Vous êtes sur la page 1sur 24

Michel Pignolet de

Montéclair 1667-1737
La Mort de Didon
C a n t a t e av e c u n d e s s u s d e v i o l o n

réduction clavier - keyboard reduction

C OLLE C TION VOI X SOLISTE - ENSE M B LE VO C AL


Édition de Julien Dubruque
Réduction clavier de Florian Carré

Éditions du Centre de musique baroque de Versailles


CAH.259-RC
Le Centre de musique baroque de Versailles
est subventionné par
le Ministère de la Culture et de la Communication
(Direction générale de la création artistique),
l’Établissement public du musée et du domaine national de Versailles,
le Conseil régional d’Île-de-France,
le Conseil général des Yvelines
et la Ville de Versailles

Son pôle Recherche est associé au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance


(Unité mixte de recherche 7323, CNRS - Université François-Rabelais de Tours)

© 2015 - Éditions du Centre de musique baroque de Versailles


Collection Voix soliste - Ensemble vocal (28) - ISSN : 1954-3360
CMBV — CAH.259-RC - ISMN : 979-0-56016-796-1
Tous droits d’exécution, de reproduction,
de traduction et d’arrangement réservés
Dépôt légal : Janvier 2015

Directeur de publication : Hervé Burckel de Tell


Directeur de collection : Benoît Dratwicki
Responsables éditoriaux : Louis Castelain et Julien Dubruque
Éditions fondées par Jean Duron et Jean Lionnet
Imprimerie : Dupli-print (Domont), Janvier 2015
Couverture : conception Polymago

Centre de musique baroque de Versailles

Hôtel des Menus-Plaisirs Mission nationale de valorisation

22, avenue de Paris du patrimoine musical français

F-78000 Versailles des xviie et xviiie siècles

+33 (0)1 39 20 78 18
editions@cmbv.com
www.cmbv.fr
3

Introduction
à Yukimi Yamamoto
Jusqu’à présent, qui voulait interpréter la plus célèbre cantate de Montéclair devait se contenter de fac-similés.
Mais ceux-ci ne fournissent pas de matériel pour les instruments obligés ni de réduction clavier pour les chanteurs.
Les éditions du CmbV proposent donc aux musiciens une nouvelle édition de La Mort de Didon :
1. U
 ne partition Urtext, avec introduction et notes critiques, comprenant des parties séparées pour la flûte, le violon,
et la basse continue (CAH.259) ;
2. U
 ne partition chant-clavier, avec une nouvelle réduction et une nouvelle réalisation de la basse continue par
Florian Carré (CAH.259 -RC).

Notes BIOGR APHIQUES


Michel Pignolet de Montéclair (1667-1737) apprit la musique dans les maîtrises et fit le voyage d’Italie. De 1699
quasiment jusqu’à sa mort, il fut membre du petit chœur de l’orchestre de l’Académie royale de musique ; il y tenait
la basse de violon et y introduisit la contrebasse. Comme nombre de ses collègues, il était aussi compositeur : il
écrivit pour l’Opéra un ballet, Les Fêtes de l’été (1716), et une tragédie sur un sujet biblique, Jephté (1732) ; les
deux œuvres, sur des livrets de l’abbé Pellegrin, eurent beaucoup de succès et furent reprises longtemps après sa
mort. Montéclair composa aussi des motets pour le Concert Spirituel, mais la plupart sont perdus. Il publia trois
livres de cantates (ca. 1709, 1716, 1728) à l’âge d’or du genre, ainsi que de la musique instrumentale. C’était enfin
un pédagogue recherché, qui laissa plusieurs traités, dont des Principes de musique (1735) qui demeurent une
source précieuse pour l’interprétation de la musique française du xviii e siècle.

Notes historiques
Les cantates du Premier livre de Montéclair, paru vers 1709, sont parmi les plus italianisantes du genre ; c’était
d’ailleurs la réputation qu’elles avaient acquise dès le xviii e siècle. Le récitatif y est la plupart du temps à Æ
azsdf , et non
à mesure variable comme dans l’opéra de Lully ; le violon y est noté en clé de sol 2e ligne (à l’italienne) et non
1re ligne (à la française), et exécute des diminutions ou des arpèges typiquement ultramontains ; l’accord de septième
diminuée est souvent employé ; plusieurs cantates en italien figurent tout bonnement parmi celles en français.
La Mort de Didon est aujourd’hui la plus fameuse des cantates de Montéclair, sans doute à juste titre. Son librettiste
est inconnu, mais on peut penser qu’il a voulu rivaliser avec celui de la cantate Didon de Campra, parue en 1708 1.
La Mort de Didon possède une forme singulière : elle respecte formellement l’alternance canonique entre trois
récitatifs et trois airs, mais les premier et troisième récitatifs prennent ici une ampleur inédite. La cantate, en effet,
commence par une longue « symphonie » passionnée, dans laquelle le premier récitatif s’insère progressivement :
la voix s’y exprime seule, sans la basse continue, et le chant reste ponctué d’interventions instrumentales qui
prolongent la symphonie. Le premier air, « Ô toi déesse de Cithère », contraste fortement avec ce début dramatique :
c’est un modèle d’ornementation délicate, à la française, qui peut d’ailleurs être accompagné à la flûte traversière
plutôt qu’au violon. Une fois n’est pas coutume, Montéclair y récrit entièrement le da capo et note tous les ornements
en notes réelles. Le deuxième air, assez virtuose tant pour la voix que pour les instruments, figure une tempête
qui reflète l’état d’âme de Didon. Mais c’est le dernier récitatif qui impressionne le plus : la mort de Didon proprement
dite est accompagnée tout du long par le violon en double corde ; « elle expire » sur une sixte napolitaine modulante
fort audacieuse. Le dernier air, dans lequel le poète tire comme il se doit la morale de l’histoire, est d’une facture
plus classique.

Source musicale
Il existe plusieurs éditions du Premier livre de cantates, mais les seules différences que nous y avons trouvées
concernent la page de titre, le prix de l’ouvrage, le catalogue des œuvres de l’auteur et le privilège. Les mêmes
planches semblent avoir resservi pour la musique, du moins pour La Mort de Didon. Nous suivons donc la première
édition (E1) :

Cantates | a Voix seule, | et avec simphonie | Composées | par M.r Montèclair | de l’Acadèmie Royale de Musique. |
Premier livre | qui contient six Cantates Françoises | et deux Cantates Italiènes. | Les Paroles des Cantates marquées
d’une Ètoile sont de M.r L… | a Paris |Chez | l’Auteur ruë du Petit Lion proche la Comèdie chez un Tapissier. | Foucaut
ruë S. Honoré à la Règle d’or. | le Portier de l’Opèra. | Avec Privilège du Roi | Le Prix est de 7 lt broché

Exemplaires consultés : F-Pn Vm7 165 (A), D 1802 (3), F-Pc X 29 (1).

