Vous êtes sur la page 1sur 61

1

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE


DES TRAVAUX PUBLICS
-FRANCIS JEANSON-

LIQUÉFACTION DES SOLS

Tahar Messafer Novembre 2017


Liquéfaction des sols
2

Historique

Le terme Liquéfaction a été utilisé par:

Hazen (1920) pour expliquer le mode de rupture du barrage Calaveras en 1918 en


Californie

Terzaghi et Peck (1948)

Mogami et Kubo (1953)

A partir de 1964 suite a 2 tremblements de terre majeurs a Anchorage et Niigita des


recherches ont été entamés pour développer les outils de prédiction et de protection
des ouvrages a haut risques
Liquéfaction des sols
3

Définition:

Perte de résistance d’un matériau pulvérulent saturé qui subit une transition vers
un comportement fluide

Augmentation de la pression interstitielle

Effet de cycles répétés de cisaillement

a) b) c)

a) et b) état initial c) pendant liquéfaction


Liquéfaction des sols
4

Effets produits par la liquéfaction

Perte de capacité portante

Glissement de terrains en pente

Ruptures superficielles sous forme de fissures

Développent de forces de poussées

Soulèvement d’ouvrages enterrés

rupture de canalisations
5

Séisme d Nigata 1964

Déplacements des pieux causés par des pressions horizontales additionnels


6

Effondrement du barrage San Fernando 1971


7

Basculement de ouvrages avec fondations superficielles, séisme de Kocaeli 1999


8

Facteurs influençant la liquéfaction

Age et origine des sols :

dépôts alluviaux Pléistocène (10000 a 130000 ans) susceptibilité faible


dépôts tardifs de l’Holocène (1000 a 10000 ans) susceptibilité moyenne
dépôts antérieur de l’Holocène (< 1000 ans) susceptibilité forte

Type de sol et répartition des grains :

Tsuchida (1970): Limites dans les courbes


de gradation séparant les sols liquéfiables et
non liquéfiables
9

Facteurs influençant la liquéfaction

FC (θ<75μm ) > 35% susceptibilité faible

Critères chinois de non liquéfaction:


 LL > 35%
w< 0,9 LL
D15<5μm

Règlement parasismique Français PS-92: Sables vasards ou limons susceptible a


la liquéfaction si:
Saturé
Cu<15
D50=0,05-1,50mm
σ’v<200-300kPa
10

Facteurs influençant la liquéfaction


Densité relative (Dr)

Dr est un facteur important


Liquéfaction se produit dans les sables saturés propres et sables limoneux avec Dr<50%

Sables denses se dilate lors du cisaillement pressions interstitielles négatives

résistance augmente

Dr > 75% liquéfaction ne se produit pas


11

Facteurs influençant la liquéfaction

Degré de saturation (Sr)

Liquéfaction ne se produit pas dans les sols secs


Sr > 80-85% liquéfaction possible
Résistance a liquéfaction augmente avec degré de saturation décroissant

Contrainte verticale et surconsolidation (σv’)

Si σv’ augmente résistance au cisaillement augmente

Si σv’ augmente potentiel de liquéfaction diminue

Kishida (1969) : sol sableux saturé avec σv’> 190 kN/m² n’est pas liquéfiable

Seed et Idriss (1982) (Nspt)60>22 liquéfaction n’a pas été observé


Shibata et Tiparaska (1988) q’c>15MPa Liquéfaction ne se manifeste pas
12

Facteurs influençant la liquéfaction

Epaisseur de la couche de sable

Couche de sol liquéfiable doit être suffisamment épaisse pour produire l’ébullition et
la fissuration

Si couche liquéfiable est mince et enfouie dans le sol, la présence d’une couche de
surface non liquéfiable peut empêcher la liquéfaction d’atteindre la surface
13

Facteurs influençant la liquéfaction

Caractéristiques de chargement sismique

Dépend de l’amplitude
Du nombre de cycles de sollicitations
Intensité, fréquence, durée du séisme
14

