Vous êtes sur la page 1sur 257

AHMED FIZAZI

Maître assistant chargé de cours

CAHIER
De l’

ELECTRICITE-MAGNETISME
LMD1 / PHYSIQUE-2-/ . .
(Version en Français)

COURS SIMPLIFIES
80 EXERCICES CORRIGES
(Enoncés en arabe et en français)

LEXIQUE DE TERMINOLOGIE
(français-arabe, Arabe-français)

Destiné aux étudiants de première année de


l’enseignement supérieur
LMD/1
Science de la matière et sciences technologiques
http://sites.google.com/site/fizaziphysique
http://sites.google.com/site/physiquefizazi
ERRATA ELECTROMAGNETISME

Date Corrections
22/4/2010 : "
34 : _ :

:54.1
.l .l
E.2 R.l = E= E.2 R.l = E=
0 2 0 0 2 0R

22/4/2010 Titre de la page web : Electrostatique


Fichier : Electrostatique_Cours Page 28

Equation 1.54 :
.l .l
lire E.2 R.l = E= au lieu de E.2 R.l = E=
0 2 0R 0 2 0

22/4/2010 : "
38 : _ :
q q
= = : 8.1
2 0 .a 3 2 .a 3
22/4/2010 Titre de la page web : Electrostatique
Fichier : Electrostatique_Cours Page 32

q q
Exemple 1.8 : lire = au lieu de =
2 .a 3 2 0 .a 3

11/4/2010 : "
102 : _ :

+Q, Q........... + Q, Q +Q1 , Q1 ........... + Qn , Qn : 13.2

11/4/2010 Titre de la page web : Conducteurs en équilibre


Fichier : Conducteurs en équilibre_Cours Page 93

Figure 2.13 : Corriger +Q1 , Q1 ........... + Qn , Qn au lieu de +Q, Q........... + Q, Q

14/4/2010 : "
117 : ! _ :
U CD = 0 " U ED = 0 : 22.2

14/4/2010 Titre de la page web : Conducteurs en équilibre


Fichier : Conducteurs en équilibre_Exo_Ennoncés Page 108

Exercice 2.22 : lire U ED = 0 au lieu de U CD = 0


iv

Sommaire
Avertissement…………………………………………………………………………….. ii
Introduction_Principales branches de l’électricité………………….……………………. vii
Programme du module « Electricité et magnétisme »....…………………………............ vii

I. ELECTROSTATIQUE……………..………………………………………............... 1
A. NOTIONS FONDAMENTALES………………………………………………… 1
1. Expériences d’électrisation……………………................................................... 1
2. Charge élémentaire et quantification de la charge………….………….............. 2
3. Conducteurs et isolants…….………………………………….......................... 3
4. Explication du phénomène d’électrisation…………..……………....................... 4
B. LOI DE COULOMB-CAVENDISH...………………….……………………....... 4
1. Etude quantitative et qualitative……….…………………………....................... 4
C. LE CHAMP ELECTOSTATIQUE……………………………………………… 8
1. Notion de champ électrique……..……………………………………………… 8
2. Champ électrostatique créé par une charge ponctuelle………………………...... 9
3. Champ électrique créé par un ensemble de charges ponctuelles…….....……….. 9
4. Champ électrique créé par une distribution continue de charge …...……..…….. 10
5. Lignes ou spectre de champ …………………………………………………….. 11
6. Applications………………………………………………………………….... 14
a. Champ électrostatique créé par un fil rectiligne infini chargé..…………….. 14
b. Champ électrostatique créé par un disque mince chargé en surface………… 15
c. Champ électrostatique créé par un plan infini mince chargé en surface…… 17
D. POTENTIEL ELECTRIQUE……………………………………………………. 18
1. Circulation d’un champ de vecteurs…………………………………………… 18
2. Circulation du champ électrique………………………………………………. 19
3. Potentiel électrique …………………………………………………………….... 20
4. Circulation du champ électrique le long d’une courbe fermée………………….. 21
5. Le potentiel électrique produit par une charge ponctuelle…..…………………... 21
6. Calcul du champ E à partir de V…………………..…………………………… 22
7. Le potentiel électrique produit par plusieurs charges ponctuelles distinctes…... 24
8. Le potentiel électrique produit par une distribution continue de la charge …….. 24
E. LE FLUX ELECTROSTATIQUE ET LE THEOREME DE GAUSS………. 25
1. Le flux électrostatique…………………………………………………………. 25
2. Théorème de Gauss……………………………………………………………. 26
3. Application du théorème de Gauss……………………………………………. 27
a. Champ électrostatique créé par une charge ponctuelle……………………... 27
b. Champ électrostatique créé par une tige infinie chargée uniformément……. 28
c. Champ électrostatique créé par une sphère pleine uniformément chargée…. 28
d. Champ électrostatique créé par un plan infini chargée uniformément .……. 29
4. Forme différentielle du théorème de Gauss…………………………………… 30
5. Notion d’angle solide………………………………………………………….. 33
F. LE DIPOLE ELECTRIQUE……………………………………………………... 35
ENONCES DES EXERCICES de 1.1 à 1.25…….……................................. 38
CORRIGEES DES EXERCICES de 1.1 à 1.25…………………………….. 48

II. CONDUCTEURS EN EQUILIBRE……………………………………………….. 82


A. DEFINITION ET PROPRIETES DES CONDUCTEURS EN
v

EQUILIBRE…………………………………………………………………….……… 82
1. Définition………………………………………………………………………... 82
2. Propriétés des conducteurs en équilibre…………………………………………. 82
3. Théorème de Coulomb…………………………………………………………... 82
4. Pression électrostatique………………………………………………………….. 83
5. Pouvoir des pointes……………………………………………………………… 84
6. Capacité d’un conducteur isolé dans l’espace…………………………………… 84
7. Phénomène d’influence entre conducteurs chargés……………………………... 85
8. Théorème des éléments correspondants…………………………………………. 87
9. Capacité et coefficients d’influence……………………………………………... 88
B. LES CONDENSATEURS…………………………………………………………. 89
1. Capacité et charge d’un condensateur…………………………………………… 89
2. Capacités de quelques types de condensateurs………………………………….. 90
a. condensateur sphérique ……………………………………………………. 90
b. Condensateur cylindrique………………………………………………….. 91
c. Condensateur plan………………………………………………………….. 92
3. groupement de condensateurs…………………………………………………… 92
a. Groupement en série……………………………………………………….. 92
b. Groupement en parallèle…………………………………………………… 93
4. Energie d’un condensateur chargé ……………………………………………… 93
5. Energie du champ électrique…………………………………………………….. 94
6. Densité de l’énergie électrique…………………………………………………... 94
7. Charge et décharge d’un condensateur à travers une résistance………………… 95
ENONCES DES EXERCICES de 2.1 à 2.26………………………………. 99
CORRIGEES DES EXERCICES de 2.1 à 2.26…………………………...... 112

III. ELECTROCINETIQUE…………………………………………………………… 136


A. LE COURANT ELECTRIQUE…………………………………………………….. 136
1. Intensité du courant électrique………………………………………………… 136
2. Densité du courant électrique………………………………………………….. 138
3. Effet Joule……………………………………………………………………... 141
4. Rappel sur l’association des conducteurs ohmiques……………………………. 142
a. Association en série…………………………………………………………. 142
b. Association en parallèle…………………………………………………….. 143
c. Des équivalences utiles…………………………………………………….. 143
d. Deux équivalences………………………………………………………….. 143
B. ELEMENTS D’UN CIRCUIT ELECTRIQUE…………………………………… 144
1. Eléments et vocabulaire du circuit électrique…………………………………. 144
2. Nécessité d’une force électromotrice…….……………………………………… 145
3. Les deux types de générateurs…………………………………………………… 146
a. Générateurs ou source de tension…………………………………………… 146
b. Générateurs ou source d’intensité...………………………………………… 147
C. LES LOIS REGISSANT LES CIRCUITS ELECTRIQUES…...………………… 147
1. Equation du circuit électrique…………………………………………………. 147
2. Différence de potentiel entre deux points d’un circuit………………………… 148
3. Groupement de générateurs…………………………………………………….. 150
a. Générateurs de tension……………………………………………………… 150
b. Cas des générateurs de courant……………………………………………… 151
4. Les deux lois de Kirchhoff………………………………………………………. 154
a. Conservation de la charge ou loi des nœuds ………………………………... 154
vi

b. Conservation de l’énergie ou loi des mailles………………………………... 154


5. Théorème de Thévenin………………………………………………………… 156
ENONCES DES EXERCICES de 3.1 à 3.20…………................................. 160
CORRIGEES DES EXERCICES de 3.1 à 3.20…………………………..... 169

IV. ELECTROMAGETISME…………………………………………………………. 187


A. LE CHAMP MAGNETIQUE………………………………………………………. 187
1. Définition du champ magnétique……………………………………………… 187
2. Superposition de champs magnétiques………………………………………... 187
B. FORCE ELECTROMAGNETIQUE AGISSANT SUR UNE CHARGE
ELECTRIQUE EN MOUVEMENT…………………..………………………………. 188
C. FORCE ELECTROMAGNETIQUE EXERCEE SUR UN ELEMENT D’UN
CONDUCTEUR RECTILIGNE……………………………………………………... 189
1. Loi de Laplace…………………………………………………………………. 189
2. Applications…………………………………………………………………… 190
a. Balance de Cotton…………………………………………………………... 190
b. Effet Hall…………………………………………………………………… 191
D. LA REGLE D’AMPERE…………………………………………………………... 192
E. LOI DE BIOT ET SAVARD………………………………………………………... 194
1. Enoncé de la loi…………………………………………………………………. 194
2. Application de la loi de Biot et Savard………………………………………... 194
a. Champ d’induction magnétique produit par un courant électrique infiniment
long……………………………………………………………………………………….. 194
b. Champ d’induction magnétique produit par un courant électrique circulaire.. 196
c. Champ d’induction magnétique produit par un courant électrique sinusoïdal 198
F. DIPOLE MAGNETIQUE…………………………………………………………… 200
1. Le couple électromagnétique……………………………………………………. 200
2. Le moment magnétique………………………………………………………….. 201
G. INDUCTION ELECTROMAGNETIQUE………………………………………… 201
1. Le flux magnétique……………………………………………………………… 201
2. L’induction électromagnétique………………………………………………..... 203
ENONCES DES EXERCICES de 4.1 à 4.20……………….......................... 207
CORRIGEES DES EXERCICES de 4.1 à 4.20………………………........... 216

LEXIQUE DE TERMINOLOGIE FRANÇAIS-ARABE……………………………. 240


LEXIQUE DE TERMINOLOGIE ARABE-FRANÇAIS…………………………..... 245

ANNEXES
1. Alphabet grec……….…………………………………………………………….. 250
2. Gradient, divergence et Laplacien dans différentes coordonnées……………… 251
3. Formules de dérivation…………………………………………………………… 254
4. Formules d’intégration…………………………………………………………… 256
5. Quelques équations différentielles………………………………………………. 258
6. Formulaire trigonométrique……………………………………………………… 260

OUVRAGES………………………………………………………………………….. 261
Electrostatique 1

I/ ELECTROSTATIQUE

L’électrostatique est l’étude des phénomènes produits par des charges électriques à l’état
de repos.
Le mot électricité dérive du mot grec « élektron » qui signifie ambre. A l’origine, c’est
Thalès de Milet (625 à 545 avant Jésus Christ), né à Ionie -côte ouest de la Turquie actuelle –
qui a remarqué qu’un morceau d’ambre jaune frotté préalablement avec de la laine attire des
brindilles de paille.

A/ NOTIONS FONDAMENTALES ( 01 12 304 56 ) :


1/ EXPERIENCES D’ELECTRISATION :
Si on approche un peigne à de petits bouts de papier, après s’être peigné, on voit que
ces bouts sont attirés par le peigne. Le même phénomène se produit si on approche d’eux un
bâton de verre frotté avec de la soie ou un bâton d’ambre frotté avec de la laine.
Première expérience : (Figure 1.1-a)
On suspend par un fil une boule faite de sureau ou de polystyrène par exemple. On
approche de cette boule une tige de verre ou d’ambre préalablement frottée : les deux
tiges, chacune de son côté, l’attirent, puis la repoussent juste après l’avoir contactée. Par
contre, si on approche simultanément les deux tiges côte à côte de la boule, rien ne se
passe. (Figure 1.1-b)

++++++ ++++++

Deuxième expérience : (Figure 1.2)


Si les deux boules de la figure 1.2, ont été électrisées suite à leur contact avec l’une
des tiges frottées, elles se repoussent. Par contre les deux boules s’attirent si chacune
d’elles a touché l’une des deux tiges qui a été frottée et qu’elle est de matière différente de
celle de l’autre tige.
Nous en déduisons de ces expériences que ces matériaux ont acquis une nouvelle
propriété qu’on appelle « électrisation ». Cette propriété crée une attraction beaucoup plus
intense que l’attraction universelle produite entre deux masses.
Nous en concluons que chaque particule est caractérisée par deux propriétés principales et
indépendantes :
- sa masse m
- Sa charge électrique q

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 2

Des expériences simples, comme celles que nous venons de décrire, montrent l’existence
de deux états d’électrisation correspondant à deux types de charges électriques qualifiées de
charge positive (+) et charge négative (-). Cette classification revient au physicien Benjamin
Franklin (1706-1790). Nous rappelons la règle suivante :
Deux corps qui portent une charge électrique de même signe se repoussent, et
s’attirent s’ils portent deux charges électriques de signes contraires.
D’après la figure 1.2, chaque boule s’électrise par la même charge que porte la tige frottée
avec laquelle elle a été mise en contact.

Verre Ambre
++++++ +

Verre Verre
++++++ ++++++ + +

Fig1.2 : Électrisation, attraction et répulsion entre des charges

2/ CHARGE ELECTRIQUE ELEMENTAIRE ET QUANTIFICATION DE LA


CHARGE ELECTRIQUE ( 0K LM 306 N O 01 12 LM )
Les propriétés électriques de la matière trouvent leur principe au niveau de l’atome.
La matière est constituée, comme on le sait, d’atomes. Chaque atome ( ) est constitué

d’un noyau( ) (découvert en 1911 par Ernest Rutherford of Nelson 1871-1937), autour

duquel gravite un nuage formé d’électrons( ). Ces électrons se repoussent entre eux

mais restent positionnés autour du noyau. Le noyau est constitué de protons( ), qui

portent des charges positives, et de neutrons( ) qui son dépourvus de charge


(découverts en 1932 par James Chadwick 1891-1935). L’ensemble des particules qui forment
le noyau s’appelle nucléons( ).
Les électrons et les protons portent la même charge électrique en valeur absolue qu’on
note par e . Cette charge électrique est appelée la charge élémentaire ( ) ou

quanta ( ) de la charge électrique dont la valeur est:

19
e = 1,602.10 [A.s = C] (1.1)

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 3

La force électrique qui s’exerce entre les protons, chargés positivement, et les électrons,
chargés négativement, est responsable de la cohésion des atomes et des molécules. La charge
totale des atomes non ionisés (c'est-à-dire qui n’ont ni perdu ni gagné d’électrons) est nulle.

Une charge électrique ne peut prendre n’importe quelle valeur. En effet chaque charge
électrique est toujours un multiple entier de la charge élémentaire :

q = ± n.e [A.s = C] , n N (1.2)

Ceci traduit le principe fondamental de la quantification de la charge électrique.


Dans un système fermé, la somme algébrique des charges électriques présentes est
constante au cours du temps et ce , quelque soient les phénomènes qui se produisent dans ce
système .
C’est là l’énoncé du principe de la conservation de la charge électrique d’un système
fermé.
En réalité, l’étude poussée de la physique de haute énergie a prouvé que les protons et
les neutrons sont eux-mêmes constitués d’autres particules élémentaires appelées quarks
portant une charge électrique fractionnaire. Cependant, et jusqu’à nos jours les chercheurs
n’ont pas pu isoler ces particules qui portent une partie de la charge élémentaire. Citons deux
2 1
types de quarks : u = + e , d= - e
3 3
Exemple 1.1 : Calculer le nombre de charges élémentaires qui constitue une charge de 1
coulomb.
1 16
Réponse : n = 19
et donc n = 625.10 charges élémentaires.
1,60.10

3/ CONDUCTEURS ET ISOLANTS ( )
N’importe quelle matière est constituée d’un grand nombre de charges électriques,
cependant ces charges se compensent et s’annulent (nombre d’électrons = nombre de
protons). A la température ordinaire, la charge électrique totale de la matière est nulle. Quand
il se produit une électrisation, cela se traduit par un déplacement de charges d’un corps vers
un autre.
Cette charge qui apparaît sur le corps, par excès ou par défaut, est responsable des effets
électriques qui apparaissent sur le corps (comme la tige frottée par exemple).

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 4

Dans un atome, les électrons gravitent autour du noyau sur des couches distinctes.
Les électrons des couches externes susceptibles de se libérer peuvent participer à la
conductivité électrique.
Si la couche externe d’un élément chimique est proche de la saturation, elle ne peut
donc céder aucun électron, mais cherche à capter un électron ou plus jusqu’à la saturation. Un
tel élément est dit isolant. Par contre si la couche externe d’un élément chimique est loin de la
saturation, alors l’élément perd facilement un électron ou plus. Un tel élément est considéré
comme étant bon conducteur.
En conséquence, un bon conducteur est l’élément qui contient un grand nombre
d’électrons libres (c'est-à-dire les électrons qui ont la liberté de se déplacer). Par contre,
l’isolant est l’élément qui possède peu d’électrons libres. L’isolant idéal est celui qui ne
possède aucun électron libre.
Notons que dans les liquides, les porteurs de charges sont les ions (QR STM ).
En conclusion, nous disons d’un corps qu’il est un conducteur idéal si les porteurs de
charges- après l’électrisation du corps- peuvent se déplacer en toute liberté dans tout le
volume occupé par la matière. Le corps est classé isolant si les porteurs de charges restent
dans la même région, là où elles sont apparues.

4/ EXPLICATION DU PHENOMENE D’ELECTRISATION (V W X 4 Y 0 5N)


Comme nous l’avons signalé auparavant, les atomes des matériaux contiennent dans
leur état naturel un nombre équivalent d’électrons et de protons. Ces matériaux sont donc
électriquement neutres (non chargés), et aucun effet électrique n’apparaît. Mais si cet
équilibre naturel de charges est rompu- augmentation ou diminution du nombre d’électrons
pour une raison quelconque- la matière devient alors chargée électriquement.
D’une façon générale, tous les phénomènes de l’électrisation s’expliquent par un
déplacement d’électrons, en négligeant la variation de la masse qui accompagne l’opération
de déplacement.
Le verre frotté, comme par exemple, perd des électrons, il s’électrise donc
positivement. Quant au plastique frotté il capte des électrons et s’électrise négativement.

B/ LOI DE COULOMB-CAVENDISH (abc d -\]S S ^S_ `) :


C’est le physicien français Charles Augustin de Coulomb (1736-1806) qui a établit en
1785 la loi qui porte son nom. A noter que selon l’histoire des sciences, la loi de Coulomb
aurait été découverte en premier par le physicien anglais Henry Cavendish, mais que ces
travaux restèrent longtemps non publiés. Il est plus juste donc d’appeler cette relation, la loi
de Cavendish-Coulomb.

1/ ETUDES QUANTITATIVE ET QUALITATIVE :


Pour faire la mesure quantitative de la force d’attraction ou de répulsion électrique
entre deux corps chargés, nous pouvons réaliser le montage de la figure 1.4. Cette figure
représente deux particules portant deux charges q1 et q2 , de masses respectives m1 et m2 ,
séparées par une distance .
A partir de cette expérience, on dégage les quatre caractéristiques suivantes de la
force électrostatique F e :
- Sa direction est la droite passant par les deux charges,
- son intensité est inversement proportionnelle au carré de la distance séparant les
deux particules,
- Elle est proportionnelle à la charge de chacune des deux particules q1 et q2 ,
- pour une distance donnée entre les deux particules, son intensité est indépendante
du signe de chacune des deux charges.

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 5

l1 l2
Fe m1
q1 m2 Fe
q2

La force électrostatique qu’exerce la charge q1 sur la charge q2 , et vis versa, est


exprimée par la formule expérimentale sous forme :
Vectorielle :
q1 .q2
Fe = K . u [ N] (1.3)
r2
r
u représente le vecteur unitaire u =
r
Scalaire :
q1.q2
Fe = K . [ N] (1.4)
r2
Dans le système international des unités, la constante K est définie par la relation :
1
K= , où 0 représente la permittivité du vide(e 5 bf 5_ Og 0h 61).
4 0
La valeur expérimentale de K est :
+9 Nm 2
K = 8,9875.10
C2
Pratiquement nous prenons K 9.10+9 Nm 2 C-2

12 C2
Donc 0 prend la valeur : 0 = 8,8542.10 (1.5)
N .m 2
1
Il existe une autre relation pour le calcul de 0 qui est 0 = où c représente
4 c2
8 1
la célérité de la lumière dans le vide ( c = 3.10 ms ).

Discussion :
q1.q2 0 : les deux charges sont de même signe il y a répulsion, la force F e
éloigne les deux charges.
q1.q2 0 : les deux charges sont de signes contraires il y a attraction, la force
F e rapproche les deux charges.
D’après le principe de l’action et de la réaction F q1 = F q2 .

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 6

L’expression de la loi de Coulomb nous rappelle celle de la force de l’attraction universelle


que nous avons rencontrée dans le cours de mécanique. A l’exception de la valeur numérique
de la constante K , cette loi a exactement les mêmes caractéristiques vectorielles que celles de
la force d’attraction universelle (loi de Newton). C’est pour cette raison qu’il n’est pas
étonnant de trouver une similitude entre les deux forces.

qqe mme
Fe = K u Fa = G u
r2 r2

Exemple 1.2 :
Quel est le rapport entre la force newtonienne de l’attraction universelle et la force
coulombienne de répulsion entre deux électrons ?

Réponse :
e2
K 2
Fe Fe K .e2 Fe
= r2 = ; 4.1042
Fg m Fg G.me2 Fg
G 2e
r
Exemple 1.3 :
Quelle est la force de répulsion coulombienne entre deux charges de 1C séparées par la
distance de 1km ?

Réponse :

1 q2 1
Fe = . 2 ; Fe = 9.109 3 2
; Fe = 9.103 N
4 0 r (10 )

Remarque :
Dans le cas général, si on a n charges électriques dans le vide, le principe de
superposition (\ W gcj]) permet de faire la somme vectorielle des forces électrostatiques. Ce
principe n’est valable que dans le seul cas de charges au repos.

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 7

q1 q3

F32 q2

F12

F2 = F12 + F32

Exemple 1.4 :
A partir de la figure 1.7, calculer l’intensité de la résultante agissant sur la charge q3 .

A r1 C
q3 q1 = 1,5mC ; q 2 = 0,5mC ; q 3 = 0, 2mC
q1 r2 r1 = AC = 1, 2m ; r2 = BC = 0,5m
B q2

Réponse :
Raisonnons à partir de la figure 1.8 :

R F 23
r1
q1 q3
F 13 r2
q2
Fig 1.8

Puisque q1.q3 0 , donc F 13 0 est une force d’attraction,


Et puisque q2 .q3 0 , donc F 23 0 est une force de répulsion.
D’où :
3 3
q1q3 9 1,5.10 × 0, 2.10
F 13 = K 2 u1 ; F13 = 9.10 F13 = 1,875.103 N
r1 (1,2)2
3 3
q2 q3 9 0,5.10 × 0,2.10
F 23 = K u 2 ; F23 = 9.10 F23 = 3,6.103 N
r22 (0,5) 2
R = F 213 + F 2 23 R = 4,06.103 N

Quant à l’angle que forme la résultante R avec la droite AC il est égal à :


F23
tan = ; tan =1,92 =62.49°
F13

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 8

C/ CHAMP ELECTROSTATIQUE (k 1O lmL ):


Le fait que deux charges voisines soient soumises à deux forces d’attraction ou de
répulsion, nous entraîne à considérer que toute chaque charge électrique modifie les propriétés
physiques du champ spatial qui l’entoure. Pour décrire cette modification, on dit que toute
charge électrique crée dans le champ spatial qui l’entoure un champ électrique.

1/ NOTION DE CHAMP ELECTRIQUE (nK lmL oS 5]):

Définition qualitative : On dit qu’il existe un champ électrique en un point donné


de l’espace, si une force électrostatique F e agit sur une charge électrique q0 ponctuelle placée
en ce point.
Définition quantitative : On appelle champ électrostatique E , le rapport entre la
force électrostatique F e et la charge q0 soumise à cette force F e . figure1.9.

Fe
E= (1.6)
q0
Dans le système international des unités, le champ électrique est exprimé en volt
1
par mètre ( Vm ).
Fe
Puisque E ( M ) = , cela implique que E ( M ) et F e ont la même direction.
q0
Quant au sens du champ, il dépend dans ce cas du signe de q0 , c'est-à-dire de la charge qui
est soumise à la force électrique. Fig1.10.

P Fe
q0 Fe
E ( P) =
q0

M M
Fe
q0 Fe q0
E E

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 9

2/ CHAMP ELECTROSTATIQUE CREE PAR UNE CHARGE PONCTUELLE


( 0rm_ Ls kt uN k 1O lmL ) :
Définition : lorsqu’une charge q se trouve au point O , elle crée alors, en tout
point M de l’espace qui l’entoure un champ vectoriel, appelé champ électrostatique
exprimé par la relation :
Fe 1 q
E (M ) = = . u (1.7)
qM 4 0 r 2

q : la charge présente au point O .


qM : une charge teste placée au point M ( elle n’a aucune influence sur le calcul du
champ électrique), elle subit l’action de la force F e .

M E (M )
u
O r = OM q 0
q
q 0
1 q
E(M ) = . (1.8 )
4 0 r2

q 0 q 0

q q

3/ CHAMP ELECTRIQUE CREE PAR UN ENSEMBLE DE CHARGES


PONCTUELLES ( 0rm_ w Ls Xct kt uN nK lmL ) :
Si maintenant, on a n particules électriques qi , situées aux points Pi , quel serait
alors le champ électrique produit par cet ensemble de charges au point M ?
Comme pour les forces, le principe de superposition est aussi valable pour les
champs électriques. (Un principe ne peut pas être démontré mais il trouve sa
vérification dans l’expérience).
La figure 1.13 montre la méthode géométrique à suivre pour la composition de
plusieurs champs électriques. On a donc :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 10

n 1 qi
E(M ) = . ui (1.9)
i =1 4 0 ri2

E3
P4 (q4 )
P1 (q1 )

EM
M E2

E1
E4
P2 (q2 )
P3 (q3 )
M

4/ CHAMP ELECTRIQUE CREE PAR UNE DISTRIBUTION CONTINUE DE


CHARGES ( LMy 6W ] zb{SN kt uN nK lmL ) :
Dans le cas d’un très grand nombre de particules, celles ci peuvent être réparties
uniformément suivant une droite, sur une surface plane ou dans un volume.
Dans une telle répartition de charge, le principe de superposition reste toujours
valable. On divise cette répartition en un nombre infini de très petits volumes, ou surfaces, ou
segments rectilignes élémentaires chargés, puis on calcule le champ d E que chacun de ces
éléments crée. On fai ensuite la somme vectorielle des champs élémentaires d E . Comme on
prend des éléments infiniment petits, on transforme la somme ( ) en une intégrale triple
( ) , double ( ) ou simple ( ) , selon que l’on considère un volume, une surface ou
une longueur.
On aura donc :
E = dE (1.10)
Attention !! Ne pas croire que E = dE , car les d E sont des vecteurs non
forcément parallèles entre eux. Il serait donc archifaux de faire la somme de leurs
modules E ( dE ) .
Dans un système d’axes cartésiens Oxyz , on a :

d E = dEx .i + dE y . j + dEz .k (1.11)


Par intégration on arrive à :
E= ( dE .i + dE . j + dE .k ) = E .i + E . j + E .k
x y z x y z (1.12)
On obtient par la suite :
Ex = dEx , E y = dE y , E z = dEz (1.13)

En tous les cas, la relation qu’il faut retenir est :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 11

E(M ) = d E(M ) (1.14)

Sachant que :
1 dq
d E(M ) = . u (1.15)
4 0 r2
Pour éclaircir encore plus ce principe on va étudier un peu plus loin trois
applications.

5/ LIGNES OU SPECTRE DE CHAMP (nK €0r Og)nK lmL ~Sr•) :


Description de l’expérience : dans un récipient contenant de l’huile,
plongeons deux électrodes chargées, l’une positivement ( q1 0 ) et l’autre
négativement ( q2 0 ) , et saupoudrons sur la surface d’huile des grains de la grosse
semoule (ou des grains de gazon naturel).

Observation : On voit que les grains de semoule (ou du gazon) dessinent des
courbes que nous appelons lignes du champ électrique. Figure 1.14.

Fig 1.14 : Grains de gazon à la surface d’huile, photos et schémas

Interprétation : Sous l’effet du champ produit par les charges q1 et q2 , les


grains se polarisent. Ainsi chaque grain devient un dipôle électrique. Les
charges sont alors soumises aux forces électriques appliquées par q1 et q2 . Ces
forces sont responsables de l’orientation de chaque grain parallèlement aux
forces. Figure1.15.

Définition : Les lignes de champ sont des lignes orientées, tangentes en chaque
point au vecteur champ E et passent par la charge q . Figure 1.16.

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 12

Angle droit Grain de Lignes de champ


semoule
M'
E' q 0

+
F'
q2 0 q1 0
+
+ + +

q 0
F
M La tangente à la ligne de champ passant
E par M

Fig 1.15 : Lignes de champ dessinées par les grains de semoule

E1 E ( A) E ( B)
M2 E2
M1 B E (C )
E3 C
A
M3

Dans le cas d’une charge ponctuelle, les lignes de champ sont des demi-droites qui se
coupent au point où se trouve la charge. Si la charge est positive, le champ est dirigé
vers l’extérieur, on dit qu’il est partant, il en va de même pour les lignes de champ. Le
contraire est vrai pour la charge négative, les lignes de champ convergent vers la
charge, le champ dans ce cas est dirigé vers la charge. Figure 1.17.

q 0 q 0
+

La figure 1.18 représente les lignes de champ autour de deux charges ponctuelles
voisines égales mais de signes contraires.
La figure 1.19 représente les lignes de champ autour de deux charges ponctuelles
voisines égales portant la même charge.
La figure 1.20 représente les lignes d’un champ uniforme (il existe entre deux plaques
parallèles rapprochées, portant des charges égales en valeur absolue, mais de signes
contraires). A l’exception des bords du condensateur formé, les lignes de champ à l’intérieur
du condensateur sont parallèles entre elles et perpendiculaires au deux plaques et d’égales
densités.

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 13

La figure 1.21 représente les lignes de champ d’un conducteur en pointe.

Fig 1.18 : Lignes de champ de deux charges égales et de signes contraires

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 14

+
+
+
+
+
+

6/ APPLICATIONS :
a/ Première application : Le champ électrostatique produit par un fil fin de
longueur infinie et portant une charge linéique positive de densité constante.
On se propose de calculer le champ électrique statique E produit au point P par
l’ensemble de la charge que porte le fil. Figure 1.22
Solution : le petit élément que l’on doit prendre en considération est un segment
rectiligne de longueur dx , portant la charge élémentaire dq = .dx :

Y
dE
d EY

P
dEX

O dq = .dx
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ X
x
dx

Le champ élémentaire d E produit par la charge dq est situé sur le prolongement du


segment rectiligne de longueur et reliant P à dq .
En appliquant le relation 1.14 on obtient :
1 dq 1 .dx
dE = = .
4 0 r2 4 0 r2
Sachant que : d E = d E x + d E y
Et d’après la figure 1.22, on a :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 15

Ex = dE x = dE.sin
E y = dE y = dE.cos
Soit :
dx
Ex = .sin
4 0 r2
dx
Ey = .cos
4 0 r2
On remarque que r , , x sont des variables, tandis que R est constant. On en déduit
géométriquement que :
1
x = R.tg dx = R.d .
cos 2
R
r=
cos
Suite à cela, on obtient :
+ /2
dx ( R / cos 2 ).d
Ex = .sin = .sin
4 0 r2 4 0 /2 R 2 / cos 2
+ /2
1 1
. .[ cos ]+ /2
Ex = .sin .d = /2
Ex = 0
4 0 /2 R 4 0 R

( )
Ce résultat Ex = 0 était prévisible vu la symétrie du problème.
Quant à la composante normale elle est calculée de la même façon :
+ /2
dx ( R / cos 2 ).d
Ey = .cos = .cos
4 0 r2 4 0 /2 R 2
/ cos 2

+ /2
1 1 1
. .[sin ]+ /2
Ey = .cos .d = /2
Ey = .
4 0 /2 R 4 0 R 2 0 R
Finalement on obtient :
1
d E = d Ex + d E y E = Ey = . j
2 0 R
La même méthode est conseillée s’il s’agit d’un anneau fin. On peut aussi s’aider de la
deuxième application.

b/ Deuxième application : Le champ électrostatique produit par un disque fin et portant


une charge surfacique positive de densité constante.
Un disque de centre O et de rayon R porte une charge uniforme de densité
surfacique 0 . Soit OX l’axe perpendiculaire au disque en son centre O .
Calculer en fonction de x le champ E en tout point de l’axe X ' X . (On étudie les trois
cas : x 0 ; x 0 ; x = 0 ).

Solution : Soit P un point de l’axe OX tel que OP = x . Calculons le champ produit par
la charge surfacique en ce point. Figure 1.23.

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 16

Le petit élément que nous devons prendre en considération est la couronne d’épaisseur d
de surface dS et qui porte la charge élémentaire : dq = .dS = .2 r.dr
En appliquant la relation 1.14, on peut calculer le champ élémentaire d E crée par la
charge dq :
1 dq 1 .2 rdr
dE = 2
= .
4 0b 4 0 b2
Sachant que : d E = d E x + d E z

dE dEX

d Ez P

x b
dr

i
R r
O

X'

Pour obtenir le champ produit par tout le disque chargé, on intègre de 0 à R .


On voit que :
Ex = dEx = dE.cos
Ez = dEz = dE.sin
Vu la symétrie du problème on a :
Ez = 0 E = Ex
Laissons à l’étudiant le soin de vérifier que Ez = 0 , et passons au calcul de E x .
.2 r.dr
Ex = .cos
4 0 b2
A partir de la figure, on a :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 17

b2 = x2 + r 2
x x
cos = cos =
b x2 + r 2
Suite à tous ces résultats on obtient :
x.r.dr
E=
2 0 ( x + r 2 )3/ 2
2

R R
x r.dr .x
1
E= 2 2 3/ 2
E= . 2
2 0 0 (x + r ) 2 0 ( x + r 2 )1/ 2 0
A la fin on a :

x x
E= .
2 0 x ( x2 + R2 )

x x
d E = d Ex + d Ez E = Ex = i (1)
2 0 x x2 + R2
Discussion :
x
x 0 E= 1 i ( 2)
2 0 !
2
x +R " 2

E est dirigé suivant i et s’éloigne des charges positives.

x
x 0 E= 1+ i ( 3)
2 0 !
2
x +R " 2

E est dirigé suivant i mais de sen contraire, il s’éloigne des charges positives.
Pour obtenir l’expression de E pour x = 0 , il faut chercher la limite de l’équation (1)
quand x 0 ou tout simplement remplacer x par 0 dans l’équation ( 2 ) . On trouve :

x=0 E= i
2 0
c/ Troisième application : Le champ électrostatique produit par un plan infini portant
une charge surfacique positive de densité constante.
Ici la surface élémentaire est un anneau de rayon d’épaisseur d et de centre O .
figure1.24.
Cet anneau produit au point P un champ électrique vertical (les composantes
élémentaires horizontales s’annulent deux à deux à cause de la symétrie).
Donc : E x = 0 E = Ey .
A l’étudiant de vérifier ce résultat.
A partir de la figure on remarque que : dE y = dE.cos
L’anneau porte la charge élémentaire totale : dq = dS . = 2 r.dr.
Donc le champ élémentaire produit par la boucle au point P est :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 18

dq 2 r.dr. R
dE = dE y = K . .cos = K . 2 .
b 2
R + r2 b ( )
dE dE y

dE x P

R
dS = 2 r.dr

O r
dr

Fig 1.24: Champ d’un plan infini

Donc le champ électrique total produit par toute la surface du plan est :
#
# #
2 r.dr. .R r.dr 1
E = K. =K .2 .R E = K .2 .R
0 (R 2
+r )
2 3/ 2
0 (R 2
+r )
2 3/ 2
R2 + r 2 0

A la fin :

E=
2 0

Cela veut dire que le champ électrique est constant tout au long de l’axe Oy . Quelque
soit la position du point P sur l’axe Oy , le champ électrique reste égal à lui même.

D/ POTENTIEL ELECTRIQUE (nK ^S6 )

1/ CIRCULATION D’UN CHAMP DE VECTEURS ( ‚sg lmh ƒTS„N)


Supposons une particule quelconque se déplaçant de A à B en suivant la
trajectoire curviligne, à l’intérieur d’un champ de vecteurs (comme par exemple le champ de
pesanteur, le champ électrique, le champ magnétique, le champ de force…) et qu’on note par
V.
Définition 1 : On appelle intégrale curviligne du champ de vecteurs V du point A au
point B le long de la trajectoire L l’expression :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 19

B
V .dl = V .dl (1.16)
L A

dl est le vecteur déplacement élémentaire.


Remarque : Dans le cas général l’intégrale curviligne dépend du chemin suivi.

Définition 2 : Si le chemin ou la trajectoire est une courbe fermée, l’intégrale curviligne


s’appelle circulation du champ de vecteurs, il s’écrit alors sous la forme :
Circulation de V = V .dl = V WXYZ ZZZZ[\ (1.17)
Appliquons maintenant dans ce qui suit ces deux définitions au champ électrique E .

2/ CIRCULATION DU CHAMP ELECTRIQUE (nK lmL ƒTS„N)


Considérons une région de l’espace où règne un champ électrique. Toute particule
chargée q0 présente dans ce champ est soumise à une force électrique :
F = q0 .E (1.18)
( F a le même sens que E si q0 0)
Si cette particule n’est pas retenue, elle va se déplacer dans le sens de F .
Supposons un expérimentateur qui veut déplacer cette charge q0 très lentement suivant un
chemin déterminé. Pour cela, il faut d’abord appliquer sur la particule une force directement
opposée à la force F pour annuler son action, puis appliquer une force supplémentaire dans le
sens choisi du mouvement. A l’extrême limite, et pour obtenir le déplacement infiniment lent,
nous considérons qu’il suffit d’appliquer une force sur q0 pour compenser la force
électrique : on doit donc appliquer la force F d = q0 .E .
Pour un déplacement élémentaire dl , le travail élémentaire correspondant est :
dW = F d .dl dW = q0 E.d l
Si on veut déplacer la charge q0 suivant un chemin quelconque AB , il faut fournir
un travail WAB :
B B B
WAB = F d .dl WAB = q0 .E.dl WAB = q0 E.dl (1.19)
A A A
B
Définition : L’intégrale E.dl s’appelle circulation du champ électrique sur tout
A
le long de la courbe de A jusqu’à B .

Remarque : cette circulation est conservative, c'est-à-dire qu’elle ne dépend pas


du chemin suivi. La circulation du champ électrique suivant une courbe fermée (retour au
point de départ) est nulle comme nous le verrons un peu plus loin.

B
Cas particulier : Si q0 = 1C , dans ce cas le travail W = E.dl s’appelle la
A
force électromotrice ( 0K L6 XSm ) dont la définition est donc :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 20

Définition : La force électromotrice est égale au travail effectué pour déplacer la


charge unité ( q = 1C ) le long de la courbe.

Précision : Le mot « force » est trompeur, car nous parlons d’énergie. C’est l’habitude
qui nous a fait hériter le mot « force » au lieu d’énergie.

3/ POTENTIEL ELECTRIQUE (nK ^S6 ) :


Dans l’exemple schématisé sur la figure 1.25 on a :
B B B
E.dl = E.dl = E.dl (1.20)
A A A
C1 †y 6 C2 †y 6 C3 †y 6

Cela veut dire que le travail nécessaire pour déplacer la charge du point A au
point B est indépendant du chemin suivi. Lorsque la circulation du champ le long de la
courbe ne dépend pas du chemin suivi, mais dépend uniquement du point de départ et du
point d’arrivée, on dit dans ce cas que ce champ est conservateur. Tel est le cas du champ
électrostatique.

B
C1

C2 C3
A

Dans l’expression 1.19, on pose :


dV = E.dl (1.21)
V est une grandeur scalaire appelée potentiel électrique. on dit dans ce cas que le
champ électrique E dérive du potentiel V .
L’énergie nécessaire pour déplacer la charge q0 entre les points B et A est donc :
B B
= (VB VA ) .q0
B
WAB = q0 E.dl = q0 dV = q0 V A
(1.22)
A A
La grandeur VB VA est appelée tension ou différence de potentiel entre les
points B et A , on la note par U BA , telle que :
W
U BA = VB VA = AB (1.23)
q0

Cela nous mène à la définition de la différence de potentiel :


Définition : La différence de potentiel ( U BA = VB VA ) est égale au travail
fourni à la charge unité (sa valeur est égale à l’unité) pour la transporter du point A au
point B .

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 21

4/ CIRCULATION DU CHAMP ELECTRIQUE LE LONG D’UNE COURBE


FERMEE (‡yˆ] ‰ L ] ƒSŠ ‰yt nK lmL ƒTS„N) :
Si la charge suit une courbe fermée, comment peut-on démontrer que la circulation
de E est nulle ?
Déterminons sur la courbe fermée L deux points A et B (figure 1.26), puis
calculons la circulation :
B A
E.dl = E.dl + E.dl (1.24)
L A B

E.dl = (VA VB ) + (VB VA ) = 0 (1.25)


L

dl
B
A

dl
Fig 1.26 : Circulation de E suivant une
courbe fermée

Conclusion : En électrostatique, la circulation du champ électrique le long de toute


courbe fermée est nulle.
E.dl = 0 (1.26)
L
Ce résultat est toujours vérifié, chaque fois que le champ dérive d’un potentiel.

5/ LE POTENTIEL ELECTRIQUE PRODUIT PAR UNE CHARGE


PONCTUELLE q ( 0rm_ Ls kt uN nK ^S6 ) :
On a vu que le champ E produit par une charge q est radial (il passe par la charge q ),
1 q
E (r ) = . (1.27)
4 0 r2
Pour obtenir le potentiel V , on calcule d’abord la circulation du champ E le long d’un
rayon quelconque :
On a :
dl d r
Et puisque :
dr E
Donc :
dV = ( E.d r ) dV =
1
.
1
dr (1.28)
dV = E.dr 4 0 r2

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 22

q dr E
r

D’où :
q 1 q 1
V ( r ) = dV = dr V (r) = . +C te (1.29)
4 0 r2 4 0 r
te
En supposant V = 0 quand r = # , on aura C =0 . A la fin on obtient :
q 1
V (r ) = . (1.30)
4 0 r
Le potentiel est constant sur des sphères de rayon i dont leur centre est la charge q . On dit
que ces sphères constituent des surfaces équipotentielles (^S6 bO W] ‹Sr1).
On démontre que la différence de potentiel entre deux sphères de rayons respectifs 1 et 2
est donné par la relation :
q 1 1
V1 V2 = . (1.31)
4 0 r1 r2

6/ CALCUL DU CHAMP E A PARTIR DE V :


On a vu que dV = E.d l . En considérant le repère cartésien Oxyz , et en

supposant que le potentiel V et le champ E sont connus au point A de l’espace, on peut


calculer le potentiel VA + dV en tout point relié à A par le vecteur élémentaire dl . Figure
1.28.
z
E

A VA + dV
VA dl

k
O
i j y

Cas particulier :On suppose qu’on s’éloigne de A dans le sens de x ( y et z restant


constantes). Donc dl = i.dx , d’où dV = ( E.i ).dx , soit :
A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST
Electrostatique 23

dV = Ex .dx (1.32)
dV
On arrive pour ce cas particulier à Ex = où dV est la variation de V quand y et
dx
z restent constantes et seule x varie.
Cette condition sur les coordonnées coïncide avec la notion des dérivées partielles. Donc
on peut écrire :
$V
Ex = (1.33)
$x
En répétant le même raisonnement pour y et z on trouve :
$V
Ey = (1.34)
$y
$V
Ez = (1.35)
$z
Puisque on est dans le repère Oxyz , on a :

E = E x + E y + Ez E = Ex .i + E y j + E z k
Donc :
$V $V $V $V $V $V
E= i j k E= i+ j+ k (1.36)
$x $y $z $x $y $z
On reconnaît dans cette expression l’opérateur gradient, donc :
$V $V $V
E = gradV = i+ j+ k (1.37)
$x $y $z
E = gradV (1.38)
On comprend très bien maintenant l’expression « le champ électrique E dérive du
potentiel V ».
L’expression du champ E en coordonnées cylindriques est :
$V 1 $V $V
E = gradV = u% + u + uz (1.39)
$% r$ $z
L’expression du champ E en coordonnées sphériques est :

$V 1 $V 1 $V
E = gradV = ur + . u + . u& (1.40)
$r r $ r sin $&

Exemple 1.5 :
1/ En déduire le vecteur champ électrique de l’expression du potentiel suivante :
V ( x, y , z ) = 3 x 2 y + z 2 .
2/Calculer le module du champ E au point A (1, 2, 1) .
Réponse :
1/ Il suffit de dériver V ( x, y , z ) en utilisant la relation1.37 pour trouver :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 24

E= 6 xyi + 3 x 2 j + 2 zk
2/ Le module du champ au point A (1, 2, 1) est :

E = 12i + 3 j 2k E = 122 + 32 + 22
E = 157 E 12,53V/m

7/ LE POTENTIEL CREE PAR PLUSIEURS CHARGES PONCTUELLES


DISTINCTES :
Le principe de superposition est là aussi valable. Puisque le potentiel V est une grandeur
scalaire, le potentiel V ( M ) créé par plusieurs charges concentrées au point M est donné par
l’expression algébrique :
1 qi
V (M ) = (1.41)
4 0 i ri
Où i est la distance entre qi et le point M . La charge qi peut être positive ou négative,
c’est pour cela qu’il faut la prendre avec son signe.

8/ LE POTENTIEL ELECTRIQUE CREE PAR UNE DISTRIBUTION CONTINUE


DE LA CHARGE :
Dans ce cas, on doit procéder à une intégration après avoir choisi une charge élémentaire
correspondante, avec le même procédé que celui du champ électrique pour un pareil cas.
1 dq
V= (1.42)
4 0 r
Conseil : Dans le cas général, il est préférable de calculer le potentiel en premier lieu, puis
en déduire le champ électrique par dérivation.

Exemple 1.6 :
Un anneau, de centre O et de rayon R , porte une charge q répartie uniformément avec
une densité linéique 0.
1/ Calculer le potentiel crée au point M de l’axe Oy et situé à la distance y de O .
2/ En déduire le vecteur champ au point M .
Réponse :
Pour le point donné M , les grandeurs r , y , R sont constantes. Partant de la figure 1.29,
1
et en posant K = on peut écrire :
4 0
dq K Kq
dV = K dV = dq V= + C te
r r r
R2 + y2
Sur la figure on peut voir que : r =
Après le remplacement de K et q = .2 R on arrive à l’expression :

R
V= . + C te
2 0 R2 + y2

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 25

Reste maintenant à déterminer le module E . Pour cela il suffit de dériver l’expression


de V par rapport à y en exploitant la relation 1.34 :
dV .R y
E= E= .
(R )
3/ 2
dy 2 0
2
+ y2

dE dEy

d Ex M

y r

dq
j
R O

y'

Fig 1.29 : Champ électrostatique crée par un anneau chargé au point M

Le vecteur champ électrique E s’écrit alors :

.R y
E= . j
2 0 (R 2
+y )
2 3/ 2

C/ FLUX ELECTROSTATIQUE ET THEOREME DE GAUSS


(ŒS• b Ž_ :k 1O ‡dcW ):
1/ Le flux électrique :
Définition : On appelle flux du champ électrique à travers une surface la
grandeur :
' = E.d S (1.43)
d S : Vecteur de la surface élémentaire, il est toujours normale à la surface et dirigé
vers l’extérieur du volume limité par la surface.

