Vous êtes sur la page 1sur 6

Dossier ❘ PROCESS ET CONDITIONNEMENT

PROCESS ET CONDITIONNEMENT
Intelligence embarquée
et chasse aux plastiques
L’industrie a peu marqué le pas pendant la crise sanitaire. Les lignes de production,
toujours plus intelligentes, précises et rentables, n’ont pas cessé de fonctionner et de se développer.
Du côté du conditionnement, l’heure est clairement au régime minceur.

Dossier : Dominique GUILLOT

L’intelligence Le conditionnement Les équipements


en ligne passe au vert de l’année

L es grands rendez-vous dédiés au


process et au conditionnement à
travers le monde marquent le pas
sous le joug de la pandémie. Le sec-
teur n’en demeure pas moins actif. Tout
le monde a pu le constater, l’alimentaire
reste «  essentiel  » depuis le début de la
toires : le citoyen demande une réduction
drastique des plastiques, tandis que le
consommateur est rassuré par les portions
LS en barquette… en plastique ! Le déve-
loppement du rPET ou de matériaux bio-
sourcés dans les emballages alimentaires
offrira-t-il des réponses satisfaisantes  ?
Rotex de
Skanginn :
Développé selon la
technologie sub-
chilling, il garde le
poisson réfrigéré,
sans glace et sans
de DLC. Les conditionnements en papier
ou carton, des matériaux d’origine végé-
tale donc renouvelables, arrivent de tous
côtés. Le rajout d’un film en plastique
complexe ou mono-matériau assure une
barrière étanche.
Avant de conditionner, il faut transfor-
congeler le produit.
crise. La transformation et la conservation L’heure est effectivement, sous le coup de Le produit demeure mer une matière première toujours plus
demeurent au cœur de l’actualité et donc réglementations comme la loi Agec (anti- ferme pendant rare et chère. Il s’agit alors d’en tirer le
de l’innovation, puisque le secteur en fait gaspillage pour une économie circulaire), le traitement et meilleur parti. Marel, présent « from the
toujours un moteur. Entre pandémie, jus- résolument au réutilisable, compostable offre un meilleur sea to the supermarket  », compte pour
tement, mais aussi transition écologique, ou recyclable. Les fabricants proposent rendement. cela sur les technologies de pointe comme
intelligence artificielle ou développement désormais des sachets en mono-matériau la numérisation, l’automatisation ou la
de l’e-commerce, les sujets ne manquent (PE ou PP) pouvant intégrer de la matière robotisation. Pour le géant islandais, cela
pas. Même s’ils sont parfois contradic- recyclée malgré d’éventuelles réductions permet tout à la fois d’optimiser l’effica-

La proximité avec Agro process expertise

A près une vingtaine d’années chez l’un des géants du secteur, notamment dans les pro-
duits de la mer, Ludovic Daniel lance Agro process expertise. Depuis Vannes, l’entre-
prise rayonne pour l’heure sur le Grand Ouest. L’idée est de prendre un peu de recul avec
les grands développements structurés par les multinationales, « qui parlent surtout sau-
mon et cabillaud, estime le fondateur. Mais les mareyeurs travaillant la vingtaine d’es-
pèces diverses qui font la richesse de la pêche française ne trouvent pas forcément la ligne
dédiée. Une entreprise locale comme la mienne prend le temps d’analyser, de mettre en
commun mon expérience et celle de mon client pour construire le bon équipement. Les
lignes élaborées localement depuis les années 2000 sont toujours d’actualité et fiables.
Mais il y a beaucoup à leur apporter en amont et en aval, en matière d’organisation de
l’atelier et de logistique et donc d’apport de valeur ajoutée. En regardant notamment ce
qu’il se fait dans d’autres filières, même hors agroalimentaire ».
DR