Evaluation du potentiel de liquéfaction

Diversité d’approches : globale, couplée et semi-couplée

On pratique méthodes d’analyse globale sont utilisés

Le sol est considéré comme :

un milieu continu monophasique

décrit par contraintes totales


15

Evaluation du potentiel de liquéfaction


Méthode globale :

Evaluer a une profondeur donnée ζl (résistance cyclique) = f(caractéristiques mécaniques


et physiques du matériau)

Evaluer ζmax (contrainte de cisaillement cyclique) induite par la sollicitation sismique

Fl = ζl/σ’v = CRR
ζav/σ’v CSR

Fl: coefficient de sécurité; risque de liquéfaction locale


CRR: rapport de résistance cyclique
CSR: rapport de contrainte de cisaillement cyclique
16

Méthode Globale
Calcul du CSR :

ζmax(mod) =
ζmax: contrainte de cisaillement max
amax: accélération max du sol en surface en m/s²
g: accélération due a la gravité
z: longueur de la colonne
γ: poids volumique du sol en kN/m³

ζmax(mod) =

Ζav = 0,65 ζmax(mod)

CD

Valeurs de CD =f(z) pour la nature déformable du sol


17

Evaluation du CRR

Plusieurs méthodes existe :

Essais de laboratoire

Essais in-situ

essais SPT

essais CPT

mesure de Vs des ondes de cisaillements


18

Evaluation du CRR - Laboratoire


Essais de laboratoire :

Consiste a déterminer la résistance de cisaillement cyclique (RCC) non drainés par :

 triaxial cyclique
 cisaillement simple cyclique
Cisaillement de torsion cyclique
Table vibrante

Application de la contrainte de cisaillement


Cyclique sur un élément de sable due a un séisme

a: état naturel sans séisme

b: cas de séisme


19

Evaluation du CRR - Laboratoire


Essais de laboratoire :

Les contraintes cycliques qui mesure la résistance a la liquéfaction sont influencés par:

Densité initial
Conditions de contraintes
Structure du sol produit par les méthodes de préparation de l’échantillon
Histoire des déformations sismiques anciennes
Le nombre de cycle de l’essai
La surconsolidation et pressions des terres latérales
Non uniformité des échantillons
Conditions du site

Pour ces raisons, la caractérisation de la résistance a la liquéfaction par essais de


laboratoire est difficile et a été surpassé par les méthodes basées sur les essais in situ
20

Evaluation du CRR - Essais sur site

Essais SPT : Méthode de Seed et Idriss 1971

Etapes 1: Evaluer a chaque profondeur de l’essai:

(Nspt)60 = C1.CN.C60.Nspt

Nspt: nombre de coup N enregistré


C60: produit de plusieurs facteurs de corrections:
Type du mouton
Type du carottier
Dimension des tiges
Diamètre du forage
CN: coefficient pour l’effet de profondeur=√100/σ’v
C1: coefficient pour normaliser N a un rapport d’énergie de 60%
21

Evaluation du CRR - Essai SPT


Etape 2 :

Déterminer a la profondeur étudié, CRR7,5


correspondant a une magnitude
sismique Mw=7,5
CRR7,5
Tenir compte du % de fines (FC)

FC<5% sable propre

Relation entre CRR et (N1)60 pour M=7,5 pour


différentes valeurs de % de fines
22

Evaluation du CRR - Essai SPT


Etape 3 :
CRR = CRR7,5.KM.Kσ.Kα
KM = coefficient de magnitude au cas ou M différent de 7,5
Kσ = coefficient tenant compte des σ’v > 100kPa
Kα = coefficient tenant compte de contrainte de cisaillement initiale

Valeurs de KM Valeurs de Kα=f(α=ζho/σ’v)


Valeurs de Kσ=f(σ’v)
23

Evaluation du CRR - Essai SPT


Etape 4 : Evaluation du risque de liquéfaction local
Calculer en chaque profondeur de l’essai :

Fl = CRR/CSR
Fl: coefficient de sécurité vis-à-vis de la liquéfaction locale
Fl > 1,33