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 26

Si est l’angle compris entre E et d S , on aura :

' = E.dS .cos (1.44)


S

ds dS

L’unité du flux électrique est le Weber (Wb), son équation aux dimensions est :
[' ] = L3 .T 3
.A 1

2/ THEOREME DE GAUSS :
Le théorème de Gauss exprime la relation entre le flux électrique à travers une surface
fermée et le nombre de charges présentes à l’intérieur du volume entouré par cette surface.
Par exemple : soit q une charge ponctuelle positive, elle produit un champ électrique
q
radial dirigé vers l’extérieur, de module E ( r ) = K . .
r2
On choisi comme surface fermée une sphère dont le centre est la charge q .Figure 1.31.
Puisque nous sommes dans le cas d’une sphère, tous les vecteurs surface élémentaire
d S sont radiaux, ils ont donc la même direction que E , d’où E , d S = 0 ( ) cos0 = 1.
Le flux électrique élémentaire à travers la surface élémentaire d S est :
d ' = E.d S = E.dS (1.45)
Par intégration on obtient :
q
' = E.d S = K . .dS (1.46)
S S r2

dS
E
ds
r q

Fig 1.31 : Charge ponctuelle dans une sphère

Puisque le rayon de la sphère est constant on a :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 27

q
' = K. dS (1.47)
r2 S
Rappelons-nous que la surface d’une sphère est :
dS = S = 4 r 2 (1.48)
S
Après remplacement on obtient :
q
'= (1.49)
0

Résultat : Le flux du champ magnétique sortant de la sphère ( (r ) au centre de


q
laquelle se trouve une charge ponctuelle positive ( q 0 ) est égal à .
0

Dans le cas où q 0 , le champ électrique E est dirigé vers le centre de la sphère et le


(
flux électrique ' est négatif car E , d S = ) cos = 1 .
Généralisation :
Le résultat obtenu par le calcul pour une seule charge est vérifié dans le cas général.
Si on considère une surface fermée quelconque renfermant n
charges qn + ...........q2 + q1 (quelque soient leur signes), on démontre dans ce cas que :
n
1 Qi
' = E.d S = qi . = [ Wb ] (1.50)
S i =1 0 0

C’est là le théorème de Gauss :

Enoncé : Le flux d’un champ électrique à travers une surface fermée est égal à la
somme algébrique des charges se trouvant à l’intérieur du volume limité par cette surface,
divisé par la permittivité du vide 0 .

Intérêt de ce théorème : Ce théorème facilite et simplifie le calcul du champ


électrique produit par une distribution simple de charges.

Dans ce qui suit, nous allons aborder quelques exemples pour préciser la méthode
d’application du théorème de Gauss.

3/ APPLICATION DU THEOREME DE GAUSS :

a/ Le champ crée par une charge ponctuelle :


On considère la charge q comme centre d’une sphère de rayon .
Donc le champ électrique E est radial et sortant, cos0 = 1 :

q
' = E.d S ' = E.dS E.S =
S S 0
2
La surface de la sphère est S = 4 r , d’où :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 28

q 1 1
E= = . 2 (1.51)
0 .S 4 0 r

b/ Le champ électrique produit par une tige de longueur infinie uniformément


chargée :
La surface de Gauss qui convient à ce cas est celle d’un cylindre de longueur l , et dont
l’axe coïncide avec la tige.
Il y a trois surfaces : la surface de base S1 , la surface de base S2 , et la surface
latérale S L :

E
dS
E ds E
dS dS

Le flux à travers toutes les surfaces qui constituent le cylindre de Gauss est la somme
des flux à travers chaque surface, soit ' = ' i :
' = E.d S = E.d S + E.d S + E.d S
S S1 S2 SL
(1.52)
0 0

Sur les surfaces des bases ( S1 ) et ( S 2 ) , le champ est perpendiculaire au vecteur d S ,


donc il n’y a aucun flux qui traverse ces deux surfaces ( cos / 2 = 0 ) . Mais, par contre sur la
surface latérale ( S L ) , les vecteurs d S sont tous radiaux comme E ( cos 0 = 1) . D’où l’on
obtient :
Qi
'= E.d S = E.S L = (1.53)
SL 0
Sachant que Qi = .l et S L = 2 Rl , donc :
.l
E.2 R.l = E= (1.54)
0 2 0R

c/ Champ électrique produit par une sphère pleine chargée uniformément :


La surface de Gauss qui convient ici est une sphère de rayon . En appliquant le
théorème de Gauss on écrit :
Qi
' = E.d S ' = E.dS E.S = (1.55)
S 0

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 29

R R
R

r r r

Discussion :
R : (la figure 1.33-a), seule une partie de la charge portée par la sphère se trouve à
l’intérieur de la surface de Gauss :
4 3
%. .r
% .V 3 %
E.4 r 2 = = E= .r (1.56)
0 0 3 0
E est proportionnel à la distance .
R : (la figure 1.33-b), toute la charge portée par la sphère se trouve à l’intérieur de la
surface de Gauss :
4
%. .R 3
2 % .V 3 % R3 Q
E.4 r = = E= . 2
E= 2
(1.57)
0 0 3 0 r 4 0r
E est inversement proportionnel au carré de la distance . La sphère se comporte
comme une charge ponctuelle.

R= : (Figure 1.33-c) la surface de Gauss coïncide avec la surface de la sphère :


% R3 %
E= . 2
E= .R (1.58)
3 0 R 3 0
Le champ électrique sur la surface de la sphère est constant.

d/ Champ électrique produit par un plan infini chargé uniformément :


On choisit comme surface de Gauss un cylindre perpendiculaire au plan. Là aussi on a
trois surfaces :
Le flux à travers la base de surface S1 : '1 = E.S1 ,
Le flux à travers la base de surface S2 : ' 2 = E.S 2 ,
Le flux à travers la base latérale S L est nul : d S ) d E , ( )
Faire attention à E1 = E2 mais E.S1 = E.S2 , donc :

Q
' = 2 E.S =
0

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 30

A la fin, on remarque que le champ électrique est uniforme quelque soit la distance
entre le point considéré et le plan :

E= (1.59)
2 0

E
dS

E E
dS
dS
r l
0

dS
E
Fig 1.34 : Plan infini chargé

Conclusion : De ces exemples on remarque que les résultats sont parfaitement


identiques à ceux déjà trouvés au paragraphe C, mais avec beaucoup plus de facilité, et c’est
là tout l’intérêt du théorème de Gauss.

4/ FORME DIFFERENTIELLE DU THEOREME DE GAUSS


(ŒS• b Ž ny• 5W l M ) :
Les coordonnées cartésiennes du champ E sont Ex , E y , E z . Calculons le flux sortant
du cube élémentaire de volume dv = dx.dy.dz . (Figure 1.35)

dx

E y ( y) E y ( y + dy )
dz
dS = dx.dz

dy

y y + dy Y
X

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 31

Le flux résultant de la composante E y est:


Nul à travers les faces : de devant, de derrière, du bas et du haut, car le vecteur
champ est perpendiculaire au vecteur surface de chaque face.
Reste à calculer le flux à travers les faces latérales d’aire dS = dx.dz .
Le flux entrant en y est négatif car le champ est dirigé vers l’intérieur du volume en
sens contraire à celui de (( E , dS ) = ) , il est égal à :
y

E y ( y ).dx.dz
Le flux sortant de y + dy est positif et égal à : + E y ( y + dy ).dx.dz
De tout cela on obtient le flux à travers les deux faces latérales :
' dSy = ( E y ( y + dy ) E y ( y ) ) dx.dz
Puisque la distance dy entre les surfaces est très petite, mathématiquement nous
pouvons écrire :
$E y
E y ( y ) = *E y = dE y = ( E y ) .dy =
'
E y ( y + dy ) dy
$y
Le résultat de tout cela :
$E y
d ' dSy = ( E y ( y + dy ) E y ( y ) ) dx.dz = dx.dy.dz
! $y "
$E y $E y
dx.dy.dz = .dv
! $y " ! $y "
Puisque les résultats du flux sont identiques pour les quatre faces restantes, le flux total
du volume élémentaire dv est égal à :
d ' E = d ' dS x + d ' dS y + d ' dS z
$E x $E y $E z $E x $E y $E z
d'E = + + dx.dy.dz = + + .dv
! $x $y $z " ! $x $y $z "

Si dq est la charge du volume dv , on a d’après le théorème de Gauss :


$Ex $E y $Ez dq
d'E = + + dv =
$x $y $z 0
Si % est la densité de charge volumique, on a alors dq = % .dv , et donc :
$E x $E y $E z %
+ + = (1.60)
$x $y $z 0

On reconnaît dans cette expression le gradient de E :


%
divE = (1.61)
0
Cette dernière relation est l’expression du théorème de Gauss sous sa forme différentielle.

Quelle serait donc l’expression du potentiel électrique ?

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 32

On sait que : E = gradV


$V $V $V
C'est-à-dire : Ex = Ey = Ez =
$x $y $z
$ $V $ $V $ $V %
Donc : + + =
$x ! $x " $y ! $y " $z ! $z " 0
Finalement on arrive à :
$ 2V $ 2V $ 2V %
+ + = (1.62)
$x 2 $y 2 $z 2 0
Cette relation porte le nom de « équation de Poisson », elle permet le calcul de
V si on connaît la répartition de la charge ou l’inverse.
Exemple 1.7 : Dans une région de l’espace règne un champ électrique de la forme :
E = x.i + 2 y. j + 3k
Trouver l’expression de la densité volumique de la charge.

Réponse : L’application de l’équation 1.61, nous donne :


% $Ex $E y $Ez
divE = %= 0 + +
0 $x $y $z
%= 0 [1 + 2 + 0] % =3 0

Exemple 1.8 : On donne l’expression du potentiel électrique :

V ( x, y , z ) =
4
q
3
+
q
3 (x 2
+ y2 z2 )
0a 4 0a
En déduire l’expression de la densité de la charge.

Réponse : De l’équation de Poisson on tire la densité % de la charge :


q % q
3 [2 + 2 2] = %=
4 0a 0 2 .a 3

Quand est-il s’il n’y avait aucune charge ?


Cela veut dire que :

$ 2V $ 2V $ 2V
% =0 + + =0 (1.63)
$x 2 $y 2 $z 2

Cette expression est connue sous le nom de « équation de Laplace », elle est
surtout utilisée en mécanique des fluides. Dans cette équation apparaît un opérateur appelé
« le laplacien » qui est :
$2 $2 $2
*= + + (1.64)
$x 2 $y 2 $z 2
4/ NOTION DE L’ANGLE SOLIDE( jy“ bO ” oS 5]) :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 33

En géométrie plane, on s’intéresse dans les figures à l’angle plan. Quand il s’agit de
géométrie spatiale on parle d’angle solide. Par exemple, dans l’obscurité les rayon lumineux
issus d’une source lumineuse ponctuelle sont caractérisés par deux grandeurs : la direction
(qui est une droite), et l’angle maximal de propagation du faisceau lumineux autour de cette
droite (un cône). Dans ce dernier cas, l’espace occupé par le faisceau lumineux s’appelle
angle solide. Figure 1.36

dS S
+
R O

Définition : L’angle solide élémentaire est l’espace contenu dans une surface conique
élémentaire dS située à la distance R du sommet du cône, on le calcule par la formule :
dS
d+ = (1.65)
R2
L’angle solide est toujours positif et indépendant de R . Son unité est le stéradian ( sr ) .
Pour déterminer la valeur de l’angle solide + , on dessine un cône de centre O et de
rayon R . La surface que coupe le cône est S (figure 1.36-b). La valeur de l’angle solide est
donc :
S
+= (1.66)
R2
En coordonnées sphériques, et en considérant R constante, la surface élémentaire est
égale à :
dS = R 2 sin .d .d& (1.67)
Donc, l’angle solide élémentaire s’écrit :
d + = sin .d .d& (1.68)
En intégrant on obtient l’angle solide entourant un cône d’angle au sommet :
2
+ = d+ = d& . sin .d = 2 (1 cos ) (1.69)
0 0

+=2 (1 cos ) (1.70)

Discussion :
Premier cas : = /2 + = 2 sr , correspond à la moitié de l’espace
constitué par l’angle = / 2 .

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 34

Deuxième cas : = + = 4 sr , correspond à tout l’espace autour d’un


point. C’est la valeur extrême pour un angle solide.

Cas général :
Si le vecteur surface élémentaire est parallèle à la droite OP (figure 1.37-a),
cos = 1, et par conséquent l’angle solide est égal à :

dS
d+ = (1.71)
R2

Si le vecteur surface élémentaire fait l’angle avec la droite OP (figure


1.37-b), a), l’angle solide élémentaire est égal à :

dS .cos
d+ = (1.72)
R2

C’est cette dernière expression qu’il faut retenir pour le calcul de l’angle solide
dans le cas général.

P P
dS
dS dS
d+ R dS d+ R
O O

La relation entre l’angle solide et le flux électrique :


Le champ électrique produit par une charge ponctuelle q à une distance de la charge
q
est E = K .
r2
Le flux élémentaire d' à travers une surface élémentaire dS située à la distance
de la charge q est :
dS
d ' = E.dS = K .q (1.73)
r2
q
d' = .d + (1.74)
4 0

Par intégration on obtient le flux total à travers toute la surface S :


q
'= + (1.75)
4 0

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 35

Le flux électrique produit par une charge ponctuelle à travers une surface quelconque
q
est égal au produit de par l’angle solide + sous lequel on voit la surface à partir de la
4 0
charge.
Si la surface entourant la charge q est fermée, l’angle solide est 4 , et le flux est
q
égal à .
0
Si la surface entourant la charge q est fermée mais qu’elle n’entoure pas la charge,
l’angle solide est nul, et le flux lui-même est nul.

F/ DIPOLE ELECTRIQUE(nK \rm nK •) :


Définition : un dipôle électrique est l’ensemble de deux charges égales ,de
signes contraires et séparées par une très petite distance.

La figure 1.18, montre les lignes de champ du dipôle électrique.

Définition : Le moment dipolaire (nK o”‚ ) d’un dipôle est un vecteur libre
p , il est égal au produit de la valeur de la charge q par le vecteur déplacement
a de la charge, dirigé de la charge positive vers la charge négative (figure
1.38).
p = q.a (1.76)

Potentiel électrique produit par un dipôle électrique :


On se propose de calculer le potentiel électrique produit par les deux charges
+ q et q , au point P situé à la distance 1 de la charge + q et à la distance 2 de
la charge q . La distance a est très petite devant les distances 1 et 2 .
Voir Figure 1.38 .

y P

r2

r r1
r2 -r1

q O +q x
p
a
Fig 1.38 : Dipôle électrique

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 36

q q ( r2 r1 )
V= Vi V =K V = K .q.
r1 r2 r2 .r1
Puisque r a , on peut considérer r1.r2 r 2 et r2 r1 = a.cos , donc :
1 q.a.cos p.cos
V= . V= (1.77)
4 0 r2 4 0 .r 2

Champ électrique produit par un dipôle électrique :


On va essayer de calculer E à partir de l’équation E = gradV .
En coordonnées rectangulaires : sur la figure 1.38, on peut voir que :
2 1/ 2 2 1/ 2
r1 = y 2 + ( x a / 2) ; r2 = y 2 + ( x + a / 2 )
D’où :
1 1
V = K .q
r1 r2
Donc :

1 1 1
V= .q (1.78)
4 2 1/ 2 2 1/ 2
0 y + ( x a / 2)
2
y + ( x + a / 2)
2

Il reste maintenant à effectuer les opérations de dérivation :

$V 1 x a/2 x + a/2
Ex = = .q (1.79 )
$x 4 0 y + ( x a / 2)
2 2 3/ 2
y + ( x + a / 2)
2 2 3/ 2

$V 1 y y
Ey = = .q (1.80 )
$y 4 0 y + ( x a / 2)
2 2 3/ 2
y + ( x + a / 2)
2 2 3/ 2

En coordonnées polaires : A partir de la figure 1.39, et par la même


méthode suivie précédemment, on calcule les composantes du champ
électrique en coordonnées polaires.
Nous savons que E = Er + E , et donc :

$V 2 p.cos 1 $V sin
Er = = ; E = = p. (1.81)
$r 4 0 .r 3 r$ 4 0 .r 3

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 37

E
E
Er
r P

j
u ur

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 38

EXERCICES **
Exercice 1.1 1.1
Soit la distribution de charges (de l’ordre du
( )
microcoulomb) ci-dessous ; AB = d = 0, 2m ; Les
AB = d = 0, 2m
deux charges placées en A et B sont fixes; par contre
la charge placée en C est mobile sur la droite AB .
!" B A
Quelle est la position d'équilibre de la charge . AB # $ % C
placée en C , si elle existe ? ) C ( /
*+, -

A C B
+2q q +q x

Exercice 1.2 2.1


Aux deux extrémités d’un fil de longueur 2l , sont ( ) / 2l . ./ 0 .
attachés deux ballons sphériques gonflés avec de
l’hélium (l’hélium étant plus léger que l’air), et portent # 0 ) # 0 3 2 1
la même charge + q . On suspend au milieu du fil une 6 " . +q ! 5 ) (2 0 4/
masse m . Le système abandonné à lui même dans 2 0 / 8 .m . / 47
l’atmosphère occupe alors une position d’équilibre ; + : 9 $
stable dans un même plan vertical, telle que chaque 6< =>+ . / 2 , ? 7
moitié du fil fait un angle avec l’horizontale (figure
( ? ).
ci-dessous).
En négligeant les masses du fil et des ballons , calculer .q : / ./ ? (@
la valeur de q . :A++ 6 .
Application numérique :
g = 10 N .kg 1 , l=1m , m=5g , = /6 rad g = 10 N .kg 1 , l=1m , m=5g , = /6 rad

+q +q

Exercice 2.3 3.1


Une petite boule (supposée ponctuelle) électrisée de
masse m et portant une charge positive q telle que
m 0 ( .$ ) C 37 C
q
q = 10 6 Ckg 1 ; q , ?
= 10 Ckg est placée entre deux plaques m
6 1

m
: B A +" 7 "
métalliques A et B verticales distantes de
d = 4cm . Ces deux plaques soumises à une tension ( / . d = 4cm D +
positive U AB = U créent un champ électrique ?$ E , U AB = U 7
supposé uniforme. .#F G > 0

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Electrostatique 39

A la date t = 0 , la boule est abandonnée sans >+ + C 8 )t = 0 F


vitesse initiale en un point M 0 de coordonnées d
x0 = 1+ H = M0 .$
d 2
x0 = et y0 = L = 1m . Soit g = 10ms
2

2 ?$ C+ ) g = 10ms 2
. y0 = L = 1m
l intensité du champ de pesanteur. . =,
1/ Trouver l’équation de la trajectoire de la boule.
2/ Calculer la date de passage de la boule dans le .C + " +, /1
plan horizontale y = 0 . .y=0 $< 9 C F /2
3/ Quelle valeur doit-on donner à U pour que la % U D (I . - , $ ( /3
trajectoire de la boule passe par le point P de * ( d ,0 ) 1 + H = .$ C
coordonnées ( d ,0 ) ?
y
M0
L
O
x
d

Exercice 1.4 4.1


Soient n charges ponctuelles ( q 0 ) placées # $ ( q 0 ) .$ n
aux sommets Ai d’un polygone régulier de centre O , K5 A= ) O J #F K5 < ++" Ai
de côtés de longueur a .
.a 0 .
1/ Déterminer le champ électrostatique E ( z ) en
M .$ E ( z ) > 0 ?$ /1
un point M de l’axe Oz du polygone (orthogonal
++" 9 % O A+ " Oz
en O à son plan)
.K5 <
2/ En déduire E ( z ) dans le cas :
: E ( z ) L - /2
a/ d’un triangle équilatéral d’axe Oz ,
. Oz J K5 < A ;1 /
b/ d’un carré d’axe Oz .
. Oz J /

Exercice 1.5 :5.1


Des charges ponctuelles occupent les sommets A, B C B, A ! I % .$ "
et C d’un losange de côté a , comme indiqué sur la ) ? ) a "
( "
figure ci-dessous ( il n’y a pas de charge en D ).
.( +, M D
1/ Calculer le champ électrique produit par les trois
charges au sommet D ; représenter graphiquement
151 L > 0 ?$ /1
ce champ. . ?$ =( ?1 D .$ +
2/ Calculer le potentiel produit en D . . D .$ L (+0, ) /2
3/ On place la charge +2q au point D . Calculer la C $ D .$ +2 q /3
force électrique exercée par les autres charges sur .9 /< 4 . 0 $. > 0
cette charge.
. +2 q :. /4
4/ Calculer l’énergie potentielle de la charge +2q .

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Electrostatique 40

A q

C B
+q +q

Exercice 1.6 6.1


On considère deux charges q et 2q situées % 2q q "
respectivement aux deux points A ( a, 0,0 ) et A ' ( 4a, 0, 0 ) A ( a, 0,0 ) .$
A ' ( 4a, 0, 0 ) dans les coordonnées cartésiennes. . 1+ H
1/ Calculer le potentiel électrique en un point . M ( x, y, z ) .$ > 0 +0, - /1
quelconque M ( x, y , z ) . . V =0 A N. ++ /2
2/ Déterminer la surface équipotentielle V = 0 . ?$ N. =( .$ ? /3
3/ Montrer qu’en chaque point de cette surface le .0 " 8 1 .$ > 0
champ électrique passe par un point constant qu’il
faudra déterminer.

Exercice 1.7 7.1


On considère un segment AB électrisé positivement
1 = ,- 0 AB $ ".: "
de densité linéique homogène de longueur 2a et
. O 07 2a 0 . , .
de centre O .
0 ?$ Ey ( /1
1/ Démontrer que la composante E y du champ
électrostatique est nulle.
. +"
2/ Déterminer le champ électrostatique en un M .$ 0 ?$ ++ /2
point M de l’axe de symétrie Ox . On pose . OM = x . Ox F
OM = x . 8 L ?$ M .$ J=( L - /3
3/ En déduire en ce point M le champ créé par ." ( M"
un fil « infini ».

Exercice 1.8 8.1


Un fil de longueur L porte une densité linéaire de
0 ./ 1 L . 8 ?
charge 0 (figure ci-dessous). .(? < ? )
1/ Montrer que les composantes du champ
électrique au point P situé à une distance R du fil P .$ > 0 ?$ ( /1
sont données par : : % (8 R +" % ":
Ex = ( sin 2 sin 1 ) Ex = ( sin 2 sin 1 )
4 0 R 4 0 R

Ey = ( cos 2 cos 1 ) ( cos 2 cos Ey = 1 )


4 0 R 4 0R
Où E x et E y sont les composantes du champ, CDEFGDE HIJK LMNDE OGPQRS OTU E y Ex ;
consécutivement parallèle et perpendiculaire au fil, et
^OGZVE_DE 2 V 1 V KWIXDE HIJ YZ[FT\DE V YZ]EFTDE
1 et 2 les angles que font avec la perpendiculaire CGZOeag P Y`MaDE ^bcEFDE ^OTdMGXTDE OTe\afZ ^OGIDE
au fil les droites joignant le point P aux extrémités .WIXID [FT\DE hS WIXDE
du fil.
+" ! % P Y`MaDE hMi OTadj LMNDE klVm /2

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Electrostatique 41

2/ Trouver le champ quand le point P est .8 0


équidistant des deux extrémités du fil. F .$ ?$ C L - /3
3/ En déduire le champ en un point de l’axe de
symétrie d’un fil infiniment long.
? . ( M8
Les signes des angles 1 et 2 sont ceux indiqués HIJ odPS FU OTQ OTU 2 V 1 -
sur la figure. .LpqDE

P
+
1 2

x X
O
L

Exercice 1.9 9.1


Une charge linéaire ( > 0) est répartie ? 8 % # F ( > 0 ) ./ K
uniformément sur un fil en forme d’anneau de rayon
(? < ? ). R ( .: 47 $
R . ( figure ci-dessous).
1/ Calculer le champ électrique produit par le fil au 8 P > 0 ?$ /1
point P situé sur l’axe OX à une distance x du x D +" OX % ": P .$
centre O . .O
2/ Calculer le potentiel électrique produit au même .$ ! > 0 ( ) +0, /2
point P . .P
3/ Déterminer par le calcul le point pour lequel le
champ électrique est maximal. ?$ 0, .$ /3
. F > 0

O x P X

Exercice 1.10 10.1


Une plaque métallique en forme de carré de côté
O ( ) a 0" ? % +" 7
a et de centre O est chargée uniformément d’une
densité surfacique 0 . Ecrire l’expression du C . 0 . 1 #F
champ électrostatique crée au point M situé sur l’axe % ": M .$ L 0 ?$
de symétrie perpendiculaire à la plaque et telle que ; 7 % A+ " Oz F
a a
OM = z = . OM = z =
2 2

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Electrostatique 42

z
M
i

O
a

Exercice 1.11 11.1


Une rondelle métallique de rayon intérieur R1 et de R1 /+ .: 47 = +" $ ?
rayon extérieur R2 porte une charge répartie 1 ) #F R2 , / .: 47
uniformément (densité surfacique de charge ).
.( .
1/ Calculer le champ électrostatique sur l’axe de la
rondelle à la distance z de son centre. % $ % 0 ?$ /1
2/ Retrouver le résultat à partir du calcul du potentiel. .( z +"
3/ Etudier le cas particulier R1 = 0 . . :5. , + +, +, /2
4/ Quel est le champ créé par un plan chargé infini ? . R1 = 0 7 / ! + /3
* ( M 9 L ?$ ( /4

Exercice 1.12 12.1


Un anneau de centre O et de rayon R porte une 1 ? R ( .: 47 O ( $
densité linéique uniforme de charges sauf sur un A= ! : % 9+ F .
arc d'angle au centre 2 . (Figure ci-dessous).
(? < ? ) .2
Déterminer le champ électrostatique en O .
. O 0 ?$

O 2

Exercice 1.13 13.1


On considère une portion de cône, de demi-angle au 47 A= ) . / 2 , "
sommet et de rayons limites R1 et R2
. ( R1 R2 ) R2 R1 + .: 7
( R1 R2 ) . : F Q 1 . , J=(
Ce système est chargé en surface avec la densité non a
a = 0
uniforme : = 0
. / .: 47 ? . ! , 1 a
a est une constante homogène à une longueur et le
.J F .$
rayon du cône en un point de son axe de symétrie.
Déterminer le champ électrostatique au sommet O du O ( $ ) ! 0 ?$
cône. .. /

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Electrostatique 43

R2
R1
O x

Exercice 1.14 14.1


Un nombre infini d’ions de charges
=+ ( M ++
alternativement positives et négatives ± q sont
#$ ? . % a #F ±q
+" % ,
disposés à intervalle régulier a le long d’une droite
(figure ci-dessous). .(? < ? )
Trouver l’énergie potentielle d’un ion. .C+ C+ : . +,
Application numérique : :A+ 6 .
a = 2,8.10 10
m , q = 1, 6.10 18
C q = 1, 6.10 18 C ) a = 2,8.10 10 m
On rappelle :
x 2 x3 x4 xn
x2
x 3
x4
x n
ln (1 + x ) = x + + ......... : =
ln (1 + x ) = x + + ......... 2 3 4 n
2 3 4 n

a
i i i i i i i i i
+q q +q q +q q +q q +q

Exercice 1.15 15.1


Une sphère S de rayon R porte une charge . ? R ( .: 47 S C
surfacique ( ) = 0 cos à symétrie de ? + F = ( ) = 0 cos
révolution autour d’un axe diamétral OX . On
> 0 ?$ . . OX A .$
demande de calculer le champ électrique aux points
O et A de l’axe OX . (Figure ci-dessous) ( ? ) . OX A O .$
M

A
O X

Exercice 1.16 16.1


Soit une demi sphère de centre O , de rayon R , )R ( .: 47 ) O ( C 47
chargée uniformément en surface avec la densité
surfacique 0. . 0 . 1 N. % # F
1/ Exprimer le potentiel et le champ électriques > 0 ?$ /1
au point O . Expliquer pourquoi dans ce cas, S M J=( = R - . O .$

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Electrostatique 44

l’expression du champ ne peut pas être déduite par


dérivation de l’expression du (E = gradV ) C 6$ ?$ C
potentiel (E = )
gradV . M ( z ) .$ V (z) /2
2/ Exprimer le potentiel V ( z ) en un point ?$ L - .J=( C 47 OZ F
./1 + +, +,
M ( z ) de l’axe de symétrie Oz de cette demi sphère.
En déduire le champ E ( z ) et retrouver alors les
expressions de 1/.

Z
Mi

Exercice 1.17 17.1


1/ Trouver une expression pour le champ et le
potentiel électriques d’un plan portant une densité 9 > 0 ?$ C +, /1
superficielle de charge uniforme 0 : : 0 F . 1 ?
a/ en supposant qu’il est constitué d’une série de 0 ? ? G /
couronnes toutes concentriques de centre O , )O =C
b/ en utilisant l’angle solide. . 7 ? " /
2/ Retrouver les mêmes résultats en appliquant le
théorème de Gauss.
.T Q F ? " L> ! +, /2
Qu’observez-vous ? *F 5 =
3/ Une charge q de masse m est placée à une z +" % m 0 q /3
distance z du plan. La charge est libérée de sa position .0 .9
de repos. Calculer son accélération, la vitesse avec 9 % 0 .$ )0
laquelle elle tombera sur le plan et le temps qu’elle
mettra pour atteindre le plan. .9 U J=/E A=

Exercice 1.18 18.1


Une sphère, de rayon R , porte une charge volumique
, ) R ( .: 47 )C ?
qui est répartie uniformément dans tout le volume
qu'elle occupe à l'exception d'une cavité de rayon .
2 1 3 A= #, ? % #F
Le centre de cette cavité est à la distance d du centre +" 4 , . J .: 47 4 ,
de cette sphère. La cavité est vide de charges. . U 4 , .d C
En utilisant le théorème de Gauss et le principe de ) -+ T Q F ? "
superposition, calculer le champ en tout point de la *L = .4 , .$ ? ?$
cavité. Que concluez-vous ?

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Electrostatique 45

Exercice 1.19 19.1


Une sphère creuse de rayon R porte une densité
1 R ( .: 47, C N.
de charge surfacique uniforme 0.
1/ Calculer le champ électrostatique produit en un
. 0 . F
point P , situé à une distance b du centre O , à ) P .$ L 0 ?$ /1
l’extérieur, à l’intérieur puis à la surface de la sphère. ?/ + ) S / ) O b % ":
2/ En appliquant le théorème de Gauss, retrouver .C N. % #1
les résultats précédents.
L> + +, +, T Q F 6 . /2
3/ Calculer le potentiel électrique à l’intérieur, à
l’extérieur et à la surface de la sphère. Que concluez- .$
vous ? % S / )?/ + > 0 /3
3/ Partant des résultats de la question 3/, retrouver *L = .C N.
le champ à l’extérieur, à l’intérieur et à la surface de la
sphère.
?$ + +, +, /3 ? I L> :5. /4
.C N. % S / )?/ +

Exercice 1.20 20.1


Un cylindre plein de longueur infinie, de rayon R
)R ( .: 47 )? . ( M 7 .
porte une densité de charge volumique 0.
. 0 , 1 #F ?
1/ En utilisant le théorème de Gauss, calculer le
champ électrostatique à l’intérieur, à la surface et à > 0 ?$ T Q F ? " /1
l’extérieur du cylindre. . . < S / N. % )?/ +
2/ En déduire le potentiel à l’intérieur, à la surface % )?/ + > 0 (+0, ) L - /2
et à l’extérieur du cylindre, en supposant V = 0 sur % V =0 G ) . < S / N.
l’axe du cylindre.
. . <

Exercice 1.21 21.1


On considère deux sphères, s1 pleine et s2 creuse, ) , s2 7 s1 ) "
concentriques au point O , de rayons R1 et R2 tel ; R2 R1 0 .: 47 ) O .$
que ( R1 R2 ) . La première porte une charge 0 0 1 , % < ? . ( R1 R2 )
volumique de densité 0 et la deuxième une . 0 0 1 . 1 ?
charge surfacique de densité 0. > 0 ?$ T Q F 6 . /1
1/ En appliquant le théorème de Gauss calculer le
R1 r R2 ) r R1 :6. L
champ électrostatique dans les régions : r R1 ,
.T Q N. .: 47 ?1 . r R2
R1 r R2 et r R2 . On note par le rayon de
la surface de Gauss. 1 6. ! > 0 L - /2
2/ En déduire le potentiel électrique dans les . $
mêmes régions à une constante prés. .V ( r ) E (r ) + # /3
3/ Représenter les fonctions E ( r ) et V ( r ) .

Exercice 1. 22 22.1
On considère deux cylindres coaxiaux infiniment
) ? . ( M . "
longs, de rayons R1 et R2 , ( R1 R2 ) , portant des
5 ) ( R1 R2 ) ) R2 R1 0 .: 47
charges respectives + et par unité de longueur.
1/ Montrer, en utilisant le théorème de Gauss, que le .? . C+ + %
champ électrique est : : T Q F # +/ /1
a/ nul si r R1 ou si r R2 sachant que est r R1 =- # +" > 0 ?$ /
le rayon de la surface de Gauss( cylindre), T Q N. .: 47 ( r R2
b/ inversement proportionnel à pour
)( . )
R1 r R2 .
?, > 0 ?$ /

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Electrostatique 46

2/ En déduire le potentiel dans tout l’espace. Où sont . R1 r R2


rapprochées les surfaces équipotentielles le plus?
.2 ? > 0 L - /2
* $ 1 R .

Exercice 1.23 :23.1


Soit le potentiel à symétrie sphérique suivant :
: A F A=
e 1
V (r ) = k + exp ( 2kr ) (1) e 1
4 0 r V (r ) = k + exp ( 2kr ) (1)
4 0 r
où désigne la distance entre l’origine O et un point
) M .$ O %- ;
M , où k désigne une constante et où e désigne la
: 7" %- e 1 %- k;
charge élémentaire : e = 1, 6.10 C . Ce potentiel
19

est créé par une distribution de charges inconnue et L =( . e = 1, 6.10 19 C


que l’on cherche à caractériser. .J ; A= ? 0,
1/ Quelle est la dimension de la constante k ? Quelle , + ( * k 1 +" ( /1
est son unité dans le système international ? * +
2/ Calculer l’expression du champ électrique créé par
la distribution de charges. On rappelle que le vecteur
=( L > 0 ?$ C /2
gradient en coordonnées sphériques s’écrit : 1 + H S + K " = .
f 1 f 1 f :
grad f = ur + u + u f 1 f 1 f
r r r sin grad f = ur + u + u
3/ En appliquant le théorème de Gauss à la sphère S r r r sin
de centre O et de rayon , montrer que la charge = SC % T Q F 6 . /3
q ( r ) contenue dans cette sphère s’écrit : q (r ) V ) .$ 47 O
q ( r ) = e (1 + 2kr + 2k 2 r 2 ) exp ( 2kr ) ( 2 ) : C J=( ?/ + C+,
4/ Montrer que la distribution étudiée contient une q ( r ) = e (1 + 2kr + 2k r ) exp ( 2kr ) ( 2)
2 2

charge ponctuelle e placée en O . e .$ A ! + V /4


5/ Calculer la lim q ( r ) et en déduire qu’en outre la . O
r
charge ponctuelle placée en O , il existe dans tout % - H L lim q ( r ) 0 /5
r
l’espace une densité volumique de charge non nulle.
Expliquez pourquoi le potentiel donné par l’équation 2 ? +, ) O .$
= R - . +" Q , 1
(1) peut être utilisé pour modéliser un atome
d’hydrogène.
C = ,= " (1) +" %."
6/ A partir de la relation ( 2 ) , montrer que la densité . , +(
, 1 V ) ( 2 ) :5" :5. /6
volumique de charge ( r ) s’écrit :
e : (r )
(r ) = k 3 exp ( 2kr )
e
(r ) = k 3 exp ( 2kr )

Exercice 1.24 24.1


On considère une distribution de charges à symétrie
.O J A F A= " "
sphérique de centre O. Le potentiel en un point M de
r/a : (2 M .$
q e
l'espace est: V ( r ) = avec OM = r et q e r/a
4 0 r a OM = r KV ( r ) =
a une constante positive. 4 0 r
1/ Déterminer le champ électrostatique en ce
.

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Electrostatique 47

point M . . M .$ J=( 0 ?$ /1
2/ Calculer le flux du champ à travers une sphère de 47 O ( C 6+ /2
centre O et de rayon . Faire tendre successivement
#1 ) O % + + #: . ( .:
vers O , puis vers l'infini. Conclure.
*T / = . >05
3/ Déterminer la densité volumique de charge .
. , 1 ++ /3
4/ Etudier la fonction z (r ) = 4 r2 ( r ) .Quelle est ? + ( . z (r ) = 4 r2 (r ) + ! + /4
la signification de cette fonction?
* + J=(

Exercice 1.25 25.1


Soit un dipôle D , son moment étant p et a la a p )D .: > 1
distance entre ses deux charges q et + q . (Figure ci-
( ? ) . +q q 7
dessous)
1/ Calculer le champ et le potentiel électriques , > 0 ?$ /1
produits par le dipôle D au point M en fonction p, M+ M .$ + D .$ > 1
de p, et , sachant que a . .a
2/ Trouver l’équation des surfaces équipotentielles . A R . + " +, /2
ainsi que l’équation des lignes de champ.

A B
+q q
a

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Electrostatique 48

Corrigés des exercices 1.1 à 1.25 : 25.1 1.1

Exercice1.1
Les deux charges placées en A et C sont de signes contraires, donc, elles s’attirent. Si on
pose AC = x , alors la force d’attraction est égale à :
2q q 9 2q
2
FAC = 9.109 F AC = 9.10
x2 x2
Les deux charges placées en B et C sont de signes contraires, donc, elles s’attirent aussi.
Puisque BC = d x , la force d’attraction est égale à :
q q q2
FBC = 9.109 F = 9.10 9

(d x) (d x)
2 BC 2

La charge placée en C , est donc soumise à deux forces électriques qui ne peuvent
s’équilibrer que si elles sont directement opposées. Cela ne peut se réaliser que si C est situé
entre A et B . D’où :
2q 2 q2 2 1
FAC = FBC 9.109 2 = 9.109 =
(d x) (d x)
2 2 2
x x
2 1
=
(d x)
2 2
x x 2 0,8 x + 0, 08 = 0 x = AC = 0,117 m
d = 0, 2

Exercice1.2
La base de la solution de cet exercice est la figure géométrique ci-dessous :

R R
F r F

T1 T1 T2
T2

Le système est en équilibre : Fi = 0 , avec F la force électrostatique de répulsion.


Au centre de la masse m on peut écrire : P + T1 + T2 = 0 , avec T1 = T2 = T
P
On projette sur l’axe vertical : 2.T .sin P=0 T= (1)
2sin
Au centre de l’un des ballons : T1 + F + R = 0 ; avec R la poussée d’Archimède.
Par projection sur l’axe horizontal : F T cos = 0 F = T cos (2)
De (1) et (2) , on obtient l’expression de la force F qui est :
P.cos P
F= F= cot
2.sin 2
D’après la loi de Coulomb :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 49

q2 q2 P P r2 P cot
F = k.2
k . 2
= .cot q 2
= . cot q=r .
r r 2 2 k 2. k
Or est inconnue, c’est pour cela qu’on doit la déterminer géométriquement :
r = 2l cos
La dernière étape reste l’application numérique :
P = mg = 5.10 2 N
cot /6=1,732 q = 3,8.10 6 N = 3,8µ C
r=1,732

Exercice1.3
1/ La boule chargée est soumise à son poids P et à la force électrostatique F = qE .
Puisque la tension U AB est positive, le champ électrostatique E est orienté vers B , c'est-à-dire
vers le plus petit potentiel.
On applique la relation fondamentale de la dynamique à la boule pour déduire
l’expression de l’accélération instantanée acquise :

j P + F = ma mg + qE = ma
F = qE
O i q
P = mg a=g+ E
m
Ecrivons l’expression de l’accélération dans la base ( O, i , j ) :
a = ax i + a y j
q
g = g. j a= E.i g. j
m
E = Ei
La vitesse initiale est nulle. La vitesse instantanée est la fonction primitive de
l’accélération. Partant des composantes de la vitesse linéaire, on arrive aux deux équations
horaires du mouvement de la boule, sans oublier la position initiale du mobile :
1
t = 0 , x0 = d , y0 = L = 1m
2
q q 1 q 1
ax = E vx = E.t x= E.t 2 + d (1)
m m 2m 2
1 2
a y = g v y = gt y= gt + 1 ( 2 )
2
Par élimination du temps entre les équations horaires on obtient l’équation de la trajectoire
de la boule :
2m 1 1 2m 1
t2 = x d y= g x d +1
qE 2 2 qE 2
mg mg d 107 2.105
y= x+ +1 y= x+ +1
qE qE 2 E E
La trajectoire de la boule est rectiligne.

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 50

2/ On remplace dans l’équation horaire ( 2 ) , l’ordonnée par zéro afin d’obtenir l’instant du
passage de la boule par le plan y = 0 :
1 2
y=
gt + 1 = 0 t = 0, 447 s
2
3/ Pour calculer la tension, on doit calculer d’abord le champ électrique au point ( d ,0 ) . On
remplace dans l’équation de la trajectoire les deux coordonnées par leurs valeurs respectives :
107 2.105
y= x+ +1
E E
x = d = 0, 04m E = 2.105Vm 1
y=0

La tension est donc : U = Ed , U = 8.103V

Exercice1.4
La distribution de la charge n’est pas continue. Le champ électrostatique est porté par
l’axe à cause de la symétrie du polygone par rapport à l’axe Oz : Ez = E cos .
Soit R le rayon du cercle dans lequel est inscrit le polygone.
Calcul du champ produit au point M par la charge q placée au point A1 .
Z
dE1x M

dE1 dE1z

uz
A1 R O
a
H

A2 A3

1 q
E1z = cos
( A1M )
2
4 0 q z
E1z =
(R )
3/ 2
OM z 4 2
+ z2
cos = = 0

A1M R2 + z2
2
Chaque côté est vu depuis le centre sous l’angle . En exploitant la figure, on a :
n

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 51

a
A1H =
= R sin A1OH
2 a
R=
2
A1OH = / 2 A1OH = 2sin
n n n
Le champ électrique résultant est égal à la somme des champs produits par chacune des
n
charges ponctuelles E = Ez = Eiz :
1
Donc :
q z
Ez = n 3
uz
4 0 2

a2
+ z2
4sin 2
n

2/ Dans le cas d’un triangle équilatéral on a n = 3 , d’où le champ électrostatique :


3q z 3q z
Ez = 3
uz Ez = 3
4 0 4 0
2 a2 2

a 2 + z 2

+ z2 3
2
4 sin
3
Dans le cas d’un carré on a n = 4 , d’où le champ électrostatique :
q z q z
Ez = u
3 z
Ez = 3
0 2 0
a2 2

a 2 + z 2

+ z2 2
2
4sin
4

Exercice1.5
1/ Représentation et calcul du champ électrique résultant au point D :
A A
q q

C B B
+q +q C +q
+q
EA

D +2q D

EB ED EC ED

FD
ECB

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 52

ED = E A + EB + EC
ED = ECB + E A
ECB = EC + EB
q q
EC = EB = k ; (AD= a 2 +a 2 = 2a 2 ) EA = k
a2 2a 2
kq
ECB = EC 2 + EB 2 + 2 EB EC cos ECB = EC 2 ECB = 2
2 a2
= ED = ECB 2 + E A 2 2 E A ECB .cos ED = ECB EA
kq kq kq 1 kq
ED = . 2 ED = . 2 ED = 0,914. (V .m 1 )
a2 2a 2 a2 2 a 2

2/ Calcul du potentiel résultant au point D :


kq kq kq kq 1 kq
VD = VA + VC + VB ; VD = + + VD = (2 ) VD = 1, 29
2a a a a 2 a
3/ Calcul de la force appliquée à la charge (+2q ) au point D :
FD = 2q.ED FD = 2q.ED
kq 1 kq 2 kq 2
FD = 2q. ( 2 FD = (2 2 1) FD 1,83. (N )
a2 2 a2 a2
4/ Calcul de l’énergie potentielle de la charge +2q :
kq 2
E p = 2. (4 2)
kq 1 a
E p = Q.V , E p = 2qV
. , E p = 2q. (2 ) (J )
a 2 kq 2
Ep 2,59
a

Exercice1.6
1 q
1/ Pour calculer le potentiel électrique, on utilise l’expression scalaire : V =
4 0 d

Une fois que les deux points sont placés sur la figure ci-dessous, on calcule les distances
d et d ' séparant le point M des deux charges :

(x 4a ) + y 2 + z 2 , d = (x a) + y2 + z2
2 2
d'=

Le potentiel produit au point M ( x, y, z ) est donc :


q 1 2
VM =
4 0 d d'

q 1 2
VM =
4 (x a) + y2 + z2 (x 4a ) + y 2 + z 2
2 2
0

2/ Surface équipotentielle :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 53

q 1 2
V ( x, y, z ) = 0 =0
4 0 d d'
1 2
=0 x 2 + y 2 + z 2 = 4a 2
(x a) + y + z (x 4a ) + y + z
2 2 2 2 2 2

On voit que la surface équipotentielle V = 0 est le centre d’une sphère de rayon r = 2a .


3/ Le champ électrostatique est perpendiculaire à la surface équipotentielle. Quelque soit
le point par lequel passe le champ, ce dernier est perpendiculaire à la surface de la sphère et
passe par conséquent par le centre de cette sphère.
M ( x, y , z )
y E
E

d
d'

q 2q
O ( a, 0, 0 ) ( 4a, 0, 0 ) x

E
V =0
E
Exercice1.7
1/ Soit le champ élémentaire dE crée au point M , par une longueur élémentaire dy du
segment rectiligne. M est situé à la distance de dy .
1 dq
dE ( M ) = u 1 dy
4 0 r2 dE ( M ) = u
4 0 r2
dq = dy
Le champ électrostatique élémentaire dE ( M ) a deux composantes :
dE ( M ) = dEx + dE y
dE ( M ) = dEx .ux + dE y .u y
dEx = dE.cos , dE y = dE.sin
y
A

dy

+ max
O u M dEx
x
max

dE y dE

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 54

Démontrons que E y = 0 :

dE y = dE.sin
1 dy
dE y = sin
4 r2 +
0
1 1 max

x 2 Ey = sin d
r2 = 4 0 x max
cos 2
x
y = xtg dy = d
cos 2

1 1 1 1
[ cos ] cos ( + ) cos ( )
+
Ey = max
Ey = max max
4 0 x max
4 0 x
cos max

Ey = 0

2/ Puisque c’est ainsi, le champ résultant est égal à sa composante horizontale (voir figure
ci-dessus). Exprimons r 2 et dy en fonction de x et cos :
dEx = dE.cos
1 dy
dEx = cos
4 0 r2 +
1 max

x 2 Ex = cos d
r2 = 4 0 x
cos 2
max

x
y = xtg dy = d
cos 2

1 1
[sin ] sin ( + ) sin ( )
+
Ex = max
Ex = max max
4 0 x max
4 0 x
sin max

1
Ex = .2sin ( + max )
4 0 x 1 a 1 a
E = Ex = E= ux
a 2 x a + x2
2 2 x a + x2
2
sin ( + max )= 0 0

a +x
2 2

a
3/ Dans le cas d’un fil infiniment long, on a a , ce qui nous conduit à 1.
a + x2
2

d’où :
1 1
E= E= ux
2 0 x 2 0 x

Exercice1.8
1/ Commençons par chercher la résultante des deux champs élémentaires créés au point
P par une longueur élémentaire de la portion x et par une longueur élémentaire de la portion
L x . Voir figure ci-dessous.

