Vous êtes sur la page 1sur 21

1

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE


DES TRAVAUX PUBLICS
-FRANCIS JEANSON-

PROGRAMME D’UNE ÉTUDE


GÉOTECHNIQUE
T MESSAFER NOVEMBRE 2017
Programme Etude Géotechnique
2

L’appel d’offres

Une procédure très variable d ’un maître d ’ouvrage à l ’autre:

 soit elle s ’appuie sur programme défini par Maître d ’ouvrage


ou maître d ’œuvre

 soit le géotechnicien est libre de ses choix et propositions

 soit elle consiste en une sélection d ’une maîtrise d ’œuvre géotechnique


Programme Etude Géotechnique
3

L’appel d’offres

Programme défini par le maître d ’ouvrage ou le maître d ’œuvre :

Démarche nécessitant compétence géotechnique du rédacteur

Le rédacteur doit:


 indiquer les besoins en géotechnique du projet
 analyser le contexte géologique et géotechnique local
 construire un programme géotechnique répondant aux problèmes posés

Les limites de la démarche:


 risques de compétences limitées conduisant à aberrations ou inadaptations
 risques de choix de méthodes marginales non utilisées par le géotechnicien
Programme Etude Géotechnique
4

l ’APPEL d ’OFFRES : Programme libre


Cas où l’appel d’offre ne fixe pas de programme ⇒ nécessité d’exprimer
clairement les besoins en géotechnique du projet,
de donner le maximum d ’informations au géotechnicien

Le géotechnicien procède :
 à sa propre analyse des besoins en géotechnique du projet
 à l ’évaluation du site sur un plan géologique, hydrogéologique et géotechnique
 à la définition d ’un programme composé en fonction des moyens
disponibles et de la concurrence
Les limites de la démarche :
 géotechnicien définit son programme et choisit les sujets à traiter
 risque de choix motivés par moyens ± adaptés détenus par géotechnicien
 coût réduit mais résultats pouvant être inférieurs aux exigences du projet
Programme Etude Géotechnique
5

L ’APPEL D ’OFFRES: Maîtrise d’œuvre géotechnique

Choisi dans la maîtrise d ’œuvre, le bureau en géotechnique s ’occupera

de tout l ’aspect géotechnique du projet


Programme Etude Géotechnique
6

ELEMENTS DU PROGRAMME
Organisation du programme

Le rédacteur d’un programme doit:

Réaliser un inventaire des besoins qui pourra être variable selon les
ouvrages: fondations, stabilité de talus, soutènements provisoires ou
définitifs, chaussées, protection contre les eaux, liquéfaction, cavités
souterraines, machines vibrantes, réemploi des déblais en remblais,
terrassements, ect…
7

ELEMENTS DU PROGRAMME
Organisation du programme

Le rédacteur d ’un programme doit :

Collecter les données géotechniques à différentes sources: cartes


géologiques, anciens sondages, photographies aériennes, observation
des avoisinants, autres banques de données (Inspection carrières
souterraines, cartes de zones sismiques), éléments du site (topographie)

Choisir le type d ’investigations à mener en fonction des intérêts et


limites de chacune
8

ELEMENTS DU PROGRAMME
Nombre de points- Nombre de sondages

Il n ’existe pas de règles définitives

Le nombre de sondages à réaliser varie:

 en fonction du projet

 des informations déjà recueillies

 du type de sondage choisi


9

ELEMENTS DU PROGRAMME
Nombre de points- Nombre de sondages

Ordre de grandeur du nombre minimal de sondages Nc pour


un bâtiment de surface Sb (m2):

Nc= Sb/(200+Sb/50)

et 1.5Np+Nd+Nr+1.5 Nb+0.5 Ni ≥ Nc

avec
Np:nombre de sondages pressiométriques
Nd :nombre d ’essais de pénétration dynamique
Nr :nombre d ’essais de pénétration statique
Nb :nombre de sondages carottées avec PEI
Ni :nombre de sondages destructifs ou carottés sans PEI
10

ELEMENTS DU PROGRAMME
Nombre de points- Nombre de piézomètres

Le nombre de piézomètres varie:


 en fonction du projet
 des informations hydrogéologiques du projet
 des informations hydrogéologiques recueillies sur le site

