Vous êtes sur la page 1sur 83

IMAGERIE MÉDICALE

DES 3 PÉDIATRIE
2020-2021
PROGRAMME

1. Bases sémiologiques imagerie médicale


2. Bases techniques imageries médicale
3. Imagerie du tube digestif de l’ enfant
4. Imagerie thorax de l’ enfant
5. Sémiologie digestive
6. Sémiologie pulmonaire
08/04/2021

Objectifs

Bases sémiologiques • Citer les quatre tonalités radiologiques


• Définir les images élémentaires

de l’imagerie médicale • Opacité,


• Clarté,
• Niveau hydroaérique,
• Signe de la silhouette,
Année universitaire 2020-2021
• Image d’addition
Pr Aïssata Ly Ba
• Image de soustraction
• Connaitre la classification des tissus en échographie et en IRM

1 2

Introduction
• La lecture des images radiologiques nécessite la connaissance:
• Des principes des techniques d’imagerie
• De la nature des tissus: différentes tonalités radiologiques
Généralités • De la sémiologie utilisée dans les différentes techniques
• Il existe des pièges de lecture
• Liés à la technique
• Liés au patient
• L’interprétation est fonction du contexte clinique et biologique

3 4

1
08/04/2021

Principes
• Radiographie
• Les rayons X qui traversent les organes sont atténués
• Le pinceau résiduel formation de l’image latente sur le récepteur: film ou écran
• En Tomodensitométrie
Techniques d’imagerie • Les rayons X traversent le détecteur électronique qui calcule la densité des tissus
• Les différentes densité sont traduites en échelle de gris qui constituent l’image
• En échographie
• Les ultrasons émis par la sonde traversent les tissus qui génèrent des échos / interfaces
• Ces échos sont renvoyés par les tissus vers la même sonde images
• En IRM
• L’application d’un champ magnétique fournit de l’énergie et entraine une aimantation:
impulsion
• À l’arrêt du champ magnétique, l’énergie est restituée: relaxation signal

5 6

Limites
• Radiographie: pièges de lecture
• Superposition d’images
• Structures situées dans les ≠ plans de l’ organe
• Structures complexes (face et crane)
• Sommation d’images situées dans des plans voisins
• Nécessité d’incidences complémentaires
Sémiologie élémentaire
• Échographie
• Pas de vue anatomique
• Difficultés d’orientation
• TDM-IRM
• Imagerie en coupes
• Reconstructions dans les plans axial, coronal et sagittal vues anatomiques

7 8

2
08/04/2021

Sémiologie radiographique
• 4 types de noircissements Calcium: os

• Calcium: os, produits de contraste iodés


• Eau: muscles, viscères
Graisse
• Graisse: entre les muscles, cavité péritonéale
• Air: poumon, sinus Tissu: muscle

• Terminologie
• Les tissus comprenant des atomes lourds sont denses et se comportent vis - à Air
- vis des rayons x comme des écrans qui les empêchent d’atteindre le film:
plage blanche= opacité
• S’il n’y a que l’air interposé entre le tube et le film, l’absorption est négligeable 4 tonalités radiologiques

et le film est impressionné au maximum => plage noire= clarté

9 10

CALCIUM EAU HUILE AIR

Sémiologie radiographique
• L’image d’addition=
image blanche
• Image en saillie en dehors du
contour externe d’un organe:
tube digestif
• Après opacification, le produit
de contraste la lumière de
l’organe et la cavité
Images d’addition

Les quatre tonalités radiologiques

11 12

3
08/04/2021

Sémiologie radiographique Sémiologie radiographique


• L’image lacunaire ou image
de soustraction= image noire • L’image hydroaérique
• Se voit dans une cavité
(digestive) quand une • Clarté aérique supérieure C LA R TE

lésion de la paroi
empêche le remplissage • Niveau horizontal N IV E A U H Y D R O
A E R IQ U E
de la lumière
• Dans l’os quand il y’a une • Opacité déclive
O PA C ITE
perte de calcium Image hydro-aérique

Images de soustraction

13 14

Sémiologie radiographique Sémiologie radiographique


• L’image • Signe de la silhouette de Felson
hydroaérique
• Définition: quand deux opacités de tonalité identique sont au contact l’une de l’autre, leurs
silhouettes respectives disparaissent au niveau de leur contact

• Intérêts

• Localisation d’une opacité au niveau du parenchyme pulmonaire

• Repérage des coupoles diaphragmatiques

• Éviction de clichés supplémentaires

• Réduction de l’irradiation

15 16

4
08/04/2021

Sémiologie radiographique

• Exemple 1
• Une opacité parenchymateuse située
au contact du cœur en effacera le
bord
• Une opacité qui se projette sur le
cœur sans en effacer les bords, n’est
pas située dans le même plan que le Le signe de la silhouette

cœur; elle est donc postérieure

17 18

Sémiologie radiographique
• Signe de la silhouette
• Identification des coupoles sur une incidence de profil
• Coupole droite
• Elle est visible sur toute sa longueur
• Elle sépare la masse hydrique du foie en bas, de la clarté aérique des
poumons en haut
Bord du cœur visible= opacité postérieure O pacité postérieure se projetant en arrière • Coupole gauche
• Elle est effacée en avant par le cœur
• Les deux étant de la même tonalite hydrique, aucune ligne ne les sépare

19 20

5
08/04/2021

Coupole droite Coupole gauche Sommation

Coupole droite Coupole gauche

21 22

Sémiologie radiographique

• Projection des images sur un plan


• Les structures rencontrées par le rayonnement sont projetées sur un plan
• Difficultés à situer un objet dans le plan frontal
• Exemple: localisation d’un corps étranger
• Nécessité d’incidences complémentaires

• De profil De face: corps étranger De profil: corps étranger


trachéal ou œ sophagien ? de siège œ sophagien
• En oblique

23 24

6
08/04/2021

Sémiologie tomodensitométrique Sémiologie tomodensitométrique

• Formation de l’image • Il y’a une disproportion importante entre les quelques niveaux de gris visibles à
• Un pinceau de rayons X est atténué par les organes d’épaisseur et de densité l’œil nu sur l’image et les milliers de densités de la mémoire
données • Les densités sont au nombre de 2000 niveaux de gris sur l’image mais l’œil
• A la sortie de l’organe, ce pinceau pénètre dans un détecteur électronique qui humain n’en perçoit que 16 à 32
remplace le film radiologique • Elles ont des valeurs numériques placées sur une échelle appelée Echelle de
• L’ordinateur mesure les variations d’atténuation dans chaque volume
Hounsfield
élémentaire de tissu et dans des directions différentes
• Le nombre de mesures dépend de la performance de la machine • + 1000: os, produits de contraste
• Les chiffres de densités sont exprimées en unité Hounsfield • -1000: air dans les poumons ou les sinus
• Aux densités correspondent des opacités tarduisant la capacité d’absorption
de chaque tissu traversé par les rayons X

25 26

Sémiologie tomodensitométrique
• L’information contenue dans cette image de 2000 niveaux est divisée en segments
restreints: fenêtres de visualisation / organes explorés
• Tète
• Fenêtre parenchymateuse
• Fenêtre osseuse
• Thorax
• Fenêtre parenchymateuse
• Fenêtre médiastinale
• Fenêtre osseuse
• Membres
• Fenêtre parties molles
• Fenêtre osseuses

27 28

7
08/04/2021

Sémiologie tomodensitométrique
• L’hypodensité représente ce qui est peu dense par rapport à l’organe de
référence et est restitué en noir sur l’écran de télévision
Fenêtre parenchymateuse
• L’hyperdensité est ce qui est plus dense par rapport à l’organe de référence et est
restitué en blanc sur l’écran de télévision
• L’isodensité se définit comme la densité qui se rapproche du gris le plus moyen
de l’organe
• Mal individualisable
• Nécessite parfois une injection ou une technique complémentaire (IRM)
Fenêtre osseuse Fenêtre parenchymateuse Fenêtre médiastinale
Crâne Thorax

29 30

Sémiologie tomodensitométrique Sémiologie tomodensitométrique


• Contraste artificiel
• Contraste spontané • L’injection intraveineuse ou intra-cavitaire de produit de contraste modifie le
contraste naturel: prise de contraste ou rehaussement
• Représente le contraste naturel du tissu • Les structures normales sont mieux définies
• Comprend les ≠ densités de l’image qui dépendent de la composition des • Les structures pathologiques sont mieux vues
tissus • Cerveau
• Barrière hémato-encéphalique s’oppose au passage des grosses molécules / iode
• Ces différentes densités sont obtenues à partir des 4 contrastes fondamentaux
(PDC)
• Air • En cas de lésion, il y’a une rupture de la BHE rehaussement
• Graisse • Parenchymes: foie, rate
• Pas de BHE: la membrane endothéliale capillaire permet le passage de l’iode
• Eau
• Les parenchymes se renforcent globalement qu’ils soit normaux ou
• Os pathologiques

31 32

8
08/04/2021

TDM CEREBRALE APRES INJECTION


PARENCHYME HEPATIQUE NORMAL

AVANT INJECTION APRÈS INJECTION


Rehaussement normal : vaisseaux, Rehaussement pathologique:
méninges, plexus choroïdes lésion intra-parenchymateuse

33 34

Sémiologie tomodensitométrique Sémiologie échographique


• Post-traitement des images • Images échographiques déroutantes
• Par les mesures • Caractéristiques
• Longueur
• Les images d’un organe sont parcellaires
• Largeur
• Les documents livrés sont fragmentaires et ne représentent qu’une partie de
• Volume
l’exploration
• Surface
• Ils ne peuvent être étudiées par plusieurs personnes
• Densité
• Par les reconstructions • Ils ne peuvent faire l’objet de confrontations
• MIP • L’operateur est seul juge du déroulement de son examen
• VRT… • L’échographie est une technique opérateur-dépendant

35 36

9
08/04/2021

Sémiologie échographique Avant


Sémiologie échographique Avant

Gauche
• Sur les coupes transversales • Sur les coupes longitudinales Bas

• La droite du patient est à la gauche de • La tête du patient est à la gauche de


l’observateur l’observateur
• La droite de l’organe est sur la gauche de • Le haut de l’organe est à la gauche de
l’image l’image
• La gauche du patient est à la droite de • Les pieds du patient sont à la droite de
l’observateur l’observateur
• La gauche de l’organe est sur la droite de • Le bas de l’organe est a la droite de
l’image l’image
• L’avant du patient est en haut de l’image • L’avant du patient est en haut de l’image
• L’arrière du patient est en abs de l’image COUPE TRANSVERSALE PELVIS
• L’arrière du patient est en bas de l’image
COUPE SAGITTALE D’UN EMBRYON