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 55

Pour la partie x : dE1 = dE1x + dE1 y


Pour la partie L x : dE2 = dE2 x + dE2 y
Les deux composantes du champ élémentaire dE résultant de la composition de dE1 et de
dE2 sont :
dEx = dE1x dE2 x dEx = dE1x dE2 x
dE y = dE1 y + dE2 y dE y = dE1 y + dE2 y
Pour calculer Ex on doit calculer d’abord E1x et E2 x :
Calcul de E1x :
dE1x = dE1 sin
1 dq 1 dx
dE1x = sin dE1x = sin
4 0 r12 4 0 r12
dq = dx
Exprimons dx et 1 en fonction de l’angle pour trouver :
d d
x = R tan dx = R R
cos 2 1 cos 2 1
dE1x = 2
sin = sin .d
R 4 R 4 R
r1 = 0 0
cos cos
En intégrant on obtient E1x :
1 1
1
E1x = sin .d E1x = [ cos ]0 1

4 0 R 0
4 0 R
1
E1x = ( cos 1 + 1)
4 0 R
De la même façon, on calcule E2 x :
dE2 x = dE2 sin
1 dq 1 dx
dE2 x = sin dE2 x = sin
4 0 r22 4 0 r22
dq = dx
Exprimons dx et 2 en fonction de l’angle pour trouver :
d d
x = R tan dx = R R
cos 2 1 cos 2 1
dE2 x = 2
sin = sin .d
R 4 R 4 R
r2 = 0 0
cos cos
En intégrant on obtient E2 x :
1 2
1
[ ]0
+
E2 x = sin d E2 x = cos 2

4 0 R 0
4 0 R
1
E2 x = ( cos 2 + 1)
4 0 R
La composante parallèle au fil est donc :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 56

1 1
Ex = E1x E2 x Ex = ( cos 1 + 1) ( cos 2 + 1)
4 0 R 4 0 R
1
Ex = ( cos 2 cos 1 )
4 0 R

Y
dE y dE
dE1
dE1y
dE2 dE2 y

dE2 x dEx dE
1x

+
2
1
R

dq dq
X
O x L x

Pour calculer E y , on doit calculer E1y et E2 y :

Calcul de E1y :
dE1 y = dE1 cos
1 dq 1 dx
dE1 y = cos dE1 y = cos
4 0 r12 4 0 r12
dq = dx
Exprimons dx et 1 en fonction de l’angle :
d d
x = R tan dx = R R
cos 2 1 cos 2 1
dE1 y = 2
cos = cos .d
R 4 R 4 R
r1 = 0 0
cos cos
Intégrons pour obtenir E1y :
1 1
1
E1 y = cos .d E1 y = [sin ]0 1

4 0 R 0
4 0 R
1
E1 y = ( sin 1 )
4 0 R
Idem pour E2 y :
dE2 y = dE2 cos
1 dq 1 dx
dE2 y = cos dE2 x = cos
4 0 r22 4 0 r22
dq = dx

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 57

Exprimons dx et 2 en fonction de l’angle , pour arriver à :


d d
x = R tan dx = R R
cos 2 1 cos 2 1
dE2 y = 2
cos = cos .d
R 4 R 4 R
r2 = 0 0
cos cos
En intégrant on obtient E2 y :
1 2
1
[sin ]0
+
E2 y = cos d E2 y = 2

4 0 R 0
4 0 R
1
E2 y = ( sin 2 )
4 0 R
La composante perpendiculaire au fil est :
1 1
E y = E1 y + E2 y Ey = ( sin 1 )+ ( sin 2 )
4 0 R 4 0 R
1
Ey = ( sin 2 sin 1 )
4 0 R
Finalement le champ résultant de tout le fil chargé au point P est :
1
E= ( cos 2 cos 1 ) u x + ( sin 2 sin 1 ) u y
4 0 R
2/ Lorsque le point P est à égale distance des extrémités du fil on a 1 = 2 . On pose
2 = , le champ résultant est donc :

1
E=
4 R
( cos cos ( ) ) u x + ( sin sin ( )) uy
0
0 2sin

1 1
E= sin u y E= sin
2 0 R 2 0 R

Pour un fil infiniment long, on a soit sin 1 , et par conséquent :


2
1 1
E= uy E=
2 0 R 2 0 R

Exercice1.9
Le champ électrique élémentaire dE produit au point P par la charge élémentaire dq du fil
est :
dE = dEx + dE y dE = dEx .i + dE y . j
A cause de la symétrie on a :
E y = 0 E = Ex
D’où

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 58

dq
dE = k
r2
dq dl
dEx = dE.cos dEx = k .cos dEx = k .cos
r2 r2
dq = .dl

dEx

dE y dE

Dans le triangle rectangle POS , on a :


x x k x
cos = = dEx = dl ;
(x )
3/ 2
r x + R2
2 2
+R 2

Et donc :
2 R
k x k x
Ex = dl Ex = .2 R
(x ) (x )
3/ 2 3/ 2
2
+R 2
0
2
+ R2
xR xR
E= i E= (V.m-1 )
(x ) (x )
3/ 2 3/ 2
2. 0
2
+R 2
2. 0
2
+R 2

2/ Calcul du potentiel électrique :


2 R
dq dl R
dV = k , dV=k V=k dl V= (V )
( ) ( x +R ) ( x +R )
1/ 2 2 1/ 2
r x 2 +R 2 2
0 2 2 2
0

3/ Détermination du point où le champ électrique est maximal : Pour que le champ soit
dEx
maximal, il faut que sa dérivée par rapport à x soit nulle : = 0 . Commençons donc par
dx M
calculer cette dérivée :
3
( ) ( )
3/ 2 1/ 2
+ + 2 1/ 2
( ) ( )
2 2 2 2
dEx x R (2 x ) x R x x 2
+ R × x 2 + R 2 3x 2
R 2 R
= =
dx 2 0 ( x 2 + R 2 )3 2 0 ( x 2 + R 2 )3

L’expression finale de cette dérivée est :

dEx R R2 2x2
=
dx 2 0 ( x 2 + R 2 )5 / 2

dEx R
=0 R 2 2 xmax = 0 xmax = ±
dx 2

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 59

Exercice1.10
Le champ électrostatique élémentaire produit par la charge élémentaire concentrée autour
du point P est égal à :
1 dq 1 # dS
dE = 2
uP = uP
4 0 r 4 0 r2
z
En raison de la symétrie, le champ résultant est porté par l’axe OZ :
1 # dS dE
dEz = dE.cos E (M ) = .cos
4 0 r2
On reconnaît dans cette expression l’angle solide élémentaire i M
dS .cos
d$ = , sous lequel , et à partir du point M ,on voit la surface
r2
élémentaire dS autour du point P :
uP
1
E (M ) = $(M ) O
P
4 0
a
Le point M est situé à la distance , c'est-à-dire au centre d’un
2
cube dont la plaque constitue l’une de ses faces.
Quand on regarde du point M à tout l’espace du cube (6 faces) , l’angle solide vaut
4 2
$ = 4 , donc à une face correspond l’angle solide : $ ( M ) = = . Finalement le
6 3
champ électrostatique produit par la plaque au point M vaut :
1 2 1
E (M ) = E (M ) =
4 0 3 6 0

Exercice1.11
1/ Considérons sur le disque une surface élémentaire située à une distance du centre O .
Cet élément de surface s’écrit dans la base ( ur , u , u z ) des coordonnées cylindriques :
d 2 S = dr.rd et porte la charge d 2 q = # d 2 S en produisant un champ d 2 E tel
d 2q
1
que d 2 E = .
4 0 l2
Toutes les surfaces élémentaires situées à la distance de O produisent des champs
électriques élémentaires qui font le même angle avec l’axe OZ . Nous pouvons dès lors
intégrer le résultat précédent en faisant varier entre 0 et 2 :
2
# 2 r cos .dr # r cos .dr
dEz = d E.cos =
2
2
d =
0
4 0 0 l 2 0 l2
Il nous reste à intégrer entre R1 et R2 en faisant attention à ce que l2 = r2 + z2
z
et cos = :
l
R2 R2
#z rdr
E= dEz =
(r )
3/ 2
R1
2 0 R1
2
+ z2
On pose u = ( r 2 + z 2 ) . D’où du = 2rdr , avec u1 = ( R12 + z 2 ) et u2 = ( R22 + z 2 ) .
On obtient :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 60

u2
#z du #z u2
E= E= 2 u
2 0 u1 2u 3/ 2 2 0
u1

Finalement on arrive à :
#z 1 1
E=
2 0 R +z 1
2 2
R + z2
2
2

1 d 2q
2/ Le potentiel produit par la surface élémentaire d 2 S est d 2V = . Après
4 0 l
# rdr
intégration de l’angle , on obtient dV = . Comme précédemment, on pose
2 0 r2 + z2
# du
( )
u = r 2 + z 2 , on obtient donc dV =
4 u
.
0
Tout cela nous amène à :
u2
# du # u2
V= V= u
4 0 u1 u 2 0
u1

# #
V= u2 u1 V= R22 + z 2 R12 + z 2
2 0 2 0

On sait que :
E = gradV
Le gradient en coordonnées cylindrique s’écrit :
&V 1 &V &V
gradV = u% + u + uz :
&% %& &z
En appliquant cette expression au résultat précédent du champ, on se rend compte que le
champ électrostatique n’a qu’une seule composante suivant l’axe OZ , car les dérivées
partielles par rapport à et sont toutes les deux nulles.
# z z #z 1 1
E= E=
2 0 R +z1
2 2
R +z2
2
2 2 0 R +z
1
2 2
R + z2
2
2

3/ Quant R1 = 0 , on trouve le champ électrostatique produit sur l’axe du disque


uniformément chargé :

#z 1 1 # 1
E= E= 1
2 0 z R +z 2 2 2 0 R22
2
1+ 2
z
4/ Pour un plan infini R2 . On aura :
1 1 z #
' = 0 E=
R R 22 0 2 R
1+ 2
2
2
2
z z
Le champ devient indépendant de z , c'est-à-dire de la distance au plan. En tout point
#
extérieur au plan chargé, le champ vaut E = .
2 0

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 61

Exercice1.12
Soit le champ élémentaire dE produit par la longueur élémentaire dl ,de la circonférence
chargée de l’anneau, concentrée autour du point P :(Le signe moins résulte des sens opposés
du champ élémentaire dE ( O ) et du vecteur unitaire u tels que indiqués sur la figure ci-
dessous).
1 dq
dE ( O ) = ur
4 0 R2
1 d
dq = dl dE ( O ) = u
4 0 R
dl = Rd

Le champ élémentaire dE ( O ) a deux composantes dE ( O ) = dEx + dE y , cependant, et


pour raison de symétrie de la répartition des charges, la composante dEx est la seule qui
participe au champ total au point O . D’où :
1
dEx = dE.cos dEx = cos .d
4 0 R
y
u
P dl

dEx O
x

dE dE y

Pour obtenir le champ total produit par toute la charge au point O , on intègre de =
à =2 :
1
[sin ]
2
dEx = dE.cos E=
4 0 R
1
E= sin ( 2 ) sin
4 0 R
1 1
E= sin E= sin .u y
2 0 R 2 0 R

Exercice1.13
Les plans passant par l’axe Ox sont des plans de symétrie de la répartition des charges. Le
champ électrostatique doit appartenir successivement à l’ensemble des plans, donc à leur
intersection : le champ résultant E ( O ) a pour direction l’axe Ox .
Considérons une surface élémentaire dS située sur le corps du cône et concentrée autour
du point P . C’est ce qui est indiqué sur la figure ci-dessous.

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 62

La surface élémentaire produit au point O un champ élémentaire :


1 dq
dE ( O ) = u
4 0 l2
1 # rd dl
dq = # dS dE ( O ) = u
4 0 l2
dS = rd dl

u
P
dS
l
dEx O x

dE ( O ) dE y

Le champ élémentaire dE ( O ) a deux composantes : dE ( O ) = dEx + dE y .


Cependant, et pour raison de symétrie de la répartition des charges, la composante dEx est
la seule qui participe au champ total au point O . D’où :
1 # rd dl
dEx = dE ( O ) .cos dEx = cos (1)
4 0 l2
On exprime sin en fonction de l et , puis on déduit dl :
( 1 sin 2
r )) 2 =
sin = l r2
*
l )dl = 1 dr
)+ sin
On remplace dans l’équation (1) :
1 1 sin 2
dEx = # rd dr cos
4 0 sin r2
# 0a dr
dEx = d
cos sin .
4 0 r2
Pour obtenir le champ total produit par toute la charge au point O , on doit calculer une
intégrale double :
R2
# 0a dr
2
Ex = cos sin d
4 0 R1
r2 0
R2
# 0a 1
[ ]0
2
Ex = cos sin
4 0 r R1

# 0a 1 1
E ( O ) = Ex = cos sin
2 0 1 R2 R1
sin 2
2

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 63

# 0a 1 1 # 0a 1 1
E (O ) = sin 2 E (O ) = sin 2 ux
4 0 R2 R1 4 0 R2 R1

Exercice1.14
Tous les ions sont situés sur la même droite. Soit M un point de symétrie. (Voir figure)

1i 2 a 3 n
i i i i i i i4 Mi
+q q +q q +q q +q
q +q
Etudions d’abord la moitié droite de la droite : l’énergie potentielle de la charge située au
point M vaut :
EPM = qM .VM
Le potentiel électrique VM produit au point M par les ions de la moitié droite est :
1 qi
VM = Vi =
4 0 ri
1 q1
V1 = 0
4 0 a
1 q2 1 q 1 1 1 1
V2 = 0 VM = 1+ + ........... +
4 0 2a 4 0a 2 3 4 n
1 q3
V3 = 0
4 0 3a
.......................
q1 = q2 = q3 = ..... = q

Donc l’énergie potentielle de la charge située au point M (en considérant les deux moitiés
ensembles) est :
EPM = 2qM .VM 1 q2 1 1 1 1
EPM = 1+ + ........... +
qM = q 2 0 a 2 3 4 n

Ce qui équivaut à :
1 q2 1 1 1 1
EPM = 1 + ........... +
2 0 a 2 3 4 n
2
x x3 x4 xn
Sachant que : ln (1 + x ) = x + + ......... ,
2 3 4 n

1 1 1 1
Donc : ln (1 + 1) = 1 + + .........
2 3 4 n

D’où :
1 q2
EPM = ln 2 EPM = 3, 2.10 26
J
2 0 a

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 64

Exercice1.15
Le champ électrostatique au point O : (voir figure ci-dessous)
La couronne sphérique élémentaire a pour épaisseur Rd , pour circonférence
2 R sin et porte la charge élémentaire dq = # dS = 2 R 2# 0 sin cos d . A cause de la
symétrie, le champ Ex participe seul dans le champ E .
D’après la figure on a :
1 dq
dEx ( O ) = dE ( O ) cos = cos
4 0 R2
1 2 R # 0 sin cos
2 2
d
dEx ( O ) =
4 0 R2
#0 #0 1
Ex ( O ) = sin cos 2 .d Ex ( O ) = cos 3
2 0 0 cos 2 .d ( cos )
2 0 3 0

#0 #0
E (O ) = E (O ) = ux
3 0 3 0

Rd M
Rd
M
d d

dE x dEx A /2
A
O X O X
dE
dE

O A

Le champ électrostatique au point A : (voir figure ci-dessus)


La même couronne élémentaire d’épaisseur Rd et de circonférence 2 R sin porte la
charge élémentaire dq = # dS = 2 R 2# 0 sin cos d . La différence entre ce cas et le cas
précédent est la distance entre le point M et le point A . D’après la figure :

( OM ) = ( OA ) + ( AM ) + 2 ( OA)( AM ) cos
2 2 2

2
( OA) = r = 2 R cos
2
R = R + r + 2rR cos
2 2 2

2
Pour raison de symétrie, le champ Ex participe seul dans le champ E .
1 dq
dEx ( A) = dE ( A ) cos = cos
2 4 0 r2 2
1 2 R 2# 0 sin cos d
dEx ( A) = 2
cos
4 0 2
2 R cos
2

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 65

sin cos cos


#0 #0 sin cos
Ex ( A) = 2 .d = .d
8 0 0 cos 2 8 0 0 cos
2 2
On procède à la transformation trigonométrique : sin = sin + = 2sin cos , puis
2 2 2 2
on remplace pour obtenir :

#0 2sin cos #0
Ex ( A) = 2 2 cos .d = 2sin cos .d
8 0 0 cos 8 0 0 2
2
3
On procède à une autre transformation trigonométrique : 2 sin cos = sin sin ,
2 2 2
puis par remplacement on obtient :
#0 3
Ex ( A) = sin sin .d
8 0 0 2 2
#0 2 3 #0 2
Ex ( A) = cos + 2 cos = + 2
8 0 3 2 2 0 8 0 3
#0 #0
Ex ( A ) = E ( A) = Ex ( A) = ux
6 0 6 0

Exercice1.16
1/ Le potentiel élémentaire dV produit au centre O par une charge ponctuelle dq est :
1 dq
dV = (chaque dq , et quelque soit sa position sur la surface de la demie- sphère est
4 0 R
située à la distance R du centre O ).
4 R2
La surface de la demie sphère étant S = , elle porte la charge totale:
2
q =#S q = 2# R 2 . Donc le potentiel au point O produit par chaque charge est :

1 dq
V (O ) =
4 0 R
1 q #R
V (O ) = V (O ) =
4 0 R 2 0

q = 2# R 2

Pour calculer le champ au centre de la demie sphère, on divise la demie sphère en


couronnes élémentaires. Chaque couronne a une circonférence 2 , où r = R sin ,
d’épaisseur Rd et sa surface dS = 2 R 2 d . Chaque couronne élémentaire porte donc une
charge élémentaire dq = # dS = 2 # R 2 sin d . (Voir figure ci-dessous)
Le champ élémentaire dE produit au centre O par la charge élémentaire portée par la
couronne est : dE = dEz + dEx .

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 66

Pour raison de symétrie, le champ produit est porté par l’axe Oz , et par conséquent :
dEx = dE.sin .u x = 0
dE = dEz
dEz = dE.cos .u z
De tout cela on en déduit :
1 dq 1 # dS
dEz = 2
cos = cos
4 0 R 4 0 R2
1 # 2 R 2 sin d #
dEz = cos dEz = sin cos d
4 0 R2 2 0

1
On procède à une transformation trigonométrique : s in cos = sin 2 , puis on
2
remplace et on intègre pour obtenir finalement le champ électrostatique E ( O ) produit par
toute la charge surfacique au centre de la demie sphère :
# /2 1 # cos 2
Ez = sin 2 d Ez =
2 0 0 2 4 0 2
# #
Ez = E ( O ) = Ez = E ( O ) = uz
4 0 4 0

Z Z

Mi iM
z

O O
R cos R
d
Rd
R sin

On n’a calculé que le potentiel V ( O ) en un point déterminé et non la fonction V ( z ) du


potentiel sur tout le long de l’axe Oz . C’est pour cette raison qu’on ne peut pas utiliser la
formule E = gradV pour calculer le champ.
2/ En suivant les mêmes étapes que pour la question précédente, avec la seule différence
que dans ce cas toutes les charges élémentaires dq ne sont pas situées à la même distance du
point M , situé lui même sur l’axe Oz .
1 dq 1 # dS
dV = =
4 0 r 4 0 r
# R2 sin .d
dS = dS = 2 R 2 d dV =
r = ( z + R cos ) + ( R sin )
2 2 2 (
2 0 z 2 + R 2 + 2 Rz cos 1/ 2 )

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 67

Pour intégrer cette expression on pose u = z 2 + R 2 + 2 Rz cos , dont la différentielle est


du
du = 2 Rz sin .d , et nous savons que = u . D’où :
2 u
u ( = / 2)
# R2 1 du
V (M ) =
2 0 ( 2 zR ) u ( =0 ) 2 u
#R = /2 #R
V (M ) = u V (M ) = z+R z 2 + R2
2 0z =0 2 0z
Pour obtenir le champ électrique il suffit de dériver la fonction du potentiel par rapport à
z :
dV ( z ) #R R 1 z 2 + R2
E ( z) = uz E ( z) = +
dz 2 0 z2 z2 + R2 z2

#R R z 2 + R2 1
E (z) = 2
+
2 0 z z 2 + R2
Quand z = 0 , V ( 0 ) et E ( 0 ) prennent des formes indéterminées. C’est pour cela qu’on
doit chercher leurs limites quand z 0 .
Ecrivons le potentiel sous la forme :
(z )
1/ 2 1/ 2
#R R
2
+ R2 #R R R z2
V (z) = 1+ = 1+ 1+ 2
2 0 z z 2 0 z z R
Calculons la limite du potentiel quand z 0:
#R R R 1 z2 #R
V ( 0 ) = lim V ( z ) = 1+ 1+ V (0) =
z 0 2 0 z z 2 R2 2 0

Pour le champ on suit le même raisonnement :

1/ 2
z2
1+ 2
#R R R 1 #R R z2 1
E ( 0 ) = lim R + = lim +
z 0 2 0 z2 z2 z 2 + R2 z 0 2 0
2
z 2R 2
R
0

#
E (0) =
4 0

Ainsi, nous avons retrouvé les valeurs du potentiel et du champ qui sont parfaitement
équivalentes aux résultats de la question 1/.

Exercice1.17
Soit un axe de symétrie Oz (perpendiculaire au plan infini), et un point M de l’axe Oz
infiniment proche du plan.
Le champ résultant est porté par l’axe Oz et ce pour la raison de symétrie.
1/ a/ On divise le plan en une série de couronnes, de rayon et d’épaisseur d , comme
indiqué sur la figure-a :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 68

Chaque couronne située à la distance R du point M porte la charge élémentaire


dq = 2 rdr.# .
Le potentiel électrique élémentaire produit par la couronne est :
1 # .2 rdr
dV =
4 0 R
En prenant V = 0 quand r , le potentiel total produit par tout le plan est :
# rdr #
V= V= r2 + z2
2 0 0 r +z
2 2 2 0 0

#
V= z
2 0

Il suffit maintenant de dériver l’expression trouvée du potentiel pour obtenir le champ


électrique :
dV #
E= E=
dz 2 0

z z

dE dE
M M

R R

O O P
dS
d

b/ Pour diversifier, on calcule cette fois le champ électrique puis on en déduit le potentiel
électrique .
Soit dE le champ élémentaire produit par la charge dq = # dS que porte une surface
élémentaire dS entourant le point P du plan (figure-b) :
1 dq
dE = uP
4 0 ( PM )2

E ( M ) = dE.cos .u z
# dS .cos
dq = # .dS E (M ) = uz
4 r2
PM = r 0

dS cos
On reconnaît l’angle solide élémentaire d $ = sous lequel on voit, du point M , la
r2
surface élémentaire dS autour du point P . Puisque le plan est infini, on le voit sous un angle
solide $ M = 2 . d’où :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 69

# #
E (M ) = uz E (M ) =
2 0 2 0

On obtient l’expression du potentiel à partir de l’expression du champ électrique en


intégrant :
# z
#
dV = Edz V= dz V= z
2 0 0 2 0

2/ En utilisant le théorème de Gauss : sur la figure-c, on choisit un cylindre comme


surface de Gauss.
Le flux à travers la surface latérale est nul car E , dS , mais le flux à travers chacune des
surfaces des bases S1 et S2 est égal à : - S 1 = - S 2 = ES . La charge enfermée dans le cylindre
est Qint = # S . D’après le théorème de Gauss le champ électrique produit par le plan infini
est donc :
Q #
- = 2 ES = int E=
0 2 0
D’après les résultats obtenus, on remarque que le champ électrique produit par un plan
infini est constant dans tout l’espace entourant ce plan ; cependant le potentiel électrique est
proportionnel à la distance entre le plan et le point situé sur l’axe de ce même plan.
3/ Au cours de sa chute la charge est soumise à deux forces verticales : son poids P et la
force électrostatique Fe . On applique la relation fondamentale de la dynamique pour calculer
l’accélération de la charge :
P + Fe = ma
# q #
Fe = qE = q a=g+
2 0 2m 0
P = mg
L’accélération est constante et la trajectoire est rectiligne, donc le mouvement est
rectiligne uniformément varié.
La vitesse de la charge à son arrivée sur le plan est :
q #
v = 2az v= 2 g+
2m 0
La durée de la chute est :
1 2
z= at
2
2z 2z
t= t=
a q #
g+
2m 0

Exercice1.18
On peut modéliser la cavité sphérique de rayon creusée dans la sphère de rayon R
comme étant la superposition d’une sphère chargée de rayon , de centre O2 et de densité % ,
et d’une sphère de rayon R de centre O1 et de densité volumique + % . (Voir figure ci-dessous).

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 70

On applique le principe de superposition en un point de la cavité (voir figure ci-dessous) :


E ( M ) = E1 ( M ) + E2 ( M )
E1 ( M ) : champ résultant de %
E2 ( M ) : champ résultant de %
La symétrie et l’invariance de chaque source confirment que le champ est radial :
OM
E1 ( M ) = E1u1 , u1 = 1
r1
O2 M
E2 ( M ) = E2u2 , u2 =
r2

dE1

M
dE M
2
1
dE2 2 O2 R
1
d
O2 O1

O1
Champ dans la cavité Cavité dans la sphère

On utilise le théorème de Gauss : Pour chaque distribution de charge, on prend une sphère
de rayon i , de centre Oi et de surface fermée Si passant par le point M .
Q %V
Ei .dS i = int = i
0 0

4 %
E1.dS1 = E1.4 r12 = % r13 E1 = r1
3 0 3 0

4 %
E2 .dS2 = E2 4 r22 = % r23 E2 = r2
3 0 3 0
Ecrivons les deux expressions vectorielles des deux champs produits :
% % O1M %
E1 = r1u1 = r1 E1 = O1M (1)
3 0 3 0 r1 3 0
% % O2 M %
E2 = r2u2 = r2 E2 = O2 M ( 2)
3 0 3 0 r2 3 0

On additionnant les deux champs, on obtient le champ résultant au point M appartenant à


la cavité :

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 71

%
(1) + ( 2 ) E (M ) = O1M O2 M
3 0
O1O2

% %
E (M ) = O1O2 E (M ) = d = C te
3 0 3 0

Le champ électrostatique résultant dans la cavité est uniforme.

Exercice1.19
Pour calculer le champ à l’extérieur de la sphère, on divise la sphère en couronnes
élémentaires. La circonférence de chaque couronne est 2 % , où % = R sin ( % étant le rayon
de la couronne), d’épaisseur Rd et de surface dS = 2 R 2 sin d . Chaque couronne porte
donc une charge élémentaire dq = # dS = 2 # R 2 sin d .
Le champ élémentaire dE produit par la charge élémentaire que porte la couronne est
dE = dEz + dEx .
En raison de la symétrie, le champ produit est porté par l’axe OX , et par conséquent :
dEz = dE.sin .u z = 0
dE = dEx dEx = dE cos
dEx = dE.cos .u x
1 dq 1 2 # R 2 sin d
dEx = cos dEx = cos (1)
4 0 r2 4 0 r2

M
Rd

d
R sin
R
M2 M1 P dEx
O R cos x
b
dEz dE

Pour éliminer et de l’expression de dEx , on remplace cos et sin d :


b +r R 2 2 2
R 2 = b 2 + r 2 2br cos cos =
2br
R + b2 r 2
2
r 2 = R 2 + b 2 2 Rb cos cos = ( 2)
2 Rb
rdr
En dérivant les deux membres de l’équation ( 2 ) , on obtient : sin d =
Rb

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 72

En remplaçant dans l’équation (1) , et en organisant les résultats on obtient l’expression du


champ élémentaire :
1 2 # R 2 sin d 1 # R 2 rdr b 2 + r 2 R 2
dEx = cos dE x =
4 0 r2 2 0 r 2 Rb 2br
1 # R b2 + r 2 R2 # R b2 R2
dEx = dr = + 1 dr
4 0 b2 r2 4 0 b2 r2
# R b2 R2 #R
dEx = 2 2
dr + dr
4b 0 r 4b 2 0

Intégrons à présent :
r2 r2 r2
#R b2 R2 #R b2 R2 r
Ex = 2 2
dr + dr Ex = 2
+ r r2
4b 0 r1
r r1
4b 0 r r1
1

Il reste à déterminer les limites de 1 et de 2 : en se référant à la figure ci-dessus, on suit


les positions du point M appartenant à la couronne élémentaire considérée. Plusieurs cas se
présentent alors:

A l’extérieur de la sphère : Lorsque M est confondu avec M 1 on a : r1 = PM 1 = b R , et


lorsqu’il est confondu avec M 2 , on a : r2 = PM 2 = b + R
Le champ résultant est donc :
b+ R
#R b2 R2 b+ R
E = Ex = 2
+rb R
4b 0 r b R

# R )( b2 R2 b2 R 2 ).
E= * (b + R ) (b R) /
4b 2
0 )+ b+R b R )0
#R # R2 # R2
E= ( 2R + 2R ) E= E= ux
4b 2 0 4 0 b2 0 b2

A l’intérieur de la sphère : Voir figure suivante :

M
R
R sin
M2 M1
O P x
b

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 73

Quand M est confondu avec M 1 on a : r1 = PM 1 = R b , et quand il est confondu avec M 2


on a : r2 = PM 2 = b + R
Le champ résultant est donc :
b+ R
#R b2 R2 b+ R
E = Ex = 2
+r R b
4b 0 r R b

# R () b2 R2 b 2 R 2 .)
E= * ( b + R ) ( R b ) /
4b 2 0 )+ b+R R b )0
#R
E = 2 ( 2b 2b ) E=0
4b 0
A la surface de la sphère : On a trouvé qu’à l’extérieur de la sphère le champ vaut
# R2
E= 2
. A la surface le champ prend une valeur particulière :
0b

# #
b=R E= E= ux
0 0

2/ On applique le théorème de Gauss : La surface de Gauss convenable ici est une sphère
de rayon b ( b R ) :
Qint
- = E.S =
0
# 4 R2 # R2
S =4 b 2
E= E=
4 b2 0 0 b2
Qint = # .S = # .4 R 2

Discussion :
# R2
A l’extérieur de la sphère : b R:E =
b2 0

A l’intérieur de la sphère : Qint = 0 E=0


#
A la surface de la sphère : b = R E=
0
3/ Calcul du potentiel électrique : par le même raisonnement on peut écrire :
1 2 # R 2 sin d 1 # R 2 rdr
dV = dV =
4 0 r 2 0 r Rb
A l’extérieur de la sphère :
1 #R # R # R b+ R
dV = dr = dr V = dr
2 0 b 2 0 b 2 0 bbR
b+ R
# R # R2
V= r V=
2 0 b b R 0 b
A la surface de la sphère :
#
b=R V= R
0

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 74

A l’intérieur de la sphère :
b+ R
# R #
V= r V= R
2 0 b R b 0

On remarque que le potentiel est constant à l’intérieur de la sphère, c’est ce qui explique que
le potentiel est constant à l’intérieur et à la surface de la sphère ; on dit alors que la sphère
constitue un volume équipotentiel.

4/ Déduction du champ à partir du potentiel :


A l’extérieur de la sphère : On considère b variable ( b R) :
# R2
V=
b # R2
0
2
E=
dV 0 b
E=
db
A la surface de la sphère : Dans l’expression précédente on pose b = R :
#
b=R E=
0

A l’intérieur de la sphère : ( b R ) le potentiel est constant, sa dérivée est donc


nulle :
#
V= R = Cte
0
E=0
dV
E=
db

Exercice1.20
Le champ électrostatique dans le cylindre : la surface de Gauss convenable à ce cas est
un cylindre de hauteur h , de rayon r R et qui renferme la charge Qint = %V = % r 2 h .
D’après le théorème de Gauss :
Q Q % r 2h % %
- = ES = int E = int = Ei = r Ei = r.ur
0 0 2 rh . 0 2 0 2 0

% R % R % R

h h
r R r=R r R
h

Le champ électrostatique à la surface du cylindre : la surface de Gauss convenable ici


est un cylindre de hauteur h , de rayon r = R et renfermant la charge
Qint = %V = % R 2 h = % r 2 h . D’après le théorème de Gauss on a :
Qint Qint % R2h % %
- = ES = E= = ES = R ES = R.ur
0 0 2 Rh. 0 2 0 2 0

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 75

Remarque : On peut obtenir l’expression du champ à la surface du cylindre en


remplaçant par R soit dans l’expression précédente que nous avons trouvée pour le champ à
l’intérieur du cylindre, soit dans l’expression qui va suivre du champ à l’extérieur du cylindre.

Champ électrostatique à l’extérieur du cylindre : Nous choisissons comme surface de


Gauss pour ce cas, un cylindre de hauteur h , de rayon r R , renfermant une charge
Qint = %V = % R 2 h . Appliquons le théorème de Gauss :
Qint Qint % R2h % R2 % R2
- = ES = E= = Ee = Ee = ur
0 0 2 rh. 0 2 0 r 2 0 r

2/ Pour en déduire le potentiel électrique, on fait appel à la formule E = gradV . Puisque


le champ est radial, on peut écrire :
dV
E= V = Edr
dr
Pour obtenir les expressions de Ee et Ei , on doit intégrer :
% %
Vi = rdr Vi = r 2 + C1
2 0 4 0

% R 2
%
Ve = dr Ve = R 2 ln r + C2
2 0 r 2 0
On obtient les constantes d’intégration en se référant à la condition de l’annulation du
potentiel en r = 0 et sa continuité en r = R .
Potentiel à l’intérieur du cylindre : ( R r 0 )
%
Vi = r 2 + C1 %
4 0 Vi = r2
4
r = 0 , V = 0 : C1 = 0 0

Potentiel à la surface du cylindre : si on remplace par R dans l’expression de Vi , on


obtient le potentiel à la surface du cylindre :
%
Vi = r2 %
4 0 VS = R2
4
r=R 0

Potentiel à l’extérieur du cylindre : ( R r)


% R 2
%
Ve = dr Ve = R 2 ln r + C2
2 0 r 2 0

%
Ve = R 2 ln r + C2
2 0 % %
C2 = R 2 ln r R2
% 2 4
r=R , V = R2 0 0
4 0

% R %
Ve = R 2 ln R2
2 0 r 4 0

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 76

Exercice1.21
La surface de Gauss qui convient à ce cas est celle d’une sphère de rayon et de surface
S = 4 r 2 . Si une charge Qint se trouve à l’intérieur de cette sphère, le champ électrique créé
à l’intérieur vaut, d’après le théorème de Gauss :
Q Q Qint
- = ES = int E = int E=
0 0 4 r2 0

Dans les trois cas le champ est radial :

Le champ électrostatique dans la sphère interne ( r R1 ) : la charge intérieure est la


charge contenue dans la surface de Gauss qui est une sphère de rayon r R1 (cette charge
représente une partie seulement de la charge de la sphère interne). On a donc :
Qint 4 3
E= % r
4 r2 0 3 % %
E= 2
E= r E= r.ur
4 3 4 r 0 3 0 3 0
Qint = %V = % r
3
Le champ électrostatique régnant entre les deux sphères ( R1 r R2 ) : la charge dans
la surface de Gauss est toute la charge de la sphère interne :
Qint 4
E= % R13
4 r2 0 3 % R13 % R13
E= 2
E = 2
E = 2
.ur
4 4 r 3 r 3 r
Qint = %V1 = % R13 0 0 0

3
Le champ électrostatique à l’extérieur des deux sphères ( r R2 ) : la charge dans la
surface de Gauss est la charge des deux sphères ensembles :
Qint 4
E= 2 % R13 + # 4 R22
4 r 0
E= 3
4 4 r2 0
Qint = %V1 + # S 2 = % R13 + # 4 R22
3
% R13 # R22 % R13 # R22
E= + E= + ur
3 0 r2 0 r2 3 0 r2 0 r2

R2
R2 R2
% #
R1 R1 R1
O O % O %
#
#

R2 r R1 r R2 R1 r

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 77

Le potentiel électrostatique dans les différentes régions citées précédemment : On en


déduit le potentiel à partir de la relation E = gradV . Puisque le champ est radial on peut
écrire :
dV
E= V = Edr
dr
Dans la région ( r R1 ) :
%
E= r % %
3 0 V= rdr V= r 2 + C1
3 6
V= Edr 0 0

Dans la région ( R1 r R2 ) :
% R13 % R13 % R13
E= V= dr V= + C2
3 0 r2 3 0 r2 3 0 r
Dans la région ( r R2 ) :

% R13 # R22 % R13 # R22 % # 1


E= 2
+ 2
V= 2
+ 2
dr V= R13 + R22 + C3
3 0 r 0 r 3 0 r 0 r 3 0 0 r
3/ On a représenté sur les figures ci-dessous les fonctions E ( r ) et V ( r ) . Pour simplifier
la représentation de V ( r ) on a pris C1 = C2 = C3 = 0 .
E V
% R1 % R1
3 3
0
% 0
E= % R13 % R13
3 E=
0
3 r2 # 3 r
0
0
#
% R13 % R13 R2
2 0 2
3 0R 2 3 0R 2
0

O O
R1 R2 %
V = r 2 R1 R2
% R 3
# R 2
6 % # 1
E= 1
+ 2 0
V = R13 + R22
3 0 r 2
0 r 2
% R12 3 0 0
6 0

Exercice1.22
Qint Qint Qint
1/ Le théorème de Gauss est : - = ES = E= E=
0 0 4 r2 0

a/ Quand r R1 , cela veut dire que la charge à l’intérieur de la surface de Gauss est nulle,
et par conséquent le champ est nul.
Quand r R2 , la somme des charges intérieures est nulle aussi : Qint = l + l = 0 , ce
qui implique que le champ est nul ( l est la longueur du cylindre de Gauss).
b/ Quand R1 r R2 , la charge dans la surface de Gauss est la charge que porte le
cylindre interne, soit Qint = + l . Le champ électrique est donc :
l
E= 1 1
0S E= E= ur (1)
2 0 r 2 0 r
S= rl 2

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 78

2/ Pour en déduire le potentiel électrique on fait appel à la relation : E = gradV . Le


champ étant radial, on peut écrire :
dV
E= V = Edr
dr
Pour r R1 et r R2 , le champ est nul, donc le potentiel dans ces deux
régions est constant :
E = 0 V = C te
Pour R1 r R2 , on intègre l’expression (1) correspondante du champ :
1
V= dr V= ln r + C
2 0 r 2 0

Les surfaces équipotentielles sont d’autant plus rapprochées que le champ est intense,
c’est à dire quand est petit. Ceci nous amène à déduire que les surfaces équipotentielles sont
rapprochées au voisinage du cylindre intérieur.

Exercice1.23
1
1/ D’après ce qui est consigné entre les parenthèses, k et ont même dimension. On sait

que la dimension de est une longueur ( L ) . Donc la dimension de k est l’inverse de la


1
longueur : = [ k ] = L 1 , quant à son unité dans le système international c’est m 1 .
r
2/ En raison de la symétrie sphérique le champ est radial :
dV e 2k 1
E (r ) = E (r ) = 2k 2 + + exp ( 2kr ) u
dr 4 0 r r2
3/ D’après le théorème de Gauss :
q
- = ES = int qint = ES
0

( )
q ( r ) = e 2k 2 r 2 + 2kr + 1 exp ( 2kr ) (1)
4/ Pour r = 0 , la charge est égale à e . Cela prouve que la distribution contient une charge
ponctuelle e située au centre O .
5/ lim q ( r ) = 0 : ceci veut dire que la charge totale de la distribution est nulle : et puisque
r

au centre il existe une charge ponctuelle positive e , il doit obligatoirement exister une charge
négative e répartie dans tout l’espace autour du centre O , telle que la somme des deux
charges soit nulle.
6/ Pour cette question, on divise l’espace en sphères élémentaires de volume dv = 4 r 2 dr ,
et portant la charge élémentaire dq = % ( r ) dv . D’où :
dq = % ( r ) 4 r 2 dr ( 2)
L’intégration de l’expression (1) donne :
dq = 4ek 3 r 2 exp ( 2kr ) ( 3)
Par identification des expression ( 2 ) et ( 3) on obtient l’expression de la densité :
e
% (r ) = k 3 exp ( 2kr )

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 79

Exercice1.24
1/ Le champ électrostatique : Par raison de symétrie, le champ est radial. On peut donc
dV
utiliser la formule E = :
dr
q 1 r q 1 r
E (r ) = 2
1+ e r/a
E (r) = 2
1+ e r/a
.ur
4 0 r a 4 0 r a
2/ Le flux du champ : puisque la composante du champ est radiale et constante sur une
sphère de rayon , le flux est donc :
q r
-= EdS - = ES -= 1+ e r/a

0 a
La recherche des limites nous conduit aux résultats :
q
Quand tend vers 0 : - =
0
Quand tend vers :- = 0

Conclusion : d’après le théorème de Gauss, l’expression de la charge interne de la sphère


de rayon est : Q ( r ) = 0- . On en déduit de cela que la charge totale de la distribution est
nulle et qu’au centre O il existe une charge ponctuelle positive q .
3/ La densité volumique de la charge :
La charge élémentaire dq enfermée entre deux sphères de rayons et d est
dq = % ( r ) dV = 4 r dr.% ( r ) , on obtient alors :
2

d-
% (r ) = 0
2
4 r dr q 1 r/a
% (r ) = e
d- q r r/a 4 a 2
r
= 2
e
dr 0 a

Cette densité est négative et la charge totale est q .


4/ L’étude de la fonction : elle commence par le calcul de la dérivée, puis déterminer le
point où la dérivée s’annule. Ainsi on peut déterminer l’extremum de la fonction :
d % (r) q 1 1 1
= +
dr 4 a2 r r a
d % (r)
=0 r=a
dr
La fonction % ( r ) passe par une valeur maximale en r = a . Pour saisir le sens de cette
fonction on cherche sa dimension puis son unité :
% (r ) =
[ q ] = C C.m 1
[r ] L
La fonction étudiée est donc la densité linéaire (ici radiale) des charges.

Information utile : En réalité, la distribution étudiée est celle de l’atome d’hydrogène. La


charge positive ( + q ) du proton se trouve au centre de l’atome. Ce proton constitue le noyau
de l’atome autour duquel gravitent l’unique électron qui porte une charge négative ( q) .
Quant à a , elle représente le rayon de Bohr qui est la distance entre le noyau et la région où il
y a une forte probabilité de la présence de l’électron.

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 80

Exercice1.25
1/ Le potentiel électrique produit au point M :
1 1 1 1 r2 r1
VM = VA + VB = VM =
4 0 r1 r2 4 0 r1r2
a r r1 ' r2 ' r
p cos
r2 r1 = a cos VM =
4 0 r2
p = qa
Dans la base polaire ( ur , u ) , le champ possède deux composantes E = Er + E . A partir
de la formule E = gradV , on peut déterminer ces deux composantes polaires :
&V 2 p cos
Er = Er =
&r 4 0 r3
1 &V 1 p sin
E = E =
r & 4 0 r3
Donc le champ est :
1 p
E= ( 2 cos .ur + sin .u )
4 0 r3
1 p 1 p
( ) ( )
1/ 2 1/ 2
E= 3
4 cos 2 + sin 2 E= 3cos 2
+ 1
4 0 r 4 0 r3

2/ Equation des surfaces équipotentielles : a partir de l’équation du potentiel trouvée


précédemment, on en déduit l’équation de ces surfaces :
qa p
V = C te = V0 r2 = cos r2 = cos
4 0V0 4 0V0
A chaque valeur de V0 correspond une surface équipotentielle située à la distance de
O.
Equation des lignes de champ :
La ligne du champ E est définie comme étant colinéaire à dl , donc E = dl ,
( = C ) . On connaît les composantes de E et les composantes de dl . A partir de la relation
te

entre les deux vecteurs on peut trouver l’équation des lignes de champ :
E = dl
dr d dr Er
Er dr =r = d (1)
E , dl Er E r E
E rd
En intégrant l’équation (1) , on obtient à une constante près, le résultat suivant :
p cos 2
dr Er dr 4 0 r 3
= d = d
r E r 1 p sin
4 0 r3
dr 2 cos dr 2d ( sin )
= d =
r sin r sin

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Electrostatique 81

dr d ( sin )
=2 ln r = 2 ln ( sin )+ K
r sin
r r
(
ln r ln sin 2 )=K ln
sin 2
=K
sin 2
=K

De tout cela, on conclut que l’équation de la trajectoire est :

r = K sin 2

A chaque valeur de K correspond une ligne de champ située à la distance de O tel


que r = K sin 2 .
Les lignes de champs sont toujours perpendiculaires aux surfaces équipotentielles.

A.FIZAZI Université de Béchar LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 82

II / CONDUCTEURS EN EQUILIBRE

A/ DEFINITION ET PROPRIETES DES CONDUCTEURS EN


EQUILIBRE ( ):
Rappelons d’abord, qu’un conducteur électrique est tout corps dans lequel les porteurs de
charges peuvent se déplacer librement.

1/ Définition : Un conducteur est dit en équilibre électrostatique si les charges qu’il


renferment sont en état de repos.

2/ Propriétés des conducteurs en équilibre :


Puisque les charges à l’intérieur du conducteur en équilibre sont au repos, elles ne sont
donc soumise à aucune force, cela veut dire que le champ électrostatique dans le
conducteur en équilibre est nul.
F = q.E = 0 E=0

Le vecteur champ électrostatique est perpendiculaire à la surface du conducteur en


équilibre : ceci s’explique par le fait que les lignes de champ sont, d’une part,
tangentes au vecteur champ, et d’autre part perpendiculaires au plan.

Le conducteur en équilibre constitue un volume équipotentiel : On a déjà vu que la


différence de potentiel entre deux points M et M ' est définie par la relation
dV = E.d l , et puisque E = 0 , cela implique que le potentiel est constant en tout
point intérieur au conducteur en équilibre. En conséquence, la surface externe du
conducteur est une surface équipotentielle, ce qui prouve que le champ est
perpendiculaire à la surface du conducteur.

La charge dans le conducteur en équilibre est nulle, elle se concentre sur la surface du
conducteur : En effet, et puisque le nombre de protons est égal au nombre d’électrons,
la charge totale à l’intérieur du conducteur est nulle. Toutes les charges libres se
répartissent sur une surface qui occupe une épaisseur constituée de quelques couches
d’atomes (ici, le mot surface ne doit pas être compris au sens géométrique). Les
charges électriques en mouvement s’accumulent sur la surface jusqu’à ce que le
champ qu’elles produisent devienne égal au champ électrique extérieur appliqué à
cette surface, ce qui conduit à un état d’équilibre.

3/ Théorème de Coulomb (=> ? @AB ) :


Au voisinage d’un conducteur en équilibre, le champ est perpendiculaire à la surface

du conducteur et son intensité vaut E = , étant la densité surfacique du conducteur.


0

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 83

Cette expression donne la valeur du champ électrique en un point proche de la


surface et à l’extérieur du conducteur, alors que le champ à l’intérieur est nul. Sur la
surface le champ prend une valeur moyenne Emoy .
Le résultat de ce qui vient d’être dit est qu’à la traversée de la surface du conducteur,
le champ électrique varie comme indiqué sur la figure 2.1
E
Emoy =
2 0 E=
0

E=0
A l’intérieur 0 A l’extérieur et
du au voisinage du
conducteur Sur la conducteur
couche
superficielle

Fig 2.1 : Variation du champ électrique


à la traversée de la surface du conducteur
En peut résumer les propriétés du conducteur en équilibre par la figure 2.2.

