 1975 pour alimenter principalement la tuberie
sans soudure en lingots. Elle produit également des billettes pour le LFR et le LRB.
L’ACE utilise la ferraille pour être fondue dans un four, mais également l’acier traité par
l’ACO1 pour être coulé.
La capacité de l’ACE est de 400 000 tonnes par an. Les principales installations sont :
• four avec panneaux refroidis d’une capacité de 80 tonnes
• transformateur 60 MVA
• four poche de 80 tonnes
• coulée continue radiale à quatre lignes
• coulée en source pour lingots.
Caractéristiques des produits :
• lingots : diamètre 270-345-410-500 mm destinés àla fabrication des tubes
• billettes : sections 100x100 mm, 120x120 mm, 130x130 mm, 160x160 mm.
Longueur 6 à12 m.
L’effectif total de l’aciérie électrique est de 215 personnes.

Page 6
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

Figure I.6: Aciérie électrique (ACE)

F. Laminoir àchaud (LAC) :

Mis en service en 1972, le LAC transforme les brames produites par l’aciérie à oxygène n°1,
en bobines. Sa capacitéannuelle est de 1,6 Mt; la largeur des bobines varie entre 650 et 1 350
mm et l’épaisseur entre 1,5 et 15 mm.
D’un effectif de 280 personnes

La production du LAC est destinée à 50% à l’alimentation du laminoir àfroid, le reste sert à
l’industrie de transformation (tubes, tôles noires, bouteilles à gaz…).
En 2002, la partie électrique du LAC a étécomplètement réhabilitée en passant au niveau 2
d’automation pour un montant de 70 M$.

Figure I.7: Laminoir àchaud (LAC)

G. Laminoir àFroid (LAF) :

Cette ligne continue, mise en service en 1974, reçoit les bobines du LAC pour décalaminage
mécanique et chimique, planéitéet cisaillage des rives.
Sa capacitéannuelle est de 750 000 t. La largeur des bobines varie entre 600 et 1350 mm et
l’épaisseur entre 1,5 et 4,5 mm.

Page 7
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

Tandem : les bobines décapées sont laminées jusqu’à épaisseur finale désirée. Il traite les
bandes pour l’obtention de tôles fines et tôles galvanisées. L’épaisseur de sortie varie entre
0,16 et 2 mm suivant le système d’arrosage.
Sa capacitéannuelle est de 900 000 t.
Skin pass : a partir des bobines venant des bassins de recuit, le skin pass a pour rôle
d’effectuer un écrouissage superficiel sur la bande et lui donner une planéitéet une rugosité
selon l’exigence du client.
Sa capacitéannuelle est de 530 000 t.
Le LAF emploi 230 personnes.

Figure I.8: Laminoir àFroid (LAF)

H. Galvanisation àChaud (RPA) :

Mis en service en 1980, la ligne de galvanisation àchaud dépose une couche de revêtement de
zinc sur les bandes d’acier doux laminés à froid après avoir subi un traitement thermique dans
un four àtunnel.
D’un effectif de 220 personnes, la galvanisation et les trois lignes de parachèvement dont
composées de :
• Sections entrée, processus et sortie
• Un four tunnel qui se compose d’une partie de préchauffage à feu direct d’une longueur de
22 m et l’autre de traitement thermique d’une longueur de 110 m
• Un bain de galvanisation chauffé par induction
• une section de refroidissement à air et à eau
• Une section de planage sous traction
• Une section de traitement chimique de passivation type aspersion.
La production du galvaniséàchaud est destinée principalement àl’industrie du bâtiment. La
gamme produite a les caractéristiques suivantes :
• Epaisseur : 0,25 à2 mm
• largeur ; 600 à 1350 mm
• Revêtement en zinc : couche entre 100 et 600 g/m² double face.

Page 8
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

Figure I.9: Galvanisation àChaud (RPA)

I. Laminoir àfils et ronds (LFR) :

A partir des billettes fournies par l’aciérie à oxygène n°2 ou par l’aciérie électrique, le LFR
produit du rond àbéton lisse et du fil machine de diamètre 6 à12 mm, en couronnes.
Sa capacitéannuelle est de 220 000 t.
Le rond à béton lisse est destiné à renforcer les constructions en béton et à constituer les
armatures passives pour les constructions en béton précontraint. Le fil machine est utilisépour
la confection du treillis soudé, la fabrication de clous, vis, câbles, fils, baguettes à souder…
Le LFR est composéde :
• Un four à longerons mobiles de 150 t/h
• Un train de laminage de 34 cages
En octobre 2010, le LFR est certifiéISO 9001 version 2008.
Il emploi 265 personnes.

Figure I.10: Laminoir àfils et ronds (LFR)

J. Laminoir àRonds àBéton (LRB) :

A partir des billettes fournies par l’aciérie à oxygène n°2 ou par l’aciérie électrique, le LRB
produit du rond àbéton nervuré.
Sa capacitéannuelle est de 400 000 t.

Page 9
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

Le rond àbéton nervuréde diamètre 10 à32 mm présentéen fardeaux est destinéàrenforcer


les constructions en béton (bâtiments et travaux publics) et àconstituer les armatures passives
pour les constructions en béton précontraint.
Le LRB est composéde :
• Un four à longerons mobiles de 80 t/h
• Un train de laminage de 16 cages intermédiaires et cages finisseuses
• Une ligne de rond à béton nervuré de diamètre 10 à 32 mm et rond lisse de diamètre 14 à50
mm
• une ligne de refroidissement
En octobre 2010, le LRB est certifiéISO 9001 version 2008.
Il emploi 150 personnes.

Figure I.11: Laminoir àRonds àBéton (LRB)

Figure I.12: Flux de processus du complexe

Page 10
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

I.2.5. Organisation de l’entreprise :


L’organigramme ci-dessous représente les différentes installations ainsi que leurs
productions avec les principaux utilisateurs.

Cokerie
Minerai de fer
Métallurgie

PMA (Préparation des matières et


agglomérés)

HF (Haut
fourneaux)

Métallurgie

ACO1 (Aciérie à ACO2 (Aciérie à


Fonte
oxygène1) oxygène2)

Brame Billette

LFR LRB
LAC (Laminoir à LAF (Laminoir à (Laminoir à (laminoir
chaud) froid) fil ronde) rond àbiton)

ACE (Aciérie
électrique)

TSS Tubes sans TUS


Rond àbéton et
Bobines étamées
Soudure Tube spiral
Fil machine

Figure I.13: Organigramme d’Installations et produits du complexe

Page 11
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

I.3. Présentation de l’Aciérie à oxygène N°2 :

Figure I.14: Vue de l’atelier ACO2

I.3.1. Les déférents secteurs :

Elle se compose de 5 secteurs importants :


 Secteur affinage :
Se compose de trois halles principales :
- Halle de parc àferrailles (séparée de l'aciérie) d’une superficie 6200 m2;
- Halle d’arrivée de la fonte d’une superficie 820 11m2;
- Halle de chargement d’une superficie 5100 m2;
- Halle des convertisseurs d’une superficie 2700 m2.

Figure I.15: Secteur affinage.

Les déférentes opérations de secteur :


- Versement de fonte liquide de la poche tonneau dans la poche àfonte.
- Transporter la poche àfonte vers le stand de raclage ;
- Enlèvement de la scorie flottante sur la fonte puis évacuation à l'extérieur ;
- Versement des produits : chaux, ferraille et fonte liquide dans le convertisseur;

Page 12
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

- Traitement de mélange avec l'oxygène souffléàhaute pression ;


- Versement de l'acier dans la poche acier avant d’éliminer le convertisseur de La
scorie ;
- Ajouter des additions afin d'aboutir àla fourchette souhaitée ;
- Barbotage de mélange pour le rendre homogène en utilisant l'azote gazeux ;
- La prise de la température est nécessaire àchaque étape.

 Secteur machine a coulée continue :


Se compose d’une seule halle de coulée 5000 m2. L’importance

Figure I.16: Secteur machine a coulée continue.

Les déférentes opérations de secteur :


- Versement de 1'acier dans le répartiteur ;
- Extraction des billettes avec les mannequins a l’aide des machines à extraire
- Redressement de la billette;
- Guidage et évacuation des billettes vers la zone de stockage.

 Secteur réfractaire :
Se compose d’une seule halle d’une superficie 4500 m2.
Les déférentes opérations de secteur :
- Démolition de la brique usée de convertisseur, poche àfonte, poche acier, répartiteur
et les bacs ;
- Revêtement et maçonnage de ces derniers avec la brique ;
- Séchage et chauffage de ses éléments.

 Secteur fluide :
Se compose d’une seule halle : halle de refroidissement 4800m2.

Page 13
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

L’opération de secteur : Pompage de 1'eau adossée pour le refroidissement de secteur affinage


et MCC;

 Secteur stockage :
Se compose de deux halles :
- Halle de stockage˜ 2 x 3600 m2;
- Halle d'évacuation des billettes ˜1700 m2.
- Les défirent opération de secteur :
- Mesure des largeurs et poids, et control conformitédes billettes ;
- Arranger les billettes selon les choix et les commandes ;
- Transporter les produits afin de 1’exporté.
- Soit un total couvert de 38020 m2.

I.3.2. Processus de l’ACO2 :

Figure I.17: Coupe transversale de l’aciérie ACO2

Page 14
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

 Affinage et Préparation de l’acier liquide :


L’installation comporte trois convertisseurs dont deux en service, le troisième étant
en réserve, pour chaque convertisseur sont prévues deux lances (l’une en service et
l’autre en réserve) reliées à un flexible à oxygènes et deux à eau pour le
refroidissement des lances.
Pendant le soufflage de l’oxygène (pureté 99,9%, pression 9,6 bar, débit 290 Nm3/h)
d’une durée de≈20 min, les fumées qui se dégagent (principalement le CO) sont
aspirées par un système d’épuration.
Les gaz sont brûlés, les fumées sont épurées et les poussières sont récupérées par
l’intermédiaire d’un filtre à eau, l’eau chargée est envoyée vers des décanteurs pour séparer la
boue à jeter de l’eau à recycler.
Suivant les nuances, des additions sont prévues pendant et après le soufflage, dans le
convertisseur.

 Les nuances d’acier.


 Les additions des convertisseurs : chaux - castine - minerai de fer - coke - Spath
Fluor- bauxite - Ferro silicium - manganèse.
 La fonte liquide est convertie en acier liquide à1600 co.

Le convertisseur est basculé vers l’avant pour déverser l’acier à travers un trou de
coulée dans une poche à acier positionnée sur un chariot de transfert pour l’acheminer vers la
station de barbotage pour homogénéiser le liquide (pendant 5 min), ensuite la diriger vers les
machines de coulée continu.

En suite le convertisseur est basculé ver l’arrière pour verser la scorie à travers un autre
trou dans cuvette de laitier sur un chariot àlaitier et sera transporter au crassier situéau sud-
ouest de l’aciérie.

Figure I.18: Traitement de la fonte

Page 15
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

La poche est soulevée d’un pont de chargement et dirigésur la machine àcoulée continue.

 Machine àCoulée continue :

C’est une machine courbé permettant de couler de l’acier liquide en continu, cette installation
comprend plusieurs éléments sont :

- Tourniquet a poche,
- Répartiteur,
- Chariot porte répartiteur
- Lingotière,
- Oscillateurs,
- Corsets de guidage des billettes,
- Extracteur-redresseurs
- Equipement de graissage des lingotières,
- Refroidissement primaire,
- Oxycoupeur,
- Equipements d'évacuation,
- Refroidisseur secondaire,

Figure I.19 :
Machine a coulée
continu.