❘  46 ❘ PRODUITS DE LA MER N°207 JUIN-JUILLET 2021


Dossier ❘ PROCESS ET CONDITIONNEMENT

DR
cité, d’améliorer les conditions de travail sant un pack de filet ou de dos pesés indi- Le saumon est cement souhaité avec le plus de soin et le
et de réduire les coûts de fabrication. On viduellement. au cœur de moins de manipulation possible.
parle alors « d’industrie 4.0 », qui mêle de L’approche, globale et innovante, est nombreuses Globalement, le recueil et le traitement
plus en plus humain et robotique dans les assez similaire chez un autre géant de la innovations dans de la data en tout point de la chaîne de
sites de transformation, du poisson blanc transformation des produits de la mer. Le l’univers des production nourrissent une forme d’intelli-
process, comme
comme du saumon. « Nous assistons à une centenaire Baader cherche les meilleures gence artificielle qui accompagne un meil-
ici avec la nouvelle
forme de révolution concernant le process combinaisons de traitement manuel, intel- leur pilotage de la production, améliore les
trancheuse
du poisson blanc, chez les moyens et gros ligent et automatisé. Et il attend désormais I-Slice 3400 processus de qualité (temps d’immobilisa-
acteurs, avec des lignes plus intelligentes, que la numérisation permette à la fois une de Marel tion, détection de lots à risques, etc.), opti-
analyse Virgile Touzé, ingénieur commer- plus grande efficacité et une approche plus (voir photo). mise les lignes et la maintenance mais aussi
cial produit de la mer pour Marel France. humaine du travail, pour obtenir la valeur la réduction de perte de matière première
Nous les avons notamment installées dans ajoutée la plus élevée possible de la pro- ou de consommation d’énergie et d’eau.
le Nord de la France, déployées autour du téine animale. Tous les nouveaux équipe- Chez Ishida, qui possède un vaste cata-
Flexicut, l’équipement qui permet de réa- ments, véritables systèmes d'automatisa- logue de solutions (pesage, mise en lots,
liser des portions à haute valeur ajoutée, tion basés sur la data, visent à améliorer la calibrage, operculage, contrôle qualité),
en poids fixe ou poids variable, sans arête, qualité, réduire les erreurs et les coûts de on met en avant le RobotGrader, dédié à
dans du poisson blanc. Il s’agit d’une réelle fabrication. l’alimentation fraîche, qui calcule jusqu’à
optimisation de l’utilisation de la matière Le Baader 988 analyse chaque filet avant 320 pièces/minute la meilleure combinai-
première, donc du gain financier. Mais de le couper, via un système de caméra, et son pour fournir une barquette sans sur
aussi d’une nouvelle façon de valoriser au collecte des informations sur les poissons ou sous dosage, et avec des morceaux
mieux un filet, avec, par exemple, deux dos en termes de couleur, longueur, largeur, correctement positionnés. «  Idéal pour
poids fixe, puis flanc, ventre et queue bien volume et orientation.  La machine utilise réduire le gaspillage alimentaire, estime
dessinés et d’un beau rendement. » ces informations pour trancher au plus pré- Bertrand Baudry, expert marchés protéi-
Dans le même état d’esprit, une cis. Et l'étalonnage des couleurs permet nés pour Ishida. Notre défi  réside dans
autre installation majeure a été réali- de définir la catégorie de filets selon une la précision du dialogue entre machine,
sée en Islande, chez l’opérateur Visir, échelle industrielle standard, améliorant le pesage et transfert dans un conditionne-
qui a apporté beaucoup de flexibilité, contrôle de la qualité du produit. Le sys- ment. Distribution, convoyage, remplis-
même avec des volumes importants. Le tème de caméra reconnaît également les sage, scellage, protection (sous vide, sous
Flexicut assure d’abord un désarêtage taches de mélanine. En fin de ligne, le sys- atmosphère) : tout doit être parfaitement
à jet d’eau puis un portionnage précis tème de calibrage et de conditionnement synchronisé pour obtenir le meilleur rende-
avant de livrer les pièces de poisson blanc Baader 1850 distribue et emballe automa- ment. » En aval, les informations des outils
au Robobatcher. Il s’agit du premier bras tiquement les filets dans des caisses. Des de contrôle qualité (rayon X, vision, etc.)
articulé capable de remplir des caisses de convoyeurs sont placés directement des- permettent d’optimiser toutes les phases et
3, 5 et 10  kilos à poids fixe, en compo- sous pour transporter les filets à l'empla- de sécuriser la production. n