E E=0
0 V = C te E
A l’extérieur qi = 0 2 0
du A l’intérieur du
A la surface
conducteur conducteur
et au
voisinage du
conducteur

Fig 2.2 : Propriétés du conducteur en équilibre

4/ Pression électrostatique (H?IJKALM NOP ) :


Définition : la pression électrostatique est la force électrique appliquée sur l’unité de
surface.
(Cette force résulte de la répulsion entre les charges sur la surface et les autres
charges).
2
pe = (2.1)
2 0

Raisonnement : L’expression de la force élémentaire d f appliquée sur la surface


élémentaire extérieure d S ext d’un conducteur qui porte sur sa surface une charge
élémentaire dq = .dSext est :

d f = dq.E moy = .d S ext .


2 0
D’où :

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 84

2 2
df
df = .d S ext = pe =
2 0 d S ext 2 0
Au vu de l’expression de la pression électrostatique, on en déduit que c’est une grandeur
scalaire, et qu’elle est toujours positive. Cette pression peut être considérée aussi comme étant
la force capable d’arracher les charges au conducteur.
L’unité de la pression électrostatique : Le pascal (Pa).

5/ Pouvoir des pointes (RSIT U VW RXY ) :


Les charges ont tendance à s’accumuler sur les surfaces en pointe (c’est à dire celles
dont le rayon de courbure est petit). Nous allons expliquer ceci dans l’exemple suivant :
La figure 2.3 représente deux conducteurs de forme sphérique, chacun avec ses
caractéristiques, reliés par un fil.
R2 R1
Q2 Q1
2 1
V V

Les sphères sont au même potentiel V :


Q1 Q
V =K =K 2
R1 R2
1 1 .4 R12 1 2 .4 R22
V= = 1 R1 = 2 R2
4 0 R1 4 0 R2
Puisque R2 R1 , donc 1 2 : cela est la preuve que les charges ont tendance à
s’accumuler sur les surfaces pointues. On trouve leurs applications dans :
Par mesure de sécurité, des paratonnerres sont fixés sur les immeubles, ou sur tout
autre type de construction, et qui sont reliés à la terre par l’intermédiaire de fils conducteurs.
Leur rôle est d’attirer des charges accumulées dans l’air et les décharger dans la terre. Si les
conditions pour l’éclatement d’un tonnerre sont réunies autour de la construction, les charges
préfèrent se diriger vers la pointe du paratonnerre d’où elles sont conduites vers le sol. Les
hautes constructions sont ainsi protégées contre les tonnerres.
Il en est de même pour les bords métalliques pointus attachés aux ailes d’avions qui
permettent la décharge continue de l’air des charges électriques.

6/ Capacité propre d’un conducteur isolé ([IP\ ]^ SA\ > I _` a bW ) :


Définition : la capacité électrique d’un conducteur isolé est le rapport entre sa charge
et son potentiel :
Q
C= (2.2)
V
Par exemple : La capacité d’un conducteur sphérique placé dans le vide, dont le potentiel
Q
est V = K , est égale à :
R

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 85

Q
C= =4 0 .R
V
Si l’isolant entourant le conducteur sphérique est autre que le vide, alors là, sa capacité
est C = 4 .R , où est la permittivité de l’isolant.

Généralisation : On peut généraliser la notion de capacité à un ensemble de conducteurs.


Dans le cas de deux conducteurs portant deux charges +Q et Q , dont la différence de
potentiel entre elles est U = V1 V2 (figure 2.4), la capacité du système est :
Q Q
C= =
V1 V2 U

+Q Q

V1 V2

Fig 2.2 : Capacité de deux conducteurs

L’unité de la capacité : c’est le coulomb/volt C.V ( 1


) , et qu’on appelle le farad ( F ) en
mémoire à Michael Faraday (1791-1867).
Ordre de grandeurs de la capacité de quelques corps :
Pour la terre, en considérant que le rayon est R = 6400km , sa capacité vaut
C = 70µ F .
Pour une sphère de rayon r = 10cm , de potentiel V = 1000V par rapport à la terre, sa
capacité est C = 10 pF .

7/ Phénomène d’influence entre conducteurs chargés ( Te H_f Agh RAiIj) :


Que se passe-t-il quand on place un conducteur électriquement en équilibre dans un
champ électrostatique uniforme ?
Puisque les charges sont libres de se mouvoir, on va assister à un déplacement de
charges positives dans le sens de E , et un déplacement de charges négatives dans le sens
contraire. Il se produit alors une polarisation du conducteur (apparition d’un pôle positif et
d’un pôle négatif). Il en découle de cette émigration une répartition surfacique non uniforme,
mais la charge totale du conducteur demeure nulle.

Influence partielle (]klm A_gh ) :


On place la charge + q au voisinage du conducteur ( D ) non chargé. Figure2.5

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 86

La charge + q produit, en tout point de l’espace qui l’entoure, et particulièrement


dans ( D ) , un champ électrique E qui oblige les électrons libres à se déplacer vers la face

N ; cette région se charge donc négativement. Les électrons en quittant la face P créent
un déséquilibre de charges dans cette région qui se charge positivement.

+ ++
N ++
+q '
M E ++
E' P ++
q' ++
+q ( D)

Les charges N et P produisent à leur tour au point M un champ E ' de sens


contraire à celui du champ E . Le déplacement des électrons s’arrête quand E + E ' = 0 ,
le conducteur ( D ) acquiert donc toutes les propriétés d’un conducteur en équilibre tel
que :
- Au point M : E ( + q ) + E ( + q ') + E ( q ') = 0 , le champ est nul dans le conducteur,
- Sa surface est équipotentielle,
- Les charges sont accumulées sur la surface et réparties de façon singulière. Dans
ce cas, Il s’est produit une électrisation par influence. La charge totale du
conducteur ( D ) reste nulle. Tout ce qui s’est passé est la séparation des charges
égales et de signes opposés q ' et + q ' .
q q ' : cela veut dire que toutes les lignes de champ partant de la charge ponctuelle q
n’atteignent pas le conducteur ( D ) , c’est ce qui caractérise l’influence partielle. Figure 2.5

Influence totale (]nM A_gh ) :


Deux conducteurs C1 et C2 sont en influence totale si le corps influencé entoure
complètement le corps influent. Figure 2.6
En supposant C1 chargé positivement, cela implique que la surface interne S2 du
conducteur C2 se charge négativement. Dans ce cas toutes les lignes de champ issues de
C1 rejoignent la surface S2 du conducteur C2 , donc Q1 = Q2 .

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 87

C2

S2
S1
C1
E

Fig 2.6 : Influence totale

8/ Théorème des éléments correspondants ( pJI AqI b @AB ) :


Soient les deux conducteurs voisins ( A1 ) et ( A2 ) en équilibre et portant les densités
surfaciques 1 et 2 . Figure 2.7
Si les deux conducteurs ne sont pas au même potentiel, des lignes de champ
électrostatique relient les conducteurs ( A1 ) et ( A2 ) .
Soit ( C1 ) un petit contour situé sur la surface de ( A1 ) , de telle façon que toutes les
lignes de champ issues de ( A1 ) , et reposant sur ( C1 ) , arrivent à ( A2 ) et dessinent sur sa
surface un contour fermé ( C2 ) . Figure 2.7
L’ensemble de ces lignes de champ constitue ce que l’on appelle tube de flux (r^Y s p t).

C2 E
C1

S2 S1
SL
A2 A1
Fig 2.7 : Deux éléments correspondants

Le flux électrostatique, à travers la surface latérale S L que dessine ce tube , est nul à
cause de la perpendicularité du vecteur surface avec le vecteur champ.
Soit la surface constituée de S L , S1 et S2 . En appliquant le théorème de Gauss, et
puisque les deux conducteurs sont en état d’équilibre, on a :
Qint
= = SL + S1 + S2 =0
0
0
Si Q1 est la charge que porte S1 , et Q2 la charge que porte S2 on aura :
Q1 Q2
+ =0 Q1 = Q2 (2.3)
0 0
D’où le théorème :

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 88

Enoncé du théorème des éléments correspondants : deux éléments correspondants


portent deux charges égales mais de sens contraires.

9/ Capacités et coefficients d’influence (A_gh vw>Ib> K vIbJ) :


Soient n conducteurs en équilibre et Qi la charge totale. Figure 2.8
Premier cas : Le conducteur A1 est au potentiel V1 , le reste des conducteurs sont reliés à
la terre ( leurs potentiels sont donc nuls).
Le conducteur A1 porte la charge : q11 = C11 .V1
Le conducteur A1 influe sur le reste des conducteurs An ......... A3 , A2 qui vont se charger
par influence et porter les charges respectives :
q21 = C21 .V1
q31 = C31 .V1
...............
q j1 = C j1.V1
................
qn1 = Cn1.V1
La charge de tout les conducteurs réunis est égale à la charge du conducteur A1 plus(+)
les charges du reste des conducteurs qu’ils ont acquises par influence.
Q1 = C11.V1 + C21 .V1 + C31 .V1... + C j1.V1 + ..... + Cn1 .V1

A2

A1

An

Fig 2.8 : Influence de plusieurs conducteurs par la charge A1


Deuxième cas : Le même raisonnement pour le conducteur A2 nous conduit aux
équations :
q12 = C12 .V2 q22 = C22 .V2 q32 = C32 .V2 .............. q j 2 = C j 2 .V2
Q2 = C12 .V2 + C22 .V2 + C32 .V2 ... + C j 2 .V2 + ..... + Cn 2 .V2
En répétant cette opération pour chaque conducteur, nous pouvons calculer la charge de
n’importe quel conducteur i quel qu’il soit :
Qi = C1i .Vi + C2i .Vi + C3i .Vi ... + C ji .Vi + ..... + Cni .Vi
On peut écrire ces expressions sous la forme matricielle :

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 89

Q1 C11 ... C1 j ... C1n V1


Q2 C21 ... C2 j ... C2 n V2
=
... ... ... ... ... ... ...
Qn Cn1 ... Cnj ... Cnn Vn
Définition :
Les termes Cij sont appelés coefficients d’influence.
On lit : le coefficient d’influence de j sur le conducteur i .
Les termes Cii sont appelés capacités d’influence.
On lit : la capacité du conducteur i en présence d’un autre conducteur. A ne pas
confondre avec la capacité d’un condensateur isolé C .

Propriétés des capacités et coefficients d’influence :


Les coefficients d’influence sont toujours négatifs Cij 0
Les capacités d’influence sont toujours positives Cii 0
Cij = C ji
Cii C ji
j i

Par exemple : q11 = C11V1 q21 + ................ + qn1 = C ji V1


j i

Dans le dernier cas, cela se traduit par le fait que la charge que porte ( A1 ) est plus grande
(en valeur absolue) que la somme des charges que portent tous les autres conducteurs réunis
qu’ils ont acquises sous l’influence du conducteur ( A1 ) . La raison à cela est que les tubes de
flux issus de ( A1 ) n’arrivent pas forcément aux autres conducteurs, ce qui ne peut se
produire que si l’influence est totale, soit : q11 = Cii .Vi = C ji
j i
Dans le cas de deux conducteurs en influence totale, on démontre que :
C11 = C21 et C11 = C12 .

B/ LES CONDENSATEURS (vI\xM ) :


1/ Capacité et charge d’un condensateur ( \xM> Ty K bJ)
Définition : un condensateur est l’ensemble de deux conducteurs A1 et A2 en
influence électrostatique.
Il y a types de condensateurs :
A armatures rapprochées
A influence totale
Les armatures sont séparées par un isolant qui a pour rôle d’augmenter la capacité
du condensateur. Dans ce qui suit on suppose l’existence du vide entre les armatures.
Le condensateur est désigné par ce nom parce qu’il fait apparaître le phénomène
de la condensation des charges électriques dans une région restreinte de l’espace. Plus
la capacité est grande, plus on obtient de grandes charges électriques sous de basses
tensions.

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 90

Constantes d’un condensateur ( ):


Capacité d’un condensateur : La capacité d’un condensateur est le
coefficient de capacité C11 de l’armature A1 en présence de A2 , C = C11 .
La charge d’un condensateur : On considère que la charge du condensateur
est la charge de l’armature interne Q = Qint .
Relation fondamentale des condensateurs :
Q = C11V1 + C12V2
Q = C [V1 V2 ] Q = CU (2.4)
C11 = C12 = C21
L’armature A2 porte la charge totale :
Q2 = Q2,ext + Q2,int
Q2 = Q2,ext Q1
Q2,ext = Q1
Si A2 est reliée à la terre, on a Q2,ext = 0 , donc :
Q2 = Q1 (2.5)
Dans le cas de l’influence partielle on obtient le même résultat. Dans ce type de
condensateurs, les charges Q1 et Q2 correspondent aux charges réparties sur
toute la surface de chacun des deux conducteurs : Q2 = Q1 .

2/ Capacités de quelques types de condensateurs :


Pour trouver la capacité C d’un condensateur, il faut calculer la relation entre sa
charge Q et la tension U (U = V1 V2 ) , appliquée entre les deux armatures. Pour calculer
U on utilise l’expression de la circulation du champ électrique.
2
Q
U = V1 V2 = E.dl =
1 C
a/ Condensateur sphérique ( @KAM \xM ) :
Le condensateur sphérique est constitué de deux sphères concentriques et
conductrices, séparées par un isolant. Figure 2.9

R2
R1
O

Q +Q

Fig 2.9 : Condensateur sphérique

On fait appel aux coordonnées sphériques qui conviennent le mieux à ce cas.


On part de la relation connue du vecteur champ électrique produit par une sphère :

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 91

Q
E(r ) = K ur
r2
On calcule la circulation du champ pour obtenir la différence de potentiel entre les
deux armatures :
R2
1 1
U = V1 V2 = E.d r = KQ
R1 R1 R2
A la fin on arrive à l’expression de la capacité du condensateur sphérique :
Q R1 R2
C= C=4 0 (2.6)
U R2 R1

b/ Condensateur cylindrique ( _ VJ{ \xM ) :


Le condensateur cylindrique est constitué de deux cylindres conducteurs
coaxiaux, séparés par un isolant. Figure 2.10
z

R2
R1

Fig 2.10 : Condensateur cylindrique

Pour ce cas, on adopte les coordonnées cylindriques et on suit le même


raisonnement que précédemment : D’après le théorème de Gauss, E entre les armature est :

E( ) = u
2 0.
: le densité linéique (ou linéaire)
La différence de potentiel est donc :
R2
R2
U = V1 V2 = E.d = ln
R1 2 0 R1
Sachant que Q = h , h étant la hauteur des cylindres, la capacité du
condensateur cylindrique étudié est :

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 92

Q .h 2 0 .h
C= = C= (2.7)
U U ln ( R2 / R1 )

b/ Condensateur plan ( @ W \xM ) :


Le condensateur plan est constitué de deux plans conducteurs séparés par un
isolant. Figure 2.11
z

V2

d = z2 z1 V1
+ y
x
Dans ce cas, on utilise les coordonnées cartésiennes. Le champ électrostatique
entre les armatures est la composition des champs résultants des deux plans infinis, soit :

E = E1 + E2 =
2 0
k+
2 0
( k) E=
0
k
z2
U = V1 V2 = E..dz = ( z2 z1 ) U= d
z1 0 0
Q
: Densité surfacique : = Q = .S
S
La capacité du condensateur plan est donc :
Q S
C= C= 0 (2.8)
U d

3/ Groupement de condensateurs (vI\xM | }):

Groupement en série ( WnW ~n• NfA ) : Figure 2.12

C1 C2 Cn C
V0 V1 Vn V0 Vn
...........
+Q Q +Q Q +Q Q +Q Q

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 93

Tous les condensateurs emmagasinent la même charge Q à cause du phénomène


d’influence. La tension entre les extrémités de tout l’ensemble est égale à la somme des
tensions :
U = V0 Vn = (V0 V1 ) + (V1 V2 ) + (V2 V3 ) + .........(Vn 1 Vn )
Q Q Q Q
U= + + + ..........
C1 C2 C3 Cn

Résultats : L’inverse de la capacité équivalente est égal à la somme des inverses des
capacités des condensateurs montés en série :
1 n 1
= (2.9)
C i =1 Ci

Groupement en parallèle (€A\ ~n• NfA ) : Figure 2.13


V1
+Q C1+Q C+2Q C3 Cn + Q V1 +Q
Q C Q
Q Q Q
V2
V2

Tous les condensateurs sont soumis à la même tension U . L’expérience prouve que la
charge Qi de chaque condensateur est proportionnelle à sa capacité Ci . La charge totale est
égale à la somme des charges :
Q = Q1 + Q2 + ..............Qn
Q = C1 .U + C2 .U + ..............Cn .U
Q = ( C1 + C2 + ..............Cn ) .U
C.U = ( C1 + C2 + ..............Cn ) .U
Résultats : La capacité équivalente est égale à la somme des capacités des condensateurs
montés en parallèle :
n
C= Ci (2.10)
i =1

4/ Energie d’un condensateur chargé ( Te> \xM> I‚):


L’étude théorique a démontré, comme le prouvent les expériences que l’énergie
emmagasinée par un condensateur chargé est proportionnelle au carré de la tension appliquée
entre ses armatures. Son expression est :
1
W = C.U 2 (2.11)
2
Sachant que Q = C.U , on peut aussi écrire :

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 94

2
1Q
W= (2.12)
2C

5/ Energie du champ électrique (]kIfALM ƒT I‚):


La charge d’un conducteur électrique nécessite la dépense d’une énergie, la raison en est
que pour ajouter une charge à un conducteur on doit fournir un travail pour vaincre la force de
répulsion qui résulte des charges déjà présentes sur le conducteur. Ce travail entraîne une
augmentation de l’énergie du conducteur.
q
Soit un conducteur au potentiel V = , de capacité C et qui porte la charge q .
C
Si on ajoute à ce conducteur une charge élémentaire dq , en l’amenant de l’infini, le
travail fourni serait :
q
dW = Vdq = dq
C
L’augmentation totale de l’énergie du conducteur, quand la charge passe de zéro à la
valeur Q ,est égal à :

1Q Q2
WE = qdq WE =
C0 2C
Ce qui est compatible avec l’équation 2.12.
Dans le cas d’un conducteur sphérique, par exemple, où C = 4 0R , l’énergie du champ
électrique est :
1 Q2
WE =
2 4 0R

6/ Densité de l’énergie électrique ( ):


On considère à titre d’exemple un condensateur plan :
S
Sa capacité est : C = 0
d
Q2 1 1 S
L’énergie qu’il emmagasine est : WE = = CU 2 = 0 U 2
2C 2 2 d
Si on divise cette énergie par le volume du condensateur, on obtient ce que l’on appelle
densité de l’énergie électrique :
WE 1 0 SU 2 1 0U 2
w= = w= ! (1)
v 2 dSd 2 d2
U
On sait que l’intensité du champ électrique entre les armatures est : E =
d
Après substitution, l’équation (1) de la densité de l’énergie électrique s’écrit :

w= 0
E2 (2.13)
2

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 95

w représente la densité de l’énergie électrique dans le vide. Son unité est le joule par
(
mètre cube Jm .
3
)
En présence d’un isolant, autre que le vide, on remplace 0 par = 0. , où
représente la permittivité relative de l’isolant, tandis que désigne la permittivité absolue.
On peut donc écrire la densité de l’énergie sous la forme :

w= E2 (2.14)
2

7/ charge et décharge d’un condensateur à travers une résistance


( >KIƒ> Ap• \xM> …@A\` K HTy ):
Charge d’un condensateur :
Soit le montage indiqué sur la figure 2.14, composé d’une résistance R montée en
série avec un condensateur de capacité C . On alimente l’ensemble à l’aide d’une source
de tension continue U 0 .
R

U0 C

A l’instant t = 0 , le condensateur est vide de charge, on ferme l’interrupteur K .


Soit i ( t ) l’intensité du courant électrique parcourant le circuit au temps t . Les électrons
se déplacent dans le sens contraire du courant. Ces électrons quittent l’armature de haut,
selon la figure 2.15, et arrivent à l’armature d’en bas qui se charge négativement. Soient
q ( t ) et u ( t ) la charge de l’armature de haut et la tension électrique entre les armatures
du condensateur (les grandeurs i , q et u sont positives par convention). Figure 2.15
R R

U0 C U0 e C
I

La loi d’Ohm nous permet d’écrire : U 0 = Ri + U


dq
Sachant que q = CU et i = (qui représente l’augmentation de la charge durant le
dt
temps dt ).
On obtient l’équation différentielle de premier ordre :
dq q dq
U0 = R + U 0C = RC +q
dt C dt
Ou :

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 96

dq dq dt
U 0C q = RC =
dt U 0C q RC

On intègre les deux membres de l’équation pour arriver à :


t
ln (U 0C q ) = +A
RC
La constante d’intégration A est déterminée à partir de la condition initiale : au temps
t = 0 , la charge est q = 0 , et par conséquent : A = ln U 0C
D’où :
t U 0C q t U 0C q t
ln (U 0C q ) ln U 0C = ln = = exp
RC U 0C RC U 0C RC
Finalement, l’expression de la charge du condensateur est :
t
q ( t ) = U 0C 1 exp (2.15)
RC
Définition : On appelle constante de temps la grandeur constante :
" = RC (2.16)
Durée de la charge ou décharge : Les expériences ont prouvé , comme le prévoyait
la théorie, que la durée de la charge ou la décharge d’un condensateur est estimée à :
t = 5 RC = 5" .
Le graphe 2.16 représente la variation de la charge en fonction du temps au cours de
la charge
q (t )

CU 0

0.63CU 0

0 RC 2RC 3RC t

dq
On en déduit l’intensité du courant à chaque instant i ( t ) = :
dt
U0 t
i (t ) = exp (2.17)
R RC
Le graphe 2.17 représente les variations de l’intensité du courant électrique en
fonction du temps au cours de la charge.

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 97

i (t )

U0
R

U0
0,37
R

0 RC 2RC 3RC t

Décharge d’un condensateur :


Après que le condensateur ait atteint sa charge maximale q0 = CU 0 , on remplace à
présent (à t = 0 ), la source de tension par un court circuit, comme il est indiqué sur la
figure2.18.

R R
++++ ++++
C C
I e

Le courant a changé maintenant de sens : les électrons quittent l’armature d’en bas
pour atteindre l’armature d’en haut. La charge q ( t ) diminue au cours du temps.
En considérant toujours les grandeurs i , q et U positives par convention, on écrit la
dq
loi d’Ohm : Ri = U , avec q = CU et i = .
dt
dq
Puisque q diminue, 0 .Donc :
dt
dq q dq dt
R = R =
dt C q C
t
ln q = +B
RC
La constante B est déterminée par la condition initiale :
t = 0 , q = q0 =CU 0 ; B = ln q0 B = ln CU 0
D’où :
t q t
ln q = + ln CU 0 ln =
RC CU 0 RC
Donc les expressions de la charge et de l’intensité du courant instantanées sont
respectivement :

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 98

t
q = CU 0 exp (2.18)
RC
dq U0 t
i= i= exp (2.19)
dt R RC
Le graphe 2.19 représente la variation de la charge en fonction du temps au cours de la
décharge :

q (t )

q0

0,37q0

0 RC 2RC 3RC t
Fig 2.19 : Variation de la charge du condensateur au cours de sa décharge

Ainsi, nous terminons ce chapitre dans lequel nous avons pris connaissance des
principales caractéristiques des conducteurs en équilibre, ce qui clôture l’étude de
l’électrostatique.
Dans le chapitre suivant nous allons aborder les charges en mouvement. Cette étude sera
faite sous le grand titre : l’ELECTROCINETIQUE.

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 99

EXERCICES **
Exercice 2.1 1.2
Considérons une boule en métal de rayon R ayant une
R
charge globale Q .
.Q
1/ A l’équilibre, comment se répartissent les charges
dans le conducteur ? !" #$" /1
2/ En déduire l’expression de la densité surfacique de * % & ' ( %) /2
charge ( en Cm ) .2
. ( Cm 2 )
3/ Que vaut le champ électrostatique dans le + , - . % / /3
conducteur ?
4/ En appliquant le théorème de Coulomb, vérifier qu’à : 0 % 1 ' $2 3- #4 5 3 /4
1 Q 1 Q
la surface du conducteur : E= E=
4 0 R2 4 0 R2
5/ En utilisant le théorème de Gauss, montrer que - $2 $ #7 8 5 % /5
l’intensité du champ électrostatique créé à la distance
" $ (r R) r 1' ,
(r R) r du centre du conducteur est :
1 Q
1 Q .E = :
E= . 4 0 r2
4 0 r2

Exercice 2.2 2.2


Une sphère conductrice ayant un rayon R = 8cm R = 8cm 9
porte initialement une charge de 80 µ C . Par la suite,
- # + . 80 µ C
une charge ponctuelle de 20 µ C est introduite au
.9 . : " 20 µ C
centre d'une cavité sphérique ayant un rayon
r = 2,5cm à l'intérieur de la sphère. . + r = 2,5cm

1/ Quelle est la grandeur du champ électrique E près


4 - ( E , - /1
de la surface extérieure de la sphère conductrice ? : + 0 %
2/ Quelle est la grandeur du champ électrique E près 4 - ( E' , - /2
de la surface intérieure de la sphère conductrice (dans ( : + ) + 0 %
la cavité) ?
+ 0 % 1 ' Qi /3
3/ Quelle est la charge totale Qi sur la surface
:
intérieure de la cavité de la sphère conductrice ?
4/ Quelle est la charge totale sur la surface extérieure : + 0 % 1 ' Qe /4
de la sphère conductrice ?

Exercice 2.3 3.2


Un cylindre creux et conducteur, de rayon 3cm , # 3cm # : %2
porte initialement une densité linéaire de charge de
. 9 µ Cm
1
9 µ Cm 1 . Par la suite, une tige mince ayant une - + &
3% # : %= " 1) 3" #
densité linéaire de charge de 5µ Cm
1
est
entièrement glissée au centre du cylindre creux. La
. 5µ Cm 1
- + & 9 -
tige et le cylindre ont, tous les deux, une longueur . > 3% %= $
infinie. 0 % 4 - , - /1
1/ Quelle est la grandeur du champ électrique près de + 3% 3" %? : +
la surface extérieure du cylindre avant que la tige
chargée soit glissée à l'intérieur ? %=
2/ Quelle est la densité linéaire de charge portée par la : + 0 % + & /2
surface extérieure du cylindre creux après que la tige + 3% 3" : %?
chargée soit glissée à l'intérieur ?

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 100
3/ Quelle est la grandeur du champ électrique près de 0 % 4 - , - /3
la surface extérieure du cylindre après que la tige + 3% 3" %? : +
chargée soit glissée à l'intérieur ?
4/ Quelle est la grandeur du champ électrique à 2cm
$ 2cm 1' , - /4
du centre du cylindre après que la tige chargée soit + 3% 3" %= "
glissée à l'intérieur ?

Exercice 2.4 4.2


Une sphère de rayon R porte une charge Q . :Q R
1/ Calculer son énergie potentielle en fonction de
la pression électrostatique. .$ % @A > 4% 2 /1
2/ On décharge cette sphère en la reliant à la terre B% % C = D9 E F /2
par l’intermédiaire d’un fil métallique. Que devient - % "+ 0 .
l’énergie emmagasinée précédemment ?
G H % D9 $ / G 2 C F /3
3/ On suppose que cette sphère a été chargée à
l’aide d’une source de force électromotrice E . & E ,
constante. Quelle est l’énergie fournie par la source à 9) 1' : H
la sphère ? La trouve-t-on sous forme d’énergie 3 F 1F + $ 2 #> 4 : $
potentielle ? Sinon, où a disparu la différence ? : % & 9) /4
4/ soit la densité surfacique de charge de la
sphère : # 0# > % 4% ) (2
a) calculer sa capacité en fonction de , 0 @A + $ I' : 2 (4
et , .$ %
b) trouver une relation littérale entre l’énergie
interne et la pression électrostatique.

Exercice 2.5 5.2


Une sphère métallique de rayon R1 = 1m porte DKLM NOLP Q R = 1m <=>?@ ABC DECFGH I>J
1
une charge électrique totale Q = 10 C . On la relie
9
XYZ D?Z[\V <WY]^\C . Q = 10 9 C DER<OST DEU<V>WJ
par un fil conducteur à une sphère initialement non
>E` Q R2 = 0,30m <=>?@ ABC I>J _RT NE^\P
chargée de rayon R2 = 0,30m ( placée à grande
distance de la première sphère) de telle sorte q’elles se I>fR[ gH I>EbJ Dd<hH _Yi Di\j\H )Da[FbR[ cd DC\LeH
mettent au même potentiel. .l\OfR[ mnKR l<GopP qELV (_RQk[
1/ Quelle sera la charge à l’équilibre sur chacune FGV I>J NJ _Yi DKLeR[ DOE@ c= <H lr[\sR[ cd /1
des sphères après que la connexion sera faite ? tuGV vH <OWYE^\P
2/ Quelle est l’énergie de la sphère chargée avant /2
la connexion ?
3/ Quelle est l’énergie du système après que les $ 9) $ : /3
sphères soient reliées entre elles ? S’il y a une perte, . 'A $2 J ) # ! AB
expliquer où a été dissipée. $ $ 1 ' '" $2 $K /4
4/ Montrer que la charge est distribuée sur les deux
R
sphères reliées entre elles de telle sorte que % & L w 1 = 2 L
1 R2 2 R1
= où est la densité superficielle de
2 R1 .
charge. E1,surface R2
5/ Montrer en conséquence que . = G 2 $ /5
E2,surface R1
E1,surface R2
= . . B % &2 M%
E2,surface R1
On négligera dans le problème l’effet du fil de
jonction.

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 101

Exercice 2.6 6.2


Une sphère conductrice S1 de centre O et de O " S1 HA
rayon R1 = 10cm est placée dans une cavité # S2 . : " R1 = 10cm
sphérique creuse conductrice S2 , de 0% : .B % 3 R2 = 20cm D
rayon R2 = 20cm et de mince épaisseur. L’ensemble . $ $ .E F
baigne dans le vide. Les deux conducteurs sont :$ "
initialement en équilibre. Quelle est la charge et
comment se répartit-elle dans les deux cas : N - H V1 = 10 V $
4
S1 K /1
1/ La sphère est portée au potentiel V1 = 104 V tout . (a) 1' $ > " S2 :
en gardant la cavité creuse S2 isolée comme indiqué : H V1 $ - /2
sur la figure (a) . . (b ) 1' $ C = S2
2/ La sphère est maintenue au potentiel V1 tout
en reliant la cavité creuse S2 à la terre comme indiqué
sur la figure ( b ) .

R1 R1

V1 V1

R2 R2
(b) (a)

Exercice 2.7 7.2


Un plateau circulaire vertical métallique de très
grande dimension est relié à la terre (potentiel
: 2 .9 . , 3
V = 0 ). On place à une distance x une petite sphère 1 ' HA .( V = 0 / $ )C =
métallique de rayon et de charge q suspendue à un q G x
fil. La sphère prend une position d’équilibre xe . . xe $" HA 9+M . + % -
Trouver la force qui s’exerce sur la petite sphère - 1' - - : 2
assimilée à une charge ponctuelle en utilisant la notion . , / F %
d’image électrique..

x
+q

V =0

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 102

Exercice 2.8 8.2


Une charge q est placée à une distance a d’un
> O % $ a 1' q HA
plan conducteur infini maintenu au potentiel zéro. On
peut montrer que le champ résultant à la surface est le $2 1 ' $ $ ./ $ &
même que si une charge négative q placée à une % HA G%F 0 % 1' ( -
distance a remplaçait le plan. (Figure ci-dessous). .(G F%2 ) .O % $ a 1' q
Cette seconde charge est appelée image de la .1 = 1 % D9 &
première. O % $ - / $ $2 $K /1
1/ Montrer que le potentiel est nul en tout point du
plan et que le champ est normal au plan et calculer son .G 4% 2 O % 1 ' . ' - $2
intensité.. O % 1' & $2 $K /2
2/ Montrer que la densité de charge sur le plan est
3
. qa / 2 r 3
qa / 2 r . % O % ' , 3 4% 2 /3
3/ Calculer le flux électrique à travers le plan en
O % $2 M " / F
utilisant la notion de l’angle solide, et vérifier que la
charge totale du plan est q . . q

q +q

Exercice 2.9 9.2


Trouver le flux du champ électrique , la charge
intérieure totale et la densité de charge pour un cube
+ # , - 3 : 2
de côté a (figure ci-dessous) placé dans une région où (G F%2 ) a G A 4 &
le champ électrique est de la forme : $ , - L - ! A
1/ E = Cxu x :
E = Cxu x /1
2/ ( )
E = C yu x + xu y , C = constante
(
& = C , E = C yu x + xu y ) /2
Z
a
a

Y
a
X

Exercice 2.10 10.2


1/ Trouver les capacités et les coefficients
d’influence de l’ensemble de deux conducteurs $ : &M ' % : 2 /1
sphériques S1 ( O1 , R1 ) et S 2 ( O2 , R2 ) éloignés l’un w S 2 ( O2 , R2 ) S1 ( O1 , R1 ) $ ' $
de l’autre par la distance d ( d R1 , R2 ) . . (d R1 , R2 ) d Dd<hOR[ <OWYBnP
2/ discuter les deux cas : :$ P /2

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 103

a) si d , d (2
b) si d = R1 = R2 . d = R1 = R2 (4

Exercice 2.11 11.2


Un condensateur de capacité C = 100 µ F est C = 100 µ F % 9 F& $
chargé sous une tension U = 20V . . U = 20V
On le relie à un condensateur de même capacité C ,
C % QF O +2 F& 1 ) F& D9
mais initialement déchargé.
1/ Calculer la tension qui apparaît aux bornes de . 8
l’ensemble. . : $ 5 .9 4% 2 /1
2/ Faire le bilan énergétique avant et après B- . / /2
connexion. Commenter ?

Exercice 2.12 12.2


Un condensateur de capacité C1 = 3,3µ F a été C1 = 3,3µ F % F&
chargé sous une tension de 24V ; l’armature A porte . QA : AQ R 24V
une charge positive QA .
. F& "+ 4% 2 /1
1/ Calculer l’énergie emmagasinée dans ce
condensateur. D E$ $I B A$ /2
2/ Les bornes A et B sont reliées aux bornes 5 2 ) C2 = 2, 2 µ F %# 8 F&
E et D d’un condensateur complètement déchargé, $" % /& #H % : S 5 .(G F%2
de capacité C2 = 2, 2 µ F (voir figure ci-dessous). Il R U ED . % U AB . -% ,
apparaît un courant transitoire très bref, puis un
EQ QA' AQ
équilibre électrique s’établit. La tension U AB est alors
. QE'
égale à la tension U ED ; l’armature A porte une
' . QE' QA' # QA $ I' 4 2 (4
charge QA et l’armature E la charge QE' .
' '
. C2 C1 # Q # Q $ & I' 4 2 (
a) Ecrire une relation entre QA , QA' et QE' . E A

' ' . QE' QA' ' ( %) (T


b) Ecrire une seconde relation entre QA , QE ,
.$ F& "+ 4% 2 # /3
C1 et C2 .
.2 1 ) 5F # D9 I+
' '
c) En déduire numériquement QA et QE . BI%2 , $ N":
3/ Après la connexion, calculer l’énergie / .M
emmagasinée dans les deux condensateurs. Au cours
de cette opération, l’énergie a-t-elle été conservée ?
Sous quelle forme une partie de l’énergie électrique
s’est-elle transformée dans les fils de jonction ? et en
quelle quantité ?

C1
A B
C2
E D

Exercice 2.13 13.2


On considère un condensateur plan formé de deux
armatures conductrices identiques parallèles, espacées
$ & $ $% $ % F&
d'une distance d . Chaque armature est une plaque $' ' Q .d % $ ' $ "
rectangulaire de surface S . On suppose que les deux $% $2 C F . S 0 % 9 % F

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 104
armatures sont en influence totale et on néglige les . &U &M
effets de bord. $% " ' 9 # A D9 /1
1/ Dans ce cas précis, que signifie l'expression
"armatures en influence totale" ? Que peut-on dire de 1' H " $' G $ 9 " &M
la répartition de la charge dans chaque armature ? Soit . % 0 % 1' & $ Q
la densité de charge sur la surface plane d'équation0 % 1' & R y=0 .9
y = 0 ; quelle est la densité de charge sur la surface y=d .9 . %
plane d'équation y = d ? .Q : , - ' 4% 2 /2
2/ Calculer l'expression du champ électrique au ) #$ % $ /5 , - $2 $K /3
voisinage de chacune des armatures.
3/ Montrer que le champ électrique est uniforme entre . V ( 0 ) V ( d ) $ % $ $ 3 F - D9
les armatures et relier cette valeur à la différence de
. F& C % ' ( %)
potentiel V ( 0 ) V ( d ) entre les armatures. En
déduire l'expression de la capacité C du
condensateur.

Exercice 2.14 14.2


Un générateur de tension continue et trois
condensateurs sont assemblés comme indiqué sur la
$ F& LI& % H:
figure ci-dessous : :G F%2 1'
U = 3V , C1 = 30µ F U = 3V , C1 = 30µ F
C2 = 10µ F , C3 = 5µ F C2 = 10µ F , C3 = 5µ F
Quelles sont les charges Q1 , Q2 , Q3 que F& Q3 , Q2 , Q1
portent les trois condensateurs ? &I&

C2
C1

C3

Exercice 2.15 15.2


Un condensateur sphérique est constitué :
• D’une sphère interne conductrice pleine portant la
:$ %2 $
charge Q , # Q + .
• D’une couronne sphérique conductrice de rayon Ri + D . ) .
intérieur Ri et de rayon extérieur R e , ( figure ci- #( F%= )# R e : +
dessous), 3@ . 0 % 1' 7 8 5 3 /1
1. En appliquant le théorème de Gauss à une surface
fermée sphérique de rayon compris entre Ri et R e ,
4% 2 # R e Ri $ D
calculer la charge portée par la paroi interne de la . W + :
couronne conductrice. .$ % $ - 4% 2 /2
2. Calculer le champ entre les deux armatures.

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 105
3. Que devient ce champ si on place entre les deux F& % $ A - 9 0 /3
armatures du condensateur un matériau de permittivité
% %
relative ?
4. En déduire le potentiel entre les deux armatures.
.$ % $ $ ( %) /4
5. Calculer la capacité de ce condensateur. . F& % 4% 2 /5
6. Retrouver l’expression de la capacité d’un Ri ' % F& % ' : $ : 2 /6
condensateur plan en considérant Ri très voisin de
. Ri = R + d : R $ : 4
R : Ri = R + d .

+ +Q
+
+ R +
+ +
+ +
+ +
Qi + + Ri
Qe
Re

Exercice 2.16 16.2


1/Déterminer la capacité de l’ensemble des
condensateurs représenté sur la figure ci-dessous. 1' & F& ! : % $ ' /1
2/ Si la tension appliquée est de 120V , trouver la .G F%2
charge et la différence de potentiel pour chaque 4% 2 # 120V 3 $ 9) /2
condensateur ainsi que l’énergie de l’ensemble. "+ 9 F& $ $ 3
.' : $

C1

C6 C2
C1 = 1µ F , C2 = 2 µ F
C3 C3 = 3µ F , C4 = 4 µ F
C5 = 5µ F , C6 = 12 µ F
C4
C7 C7 = 18µ F
C5

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 106

Exercice 2.17 17.2


La capacité d’un condensateur variable d’un
$2 -% " : @ F& % $
récepteur radio peut varier de 50 pF à 950 pF par
0° $ " 950 pF 1 ) 50 pF $ @
rotation d’un bouton de 0° à 180° . Le cadran
F& $ # 180° M :% $ . 180° 1 )
marquant 180° , le condensateur est relié à une
batterie de 400V . Après qu’il a été chargé, le
H - # . 400V .9 1)
condensateur est déconnecté de la batterie et le bouton "
K A F& $
ramené à 0° . . 0° HA
1/ Quelle est la charge du condensateur ? F& /1
2/ Quelle est la différence de potentiel entre les M $ $% $ $ 3 /2
armatures quand le cadran marque 0° ?
. 0° 1 )
3/ Quelle est l’énergie du condensateur dans cette
position ? HA 9 F& /3
4/ En négligeant tout frottement, calculer le travail /"I 4% 2 #B X /4
nécessaire pour tourner le bouton. . K"

Exercice 2.18 18.2


On monte deux résistances : R1 = 8,8 w R2 = 4, 4 R1 = 8,8 :$ - 4
et R2 = 4, 4 et deux condensateurs : C2 = 0, 24 µ F C1 = 0, 48µ F :$ F&
C1 = 0, 48µ F et C2 = 0, 24µ F non chargés de la .G F%2 1' $
manière illustrée dans la figure ci-dessous. $ % 24V D - $ $2 ' 9)
Sachant qu'il y a une différence de potentiel de
:$K' #4 9
24V aux bornes de ce réseau, déterminer :
F - $ $ F - $ /1
1/ le potentiel au point F lorsque l'interrupteur
K est ouvert depuis un temps assez long (poser #(H 4 % V = 0 HA ) $"9
V = 0 à la borne négative de la source), # F - $ $ G - $ /2
2/ le potentiel au point G lorsque l'interrupteur est -@ - $ $ G - $ /3
ouvert, # $"9
3/ le potentiel final au même point G lorsque . -@ K - ' /4
l'interrupteur K est fermé depuis un temps assez
long,
4/ la quantité de charge qui a traversé l'interrupteur
K fermé.

C1 G C2

F
R1 R2
A B

Exercice 2.19 19.2


1/ Calculez la quantité d'énergie emmagasinée
dans un condensateur constitué de deux plaques $ F& "+ 4% 2 /1
carrées de 9cm de côté, séparées par un espace d'air F # 9cm HA $ $ F
de 2mm , lorsque ses armatures portent une charge de % # 2mm G % N $ "K
±300 µ C . . ±300 µ C
2/ Que devient cette énergie si on introduit une $ F +2 D9 0 /2
plaque en mica (de permittivité relative = 7 ) de

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 107

2mm d'épaisseur qui remplit donc tout l'espace entre $9) ? .9 2mm G % ( =7 % G 9F)
les armatures ? $% $ E F
c) Même question que 2/ pour le cas où la plaque
F B% $ 9) /2 S% QF /3
de mica ne fait que 1mm d'épaisseur.
. 1mm >) . % >

Exercice 2.20 20.2


On considère le montage comme indiqué sur la
figure ci-dessous. Tous les interrupteurs sont ouverts
H - .G F%2 1'
et les condensateurs déchargés. . 8 F& F
I. On ferme l’interrupteur K1 : : K1- 3 @ .I
1/ Quelle est la charge finale portée par chaque F& , / /1
condensateur ? F& % $ , $ 3 / /2
2/ Quelle est la différence de potentiel finale entre
les armatures de chaque condensateur ? : K3 K 2 $ - 3 @ /& # - @ K1 - B .II
II On laisse l’interrupteur K1 fermé, puis on ferme les F& , / /1
interrupteurs K 2 et K 3 : F& % $ , $ 3 / /2
1/ Quelle est la charge finale portée par chaque : K4 K2 $ - 3 @ K 3 K1 $ - 0 F .III
condensateur ? F& , /
2/ Quelle est la différence de potentiel finale entre
les armatures de chaque condensateur ? : A 2 K 3 K1 3 @ /& #$ - @ K 4 K 2 B .IV
III. On ouvre les interrupteurs K 2 et K 3 puis on ferme $ F& $ % $ $ 3 / /1
les interrupteurs K1 et K 4 , quelle est la charge finale t C2 C1
portée par chaque condensateur ? t C2 C1 gEsnˆfOYR l<sEU<WKR[ l<sKLeR[ <O= ‰J /2
VI. On laisse les interrupteurs K1 et K 4 fermés, puis :4567 89:;
on ferme aussi les interrupteurs K 2 et K 3 : R1 = R2 = 100 , E = 6V
1/ Quelle est la différence de potentiel finale entre C2 = 2 µ F , C1 = 1µ F
les armatures de chacun des deux
condensateurs C1 et C2 ?
2/ Quelles sont les charges finales des deux
condensateurs C1 et C2 ?
Application numérique :
R1 = R2 = 100 , E = 6V
C2 = 2µ F , C1 = 1µ F

C1 C2

K3
R1 R2
K2 K4
K1
E

Exercice 2.21 21.2


Quatre condensateurs sont groupés comme indiqué
sur la figure ci-dessous. On applique une différence de
1' $ F& H 2
potentiel U entre les points A et B et l’on branche A $ - $ U $ 3 . F%=
un électromètre E entre les points F et G pour G F $ - $ E ) wB
déterminer leur différence de potentiel. Montrer que Y $2 $K . :2 $

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 108

C1 C3 C1 C3
l’électromètre indique zéro si = . .= 9) F 1)
C2 C4 C2 C4
Ce dispositif représente un pont utilisable pour la F& % 4% % %: & 4 9
mesure de la capacité d’un condensateur en fonction .$ % % F& >
d’un condensateur étalon et du rapport de deux
capacités.
F
C1 C2

A E B

C3 C4
G
U

Exercice 2.22 22.2


Soit le montage de condensateurs comme indiqué
sur la figure ci-dessous.
.G F%2 1' $ F& 4 $
1/ Redessiner le schéma de ce montage en faisant 5 5 L 4 9 /% '2 /1
apparaître la symétrie par rapport à la branche ED . . ED ! F
2/ Si U = 100V et U CD = 0 , calculer la capacité % 4% 2 # U CD = 0 U = 100V $ 9) /2
du condensateur équivalent, la charge de chaque $ $ 3 9 F& #, F&
condensateur ainsi que la différence de potentiel entre
. F& %
les armatures de chaque condensateur.
On donne C = C = C = C = 1µ F C1 = C2 = C3 = C4 = 1µ F :1
1 2 3 4

C1
C2
A D B
E C5
C3

C4

Exercice 2.23 23.2


Un condensateur de capacité C , initialement chargé
U0 # C % F&
sous une tension U 0 est rapidement connecté à un
8 wC ' % O +2 F& ' %
autre condensateur de capacité C ' , initialement
. R - 9 , % #
déchargé, par l’intermédiaire d’un circuit électrique de
résistance R . & /K # % % 1 ' # C ' $ CZ F
La décharge de C et la charge de C ' , en série, se fait CC '
. = RCéq = R $"
CC ' C +C'
avec la constante de temps = RCéq = R .
C +C' # : HA 4
On demande d’établir le bilan des énergies libres du B D9 - , A 4%
système, de calculer l’énergie perdue et de comparer .R : F %
cette énergie à celle consommée par effet Joule dans
R.