Au début des opérations, la poche pleine et amenépar


le tourniquet en position de coulée.
On procède alors à l’ouverture de la busette.
L’acier liquide s’écoule dans le répartiteur préchauffé
comportent un garnissage réfractaire.
Le répartiteur permet un dosage précis de l’acier
s’écoulant dans la lingotière.
Au début de la coulée, les mannequins et les
billettes étant reliées sont évacuée a une vitesse
présélectionnée des que le ménisque atteint une
certaine hauteur dans la lingotière.
Figure I.20 : Versement de l’acier

Page 16
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

On utilise des lingotières d’une forme carré courbées réalisée de préférence en cuivre ou
en bronze (Fig.20).
Durant les opérations de coulée les lingotières sont refroidies par eau, et les faces
internes aussi sont lubrifiées afin de réduire le frottement entre la billette et la lingotière,
d’évité que l’acier liquide ne mouille pas les surfaces et de manière a obtenir une atmosphère
de réduction au-dessus du ménisque.
Et avec les oscillateurs ils impriment un mouvement oscillatoire aux lingotières pour
obtenir un produit homogène.
La fréquence des oscillations peut être modifiée en fonction de la nuance de l’acier et de
la vitesse de coulée alors que l’amplitude demeure constante.
En quittent la lingotière, la biellette est liquide à cœur et comporte une mince croute
solidifiée qui est alors refroidie sur toutes les surfaces au moyen d’eau d’aspersion.
L’intensité du refroidissement par aspersion peut être réglée en fonction des besoins, tels que
la composition de l’acier et les formats coulés, les zones de refroidissement sont disposées
dans une chambre. La vapeur d’eau dégagée lors du refroidissement est aspirée par un
exhausteur.
Les corsets de rouleaux d’appui et de guidage servant à soutenir les billettes et les
acheminent aux extracteurs-redresseurs en leur faisant décrire un quart de cercle en sortant
des lingotières.
La longueur hors tout des corsets de guidage est fonction de la distance requise pour la
solidification de la billette.
La solidification des billettes est déterminée par la vitesse de coulée et la vitesse du
transfert de la chaleur de l’acier liquide dans le réfrigérant.
Les corsets de soutien et de guidage sont suivis par les extracteurs-redresseurs.
Ils servent àextraire et redresser les billettes coulées.
Lorsque la billette est extraite d’une lingotière à passage continu, des résistances doivent être
surmontées. Celles-ci sont provoquées par :
a- friction entre la croute solidifiée et les faces internes de la lingotière
b- friction de la billette dans le corset de guidage
c- friction dans les paliers des rouleaux extracteurs
Le rouleau supérieur motorisé de chaque machine est pressé sur les billettes par des vérins
hydrauliques. La pression de contact peut être réglée selon les besoins (Fig.21).

Figure I.21: réfrigérant,


extracteurs-redresseurs

Page 17
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

Les équipements d’oxycoupage des billettes sont placés


derrière les extracteurs-redresseurs.
Les équipements d’oxycoupage continu et automatique
coupent les billettes à une longueur préréglée. Après avoir
traversé les équipements d’oxycoupage, les mannequins sont
séparés des billettes. Les rouleaux mesureur (encodeur) sont
enclenchées simultanément de manière àdécouper les billettes
suivantes en contenu et àla longueur préréglée (Fig.22).
Les mannequins séparés des billettes coulées sont
amenés par les rouleaux du train dans les dispositifs de reprise,
puis retirés de la zone des trains de rouleaux. Les billettes
tronçonnées sont acheminées par les trains de rouleaux
jusqu’aux butées fixes. Figure I.22: l’équipement
d’oxycoupage
Le ripeur d’évacuation est actionné lorsqu’une billette de 12m
de longueur par train de rouleaux. Ce ripeur amène les billettes
dans la zone du refroidisseur réversible et revient ensuite en
position de départ. Les billettes suivantes peuvent approcher du
point de transfert dés que le ripeur a atteint sa position de départ.
Le cycle de poussage, tel que décrit ci-dessus
Sur le refroidisseur réversible, les billettes découpées sont
retournées et acheminées àun rythme déterminéafin que
Le refroidissement se fasse uniformément sur toutes les faces.
La longueur du refroidisseur est prévue en fonction des
besoins. Le refroidisseur réversible est suivi d’un ripeur à
cliquets mettant en paquets les billettes arrivant
individuellement du refroidisseur réversible.
Le ripeur à cliquets pousse les paquets constitués de 4
billettes sur le train collecteur à rouleaux. Ce dernier les Figure I.23: ripeur
transporte ensuite jusqu’à une butée fixe (Fig.23). d’évacuation et
Un pousseur àcliquets pousse les paquets sur une courte refroidissement
grille de dépose ou ils sont repris par un pont àélectro-aimant
(Fig.24)
Les équipements de coulée, tels que nécessaires, sont
installés dans une charpentes métallique porteuse.
Lorsque les opérations de coulée sont terminées, on ferme
la busette. La poche est ensuite retirée de la zone de coulée par
Le tourniquet.
L’acier restant s’écoule du répartiteur. Ce dernier est ensuite
ramené en position latérale de garage par le chariot porte-
répartiteur. Il y est repris par le pont qui le transporte àl’atelier de Figure I.24 : stockage des
réfection. billettes.
L’acier solidifie et les restes de laitier sont retirés du
répartiteur au moyen du pont.

Page 18
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

Les ouvertures des lingotières sont dégagées dés que le chariot porte-répartiteurs a
quittéla position de coulée.
Dés que les dernières billettes tronçonnées ont quitté les trains de rouleaux d’évacuation,
les mannequins passent des dispositifs de reprise sur ces trains de rouleaux. Les mannequins
sont d’abord maintenus par les trains de rouleaux et ensuite par les rouleaux des extracteurs
qui les engagent dans les lingotières.

Lorsque cette opération est terminée, le nouveau répartiteur préchauffé et amené en


position de coulée et alignépour la coulée suivante, celle-ci peut commencer des la nouvelle
poche est arrivée. Le répartiteur et le chariot porte-répartiteur sont conçus de manière à
permettre un accès facile aux lingotières et une bonne vue à l’intérieure de celles-ci durant la
coulée.
Une autre poche pleine est placée par le tourniquet en position de coulée ; la busette
peut alors être ouverte. [1]

 Analyse et contrôle :
Pour avoir un produit (billettes) repend à l’exigence et les critères comme la composition
physico-chimique et caractéristique mécanique des clients «LRB.LFR », et pour ce la en fait
des analyses et des contrôles àchaque phase dans les processus de fabrication et aussi pour
minimiser les pertes.

Figure I.25 : prise des échantillons

I.3.3. Diagramme de processus de fabrication :

Page 19
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

Versement de la fonte Chargement de la cuillère


dans la poche àferraille

Pesage fonte

Pesage de la ferraille
Déversage fonte

Prise de température Chargement de la ferraille


dans le cv
1400° NON
OUI

Prise d échantillon

0,40<SI>1,50 NON
OUI

Chargement de la fonte
Ressoufflage
dans le CV

Opération de soufflage Marché Export


interne
Prise de température

Prise d échantillon
Stockage
NON
OUI

Versement de l’acier
liquide Identifier déclassé

Désoxydation L.F.R L.R.B

Barbotage Stockée conforme

NON OUI

OUI
NON NON

Coulée de l’acier Inspection des billettes

Refroidissement des Identification


billettes

Figure I.26 : processus de fabrication d’acier.

Page 20
CHAPITRE I : Présentation de l’entreprise

I.4. Conclusion :

La production d'aciers nécessite l'affinage de la fonte de fer, l'élimination des impuretés et


l'addition d'éléments d'alliages.
Cette procédure a lieu dans un convertisseur àl'oxygène. Les impuretés y sont également
abaissées, la productivitéy est très grande. Une alternative consiste àutiliser un four àarcs
électriques ou des ferrailles sont transformées en acier.
D'autres opérations d'affinage de l'acier sont faites dans les poches de coulée par additions
d'autres éléments (SiCa, ferro-alliages...) ou élimination de matières non souhaitées.
L'acier fondu est coulésoit àl'aide d'une machine de coulée en continu, soit en lingots.
Les aciers usuels de construction sont généralement laminés àchaud entre des cylindres leur
donnant la géométrie souhaitée.
Le laminage àfroid permet de produire des produits très minces, quelques fois revêtus, avec
un excellent état de surface et une excellente aptitude au formage.
Des techniques particulières sont nécessaires pour produire des sections creuses.
En contrôlant la température durant le laminage, on peut produire des aciers àcaractéristiques
améliorées.

Page 21
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

II.1. Introduction:

Pour de nombreuses industries, dans les pays industrialisés les plus avancés, le mot
«maintenance »évoque de plus en plus des activités modernes et porteuses de progrès dans la
mouvance des impératifs de la qualitétotale, de la productique et du juste-à-temps (JAT).
Ces activités sont tournées vers l’optimisation de la disponibilitédes moyens de production et,
de ce fait, concourent àla productivitéet àla compétitivitédes entreprises manufacturières.
Les nouvelles pratiques de maintenance industrielle débouchent alors sur:
 des stratégies et politiques de maintenance;
 des métiers nouveaux créateurs d’emplois;
 le développement des activités de service aux industries (la sous-traitance par
exemple);
 l’informatique de gestion;
 l’introduction de systèmes-experts d’aide au diagnostic de pannes de machine;
 des techniques de maintenance conditionnelle ou prédictive (analyse des huiles, des
vibrations, thermographie, etc.).
Ainsi, le responsable d’une démarche de « maintenance » renouvelée doit à la fois conjuguer
une approche technique, voire technologique, par ses machines et de plus en plus, aussi, une
approche de gestionnaire àde multiples égards:
Organisation, prévention, gestion des coûts, formation, animation du personnel, gestion de
services sous-traités, etc...
Ces ajustements àcaractère dynamique des activités de la maintenance qui s’appliquent
surtout pour l’instant à la grande entreprise, permettent de remédier àde nombreuses maladies
de l’entreprise reliées aux rebuts dans les usines, aux délais non respectés, aux pannes de toute
nature.
En bref, àtous ses dysfonctionnements des machines qui entravent la performance de
l’équipement de fabrication.

Page 22
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

II.2. Pourquoi s’intéresser à la maintenance industrielle?


L’intégration progressive des nouvelles technologies est devenue une donnée inéluctable pour
les entreprises manufacturières du Québec: c’est ce que l’on a convenu d’appeler le défi
technologique.
La mondialisation des marchés créée de nouvelles exigences de production dont une des
conditions majeures repose sur la maîtrise de la qualitéde réalisation (de fabrication).
La sûreté de fonctionnement de l’appareil de production (absence de dysfonctionnement:
Le «zéro-panne », le «zéro-défaillance ») devient alors une source importante de gains de
productivité lorsque l’on tient compte de facteurs, tels que: la fiabilité, la maintenabilité, la
disponibilité, la durabilité, la sécuritéet la rentabilitédes opérations.
Pour donner à la fabrication l’assurance d’une performance qualité-coût de haut niveau, il faut
disposer de moyens parfaitement adaptés et en parfaite condition de fonctionnement. Cette
interdépendance fabrication-maintenance s’est surtout accentuée avec l’implantation de
l’automatisation et de l’informatisation dans l’industrie.
Les nouvelles pratiques de maintenance industrielle sont au cœur d’une politique de transfert
de technologie avancée. C’est un facteur clé de la mise en place et de la diffusion du savoir-
faire technologique et d’une flexibilité accrue de la main-d’œuvre.
Enfin, pour toute industrie que se veut compétitive et efficace, c’est une façon de rentabiliser
ses opérations de fabrication au moment d’arrêts momentanés, de pannes de diverses natures
ou encore de diminutions de capacitéréelle de production. [4]

II.3. La définition de la «MAINTENANCE »industrielle :