37 38

Sémiologie échographique Sémiologie échographique


• Sur les deux types de coupes
• 4 types de tissus
• L’avant du patient est en haut de l’ image
• L’arrière du patient est en bas de l’ image • Les liquides
• Sans particules en suspension

• Avec particules en suspension

• Les tissus mous

• Les structures denses

• Les structures aériques

COUPE TRANSVERSALE DE LA THYROÏDE COUPE SAGITTALE DE LA HANCHE

39 40

10
08/04/2021

Sémiologie échographique Sémiologie échographique


• Toute structure complètement noire est anéchogène • Les liquides
• Elle laisse passer les US • Sans particules en suspension: anéchogènes
• Elle s’accompagne d’un renforcement postérieur du faisceau • Physiologiques
• Toute structure blanche est hyperéchogène • Urine
• Elle arrête les US • Bile
• Elle s’accompagne d’un cône d’ombre postérieur
• LCR
• Les structures intermédiaires sont hypoéchogènes et les aspects dépendent de • Liquides pathologiques
leur homogénéité
• Existence de niveaux • Kyste biliaire
• Existence de cloisons • Kyste séreux de l’ovaire
• Ventricules cérébraux dilatés

41 42

Sémiologie échographique
VESICULE
ORBITE
BILIAIRE
• Les liquides
• Avec particules en suspension

• Elles donnent des zones hypoéchogènes caractérisées par leur répartition homogène,
hétérogène avec un dépôt déclive ou des cloisons

VESSIE • Exemples
VENTRICULES
CEREBRAUX
• Physiologiques: liquide amniotique contenant des flocons de vernix, bile épaisse

• Pathologiques: épanchements infectieux ou hémorragiques, kystes mucoïdes ou


hématiques

43 44

11
08/04/2021

Sémiologie échographique
CYSTITE

• Les tissus mous


• Elles engendrent la formation d’une multitude d’échos
• L’aspect dépend de la structure du tissu et des modifications pathologiques
• Nombre d’échos
VESICULE BILIAIRE
AVEC SEDIMENT • Intensité des échos
• Répartition des échos
• Homogène
UTERUS GRAVIDE
• Hétérogène
• Un tissu sera d’autant plus échogène que son échostructure est plus compacte

45 46

Sémiologie échographique Sémiologie échographique


• Pathologiques
• Les tissus mous • Abcès
• Exemples • Échogène en phase
pré-suppurative
physiologiques
• Hypoéchogène en
• Foie phase de collection
RATE PANCREAS
• Rate • Tumeur nécrosée
• Placenta
A B C E S D U FO IE

FOIE

47 48

12
08/04/2021

Sémiologie échographique Sémiologie échographique


• Les structures denses • Les structures denses
• Elles entrainent une réflexion très importante des échos
• Exemples physiologiques
• Leurs aspect dépendent de leur nombre et de leur intensité
• Elles provoquent en aval l’apparition d’une zone d’ombre liée • Eléments du squelette
• A l’importance de la réflexion • Cartilages calcifiés
• Au coefficient d’atténuation du tissu
• Cette zone est appelée • Exemples pathologiques
• Ombre acoustique • Tumeurs calcifiées
• Cône d’ombre • Hématomes calcifiés
• Postérieur
• Latéraux • Cicatrices fibreuses

49 50

Sémiologie échographique
• Les structures aériques
• Absence de propagation des ultrasons
SQUELLETTE FOETAL
• Formation d’une image échogène
• Présence d’une ombre acoustique postérieure
• Confusion facile avec une structure solide calcique
LITHIASE VESICULAIRE
• Astuces
• Prolonger le temps d’observation: péristaltisme
• Réaliser de nouvelles coupes
LITHIASES RENALES
• Changer le patient de position afin de mobiliser les gaz

51 52

13
08/04/2021

En résumé

AEROBILIE
ANTRE GASTRIQUE
M rani Zentar A, Sebti G, Jalal H, Ouali Idrissi M , Cherif Idrissi N Service de Radiologie,
Hôpital Ibn tofail, CHU M oham ed VI Université Cadi Ayyad, M arrakech, M aroc

53 54

Sémiologie IRM Sémiologie IRM


• Terminologie
• Classification des tissus
• Séquence de base = écho de spin (recueil du signal au bout des temps T1 et T2)
• Liquides purs
• Quelle que soit la séquence
• Liquide céphalo - rachidien
• Une structure noire est dite en hyposignal
• Urine • Une structure blanche est en hypersignal
• Parenchymes= eau+ protéines • Une structure intermédiaire est en isosignal
• Parenchyme cérébral • Quel que soit la séquence: il n’y a pas de signal dans les structures qui sont pauvres
• Viscères: foie, rate, reins en protons telles que:
• Muscles • L’air
• Graisses • L’os cortical
• Tissu cellulaire sous–cutané • Les calcifications
• Moelle osseuse • L’IRM est une mauvaise technique pour l’exploration de la corticale osseuse ou des
• Graisse intra–orbitaire lésions calcifiées : préférer la TDM

55 56

14
08/04/2021

Conclusion
• Savoir orienter les images

• Connaitre le vocabulaire radiologique

• Préjuger de la nature d’une lésion

LCR en HYPOSIGNAL T1 LCR en HYPERSIGNAL T2 • Impact sur la charge du patient

57 58

15
08/04/2021

Objectifs
• Donner les principes des éléments de la chaîne radiologique
Bases techniques
de l’imagerie médicale • Connaitre les avantages d’une table os-poumons

• Connaitre les avantages d’une table télécommandée

Année universitaire 2020-2021


• Citer les voies d’administration, les avantages et les inconvénients des
Pr Aïssata Ly Ba
produits de contraste

• Connaitre les avantages de l’imagerie numérique

1 2

Généralités
• Différentes modalités
• Basées sur les rayons x
• Radiographie
• Tomodensitométrie
• Techniques utilisant les ultrasons
TECHNIQUES D’IMAGERIE
• Échographie
• Échodoppler
• Techniques utilisant un champ magnétique
• Imagerie par Résonance Magnétique
• Spectroscopie par Résonance Magnétique

3 4

1
08/04/2021

Préalables
• Salle de préparation
• Proche de la salle d’examen
• Atmosphère calme => endormissement
• Ventilation / climatisation Techniques basées sur les rayons X
• Prises murales: vide, oxygène
• Scopes
• Matériel d’intubation
• Défibrillateur
• Produits classés et mis à jour
• Salle de réveil aux normes : oxygène, vide

5 6

Radiographie: Chaine radiologique


Radiographie: Généralités
• Matériels produisant les rayonnements x
• Générateurs: fournissent le courant
• Radiologie conventionnelle ou standard • Minuterie: commande qui lance et interrompt l’émission de rayons X
• Pas d’utilisation de produit de contraste • Tube de radiodiagnostic: produit les rayons X
• Imagerie basée sur le contraste spontané des organes • Matériels et accessoires permettant la réalisation des examens
• Radiologie spécialisée ou examens spéciaux • Statifs verticaux
• Utilisation de produits de contraste • Colonnes porte-tubes
• Tables de radiographie
• Avantages
• Amplificateurs de brillance
• Remplir les organes creux
• Matériels permettant la contention des patients
• Améliorer le contraste des organes
• Matériels permettant la protection des personnels et des patients
• Supports permettant l’affichage des images

7 8

2
08/04/2021

Radiographie: Chaine radiologique Radiographie: Chaine radiologique


Générateur

• Matériels produisant les rayons x • Matériels produisant les rayons x


• Générateurs • Tube de radiodiagnostic
• Consoles de commande
• Minuterie

Panneaux de commande avec minuterie


Tube de rayons X Annexes du tube

9 10

Radiographie: Chaine radiologique Radiographie: Chaine radiologique


• Matériels permettant la réalisation des examens • Matériels permettant la réalisation des examens
• Colonnes porte-tubes: supportent le tube • Statifs
• Configuration : dispositifs de hauteur réglable supportant le récepteur
• Cassette + film
• Amplificateur de luminance
• Capteur plan
• Intérêts: réalisation de clichés en position verticale
• Poumons
• Abdomen sans préparation
Colonne porte-tube avec fixation au sol Suspensions plafonnières
• Rachis
• Membres en charge

11 12

3
08/04/2021

Radiographie: Chaine radiologique Radiographie: Chaine radiologique


• Matériels permettant la réalisation des examens: • Matériels permettant la réalisation des examens:
Tables de radiographie
C olonne
porte-tube Tables de radiographie Tube

• Tables manuelles • Tables télécommandées


Tube

• Types: tables horizontales


• Avantages Colonne
porte-tube
• À plateau fixe: déplacement du patient • Déplacement du plateau
• À plateau mobile ou flottant • Basculement de la table
P lateau
• Déplacement d’avant en arrière
• Inclinaison du rayonnement Table
• Déplacement de gauche à droite Fente basculante
pour la • Intérêts: opacifications
• Intérêts cassette Pupitre de

• Prise de clichés couché Table


• Digestives com m ande

Table télécommandée
• Radiographies osseuses
Table manuelle à plateau flottant
réglable
• Urinaires
• Vasculaires

13 14

Radiographie: Chaine radiologique Radiographie: Chaine radiologique


• Matériels permettant la réalisation des examens: Amplificateur de brillance • Accessoires de radiographie
• Avantages : amplification de l’image • Cassettes
• Placé sous la table d'examen et en face du tube à rayons x • Boitiers métalliques s’ouvrant comme des livres et contenant les films
• Rôle : utilisé en radiographie spécialisée et interventionnelle
• Formats des cassettes fonction des formats des films
• Intérêts
• Contenu
• Suivre en temps réel l'image radiologique
• Films analogiques
• Visualiser un mouvement
• Suivi produits de contraste • Films numériques
• Suivi des interventions • Développeuses
• Inconvénients: Irradiation • Manuelle et automatique: imagerie analogique
• Reprographe numérique: imagerie numérique