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 109

C C'

Exercice 2.24 24.2


On étudie la décharge d’un condensateur, en
envisageant le circuit de la figure ci-dessous, constitué
1' ' # F& Z F Q
d'un conducteur ohmique de résistance R et d'un F& RG - 2 $ #G F%2
condensateur de capacité C chargé. . C %
1/ Quel est le signe de i ? Établir la relation liant I HA i ) / /1
l'intensité i du courant à la tension uC . . uC i
2/ Etablir l'équation différentielle régissant l'évolution . uC % AF HA /2
de uC .
$2 $ AF O ) /3
3/ Une solution de l'équation différentielle peut
$ : $ & a A L uC = A exp ( at ) 4
s'écrire uC = A exp ( at ) où A et a sont deux
.$ 8
constantes positives non nulles.
a) En utilisant l'équation différentielle, .a A K # A F % (2
déterminer A et a . . $" & ') (4
b) Donner l'expression littérale de la constante QF $2 . $K (T
de temps . . "
c) Montrer par analyse dimensionnelle que a
la même unité qu'une durée. ( % # = 0, 07s # R = 33 $2 ' (
d) Sachant que R = 33 , et = 0, 07 s , en . F& C %
déduire la valeur de la capacité C du : - % (, % /4
condensateur. U0 t
. i= exp $2 $K (2
4/ En utilisant les résultats précédents : R RC
U0 t . t = 0 i * I 0 - K (4
a) montrer que i = exp .
R RC . t = 0,5s :2 $ i 4% 2 (T
b) Déterminer la valeur I 0 de i à t = 0 . . 5 QF uC 4% 2 (
c) Calculer la valeur de i pour t = 0,5s . .B :) 8 2 F& (D
d) Déterminer la valeur de uC à la même date. 2 C ' % O +2 F& F& D9 % /5
e) Le condensateur est-il déchargé ? Justifier la . U0 F& D9 . C $
réponse. - % $ 2 F& 9 "+
5/ On remplace ce condensateur par un autre
condensateur de capacité C ' supérieure à C . Ce
condensateur est chargé sous la même tension U0 .
L'énergie emmagasinée dans ce condensateur est-elle
supérieure à la précédente ?
C
A B
uC

R
uR

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 110

Exercice 2.25 25.2


On étudie le champ électrostatique et le potentiel
créés par deux conducteurs sphériques concentriques
$' $ : $ $ %- Q
chargés, en équilibre électrostatique. $ $"$ $
Le conducteur central ( C ) est une boule de centre .$ % $"
O et de rayon R ; il porte une charge négative Q . O " ( C ) ."
. Q % RR
Le conducteur externe ( C ') est une boule creuse,
O " # : : +
de centre O et porte une charge positive égale à 2Q ;
G % R 2Q * % :
le rayon de sa surface interne est égal à 2R , celui de
sa surface externe est égal à 3R .
: + D # 2R . % +
Il n’y a pas d’autres charges, ni à l’intérieur de . 3R . %
l’espace vide entre les deux conducteurs, ni à $ E F "K + > #O +2 : >
l’extérieur des deux conducteurs. Chacun des deux . " $ $ .$ T + > #$
conducteurs est isolé. Le potentiel est nul à l’infini.
. > / $
On note E ( M ) le champ électrostatique et
V (M ) * $ % - E (M ) * "
V ( M ) le potentiel en un point M quelconque de K #N AF M - $
l’espace, repéré par ses coordonnées sphériques
. OM = ru L # M ( r , , ) & X
M ( r, , ) , où OM = ru .
: & $ /": $ 9 /1
1/ Pourquoi peut-on affirmer que la densité
volumique de charge est nulle dans les conducteurs ?
: $2 $ +
Où trouve-t-on les charges? E (M ) = E (r )u $ 9 /2
2/ Pourquoi peut-on écrire E ( M ) = E ( r ) u et V (M ) = V (r )
V (M ) = V (r ) ? ( C ') : + 2Q $2 $ /3
3/ Démontrer que la charge 2Q du conducteur .$ % 1' /5 '"
externe ( C ') se répartit également sur ses deux D9 .4% $ /% E ( r ) 4% 2 /4
surfaces. .P %
E ( r ) et
4/ Calculer tracer
correspondant. Cette fonction est-elle continue?
le graphe
1 d r E (r)
divE ( M ) = 2
2 2
(
4% 2
) /5
Commenter. r dr
1 d r E (r)
5/ Calculer divE ( M ) = 2
2 2

dans
D9
( ) S $ Y $ .N AF 3
(,
+

r dr
les différentes régions de l’espace. Pouvait-on prévoir
.4% $ /% V (r ) $ $K' /6
ces résultats? F& % $ $ $ ( %) /7
6/ Déterminer le potentiel V ( r ) et tracer le + 0 % (C ) $
graphe correspondant.
7/ En déduire le potentiel de chacun des deux . ( C ')
conducteurs et la capacité du condensateur sphérique + ) - + C G $ I /% 2 /8
formé du conducteur ( C ) et de la surface interne du . : $ .( F& T +
conducteur ( C ') . . F& "+ ') /9
8/ Faire une figure donnant l’allure de quelques
lignes de champ ( à l’intérieur du condensateur et à
l’extérieur). Les orienter.
9/ Donner l’énergie emmagasinée dans ce
condensateur.

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 111

( C ')
2Q

2R
R

(C ) 3R
+Q

Exercice 2.26 26.2


Un condensateur plan est constitué de deux plaques
$ $ F $ % F& $
métalliques rectangulaires A et B (figure-a- ci-
dessous) de longueur L et de largeur x , séparées par
( a[G F%2 ) B A $ %
une couche d’air d’épaisseur 2d . $ - F #x C ' L
1/ Calculer la capacité du condensateur. . 2d % N
2/ Calculer la charge du condensateur lorsqu’il est . F& % 4% 2 /1
mis sous une tension U . $ F& 4% 2 /2
3/ On introduit entre les deux armatures du
condensateur une plaque métallique (figure-b- ci-
.U $ 3
dessous) d’épaisseur d / 2 et initialement neutre. ) F F& % $ + /3
Calculer les charges réparties sur les faces et les . d / 2 B % 9 ([b[G F%2
représenter sur les faces. 1' 'K" QE , QD , QB , QA 4% 2
On donne :
L = 12cm; x = 10cm; 2d = 4cm; .G: = 1 ' \& G: =
:
U = 400V ; 0 = 8.85.10 12
L = 12cm; x = 10cm; 2d = 4cm;
U = 400V ; 0 = 8.85.10 12

A A
D 2a
U E U
B B

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 112

Corrigés des exercices 2.1 à 2.26 : 26.2 1.2

Exercice 2.1 :
1/ A l’état d’équilibre, les charges se répartissent sur la surface du conducteur c'est-à-dire
sur la surface de la sphère. A l’intérieur du conducteur la charge totale est nulle.
2/ Déduction de l’expression de la densité surfacique de la charge :
Q
= Q
S =
4 R 2
C / m2( )
S = 4 R2
3/ Dans un conducteur en équilibre, le champ électrostatique est nul.
4/ D’après le théorème de Coulomb on a :
1 Q
E= E= (V / m )
0 4 0 R2
5/ Pour appliquer le théorème de Gauss, considérons une surface sphérique fermée de
rayon . Le flux du champ électrostatique à travers cette surface est :
= ES = E.4 r 2 . Donc, l’intensité du champ électrostatique produit à la
distance r ( r R ) du centre du conducteur est :
Q 1 Q
E4 r2 = E= (V / m )
0 4 0 r2

Exercice 2.2 :
1/ On applique le théorème de Gauss : La charge intérieure est égale à la somme des
charges à l’intérieur de la surface de Gauss qui est une sphère de rayon RG un peu plus
grand que le rayon de la sphère conductrice :
Qint = 80 20 Qint = 60.10 6 C
Qint Qint
E= =
0 SG 4 RG2 . 0

E = 84,3.106Vm 1

2/ La surface de Gauss, dans ce cas, entoure uniquement la cavité. La charge intérieure est
celle que porte la cavité, soit 20 µ C . D’où le champ près de la surface de la cavité :
Q 'int Q 'int
E'= '
=
0 SG 4 rG2 . 0

E ' = 2,81.106 Vm 1

3/ La charge sur la surface interne de la cavité est égale à la charge ponctuelle mais de
signe opposé, et ce en raison de l’influence totale que produit la charge ponctuelle :
q + Qi = 0 Qi = 20 µ C
4/ La charge à la surface externe plus (+) la charge sur la surface interne de la cavité est
égale( = ) à la charge que porte la sphère. La charge que porte la surface externe de la
sphère est donc :
Qe + Qi = 80 µ C , Qe + 20 = 80 Qe = 60 µ C

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 113

Exercice 2.3 :
1/ On applique le théorème de Gauss. On choisit comme surface de Gauss un cylindre de
rayon un peu plus grand que le rayon du cylindre conducteur, telle que toute la charge
que porte le cylindre soit à l’intérieur de la surface Gauss.
Q Qint
E = int =
0 SG 4 RG2 . 0 .

E = 5, 4.106Vm 1

2/ La densité linéaire est égale à la somme des deux densités, celle du cylindre et celle de
la tige :
= 9+5 , = 14 µ Cm 1

3/ On applique le théorème de Gauss. On choisit comme surface de Gauss un cylindre de


rayon un peu plus grand que le rayon du cylindre conducteur, telle que toute la charge
que porte le cylindre et la tige ensemble, soit à l’intérieur de la surface Gauss :
Q l
E = int = E= , E = 8, 4.106Vm 1
0S 2 rl 0 2 r 0
4/ On applique le théorème de Gauss. On choisit comme surface de Gauss un cylindre de
rayon R = 2cm , telle que toute la charge que porte la tige soit à l’intérieur de la
surface Gauss :
Q Tl
E = int = E= , E = 4,5.106Vm 1
0S 2 Rl 0 2 R 0

Exercice 2.4 :
1/ On sait que pour charger un conducteur, il faut fournir un travail. Pour ajouter une
charge élémentaire dq (en supposant qu’on la ramène de l’infini où V = 0 ) à un
conducteur, il faut fournir un travail élémentaire : dWe = dq (V V ) . L’énergie
potentielle élémentaire est donc dE p = dWe dE p = dq.V . Pour obtenir l’énergie
totale il faut intégrer :
q q
q 1 q2
E p = Vdq = dq E p =
0 0
C 2C
1
q = CV E p = CV 2 (1)
2
Le potentiel à la surface de la sphère est :
1 q
V=
4 0 R V= R ( 2)
0
q = .4 R 2

En remplaçant le potentiel par sa valeur ( 2 ) dans l’équation (1) , on obtient :


C=4 0 R 2
1
2
Ep = 4 0R R 2 , E p = 4 R3 pe
V2 = 2
R2 2 2
0
0

2/ Au cours de l’opération de décharge, l’énergie qui était sur la surface de la sphère se


transforme en énergie calorifique par effet joule dans le fil joignant la sphère à la terre.

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 114

3/ L’énergie fournie par la source de tension à la sphère est E p = qV = CV 2 , c’est le


double de l’énergie emmagasinée dans la sphère conductrice à la fin. L’autre moitié s’est
transformée en énergie calorifique au cours du transfert des charges à travers le fil métallique.

Exercice 2.5 :
1/ Les deux sphères sont au même potentiel, V1 = V2 :
1 Q1 1 Q2 Q1 Q2
= = (1)
4 0 R1 4 0 R2 R1 R2
D’après le principe de la conservation de la charge, on a : Q = Q1 + Q2 ( 2)
Des équations (1) et ( 2 ) on peut en déduire la charge de chaque sphère :
Q 3
Q2 = Q2 = 10 9 C
R1 R1 13
Q1 R2 = Q2 R1 Q1 = Q2 +1
R2 R2
Q = Q1 + Q2 Q1 = Q Q2 R1 10 9
Q1 = Q2 Q1 = 10 C
R2 13

2/ L’énergie de la sphère avant la connexion (La capacité C d’un conducteur sphérique


étant C = 4 0 R1 ) :
Q2 Q2
W= W= W = 4,5.10 9 J
2C 8 0 R1
3/ L’énergie du système après la connexion des deux sphères entre elles :
W = W1 + W2
1 Q12 Q22
Q12 Q22 W= + W = 4, 46.10 9 C
W= + 8 0 R1 R2
8 0 R1 8 0 R2
On remarque une perte d’énergie, bien qu’elle soit négligeable. Puisque l’effet du fil
n’est pas pris en considération, on peut expliquer la perte d’énergie comme étant une
transformation en radiation électromagnétique à l’instant de la connexion des deux sphères.
4/ De l’équation (1) , on déduit :
Q1 Q2 4 R12 4 R22 R2
= 1
= 2 1
=
R1 R2 R1 R2 2 R1
5/ En appliquant le théorème de Gauss, on peut calculer le champ électrique à la surface
de la sphère :
Q S
ES = int = E=
0 0 0

E1, surface = 1

0
E1, surface R2
E2, surface = 2
= 1
=
0 E2, surface 2 R1
R2
1
=
2 R1

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 115

Exercice 2.6 :
1/ La sphère S1 acquiert la charge +Q1 lorsqu’elle est portée au potentiel V1 . La cavité
S2 est influencée totalement par la charge de la sphère S1 , ce qui entraîne l’apparition
de la charge Q1 à sa surface interne, et la charge +Q1 sur sa surface externe, telle que
sa charge totale reste nulle du fait qu’elle est isolée et en équilibre (figure-a). C’est
pour cette raison que le champ à l’intérieur de la cavité R1 r R2 est égal, d’après le
théorème de Gauss, à :
Q
E ( r ) .S = 1 Q1
0 E (r ) =
4 0r 2
S = 4 r2
2/ Calculons la circulation du champ de R1 à , sachant que V = 0 :
Q1 dr Q1 1
V1 V = Edr V1 = V1 =
R1
4 0 R1
r2 4 0 R1
Donc, la valeur de la charge que porte la sphère S1 est :
Q1 = 4 0 R1V1 , Q1 = 1,1µ C
+ +
+

'''' 1111
+

-
Q
-
Q
1111

+
Q

+ + + + + + +
1111

+ + R1

'''' 1111
+
Q
+ R1
+
Q

+ +
1111

+ + +
+ + + V1
+ + V1
+ + +
+ + + + +
R2 + R2
+ +
+ + (b )
(a)
2/ La mise à la terre de la sphère creuse se traduit par la décharge de sa surface externe,
pendant que sa surface interne porte la charge Q1' , le potentiel de cette cavité est nul. Figure-
b.
En suivant le même raisonnement que précédemment, on obtient :

R2 R2
Q1' dr Q1' 1 1
V1 V2 = Edr V1 = V1 =
R1
4 0 R1
r2 4 0 R1 R2

On en déduit la charge de la surface interne de la cavité creuse, qui est égale mais de signe
contraire à celle de la sphère S1 , en raison de l’influence totale :
R1 R2
Q1' = 4 V
0 1 R2
R2 R1 Q1' = Q1
R2 R1
Q1 = 4 0 R1V1
R2 = 2 R1 Q1' = 2Q1 , Q1' = 2, 2µ C

Conclusion : La charge de la sphère S1 varie aussitôt que la cavité S2 est reliée à la terre.

A.FIZAZI Université de BECHAR LMD1/SM_ST


Conducteurs en équilibre 116

Exercice 2.7 :
La répartition de la charge consiste en une charge + q que l’on
peut considérer comme ponctuelle, son niveau de potentiel étant
nul (V = 0 ) .
Avant de placer la charge + q au voisinage du plateau, le xe + xe
plateau n’était pas chargé. Lorsqu’on approche la charge + q de ce +q
q
plateau, et par effet de l’électrisation par influence, le plateau se
charge négativement, tel que son potentiel reste nul. Il résulte de
ceci l’attraction de la charge par le plateau.
La charge + q et le plateau créent dans l’espace une répartition V =0
de potentiel caractérisée par son niveau de potentiel nul (Surface
équipotentielle) en x = 0 .
Si on remplace le plateau par une charge q ponctuelle située à la distance xe , on aurait
la même répartition de potentiel (le plan médiateur à un potentiel nul V = 0 ). On appelle cette
charge ( q ) l’image électrique de la charge + q par rapport au plan. L’attraction entre la
charge + q et le plateau de potentiel nul (V = 0 ) est la même attraction produite entre la
charge + q et la charge q .
La force appliquée sur la sphère, d’après la loi de Coulomb, est donc :
1 q2
F=
4 0 4 xe2

Exercice 2.8 :
1/ Quelque soit le point M appartenant au plan conducteur, la différence de potentiel
créée par les deux charges est nulle :
q 1 1
M , V (M ) =
4 0 r1 r2 V (M ) = 0
r1 = r2 = r
Le champ a une seule composante Ex située sur l’axe des X , et par conséquent, le champ
résultant des deux charges au point M est perpendiculaire au plan conducteur vertical comme
il est démontré dans le raisonnement suivant :
On note par E+ et E les deux champs résultant respectivement des deux charges + q
et q . D’après la figure ci-dessous on a :
E ( M ) = E+ + E
Y
E+ E+ = E+ x + E+ y
E+ x = E E+ y
x
E =E x +E
E M y

q 1
E+ = E =
E 4 0 r2
E y

E+ x = E
E ( M ) = 2 E+ x
x

E+ y = E y
O a X
q +q
q 1
E ( M ) = E x = 2 E+ cos .u x E (M ) = cos
2 0 r2
2/ Pour calculer la densité de charge, on utilise le théorème de Gauss :

116 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 117

Qint
= ES =
0 =E 0

Qint = S
q 1
E= cos
2 r2 1 qa
0
=
a 2 r3
cos =
r
3/ Pour vérifier la charge du plan, on calcule le flux que produit la charge ponctuelle + q à
travers la surface du plan conducteur :
On sait que le flux élémentaire est d = EdS :
q cos
d = 2 E+ cos .dS d = dS
2 0 r2
cos q
On reconnaît l’angle solide élémentaire d : d = 2 dS d = d
r 2 0
De la charge + q on voit le demi espace correspondant à l’angle solide = 2 , d’où :
q
=
0
Qint
D’après le théorème de Gauss = .
0
Qint q
A la fin, on vérifie que la charge que porte le plan est : = = Qint = q . Ce
0 0
résultat prouve qu’il existe une influence totale entre la charge + q et le plan conducteur à
condition qu’il soit infini : q = q .

Exercice 2.9 :
Pour calculer le flux, on utilise la formule vue en cours dans l’étude de la forme
différentielle du théorème de Gauss :
Ex Ey E dq
d E= + + z dv =
x y z 0
Q
Pour calculer la charge interne, on fait appel au théorème de Gauss : = int
0
Quant au calcul de la densité de la charge , on utilise le théorème de Gauss sous sa
forme différentielle :
Ex Ey E
+ + z =
x y z 0
Premier cas : E = Cxu x
Le champ électrique a une seule composante Ex . Le flux est donc :

Ex Ey E dq
d E
= + + z dv =
x y z 0
0

117 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 118

dE x
=C
dx
dv = dxdydz E
= Cv , E
= Ca3
d E = Cdv

La charge interne est :


q
= 3
0 q= 0Ca
q= 0
La densité de charge est :
Ex Ey E dE x
+ + z = = 0 = 0C
x y z 0 dx
0

(
Deuxième cas : E = C yu x + xu y )
Le champ a deux composantes Ex et E y . Le flux est donc :

Ex Ey E
d E
= + + z dv = 0 E
=0
x y z
0 0

La charge interne est : q = 0 =0 q=0


La densité de charge est :
Ex Ey E
+ + z = =0
x y z 0
0

Exercice 2.10 :
Le conducteur S1 porte sa charge propre q11 = C11V1 , en plus de la charge q12 = C12V2 qui
résulte de l’influence du conducteur S2 . Il en est de même pour le conducteur S2 :
q1 = C11V1 + C12V2 (1)
q2 = C21V12 + C22V ( 2)
Puisque la distance qui les sépare est très grande par rapport à leurs rayons, le potentiel de
chaque sphère est équivalent au potentiel d’une charge ponctuelle, il est égal donc à la somme
de leurs potentiels inductifs, soit :
1 q1 1 q2
V1 + ( 3)
4 0 R1 4 0 d
1 q2 1 q1
V2 + ( 4)
4 0 R2 4 0 d
On met le conducteur S1 au potentiel (V1 0 ) , et, on relie le conducteur S2 à la terre
(V2 = 0 ) , on obtient par ordre :
q1' = C11V1 ( 5)
q2' = C21V1 ( 6)

118 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 119

1 q1' 1 q2'
0= + (7)
4 0 d 4 0 R2
On en déduit de l’équation ( 7 ) que :
d '
q1' = q2 (8)
R2
R2 '
q1 q2' = (9)
d
En remplaçant le résultat ( 8 ) dans ( 3) , avec ( d R1 , R2 ) , on trouve :
1 d ' 1 1 R1 R2 d 2
V1 q2 + q2' V1
4 0 R1 R2 4 0d 4 0 dR1 R2
1 d
V1 (10 )
4 0 R1R2
Par identification des deux équations ( 9 ) et ( 6 ) , on trouve le coefficient d’influence :
1 R1 R2
C21 =
4 0 d
En remplaçant le résultat ( 9 ) dans ( 3) , avec ( d R1 , R2 ) , on trouve :
1 1 R2 ' 1 R1 R2 d 2 '
V1 q1' + q1 V1 q1
4 0 R1 4 0 d d 4 0 d 2 R1
1 1 '
V1 q1 (11)
4 0 R1
Par identification des deux équations (11) et ( 5 ) , on trouve la capacité d’influence :
C11 = 4 0 R1
On porte, à présent le conducteur S2 au potentiel (V2 0 ) , et on relie le conducteur S1 à
la terre (V1 = 0 ) . En suivant le mêmes raisonnement que précédemment, on arrive à :
1 R1 R2
C22 = 4 0 R2 , C12 = = C21
4 0 d
Discussion :
a/ Si les deux conducteurs étaient infiniment éloignés l’un de l’autre, on aurait :
C12 = C21 = 0 , ce qui prouve qu’il n’y a pas d’influence mutuelle, autrement dit, chaque
conducteur est isolé, donc : C1 = C11 et C2 = C22 .
b/ Si les conducteurs étaient semblables et distants de d = R1 = R2 , on aurait :
C11 = C22 = C12 = C21 = 4 0 d

La solution serait plus rapide, si on utilise les matrices :


On écrit les équations (1) et ( 2 ) sous la forme :
q1 C11 C12 V1
=
q2 C21 C22 V2
On peut aussi écrire les équations ( 3) et ( 4 ) sous la forme :

119 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 120

V1 1 R1 1 d -1 q1
=
V2 d -1 R2 1 q2
4 0

On remarque que la première matrice, qui représente la matrice des coefficients et des
capacités d’influence, est équivalente à l’inverse de la matrice centrale dans la deuxième
matrice, et en tenant compte des caractéristiques des matrices, on a :
1
C11 C12 R1 1 d -1 !C =4 R
=4 0 ! 11 0 1
C21 C22 d -1 R2 1 !
" C22 = 4 0 R2
C11 C12 R2 1 -d -1 !
=4 0 R1 R2 ! R1 R2
C21 C22 -d -1 R1 1 ! C12 = C21 = 4 0
d
#

Exercice 2.11 :
1/ Après la liaison des deux condensateurs, la charge Q , que portait le premier
condensateur, se répartit sur les deux condensateurs, tel que chaque condensateur porte la
Q
charge .
2
Q Q
La tension entre les deux bords du système est : = CU ' U'= U ' = 10V
2 2C
2/ Inventaire des énergies :
1
Avant la liaison : W = CU 2 W = 20 µ J
2
1 1
Après la liaison : W ' = CU '2 + CU '2 W ' = 10µ J
2 2

+Q +Q / 2 +Q / 2
U C C U' C C
Q Q/2 Q/2

Commentaire : La différence entre les deux résultats est la perte de 10 µ J !! Cette perte
d’énergie n’a pas disparue !!!
Interprétation : Lors de la liaison des deux condensateurs, le courant de décharge produit
un champ magnétique : les 10 µ J se sont transformés en radiation électromagnétique (C’est
comme l’effet qui se produit au niveau des antennes d’émission des ondes radio).
Pour se convaincre, on place un poste radio à proximité du circuit : on entend un
crépitement caractéristique qui résulte de la réception d’ondes électromagnétiques émises au
moment de la fermeture du circuit. Pour la même raison, on peut entendre à la radio ces
crépitements lors de l’éclatement d’un tonnerre.

Exercice 2.12 :
1/ L’énergie emmagasinée :

120 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 121

1
WE = CU 2 , WE = 9,5.10 4 J
2
2/ a) La relation entre les charges : La conservation de l’énergie nous impose :
QA = QA' + QE' (1)
b) Il y a une autre relation entre les charges :
QA' C2
U = QA' .C1 = QE' .C2 = ( 2)
QE' C1
c) Des équations (1) et ( 2 ) , on obtient les valeurs de QA' et QE' :
QA' = 4, 7.10 5 C , QE' = 3, 2.10 5 C
3/ L’énergie emmagasinée dans les deux condensateurs :

On remarque que l’énergie n’est pas conservée. La différence est perdue sous forme
d’énergie calorifique par effet joule dans le fil de jonction au moment de la liaison des deux
condensateurs :
%WE = WE WE' , %WE = 3,8.10 4 J

Exercice 2.13 :
1/ En règle générale, on dit que deux conducteurs sont en influence totale si toutes les
lignes de champ partant de la surface de l’un d’eux arrivent à la surface de l’autre. C’est ce
qui arrive lorsque l’un des conducteurs entoure complètement l’autre. Dans notre cas, on ne
peut rien dire quant aux lignes de champ qui quittent les surfaces externes des armatures.
Cependant, si on reste assez éloigné des bords de chaque armature, toutes les lignes de
champs issues de la surface interne de l’une des armatures, arrivent à l’autre armature. En ce
sens, on peut dire qu’il y a influence totale.
Dans un conducteur en équilibre, la densité de charge est nulle, et par conséquent la
charge est répartie sur la surface.
A cause de l’influence totale, la charge que porte la surface interne est égale et de signe
opposé à la charge que porte la surface interne de l’armature d’en face. A cause de la symétrie
du problème, les densités de charge sont uniformes, et le plan y = d porte une densité
constante égale à .
2/ Le théorème de Coulomb énonce que le champ électrique au voisinage du conducteur
est perpendiculaire à sa surface et égal à E = , où est la densité de charge surfacique du
0

conducteur. On a pour chaque armature E = uy .


0
3/ Le champ électrique est unidimensionnel, c'est-à-dire qu’il a une seule composante
suivant l’axe des y et son intensité constante, donc il est uniforme. On sait que E = gradV .
Donc :
V (d ) d
dV
E=
dy
uy &
V ( 0)
dV = & Edy
0

V ( d ) V ( 0 ) = Ed

V ( 0 ) V ( d ) = Ed V ( 0) V ( d ) = d
0

121 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 122

Il reste à déterminer la valeur de la capacité du condensateur :


Q
Q = C V (0) V ( d ) C= S
V ( 0) V ( d ) C= 0
d
Q= S
Exercice 2.14 :
On peut simplifier le montage comme indiqué sur la figure suivante :
U
U U
C2
C1 C1 C12 Céq
Q1 Q12 Qéq
C3

Les condensateurs C2 et C3 sont montés en parallèle, soit C12 leur capacité équivalente :
C12 = C1 + C2 C12 = 15µ F
Les condensateurs C12 et C1 sont montés en série, soit Céq leur capacité équivalente :
1 1 1 C + C1
= + Céq = 12 Céq = 10µ F
Céq C12 C1 C12C1
La charge totale du système est :
Qéq = CéqU Qéq = 30 µ C
La charge du condensateur C1 est :
Q1 = Q12 = Qéq Q1 = 30 µ C
Q12
La tension entre les armatures du condensateur équivalent C12 est : U12 = U12 = 2V
C12
La charge du condensateur de capacité C2 est : Q2 = C2U12 Q2 = 20 µ C
La charge du condensateur de capacité C3 est: Q3 = C3U12 Q3 = 10 µ C

Exercice 2.15 :
1/ On applique le théorème de Gauss à une surface sphérique fermée de rayon compris
entre Re et Ri . A l’intérieur de cette surface, le champ est nul en raison de l’équilibre du
conducteur. La charge que porte la paroi intérieure de la couronne est donc :
E=0
Qint
= ES = =0 Qi = Q
0
Qint = Q + Qi
2/Là aussi, on applique le théorème de Gauss. La surface de Gauss est une sphère de
rayon Ri r R :
Qint
= E 'S = Q 1
0 E' =
4 0 r2
Qint = Q

122 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 123

3/ Dans ce cas, on sait que la permittivité absolue ( ) de l’isolant est égale au produit de
la permittivité du vide ( 0 ) par la permittivité relative ( r ) de l’isolant = 0 . r . Sachant
que 0 , et puisque le champ est inversement proportionnel à la permittivité, le résultat
est la diminution de l’intensité du champ.
Q 1
E" =
4 0 r r2 E" E '
0 r 0
4/ Le potentiel entre les armature est :
Q 1
V ' = E ' dr V '=
+K
4 0r
En supposant, comme est toujours le cas, V ' = 0 quand r ' , on a K = 0 . Donc :
Q 1
V'=
4 0r
5/ La capacité du condensateur : on calcule d’abord la différence de potentiel entre les
armatures, puis on en déduit la capacité :
Q 1 1
U = V Vi U =
4 0 R Ri
Q RRi
C= C=4 0
U Ri R
d
6/ Dans ce cas on a RRi = Ri ( Ri + d ) = Ri2 1 + Ri2 et Ri R d . On peut donc
Ri
écrire :
S = 4 Ri2 S
C= 0
d = Ri R d
Telle est la capacité du condensateur plan.

Exercice 2.16 :
On s’aide de la figure suivante :

C1

C6 C2
C0
C6 C6'
C3
C
C7' C7 C0'
C4
C7
C5

1/ Calcul de la capacité du condensateur équivalent du montage :


C6' = C1 + C2 + C3 C6' = 6µ F
C7' = C4 + C5 C7' = 9 µ F

123 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 124

1 1 1
= + ' C0 = 4 µ F
C0 C6 C6
1 1 1
= + ' C0' = 6 µ F
C0 C7 C7
'

Finalement la capacité du condensateur est égale à :


C = C0' + C0 C = 10 µ F
2/ Calcul de la charge et de la différence de potentiel de chaque condensateur :
Q6 = Q6' 6U 6' = 12U 6 U 6' = 2U 6
U 6 = 40V , U 6' = 80V
U 6' + U 6 = 120
Q7 = Q7' 9U 7' = 18U 7 U 7' = 2U 7
U 7 = 40V , U 7' = 80V
U 7 + U 7 = 120
'

On en déduit de cela :
U1 = U 2 = U 3 = 80V , U 4 = U 5 = 40V
A présent, il est facile de calculer la charge de chaque condensateur en appliquant la
relation fondamentale des condensateur Q = CU :
Q6 = C6U 6 Q6 = 480µ C
Q1 = C1U1 Q1 = 80 µC
Q4 = C4U 4 Q4 = 320µ C
Q2 = C2U 2 Q2 = 160 µC = Q6 = Q6' ; = Q7 = Q7'
Q5 = C5U 5 Q5 = 400µ C
Q3 = C3U 3 Q3 = 240µ C
Q7 = C7U 7 Q7 = 720µ C
L’énergie de tout le groupement est donc :
1
W = CU 2 W=0,72J
2

Exercice 2.17 :
Remarque : On note par l’indice 0 tout ce qui est en rapport avec la position 0° , et par
l’indice 1 tout ce qui se rapporte à la position 180° .
1/ Quand le condensateur est reliée à la batterie, sa charge est :
Q1 = C1U , Q1 = 950.10 12.400 , Q1 = 380nC
2/ La différence de potentiel quand le cadran indique 0° est :
1 Q12
W0 = , W0 = 1, 444.10 3 J
2 C0
3/ L’énergie du condensateur quand le condensateur indique 0° est donc :
Q 38.10 8
U0 = 1 , U0 = , U 0 = 7, 6.103V
C0 50.10 12
4/ Le travail nécessaire pour faire tourner le bouton est égal à la diminution de l’énergie
entre les positions 0° et 180° . L’énergie du condensateur quand le cadran indique 180° est:
1 Q12
W1 = , W1 = 0, 076.10 3 J
2 C1

Donc le travail fourni est : w = W1 W0 , w = 1,368.10 3 J


Le signe moins (-) signifie que cette énergie a été dépensée.

124 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 125

Exercice 2.18 :
1/ L’interrupteur K ouvert : regardons la figure(a) correspondante :
D’après la règle des tensions : U AB = U AF + U FB

D’où :
U AB = ( R1 + R2 ) I
U AB = 3R2 I = 3U FB
R1 = 2 R2
Le potentiel en B est donc:
VA VB = 3 (VF VB )
VF = 8V
VB = 0 , VA = 24V
2/ De la même façon on trouve la valeur du potentiel VG : U AB = U AG + U GB
Les deux condensateurs portent la même charge Q puisqu’ils sont montés en série :
U AB = QC1 + QC2
U AB = 3QC1 = 3U AG
C2 = 2C1
Le potentiel en G est donc :
VA VB = 3 (VA VG ) 2V
VG = A VG = 16V
VB = 0 , VA = 24V 3

C1 G C2 C1 G C2

F F
R1 R2 R1 R2
A B A B

3/ L’interrupteur K fermé : Regardons la figure(b) correspondante.


Le potentiel du point F est le même qu’à la question (1) , soit VF = 8V . Donc :
VF = VG = 8V
4/ Avant la fermeture de l’interrupteur, chaque condensateur portait la charge :
Q = Q1 = Q2
C1U1 = C2U 2 Q = 7, 69.10 6 C
U1 = VA VG = 16V
Au moment de la fermeture, et temporairement, chaque condensateur portait sa propre
charge :
Q1 = C1U1 Q1 = 7, 69.10 6 C
Q1 ) Q2
Q2 = C2U 2 Q2 = 1,92.10 6 C
Cependant, cette situation ne dure pas. Lorsque l’état d’équilibre est atteint très
rapidement, les charges des deux condensateurs deviennent égales. Pour que les deux charges
des deux armatures communes au point G s’égalisent, il faut que des charges négatives, les
seules qui peuvent se déplacer, quittent l’armature C1 . Ce déplacement ne s’arrête que lorsque
les deux charges des deux armatures s’égalisent.
Si Q1' est la valeur qui a transité par l’interrupteur, sa valeur est donc :

125 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 126

Q2 = Q1 + Q1' Q1' = Q2 Q1 , Q1' = 5, 76.10 6 C

Exercice 2.19 :
1/ Pour calculer la quantité d’énergie emmagasinée dans le condensateur, calculons
d’abord la capacité du condensateur :
S
C1 = 0 , C1 = 35,8.10 12 F
d
1 Q2
WE = , WE = 1, 25.103 J
2 C1
2/ Si on introduit une plaque de mica, la capacité augmente, ce qui entraîne une
diminution de l’énergie. La permittivité absolue du mica est = 0* . D’où :
S
C2 = * 0 , C2 = 250,6.10 12
F
d
1 Q2
WE 2 = , WE 2 = 1,8.102 J
2 C2
3/ Dans le cas de la diminution de la distance entre les armatures, la capacité augmente et
l’énergie emmagasinée diminue :
S
C3 = * 0 , C2 = 501, 2.10 12 F
d /2
1 Q2
WE 3 = , WE 3 = 89,8 J
2 C3

Exercice 2.20 :
I. L’interrupteur K1 fermé : Voir figure correspondante ci-dessous :
1/ les deux condensateurs étant montés en série, ils portent la même charge. La tension
entre les armatures du condensateur équivalent est égale à la force électromotrice E du
générateur :
CC
C= 1 2 CC
C1 + C2 q = E 1 2 , q = 4µC
C1 + C2
q = CV = CE

C1 C2

2/ La différence de potentiel entre les armatures de chaque condensateur :


q
U1 = U1 = 4V
C1
q
U2 = U 2 = 2V
C2

126 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 127

II. On laisse l’interrupteur K1 fermé, et on ferme les interrupteurs K 2 et K 3 . Voir


figure suivante :

C1 C2

R1

1/ Après le laps de temps nécessaire pour la charge du condensateur, le courant


électrique s’annule, mais le générateur impose une tension permanente entre ses bords. En
suivant les deux trajets différents pour calculer la tension entre les pôles du générateur, on
arrive à :
E = U1 + U 2
U1 = 0 q1 = 0
E = U2
Donc, le condensateur C1 se décharge dans la résistance R1 , tandis que le
condensateur C2 se charge sous la tension E du générateur, telle que :
q2 = C 2 E q2 = 12nC
2/ La différence de potentiel entre les bords de chaque condensateur est :
U1 = 0 , U 2 = E = 6V
III. On ouvre les interrupteurs K1 et K 3 , et on ferme les interrupteur K 2 et K 4 . Voir
figure suivante :

C1 C2

R1 R2

Les deux condensateurs se déchargent complètement dans les résistances :


q1 = q2 = 0
IV. On laisse K 2 et K 4 fermés, puis on ferme aussi les interrupteurs K1 et K 3 .
1/ La tension entre les bords de chaque condensateur est :

C1 C2

R1 R2

127 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 128

E
E = ( R1 + R2 ) I I= , I = 0, 03 A
R1 + R2
R1 = R2 U1 = U 2 = R1 I U1 = U 2 = 3V
2/ La charge de chaque condensateur est :
q1 = C1U1 q1 = 3µ C
q2 = C2U 2 q2 = 6 µ C

Exercice 2.21 :
Si l’électromètre indique zéro, cela veut dire que les points F et G sont au même
potentiel. Nous voyons sur la figure ci-contre que :
F
q1 q3
U AF = U AG = (1) C1 C2
C1 C3 q1 + q2
q2 q4 + q1
U FB = U GB = ( 2) A U = 0
q2
B
C2 C 4 FG

D’après le principe de la conservation de la charge, on a : + q3 q4


q1 + q2 = 0 q1 = q2 C 3 q3
+ q C4 4

q3 + q4 = 0 q3 = q4 G
Dans l’équation ( 2 ) , on remplace q2 et q4 respectivement U
par q1 et q3 , on écrit donc :
q1 q3
= ( 3)
C2 C4
On divise les équations ( 3) et (1) membre à membre, on obtient :
( 3) C1 C3
=
(1) C 2 C4

Exercice 2.22 :
1/ On remarque que E est un point commun aux condensateurs C3 , C4 et C5 ; en même
temps le point D est commun aux condensateurs C1 , C2 et C5 . Le condensateur C5 est seul
entre les points E et D . Le montage qui montre la symétrie est représenté sur la figure
suivante :

C1 D C2
+ q1 q1 + q2 q2

A B
C5 Céq

+ q3 q3 + q4 q5 A B
C3 E C4

U
2/ On pose : C1 = C2 = C3 = C4 = C

128 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 129

D’après le principe de la conservation de la charge, et à l’aide de la figure précédente, on


a:
q = q1 + q3 = q2 + q4 (1)
CéqU = CU1 + CU 3 = CU 2 + CU 4
CéqU = C (U1 + U 3 ) = C (U 2 + U 4 ) ( 2 )
D’après la règle des tensions, on peut écrire :
U = U1 + U 2
2U = U1 + U 2 + U 3 + U 4 ( 3)
U = U3 + U 4
De l’équation (1) , on en déduit que :
CéqU = CU1 + CU 3 = CU 2 + CU 4 U1 + U 3 = U 2 + U 4
Reportons ce dernier résultat dans l’équation ( 3) , qui devient :
2U = U1 + U 3 + U 2 + U 4
U 2 +U 4

U = U2 +U4 ( 4)
Des équations ( 2 ) et ( 4 ) on peut calculer la capacité du condensateur équivalent Céq :
(1) CéqU = C (U 2 + U 4 )
Céq = C = 1µ F
( 4) U = U2 + U4
La charge de chaque condensateur : on montre que les charges q3 , q2 , q1 et q4 sont égales :
U1 = U 3 q1 = q3
"
U2 = U4 #q2 = q4
q1 + q2 = 0 q1 = q2 q1 = q2 = q3 = q4
q3 + q4 = 0 q3 = q4

Evaluons la charge q2 par exemple :


q q q
U = U1 + U 2 = 1+ 2 q = q1 + q2 = 2q2
Céq C1 C2
Céq
q = CéqU = 2Cq2 q2 = U
2
q1 = q2 = q3 = q4 = 5.10 7 C
Quant à la charge q5 , elle est nulle : q5 = C5U 5 q5 = 0
La différence de potentiel entre les bords de chaque condensateur est :
U = U1 + U 2
U1 = U 2 = U 3 = U 4 = 50V U 5 = 0
U1 = U 2

Exercice 2.23 :
1
L’énergie électrostatique libre initiale du système est : (1) + We1 = CU 02
2
On obtient l’énergie finale, à la fin de régime transitoire, en fonction de C , C ' et de la
tension U commune entre les bords des deux condensateurs, en écrivant :

129 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 130

1
( 2 ) + We 2 = ( C + C ')U 2
2

Pour connaître cette tension U , on introduit la conservation de la charge électrique au


cours de la transformation de l’énergie. En effet, le système est isolé du milieu extérieur, et la
charge électrique qui est une quantité de matière ne peut être que conservée. La charge initiale
Q0 s’est répartie à la fin en deux charges q et q ' , telle que :
Q0 = CU 0 = q + q ' = ( C + C ') U 2
C
U= U0
C +C'
1 C 2U 02 1 C2
We 2 = ( C + C ') We 2 = U 02
( C + C ') 2 C +C'
2
2
L’énergie emmagasinée dans l’ensemble des condensateurs est donc ( 2 ) (1) :
1 CC ' 2
%We = We 2 We1 = U0
2 C +C'
Le signe moins (-) indique la diminution de l’énergie. L’énergie consommée a été
transférée au milieu extérieur sous forme d’énergie calorifique, dans la résistance R . La
puissance de cette transformation est d’autant plus grande que le temps de décharge est plus
petit, et la résistante plus faible.
Pour s’en assurer de cela, on calcule l’énergie dissipée par effet joule : soit i l’intensité
instantanée du courant électrique dans le circuit. La forme de ce courant est exponentielle. Sa
U
valeur initiale est 0 , car à cet instant, le condensateur de capacité C ' était sous une tension
R
nulle. La constante de temps est , = RCéq .
U 0 t /,
Donc : i = e
R
L’énergie dissipée par effet joule est donnée par :
' '
U2
WJ = & Ri 2 dt = & R 02 exp ( 2t / , ).dt
0 0
R
1 U 02 1 CC '
WJ = , WJ = U 02
2 R 2 C +C'
La puissance moyenne au cours de la transformation du système, si on admet que
l’opération s’est produite en l’intervalle de temps t = 5, , est :
WJ 1 U 02 , 1 U 02
Pmoy = = Pmoy =
t 2 R 5, 10 R
Si On approche la valeur de la résistance de zéro, la transformation est brutale. La
puissance calorifique transformée conduit à échauffement très important, même si la quantité
de l’énergie fournie est indépendante de R .

Conclusion : Il faut éviter la jonction de ces deux sources de tension, c’est à dire les
condensateurs chargés. Si la résistance est celle de l’interrupteur, qui est obligatoirement
faible, l’instant de la fermeture conduit à sa détérioration.
Il est strictement interdit de réaliser un montage pareil.

130 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 131

Exercice 2.24 :
1/ Au cours de la charge du condensateur, l’intensité du courant est comptée positivement.
dq A
Au cours de la décharge le courant change de sens, donc i est négative : i =
dt
Remarque : dq A = qA ( t + dt ) q A ( t ) 0 car la charge que porte l’armature A décroît au
cours de la décharge, on trouve effectivement i 0.
La relation entre i et uC :
q A = Cuc
du
dq A i= C C
i= dt
dt
2/ L’équation différentielle de l’évolution de la tension uC est :

uC = uR
duC 1 du
uR = Ri uC = RC uC + C = 0
dt RC dt
duC
i= C
dt
3/ a) Désignation des deux constantes A et a :
duC d ( Ae )
at
duC
Exprimons d’abord = = aA exp ( at )
dt dt dt
Remplaçons dans l’équation différentielle :
1 1
A exp ( at ) aA exp ( at ) = 0 A a exp ( at ) = 0
RC RC
Cette équation est vérifiée quelque soit le temps t :
pour A = 0 , ce qui est impossible car l’énoncé impose A 0 ,
1
Ou pour a = 0 , ce qui conduit à :
RC
1 1
a=0 a=
RC RC
Au temps t = 0 , on a uC ( 0 ) = U 0 = 10V , d’où :
A exp ( a.0 ) = U 0 A = U 0 , A = 10V
b) La constante de temps est : , = RC
,
c) La valeur de la capacité est : C = , C = 2.10 3 F
R
d) La dimension de la constante de temps est homogène au temps :

, = RC [, ] = [ R ][C ]
uR [U ] [U ] I [T ]
R= [ R] = [, ] = [ ] [, ] = [T ]
i [I ] [ I ] [U ]
dt [T ]
C =i [C ] = [ I ]
duC [U ]
4/ a) Expression de l’intensité instantanée :

131 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 132

duC
i = C. U0 t
dt i= exp
t C RC
uC = U 0 e RC

U0
b) Intensité du courant au temps t = 0 : i ( 0 ) = , I0 = 0,3A
R
U0 t
c) Intensité du courant au temps t = 0,5s : i ( t ) = exp , i ( 0,5 ) = 0, 2A
R RC
t
d) La tension au même moment est : u ( t ) = U 0 exp , u ( 0,5 ) = 8.10 3 V
RC
e) La durée écoulée dépasse plus de cinq fois la valeur de la constante de temps , , on
trouve une valeur de uC proche de zéro. Donc, on peut considérer que le condensateur s’est
déchargé.
5/ L’expression de l’énergie emmagasinée dans le condensateur C au temps t = 0 est
1 1
WE = CU 02 . Pour le condensateur ( C ' C ) C ' on a WE' = C 'U 02 . Puisque U 0 est constante,
2 2
on a WE' W .

Exercice 2.25 :
1/ Dans un conducteur en équilibre, le champ E est nul, et par conséquent divE = 0 .
D’après la forme différentielle du théorème de Gauss, divE = / 0 . Donc =0 .
2/ En raison de la symétrie sphérique du système des deux conducteurs en état d’équilibre
électrostatique, le champ qui est un vecteur radial, est contenu dans tous les plans contenant
l’axe OM ; donc le champ radial E ( M ) et porté par u .
En plus de ce qui vient d’être dit, il n’y a pas de variation du champ par rotation autour de
O . Cela veut dire que les valeurs du champ ne dépendent pas des variables et / .
D’où, on peut écrire E ( M ) = E ( r ) u et V ( M ) = V ( r ) .
3/ La répartition des charges sur les surfaces des conducteurs.
En raison de la symétrie sphérique de l’ensemble des conducteurs, les charges se
répartissent uniformément sur leurs surfaces. La charge 2Q du conducteur externe ( C ') se
répartit sur ses surfaces interne et externe.
Puisque les conducteurs ( C ) et ( C ') sont en influence totale, il existe obligatoirement sur
la surface interne du conducteur ( C ') la charge +Q .
La charge restante +Q apparaît sur la surface externe du conducteur ( C ') .
On peut démontrer ceci, en appliquant le théorème de Gauss : Le champ est nul sur une
sphère de rayon , tel que 2 R r 3R . Le flux du champ externe est donc nul, et par
conséquent la charge interne de cette surface doit être nulle.
4/ Graphe de E ( r ) : On applique le théorème de Gauss à la sphère de rayon tel que
Q
R r 2 R . La charge interne est Q . On obtient : 4 r 2 E ( r ) = .
0
On applique le théorème de Gauss à une sphère de rayon tel que r 3R . La charge
+Q
interne est +Q . On obtient : 4 r 2 E ( r ) = .
0

132 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 133

On a donc :
Q
Pour R r 2R : 4 r 2 E ( r ) =
0

+Q
Pour r 3R : 4 r 2 E ( r ) =
0
Le champ est nul à l’extérieur de cet espace étudié, et discontinu à la traversée de tout
plan chargé.
1 d ( r E ( r ))
2 2

5/ : divE ( M ) = 2 = 0 , en effet, dans ce problème, il n’y a aucune densité


r dr
volumique de charge en aucune position. La charge est répartit sur les surfaces des
conducteurs.
E (r )

0 R 2R 3R 4R

E = f (r )

6/ Graphe V ( r ) du potentiel :
Le potentiel est continu. On l’obtient en partant de l’infini où sa valeur est nulle. Par
intégration de V ( r ) = & E ( r ) dr dans les différents cas, on obtient :
Q 1
Pour r 3R : V ( r ) =
4 0
Q 1
Pour 3R r 2 R , le potentiel est constant : V ( r ) =
4 0 3R
Q 1
Pour 2 R r R , on a : V ( r ) = +K
4 0 2R
Q 1 Q 1
La constante d’intégration K est telle que V ( 2R ) = +K = , on
4 0 2R 4 0 3R
Q 1 5Q 1
trouve à la fin V ( r ) = + :
4 0 r 4 0 6R

V (r )

0 R 2R 3R 4R
V = f (r )

133 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 134

Q 1
7/ Le potentiel du conducteur ( C ') est : VC ' =
4 0 3R
Q 1
Le potentiel du conducteur ( C ) est : VC =
4 0 6R
1 Q
La différence de potentiel est donc : VC ' VC = U =
4 0 2R
En utilisant la relation fondamentale des condensateurs Q = CU , on obtient la capacité de
ce condensateur sphérique : C = 8 0 R
8/ La forme de quelques lignes de champ orientées (voir figure ci-dessous)

( C ')
2Q

+Q

(C )

1 Q2 Q2
9/ Energie du condensateur : W = W=
2 C 16 0 R

Exercice 2.26 :
S x.L
1/ Capacité du condensateur plan : C = 0 = 0 C = 2.65 ×10 12
F
2d 2d

2/ Charge du condensateur :
Q = CV A
x.L d
S x.L Q= 0 V ; Q=1.1 × 10 C
-9
D
C= 0 = 0 2d U E d
2d 2d B 2
Calcul des charges des faces :
L’électrisation se produit par influence : QE = QB ; QA = QD , et puisque la plaque
interne est initialement électriquement neutre, on a :
QD = QE QD = QE = +QB = QA=Q'
Le résultat, est qu’on a deux condensateurs groupés en série.
La capacité du condensateur équivalent est donc :

134 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Conducteurs en équilibre 135

S
C1 = 0
C1C2 d 2 0S
Céq = ; Céq =
C1 + C2 S 3d
C2 = 0

d /2 A+ + + + + + +
Les charges que portent les quatre faces sont : D
L.x U E+ + + + + + +
Q'= CéqV = 2 0 B
3d
Q ' = QD = QE = +QB = QA =1.4 × 10 9 C

135 A.FIZAZI Université de BECHAR


LMD1/SM_ST
Electrocinétique 136

III / ELECTROCINETIQUE

L’électrocinétique est l’étude des courants électriques, c'est-à-dire l’étude des charges
électriques en mouvement dans des milieux matériels appelés conducteurs. Autrement dit,
c’est l’étude des circuits et réseaux électriques.
Dans ce qui suit, nous allons nous intéresser aux causes qui provoquent le mouvement de
charges, ainsi que les causes qui s’opposent à leur mouvement.