 Selon la norme NFX- 60-010 définissant dorénavant la maintenance comme étant
« l’ensemble des actions permettant de maintenir ou de rétablir un bien dans un état spécifié
ou en mesure d’assurer un service déterminé ».
 Selon l'AFNOR: Ensemble de toutes les actions techniques, administratives et de
management durant le cycle de vie d'un bien, destinées àle maintenir ou àle rétablir dans un
état dans lequel il peut accomplir la fonction requise. [2]

II.4. Les principaux enjeux:


Dans le cadre d’une maintenance renouvelée, plusieurs enjeux importants sont en cause:
 Pour le gestionnaire de l’entreprise, ces enjeux consistent surtout à
dimensionner la maintenance en fonction de la production à assurer, c’est-à-dire maintenir

Page 23
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

un outil industriel qui subit à la fois les contraintes d’une concurrence accrue et
l’obsolescence inhérente au vieillissement et au remplacement par de l’équipement moderne.
En définitive, dans la mesure oùla qualitédu produit final dépend du processus de fabrication,
elle devient aussi redevable en grande partie àla machinerie de fabrication utilisée et àson
état de fonctionnement.
 Pour le personnel de l’usine, la nature des tâches reliées à la production va
changer dans l’usine de demain; on ne verra pratiquement plus que du personnel de
maintenance et, inévitablement, cela se traduira àla fois par une augmentation du niveau de
qualification et de revalorisation de ses tâches.
 En somme, l’importance de la maintenance s’accroît à cause d’une foule de
facteurs, notamment, ceux reliés à la « mécanisation du travail, à l’automation et à la
modernisation en général, aux impératifs de cadences et de disponibilitéet àla nécessitéde
fabriquer des produits ayant une qualitéélevée et constante». [3]

II.5. Les différentes formes de maintenance: Les différentes formes de maintenance son
présentées par l’organigramme suivant :

Maintenance

Préventive Corrective

Systématique Conditionnelle Prévisionnelle Curative Palliative

Défaillance
Échéancier Seuil de décision Evolution du paramètre

Inspection

Réparation
- Remplacement - Réparation - Inspection -visite
Remplacement

Figure II.1 : les différentes formes de maintenance

Page 24
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

L’arbre de la maintenance comprend deux grands embranchements principaux: la


maintenance corrective ou curative et la maintenance préventive qui se subdivise en
maintenance systématique et en maintenance conditionnelle ou prédictive.
 La maintenance corrective : Il s'agit de la maintenance effectuée après la
détection d’une panne, elle a pour objectif de remettre une entité d’un état défaillant à un état
lui permettant d’accomplir une fonction requise.
Le fonctionnement de la maintenance corrective est diviséen deux parties :
-Maintenance palliative : La maintenance palliative est une maintenance qui s'attache àla
correction de tout incident identifiéen production, et empêchant la poursuite de celle-ci, c’est
une intervention rapide pour pallier au plus urgent en attendant de trouver une solution ou une
correction définitive plus rassurante.
-Maintenance curatives : La maintenance curative est une maintenance qui s'attache à
corriger tout incident identifié en production mais n’empêchant pas la poursuite de celle-ci, il
s'agit d'une intervention en profondeur et définitive pour réparer un équipement de façon
définitive.
 La maintenance préventive : maintenance exécutée àdes intervalles
prédéterminés ou selon des critères prescrits et destinée àréduire la probabilitéde défaillance
ou la dégradation du fonctionnement d’un bien. Dans le cadre de la maintenance préventive,
on peut opérer:
Selon un échéancier relativement fixe: c’est la maintenance systématique; ou en
fonction d’un événement défini préalablement et révélateur de l’état de dégradation d’un
équipement (grâce à l’information d’un capteur, la mesure d’une usure...): il s’agit alors de
maintenance conditionnelle (ou prédictive).
-La maintenance systématique: lorsque les durées de vie des différents sous ensembles et
composantes de l’équipement sont bien connues, quand ces matériels sont soumis àdes
normes strictes (les appareils sous pression, les ascenseurs, etc.) ou lorsque le coût
d’immobilisation peut être diminué, en procédant à des échanges standards de sous-ensembles;
-La maintenance conditionnelle: pour le même équipement que ci-dessus, mais lorsque les
causes et les modes de ses défaillances sont suffisamment bien connus et que l’on sait corréler
leur apparition avec un phénomène physique enregistrable au moyen d’un capteur (tels que les
vibrations, les bruits, l’usure...).
Dans la maintenance préventive, on retrouve habituellement l’ensemble des opérations
suivantes :

Page 25
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

 Les opérations de surveillance: rondes sur les matériels en fonctionnement,


interventions légères, corrections de petites pannes, interventions de premier niveau; cette
pratique est pertinente pour tous les matériels automatisés ou stratégiques dans le procédéde
fabrication;
 Les visites périodiques: si l’on ignore les durées de vie des pièces et
composantes de l’équipement, ces visites imposent très souvent des travaux de maintenance
décidés sur-le-champ, parce qu’ils sont urgents ou planifiés.
Cette pratique s’applique aux matériels arrivés à maturité, accessibles ou placés en
redondance dans le procédéde production, et pour lesquels le diagnostic et le délai
d’obtention des pièces de rechange peuvent être rapides. [4]

II.6. Les Cinque niveaux de maintenance : [5]

• Réglages simples prévus par le constructeur au moyen d’organesaccessibles


Niveau sans aucun démontage d’équipement, ou échange d’éléments accessibles en
1 toute sécurité.

• Dépannages par échanges-standard d’éléments prévus à cet effet, ou


Niveau d’opération mineures de maintenance préventive (rondes).
2

• Identification et diagnostic de pannes, réparation par échange de composants


Niveau fonctionnels, réparations mécaniques mineures.
3

Niveau • Travaux importants de maintenance corrective ou préventive.


4

• Travaux de rénovation, de construction ou réparations importantes confiées à


Niveau un atelier central.
5

Page 26
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

II.7. Etude FMD


II.7.1. La fiabilité: La fiabilité est l’aptitude d’une entité à accomplir une fonction requise,
dans des conditions et pour une durée donnée. Cette définition peut être formulée
différemment : la fiabilité d’une entité est la probabilité moyenne de non défaillance de cette
entitésur un intervalle de temps donné. Les paramètres importants de la fiabilitésont donc les
conditions d’utilisation du système, le temps ou le nombre de cycles.
La fiabilité d’un dispositif dépend aussi de la fonction remplie par ce dispositif.

II.7.1.1. Les différents types de fiabilité:


A. fiabilitéintrinsèque : elle est propre àun matériel et àun environnement donnéet ne
dépend que de ce matériel.
B. fiabilitéextrinsèque : elle résulte des conditions d'exploitation, de la qualitéde la
maintenance, d'une manière générale d'événement relatif a l'intervention humaine.
C. fiabilitéimplicite: basée sur l’expérience et dont le but est de réduire la fréquence et la
durée des arrêts.
D. fiabilitéexplicite: dont le concept est formémathématiquement, elle permet de déterminer
Rigoureusement le degréde confiance dans le matériel. [6]

II.7.1.2. paramètres nécessaires alla mesure de fiabilité


A) Densitéde probabilité: c'est la probabilitéd'avoir une défaillance juste au temps (t).
𝛽 𝑡 − 𝛾 𝛽−1 𝑡−𝛾 𝛽
𝑓 (𝑡 ) = [ ] 𝑒𝑥𝑝 [− ( ) ]
𝜂 𝜂 𝜂
B) Fonction de répartition : c'est la probabilitécumulée de défaillance entre 0 et t.
𝑡−𝛾 𝛽
𝐹 (𝑡 ) = 1 − 𝑒𝑥𝑝 [− ( ) ]
𝜂

C) Fonction de fiabilité: c'est la probabilitécumulée de bon fonctionnement (non


défaillance) dans l'intervalle [0, t].

𝑡−𝛾 𝛽
𝑅(𝑡 ) = 𝑒𝑥𝑝 [− ( ) ]
𝜂

Page 27
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

D) Taux de défaillance : c'est la probabilitécumulée de défaillance àl'instant (t+dt) sachant


qu'il était encore en fonctionnement àl'instant (t).

𝛽 𝑡 − 𝛾 𝛽−1
𝜆 (𝑡 ) = [ ]
𝜂 𝜂

II.7.2 La disponibilité:
Un matériel est dit disponible lorsqu’on peut en disposer pour s’en servir, cette disponibilité
peut être conservée, un instant donnéou, un intervalle de temps donné. [7]
A-Disponibilitéintrinsèque :
Cette disponibilitéest évaluée en prenant en compte les moyennes des temps de bon
fonctionnement et les moyennes de réparations, ce qui donne :
𝑴𝑻𝑩𝑭
𝑫𝒊 =
𝑴𝑻𝑩𝑭 + 𝑴𝑻𝑻𝑹

M.T.B.F. : moyenne des temps de bon fonctionnement (Mean Time Between Failures).
M.T.T.R. : moyenne des temps d'immobilisation pour intervention de maintenance (Mean
Time To Repaire).

𝑻𝑪𝑩𝑭 ∑𝑻𝑻𝑹
𝑴𝑻𝑩𝑭 = 𝑴𝑻𝑻𝑹 =
𝑵𝒊 𝑵𝒊

TCBF. : Temps cumuléde bon fonctionnement
Ni : Nombre d'interventions de maintenance avec immobilisation.

B-Disponibilitéopérationnelle :
Pour cette mesure, sont pris en compte les temps Logistiques, ce qui donne :
𝐌𝐓𝐁𝐅
𝐃𝐨 =
𝐌𝐓𝐁𝐅 + 𝐌𝐓𝐓𝐑 + 𝐌𝐓𝐋

M.T.L. : moyenne des temps logistiques.
∑(𝒕𝒆𝒎𝒑𝒔 𝒅’𝒊𝒎𝒎𝒐𝒃𝒊𝒍𝒊𝒔𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 + 𝒕𝒆𝒎𝒑𝒔 𝒅’𝒂𝒓𝒓ê𝒕)
𝑴𝑻𝑳 =
𝑵𝒊

Page 28
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

C- Disponibilitéinstantanée :
Pour un système avec l'hypothèse d'un taux de défaillance λ constant et d'un taux de
réparation μ constant, on montre que la disponibilité instantanée a pour expression :
𝝁 𝝁
𝑫(𝒕) = + 𝒆−(𝝀+𝝁)𝒕
𝝀+𝝁 𝝀+𝝁


𝟏
𝝀=
𝑴𝑻𝑩𝑭

Et
𝟏
𝝁=
𝑴𝑻𝑻𝑹

II.7.3 La maintenabilité:
Dans des conditions données d’utilisation l’aptitude d’un dispositif à être maintenue ou
rétablie dans un état dans lequel il peut accomplir les missions requises lorsque la
maintenance est accomplie dans des conditions données avec des procédures et des moyens
prescrits. [8]

𝑴(𝒕) = 𝟏 − 𝒆−𝝁.𝒕

II.7.4 Etude générale du modèle de Weibull :


La loi de Weibull est souvent utilisée en mécanique ; elle caractérise bien le comportement du
produit dans les trois phases de vie selon la valeur du paramètre de forme β : période de
jeunesse (β< 1), période de vie utile (β = 1) et période d'usure ou vieillissement (β > 1). La loi
de Weibull est définie par trois paramètres η (paramètre d'échelle), β (paramètre de forme) et
γ (Paramètre de décalage).

A. Caractéristiques générales de la distribution de Weibull :


La loi de Weibull se distingue par rapport à d’autre distribution par sa simplicité et sa
souplesse, elle se caractérise par son aptitude à présenter les trois périodes de la vie d’un
dispositif (jeunesse, vie utile, vieillesse), elle s’adapte aussi aux dispositifs qui ont un taux de
défaillance variable. [9]

Page 29
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

Dans sa forme la plus générale, la distribution de Weibull dépend des trois paramètres
suivants :
γ : décalage à l’origine, γ ≥ 0 (homogène au temps)
β : paramètre de forme, β > 0 (sans dimension)
η : paramètre d’échelle (ou de durée de vie), η >0(homogène au temps).
Son exploitation permet de :
-Estimer la MTBF (moyenne des temps de bon fonctionnement) de la population àétudier.
-Identifier le mode de défaillance grâce au paramètre β, sa valeur étant caractéristique de
certains modes de défaillance.
-Donner les formules de la fiabilité R(t) et du taux de défaillance λ(t) ainsi que leur évolution.