1. R
 ecueil | De | Cantates. | Contenant toutes celles qui se chantent dans les Concerts : pour l’usage des Amateurs de la
Musique & de la Poësie. | par I. Bachelier, Maître de Musique à la Haye, La Haye, Alberts & vander Kloot, 1728, p. 142 ; par
ailleurs Bachelier n’aime guère les paroles de Montéclair, ibid. p. [xvi].
4

Introduction
For Yukimi Yamamoto
Until now, those who wished to perform Montéclair’s most famous cantata had to be satisfied with facsimiles of
the original score. But facsimiles provide neither the instrumental parts nor a keyboard reduction for the singers. The
Éditions du CmbV are therefore making a new edition of The Death of Dido available to musicians, one that includes:
1. An Urtext score, complete with an introduction and critical notes, including separate parts for flute, violin and
basso continuo (CAH.259).
2. A vocal score score with a new reduction and a new continuo realization prepared by Florian Carré (CAH.259-RC).

Biogr aphical note


In his youth, Michel Pignolet de Montéclair (1667-1737) sang and studied with boys’ choirs and then travelled to
Italy. From 1699 until his death, he was a member of the petit chœur in the Royal Academy of Music’s1 orchestra.
He played the basse de violon (violin bass) and he introduced the double bass into the orchestra. As with many of
his colleagues, he was also a composer: for the Opera, he wrote a ballet,Les Fêtes de l’été (1716), and a Biblically-
inspired tragedy, Jephté (1732). Both works featured librettos by the abbé Pellegrin, and both were successful and
continued to be reprised long after Montéclair’s death. Montéclair also wrote motets for the Concert Spirituel, most
of which have been lost. He published instrumental music and three books of cantatas (ca. 1709, 1716, 1728) during
the genre’s golden age. And he was a sought-after teacher, leaving several treatises, including Musical principles
(1735), which remains a precious source of information on the interpretation of eighteenth-century French music.

Historical note
The cantatas from Montéclair’s Premier livre, published in 1709, are among the most Italianised of the genre; they
had in fact already acquired that reputation in the eighteenth century. The recitative is usually in Æ
azsdf rather than having
a changing time signature like in Lully’s operas, and the violin part, written in treble clef (in the Italian style) and
not in the French violin clef, includes typically Italian diminutions and arpeggios. These cantatas often use the
diminished seventh, and there are several written in Italian, scattered among the French-language ones. Today, The
Death of Dido is the most famous of Montéclair’s cantatas, and with good reason. The identity of its librettist is
unknown, but we can speculate that he wanted his work to rival Campra’s Dido, published in 1708 2. The form of
The Death of Dido is unusual, in that it strictly respects the canonical alternating between three recitatives and
three arias. But the large scale of the first and third recitatives is unprecedented. In fact, the cantata starts out like
a long, impassioned “symphony,” in which the first recitative gradually asserts itself: first the voice is heard, without
the basso continuo, and the melody is punctuated by instrumental passages that lengthen the symphony. The first
aria, “Ô toi déesse de Cithère” is written in a delicate, French-style ornamentation, which can be accompanied by
a transverse flute instead of a violin, and it contrasts sharply with the dramatic beginning. Exceptionally, Montéclair
rewrites the whole da capo and the ornamentation is fully noted. The second aria is quite virtuosic for both the
voice and instruments, and it imitates a storm, reflecting Dido’s troubled mindset. But the last recitative is even
more impressive; Dido’s death itself is accompanied by the violin, playing double stops, and she “expires” on a
remarkably bold modulating Neapolitan sixth. In the last, more classically constructed aria, the poet traces the moral
of the story.

Musical sources
There were several editions of the Premier livre of cantatas, but they are identical to each other except for some
differences in the title page, the price, the list of author’s works, and the royal privilege.3 It appears that the same
plates were reused for the musical score, at least for The Death of Dido. We therefore will use the first edition (E1):

Cantates | a Voix seule, | et avec simphonie | Composées | par M.r Montèclair | de l’Acadèmie Royale de Musique. |
Premier livre | qui contient six Cantates Françoises | et deux Cantates Italiènes. | Les Paroles des Cantates marquées
d’une Ètoile sont de M.r L… | a Paris |Chez | l’Auteur ruë du Petit Lion proche la Comèdie chez un Tapissier. | Foucaut
ruë S. Honoré à la Règle d’or. | le Portier de l’Opèra. | Avec Privilège du Roi | Le Prix est de 7 lt broché

Consulted sources: F-Pn Vm7 165 (A), D 1802 (3), F-Pc X 29 (1).
Translation: Marina Davies

1. Translator’s note: the Paris Opera.


2. Recueil | De | Cantates. | Contenant toutes celles qui se chantent dans les Concerts : pour l’usage des Amateurs de la
Musique & de la Poësie. | par I. Bachelier, Maître de Musique à la Haye., La Haye, Alberts & vander Kloot, 1728, p. 142 ; note
that Bachelier does not like Montéclair’s libretto, ibid. p. [xvi].
3. Translator’s note: eighteenth-century French copyright.
5

Livret et tr aduction Libretto and translation

La Mort de Didon The Death of Dido


Cantate avec un dessus de violon Cantata with a violin

[Récitatif] [Récitatif]
« Je ne verrai donc plus Énée ! » “I will see Aeneas no more !”
S’écria tristement Didon abandonnée. Mournfully cried the forsaken Dido.
« Il est donc vrai qu’il part ? Il fuit loin de ces bords ! “So it is true that he is leaving? He is fleeing far away from
[this place?
Dieux, que j’étais crédule ! Ô Dieux, qu’il est perfide ! Gods! How gullible I was! O Gods, how treacherous he is!
L’inconstant, plus léger que le vent qui le guide, That fickle man, lighter than the wind that guides him,
Me quitte sans regrets, me trahit sans remords. Leaves me without regrets, and betrays me without
[remorse.
Air Air
Ô toi, déesse de Cythère, O thou goddess of Cythera
Tendre Vénus, es-tu la mère Tender Venus, are you the mother
De l’ingrat qui m’a su charmer ? Of the ungrateful one who knew how to enchant
[me?
Non, non, il ne sait pas aimer ! No, no, he does not know how to love.
Hélas ! pourquoi sait-il trop plaire ? Alas ! Why then is he so able to charm?
Ô toi, déesse de Cythère, O thou goddess of Cythera
Tendre Vénus, es-tu la mère Tender Venus, are you the mother
De l’ingrat qui m’a su charmer ? Of the ungrateful one who knew how to enchant
[me?
Récitatif Récitatif
Infidèle, pourquoi quittez-vous ce rivage ? Unfaithful one, why do you leave these shores?
Les Plaisirs et les Jeux y volaient sur vos pas. Pleasures and sports would have rushed to follow your
Pourquoi vouloir régner dans de lointains climats Why do you wish to reign in distant climes [every step.
Quand ma main vous offrait le sceptre de Carthage ? When my hand bestowed upon you the sceptre of
Perfide amant ! funeste jour ! Treacherous lover, fateful day! [Carthage?
Faut-il que je trouve un volage Must I discover a fickle man
Dans le frère du tendre Amour ? In the brother of tender Love?
[Air] [Air]
Tyrans de l’empire de l’onde, Tyrants of the empire of the waves,
Grondez, volez, vents furieux, Roar, blow, fierce winds,
Élevez les flots jusqu’aux cieux, So that the waves rise to heaven,
Que tout l’univers se confonde ! And that the whole universe may be confused!