A/ Le courant électrique (#$%&'()*+ ,%-.*+) :


La figure 3.1 représente deux corps, B non chargé et en état d’équilibre, et A chargé par
l’une des méthode d’électrisation. Relions les deux corps par l’intermédiaire d’un fil de
jonction. Le corps B se charge, c'est-à-dire qu’il acquiert une charge élémentaire dQ en un
temps très bref dt , ainsi il perd son équilibre électrostatique temporairement.

A B
A B
Ceci s’explique par le déplacement de charges électriques du corps A vers le corps B à
travers le fil de jonction qui les relie. D’où la définition du courant électrique :
Définition : Le courant électrique est un déplacement collectif et organisé des
porteurs de charges (électrons ou ions).
Cet écoulement de charges peut se produire dans le vide (faisceau d’électrons dans les
tubes cathodiques…), ou dans la matière conductrice (les électrons dans les métaux, ou les
ions dans les solutions aqueuses).
Un courant électrique apparaît dans un conducteur quand une différence de potentiel est
établie entre les bornes de ce dernier.

1/ Intensité du courant électrique (#$%&'()*+ ,%-.*+ 123) :

Intensité moyenne (4567.8*+ 129*+) : L’intensité moyenne du courant électrique est la


quantité d’électricité (la charge) qui traverse une section du conducteur par unité de
temps :
Q
I= (3.1)
t
Intensité instantanée (4-=>?*+ 129*+) : L’intensité instantanée du courant électrique est la
dérivée de la charge électrique par rapport au temps :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 137

Q dQ
i = lim = (3.2)
t 0 t dt
L’unité : Ampère (A), (en mémoire au physicien André-Marie Ampère 1775-1836).
L’ampère est l’intensité d’un courant électrique correspondant au passage d’une
charge électrique de un coulomb, à travers une section d’un conducteur, en une
seconde.
Ordre de grandeur de la vitesse des porteurs de charges :
Dans un fil électrique, les électrons libres se déplacent à une vitesse moyenne
d’environ 1mm / s .
Dans les solutions aqueuses, la vitesse des ions est plus faible que celle des
électrons libres dans les métaux.
Dans le vide, la vitesse des électrons avoisine 10000km / s ; même cette

( 5
valeur est très petite devant la célérité de la lumière c = 3.10 kms
1
).
Sens du courant (#$%&'()*+ ,%-.*+ D%EFG): Le courant électrique circule dans le sens
décroissant des potentiels, c'est-à-dire dans le sens du champ électrique. Ainsi, le sens
choisi conventionnellement est contraire au sens des charges négatives.
VA VB

VB VA
I

Rappel de la loi d’Ohm (Georges-Simon Ohm 1789-1854):


La facilité avec laquelle les charges circulent entre deux pôles dépend de la façon
dont ces pôles sont reliés entre eux. Si la jonction se fait par l’intermédiaire d’un fil
métallique, les charges ne rencontrent pas de difficultés majeures pour se déplacer, par contre,
si la liaison se fait à travers un isolant, le passage des charges devient très difficile, voir
impossible.
Cette propriété qui caractérise la matière, de permettre ou d’interdire le passage des
porteurs de charges, s’appelle la résistance de la matière en question. On mesure la résistance
en Ohm ( ) . La résistance des matériaux est faible, tandis que la résistance des isolants est
très grande et même infinie.
Dans l’industrie, il existe de petits éléments (appelés résistances), leurs résistances varient
de quelques ohms à des millions d’ohms.
Pour un conducteur métallique, sous une température constante, le rapport entre la
différence de potentiel U (ou tension) entre ses bornes, et l’intensité I du courant électrique
qui le traverse, est constant et égal à la résistance du conducteur.
U
R= = C te (3.3)
I
Cette relation entre l’intensité du courant, la tension et la résistance est connue sous le
nom de la loi d’Ohm.
La loi d’Ohm montre que pour une différence de potentiel déterminée, on peut mettre
dans le circuit un nombre de résistances, en vue de limiter l’intensité du courant électrique qui
traverse l’appareil alimenté électriquement.

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 138

2/ La densité du courant électrique (#$%&'()*+ ,%-.*+ 4K%LM) :


Nous avons défini le courant électrique comme étant un écoulement de charges dans le
vide ou à travers un milieu matériel conducteur. On peut exprimer l’intensité du courant
électrique en fonction de la vitesse des charges mobiles (libres).
On considère un conducteur de section dS . Soit n le nombre de charges q mobiles, se
déplaçant à la vitesse constante v , et contenues dans un volume V .
dl = v.dt
dS
dS
J

I
Fig 3.3 : densité de courant

En un temps très court dt les charges progressent d’une distance : dl = v.dt


Pendant la même durée dt , la charge dQ contenue dans le volume élémentaire dV du
conducteur est donc : dQ = nq.dV
Et puisque : dV = dl.d S
On a : dQ = n.q.v.dt.d S
Définition : La densité du courant électrique est la grandeur J qui est égale à la
charge par unité de temps à travers l’unité de surface :
J = nq.v (3.4)
On peut donc écrire :
dQ = J .dt.d S

Dans le cas d’un cristal composé d’ions au repos et d’électrons libres mobiles, on a :

J = ne.v (3.5)

On remarque ici que le vecteur densité de courant J est de sens contraire au sens du
mouvement réel des électrons, c'est-à-dire que le sens du courant est le même que celui
du vecteur J .
Si S représente le vecteur surface de la section transversale du conducteur, et qui est
colinéaire au vecteur J , l’intensité du courant est donc la grandeur scalaire :
dQ
I= = J .d S
dt S
I = J .S I = nqv.S (3.6)
On exprime l’unité de la densité de courant par ampère par mètre carré A.m ( 2
).

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 139

1
Exemple 3.1 : La masse molaire du cuivre est M = 63,54 g .mol , et sa masse volumique
= 8,8.103 kg .m 3 .
a/ Calculer le nombre d’électrons par unité de volume,
b/ En admettant que chaque atome de cuivre libère deux électrons, et qu’un fil en cuivre
2
de section 10mm est traversé par un courant d’intensité 30A , calculer la densité de
courant,
c/ En déduire la vitesse de déplacement des électrons à l’intérieur du cristal de cuivre.

Réponse :
a/ Calcul du nombre d’atomes dans la matière cuivre :
N. 6,03.1023 × 8,8.106
= = = 8,35.1028 (atomes)
M 63.54
b/ Calcul de la densité :
I 30
J= J= 6
J = 3.106 A / m 2
S 10.10
c/ Déduction de la vitesse de déplacement des électrons libres :
J 3.106
J = nev v= v= v = 108µ m.s 1
ne 2 × 8,35.1028 × 1,66.10 19

Relation entre le champ électrique et la densité de courant électrique:


On considère une portion AB = l , d’un conducteur, traversé par un courant
électrique d’intensité I . Le passage d’un courant électrique implique obligatoirement
l’existence d’une différence de potentiel entre les points A et B .
Nous savons comment calculer la différence de potentiel appliquée entre deux
points :
B
U = VA VB = E.dl (3.7)
A
Si le conducteur est un fil de section S , le champ électrostatique est uniforme sur
toute la portion AB .
Puisque U = E.l , On a :
U = R.I = E.l RJS = E.l (3.8)
Ainsi, on obtient une nouvelle expression de la densité de courant :
l
J= E (3.9)
S .R
l
On pose = = C te (3.10)
S .R
On appelle cette constante :conductivité électrique (4-$%&'()*+ 4-?X%Y*+ ) du matériau
conducteur, son unité est ( 1
.m 1
).
La conductivité dépend des propriétés microscopiques de la matière conductrice, c’est une
quantité locale utile qui permet de distinguer les propriétés électriques de la matière. Sur

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 140

cette base de conductivité, les matériaux sont classés en conducteurs, isolants et semi
conducteurs.
L’inverse de la conductivité s’appelle résistivité électrique (4-$%&'()*+ 4-Z[%\8*+) du
conducteur (ou résistance spécifique) :
1 R.S
= = (3.11)
l
Son unité est l’ohm.mètre ( .m ) .
Ainsi, l’expression de la résistance d’un conducteur peut s’écrire sous la forme :
l l
R= = (3.12)
.S S
Cette expression simple, qui relie la résistance d’un fil cylindrique à ses caractéristiques
géométriques, est connue sous le nom de loi de Pouillet, de son auteur Claude Pouillet 1719-
1868.
La représentation (figure 3.4) montre la classification générale des matériaux d’un point
de vue électrique.
4
10 104 résistivité

conducteurs Semi conducteurs isolants

4
conductivité
104 10
Fig 3.4 : ordre de grandeur de la conductivité et de la résistivité
Les résistivités de quelques corps sont regroupées dans le tableau suivant :

Métaux ( .m ) semi conducteurs ( .m ) à 300K Isolants ( .m )


Argent : 1,47.10-8 silicium :2400 Verre : de 1011 à 1014
cuivre:1,72.10-8 germanium:0,5 Mica : de 1011 à 1015
aluminium:2,63.10-8 Eau : de 0,1 à 105

Remarque : La résistivité d’un conducteur varie en fonction de la température. Pour


les métaux, la résistivité augmente avec l’accroissement de la température (donc la résistance
augmente). Tandis que pour les semi-conducteurs, c’est l’inverse qui se produit. Quelques
alliages métalliques, ont une résistivité qui tend vers zéro lorsque la température avoisine le
zéro absolu ; il s’agit alors de supraconducteurs.
Pour les métaux, la variation de leur résistivité est régie par la loi :
= 0 1+ (T T0 ) (3.13)
: la résistivité à la température T °C .
0: la résistivité à la température de référence T0 °C .
1
: le coefficient calorifique de la résistance et qui vaut à peu près .
273
La variation de la résistivité en fonction de la température implique la variation de la
résistance suivant la loi :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 141

R = R0 1 + (T T0 )
Le carbone fait exception à cette règle de la variation de la résistance en fonction de la
température, ainsi que tous les liquides électrolysables : leurs résistances croissent avec
l’abaissement de la température, et diminuent avec l’augmentation de la température. La
résistance des alliages métalliques, tels que le manganine et le constantin, est presque
invariable vis-à-vis de la température. C’est pour cette raison que le manganine est utilisé
pour fabriquer des résistances d’étalonnage. La résistance des conducteurs s’annule au
voisinage du zéro absolu et varie aussi en fonction de sa pureté.
Relation entre E , J et I :
l
Dans l’équation J = E , on constate que E et J sont de même sens. Et puisque
S .R
I et E sont de même sens, le courant électrique circule dans le sens des vecteurs E et J .
v

dS
J

E I
E, j I

3/ Effet Joule :(James Prescott Joule 1818-1889) (_7` abK) :


D’après la définition du potentiel électrique, le travail dW effectué par la charge
élémentaire dq se déplaçant entre les deux points entre lesquels règne une différence de
potentiel électrique (ou tension) U est :
dW = U .dq
On définit, de façon générale (en électricité comme en mécanique), la puissance comme
étant le travail effectué par unité de temps, soit :
dW
P=
dt
Dans notre cas, nous avons :
dW U .dq
P= = = U .I
dt dt
Donc, on peut écrire :
P = U .I (3.14)

Cette relation traduit ce qui est connu sous le nom d’ effet joule dans le cas général.
L’unité de la puissance est le watt (W ) , en mémoire à James Watt 1736-1819.
Pour les dipôles soumis à la loi d’Ohm, le passage du courant électrique qui les parcourt
provoque leur échauffement ou dégagement de chaleur : ce phénomène est aussi appelé effet

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 142

joule. En effet un dipôle passif transforme l’énergie électrique en énergie calorifique. La


puissance dissipée par le dipôle est égale à :

P = RI 2 (3.15)

On représente le conducteur ohmique par l’un des deux schémas de la figure 3.6.
R R

La dissipation de la puissance sous forme d’énergie nous indique une ressemblance entre
la résistance électrique et les forces de frottement mécanique. Tout frottement conduit à une
perte d’énergie mécanique qu’on retrouve sous forme de chaleur (énergie calorifique), tandis
que dans un conducteur ohmique (la résistance électrique), « le frottement » des électrons à
l’intérieur de la matière, conduit de la même façon, à une dissipation d’énergie électrique sous
forme de chaleur. C’est là qu’apparaît tout l’intérêt des supraconducteurs, c'est-à-dire les
matériaux qui ont une résistance parfaitement nulle, et qui permettent la conduction du
courant électrique sans perte d’énergie.
D’après la définition de l’énergie, on en déduit que, l’énergie E que produit une source,
ou l’énergie consommée par une résistance pendant le temps t est égale à :
2U2
E = U .I .t = R.I .t = .t (3.16)
R
L’unité de l’énergie est le joule ( J ) .

4/ Rappel sur le groupement des conducteurs ohmiques (4-Z[g+ aX+7Y*+ h&'& '-MiF) :

On distingue deux cas pour le groupement de conducteurs ohmiques ou résistances :

a/ Groupement en série : Figure 3.7


Toutes les résistances Ri sont parcourues par le même courant électrique I , et chacune
d’elles n’a qu’une extrémité commune avec un autre dipôle. La tension U AB = U est égale à
la somme des tensions des dipôles (résistances).
R1 R2 Rn R
I VA V1 V2 Vn VB I VA VB

U = U1 + U 2 + U 3 + ........... + U n = R.I
U = R1.I + R2 .I + R3 .I ..................Rn .I = RI
Ainsi, on obtient la résistance équivalente de tous les dipôles passifs groupés en série :

n
R= Ri (3.17)
i =1

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 143

b/ Groupement en parallèle : Figure 3.8 (a)


Ce groupement est caractérisé par le fait que tous les dipôles ont leurs bornes
communes deux à deux. La tension est la même entre les extrémités de n’importe quelle
résistance Ri .
Le courant électrique qui alimente la portion de circuit se répartit entre les dipôle, tel
que :
I = I1 + I 2 + I 3 + ........... + I n
U U U U U U 1 1 1 1
I= = + + + ........ = + + + ........ .U
R R1 R2 R3 Rn R R1 R2 R3 Rn

Ainsi, on obtient la résistance équivalente des dipôles passifs montés en parallèle ou


en dérivation :
1 1 1 1 1 1 n 1
= + + + ........ = (3.18)
R R1 R2 R3 Rn R i =1 Ri

Remarque : La valeur de la résistance équivalente, dans ce cas, est toujours plus petite que
celle de la plus petite des résistances montées en dérivation.

VA I PS R
I i
I3 In i
I1 I2 VA I
R
R1 R2 R3 Rn R R R

i=0 i
VB VB PAS I
i
R

c/ Des équivalences utiles ( ) : En voici quelques règles intéressantes :


Si pour un conducteurs ohmique ou résistance, et dans tous les cas i = 0 (ou
u = 0 ), il est alors possible de le remplacer par un fil de jonction ou de l’éliminer
du circuit.
Si deux points sont au même potentiel, on peut les relier par un fil de jonction.
Si un courant électrique nul circule dans un fil de jonction, on peut éliminer ce
dernier.

d/ Deux symétries ( ) : Figure 3.8 (b)


Dans certains cas, l’utilisation de la symétrie devient très utile et nous évite
beaucoup de calculs.

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 144

Par convention : soient :


P : plan physique de symétrie du réseau. Du point de vue physique le plan P peut
être de deux types :
PS : Plan de symétrie des courants et des tensions.
PAS : Plan antisymétrique des courants et des tensions (En considérant que le
potentiel est nul sur le plan).
Une branche située sur PAS est parcourue par un courant nul.

Afin d’éclaircir ces règles, on considère comme exemple, le circuit de la figure 3.8 (b).
Toutes les résistances sont équivalentes, il en résulte un nombre d’équivalences PS ou PAS .
Le courant I entrant se divise en deux courants semblables i : en effet il n’existe aucune
raison pour que les porteurs de charges s’écoulent en nombre plus grand dans un sens plutôt
que dans l’autre. La même chose se produit à la sortie de I .
Quand on applique la loi des nœuds, la résistance centrale est parcourue par un courant nul,
et ce quelque soit le courant I ou la tension U imposés à la portion du circuit.
D’après les règles d’équivalence que nous venons de voir, il nous est permis d’éliminer
cette résistance centrale (sans éliminer, pour autant, la branche). La résistance équivalente
R R
deviendrait, tout simplement, égale à Réq = + = R .
2 2

B/ Eléments d’un circuit électrique (4-$%&'()*+ 1,+2*+ 'n%Yo) :


Toutes les applications en électricité exploitent la facilité avec laquelle s’effectue la
transformation de l’énergie électrique à partir d’une source électrique vers un appareil
quelconque (fer à repasser, lampe, téléviseur,…). Cette transformation se fait par
l’intermédiaire d’un circuit électrique qui relie la source à l’appareil, et permet le
déplacement des électrons.
Il existe une variété de sources électriques, telles que : les piles, les batteries, les
cellules solaires, les générateurs… Dans tous ces cas, chaque source a deux pôles au moins
entre lesquelles règne une différence de potentiel.

1/ Eléments et vocabulaire du circuit électrique (4-$%&'()*+ 1,+2*+ p%>?5qZ [ 'n%Yo):


Le circuit électrique est composé d’un groupement d’éléments, appelés dipôles, reliés
entre eux par des fils conducteurs ; le tout constitue une structure fermée. Nous citons ci après
quelques éléments et le vocabulaire propres au circuit.
Le nœud (12\b*+) : c’est un point d’un circuit où arrivent trois fils au moins, ou
plus.
La branche (s't*+) : c’est une portion de circuit qui s’intercale entre deux
nœuds.
La maille (1['b*+) : c’est un ensemble de branches qui constituent une boucle
fermée.
Le dipôle (v5\*+ #$%Yw) : un dipôle s’intercale dans un circuit à l’aide de deux
pôles, le courant entrant par l’un d’eux, et sortant par l’autre. Un dipôle est
caractérisé par sa réponse à une différence de potentiel, c'est-à-dire par une
courbe caractéristique U = f ( I ) .
Le dipôle passif (aZ%x*+ v5\*+ #$%Yw) : c’est un dipôle qui consomme l’énergie
électrique.
Le dipôle actif (h9Y*+ v5\*+ #$%Yw) : c’est un dipôle qui produit du courant
électrique.

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 145

Le dipôle linéaire(#5x*+ v5\*+ #$%Yw) : sa courbe caractéristique U = f ( I ) est


une droite.
Les fils de jonction (a-n7.*+ yz6{) : on néglige leurs résistances par rapport aux
résistances des autres dipôles. On les considère comme étant équipotentiels.
Le réseau (4)|9*+) : c’est un ensemble de circuits.

Convention : Dans l’étude pratique des dipôles, on utilise deux conventions :


La convention récepteur(1i}~+ •?5qZ) : la tension et l’intensité électriques sont
orientées positivement et dans deux sens opposés. Figure 3.9 (a).
La convention générateur(2*78*+ •?5qZ) : la tension et l’intensité électriques
sont orientées positivement et dans le même sens. Figure 3.9 (b).

A I B A I B

U AB = VA VB U AB = VA VB

2/ Nécessité de la disponibilité d’une force électromotrice(4-$%&'(M 4M'>Z 17X 'K7F 1,['€):


Le générateur doit fournir un travail électrique aux charges pour qu’elles puissent le
traverser en allant du pôle à potentiel inférieur au pôle à potentiel élevé. Le travail du
générateur est semblable à celui d’une pompe hydraulique qui, remonte l’eau d’un niveau
inférieur à un niveau supérieur. Il est aisé de comprendre le phénomène du courant électrique
en le comparant au courant d’eau dans un fleuve.
L’eau court dans une région élevée vers une région inférieure, grâce à la force
d’attraction (le poids). Mais, si on veut créer un circuit hydraulique fermé, il est indispensable
de fournir une énergie, d’où l’utilisation d’une pompe pour ramener l’eau à une plus haute
altitude.
On peut définir la force électromotrice d’une source électrique comme étant un travail
fourni à l’unité de charge pour la transporter à travers un circuit fermé. Si dW est le travail
fourni pour déplacer une charge de valeur dq à travers le circuit, en un temps bref dt , la
force électromotrice e est donc :
dW
e=
dq
Et puisque la puissance est le travail fourni par unité de temps :
dW dq
P= P = e.
dt dt
D’où l’expression de la puissance :
P = e.I (3.19)
B
On sait, d’autre part que : U = VA VB = E.dl = e
A

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 146

Dans le cas d’un circuit fermé : la puissance totale fournie entre A et A de la part de
la force de Coulomb est égale à :
A
P = U .I = I E.dl = I (VA VA ) = 0
A
On vient d’obtenir une puissance nulle. Cela veut dire que le champ électrostatique ne
garantit pas la permanence du courant électrique dans un circuit fermé.
Lorsqu’un courant électrique parcourt un circuit fermé, cela indique que la force de
Coulomb n’est pas responsable du mouvement collectif des porteurs de charge dans le
conducteur.
C’est ce qui se produit exactement dans un circuit électrique, où c’est une force, autre
que la force électrostatique, qui doit permettre aux porteurs de charge de remonter le potentiel
et le vaincre.
Pour obtenir un courant électrique continu, dans un circuit fermé, il est indispensable
d’alimenter le circuit en énergie.
Les appareils qui produisent cette énergie s’appellent générateurs électriques, on peut
dire que se sont des sources de force électromotrice.
Il existe plusieurs méthodes pour la production d’une force électromotrice :
La batterie transforme l’énergie chimique en énergie électrique,
Un moteur électrostatique transforme l’énergie mécanique en énergie
électrique,
Le moteur électrique transforme l’énergie mécanique en énergie électrique,
La cellule solaire transforme l’énergie de radiation en énergie électrique,
Une centrale nucléaire transforme l’énergie nucléaire en énergie électrique.

3/ Les deux types de générateurs(p+2*78*+ %o7•):

a/ Générateurs ou sources de tension ('F7.*+ ‚&%YZ [{ p+2*7Z) :


La source de tension, ou générateur de tension, est un dipôle caractérisé par une
tension constante entre ses bornes, quelque soit l’intensité variable qu’il débite. Dans tout ce
qui suit, nous allons nous intéresser particulièrement aux générateurs de tension continue. Ce
type de générateur est caractérisé par une force électromotrice ( e ) , et une faible résistance
intérieure ( r ) . La figure 3.10 représente le schéma de ce type de générateurs.

Il est possible de remplacer un générateur de tension, dont les caractéristiques sont


( e, r ) , par une source idéale , de force électromotrice e , montée en série avec le conducteur
ohmique , de résistance , comme indiqué sur la figure 3.10.
La force électromotrice d’un générateur de tension est égale à la différence de
potentiel entre ses bornes quand il ne débite aucun courant :

I =0 e = U AB (3.20)

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 147

U I
e, I A

e U AB
e, I
B
U

b/ Générateurs ou sources de courant (,%-.*+ ‚&%YZ [{ p+2*7Z) :


La source de courant, ou générateur de courant, est un dipôle caractérisé par le débit
d’un courant constant, quelque soit la différence de potentiel variable entre ses bornes. Dans
ce qui suit, nous allons nous intéresser essentiellement aux générateurs de courant continu. On
peut réaliser ce type de sources à l’aide de systèmes électroniques, la tension entre les bornes
de chacune d’elles étant limitée par une valeur maximale. On représente ce type de
générateurs par le schéma de la figure 3.11.
On peut remplacer un générateur de courant par une source de courant idéale, qui
débite un courant constant, et montée en parallèle avec un conducteur ohmique, de résistance,
comme indiqué sur la figure 3.11.
u
I = I0 (3.21)
r

A
I0 I

I0 r
U AB
U u/r
B

B/ Les lois régissant les circuits électriques (4-$%&'()*+ p+,+2?* 1'-ƒ8*+ „-•+7\*+).
1/ Equation du circuit électrique(4-$%&'()*+ 1,+2*+ 4*…%bZ) :
Soit le circuit représenté sur la figure 3.12, composé d’un générateur (de force
électromotrice e et de résistance interne ), d’une résistance externe R , et d’un moteur M
(de force contre électromotrice e ' et de résistance interne r ' ).
Le générateur produit une puissance électrique : P = e.I
Le conducteur Ohmique ( R ) transforme l’énergie électrique en énergie calorifique,
2
dont la valeur est RI . La résistance interne du générateur consomme à son tour une

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 148

2
puissance de valeur rI (C’est ce qui explique l’échauffement du générateur). Le moteur M
(ou un récepteur ou même un générateur monté en opposition, à condition que e ' e ),
consomme, quant à lui, une puissance e ' I , qu’il la transforme en énergie mécanique, sa
2
résistance interne consomme une puissance égale à r ' I (à cause de la présence d’un
conducteur ohmique à l’intérieur du moteur, d’où son échauffement).

e,

VB VA
I
I I
e ', r '
R
B M A
C
I
Fig 3.12 : circuit fermé

D’après le principe de la conservation de l’énergie : l’énergie produite est égale à


l’énergie consommée :
eI = e ' I + RI 2 + rI 2 + r ' I 2
D’où, l’intensité du courant qui parcourt le circuit :

e e'
I=
R + r + r'
Dans le cas général, si on note par les résistances internes et par R les
résistances externes, on a :
e
I= (3.22)
r+ R

L’intensité du courant électrique dans le circuit électrique est égale à la somme


algébrique des forces électromotrices divisée par la somme de toutes les résistances. Cette
relation est appelée : équation du circuit électrique.

Convention : Quand on applique la relation (3.22), on doit choisir un sens autour du circuit
que l’on considère positif ; les courants électriques et les forces électromotrices sont comptés
positivement s’ils ont le même sens que le sens choisi, et ils sont comptés négativement dans
le cas contraire.

2/ Différence de potentiel entre deux points d’un circuit (ou loi généralisée
d’Ohm)(1,+… „Z „-.5\• „-& †78)*+ ‡'K) :
La figure 3.13 représente une portion de circuit électrique parcourue par un courant
d’intensité I , que débite une source (non représentée sur la figure), et qui approvisionne cette

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 149

portion AB d’une puissance P = UI , où U représente la différence de potentiel entre les


points A et B .

e, e ', r '
VA R VB
I
A B
I I

R= Ri : désigne la résistance totale de la portion AB ( conducteurs ohmiques, fils


de jonction, les résistances internes des générateurs et récepteurs…etc).
e = ei : désigne la somme algébrique de toute les forces électromotrices (y compris les
forces contre électromotrices).
La puissance produite entre les points A et B est égale à :
UI + ( ei ) .I
Dans les résistances la puissance consommée est :
( Ri ) .I 2
Si on égalise les deux puissances produite et consommée, selon le principe de la
conservation de l’énergie, on aura :
UI + ( ei ) .I = ( Ri ) .I 2

Finalement, on obtient la loi qu’on appelle : loi d’Ohm généralisée :

VA VB = U = ( Ri ) .I ei (3.23)

Convention : Si on choisit le sens de A vers B comme étant positif, et si les courants et les
forces électromotrices sont de même sens, leurs signes seront positifs, par contre s’ils sont de
sens contraires, leurs signes sont négatifs.
Si le point A coïncide avec le point B , alors :
( R ) .I e=0 (3.24)

La différence de potentiel aux bornes d’un générateur de tension


('F7.*+ 2*7Z #K'ˆ „-& †78)*+ ‡'K)
La figure 3.14 représente un générateur de tension avec deux possibilités :
a/ Le sens du courant est le même que celui de la force électromotrice, c'est-à-dire que
le courant sort par le pôle positif du générateur.
b/ Le sens du courant est contraire à celui de la force électromotrice, c'est-à-dire que le
courant sort par le pôle négatif du générateur.
On applique à la portion du circuit la relation générale U AB = Ri I ei , et on
choisit le sens positif de A vers B .
Sur la figure 3.14 (a) : e et I sont de sens contraires au sens positif choisi, ils sont
donc négatifs, d’où :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 150

U AB = Ri I ei = rI ( e)
U AB = e rI (3.25)

Cette dernière expression est la différence de potentiel entre les bornes d’un
générateur.

e, e,
B A B A

I I
(a) (b )
Fig 3.14 : différence de potentiel entre les bornes d’un générateur

Sur la figure 3.14 (b) : e s’oppose au sens positif choisi, donc elle est négative ;
tandis que I concorde avec le sens positif choisi, donc il est positif :

U AB = Ri I ei = rI ( e)
U AB = rI + e (3.26)

Cette expression 3.26 correspond aussi à la différence de potentiel entre les bornes
d’un récepteur, où e est sa force contre électromotrice (appelée souvent force
électromotrice). Ceci n’est pas étonnant, puisqu’un générateur dont le courant entre par son
pôle positif se comporte comme récepteur.

3/ Groupement de générateurs(p+2*78*+ h&,) :


Un circuit électrique peut grouper plus d’un générateur.

a/ Cas des générateurs de tension : Chaque générateur est caractérisé par une force
électromotrice ei et une résistance interne i .

Association en série : Figure 3.15


Dans ce cas, la force électromotrice du générateur équivalent est égale à la somme
algébrique des forces électromotrices des générateurs associés, et sa résistance interne est
égale à la somme arithmétique de toutes les résistances internes.

r= ri e= ei (3.27)
i i

e1 e2 en e
1 2 rn
A B A B

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 151

Association en opposition : Figure 3.16


e
e1 e2
A 1 2 I B A I B
e1 e2

On considère le récepteur (un moteur par exemple), comme étant un générateur


monté en opposition avec le générateur effectif, et le générateur monté en opposition jouant le
rôle de récepteur (ou moteur). Le générateur de plus grande force électromotrice s’impose en
tant que générateur. D’où :
e1 e2 e = e1 e2 (3.28)

r = r1 + r2 (3.29)

Association en série : Figure 3.17


Il est interdit de monter en dérivation deux générateurs de différentes tensions. Les
sources de tensions montées en parallèle doivent obligatoirement être toutes semblables.

I1 I1 A A
I1 I
1 1 1

e1 e1 e1
e
B B

Fig 3.17 : groupement de générateurs de tension en dérivation

Dans ce cas, la force électromotrice du générateur équivalent est égale à la force


électromotrice d’un générateur du groupement, et l’inverse de la résistance équivalente est
égal à la somme des inverses des résistances internes.

1 1 n
I = nI1 ; e = e1 ; = = (3.30)
r i ri r1

a/ Cas des générateurs de courant :

Groupement en parallèle : Figure 3.18

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 152

1 1 1 1
= + + ....... + ; I = I1 + I 2 + .......I n (3.31)
r r1 r2 rn

A A

1 2

e1 e2
e
I1 B B
e1 e2 I

Association en série : Figure 3.19


Il est interdit de monter en série des sources de courant débitant des intensités de
courants différentes. Les générateurs de courant montés en parallèle doivent obligatoirement
être tous semblables.

I0
I I
I A B
A B

1 1 1

1 1 1 1
= + + ....... + ; I 0 = I ; VA VB = V1 + V2 + .........Vn (3.32)
r r1 r2 rn

Afin d’éclaircir la méthode d’application de toutes ces règles, nous allons aborder dans ce
qui suit quelques exemples d’application.

Exemple 3.2 : Considérons le circuit représenté sur la figure 3.20.


e1 , 1

D A
VD VA

R2 R1
e2 , 2

C B

Avec les valeurs suivantes :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 153

e1 = 12V , r1 = 0,2 , e 2 = 6V , r2 = 0,1 , R1 = 1, 4 , R 2 = 2,3


Trouver :
1/ Le sens et l’intensité du courant dans le circuit électrique,
2/ La différence de potentiel entre les points A et C .

Réponse :
1/ Puisque e1 e2 , on en déduit que le sens du courant est celui des aiguilles d’une
montre.
Puisque le deuxième générateur est monté en opposition avec le premier générateur, sa
e
force électromotrice est négative. On calcule l’intensité en utilisant la relation : I =

12 6
I= I = 1,5 A
0,1 + 0, 2 + 1, 4 + 2,3

2/ Pour trouver la différence de potentiel ente les points A et C , on utilise la relation :

VA VC = U AC = ( Ri ) .I ei

Pour ce faire, on choisit l’un des chemins ABC ou ADC :


Suivant le trajet ABC :

VA VC = U AC = ( 0,1 + 1, 4 ) × 1,5 ( 6) U AC = 8, 25V


Ri . I ei

Suivant le trajet ADC :

VA VC = U AC = ( 0, 2 + 2,3) × 1,5 ( 12 ) U AC = 8,25V


Ri .I ei

Exemple 3.3 :
Tous les circuits électriques utilisés dans notre vie quotidienne, comme par exemple les
circuits électroniques, ont un ou plusieurs points reliés à la terre, donc de potentiel zéro. La
terre est un gigantesque corps conducteurs dont le potentiel n’est pas influencé par sa jonction
avec d’autres conducteurs usuels chargés. C’est pour cette raison que le potentiel de la terre
est toujours pris égal à zéro. Le potentiel de tout autre point dans le circuit est évalué par
rapport à ces points que l’on considère comme référence de potentiel.
Dans le circuit montré sur la figure 3.21, le point B est relié à la terre. On demande de
calculer le potentiel aux points A et C .
Application numérique : e = 10V , r = 1 , R1 = 3 , R2 = 1
Réponse :
e
On calcule d’abord l’intensité en utilisant la formule : I =

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 154

10
I= I = 2A
5
e,

A C
I
I I
R1 R2
B

Calcul de VAB et VBC :


VAB = R1 .I VAB = 3.2 = 6V
VBC = R2 .I VBC = 1.2 = 2V
Et puisque VB = 0 , on a :
VBC = VB VC = 2 VC = 2V et VAB = VA VB = 6 VA = 6V
On peut s’assurer de ce résultat en calculant la différence de potentiel entre les bornes du
générateur en allant de A vers C à travers le générateur :
VA VC = U AC = r.I ei VA VC = 1.( 2 ) ( 10 ) VA VC = 8V

4/ Les lois de Kirchhoff:

a/ Conservation de la charge ou loi des nœuds (2\b*+ †7•%X)


En un nœud d’un circuit, la somme des intensités entrant est égale à la somme
des intensités sortant :
Is = Ie (3.33)

Cela signifie que les charges ne s’accumulent pas, elles s’écoulent en un nœud
du réseau, elles obéissent à la règle de la conservation de la charge.

b/ Conservation de l’énergie ou loi des mailles (p+['b*+ †7•%X)


En une maille k d’un circuit électrique, la somme algébrique des produits de
n
résistance par l’intensité du courant ( Rk .I k ) est égale à la somme algébrique des
k =1
n
forces électromotrices ( ek ).
k =1
n n
ek = Rk .I k (3.34)
k =1 k =1

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 155

Cette règle est une traduction de la loi de conservation de l’énergie, elle est en
accord avec la relation 3.24.

Conseil utile : Lorsqu’on applique les lois de Kirchhoff, il est conseillé d’observer les
règles suivantes :
Quand on applique la première loi, veiller à ce que la somme des courants entrant
soit égale à la somme des courant sortant.
Quand on applique la deuxième loi, on doit choisir un sens positif autour de la
maille : toutes les forces électromotrices et les courants qui ont ce même sens seront
comptés positivement, ceux qui sont de sens contraires seront comptés négativement.
On considère le sens de e positif quand on entre, d’après le sens positif choisi, par le
pôle négatif et qu’on sort par le pôle positif, et l’inverse dans le cas contraire.
Dans le cas des réseaux complexes, il est difficile de connaître le nombre
d’équations indépendantes, pour en déduire toutes les inconnues. A cette fin, il est
conseillé d’utiliser les deux règles suivantes :
Si le nombre de nœuds dans le réseau électrique est m , la loi des nœuds
s’applique à m 1 nœuds. Le choix des nœuds se fait en toute liberté.
Séparer le réseau en ses composantes de mailles indépendantes (une maille est dite
indépendante si elles a au moins une branche non commune avec une autre maille),
considérer chaque maille comme étant seule et lui appliquer la deuxième loi de
Kirchhoff

Nous allons montrer comment appliquer ces règles et lois dans les exemples suivants :

Exemple 3.4 :
La figure 3.22 (a) représente un circuit électrique fermé. On se propose d’appliquer
les deux lois de Kirchhoff en écrivant toutes les équations correspondantes. Les résistances
internes des générateurs et du moteur sont négligeables.

Réponse :
Application de la première loi : Il y a quatre nœuds auxquels correspondent quatre
équations :
Au nœud A : I1 = I 2 + I 3
Au nœud B : I1 = I 5 + I 6
Au nœud C : I 2 = I 5 + I 4
Au nœud D : I 6 = I 4 + I 3

Application de la deuxième loi : Il y a trois mailes indépendantes. Après le choix des


sens comme indiqué sur la figure 3.23 (b), on peut écrire les différentes équations :
Mailes 1 : e1 e2 = R1 I1 + R2 I 2 + R5 I 5
Mailles 2 : e2 = R3 I 3 R4 I 4 R2 I 2
Mailles 3 : e6 = R6 I 6 + R4 I 4 R5 I 5

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 156

e1 e2 R1 e1 e2

R1
I1 I2 C I2 C 1
e2 e2
R5 I1 R5 I1
R2 R2
I5 I5
R4 A 2 R4 3
A B B
I3 I3
I4 M e6 M e6
I4
R3 I6 I6
R3
R6 R6
D D
(a)
Fig 3.22 (b)

Remarque : Les mailles ( e1 A D B e1 ) et ( A C B D A)


ne présentent aucun intérêt puisqu’elles ne sont pas indépendantes.

5/ Le théorème de Thévenin:
Enoncé : Tout réseau linéaire intercalé entre deux bornes A et B , quelque soit sa
complexité, est équivalent à un générateur unique de force électromotrice ( ETh ) et de
résistance interne ( RTh ) . (Figure 3.23).

A
I
A
I ETH

D U AB D U AB
RTh

B
B

Avec :
U AB0 = ETh : représente la force électromotrice du générateur équivalent (qu’on
appelle générateur Thévenin), elle est égale à la différence de potentiel entre les bornes A et
B quand le circuit est ouvert, c'est-à-dire quand la jonction entre A et B est coupée.
RTh = Réq : représente la résistance équivalente du circuit quand on l’observe à partir
des bornes A et B (la jonction entre A et B étant coupée), et en éteignant toutes les
sources de tension et de courant électriques.

Comment calculer les caractéristiques du générateur Thévenin ?

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 157

Calcul de ETh : On ouvre le circuit entre A et B en éliminant le dipôle D ,


puis on calcule U AB0 = ETh comme indiqué sur la figure 3.24.

A
I =0
Circuit linéaire constitué de:
Conducteurs ohmiques
Sources de tension U AB0 = ETh
Sources de courant
...etc...

Fig 3.24

Calcul de RTh : On élimine le dipôle D , on éteint toutes les sources de


tension et de courant, on dessine une nouvelle figure du nouveau circuit qui
ne contient que des résistances, et puis on calcule la résistance équivalente de
tout le circuit situé entre A et B .
Si le dipôle D est une résistance R , l’intensité du courant qui parcourt le
dipôle est donc égale à :
ETh
I=
R + RTh
Remarque : La branche AB peut contenir plus d’un dipôle.

Dans l’exemple suivant, nous allons montrer comment appliquer le théorème de Thévenin.

Exemple 3.5 :
Soit le circuit de la figure 3.25.
R1
I
A

e R2 R

On se propose de trouver RTh , ETh , puis déduire l’intensité I du courant électrique


qui alimente la résistance R , ainsi que la différence de potentiel entre ses bornes.

Réponse :
On éteint les sources de tension, puis on calcule la résistance équivalente RTh , en
éliminant la branche AB (figure 3.26).

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 158

R1 et R2 sont montés en parallèles, donc :


R1 R2
RTh =
R1 + R2
R1
A

R2

B
Fig 3.26

Pour calculer ETh , on considère le circuit ouvert, et on élimine la résistance entre A et


B (figure 3.27).
ETh = U AB0 = VA VB = e R1 .I1 e
ETh = U AB0 = R2
VA VB = R2 .I1 R1 + R2

I1 R1
A

e R2 U AB0
I1
B
Fig 3.27

Pour calculer l’intensité I du courant, on considère le générateur de Thévenin équivalent


qui alimente la branche AB (figure3.28).
I
A
ETh
RTh R

B
Fig 3.28

ETh
U AB = RI = ETh RTh I I=
R + RTh
En remplaçant ETh et RTh par leur valeurs respectives, on trouve l’expression de
l’intensité :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 159

R2 .e
I=
R1 R2 + RR1 + RR2
Détermination de la différence de potentiel entre les points A et B :
RR2
U AB = RI U AB = e
R1 R2 + RR1 + RR2

Exemple 3.6 :
Montrer littéralement et numériquement qu’on peut convertir un générateur de
courant en générateur de tension

Réponse :
La figure 3.29, montre deux montages équivalents, c'est-à-dire que l’intensité du courant
produit par chacun des circuits est la même, et la tension entre les bornes de chacun des deux
circuits est aussi la même. Le résultat est qu’on peut convertir un générateur de courant en un
générateur de tension.
U
De la figure (a), on peut déduire : I = I 0 (1)
r
e U
De la figure (b), on peut déduire : U = VA VB = e r ' I I= ( 2)
r' r'
Par identification des deux équations (1) et ( 2 ) , on trouve les deux caractéristiques du
générateur de tension en fonction des deux caractéristiques du générateur de courant :
r'= r , r'= 2
e = rI 0 , e = 2 ×15 = 30V

e = rI 0 = 30V r'= r =2
U r=2
15A A I B
r
I I0
A B

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 160

EXERCICES **
Exercice 3.1 1.3
Déterminer les paramètres du dipôle équivalent au
groupement de générateurs entre les points A et B .
Préciser le sens du courant. .B A
.

e
e
3
A B

3e

Exercice 3.2 2.3


Deux résistances R1 et R2 sont montées en ! "# R2 R1
parallèle avec un générateur idéal dont la tension entre
.U $ % & '(
ses bornes est U .
Montrer que les intensités du courant qui $ # ) *
traversent ces résistances sont respectivement : : "# $
R2 R1 R1 R2
I1 = I et I2 = I I2 = I I1 = I
R1 + R2 R1 + R2 R1 + R2 R1 + R2

Exercice 3.3 3.3


Quelle intensité traverse la résistance de 8 dans .%#/0* 1 ) 8 , -) $
la figure ci-dessous.
8 6, 0

4, 0 4, 0
2, 0 12, 0V
5, 0 5, 0

2, 0
2, 0 5, 0
4, 0 12

12, 0V

24, 0V 24, 0V

A.FIZAZI Université_BECHAR 160


LMD1/SM_ST
Electrocinétique 161

Exercice 3.4 4.3


Calculer la résistance équivalente entre les
points A et B du montage représenté sur la figure
1 ) "# , - # , , 0(*
ci-dessous sachant que : : * # B A %#/0*
R1 = R2 = R3 = R4 = R7 = 10 ; R1 = R2 = R3 = R4 = R7 = 10 ;
R5 = R6 = 2,5 R5 = R6 = 2,5

•A B•
R1 R2
D

R3 R6
R7

C
R4 E R5

Exercice 3.5 5.3


Un fil de tungstène de 1, 00mm de diamètre 1 ( 1, 00mm & 02 3#0
transporte un courant d’intensité 15, 0A . Déterminer # 3#0 14 5 1( ( . 15, 0A % )
le champ électrique à l’intérieur du fil sachant que la 8
8 . 5,5.10 .m $ 02 # , , *
résistivité du tungstène est 5,5.10 .m .

Exercice 3.6 6.3


Le générateur de la figure ci-dessous a une
, 5 , ( - & %#/0* 1 )
force électromotrice e = 9, 0V et une résistance
. r = 0, 50 , #4 , e = 9, 0V $
r = 0, 50 .
., 1 - ) 0(* /1
1/ Calculer l’intensité dans chaque résistance.
2/ Quelle est la puissance fournie par le . 1& , , 07 $ /2
générateur ? . C A 8 $ /3
3/ Quelle est la différence de potentiel
R1 = R2 = R4 = 1, 0 , R3 = 2, 0 , R5 = 6, 0
entre A et C ?
R1 = R2 = R4 = 1, 0 , R3 = 2, 0 , R5 = 6, 0

A.FIZAZI Université_BECHAR 161


LMD1/SM_ST
Electrocinétique 162

R4 R5

e
B
D
R3

R1
R2
A (a)

Exercice 3.7 7.3


L’un des dispositifs les plus utiles pour mesurer la
température, est le thermomètre à résistance de
$ 9- ( , : - ; 5 (*
platine. Un fil d’environ 2, 0m de platine pur de < 3#0 . < , != - ( :
0,1mm de diamètre est enroulé en forme de bobine "# ? /# 0,1mm ( & 2, 0m % > 4
de résistance 25, 5 à 0°C . Sachant que le
* # . 0°C 25, 5 % ,@ ) 1 )
coefficient thermique de la résistivité du platine 9 0, 003927K 1 $ < , ! ( 1 @
1
est 0, 003927K , déterminer la variation de la - ( , / A , 2 (
résistance due à l’augmentation de température de =C - ( , $ . 1, 00°C B
1, 00°C . Quelle est la température, si la résistance est . 35,5°C ,
de 35,5°C ?