B. Signification du paramètre de forme β :


β est un nombre sans dimension, il définit l’allure de la distribution de Weibull.(figure II.2 )

Figure II.2 : Signification du paramètre β

β<1 : correspond à la zone décroissante de la courbe, c’est la période de mise en place et de


rodage de l’installation (période de jeunesse).
β =1 : correspond à la zone ou le taux de défaillance aléatoire est pratiquement constant, c’est
la période de défaillance aléatoire qui ne présente généralement aucune symphonie de
dégradation préalable (vie utile) c’est la période la plus longue.
β>1 : correspond àla zone croissante rapide. C’est l’époque de vieillesse qui est provoquée
par l’usure mécanique.

Page 30
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

C. Signification du paramètre de localisation ou de repérage :


γ: Paramètre de décalage, il s’exprime en unité de temps, il indique le temps de l’apparition
des défaillances. (Figure III.6)
Si γ > 0 ; Aucune défaillance n’apparait dans l’intervalle [0, γ].
Si γ = 0 ; les défaillances s’amorcent a t=0.
Si γ < 0 ; les défaillances ont débuté avant l’origine des temps, et cela pourrait se traduire par
des défauts intrinsèques (défauts de conception) du dispositif àétudier, ou par un mauvais
stockage du matériel (non-respect des conditions de stockage), ou par une mauvaise utilisation.
[9]

Figure II.3 : Signification du paramètre de repérage

D- Signification du paramètre d’échelle :


Les expressions 𝑓 (t) et F (t) deviennent à l’issue du changement de variable.
E- Analyse du taux d’avarie :

Figure II.4 : Analyse du taux d’avarie

Page 31
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

Si β = 1 : taux d’avarie constant


𝛽 𝑡 − 𝛾 𝛽−1
𝜆 (𝑡 ) = [ ]
𝜂 𝜂
𝛽
𝜆 (𝑡 ) =
𝜂

β < 1 : correspond à la zone de décroissement rapide. C’est la période de la mise en place de


rodage de l’installation. Les défaillances sont dues à des anomalies où des imperfections de
montage, ou àla méconnaissance de la conduite du matériel de la part des opérateurs.
β > 1 : correspond à la zone de croissance rapide, c’est la période du vieillissement provoquée
par l’usure mécanique, les vibrations répétées, les chocs qui modifient la structure des métaux.
Tous ces effets étant amplifiés par la variation des contraintes.

F- Détermination des paramètres de "Weibull" :


On déterminée en pression lieu àla fonction de répartition F(ti) qui peut être estimée par la
méthode des rangs médians ou la méthode des rangs moyens.
Si : N est le nombre d'observation et F (t) la fonction de répartition de ces observations:

∑𝑛𝑖 − 0,3
F(ti) = Si N ≤ 20
𝑁 + 0,4

∑𝑛𝑖
F(ti) = Si 50 > N > 20
𝑁+1

∑𝑛𝑖
F(ti) = Si N > 50
𝑁

II.7.5 Vérification de la validitéde la loi par un test d'adéquation :


Test de Kolmogorov- Smirnov
L'idée est toujours de comparer la fonction réelle de répartition avec celle théorique .Cette
fois si nous avons mesurél'écart, point par point entre ces deux fonctions.

Page 32
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

𝑫𝒏𝒊 = |𝒇(𝒕𝒊) − 𝑭(𝒕𝒊) |

Où:
F (ti) : la fonction de répartition théorique.
𝑓 (ti) : la fonction de répartition réelle.
Nous avons pris la valeur maximale :
𝑫𝒏,𝒎𝒂𝒙 = |𝒇(𝒕𝒊) − 𝑭(𝒕𝒊) | Avec la valeur 𝑫𝒏,𝜶
Qui était donnée par le tableau de Kolmogorov-Smirnov, si :
𝑫𝒏,𝒎𝒂𝒙 >𝑫𝒏,𝜶 : donc nous refusons l'hypothèse du modèle théorique ;
𝑫𝒏,𝒎𝒂𝒙 <𝑫𝒏,𝜶 :: donc nous acceptons l'hypothèse du modèle théorique ;
α : le seuil de confiance ou le niveau significatif, dépend de la politique de maintenance
exigée. [10]

II.7.6 La relation entre les notions FMD

Vie d’un équipement

R(t) FIABILITE MAINTENABILITE


Probabilitéde bon M(t) probabilitéde
fonctionnement durée de réparation

DISPONIBILITE D(t)
Probabilitéd'assurer
un service rendu

Pour qu’un matériel soit disponible il faut s'assurer que sa fiabilité est optimum et qu'il est
aussi maintenable.

Page 33
CHAPITRE II : généralitésur la maintenance

II.8 Conclusion:
Les nouvelles pratiques de maintenance industrielle pénètrent déjàlargement dans les pays les
plus avancés sur le plan des technologies de fabrication. Disponibilitéde l’équipement,
économies d’entretien et efficacité industrielle: les entreprises manufacturières du Québec ont
beaucoup àgagner dans la modernisation de cette fonction cléde la production.
Avec l’automatisation à grande échelle et l’arrivée en force du juste-à-temps, l’heure du
«zéro-panne », ou plutôt du «zéro-arrêt » a sonné. L’impératif d’aujourd’hui, dans le
domaine de la production d’avant-garde, autant pour les biens de consommation que pour les
biens de production, c’est la sûreté de fonctionnement ou la pleine disponibilitéde
l’équipement de fabrication.
Désormais, la maintenance fait partie intégrante des stratégies d’entreprise, au même titre que
la qualité, l’innovation ou le marketing.

Page 34
CHAPITRE I : Etude FMD de la machine àextraire (MAE)

III.1. Etude FMD de la machine:


Dans ce chapitre, nous avons réalisé l’étude FMD (Fiabilité, Maintenabilité, disponibilité)
pour connaître l’état de notre machine.
Pour faire une étude FMD sur la machine, il faut de connaitre les équipements les plus
critique dans le secteur, et pour cela Nous avons fait ce tableau :
les machines fréquence
réfractaire secondaire 39
oxycoupeur 25
oscillateur 23
Voie àrouleaux 23
MAE (machine àextraire) 22
lubrification lingotière 15
Centrale àflocon 9
réfractaire primaire 4
chariot port répartiteur 4
hydro cyclone 3
centrale hydraulique 2
joint bride inferieure du lingot 2
ripeur 1
Tourniquet àpoche 1

Tableau III.1 : les machines et leur fréquence des pannes

les fréquence des fréquence fréquence


pannes
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0 les machines

Figure III.1 : Histogramme de machines et leur fréquence des pannes

A partir de ce graphe nous avons choisi un équipement très important dans la chaine de
production, machine àextraire (extracteur-redresseur).

Page 35
CHAPITRE I : Etude FMD de la machine àextraire (MAE)

III.2. Calcul des paramètres de weibull:


Le tableau suivant comporte les TBF classés par ordre croissant, et les F(i) calculés par la
méthode des ranges médians ∑𝑛𝑖 et on trace la courbe de WeiBull :
F(ti) =
𝑁+1

TBF N ∑ni F(ti) F(ti) %


5,24 1 1 0,017 1,695
10,70 1 2 0,034 3,390
16,11 1 3 0,051 5,085
. .
. .
. .
. .
1095,78 1 58 0,983 98,305
1967,9 1 59 1,000 100,000

Tableau III.2 : Fonction de réparation réelle


NB : suite de tableau (temps de bon fonctionnement MAE) voir annexe.
A partir de papier de weibull, On déduire les paramètres: β, η, et γ.

F (ti) %
y = 0.8266x0.7643
R² = 0.9294

TBF

Figure III.2: papier de WeiBull.


On a obtenu des paramètres de la loi Weibull (α, β, γ) :
β=1,2 ; η=292,162 (h) ; γ=0

Page 36
CHAPITRE I : Etude FMD de la machine àextraire (MAE)

III.3. Test (KOLMOGOROV SMIRNOV):


Avant la validation de toutes les lois de fiabilité, il est nécessaire de tester l'hypothèse pour
savoir si nous devrons accepter ou rejeter le modèle proposépar le test de K-S avec un seuil
de confiance de α = 50%. Ce test consiste àcalculer l'écart entre la fonction théorique F(ti) et
la fonction réelle F(t) et prendre le maximum en valeur absolue Dn.max.
Cette valeur est comparée avec Dn.α Qui est donnée par la table de Kolmogorov
smirnov (voir annexe). Si Dn.max. > Dn.α On refuse l’hypothèse.

TBF F(ti) F(t) Dn


5,24 0,017 0,00799 -0,0090
10,70 0,034 0,01872 -0,0152
16,11 0,051 0,03041 -0,0204
. .
. .
. .
. .
1095,78 0,983 0,99245 0,0094
1967,9 1,000 0,99995 -0,0001

Tableau III.3 : Test de kolmogrov-smirnov


NB : suite de tableau (test de kolmogrov-smirnov) voir annexe.
D'après la table de K-S:
Dn.max < Dn.α Ce qui veut dire que le modèle de WeiBull est accepté.
Nous avons pris la valeur maximale Dn.max =|F(ti) - F(t)|.
Dn.max = 0.1509 tandis que Dn.α = D>35.0,05 = 1,36.

0.1509 <1,36 donc l’hypothèse du modèle de WeiBull est acceptable.

III.4. Exploitation des paramètres de WEIBULL :

A. Le MTBF :
Le tableau de MTBF donne A= 0.9407, B=0,787 (voir annexe tab.2).

MTBF=A*η + γ.

MTBF=0.9407x292,162 + 0

MTBF = 278,0510h.

Page 37
CHAPITRE I : Etude FMD de la machine àextraire (MAE)

B. La densitéde probabilitéen fonction du MTBF :

𝛽 𝑡 − 𝛾 𝛽−1 𝑡−𝛾 𝛽
𝑓(𝑡 = 𝑀𝑇𝐵𝐹 ) = [ ] 𝑒𝑥𝑝 [− ( ) ]
𝜂 𝜂 𝜂

1,2−1 1,2
1,15 278,0510 − 0 278,0510 − 0
𝑓 (278,0510) = [ ] 𝑒𝑥𝑝 [− ( ) ]
292,162 292,162 292,162

𝑓 (𝑡 ) =0,0016=0,16 %

C- La fonction de réparation en fonction de MTBF :

𝑡−𝛾 𝛽
𝐹 (𝑡 ) = 1 − 𝑒𝑥𝑝 [− ( ) ]
𝜂

278,0510 − 0 1,2
𝐹 (𝑡 ) = 1 − 𝑒𝑥𝑝 [− ( ) ]
292,162

𝐹 (𝑡 ) =0,6102= 61,02 %

D- La fiabilitéen fonction de MTBF :

R(t=MTBF) = 1 - F(t= MTBF) = 1-0,6102=0,3898.

R(MTBF) = 38,98 %.

On remarque que la fiabilitéde la MAE est faible.

E- Le taux de défaillance en fonction de MTBF :

𝛽 𝑡 − 𝛾 𝛽−1
𝜆(𝑡 = 𝑀𝑇𝐵𝐹 ) = [ ]
𝜂 𝜂

Page 38
CHAPITRE I : Etude FMD de la machine àextraire (MAE)

1,2−1
1,2 278,0510 − 0
𝜆(278,0510) = [ ]
292,162 292,162

𝜆(𝑡 ) = 0,0040 panne/heures.