Tonnez, vengez mes feux trahis, Thunder, avenge my betrayed desires,


Justes dieux, vengez mon injure, Just gods, avenge my wrongs,
Tonnez, embrasez un parjure Thunder, burn the perjurer
Dans le sein même de Thétis ! Even in the bosom of Thetis!
[Récitatif] [Récitatif]
Non, arrêtez, grands Dieux, gardez-vous d’exaucer But no, great gods, delay, and do not answer
Mon courroux légitime ! The calls of my legitimate wrath.
Laissez-moi choisir ma victime : Let me choose my victim.
Énée est dans mon cœur, et je vais l’y percer. » Aeneas is in my heart, and in it I will stab him through”.

Sur un bûcher fatal, théâtre de sa rage, On a fatal pyre, the scene of her rage,
Didon en ce moment se livre à la fureur. Dido then gives herself up to fury.
Un fer, triste présent que lui laisse un volage, A dagger, the unhappy gift that the fickle man gave her,
Un fer cruel lui perce enfin le cœur. A cruel dagger finally pierces her heart.

Mourante, elle tombe, et son âme Dying, she falls, and her soul
Chérit encor l’ingrat qu’elle n’a pu toucher. Still cherishes the ungrateful one she could not move.
Elle expire sur le bûcher ; She expires on the pyre:
Le flambeau de l’Amour en allume la flamme. The torch of love sets it alight.
6

Air Air
Qu’il est dangereux How dangerous it is
De se rendre aux vœux To succumb to the desires
D’un objet volage ! Of a fickle loved one.
Un sensible cœur A tender heart
Risque son bonheur Could lose its happiness
Le jour qu’il s’engage. If it commits itself.

Que les seuls plaisirs May only pleasures


Fixent nos désirs, Fix our desires,
Évitons les peines. Let us shun sorrow.
Amour, si les jeux Love, if sports
N’en forment les nœuds, Do not make up the links,
Je brise mes chaînes. I will break my chains.

Qu’il est dangereux How dangerous it is


De se rendre aux vœux To succumb to the desires
D’un objet volage ! Of a fickle loved one.
Un sensible cœur A tender heart
Risque son bonheur Could lose its happiness
Le jour qu’il s’engage. If it commits itself.

Translation: Susan Baddeley

Disponible / Available
Éditions du Centre de musique baroque de Versailles
Michel Pignolet de Montéclair, La Mort de Didon
• Conducteur et matériel - Score and parts, CAH.259
LA MORT DE DIDON
Cantate avec un dessus de violon
[Récitatif]
Lent, marqué et détaché

&
c ∑ ∑ ∑
+
Dessus
Y
+ +
œ œ œ œ œ œ
œ™ œ œ™ œ # œœœ ™™™ œœœ œœœ ™™™ œœ œœ ™™ œœ œœ ™™ œœ b œœœ ™™™ œœœ œœœ ™™™ œœ # œœ ™™ œœ œœ ™™ œœ
™ ™
& c œ™ œ œ™ œ
Clavier

{ ?c

œ ™ œ œ ™ œ bœ ™ œ œ ™ œ œ ™ œ œ ™ œ œ ™ œ œ ™ œ
z 6
e
z

U +
œ ‰ ≈ œ œ bœ œ œ U
œœ ‰ ≈ œ œ œ œ œ # œ œ̇ œ # ˙˙˙
4

œœœœ ‰ ≈ Ó

& œœ œ œ #œ œ œ œ œ œ
œœ

{ U
? œ Œ
œ Œ œ Œ b˙ ˙
6 6 z
U
Ó

+ +
œ ™ œ œ ™ œ œœ ™™ b œœ œœ ™™ œœ œœ ™™ œœ œœ ™™ œœ œœ ™™ n œœ œœ ™™ œœ # œ ™ œ œ ™ œ
7

& œ ™ œ œ ™ œ œ™ œ œ™ œ œ™ œ œ™ œ œ™ œ œ™ œ n œœ ™™ œœ œœ ™™ œœ

{ ? ∑ œ™ œ œ™ œ œ™ œ œ™ œ œ™ œ œ™ œ œ™ œ œ™ œ
5 e5 5 z

™ œ # +˙˙
6 6

U œœœœœ œ œ œ œ U
œ
œ œ œ ‰ ≈ #œ#œ œ œ œ œ œ ‰ ≈ œ œ œ œ œ œ œ
10

‰ ≈ ˙ Ó
& œœœ œœ œ

{ U
? œ Œ
œ
Œ œ Œ
6
˙
7 6
˙
z
U
Ó

œœ ™™ œœ œœ ™™ œœ œœœ ™™™ œœœ œœœ ™™™ œœœ œœœ ™™™ b œœœ œœœ ™™™ œœœ œœ ™™ œœœ œœœ ™™ œœœ
13

∑ ™
& #Ϫ

{ ?
œ ™ œ œ ™ œ œ ™ œ œ ™ œ #œ ™ nœ œ ™ œ œ ™ œ œ ™ œ œ ™ œ œ ™ œ œ ™ œ œ ™ œ
6 6 6
4
a2
e e 6
x4
6

CMBV – CAH.259-RC
8

œœ ™™ b œœœœ œœœ ™™ œœœ œœ ™™ # œœ œœ ™™ œœ œœ ™™


16

œ ™ œ œ ™ œ œ ™ œ œ ™ b œœ œœœ ™™ œ œ ™ œœ œœœ ™™™ œ œ ™ œœ œœ ™™™



& œ™ œ ™™ œ #œ œ œ™ œœœ

{ ?
œ™ œ œ™ œ œ™ œ œ™ œ œ
6 5
4
z 5
‰ ≈ œk # œ
e6 7
‰ ≈ n œk œ
6 7
‰ ≈ b œk
œ
6 7
z
‰ ≈ œk

+ œ™ Kœ
≈ œk œk œk œk œk œ Jœ ™ Kœ # Jœ Jœ ‰
19
‰ œk œk œk bœ ‰ œj œj ™ œk œj ™ Kœ
& œj
+
« Je ne ver-rai donc plus É - né - e ! » S’é - cri - a tris -te - ment Di - don a -ban- don -