Exercice 3.8 8.3


Dans la figure ci-dessous chaque branche contient une
. r =1 , "# ! ( 1 %#/0* 1 )
résistance r = 1 . Calculer la résistance équivalente
entre A et B . . B A , , 0(*

C F I

A E H B

D G J

Exercice 3.9 9.3


En utilisant les lois de Kirchhoff, trouver la
résistance équivalente entre les bornes du groupe de
, , * 9? ) & 1 @0
résistances représenté dans la figure ci-dessous. .%#/0* 1 ) ,# , &
R2 = R3 = R5 = 6 , R1 = R4 = 12 R1 = R4 = 12 9 R2 = R3 = R5 = 6

A.FIZAZI Université_BECHAR 162


LMD1/SM_ST
Electrocinétique 163

R1

R3 R5

R2

R4

Exercice 3.10 10.3


On considère un réseau électrique de forme cubique
@ 1) = , 5 , ) @
qui peut être alimenté de trois manières : entre A et
B , entre A et C , entre A et D . A 9C A 9B A :'< 8 5 =2
Déterminer dans chaque cas la résistance équivalente .D
de ce réseau sachant que la résistance d'un côté est . # , ) =5 , , , (1 1 *
. $ # 1 , *

E B

H
F

G C

A D

Exercice 3.11 :11.3


On réalise le montage indiqué sur la figure ci-
dessous. Le condensateur est initialement déchargé.
,/ .1/0; 1 ) "# D 8(
On donne : :" @ ., ,E
E = 15V , R1 = 50k , E = 15V , R1 = 50k ,
R2 = R3 = 100k , C = 20µ F R2 = R3 = 100k , C = 20µ F
1/ Déterminer les éléments ETh et RTh du modèle KL MNOP QRS M RTh ETh F @ D /1
de Thévenin équivalent du dipôle actif linéaire situé à f A TOL U V WX YZ[ \] S ^_M `Ua bUc `d e
gauche des bornes A et B , l’interrupteur K étant . jS Nk K gh c iS P TOj B
ouvert. bWjl /2
2/ Calculer :
q K gh c oZp nM[ V O Z I mn_ /l
a/ l’intensité I du courant à la fermeture de K .
b/ l’énergie du condensateur une fois sa charge
q M s t X TOj Ne ] h /r
terminée. . k P Ne T _ kuv OwX c OMkx mn /Q
c/ la durée approximative nécessaire pour la charge
complète du condensateur.

A.FIZAZI Université_BECHAR 163


LMD1/SM_ST
Electrocinétique 164

A K
R1 R2 C
E R3 U

Exercice 3.12 12.3


Un générateur, de f.é.m. e = 70, 0V et de résistance % e = 70, 0V , 5 , ( % &
interne r = 1, 00 , est connecté à un moteur, de , ( % & 93 ( 1DF 9 r = 1, 00 , #4
f.é.m. e ' et de résistance interne r ' , en série avec un
10#0 "# 9 r ' , #4 % e', 5
conducteur ohmique de résistance R = 10, 0
5 ) @0 2 R = 10, 0 % * 1&
plongeant dans un calorimètre.
.(- ( , :
1/ Déterminer en fonction de e ', r ' et de l’intensité I
du courant qui traverse le moteur la puissance
!= # I - ) r ' 9e', I D ( /1
totale P dissipée par le moteur ainsi que la puissance 3 ( 1& -D PT , # , 0I 93 (
T

PJ dissipée par effet Joule par ce dernier. En déduire . 4; =$ 1 & 1


1@/ -D PJ , 0I =
l’expression de la puissance PM convertie en , 0 "C , ( PM , 0I - A 0C
puissance mécanique. (On orientera la f.é.m. e ' dans I e', 5 , ( - % ) .,
le sens opposé à celui du courant I ). .( I ,5 : @
2/ a)Le moteur est bloqué, la puissance électrique , 5 , 0I 9 3 ( (* /2
convertie en puissance mécanique est nulle. On 1 D ( : ., @
, , 0 "C , (
mesure un transfert thermique, au niveau du
Q1 = 15, 00kJ 9
@0 J 0 "# 9! (
calorimètre, Q1 = 15, 00kJ en une minute. Calculer
, ( =$ I1 - )
# 0(* .- ( , &
l’intensité I1 du courant dans ce cas et la f.é.m. e ' .
. r 'A
0C . e ' , 5 , ( -
En déduire r ' .
b) Le moteur fonctionne. Le transfert thermique n’est ! ( 1 ( .(
)12 ) 3 ( K (
plus que de Q2 = 1,50kJ en une minute. Calculer 0(* .- ( , & Q2 = 1,50kJ $
l’intensité I 2 du courant et e " , nouvelle valeur de la , ( - # e" - , # I2 - )
f.é.m. du moteur. .3 ( # , 5
3. On enlève le conducteur ohmique de résistance R 3 ( R, != ; 1& /3
et le moteur fonctionne. .12 )
a) Exprimer le rendement du moteur, rapport de la
, 0 !* 93 ( # D (*
puissance utile pour le moteur sur la puissance reçue
par celui-ci. , 0I 3 ( # , #@/ , 0I
b) Le moteur est connecté au générateur précédent. .%0/ $ $ #
Déterminer le point de fonctionnement du circuit, 12) , D .8 0 3 ( (r
c’est à dire :
intensité I du courant qui traverse le moteur et
!= # I - ) :!* -
tension U aux bornes de ce dernier. . 4; =$ U
c) Calculer le rendement . . 0(* (L

Exercice 3.13 13.3


En utilisant les lois de Kirchhoff déterminer les
I2 I1 D ? ) & 1 @0
courants I1 et I 2 pour le réseau représenté sur la

A.FIZAZI Université_BECHAR 164


LMD1/SM_ST
Electrocinétique 165

figure ci-dessous. .%#/0* 1 ) "# ,# , )

I1 2R I2 R
2R
E1 R
E2

Exercice 3.14 14.3


Calculer les caractéristiques ETh et RTh du générateur 0 " / " RTh ETh 0(*
de Thévenin correspondant au circuit représenté sur la
I - ) A 0 N 9 %#/0* 1 ) ,# - #
figure ci-dessous, en déduire ensuite l’intensité I du
courant qui passe dans le conducteur ohmique R . .R ; 1&
Application numérique : :! 8
R1 = 5 ; R2 = 2 ; R3 = 4 ; R1 = 5 ; R2 = 2 ; R3 = 4 ;
R4 = 10 ;R = 5 ;E=20V R4 = 10 ;R = 5 ;E=20V
R3
A
R1 R4
R
E R2
B

Exercice 3.15 15.3


Soit le circuit représenté sur la figure ci-dessous. En
appliquant les deux lois de Kirchhoff écrire toutes les
8 .1/0; 1 ) "# , -
équations correspondant aux nœuds et aux mailles. @# , 0 I @ 1 * ? ) &
. @

I1 R1 e1 , 1 e3 , 3 R7
A
I2 I3
e2 , 2

R4 R5 I5 C
D I4
B
R2 R3

R6 e6 , r6 I6

Exercice 3.16 16.3


Soit le circuit représenté sur la figure ci-dessous.

A.FIZAZI Université_BECHAR 165


LMD1/SM_ST
Electrocinétique 166

Ecrire toutes les équations en appliquant les lois .1/0; 1 ) "# , -


de Kirchhoff. En déduire l’expression de A 0C .? ) & 8 I @ 1 *
l’intensité I en fonction de
$ N . e1 , e2 , R1 , R2 , R3 , R, I 3 , I I - ) -
e1 , e2 , R1 , R2 , R3 , R, I 3 . Quelle est la tension
(U 3 ) entre les bornes du générateur ?
. (U 3 )

R1 I2 I3
I1 I
R2 R3
R
e1

e2 I3

Exercice 3.17 17.3


Le schéma ci-dessous représente un circuit appelé
pont de Wheatstone. On demande de calculer les deux
caractéristiques du générateur de Thévenin RTh et " RTh ! .
ETh , puis d’en déduire l’intensité I du courant
$%& $% ' ( I # ETh
électrique qui alimente la résistance ainsi que la
différence de potentiel U AB entre ses bornes. .(, U AB + , % ) *
Application numérique : :
e = 24V , R1 = R4 = 10k e = 24V , R1 = R4 = 10k
R 2 = 33k , R 3 = 27 k , r=2k R 2 = 33k , R 3 = 27 k , r=2k

R1 R2

C r D

I
R3 R4

Exercice 3.18 18.3


Déterminer littéralement l’intensité du courant qui
1 ) ) AB /# @ -) (
traverse la branche AB (figure ci-dessous) en
fonction de E1 , E2 , R1 , R2 , R3 , R . . E1 , E2 , R1 , R2 , R3 , R , I (1/0;

A.FIZAZI Université_BECHAR 166


LMD1/SM_ST
Electrocinétique 167

E1 R1

R3 R2

R
A B
E2

Exercice 3.19 19.3


Soit le montage indiqué sur la figure ci-dessous.
En procédant par schémas équivalents, déterminer .1/0; 1 ) "#
les caractéristiques du générateur de Thévenin D 9, 1 ); 1 @ 0
équivalent au circuit entre les points A et B . .B A - # 0 /
On branche une résistance R = 4k entre A et
0(* . B A R = 4k ,
B . Calculer le courant I 0 qui circule dans cette
résistance.
., =$ != # I0 - )

10mA

1k 2k

1k

10V 4V
3k 40mA

5mA 1k

Exercice 3.20 20.3


Un circuit est formé par deux mailles carrées
9 EFGH ABCD @ -
ABCD et EFGH , la première entourant la seconde.
Chaque côté de ces mailles a une résistance , % @ 5 # 1 ., ( " ;
r = 1, 0k et les deux sommets E et A sont , 0 #F E A D r = 1, 0k
connectés par une résistance d’également , ( - & . r = 1, 0k 3 = 5 & ,
r = 1, 0k . Une force électromotrice e = 12V est .C G e = 12V $ , 5
branchée entre G et C . G , , O=( - =$ 0 /1
1/ Simplifier ce circuit et déterminer la .C
résistance équivalente entre G et C .
. 5 - ) $ /2
2/ Quelle est l’intensité débitée par le
générateur ? .A C 8 $ /3
3/ Quelle est la différence de potentielle entre
les points C et A ?

A.FIZAZI Université_BECHAR 167


LMD1/SM_ST
Electrocinétique 168

A B

F
E

H G
e

D C

A.FIZAZI Université_BECHAR 168


LMD1/SM_ST
Electrocinétique 169

Solution des exercices 3.1 à 3.20: 20.3 1.3

Exercice 3.1 :
D’après la figure ci-dessous, on voit que : U AB = U AC + U CB

e
I1 eéq
e
3 réq
C I I
A B A B
I
I2
3e

En supposant que le courant va du point A vers le point B , on aura : I = I1 + I 2


On peut calculer la différence de potentiel entre les points A et B en suivant deux
chemin différents :
U AB = ( rI1 e ) + ( 3rI + e ) (1)
U AB = ( rI 2 3e ) + ( 3rI + e ) ( 2)
En additionnant les équations (1) et ( 2 ) , on obtient :
2U AB = r ( I1 + I 2 ) 4e + 6rI + 2e
2U AB = rI 4e + 6rI + 2e
2U AB = 2e + 7 rI ( 3)
La différence de potentiel entre les bords du montage équivalent est :
U AB = eéq + réq I ( 4 )
Par identification des équations ( 3) et ( 4 ) , on obtient :
7
eéq = 2e r réq =
2
Vu le signe négatif de la force électromotrice équivalente eéq , le sens réel du courant
électrique va du point B vers le point A .

Exercice 3.2 :
D’après la figure ci-dessous, l’intensité du courant principal I que débite le générateur,
de force électromotrice e , se répartit entre les deux résistances, telle que : e = R1 I1 = R2 I 2
e

I R1
I
I1

I2 R2

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 170

Et puisque : I = I1 + I 2 , on peut calculer chacune des deux intensités dans chacune des
deux branches :
I 2 = I I1 R2
R1 I1 = R2 ( I I1 ) I1 = I
R1I1 = R2 I 2 R1 + R2

I1 = I I2 R1
R1 ( I I 2 ) = R2 I 2 I2 = I
R1I1 = R2 I 2 R1 + R2

Exercice 3.3 :
En se concentrant sur la figure de l’énoncé, on peut en déduire, et sans aucun calcul, que
l’intensité est nulle dans toutes les branches. La raison est simple : les générateurs s’annulent
deux à deux à cause 1de leur montage en opposition deux à deux, et par conséquent les forces
électromotrices s’annulent deux à deux.

Exercice 3.4 :
Il suffit de distinguer les résistances montées en série de celles montées en parallèle,
comme le montre la figure ci-dessous. Donc :
Réq = RAB = ( R1 R3 ) + R2 ( R4 R7 ) + R5 + R6 •A B •
R1 R7
RR
RAD = R13 = 1 3 R13 = 5
R1 + R3 E R5 R6
R4
RR
RDE = R47 = 7 4 R47 =5 R3
R7 + R4 D R2
R2 ( R47 + R5 + R6 )
RDB = RDB = 5 ; Réq = RAD + RDB Réq = RAB = 10
R2 + R47 + R5 + R6

Exercice 3.5 :
On connaît la relation entre la densité de courant, la conductivité et le champ électrique :

J= E
Puisque la densité de courant est :
I
J=
S
Donc :
I
E=
S
La conductivité est égale à l’inverse de la résistivité, on peut donc écrire :

I I
E= . =
S r2
Application numérique :
15, 0
E = 5,5.10 8
6
E = 1, 05Vm 1

3,14.0, 25.10

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 171

Exercice 3.6 :
Tous les montages représentés ci-dessous sont équivalents au montage donné dans
l’énoncé.

3, 6A
C
I 5 = 2, 4 A 1, 2A R4
R4 R5
C
R3 R5
e D e
1, 2A B
B
D I = 3, 6 A A (b)
R3 R1 R2

R1
R2
I 3 = 1, 2 A A
(a)
R4 R4
C R5 C R5
R3 D D
B e e
B
A R123 (d)
R12 (c)
Réq
C
R5 C
D e R12345 D e e
R1234 (e) (f) (g)

De la figure ( b ) , on en déduit la résistance équivalente des résistances R1 et R2 montées


en série :
R12 = R1 + R2 R12 = 2, 0
De la figure ( c ) , on en déduit la résistance équivalente des résistances R12 et R3 montées en
parallèle :
1 1 1 R .R
= + R123 = 12 3 R123 = 2, 0
R123 R12 R3 R1 + R2
De la figure ( d ) , on en déduit la résistance équivalente des résistances R123 et R4 montées
en série :
R1234 = R123 + R4 R1234 = 3, 0
De la figure ( e ) , on en déduit la résistance équivalente des résistances R1234 et R5 montées
en dérivation :
1 1 1 R .R
= + R12345 = 1234 5 R12345 = 2, 0
R12345 R1234 R5 R1234 + R5
De la figure ( f ) , on en déduit la résistance équivalente de la résistance R12345 et de la
résistance interne du générateur montées en série :
Réq = R12345 + r Réq = 2,5

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 172

De la figure ( g ) , on peut à présent calculer l’intensité principale que débite le générateur


dans le circuit :
e
I= I = 3, 6 A
Réq
A partir de ce résultat, et de la figure ( g ) qui lui correspond, et, en passant par ordre par
toutes les figures de ( f ) jusqu’à (a) , on obtient les différentes intensités dans chaque
branche du circuit :
Dans la figure ( f ) : I = 3, 6 A
Dans la figure ( e ) :
rI + e
U CD = R5 .I 5 = rI + e I5 =
R5
0,5.3, 6 + 9
I5 = I 5 = 1, 2 A
6
Tandis que dans la résistance R1234 , c'est-à-dire à travers R123 et R4 , l’intensité est :
I4 = I I5 I 4 = 2, 4 A
Dans la figure ( c ) : l’intensité à travers R12 est égale à l’intensité à travers R3 , puisque les
deux résistances sont égales :
2, 4
I3 = I 3 = 1, 2 A
2
Dans la figure ( a ) , on a représenté les valeurs et les sens des différentes intensités :
P = Réq .I 2 = eI P = 32, 4W
3/ La différence de potentiel entre A et C : on peut la calculer en suivant n’importe quelle
branche. En suivant par exemple la branche ADeC , la différence de potentiel demandée est :
U AC = R2 I 3 + rI e
U AC = (1.1, 2 ) + ( 0,5.3, 6 9 ) U AC = 5V

Exercice 3.7 :
Puisque : = 0 1+ (T T0 )
Il en résulte : R = R0 1 + (T T0 )
On demande de déterminer la variation de la résistance R R0 correspondant à une
variation de température T T0 de 1, 00°C . Donc :
R R0 = R0 (T T0 ) R = R0 T

R = 25,5.0, 003927.1, 00 R = 0, 001


Cela veut dire que la résistance augmente de 0, 001 , chaque fois que la température
augmente de 1K ou 1°C .
Si la résistance atteint la valeur 35,5 , la température correspondante aura atteint donc :
R
T=
R0

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 173

35,5 25,5
T= T 100°C
25,5.0, 003927
Exercice 3.8 :
Dans la figure (a), on voit que la ligne AEHB représente une droite de symétrie par
rapport aux potentiels, tels que :
Uc = U D
U F = UG
UI = UJ
C’est ce qui nous permet de simplifier le réseau, comme il est indiqué sur la figure (b), et
ça facilite les calculs pour trouver la résistance équivalente en suivant, en toute logique, des
étapes successives.
C F
I

A E H B

D G J
1

A E H B
C D F G I J

3
A 2 C E F H I 2 B A C F I B
D r r G r r J r D G J r
2 2 2 2 2 2

4
5
A B A C F I B
5 r D G J r
Réq =
3 2 3 3 2

Exercice 3.9 :
On suppose que l’ensemble est alimenté par un générateur de force électromotrice
e = 18V (on pourra choisir n’importe quelle autre valeur, car la résistance est indépendante de
e quelque soit sa valeur). On a représenté sur la figure ci-dessous l’intensité principale et les
intensités parcourant les différentes branches.
La loi des mailles de Kirchhoff nous permet d’écrire les équations suivantes :
Maille ( e, R1 , R4 , R5 , e ) :
R1I1 + R5 ( I1 + I 3 ) e = 0 12 I1 + 6 I1 + 6 I 3 18 = 0 3I1 + I 3 3 = 0 (1)
Maille ( e, R2 , R5 , e ) :
R2 I 2 + R4 ( I 2 I3 ) e = 0 6 I 2 + 12 I 2 12 I 3 18 = 0 3I 2 2 I 3 3 = 0 ( 2)
Maille ( e, R2 , R3 , R5 , e ) :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 174

R2 I 2 + R3 I 3 + R5 ( I1 + I 3 ) e = 0 6 I 2 + 6 I 3 + 6 ( I1 + I 3 ) 18 = 0 I1 + I 2 + 2 I 3 3 = 0 ( 3)
e
e
R1
I I
I
I1 R3 R5
I3
Réq
I2 R2 I1 + I 3
I4
R4

Les trois équations constituent un système à trois inconnues :


3I1 + 0 I 2 + I 3 = 3
0 I1 + 3I 2 2 I 3 = 3
I1 + I 2 + 2 I 3 = 3
Si on choisit la méthode des matrices, on doit procéder de la manière suivante :
3 0 1
d=0 3 2 = 21
1 1 2
3 0 1
18 6
3 3 2 = 18 I1 = I1 = A
21 7
3 1 2
3 3 1
27 9
0 3 2 = 27 I2 = I2 = A
21 7
1 3 2

3 0 3
9 3
0 3 3 =9 I3 = I3 = A
21 7
1 1 3
15
L’intensité principale est donc : I = I1 + I 2 A I=
7
On peut à présent déterminer la résistance équivalente telle que :
e 42
Réq = Réq = = 8, 4
I 5

Exercice 3.10 :
1/ L’alimentation du réseau suivant AB : se référer à la figure (a) ci-dessous.
Lorsque le réseau est alimenté entre les points A et B , AB représente un axe de symétrie
pour les potentiels.
En A le courant principal I 0 se répartit en trois fois I , en B il arrive aussi trois fois I
( I 0 = 3I ) .

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 175

Lorsque le courant I arrive à F , il se divise en deux parties égales puisque les deux
trajets pour atteindre B sont égaux, et ce en raison de l’égalité des potentiels des points E et
H . La répartition des différents courants dans le cube se fait donc de la façon indiquée sur la
figure (a).
En suivant le trajet AFEB , on a :
U AB =U AF +U FE +U EB

I 5
U AB = rI + r + rI = rI
2 2
5 3 5 5
U AB = × r .I = r 3 .I U AB = r I 0 = R éq . I 0
2 3 6 6
D’où la résistance équivalente du réseau :
5
Réq = r
6

2/ L’alimentation du réseau suivant AC : se référer à la figure (b) ci-dessous :


Quand on alimente le réseau suivant AC , le plan AFBC représente un plan de
symétrie des potentiels, et le plan GDHE représente le plan de symétrie entrée-sortie pour la
répartition des courants.
Le courant principal I 0 se répartit en I dans les deux branches AD et AG , et J
dans la branche AF . En F , le trajet pour aller à B est le même puisque les points E et H
sont au même potentiel. En F , le courant J se divise en deux parties égales. Puisque
EHDG est un plan de symétrie entrée-sortie, les branches EB et BC sont parcourues par le
même courant J / 2 . De ce fait, les branches EG et DH ne sont parcourues par aucun
courant, ce qui nous permet de dire que le réseau est ouvert entre E et G , et entre D et H .
Finalement, la branche BC est parcourue par J , et les deux branches GC et DC sont
parcourues par I .
On peur simplifier le réseau comme indiqué sur la figure (b).

E I B E B E B
I 2K
I K K
I /2 J /2 K
I /2 H H H
F F F
I /2 J /2 I K K
I
J
G C G C G C
I /2 I K
I /2 I
I
I I I /2 J I I I I
I I J J
A D A D A D

La résistance équivalente est telle que :


1 1 1
= +
Réq RAC 2r + RFB
Or :
1 1 1 1 1
= = + =
RFB RAC 2r 2r r
D’où la résistance équivalente du réseau:

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 176

1 1 1 3
= + Réq = r
Réq r 2r + r 4

3/ L’alimentation du réseau suivant AD : Se référer à la figure (c) ci-dessus.


Lorsque le réseau est alimenté entre les points A et D , le plan AEBD représente un plan
de symétrie des potentiels. D’autre part, le plan passant par les médiatrices des segments AD
et GC est un plan de symétrie entrée-sortie pour la répartition des courants.
Puisque les points F et G sont au même potentiel, les branches AF et AG sont
parcourues par le même courant I .
La branche AD est parcourue par le courant J , tel que I 0 = 2 I + J ( I 0 étant le courant
principal).
Puisque la différence de potentiel entre les points F et G est la même, les branches FE
et GE sont parcourues par le même courant d’intensité K . La branche FH est parcourue par
le courant I K , et la branche EB par le courant 2 K . On obtient une répartition de courant
comme indiqué sur la figure (c).
On a :
U AD = rJ = r ( I 0 2 I ) ( A )
Suivant le chemin AFHD :
U AD = r ( I + I K + I ) = r ( 3I K ) ( B )
En considérant la maille FEBHF , on a :
I
0 = R ( K + 2K + K ( I K )) K = (C )
5
I 5 U AD
( C ) ( B ) : U AD = r 3I I= ( D)
5 14 r
5
( D ) ( A) : U AD = rI U AD
7
En fin de compte, on obtient :
7 7
U AD = rI = Réq I Réq = r
12 12

Remarque : On peut utiliser les points F et G d’une part, et les points H et C d’autre
part, comme étant au même potentiel et ainsi les relier entre eux pour simplifier le réseau.

Exercice 3.11 :
1/ La figure (a) ci-dessous nous permet de calculer la résistance équivalente du
circuit Réq = RTh :
Les résistances R1 et R3 sont montées en parallèle, et leur résistance équivalente est en
série avec R2 . D’où :
R1 R3
RTh = + R2 , RTh = 133,3k
R1 + R3

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 177

i
A A A
RTh R1 R2 R1 R2
ETh C E R3 U R3

B B B
(c) (b ) (a)
La figure (b) nous permet de calculer la force électromotrice du générateur de Thévenin :
U = ETh
La résistance R2 n’est parcourue par aucun courant. Soit i l’intensité qui circule dans R1 et
R3 :
E
i= E
R1 + R3 U = ETh = R3 , ETh = 30V
R1 + R3
U = R3i

2/ a) Au moment de la fermeture de l’interrupteur, l’intensité du courant que débite le


générateur de Thévenin (figure(c)) est :
E
i = Th , i = 0, 075 A
RTh
b) L’énergie WE emmagasinée dans le condensateur à la fin de sa charge est égale à :
1
WE =CU 2 1
2 WE = CETh 2
, WE = 0, 05 J
2
U = ETh
c) La durée nécessaire pour la charge du condensateur est à peu près égale à cinq fois la
constante du temps ! (une règle bien connue et vérifiée) :
t = 5!
t = 5RThC , t = 6, 65s
! = RThC

Exercice 3.12 :
On se représente le circuit sous la forme suivante :
I
R
r'

e e'

1/ Si on note par U ' la différence de potentiel entre les bornes du moteur, la puissance
électrique totale qu’il consomme est :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 178

PT = U ' I
PT = e ' I + r ' I 2
U ' = e '+ r ' I 2

La puissance dissipée par effet joule dans le moteur est : PJ = r ' I 2


Donc la puissance électrique transformée en puissance mécanique est égale à :
PM = PT PJ PM = e ' I
2/ a) Le moteur étant bloqué, il se comporte comme un conducteur ohmique, donc PM = 0 .
La puissance électrique dissipée dans le moteur par effet joule est RI12 . Cette puissance est
réceptionnée par le calorimètre, d’où :
Q1
Q1 = RI12t I1 = , I1 = 5 A
Rt
D’après la loi des mailles : ( r + r '+ R ) I1 (e e ') = 0
Puisque le moteur ne tourne pas : e ' = 0 . D’où :
e
r'= (r + R) , r ' = 3
I1
b) A présent le moteur fonctionne normalement, cela veut dire que PM " 0 et e '' " 0 .
On obtient alors :
Q2
I2 = , I 2 = 1, 6 A
Rt
Pour calculer e " , on applique la loi des mailles, telle que :
( r + r '+ R ) I 2 ( e e ") = 0 e " = e ( r + r '+ R ) I 2 , e " = 47, 6V
Pm
3/ a) Le rendement est défini comme étant # =
PT
e" I e"
Ce qui nous conduit à : # = #=
e" I + r ' I 2 e "+ r ' I

b) A présent, la tension aux bornes du générateur est égale à la tension aux bornes du
moteur :
U = e rI e e"
I= , I = 5, 6 A
U = e" r ' I r+r'
D’où : U = 64, 4V
47, 6
c) calcul du rendement : # = # = 73, 7 ° °
47, 6 + ( 3 × 5,6 )

Exercice 3.13 :
Le circuit comprend trois nœuds. On affecte arbitrairement à l’un d’eux( O par exemple)
le potentiel zéro, puis on applique la loi des nœuds en A et B , avec les deux potentiels
inconnus VA et VB .

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 179

A B
I1 2R I2 R
2R
E1 I3 R #
E2
O
V0 = 0

Au nœud A : I1 I 2 + I 3 = 0 . donc :
VA V0 = 2 RI1 + E1
E1 VA VB VA E2 VA
VA V0 = 2 RI 3 + E2 + + =0
2R R 2R
VA VB = RI 2
Au nœud B : I 2 + I 4 + # = 0 . donc :
VA VB = RI 2 VA VB VB
+# = 0
VB V0 = RI 4 R R
On obtient un système à deux équations :
4VA 2VB = E1 + E2
VA + 2VB = R#
On arrive aux solutions :
E1 + E2 + R# E1 + E2 + 4 R#
VA = , VB =
3 6
De là, on en déduit les intensités I1 et I 2 :
E1 VA 2 E1 E2 R#
I1 = I1 =
2R 6R
VA VB E1 + E2 2 R#
I2 = I2 =
R 6R

Exercice 3.14 :
1/ Calcul de Eth en ouvrant la branche AB :
ETh = U AB0 R3 I 3 + R2 I 2 = R4 I 3 I1 R3
A
Calculons I 3 en appliquant la loi des I2 I3
nœuds : R1
I1 = I 2 + I 3 (1) a b R4 VAB
E R2
D’après la loi des mailles, nous avons :
Dans la maille (a ) : E = R1 I1 + R2 I 2 (2) B
Dans la maille (b) : 0 = ( R3 + R4 ) I 3 R2 I 2 (3)
Remplaçons I1 dans l’équation ( 2 ) pour obtenir :
E = R1 ( I 2 + I 3 ) + R2 I 2 E = ( R1 + R2 ) I 2 + R1 I 3 (4)

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 180

R3 + R4
Nous calculons I 2 à partir de l’équation ( 3) : I 2 = I3 (5)
R2
Remplaçons I 2 dans l’équation ( 4 ) pour obtenir :
( R1 + R2 )( R3 + R4 ) ( R1 + R2 )( R3 + R4 ) + R1 R2 )
E= I 3 + R1 I 3 E=$ % I3
R2 R2
Finalement nous obtenons I 3 et ETh :
ER2 R2 R4 E
I3 = ; ETh = ETh = 3.70V
( R1 + R2 )( R3 + R4 ) + R1 R2 ( R1 + R2 )( R3 + R4 ) + R1 R2

2/ Calcul de RTh après suppression du générateur :


La résistance équivalente de tout le circuit sans la résistance R est :
Rth = ( R1 R2 ) + R3 R4 R3
•A
1 1 1
R1 R2 = + = 0.715 R12 = 1.43
R12 R1 R2
R1 R2 R4
La résistance équivalente de R12 et R3 est :
R ' = R12 + R3 R ' = 5.43
•B
Finalement, la résistance du générateur de Thévenin est :

1 1 1
= + RTh = 3.52
RTh R ' R4 •A
3/ Calcul de l’intensité I : RTh
ETh R
ETh = ( R + RTh ) I I= I = 0.43 A ETh
R + RTh
•B

Exercice 3.15 :
Application de la première loi : Il y a quatre nœuds auxquels correspondent quatre
équations :
Au nœud A : I1 + I 2 = I 3
Au nœud B : I 2 = I 5 + I 4
Au nœud C : I 5 = I 3 + I 6
Au nœud D : 0 = I 4 + I 6 + I1

Application de la deuxième loi : Il y a trois mailles indépendantes. Après avoir choisi les
sens, comme indiqué sur la figure, on peut écrire les différentes équations :
La maille 1 : e3 + e2 = R7 I 3 + R3 I 3 + R5 I 5 + r2 I 4 + r3 I 3
La maille 2 : e1 e2 = R1 I1 R4 I 4 R2 I 2 + r1 I1 r2 I 2
La maille 3 : e6 = R6 I 6 R4 I 4 + R5 I 5 + r6 I 6

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 181

I1 R1 e1 , 1 e3 , 3 R7
A
I2 I3
e2 ,
2 2
1
R4 R5 I5 C
D I4
B
R2 R3
3

R6 e6 , r6 I6

Exercice 3.16 :
Il n’y a que deux nœuds, on peut se contenter donc d’une seule équation en appliquant la
loi des nœuds : I1 + I 2 + I3 = I
Aux trois mailles correspondent trois équations qu’on obtient en appliquant la loi des
mailles :
e1 e2 = R1I1 R2 I 2
e1 = R1I1 + RI
e2 = R2 I 2 + RI
La solution du système des trois équations nous donne en fin de compte l’intensité I :
e R +e R +R R I
I= 1 2 2 1 1 2 3
R1R2 + RR1 + RR2
D’où la tension U 3 : U 3 = RI + R3 I3

Exercice 3.17 :
La figure suivante représente le montage équivalent au montage donné dans l’énoncé.
e

I0 A
R1 R2

C D r

I
R3 I0 ' R4
B

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 182

Détermination de RTh : On éteint les sources de tension et on calcule la résistance


équivalente RTh de toutes les résistances à l’exception de (figure ci dessous).
A A
A
R1 R2 R1 R2
R1 R2 R=
R1 + R2
C D
R3 R4
R3 R4 R' =
R3 R4 R3 + R4
B
B B

R3 R4 R1R2
R' = R= RTh = R + R '
R3 + R4 R1 + R2
R1R2 RR
RTh = + 3 4 RTh 15
R1 + R2 R3 + R4
Détermination de ETh : On considère le circuit ouvert en supprimant la résistance
montée entre A et B (figure ci-dessous).
e

I0 A
R1 R2

C D

R3 I0 ' R4
B

e = ( R1 + R2 ) I 0 = ( R3 + R4 ) I 0 '
ETh = (VA VB )0 = R2 I 0 R4 I 0 ' = R3 I 0 ' R1I 0
e e e e
ETh = U AB0 = R2 R4 ; ETh = U AB0 = R3 R1
R1 + R2 R3 + R4 R3 + R4 R1 + R2

A la fin, on obtient :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 183

R2 R3 R1R4
ETh = e
( R1 + R2 ) ( R3 + R4 )
ETh 12V

Calcul de I et U : On utilise la figure suivante :

ETh ETh , RTh


U AB = rI = RTh + ETh I= I = 0, 70 A
r + RRh
U AB = rI U AB = 1, 4V I
A
B
Exercice 3.18 :
Détermination de RTh à partir du montage ci dessous, où nous avons supprimé la branche
AB , et on a éteint les sources de tension : R1

R1 R3 + R2 R3 R3 R2
RTh =
R1 + R2 + R3
A B

Détermination de ETh à partir de la figure ci-dessous, où nous avons supprimé la branche


AB seulement :
E1 R1
i
U AB0 = R3 .i = ( R1 + R2 )i ( E1 )
R3 R2 i
E1 i
i=
R3 + R1 + R2
A B
R3 E1
ETh = U AB0 =
R3 + R1 + R2

Détermination de I à partir de la figure suivante :


ETh = U AB0 = R.I ( E2 ) = RTh I ( ETh ) RTh ETh
I
ETh E2
I=
R + RTh
R
R3 E1 E2 ( R1 + R2 + R3 )
I= A B
R ( R1 + R2 + R3 ) + R1 R3 + R2 R3 E2

Exercice 3.19 :
Une fois que l’on ait remplacé les générateurs d’intensité par des générateurs de tension
équivalente, comme indiqué sur la figure ci-dessous, on détermine alors la force
électromotrice ETh du générateur de Thévenin ainsi que sa résistance interne RTh .

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 184

Détermination de ETh : On peut calculer U AB0 de trois manières différentes, ce qui


conduit à trois équations :
U AB0 = ETh = 1000 I + 2000 I1 + 10 + 4 ETh = 1000 I + 2000 I1 + 10 + 4 (1)
U AB0 = ETh = 1000 I + 2000 I 2 + 10 + 15 ETh = 1000 I + 2000 I 2 + 10 + 15 ( 2)
U AB0 = ETh = 7000 I + 160 ETh = 7000 I + 160 ( 3)
I = I1 + I 2 I = I1 + I 2 ( 4)
En somme les équations (1) et ( 2 ) pour obtenir :
2 ETh = 2000 I + 2000 ( I1 + I 2 ) + 41 2 ETh = 4000 I + 41 ( 5)
160 ETh
On en déduit l’intensité I de l’équation ( 3) : I =
7000
A la fin, on remplace I dans l’équation ( 5 ) , pour obtenir la force électromotrice du
générateur de Thévenin :
4
2 ETh = (160 ETh ) + 41
7
18ETh = 927 ETh = 51,5V
10mA

A
1k A
1k 2k 3k 1k 2k 10V
3k
1k
4k
10V 4V 10V 4V
4k 40mA 160V

5mA 1k 1k
5V
B
B

10V
I2 A
A
1k
I
2k 2k RTh
I1 7k

15V 4V
ETh
160V
B
B

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 185

Détermination de RTh : Pour calculer la résistance équivalente de tout le circuit, on éteint


toutes les sources d’intensité et de tension. Les résistances équivalentes successives
sont indiquées sur les figures ci-dessous de gauche à droite. On trouve à la fin :
14
RTh = k
9

A A A
A
2k 1k 1k 2k
7k 14
7k k
2k 1k 7k 9
B B
B B

Calcul de l’intensité parcourant la résistance R = 4k : A


A partir de la figure ci contre on en déduit l’intensité I 0 :
RTh I0

ETh
I0 = , I0 9,3mA 4k
RTh + R
ETh

B
Exercice 3.20 :
1/ Les figures ( a ) , (b ) , ( c ) et ( d ) dans l’ordre donné représentent des simplifications
successives du réseau. La figure ( d ) représente la résistance équivalente Réq = 3 de tout le
circuit, elle est montée aux bornes d’un générateur de force électromotrice e .

A
A A

E I
G
E
H E
D B 2 3 e
H F 2
2 2
G I
G C
(d )
e e
G
e I
C C
(b) (c)
C
(a)

2/ Intensité du courant que débite le générateur :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electrocinétique 186

e
U GC = Réq I = e I= I = 4, 0mA
Réq
3/ La différence de potentiel entre les points C et A :
Puisque les branches GFE et GHE sont semblables, le courant d’intensité 4, 0mA
qui sort du générateur, se divise au point G en deux intensités égales ( 2mA) . La branche
EA est parcourue par le courant principal 4, 0mA .
D’où la différence de potentiel entre les points C et A qui est égale à :
U CA = U CG + U GH + U HE + U EA
I I
U CA = e + r + r + rI U CA = e + 2rI U CA = 4, 0V
2 2
En suivant la branche CBA :
U CA = U CB + U BA
I I
U CA = r r U CA = rI U CA = 4, 0V
2 2

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 187

IV/ ELECTROMAGNETISME

Le mot « magnétisme » dérive du nom de la région qui porte le nom de « magnésie »,


située sur la côte ouest de l’actuelle Turquie, où le phénomène magnétique a été observé
depuis fort longtemps (600 avant J.C). Cette région renfermait des gisements du minerai
appelé « magnétite » qui a des propriétés spécifiques.
En effet, on a observé que deux morceaux de ce minerai s’attirent ou se repoussent,
comme ils peuvent donner leurs propriétés à un morceau de fer se trouvant proche d’eux.
Ce phénomène magnétique est resté sans explication jusqu’en l’an 1819. En cette année,
le physicien suédois Hans Christian Oersted (1777-1851), a remarqué que le passage d’un
courant électrique dans un fil situé tout près d’une aiguille aimantée provoque sa déviation, ce
qui prouve l’existence d’une force magnétique résultant du passage du courant électrique.
Cette expérience a prouvé qu’un fil parcouru par un courant électrique acquiert des propriétés
magnétiques tout à fait semblables à celles que possèdent un aimant naturel.
En temps contemporain, il a été convenu que tous les phénomènes magnétiques sont dus
à deux causes :
Le mouvement de charges électriques (courant électrique)
Quelques propriétés intrinsèques de la matière.

A/ Le champ magnétique (3 4 567 ):

1/ Définition du champ magnétique :


Un champ magnétique existe dans une région voisine :
D’un aimant naturel ou artificiel,
De la terre, que l’on considère comme étant un énorme aimant,
D’un conducteur parcouru par un courant électrique.
Par comparaison avec le champ électrique, une charge ou un ensemble de charges en
mouvement, créent dans la région où elles se trouvent un champ magnétique. Ce champ
magnétique agit sur une charge électrique externe q avec une force FB . Il en est de même
pour un courant électrique, puisque par définition, c’est un mouvement de charges.
Comme le champ électrique E , le champ magnétique est lui aussi une grandeur
vectorielle, on le note par le vecteur B . Son nom complet est : champ d’induction
magnétique (3 4 => 7? 56@).

2/ Superposition de champs magnétiques( 4 CD67 E F G HIJ ) :


Si plusieurs champs magnétiques B1 , B2 ,....., Bn agissent simultanément sur une
charge électrique en mouvement, ou sur une aiguille aimantée, le champ magnétique B
équivalent, est égal à la somme vectorielle de tous les champs agissant (figure 4.1) :
B = B1 + B2 + ......... + Bn

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 188

B3

B = B1 + B 2 + B 3 + B 4
M B2

B1
B4

B/ Force électromagnétique agissant sur une charge électrique en


mouvement ( F 7? O P F 7Q RST U VW4 4 UD6 ):
La force de Lorentz (Hendrik Antoon Lorentz 1853-1928) :
Comme nous l’avons dit précédemment, un champ électrique existe près de tout corps
magnétique ; seulement, un champ pareil n’a aucune influence sur une charge électrique au
repos.
Si on considère une charge électrique en mouvement dans un champ magnétique, elle
sera soumise alors à une nouvelle force, en plus de la force électrique et de la force de
pesanteur.
Ainsi, il a été vérifié expérimentalement que le champ magnétique exerce sur une
charge électrique en mouvement une force magnétique proportionnelle à la valeur de la
charge, au vecteur vitesse et au vecteur du champ magnétique, et qu’elle est perpendiculaire
au vecteur vitesse :
FB = q.v B FB = q.v.B.sin (4.1)

Quand une charge se déplace dans une région de l’espace, où règnent un champ magnétique et
un champ électrique, la résultante est égale à la somme des deux forces : électrique et
magnétique :
F = Fe + FB = qE + q.v B (
F = q E + .v B ) (4.2)

C’est l’expression de la loi de Lorentz

FB

q
v

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 189

A/ La force électromagnétique exercée sur un élément d’un conducteur


rectiligne (` 6? 5^ _ [ \ T RST 6J]4 4 UD6 ):

1/ La force de Lorentz
On sait que la densité de courant électrique qui parcourt un fil est : J = nqv
La relation entre le courant et la densité est : I = JS
Si un conducteur se trouve dans un champ magnétique, la force magnétique appliquée
à l’unité de volume est :
f = nqv B f =J B (4.3)
Quant à la force appliquée à un volume élémentaire du fil elle est égale à :
d F = f .dV = J ( )
B .dV (4.4)
Si S est la section du fil, et dl la longueur élémentaire considérée, on aura :
dF = J ( )
B S .dl (4.5)
Pour Obtenir la force totale appliquée sur un volume déterminé, on doit intégrer :
F=
fil
(J )
B S .dl (4.6)

Puisque J = J .uT , où uT est le vecteur unitaire tangent à l’axe du fil, on a :


F= ( J .S ) uT B.dl (4.7)
fil

F = I .uT B.dl (4.8)


fil
Si on considère le conducteur rectiligne plongé dans un champ magnétique
uniforme B , cela veut dire que uT et B sont constants, ce qui nous permet d’écrire :

F = I .uT B dl (4.9)
fil

Si la longueur du fil baignant dans le champ magnétique est dl = l , alors :


fil

F = I .l.uT B (4.10)
Puisque uT = 1 , et si est l’angle compris entre le conducteur rectiligne et le
vecteur champ magnétique, on obtient :

F = B.I .l.sin (4.11)


Cette relation exprime la loi de Laplace

Pour déterminer la direction et le sens de cette force, on doit utiliser la règle connue de
la main droite : l’index indique la force magnétique, le pouce le courant ou le conducteur, et le
majeur le vecteur champ magnétique. Figure 4.3

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 190

FB

Fig 4.3: Règle de la main droite

1/ Applications :
a/ La balance de Cotton (Aimé Cotton 1869-1951) :
La balance de Cotton est constituée de deux bras mobiles autour d’un axe :
La première section est caractérisée par une forme particulière, constituée d’un
secteur circulaire isolant S , fabriqué en matière plastique et limité par deux arcs concentrés
sur l’axe de rotation du levier. S Comprend une portion rectiligne CD de longueur l ,
horizontale quand la balance est en équilibre. Figure 4.4

O
S ( )
m

C D
P
B a b

Fig 4.4: Balance de Cotton

Un fil conducteur sort par O , suit le secteur circulaire et la portion rectiligne CD ,


puis revient en O . L’autre bras du levier porte un plateau. La balance est en équilibre quand
il ne passe aucun courant électrique.
Si on plonge la portion CD du secteur S dans un champ magnétique uniforme B ,
perpendiculaire au plan de la figure et dirigé vers l’avant, on remarque que la balance perd
son équilibre lorsqu’ un courant traverse le fil. Pour rétablir l’équilibre, il suffit de mettre des
masses étalonnées sur le plateau.
Les deux moments, différents de zéro, et agissant sur le système, sont le moment du
poids P des masses, et le moment de la force de Laplace FB .

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 191

mg .b
A l’équilibre : FB .a = mg .b FB =
a
Ainsi on peut calculer l’intensité du champ d’induction magnétique :
mgb
B.I .l.a = mgb B= (4.12)
I .l.a
L’unité de B est le tesla (T).

b/ L’effet Hall (Edwin Herbert Hall 1855-1938) (C j 5kl)


La figure 4.5 représente une plaque en cuivre, de section rectangulaire (quelques
millimètres), parcourue par un courant électrique I dans le sens de la longueur.

B
++++++++++++++++++++++++ l
uz Fe = eE
v e E
uy I
L
ux FB = ev B

Les électrons suivent des trajectoires parallèles à l’axe Oy , en se déplaçant à la


vitesse v dans le sens contraire du sens conventionnel du courant qui circule dans le
sens Oy .
Quand on applique un champ magnétique B perpendiculairement à la plaque
(selon la figure, suivant Oz ), Chaque électron est soumis à une force magnétique
FB = e. v B FB = e.v B . Sous l’action de cette force magnétique, les
électrons dévient vers la droite de la plaque, côté qui se charge donc négativement.
L’autre coté se charge, quant à lui, positivement, à cause de la diminution du nombre
d’électrons qui ont été déviés vers le côté droit. Cela entraîne l’apparition d’un champ
électrique E parallèle à l’axe Ox .
Les électrons sont soumis à chaque instant à deux forces :
La force magnétique : FB = e.v B , produite par le champ magnétique et
dirigée dans le sens de Ox ,
La force électrique : Fe = eE , produite par le champ électrique et dirigée dans
le sens contraire de Ox .
L’égalité des deux forces conduit à un état d’équilibre, ce qui fait apparaître une
différence de potentiel transversale entre les bords opposés de la plaque. Cette
différence de potentiel est proportionnelle à B .

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 192

Ce phénomène que nous venons de décrire s’appelle effet Hall ordinaire ou


négatif, Il apparaît sur la plupart des métaux, comme le cuivre, l’argent, l’or, le platine
…etc. Mais dans quelques métaux, comme le zinc, le cobalt, le fer et dans d’autres
matériaux, tels que les semi-conducteurs, il se produit l’effet Hall positif. Ce dernier
s’interprète par le fait que ce sont les charges positives qui se déplacent dans le sens
du courant électrique, ce qui inverse totalement le raisonnement que nous avons suivi
pour l’effet négatif.
L’effet hall découvert en 1879, offre une méthode très intéressante pour la
détermination du signe des porteurs de charges dans un conducteur donné.
Parmi les intérêts de l’effet Hall, la possibilité de déterminer la densité de charge,
c’est à dire le nombre de charges par unité de volume, comme le montre les calculs ci
après.
A l’équilibre : Fe = FB evB = eE E = vB
On appelle tension Hall, la différence de potentiel qui apparaît entre les bords de
UH
la plaque : U H = E.L E=
L
On sait que : I = JS = nevS
I
Et puisque S est la section de la plaque, on a : I = nevLl v=
neLl
D’où la densité des porteurs de charges :
UH I U IB
vB = B= H n=
L neLl L eLU H
28
Pour les métaux ordinaires la densité de charges est de l’ordre de 10 / m3 .

D/ La règle d’Ampère( J n UIT ^) :


C’était Oersted, qui le premier a démontré expérimentalement que le courant électrique
produit un champ magnétique dans la région qui l’entoure.
Les expériences dans ce domaine se sont succédées durant plusieurs années. Il a fallu
attendre l’année 1826 pour qu’Ampère parvienne enfin, en l’espace de quelques jours, à la loi
empirique qui porte son nom.
La figure 4.6, représente plusieurs courants électriques passant à travers la courbe
fermée (C ) .