 Calcul du temps souhaitable pour une intervention systématique:


R (t)=80 % t= ?

𝑡−𝛾 𝛽
( )
𝑅 𝑡 = 𝑒𝑥𝑝 [− ( ) ]
𝜂

ln R(t)=-(t/)=ln(0.8) -[ln R(t)]1/=t /t =[ln(1/R(t)]1/.


tsys =292 heures.
Pour garder la fiabilitéde la MAE 80% il faut intervenir chaque temps systématique 292 h.

III.5. Étude de modèle de weibull:


III.5.1. La fonction de la densitéde probabilité:

TBF f(t)
5,24 0,0016
10,70 0,0021
16,11 0,0022
. .
. .
. .
. .
1095,78 0,0000
1967,9 0,0000

Tableau III.4:Calcul la fonction de la densitéde probabilité

NB : suite de tableau (Calcul la fonction de la densitéde probabilité) voir annexe.

Page 39
CHAPITRE I : Etude FMD de la machine àextraire (MAE)

A. Courbe de la densitéde la probabilitéf(t) :

f (t)
0.0030

0.0025

0.0020

0.0015

0.0010

0.0005

0.0000 TBF
0 500 1000 1500 2000 2500

Figure III.3: La Courbe DensitéDe Probabilité

B. Analyse de la courbe :
D'après cette courbe on remarque que la fonction f(t) (densitéde probabilité) augmente dans
un intervalle du temps très petit, et après la fonction f(t) diminue avec le temps.

III.5.2. Fonction de répartition F(t) :

TBF F(t)
5,24 0,00799
10,70 0,01872
16,11 0,03041
. .
. .
. .
. .
1095,78 0,99245
1967,9 0,99995

Tableau III.5:Fonction de répartition F(t)


NB : suite de tableau (Calcul la Fonction de répartition F(t)) voir annexe.

Page 40
CHAPITRE I : Etude FMD de la machine àextraire (MAE)

A. Courbe fonction de répartition F(t) :

F (t)
1.20000

1.00000

0.80000

0.60000

0.40000

0.20000

0.00000 TBF
0.00 500.00 1000.00 1500.00 2000.00 2500.00

Figure III.4: La Courbe De Fonction Répartition

B. Analyse de la courbe :
La fonction de défaillance croissant en fonction de temps, et pour t=MTBF,
F(MTBF)= 0,6102= 61,02 %
III.5.3. La fiabilité:
La fonction fiabilitéde celle de répartition: R (t) = 1-F (t), après calcul la fiabilitéde la
MAE aux temps t=MTBF, on début que la valeur n'est pas satisfaisante donc on peut dire que
la MAE n'est pas fiable àt=MTBF
R(t=MTBF) =38,98

TBF R(t)
5,24 0,9920
10,70 0,9813
16,11 0,9696
. .
. .
. .
. .
1095,78 0,0076
1967,9 0,0001

Tableau III.6:Calcul de la fiabilité


NB : suite de tableau (Calcul la Calcul de la fiabilitéR(t)) voir annexe.

Page 41
CHAPITRE I : Etude FMD de la machine àextraire (MAE)

A. Courbe de la fiabilité:

R (t)

1.2000

1.0000

0.8000

0.6000

0.4000

0.2000

0.0000 TBF
0.00 500.00 1000.00 1500.00 2000.00 2500.00

Figure III.5: La Courbe De la Fonction Fiabilité

B. Analyse de la courbe :
Le graphe décroisant en fonction de temps ce qui fait expliquer par le phénomène de
dégradation.
L'amélioration de la fiabilitéde la MAE passe obligatoirement par une analyse des
défaillances avec une étude détaillée de leurs causes de leurs modes et de leurs conséquences.

III.5.4. Le taux de défaillance :

TBF λ(t)
5,24 0,0018
10,70 0,0021
16,11 0,0023
. .
. .
. .
1095,78 0,0054
1967,9 0,0060

Tableau III.7:Calcul le taux de défaillance

NB : suite de tableau (Calcul le taux de défaillance λ (t)) voir annexe.

Page 42
CHAPITRE I : Etude FMD de la machine àextraire (MAE)

λ (t)
0.0070

0.0060

0.0050

0.0040

0.0030

0.0020

0.0010

0.0000 TBF
0.00 500.00 1000.00 1500.00 2000.00 2500.00

Figure III.6: Le courbe taux de défaillance

A. Analyse de la courbe :
Le taux de défaillance est croissant en fonction de temps. Cette augmentation est considérée
anormale par ce que (β= 1,2 > 1) correspondante ainsi à la période de vieillesse ou d’usure.

III.5.5. Calcul la Maintenabilitéde la MAE :


D'après l'historique des pannes de la MAE:
MTTR= ∑ TTR/N.
TTR : temps de réparation.
N : nombre de panne.
MTTR= 509,21/56= 9,09 h
𝑴(𝒕) = 𝟏 − 𝒆−𝝁.𝒕
Avec = 1/MTTR =1/9,09 =0,11 intervention / heure.

TTR M(t)
0,87 0,0909
0,98 0,1027
0,99 0,1036
. .
. .
. .
37,89 0,9845
54,00 0,9974
Tableau III.8:La maintenabilitéde la MAE
NB : suite de tableau (Calcul La maintenabilitéde la MAE) voir annexe.

Page 43
CHAPITRE I : Etude FMD de la machine àextraire (MAE)

À partir la formule de maintenabilitéon obtient que M(t)=63,21%.

A. Courbe de la fonction de Maintenabilité:

M (t)

1.2

0.8

0.6

0.4

0.2

0 TTR
0.00 10.00 20.00 30.00 40.00 50.00 60.00

Figure III.7: La Courbe de Maintenabilité

B. Analyse de la courbe :
La Maintenabilitéest croissant en fonction de temps TTR

III.5.6. Calcul la disponibilitéde la MAE:


A. Disponibilitéintrinsèque:

𝑀𝑇𝐵𝐹 𝟐𝟕𝟖,𝟎𝟓𝟏𝟎
𝐷𝑖 = = 𝐷𝑖 = = 0,9683
𝑀𝑇𝐵𝐹+𝑀𝑇𝑇𝑅 𝟐𝟕𝟖,𝟎𝟓𝟏𝟎+𝟗,𝟎𝟗

B. Disponibilitéinstantané:

𝝁 𝝁
𝑫(𝒕) = + 𝒆−(𝝀+𝝁)𝒕 =96,83%
𝝀+𝝁 𝝀+𝝁

Page 44
CHAPITRE I : Etude FMD de la machine àextraire (MAE)

μ= λ= K= G= L= 𝐃(𝐭) =
MTTR MTBF TBF P=exp L
(1/MTTR) (1/MTBF) μ/(λ+μ) λ/(μ+λ) (μ+λ)*TBF L+(G*P)
9,09 278,051 0,1100 0,0036 5,24 0,9683 0,0317 -0,5951 0,5515 0,9858
9,09 278,051 0,1100 0,0036 10,70 0,9683 0,0317 -1,2152 0,2966 0,9777
. .
. .
. .
. .
9,09 278,051 0,1100 0,0036 1095,78 0,9683 0,0317 -124,4486 0,0000 0,9683
9,09 278,051 0,1100 0,0036 1967,9 0,9683 0,0317 -223,4960 0,0000 0,9683

Tableau III.9: Tableau de disponibilitéinstantané

-Courbe de la disponibilité:

D (ins)
0.9880
0.9860
0.9840
0.9820
0.9800
0.9780
0.9760 系列1

0.9740
0.9720
0.9700
0.9680
0.9660 TBF
0.00 500.00 1000.00 1500.00 2000.00 2500.00

Figure III.8: La Courbe de disponibilitéinstantanée

NB : suite de tableau (Calcul La disponibilitéinstantanée de la MAE) voir annexe.

-Analyse de la courbe :
La disponibilitéest décroissante en fonction du temps, pour augmenter la disponibilité d’une
MAE consiste àdiminuer le nombre de ses arrêt (augmentésa fiabilité) et réduire le temps
nécessaire pour résoudre les causes de ceux-ci (augmentésa maintenabilité).

Page 45
CHAPITRE I : Etude FMD de la machine àextraire (MAE)

III.6. Conclusion :
Au terme de notre étude, nous pouvons constater et conclure qu'il est très important de
connaitre la méthode de calcule de tout les sous ensembles de la MAE avec une étude
détaillée des problèmes qu'on peut rencontrer dans le réducteur, le vérin hydraulique et les
différents éléments de la machine comme les joints d'étanchéité, les tuyaux de
refroidissement ……. .Etc.
Ainsi que de connaitre les comportements avec une étude détaillée qui permettent de choisir
une meilleure politique de maintenance, ce qui donne la possibilitéde réduire les temps
d’arrêts (d'indisponibilité).

Page 46
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

IV.1. Introduction :
L’étude AMDEC occupe une place importante dans l’optimisation de la fonction maintenance.
Cette étude a pour objectif de réduire ces temps d’indisponibilité et améliorer la fiabilitédes
équipements dès la conception, Ce qui permet d’optimiser cette composante tout en identifiant
les éléments les plus critiques et en aidant les décideurs de service maintenance àdéfinir la
politique de maintenance appropriée.
L’analyse des modes de défaillance de leurs effets et leur criticité (AMDEC). C’est l'analyse
inductive de recherche des effets, des pannes, des composants sur les sous-systèmes et le
système. Elle permet de recenser les défauts àdétecter lors des opérations de maintenance. Il
s'agit de cerner les conditions de travail, les types d'avaries àidentifier et encore:
- connaître les éléments (fonctions et constituants) les plus importants.
- découvrir, évaluer et classer les faiblesses, les anomalies et les dysfonctionnements du
système.
- gérer les points critiques et remettre en cause même la conception de système.
- préconiser les mesures correctives ;
- évaluer les effets de ces mesures pour s’assurer de leurs efficacités, et pour les comparer et
décider.

IV.2. Définition de l’AMDEC : AFNOR (Norme X-510) :

Page 47
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

L'AMDEC (Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité) est une
méthode d’analyse de la fiabilité qui permet de recenser les défaillances et les conséquences
affectant le fonctionnement du système dans le cadre d’une application donnée ». [11]

IV.3. Méthodologie de l’AMDEC Le groupe AMDEC est tenu de maîtriser la machine


et de mettre à jour et s’assurer de la validité de toutes les informations utiles à l’étude. Il
appartient à ce groupe de s’appuyer sur le retour d’expérience de tous les opérateurs de tous
les services de cycle de fabrication de produit, qui peuvent apporter une valeur ajoutée à
l’analyse. La démarche pratique de l’AMDEC comprend 4 étapes :

Etape 1 : initialisation de l’étude qui consiste :


- la définition de la machine àanalyser,
- la définition de la phase de fonctionnement,

Etape 2 : description fonctionnelle de la machine qui consiste :


- décomposition structurelle (nombre d'organe)
- les liens entre les différentes structures (sous ensemble)

Etape 3 : analyse AMDEC qui consiste :


- analyse des mécanismes de défaillances (causes de la défaillance)
- effet de la défaillance
- évaluation de la criticitéàtravers :
 La probabilité d’occurrence F,
 La gravitédes conséquences G,
 La probabilitéde non détection D.
 La criticitéest définie par le produit : Cr = F.G.D
- propositions d’actions correctives.

Etape 4 : synthèse de l’étude/décisions qui consiste :


- bilan des travaux.
- décision des actions àengager.

IV.4. Objectifs de l’AMDEC :

Page 48
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

L’AMDEC est une technique d’analyse prévisionnelle qui permet d’estimer les risques
d’apparition de défaillance ainsi que les conséquences sur le bon fonctionnement du moyen
de production, et d’engager les actions correctives nécessaires.

L’objectif principal est l’obtention d’une disponibilitémaximale.

Les objectifs intermédiaires sont les suivants:

 Analyser les conséquences des défaillances.