❘  48 ❘ PRODUITS DE LA MER N°207 JUIN-JUILLET 2021


Dossier ❘ PROCESS ET CONDITIONNEMENT

Scapmarée revisite l’emballage


À l’heure où la mer) et d’acteurs de Scapmarée (logis-
le conditionnement vire tique, qualité, écoconception). Le challenge
concernait deux produits : la caisse marée
résolument au vert, et les barquettes LS et moules.
le 1er Challenge Deux jurys dédiés avaient donc aupa-
Emballages ravant pris connaissance des résultats des
Ecoresponsables de tests et ont vu défiler les responsables des
entreprises participantes : Ifco, avec DSI et
Scapmarée, pour lequel
Tepsa, Solidus Solution, Knauff, Storopack,
PDM était juré, constitue Sumbox, Karton et RCP Promens pour les
une bonne plateforme caisses marée ; et Dynaplast, Agroconcept
d’observation des Embal, Packalim, EDS, Blanchet, Virgin
tendances et solutions. Biopack et Nutripack pour les barquettes.
À l’évidence, l’un des principaux chal-

C
lenges, au-delà de la réduction globale des
plastiques, passe par le remplacement du
omme d’autres enseignes, PSE. Du côté de la caisse marée, ce matériau
Leclerc a déjà supprimé des traditionnel représente encore des volumes

DR
millions de barquettes en conséquents et souffre d’une faible filière
polystyrène depuis 2017 dans de valorisation. Sans rentrer dans le secret
ses rayons. Mais en  2018, Scapmarée, des délibérations, les échanges réalisés au
c’était encore 3,2 millions de caisses polys- cours de l’opération Challenge ont permis Tepsa, en caisses réutilisées a en effet largement tiré
tyrène (2 à 20  kg), 2,1  millions de bar- de souligner les points forts et faibles de collaboration avec son épingle du jeu. Il est perçu comme une
quettes de moules (1 à 1,4 kg), 2,8 millions chacune des propositions qui tentaient de Ifco, a remporté évolution « naturelle » des marchés (après
de barquettes de crevettes (1 à 3  kg) et répondre à la demande. le 1er prix dans la celui des fruits et légumes) et répondant
catégorie Caisse
12 millions de contenants de 50 grammes Toujours pour la caisse marée, Tepsa le mieux à l’adage : le conditionnement le
marée avec son
à 1 kilo en LS marée. D’où l’idée de ce chal- a remporté l’ensemble des suffrages, moins problématique est celui que l’on ne
offre de caisse PEHD
lenge lancé auprès de ses fournisseurs. Les grâce notamment à son expérience, avec réutilisable. produit pas ! La consigne reste une valeur
règles du jeu ? Limiter la quantité de plas- 90  % du très dynamique marché espa- sûre, avec près de 400 allers-retours poten-
tique, utiliser des matières premières bio- gnol, du navire à l’étal. La caisse marée tiels dans le circuit, avant valorisation finale
sourcées ou recyclées  ; favoriser le réem- en PEHD, réutilisable via la logistique Ifco, de la caisse pour Tepsa.
ploi et la facilité d’utilisation ; générer une devrait donc se déployer rapidement dans En matière d’emploi unique, le car-
solution avec un recyclage possible et exis- le réseau Leclerc. La volonté de la société ton  était aussi présent. Solidus a été très
tant ou la biodégradabilité. d’intégrer la grande distribution en France remarqué avec sa solution à 95  % de
Le challenge a sollicité les spécialistes de devrait pouvoir se faire sans trop d’im- matière première recyclée (fibres cellulo-
l’emballage et testé leurs solutions dans le pacts en termes de coûts pour les diffé- siques certifiées FSC) et un stockage opti-
réseau. Puis il a soumis une synthèse de rents maillons. Dans le même esprit et avec misé (1 000 cartons pliés sur une unique
ces test à un jury composé de fournisseurs le même opérateur Ifco, la caisse DSI (en PP) palette). Malgré le liner qui renforce son
de produits de la mer, de responsables de a aussi été appréciée, mais évaluée presque étanchéité et en fait un multicouche (et
magasins, de spécialistes du recyclage, trop « sophistiquée » pour une filière par- pose donc la problématique de la toute
d’ONG (Race for water et la fondation Tara fois encore un peu rustre  ! Elle remporte fin de vie du produit, au stade des boues
Océan) et journalistes (dont Produits de néanmoins le second prix. Le système de ultimes), il reste recyclable à 90 % dans une

[Des solutions en test]


A Avec treize plateformes de distribution de produits de la mer qui livrent environ 35 000 tonnes chaque année vers 580 points
de vente, Scapmarée se pose comme un opérateur d’envergure de la filière dans l’Hexagone. La coopérative d’achat du
mouvement Leclerc peut donc légitimement se poser la question de ce qu’est un bon conditionnement à l’heure de la tran-
sition écologique. Scapmarée s’est engagé à acheter 4 000 contenants réutilisables et plus de 300 000 barquettes auprès des
gagnants et à les mettre en production. Caisses et barquettes seront mises à disposition de certains fournisseurs et un cahier
des charges sera élaboré pour arriver progressivement à une suppression du polystyrène et du plastique non recyclable dans
le réseau. Un guide de bonnes pratiques sera formalisé. « Nous espérons ainsi créer une dynamique positive pour l’ensemble
de nos fournisseurs et acteurs du secteur », déclare Olivier Louvard, président de la Scapmarée.