Œ ‰ ≈ œk œ ™ œ Œ Ó ∑
& œ œ
œœ Kœœ œœ ™™ œœ # œœ

{ ? œ Œ ‰ ≈ Kœ œ ™ œ œ
z
Œ Ó ∑

+
Jœ # Kœ Kœ Kœ Kœ
22

Œ ‰ ≈ œk œk œk œk œk œ Œ ‰
& +œj œj
né - e. « Il est donc vrai qu’il part ? Il fuit loin de ces
œ
-

‰ ≈
œk œ ™ œ œ b œ œ œ œ œœœ Œ ‰ ≈ œk œ ™ b œ œ œ œ œ œ œœ # œœœ
&

{ ?
‰ ≈ Kœ œ ™ œ
œ
Œ ‰ ≈ Kœ œ ™ œ œ œ
x6

œ Jœ Kœ Kœ Jœ ™ Kœ + ‰ Jœ
24

Œ Œ Jœ Jœ
& œ # œj ™ œk œj œj œ œ
bords ! Dieux, que j’é -tais cré -du - le ! Ô Dieux,qu’il est per - fi - de !

œœj ™™ #œ œ ‰ ≈ # œk œ ™ œ œ œ œ œ # ˙˙˙ ˙˙
& œ ™ œk œ ™ œ œ œ œ œ œ œœ Œ
Ó

{ ? œ œ œ
™ ™ œ
œ
Œ Ó ‰ ≈ Kœ œ ™ œ
z
˙
x4
a3
#œ œ ™ œ œ œ œ œ
6

CMBV – CAH.259-RC
9

27

∑ ∑
&
™ œ +
‰ ≈ œ œ#œ œ œ œ œ œ œ ™ œ œ œ œ œbœ ™ œ œ œ œ œ œ ™ œ œ œ œ

& Œ œ # œœ ™ œ
œ

{ ?
œ™ œ œ™ œ
6 z
œ œ ™ œ œ œ œ œ bœ ™ œ œ œ œ œ œ ™
œbœ œ œ œ œ ™ œ œ œ œ œ

e
œ œ
7 z

Jœ Kœ Kœ Kœ œ Jœ ‰
Œ ‰ ≈ œk Jœ ™ Kœ b œj ™ œk œk œ
29

‰ œk œk œj œk œ
j œ
k œ
k Œ
& œk +
L’in- cons -tant, plus lé - ger que le vent qui le gui - de, Me quit - te sans re - grets,

Œ Ó ‰ ≈ Kœœk œœ ™™ œœ œ Œ Ó ‰ ≈ b œœk œœ ™™ œœ
& œœ œ Kœ œ™ œ

{
œ
Kœ œ ™ œ
œ Œ Ó ‰ ≈ #œ Œ Ó ‰ ≈ Kœ œ ™ œ
?
6 e

32

& Œ œj ™ b œk œ œj ™ œk œ
Œ Ó
+ œk
me tra - hit sans re - mords.

‰ nœ# œ œ #œ œ
& œœœ
b Œ Ó ≈ œk œ ™ œ œ œ

œ œ œ œ
œœ œ œ™ œ

{ ? #œ
e7
t
Œ Ó Ó ‰ ≈ Kœ œ ™ œ

34

∑ ∑ ∑
&
œ™ œ œ™ œ œ œ œn œ +
œ œ œ b œ b œ œ œ œ œ
œ œ™ œœœ œ œ œ œ œ œ™ œ œ ™ œ w
# ™
& œ œ™
bœ œ™ ˙ #œ ww

{ ? # œ
6
™ œ œ
z
™ œ œ ™
œ œ™ œ
Ϫ
e
œ œ™ œ
6
œ™ œ œ™ œ
5
5
z
w
4

CMBV – CAH.259-RC
10

Air

## c ‰
Lent
Kœ ™ KJœ
37

& œj œj ™ œk œj ™ œk œk œj ™ œk œj œj œj œk ™ œkj œk œ Jœ
+
Ô toi, dé - es - se de Ci - thè - re, Ten - dre Vé - nus, es - tu la
## c œ™ œ
∑ Œ œ œ ™ œ Kœ œ œ
&

{ ?
## c ∑ Œ œ œ œ œ
6 [6]
œ
œ œ œ œ œ
6

# # +Jœ Kœ œk œk œj œk ™ œkj œ
39

œ œ œ œkj œkj œ Œ Ó
& + +
+
mè - re De l’in- grat qui m’a su char - mer ?

# # œœ œ
&
‰ Jœ œ œœ ™ œ œœ ™
œ
œ
œœ œ œ œœ œ
™ œœ œ ™ œ œœ œ

{ ?
## œ œ œ œ œ
6
œ
œ
6 t
œ ‰
œœj ™ œ œ ™ œ œ œœ ™
œ œ œ
7
5
œ œ
6

## +
J Jœ Kœ
41

&
∑ œj œj ™ œk œj ™ œk œj ™ œk œj œj œj Kœ ™ Kœ Kœ Jœ Jœ ™
+ Ô toi, dé - es - se de Ci - thè - re, Ten - dre Vé - nus, es - tu la
# # œ œ ™ œ œ œ œœ ™ œ œ ™ œ œ œœ
& œ œ œ œ ™ œ œ œœ œœ œœ Œ œ Œ œœ œœ œ ™ œ œk ˙˙˙

{ ?
œ œ™ œ œ
## œ œ œ œ ™ œ œ œ œ
7
5
œ
[6]
œ Œ œ
6
Œ œ œ™ œ œ œ œ™ œ
5 6 6 6

## Kœ + + Kœ Kœ
Kœ Kœ œ
44

# œj ‰ œk œj Kœ K œ Jœ ™ œk œ n Jœ Jœ
& œk œj
+
mè - re De l’in - grat qui m’a su char - mer ? Ten - dre Vé - nus, es - tu la

## œ œ™ œœ
# Jœœ ‰ # œ œœœ œ œœ œ œœ ™ œ œœ œœ
n n œœœ
& œ œ œœ œ™ œ œ
œ œ œ

{ ?
## œ
z
œ œ œ
6
5
œ
z
œ œ
œ
a6
a3
œ
[t]
œ #œ
6

CMBV – CAH.259-RC
11

+ + +
## ‰ Kœ Kœ œ ‰ Kœ Kœ œ œj ™ Kœ œ Jœ ™ Kœ œ
46
# Jœ œj Œ Ó
&
mè - re De l’in - grat, de l’in- grat qui m’a su
+ char-mer ? +
## #œ ‰ œ™ œ œ œœ œœ ™™ œœœ œœ˙ œœ ™ œ œœ n œ ™ œ œ œ œ œ™ œ
Œ
& J# œœ ‰œ ™ œ œ™ œ œœ œ œœ œ