 Réduction du nombre des défaillances.
 Prévention des pannes.
 Amélioration de fabrication, du montage et de l’installation.
 Amélioration de la maintenance préventive.
 Identifier les modes de défaillances.
 Aide au diagnostic.
 Préciser pour chaque mode de défaillance les moyens et les procédures de
détection.
 Déterminer l’importance ou la criticitéde chaque mode de défaillance.
 Classer les modes de défaillance.
 Amélioration de la sécurité.

IV.5. Définition de la criticité:

A fin de déterminer l'importance de chaque mode de défaillance on calcul l'indice de


criticité.

L'indice de criticitéest calculépour chaque défaillance àpartir de combinaison des trois

Indice :

C=FXGXN
 C: indice de criticité.

 F: indice de la fréquence d'apparition de la défaillance.

 G: indice de gravité, de conséquence que la défaillance génère.

 N: indice de la non-détection de l'apparition de la défaillance. [12]

Le calcul de criticitéest fait par le produit des notes G.F.N seuil de criticitéacceptable ou
non, permettant la hiérarchisation et la mise en place d'action corrective qui peut être défini

Page 49
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

Comme suit:

N° NIVEAU DE
ACTIONS A ENGAGER
CRITICITE
1  C < 10 Aucune modification de conception Maintenance
1
Criticiténégligeable corrective

10  C < 20 Amélioration des performances de l’élément


2
Criticitémoyenne Maintenance préventive systématique

20  C < 40 -Révision de la conception du sous-ensemble et du


Criticitéélevée choix des éléments.
3
-Surveillance particulière, maintenance préventive
conditionnelle / prévisionnelle
40  C < 64 Remise en cause complète de la conception.
4
Criticitéinterdite

Tableau IV.1: Niveau de criticité.

IV.6. Les Grilles de cotation :


IV.6.1. Grille de cotation de la fréquence de quatre niveaux :

Niveau de fréquence: F Définition des niveaux


Défaillance rare:
1 Fréquence très faible.
1défaillance maximum par an.
Défaillance possible:
2 Fréquence faible.
1défaillance maximum par trimestre.
Défaillance fréquente:
3 Fréquence moyenne.
1défaillance maximum par mois.
Défaillance très fréquente:
4 Fréquence forte.
1 défaillance maximum par semaine.

Tableau IV.2:Niveau de fréquence.

IV.6.2. Grille de cotation de la gravité(indisponibilité) :

Page 50
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

Niveau de gravité: G Définition des niveaux


Défaillance mineure:
1 Gravitémineure
Pas d’arrêt de production
Défaillance significative:
Gravitésignificative Arrêt  1 heure
2

Défaillance moyenne:
3 Gravitémoyenne
1 heure < arrêt  1 jour

Défaillance majeure:
Gravitémajeure
4 Arrêt > 1 jour

Tableau IV.3:Niveau de gravité

IV.6.3. Grille de cotation de la probabilitéde non-détection :

Niveau de la probabilitéde non


Définition des niveaux
Détection: N

1 Visite par opérateur.

2 Détection aisée par un agent de maintenance

3 Détection difficile

4 Indécelable

Tableau IV.4:Niveau de la probabilitéde non détection.

IV.7. Démarche pratique:


Page 51
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

IV.7.1.1. Description de la machine : [13]

Pour extraire et redresser les billettes coulées, deux machines extracteurs-redresseurs sont
prévus par ligne.

IV.7.1.2. Disposition des machines :

Figure IV.1: Machine àextraire

L’extracteur-redresser n°1 se trouve au point tangentiel (point de transition entre la ligne


courbe et la ligne horizontale).

L’extracteur-redresseur n°2 se trouve sur la ligne horizontale, directement derrière


l’extracteur-redresseur n°1.

Chaque extracteur-redresseur comprend :

- un bâti inférieur montésur le socle de base,


- un bâti supérieur mobile relie àla partie inférieure par le pivot,
- rouleau supérieur motoriséréglable hydrauliquement avec des roulements
Et carters, montés sous le bâti supérieur,
- rouleau inférieur non motorisé, montés sur la partie inférieure du bâti,
- moteur àcourant continue,
- réducteur entrainant le rouleau supérieur, montésur la partie supérieur du carter,
- transmission àchaine entre le réducteur et le rouleau supérieur,

Page 52
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

- joints tournants pour l’alimentation en eau de refroidissement des rouleaux supérieurs


et inférieurs,
- frein,
- accouplement élastique,
- vérin hydraulique,
- cadre de fixation du vérin hydraulique.

Figure IV.2 : la machine àextraire (dans la machine àcoulée N°2, la ligne 1)

IV.7.1.3. Principe de fonctionnement de la machine àextraire (MAE) :

La machine àextraire (extracteur-redresseur) se situe entre le grand corset et le rouleau


mesureur, elle est composée de deux rouleaux, sert àintroduire le mannequin dans la
chambre jusqu’à la lingotière pour la 1 ère coulée, la partie inférieure du mannequin reste
pincée par les rouleaux de l’extracteur à une pression de 40 à 50 bars.

Une fois que la coulée démarre, le métal se solidifie (billettes) dans la lingotière, les
extracteurs font l’extraction des mannequins, à l’aide de ces derniers les billettes extraites et
redressées.

Le fonctionnement de la MAE commence avec un moteur électrique qui assure la rotation du


rouleau supérieur par un réducteur de vitesse, l’extracteur-redresseur fait l’extraction des
billettes à l’aide du rouleau inférieur, ainsi le procédé d’extraction est réalisé.

Page 53
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

IV.7.1.4. les caractéristiques de la machine :

-nombre de rouleaux 2
-diamètre d’un rouleau 320 mm
-longueur de table 240 mm
-type de palier roulement àrouleaux articulés
-matériau des rouleaux 25 CrMo4
-ouverture max entre les rouleaux 180 mm
-ouverture min entre les rouleaux 60 mm

Figure IV.3 : les rouleaux de la machine àextraire

Moteur :
-type courant continu
-tension 400 volt
-courant 10,5 AMP
-puissance 3,75 KW
-vitesse 0-2000 t/min

Page 54
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

Figure IV.4 : le moteur de la machine àextraire


Réducteur :
-type àengrenage cylindro-coniques
-vitesse primaire 180-1800 min-1
-vitesse secondaire 1,12-11,2 min-1
-rapport de réduction 160,746

Figure IV.5 : le réducteur de la machine àextraire

Page 55
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

IV.8.1. Décomposition de système :

Machine à
extraire

Moteur Les rouleaux


électrique
Réducteur Vérin
cylindro- hydraulique
conique

Figure IV.6 : décomposition du système

Vérin Moteur
hydraulique électrique

Les rouleaux Réducteur

Figure IV.7 : Machine àextraire

Page 56
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

IV.8.2. Analyse fonctionnelle de la machine àextraire :

Vérin
Mouteur hydraulique
électrique

Réducteur

Les
rouleaux

Figure IV.8 : Analyse fonctionnelle de la machine àextraire

IV.8.3. Décomposition fonctionnelle :

Les roulements

Moteur Rotor-Stator
électrique

Les flasques

Figure IV.9 : Décomposition fonctionnelle du moteur électrique

Page 57
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

Carter

Arbre-pignon

Réducteur

Paliers/Roulements

Bague d’étanchéité

Figure IV.10 : Décomposition fonctionnelle du réducteur

Cylindre

Piston et tige de
piston
Vérin
hydraulique

Flexibles

Joint tige de piston


Joint racleur

Figure IV.11 : Décomposition fonctionnelle du vérin hydraulique

Les galets et
Les paliers

Les rouleaux

Les joints
d’étanchéité

Figure IV.12 : Décomposition fonctionnelle des rouleaux

Page 58
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

IV.5.4. LES Tableau AMDEC :

AMDEC MACHINE – ANALYSE DES MODES DE DÉFAILLANCE DE LEURS


page : 1/ 4
EFFETS ET DE LEUR CRITICITÉ Phase de
Date de
fonctionnement Nom :
l'analyse:
Système : MACHINE A 2014-2015 atelier
07/06/2015 Sous - Ensemble : moteur électrique
EXTRAIRE AC02

Mode de Cause de la Effet de la Criticité Action


Élément Fonction Détection
défaillance défaillance défaillance F G N C Corrective
Les roulements assure la Usure/déformation Mauvais graissage ; Mauvaise rotation Visuel 2 3 1 6 Changement
rotation Plastique mauvais montage ; Bruit appareille de
mesure (jauge
d’épaisseur)
Rotor-stator Transforme le Usure Frottement Mauvaise rotation Visuel 2 3 1 6 Changement
champ désalignement mauvais montage ; Bruit
magnétique en rotor-stator
énergie Vibration
mécanique (La
rotation)

Tableau IV.5 : tableau AMDEC moteur électrique

Page 59
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

AMDEC MACHINE – ANALYSE DES MODES DE DÉFAILLANCE DE LEURS EFFETS Phase de


page : 2 / 4
Date de ET DE LEUR CRITICITÉ fonctionnem
l'analyse: ent 2014- Nom : atelier
Système : MACHINE A
07/06/2015 Sous - Ensemble : Réducteur 2015 ACO2
EXTRAIRE
Mode de Cause de la Effet de la Criticité Action
Élément Fonction Détection
défaillance défaillance défaillance F G N C Corrective
carter Porter et Usure/fuite mauvais montage ; Fuite d’huile Visuel 2 3 2 12 Changement
Protéger fatigue
l’ensemble
réducteur
Arbre-pignon Transmettre le Cassure de Mauvais alignement Bruits ; Analyse 2 4 2 16 Changement
mouvement de l’arbre avec Pas de transmission vibratoire
rotation l’accouplement ; mau Visuel
vais engrènement
fatigue ;
Mauvaise lubrification
Système de
refroidissement
défectueux

Paliers Guider le pignon Usure / Manque de graissage ; Usure denture Visuel et par une 2 4 2 16 Changement
Roulements assure la cassure désalignement pignon ; mauvais appareille de de roulement
rotation engrènement ; bruit ; mesure (jauge
température élevée d’épaisseur)
Bague Assure Usure température élevée Fuite d’huile Visuel 2 4 2 16 Changement
d’étanchéité l’étanchéité

Tableau IV.6 : Tableau AMDEC Réducteur


Page 60
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

AMDEC MACHINE – ANALYSE DES MODES DE DÉFAILLANCE DE LEURS EFFETS ET Phase de page : 3/ 4
Date de l'analyse: DE LEUR CRITICITÉ fonctionnement
07/06/2015 Système : MACHINE A 2014/2015 Nom : atelier
Sous - Ensemble : Vérin hydraulique
EXTRAIRE ACO2
Mode de Cause de la Effet de la Criticité Action
Élément Fonction Détection
défaillance défaillance défaillance F G N C Corrective

Cylindre Assur la pression Usure Joints défectueux ; Mauvis Visuel 2 2 2 8 Changement


d’huile Rainures frottement fonctionnement
Chargement
Température élevée +Usinage
Piston et tige Translation Usure Cause Pert de pression Visuel 2 3 2 12 Changement
piston environnementale Fuite d’huile

Flexibles Transmettre Fuite Echauffement Pert de pression Visuel 2 3 2 12 Changement


l’énergie d’huile Disfonctionnement
hydraulique de vérin

Joint tige piston Etanchéitéde tige Usures/ défectueux Cause Fuit d’huile Visuel 2 3 2 12 Changement
Joint racleur piston et de piston environnementale Mauvis
fonctionnement

Tableau IV.7 : Tableau AMDEC Vérin hydraulique

Page 61
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

AMDEC MACHINE – ANALYSE DES MODES DE DÉFAILLANCE DE LEURS EFFETS ET Phase de page : 4/ 4
Date de l'analyse: DE LEUR CRITICITÉ fonctionnement
07/06/2015 Système : MACHINE A 2014/2015 Nom : atelier
Sous - Ensemble : Les rouleaux
EXTRAIRE ACO2
Mode de Cause de la Effet de la Criticité Action
Élément Fonction Détection
défaillance défaillance défaillance F G N C Corrective

Les galets et Assure la Usures/ Manque graissage Mauvaise fonction Visuel 2 3 2 12 Changement
Les paliers rotation Endommagements Mauvaise fonction Température élevée Analyse
Bruit vibratoire

Les joints Etanchéité Usures Cause Fuit d’huile Visuel 2 3 2 12 Changement


Etanchéité environnementale mauvais
refroidissement

Tableau IV.8 : Tableau AMDEC Les rouleaux

Page 62
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

IV.8.5. Classement de la criticité:


Pour déterminer les organes les plus critiques, on a utiliséle tableau de criticitéqui donne les
résultats suivants :

Niveau de criticité Eléments Définition


1≤ C <10 Les roulements, stator-rotor, Aucune modification
Criticiténégligeable (les éléments du moteur).
10≤ C <18 Carter, Arbre-pignon, paliers, Amélioration
Criticitémoyenne roulements, Bague Maintenance préventive
d’étanchéité, Cylindre, Piston systématique
et tige piston, Flexibles, Joint
tige piston, Joint racleur, Les
galets et Les paliers, Les
joints Etanchéité.