❘  50 ❘ PRODUITS DE LA MER N°207 JUIN-JUILLET 2021


Dossier ❘ PROCESS ET CONDITIONNEMENT

filière qui existe, et avec des compacteurs


qui sont déjà souvent présents derrière les
usines et magasins.
La caisse en carton ondulé de Sumbox
apparaît moins aboutie de ce côté,
puisqu’elle ne rentre pas dans la même
filière. D’autant que son montage implique
de la main-d’œuvre dans les ateliers. Elle
s’adresse donc plus à des produits haut
de gamme, avec de la valeur ajoutée, aux-
quels il convient d’apporter de l’attention.
Le PSE n’était pas absent de la compéti-
tion, avec les dernières offres d’opérateurs
réputés. La Seaclic bio de Storopack, éla-
borée avec une matière première biosour-
cée (glucose), est apparue comme une idée
innovante et séduisante. Mais elle implique
le développement de cultures spécifiques,
souvent très intensives et qui entrent en
compétition avec l’agriculture alimen-
taire. De plus, elle est beaucoup trop oné-
reuse et son aspect biodégradable n’a pas

DR
convaincu. Tout comme elle, l’équipement
Tarra, qui a présenté un composteur dédié, La barquette en PET récyclée de Dynaplast Map a remporté le premier prix du LS. L’intégration de plastique issu du programme POP
implique un équipement supplémentaire (Prevented Ocean Plastic) devrait constituer un bel appel pour le marketing.
sur site.
Face à toutes les résines compostables
qui arrivent en force sur le marché, les
Packalim s’est vu recycleurs restent méfiants : elles sont bio- tionne bien avec des process plus automa-
décerner l’unique dégradables dans des usines de compos- tisés et standardisés, comme chez les sau-
prix de la catégorie tages (température, humidité, etc.), mais monniers norvégiens ou les éleveurs de
barquette moules pour pas chez le consommateur, ni même dans bar/dorade de Méditerranée par exemple.
cette proposition en
les plateformes de compostage des déchets Chez RPC Promens, on a misé sur le
rPET soutenue par un
verts (il existe alors, in fine, un risque de rési- PEHD, avec là encore un problème de recy-
carton.
dus de microplastiques et de leur épandage clage. Les caisses proposées sont plus inté-
dans les champs). Knauf mettait en avant la ressantes couplées avec du sous vide ou
caisse Celoops et le système de collecte des sous atmosphère, et donc avec une phase
déchets Knauf circular dans son offre. La d’operculage qui nécessite un équipement.
matière reste néanmoins un PSE, issue d’un L’offre va néanmoins dans le sens d’une
recyclage chimique, et le produit final est optimisation de la logistique, qui permet
deux fois plus cher. Pas assez de ruptures d’éviter des camions uniquement dédiés à
pour cette offre, alors que tous les feux se la marée.
mettent au rouge pour les opérateurs PSE. Une problématique partagée par l’autre
Des membres du jury ont par ailleurs noté volet du Challenge Scapmarée portant
que ces deux solutions ne résolvent pas les sur les barquettes libre-service et moules,
problèmes de la dégradation du PSE au fil auquel PDM n’a pas participé.
de la logistique, avec des microbilles qui se Scapmarée a ici décerné quatre prix. Pour
retrouvent dans la nature ou dans les cana- le LS, le 1er va à Dynaplast Map, pour une
lisations des ateliers et entrepôts. barquette en rPET, avec plastique issu en
Les deux  dernières propositions de partie du programme POP (Prevented
DR

caisses marée portaient sur des plastiques. Ocean Plastic). Le second est pour
Pour Karton, il s’agissait de PP alvéolé, qui Agroconceptembal, avec une barquette à
ne rentre donc pas dans la filière classique 90 % en fibre de canne à sucre biosourcée,
de recyclage. Le montage et la qualité du recyclable et compostable. Enfin Virgin Bio
conditionnement ont été peu appréciés par Pack propose un carton pelliplaqué recou-
certains opérateurs, qui restent dans l’ar- vert d’un film PET. Le prix pour la barquette
tisanat et la diversité des espèces et pro- moules est allé à Packalim pour une bar-
duits. En même temps, des acteurs de la quette en rPET soutenue par un carton. n
Scapmarée notaient que cette offre fonc-