{ ?
## œ œ™ œ
œ
œ
‰ nœ ™ œ ‰ œ œ œ œ™ œ œ

6 6 6
4
œ
5
3
œ œ œ œ #œ
a6 [t] 6

## + Kœ ™ J
≈ Jœ ™ Kœ K œ Kœ ™ KJœ
K œ
49

∑ Ó Œ ‰ œj œ ‰
& +
+ +
Non, non, Non, non, il ne sait pas ai -

# # +Jœ œk œ™ œ œ œ™ œ œ œ™ œ œ œ œ ™œ œ ™ œ œ ™ œ™ œ œ™ œ
& œ ‰
‰œ Jœœœ œ™ J œ œ
œ Jœœ ‰ œ œ ‰ K
≈ œ œ
+

{ ?
## œ œ ™ œ œ ‰ œ™ œ œ ‰ œ™ œœ œ œ œ
[6] [6] 6
5
œ
œ œ
‰ ≈ Kœ œ œ
6
5

## ‰ Jœ œ
™ Jœ œ
52

# œj ≈ œk œ œ œk œk # œj ™ œk œj ™ œk œ Ó
& +

œ
+ +
- mer ! Hé - las ! pour- quoi sait-il trop plai - re ? Hé - las ! pour - quoi
## œ œœ œœ œ œ ˙™ œœ
& #œ # œœœ œœ œ™™ œœ # œœj ≈ œk œ ™ œk œ œk # œœ ™ œ œœ ™™ œœ

œk
œ ™ # Kœœ œ œ
œ œ œ™ œ œ

{ ?
## œ
z

6
œ™ nœ œ™ œ
z x6
œ
z

6
œ ™ nœ œ ™ œ
z x6
#œ ™
6
Jœ œ ™
7 6
# Jœ

# # Jœ ™ Kœ J+œ ™ Kœ Kœ œ ‰ ≈ Kœ œ Jœ ™ Kœ œ Jœ ™ Kœ œ œ Kœ # œj ™ Kœ Jœ ™ Kœ
55

Kœ œ
& +
+
sait - il trop plai - re ? Hé - las ! hé - las ! hé - las ! pour- quoi sait-il trop

## œ œ œœ ™ œ œ œ œœœ ™ œ œœœ
œœ œœ œœ ™ œ™ # œ
œk œœ
œ
œk œ‰ ™ Kœœ œœ œœœ ™ œ œ œ ™ œœ œ ™ œ
œ # œœ ™ œœ ™™ œœ
& ≈

{ ?
## œ ™
5 6 [6]
# Jœ œ œ™ œ
z
œ œ™ œ œ
6 9
5 7
œ ™ #œ œ ™
8
6
9
7
8
6

6
œ ™ #œ#œ ™ œ
z [6] 6
[t] t

CMBV – CAH.259-RC
12

58
## œ +
œ œ Œ ∑ ∑
&
+ +
plai - re.

## œ ™ œ œ œ̇ ™ œ œ œ̇ ™ œ œ œœ œ ™ œ # œ ™ œ œ ™ œ œ̇œ œœ
# œj œk œœœ ™
& œ˙ œ Œ œ

{ ?
## œ
6
4
œ
5
z
œ œ™
œ œ
7
œ™ œ œ
6 7
œ™ œ œ
6 7 6
x4
œ œ™ œ œ
6 5
4
œ
5
[z]

## ‰
œ œ œ œ . œ Kœ
61

& œj œj ™ œk œj ™ œ œ œ œk œj ™ œk œj œj œj œk ™ œkj œk œj
+
Ô toi, dé - es - se de Ci - thè - re, Ten - dre Vé - nus, es - tu la
## œ
& œœ Œ Ó Œ œ œ ™ œ Kœ œ œ™
œ

{ ?
##
œ Œ Ó Œ œ œ œ œ
6 6
œ
œ œ œ
6
œ™ œ

# # +Jœ œk Jœ ™ œ œ œ œ ™ œ œ Kœ Kœ œk œ œ œ œk œk œ
63

œj Œ Ó
& + +
+
mè - re De l’in - grat qui m’a su char- mer ?

# # œœ œœ ™ œ œ œ œœ œ
& œ œ œœ œœ œ ™ œ œœ œ œœ œ ™ œ œœ œ

{ ?
##
œ
œ œ œ œ
6
œ œ
6
t
œ ‰
œj œ ™œ œ œ
œ ™ œ œ œœ œ œ ™ œ
7
5
6

##
65

∑ ‰ œj œj ™ œj ™ œ œ œ œ œ œ . œ œk
& œk
+ Ô toi dé - es - se de Ci -
## œ œ™ œ œ œ œ™ œ œœ ™ œ œœ œœ
& œ œ œ œ ™ œ œœ œœ œ œ Œ œ Œ

{ ?
œ
## œ
7
5
œ™ œ
œ œ
6
œœ ™ œ
œ œ
œ
œ œ Œ œ
6
Œ

CMBV – CAH.259-RC
13

## ™ J Jœ ™ œ œ œ œ œ ™ œ œ ™ # œj œ ™ œ œ œ œ ™ œ ™ œ œ œ œ Kœ œk œj ™ œk
67

& œ+j œj œj Kœ Kœ œk œj œ +
+
- thè - re, Ten - dre Vé -nus, es - tu la mè - re De l’in - grat qui m’a su char-

## œ œœ ™ œ œ ™
œœ œ œ ™ œ œ̇˙ œ œ # Jœœ ‰ œ œœœ œ œ œ™ œ

& œ™ œ œ œœ œœ

{ ?
## œ
œ™ œ œ™

[5] [6] [6]


[4]
œj œ œ œ œ œ™
z [6] [y]
œj
6
5
œ
z
œ

## + + + œ œ œ Kœ Kœ
n Jœ Kœ Kœ Jœ Jœ œ ™ œ œ œ # œ œ œ ™ œ œ Kœ Kœ œ
69

œ œœ Jœ œk œj ‰ ‰
&
- mer ? Ten - dre Vé - nus, es - tu la mè - re De l’in - grat, de l’in -

##
œœ n œœ œ œ œ ‰ œ™ œ œ
& œ nœ œ œœ œ œœ œJœ ‰œ ™ œ

{ ?
##
œ
a6
[a3]
œ œ
[t]
œ #œ
6
t
œ œ™ œ œ ‰ œ™ œ œ

# # +œ +
tremblez

Kœ œ Kœ œ
71 longtemps

œj ™ Jœ ™ Œ Ó
&
+
- grat qui m’a su char - mer ?
+ +
## ‰ œ œ ™ œœ œœ
& Jœœœj œœ œœ ™ ˙ œœ ™ œ œœ
œ n œœ ™ œ œ œœ ™
œ œ œ
œ œœœ ™ œ #œ œ

{ ?
## ‰ œ™ œ œ

6
œ™ œ œ
6 6
4
œ
5
3
œ
a6
3
œ œ
[t]
œ #œ
6

##
73

& ∑ ∑ ∑
+
# # œ +Jœ œ™ œ œ œ œ + œ œ œ œ +œ ™œ œ œ ™ œ ™œ œ œœœ ™ œ ww
œk œ ‰ ™ œ ™œ œ œ w
& œ