18≤ C <27 Surveillance particulière


Criticitémoyenne Maintenance préventive
conditionnelle
27≤ C <64 Remise en cause complète de
Criticitéinterdite l’équipement

Tableau IV.9: classement de la criticité

la criticité La criticité La criticité

18
16
14
12
10
8
6
4
2 les éléments
0

Figure IV.13: Histogramme de la criticité

Page 63
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

Analyse de la figure :

Selon l’histogramme de la criticité, les éléments d’étanchéité et les roulements et l’arbre-


pignon sont les plus critiques (les éléments du réducteur), et àla base de notre étude on a
conclu que il faut faire une gamme de maintenance préventive àcette machine.

IV.9. Gamme de maintenance préventive proposée :

Les organes Fonctionnement Action périodicité


-Réducteur réduction de la Vérifier : Chaque jour
vitesse -En général, suivant
prescriptions du
constructeur
-quant àdes
dommages (visuel)
-bruit anormal
-Fixation Chaque semaine
-Niveau d’huile
-Le graissage
-Etat des arbres et
des pignons
-Etat des roulements
-Etanchéitédu circuit
de refroidissement
-planifier un Durée de vie
entretien pour les
changements
périodiques
(les roulements,
l’étanchéité)
-vérin hydraulique Réglage de -Vérifier si le vérin a Chaque jour
l’ouverture entre les des fuites de fluide
2 rouleaux hydraulique
-Nettoyez les Chaque semaine
surfaces exposées de
la tige du piston du
vérin
Vérifier : Chaque mois
-L’usure dans les
articulations.
L’étanchéité du vérin

-planifier un Durée de vie


entretien pour les
changements
périodiques (joints)

Les rouleaux Extraction et Vérifier : Chaque jour


redressement - les rouleaux quant à

Page 64
CHAPITRE IV : Analyse AMDEC

des dommages
(visuel) ;
-bruit anormal

Vérifier l’état : Chaque semaine


-carter du palier
-les paliers à
rouleaux
-refroidissement des
galets

Tableau IV.9: Gamme de maintenance proposée

IV.10. Conclusion :
Ce travail a donc permis de faire la lumière sur quelques points faibles de la machine à
extraire. Cet équipement critique demande une maintenance rigoureuse.
Cette analyse nous a permis de voir que plusieurs problèmes sont causés par un mauvais
graissage et une température élevée.
D’après l’analyse AMDEC on conclu que pour un bon fonctionnement de la machine à
extraire, les opérations de maintenance préventive citées ci dessus doivent être assuréselon le
programme de la gamme.

Page 65
Conclusion générale

Conclusion générale :

«Un plan de maintenance »est décrit selon la norme NFX60-010 comme «un document
énonçant les modes opératoires, les ressources et les séquences des activités liées àla
maintenance d'un bien ». Le plan de maintenance d'un bien doit permettre l'organisation de la
maintenance du bien et concourir àsa réalisation.

Ce projet de fin d'étude nous a permis de confectionner ce document on une phase d'analyse et
de conception de la maintenance àeffectuer sur un matériel. Il rentre totalement dans une
démarche de mise en place d'une politique de maintenance dans chaque atelier de l'entreprise
et constitue le cœur du dossier des interventions. Les résultats obtenus nous permettront à
partir d'une fiche d'intervention ou de visite de concentrer sur les périodes des interventions et
sur les actions àentreprendre face àun problème.

Ce projet non seulement, nous a permis, d'une part d'approfondir nos connaissances sur les
méthodes de maintenance et de renforcer notre esprit d'organisation et de gestion du
patrimoine technique des entreprises, mais aussi de profiter de l'expérience professionnelle de
nos encadreurs.

Cependant quelques difficultés ont étérencontrées dans la collecte des données concernant les
défaillances. Ceci s'explique par le manque de données techniques et historiques sur les
équipements de production, notamment les équipements périphériques objet de notre étude.
[1] Dossier technique de la machine a coulée continu : aciéréàoxygène N°2, Arcelor mittal
annaba.

[2] R. Sarker, A. Haque, Optimisation of maintenance and spare provisioning policy using
simulation, Applied Mathematical Modelling 24(2000) 751-760.

[3] F,Monchy, Maintenance Méthodes et Organisation .Collection Dunod ,2000. [29] j- C,


Francastel, L'usine nouvelle Ingénierie de la maintenance de la conception àl'exploitation
d'un bien, Série/Gestion industrielle.

[4] Z. Simeu-Abazi, M. DI Mascolo, D.M. Pham, maitenance pré-conditionelle, laboratoire


d’Automatique de Grenoble.

[5] B. Herrou, M. El ghorba ,Démarche d’optimisation du plan d’action maintenance, étude


de cas d’une PME marocaine, CPI’2005 – Casablanca, Maroc,Ecole Supérieure de
Technologie BP. 2427 Route Imouzzer Fes.

[6] E-D.Efaga, R.Danwe, F.Braun, Analyse des données du retour d'expérience pour
l'organisation de la maintenance des outils de production des PME/PMI dans le cadre de la
MBF (Maintenance Basée sur la Fiabilité), Institut Universitaire de Technologie de Douala.

[7] N. Cotaina, M. Gabriel, D. Richet et K. O'Reilly, Utilisation de la maintenance basée sur


la fiabilité(MBF) pour développer et optimiser les politiques de maintenance dans les scieries,
Revue Française de Gestion Industrielle, Vo. 16, n°3.

[8] Techniques D'ingénieur (T 4 300-30) Fiabilité. Maintenabilité.

[9] D.Bouami, B.Herrou, Optimisation de la démarche d'optimisation de la Maintenance,


CPI’2004, casablanca-Maroc.

[10] M. Gabriel, D Richet, C. Norberto, Mise en oeuvre d'un benchmarking sectoriel pour
améliorer l'organisation de la maintenance des PME, 1er congrès International de Génie
Industriel; Montréal; octobre 1995.

[11] F, Monchy, La fonction maintenance : Formation àla gestion de la maintenance


Industriell, Collection technologies de l’université à l’industrie, MASSON, 1991.

[12] B. Herrou et M. Elghorba, L’AMDEC un outil puissant d’optimisation de la maintenance,


application à un moto compresseur d’une PME marocaine, CPI’2005, casablanca-Maroc.

[13] Dossier technique de la machine àextraire : aciéréàoxygène N°2, Arcelor mittal annaba.
Annexe1 : Classement de TBF et calcul de la fonction de répartition théorique :

F(ti) F(ti) théorique


N° TBF N ∑ni théorique en %
1 5,24 1 1 0,017 1,695
2 10,70 1 2 0,034 3,390
3 16,11 1 3 0,051 5,085
4 17,00 1 4 0,068 6,780
5 30,01 1 5 0,085 8,475
6 39,02 1 6 0,102 10,169
7 41,11 1 7 0,119 11,864
8 42,01 1 8 0,136 13,559
9 43,59 1 9 0,153 15,254
10 47,59 1 10 0,169 16,949
11 51,01 1 11 0,186 18,644
12 68,00 1 12 0,203 20,339
13 74,24 1 13 0,220 22,034
14 90,02 2 15 0,254 25,424
15 92,91 1 16 0,271 27,119
16 93,01 1 17 0,288 28,814
17 95,13 1 18 0,305 30,508
18 97,01 1 19 0,322 32,203
19 114,00 2 21 0,356 35,593
20 122,00 1 22 0,373 37,288
21 128,00 1 23 0,390 38,983
22 139,02 1 24 0,407 40,678
23 140,01 1 25 0,424 42,373
24 141,52 1 26 0,441 44,068
25 161,04 1 27 0,458 45,763
26 162,66 1 28 0,475 47,458
27 169,51 1 29 0,492 49,153
28 180,50 1 30 0,508 50,847
29 184,01 1 31 0,525 52,542
30 185,00 1 32 0,542 54,237
31 185,50 1 33 0,559 55,932
32 189,01 1 34 0,576 57,627
33 199,67 1 35 0,593 59,322
34 209,01 1 36 0,610 61,017
35 213,50 1 37 0,627 62,712
36 220,54 2 39 0,661 66,102
37 235,78 1 40 0,678 67,797
38 286,01 1 41 0,695 69,492
39 290,80 1 42 0,712 71,186
40 308,60 1 43 0,729 72,881
41 317,32 1 44 0,746 74,576
42 322,67 1 45 0,763 76,271
43 335,01 1 46 0,780 77,966
44 349,90 1 47 0,797 79,661
45 337,50 1 48 0,814 81,356
46 402,78 1 49 0,831 83,051
47 425,5 1 50 0,847 84,746
48 452 1 51 0,864 86,441
49 480,45 1 52 0,881 88,136
50 510,72 1 53 0,898 89,831
51 599 1 54 0,915 91,525
52 650,45 1 55 0,932 93,220
53 720,51 1 56 0,949 94,915
54 890,67 1 57 0,966 96,610
55 1095,78 1 58 0,983 98,305
56 1967,9 1 59 1,000 100,000

Annexe2 : Différentes valeurs utilisées pour la distribution de weibull :

