Vous êtes sur la page 1sur 30

Cours

Parasitologie et
Epidémiologie Evolutive
Pr. O. TOULOUN
les parasites sont des êtres vivants animaux (zooparasites) ou végétaux
(phytoparasites), qui vivent temporairement ou de façon permanente
aux dépens d’autres êtres vivants appelés hôtes.

Parasitisme: mode d’association permanente ou temporaire de 2


êtres vivants , l’hôte et le parasite, dont un seul (le parasite),
tire bénéfice. L’association est plus ou moins néfaste à l’hôte.

Cycle évolutif de Plasmodium


falciparum
(agent du paludisme)
L’hôte:
L’hôte peut être:

Définitif quand il héberge les formes adultes ou les stades


propres à la reproduction sexuée du parasite

Intermédiaire quand il héberge la forme asexuée ou larvaire.

*Actif quand il transporte et inocule la forme infestante du


parasite (Ex. l'anophèle pour le plasmodium)

*Passif quand il abrite la forme infestante (le bœuf/tænias)

Infestante = qui pénètre dans l'organisme


Relation hôte-parasite

• Les parasites permanents: dont toute l’existence se


déroule dans 1 ou plusieurs hôtes

• les parasites temporaires: mènent une partie de leur vie à


l’état parasitaire mais possèdent des stades libres dans
l’environnement

• les parasites facultatifs: mènent normalement une vie


saprophyte mais pouvant à l’occasion envahir l’organisme de
l’hôte
Cycle parasitaire
CYCLE DE DEVELOPPEMENT PARASITAIRE

Pour accomplir son cycle de développement, un parasite a


besoin d’un ou plusieurs hôte(s), un réservoir , un vecteur ……
Maillons d’un cycle parasitaire

VECTEUR
-Biologique
-mécanique

RÉSERVOIR
HÔTE -Animal
-Environnement
CYCLE DE DEVELOPPEMENT PARASITAIRE

L’HÔTE

L'hôte définitif: c’est l'hôte qui héberge les


stades propres à la reproduction (forme
adulte chez les Helminthes ou les stades
sexués chez les Protozoaires). Il peut s’agir de
l’Homme ou d’un autre Mammifère.

L’hôte intermédiaire: un être vivant


(Mammifère, Crustacé, Mollusque,
Arthropode, …) chez lequel le parasite doit
obligatoirement séjourner pour y subir les
transformations qui l'amèneront à sa forme
infestante pour l’hôte suivant (intermédiaire
ou définitif).

L'hôte d’attente: C’est l’hôte qui héberge le stade larvaire d’un parasite sans
que ce dernier subisse de transformation. Le parasite va alors attendre que
l’hôte d’attente soit la proie d’un prédateur, chez lequel il poursuivra son
évolution. Ex : Diphyllobothrium latum (Bothriocéphale).
CYCLE DE DEVELOPPEMENT PARASITAIRE

L’HÔTE
Selon le mode de transmission du parasite, on distingue :

HÔTE PASSIF HÔTE ACTIF


Toute espèce (mammifère, Arthropodes hématophages
poisson, Crustacé, Mollusque) (moustique, mouche piqueuse,
punaise, sangsue, tique, …)

Infestation par: Infestation par piqûre (injection de


- Voie alimentaire salive ou libération du parasite sur la
- Voie transcutanée peau de l’hôte):
- Anophèle femelle (Plasmodium)
- Mouche Tsé-tsé (Trypanosoma)
- Phlébotome (Leishmania)
CYCLE DE DEVELOPPEMENT PARASITAIRE

HÔTE PASSIF HÔTE ACTIF


Toute espèce (mammifère, Arthropodes hématophages
poisson, Crustacé, Mollusque) (moustique, mouche piqueuse,
punaise, sangsue, tique, …)
CYCLE DE DEVELOPPEMENT PARASITAIRE

LE VECTEUR
Il s’agit d’un animal assurant la transmission des parasites. On distingue :
VECTEUR BIOLOGIQUE VECTEUR MECANIQUE

Un animal hématophage (en général un Il a un rôle de simple transport


Arthropode), qui puise le parasite chez passif.
un sujet hôte, assure sa maturation et/ou
sa multiplication, le conserve, le Ex. :
transporte et va finalement l'inoculer à Mouches dans le transport des
un nouvel hôte. kystes d’Entamoeba histolytica
Il s’agit donc d’un hôte intermédiaire (Amibe)
actif.

Ex. :

Phlébotome vecteur des Leishmania.

Anophèle vecteur des Plasmodium.


CYCLE DE DEVELOPPEMENT PARASITAIRE

LE RESERVOIR
C’est un organisme vivant ou parfois un substrat inerte (sol, eau) capable de
conserver durant de longues périodes un parasite, et à partir duquel ce parasite
peut être transmis à un individu sensible.

RÉSERVOIR ANIMAL RÉSERVOIR HUMAIN

L’Homme constitue le réservoir


Les Mammifères domestiques
d’infection :
ou sauvages, selon les cycles,
peuvent être réservoir
Ex. : Amibe dysentérique, Oxyure, Filaire
d’infection.
onchocerque.
RÉSERVOIR INERTE
Les parasitoses où l’Homme constitue le
Comme le sol, l’eau.. réservoir sont qualifiées d’anthroponoses.