{ ?
## œ œ™ œ
œ
œ
‰ œ™ œ ‰ œ™ œ œ œ™ œ œ
Ϫ
6 [6] 6
œ w

CMBV – CAH.259-RC
14

Récitatif

Kœ Kœ œj œk œk Jœ Kœ œk 3 œk œj
76
‰ œk œk Jœ ‰ Kœ Kœ
&b c
œj œk œk Jœ
In - fi - dè - le, pour-quoi quit-tez - vous ce ri - va - ge ? Les Plai - sirs et les

˙ œ̇ œ
& b c ˙˙ ˙
3 ˙˙ ™™
˙™

{ ? b c ˙ #˙
6 t
3 ˙™

Jœ Kœ Kœ œ Jœ n Jœ ™ Jœ
78

b œj œj œj Kœ Jœ œ Jœ Kœ Kœ Jœ ™ œk
& œk

Jeux y vo - laient sur vos pas. Pour - quoi vou - loir ré - gner dans de loin -tains cli -

˙˙
& b œœœ ™™ œœ œœ
™ œœ œ œœ n ˙˙ bœ
œ œ œ œ ˙ ˙ ™™

{ ?b
œ™ œ bœ
[6] 6
5
œ
4 3
œ
œ
a3
œ n˙ ™

6 [t]

+ Jœ # +Jœ ™
Kœ Kœ œ Jœ Jœ Jœ œ œ
81

Kœ Jœ
& b +œj
n Jœ Œ
- mats Quand ma main vous of - frait le scep - tre de Car - tha - ge ?

œœ œœœ # ˙˙˙ ˙˙
& b œœœ œœœ n œœ ˙ Œ
œ œ

{ ?b
˙
5 6

6 a3
œ œ œ
z
œ ˙ Œ

Kœ b Kœ
84 Lentement Animé
‰ Jœ ‰ Jœ Kœ Kœ Jœ
&b c œj œj œ ≈ œk œk œk œ
+ œj
Per - fide a - mant ! fu - nes - te jour ! Faut - il que je trouve un vo -

& b c ˙˙˙
œœ œœ ˙˙ ™™
œ œ ˙™ b œœœœ

{ ? b c ˙™
4
2
œ
6
t
w
e7

CMBV – CAH.259-RC
15

+ Kœ
Jœ Jœ Kœ
86

&b
œj œk œk œj ™ œk w
+
- la - ge Dans le frè - re du tendre A - mour ?

& b ˙˙
˙
n œœœ œœ
œ
œœ
œ œ ww
w

{ ?b
œ™ Jœ œ
6
œ
œ

5
4
œ

3
w

[Air]

œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
88 Vivement

&b c ≈ œ œ œ œ œ œ œ

{ ?b
c
fort

∑ ∑

˙ œ œ œ œ
œ œ œ œ ˙ œ œ œ œ œ œ œ œ
90

&b

{ ?b ≈ œ œ
œ œ œ œ œ
œ œ œ œ œ œ œ œ
œ œ
œ œ
œ œ œ œ œ œ œ œ
œ œ œ œ
[6]
[4]

œ œ œ œ œ œ
92

œ
&b w œ œ
œ œ œ œ œ œ œ

{ ?b
œ œ œ œ
œ œ œ œ œ œ
œ œ œ œ œ œ œ

[6]
œ œ
[6]
œ
[6]
œ œ œ
[6]

Kœ Kœ
94
‰ œk œk Jœ
&b
∑ Œ ≈ œk œj

œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ +œ ™
Ty - rans de l’em -pi - re de

œ œœ
&b œ Œ Ó

{ ?b
œ
6
e5
œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
[6]
œ œ œ œ
œ œ Ó

CMBV – CAH.259-RC
16

96
+Jœ Jœ Jœ ™
‰ Jœ œk œ œ œ œ œ œk Kœ œ
&b œj
+
Œ
l’on - de, Gron - dez, vo - lez, vents fu - ri - eux,

‰ œœœj œœ œœ œœ œœœk œ œ œ œ œ œ œ
&b Ó Œ
œ œ œ

{ ?b Ó Œ ‰ Jœ œ
6
œ œ œ œ Œ

Kœ Kœ
98
‰ œk œk Jœ
&b
∑ Œ ≈ œk œj

œ œ œ œ ˙
Ty - rans de l’em-pi - re de

œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
&b œ œ œ œ

{ œœœ œœœ œœ
doux

œœ ‰
?b Œ Œ Œ ≈ œk œ œ œ
6

+Jœ Jœ ™

100
‰ Jœ
œk œ œ œ œ œ œk Kœ œ ‰
&b œj
+ œk œk

œ œ œ œ œ
l’on - de, Gron - dez, vo - lez, vents fu - ri - eux, É - le -

b œ œ œ œ ‰ Jœœœj œœ œœ œœ œœœk œ œœ œ œ œ
& œ œ œ œ œ

{ ?b œ œ œ œ
6
œ Œ ‰ Jœ œ
6
œ œ œ œ œ
œ œ œ

Jœ ™ Kœ Jœ Kœ Kœ b Jœ Jœ
102

& b Jœ
Jœ œj œk œk œ ‰ œj Jœ Kœ Kœ

œ œ œ œ œ b œœ œ œœ œ œ œ
- vez les flots jus - qu’aux cieux, Gron - dez, vo - lez, É - le - vez les flots jus-qu’aux

œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
b œ
œ œ œ œ œ œ œ œ
& œ œ œ œ œ œ

{ ?b œ
œ
œ œ

œj œ™ œ œ
œ bœ
œ œ œ
e
œ
œ œ

CMBV – CAH.259-RC
17

w ˙ Kœ b Kœ Kœ Kœ œj œk
104

&b œk
cieux, Que tout l’u - ni - vers se con -

œ œ œ œ œ œ œ œœœ
œ œ œ œ
&b œ œ œ
œ œ œ œ œ œ œ œ Œ
œ œ

{ ? b
œ œ œ œ œ œ œ œ
œ œ œ œ œ
doux

œ œ œ
œ œ œ œ œ
œ œ œ œ
fort doux fort

Kœ Kœ n Kœ Kœ
106

Jœ Kœ œk œ
& b +œj œj Œ Ó
œ

œ œ œ œ œ œ œ œ œ
- fon - de, Que tout l’u - ni - vers se con - fon - de !