15 16

4
08/04/2021

Radiographie: Chaine radiologique Radiographie: Chaine radiologique


• Accessoires de radiographie • Matériels de contention: statifs de Radiopédiatrie
• Capteur plan • Coopération obtenue à partir d’un certain âge (3 ans)
• Cassettes insérées dans la table de radiographie • Entre 0 et 3 mois: sein ou biberon endormissement
• Permettent d’obtenir automatiquement des clichés
• Entre 3 mois et 3 ans : statif de Lefevbre
• Image affichées instantanément sur l’écran
• Utilisables chez l’enfant jusqu’à 3 ans
• Connectés avec un fil ou avec un wifi
• Utilisation polyvalente: en Radiologie, Scanner ou I.R.M.
• Deux fois plus rapide avec la digitalisation
• Â dose égale qualité d’image supérieure • Positionnement horizontal ou vertical
• Contention ferme mais douce

17 18

Radiographie: Chaine radiologique


• Matériels de contention: Petits moyens
• Gouttières ou planchettes de plexiglas
• Coussins de mousse
• Sacs de sable de taille différentes

Sacs de sable Sacs de farine Moules tête-corps Cales-patients


Matériels de contention pédiatrique

19 20

5
08/04/2021

Radiographie: Chaine radiologique Tomodensitométrie: Généralités


2
• Autres matériels 1 • Principe
• Appareils mobiles: 1 • Méthode de diagnostic permettant des coupes transversales du corps
• Autonomes sur roues
• Quelques dizaines de kilos • Détecteur constitue l’élément clé: calculs de densité
• Appareils portatifs: 2 • Images en échelle de gris (densité exprimée en unité Hounsfield= UH)
• Moins lourds • Post-traitement des images natives
• Transportables • Possibilité de reconstructions multiplanaires
• Intérêts • Sans et/ou avec injection de produit de contraste
• Unités de soins intensifs
• Salles de traumatologie • Intérêts
• Aires de chirurgie • Sensibilité supérieure à celle du film radiologique
• Etude des densités 100 fois plus précise qu’en radiologie conventionnelle

21 22

Tomodensitométrie: Chaine de scanographie


• Système radiologique: détecteurs des rayons X
• Système mécanique
• Statif: mobilisation du tube et des détecteurs
• Lit: déplacement du support du patient
• Accessoires d’immobilisation: têtière, gouttières
• Accessoires de contention: bandes
• Système informatique: écrans d’acquisition et de reconstruction
• Coordonne les mouvements mécaniques
• Contrôle l’émission des rayons X Schéma d’un scanographe Salle de scanographie

• Enregistre les informations, reconstruit et visualise les images

23 24

6
08/04/2021

Tomodensitométrie: Conduite de l’examen Tomodensitométrie: post-traitement


• Identification du patient • Types de reconstructions
• Choix d’un protocole d’examen / âge et corpulence • Bidimentionnelles: 2D
• Protocoles « low dose » pour les sujets jeunes (enfants) ou minces • Tridimensionnelles: 3D
• Repérage de l’organe à explorer • Avec rendu de surface
• Repères externes cutanés • Avec rendu du volume
• Repères internes: saillies osseuses • Reconstructions en MIP (Maximum Intensity Projection): sélection de pixels
• Positionnement du statif les plus intenses
• Cliché de repérage ou topogramme: de face ou de profil • Reconstructions en MPR (Multi Planar Reconstruction)
• Positionnement des coupes et acquisition des images • Reconstructions en VRT (Volume Rendering Reconstruction)
• Envoi sur seconde console pour reconstructions

25 26

Reconstructions 2D axial et sagittal

Techniques basées sur les ultrasons

Reconstructions en MIP Reconstructions en VRT

27 28

7
08/04/2021

Échographie: principes Échographie: utilisation


• Exploration du corps par des ondes sonores • Avantages
• Fréquence • Indolore
• Peu onéreuse
• Nombre de cycles de vibrations/seconde
• Répétitible à volonté
• Exprimée en Méga hertz: MHz
• Limites
• Ultrasons médicaux: 2-20 MHz
• Présence d’air
• 2-5 MHz: basse fréquence • Organes profonds
• Organes peu profonds • Présence d’un important panicule adipeux
• 5-10 MHz: moyenne fréquence
• Organes superficiels • Information fragmentée
• 10-20 MHz: haute fréquence
• Ne peut faire l’objet de confrontations
• Opérateur dépendant

29 30

Echographie: Composants Echographie: Composants


• Le « Hard » • Le « Hard »
• Caisson monté sur 4 roues + pédales + freins • Sondes: émission et réception d'ultrasons
• Sondes à usage externe
• Linéaires: organes de surface
• Convexes ou semi convexe: organes profonds et intermédiaires
• Phased-array: cardiaque, vaisseaux du cou ou vaisseaux intra-crâniens
• Sondes endocavitaires: endorectale, endovaginale
• Sondes couplées aux endoscopes: échoendoscopie
• Sondes pour cœlioscopie ou cœliochirurgie

Échographe « fixe » Échographe portable Échographe ultraportable

31 32

8
08/04/2021

Echographie: Composants
• Le « Soft »
• Système informatique qui transforme le signal reçu en images
• Console de commande
• Insertion des données du patient
• Modification de différents réglages
• Système de visualisation
• Moniteur principal
• Écran secondaire : gynéco-obstétrique, pédiatrie
• Système d'enregistrement des données
Types de sondes
• Le « Up Grade »: ensemble des mises à jour

33 34

Echographie: modalités Échographie


• Modes échographiques
• Modes échographiques • Mode Doppler
• Modes • DC= Doppler couleur= images arbitrairement colorées en rouge et bleu
• TM: défilement des images en fonction du temps • DP= Doppler pulsé
• Étude du cœur chez le fœtus • Sonde d’imagerie conventionnelle
• Tracé spectral => ensemble des vitesses et leur amplitude
• Utile dans les paralysies phréniques • DE= Doppler énergie ou Doppler puissance ou mode angiographique
• D= Dynamique • Détection des tissus en mouvements et des flux circulants
• Informations dynamiques • Codage en couleur orange
• Mode 3D= Échographie tridimensionnelle
• Mode noir et blanc habituel
• Utilise des sondes volumiques
• Possibilité de défilement des images • Reconstructions avec rendu du volume: fœtus
• Modes Duplex ou Triplex: affichage simultané D + DC + DP ou D + DC + DE

35 36

9
08/04/2021

Artère rénale droite

Aorte
Techniques utilisant un champ
magnétique
Artère rénale gauche

Doppler couleur Doppler pulsé Doppler puissance

37 38

Imagerie Résonance Magnétique: contre-


Imagerie Résonance Magnétique: Généralités indications
• Absolues
• Tout matériel médical électronique amovible: risque de déplacement ou de dysfonctionnement

• Principes •

Corps étranger m étallique oculaire: éclats accidentels ou autres,
Pacem aker: sim ulateur cardiaque,

• Technique d’imagerie qui est basée sur les propriétés magnétiques de l’atome •

Neurostim ulateur: traitem ent des douleurs,
Im plants cochléaires,

d’ hydrogène ou proton H+ qui compose l’eau • Valve cardiaque m étallique ancienne, les plus récents ou les valves non m étalliques sans problèm e (présentation des
références),

• Étudie les modifications d’aimantation des noyaux H+ sous l’action du champ • Clips vasculaires anciens: (nouveaux ok; connaître le type de clip utilisé en cas de cure chirurgical d'anévrism e),
• À l’injection de gadolinium
magnétique • Fem m e enceinte: principe de précaution (Gadolinium non injecté m êm e sans preuve de toxicité)

• À l’état normal, le corps ne présente pas d’aimantation •



Allergie reconnue: contre-indication à l’injection de gadolinium
Insuffisant rénal sévère (clairance créatinine < 30 m l/m in): m olécules dangereuses retirées du m arché en janvier 2018.

• Sous l’action d’un champ magnétique, le corps humain s’aimante • Relatives: destruction du signal autour du matériel, la région anatomique porteuse n‘est pas bien analysable
• Clips ou agrafes chirurgicales anciennement implantés ( fixés par la cicatrice réactionnelle qui les entoure),
• Le retour à l’équilibre se fait sous forme de signal qui dépend de la nature des • Éclats métalliques en dehors de l'œil (balles, éclats d'obus ou autre)
tissus • Prothèses médicales dans le thorax, l’abdomen ou le pelvis
• Tiges de fixation métalliques rachidiennes: amélioration des matériels orthopédique autorise actuellement l’IRM

• Questionnaire remis au rendez-vous pour vérifier l'absence de contre-indications absolues ou relatives.

39 40

10
08/04/2021

Imagerie Résonance Magnétique: Appareillages Imagerie Résonance Magnétique: Appareillages


• Configuration: IRM fermée ou ouverte • Antennes: fermées, souples
• Aimant: donne les caractéristiques du champ • Fournit les impulsions
• 0, 3- 0,7 Tesla: Bas champ • Reçoit le signal
• Tête: examens cérébraux
• > 1 Tesla: Haut champ qui peut atteindre 7 tesla
• Corps: abdomen, pelvis
• Surface: enfants,
ostéoarticulaire
• Antennes en réseau phasé: ↗
volume exploré
• Système d’acquisition:
informatique

41 42

Imagerie Résonance Magnétique: Appareillages Imagerie Résonance Magnétique: Appareillages


• Préparation • Salle d’examen: veiller au respect des contre-indications
• Nouveau-né-nourrisson • Prises murales d’oxygène
• Prise d’un biberon • Caméra de surveillance dans l’aimant
• Réduction de l’intensité lumineuse • Matériel amagnétique pour éviter les accidents
• Matelas préchauffé • Système de monitorage
• Caches sur les oreilles • Chariots pour petit matériel
• Présence de la maman ou contention • Chariot d’anesthésie
• Enfant • Brancard
• Avant 4 ans: anesthésie • Chaise
• Après 4 ans: boules quiès, casque musical, peluche, micro pour
communique avec le personnel en dehors de la salle d’examen

43 44

11
08/04/2021

Produits de contraste: voies d’administration


• Opacification digestive • Opacification urinaire
• Haute: voie orale • Cystographie,
• TO, • UCR.
PRODUITS DE CONTRASTE • TOGD, • Opacification génitale
• TG, • Génitographie
• TDM abdominale • Fistulographie
• Basse: voie rectale • Opacification vasculaire
• LB, • UIV,
• Fistulographie pour MAR, • Uro-TDM,
• Colographie sur colostomie, • Angiographie,
• TDM pelvienne • Phlébographie