Etape 5 : Evaluation du risque de liquéfaction globale

Calculer le potentiel de liquéfaction (Pl) du site sur toute la profondeur des essais :

Pl(%)= ʃ F(z)(10-z/2).dz avec F(z) = { 1-Fl(z) si Fl(z) < 1


0 si Fl(z) > 1

Pl < 5% pas de risque globale de liquéfaction


Pl > 15% risque globale de liquéfaction important
24

Evaluation du CRR - Essais sur site

Essai CPT : Méthode de Seed et Idriss (1982)

Etape 1: résistance pénétrometrique mesurer (qc) a la profondeur étudiée est


normalisée a σ’v=100kPa par:

q’c=qc . Cq avec Cq = 1,8

0,8+σ’vo/σref
σref =100kPa
25

Evaluation du CRR - Essai CPT

Etape 2 : Corriger q’c pour tenir compte de l’effet stabilisateur des particules fines en
ajoutant un incrément Δq’c

q’cf = q’c + Δq’c

Δq’c: incrément de résistance = f(FC%)


26

Evaluation du CRR - Essai CPT


Etape 3 : Déterminer CRR correspondant a une magnitude de 7,5 en fonction de q’cf

CRR7,5

Diagramme de CRR des sables propres


(FC<5% pour M=7,5

.
q’cf
27

Evaluation du CRR - Essai CPT

Etape 4 :
CRR = CRR7,5.KM.Kσ.Kα

KM = coefficient de magnitude au cas ou M ≠ 7,5 avec


Kσ = coefficient tenant compte des σ’v > 100kPa
Kα = coefficient tenant compte de contrainte de cisaillement initiale

Valeurs de Kσ=f(σ’v) Valeurs de Kα=f(α=ζho/σ’v)


28

Evaluation du CRR - Essai CPT


Etape 5 : Evaluation du risque de liquéfaction local
Calculer en chaque profondeur de l’essai :

Fl = CRR/CSR
Fl: coefficient de sécurité vis-à-vis de la liquéfaction locale

Fl > 1,33

Etape 6 : Evaluation du risque de liquéfaction globale

Calculer le potentiel de liquéfaction (Pl) du site sur toute la profondeur des essais :

Pl(%)= ʃ F(z)(10-z/2).dz avec F(z) = { 1-F


0
l(z) si F (z) < 1
l
si F (z) > 1
l
29

Evaluation du CRR - Essais sur site


Mesure de Vs des ondes de cisaillement :
Plusieurs essais géophysiques permettent de mesurer Vs des ondes de cisaillements:

Essai down hole


Essai cross hole
Essai MASW d’analyse spectrale des ondes de surface
Pénétromètre sismique

Essais bien adaptés dans les sols difficiles a extraire des échantillons intacts
Difficile de mener des essais CPT, SPT
Sites avec accès difficile pour réaliser des sondages
30

Mesure de Vs des ondes de cisaillement

Essai SASW

Onde de surface générée par une source: poids ou explosive


Onde est enregistrée par une série de géophones en surface
Ondes sont transformées et filtrées pour donner des profils de vitesses de Cisaillements
Avantage : ne nécessite pas de forage
31

Mesure de Vs des ondes de cisaillement

Essais Down hole et Cross hole :

Mesure vitesse des ondes sismiques entre forages


Cross hole: Une source est placée dans un forage a une profondeur déterminée et des
récepteurs (géophones) sont placés dans 2 autres forages a la même cote
Down hole: source est en surface et le passage de l’onde est enregistré par une
sonde de réception plaquée dans le forage
On mesure le temps de parcours de l’onde et rapportée a la distance entre les
forages permet de calculé la vitesse
32

Mesure de Vs des ondes de cisaillement

Exemples de profiles de vitesses :


33

Evaluation du CRR

Mesure de Vs des ondes : Méthode de Andrus et Stokoe (1999)