I1 (C )
I2

In

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 193

Enoncé de la règle d’Ampère :


« La circulation du champ magnétique le long d’une courbe fermée qui embrasse les
courants I n ........I 2 , I1 , est égale au produit de la permittivité magnétique dans le vide ( µ0 )
par la somme algébrique des intensités de courants embrassés par le contour (C ) ».
n
AB = B..dl = µ0 Ii (4.13)
C i =1

µ0 = 4 × 10 7 T .m. A 1

Exemple 4.1 :
Un courant électrique traverse un conducteur cylindrique de longueur infinie et de
rayon R . La densité de courant J est constante à travers toute la section du cylindre et
parallèle à l’axe oz . On considère I 0 l’intensité totale qui traverse le cylindre. Calculer le
champ magnétique à l’intérieur et à l’extérieur du cylindre. Représenter graphiquement ses
variations.

Réponse :
Considérons un cercle de rayon entourant le cylindre. Le plan du cercle est
perpendiculaire au cylindre (figure 4.7-a-). La section S 0 du cylindre est traversée par des
courants d’intensité totale I 0 . La circulation de l’induction du champ magnétique suivant la
trajectoire fermée (C ) est donc égale à :
AB = B.dl = B.2 .r
C

µ0 .I 0
B.2 .r = µ0 .I 0 B=
2 .r
Cette expression représente l’intensité du champ magnétique à l’extérieur du cylindre, et
qui résulte du passage de courant électrique dans le cylindre. Comme on peut le voir, ce
champ est inversement proportionnel à la distance r (R r) .
Quant à l’intérieur du cylindre r R , le courant qui passe à travers le cercle (figure4.4-
b-) est I :
I0 I I0
J= = I= .S
S0 S S0
S0 = R 2 , S = r 2
La circulation est donc égale à :
AB = B.dl = B.2 .r = µ0 .I
C

S µ0 .I 0
µ0 .I = µ0 .I 0 B= .r
S0 2 .R 2

Dans ce cas, l’intensité du champ magnétique en un point quelconque à l’intérieur du


cylindre est proportionnelle à la distance séparant l’axe du cylindre du point considéré.

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 194

La figure 4.7-c- représente les variations de l’intensité du champ magnétique en fonction


de la distance .
R R

r S0 r
S
I O
R=r r
I0

E/ La loi de Biot et Savard(J.Batiste Biot 1774-1862/Félix Savard 1791-1841)


Cette loi expérimentale, établie en 1820, permet le calcul de l’induction magnétique en un
point de l’espace, créée par un conducteur, quelque soit sa forme, et traversé par un courant
électrique.

dB P
r
I ur I
dl

1/ Enoncé de la loi :
Un courant électrique d’intensité I , parcourant un élément dl d’un conducteur,
produit un champ magnétique élémentaire d B égal à :
µ0 .I
dB = .d l ur (4.14)
4 .r 2
u r : représente le vecteur unitaire suivant la direction du vecteur position . Le sens
de d B est déterminé par la règle de la vis ou celle de la main droite.
Si on veut calculer l’induction magnétique totale B , produite par tout le conducteur,
il suffit d’intégrer :
µ0 .I dl ur
B= (4.15)
4 conducteur r2

1/ Application de la loi de Biot et Savard :


a/ Champ d’induction magnétique produit par un courant rectiligne infini
(CD] 3j ? q ` 6? o G [T pG 3 4 => 7? 56@) :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 195

La figure 4.9 représente un fil infiniment long, parcouru par un courant électrique
d’intensité I . On se propose de déterminer le champ d’induction magnétique produit par tout
le fil en un point P situé sur l’axe oy .
Y
P

dB r
b

ur
I O I
X
x
Z dx
Fig 4.9: Champ magnétique élémentaire créé par un courant électrique élémentaire rectiligne

Pour pouvoir appliquer la loi de Biot et Savard, on doit déterminer les composantes

des vecteurs dl et dans le repère cartésien Oxyz . Et puisque r = r.u r ur = , on


peut écrire la loi sous la forme :

µ0 .I dl ur µ0 .I dl r
dB = . = . (4.16)
4 r2 4 r3

dx x
dl = 0 r=b
0 0

i j k
µ0 .I b.dl
dl r = dx 0 0 = b.dx.k dB = . k
4 r3
x b 0

Puisque :
b 1
r= , x = b.tg dx = b d
cos cos 2
Par substitution, on obtient :
µ0 .I
dB = cos .d .k
4 .b
En intégrant cette expression de / 2 à + / 2 , on obtient:

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 196

+ /2
µ0 .I + /2

B= dB = k cos .d
/2 4 .b /2

Finalement, on arrive à l’expression finale :


µ0 .I µ0 .I
B= k B= (4.17)
2 .b 2 .b
Le vecteur B dans ce cas, est perpendiculaire au plan Oxy et dirigé selon l’une des règles
d’orientation.
Remarque : Dans le cas d’un conducteur rectiligne, les lignes du champ magnétique,
dessinent des cercles dont le centre est le conducteur et auquel elles lui sont perpendiculaires.

b/ Champ d’induction magnétique produit par un courant circulaire


(r O s o G [T pG 3 4 => 7? 56@) :
La figure 4.10 représente un anneau parcouru par un courant électrique d’intensité
constante I . On se propose de trouver le champ d’induction magnétique sur l’axe Oz de
l’anneau.
z
P

dB b
r

k
O j
y
i
R
dl
x
Fig 4.10: Champ magnétique produit par un courant
circulaire

On choisit sur l’anneau une longueur élémentaire dl , puis on calcule le champ


magnétique élémentaire produit au point P . Afin d’obtenir le champ total, on doit intégrer.
D’après la figure 4.11, on a :
Oy Ox
Les angles et ont des côtés perpendiculaires, donc : =
dl R
dl = dxi + dy j dl = dl.sin .i + dl.cos . j

Et puisque dl = R.d
D’où : dl = R.sin .d .i + R.cos .d . j
Donc, les composantes des vecteurs dl et sont :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 197

x = R cos .d R sin .d
r= y = R sin .d dl = R cos .d
b 0

z
x x = R.cos dx R.sin .d
P r= y r= y = R.sin d l = dy dl = R.cos .d
b b 0 0
b
k O y
r
O
j y
i
R R dl dx.i = dl.sin
x.i

x dl dy. j = dl.cos . j
y. j
x

dl

On applique la loi de Biot et Savard :


µ 0 .I r µ 0 .I
dB = .dl = .dl r
4 r 3 4 .r 3

i j k
µ0 .I
dB = . R sin R cos 0 .d
4 .r 3
R cos R sin b
µ0 .I µ0 .I µ 0 .I
dB = 3
.( R.b cos .d )i + 3
.( R.b sin .d )j+ 3
.( R 2 .d )k
4 .r 4 .r 4 .r
d Bx d By d Bz

Il nous apparaît que d B a trois composantes : d B = d B x + d B y + d B z


Maintenant, il suffit d’intégrer les trois composantes de 0 à 2 , pour obtenir les trois
composantes du champ magnétique produit par tout l’anneau :
2 2
µ0 .I .R.b µ0 .I .R.b 2

Bx = dBx = cos .d = . cos .d =0


0 4 .r 3 0 4 .r 3 0
2 2
µ0 .I .R.b µ0 .I .R.b 2
By = dBy = sin . =
d . sin .d =0
0 0 4 .r 3
4 .r 3
0
2 2
µ0 .I .R 2 µ0 .I .R 2 2 µ0 .I .R 2
Bz = dBz = d = . d = .2
0 0 4 .r 3 4 .r 3 0 4 .r 3
Finalement, on arrive à :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 198

µ0 R 2 .I µ0 R 2 .I
B = Bz = 3/ 2
k B = Bz = 3/ 2
(4.18)
2. R 2 + b 2 2. R 2 + b 2
Cette expression n’est valable que si le point P appartient à l’axe qui est
perpendiculaire à l’anneau et passe par son centre.

Discussion : le champ magnétique prend des valeurs particulières en certains points de


l’anneau parcouru par un courant d’intensité I :
Premier cas : Au centre de l’anneau b = 0 , et quelque soit son rayon, on
aura :
µ0 .I
B= (4.19)
2b
Deuxième cas : Si l’anneau est de rayon très petit b R , on aura :
µ0 R .I
2

B= (4.20)
2b 3
Troisième cas : dans le cas d’une bobine plate, constituée de N spires, on
prend le rayon moyen des spires et on multiplie le résultat précédent par le
nombre N :
µ0 R 2 .I
B = Bz = 3/ 2 .N
2. R 2 + b 2
µ 0 .I
B= .N
2b
µ0 R 2 .I
B= .N (4.21)
2b3

c/ Champ d’induction magnétique produit par un courant solénoïdal


(3_ vS@ o G [T pG 3 4 => 7? 56@)
Là aussi, on ne s’intéresse qu’à un point situé sur l’axe du solénoïde.
Soit une bobine de longueur l , composée de N spires, parcourue par un courant
électrique d’intensité I . On demande de calculer le champ d’induction magnétique B en un
point P situé sur l’axe oz de la bobine. Figure 4.12
On choisit le point P comme origine, et on considère la longueur élémentaire dz de la
N
bobine, et qui contient en réalité un nombre de spires égal à .dz .
l
En utilisant le résultat du champ magnétique produit par le courant circulaire, on peut
écrire :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 199

0
dB = 0
µ0 R 2 .I N
3/ 2
. .dz
2. R 2 + z 2 l

dz

R
P z
Z
2
1

Sur la figure 4.12, on voit que :


1
z = R cot dz = R. .d
sin 2
Afin d’arriver facilement à bout de l’opération d’intégration, on doit faire un changement
de variable :
1
R 2 + z 2 = R 2 + R 2 cot 2 = R 2 (1 + cot 2 ) = R 2 .
sin 2
1/ sin 2

Par substitution dans l’expression de d B , on trouve :


µ0 R 2 .I N µ0 .I N
dB = 3/ 2
. .( R / sin 2 ).d dB = . .d
2. R / sin
2 2
l 2. l
Pour obtenir le champ d’induction magnétique produit au point P , situé sur l’axe oz de
la bobine, par le courant électrique parcourant cette bobine, on doit intégrer d’un bord à
l’autre de la bobine, soit de 1 à 2 , on obtient donc :
µ0 .N .I µ0 .N .I
B= ( cos 2
cos 1 )k B= ( cos 2
cos 1 ) (4.22)
2l 2l

Discussion : le champ magnétique prend des valeurs particulières en certains points du


solénoïde parcouru par un courant d’intensité I :
Premier cas : Le point O se trouve au centre d’une bobine très longue, tel
que 1 = et 1 = / 2 . Voir figure 4.13(a). on aura :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 200

µ0 .N .I µ0 .N .I
B= k B= (4.23)
l l
Deuxième cas : Le point se situe se situe sur l’axe et au le bord de la bobine
tel que 2 = 0 (figure 4.13 (b)), on aura :

µ0 .N .I µ 0 . N .I
B= k ; B= (4.24)
2l 2l
R R
O M
Z Z
1 2 0 /2 0
1 2

E/ Le dipôle magnétique(3 4 E]6 3O V)

1/ Le couple électromagnétique ( x sv4 ) :


La figure 4.14 (a) représente un cadre rectangulaire MNPQ , parcouru par un courant
d’intensité I constante, et de sens comme indiqué sur la figure.
F
F'
P L I d1
( P, Q ) B
F N n
I
n
I +
l B B
0 O
( )
I
Q F
d2 (M , N ) B
I M
F'
F

Ce conducteur baigne dans un champ magnétique uniforme B qui forme avec la normale
n de la surface du conducteur, l’angle . La normale n est dirigée par rapport au courant
I selon la règle de la vis.
Les deux forces F ' agissent sur les deux côtés NP et MQ . Ces forces sont directement
opposées et non aucune action, puisque le cadre est indéformable ; elles ne produisent aucun
moment, donc aucune rotation.
Les deux forces F agissent sur les deux côtés MN et PQ , et produisent un couple
capable de faire tourner le cadre jusqu’à ce qu’il se stabiliser dans une position tel que son

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 201

plan soit perpendiculaire au champ magnétique B . Les côtés MN et PQ sont


perpendiculaires à B quant le cadre atteint sa position d’équilibre.
La figure 4.14 (b) montre la projection du cadre vertical MNPQ sur un plan horizontal. En
se basant sur cette figure, on peut déterminer la valeur du couple :
= F .d1 + F .d 2
L
d1 = d 2 = .sin = BIL.l sin (4.25)
2
F = B.I .l
Puisque l’aire du cadre est égale à S = L.l , on a donc :
= BIS sin (4.26)
Il faut noter ici que ce couple de rappel permet au cadre de regagner sa position d’équilibre,
(
c'est-à-dire revenir à la position perpendiculaire au champ B n // B , )
= 0 , et cela dans
le cas où il est écarté de sa position d’équilibre. Ce résultat obtenu dans le cas d’une boucle
rectangulaire est valable pour n’importe quel circuit, quelle que soit sa forme.

Résultat : Tout circuit plan, parcouru par un courant électrique, et se trouvant dans un
champ magnétique uniforme, est soumis à un effet directionnel résultant du couple. Ce couple
électromagnétique a pour rôle de placer le plan du cadre perpendiculaire à B .

1/ Le moment magnétique (3 4 yvk ) :


Toute boucle (ou autre forme quelconque) de courant électrique sur laquelle agit un
couple électromagnétique est appelé « dipôle magnétique ».
n
S M
S
O
I M = I .S .n ( 4.27 )

La figure 4.15 représente le vecteur du moment magnétique dans le cas d’une spire.
Partant de cette définition, on peut écrire l’expression du couple électromagnétique
sous la forme :
= MB sin =M B (4.28)

E/ Induction électromagnétique(3 => 7? )

1/ Le flux magnétique (3 4 zlI? ) :


Définition : On appelle flux du champ magnétique B à travers la surface
élémentaire dS , la grandeur :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 202

= B.d S = B.n.dS = B.cos .dS (4.29)


S S S

d S représente le vecteur de la surface élémentaire, qu’on considère toujours


perpendiculaire à la surface et quittant la surface selon le sens positif choisi (selon la règle de
la vis) sur le contour de la surface. On considère aussi, B uniforme à travers la surface
élémentaire dS . Le vecteur n représente le vecteur unitaire de la normale à la surface.

B
dS
dS
S N B
+
Fig 4.16: Flux magnétique à travers une surface

Unité du flux : le weber (Wb) en mémoire à Wilheim Edward Weber1804-


1891.
Comment varie B quant on approche ou on éloigne l’aimant de la bobine ?
Quand on approche l’aimant de la bobine, B augmente en chaque point
de la surface, donc augmente aussi ( c’est à dire que le nombre de
lignes de champ traversant la surface augmente).
Quand on éloigne l’aimant de la bobine, B diminue en chaque point de
la surface, donc diminue aussi (c'est-à-dire que le nombre de lignes
de champ traversant la surface diminue).

Exemple 2.4 :
1/ On a choisit un sens positif de parcourt sur la bobine plate ( C ) , représentée sur la
figure 4.17.
a) Le flux est-il positif ou négatif ? en éloignant l’aimant droit de la bobine, le flux
augmente-t-il ou diminue-t-il ?
b) Répondre aux mêmes questions en intervertissant les pôles de l’aimant.
2
2/ Cette bobine est constituée de 20 spires d’aire 10cm , et baigne dans un champ
magnétique uniforme d’intensité 0,1T . La bobine est perpendiculaire aux lignes de
champ.
a) on déplace la bobine d’un mouvement de translation, le flux varie-t-il ?
b) On fait tourner la bobine de 180° autour de l’un de ses diamètres. Calculer la
variation du flux à travers la bobine.

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 203

S N +

Réponse :
1/ a) Dans la bobine les vecteurs n, B sont parallèles et de mêmes sens, figure 4.18(a),
(0 / 2) : = B.S .cos 0
Quand on éloigne l’aimant de la bobine, l’intensité de B au niveau de sa surface diminue,
donc, le flux diminue.
b) Dans la bobine les vecteurs n, B sont parallèles et de sens contraires, figure 4.18(b),
( / 2) : = B.S .cos 0
Quand on éloigne l’aimant de la bobine, l’intensité de B au niveau de sa surface diminue,
donc, le flux diminue.
2/ a) Puisque B est uniforme, le flux reste invariable.
c) En position initiale : 1 = N .B.S cos 0 = 2 × 10 3Wb
En position finale : 2 = N .B.S cos180° = 2 × 10 3Wb
Donc, la variation du flux est égale à : = 2 1 = 4 × 10 3 Wb
C C

B n
n
B
S N N S +
+

1/ L’induction électromagnétique (3 => 7? ) :


Jusqu’à présent, nous avons considéré que les champs électrique et magnétique étaient
indépendants du temps, ils sont donc au repos. Quand est-il si les deux champs dépendaient
du temps ?
En 1830, Henry Joseph (1797-1878) et Michaël Faraday (1791-1867), ont découvert
simultanément, le phénomène de l’induction électromagnétique. Ce phénomène est à la base
du principe de fonctionnement des moteurs électriques, des transformateurs, et d’un bon
nombre d’appareils électromagnétiques que nous utilisons quotidiennement. Mais le plus
important, c’est son exploitation pour la production du courant électrique alternatif.

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 204

Description de l’expérience et terminologie :


La figure 4.19 représente une bobine creuse B , constituée d’un grand nombre de
spires, reliée à un galvanomètre très sensible. Au début l’aimant est au repos et orienté selon
l’axe de la bobine.
Lorsqu’on approche l’aimant de l’intérieur de la bobine, avec une certaine vitesse, le
galvanomètre indique le passage d’un bref courant qui disparaît avec l’arrêt du mouvement de
l’aimant.
Lorsque on retire l’aimant de la bobine, le galvanomètre indique le passage d’un bref
courant dans le sens contraire signalé précédemment.
Le courant enregistré s’appelle le courant induit (3{> 7G o G), l’aimant est
l’inducteur (| 74 ), et la bobine le circuit induit ( } 7?4 Uo I ).
On peut obtenir un courant induit, en faisant tourner la bobine devant l’aimant fixe.
S

0
''
''
''

Fig 4.19: Induction électromagnétique

Interprétation:
La cause de l’apparition de courant induit est la variation du flux magnétique à
travers la surface de la bobine. Le courant induit ne dure que le temps de la variation du
flux.
L’apparition de ce courant induit prouve la présence d’une force électromotrice dont
le siège est la bobine. Cette force électromotrice dépend de la vitesse de variation du flux
magnétique d B / dt .

Enoncé de la loi de Faraday-Henry:


Dans tout circuit fermé baignant dans un champ magnétique, il se crée une force
électromotrice d’induction égale à la dérivée du flux magnétique, à travers le circuit, par
rapport au temps (c'est-à-dire égale à la vitesse de variation du flux) avec changement de
signe :
d
e= (4.30)
dt

La loi de Lenz(Henry Frédéric Lenz 1804-1885):

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 205

Cette loi permet la détermination du sens du courant induit.


Enoncé :
« Le sens du courant induit est tel qu’il s’oppose par ses effets à la cause qui lui a
donné naissance »
Cette loi trouve son explication dans les exemples représentés sur la figure 4.20.
Connaissant le nom de la face, on peut en déduire le sens du courant induit et vis versa.

S N S N N S N S

i i

Exemple 3.4 :
Une bobine plate, constituée de N = 500 spires circulaires, de rayon r = 0,1m ; son
axe est initialement parallèle au vecteur B d’un champ magnétique uniforme d’intensité
0,2T (figure 4.21). En l’espace de 0,5s , son axe devient perpendiculaire à B .
Quelle est la force électromotrice d’induction moyenne qui se crée ?
Quel est le sens du courant induit ?
B

n n

Réponse :
Dans sa position initiale, on oriente le vecteur unitaire n , normal à la surface des spires,
dans le même sens que B . Donc, les spires sont dirigées dans le sens positif montré sur la
figure. Dans cette position, le flux est positif et égal à :
= 500 × 3,14 × ( 0,1) × 0,2
2
0 = N .B.n.S = N .B.S , 0 0 = 3,14Wb
Dans la position finale, 1= 0 car B n . La variation du flux est donc égale à :
= 1 0 = 3,14Wb
La force électromotrice d’induction moyenne durant t = 0,5s , est égale à :

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 206

3,14
emoy = emoy = 6, 28V
0,5
Le flux décroît, et le courant induit, durant tout le temps du mouvement, circule dans
le sens positif choisi.

Dans ce chapitre, notre attention a été concentrée sur l’un des plus importants effets du
courant électrique : c’est l’effet magnétique, qui trouve ses nombreuses applications dans
l’industrie, et essentiellement en électromécanique.

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 207

EXERCICES **
Exercice 4.1 1.4
Un éclair transporte couramment un courant
. 20kA
maximum de 20kA . Quel est le champ magnétique
! "
maximum qu’il produit à 1m ? à 300m ?
$ 300m # $ 1m #

Exercice 4.2 2.4


Une ligne rectiligne de tension est située a une
* + 12m % & ' ( )
hauteur de 12m au dessus du sol. Elle transporte un
.. ! + 300A - ,
courant de 300A dans la direction de l’Ouest.
Décrire le champ magnétique qu’elle produit et - . " ! " /0
calculer sa valeur sous la ligne au niveau du sol. ., * 1 ( 2"
Comparer le avec le champ magnétique terrestre. . 3 ! " -

Exercice 4.3 3.4


Deux courants électriques perpendiculaires de 1A et
7 46 3A 1A 4 # 4 5 67 4
3A sont orientés comme sur le dessin et se croisent
.O 8 + 4# ' 4
au point O .
Quelles sont l’intensité et l’orientation du champ P8 + ! " 9
magnétique au point P situé dans le plan des deux 4 2m 1m # :4 1 + 8#-
courants, à 1m et 2m des deux courants comme $ 79 + 4 74
indiqué dans la figure ?

I = 1A

O I = 3A
1m
P
2m

Exercice 4.4 4.4


Soit une spire de rayon R parcourue par un courant . I 9 ; R - /0 8 " 47
d’intensité I .
1/ Calculer le champ magnétique crée le long de
: OZ " ! " . " /1
l’axe OZ , à une distance z du centre O , en fonction 1 8 ; 8 = : O ;7 4 z #
de l’angle sous lequel on voit la spire(figure ci- .( & + 79 )8 " 6 >( 4
dessous). # 4 /2
2/ Retrouver l’expression µI R 2

µ0 I R2 Bz = 0
Bz = 2 R 2 + z 2 3/ 2 ( )
(R )
3/ 2
2 2
+ z2
2+ # 6 79 /3
3/ Quelle est la forme approchée de cette
$ OZ " 7
expression à grandes distances de l’axe OZ ?
';# 8= Bz ! " 4 A /4
4/ Exprimer le champ magnétique Bz en fonction
. M !
du moment magnétique M .

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 208

5/ En déduire le champ Bo crée au centre O de la .8 " O ;7 +B Bo " B C /5


spire.

I R
O Z
z M

Exercice 4.5 5.4


Deux fils conducteurs rectilignes, infinis,
:4 ; :4 = :4 4>- 4 7
parallèles, et distants de d = 20cm , sont traversés
" ; : d = 20cm D 4
l’un par un courant I1 = 20 A , l’autre par un
. I 2 = 80 A (E ; : I1 = 20 A
courant I 2 = 80 A .
" 9 . " . = F& 6 4 /1
1/ les courants sont de même sens. Calculer
l’intensité du champ magnétique résultant en un point 1 + 8#- M 8 + B !
M situé dans le plan des conducteurs, à égale + . 6 7 4 # F& :4 -
distance de chacun d’eux. Trouver dans ce plan la " G" ' :4 - 8 8+ 1
distance par rapport aux conducteurs, de la droite où le .' # !
champ magnétique est nul.
2/ Même questions avec des courants de sens
. 4 = 7 # 4 ) 8 5 F& / 2
contraires. . H / # B C /3
3/ En déduire la définition légale de l’ampère.

Exercice 4.6 :6.4


Une particule de masse 5.10 4 kg porte une . 2,5.10 8 C 8 "9 " 4
5.10 kg 6 7 8
8
charge de 2, 5.10 C . On communique à la particule . 6.104 ms 1 8 + 85 8 8 #
4 1
une vitesse initiale horizontale de 6.10 ms . !0 ! " 86 9
Quelles sont la grandeur et la direction du champ $8 #+ , # + 8
magnétique minimum qui maintiendra la particule sur
une trajectoire horizontale en compensant l’effet de la
pesanteur ?

Exercice 4.7 7.4


1/ Calculer la circulation du champ magnétique le
! " . " /1
long de l’axe ( Ox ) d’une spire circulaire de rayon R
8 5 8 " ( + ?@@@AB - => ) ( Ox ) "
parcourue par un courant I .
2/ Calculer de même la circulation du champ .I ; R - /0
magnétique le long de l’axe ( Ox ) ! " . " /2
5 4 ; " ( + ?@@@AB - => ) ( Ox ) "
( de à + ) d’un solénoïde circulaire de
8 "N 9 l :R - /0
rayon R , de longueur l et comportant N spires
jointives parcourues chacune par un courant I . .I 6 " 7; 8 0>

Exercice 4.8 8.4


Un spectromètre de masse permet la séparation des
isotopes d’un même élément chimique. Il est constitué
F& 5 0+ 4 4I7 7 / F - ;6
essentiellement d’une chambre d’ionisation, d’une 8+ J : A 9 8+ J 4 4 7 . 5 7 0#
chambre accélératrice et d’une chambre de séparation. .( & + 79 ) . 0& 8+ J 8 A
(figure ci-dessous).

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 209

On veut séparer des ions lithium


7
3 Li + et 36 Li + 4 " 6
3 Li + 7
3 Li + ' K 9 0+
porteurs de la charge q = 1, 6.10 C et de masses
19
4 7 q = 1, 6.1019 C 8 "9
respectives m1 = 7u.m.a et m2 = 6u.m.a . Ces ions 9 ( . m2 = 6u.m.a m1 = 7u.m.a
pénètrent en O ' dans un champ électrique uniforme, 4 B :' 5 67 " + O '
créé par une tension U = VA VC = 4000V 4 + 4 " &0 4 G U = VA VC = 4000V
appliquée entre les 2 plaques horizontales P1 et P2 . . P2 P1
Les ions lithium pénètrent alors dans un champ 9 ! " +L # ' K 9 (
magnétique uniforme d’intensité B = 0,1T , leur . 0& 8+ J + 5 * 0 : B = 0,1T
trajectoire devient circulaire dans la chambre de 5 /0 7 #+ / 0 M;
séparation.
La partie effectivement décrite de chaque 8" &0 C 2 0 6 +
trajectoire est un demi-cercle à la fin duquel les . C2 C1 4 #A + 8+ J &
particules arrivent sur la plaque photographique dans
8= 9 & 0 v2 v1 4 . " /1
les collecteurs C1 et C2 .
.) 8+ J 4 N ( U m2 m1 , q
1/ Evaluer les vitesses v1 et v2 des deux types
. OC2 OC1 4 + . " /2
d’ions en fonction de q, m1 ou m2 et U à la sortie
de la chambre d’accélération. 1u.m.a = 1, 67.10 27 kg
2/ Calculer les distances OC1 et OC2 .
1u.m.a = 1, 67.10 27
kg

P1
O' A
E
P2 C C2 C1
O z
y

x
B

Exercice 4.9 9.4


Dans un dispositif expérimental un faisceau
: O + 9 8 ;" ( .7 +
homocinétique d'ions pénètre en O , pris comme
origine des espaces, entre les armatures d’un 8 8&K7 4 :2 + C 7 (O
condensateur plan avec une vitesse initiale 89 9 )3 . + v0 8 + 8 5 8
horizontale v0 suivant la longueur. Un écran 4 7 .8&K7 N ( 9 ( F ) 8A#9
fluorescent ( F ) est positionné immédiatement à la 4 7 ) 3 4 # 4 " &0 4 8 8&K7
sortie du condensateur. Ce condensateur plan est 4 7 + & 8 ;" )3( . h D 4 L
formé de deux plaques carrées de côté L et distantes
' B ! " + .U
de h . Le faisceau est soumis à une différence de
9 : = + 7# E 5 67 " ;
potentiel U . Un champ magnétique B uniforme
8 7 85 = 8 4 , & .B
parallèle au champ électrique E et de direction
5 67 4 " . 8 7 2
opposée, de module B règne dans cet espace. Nous

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 210

ferons l’hypothèse que la vitesse initiale v0 est grande . !


par rapport aux vitesses acquises à cause des champs " 9 5 67 " 4 , + /1
électrique et magnétique. )3 8&K7 + 9 : ( B = 0)
1/ En supposant que le champ électrique agit
.8A#9 89 9 67 2 >#
seul ( B = 0 ) , trouver la trajectoire des ions dans le
" 9 ! " 4 , + /2
condensateur et la position des marques qu’ils laissent
sur l’écran fluorescent. )3 8&K7 + 9 : ( E = 0)
2/ En supposant que le champ magnétique agit .8A#9 89 9 67 2 >#
seul ( E = 0 ) , trouver la trajectoire des ions dans le 4 4A : # 4 " 4 ; KO 2" /3
condensateur et la position des marques qu’ils laissent .8 ;" 8 5 = 8 4 8 ;"
sur l’écran fluorescent.
>( 4 " 47 /4
3/ Sous l’action simultanée des deux champs, montrer
que l’équation de la trajectoire du faisceau est $8
indépendante de la vitesse initiale du faisceau.
4/ Quelle est la grandeur qu’on peut déduire de cette
expérience ?

v0 h
O E B F
y

x
L

Exercice 4.10 10.4


On utilise le dispositif représenté ci-dessous pour
KLM => KNOPQ RS KTUAQ ?VW =XYZAQ [X\]^AQ KZ_^`a
dévier un faisceau d’électrons qui ont une vitesse v 0 .
Ce faisceau traverse, dans le vide, un champ mno ]Y_p . v 0 bW]`AQ cNd efA gedh]^TAB b>ij kQ]ldQ
magnétique uniforme d’induction B perpendiculaire B qra]lp eZs^t> eX`Xuetv> wxj G yQ]NAQ RS Gb>ilAQ
à v 0 . Le poids de l’électron est négligeable devant la |{xAQ }e>M KZf> ~h]^TA•Q Kx€ . v 0 ?VW eaz{ZW
force électromagnétique. .bX`XuetvZAQ
1/ Quelle est la trajectoire des électrons dans le •KxlAQ K‚Qz gedh]^TA•Q ƒe`> {o e> /1
champ ? M]u …nAQ h KxlAQ =W †petAQ kQ]ld„Q [`jQ /2
2/ Calculer la déviation infligée par ce champ
.KxlAQ => efLh]‚ ‡tW b>ilAQ ?VW
au faisceau à sa sortie du champ.
3/ Établir l'expression mathématique de la période .~h]^TA•Q b\]j ƒh‡A bX‰ea]AQ |ƒeY_AQ ˆ‰ /3
du mouvement de l'électron. QŠB bahQiAQ bW]`AQ h ƒhz G]‹Œ •Žd ]Xv^a •X\ /4
4/ Comment varient le rayon de la trajectoire, la •gedh]^TA•Q •‰ bW]O •NWerp
période et la vitesse angulaire si la vitesse d’injection gedh]^TA•Q b>ij •V‚z QŠB ƒe`ZAQ ~{TXO •X\ /5
des électrons est doublée? .ƒ‘]’ •KxlVA “Q{> bW]O ”e_U’
5/ Quelle serait la trajectoire si le faisceau
d'électrons entrait dans le champ magnétique avec un B h v 0 =X’ O RS bahQiAQ •de\ QŠB ƒe`ZAQ •• /6
vecteur vitesse parallèle au vecteur champ ? Justifier. . 90° h 0° =W bNV^–>
6/ Décrire la trajectoire si l’angle en O entre v0
et B est différent de 0° et 90° .

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 211

E
B
z v0 S
O
x

Exercice 4.11 11.4


Le plan infini P ( O, x, y ) est parcouru par un 5 67 : > P ( O, x, y ) 1 ;
courant électrique constant de densité
4 M8 47 . J S = J .u y 8 " + K7 2 K
surfacique J S = J .u y . Soit M un point de
. ( a ) 79 . z Oz "
l’axe Oz de cote z . Figure ( a ) .
1/ Donner, en la justifiant, l'expression vectorielle " 8 #9 # :6 A : C /1
du champ magnétique B en M . .M + B !
2/ Appliquer le théorème d'Ampère à la AEDGA 8 " P 8 A /2
boucle AEDGA . figure ( b ) , pour calculer la ! " 9 . " :( ( b ) 79 )
circulation de B de part et d’autre du plan. Conclure. $B .1
3/ Montrer que ce champ présente une discontinuité 8 = ' " 4 4A /3
à la traversée du plan et vérifier que cette discontinuité
: 7 47 8 = ' 4 " 1
peut s'écrire :
B = B ( z = 0 ) B ( z = 0 ) = µ0 J .u x
( ) ( ) = µ J .u
+
B = B z = 0+ B z=0 0 x

A
z
•M z
E uz •M
uy uz
JS
ux G uy
ux JS
(a)
(b)
D (a)

Exercice 4.12 12.4


Une infinité de fils infiniment longs, tous
67 : 8 = L> 4 =
parallèles à l’axe Oz et équidistants de a , sont
; : a 8+ F& Oz " 8 ;
parcourus par le même courant I . Ils coupent l’axe
Ox aux points d’abscisses x p = pa avec p entier. 2 + Ox " L> ) .I F&
On cherche à déterminer le champ magnétique en un
4 # 4 G" . # p ) x p = pa 0 &
point M d’ordonnée y positive. Figure ci-dessous. .. y 6 M8 + ! "

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 212

1/ Dans le cas où l’ordonnée y de M est . & + 79


suffisamment grande devant a on peut remplacer les 7 M D y. 4 7 C 8 " + /1
fils par une nappe de courants surfaciques. Soit J la , ' ;" L> 47 a ' 4 7 R
densité de ce courant par unité de longueur (le long de ) " 8+ K7 J 47 . "
l’axe Ox .
. ( Ox "
a/ Déterminer J ,
b/ en utilisant le théorème d’Ampère, montrer que
: J 4 /
1 1
B= µ0 J , : B= µ0 J 4 4 : P 8 # /.
2 2
c/ déterminer la valeur B 0 ( M ) du champ avec ce . N 6 " B0 ( M ) 8 4A /N
modèle continu. 8 4 . ); , & = 4E /2
2/ A présent on ne fait plus l’approximation de la . B(M ) ! " . " :x=0
répartition continue. Pour un point d’abscisse x = 0 ,
calculer le champ magnétique B(M ) . : B ( M ) = B 0 ( M ) f ( y ) 79 7
On l’écrira sous la forme . " 4 = % IK f ( y)
B ( M ) = B 0 ( M ) f ( y ) , f ( y ) étant exprimée L 4 B " 8+ # 8 #
par la somme d’une infinité de termes. . =
On utilisera le résultat connu du champ crée par un a
fil de longueur infinie. . 6 0+ M8 2 " /3
3/ Reprendre ce calcul pour un point 2
a
d’abscisse .
2
y •M
uz a
I I I I I I I
x' x
p = 3 p = 2 p = 1 p = 0 p = +1 p = +2 p = +3

Exercice 4.13 13.4


On considère un solénoïde idéal, infini,
N4 7 = K ;" #
comportant N spires jointives par mètre de longueur
et compte plusieurs couches. Le rayon intérieur est 4 9 " 8 0> 8 "
noté R1 et le rayon extérieur est noté R2 . On admet /0 R1 D ( /0 ; .2
que le champ magnétique est nul à l'extérieur. ! " 4 . R2 D (
L'intensité du courant dans une spire est I . " 8 " ( 9 .N ( + ' #
1/ Donner l'expression du champ magnétique en
.I
un point de l'axe du solénoïde.
2/ Montrer que le champ est uniforme à l'intérieur " 4 8 + ! " C /1
du solénoïde. .4 ; "
3/ Donner l'expression du champ à l'intérieur des .4 ; " ( ' " 4 4A /2
enroulements à une distance de l'axe.
4/ Donner l'expression du flux du champ 4 # 2& ( " C /3
magnétique à travers une section droite du solénoïde. . "
) ! " + C /4
.4 ; " '

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 213


I

M B

Exercice 4.14 14.4


Un câble coaxial est constitué d'un conducteur
;7 - 4 4 7 " "I "
cylindrique central de rayon R1 parcouru par un
; " . I 9 + A R1 - /0
courant d’intensité I . Il est entouré d'un isolant
cylindrique de rayon extérieur R2 . Le retour du
' . R2 ( - /0
courant se fait par un conducteur cylindrique de rayon - /0 R2 ( - /0 -
intérieur R2 et de rayon extérieur R3 . . R3 (
La densité volumique J de courant est uniforme S4 - + 8 J 8 " 8+ K7
dans les conducteurs ; la longueur est bien supérieure . /0 8 7 "
aux rayons.
" M 3& 4 M 8 7 + A " /1
1/ Déterminer en tout point M de l'espace le
champ magnétique. . !
2/ Etudier la continuité du champ. . " 8 F /2
3/ Représenter B en fonction de la variable dont il . # ! 8 = B K /3
dépend.

I R3
R1

I O

R2

Exercice 4.15 15.4


A l’instant pris pour origine des temps, une
particule de masse m et de charge q est au repos dans
8 : 8 ;H C 7 ( I 8 " +
le vide en un point pris comme origine des espaces.
C 7 (O 8 + 4 7 + q 6 "9 m 6 7
On établit à cet instant un champ magnétique ! >" 8 " + T9 .2 M 3&
constant B = Bu z et un champ électrique E = Eu y . . E = Eu y 5 67 > " B = Bu z K
1/ Ecrire les équations différentielles régissant le 87 " 8 3& 2= # . 7 /1
q q
mouvement de la particule. On posera = B. . = B )3 .8
m m
2/ Trouver les équations paramétriques de la
E
E . A= )3 . 8 ; 2= # /2
trajectoire. On posera A = . B
B . 79 ' /3
3/ Dessiner l’allure de la trajectoire.

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 214

4/ Exprimer l’intensité de la vitesse à l’instant t E , B, t 8 = t8 " +8 94 /4


en fonction de E , B, t et . Calculer la valeur de
. t= 4 8 8 -. " .
celle-ci pour t= .
8 # 8 8 4 /5
5/ Retrouver le résultat précédent en utilisant le .8 7 " 8-
théorème de l’énergie cinétique.

Exercice 4.16 16.4


Une particule de masse m et de charge q 0 est " q 0 6 "9 m 6 7 8 )3(
soumise à l’action d’un champ magnétique B = Bu z , 5 + .2 K ' : B = Bu z !
uniforme et constant. Elle se déplace dans un liquide
en subissant une force de frottement F = v , où v G" : F = v L7" 8#3 (
. ( ) 8 8 8
v est la vitesse de la particule par rapport au
référentiel du laboratoire.
Oxyz ' # C + 8 8 ; C +
A l’origine des instants la particule se trouve à . v 0 = v0 u x 8 5 8
l’origine du repère Oxyz avec une vitesse
C t U 4" 8 M )- 4 A /1
initiale v 0 = v0 u x . .8 6 =
1/ Déterminer la position M de la particule q m
. = B = )3
lorsque t tend vers l’infini. m
m q xOy '# + 8 )- A" /2
On pose = et = B.
m 8 ; r = M M 8+ :8 2 K "R 3&
2/ On repère la particule dans le plan xOy grâce à
des coordonnées polaires : la distance r = M M et
r( ) 8 8 # 4 A . = M O, M M ( )
K ' . 79 KA .8
l’angle ( )
= M O, M M . Déterminer l’équation $ "
polaire r ( ) de la trajectoire de la particule.
Représenter l’allure de cette trajectoire. Quel est le
nom d’une pareille courbe?

Exercice 4.17 17.4


Un électroaimant produit entre ses pôles un champ
B (t ) ! >" - 4 F ! 67 B
magnétique B ( t ) dépendant du temps. Entre ses
2 :8& 100 4 8 7 8# 9 - 4 )3 .4 ; )
pôles on place une bobine de 100 tours, d’aire 4cm ,
orientée perpendiculairement au champ magnétique. . ! " 86 : 4cm2 6 "
La force électromotrice induite est initialement nulle. .8 + 8 # 83A " 8 ! 67
Elle passe subitement à la valeur +3V pendant 4ms , 8 C 'K : 4ms >( +3V 8 C O + ;&
puis à la valeur opposée 3V pendant 4ms ( voir .( 79 ) 4ms >( 3V 8 7 #
figure). - 4 ! " 9 /1
1/ Quelle est l’intensité du champ magnétique
$ (' # B 8 +)4 ; 8 = F ! 67
B ( t ) entre les pôles de l’électroaimant en fonction
. B (t ) K /2
du temps (initialement B est nul) ?
2/ Représenter graphiquement B ( t ) .

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 215

fém induite (V )

+3

O
4 8 t ( ms )
3

Exercice 4.18 18.4


Une bobine comptant N 2 spires de section S2 S2 ) 2 8 " N2 9 8# 9
est centrée sur l'axe d'un solénoïde infiniment long
" = 4 ;" " ;7
comptant n1 spires par mètre. Son axe fait un angle
) 8 ; " )0 . + 8 " n1
avec celui du solénoïde. Calculer le coefficient
d'inductance mutuelle des deux circuits.
, " # . " .4 ; " "
.4

Exercice 4.19 19.4


Calculer l'inductance propre d'une longueur h d'un " "I " h , " . "
câble coaxial de longueur infinie de rayons R1 et R2 . . R2 R1 - &0 =

R2 R1

Exercice 4.20 20.4


On considère deux conducteurs identiques
parallèles, de longueur infinie de rayon a dont les
= 6 :4 ; 4 K 4 -
#
axes sont distants de b a . Calculer l'inductance 4 " 4 7 G" a - /0
propre de ce système. .8 6 , " . " . b aD

d
h I
I

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 216

Solution des exercices 4.1 à 4.20 : 20.4 1.4

Exercice 4.1 :
En admettant qu’une partie de l’éclair est rectiligne, on peut utiliser la loi :
µI 4 10 7 × 20.103
B= 0 B= B = 4.10 3 T
2 r 2 ×1
Cette valeur est pour la distance de un mètre de l’éclair, mais à la distance de 300m le
résultat est :
µI 4 10 7 × 20.103
B= 0 B= B = 1, 33.10 5 T
2 r 2 × 300

Exercice 4.2 :
D’après la règle de la main droite : si le courant circule vers l’ouest, le vecteur du champ
magnétique produit par ce courant est dirigé vers le sud.
Pour un courant rectiligne, l’intensité du champ magnétique est obtenue par l’application
de la loi :
µI 4 10 7 × 300
B= 0 B= B = 5.10 6 T
2 r 2 × 12
Comparons le au champ magnétique terrestre B 0 :
B 5.10 6 B
= 5
= 10 1 = 10 1

B0 5.10 B0
Le champ produit par la ligne électrique ne représente que 10 0 0 du champ magnétique
terrestre

Exercice 4.3 :
Le champ magnétique produit par un courant rectiligne d’intensité I situé à une distance
du conducteur est donné par la loi :
I
B = µ0
2
La direction du champ magnétique est déterminée par la règle de la main droite.
Le courant d’intensité 1A crée un champ magnétique perpendiculaire au plan des deux
conducteurs (entrant dans la feuille) :
1
B1 = 4 .10 7 B1 = 2.10 7 T
2 ×1
Le courant d’intensité 3 A crée un champ magnétique perpendiculaire au plan des deux
conducteurs (entrant dans la feuille) :
3
B2 = 4 .10 7 B2 = 3.10 7 T
2 ×2
Le champ magnétique total est égal à la somme des champs B1 et B 2 . Puisque les deux
champs ont même direction et même sens, le champ magnétique résultant est perpendiculaire
au plan des deux conducteurs et d’intensité :
B = B2 + B1 B = 5.10 7 T

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 217

Exercice 4.4 :
1/ D’après la loi de Biot et Savard, le champ magnétique élémentaire d B produit par une
longueur élémentaire dl de la spire parcourue par un courant électrique d’intensité I est :
µI
d B = 0 2 dl u
4 r

Puisque u r = , on peut écrire la loi sous la forme :


µ0 I
dB = dl r
4 r3
On remarque que dl r , ce qui implique dl r = dl.r , d’où :
µ0 I
dB =
dl
4 r2
On peut décomposer d B en deux composantes d B z et d B y , de telle façon que lors de
l’intégration , toutes les composantes d B y s’annulent deux à deux en raison de la symétrie.
Le champ total est la résultante de toutes les composantes d B z , et donc B z résultant est
parallèle à l’axe OZ .
Y
d By dB

dl

I R
O Z
z M
d Bz

µ0 I
Par projection (voir figure), on obtient : dBz = dB.sin dBz = sin dl
4 r2
Pour trouver Bz , on intègre l’expression précédente par rapport à la seul variable l , pour
arriver à :
µI
Bz = 0 2 sin dl
4 r
µI µI R
Bz = 0 2 sin .2 R Bz = 0 2 sin
4 r 2 r
R
Puisque sin = , on peut donc obtenir l’expression finale du champ :
r
µ0 I R 2 µI µI
Bz = 2
sin Bz = 0 sin 3 B z = 0 sin 3 .u z
2R r 2R 2R
R R
2/ En remplaçant cette fois sin par = , on obtient l’expression proposée :
( )
1/ 2
r R2 + z 2

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 218

µ0 I R2
Bz =
(R )
3/ 2
2 2
+ z2
3/ La forme approximative de cette expression à de grandes distances de l’axe OZ , est
obtenue en négligeant le rayon de la spire devant la grande distance z , le résultat est :
µ0 I R 2
Bz
2 z3
4/ Expression de Bz en fonction du moment magnétique M :
M = IS
M = I R2
S= R 2
µ0 M
Bz =
µ0 I µ0 I (R )
2 2 3/ 2
R I R 2 2
+ z2
Bz = =
(R ) (R )
3/ 2 3/ 2
2 2
+ z2 2 2
+ z2
5/ On obtient le champ magnétique produit au centre de la spire en prenant z = 0 :
µI
Bo = 0
2R
Exercice 4.5 :
1/ Le champ magnétique produit par un conducteur rectiligne situé à une distance d est
µ I
B= 0 .
2 d
Le champ magnétique produit au point M (figure (a)) est égal à la résultante des deux
champs magnétiques créés par les deux conducteurs rectilignes : B M = B1 + B 2
D’après la règle de la main droite, B1 et B 2 sont de sens contraires : BM = B2 B1
µ0 I 2 µ0 I1 µ0 1
BM = BM = ( I2 I1 ) BM = 1, 2.10 4 T
2 d /2 2 d /2 2 d /2
L’annulation de B , veut dire que B1 + B 2 = 0 . Cette condition ne peut être satisfaite à
l’extérieur de l’espace compris entre les deux conducteurs, car B1 et B 2 ont même sens, et
par conséquent B0 = B2 + B1 0 . Donc, la droite ( ) où B = 0 se situe entre les deux
conducteurs tel que B0 = B2 B1 = 0 . Au vu de la figure (b), on a :
µ0 I2 µ I1 I1 d
B0 = =0 x= d x=
2 d x 2 x I2 I1 3

( )

I2 I2 I1 I2
M I1 d+x x
x P
d /2 d /2 d x
I1
d d d

A.FIZAZI Université_BECHAR LMD1/SM_ST


Electromagnétisme 219

2/ Dans ce cas B1 et B 2 ont même sens : BP = B2 + B1


D’après la figure (a), mais en intervertissant le sens de I1 , on aura :

µ0 I 2 µ0 I1 µ0 1
BM = + BM = ( I 2 + I1 ) BM = 2.10 4 T
2 d /2 2 d /2 2 d /2

Il est impossible pour que le champ magnétique entre les deux conducteurs s’annule, car
B1 et B 2 ont même sens. Donc, le point P est situé à l’extérieur des deux
conducteurs BP = B2 + B1 0 . La droite où BP = 0 est située obligatoirement à l’extérieur des
deux conducteurs tel que BP = B2 B1 = 0 B2 = B1 . De ce fait, et au vu de la figure (c), on
aura :
µ I2 µ I1 I1