45 46

Produits de contraste: utilisation Produits de contraste: Inconvénients


• Contraste négatif : air (tube digestif)
• Contraste neutre : eau (tube digestif) • Baryte
• Contraste positif
• Barytome
• Baryte (tube digestif)
• A Jeun • Occlusion, péritonite si suite intervention, fistule digestive
• Pas d’opacification barytée 3 jours avant l’examen • Produits de contraste iodés
• PDC iodés hydrosolubles (voie veineuse)
• Prémédication si accident antérieur: volume injecté: 1-2 cc/ kg
• Intolérance rare
• A jeun surtout si sédation prévue (nouveau-né: 3 heures, enfant: 6 heures) • Réactions
• En TDM: injection manuelle ou injecteur automatique (débit: 1-2 cc / s) • Mineures: petits moyens
• PDC type gastrographine (tube digestif) • Majeures: alerte service d’urgence, fiches de procédures d’urgence
• Produits de contraste gazeux: utilisés en échographie (RVU) • Insuffisance rénale modérée( hydratation), sévère (dialyse)
• Produits de contraste gadolinés: utilisés en IRM

47 48

12
08/04/2021

Produits de contraste: : Inconvénients


• Gadolinium
• Voie veineuse
• Dose
• Enfant: 0,1- 0,2 cc / kg
• Adulte: 0,1- 0,2 cc / kg (IRM) SYSTÈMES DE DÉTECTION
• Effets secondaires
• Nausées
• Céphalées
• Altération du goût
• Paresthésies
• Fibrose Systémique Néphrogénique (Dermopathie Fibrosante Néphrogénique
surtout chez les IRC dialysés )

49 50

Systèmes analogiques Systèmes numériques


• Information contenue sous forme d'une image latente ou virtuelle • Principes: images contenant des informations codées
• Action de produits de développement pour obtenir l’image définitive
• Avantages
• Développement manuel ou automatique
• Réduction doses
• Contrainte • Traitement de l’image
• Couple écran-film à l'abri de la lumière dans une cassette • Visualisation sur console
• Utilisation d’une lumière inactinique (rouge) • Stockage aisé: clé USB, disque dur externe
• Inconvénients • Gravage des images sur CD
• Problèmes d’archivage • Accroissement du débit de films
• Détérioration • Réduction des coûts

51 52

13
08/04/2021

Systèmes numériques
• Procédés
• Scanner le film développé selon la méthode analogique
• Scanner une plaque de phosphore ou ERL réutilisable marquée par l'image
radiologique: Systèmes « CR » ou Computed Radiography
• Utiliser des détecteurs sensibles aux rayonnements x Ou Capteur
• Plan : Systèmes « DR » ou Direct Radiography.
• Transformation instantanée de l'information reçue par le détecteur en
image
• Dispositifs d’enregistrement variés
Numérisation indirecte Numérisation directe: capteur plan

53 54

Comparaison des systèmes de détection


Système EOS
• Chambre d’ionisation= chambre multifils= système Charpak
• Boîtier d'aluminium contenant des fils de cuivre tendus trame de tissage
• Chambre proportionnelle ou multi-fils ou Système Charpak
• Détecteur linéaire de particules à gaz (20% co2, 80% xénon)
• Comptage des photons => signal directement numérique.
• Système de radiographie biplane basse dose: 2 images orthogonales simultanées
• Poumon: dose/4
• Colonne vertébrale: dose/10
• Bassin et/ou membres inférieurs: dose/20
• Des logiciels spécialisés => reconstruction surfacique 3D

55 56

14
08/04/2021

SYSTÈME D’INFORMATION MÉDICALE

57 58

Évolutions technologiques Principes


• Augmentation de la production d’images nouveaux besoins • Objectifs
• PACS= Picture Archiving and Communication System pour les images • Regrouper toutes les données concernant le patient
• RIS= Radiology Information System pour les autres données • Permettre leur échange et leur communication
• Interconnecter les différents professionnels impliqués dans la prise en charge
• Avantages et le suivi du patient
• L archivage • Permettre la gestion financière.
• La lecture • Systèmes d’information médicale intégrés, construits autour d’un « dossier
• L’analyse patient clinique» qui assure l’archivage, l’échange, le partage et la traçabilité de
• La circulation l’ensemble des données de santé.
• Outil indispensable à la bonne utilisation de l’offre de soins et à la qualité des
soins.

59 60

15
08/04/2021

Conclusion
• Radiodiagnostic: vieillot mais le plus répandu
• Échographie: accessible, anodine
• TDM multi-barrettes: irradiation
• IRM
• Excellente résolution
• Examens longs
• Peu accessible
• Progrès informatiques: numérisation et réduction des doses, SIM

61

16
Objectifs
• Citer les critères de réussite de l’ASP de face
Imagerie du tube • Connaitre la radioanatomie normale sur l’ASP
• Citer les indications de l’échographie digestive
digestif de l’enfant • Décrire la technique du TOGD
• Décrire la technique du lavement baryté ou aux
Pr Aïssata Ly BA
hydrosolubles
Année universitaire 2020-2021 • Décrire la radioanatomie normale sur un TOGD
• Décrire la radioanatomie normale sur un LB

1 2

Introduction
• Plusieurs techniques d’exploration
– Échographie: non irradiante et répétitible à volonté
– Radiologie conventionnelle
• Standard: sans produit de contraste (ASP)
• Spécialisée: opacifications
Rappels
– Imagerie en coupes
• TDM: peu contributive car abdomen pauvre en
graisse
• IRM: non irradiante mais onéreuse et peu
disponible
• Indications selon l’âge et la pathologie
3 4

1
Rappels embryologiques Rappels physiologiques
• Tube digestif fœtal
• Tube digestif fœtal
– 1er trimestre: phase embryonnaire
• Intestin primitif – 10 à 20 semaines
– Début 4ème semaine : gouttière à la face ventrale embryon • Sécrétion d’enzymes digestives
– Fin 4ème semaine : tube (antérieur, moyen, postérieur)
• Mésentère primitif
• Liquide amniotique dégluti: 11 semaines
• Paroi digestive : multiplication, vacuolisation, différenciation • Apparition du méconium: 13 semaines
• Développement des différents segments
• Intestin perméable
» Bouche
» Intestin antérieur: pharynx, œsophage, estomac, duodénum – 20 semaines
» Intestin moyen: grêle, colon ascendant, 2/3 > du colon • Accumulation de méconium: 18 semaines
transverse
» Intestin postérieur: 1/3 distal du côlon transverse côlon • Fermeture du canal anal
descendant, sigmoïde rectum, partie supérieure du canal
anal • NB: signal spécifique du TD fœtal en IRM

5 6

Rappels physiologiques
• À la naissance après le premier cri, l’air dégluti va
progresser: pneumatisation digestive
– Estomac: aéré dès le premier cri Techniques d’imagerie et
– Iléon: 6ème heure
– Rectum: 12ème heure
résultats normaux
• Avant 2 ans: grêle difficile à distinguer du colon sur la
base de critères
– Morphologiques: peu de haustrations sur le colon
– Topographiques: défauts d’accolement fréquents

7 8

2
Techniques d’imagerie Techniques anténatales
• Anténatales • Post-natales
– Échographie – Echographie
vÉchographie
– Imagerie par – Radiographie
§ Permet de distinguer le grêle du colon
Résonance • ASP
Magnétique • TOGD § Analyse de la paroi digestive
• TG § Analyse du contenu de la lumière digestive
• LB

9 10

Techniques anténatales Techniques anténatales



• Échographie

vImagerie par Résonance Magnétique


§ Plus performante
§ Signal spécifique du contenu digestif
§ Contenu colique= réservoir à méconium
§ Contenu grêle= liquide amniotique dégluti
Colon Intestin grêle

Insuffisance diagnostique IRM

11 12

3
Techniques anténatales
• Imagerie Résonance Magnétique:
Pour comprendre les images, analyser le signal
– Intestin grêle (liquide)
• Hyposignal T1
• Hypersignal T2 Bien être
digestif fœtal
– Côlon (gras, protéines)
• Hypersignal T1 T1 T2
• Hyposignal T2 Colon et rectum : méconium dans l’ampoule rectal
Hypersignal T1
Hyposignal T2

13 14

Techniques postnatales
• ASP
– Grand cliché sur lequel se projettent et se superposent
les différents organes abdominaux
– Indications
• Cliché standard de première intention
• Premier cliché d’une opacification digestive
– Analyse complète et précise, requiert une
T1 T2
connaissance des viscères de l’abdomen
Topographie – Forme – Structure - Position
Estomac et Intestin grêle: présence de LA
Hyposignal T1
Hypersignal T2

15 16

4
Techniques postnatales Techniques postnatales
• ASP • ASP
– Incidence de face
• Couchée: DD, DL, procubitus
• Position verticale: debout, assis
v Bonnes pratiques
• Critères de réussite
– En haut: coupoles diaphragmatiques
– En bas: symphyse pubienne
q Marquer l’heure de réalisation du cliché
• Chez le petit, cliché thoraco-abdominal q Préciser la chronologie des clichés
– Incidence de profil tête en bas: Wangesteen
Rice (Malformation Ano-Rectale)

17 18

Techniques postnatales Techniques postnatales

• ASP: critères de réussite • ASP: analyse


1 1
– Coupoles diaphragmatiques en haut – Aspect du cadre osseux
– Symphyse pubienne en bas 2 – Progression de la pneumatisation 2

– Ligne graisseuse des flancs sur les côtés – Répartition des clartés digestives

3 – Masse extrinsèque refoulant les gaz 3

– Repérer une image calcique


4 4

19 20

5
Techniques postnatales Techniques postnatales
• ASP: repères • ASP: Résultats (nouveau-nés)
– Clarté gastrique sous 1 Apprécier la progression de la pneumatisation
l’hypocondre gauche
– Clarté duodénale : à 2
droite de la ligne médiane
– Clarté rectale: en avant
du sacrum

1: Estomac 3
2: Duodénum
3: Rectum
H3 H6 H18

21 22

Techniques postnatales Techniques postnatales


• ASP: Résultats (plus grands) • ASP: Résultats (plus grands)
Repérer viscères et organes creux Repérer viscères et organes creux

1: Foie 1: Estomac
2: Rate 2: Duodénum
3: Reins 3: Colon G
4: Vessie 4: Colon D
5: Psoas 5: Rectum