& b n œœ œœ œœ œœ
≈ œ œ œ œ œ œ

{
œ œ
œœ œœ
fort

œ œ nœ œ œ œ œ œ œ œ œ œœ Œ œœ Œ
? b
a3 a

+
Kœ œ œ œ œ
108

‰ K œ ‰ Jœ ™
&b Œ ≈
œk œj œk œk œj œk n Jœ Jœ œj
Ty -rans de l’em-pi - re de l’on - de, Gron - dez, vo - lez,

&b Ó ≈ œ œ œ ˙

{
œ œ œ œ
œ œ œ Jœ Jœ
‰ Jœ
doux

?b œ œ œ œ œ Œ Œ œ
œ œ œ a 6

œ +
Jœ Kœ Kœ œ œ
110

‰ ≈ Kœ ‰ œ œk Kœ
&b œj œj
vents fu - ri - eux, vo - lez, gron - dez, vents fu - ri -

œ ‰ ‰
& b œ œ nœ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œœœ œœj
œ
œœ œœœj

{ ?b

6
œ œ œ œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ œ

6
œ œ œ œ
6
œ œ œ

CMBV – CAH.259-RC
18

Kœ Kœ œ Kœ Kœ Kœ Kœ Jœ Kœ
112

& b +œ Œ œk œk œk œk Jœ œk œj
+
œj
- eux, É - le - vez les flots jus-qu’aux cieux, Que tout l’u - ni -vers se con -fon - de,

b œ œ œ œ œ œ œ Œ
œ œ œ œ
œ œ œ œ œ œ œ œ
& œ

{
œ
œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
œ œ œ œ œ œ œ œ
œ Œ
?b œ

114

Kœ Kœ œk œk
&b œj œk œk ˙ œ Œ Ó
Que tout l’u - ni - vers se con- fon de !
œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
- - - -

œ œ œ
&b œ Œ ≈
œ œ œ œ œ
œ œ œ œ

{ œ œ œ
fort
œ œ œ
?b œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ ≈ œ
œ œ
6 6

116

&b
∑ ∑

œ œ œ œ ˙ ˙ œ œ œ œ
œ œ œ œ œ œ œ œ
&b

{ ? b
œœ
œœ
Œ œ
≈ œ œ œ œ œ œ œ œ
œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
œ œ œ œ
[6]

118

&b
∑ ∑

˙ œ œ œ œ œ œ œ œ w
&b

{ ?b
œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ

[6]
[4]
œ œ œ œ œ œ

CMBV – CAH.259-RC
19

120

&b
∑ ∑

œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ +œ ™ œ
œ œ œ
&b œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ

{ ?b œ œ
[6]
œ œ
[6]
œ
[6]
œ œ œ
[6]
œ
[6]
[5]
œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
6

Kœ Jœ Jœ
œk Jœ Kœ n Jœ ™
122
‰ ≈ Kœ œ ‰ Jœ
&b Œ

œj ™
+
Ton - nez, ven - gez mes feux tra - his, Ton - nez, ven -

œœ
b Œ œ œ œ œ œ œ œ œ nœ œ œ œ œ œ
& œ ≈ œ œ œ œ œ
œ œ œ œ

{ ?b
œ œ œ
œ œ ‰ Jœ œ
6
œ
œ
œ œ
œ œ
a
œ œ
œ

Kœ Jœ ™ Kœ +œ Kœ Kœ Jœ Jœ +Jœ Kœ Kœ œ
124

Jœ ™ ‰ Jœ ≈ Kœ
&b
- gez mes feux tra - his, Jus - tes Dieux, ven - gez mon in - ju - re, Ton -

b œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ nœ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
& œ œ

{ ?b œ
œ œ
œ œ œ œ œ œ
œ œ
a3
œ œ
œ œ œ œ œ œ

6
œ

Jœ Kœ Kœ Jœ +
Kœ Kœ n Jœ Kœ Kœ # œj ™
126

b Jœ Jœ œk œj ™ œk œ ‰ ≈ œk
& +
nez, em -bra - sez un par - ju re Dans le sein mê me de Thé - tis ! Ton -
œ œ
- - -

& b œ œ œ œ nœ œ œ œ œ œ #œ œ œ œ œ œ œ œ #œ nœ œ œ œ œ œ œ œ œ #œ œ

{ ?b œ œ nœ
[a5]
œ œ
z
œ œ œ œ œ
6 x6
œ
z
œ œ
œ œ
z
œ œ
œ

CMBV – CAH.259-RC
20

+ Kœ

128
‰ ‰ ‰ Kœ Kœ œ ‰
& b # +œ
nœ ≈ œk œ ≈
+ +
- nez, ven - gez, ton - nez, em - bra- sez, ton -

œ œ œ œ œ œ
b œ œ œ œ n œ œ œ œ œ
& œ œ œ œ #œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ

{ ?b œ
z
œ œ
œ œ
a
œ œ
œ
œ
œ œ
œ œ
œ œ
œ

+ Jœ J+œ ™ Kœ Jœ ™ Kœ +
œ œk œk Jœ
130

‰ #œ ‰
&b œj œj œk œk

œ œ
- nez, ven - gez mes feux tra - his, Jus- tes Dieux, ven - gez mon in -

œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
&b œ
œ œ œ œ
#œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ

{ ?b
œ
œ œ
œ

[6]
œ
6
œ œ
œ œ
x6
œ œ
[z]
œ œ
6
œ œ
7
œ

Kœ Kœ œ œ œ
132

&b œ œj ≈ œk œj œk œk œj œk Kœ œj œk œj œj œ +œj ™ œk
- ju - re, Ton- nez, em - bra - sez un par - ju - re Dans le sein mê - me de Thé -
œ œ
b œ
& œ œ œ œ#œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ#œ œ
œ

{
œ œ

œ œ œ œ œ œ
? b #œ œ œ
œ œ œ œ œ œ œ
6 z 6 6 6 z
t 5
134

&b œ Œ Ó ∑ ∑

+
- tis !

# œ œ
& b œ œ œ œ œ œ œ#œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ # œœ ™ œ w
œ ww

{ ? b œj
fort


x6
t
œj

œj
6

œj
x6

œ #œ
[7]
œ
x6
t
œ œ
6
œ
œ œ
z
w

CMBV – CAH.259-RC
21

[Récitatif]


137

c œ ‰ œk œk # œ ‰ œj œk œk œj œk œk
& œk œk œj œk œk œj
Non, ar - rê - tez, grands Dieux, gar - dez -vous d’e -xau -cer Mon cour-roux lé - gi -

& c ww ww Ó ˙

{ ? c #w
6
w
6 t

+ œ Jœ Jœ ™
K œ Jœ Jœ
139

œk œk œk # œ Jœ Kœ
≈ œk Kœ Jœ
& œj œj
- ti - me ! Lais - sez - moi choi - sir ma vic - ti - me : É - née est dans mon