Ex : oocystes matures de
Toxoplasma gondii
(Toxoplasme).
CYCLE DE DEVELOPPEMENT PARASITAIRE

LE RESERVOIR
RÉSERVOIR ANIMAL (Leishmaniose)
CYCLE DE DEVELOPPEMENT PARASITAIRE

LE RESERVOIR RÉSERVOIR HUMAIN (Oxyure)


CYCLE DE DEVELOPPEMENT PARASITAIRE

LE RESERVOIR
RÉSERVOIR INERTE (Toxoplasmose)
HELMINTHES -NEMATODES PARASITES - ASCARIDIOSE

Ascaris lumbricoides

Traversée de la paroi
intestinal

1 mue

+rs mues

CYCLE DIRECT RESERVOIR: L’HOMME


MONOXÈNE LONG
Parasite ≠ Parasitoïde
Les parasitoïdes:

* Seuls les stades larvaires sont parasites sur un hôte unique,

* Ils provoquent invariablement la disparition de l’hôte

* Le stade adulte est complètement libre

* La majorité des Insectes (Hyménoptères & Diptères)

* Les parasitoïdes sont eux-mêmes sujets à être parasités par d'autres


parasitoïdes.
Ces derniers sont appelés hyperparasitoïdes ou parasitoïdes
secondaires.
Ecologie de la transmission
Une définition de l'écologie de la transmission a été proposée par Raoul (2001):
"Déterminer et analyser quels sont les facteurs qui modulent la transmission
d'un parasite au sein d'un SPH [Système Parasite-Hôte], tant dans sa
composante temporelle que spatiale."

Définition basée sur la conception de filtres définis par Combes (1995),


représentant les pré-requis de l'interaction durable entre le parasite et son hôte.

Filtres de rencontre et de compatibilité dans un système parasite-hôte, d'après


Combes (1995)
Ecologie de la transmission
Le filtre de rencontre est ouvert lorsque le parasite
et un hôte potentiel cohabitent et interfèrent dans un
même habitat. Il correspond au risque d'exposition,
définissant la probabilité de contact entre le
pathogène et son hôte.

Le filtre de compatibilité définit les


adaptations physiologiques des parasites et
de leurs hôtes. Il correspond sensu stricto à
l'interaction durable.
Dynamique parasite/hôte

* La relation hôte-parasite est déterminante pour la


compréhension des problèmes posés par les populations
de ravageurs et/ou de pathogènes qu’ils abritent.

* Relation susceptible de conduire à des mécanismes et


des effets réciproques de la dynamique de l’une et l’autre
communauté, renforçant ou atténuant la résilience de
l’une et/ou l’autre population.
Dynamique parasite/hôte

La dynamique hôte/parasite s’intéresse à l'évolution


dans le temps et dans l'espace des populations hôtes
et parasites.

*Elle dépend de nombreux facteurs biotiques et abiotiques


et de la variation temporelle.

*La dynamique co-évolutive d'un réseau hôtes/parasites


est indispensable, pour que le parasite puisse s'attaquer à
son hôte mais également pour que l'hôte se défende
efficacement contre ce parasite.
Dynamique parasite/hôte

INTERACTION HOTE - PARASITE

* L’interaction du parasite avec l’hôte s’installe dans la


durée, le plus souvent jusqu’à ce que la mort d’un des
deux protagonistes vienne l’interrompre.

* À l’échelle de la biosphère, on considère souvent le


passage global d’énergie des hôtes vers les parasites
comme négligeable par rapport au passage global
d’énergie des proies vers les prédateurs.
Dynamique parasite/hôte

Le parasite peut réguler la population hôte de 3 façons :

– Mortalité directe : action directe du parasite.

– Mortalité indirecte, pas le parasite directement mais il y


contribue fortement.
*Favorisation parasitaire : lorsque le parasite modifie le
comportement ce qui peut augmenter la vulnérabilité face aux
prédateurs.

– Diminution de la fécondation: la castration parasitaire.


Dynamique parasite/hôte
Rhizocéphales (Parasites de crabes, endoparasites)

Le corps subit une régression parasitaire : Le corps de


l’adulte ne porte ni appendices ni traces de segmentation ni
organes internes à l’exception des organes génitaux +
rhizoides (filaments suceurs) qui pénètrent dans le corps
du crustacé parasité en provoquant chez ce dernier un
arrêt de croissance et une castration parasitaire.
G/ Sacculina
Dynamique parasite/hôte
Mortalité additive/ mortalité compensatoire
● Mortalité additive : la mortalité induite par le parasitisme s’additionne à la
mortalité «naturelle» pour constituer un taux de mortalité global au sein de
populations (deux sources de mortalité indépendantes),

● Mortalité compensatoire : Le parasite n'ajoute pas de la mortalité mais il oriente


la mortalité vers certains individus (le parasite élimine un individu, qui sans lui,
aurait de toute façon disparu),
Dynamique parasite/hôte

Mortalité additive/ mortalité compensatoire

Parasitisme
Dynamique parasite/hôte
Régulation hôte densité dépendante
- Les hôtes qui portent la majorité des parasites vont subir une
régulation densité dépendante.

-La trajectoire de la dynamique montre que la population hôte va


atteindre un équilibre qui correspond à la capacité biotique K du milieu.

- En présence d'un parasite, la population atteint un équilibre N* et il y


a un facteur de dépression D = K/N*.
Dynamique parasite/hôte
Régulation hôte densité dépendante

- Ce ne sont pas les parasites virulents qui régulent le mieux la


population, ce sont les parasites modérément virulents qui vont
équilibrer la population hôte. Les parasites trop virulents tuent trop
rapidement leur hôte et disparaissent avant de contaminer d'autres
individus.
Dynamique parasite/hôte

Vous aimerez peut-être aussi