Viscères pleins Organes creux


Comparaison ASP et TDM

23 24

6
Techniques postnatales Techniques postnatales
• Transit Œso-gastro-duodénal • Transit Œso-gastro-
• Définition: opacification partie supérieure du TD duodénal: Technique
• Préalables – Simple contraste: Petits
• Patient à jeun: Nouveau-né (3 h)- Enfant (6 h)
• Administration produit opaque:
• Pas d’opacification digestive 3 jours avant biberon, SNG
• Produits de contraste: opaques aux rayons X • Réplétion
• Sulfate de Baryum (Baryte) – En double contraste: Grands
• Produits de contraste iodés (Gastrograffine) • Utilisation de baryte: verre
– Situations à risque • Insufflation d’air: étalement de la
– Contexte d’urgence baryte contre sur la paroi digestive

25 26

Techniques postnatales Techniques postnatales


• Transit Œso-gastro-duodénal: Analyse • Transit Œso-gastro-duodénal: Analyse
– Etude dynamique – Etude statique : clichés à intervalles réguliers
• Étude des contractions • Morphologie de l’œsophage
• Progression du produit en scopie télévisée – Aspect tubulaire
– Trajet: rectiligne, tortueux chez le plus jeune
• Passages du produit
– Trois segments: œsophagien, thoracique, abdominal
– Dans l’estomac par le cardia
– Dans le bulbe et le cadre duodénal par le pylore • Etude concomitante de l’estomac et du duodénum
– Horizontal chez le nouveau-né et le nourrisson
– Dans le grêle
– Région antro-pylorique orientée vers l’arrière
• Rechercher un RGO sur un estomac plein
– Enregistrement vidéo

27 28

7
Techniques postnatales
• Transit du grêle: Technique
– Buts
• Obtenir une réplétion parfaite des anses grêles
• Dégager toutes les anses
• Analyser toutes les anses en réplétion
– Préparation
• Régime sans résidu
• Jeun préalable
– Modalités
• Suite d’un TOGD le plus souvent
• Par entéroclyse: sonde placée dans l'angle de Treitz.
Angle duodéno-jéjunal toujours à gauche du rachis, en L1-L2

29 30

Techniques postnatales Techniques postnatales


• Transit du grêle: Résultats
– Morphologiques
• Répartition régulière et harmonieuse des anses
– Jéjunum: hypocondre et flanc gauches
– Iléon: fosses iliaques et pelvis
• Mensurations
– Calibre apprécié en réplétion: augmente avec l’âge
– Diagnostic d’une distension difficile
» Calibre normal # corps de L2
» Disparité entre 2 segments

31 32

8
Techniques postnatales Techniques postnatales
• Lavement baryté: Technique • Lavement baryté: Technique
– Préparation – Grand enfant-adolescent
• Régime sans résidu • En double contraste
• Lavement évacuateur à l'eau: grands enfants
– Jeune enfant
• Séchage du colon
• Simple contraste
– Produit de contraste administré par sonde rectale
• Baryte diluée – Défécograpie : maladie de Hirschsprung +++
• Hydrosoluble: Gastrograffine • Réplétion après opacification de la dernière anse
– Dilué : urgence (recherche perforation, fistule) • Retrait de la sonde
– Concentré si effet osmotique recherché: iléus méconial • Évacuation sur table
• Air: seul (désinvagination) ou associé à un autre contraste
• Prise de clichés
(double contraste)

33 34

Techniques postnatales Techniques postnatales


• Lavement baryté: Résultats • Lavement baryté: Résultats
– Aspect en « cadre » du colon Sigmoïde
– Repérer les différents segments
• Calibre croissant de gauche à droite
• Calibre du rectum toujours > autres segments
– Analyser la segmentation haustrale
• Disposition régulière
• Caractéristiques Rectum
– Nombreuses sur le colon ascendant, le transverse
– Peu nombreuses sur le colon descendant

35 36

9
Techniques postnatales Techniques postnatales
• Lavement baryté : Résultats • Lavement baryté: Résultats
Angle gauche

Angle droit
Index recto-
sigmoïdien:

(IRS=A/B)

Normal > 1

Dernière
anse

Défécographie normale Défécographie de MH


Clichés d’ensemble en procubitus

37 38

Techniques postnatales Techniques postnatales


• Lavement baryté: Résultats • Lavement baryté: Résultats
– Particularités du jeune enfant
• Défaut d’accolement
– Angle colique droit pas bien formé
– Mobilité cæcum qui est souvent haut
défaut d’accolement mineur
• Aspect lisse
– Peu de haustrations
– Diamètre colon # grêle
Cliché d’ensemble en évacuation

39 40

10
Techniques postnatales Techniques postnatales
• Echographie : Technique • Échographie
– Exploration d’organes creux possible – Aspect stratifié: 5 couches de dedans en dehors
– Utilisation sonde linéaire haute fréquence • Interface lumière-muqueuse : hyperéchogène
• Muqueuse : hypoéchogène
– Préalables
• Sous-muqueuse : hyperéchogène
» A jeun: ↘ gaz
• Musculeuse : hypoéchogène
» Boisson plate: réplétion digestive, réplétion vésicale
• Interface graisse péri-digestive-séreuse : hyperéchogène
– Exploration complémentaire • Différence grêle-colon
» Viscères pleins
– Épaisseur normale ≤ 4 mm
» Mésentère
» Cavité péritonéale – Doppler: paroi normalement peu vascularisée
» Vaisseaux mésentériques

41 42

Techniques postnatales Techniques postnatales


• Echographie : Résultats (Paroi) • Echographie: Résultats
(vaisseaux mésentériques )
Colon

C olon

B Moifo Service d’Imagerie,


Hôpital Gynéco Obstétrique
et Pédiatrique de Yaoundé

Grêle

Grêle

43 44

11
Techniques postnatales Techniques postnatales
• Entéro-TDM et Coloscanner: Technique • Coloscanner à l’eau: Résultats
– Préparation: absorption de liquides
– PDC par voie haute (grêle), basse (colon)
– Distension de la lumière
– Reconstructions coronales .
– Endoscopie virtuelle.
• Diagnostic des sténoses
• Identification de lésions muqueuses

45 46

Techniques postnatales Techniques postnatales


• Entéro-TDM: Résultats
• Entéro-IRM: Technique
– Technique concurrencée par le scanner
Polype
– Avantages
• Pas d’irradiation
• Utilisation de séquences rapides
• Péristaltisme intestinal moins gênant
• Séquences T2: visualisation contenu liquidien
• Meilleure résolution en contraste

Coupe axiale et reconstruction coronale: grêle

47 48

12
Techniques postnatales Conclusion
• Entéro-IRM: Résultats • Diagnostic des pathologie digestives:
couple échographie-radiographie
• Échographie: opérateur entrainé
• ASP relégué au second plan
– Urgence: occlusion complète
– 1er temps opacification : occlusion incomplète
• Autres techniques rarement indiquées

49 50

13
08/04/2021

Objectifs

Imagerie du thorax de • Citer les critères de réussite de la radiographie du thorax de


face

l’enfant • Expliquer l’intérêt de la radiographie du thorax en


expiration
• Expliquer l’intérêt de la radiographie du thorax de profil
• Expliquer l’intérêt du cliché thoraco-abdominal avec
Année Universitaire 2020-2021 injection d’air
Pr Aïssata Ly Ba
• Décrire les caractéristiques radiographiques du thymus
• Citer les indications de l’échographie thoracique
• Citer les indications de la tomodensitométrie

1 2

Généralités Rôle de l’imagerie


• Exploration du thorax fréquemment demandée • Détecter une lésion
• Indications
– Urgences respiratoires: néonatales, infectieuses, • Préciser sa localisation dans un compartiments du thorax
traumatiques
• Rechercher des complications
• Un des premiers motifs de consultation
• Premier motif d’hospitalisation en pédiatrie • Rechercher des signes de gravité
• Situations cliniquement instables et dangereuses
• Exploration diligente, rigoureuse, bien protocolée • Mettre en évidence des pathologies associées
– Autres indications • Orienter les examens complémentaires
• Pathologie digestive: cliché thoraco-abdominal
• Pathologie traumatique • Aider à la surveillance thérapeutique
• Syndrome polymalformatif

3 4

1
08/04/2021

Objectifs de l’imagerie

• Obtention d’un examen de qualité

• Minimiser les difficultés d’exploration liées à:


– La petite taille
– La respiration
– La mobilité

• Réduire l’irradiation: dispositifs de contention


Après 3 ans: rassurer Entre 6 mois et 3 ans: contention

5 6

Radiographie standard
• Incidence de face
– Examen de première intention
– Cliché en inspiration, pendant l’apnée qui suit les cris

Techniques d’imagerie – Cliché thoraco-abdominal chez le tout petit:


«chez l’enfant, le thorax c’est aussi l’abdomen »
– Avantages de la numérisation
• Une seule exposition
• Traitement de l’image → exploration des ≠ compartiments
– Cage thoracique
– Parenchyme
– Médiastin
7 8

2
08/04/2021

Radiographie standard

• Incidence de face

– Avant 3 ans

• Verticale: debout ou assise

• Dispositif de contention

• Dos contre la plaque

• Direction antéro-postérieure du rayonnement:


incidence antéro-postérieure

9 10

Radiographie standard
• Incidence de face 5 ans
– Entre 3 et 6 ans
• Position verticale
– Assise
– Debout
• Sans contention
• Direction antéro-postérieure du rayonnement:
incidence antéro-postérieure

Incidence postéro-antérieure assis

11 12

3
08/04/2021

Radiographie standard
• Incidence de face
– Après 6 ans
• Position verticale
– Debout
– Assise
• Face antérieure du thorax contre la plaque
• Direction postéro-antérieure du rayonnement:
incidence postéro-antérieure ou ventre-plaque

8 ans 16 ans

13 14

Radiographie standard Radiographie standard


• Incidence de face • Incidence de profil
– Éviter les artéfacts – Jamais demandé en première intention
• Grands enfants – Complément du cliché de face
– Dos des poignets sur les hanches – Un seul profil
– Coudes en avant – Le gauche par convention
– Dégager les omoplates – Indications
• Petits enfants • Adénopathies
– Traction des bras vers le haut • Localisation d’une anomalie vue sur la face
– Moyens de contention • Diamètre antéro-postérieur de la trachée
• Appréciation d’une hyperaération