Ordre de grandeur du nombre minimal de piézomètres Npi pour


un bâtiment d ’emprise au sol Sb (m2), du nombre de sous sol S, de
la pente p exprimée en pourcentage du terrain:

et Npi ≥ [Sb/(1000+Sb/10)].[S 0.1+(2.p)0.5]-0.5


11

ELEMENTS DU PROGRAMME
Nombre de points- DTU Dallage

Le DTU 13.3 Dallage au § 5.1.2 caractérisation du support fixe le nombre


minimal de points de reconnaissance:

3 plus un point tous les 2000 m2 pour les dallages industriels et autres
2 plus un point tous les 500 m2 pour les dallages de maisons individuelles

Les sondages établis pour les fondations peuvent être utilisés pour le dallage.
12

ELEMENTS DU PROGRAMME
Nombre de points -Une question de bon sens

Le sol est hétérogène: plus les investigations sont rapprochées, moins il y


aura de surprises et de surcoûts à l’exécution

Quelques données qualitatives :


 cas où des fondations superficielles sont possibles: beaucoup de
points peu profonds
 cas où des fondations profondes sont inévitables: peu de points
mais profonds
 cas où l ’ouvrage est étendu (grand bâtiment industriel, lotissement
pavillonnaire): 1 point pour 25 m X 25 m jusqu' à 1 ou 2 points par maison
 cas où l ’ouvrage est peu étendu (habitation, bureaux..):1 point pour
10m x 10m ou 15m X 15 m
Ne jamais réaliser un seul point de sondage dans une campagne
géotechnique
13

ELEMENTS DU PROGRAMME
Position des points - En fonction du site

s’il y a une pente: profils le long de la plus grande pente

 s ’il y a une dépression: au milieu de celle ci

 le plus près possible d ’un cours d ’eau

 au droit des carrières

 dans une zone définie par des premiers sondages ou autres investigations

 sur d ’autres particularités: ancien ouvrage, limite de remblais


Programme Etude Géotechnique
14

ELEMENTS DU PROGRAMME
Position des points - En fonction de l ’ouvrage

 au droit d ’une zone avec un grand nombre de sous sols

 le long de l ’enveloppe de l ’ouvrage

 dans le périmètre géotechnique hors d ’ouvrage pour des


problèmes d ’eau, de tirants, de stabilité..

 dans des zones de fondations particulières: charges lourdes,


vibrations
15

ELEMENTS DU PROGRAMME
Profondeur

cas fondations superficielles: le calcul des tassements a besoin de 8


largeurs de fondations sous semelle sauf cas de sol incompressible. En
pratique 5 à 6 m sous la future semelle
 cas fondations profondes: 7 diamètres avec un minimum de 5 m sous
les fondations
 cas de dallages ou radiers: il faudrait descendre à l ’équivalent de
plusieurs largeurs, ou jusqu’à substratum indéformable ou profondeur à
laquelle la participation au tassement devient négligeable vis à vis des
tassements admissibles
 cas de soutènements: quelques mètres sous la hauteur à soutenir
 cas de stabilité: quelques mètres sous le cercle de glissement le plus
profond
 cas de chaussée: quelques mètres sous celle ci
16

ELEMENTS DU PROGRAMME
Nature des investigations

Elles devront répondre aux besoins géotechniques conformément aux


domaines d’action de chaque investigation.

Par exemple :

 le pénétromètre dynamique ne permet pas dans la plupart des cas de


dimensionner des fondations

 dans le cas d ’un bâtiment sur deux sous sols, le sondages carotté avec
prélèvements d ’échantillons intacts et essais de cisaillement au laboratoire
est très utile

 dans le cas de fouille sous la nappe, l’estimation du débit à pomper est


plus précis si un essai de pompage a été exécuté au stade de l ’étude
17

DES OUTILS UTILES POUR LE CONTRÔLEUR TECHNIQUE


les tableaux synthétiques des Recommandations sur la consistance des
investigations géotechniques

Pas de caractère réglementaire

Des recommandations portant sur 3 aspects indissociables:


la nature des investigations (type de sondages et essais)
la quantité des investigations (nombre de points de sondages ou d’essais)
l’extension des investigations (périmètre à reconnaître, profondeur,
espacement entre points de sondages)
18
19
20

EXEMPLE: Fondations superficielles et profondes


21

Merci pour votre attention

Vous aimerez peut-être aussi