Etape 1: déterminer le profil de célérité Vs


chaque couche: % de fines (θ<75μm)
chaque couche: densité de chaque couche

Etape 2: déterminer le niveau de nappe phréatique

Etape 3: calculer les contraintes effectives et totales initiales a la profondeur de


mesure de la célérité Vs

Etape 4: normaliser la célérité Vs a un niveau de contrainte verticale de σref=100kPa pour


obtenir V’s tel que:
34

Evaluation du CRR- mesure Vs des ondes

Etape 5 : Fixer la borne supérieur Vs* de la célérité normalisée en fonction


du % fines

Etape 6 : On détermine le facteur C pour tenir compte de la cimentation, l’âge du sol,


la position au dessus de la nappe qui contribuent a augmenter la valeur de V’s.
C=1 si sol non cimenté, âgé de moins de 100 siècles et au dessous de la nappe
C=0,6 si les données du SPT ou CPT ne sont pas disponible
C=f(Nspt, q’c)

Etape 7 : évaluer CRR7,5 comme suit :


CRR7,5 =

avec a=0,022 et b=2,8


35

Evaluation du CRR- mesure Vs des ondes

Etape 8 : Corriger CRR7,5 pour KM et Kσ

CRR = CRR7,5.KM.Kσ

KM = coefficient de magnitude au cas ou M ≠ 7,5


Kσ = coefficient tenant compte des σ’v > 100kPa

avec n=-2,56

Valeurs de Kσ=f(σ’v)
Etape 9 : calculer FS = CRR
CSR
36

Traitement des sols liquéfiables

Si on doit construire sur des sites avec Fl ou/et Pl faibles alors on doit augmenter la
résistance au cisaillement cyclique par :

Améliorer la densité du sol : e.g. : compactage dynamique, vibroflotation

Conditions de drainage : réduit la suppression interstitielle par inclusions de


drains de gravier ou colonnes ballastées

Améliorer la contrainte effective : e.g; rabattement de la nappe, augmenter la


surcharge en surface

Caractéristiques mécaniques : augmenter la cohésion intergranulaire par l’injection


des produits chimiques (e.g. ciments)
37

Traitement des sols liquéfiables


38

Traitement des sols liquéfiables- Améliorer la densité

Compactage dynamique
39

Traitement des sols liquéfiables- Améliorer la densité


Vibroflotation
40

Traitement des sols liquéfiables- Améliorer la densité


Résultats de l’essai CPT
41

Traitement des sols liquéfiables- Drainage

Colonnes ballastées
42

Traitement des sols liquéfiables- Drainage

Equation de l’écoulement radial dans le sable


43

Traitement des sols liquéfiables- Drainage

Solution de l’équation : Seed et Booker (1977)


44

Traitement des sols liquéfiables- caractéristiques mécaniques

Injections
45

Traitement des sols liquéfiables

Confinement du sol :
46

Traitement des sols liquéfiables


Confinement :
47

Traitement des sols liquéfiables


Confinement :
48
49

Retours d’expériences
Réduction des déformées: (Yasuda et al. 1996)

préchargement seul
drains de sable seuls
drains de sable + préchargement
vibrocompactage.
50

Retours d’expériences

Le meilleur moyen de diminuer le potentiel de liquéfaction est de densifier le sol


en place

Les sites ayant été traités pour l'amélioration des sols présentent moins de
déformation

10% des cas recensés n'ont pas eu un comportement satisfaisant


(causes : extension latérale ou profondeur insuffisantes)

Manque d'informations quantitatives

Les retours d'expériences devrait être accompagné de modélisation pour valider


les méthodes de calcul et de dimensionnement
51

Retours d’expériences
Inclusions souples - Colonnes ballastées
52

Retours d’expériences
Exemple colonne ballastées :Chantier Keller – Quais des avisos Martinique
53

Retours d’expériences
Inclusions rigides
54

Retours d’expériences
Exemple d’inclusions rigides: Réhabilitation d’une structure bâtiment
55

Retours d’expériences

Exemple de confinement : Construction de bâtiment


56

Retours d’expériences
57

Dispositions Constructives
58

Dispositions Constructives
59

Dispositions Constructives
60

Contrôles
61

MERCI POUR VOTRE ATTENTION

Vous aimerez peut-être aussi