15 16

4
08/04/2021

Radiographie standard Radiographie standard


• Incidence de profil • Autres incidences
– Cliché en expiration
• Origine thymique d’une masse
• Recherche de piégeage
– Corps étranger
– Pneumothorax
– Emphysème obstructif
– Cliché en décubitus latéral
• Recherche d’un petit épanchement
• Abandonné au profit de l’échographie

17 18

Radiographie spécialisée Radiographie spécialisée


• Cliché thoraco-abdominal avec injection d’air
• Opacification à la baryte – Injection à la seringue
– Intérêt dans l’atrésie de l’œsophage
– Transit pharyngo-laryngé ou œsophage baryté
• Situer le cul de sac œsophagien
• Typer la malformation: aération abdominale type III
– Dans les anomalies des arcs aortiques • Faire le bilan de la pneumopathie souvent présente
• Rechercher des malformations associées
• Opacification au produit de contraste hydrosoluble – VACTERL
» V: vertébrales
– Recherche de fistules » Ano-rectales
» C: cardiopathie congénitale (CIV, PCA, T4F)
– Interventions récentes » TE: trachéo-oesophagiennes
» R: rénales
• Vidéo-fluoroscopie: suivi de la cinétique des produits » L: « limbs » (hypoplasie, aplasie radiale)
– Bronchopulmonaires: trachéomalacie, agénésie, hypoplasie

19 20

5
08/04/2021

Échographie Échographie
• Échographie thoracique possible grâce à: • Avantages
– La résolution des machines – Nature cartilagineuse du squelette de l’enfant
– La miniaturisation des sondes – Passage facile des ultrasons
– La haute fréquence – Absence de sédation
• Utile dans les Unités de soins dépourvus de TDM – Absence d’irradiation
• Atteintes pleurales
– Anodine
• Condensations au contact de la plèvre pariétale
– Répétitible à volonté
• Masses médiastinales
• Inconvénients: aucun
• Pathologies cardiaques
• NB: Elle ne sera réalisée que sur la base de renseignements
cliniques précis et toujours après la radiographie thoracique

21 22

Échographie Échographie
• Technique •Voies d’abord
– Morphologie et fréquence des sondes dépendent
• Âge de l’enfant
• Situation des lésions
– Positions et voies d’abord
• Dépendent de la zone d’intérêt
• Position doit refléter les conditions du geste envisagé
Acoustic windows for thoracic sonography: (1) supraclavicular,
– Modes
(2) suprasternal, (3) parasternal, (4) transsternal, (5) intercostals,
• Conventionnel (6) subxyphoid, (7) subdiaphragmatic, and (8) posterior
• Doppler: lésions juxta-diaphragmatiques paraspinal.

23 24

6
08/04/2021

Tomodensitométrie Tomodensitométrie
• Avantages
• Technique – Visualisation de tous les compartiments
– Contention – Choix de fenêtres de visualisation
– Sédation inversement proportionnelle à la vitesse de • Inconvénients
rotation du scanner – Très irradiante
– Injection de produit de contraste / poids – Qualité de l’image médiocre avant l’âge de 5 ans en raison
– Toujours préciser • Des battements transmis
• Poids de l’enfant • De la grande richesse en eau du parenchyme pulmonaire
• Notion d’atopie • De la difficulté d’obtenir une apnée en inspiration chez les
enfants trop jeunes même en dehors de toute détresse
– Fenêtres parenchymateuse et médiastinale
respiratoire
• NB: ses indications devront être limitées et justifiées

25 26

Tomodensitométrie Autres
• Indications • Imagerie par Résonance Magnétique
– Élucider les images douteuses à la radiographie – Non réalisée en pratique courante
– Préciser la topographie de lésions • Sédation
• Jonction cervico-thoracique • Séquences rapides
• Paroi thoracique • Avec synchronisations cardiaque et respiratoire
• Contrôle de drains
– Indications
• Traumatismes thoraciques
• Masses médiastinales
• Pathologie infiltrante parenchymateuse: nodules pulmonaires
• Malformations
• Masses médiastinales
• Anomalies vasculaires: angioscanner – Broncho-pulmonaires
• Voies aériennes centrales: endoscopie virtuelle – Diaphragmatiques
• Syndromes infectieux inexpliqués • Scintigraphie
27 28

7
08/04/2021

Radiographie: standard
• Incidence de face: Critères de réussite
– Position verticale
• Poche à air gastrique
Analyse du cliché • Niveau hydro-aérique
– Inspiration
Résultats normaux • 6 arcs costaux antérieurs au dessus du diaphragme
• Trachée rectiligne
– Symétrie
• Arcs costaux antérieurs: nouveau né et nourrisson
• Clavicules: grand enfant
– Pénétration correcte
• Rachis visible jusqu’en D4
• Flou en dessous de D4

29 30

Radiographie: standard Radiographie: standard


• Incidence de face: Analyse du cliché • Incidence de face: Radioanatomie
normale
• Contenant • Contenu • Poumons
– Os – Parenchyme • Clarté bilatérale
– Parties molles – Voies aériennes • Vaisseaux à 1 cm de la
• Muscles – Vaisseaux paroi,
• Plèvre – Médiastin
• diaphragme • Vaisseaux 2 fois plus
marqués aux bases qu’aux
sommets
• Bronches trop fines pour
être vues sauf au niveau du
hile
31 32

8
08/04/2021

Radiographie: standard Radiographie: standard


•Incidence de face: Radioanatomie normale •Incidence de face: Radioanatomie normale
•Médiastin: mesure de l’ICT
•Médiastin: deux bords

N < 0,55 chez le nourrisson


N < 0,60 chez le nouveau-né

33 34

Radiographie: standard Radiographie: standard


• Incidence de face: Pièges techniques • Incidence de face: Pièges
– Décubitus responsable de: techniques
• Étalement du cœur – Traction des bras
• Agrandissement du médiastin • Croissant gazeux
• Surestimation de l’ICT Dans les articulations
• Redistribution vasculaire gléno-humérales
– Hyperlordose
• Horizontalisation des côtes
CROISSANT GAZEUX
• Surélévation de la pointe du cœur INTRA-ARTICULAIRE

35 36

9
08/04/2021

Radiographie: standard Radiographie: standard


• Incidence de face: Pièges techniques • Incidence de face:
– Temps respiratoire Pièges anatomiques
• Expiration: trachée en « baïonnette » – Traction des bras en haut
• Clavicules déjetées au
dessus des apex
• Aspect de cal à leur partie
moyenne
– Thorax: partie antérieure
des côtes invisible car
cartilagineuse

Expiration Inspiration

37 38

Radiographie: standard Radiographie: standard


• Incidence de face:
• Incidence de face: Pièges Pièges anatomiques
anatomiques
– Médiastin
– Artéfacts des parties molles
• Petit bouton aortique
• Bords internes des bras
• Bombement de l’AMG
• Plis cutanés • Bord droit de l’OG
• Plis des draps visible à travers l’OD
• Diagnostic différentiel avec
une ligne bordante pleurale

39 40

10
08/04/2021

Radiographie: standard
• Incidence de face: Pièges anatomiques
– Le thymus modifie l’aspect du médiastin supérieur
– Ne doit pas être confondu avec une masse
– Caractères
• Sa forme varie avec la respiration
• Son siège est toujours antérieur
• Il n’entraine aucune compression
• Il disparaît en général vers 3 ans
• Ses contours sont nets Variantes anatomiques du thymus
• Sa forme est variable : ondulé, géométrique, curviligne.
41 42

Radiographie: standard Radiographie: standard


• Incidence de face: Pièges anatomiques (thymus)
• Incidence de profil: Critères de réussite
– Côtes désuperposées
– Visibilité
• Sternum en avant
Signe de la voile latine Signe de la vague
• Rachis en arrière
– Identification des espaces clairs
• Rétrosternal
• Rétrocardiaque

Thymus recouvrant
– Culs de sac costo-phréniques bien vus
– Coupole droite en dessous du 6ème arc costal antérieur
Signe du recouvrement Signe du ressaut

43 44

11
08/04/2021

Radiographie: standard Radiographie: standard


• Incidence de profil: Radioanatomie normale • Incidence de profil: Radioanatomie normale

Division du médiastin

45 46

Radiographie: standard Échographie


• Incidence de profil: Pièges techniques •Échoanatomie normale: Paroi, Plèvre
– Expiration: aspect en « baïonnette » de la trachée

Normal: cavité virtuelle Coupe sagittale Coupe transversale

Epanchement pleural
Inspiration Expiration

47 48

12
08/04/2021

Échographie Tomodensitométrie
• Anatomie normale: Fenêtrage
• Échoanatomie normale : Médiastin
(thymus)

Thymus

Fenêtre médiastinale
sans injection
Fenêtre médiastinale
avec injection

Fenêtre parenchymateuse

49 50

Imagerie par Résonance Magnétique Conclusion


• Anatomie normale : Médiastin • Prédominance des techniques conventionnelles
• Radiographie standard reste le premier examen en
imagerie thoracique chez l’enfant
– Connaitre la technique,
– Connaitre les pièges anatomiques
– Incidence de face en règle suffisante
– Incidence de profil demandée en complément par le
radiologue
– Couple radiographie-échographie en pratique courante
• TDM et IRM: indications limitées

51 52

13
08/04/2021

Généralités
• Analyse des pathologies dans les ≠ modalités d’imagerie

Sémiologie digestive
• Dans les viscères abdominaux
• Dans le tube digestif
• Dans la cavité péritonéale
• Dans les vaisseaux
• Étapes de l’analyse
Pr Aïssata Ly BA • Reconnaitre les images anormales élémentaires du tube digestif
Année universitaire 2020-2021
• Déterminer le niveau d’un obstacle éventuel sur le TD
• Évoquer des hypothèses diagnostiques

1 2

Préalables Préalables: topographie des viscères et du TD


• Repères extra-digestifs • Repères digestifs • Viscères • Organes creux

• Cadre osseux • Viscères pleins

• Diaphragme • Organes creux

• Psoas

Colon ? Grêle

3 4

1
08/04/2021

Sémiologie radiologique: ASP Sémiologie radiologique: ASP


• Organomégalies
• Images opaques

• Accentuation d’opacités • Présence d’opacités


normales: anormales: tumeurs
organomégalies • Tumeur hépatique
• Tumeur splénique
• Hépatomégalie
• Tumeur pancréatique
• Splénomégalie
• Tumeur rénale
• Néphromégalie • Tumeur surrénalienne
• Globe vésical