N° TBF R(t) λ(t) f(t) F(t)réelle Dn


1 5,24 0,9920 0,0018 0,0018 0,00799 -0,0090
2 10,70 0,9813 0,0021 0,0021 0,01872 -0,0152
3 16,11 0,9696 0,0023 0,0022 0,03041 -0,0204
4 17,00 0,9676 0,0023 0,0023 0,03241 -0,0354
5 30,01 0,9369 0,0026 0,0024 0,06308 -0,0217
6 39,02 0,9146 0,0027 0,0025 0,08542 -0,0163
7 41,11 0,9093 0,0028 0,0025 0,09068 -0,0280
8 42,01 0,9070 0,0028 0,0025 0,09295 -0,0426
9 43,59 0,9030 0,0028 0,0025 0,09695 -0,0556
10 47,59 0,8929 0,0029 0,0026 0,10713 -0,0624
11 51,01 0,8841 0,0029 0,0026 0,11587 -0,0706
12 68,00 0,8404 0,0031 0,0026 0,15961 -0,0438
13 74,24 0,8243 0,0031 0,0026 0,17569 -0,0447
14 90,02 0,7839 0,0032 0,0025 0,21610 -0,0381
15 92,91 0,7766 0,0033 0,0025 0,22344 -0,0477
16 93,01 0,7763 0,0033 0,0025 0,22370 -0,0644
17 95,13 0,7709 0,0033 0,0025 0,22907 -0,0760
18 97,01 0,7662 0,0033 0,0025 0,23382 -0,0882
19 114,00 0,7238 0,0034 0,0025 0,27621 -0,0797
20 122,00 0,7042 0,0034 0,0024 0,29577 -0,0771
21 128,00 0,6897 0,0035 0,0024 0,31027 -0,0796
22 139,02 0,6636 0,0035 0,0023 0,33645 -0,0703
23 140,01 0,6612 0,0035 0,0023 0,33877 -0,0850
24 141,52 0,6577 0,0036 0,0023 0,34231 -0,0984
25 161,04 0,6131 0,0036 0,0022 0,38694 -0,0707
26 162,66 0,6094 0,0037 0,0022 0,39056 -0,0840
27 169,51 0,5943 0,0037 0,0022 0,40568 -0,0858
28 180,50 0,5706 0,0037 0,0021 0,42941 -0,0791
29 184,01 0,5632 0,0037 0,0021 0,43684 -0,0886
30 185,00 0,5611 0,0037 0,0021 0,43893 -0,1034
31 185,50 0,5600 0,0038 0,0021 0,43998 -0,1193
32 189,01 0,5527 0,0038 0,0021 0,44732 -0,1290
33 199,67 0,5308 0,0038 0,0020 0,46918 -0,1240
34 209,01 0,5122 0,0038 0,0020 0,48780 -0,1224
35 213,50 0,5034 0,0039 0,0019 0,49658 -0,1305
36 220,54 0,4899 0,0039 0,0019 0,51011 -0,1509
37 235,78 0,4616 0,0039 0,0018 0,53844 -0,1395
38 286,01 0,3773 0,0041 0,0015 0,62273 -0,0722
39 290,80 0,3699 0,0041 0,0015 0,63006 -0,0818
40 308,60 0,3437 0,0042 0,0014 0,65627 -0,0725
41 317,32 0,3315 0,0042 0,0014 0,66852 -0,0772
42 322,67 0,3241 0,0042 0,0014 0,67586 -0,0869
43 335,01 0,3077 0,0042 0,0013 0,69225 -0,0874
44 349,90 0,2889 0,0043 0,0012 0,71108 -0,0855
45 337,50 0,3045 0,0042 0,0013 0,69547 -0,1181
46 402,78 0,2299 0,0044 0,0010 0,77009 -0,0604
47 425,5 0,2080 0,0044 0,0009 0,79198 -0,0555
48 452 0,1849 0,0045 0,0008 0,81514 -0,0493
49 480,45 0,1626 0,0045 0,0007 0,83740 -0,0440
50 510,72 0,1416 0,0046 0,0007 0,85839 -0,0399
51 599 0,0938 0,0047 0,0004 0,90622 -0,0090
52 650,45 0,0733 0,0048 0,0004 0,92667 -0,0055
53 720,51 0,0521 0,0049 0,0003 0,94787 -0,0013
54 890,67 0,0222 0,0051 0,0001 0,97785 0,0117
55 1095,78 0,0076 0,0054 0,0000 0,99245 0,0094
56 1967,9 0,0001 0,0060 0,0000 0,99995 -0,0001
Annexe3 : Calcules de M(t) :

µ= W= M(t)=
N° TTR MTTR S=-(W) Exp S
1/MTTR µ*TTR 1-Exp S
1 0,87 9,09 0,1100 0,0953 -0,0953 0,9091 0,0909
2 0,98 9,09 0,1100 0,1083 -0,1083 0,8973 0,1027
3 0,99 9,09 0,1100 0,1094 -0,1094 0,8964 0,1036
4 1,00 9,09 0,1100 0,1099 -0,1099 0,8959 0,1041
5 1,00 9,09 0,1100 0,1100 -0,1100 0,8959 0,1041
6 1,09 9,09 0,1100 0,1194 -0,1194 0,8874 0,1126
7 1,41 9,09 0,1100 0,1548 -0,1548 0,8565 0,1435
8 1,47 9,09 0,1100 0,1622 -0,1622 0,8503 0,1497
9 1,49 9,09 0,1100 0,1641 -0,1641 0,8486 0,1514
10 1,50 9,09 0,1100 0,1650 -0,1650 0,8479 0,1521
11 1,76 9,09 0,1100 0,1931 -0,1931 0,8244 0,1756
12 1,96 9,09 0,1100 0,2155 -0,2155 0,8062 0,1938
13 1,98 9,09 0,1100 0,2182 -0,2182 0,8039 0,1961
14 1,99 9,09 0,1100 0,2186 -0,2186 0,8036 0,1964
15 1,99 9,09 0,1100 0,2187 -0,2187 0,8036 0,1964
16 1,99 9,09 0,1100 0,2187 -0,2187 0,8036 0,1964
17 1,99 9,09 0,1100 0,2191 -0,2191 0,8032 0,1968
18 1,99 9,09 0,1100 0,2192 -0,2192 0,8032 0,1968
19 1,99 9,09 0,1100 0,2193 -0,2193 0,8031 0,1969
20 2,00 9,09 0,1100 0,2199 -0,2199 0,8026 0,1974
21 2,50 9,09 0,1100 0,2747 -0,2747 0,7598 0,2402
22 2,98 9,09 0,1100 0,3281 -0,3281 0,7203 0,2797
23 2,98 9,09 0,1100 0,3283 -0,3283 0,7202 0,2798
24 2,99 9,09 0,1100 0,3286 -0,3286 0,7199 0,2801
25 3,00 9,09 0,1100 0,3295 -0,3295 0,7193 0,2807
26 3,84 9,09 0,1100 0,4223 -0,4223 0,6555 0,3445
27 3,99 9,09 0,1100 0,4384 -0,4384 0,6451 0,3549
28 3,99 9,09 0,1100 0,4386 -0,4386 0,6449 0,3551
29 3,99 9,09 0,1100 0,4388 -0,4388 0,6448 0,3552
30 3,99 9,09 0,1100 0,4390 -0,4390 0,6447 0,3553
31 4,00 9,09 0,1100 0,4396 -0,4396 0,6443 0,3557
32 4,00 9,09 0,1100 0,4396 -0,4396 0,6443 0,3557
33 4,00 9,09 0,1100 0,4396 -0,4396 0,6443 0,3557
34 4,00 9,09 0,1100 0,4399 -0,4399 0,6441 0,3559
35 4,84 9,09 0,1100 0,5326 -0,5326 0,5871 0,4129
36 5,00 9,09 0,1100 0,5495 -0,5495 0,5772 0,4228
37 6,96 9,09 0,1100 0,7654 -0,7654 0,4651 0,5349
38 6,99 9,09 0,1100 0,7684 -0,7684 0,4637 0,5363
39 7,20 9,09 0,1100 0,7918 -0,7918 0,4530 0,5470
40 7,42 9,09 0,1100 0,8160 -0,8160 0,4422 0,5578
41 7,89 9,09 0,1100 0,8674 -0,8674 0,4201 0,5799
42 9,36 9,09 0,1100 1,0294 -1,0294 0,3572 0,6428
43 15,00 9,09 0,1100 1,6496 -1,6496 0,1921 0,8079
44 15,78 9,09 0,1100 1,7354 -1,7354 0,1763 0,8237
45 15,89 9,09 0,1100 1,7475 -1,7475 0,1742 0,8258
46 17,40 9,09 0,1100 1,9136 -1,9136 0,1476 0,8524
47 17,89 9,09 0,1100 1,9674 -1,9674 0,1398 0,8602
48 21,20 9,09 0,1100 2,3315 -2,3315 0,0972 0,9028
49 22,34 9,09 0,1100 2,4568 -2,4568 0,0857 0,9143
50 23,20 9,09 0,1100 2,5514 -2,5514 0,0780 0,9220
51 23,89 9,09 0,1100 2,6273 -2,6273 0,0723 0,9277
52 34,89 9,09 0,1100 3,8370 -3,8370 0,0216 0,9784
53 35,20 9,09 0,1100 3,8711 -3,8711 0,0208 0,9792
54 37,30 9,09 0,1100 4,1020 -4,1020 0,0165 0,9835
55 37,89 9,09 0,1100 4,1669 -4,1669 0,0155 0,9845
56 54,00 9,09 0,1100 5,9384 -5,9384 0,0026 0,9974

Annexe 4 : Calcule de 𝑫(𝒕):

μ= λ= K= G= L= 𝐃(𝐭) =
MTTR MTBF TBF P=exp L
(1/MTTR) (1/MTBF) μ/(λ+μ) λ/(μ+λ) (μ+λ)*TBF L+(G*P)
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 5,24 0,9683 0,0317 -0,5951 0,5515 0,9858
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 10,70 0,9683 0,0317 -1,2152 0,2966 0,9777
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 16,11 0,9683 0,0317 -1,8296 0,1605 0,9734
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 17,00 0,9683 0,0317 -1,9307 0,1450 0,9729
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 30,01 0,9683 0,0317 -3,4083 0,0331 0,9694
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 39,02 0,9683 0,0317 -4,4315 0,0119 0,9687
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 41,11 0,9683 0,0317 -4,6689 0,0094 0,9686
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 42,01 0,9683 0,0317 -4,7711 0,0085 0,9686
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 43,59 0,9683 0,0317 -4,9506 0,0071 0,9686
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 47,59 0,9683 0,0317 -5,4048 0,0045 0,9685
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 51,01 0,9683 0,0317 -5,7932 0,0030 0,9684
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 68,00 0,9683 0,0317 -7,7228 0,0004 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 74,24 0,9683 0,0317 -8,4315 0,0002 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 90,02 0,9683 0,0317 -10,2236 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 92,91 0,9683 0,0317 -10,5519 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 93,01 0,9683 0,0317 -10,5632 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 95,13 0,9683 0,0317 -10,8040 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 97,01 0,9683 0,0317 -11,0175 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 114,00 0,9683 0,0317 -12,9471 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 122,00 0,9683 0,0317 -13,8556 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 128,00 0,9683 0,0317 -14,5371 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 139,02 0,9683 0,0317 -15,7886 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 140,01 0,9683 0,0317 -15,9010 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 141,52 0,9683 0,0317 -16,0725 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 161,04 0,9683 0,0317 -18,2894 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 162,66 0,9683 0,0317 -18,4734 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 169,51 0,9683 0,0317 -19,2514 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 180,50 0,9683 0,0317 -20,4995 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 184,01 0,9683 0,0317 -20,8982 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 185,00 0,9683 0,0317 -21,0106 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 185,50 0,9683 0,0317 -21,0674 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 189,01 0,9683 0,0317 -21,4660 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 199,67 0,9683 0,0317 -22,6767 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 209,01 0,9683 0,0317 -23,7374 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 213,50 0,9683 0,0317 -24,2474 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 220,54 0,9683 0,0317 -25,0469 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 235,78 0,9683 0,0317 -26,7777 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 286,01 0,9683 0,0317 -32,4824 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 290,80 0,9683 0,0317 -33,0264 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 308,60 0,9683 0,0317 -35,0479 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 317,32 0,9683 0,0317 -36,0383 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 322,67 0,9683 0,0317 -36,6459 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 335,01 0,9683 0,0317 -38,0474 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 349,90 0,9683 0,0317 -39,7384 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 337,50 0,9683 0,0317 -38,3301 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 402,78 0,9683 0,0317 -45,7440 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 425,5 0,9683 0,0317 -48,3244 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 452 0,9683 0,0317 -51,3340 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 480,45 0,9683 0,0317 -54,5651 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 510,72 0,9683 0,0317 -58,0029 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 599 0,9683 0,0317 -68,0289 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 650,45 0,9683 0,0317 -73,8721 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 720,51 0,9683 0,0317 -81,8289 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 890,67 0,9683 0,0317 -101,1541 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 1095,78 0,9683 0,0317 -124,4486 0,0000 0,9683
9,09 278,0510 0,1100 0,0036 1967,9 0,9683 0,0317 -223,4960 0,0000 0,9683