PRODUITS DE LA MER N°207 JUIN-JUILLET 2021 ❘  51 ❘


Dossier ❘ PROCESS ET CONDITIONNEMENT

Des nouveautés à découvrir


Arcos Marel
Le trancheur de saumon fumé TRSA40 Le trancheur de saumon I-Slice 3400

Réputé pour la qualité de ses équipements Cette nouvelle génération de trancheur de saumon offre
de séchage, cuisson et fumaison, une large flexibilité en termes d’angles de coupe et de tailles
Arcos fait un nouveau pas en avant des conditionnements. Le I-Slice 3400 tranche et com-
en proposant son premier outil de bine le saumon fumé pour composer des packagings à la
tranchage de saumon fumé. Il a été taille et au poids ciblés. L’outil assure des coupes avec un
conçu pour répondre aux besoins des angle compris entre 8° et 72°, ce qui autorise des tranches
entreprises artisanales attachées à la qua- courtes. Chaque filet est analysé avant le processus de
lité du « tranché main frais » qui souhaitent coupe pour assurer une utilisation optimale et réduire les
augmenter leurs cadences. Cette nouvelle déchets. Chaque coupe est réalisée avec précision, fournis-
machine intègre les technologies les plus récentes en termes d’automates à écran tactile et de sant le poids cible défini de la tranche individuelle et garan-
moteurs brushless. La TRSA40 permet à un unique opérateur trancheur qualifié de passer à une tissant des emballages à poids fixe. Les tranches de chaque
production de 50 kg/heure. lot sont automatiquement alignées avec un espacement
régulier. Les lots peuvent être réalisés avec un nombre fixe
de tranches compris entre deux et 50 pièces, avec un poids
total allant jusqu'à 1 kg, sur plaquette, barquette ou direc-
tement sur le convoyeur.
Curio
La fileteuse C-2011

La nouvelle fileteuse élaborée par la


société islandaise Curio (groupe Marel) a
été conçue pour offrir un rendement élevé
et constant dans le traitement du poisson
blanc. Fiable et robuste, avec une interface
simple (comme pour le changement d’es-
pèces) et une facilité d’accès, elle permet
de livrer en sortie deux filets désarêtés sur
des convoyeurs séparés. Trois modèles dif- Loma
férents sont proposés, pensés pour passer
La combinaison gagnante du CW3 Run-Wet
des petits, moyens et gros poissons, d’environ 700 g jusqu’à 5, 8 voire 12 kg. Selon les modèles,
cette machine électrique est capable de traiter entre 16 et 38 poissons par minute. Spécialiste du « check  &  detect   » (vérifier et détecter),
Loma lance son nouveau système combiné CW3 Run-Wet.
Il s’agit de l’association d’une trieuse pondérale et d’un
détecteur de métaux. Un système deux en un qui répond
Ishida à la demande croissante des fabricants de produits alimen-
taires pour une amélioration de l'hygiène et de l'efficacité
Le Flex-Grader innove
du nettoyage de l'équipement d'inspection, ainsi que pour
Le Flex-Grader est un outil de calibrage et de une réduction des temps d'arrêt des machines dus aux
classification qui permet d'associer des pièces cycles de lavage fréquents et rigoureux. La conception plus
pour créer des lots à poids fixe ou des lots par hygiénique, plus rapide et plus facile à nettoyer permet de
nombre fixe de pièces, avec précision et rapidité. minimiser le risque de contamination bactérienne.
Il peut également fournir des lots cibles avec des tolé-
rances et des priorités, y compris le chevauchement de
produits. Modulaire, il peut incorporer de quatre à 32 bacs
collecteurs qui reçoivent des pièces de 100 à 400 mm, à la
vitesse de 175 à 500  pièces/minute. L’amélioration du Flex-
Grader repose sur le mécanisme à bande unique Slack Belt, qui
élimine tout problème de transfert des produits vers et depuis le banc
de pesée. Le pesage s’effectuant avec davantage de stabilité, la pré-
cision est renforcée.