5 6

Sémiologie radiologique: ASP Sémiologie radiologique: ASP


• Masses
• Images claires
• Accentuation de clartés normales • Présence de clartés anormales
Gaz intra-luminal Gaz extra-luminal
• Stase • Sous-phrénique: abcès sous-phrénique
• Intrapéritonéale: pneumopéritoine
• Gastrique
• Biliaire: aérobilie
• Duodénale • Portal: aéroportie
• Grêle • Pariétal intestinal: pneumatose
• Colique • FID: abcès appendiculaire
• Paroi vésiculaire: cholécystite gangréneuse
• Rectale
• Vésical: cystite emphysémateuse
• Distension

7 8

2
08/04/2021

Sémiologie radiologique: ASP Sémiologie radiologique: ASP


Clartés accentuées Clartés anormales
• Clartés accentuées
• Occlusion reflexe ou
inflammatoire
• Bulles de petite taille:
image en « damier »
• NHA peu nombreux
• Cliché en procubitus
• Aération rectale présente
• Pas d’obstacle

9 10

Sémiologie radiologique: ASP Sémiologie radiologique: ASP


• Clartés accentuées • Clartés accentuées
• Occlusion mécanique • Occlusion mécanique
• Colon • Grêle
• Distension • NHA petits, nombreux et
• Niveaux hydro-aériques centraux
• De grande taille, • Image en « tuyau
• Peu nombreux d’orgue »
• Topographie
périphérique
• Sigmoïde: aspect de
« jambages » FIG. VI-12. Occlusion du grêle (ASP debout): petites bulles
plus larges que hautes , étagées de la FID à l’HCG.

11 12

3
08/04/2021

Sémiologie radiologique: ASP Sémiologie radiologique: ASP


• Clartés anormales
• Gaz extra-luminal • Gaz extra-luminal
• Dans la cavité péritonéale:
Pneumopéritoine
• En position verticale de face
• Sous les coupoles
• Croissant gazeux inter-hépato-
phrénique
• Couchée de profil: sous la paroi
abdominale antérieure PNEUMOPERITOINES D’ABONDANCE VARIABLE
• Dans les voies biliaires: aérobilie

13 14

Sémiologie radiologique: ASP Sémiologie radiologique: ASP


• Images de tonalité calcique
• Images de tonalité calcique
• Calcifications d’organes normaux
• Squelettiques
• Viscérales
• Vasculaires
• Ganglionnaires
• Calcifications intra-luminales: lithiases
• Tumeurs calcifiées:
• Kystiques
• Solides
• Calcifications péritonéales
• NB: Topographie et morphologie des calcifications orientent vers l’étiologie

15 16

4
08/04/2021

Sémiologie radiologique: ASP Sémiologie radiologique: ASP


• Images de tonalité hydrique • Images de tonalité liquidienne
• Organes creux remplis de liquide
• Épanchements péritonéaux
• Tumeurs kystiques
• Viscères pleins
• Foie
• Rate
• Reins
Épanchement intra-péritonéal:
opacité à limite supérieure concave.

17 18

Sémiologie radiologique: Opacifications Sémiologie radiologique: Opacifications


• Anomalies fonctionnelles • Anomalies morphologiques
• Hypertonie: accentuation des plis • Anomalies de forme
• Atonie: espacement des plis • Plicatures
• Reflux: passages à « contre courant » • Anomalies positionnelles
• Gastro-œsophagien • Refoulement
• Pyloro-duodénal • Attraction
• Malpositions
• Cardio-tubérositaire
• Anomalies de rotation

19 20

5
08/04/2021

Sémiologie radiologique: Opacifications Sémiologie


• Anomalies morphologiques • Anomalies morphologiques
• Anomalie de calibre • Images d’addition ou « niche »
• Sténose
• Opacité ou image blanche
• importance
• Longueur • Accumulation de PDC
• Diamètre • Image en saillie en dehors du
• Centrée ou excentrée contour externe d’un organe Image d’addition
• Raccordement au TD sain adjacent
• Dilatation: localisée ou diffuse
• Anomalies de la paroi

21 22

Sémiologie radiologique: Opacifications


• Anomalies morphologiques
• Images d’addition ou « niche »
• Cavité dans la paroi digestive
• Ulcère
• Ulcération
• Trajet fistuleux
• Déhiscence de la paroi: diverticule

23 24

6
08/04/2021

Sémiologie Sémiologie radiologique: Opacifications


• Anomalies morphologiques • Anomalies morphologiques
• Image lacunaire ou image de soustraction= image noire • Image de soustraction ou lacune Niche d’un bord
• Se voit dans une cavité (digestive) quand une lésion de la paroi • Causes
empêche le remplissage de la lumière • Nodule pariétal: Polype
• Définition: défect localisé • Nodulation: hyperplasie
lymphoïde
• Compression: lésion Niche d’une face

b.
extrinsèque refoulant
Image de soustraction localement la paroi digestive

25 26

Sémiologie radiologique: Opacifications


Images d’addition Image de soustraction
c

Diverticule Fistule Compression extrinsèque

27 28

7
08/04/2021

Sémiologie Sémiologie échographique


• Anomalies morphologiques • Sémiologie assez univoque
• Image de soustraction
• Dans l’os quand il y’a une • Épaississement de la paroi digestive
perte de calcium
• Dédifférenciation de la paroi digestive

• Hyperhémie

• Distension de la lumière

29 30

Sémiologie échographique Sémiologie échographique


• Lésions étendues, diffuses: inflammatoires
• Hyperéchogénicité
• Hypervascularisation au doppler
• Images échogènes linéaires: ulcérations, trajets fistuleux
• Anomalies péri-digestives
• Graisse mésentérique hétérogène
• Présence d’abcès
• Présence de liquide péritonéal
• Adénopathies
• Anomalies vaisseaux mésentériques: malposition, thrombose

31 32

8
08/04/2021

Sémiologie tomodensitométrique Sémiologie tomodensitométrique


• La paroi digestive est difficile à analyser en TDM • Le scanner est contributif pour
• TDM plus performante dans l’exploration • Lésions tumorales
• De l’environnement péridigestif • Épaississement pariétal localisé
• De la cavité péritonéale. • Sténose de la lumière digestive
• D’autres techniques plus récentes avec imagerie tridimensionnelle de l’intestin • Lésions inflammatoires,
par traitement informatique des images permettent • Lésions infectieuses Épaississements plus étendus
• L’identification des lésions muqueuses digestives • Lésions ischémiques
• L’endoscopie virtuelle

33 34

Sémiologie IRM Conclusion


• Anomalies morphologiques • Échographie
• Stase • Analyse de la paroi digestive
• Distension • Cavité péritonéale
• ASP: obstacle complet (syndrome occlusif)
• Épanchements liquidiens
• Opacifications
• Affections inflammatoires
• Intérêt diagnostique dans les obstacles incomplets
• Anomalies du signal • Intérêt thérapeutique
• Rehaussements • TDM: pathologies compliquées, imagerie virtuelle
• IRM: pas en pratique courante, surtout en anténatal

35 36

9
Objectifs
• Définir : le bronchogramme aérique, l’alvéologramme
aérique, le signe cervico-thoracique,
Sémiologie pulmonaire • Citer les caractéristiques: Pleural liquidien
– du syndrome d’épanchement pleural liquidien
– du syndrome d’épanchement pleural gazeux
– du syndrome alvéolaire
– du syndrome médiastinal
Année Universitaire 2020-2021
– du syndrome interstitiel
Pr Aïssata Ly Ba • Opposer par 3 signes la pneumonie à l’atélectasie

1 2

Introduction
• Traduit l’atteinte des ≠ compartiments du thorax
– Plans superficiels
– Poumons
– Médiastin
• Regroupement => syndromes
– Le syndrome pariétal Sémiologie élémentaire
– Le syndrome pleural
– Le syndrome alvéolaire
– Le syndrome médiastinal
– Le syndrome interstitiel
– Le syndrome bronchique
– Le syndrome parenchymateux
– Le syndrome vasculaire

3 4

1
Sémiologie élémentaire Sémiologie élémentaire
• Notions de «bord» et de «ligne» • Notion de «bord»
– Bord
• Limite entre deux milieux: un interface
• Exemples
– Visibilité de la trachée
– Visibilité du bord du cœur
– Ligne
• Sépare 3 milieux: deux interfaces
– Air-eau
– Eau-air
• Exemple: visibilité de la petite scissure

5 6

Sémiologie élémentaire Sémiologie élémentaire


• Notion de «ligne» • «Signe de la silhouette»
– Intérêt: localisation d’une opacité

7 8

2
Sémiologie élémentaire Sémiologie élémentaire
•«Signe de la silhouette»
• «Signe de la silhouette»

Localisation d’une opacité parenchymateuse pulmonaire

9 10

Sémiologie élémentaire Sémiologie élémentaire


• «Signe cervico-thoracique»
– Intérêt: localisation d’une opacité thoracique supérieure • «Signe cervico-thoracique»
– « Lorsqu’une opacité thoracique, pulmonaire ou médiastinale
perd son contour externe au dessus du bord supérieur de la
clavicule, elle est de siège antérieur»
– « Si son contour externe reste visible au dessus de la clavicule,
elle est de siège postérieur »

Tumeur médiastinale postérieure: Neuroblastome

11 12

3
Sémiologie élémentaire Sémiologie élémentaire
• « Bronchogramme aérique »
– Visibilité de bronches aérées au sein d’un • « Bronchogramme aérique »
parenchyme opaque • « Alvéologramme aérique »
– À l’état normal, les bronches ne sont pas visibles à
distance du médiastin car leurs parois sont trop
fines
– Lorsque le parenchyme pulmonaire est opaque et
que les bronches restent perméables, elles donnent
des clartés linéaires à bords parallèles qui
bifurquent
• « Alvéologramme aérique »: visibilité de lobules aérés
au sein de lobules opaques

13 14

Sémiologie élémentaire
• « Bronchogramme aérique »
• « Alvéologramme aérique »

Syndromes radiologiques

15 16

4
Syndrome pariétal Syndrome pariétal

• Ensemble des signes ó atteinte de la paroi • Lésions osseuses


– Lytiques: clartés
– Squelette – Tissus mous – Condensantes: calcifications
• Côtes • Peau • Lésions des tissus mous
• Sternum • Graisse sous- – Opacités
• Rachis cutanée • Diffuses: augmentation d’épaisseur
• Clavicules • Muscles • Localisées
• Omoplates • Ligaments – Opacité se projetant à l’extérieur donc accessible à la
• Humérus • Vaisseaux clinique
– Opacité saillante dans le thorax et doublée en dedans
par un liseré clair: « signe du liseré pleural» ó aux
feuillets pleuraux
– Clartés: rares (emphysème)