& ˙˙ œ œ # œ̇œ ™™ œJjœœ ˙


# ˙˙ œ̇œ œœ

{ ? ˙
Ϫ

z

6
˙
z
˙
5 6
5

Kœ Kœ +œ Kœ Kœ Jœ ™
141

Jœ Jœ w ≈ œk œk œk Jœ ™ Kœ œk œk œk œk
& #œ ™
œk

cœur, et je vais l’y per - cer. » Sur un bû - cher fa - tal, thé - â - tre de sa

& # œœœœ ™™™ Jœœœj œ˙ œ w ww



˙ # ww

{
w

?
œ™ œ œ œ w
w
œ
6 6 5 6
x4 4 z [z]
2
+

144

Jœ ™ Kœ # œk œk œk œk ‰ œ Jœ Kœ œk
& +œj œk œk œk œk œk œk +
œ
ra - ge, Di - don en ce mo - ment se livre à la fu - reur. Un fer, tris - te pré -

˙˙
& ˙˙ œœœ # œœ ˙˙
˙ ˙
œ

{
˙
˙ œ œ ˙
? ˙
z 6
a4
2

CMBV – CAH.259-RC
22

Jœ œk œk b œj œk œk œk œk ≈ œk Jœ ™ Kœ œ Jœ J+œ ™ Kœ Jœ Jœ
146
‰ w b
& +
- sent que lui laisse un vo - la - ge, Un fer cru - el lui perce en - fin le cœur.

œ̇ bœ œœ œœ ˙˙˙ œœœ œœœ ww b


& ˙ œ œ ˙ œ œ ww

{ ?
˙
6 e5
œ œ
6
˙
7
œ
7
œ w b

Jœ Jœ
149
‰ œk œk œk œk Kœ œk œk
&b Œ
Kœ œ Jœ #œ œj œj œk œj
Mou - rante, el - le tombe, et son â - me Ché - rit en - cor l’in -

& b ww ˙ # ˙˙˙
# œœœ ™™™ Jœœ ˙

{
w

?b w w
z7
4
2

Kœ Kœ Kœ Kœ Kœ Kœ œ Kœ Kœ
151
‰ ‰
&b Kœ Jœ ™ b œj œj ≈ œk œk œk œ œk œk
+
- grat qu’el - le n’a pu tou - cher. Elle ex - pi - re sur le bû - cher ; Le flam -

&b œœ œœ œ̇ œ œœ œœœ
b œœœ
œœ œ b œœ
œ

{
œ

?b ˙ #œ œ œ œ bœ
6 e6 t
e3

b Jœ Jœ Kœ +

153

b Kœ Kœ œj œk œ w
& + œk
+
- beau de l’A - mour en al - lu - me la flam - - me.

b œ̇ œœ œœ œ œ œœ ™ ww
& bœ œ œ w

{ ?b œ
e
œ bœ œ
6
œ œ
œ w

CMBV – CAH.259-RC
23
Air
Gai
œ +œ ™ œ +œ ™ + œ™ Jœ
œ Jœ ˙ œ Jœ # ˙ œ œ
155

& 3

{ ? 3 Œ
fort

∑ Œ Œ
œ
z
œ +œ ™

6
b Jœ
6
˙
z
œ
œ
z
+™
œ
6 x6

+œ + +œ ™
œ œ œ œ œ™ œ œ ˙ œ
œ Jœ ˙ œ
161

&

{ ? ˙ œ
z
œ œ™ b œj
6
˙
z
Œ ∑ Œ Œ
œ
z

+œ ™ + +œ +œ
œ Jœ œ œ œ™ Jœ œ
œ œ +œ ™ Jœ
166
#˙ Kœ Kœ
&

{ ?
œ +œ ™

6
b Jœ

6
˙
z
œ
œ
z
+™
œ
6

x6
˙ œ
6 6
œ œ
5
œ
z

%
5 4
e3

+
œ
171

œ™ b Jœ bœ
& Œ Œ œ ˙ œ œ™
+ œj

œ

+œ ™ +
Qu’il est dan - ge - reux De se rendre aux vœux D’un

˙ œ œ Jœ #˙ œ œ #œ ™ Jœ
& ˙ œ

{ ? ˙

doux

∑ Œ Œ œ
e6
œ
6
+
Ϫ
x6
Jœ #˙
6
œ

+ œ œ™ Jœ +˙
Jœ œ Jœ
176

œ™ #œ œ

œ œ œ™
&
œk Kœ
œk œ
+
ob - jet vo - la - ge ! Un sen - si - ble cœur Ris - que son bon -

œ #œ œ™ Jœ #˙ œœ œœ
& œ ˙ Kœ
œ œ̇œ œœ
+œ œj œ

{ ?
œ #œ ™
6
œj ˙
z
œ
6
a4
x6
œ ˙
˙
z
œ
6
œ
6
x4
œ
6

[t]

CMBV – CAH.259-RC
24

+ œ œ œ œ œ U
fin
œ ˙ ˙
181

˙ #œ # Kœ œ bœ œ™ œj
& +
- heur Le jour qu’il s’en - ga - - - ge. Que les seuls plai -

œ œ bœ œ œ œ œ +˙ U˙
˙ œœ b œœ œœ ™™
& ˙˙ œ œ œ™ Jœœœj

{ ?
˙ œ
x6
œ ˙
6
5
e3
œ
6
4
˙
5
4 z
U
˙ œ
e6
œ œ™
t

Jœ Jœ b ˙
186
˙ œ bœ œ œ œ œ ˙ œ œ ˙ œ
& + + ˙
- sirs Fi - xent nos dé - sirs, É - vi - tons les pei - - nes. A -

œœ b œœ ˙˙ ˙˙ œœ
& ˙˙ œ œ ˙ ˙ œœ œ
b œœ
œœ
œ œœ
œ œ̇œ ˙˙ œ ˙˙
˙

{ ?
˙
6
œ
e6
œ œ
6
œ œ
œ
œ œ
e
œ œ bœ
7
œ
œ ˙
œ

+ œ œ œ œ œ
œ™ œ œ œ™
192

œ ˙
& nœ
œk œ #˙ œ Jœ Kœ œ œ
+
- mour, si les jeux N’en for - ment les nœuds, Je bri - se mes

œœ œœ ˙ œ ˙˙ ™™ ˙˙ œœœ ˙˙ œœ œœ
& n œœ # ˙˙ # œœ ˙™ ˙ ˙ œ

{ ?
œ
a6
œ
6
œ
6
˙
z

6

6
t
œ œ œ
œ
œ œ œ œ œ
œ #œ œ

+ + %
œ
197

œ ˙ ˙ Œ ∑ Œ Œ œ œ™ b Jœ ˙
&
œ +œ ™ +œ ™ +
chaî - - nes. Qu’il est dan - ge - reux

œ̇ ˙ œ Jœ ˙ œ œ Jœ # ˙
& œ ™ #˙ ˙
# ˙˙

{ ?
œ
6
4
˙
5
z3
˙
[z]
Œ ∑ ∑
doux

∑ Œ Œ

CMBV – CAH.259-RC

Vous aimerez peut-être aussi