❘  52 ❘ PRODUITS DE LA MER N°207 JUIN-JUILLET 2021


Dossier ❘ PROCESS ET CONDITIONNEMENT

Guelt Engilico
La thermoformeuse THR3 Premium L’HyperScope inspecte les scellages en lignes

Guelt apporte une solution de condition- Engilico, spécialiste de l'inspection en ligne des soudures
nement primaire d’une grande flexibilité pour les emballages souples, présente sa nouvelle solution
dans la production d’emballages ther- d'inspection des soudures pour les barquettes rigides, les
moformés (typologie et forme des conte- pots et les thermoformes scellés avec un film plastique. La
nants). La THR3 Premium est la première solution HyperScope, basée sur l'imagerie hyperspectrale
thermoformeuse polyvalente à change- (HSI), permet d'obtenir des images avec un contraste plus
ment automatique d’outillage : dotée de élevé que les systèmes de vision traditionnels. Fuites, réduc-
quatre  formats embarqués et proposant tion de la DLC, problèmes de santé, rappels coûteux… La
plusieurs technologies de conditionne- contamination des emballages en plastique rigide pose des
ment (vide, atmosphère protectrice, skin), problèmes importants aux producteurs de denrées alimen-
elle permet de passer d'un type de barquette à l'autre en 30 secondes. Le système breveté auto- taires. La détection automatique de soudures conta-
rise les changements de format par simple extraction du tiroir d'outillage via une trappe facile- minées s’impose, tant pour la sécurité alimentaire
ment accessible, sans arrêter la machine ni couper de film. que l'automatisa- tion de la production.
Elle peut recevoir en sortie une machine d’application carton compact telle que l’IZIsleeve (dépose
de fourreau pré-collé) ou l’IZIwrap (fourreau à plat : bandeau, demi-enveloppe, chaussette, four-
reau complet en carton compact).

Guillin
La barquette Dualipack

Fabriquée en France, Dualipack est


une barquette carton/rPET monoma-
tériau séparable, sans colle ni adhésif.
Facilement séparée par le consommateur
ou déposée assemblée dans la poubelle
jaune, elle est 100 % recyclable. L’alliance
des deux matériaux lui apporte une excel-
lente résistance à l’écrasement vertical,
une étanchéité aux liquides et une possibilité d’operculage. Dualipack est par ailleurs personna-
lisable en impression offset à l’intérieur comme à l’extérieur. Les fenêtres latérales offrent une
bonne visibilité sur le contenu. Dépilable et scellable automatiquement, cette barquette peut être
Südpack
utilisée industriellement à un rythme optimal.
La gamme Pure

Protection, praticité et recyclabilité  : les emballages


Ulma Multipeel PurePP refermables de Südpack répondent aux
trois exigences. La contribution des emballages en plastique
La thermoformeuse TFS 407R Darfresh
à la sécurité alimentaire et à la durée de conservation reste
évidente, en particulier pendant la pandémie. La gamme
Face à la demande croissante d’emballage plus durable, Ulma Packaging a développé, en col-
Pure comprend également le film flexible Multifol PurePP
laboration avec Sealed Air, le skin Cryovac Darfresh. Et parallèlement, la thermoformeuse TFS
et la solution d'emballage Flow Pack PurePP. L'utilisation
407R Darfresh, qui se distingue par un taux réduit des lisières de près de 40 % et un système de
d'un mono-matériau n'entraîne aucune perte de protection
mise sous vide nouvelle génération. Elle offre une cadence élevée grâce à un cycle plus rapide per-
du produit ou de praticité. La solution Multipeel PurePP de
mettant un gain de 12 % de productivité. Ce nouveau développement, qui minimise les déchets
Südpack a reçu le prix PackTheFuture.
de film, offre des économies de coûts, une efficacité opérationnelle et des avantages en termes
de durabilité. La thermoformeuse est dotée d’un nouveau design d’ouverture facile optimisant
l'attrait des produits en magasin.  Les points forts  de ce type d’em-
ballage pour le secteur du poisson sont, outre une DLC prolongée,
la rétention des jus et une excellente protection contre l'oxydation.

❘  54 ❘ PRODUITS DE LA MER N°207 JUIN-JUILLET 2021

Vous aimerez peut-être aussi