17 18

Syndrome pariétal Syndrome d’épanchement pleural


• « Signe du liseré pleural» • Signes ó présence entre les feuillets pleuraux de liquide
(pleurésie), d’air (pneumothorax), de tissu (tumeur)
• Epanchement liquidien libre: Opacité
– Dense, homogène, on systématisée
– Ne contenant pas de bronchogramme aérique
– A limite > concave de dedans en dehors: «courbe de
Damoiseau»
• De face: du médiastin vers la paroi latérale
• De profil: de la région retro-sternale à la paroi postérieure
– Se confond avec la coupole: « signe de la silhouette »
– Aspect variable selon l’abondance
– Mobile avec les changements de position

19 20

5
Syndrome d’épanchement pleural Syndrome d’épanchement pleural
• Epanchement liquidien libre
• Epanchement liquidien libre

Couché en DL: liquide le long de la paroi


Couché en DD: dans la gouttière costo-vertébrale
Debout : Comblement du
cul de sac costo-phrénique

21 22

Syndrome d’épanchement pleural Syndrome d’épanchement pleural


• Epanchements liquidiens localisés
• Epanchement liquidien libre
– Diaphragmatique ou sous-pulmonaire
• De face
– Convexité externe anormale de la coupole
– Cul de sac latéral peu ou pas modifié
– A droite: ! hauteur hépatique
– A gauche: la poche à air gastrique est à plus d’1 cm de la coupole
«signe de la bulle d’air gastrique»
• De profil: comblement du cul de sac postérieur

Pleurésie de grande abondance: Opacité de tout


l’hémithorax refoulant le médiastin et la coupole

23 24

6
Syndrome d’épanchement pleural Syndrome d’épanchement pleural
• Epanchement liquidien localisé
• Epanchement liquidien localisé – Épanchement scissural
• De face
– Périphérique – Opacité à bords flous « suspendue » dans un champ pulmonaire
• Opacité collée à la paroi, saillant en DD – Opacité délimitée par une scissure: image en « navette »
• De profil: plus évidente
• Refoulant le poumon à bords flous / nets
• Dont l’axe vertical est > à l’axe horizontal

• Dont le pôle < est plus large que le pôle >

• Ne donnant pas le signe du liseré pleural

25 26

Syndrome d’épanchement pleural Syndrome d’épanchement pleural


• Epanchement liquidien localisé • Épanchement gazeux
– Mécanisme: communication de la cavité pleurale
– Médiastinal
• A bord externe net
• Soit avec l’extérieur: plaie
• Sans bronchogramme • Soit avec l’air pulmonaire
• Effaçant le bord du cœur – Conséquences
• Fixe avec les changements de • Rétraction du poumon vers le hile
position • Chute vers le bas du fait de la pesanteur
• Δ≠ : Tumeur pleurale – Signes
– Plus irrégulière • Hyperclarté périphérique
– D’aspect polycyclique – Surtout visible au sommet
– Avasculaire
– Limitée en dedans par une fine opacité ó plèvre
• Effet de masse sur le poumon

27 28

7
PNEUMOTHORAX SOUS TENSION
– Fonctionne comme une
soupape
– Médiastin et diaphragme
refoulés
– Poumon collabé sur le hile
– Cul de sac pleural latéral est
abaissé
– Espaces intercostaux élargis
PNEUMOTHORAX DE FAIBLE ABONDANCE

29 30

Syndrome d’épanchement pleural


• Épanchements mixtes
– Hydropneumothorax: niveau eau-air
– Pyopneumothorax : niveau pus-air
• Debout: niveau hydroaérique
– Opacité hydrique à niveau horizontal
– Surmontée d’une clarté gazeuse
• Couché
– Opacité avasculaire allant de la paroi au poumon
– Fine ligne la bordant en dedans ó plèvre
viscérale
PYOPNEUMOTHORAX

31 32

8
Syndrome médiastinal
• Signes qui traduisent une atteinte du médiastin
• Opacité hydrique
– Caractéristiques
• A limite externe nette et continue
• A limite interne noyée dans le médiastin
• Dont les bords se raccordent en pente douce avec
les bords du médiastin
– Causes
• ADP
• Tumeurs: thymome, lipome, lymphangiome Vaisseaux visibles à travers des opacités
hilaires : ADP médiastinales
• Malformations vasculaires
• Malformations digestives

33 34

Syndrome médiastinal Syndrome médiastinal


• Opacité calcique
– Valvulaires: siège centro-cardiaque • Clarté
– Péricardiques: soulignant les contours du cœur • En dehors de l’arbre trachéo-bronchique toute clarté
– Ganglionnaires médiastinale est pathologique.
– Tumorales • Un niveau hydroaérique qui traverse la ligne médiane sur le
cliché de face est médiastinale et probablement digestive
– Parasitaires
• Œsophage en place: œsophage normal (air dégluti)
• Opacité métallique
• Œsophage non en place: mégaœsophage
– Corps étrangers: enfant
– Fils de sternotomie

35 36

9
Syndrome médiastinal
• Clarté
– Pneumomédiastin
• Clartés linéaires, verticales bordant le médiastin,
refoulant la plèvre
• En «V»: la branche externe longe la coupole
droite, la branche interne longe
• Diffusant dans les heures qui suivent vers la
région cervicale: Emphysème sous-cutané
• Visibilité anormale de la partie médiane du
diaphragme: « Signe du diaphragme continu »
• Ecartant des lobes thymiques: «Thymus volant»

37 38

Syndrome médiastinal Syndrome médiastinal


• Clarté: Pneumomédiastin
• Clarté: Pneumomédiastin

5
4

1: Poumon droit
2: Aorte
3: Poumon gauche
4: Pneumomédiastin
5: Emphysème sous-cutané

39 40

10
Syndrome médiastinal Syndrome alvéolaire
• Clarté • Signes ó liquide ou cellules anormales bénignes ou malignes
– Pneumopéricarde comblant les alvéoles
• Très rare • Opacité caractérisée par 1 ou plusieurs des 7 signes
– À bords flous ou nets
• Lame claire bordant le cœur
– Confluentes mais ne peut franchissant pas les scissures
• Séparée du poumon par
– Systématisée à sommet hilaire et base périphérique
une ligne ó péricarde et
plèvre médiastinale reposant par 1 ou 2 de ces côtés sur une scissure
– Bronchogramme et alvéologramme aériens
• Image hydroaérique
– Aspect en « ailes de papillon »
– Abcès médiastinal
– Nodules alvéolaires ou acinaires arrondies floues en bordure
– Exceptionnel d’opacités confluentes
– Evolution rapide

41 42

Syndrome interstitiel
• Signes traduisant une lésion de l’interstitium
• Opacités
– Aspects variables: réticulées, nodulaires, réticulo-
nodulaires, opacités en « verre dépoli »
– Masquées par un syndrome alvéolaire s’il est associé
– Signes
• Non confluentes
• Non systématisées
• Limites nettes
• Ne contiennent pas de bronchogramme aérique
• Pas de topographie bronchique ou vasculaire
• Elles évoluent lentement

43 44

11
Syndrome interstitiel Syndrome interstitiel
• Opacités réticulées • Opacités nodulaires

Opacités réticulo-nodulaires: Miliaire tuberculeuse

45 46

Syndrome bronchique Syndrome bronchique


• Signes d’une atteinte bronchique • Epaississement pariétal
– Opacités
• Epaississement pariétal
– Coupe longitudinale: image en « rail »
– Coupe transversale: «cocarde», «anneau», «canon
de fusil»
• Dilatation: bronchectasies
– Linéaires
– Moniliformes
– Kystiques : image de la «bague à chaton»
• Obstruction bronchique: atélectasie planes
– Complète: atélectasie
– Incomplète: trouble de la ventilation

47 48

12
Syndrome bronchique Syndrome bronchique
• Obstruction bronchique
– Complète=> atélectasie • Obstruction bronchique
• Signe directs • Complète
–Opacité triangulaire
• Signes indirects
–Diminution du volume pulmonaire
–Attraction scissurale
–Attraction d’un hile
–Attraction médiastinale
–Ascension d’une hémicoupole
–Pincement des espaces intercostaux

49 50

Syndrome bronchique Syndrome bronchique


• Obstruction bronchique: complète

51 52

13
Syndrome bronchique Syndrome bronchique
• Obstruction bronchique • Obstruction bronchique
– Incomplète: mécanisme de soupape (piégeage) • Incomplète
• Signe direct 1

! "#$#%&'#(%)*+),(-&$+)*&)'+..#'(#.+)/''+#%'
! 0 Volume du territoire distal: compensation -Augmentation !"#$%&'("#!'#)"**+)%+*",#1
-Hyperclarté accentuée par l’expiration
– Hyperclarté accentuée par l’expiration -Refoulement médiastinal vers le côté sain
• Signes indirects -Abaissement de la coupole: 2 2
-Elargissement des espaces intercostaux
– Bombement scissural vers le côté sain
– Refoulement médiastinal
– Abaissement de la coupole
– Elargissement des espaces intercostaux

53 54

Syndrome vasculaire Syndrome parenchymateux


• Signes en rapport avec une anomalie vasculaire • Signes <=> lésion parenchymateuse
– Augmentation de calibre
– Lésion entourée par du parenchyme aéré
• Localisée: Anévrysme
– Raccordement avec la paroi ou le médiastin en
• Généralisée: shunts gauches-droits
pente brusque
• Augmentation proximale + diminution distale: HTAP
– Diminution de calibre – Lésions
• Localisée ou généralisée • Types: opacités, cavités, calcifications
• Obstruction vasculaire • Nombre
– Redistribution
–Uniques
• Égalisation de la vascularisation aux bases et aux
sommets –Multiples: opacités en «lâcher de ballons»
• Causes: cardiopathies

55 56

14
Syndrome parenchymateux Conclusion
• Sémiologie pulmonaire très riche
• Connaitre les signes essentiels
• Les regrouper en syndromes
• Émettre des hypothèses diagnostiques
• Confrontations
– Clinique
– Biologique
– Anatomopathologique

57 58

15